Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiques de la représentation politique

 | 
Alice Mazeaud

Première partie. La « représentativité » de l'élu : discours et pratiques

3. Les conditions d’une représentation des femmes en politique : le genre comme langage politique autorisé

Clément Arambourou

Texte intégral

  • 1 Bereni L., « Du MLF au Mouvement pour la parité. La genèse d’une nouvelle cause dans l’espace de la (...)
  • 2 Bereni L. et Révillard A., « Des quotas à la parité : “féminisme d’État” et représentation politiqu (...)
  • 3 Bereni L. et Lépinard É., « “Les femmes ne sont pas une catégorie”. Les stratégies de légitimation (...)
  • 4 Ibid., p. 85.

1En France, il existe une « histoire » (au double sens du terme) entre « l’espace de la cause des femmes et la question de la représentation politique1 ». Cette question est jugée marginale par le féminisme des années 1970 dit de la « deuxième vague ». De plus, lorsqu’en 1982 des parlementaires cherchent à améliorer la représentation politique des femmes au niveau local via un amendement au projet de loi sur l’élection des conseillers municipaux (disposant que « les listes de candidats ne peuvent comporter plus de 75 % de personnes de même sexe »), celui-ci est censuré par le Conseil constitutionnel au motif qu’il ne peut y avoir « division par catégories des électeurs ou des éligibles » (no 182-46 DC, 18 novembre 1982). Cette décision va dès lors conditionner la stratégie paritaire. Définie comme une « égalité parfaite » (50-50), la parité est censée se distinguer des quotas jugés non conformes au modèle républicain universaliste2. Cette thématique de l’égalité des sexes, au départ centrale pour les militantes pro-parité, va toutefois être « progressivement marginalisée pour laisser la place à des discours présentant la parité comme l’instrument d’une bonne représentation politique3 ». En effet, dans un contexte marqué par le renforcement des discours et croyances sur la « crise de la représentation », ladite règle paritaire introduite par la loi du 6 juin 2000 et faisant suite à la révision constitutionnelle du 8 juillet 1999 est érigée « en moyen de perfectionnement de la représentation démocratique », les femmes étant alors « dotées de toutes les qualités pour rénover la démocratie – proximité au terrain, écoute, sensibilité aux problèmes concrets et au quotidien de leurs concitoyens4 ».

  • 5 Achin G, « “Représentation miroir” vs parité. Les débats parlementaires relatifs à la parité revus (...)
  • 6 Sineau M., Des femmes en politique, Paris, Economica, 1988.
  • 7 Achin C. et al., Sexes, genre et politique, Paris, Economica, 2007.
  • 8 Achin C. et Paoletti M., « Le “salto” du stigmate. Genre et construction des listes aux municipales (...)
  • 9 Dulong D. et Lévêque S., « Une ressource contingente. Les conditions de reconversion du genre en re (...)
  • 10 Dulong D. et Lévêque S., « Une ressource contingente... », art. cit. ; Paoletti M., « L’usage strat (...)
  • 11 Lévêque S., « La féminité “dépassée” ? Usages et non-usages du genre dans les professions de foi de (...)
  • 12 Achin C. et Dorlin E., « Nicolas Sarkozy ou la masculinité mascarade du Président », Raisons politi (...)
  • 13 Achin C. et Lévêque S., « “L’une chante, l’autre pas”. La parité aux élections municipales de 2001 (...)
  • 14 Achin C. et al., Sexes, genre et politique, op. cit.

2C’est « l’image d’une société avant tout sexuée5 » que donnent à voir les premières campagnes électorales consécutives à la réforme paritaire. Mais si le champ politique reconnaît juridiquement son fonctionnement sexiste, reste que, comme avant la réforme paritaire6, à l’aube du XXIe siècle, le registre de la féminité reste globalement stigmatisé et stigmatisant pour qui cherche à en faire une ressource dans le travail de représentation politique, ses usages stratégiques étant très limités. C’est du moins ce que montrent les premiers travaux menés sur l’application de cette réforme7. Ainsi, lors des élections municipales de 2001, c’est à un « salto du stigmate8 » que l’on assiste : certes, lors du travail de mobilisation électorale, les candidates ont pu valoriser de manière inédite leur identité sexuelle au détriment des ressources politiques instituées ; mais, outre le fait que cette « ritualisation de la féminité » a été circonscrite à ses dimensions les plus conventionnelles (comme l’extériorité au champ politique, l’engagement associatif, la jeunesse ou l’apparence physique), elle a par la suite conduit à la marginalisation des élues dans les exécutifs municipaux. Risquée, la convertibilité des féminités en ressource politique demeure plus largement difficile et fragile parce que très contingente9. Elle est d’abord limitée aux cadres d’interactions représentants/représentés, la mobilisation du genre restant illégitime dans les espaces plus autonomisés de l’entre-soi politique comme le sont les organisations partisanes10. Mais même dans les espaces comparativement plus ouverts, le caractère local du travail de représentation semble plus propice à la mise en avant des vertus féminines que lorsque celui-ci prend une dimension nationale. L’étude des professions de foi aux élections législatives de 2002 montre en effet qu’un scrutin national, combiné à un abandon du portage paritaire, conduit à l’indifférenciation des présentations de soi des candidates et des candidats11. Et si la performance de genre de Ségolène Royal lors de l’élection présidentielle de 2007 a pu un temps être en accord avec les attentes pesant sur le rôle de présidentiable, elle prouve surtout le caractère incontrôlable des identités politiques construites sur le genre féminin tant du point de vue de la réception que du point de vue de la performance, la candidate socialiste ayant été bien vite acculée à utiliser un registre victimaire et stigmatisant12. L’observation du scrutin municipal parisien de 2008 montre que, comme pour les élections législatives de 2002, l’enjeu paritaire disparaît quasiment des discours des candidat.e.s., cette fois-ci au profit de la « diversité13 » qui émerge comme nouvelle stratégie de rénovation de la représentation. Ces travaux sur la réforme paritaire interrogent encore la possibilité de promouvoir la cause des femmes en politique : alors que les premières militantes de la parité attendaient de l’entrée des femmes en politique une meilleure prise en compte des intérêts féminins, cette irruption au sein des assemblées représentatives aurait eu pour contrepartie la censure des revendications féministes14.

  • 15 Neveu N., « Ni tout à fait semblables ni vraiment différentes. Les (non) usages du genre par les ca (...)
  • 16 Guionnet C., « Fluctuation et légitimation des ressources politiques : ce que nous apprennent les é (...)

3Ces constats ne doivent cependant pas écarter toute interrogation sur ce que le genre fait à la représentation politique, ne serait-ce que parce que certaines actrices politiques peuvent efficacement jouer de leur genre. Bien que constatant un reflux des usages stratégiques des féminités en politique, Nolwenn Neveu note ainsi que des candidates aux élections municipales parisiennes de 2008 – généralement les plus expérimentées – peuvent mobiliser ce registre identitaire dans la mesure où il reste discret et ponctuel15. Et, de manière plus générale, Christine Guionnet émet l’hypothèse selon laquelle la cote politique du genre varierait en fonction des effets de composition que produit son association avec des ressources plus nobles16. Plus de dix ans après la première loi sur la parité, la question reste donc ouverte : l’usage de la féminité et la défense de la cause des femmes dans le travail de représentation politique sont-ils possibles ? Et si oui à quelles conditions ?

  • 17 Achin C. et Lévêque S., « “L’une chante, l’autre pas”... », art. cit.
  • 18 Le Bart C., L’Ego-politique. Essai sur individualisation du champ politique, Paris, Armand Colin, 2 (...)
  • 19 Pêne S., « Bloguer la politique », Communication et langages, no 151, 2007, p. 73-89.
  • 20 Ce blog fait partie des quatre blogs politiques sélectionnés en 2009 par les services de la Secrét (...)
  • 21 Achin C. et Lévêque S., Femmes en politique, Paris, La Découverte, 2006.
  • 22 Au 16 janvier 2014, l’entrée du mot-clef « femme » renvoie vers 295 des 2262 billets qui composent (...)
  • 23 Leca J., « Représentation », in Duhamel O. et Mény Y., dirs., Dictionnaire de droit constitutionnel(...)
  • 24 Je tiens à remercier Fanny Bugnon et Anaïs Théviot pour leurs relectures ainsi que Delphine Dulong (...)

4Pour répondre à cette interrogation, on analysera ici le cas exemplaire de l’ancienne Ministre déléguée chargée des Personnes âgées et de l’Autonomie, Michèle Delaunay. Entrée en politique à l’occasion du baptême de la parité aux élections municipales de 2001, cette femme poursuit depuis une carrière politique sans fautes. D’abord élue conseillère municipale bordelaise d’opposition en 2001, elle devient conseillère générale de la Gironde en 2004. En 2007, elle ravit la deuxième circonscription de la Gironde à Alain Juppé. Réélue députée en 2012, alors qu’elle vient d’être nommée dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, elle cède ses places de parlementaire et de conseillère générale à ses suppléants. Comme la majorité des ministres délégué-e-s, Michèle Delaunay n’est pas reconduite dans ses fonctions gouvernementales à la suite de la démission du gouvernement de Jean-Marc Ayrault et de la nomination de Manuel Valls au poste de premier ministre le 31 mars 2014. Elle retrouve donc son siège de parlementaire. Contrairement à de nombreuses comparses qui se sont rapidement retirées du jeu politique17, Michèle Delaunay connaît donc une ascension remarquable qui en fait un cas particulièrement intéressant à étudier. D’autant plus que cette femme politique valorise fortement son genre dans l’accomplissement de son travail de représentation politique. Cela est tout particulièrement visible dans les billets qu’elle poste sur son blog et qui nous serviront ici de matériau d’analyse. Ces nouveaux supports de communication politique s’avèrent en effet très pertinents pour qui s’interroge sur les recompositions actuelles du travail de représentation. À la manière des livres politiques, les blogs personnels participent de l’individualisation de la vie politique18 au travers d’une « écriture de soi » qui se veut avant tout une réponse à la crise de la représentation politique19. De ce point de vue, le blog que M. Delaunay tient depuis 2006 est idéal-typique. Autre caractéristique particulièrement intéressante, cet outil de légitimation exemplaire20 dont cette femme en politique21 fait usage offre une large place aux questions de genre22, que ce soit dans le cadre du travail de présentation de soi – ou « stands for23 », première dimension du travail de représentation – ou dans le choix des causes défendues – ou « acts for », qui en constitue la deuxième dimension24.

Le discours de « la » féminité, la mise en représentation d’une entreprise de rénovation du métier de représentant-e

  • 25 La Ronde droite dans la collection NRF de Gallimard (1974) et L’Ambiguïté est le dernier plaisir c (...)

5Pour cette femme politique, l’utilisation du blog se situe dans le prolongement d’un travail d’écriture mené bien avant son entrée en politique. Elle a en effet auparavant publié deux recueils de nouvelles chez des éditeurs prestigieux25 et les billets publiés lors de la première année d’existence de ce blog feront du reste l’objet d’une publication sous forme d’ouvrage (L’Ephémérité durable du blog, Éditions du bord de l’eau, 2007). Ce n’est toutefois pas cette pratique routinière de l’écriture qu’elle met en avant pour justifier le recours à cet outil de communication lors du lancement de son blog mais sa conscience de genre, au point de le définir comme « un blog de fille » avant que d’être militant :

« Blog de fille. Je m’avise que les blogs sont très majoritairement tenus par des messieurs, comme en réalité beaucoup de choses. Là, au passage, j’hésite entre “messieurs” et “jeunes gens” : s’il faut soutenir la parité, il faut aussi en alléger les manières sous peine de tomber dans un mortel ennui. Blog donc, blog militant pour que l’art du blog ne devienne pas un caractère sexuel secondaire. Blog de fille parlant de tout et quelques fois de rien, ni blog politique pur et dur, ni blog publicitaire à la Juppé (“attendez-moi, j’arrive !”), ni blog privé ; le privé n’a jamais été la matière principale de mes cahiers. S’il y a une particularité de la vie des femmes, c’est sa dimension multiple, on peut presque dire hétéroclite devant la variété des tâches, des occupations et des préoccupations sur la liste de chaque journée : “Voir le fiscaliste, acheter des artichauts, réunir le conseil d’administration...” [...] Blog de femme donc, blog de fille pour poursuivre sur ce ton de petite dérision, dans ce sens de multiple, d’occupé de la totalité de la vie. Mes listes de journée, mes agendas en sont un exemple quasi parfait, la médecine, le jour, mes deux mandats, le PS s’en disputent chaque ligne. » (9 juillet, 2006)

  • 26 Sota X., « Gouvernement : Delaunay, un destin de ministre », Sud Ouest, 18/05/2012.

6Certes, les éléments identitaires mobilisés sont divers, telle la carrière médicale au cours de laquelle M. Delaunay a été amenée à occuper le poste de chef de l’unité de dermatologie – cancérologie du CHU bordelais26. Mais les qualités qu’elle se reconnaît – la capacité à accomplir simultanément de multiples tâches mais aussi la légèreté – sont présentées comme des qualités de « filles » ou de « femmes », et c’est avant tout aux femmes qu’elle entend s’adresser ici afin d’ouvrir un espace d’expression et de représentation en tout point opposé à la pratique du principal adversaire du Parti socialiste lors de l’élection municipale anticipée du 8 octobre 2006, A. Juppé, alors de retour dans la vie politique française :

« Pourquoi aussi parler spécialement aux femmes à l’occasion de cette élection municipale particulière que nous sommes en train de vivre ? Sans doute l’ai-je déjà exprimé dans ce blog : à cause de leur vie multiple, de leur conscience particulière du temps (et en général du manque de temps !), les femmes ont un solide sens de la hiérarchie des valeurs. Je crois qu’elles sont porteuses de l’exigence d’une pratique politique nouvelle, plus simple, plus directement en prise avec les citoyens, plus rigoureuse aussi. Tout le contraire de ce que nous venons de vivre avec le choix monarchique d’Alain Juppé de dissoudre son conseil et de convoquer les électeurs aux urnes pour son seul intérêt. » (6 octobre 2006)

  • 27 Sineau M., Des femmes en politique, op. cit.

7Ainsi, contrairement aux femmes pionnières en politique27, M. Delaunay revendique haut et fort son genre. Bien plus, elle n’hésite pas à valoriser certains attributs corporels de la féminité alors même que ces attributs, généralement recherchés chez les nouvelles entrantes de la parité, sont de ceux qui ont toutes les chances de devenir des stigmates au fur-et-à-mesure que les actrices s’approchent des postes de pouvoir.

8Le 28 septembre 2008, suite à la « soirée de la fraternité » organisée par S. Royal au Zénith de Paris, M. Delaunay commente :

« Je n’ai [...] vu d’elle que les images, fort belles, d’une femme radieuse, détendue, avec une gestuelle tantôt de femme dans la vie normale, tantôt de petite fille (les mains sur les hanches, dessinant de grands ronds dans le ciel...) Ce visage radieux de la politique ne va pas plaire à tout le monde. Gageons que les grincheux, les acariâtres, les mal-dans-leur-peau vont ronchonner dans leur barbe. Je ne parle pas de barbe par hasard. Gageons encore que ces grincheux seront d’abord masculins. Trop belle, trop légère, trop jeune pour eux, ce qu’ils traduiront par trop belle (légère, jeune) pour la politique. » (28 septembre 2008)

  • 28 Bard C., « Performances de genre : images croisées de Michèle Alliot-Marie et de Roselyne Bachelot  (...)
  • 29 Paoletti M., « Porte-parole dans la campagne présidentielle : incarner son genre avec classe », Gen (...)

9Rares sont les fois où M. Delaunay s’aventure à mélanger les genres féminin/masculin comme le font par exemple Michèle Alliot-Marie, Roselyne Bachelot28, ou encore les femmes porte-parole de la campagne présidentielle de 201229. Quand elle recourt à ce mélange, comme dans le portrait suivant de S. Royal, c’est presque en excusant son audace pour ce « brin » de féminisme.

10Le 20 septembre 2009, la députée bordelaise titre « Ségolène, une femme qui en a ». Elle explique : « Je sais, c’est un peu familier, ou du moins ça le laisse imaginer. La symbolique qui assimile le courage à la virilité a pourtant le mérite d’être simple et plus encore d’être universelle. Appliquée aux femmes, elle ne manque pas en plus d’un brin de militantisme féministe qui n’est jamais à dédaigner. “Jamais subir, jamais faiblir”, Ségolène partage ces deux éminentes qualités avec un certain nombre de femmes politiques. »

  • 30 Sineau M., Des femmes en politique, op. cit.
  • 31 On rejoint ici l’hypothèse de Guionnet C., « Fluctuation et légitimation des ressources politiques (...)

11Dans un univers de pratiques où le masculin reste la norme, cette valorisation des qualités des femmes pour l’exercice du métier politique pourrait sembler risquée, à tout le moins peu stratégique. Mais, outre que l’âge de M. Delaunay – 54 ans lorsqu’elle entre en politique – limite les risques de stigmatisation en raison du genre30, elle s’inscrit dans un travail de légitimation de son droit à parler au nom des autres en masquant toute la distance sociale qui est au principe de son succès rapide en politique au profit de ce qu’elle suppose avoir de commun avec les autres femmes. On ne comprendrait pas en effet cette représentation genrée (i. e. sexuée et sexuante) sans la rapporter aux propriétés sociales qui font de M. Delaunay une femme pas tout à fait comme les autres. Si cette féminité peut s’inscrire dans le cadre d’une trajectoire politique ascendante, c’est bien parce que cette femme dispose par ailleurs d’un ensemble de capitaux sociaux et politiques particulièrement légitimes31.

  • 32 Bourdieu P., La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de minuit, 1979.
  • 33 Lagroye J., Société et politique. Jacques Chaban-Delmas à Bordeaux, Paris, Pedone, 1973.
  • 34 Abélès M., Anthropologie de l’État, Paris, Armand Colin, 1990, p. 103.
  • 35 Lagroye J, Société et politique..., op. cit.
  • 36 « En figure de proue, le père, Gabriel. Préfet d’un autre temps. Avant la décentralisation. Entre (...)
  • 37 Laage D. de, « Le patrimoine de la ministre Michèle Delaunay s’élève à 5,4 millions d’Euros », Sud (...)

12Ici comme ailleurs, la rupture limitée et momentanée des rapports de distance a d’autant plus de chances de fonctionner comme une double source de profits – « de conformité » et « de distinction32 » – essentielle à l’exercice du rôle de représentant-e, et ce sans risque de se voir accoler un stigmate d’incompétence politique, que l’agent-e recourant à cette stratégie est doté-e de propriétés valorisées. En plus des capitaux culturel et professionnel susmentionnés, M. Delaunay bénéficie encore d’un capital politique hérité. Elle est la fille de Gabriel Delaunay, ancien résistant et préfet de la Gironde de 1958 à 1972. Il fut à ce titre un partenaire privilégié et reconnu de Jacques Chaban-Delmas33. Ce « patrimoine politique » assure à M. Delaunay « la mémoire des positions politiques » et des traits idéologiques associés à un ascendant34. C’est en raison de cette filiation que l’entrée et la réussite en politique de M. Delaunay sont rétrospectivement expliquées : comme J. Chaban-Delmas35 M. Delaunay se voit attribuer des qualités de rassemblement et de rénovation36. Par ailleurs, suite à la dite « affaire Cahuzac », en tant que membre du gouvernement, M. Delaunay a dû présenter publiquement une déclaration de patrimoine. Ce dernier s’élève à 5,4 millions d’euros, ce qui fait d’elle la deuxième ministre en exercice la plus fortunée37. Enfin, elle n’a pas d’enfants. Mis à part les soins à apporter à des parents âgés, elle a donc toutes les chances d’avoir été en grande partie dégagée des tâches domestiques les plus accaparantes. Pourtant, ce sont bien les attributs domestiques de la féminité que M. Delaunay, à l’instar de bien d’autres femmes, met en scène dans ses premiers billets :

« Juste un point d’ordonnancement de ce blog après tout un [samedi] après-midi occupé des “choses de la vie”. On appelait cela autrefois “jouer son rôle de maîtresse de maison” ou simplement de femme “qui tient sa maison”. Je pense que c’est tout autant un rôle de “servante” que de “maîtresse” de maison, et pour autant aussi, que c’est un rôle que j’aime bien et dont je suis très privée dans la densité de mon quotidien. Aller à IKEA pour chercher des objets qui aident à vivre, qui sont jolis, que nous sommes quelques millions sur terre à partager, c’est plutôt sympa ! » (14 octobre 2006)

13Cette représentation genrée participe également d’un travail de construction de sa position politique. Comme on l’a vu, elle définit sa pratique d’élue avant tout par opposition aux pratiques masculines de la politique. Affirmer son genre féminin permet ainsi de stigmatiser son principal rival bordelais – A. Juppé – et plus largement le personnel politique traditionnel, cela au profit d’une « nouvelle » façon de faire de la politique – à la fois plus simple, concrète et désintéressée – qu’elle entend incarner. Si les hommes sont particulièrement visés, ils n’ont toutefois pas l’exclusivité de ses critiques. Les vertus féminines qu’elle valorise sont de fait également articulées à un travail de di-vision des femmes en politique : les femmes socialistes d’un côté, celles appartenant à la droite parlementaire de l’autre. Dans le film documentaire (Elle s’appelle Michèle Delaunay, 2007) accompagnant l’ouvrage élaboré à partir de son blog, M. Delaunay déclare ainsi :

« Je dois dire, tout à fait en faveur du Parti socialiste, que les femmes du Parti socialiste, souvent nouvelles élues, arrivent, et disent “mais c’est merveilleux, tout le monde est aimable, merci, je vous remercie”. Vraiment, on trouve là des jeunes femmes très prévenantes, en particulier vers le personnel de l’Assemblée, qui est d’une courtoisie remarquable. Alors que l’élu “e” UMP arrive en disant : “mais c’est un scandale, je n’ai pas déjà mon téléphone, mais enfin, Messieurs, je ne pensais pas que c’était cela”. Donc vous avez vraiment une ligne de fracture assez importante. Vous vous doutez que je caricature un peu et qu’il y a certainement quelques élues UMP tout à fait charmantes, gaies, et dynamiques, ô combien ! Mais c’est vrai que la tonalité de base, d’abord, parce que les élues UMP qui sont là sont plus chevronnées, j’allais dire plus thatchériennes à la fois dans leur mise, dans leur allure, que nous le sommes. »

  • 38 Ledoux C., « Care », in Achin C. et Bereni L. (dir.), Dictionnaire genre & science politique, Paris (...)
  • 39 Bard C., « Performances de genre... », art. cit.

14Plus qu’au rejet des hommes, c’est donc à la définition d’une (bonne) ligne de conduite que participe cette mobilisation du genre. De fait, c’est moins l’alignement de certaines femmes politiques « chevronnées » ou de droite sur des comportements « masculins » qu’elle dénonce que les dangers de la professionnalisation politique et, au-delà, un certain type de rapport au mandat et à la délégation politique. M. Delaunay défend ainsi une conception de la représentation politique fondée sur l’attention et le soin aux autres, autrement dit sur une éthique du care38. Sur son blog, elle s’en prend tout particulièrement à Rachida Dati, incarnation de « la percée du glamour » en politique39 dont elle dénonce tout à la fois la féminité dénaturée et ostentatoire, l’individualisme et le narcissisme forcenés, ou encore les abus de pouvoir :

« La Ministre Rachida Dati, en gigantesques talons noirs, les joues sortant d’un très malencontreux “filling” qui dénature sa beauté aiguë, avait la responsabilité d’exprimer l’avis du gouvernement [au sujet de l’insertion du terme de parité dans le texte constitutionnel] : avis défavorable a-t-elle dit. Parité bien ordonnée, ne commence pas, mais se résume, à soi-même. [...] Rachida Dati est pour l’accès de Rachida Dati aux responsabilités. L’égal accès n’est pas son enjeu. » (3 avril 2008)

« [E]n trois mois, Mme Dati a consommé la moitié des frais de réception/représentation de son ministère. Oh, pas grand-chose, 100 000 euros, collants et frais de maquillage compris. En 2007, 270 000 euros, soit 30 % de plus que le budget alloué pour les six mois d’exercice. » (28 mai 2008)

  • 40 Braud R, Le Suffrage universel contre la démocratie, Paris, PUF, 1980, p. 202.

15Cette conception de la représentation politique, selon laquelle représenter c’est servir plus que se servir, disparaître plutôt que paraître, n’a bien sûr rien d’inédit et n’est pas propre aux femmes. Elle fait par exemple écho aux discours des candidats des années 1970 qui mettaient en avant leur « seul désir de servir » et leur capacité « à s’effacer...40 ». En revanche, le fait qu’elle soit associée aux femmes et au féminin témoigne malgré tout d’évolutions dans l’économie symbolique de la représentation politique. Depuis ces mêmes années 1970, la représentation de la cause des femmes en politique est aussi devenue plus légitime.

Une représentation de la cause des femmes représentative du féminisme autorisé en politique

  • 41 Achin C. et al., Sexes, genre et politique, op. cit.
  • 42 Dulong D. et Matonti F., « Comment devenir un(e) profesionnel(le) de la politique ? L’apprentissage (...)
  • 43 Dans les municipalités, les postes d’adjoint-e-s en charge des personnes âgées sont quasi-exclusiv (...)

16Loin d’avoir bouleversé l’ordre sexué du monde social, la réforme paritaire reconduit la division du travail politique entre les hommes et les femmes au sein des assemblées représentatives41. La rationalisation du travail de délibération, via sa division en commissions, enjoint en effet les représentants-es à se spécialiser dans leurs domaines de compétence42, c’est-à-dire en fonction des expériences antérieures à l’entrée en politique. Suivant cette logique dominante, M. Delaunay s’est donc retrouvée membre de la commission des affaires culturelles, familiales et sociales, puis membre de la commission des affaires sociales à l’Assemblée nationale. Elle a également été Vice-présidente du groupe socialiste de l’Assemblée nationale en charge de la politique de l’âge. Dès son mandat de députée, cette femme politique s’est donc spécialisée sur les problèmes liés à la dépendance et à l’avancée en âge, problèmes généralement dévolus aux femmes43 mais qui se situent également ici dans le prolongement de son expérience de médecin. C’est ainsi qu’à l’Assemblée nationale, elle a particulièrement été active dans les domaines concernant la santé (au sens large) en intervenant sur le financement de la sécurité sociale, l’hôpital public, les études et professions médicales, les addictions (tabac, toxicomanie, jeux d’argent), les affections particulières (cancers et maladie d’Alzheimer), l’accompagnement de fin de vie, la bioéthique, etc.

  • 44 Achin C. et al., Sexes, genre et politique, op. cit.

17M. Delaunay est aussi intervenue à l’occasion de la discussion des articles de la proposition de loi « tendant à lutter contre la précarité professionnelle des femmes ». Mais cette prise de parole est restée assez isolée. Car à l’instar des autres femmes élues à la faveur de la réforme paritaire, M. Delaunay ne valorise pas sa capacité à représenter « les femmes » en particulier et préfère défendre les « minorités » en général44. Dans le cadre de cette action en faveur des populations vulnérables et médicalisées, elle s’est particulièrement investie dans la question du changement d’État civil des personnes trans’, question notamment marquée par la place qu’y tiennent les protocoles médicaux. Elle a présidé le « groupe d’étude parlementaire sur l’identité de genre » et a, à ce titre, organisé un colloque sur les « Questions juridiques et sociales posées en France par les parcours de changement de sexe », ce qu’elle mentionne sur son blog (2 novembre 2009). Le 16 décembre 2011, elle est en tête des signataires d’une tribune (Genre : derrière la théorie des vies et des injustices) parue dans le journal Le Monde en réaction aux attaques de parlementaires UMP à l’encontre de la dite « théorie du genre », le terme « identité de genre » employé par les signataires désignant avant tout la question trans’. Et quelques jours plus tard, le 22 décembre 2011, elle déposera une « Proposition de loi visant à la simplification de la procédure de changement de la mention du sexe dans l’État civil » qui a notamment pour objet de supprimer l’obligation de passage par des traitements chirurgicaux et hormonaux.

  • 45 Bard C., Le Féminisme au-delà des idées reçues, Paris, Le Cavalier bleu, 2012, p. 269.
  • 46 Ibid.

18Néanmoins, le blog de cette élue mentionne régulièrement ses actions politiques en faveur des femmes. Elle y rappelle par exemple qu’elle a créé en 2001 – l’année de son entrée en politique – l’association féminicité qui a pour objet « de promouvoir et d’illustrer la place de la femme dans la Cité » et « s’illustre » encore « dans les grands enjeux de société où les femmes ont une expertise particulière ». À plusieurs reprises, M. Delaunay se dit également féministe. Mais le féminisme dont elle se revendique est loin d’être radical. Il s’inscrit d’abord dans la mouvance différencialiste – en tant qu’il « se fonde sur la différence des sexes » et qu’il « fait l’éloge de la féminité45 ». Cette élue dit ainsi défendre « [l]e féminisme, le vrai : mieux vaut brûler son soutien-gorge qu’un paquet de clopes » (12 juillet 2011). Sous une apparence de radicalité, elle reprend en fait une image des luttes féministes relevant du mythe46. Son féminisme se définit comme un prolongement de la féminité. Ainsi, elle distingue « la féminité, le féminisme (la même chose, revendiquée politiquement) », mais aussi « la féminiCité (la place des femmes dans la Cité, l’équivalent public de la féminité qui appartient au monde privé) » ou, encore, « la féminitude, c’est-à-dire l’un et l’autre, avec le droit de s’en enorgueillir et, en même temps, d’avoir envie de le déposer comme un paquet en rentrant à la maison » (21 avril 2008).

  • 47 Dulong D. et Matonti R, « L’indépassable “féminité”. La mise en récit des femmes en campagne », in (...)
  • 48 Ibid.

19C’est ensuite un « féminisme apprivoisé47 » qui déplace son attention sur des causes socialement et géographiquement lointaines. Michèle Delaunay se préoccupe ainsi surtout du sort fait aux femmes d’autres milieux sociaux que le sien. Dans un billet intitulé Le féminisme n’est pas mort, elle déplore « la guerre qui est faite dans les quartiers, dans certains établissements, aux filles qui s’aventurent à porter une jupe » tout en considérant qu’« [u]n adolescent, partout dans le monde, est un adolescent et [que donc] des tenues provocantes de la part des filles méritent quelques explications de la part des enseignants ». Elle conclut en considérant que « [s]i UNE PART du chemin de l’égalité des sexes a été faite pour les femmes socialement et culturellement favorisées, partout on constate que dans les milieux socialement plus fragiles une aggravation des ségrégations et des contraintes à l’égard des filles et des femmes » (12 septembre 2010). Elle est encore sensible à la situation des femmes à l’étranger. Pour elle, si « [1] e féminisme a encore de beaux jours devant lui. Ses priorités ont à [s]on avis changé du moins dans nos pays occidentaux et elles se sont déplacées sur les questions sociales et culturelles mais aussi hors de nos frontières » (8 mars 2012). En tant que coordinatrice française du réseau de lutte contre le SIDA, elle participe ainsi à l’Assemblée parlementaire de la francophonie (25-27 mai 2012, Cambodge) dont les travaux portent notamment sur la prévalence du SIDA chez les femmes des pays Sud. Cette participation est pour M. Delaunay l’occasion de réaffirmer son engagement pour la représentation politique des femmes car « la parité dans l’état sérologique ne sera combattue que par la parité politique » (5 juin 2011). Ce féminisme apprivoisé passe encore par le refus d’afficher « un discours anti-hommes48 ». Dans un billet intitulé Pourquoi les femmes sont si formidables et consacré aux observations des différentes manières de vivre l’avancée en âge que son rôle de ministre lui a donné l’occasion de mener, M. Delaunay écrit :

« On dit souvent que les femmes vivent plus longtemps que les hommes parce qu’elles échappent à un certain nombre de périls, préférentiellement masculins : accidents du travail lourds, alcool, tabac, rixes diverses et autres délits dont il n’est pas question pour moi de faire la liste exhaustive qui me ferait passer non pour une féministe – que je suis – mais pour une masculinophobe – que je ne suis pas. Cette explication est vraie. En partie. » En effet, elle tient encore pour facteur explicatif de cette longévité la capacité des femmes à prendre soin d’elles. Elle conclut : « Ma connaissance de l’âge [...], me fait chaque jour davantage apprécier les femmes. Que les hommes me pardonnent, je ne les aime pas moins pour autant. » (9 août 2012)

20Mais c’est surtout à l’occasion de l’« affaire DSK » que l’apprivoisement de ce féminisme par les règles du jeu politique se révèle. Quinze jours après l’arrestation du putatif présidentiable socialiste, la députée titre ironiquement « Machisme en politique : point ne suffit de dénoncer, il faut agir ! » (1er juin 2011) et se moque alors de la guerre des sexes que certaines associations chercheraient à réactiver suite aux accusations portées contre le directeur du FMI. Prenant ouvertement ses distances avec les discours véhiculés par des féministes plus radicales, elle s’interroge notamment sur le rôle joué par la présidence de la République dans cette affaire :

« C’est un grand soulagement de savoir, ce soir, Dominique Strauss-Kahn libre sur parole. Pour lui-même d’abord et parce que cela implique que les charges pesant sur lui ont changé d’ordre de gravité. La procédure se poursuit et l’inculpation n’est pas levée ; plus que jamais, toute la vérité doit être faite. Des questions s’ajoutent à toutes celles que nous affrontons depuis le 15 mai. Les Français, au premier chef, sont en droit d’exiger que réponse leur soit apportée. Je pose l’une d’elles, qui prend aujourd’hui une singulière acuité. À quel moment précis l’Élysée a-t-il eu connaissance des faits reprochés à DSK ? » (1er juillet 2011)

« Dès la révélation de l’affaire DSK, j’évoquais sur les ondes de France bleue [...], la possibilité d’une machination ou pour le moins d’une “facilitation”. [...] [L]’arrestation d’un homme que l’on décrivait comme “un des plus puissants du monde” ne p[eu]t avoir eu lieu sans que les plus hautes autorités de l’État français n’en aient été, avant nous-mêmes, informées. » (4 juillet 2011)

  • 49 Delphy C. (dir.), Un troussage de domestique, Paris, Syllepse, 2011.

21Bien que féministe proclamée, M. Delaunay ne mentionne ni la présumée victime ni la question des agressions sexuelles. Au-delà de fonctionner comme un « révélateur » de la conception des rapports de sexe des « élites » de la société française49, cette « affaire DSK » montre que les usages du genre en politique restent subordonnés aux logiques de différenciation proprement politiques, c’est-à-dire, ici, celles des rivalités entre partis politiques exacerbées par l’échéance présidentielle à venir.

  • 50 Bourdieu P., La Domination masculine, Paris, Le Seuil, coll. « Points », 2002.
  • 51 Le Bart C. et Lefebvre R. (dir.), La Proximité en politique. Usages, rhétoriques, pratiques, Rennes (...)

22La réforme paritaire et son association – à la fois intermittente et itérative – à une certaine valorisation des qualités féminines en politique est loin d’induire mécaniquement la possibilité de mobilisation d’un féminisme subvertissant les rapports de genre et les logiques du champ politique. L’hypothèse de la censure des revendications les plus féministes dans le cadre d’un jeu politique réglé par la contrainte paritaire est donc ici validée. De plus, cette valorisation des attributs féminins reste fort limitée. La féminité mobilisée par M. Delaunay est des plus conventionnelles et, comme son féminisme, elle s’inscrit dans une représentation différentialiste des sexes. Les principes de division politiques qu’elle manifeste (professionnels/profanes, établis/nouveaux entrants, droite/gauche) recoupent des oppositions symboliques de genre particulièrement institutionnalisées50. Par là, M. Delaunay manifeste cette proximité51 avec les profanes si valorisée par les professionnels et surtout les outsiders du champ politique. Si les masculinités participent toujours à la définition des normes du champ politique, leur valeur positive ne va donc plus de soi, comme la valeur négative des féminités n’est plus systématique. Sans que la domination masculine en politique soit fondamentalement remise en cause, les masculinités politiques peuvent être la cible d’opérations de stigmatisation provenant d’entreprises politiques féminines.

  • 52 Scott J., « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », Les Cahiers du GRIF, no 37-38, 1988 (...)
  • 53 Ibid.
  • 54 Ibid., p. 141
  • 55 Dulong D., « Genre de rôle et drôles de genre. Édith Cresson Premier ministre ou le mauvais genre e (...)
  • 56 Bourdieu P., « Le langage autorisé. Note sur les conditions sociales d’efficacité du discours ritue (...)
  • 57 Ibid., p. 183.

23Le genre exerce donc bien cette « fonction de légitimation » par laquelle il construit la politique en même temps qu’il est construit par elle52. C’est pour cela qu’il est un registre identitaire potentiellement utile au travail de représentation politique et que la connaissance pratique des règles de conversion des féminités et du féminisme en politique n’est pas à négliger. Pour Joan Scott, le genre est un langage « utilisé [...] par la théorie politique [...] pour exprimer les rapports entre gouvernants et gouvernés53 ». Cette « façon première de signifier des rapports de pouvoir54 » est encore un langage de la pratique politique55. Mais il convient de préciser qu’il s’agit alors d’un langage autorisé·. « il doit être prononcé par la personne légitimée à le prononcer, le détenteur du skeptron, connu et reconnu comme habilité et habile à produire cette classe particulière de discours [...] ; il doit être prononcé dans une situation légitime, c’est-à-dire devant les récepteurs légitimes (on ne peut pas lire une poésie dadaïste à une réunion du conseil des ministres) ; il doit enfin être énoncé dans les formes [...] légitimes56 ». Ainsi, la féminité – et le féminisme qui peut l’accompagner – doit être exprimée par des agents dotés des propriétés sociales et politiques qui définissent l’éligibilité et le statut de déléguée, avec l’habileté qui permet l’adoption des bonnes formes (féminité conventionnelle voire domestique, mélange avec des ressources politiques nobles, féminisme apprivoisé, etc.) et dans des situations précises (dans les interactions avec les profanes – comme sur un blog – et non pas dans les rapports entre professionnel-le-s de la politique). Ces différentes propriétés du genre comme langage politique autorisé sont à rattacher au fait que « [1]e pouvoir des paroles n’est [pas] autre chose que le pouvoir délégué du porte-parole57 ». Le genre légitime et légitimant en politique ne peut donc être compris sans la prise en compte des mécanismes de représentation politique qu’il contribue plus à révéler et à reproduire qu’à transformer.

Notes

1 Bereni L., « Du MLF au Mouvement pour la parité. La genèse d’une nouvelle cause dans l’espace de la cause des femmes », Politix, no 78, 2007, p. 108.

2 Bereni L. et Révillard A., « Des quotas à la parité : “féminisme d’État” et représentation politique (1974-2007) », Genèses, no 67, 2007, p. 5-23.

3 Bereni L. et Lépinard É., « “Les femmes ne sont pas une catégorie”. Les stratégies de légitimation de la parité en France », Revue française de science politique, vol. 54, no 1, 2004, p. 73.

4 Ibid., p. 85.

5 Achin G, « “Représentation miroir” vs parité. Les débats parlementaires relatifs à la parité revus à la lumière des théories politiques de la représentation », Droit et société, no 47, 2001, p. 255.

6 Sineau M., Des femmes en politique, Paris, Economica, 1988.

7 Achin C. et al., Sexes, genre et politique, Paris, Economica, 2007.

8 Achin C. et Paoletti M., « Le “salto” du stigmate. Genre et construction des listes aux municipales de 2001 », Politix, no 60, 2002, p. 33-54.

9 Dulong D. et Lévêque S., « Une ressource contingente. Les conditions de reconversion du genre en ressource politique », Politix, no 60, 2002, p. 81-111 ; Paoletti M., « Utiliser le genre comme variable distinctive : un fugace enchantement », Questions de communication, no 7, 2005, p. 59-72.

10 Dulong D. et Lévêque S., « Une ressource contingente... », art. cit. ; Paoletti M., « L’usage stratégique du genre en campagne électorale. Éléments d’observation participante », Travail, genre et sociétés, no 11, 2004, p. 123-141.

11 Lévêque S., « La féminité “dépassée” ? Usages et non-usages du genre dans les professions de foi des candidat(e)s parisien(ne)s aux élections législatives de 2002 », Revue française de science politique, vol. 55, no 3, 2005, p. 501-520.

12 Achin C. et Dorlin E., « Nicolas Sarkozy ou la masculinité mascarade du Président », Raisons politiques, no 31, 2008, p. 19-45.

13 Achin C. et Lévêque S., « “L’une chante, l’autre pas”. La parité aux élections municipales de 2001 et 2008 », in Agrikoliansky E. et al. (dir.), Paris en campagne. Les élections municipales de mars 2008 dans deux arrondissements parisiens, Paris, Editions du croquant, 2011, p. 243-262.

14 Achin C. et al., Sexes, genre et politique, op. cit.

15 Neveu N., « Ni tout à fait semblables ni vraiment différentes. Les (non) usages du genre par les candidates en campagne dans le 10e arrondissement », in Agrikoliansky É. et al., (dir.)., Paris en campagne..., op. cit., p. 285-304.

16 Guionnet C., « Fluctuation et légitimation des ressources politiques : ce que nous apprennent les études sur le genre », in Gateau M. et al. (dir.), Quoi de neuf depuis la parité ? Du genre dans la construction des rôles politiques, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2013, p. 19-37.

17 Achin C. et Lévêque S., « “L’une chante, l’autre pas”... », art. cit.

18 Le Bart C., L’Ego-politique. Essai sur individualisation du champ politique, Paris, Armand Colin, 2013.

19 Pêne S., « Bloguer la politique », Communication et langages, no 151, 2007, p. 73-89.

20 Ce blog fait partie des quatre blogs politiques sélectionnés en 2009 par les services de la Secrétaire d’État chargée de la prospective et du développement de l’économie numérique – Nathalie Kosciusko-Morizet – pour servir d’exemple dans le cadre des formations offertes aux élu-e-s souhaitant améliorer leur gestion des nouveaux outils de communication.

21 Achin C. et Lévêque S., Femmes en politique, Paris, La Découverte, 2006.

22 Au 16 janvier 2014, l’entrée du mot-clef « femme » renvoie vers 295 des 2262 billets qui composent ce blog. En comparaison, le mot-clef « économie » ne renvoie que vers 142 d’entre eux. De manière générale, les blogs politiques constituent des outils de communication politique permettant de construire des identités de genre distinctives telles des masculinités politiques adaptées au rôle de présidentiable (Théviot A., « Des sites de campagnes “masculins” ? Analyse comparative de l’expression en ligne des masculinités de F. Hollande et N. Sarkozy », Revue française des sciences de l’information et de la communication, no 4, 2014).

23 Leca J., « Représentation », in Duhamel O. et Mény Y., dirs., Dictionnaire de droit constitutionnel, Paris, PUF, 1992, p. 914-917.

24 Je tiens à remercier Fanny Bugnon et Anaïs Théviot pour leurs relectures ainsi que Delphine Dulong pour son aide précieuse dans le travail d’écriture de cette contribution.

25 La Ronde droite dans la collection NRF de Gallimard (1974) et L’Ambiguïté est le dernier plaisir chez Actes Sud (1987).

26 Sota X., « Gouvernement : Delaunay, un destin de ministre », Sud Ouest, 18/05/2012.

27 Sineau M., Des femmes en politique, op. cit.

28 Bard C., « Performances de genre : images croisées de Michèle Alliot-Marie et de Roselyne Bachelot », Histoire@politique, no 17, 2012.

29 Paoletti M., « Porte-parole dans la campagne présidentielle : incarner son genre avec classe », Genre, sexualité & société, Hors-série no 2.

30 Sineau M., Des femmes en politique, op. cit.

31 On rejoint ici l’hypothèse de Guionnet C., « Fluctuation et légitimation des ressources politiques... », art. cit.

32 Bourdieu P., La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de minuit, 1979.

33 Lagroye J., Société et politique. Jacques Chaban-Delmas à Bordeaux, Paris, Pedone, 1973.

34 Abélès M., Anthropologie de l’État, Paris, Armand Colin, 1990, p. 103.

35 Lagroye J, Société et politique..., op. cit.

36 « En figure de proue, le père, Gabriel. Préfet d’un autre temps. Avant la décentralisation. Entre 1958 et 1972, ce radical-socialiste avait accompagné Chaban dans tous les grands projets bordelais. La “petite” était aux premières loges. “Le pétrole de Michèle, c’est son père. Elle est entrée en politique parce qu’elle lui devait de faire vivre leur engagement politique”, explique Gilles Savary. C’est lui qui est allé la chercher en 2001 pour en faire la numéro deux de la liste socialiste aux municipales de Bordeaux. À 54 ans, Michèle Delaunay était encore novice [...] “Désormais, dans notre famille, rien ne se fera à Bordeaux sans Michèle Delaunay”, analyse Gilles Savary. “Si, à l’époque, je l’ai choisie c’est parce que je pensais qu’elle était meilleure que moi. Je me disais que si les gens ne votaient pas pour notre famille, ils voteraient en tout cas pour une Delaunay. J’en ai la confirmation aujourd’hui.” De fait lors de la législative de 2007, une partie de la vieille garde chabaniste vote pour elle. Voilà l’équation Delaunay : des racines qui puisent aux tréfonds d’une ville de réseaux. Et un discours, des engagements qui correspondent aux aspirations d’une nouvelle sociologie de la ville. » (Sota X., « Gouvernement : Delaunay, un destin de ministre », Sud Ouest, 18/05/2012.)

37 Laage D. de, « Le patrimoine de la ministre Michèle Delaunay s’élève à 5,4 millions d’Euros », Sud Ouest, 15/04/2013.

38 Ledoux C., « Care », in Achin C. et Bereni L. (dir.), Dictionnaire genre & science politique, Paris, Presses de Sciences Po, 2013, p. 79-89. M. Delaunay peut par ailleurs discuter cette notion de théorie féministe sur son blog (« “Care” ou “reward”, “bien être” ou “être” ? », 20 avril 2010).

39 Bard C., « Performances de genre... », art. cit.

40 Braud R, Le Suffrage universel contre la démocratie, Paris, PUF, 1980, p. 202.

41 Achin C. et al., Sexes, genre et politique, op. cit.

42 Dulong D. et Matonti F., « Comment devenir un(e) profesionnel(le) de la politique ? L’apprentissage des rôles au Conseil régional d’Ile-de-France », Sociétés et représentations, no 24, 2007, p. 251-267.

43 Dans les municipalités, les postes d’adjoint-e-s en charge des personnes âgées sont quasi-exclusivement occupés par des femmes. Cf. Navarre M., Des carrières politiques sous contraintes de genre. Le cas des élues de Bourgogne, thèse de sociologie, direction Jean-Pierre Sylvestre, université de Bourgogne, 2013.

44 Achin C. et al., Sexes, genre et politique, op. cit.

45 Bard C., Le Féminisme au-delà des idées reçues, Paris, Le Cavalier bleu, 2012, p. 269.

46 Ibid.

47 Dulong D. et Matonti R, « L’indépassable “féminité”. La mise en récit des femmes en campagne », in Lagroye J. et al. (dir.), Mobilisations électorales. Le cas des élections municipales de 2001, Paris, PUF, 2005, p. 281-303.

48 Ibid.

49 Delphy C. (dir.), Un troussage de domestique, Paris, Syllepse, 2011.

50 Bourdieu P., La Domination masculine, Paris, Le Seuil, coll. « Points », 2002.

51 Le Bart C. et Lefebvre R. (dir.), La Proximité en politique. Usages, rhétoriques, pratiques, Rennes, PUR, 2005.

52 Scott J., « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », Les Cahiers du GRIF, no 37-38, 1988, p. 144.

53 Ibid.

54 Ibid., p. 141

55 Dulong D., « Genre de rôle et drôles de genre. Édith Cresson Premier ministre ou le mauvais genre en politique », in Gateau M. et al., Quoi de neuf depuis la parité..., op. cit., p. 67.

56 Bourdieu P., « Le langage autorisé. Note sur les conditions sociales d’efficacité du discours rituel », Actes de la recherche en sciences sociales, no 5-6, 1975, p. 187.

57 Ibid., p. 183.

Auteur

Université de La Rochelle, C. E. Durkheim

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540