Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiques de la représentation politique

 | 
Alice Mazeaud

Première partie. La « représentativité » de l'élu : discours et pratiques

Le travail de la représentation : registres, paradoxes et limites

Loïc Blondiaux

Texte intégral

  • 1 Pitkin H., The Concept of Representation, Berkeley, University of California Press, 1967.
  • 2 Cf par exemple Manin B., Principes du gouvernement représentatif Paris, Calmann-Lévy, 1995 ; Urbin (...)
  • 3 Cf. par exemple Mansbridge J., « Rethinking Representation », American Political Science Review, v (...)
  • 4 Cf. par exemple Phillips A., The Politics of Presence, Oxford, Clarendon Press, 1995 ; Williams M. (...)
  • 5 Young I. M., Inclusion and Democracy, Oxford, Oxford University Press, 2000 ; Hayat S., « La représ (...)
  • 6 Urbinati N., et Warren Μ. E., « The Concept of Representation in Contemporary Democratic Theory », (...)
  • 7 Cf. par exemple Best H. et Cotta M., (ed.), Parliamentary Representatives in Europe 1848-2000. Leg (...)
  • 8 Walke J. C., Eulau H. et Buchanan W., The Legislative System: Explorations in Legislative Behaviour(...)

1Le renouveau des réflexions sur la représentation politique dans la théorie politique de ces vingt dernières années a amené à repenser une question qui semblait avoir été balisée une fois pour toutes par l’ouvrage pionnier d’Hanna Pitkin en 1967, lequel fût notamment on le sait le premier à clarifier la distinction séminale entre représentation-figuration (le représentant stands for) et représentation-délégation (le représentant acts for), toujours opératoire aujourd’hui1. Qu’il s’agisse de repenser l’histoire du gouvernement représentatif2, la diversité des significations du concept de représentation3, la représentation des groupes marginalisés4, l’articulation entre représentation et participation5 ou la complexification des formes de la représentation contemporaine au-delà de l’élection6, la théorie politique contemporaine a aujourd’hui considérablement élargi le spectre des questions et le volume des questions associés à l’idée de représentation politique. Le renouveau du questionnement semble pour l’heure moins clair en sociologie politique. S’il existe en Europe une tradition vivace de travaux sur la sociographie des représentants7 et un courant de recherches international qui continue d’interroger empiriquement, à la suite des travaux de Wahlke et Eulau, le lien entre les comportements des représentants et l’attitude des représentés8, la question de la représentation y est rarement abordée comme une question centrale.

  • 9 Bourdieu R, « La représentation politique, éléments pour une théorie du champ politique », Actes de (...)
  • 10 Lagroye J., « Être du métier », Politix, vol. 7 (28), 1994, p. 5-15.
  • 11 Tremblay M., « Représentation », in C. Achin et L. Bereni (dirs.), Dictionnaire Genre et science po (...)
  • 12 Grepo, Groupe de Recherches sur la Représentation Politique, AFSP, [http://www.afsp.info/gp/grepo.h (...)
  • 13 Gohler G., « Political representation-Reconsidered », in P. Diehll et A. Escudier (dir.), La Représ (...)
  • 14 Disch L., « Towards a Mobilization Conception of Democratic Representation », American Political Sc (...)

2En France, en particulier, depuis les apports fondamentaux de Pierre Bourdieu et Daniel Gaxie9, la question de la représentation n’apparaît pas comme un objet fédérateur en sociologie politique où rares sont les recherches qui offrent de dialoguer directement avec la théorie politique. Il est significatif par exemple que les nombreux travaux français sur le métier politique initiés par Jacques Lagroye ne fassent pas de la question de la représentation un thème central10 ou que les recherches sur le genre ne s’inscrivent pas clairement, à la différence de leurs homologues anglo-saxonnes dans les débats sur la représentation11. Cette absence, à l’origine d’un groupe de recherche récent fondé autour du même constat12, semble aujourd’hui être en mesure d’être comblée par des initiatives telles que celle du présent ouvrage. Il nous semble en particulier qu’un tel ensemble d’études de cas permet tout à la fois d’ouvrir un dialogue avec la théorie politique et d’illustrer en les interrogeant les transformations des différentes dimensions de la représentation que celle-ci cherche à distinguer. En ce qu’elles permettent d’étudier au plus près la représentation politique dans toutes ses dimensions symbolique13, descriptive, mobilisatrice14 et délégataire, toutes ces contributions renvoient aux catégories forgées par la théorie politique et contribuent à les préciser.

3Car c’est bien des mutations du travail de la représentation que traitent les cinq articles réunis dans cette première partie. Ils tentent d’analyser et de comprendre ce que sont et ce que font les représentants dans la France d’aujourd’hui, à différentes échelles de pouvoir (ministériel, parlementaire, local). Ils se différencient par leurs choix méthodologiques très différents (de l’observation à l’analyse de correspondances multiples) mais ont pour point commun de se situer du point de vue des représentants eux-mêmes, de leur activité et du sens qu’ils cherchent à lui donner. Certaines de ces recherches s’intéressent à la manière dont les élus parlent publiquement d’eux-mêmes, en se confiant à leur blog ou à un livre. D’autres les questionnent par entretien sur la conception qu’ils se font de leur action et tentent à partir de ces réponses et de l’étude de leurs comportements de construire des oppositions entre différentes catégories d’élus.

  • 15 Sur les usages intéressés de ce discours récurrent sur la « crise de la représentation », cf. Lacr (...)

4En s’intéressant à la manière dont les représentants conçoivent, assument et font évoluer leur rôle dans la France d’aujourd’hui, ces différentes contributions aident surtout à comprendre les transformations du gouvernement représentatif contemporain et à donner une réplique sociologique convaincante aux discours prophétiques sur la « crise de la représentation15 ». Il s’agit moins ici de s’interroger sur les origines, le bien-fondé ou les usages intéressés de ces discours par différents entrepreneurs de cause institutionnelle que d’analyser la manière dont les acteurs politiques y réagissent et ce faisant l’accréditent. Comment les élus tentent-ils de répondre aux multiples accusations portant sur leur déficit de représentativité, d’authenticité, d’empathie ? Comment s’accommodent-ils de leur perte d’influence sur la décision ? Comment envisagent-ils leur rôle dans un contexte de contestation de leur monopole de représentation du peuple ? Telles sont les questions transversales qui traversent cette partie.

5Mais ces articles nous montrent aussi à quel point tout discours traitant des « élus » ou des « représentants » en général est artificiel. Les stratégies d’adaptation qui leur sont offertes dans ce contexte de défiance et d’affaiblissement de leurs pouvoirs apparaissent conditionnées par leur origine sociale, leur mandat et le volume global de ressources politiques dont ils disposent. L’univers politique apparaît bien comme un univers hiérarchisé et fragmenté. Ce n’est pas l’un des moindres mérites de cet ouvrage que de nous aider à penser tout à la fois la grande diversité des registres de la représentation et à différencier les types de représentants en fonction de leur capacité plus ou moins grande à y recourir.

L’impératif de représentativité

  • 16 Voir sur ce point les remarques de Phelippeau E., « Crises de la représentation et transformations (...)
  • 17 Le Bart C., « Le savoir-faire politique comme bricolage », in Y. Poirmeur et P. Mazet (dir.), Le Mé (...)

6Ces études traitent toutes de l’évolution du contexte social, politique et culturel dans lequel s’effectue ce travail de la représentation et des changements que cela induit chez les représentants eux-mêmes, amenés à s’ajuster à ces transformations. L’une des forces du gouvernement représentatif, ainsi que l’a bien montré Bernard Manin est précisément sa capacité à se réformer en intégrant la critique. De multiples réformes et initiatives au cours de ces dernières années peuvent ainsi s’analyser comme des réponses à la critique externe et parfois interne au champ politique. La loi sur la parité, la limitation du cumul des mandats, la multiplication des dispositifs de « démocratie participative » apparaissent comme autant de pare-feu visant à conjurer cette crise de défiance et à satisfaire ceux qui, chez les professionnels de la politique ou dans le monde associatif portent ces réformes en instrumentalisant cet argument de crise16. Ces critiques induisent des réponses institutionnelles mais aussi individuelles de la part des élus. Comment, par l’écriture autobiographique, combler l’écart qui semble vous séparer de la population en apparaissant proche, empathique et authentique ? Comment jouer de sa féminité comme une arme dans un contexte où sous certaines conditions elle n’apparaît plus comme un stigmate ? Ces différents cas dessinent autant d’épreuves auxquelles les représentants sont confrontés individuellement et auxquelles ils répondent en bricolant avec les normes et les ressources à leur disposition17.

  • 18 Collovald A., « Identité(s) stratégique (s) », Actes de la recherche en sciences sociales, no 73, 1 (...)

7De manière plus générale ces études ont aussi pour objet les luttes autour de la définition des propriétés légitimes du représentant, telles qu’elles se donnent à voir dans différents contextes. Ces luttes, on le sait impliquent les observateurs (journalistes, activistes, prophètes de la « crise de la représentation », voire citoyens) autant que les représentants eux-mêmes, lesquels cherchent tantôt à se conformer à un modèle tantôt à se distinguer de leurs adversaires, produisant eux-aussi leurs « identités stratégiques18 ». Elles donnent lieu de la part des représentants à différentes stratégies de présentation de soi ou de stylisation de personnalité. Elles induisent chez eux une réflexivité, une capacité à anticiper les critiques et les profits attachés à certains comportements ou certaines attitudes. Lorsque Michelle Delaunay à Bordeaux met en avant sa qualité de femme exemplaire, amenée à mener plusieurs vies à la fois c’est pour mieux dénoncer ses adversaires masculins, à commencer par Alain Juppé. Quand ce même A. Juppé brise l’armure dans un livre écrit sur le mode intimiste c’est à son tour pour casser le stéréotype qui lui est attaché. Quand les « petits » élus locaux mobilisés contre certains projets décrits par S. Dechezelles et M. Olive hésitent à recourir à certaines actions spectaculaires c’est pour ne pas déroger à l’image qu’ils se font de leur fonction. Sur tous ces terrains et dans toutes ces enquêtes, c’est bien le travail de mise en représentation des élus qui est en jeu. Les élus sont « en représentation », au sens où ils se donnent à voir dans un contexte qui semble valoriser plus ou moins telle ou telle caractéristique. La dimension théâtrale de la représentation est ici clairement à l’oeuvre. Cette dimension symbolique et performative de la représentation se retrouve évidemment lorsque des élus arborent leur écharpe pour tout à la fois symboliser le mandat de leur commune et « représenter la représentation » elle-même selon la juste expression de S. Dechezelles et M. Olive, comme pour conjurer leur impuissance à peser autrement sur la décision.

  • 19 Sintomer Y., « Les sens de la représentation politique », op. cit., p. 29.

8La contribution de V. Behr et S. Michon étudie l’émergence d’un impératif de représentativité dans la composition des gouvernements français sous la Ve République renvoie très directement à l’opposition canonique entre « représentation descriptive » et « représentation-distinction » que la théorie et la sociologie politiques contemporaines, de Bourdieu à Manin, n’ont cessé d’interroger19. On peut y voir aussi un paradoxe dès lors qu’historiquement l’exigence de similitude entre gouvernants et gouvernés n’a jamais été exigée et qu’à la différence du pouvoir législatif, le pouvoir exécutif était censé échapper à une telle exigence. Mais les auteurs insistent justement sur les limites de ce processus d’ouverture sociologique du personnel dirigeant, en rappelant que la promotion de femmes, de jeunes et de représentants « issus de la diversité » selon l’euphémisme aujourd’hui en cours, ne signifiait nullement rupture avec les logiques sociales du recrutement politique dès lors que ces nouveaux entrants disposent pour la plupart d’un fort capital social et d’une longue expérience politique.

  • 20 Sur cet invariant cf. la synthèse récente de Hube N., « Le recrutement social des professionnels d (...)

9L’autre paradoxe ici est bien celui d’un corps de représentants qui cherchant à se donner les apparences d’une plus grande ouverture toute en encourageant la professionnalisation et en restant aristocratique dans ses structures. Le constat que font V. Behr et S. Michon confirme avec force ce que d’autres enquêtes nous ont précédemment montré. Les femmes, les jeunes et les élus diversité auxquels une place est donnée dans les cercles du pouvoir apparaissent tout à la fois sociologiquement distincts de leur groupe d’origine, fortement professionnalisés et cantonnés le plus souvent dans un rôle secondaire20. Il est à souligner d’ailleurs que cet impératif de représentativité n’est jamais entendu comme un principe d’extension des fonctions politiques aux individus issus des classes populaires, comme le rappelle à juste titre Olivier Masclet cité par V. Behr et S. Michon. Le constat reste inchangé depuis les origines du gouvernement représentatif : l’accès aux mandats politiques reste conditionné l’origine sociale.

Un univers de la représentation fragmenté, hiérarchisé et polarisé

10Ce qui frappe dans les différentes enquêtes réunies dans cette partie, c’est la différenciation considérable des situations dans lesquelles se trouvent placés les représentants. Loin d’une vision monolithique et caricaturale de la représentation, il s’agit de faire droit à la complexité des situations. Les modes de présentation de soi et les capacités d’action varient fortement en fonction des positions occupées et des ressources détenues.

  • 21 Cf. pour deux cas comparables, Bard C., « Performances de genre : images croisée de Michèle Alliot (...)

11C. Vigour montre bien en quoi la vision qu’ont les élus de leur rôle varie en fonction du volume de capital politique qu’ils détiennent. Un gouffre semble séparer les héritiers et les « vieux routards » de l’Assemblée nationale des backbenchers, à la fois dans leur conception du métier et dans les possibilités d’action qui leur sont offertes. Tout aussi abyssale est la distance qui sépare les « petits élus » de l’Aude et de l’Ariège hostiles à l’implantation d’éoliennes sur leur territoire des « grands élus » locaux et nationaux qui lui sont favorables. Quant au registre de l’écriture de soi par livre interposé, il n’est ouvert qu’aux élus majeurs. De même que la mise en valeur de la ressource féminine apparaît d’autant moins risquée pour M. Delaunay que celle-ci est une héritière en politique, disposant d’un statut social élevé et reconnu21. Il y a donc un risque majeur à essentialiser la notion de représentant et à ne pas tenir compte de la diversité des contextes, des contraintes et des ressources qui conditionnent l’usage par les élus des différents registres de la représentation. Tout indique que l’appartenance à une même institution ne signifie en rien une égalité de condition. L’exemple de l’Assemblée Nationale est ici probant. Les logiques de carrière (choix du local ou du national ; attachement au parti ou au « terrain ») diffèrent fortement, de même que les possibilités d’agir sur le processus législatif réservé aux élus les plus expérimentés. Deux principes de variation apparaissent déterminants : la longévité politique et la proximité partisane. Au final c’est un éclatement de la figure du parlementaire que donne à voir l’enquête.

  • 22 Desage R, Gueranger D., La Politique confisquée. Sociologie des réformes et des institutions interc (...)
  • 23 Cf. par exemple Lolive J., Les Contestations du TGV Méditerranée. Projet, controverse et espace pu (...)
  • 24 Lefebvre R., « Les élus, des acteurs peu dialogiques du débat public », in M. Revel, C. Blatrix, L. (...)

12L’exemple des mobilisations d’élus autour des éoliennes et de la création de la métropole marseillaise permet également de saisir au plus près la polarisation qui oppose désormais « petits » et « grands » élus. Dans un contexte local où l’apparition des structures intercommunales tend à constituer deux catégories d’élus au pouvoir d’action bien différent22 et où la complexification du processus de décision conduit à dessaisir l’échelon communal, certains élus en sont réduits à faire de la « figuration ». Dans un tel contexte les élus de petites communes se différencient peu de leurs électeurs auxquels ils sont susceptibles d’emprunter leur répertoire d’action (la manifestation). On retrouve cette polarité dans la plupart des conflits environnementaux dans lesquels une partie des élus se place du côté des acteurs mobilisés contre les grands élus porteurs de la décision23. Et là où ces derniers tendent à craindre le débat public et la participation citoyenne, les autres l’animent et l’instrumentalisent24. Ici, le sentiment d’impuissance ressenti, sinon la misère de position, semble commune aux maires de l’Aude et de l’Ariège et aux jeunes parlementaires sans responsabilité de l’Assemblée typologisés par C. Vigour. Le paradoxe est ici celui de « grands élus » qui, dans leur présentation d’eux-mêmes cherchent à se rabaisser, à s’indifférencier, à apparaître comme des citoyens comme les autres et a contrario celui de « petits élus » qui à l’inverse cherchent à se grandir en se parant des attributs de la république.

  • 25 Cf. l’intéressant dossier « Parliamentary Representation in France », The Journal of Legislative S (...)

13La contribution de C. Vigour revisite quant à lui l’autre grande opposition à l’oeuvre dans la littérature théorique sur la représentation, celle de l’opposition entre la figure du représentant-delegate et celle du représentant-trustee, illustré par les débats historiques sur la représentation. De qui l’élu est-il le représentant ? Dans quelle mesure peut-il ou doit-il prendre ses distances à l’égard de ceux qu’ils représentent ? Doit-il s’aligner sur les vues de ses électeurs, les consignes de son parti ou se fonder sur sa propre opinion ? Doit-il donner plutôt priorité à l’assemblée ou à sa circonscription ? Cette contribution, qui s’inscrit dans une enquête plus vaste sur le travail parlementaire contemporain25, identifie chez les députés français actuels, plusieurs manières d’occuper et de concevoir son rôle. Selon que l’on privilégie le local ou le parti, l’assemblée ou la circonscription, que l’on détient ou non un volume important de ressources politiques, la conception du métier et du rôle du représentant varie très sensiblement. Au total l’analyse de correspondances multiples et la classification ascendante hiérarchique permettent de distinguer 4 idéaux-types de députés très contrastés. Ici encore les mondes de la représentation apparaissent suffisamment pluriels pour interdire de raisonner sur « la représentation politique » ou sur la « crise de la représentation » en général. Tel est me semble-t-il l’un des apports principaux de ces différentes études de sociologie compréhensive du travail de la représentation.

Faut-il « que tout change pour que rien ne change » ?

  • 26 Le Bart C., Lefebvre R., « Une nouvelle grandeur politique ? », in C. Le Bart et R. Lefebvre, (dir. (...)

14Au final, qu’elles portent sur les stratégies de présentation de soi mises en oeuvre par les élus ou sur les conceptions qu’ils se font de leur rôle, ces recherches saisissent des représentants sur la défensive, contraints de se justifier de ce qu’ils sont dans un contexte où leur statut et leur identité se voient contestés. Il n’est pas sûr cependant que ces réponses soient à la hauteur des critiques qui leur sont adressées. Que pèse l’exhibition d’une écharpe tricolore dans les controverses autour de grandes infrastructures ? Qui lit et prend au sérieux les livres des hommes politiques dont tout indique que les chiffres de vente sont bas ? Quel impact peut avoir la désignation d’une poignée de jeunes femmes au gouvernement sur l’image de celui-ci et plus généralement sur la légitimité du pouvoir politique ? Quel pouvoir possède aujourd’hui un député nouvellement investi ? Ce constat aurait pu aisément être étendu à la plupart des dispositifs de démocratie participative déployés par autorités politiques aux fins de se rapprocher de la population ou aux effets des stratégies de communication mises en place par les élus afin d’afficher leur proximité aux électeurs26.

  • 27 Cf. Offerle M. (dir.), La Profession politique, Paris, Belin, 1999. Pour l’exemple du Parti social (...)
  • 28 Vibert E, The Rise of the Unelected: Democracy and the New Separation of Powers, Cambridge, Cambrid (...)

15Plus le rapprochement est signifié au plan des symboles et moins il semble ressenti par les électeurs. Plus le pouvoir cherche à se montrer attentif aux désirs de la population et moins il est perçu comme tel. Car dans le même temps ces phénomènes structurels et majeurs que sont d’une part la professionnalisation toujours plus forte du monde politique (au sens d’une socialisation précoce, d’un recrutement toujours plus aristocratique et endogame et d’une dépendance matérielle accrue aux mandats politiques27) et d’autre part le transfert du pouvoir d’influencer la décision vers des pouvoirs non élus28 continuent de faire leur oeuvre. Les changements ne s’opèrent qu’à la marge et ne modifient en rien les logiques de la division du travail politique. Quels que soient les efforts accomplis, au plan individuel ou au plan collectif, pour donner le change, la donne n’en est en rien modifiée et il est probable que les citoyens ne soient pas dupes.

Notes

1 Pitkin H., The Concept of Representation, Berkeley, University of California Press, 1967.

2 Cf par exemple Manin B., Principes du gouvernement représentatif Paris, Calmann-Lévy, 1995 ; Urbinati N., Representative Democracy. Principles and Genealogy, Chicago, University of Chicago Press, 2006; Britovieira M. et Runciman D., Representation, Cambridge, Polity Press, 2008.

3 Cf. par exemple Mansbridge J., « Rethinking Representation », American Political Science Review, vol. 97 (4), 2003 p. 515-528 ; Pettit P, « Varieties of Public Representation », in I. Shapiro et al. (dir.), Political Representation, Cambridge, Cambridge University Press, 2009 ; Sintomer Y., « Les sens de la représentation politique. Usages et mésusages d’une notion », Raisons politiques, no 50, 2013, p. 13-34.

4 Cf. par exemple Phillips A., The Politics of Presence, Oxford, Clarendon Press, 1995 ; Williams M., Voice, Trust, and Memory : Marginalized Groups and the Theory of Liberal Representation, Princeton, Princeton University Press, 1998 ; Mansbridge J., « Les Noirs doivent-ils être représentés par des Noirs et les femmes par des femmes ? Un oui mesuré », Raisons politiques, no 50, 2013, p. 53-78 (1999).

5 Young I. M., Inclusion and Democracy, Oxford, Oxford University Press, 2000 ; Hayat S., « La représentation inclusive », Raisons politiques, no 50, 2013, p. 115-136.

6 Urbinati N., et Warren Μ. E., « The Concept of Representation in Contemporary Democratic Theory », Annual Review of Political Science, vol. 11, 2008, p. 387-412; Rosanvallon P, La Légitimité démocratique: impartialité, réflexivité, proximité, Paris, Gallimard, 2008 ; Saward M., The Representative Claim, Oxford, Oxford University Press, 2009.

7 Cf. par exemple Best H. et Cotta M., (ed.), Parliamentary Representatives in Europe 1848-2000. Legislative Recruitment and Careers in Eleven European Countries, Oxford, Oxford University Press, 2000 ou Costa O. et Kerrouche E., Qui sont les députés français? Une élite inconnue, Paris, Presses de Sciences Po, 2007.

8 Walke J. C., Eulau H. et Buchanan W., The Legislative System: Explorations in Legislative Behaviour, New York, John Wiley and sons, 1962 ; Converse P. E. et Pierce R., Political Representation in France, Cambridge, Harvard University Press, 1986; Costa O., Lefebure R, Rozenberg O., Schnatterert. et Kerrouche E., « Far Away, So Close. Parliament and Citizens in France », Journal of Legislative Studies, vol. 18(3), 2012, p. 294-313.

9 Bourdieu R, « La représentation politique, éléments pour une théorie du champ politique », Actes de la recherches en sciences sociales, 36-37, 1981, p. 3-24 ; Gaxie D., La Démocratie représentative, Paris, Montchrestien, 2003.

10 Lagroye J., « Être du métier », Politix, vol. 7 (28), 1994, p. 5-15.

11 Tremblay M., « Représentation », in C. Achin et L. Bereni (dirs.), Dictionnaire Genre et science politique, Paris, Presses de sciences po, p. 456-468. A contrario, Achin C., « Représentation miroir vs parité. Les débats parlementaires relatifs à la parité revus à la lumière des théories politiques de la représentation », Droit et Sociétés, no 47, p. 237-256 ; Fassin E., « Les couleurs de la représentation », Revue française de science politique, vol. 60(4), 2010, p. 655-662.

12 Grepo, Groupe de Recherches sur la Représentation Politique, AFSP, [http://www.afsp.info/gp/grepo.html] (29 mars 2014).

13 Gohler G., « Political representation-Reconsidered », in P. Diehll et A. Escudier (dir.), La Représentation politique, histoire, concepts et symboles, Cahiers du CEVIPOF, no 57, 2014, p. 13-26.

14 Disch L., « Towards a Mobilization Conception of Democratic Representation », American Political Science Review, vol. 105(1), 2011, p. 100-114.

15 Sur les usages intéressés de ce discours récurrent sur la « crise de la représentation », cf. Lacroix B., « La « crise de la démocratie représentative en France ». Eléments pour une discussion sociologique du problème », Scalpel Cahiers de sociologie politique de Nanterre, 1, 1994 et l’introduction d’Alice Mazeaud dans ce volume. Assia Boutaleb et Violaine Roussel ont raison de parler, plutôt que de « crise », d’« émergence de nouvelles façons de représenter », « Introduction au dossier “Malaise dans la représentation” », Sociétés contemporaines, no 74, 2009, p. 5.

16 Voir sur ce point les remarques de Phelippeau E., « Crises de la représentation et transformations de la démocratie française », in M. Verpeaux (dir.), Institutions et vie politique sous la Ve République, Paris, La Documentation française, 2012. Sur le lien entre loi sur la parité et « crise de la représentation », cf. C. Achin, « Représentation miroir vs Parité », op. cit. ; sur le lien avec la demande d’interdiction du cumul des mandats cf. par exemple : Lefebvre R., « Rapprocher l’élu et le citoyen. La “proximité” dans le débat sur la limitation du cumul des mandats (1998-2000) », Mots. Les langages du politique, no 77, 2005 p. 41-58 ; sur les significations politiques données à la « démocratie participative » cf. par exemple Gourgues G., Les Politiques de démocratie participative, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2013.

17 Le Bart C., « Le savoir-faire politique comme bricolage », in Y. Poirmeur et P. Mazet (dir.), Le Métier politique en représentations, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 293-317.

18 Collovald A., « Identité(s) stratégique (s) », Actes de la recherche en sciences sociales, no 73, 1988, p. 29-40.

19 Sintomer Y., « Les sens de la représentation politique », op. cit., p. 29.

20 Sur cet invariant cf. la synthèse récente de Hube N., « Le recrutement social des professionnels de la politique », in A. Cohen, B. Lacroix et P. Riutord, (dir.), Nouveau manuel de science politique, Paris, La Découverte, 2009. Sur le profil sociologique des « élus de la diversité », cf. Avanza M., « Qui représentent les élus de la “diversité” ? Croyances partisanes et points de vue “divers” », Revue française de science politique, vol. 60(4), 2010, p. 745-767.

21 Cf. pour deux cas comparables, Bard C., « Performances de genre : images croisée de Michèle Alliot-Marie et Roselyne Bachelot », Histoire@politique, no 17, 2012, [http://www.histoirepolitique.fr/index.php?numero=17&rub=dossier&item=160].

22 Desage R, Gueranger D., La Politique confisquée. Sociologie des réformes et des institutions intercommunales, Bellecombe en Bauges, Editions du croquant, 2011.

23 Cf. par exemple Lolive J., Les Contestations du TGV Méditerranée. Projet, controverse et espace public, Paris, L’Harmattan, 1999 ; Rui S., La Démocratie en débat, Paris, Armand Colin, 2004.

24 Lefebvre R., « Les élus, des acteurs peu dialogiques du débat public », in M. Revel, C. Blatrix, L. Blondiaux, J.-M. Fourniau, B. Heriard-Dubreuil, R. Lefebvre (dir.), Le Débat public. Une expérience française de démocratie participative, Paris, La découverte, 2007, p. 207-220.

25 Cf. l’intéressant dossier « Parliamentary Representation in France », The Journal of Legislative Studies, vol. 19(2), 2013.

26 Le Bart C., Lefebvre R., « Une nouvelle grandeur politique ? », in C. Le Bart et R. Lefebvre, (dir.), La Proximité en politique. Usages, rhétoriques, pratiques, Rennes, Presses de l’université de Rennes, 2005, p. 11-32. Cf. également Annunziata R., La Légitimité de proximité et ses institutions, thèse de l’EHESS, 2012.

27 Cf. Offerle M. (dir.), La Profession politique, Paris, Belin, 1999. Pour l’exemple du Parti socialiste : Lefebvre R., et Sawicki E, La Société des socialistes. Le PS aujourd’hui, Bellecombe sur Bauges, Éditions du Croquant, 2006. Sur la professionnalisation de plus en plus précoce des acteurs politiques cf. Bargel L., Jeunes socialistes, jeunes UMP : lieux et processus de socialisation politique, Paris, Dalloz, 2009.

28 Vibert E, The Rise of the Unelected: Democracy and the New Separation of Powers, Cambridge, Cambridge University Press, 2007; Crouch C, Post-démocratie, Zürich, Diaphanes, 2013 (2004); Papadopoulos Y., Democracy in Crisis. Politics, Governance and Policy, Londres, Palgrave-Macmillan, 2013.

Auteur

Université Paris 1, CESSP-CRPS

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540