Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Catholiques en Bretagne au xxe siècle

 | 
Yvon Tranvouez

Deuxième partie. Identités

Chapitre III. Les catholiques et la question bretonne (1940-1944)*

A. Louvière

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • * Bretagne et identités régionales pendant la Seconde Guerre mondiale, sous la direction de Christia (...)
  • 1 Emmanuel Le Roy Ladurie, « Les curés, derniers jacobins ? », Notre Histoire, n° 191, septembre 200 (...)

1« L’Église – les Églises – ont-elles aidé les régionalismes ? Non. En revanche, quelques religieux, souvent en délicatesse avec l’institution : oui1. » Pour qui s’intéresse quelque peu à la question bretonne et à l’histoire du catholicisme, cette affirmation péremptoire d’Emmanuel Le Roy Ladurie ne laisse pas de surprendre. Si les mots ont un sens, il faut dire tout au contraire que l’Église catholique en Bretagne s’est employée, en particulier pendant la période de l’Occupation allemande, à promouvoir une ligne rigoureusement régionaliste, à égale distance du séparatisme dont certains de ses prêtres ou de ses fidèles croyaient voir l’opportunité, et du jacobinisme auquel d’autres estimaient devoir se tenir ou se rallier par patriotisme. Si on l’oublie si facilement, c’est sans doute parce que les mémoires, inversées mais homologues, des vainqueurs et des vaincus, ont imposé une lecture en noir et blanc qui gomme les nuances : dans les époques dramatiques, où l’action force à choisir son camp, les positions médianes passent pour des positions médiocres et les compromis pour des compromissions.

  • 2 Voir les analyses roboratives de l’historien anglais Richard Cobb, Vivre avec l’ennemi. La France (...)
  • 3 Lucien Febvre, première version de la préface d’un manuscrit resté inachevé et édité en 1996 par T (...)

2La tâche de l’historien est précisément de défaire les nœuds de la mémoire et de démêler les fils qui s’y sont trouvés liés. Cela ne se peut qu’à deux conditions, particulièrement nécessaires quand on travaille sur ce terrain miné. La première consiste à rejeter toute démarche téléologique pour se rappeler l’épaisseur du temps, la longueur et les incertitudes de l’Occupation, ces quatre ans pendant lesquels il a bien fallu vivre avec l’ennemi, en ignorant ce que seraient la durée du conflit et le sort des armes2. La seconde est de professer un amoralisme méthodologique. L’histoire ne connaît ni héros ni salauds. Résistant, collabo : ces mots armés légitiment ou stigmatisent mais ils n’expliquent rien. Trop de débats sur la guerre se résument à essayer de déterminer si tel ou tel a vraiment collaboré avec les Allemands, sans qu’on prenne la peine de se demander ce qu’on entend par là et pourquoi et comment celui qu’on désigne en est venu là. « L’histoire n’est point un parterre de roses, écrivait Lucien Febvre en 1947. Et l’historien est assez habitué à descendre dans d’étranges cloaques, à respirer sans défaillir l’odeur des charniers qui fermentent. Faiblesses, calculs, déformations d’esprit et petitesses de cœur : s’il y en eût, la mort a tout purifié. Aux hommes qui se donnent, l’oblation finale restitue la grandeur. Mais c’est l’oblation même qu’il convient d’expliquer3. »

3C’est dans cet esprit que je commencerai par réexaminer l’opposition souvent évoquée entre l’abbé Perrot et Mgr Duparc, dont on répète volontiers qu’elle résume les choix contradictoires du clergé breton pendant la guerre. Je proposerai ensuite une typologie de l’engagement catholique dans la question bretonne. Je m’arrêterai enfin sur un itinéraire révélateur, celui d’un hebdomadaire, le Courrier du Finistère, et de son directeur, le chanoine Cardaliaguet, que nous avons déjà rencontré.

Le recteur et son évêque

4L’abbé Jean-Marie Perrot, recteur de Scrignac, est mort sur la route qui mène du hameau de Toull-ar-Groaz au bourg, le 12 décembre 1943, abattu par un résistant communiste. Mgr Adolphe-Yves-Marie Duparc, évêque de Quimper et de Léon, est mort dans son lit, le 8 mai 1946, d’avoir trop vieilli. Le recteur doit à sa fin tragique d’être devenu pour les uns le symbole des compromissions du clergé avec l’occupant et pour les autres le martyr de la cause bretonne. Ayant sévèrement condamné, dès juillet 1940, la tentation séparatiste, l’évêque passe pour avoir sauvé l’honneur des catholiques ou pour avoir trahi le mouvement breton. Les faits sont clairs, le conflit des interprétations ne l’est pas moins, mais la question est peut-être un peu plus compliquée.

5La mauvaise réputation de l’abbé Perrot dans certains milieux tient largement à l’usage qui a été fait de son nom après sa mort. En décidant de rebaptiser Bezen Perrot la milice qu’il venait de fonder pour aider les troupes allemandes à démanteler les réseaux de résistance et à réduire les maquis, Célestin Laîné a été le plus prompt à s’accaparer la mémoire du prêtre défunt. Qu’il y eût là une insidieuse captation d’héritage, c’est ce dont témoigne, sans la moindre équivoque, la lettre écrite par l’abbé Perrot le 29 septembre 1943, en réponse à une correspondante qui l’interrogeait sur les diverses tendances du mouvement breton. On me permettra de la citer intégralement, parce qu’elle dit, en peu de mots, bien plus que ce qu’on lui fait dire habituellement :

  • 4 Lettre publiée par l’abbé Henri Poisson, L’Abbé Jean-Marie Perrot, fondateur du Bleun-Brug (187719 (...)

Madame et chère compatriote,
J’ai l’honneur de vous faire savoir que le parti national breton dirigé par M. Raymond Delaporte est un parti qui n’a été et ne peut être – tant qu’il se maintiendra dans la voie qu’il suit actuellement – condamné par l’autorité ecclésiastique.
Il n’en est pas de même de certains autres groupements bretons tels que le groupement dit « Service spécial » dirigé par M. Célestin Laîné, de Ploudalmézeau, qui est nettement néo-païen, et le groupe Nemeton qui rêve de ressusciter la religion druidique.
Ces groupements sont à fuir comme la peste. Vous me demandez ensuite s’il est permis de sympathiser avec les Allemands. Cela va sans dire puisque notre religion chrétienne nous ordonne d’aimer même nos ennemis (le cardinal Baudrillart, qui était une autorité, prêchait la collaboration avec l’Allemagne).
Néanmoins il ne faut pas oublier qu’il y a Allemands et Allemands et que les Nazis sont des néo-païens dont il faut rejeter les doctrines avec horreur parce que destructrices de tout l’ordre chrétien4.

  • 5 Respectivement « Lazadeg an innosanted », Feiz ha Breiz, mars-avril 1943 ; « Karnel Katyn », Feiz (...)
  • 6 Extrait d’un débat organisé à Carhaix, suite à la représentation de la pièce Yann-Vari Perrot, cré (...)
  • 7 « Morlaix en deuil », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 12 février 1943.

6Les défenseurs de sa mémoire invoquent régulièrement cette lettre pour montrer que l’abbé Perrot, qui désavouait le courant le plus extrémiste du mouvement breton, a été victime d’un assassinat injustifiable. Leurs adversaires font valoir qu’il y avait bien d’autres motifs à cette liquidation : sa participation au Comité consultatif de Bretagne, les visites de militaires allemands à son presbytère, son approbation du STO, et surtout ses articles dans Feiz ha Breiz condamnant les bombardements alliés sur les villes bretonnes, attribuant à l’Armée Rouge le massacre des officiers polonais à Katyn ou soutenant la croisade antibolchevique5. On peut trouver ces charges très lourdes ou assez légères, c’est selon ce que l’on pense de la responsabilité des intellectuels en temps de guerre, mais on doit convenir que la question bretonne en est singulièrement absente. « Perrot n’a pas été exécuté parce qu’il était militant breton ni parce qu’il était prêtre, il a été exécuté comme collaborateur », affirmait d’ailleurs en 1986 Daniel Trellu, ancien responsable des FTPF6. Pourtant, on a peine à le croire. Car bien d’autres ont fait ou écrit à peu près les mêmes choses sans s’en trouver inquiétés sur le moment ni qu’on leur en fasse grief après coup. Il se trouve par exemple – on y reviendra – que la comparaison du bombardement de Morlaix, qui fit soixante-sept victimes, dont trente-neuf enfants d’une école maternelle, le 29 janvier 1943, avec le massacre des saints Innocents, n’était rien d’autre qu’une reprise – accentuée, certes – des termes mêmes employés par Mgr Duparc dans son allocution lors des obsèques, ce que nul n’a songé à reprocher par la suite à l’évêque7. Donc, de toute évidence, c’est bien parce que l’abbé Perrot occupait une place centrale, au double sens du terme, c’est-à-dire à la fois moyenne et forte, au sein du mouvement breton, qu’il s’est trouvé visé.

  • 8 Cité dans Yann-Vari Perrot. Istor ur pezh-c’hoari, op. cit., p. 5.
  • 9 Ernst Nolte, La Guerre civile européenne, 1917-1945, Paris, Éditions des Syrtes, 2000.
  • 10 Étienne Fouilloux, Les Chrétiens français entre crise et libération, 1937-1947, Paris, Seuil, 1997 (...)
  • 11 René Cardaliaguet, « En souvenir de M. l’abbé J.-M. Perrot », Le Courrier du Finistère, 8 janvier (...)

7Peut-être faut-il aller plus loin, et pour cela revenir à cette fameuse lettre brandie par les uns et relativisée par les autres. Il est étrange que l’on n’ait pas plus prêté attention au caractère proprement religieux de l’argumentation qui la fonde. L’abbé Perrot ne pouvait pas imaginer une Bretagne qui ne fût pas catholique. Il l’avait dit nettement à Mordrel en 1942 : « Vouloir faire de la Bretagne une nation sans foi comme la nation française est un crime contre la lumière8. » Or, derrière le conflit des nations, il apercevait une « guerre civile européenne », pour parler comme l’historien allemand Ernst Nolte9. Fort des deux encycliques concomitantes publiées en 1937 par le pape Pie XI, Mit brennender Sorge et Divini Redemptoris, l’abbé Perrot condamnait également le nazisme païen et le communisme athée. Mais sans doute les circonstances l’ont-elles amené à penser que s’il ne fallait rien céder au premier, le danger principal venait du second. À cet égard, l’allusion au défunt recteur de l’Institut catholique de Paris est tout à fait significative : comme le cardinal Baudrillart, l’abbé Perrot fait partie de ces « nouveaux croisés », ainsi que les nomme Étienne Fouilloux10, qui, par hantise du communisme, ont été conduits à admettre la logique de la collaboration avec l’Allemagne, conçue conjoncturellement comme un moindre mal. Ce n’est donc pas, me semble-t-il, le nationalisme breton de l’abbé Perrot qui l’a conduit à cette extrémité et à ses conséquences fatales, mais plutôt son anticommunisme catholique, rigide et intransigeant. Au cœur du Léon, il ne lui en eût vraisemblablement rien coûté : à Scrignac, c’était suicidaire. « Il est tombé en prêtre, et, sans doute, parce que prêtre, parce que fidèle à l’Église qui condamne le communisme », écrivait à chaud le chanoine Cardaliaguet, directeur du Courrier du Finistère11. Perrot n’est pas un Mordrel catholique, mais un Baudrillart breton.

  • 12 MgrGrente, Monseigneur Duparc, évêque de Quimper (1857-1946), Quimper, Imprimerie cornouaillaise, (...)

8Le cas de Mgr Duparc n’est pas moins ambigu. Dans un éloge posthume prononcé en 1948, Mgr Grente rappelle comment, « à la stupéfaction d’Allemands illusionnés, il balaya d’un revers de la main un autonomisme superficiel12 ». La formule est belle, un peu trop. Elle fait allusion, bien entendu, à la note épiscopale publiée dans la partie officielle de la Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon du 12 juillet 1940, avec instruction de la lire « en chaire le dimanche qui en suivra la réception » :

  • 13 « Mise en garde », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 12 juillet 1940.

Nous mettons en garde le clergé et les fidèles de notre diocèse contre une campagne de séparatisme breton qu’organisent en ce moment des hommes déjà condamnés par les tribunaux français. Le résultat le plus clair d’une pareille entreprise serait d’imposer à la Bretagne des conditions de vie aussi dangereuses pour sa foi catholique que pour ses traditions celtiques. Quatre siècles d’histoire nationale commune, malgré des dissentiments qui ne regardent que nous, ont intimement resserré nos liens de cœur avec la France. Notre sang versé sans compter sur terre et sur mer lui a prouvé notre fidélité ardente. Notre vie intellectuelle, notre vie sociale, notre vie économique ont été constamment mêlées à la sienne. Nous lui avons donné l’exemple d’une vie religieuse forte et tendre. Elle nous a en retour aidés à développer encore l’élan de notre apostolat. Nous lui sommes liés indissolublement. Nous ne la trahirons pas à l’heure de sa douloureuse épreuve. Jamais Breton ne fit trahison. Potius mori quam foedari13.

  • 14 Cité par René Cardaliaguet dans sa notice nécrologique « Son Excellence Monseigneur Duparc », La S (...)

9On sait qu’à la suite de cette mise en garde, qui entraînait l’excommunication des réfractaires, le bulletin diocésain fut suspendu pour trois mois, ramenés ensuite à deux semaines, sur ordre des autorités allemandes. Pourtant, le 8 septembre, au pardon du Folgoët, Mgr Duparc récidivait, en quelque sorte, d’une phrase restée dans les mémoires : « Finie, la France ? Finie ? Allons donc14 ! » Cinq ans après, on se plaisait à relever ce patriotisme précoce de 1940 et ce ton qui avait quelque chose de gaullien. Et comme il se trouvait qu’à l’exception d’un seul, tous les séminaristes finistériens s’étaient dérobés au Service du Travail Obligatoire en 1943, malgré les avis officiels de l’évêque les invitant à s’y soumettre, on saluait le double jeu de Mgr Duparc, crédité de cette forme maximale de résistance dont pouvaient faire preuve les pouvoirs restés en place sous l’Occupation.

  • 15 Voir Michel Lagrée, Religion et cultures en Bretagne, 1850-1950, Paris, Fayard, 1992, p. 289 et su (...)
  • 16 Témoignage de l’abbé Jean Tromeur, septembre 2001. C’est Mgr Duparc lui-même qui se qualifie de «  (...)

10À reconsidérer le contexte et la chronologie, on s’aperçoit que les choses ne sont pas si simples. En s’opposant en juillet 1940 aux menées de Mordrel et Debauvais, Mgr Duparc ne fait pas seulement acte de patriotisme : il confirme l’hostilité qu’il avait manifestée à plusieurs reprises à l’encontre d’un parti dont le nationalisme entendait bien se départir de toute emprise religieuse, selon une logique du « politique d’abord » qui était précisément celle qui avait entraîné la condamnation de l’Action française par la hiérarchie catholique15. Mais au lendemain de Montoire, qui sonne le glas des espoirs mis dans une solution allemande au problème breton, la direction du PNB passe aux mains d’une nouvelle équipe dont plusieurs membres sont notoirement connus comme catholiques, à commencer par les frères Delaporte. La stratégie autonomiste développée dès lors par cette composante recentrée du mouvement breton permet un accommodement de fait avec Mgr Duparc, qui envisage même, en mars 1944, la levée des sanctions canoniques. Tout au long de l’Occupation, en effet, l’évêque de Quimper n’a cessé d’encourager les initiatives prises pour le développement de la langue et de la culture bretonnes à la faveur des ouvertures faites par le gouvernement de l’État français. Car c’est bien celui-ci qui représentait pour lui non seulement le pouvoir légitime, mais encore l’espoir de mettre fin aux dissentiments de quatre siècles entre la France et la Bretagne. La défection des séminaristes requis par le STO n’y contredit pas, dans la mesure où elle a tenu aux consignes qui leur ont été données par leur supérieur, le vicaire général Arthur Louvière, bien que l’évêque leur eût prodigué juste avant ses conseils et ses encouragements pour le départ en Allemagne : en 1943, le « vieil évêque » – il avait 86 ans – ne gouvernait plus16.

11S’il est clair que Mgr Duparc n’a pas varié dans son refus du séparatisme, il n’est pas moins évident que son adhésion aux idéaux de la Révolution Nationale et sa fidélité au Maréchal ne se sont jamais démenties. Il faudrait même dire que celles-ci ont conforté celui-là : pour l’évêque de Quimper, la solution de la question bretonne se trouvait à Vichy et non à Berlin. Il en va dès lors de Mgr Duparc comme de l’abbé Perrot : c’est parce que le mouvement breton est apparu localement comme la forme la plus visible de la collaboration que leurs prises de position ont basculé l’évêque dans un camp et le recteur dans l’autre. Ils partageaient pourtant le même idéal d’une société indissociablement catholique et bretonne. Mais ils n’avaient pas la même idée de la France.

Les quatre cercles du catholicisme breton

  • 17 « Ar Bleun Brug. E Reolennou », Feiz ha Breiz, août 1925.
  • 18 Francis Le Squer, Les Espoirs, les efforts et les épreuves du mouvement breton catholique de 1891 (...)

12Si l’examen du couple symbolique formé par Mgr Duparc et l’abbé Perrot oblige à prendre conscience de la complexité des choses, on ne peut se dispenser pour autant de brosser, au moins à gros traits, le tableau des diverses attitudes prises par les catholiques face à la question bretonne entre 1940 et 1944. Immédiatement, on bute sur les mots, sources de malentendus sans fin. En 1925, Feiz ha Breiz distinguait régionalistes, séparatistes et nationalistes en fonction de la lecture que l’on pouvait faire du passé : « Celui qui divise l’histoire de la Bretagne en deux parties, avant 1491 et après 1491, et qui dit que la première partie ne compte plus est un régionaliste ; celui qui regarde la première partie seulement est un séparatiste, et celui qui regarde les deux est un nationaliste17. » En affinant cette critériologie, Francis Le Squer, dans sa thèse, trop peu connue, sur le mouvement breton catholique de 1891 à 1945, a établi une précieuse typologie à six variantes pour l’ensemble de la période qu’il traitait18. Mais la singularité de la conjoncture des années noires oblige à l’ajuster, dans la mesure où la question du rapport franco-breton est alors surdéterminée par les querelles idéologiques. Le paysage s’en trouve paradoxalement simplifié : les frontières se déplacent mais se réduisent, tant il est vrai que les moments de crise tendent à gommer les nuances. J’incline donc à distinguer seulement quatre cercles du catholicisme breton que, pour éviter les pièges d’un vocabulaire flottant et disputé à l’époque, je désignerai par des figures éponymes.

  • 19 Ronan Calvez, La Radio en langue bretonne. Roparz Hemon et Pierre-Jakez Hélias : deux rêves de la (...)
  • 20 Voir Francis Le Squer, Les Espoirs…, op. cit., p. 495-509, et Michel Lagrée, Religion et cultures…(...)
  • 21 Kristian Hamon, Les Nationalistes bretons sous l’occupation, Le Relecq-Kerhuon, An Here, 2001, p. (...)
  • 22 Voir Ronan Caerleon, Le Rêve fou des soldats de Breiz Atao, Quimper, Éditions Nature et Bretagne, (...)
  • 23 Cité par l’abbé Henri Poisson, Yves Le Moal (Dir-na-Dor), 1874-1957, Saint-Brieuc, Les Presses bre (...)
  • 24 Témoignage de Bernard Besret, successeur de Dom Alexis à la tête de l’abbaye de Boquen, qui le ten (...)

13Voici d’abord la nébuleuse Roparz Hemon, dont Ronan Calvez a magistralement analysé la logique et le destin19. Les catholiques ne se rencontrent que par accident ou par malentendu dans ce courant nationaliste plus porté à forger un ordre nouveau en se référant au mythe celtique qu’à s’embarrasser de l’héritage de la chrétienté bretonne. On ne les y voit qu’au lendemain de la défaite, en 1940, lorsque la situation est encore pleine d’incertitudes et de virtualités. Debauvais et Mordrel avaient trouvé le concours de Dom Godu, et peut-être celui de Maodez Glanndour (l’abbé Louis Le Floc’h), pour leur projet, esquissé dès 1936, de concordat entre le futur État breton et le Vatican20. Saïg ar Go (l’abbé François Le Goff) contribue à l’encadrement des prisonniers bretons regroupés par les Allemands au camp de Luckenwalde, pour être rapatriés et contribuer à nourrir les rangs des séparatistes21. D’autres, dont l’abbé Perrot, ignorent ouvertement la mise en garde de Mgr Duparc. Mais la nouvelle donne introduite par Montoire creuse rapidement un fossé difficilement franchissable. Plus ce courant extrémiste joue la carte allemande, plus il se radicalise et s’aligne sur l’idéologie nazie, ce qui lui vaut, on l’a vu, le désaveu formel, même si formulé en privé, de l’abbé Perrot. Il n’y a guère, finalement, que l’anticommunisme qui puisse encore rapprocher de cette mouvance quelques catholiques, certains allant même, il est vrai, jusqu’à s’engager dans la troupe de Laîné. Le fait le plus étrange, et mal éclairci, est que ces combattants du Bezen Perrot aient reçu l’appui et la bénédiction de Dom Alexis Presse à l’abbaye de Boquen où, au témoignage de l’un deux, il leur fut possible de stocker des armes22. Faut-il invoquer l’égarement d’un mystique en politique, sa conception irénique de l’accueil monastique, ou, plus prosaïquement, ses sympathies connues pour l’extrême droite ? « Comme vous le notez, écrivait-il en janvier 1944 à Yves Le Moal, l’avenir est sombre, le spectre de la guerre civile, accompagné de la hideuse figure du communisme, surgit. Le meurtre abominable de ce bon abbé Perrot m’a frappé vivement ; c’est partout qu’on vise et qu’on tue, on abat avec une froide sauvagerie. Il n’y a plus de trace d’humanité ; c’est la bête qui prévaut avec tous ses instincts les plus pervers et les plus cruels. Comme on reconnaît bien là le fruit naturel et l’aboutissement normal des doctrines matérialistes23. » Il reste que Dom Alexis a échappé à l’épuration, sur l’intervention, semble-t-il, du président du Comité Départemental de Libération des Côtes-du-Nord24.

  • 25 Roland Le Guen, Un Périodique nationaliste et chrétien pour les jeunes Bretons : « O Lo Lê », 1940 (...)

14Le deuxième cercle est celui que l’on pourrait baptiser la nébuleuse Perrot. Il s’agit là d’un milieu ouvertement catholique, mais dont les sentiments nationalistes se trouvent en porte-à-faux depuis la mise en garde de Mgr Duparc, relayée par ses confrères dans l’épiscopat breton. Désavoués dans leur engagement politique, les catholiques du PNB, Raymond Delaporte en tête, sont contraints d’adopter un profil bas. Tout leur reste possible, en revanche, sur le terrain culturel, et c’est là qu’ils portent en effet leurs efforts. La réalisation la plus spectaculaire à cet égard est assurément la publication par les frères Caouissin, entre novembre 1940 et mai 1944, du journal illustré O Lo Lê, destiné aux jeunes Bretons. Tiré en moyenne à 3 000 exemplaires, essentiellement rédigé en français pour ne pas rester confidentiel, muni d’un censeur ecclésiastique qui le légitime plus qu’il ne le contraint, approuvé par la hiérarchie et largement diffusé dans les écoles libres, cet hebdomadaire – devenu bimensuel en 1942 en raison de la pénurie de papier – a d’autant mieux réussi à populariser la cause bretonne qu’il a pu tirer parti du concours de collaborateurs de talent que la suppression de Cœurs Vaillants avait laissés sans emploi, à l’instar du dessinateur Le Rallic. O Lo Lê travaillait à promouvoir une Bretagne idéale fondée sur les valeurs religieuses et familiales. Dans son étude fouillée du contenu du journal, Roland Le Guen a bien mis en évidence l’ambiguïté de son message. Derrière un maréchalisme affiché, propre à rassurer, par son régionalisme, les autorités ecclésiastiques, s’insinue de plus en plus nettement un contenu nationaliste. Rien ne traduit mieux cette inflexion que les pages consacrées à l’histoire de la Bretagne : magnifiant l’âge d’or du duché, elles attribuent tous les malheurs du pays aux ingérences fatales des Français ou des Anglais, ce qui, dans la conjoncture des années de guerre, prend évidemment une résonance particulière. S’il reste donc implicitement nationaliste, le discours d’O Lo Lê est en revanche ouvertement catholique. À partir d’octobre 1943, on trouve à la une la devise « Doue ha Breiz » (« Dieu et Bretagne »), ainsi qu’une citation du marquis de l’Estourbeillon invitant les jeunes lecteurs à choisir comme emblèmes « l’Hermine de nos Rois et de nos Ducs » et « la Croix celtique de nos Saints25 ». Ce n’est qu’après la mort de l’abbé Perrot que certains rédacteurs d’O Lo Lê abandonnent les précautions antérieures et laissent libre cours à leur anticommunisme : Madame du Guerny le paiera de sa vie en juillet 1944.

  • 26 « Kenvreuriez ar Brezoneg », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 30 juillet 19 (...)
  • 27 Rien n’est plus symptomatique de cette ambivalence des textes que les exégèses contradictoires du (...)
  • 28 « À propos du breton », La Semaine Religieuse de Quimper et de Léon, 22 octobre 1943.

15Troisième cercle, certainement le plus fréquenté, la nébuleuse Duparc. Tout un courant régionaliste, qui avait un long passé dans les milieux catholiques, tire ouvertement parti des circonstances et trouve matière à se réjouir de la politique religieuse de Vichy comme de ses projets de décentralisation, qu’il accompagne bien volontiers en participant aux institutions nouvelles, à l’exemple du Comité consultatif de Bretagne. L’enseignement de la langue et de l’histoire bretonnes est vivement encouragé, et même rendu obligatoire dans les écoles primaires libres du diocèse de Quimper, mais toujours dans la perspective d’une complémentarité naturelle entre la petite et la grande patrie, la Bretagne et la France. C’est tout à fait l’esprit, par exemple, de la confrérie sacerdotale finistérienne Kenvreuriez ar Brezoneg, relancée en 1942 sous la houlette du vicaire général Joncour, et qui entend bien « redresser les esprits farcis de préjugés anti-bretons », en tirant parti du « sentiment breton qui anime encore la grande majorité du clergé26 ». Entre ce troisième cercle et le précédent, la frontière est mince. On peine même à l’apercevoir quand on considère les textes qui émanent de l’un et de l’autre : somme toute, ils disent à peu près la même chose27. Mais il y a entre eux tout ce qui sépare le maréchalisme de façade des amis de l’abbé Perrot du pétainisme convaincu des fidèles de Mgr Duparc, même si ces derniers se montrent plus circonspects à mesure que les années passent et que les déceptions et les doutes s’accumulent. Le fossé est évident, en revanche, avec le premier cercle. En témoigne éloquemment la controverse sur l’orthographe de la langue bretonne et, plus largement, sur son unification et sa modernisation. « Je n’aime pas ces mots étranges, hirsutes et rébarbatifs, […] qui se multiplient maintenant par séries, mots que le peuple ne connaît pas, n’aime pas et n’acceptera pas, écrit un rédacteur anonyme de La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon. Il m’est revenu dernièrement […] que des fidèles là-bas, du côté du Morbihan, sont allés trouver leur pasteur, et lui ont dit très humblement : “M. le Recteur (ou M. le Curé), nous vous en prions, parlez-nous français, nous comprendrons quelque chose ; mais nous n’entendons plus rien à votre breton !” Si le Recteur s’exprimait dans le breton moderne, je ne m’étonne pas. Dans d’autres contrées, on n’est pas loin de tenir le même propos28. » Ce qui se donne à lire derrière cette querelle linguistique, c’est bien un désaccord fondamental sur l’avenir de la Bretagne. Au peuple rêvé par Roparz Hemon et ses disciples, le clergé régionaliste préfère le peuple réel, ou supposé tel, façonné par des siècles de chrétienté bretonne. À l’utopie de l’ordre nouveau, il oppose la restauration de l’ordre ancien.

  • 29 « Monsieur Francis Gourvil, résistant de la première heure, a brisé sa plume pendant l’occupation  (...)
  • 30 René Cardaliaguet, Quimper tragique, Brest, Presse Libérale, 1942.
  • 31 René Cardaliaguet à Adolphe Cabon, 3 juin 1942, Archives de l’évêché de Quimper, Fonds Cardaliague (...)

16Le quatrième et dernier cercle rassemble ceux qui, tout en étant attachés à la cause bretonne, estiment qu’après la défaite de la France et sous la botte nazie, la réflexion politique et les considérations morales imposent de mettre la question entre parenthèses. Nébuleuse Gourvil, pourrait-on dire, tant l’homme a incarné de manière rigide cette position de retrait, allant jusqu’à réclamer une épuration exemplaire de ceux qui en avaient jugé autrement29. Mais, plus largement, ce sont les militants démocrates chrétiens, qu’ils viennent du Parti Démocrate Populaire ou de la Jeune République, qui affirment là leur différence, confirmant les positions qu’ils avaient déjà prises face à la guerre d’Espagne, en solidarité avec leurs camarades basques et en rupture avec le courant dominant du catholicisme social. Un simple détail, très significatif, suffit à montrer leur refus intransigeant de tout ce qui, même indirectement, risque d’affaiblir le sentiment patriotique et donc de faire le jeu de l’ennemi : en 1942, le libraire et résistant quimpérois Adolphe Le Goaziou reproche vertement au chanoine Cardaliaguet, directeur du Courrier du Finistère, la publication, à ses yeux tout à fait inopportune, d’un ouvrage intitulé Quimper tragique, qui présente une image très négative de la politique, notamment religieuse, menée en Bretagne par la Révolution française30. « J’ai fâché les purs républicains », note alors le chanoine31. Son contradicteur était sans aucun doute chrétien, mais d’abord démocrate et républicain, quand lui se sentait démocrate et républicain, mais d’abord chrétien. Il aurait à souffrir plus tard de l’hostilité durable de celui qui était devenu entre temps le premier président du Comité Départemental de Libération du Finistère.

« Breiz : oui ; mais Feiz, d’abord »

17Il n’est pas superflu, justement, de creuser quelque peu le dossier du Courrier du Finistère sous l’Occupation. On sait l’audience de cet hebdomadaire catholique, diffusé essentiellement dans le Léon, qui tirait en moyenne à 25 000 exemplaires au début de la guerre, et encore à 14 000 en 1944 malgré la pénurie de papier. Il relève incontestablement du troisième cercle décrit plus haut, celui des catholiques résolument régionalistes affichant une double soumission à la hiérarchie ecclésiastique et au pouvoir établi à Vichy. Entre 1940 et 1944, il est pour l’essentiel l’œuvre de trois personnes : le chanoine René Cardaliaguet, directeur de la publication et auteur de la plupart des éditoriaux ; son ami l’avocat Alexandre Masseron, qui signe « Beffa », et qui est par ailleurs adjoint au maire de Brest dans la délégation spéciale mise en place début 1942, après la dissolution de la municipalité Le Gorgeu ; enfin l’abbé François Pouliquen, recteur de Tréflez, qui, sous le pseudonyme de « Fanch Couer », assure la partie agricole et bretonnante du journal, tout en ayant dans l’ombre une activité résistante.

  • 32 Léon Pichon à René Cardaliaguet, 29 octobre 1944, Archives de l’évêché de Quimper, Fonds Cardaliag (...)
  • 33 Déposition du chanoine Cardaliaguet, 7 mars 1946, compte rendu dactylographié, Archives de l’évêch (...)
  • 34 Sur la liste Bricler figuraient notamment, outre Francis Gourvil, les chanoines Joncour et Le Goas (...)

18« Il faudrait avoir des yeux qui refusent de voir, des oreilles qui refusent d’entendre, pour condamner une presse qui n’a jamais cessé de parler à la fois chrétien et français », écrit en octobre 1944 le Père Léon Pichon, témoin partial, il est vrai, puisque sa vocation religieuse avait mûri au patronage de Ploudalmézeau au temps où René Cardaliaguet y était vicaire32. Pourtant, comme bien d’autres feuilles ayant paru sous l’Occupation, le Courrier du Finistère fait bientôt l’objet d’une information judiciaire, « pour avoir fait publier ou imprimer […] des articles en faveur de l’ennemi, de la collaboration avec l’ennemi, du racisme ou des doctrines totalitaires, et ce dans l’intention de favoriser les entreprises de toute nature de l’ennemi », selon les termes de l’ordonnance du 5 mai 1945. Trois chefs d’accusation se dégagent : pétainisme, antibolchevisme et antimaçonnisme. Interrogé à Quimper le 7 mars 1946, le chanoine Cardaliaguet fait valoir qu’il a suivi la ligne de loyalisme sans inféodation prônée par l’épiscopat français, qu’il était convaincu au demeurant que « Pétain était contre les Allemands et qu’il menait double jeu », et que le Courrier du Finistère avait manifesté bien avant la guerre son opposition résolue au communisme comme à la franc-maçonnerie, conformément à la doctrine pontificale33. L’examen des articles incriminés – 204 pages d’extraits et de citations – révélant finalement peu d’éléments à charge, et l’instruction faisant apparaître par ailleurs que l’inculpé a rendu discrètement divers services à des personnes recherchées par l’occupant, fournissant abri ou faux papiers, et surtout qu’il figurait sur une liste de personnalités soupçonnées de favoriser des sentiments anti-allemands établie par le militant breton Yann Bricler à l’usage de la Gestapo, l’affaire est finalement classée sans suite34.

  • 35 René Cardaliaguet à Maître Kernéis, 10 mars 1944, Bibliothèque de l’abbaye de Landévennec, Fonds C (...)
  • 36 Stanislas Jaffrès à Maître Kernéis, 15 mars 1946, AEQ, Fonds Cardaliaguet, 6Z9.
  • 37 « Le Marquis Régis de l’Estourbeillon », Le Courrier du Finistère, 17 octobre 1942, cité par Annie (...)
  • 38 Voir « À Jean-Marie qui refuse le breton à l’école », Le Courrier du Finistère, 19 juin 1943, et « (...)
  • 39 « Le Duc Jean V de Bretagne », Le Courrier du Finistère, 29 août 1942.
  • 40 René Cardaliaguet, Rapport demandé par Monsieur le Délégué départemental à l’Information sur l’act (...)

19La liste Bricler nous ramène au cœur du problème qui nous occupe. Dans la lettre qu’il adresse le 10 mars 1946 à son avocat, Maître Kernéis, pour lui rendre compte de l’interrogatoire qu’il a subi trois jours plus tôt, René Cardaliaguet note : « Anti-autonomisme : le juge n’en dit pas un mot. Ce doit être, depuis le procès de La Dépêche et de La Bretagne, un terrain interdit. […] Et n’est-il pas étrange que Fouéré et Cie aient pu filer ? Les Gallois et autres Celtes d’Angleterre sont intervenus en leur faveur, avant le jugement. […] Comment condamner notre attitude de défiance envers les Anglais, dans ces conditions35 ? »Tout porte à croire, en effet, que c’est l’opposition résolue du directeur du Courrier du Finistère aux menées séparatistes d’une partie du mouvement breton qui a contribué à relativiser la portée de son pétainisme avéré et des autres prises de position qui pouvaient lui être reprochées. Les témoins sollicités en 1946 par Maître Kernéis en conviennent d’ailleurs. « À mes yeux il était surtout l’adversaire des autonomistes, qui lui en voulaient à mort », écrit par exemple l’abbé Jaffrès, ancien résistant, recteur de Landeleau36. Illusion rétrospective ou complaisance confraternelle, dira-t-on ? Mais non : il suffit de relire les textes publiés entre 1940 et 1944, et Annie Cloarec l’a fait avec attention, pour constater que le Courrier du Finistère considère alors comme un tout indissociable « la cause catholique, française et bretonne », selon des termes empruntés là aussi au marquis de l’Estourbeillon37. Favorable à l’emploi de la langue bretonne, René Cardaliaguet la présente comme un complément et non comme un substitut au français38. Soucieux de l’enseignement de l’histoire de la Bretagne, il conteste la version qu’en donnent les séparatistes, notamment à l’occasion du cinquième centenaire de la mort du duc Jean V, bruyamment célébré à Tréguier en 194239. « Votre Jean V est le bon. Je vous ai lu avec joie », lui écrit alors Mgr Duparc40.

  • 41 René Cardaliaguet à Adolphe Cabon, respectivement 3 décembre 1942 et s.d. (début 1944), Archives d (...)
  • 42 René Cardaliaguet à Maître Kernéis, 10 mars 1946, loc. cit.

20Les lettres qu’il adresse à l’époque à son cousin et confident Adolphe Cabon confirment cet engagement réservé du chanoine Cardaliaguet dans la cause bretonne. C’est sans enthousiasme qu’il adhère en 1942 à l’amicale des auteurs bretons, « mais, précise-t-il, faut-il négliger, là comme ailleurs, la politique de la présence » ? « La Société des Écrivains bretons me veut, note-t-il encore début 1944. Je lui demande d’accepter les auteurs de piété, qu’elle exclut a priori, et de formuler une déclaration de loyalisme français. Je n’ai envoyé qu’une adhésion provisoire, cum permissu superiorum41. » D’un bout à l’autre, c’est la même logique qui le conduit à occuper un terrain qu’il ne veut pas abandonner aux séparatistes. Au juge d’instruction qui lui demande en 1946 pourquoi ne pas avoir sabordé le Courrier du Finistère sous l’Occupation, il répond qu’il voulait éviter que les Allemands en fissent « un journal à eux », et il ajoute : « Les autonomistes l’auraient pris avec allégresse42. »

  • 43 Projet de plaidoirie, 1946, manuscrit, Archives de l’évêché de Quimper, Fonds Cardaliaguet, 6Z9.
  • 44 René Cardaliaguet, « M. l’abbé Jean-Marie Perrot », Le Courrier du Finistère, 18 décembre 1943.
  • 45 René Cardaliaguet, « En souvenir de M. l’abbé J.-M. Perrot », Le Courrier du Finistère, 15 janvier (...)

21Mordrel, Debauvais, et même Fouéré, c’est bien pour lui un autre monde, un monde qu’il déteste, celui, écrira-t-il, de ces « revues, journaux, brochures [qui] s’évertuèrent à créer une mentalité bochisante chez nous, tantôt sur le mode belliqueux, tantôt sur le mode bêlant, au nom de la science, de l’histoire, des traditions, etc. La masse ne marchait pas43 ». De l’abbé Perrot, en revanche, il se sent proche. Au lendemain de sa mort, il regrette « ce qu’il eut d’excessif dans son amour sans limites pour la Bretagne, amour à certaines heures durement exclusif44 », mais il estime que le bouillant recteur de Scrignac était resté fidèle à la hiérarchie des valeurs : « Breiz : oui ; mais Feiz d’abord. Breiz chérie comme une patrie terrestre ; Feiz, plus chère, fille de Dieu, vraie patrie des âmes, sans laquelle Breiz n’aurait pas été elle-même, et qui doit régner, ou Breiz succombera45. » La Bretagne rêvée de René Cardaliaguet : une Bretagne du Christ-Roi.

22Arrêtons là ce panorama, sans doute trop bas-breton et certainement pas exhaustif. Il aura suffi malgré tout à donner une idée de l’hétérogénéité des milieux catholiques et à suggérer quelques explications de la diversité des attitudes qui s’y sont rencontrées sous l’Occupation. Faute de documents, l’historien est bien en peine de savoir comment les paroissiens ordinaires se sont arrangés avec leur conscience pour décider de leur engagement ou de leur abstention. Mais il peut constater que la partie la plus visible du catholicisme, celle qui s’exprime sur la place publique, en clair le clergé et les militants, s’est partagée inégalement : une majorité régionaliste et pétainiste à la suite de ses évêques, une minorité nationaliste mais, à de rares exceptions près, résolument opposée aux extrémistes ralliés aux nazis, une autre minorité jacobine par patriotisme et par attachement à la démocratie. Il reste que les uns et les autres ont clairement fait jouer dans leurs choix une certaine idée, qui n’était pas la même pour tous, des droits de Dieu et des intérêts de l’Église.

  • 46 Alexandre Masseron à Maître Kernéis, 31 décembre 1945, Archives de l’évêché de Quimper, Fonds Card (...)
  • 47 Maurice Merleau-Ponty, Sens et non-sens, Paris, Nagel, 1948, p. 363.

23Ceux qui envisagent la question bretonne d’un strict point de vue politique sont souvent étonnés de cet effet indirect de sa variable religieuse. Celle-ci est pourtant essentielle pour comprendre le comportement de certaines personnalités. « C’est un homme profondément religieux et profondément attaché à l’Église, dont il veut le triomphe par tous les moyens, écrivait Alexandre Masseron à propos de son ami René Cardaliaguet : non seulement le triomphe dans l’ordre spirituel, ce qui va de soi, mais aussi le triomphe dans l’ordre temporel. Il ne me paraît pas douteux que, même à ce second point de vue, il met l’Église au-dessus de la patrie46. » On ne saurait mieux décrire la psychologie de ces catholiques intransigeants et intégraux qui ont fortement marqué la chrétienté bretonne du premier vingtième siècle. Maurice Merleau-Ponty expliquait en 1948 que les chrétiens étaient à la fois de mauvais révolutionnaires et des conservateurs peu sûrs, parce que leur choix politique se trouvait toujours surdéterminé par leur appartenance religieuse47. Pour la même raison, ils ont été et seront sans doute toujours des nationalistes ambigus.

Annexe : les séminaristes finistériens et le sto
(Archives de l’évêché de Quimper, Fonds Arthur Louvière, 69Z2)

1 – Avis de Mgr Duparc aux Séminaristes atteints par la réquisition du travail, 24 février 1943

24Mes bien chers Fils,

25Vous ne vous étonnerez pas que le travail qui va être imposé à tous les jeunes gens de France soit également réclamé de vous aussi bien que des autres étudiants inscrits à l’Enseignement Supérieur. Vous vous y dévouerez consciencieusement, donnant l’exemple de la discipline, du bon esprit, et d’une charité vraiment fraternelle à l’égard de vos compagnons de travail.

26Ce sera pourtant une épreuve, qui jettera le trouble dans vos études. Mais vous pourrez employer à revoir vos auteurs les heures laissées libres par vos occupations.

27Soignez surtout votre piété et votre vie intérieure. Demeurez aussi fidèles que possible aux exercices spirituels qui sanctifiaient vos journées du Séminaire : Messe et communion quotidienne, prière, méditation, lecture pieuse, visite au Saint-Sacrement, petit office de la Sainte Vierge, à défaut du Bréviaire, chapelet. N’oubliez jamais que vous êtes toujours Séminaristes.

28Vous trouverez partout, je l’espère, des prêtres de paroisse, disposés à vous accorder tous les secours spirituels désirables.

29Vous aurez à cœur d’exercer dans votre nouveau milieu un apostolat sage et discret. Vos aînés le faisaient pendant leur temps de caserne. Vous le ferez dans vos ateliers et vos usines, dans vos bureaux et dans les champs. Vous vous préparerez ainsi d’une certaine manière à l’apostolat du ministère sacerdotal.

30Ne prenez pas l’habitude de dépenses inutiles. Veillez sur vos fréquentations. Menez une vie exemplaire. Curam habe de bono nomine.

31Pendant ce temps d’épreuve, nous prierons tous pour vous plus ardemment encore que pendant votre séjour au Séminaire. Rendez-nous le même service. Nous en avons grand besoin pendant ces temps difficiles.

32Je vous bénis et vous assure de mon affectueux dévouement en Notre-Seigneur.

33Votre vieil Évêque
Adolphe
Évêque de Quimper et de Léon

2 – Lettre du Capitaine de Vaisseau Féat, membre du cabinet militaire du Maréchal Pétain, à Mgr Duparc, 25 août 1943

34Le Maréchal de France
Chef de l’État
Cabinet Militaire Vichy, le 25 août 1943

35Monseigneur,

36C’est à titre privé que je vous écris. À la suite d’une lettre que j’ai reçue d’un de mes neveux, séminariste à Lesneven, j’ai cru comprendre que ce garçon était dans une situation irrégulière à l’égard de la Loi sur le service obligatoire du travail.

37Je l’ai vu, et il m’a avoué qu’en effet il aurait dû être parti, mais que tous ses camarades comme lui-même avaient refusé de le faire, leur Évêque, vous-même, Monseigneur, leur ayant fait dire qu’il était préférable de prendre cette attitude.

38J’ai compris que quelqu’un avait usurpé votre autorité, qui est grande, pour la réalisation de ses vues personnelles. Qui est coupable en la circonstance ? Est-ce le Supérieur du Séminaire ? Est-ce une autre autorité ? C’est vous qui pouvez le savoir.

39Pour moi, je puis seulement vous dire la grande douleur que j’éprouve en voyant un garçon demeuré honnête jusqu’à présent s’installer dans le mensonge et dans la fraude, et servir le Prince du mensonge au moment où il voulait se préparer à devenir le serviteur du Christ. Il serait impertinent de ma part de souligner que toute la doctrine de l’Église prêche l’obéissance à la loi civile dans la mesure où celle-ci ne conduit pas à se révolter contre Dieu. Le Christ a dit très simplement : « Rendez à César ce qui est à César. » Or c’est à César qu’appartient aujourd’hui le douloureux privilège de définir quels sont les devoirs du citoyen vis-à-vis de l’occupant. Ces devoirs n’ont jamais dressé les citoyens contre l’autorité divine ; il convient donc de les remplir purement et simplement.

40Mon neveu vit dans un presbytère avec la complicité du Curé qui le soutient moralement dans son attitude de révolte. Quel enseignement pour un jeune homme qui se prépare à parler au nom de Celui qui s’est fait obéissant jusqu’à la mort et jusqu’à la mort de la Croix ! Osera-t-il ouvrir la bouche quand il montera en chaire ?

41Je vous demande donc, Monseigneur, de remettre ces choses en ordre, comme vous en avez mis en ordre tant d’autres au cours des longues années que vous avez dépensées à la tête de votre cher diocèse. Il n’est pas possible que cette abominable confusion puisse se prolonger et que nos futurs prêtres commencent leur vie ecclésiastique par la révolte et le mensonge.

42Je vous demande, Monseigneur, de recevoir l’expression de mes sentiments de respectueuse vénération.

43G. Féat
Capitaine de Vaisseau Féat

3 – Billet de Mgr Duparc aux Séminaristes (dactylographié, signature manuscrite tremblante), 6 septembre 1943

44Si vous avez reçu votre appel de départ pour l’Allemagne, et si vous n’avez pas été déclaré inapte, Monseigneur vous engage à répondre sans retard à cet appel.

45Quimper, le 6 septembre 1943
Adolphe
Évêque de Quimper

4 – Lettre du chanoine Arthur Louvière, Supérieur du Grand Séminaire, au Capitaine de Vaisseau Féat, 12 septembre 1943

46Évêché de Quimper et de Léon
Lesneven, le 12 septembre 1943
Arthur Louvière
Vicaire Général et Supérieur du Grand Séminaire de Quimper,
Licencié en Droit Canonique et ès-Lettres,
Professeur de Pastorale,
Médaille militaire de la Guerre victorieuse 1914-1918,
promu Officier d’Académie par Monsieur Herriot
pour avoir favorisé l’influence française à l’étranger,

47assure Monsieur le Capitaine de Vaisseau Féat de ses religieux sentiments et tient en même temps à le rassurer sur sa parfaite orthodoxie. Il se permet même de proclamer n’avoir à recevoir de lui aucune leçon de civisme, de patriotisme, voire de théologie ou de spiritualité.

48Les avis donnés aux Séminaristes de Quimper ont été empruntés aux Lettres officielles des Cardinaux, Archevêques et Évêques de France, ainsi qu’à la théologie morale enseignée par l’Église depuis des siècles.

49Quant au neveu de Monsieur le Capitaine de Vaisseau Féat, s’il a adopté l’attitude dénoncée, c’est sous sa seule responsabilité, garantie sans aucun doute par ses parents. Personne n’empêche M. Jacques Ducamp, non plus que ses condisciples, de partir pour l’Allemagne s’ils le jugent à propos, et nous sommes surpris que son oncle n’ait pas tenté de l’obliger à répondre à l’appel reçu, à quoi nous ne nous serions pas le moindrement opposés.

  • 48 Le chanoine Louvière ne fut pas démis de ses fonctions et mourut Supérieur du Grand Séminaire en 1 (...)

50La lettre du Commandant Féat à S. E. Monseigneur Duparc restera un document illustrant l’intrusion de la Marine dans tous les domaines, et est sévèrement jugée par d’anciens camarades ou prêtres de Saint-Pierre-Quilbignon à qui j’ai eu l’occasion d’en parler depuis une semaine que communication m’en a été faite. Si elle obtient son but, à savoir la « mise à pied » du présent Supérieur du Grand Séminaire de Quimper, je m’efforcerai d’imiter la digne attitude prise par un de mes prédécesseurs que j’ai fort bien connu et dont le départ fut exigé par un de nos gouvernements persécuteurs. Ce ne sera pas une gloire pour le gouvernement du Maréchal d’avoir marché sur les traces du Combisme48.

51A. Louvière
Vicaire Général et Supérieur du Grand Séminaire de Quimper.

Notes

1 Emmanuel Le Roy Ladurie, « Les curés, derniers jacobins ? », Notre Histoire, n° 191, septembre 2001, p. 61.

2 Voir les analyses roboratives de l’historien anglais Richard Cobb, Vivre avec l’ennemi. La France sous deux occupations : 1914-18 et 1940-44, Paris, Éditions du Sorbier, 1985.

3 Lucien Febvre, première version de la préface d’un manuscrit resté inachevé et édité en 1996 par Thérèse Charmasson et Brigitte Mazon sous le titre Honneur et patrie, Paris, Perrin, p. 182.

4 Lettre publiée par l’abbé Henri Poisson, L’Abbé Jean-Marie Perrot, fondateur du Bleun-Brug (18771943), Rennes, Plihon, 1955, p. 248-250 (je cite d’après la reproduction de l’original, que l’auteur n’a pas transcrite avec précision dans son texte).

5 Respectivement « Lazadeg an innosanted », Feiz ha Breiz, mars-avril 1943 ; « Karnel Katyn », Feiz ha Breiz, juin 1943 ; « An harlu », Feiz ha Breiz, juillet 1943.

6 Extrait d’un débat organisé à Carhaix, suite à la représentation de la pièce Yann-Vari Perrot, créée l’année précédente par Goulc’han Kervella et la troupe Strollad ar Vro Bagan (Yann-Vari Perrot. Istor ur pezh-c’hoari, Quimper, Embannadurioù Al Lanv, 1991, p 117).

7 « Morlaix en deuil », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 12 février 1943.

8 Cité dans Yann-Vari Perrot. Istor ur pezh-c’hoari, op. cit., p. 5.

9 Ernst Nolte, La Guerre civile européenne, 1917-1945, Paris, Éditions des Syrtes, 2000.

10 Étienne Fouilloux, Les Chrétiens français entre crise et libération, 1937-1947, Paris, Seuil, 1997, p. 107.

11 René Cardaliaguet, « En souvenir de M. l’abbé J.-M. Perrot », Le Courrier du Finistère, 8 janvier 1944.

12 Mgr Grente, Monseigneur Duparc, évêque de Quimper (1857-1946), Quimper, Imprimerie cornouaillaise, 1948, p. 21.

13 « Mise en garde », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 12 juillet 1940.

14 Cité par René Cardaliaguet dans sa notice nécrologique « Son Excellence Monseigneur Duparc », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 31 mai 1946. En 1940, la version était légèrement différente, mais surtout accompagnée de la suite, qui atténuait la force du propos en l’inscrivant dans la perspective pénitentielle commune à la plupart des déclarations épiscopales du moment : « Finie la France ? Allons donc ! Rechristianisons son âme. La France se relèvera aussi immanquablement que le soleil se lève après la nuit » (« Le Pardon du 8 septembre 1940 », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 27 septembre 1940).

15 Voir Michel Lagrée, Religion et cultures en Bretagne, 1850-1950, Paris, Fayard, 1992, p. 289 et suiv.

16 Témoignage de l’abbé Jean Tromeur, septembre 2001. C’est Mgr Duparc lui-même qui se qualifie de « vieil évêque » dans un avis aux séminaristes daté du 24 février 1943 : voir en fin de chapitre les principaux documents de cette affaire.

17 « Ar Bleun Brug. E Reolennou », Feiz ha Breiz, août 1925.

18 Francis Le Squer, Les Espoirs, les efforts et les épreuves du mouvement breton catholique de 1891 à 1945, Lille, Septentrion, 1997, p. 480-494.

19 Ronan Calvez, La Radio en langue bretonne. Roparz Hemon et Pierre-Jakez Hélias : deux rêves de la Bretagne, Rennes, PUR, 2000.

20 Voir Francis Le Squer, Les Espoirs…, op. cit., p. 495-509, et Michel Lagrée, Religion et cultures…, op. cit., p. 284.

21 Kristian Hamon, Les Nationalistes bretons sous l’occupation, Le Relecq-Kerhuon, An Here, 2001, p. 41.

22 Voir Ronan Caerleon, Le Rêve fou des soldats de Breiz Atao, Quimper, Éditions Nature et Bretagne, 1974, p. 138.

23 Cité par l’abbé Henri Poisson, Yves Le Moal (Dir-na-Dor), 1874-1957, Saint-Brieuc, Les Presses bretonnes, 1962, p. 186.

24 Témoignage de Bernard Besret, successeur de Dom Alexis à la tête de l’abbaye de Boquen, qui le tenait de confidences de l’intéressé, avril 2001.

25 Roland Le Guen, Un Périodique nationaliste et chrétien pour les jeunes Bretons : « O Lo Lê », 1940-1944, Maîtrise d’Histoire, Université de Bretagne Occidentale, 1984, p. 101.

26 « Kenvreuriez ar Brezoneg », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 30 juillet 1943.

27 Rien n’est plus symptomatique de cette ambivalence des textes que les exégèses contradictoires du fameux discours prononcé par Mgr Duparc à Vannes en 1932, à l’occasion du quatrième centenaire de l’union de la Bretagne à la France. Alors que le prélat s’y affirmait d’entrée « Fançais loyal » dont « l’admiration aimante qu’il a vouée à sa petite patrie ne saurait amoindrir son affection pour la grande », Ronan Caouissin soutenait encore en 1986 que Mgr Duparc « mettait la France en accusation » (« Libres propos d’un fils spirituel de l’abbé Perrot », dans Yann-Vari Perrot, Istor…, op. cit., p. 133). Il est vrai que Breiz Atao à l’époque avait tiré dans le même sens les passages qui s’y prêtaient en effet.

28 « À propos du breton », La Semaine Religieuse de Quimper et de Léon, 22 octobre 1943.

29 « Monsieur Francis Gourvil, résistant de la première heure, a brisé sa plume pendant l’occupation », rappelle un rapport de la Direction générale de l’Information de Rennes de 1946 sur l’autonomisme breton (cité par Ronan Calvez, La Radio…, op. cit., p. 92).

30 René Cardaliaguet, Quimper tragique, Brest, Presse Libérale, 1942.

31 René Cardaliaguet à Adolphe Cabon, 3 juin 1942, Archives de l’évêché de Quimper, Fonds Cardaliaguet, 6Z7.

32 Léon Pichon à René Cardaliaguet, 29 octobre 1944, Archives de l’évêché de Quimper, Fonds Cardaliaguet, 6Z3.

33 Déposition du chanoine Cardaliaguet, 7 mars 1946, compte rendu dactylographié, Archives de l’évêché de Quimper, Fonds Cardaliaguet, 6Z9.

34 Sur la liste Bricler figuraient notamment, outre Francis Gourvil, les chanoines Joncour et Le Goasguen, tous deux piliers de la Direction des œuvres à l’évêché de Quimper, et l’abbé Jean-Louis Dantec, vicaire à Landerneau (Témoignage adressé par le chanoine Michel Gouchen, aumônier du Carmel de Morlaix, à Maître Kernéis, le 14 mars 1946, Archives de l’évêché de Quimper, Fonds Cardaliaguet, 6Z9).

35 René Cardaliaguet à Maître Kernéis, 10 mars 1944, Bibliothèque de l’abbaye de Landévennec, Fonds Cardaliaguet.

36 Stanislas Jaffrès à Maître Kernéis, 15 mars 1946, AEQ, Fonds Cardaliaguet, 6Z9.

37 « Le Marquis Régis de l’Estourbeillon », Le Courrier du Finistère, 17 octobre 1942, cité par Annie Cloarec, « Le Courrier du Finistère », septembre 1939-juillet 1944. Idées et attitude politique d’un journal catholique sous Vichy, Maîtrise d’Histoire, Université de Bretagne Occidentale, 1993, p. 130.

38 Voir « À Jean-Marie qui refuse le breton à l’école », Le Courrier du Finistère, 19 juin 1943, et « Deuxième à Jean-Marie », Le Courrier du Finistère, 17 juillet 1943.

39 « Le Duc Jean V de Bretagne », Le Courrier du Finistère, 29 août 1942.

40 René Cardaliaguet, Rapport demandé par Monsieur le Délégué départemental à l’Information sur l’activité du Courrier du Finistère au cours des dernière années, 6 décembre 1945, Archives de l’évêché de Quimper, Fonds Cardaliaguet, 6Z9.

41 René Cardaliaguet à Adolphe Cabon, respectivement 3 décembre 1942 et s.d. (début 1944), Archives de l’évêché de Quimper, Fonds Cardaliaguet, 6Z7.

42 René Cardaliaguet à Maître Kernéis, 10 mars 1946, loc. cit.

43 Projet de plaidoirie, 1946, manuscrit, Archives de l’évêché de Quimper, Fonds Cardaliaguet, 6Z9.

44 René Cardaliaguet, « M. l’abbé Jean-Marie Perrot », Le Courrier du Finistère, 18 décembre 1943.

45 René Cardaliaguet, « En souvenir de M. l’abbé J.-M. Perrot », Le Courrier du Finistère, 15 janvier 1944.

46 Alexandre Masseron à Maître Kernéis, 31 décembre 1945, Archives de l’évêché de Quimper, Fonds Cardaliaguet, 6Z9.

47 Maurice Merleau-Ponty, Sens et non-sens, Paris, Nagel, 1948, p. 363.

48 Le chanoine Louvière ne fut pas démis de ses fonctions et mourut Supérieur du Grand Séminaire en 1947 (note de l’auteur).

Notes de fin

* Bretagne et identités régionales pendant la Seconde Guerre mondiale, sous la direction de Christian Bougeard, Brest, CRBC, 2002, p. 285-306.

Auteur

Vicaire Général et Supérieur du Grand Séminaire de Quimper.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540