Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Catholiques en Bretagne au xxe siècle

 | 
Yvon Tranvouez

Première partie. Acteurs

Chapitre I. Un prêtre d’influence : René Cardaliaguet (1875-1950)*

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • * Bretagne et Religion. Travaux de la section Religion de l’Institut Culturel de Bretagne, Rennes, I (...)
  • 1 Yvon Tranvouez, Un Curé d’avant-hier. Le chanoine Chapalain à Lambézellec (1932-1956), Brest-Paris (...)

1Ayant observé de près, à travers l’un d’entre eux, la vie des chefs de paroisse bas-bretons au milieu du xxe siècle1, j’ai voulu en savoir plus sur celui qui fut, à bien des égards, l’un de leurs principaux mentors. René-Claude-Marie Cardaliaguet naît à Quimper le 5 septembre 1875, d’un père serrurier d’ascendance auvergnate et d’une mère bigoudène. Il a deux frères, Félix et Antoine, et deux sœurs, Marie et Marguerite. Après l’école primaire du Likès, on le trouve au petit séminaire de Sainte-Anne-d’Auray, d’où il gardera surtout le souvenir de deux professeurs, Jérôme Buléon et Adolphe Duparc. Élève brillant, il entre en 1893 au grand séminaire de Quimper, mais tombe gravement malade quelques mois plus tard. Forcé à un an de repos absolu, il se sent guérir à l’occasion d’un pèlerinage à Lourdes, mais il souffrira toute sa vie de migraines douloureuses. Diacre en 1898, il devient jusqu’en 1901 précepteur des enfants d’Auguste Carof, industriel de l’algue et homme d’œuvres, établi à Portsall, port de pêche situé dans la commune de Ploudalmézeau, en Bas-Léon. Dès son ordination sacerdotale, en 1899, il assure également, à la demande du curé, la direction du patronage paroissial Saint-Joseph.

2Il s’appelait donc René Cardaliaguet : trop long. À Ploudal, les gosses eurent vite fait de le surnommer « Carda ». Cela lui resta, même quand il fut ailleurs et devenu chanoine. Les plus respectueux se contentaient de lui donner du « Monsieur Carda ». Souvent évoqué, il n’a guère été étudié pour lui-même, et son souvenir est imprécis, ou plutôt disparate. Pour certains il reste le vicaire de patro admiré et aimé par ses jeunes. D’autres se rappellent les ouvrages de vulgarisation pastorale qu’il a tirés de son expérience paroissiale, ou le revoient dans son rôle d’animateur des conférences brestoises du « Souvenir ». D’autres encore citent ses romans pour la jeunesse ou ses travaux d’histoire locale. Peu sont capables de décrire son itinéraire.

3À vrai dire, il ne fut jamais curé. Vicaire à Ploudalmézeau de 1901 à 1917, il devint ensuite aumônier à Brest où, à partir de 1930, il se consacra essentiellement au journalisme.

Le vicaire

4Michel Grall, curé de Ploudalmézeau de 1888 à 1917, est l’un de ces grands curés qui ont fait élire à la Chambre en 1897, pour remplacer Mgr d’Hulst décédé, l’abbé Gayraud, prêtre démocrate étranger à la région, aux dépens de l’aristocrate local, le comte de Blois. Avec ses confrères Jean Favé, à Plouguerneau, et François Ollivier, à Lannilis, Michel Grall engage ainsi les catholiques dans les voies du ralliement voulu par Léon XIII. Il est un des éléments moteurs de cette démocratie cléricale du Léon qui frappera André Siegfried en 1913. Entre le jeune René Cardaliaguet et lui l’estime réciproque est immédiate. Les besoins de la desserte de Portsall, qui est à trois kilomètres du bourg mais dispose d’une chapelle depuis 1896, permettent au curé de demander et d’obtenir en 1901 la nomination de Carda comme vicaire de la paroisse.

  • 2 Voir Yvon Tranvouez, « “Triste métier…” Le journal d’un vicaire de patro en Basse-Bretagne à la Be (...)

5Les débuts sont difficiles. Enseigner était une tâche qui allait naturellement à cet intellectuel. Il n’a pas immédiatement la même aisance auprès d’une population qu’il connaît mal. Il lui faut d’abord apprendre le breton, ce qu’il fait grâce à la bonne – la carabassen – du presbytère. En dehors des tâches cultuelles et sacramentelles, le patronage reste sa fonction principale. Pour y attirer les jeunes gens, il commence par proposer des distractions : les jeux et la gymnastique, mais aussi la bibliothèque et le théâtre, et surtout les projections – la « lanterne magique ». Il sera toujours soucieux de mettre les techniques les plus modernes au service de la pastorale. Peu à peu, malgré les déboires et les moments de découragement, la fréquentation augmente. Elle semble suffisante en 1902 pour lancer un cercle d’études, qui ne dure guère, faute de participants, mais renaîtra épisodiquement, notamment en 1905 et en 1907, dans la mouvance du Sillon. Créé en décembre 1905, un bulletin du patro, Araok, a lui aussi une existence cahotante. La gym a plus de succès et justifie la formation en 1905 d’une société sportive, les Arzelliz, qui s’affilie à la Fédération Gymnastique et Sportive des Patronages de France. Ce qui frappe, finalement, dans les premières années de vicariat de Carda, c’est à la fois les difficultés chroniques et le caractère modeste des résultats obtenus, même si ce patronage parfois décevant n’est pas son seul horizon, loin s’en faut2. Il lui reste notamment assez de temps pour perfectionner sa connaissance de la langue bretonne, au point de se mettre à écrire, avec son frère Félix, des pièces en breton qu’ils signent du pseudonyme transparent « F.R. Breudeur » (« Félix et René Frères »). On le trouve même en 1906, avec Jean-Marie Perrot et Jean Roudaut, dans le petit groupe de jeunes prêtres qui forment le projet d’Ar C’horn bout, feuille qui, sans l’opposition de Mgr Dubillard, serait venue doubler un Feiz ha Breiz trop archéologique à leurs yeux.

  • 3 Voir Yvon Tranvouez, « O vont da bardouna da Jeruzalem. Le récit de pèlerinage d’un vicaire bas-br (...)
  • 4 « Le pèlerinage a été fatigant, mais une joie cependant. Que Dieu compte cette fatigue au profit d (...)

6À plusieurs titres, l’année 1908 est un tournant. Adolphe Duparc, nommé évêque de Quimper en février, se souvient de son ancien élève et lui propose de devenir son secrétaire particulier. Par fidélité à son curé, Carda refuse. Au même moment, une crise secoue le patronage, dont certains éléments désertent les offices religieux au profit de l’auberge, et finissent par quitter le patro plutôt que de s’amender. Découragé par cet échec, Carda part en Terre sainte. Le pèlerinage lui laisse une forte impression3. Il en revient décidé à continuer, autrement et mieux, le travail paroissial dans lequel il pensait avoir échoué : « Skuizuz eo bet ar pelerinaj, dudiusive. Ra blijo gant Doue lakad ar skuizder da dalvezout d’ar barrez4… »

  • 5 Paris, Éditions Spes (collection « Des fleurs et des fruits. Bibliothèque pour les Jeunes », dirig (...)

7Malgré une reprise délicate, les choses s’arrangent peu à peu. Mieux, le succès vient : c’est le temps des moissons, au patro comme dans les autres œuvres paroissiales. La période 1908-1914 apparaît comme la grande époque de ce que j’appellerais volontiers « le catholicisme de Ploudalmézeau ». Sans diminuer les mérites de leurs confrères, il faut bien reconnaître que la paroisse repose sur ces deux prêtres de grande classe, Michel Grall et René Cardaliaguet. Le sénateur-maire Jules Fortin et l’industriel Auguste Carof entrant tout à fait dans leurs vues, la commune de Ploudalmézeau animée par ce quatuor exprime alors ce catholicisme ultramontain, rallié, social et moderne – dans ses méthodes, tout au moins – que Léon XIII appelait de ses vœux et dont Pie X s’est employé à contenir les dérives. Le Léon au carré : on trouverait difficilement système religieux aussi intégral, dans son emprise, et intransigeant, face aux principes de la modernité libérale ou socialiste. Carda rendra parfaitement l’esprit de cette mobilisation à double front dans un roman publié en 1932, Yann Seitek, Président de la République5.

  • 6 René Cardaliaguet, « Monsieur le Curé fayolise sa paroisse. Notes d’un incapable », Almanach Catho (...)

8Concrètement, la paroisse témoigne de sa vitalité par l’existence d’un ensemble d’œuvres qui se complètent. À la base, les œuvres de piété, Apostolat de la Prière, Fraternité du Tiers Ordre et diverses confréries : ce sont les plus anciennes et les plus chères au chanoine Grall, pour qui la prière est le fondement nécessaire de l’action. Puis les œuvres d’éducation, dont René Cardaliaguet est la cheville ouvrière : les écoles libres, et surtout les patronages. Celui des garçons est la pièce maîtresse. Sur place, Cardainnove, introduisant le cinéma dès 1910. Ailleurs, les déplacements sportifs ou festifs portent l’image de la paroisse et suscitent ici ou là des émules. Les locaux du patro servent régulièrement à des cours du soir (Skol Noz). Viennent ensuite les œuvres sociales fondées par le curé ou son vicaire : mutuelles accidents et maladie, assurance du bétail pour les agriculteurs, caisse de crédit, société de secours mutuel des marins pêcheurs de Portsall, etc… Au centre du dispositif depuis 1902, écho et porte-voix, un bulletin paroissial imprimé, le Kannadig ar Barrez Guitalmeze. Arrêtons l’inventaire pour souligner l’organisation : « Monsieur le Curé fayolise sa paroisse », dira plus tard Carda6.

  • 7 Voir Jean-Yves Jézequel, « Un hebdomadaire à la fin xixe siècle : Le Courrier du Finistère », Cahi (...)
  • 8 Voir Florent Brayère, Une Étude de presse : « L’Étoile de la Mer », journal catholique (1895-1901)(...)

9Le congrès eucharistique cantonal de 1910 est peut-être le sommet de cette grande période. Rassemblant 15 000 fidèles sous la présidence de Mgr Duparc, il atteste la vigueur d’une spiritualité eucharistique que le clergé local cultive au fil de l’an : adoration du Saint-Sacrement, communion fréquente dans la ligne des directives pontificales – la seule paroisse de Ploudalmézeau s’enorgueillit de quelque 60 000 communions annuelles pour 3 500 âmes. Mais la paroisse rayonne bien au-delà de son canton. Déjà fondateur du Kannad ar Galon-Zakr, périodique consacré à la dévotion au Sacré-Cœur, Monsieur Grall a créé en 1895 la Société de la Presse Catholique du Finistère – devenue par la suite Presse Libérale – qui a pris alors le contrôle de l’hebdomadaire catholique Le Courrier du Finistère7, et lancé l’éphémère Étoile de la Mer (1895-1901) : Carda y fait ses première armes de journaliste8.

  • 9 Voir Olivier Le Dall, La Grande Guerre au miroir du « Patro », bulletin du patronage de Ploudalméz (...)

10Resté seul vicaire pendant la guerre, auprès de son curé malade, il fait face, au prix d’un travail écrasant. Le bulletin du patronage devient le trait d’union entre les paroissiens et les soldats et marins mobilisés9. À la mort de Monsieur Grall, en juin 1917, une délégation des paroissiens conduite par le maire demande que Carda soit appelé à lui succéder ; l’évêque refuse en invoquant les usages. Trop encombrant pour le nouveau curé, et encombré par le nouveau curé, René Cardaliaguet est nommé recteur de Camaret à la fin de 1917. La mesure est aussitôt annulée, apparemment parce que l’on craint que sa santé, restée délicate, n’y résiste pas, mais peut-être aussi parce que l’on préfère finalement lui confier un apostolat plus directement en rapport avec son profil d’intellectuel. En janvier 1918, il devient donc aumônier de la Retraite du Sacré-Cœur à Brest.

L’aumônier

  • 10 Du nom du bulletin trimestriel des écoles de la congrégation de la Retraite du Sacré-Cœur, dont la (...)

11Surmontant sa déception initiale – Camaret lui aurait plu – il s’adapte à sa nouvelle fonction. C’est pourtant un changement de monde : il était vicaire de campagne, le voilà dans une maison d’éducation qui accueille les filles de la bonne société brestoise. En fait, il s’impose vite dans le rôle de catéchiste, confesseur, directeur de conscience et prédicateur que sa position lui commande. Le ministère officiel qui lui est ainsi assigné peut sembler modeste. Mais comme il a le temps et que les besoins et les possibilités existent, il se fait professeur de latin, d’histoire et de géographie, poussant les élèves à se présenter au baccalauréat alors que les familles ne sont pas toujours convaincues de l’intérêt d’un tel objectif pour leurs filles, qu’elles songent d’abord à marier. Les anciennes élèves lui sont reconnaissantes, et pour celles qui sont encore dans la région, il crée un cercle d’études, bientôt ouvert à un public plus large sous la forme de conférences dites du « Souvenir10 ». D’autres, qui ont quitté Brest, lui demandent toujours une direction spirituelle, qu’il assure par une abondante correspondance.

  • 11 Orphelin de père et de mère, Alexandre Masseron avait pour tuteur Monsieur Grall, curé de Ploudalm (...)

12On aperçoit comment, au cours des années vingt, René Cardaliaguet devient peu à peu un homme d’influence. À Brest, il est au centre d’un réseau de relations qui se tisse autour de lui. Les plus proches ? D’une part son vieil ami et complice, l’avocat Alexandre Masseron, de cinq ans son cadet. Il l’a connu à Ploudalmézeau lorsque Masseron, étudiant en droit, passait ses vacances au presbytère11. D’autre part sa sœur, Marie, qui a épousé l’hôtelier Victor Branellec, patron du « Moderne ». Dans le grand hôtel brestois, il trouve une famille dévouée et généreuse. Les deux filles de la maison, Marguerite et Jeanne, admirent « oncle René » et ne lui ménagent pas leur aide ; il leur rendra hommage, à sa façon, en restituant l’ambiance de la grande époque du « Moderne » dans un petit roman resté inédit, Trois Filles de salle. Au-delà de ce noyau de fidèles, un premier cercle d’amitiés brestoises, où s’inscrivent à la fois des ecclésiastiques comme Louis Saluden, Michel Gouchen, Pol Aubert, et des laïcs comme l’avocat Adolphe Kernéis ou le médecin Henri Philippon.

  • 12 Les deux volumes sont édité à Paris, chez Bloud et Gay. Joseph Rogé les classe parmi les « favoris (...)

13Plus loin, un deuxième cercle délimité par une influence diocésaine. Ici, ce sont les fonctions annexes – si l’on peut dire, car en fait elles dévorent son temps – qui jouent à plein. Responsable diocésain de la Croisade Eucharistique à partir de 1922 et de l’Apostolat de la Prière à partir de 1927, Carda dirige aussi le Kannad ar Galon-Zakr, qu’il a reçu du chanoine Grall. Mais surtout il succède en 1925 à Corentin Le Nours comme rédacteur en chef du Courrier du Finistère, avant d’en devenir le directeur en 1931, à l’occasion d’une restructuration de la Société de la Presse Libérale. Il faut insister sur un troisième cercle, moins connu, celui des relations parisiennes qu’il se fait par l’intermédiaire de Masseron. Passionné de littérature et grand spécialiste de Dante, l’avocat brestois est proche de Stanislas Fumet et du groupe du « Roseau d’Or ». Par là, ce sont les milieux de La Vie Catholique et de La Vie Spirituelle qui s’ouvrent à Carda. Pour Francisque Gay, il tire de son expérience à Ploudalmézeau des leçons de sagesse pastorale. Publiées d’abord dans l’Almanach Catholique Français, ces réflexions sont regroupées et augmentées dans un premier livre, Mon Curé chez lui (1926), prolongé par un second, Mon Curé vingtième siècle (1928) : deux volumes dont Joseph Rogé assure qu’ils sont en faveur dans les séminaires des années trente12. À la revue du Père Bernadot, Carda donne des articles et des recensions. C’est lui aussi qui dirige le jeune André Colin, dont la famille est de Ploudalmézeau, vers les dominicains de Juvisy. Mais cela n’exclut pas d’autres horizons : il a par exemple d’excellents rapports avec l’abbé Louis Bethléem, directeur de la Revue des Lectures. Ce tableau n’est qu’indicatif et partiel. On aimerait reconstituer la correspondance de René Cardaliaguet. Sans parler de son contenu, la simple géographie de ses destinataires ne manquerait pas d’être instructive.

14À Brest, ce sont surtout les conférences du « Souvenir » qui l’on fait connaître et apprécier. Il s’agit donc, en somme, d’un cercle d’études pour dames qui a pris de l’ampleur et ouvert ses portes, et qui s’est perpétué de 1920 à 1939. Chaque cycle annuel comprend entre douze et seize conférences, programmées de novembre à mars. Les sujets les plus variés y sont abordés : questions religieuses, bien entendu, mais aussi histoire, littérature, sciences… À l’origine, la formule repose uniquement sur des intervenants du cru. Elle s’élargit à partir de 1923 par l’invitation chaque année de quelques conférenciers renommés comme Mgr Baudrillart, recteur de l’Institut catholique de Paris, Mgr Grente, évêque du Mans, les historiens Georges Goyau et Jérôme Carcopino, l’écrivain Johannes Joergensen, la comédienne Béatrix Dussane, le géologue Pierre Termier, et bien d’autres au fil des ans. La direction effective est assurée par René Cardaliaguet et Alexandre Masseron. Les conférences ont lieu le mardi soir, entre 17h15 et 19h. Le moment de choix est celui du « mot de l’aumônier », qui clôt la séance en louant… ou en éreintant courtoisement l’orateur. Suit, pour les organisateurs et quelques invités choisis, un repas chez Carda, ou un dîner de gala au « Moderne » lorsque l’hôte est de marque. Un compte rendu est publié dans l’Écho Paroissial de Brest, bulletin de la paroisse Saint-Louis. Parfois le texte de la conférence y paraît en feuilleton, ou fait l’objet d’une impression en plaquette. Le public, cent à cent cinquante personnes en moyenne, est fourni par l’élite sociale et intellectuelle catholique de la ville. À considérer l’esprit de l’affaire, on a le sentiment d’un salon culturel, dans la perspective d’un catholicisme ayant vocation à s’exprimer sur tout, directement – sur les sujets religieux – ou indirectement – sur les autres.

15Chanoine honoraire depuis 1923, Carda est devenu cet intellectuel d’aspect glacial que beaucoup redoutent. Porté à l’ironie, qu’il parle ou qu’il écrive, il est génial dans la répartie et féroce dans les commentaires. On admire aussi son érudition, qui est assurément le fruit d’un travail acharné. Il est vrai que, malgré une santé toujours fragile, cinq heures de sommeil lui suffisent, ce qui lui permet de faire face à des tâches de plus en plus nombreuses tout en se réservant une heure quotidienne d’adoration et, si possible, un moment pour réciter le Rosaire. Fidèle à cette spiritualité eucharistique qu’il doit surtout à Monsieur Grall, il tient également à faire chaque année une retraite à la villa Manrèse de Clamart. Tel qu’il l’a conçu et pratiqué, son ministère d’aumônier s’est donc peu à peu chargé d’activités extérieures qui ont fini par occuper l’essentiel de son temps. C’est donc tout à fait logiquement qu’il quitte la Retraite en 1930 pour se consacrer avant tout au journalisme.

Le journaliste

  • 13 Voir Aude Daniel, Un Hebdomadaire catholique départemental : « Le Courrier du Finistère » de 1919 (...)
  • 14 Voir Hélène Hamon, La « Chronique Brestoise » : un journal catholique, 1932-1937, Maîtrise d’Histo (...)

16Sa mission officielle est désormais celle de directeur diocésain de la Presse catholique. Il choisit pourtant de demeurer à Brest, dans un petit appartement de la Cité d’Antin, à proximité de sa famille et de ses amis. Il travaille surtout aux trois journaux qu’il dirige. Au Kannad ar Galon-Zakr, mensuel, et au Courrier du Finistère, qui paraît chaque semaine13, Carda ajoute en effet en 1932 un autre hebdomadaire, la Chronique Brestoise, qui disparaîtra en 1937. Avec son ami Masseron – qui signe « Beffa » – et sa nièce Marguerite Branellec – au pseudonyme « Marie Kerlo » – il rédige l’essentiel de cette petite feuille de combat, qui lui permet de donner libre cours à sa veine de polémiste14. Animant toujours les conférences du « Souvenir », collaborant encore occasionnellement aux mêmes publications parisiennes, il donne également les « billets de Suzanne » à la revue suisse Causeries.

  • 15 Témoignage de Marguerite Branellec, 18 avril 1985.

17Sans doute est-ce la période la plus féconde de sa vie. On a le sentiment que sa fonction coïncide enfin avec sa vocation. Il devient ce qu’il est fondamentalement, un homme de plume, plus précisément un homme de traits : il excelle dans les articles brefs et nerveux comme dans les portraits – ceux qu’il croque dans la Chronique Brestoise par exemple. Plus que jamais, il s’impose un horaire draconien. Au reste, il est servi par sa facilité d’écriture. Sur ses manuscrits, il met le titre, prévoit le nombre de lignes, appose sa signature, puis rédige rapidement, en écrivant uniquement sur la moitié gauche de la page pour le cas où il aurait à reprendre une partie du texte : en fait, il rature peu15.

  • 16 Paris, Éditions Spes, (collection « Des fleurs et des fruits. Bibliothèque pour les Jeunes », diri (...)

18Il écrit pour ses journaux et fournit de tout : de l’opinion sur l’actualité, mais aussi du roman en feuilletons ou de l’histoire en tranches. Ses romans pour la jeunesse, où la science-fiction s’inscrit dans un cadre traditionnel, mettent volontiers en scène les lieux et les hommes qui ont marqué son expérience paroissiale. Carda décrit Ploudalmézeau et extrapole les perspectives scientifiques de son confrère et ami Benjamin Courtet, professeur de physique au collège Notre-Dame-de-Bon-Secours. Ainsi, Les Trois contre Moscou (1931) imagine l’invasion de la France par les Rouges, la présence en Bretagne des troupes chinoises d’occupation au service de Moscou, et la résistance menée à partir de Portsall par des jeunes catholiques, « evit Doue hag ar Vro » (« Pour Dieu et pour la Patrie »). Ils l’emportent et délivrent le pays grâce à une aviation rendue invisible par un gaz de leur invention : « Le bolchevisme ne fut bientôt qu’un souvenir. » Le récit, comme souvent dans le catholicisme de l’époque, associe sans nuances l’hostilité aux Boches, à l’anticommunisme et à l’antisémitisme : l’ennemi, c’est « Moyses Schwartz, dit Mouravief, chef du pouvoir exécutif des Soviets », et cette association devient caricaturale dans les dessins qui illustrent le livre16. Sur des intrigues différentes, les autres romans de René Cardaliaguet s’inscrivent dans la même problématique, où le refus radical du communisme s’accompagne d’une critique des travers du capitalisme, pour prôner une troisième voie catholique sociale. Yann Seitek, Président de la République (1932), déjà évoqué, est une leçon d’action politique chrétienne. Citons encore trois textes restés à l’état de feuilletons : C’étaient les Gâs de la Marine (1933), Le Capitaine sans moustache, qu’on nommait Petit-Pierre (1934) – une aventure de chouannerie dans le Bas-Léon – et Hervé Landaouez, chef du Soviet de Korioncor (1935-1936).

  • 17 Voir Yvon Tranvouez, « Une histoire catholique de la Révolution française. À propos de René Cardal (...)

19Progressivement, cependant, il se tourne vers l’histoire. Du communisme qu’il redoute, il accuse le capitalisme qui l’a engendré. Cette généalogie de la modernité est un lieu commun du mouvement catholique. Albert de Mun, qui fut député du Finistère de 1894 à 1914, a largement contribué à l’enraciner dans le Léon. De la Révolution russe, Carda remonte donc à la Révolution française, et plus particulièrement à son histoire religieuse. Paraissent ainsi successivement, tous à Brest – aux Éditions du Courrier – Le Régicide brestois Claude Blad, procureur de Quiberon (1937) ; Cléder. Prêtres et paysans pendant la Révolution (1939) ; La Révolution à Brest : la vie religieuse, 1789-1809 (1941) ; Quimper tragique (1942)17.

  • 18 Voir Fabrice Derriennic, Le « Courrier du Finistère ». Un hebdomadaire catholique dans les années (...)
  • 19 Voir Bruno Le Roux, Le Mouvement Croix de Feu et le PSF dans le Finistère, Maîtrise d’Histoire, Un (...)

20Tout contribue, dès le début des années trente, à précipiter René Cardaliaguet dans l’arène18. La crise économique, l’évolution politique qui l’accompagne et la tension internationale qui en résulte, brisent l’unité du mouvement catholique. Les « pontificaux » n’échappent pas à la logique d’affrontement induite par la montée des fascismes et la constitution des fronts populaires. La guerre d’Espagne représente à cet égard une ligne de fracture décisive. Carda dénonce vigoureusement les « crimes » du Frente Popular. Il y est poussé par les informations qui lui parviennent de différents côtés, notamment par ce que lui rapporte un membre de sa famille, le commandant Branellec, qui a participé aux opérations de rapatriement des familles françaises, et surtout par les nouvelles que la presse du Vatican diffuse sur le martyre du clergé espagnol. L’engagement de ses proches le conforte dans cette voie : le « Moderne » l’attire dans la mouvance des Croix de Feu, puis du Parti Social Français du colonel de La Rocque19. Mais cette évolution lui vaut désormais des adversaires implacables parmi ses confrères. Des prêtres de Recouvrance, la rive droite de Brest, le prennent violemment à partie : démocrates chrétiens avant tout, ils voient la guerre d’Espagne du côté du clergé nationaliste basque et donc des républicains. Douloureuse rupture pour Carda, dont toute la mentalité reposait sur l’unité des forces catholiques et qui constate que l’action lui est fatale, à cause des appréciations différentes de l’ennemi principal, et donc des alliances prioritaires. Il lui arrive alors de se sentir en exil dans son propre camp.

  • 20 Voir Annie Cloarec, Le « Courrier du Finistère », septembre 1939-juillet 1944. Idées et attitude p (...)

21La défaite française de 1940 et l’Occupation le troubleront plus encore20. Le Courrier du Finistère continue à paraître. René Cardaliaguet, comme bien d’autres, est favorable à Pétain et ouvert aux virtualités catholiques de la Révolution Nationale. La présence à Vichy du comte de Guébriant, qui participe à la mise en place de l’organisation corporative paysanne, lui semble de bon augure. Il ne montre en revanche aucune complaisance pour les Allemands. Un patriotisme élémentaire, appuyé par un antinazisme puisé aux documents pontificaux, l’amène à ruser avec la censure et à utiliser plus que jamais les ressources de l’humour froid. Mais la même fidélité aux encycliques de Pie XI l’empêche de taire, même tactiquement, ce qu’il croit être la vérité à propos des massacres de Katyn, qu’il attribue donc à l’Armée Rouge, ce que l’on sait aujourd’hui être exact, contrairement à ce que beaucoup pensent à l’époque, notamment dans les milieux de la Résistance.

22Cet anticommunisme irréductible lui vaut évidemment d’être inquiété à la Libération. Inculpé d’atteinte à la sûreté de l’État, « démissionnaire » de toutes ses fonctions en 1946, il se retire chez les Branellec, au manoir de Kerampir en Bohars, près de Brest. Aidé par Maître Kernéis, il prépare sa défense, mais l’instruction tourne court et il obtient un non-lieu en juillet 1947. La page est tournée cependant, d’autant plus que « son » évêque, Mgr Duparc, est mort en 1946. Oublié par l’évêché et un peu amer, Carda consacre ses dernières années à revivre son passé en croquant quelques « belles figures sacerdotales » pour la revue diocésaine des vocations, et en travaillant à une biographie de Mgr Duparc, qu’il n’achèvera pas. Ses noces d’or sacerdotales, célébrées triomphalement à Ploudalmézeau en 1949, lui montrent où sont ses vrais fidèles. Et quand il meurt, le 13 octobre 1950, c’est tout naturellement qu’on l’enterre à Ploudal, auprès de Monsieur Grall, « son » curé.

  • 21 M.G. (Michel Gouchen), « M. René Cardaliaguet, Chanoine honoraire, ancien Directeur de la Presse » (...)
  • 22 Voir Émile Poulat, Église contre bourgeoisie. Introduction au devenir du catholicisme actuel, 2e é (...)
  • 23 Voir Hugues Portelli, Gramsci et le bloc historique, Paris, PUF, 1972 (« La hiérarchie qualitative (...)

23C’est un vieil ami, le chanoine Gouchen, qui lui rendit hommage dans la Semaine Religieuse. Journaliste avant tout, résumait-il, « il combattit la contre-Église sous tous ses camouflages. Prompt à discerner le mal. Prompt à le mettre au pilori ». Sans doute avait-il eu « la dent un peu dure » parfois, « et pourtant l’image qui restera de lui sera plutôt celle d’un Croisé xxe siècle, courtois pour l’adversaire, pitoyable au vaincu, toujours prêt à venger l’honneur de son Dieu et de ses amis21 ». Pieuse nécrologie, qu’il faut lire pour ce qu’elle est, le miroir qu’une génération sacerdotale, élevée dans une mentalité obsidionale et toujours sur la brèche, se tend à elle-même avant de disparaître. Mais René Cardaliaguet, en particulier ? Plus que d’autres, sans doute, il a été un prêtre d’influence. Ce n’est certes pas un penseur original. Il s’inscrit dans un courant de pensée intransigeant, qui le précède et qui lui survit, ne cessant de s’ajuster en fonction de l’évolution des événements22. Dans ce système, il est précisément un passeur, faisant écho aux débats du temps, accommodant dans son diocèse les réflexions des cercles parisiens. Par là, il est un exemple typique de ces « intellectuels intermédiaires » dont Gramsci a montré l’importance23. Le tirait en 1939 à 25 000 exemplaires environ et, pour beaucoup de familles catholiques du diocèse, c’était la seule lecture. L’action de René Cardaliaguet se situe donc à ce niveau précis, trop peu étudié, où se fabrique l’opinion catholique ordinaire, où s’organise l’emprise culturelle de la religion. Quant à ses convictions les plus profondes, sur lesquelles il ne s’épanchait guère, on ne peut que renvoyer à son bref testament spirituel :

« Merci à tous ceux qui m’ont aimé, aidé, soutenu.
Merci à tous ceux qui m’ont peiné, critiqué, combattu.
À tous je demande de prier pour moi
Qui ai prié pour eux plus souvent que tous les jours,
Et que Dieu nous sauve tous pour les revoirs éternels. »

Notes

1 Yvon Tranvouez, Un Curé d’avant-hier. Le chanoine Chapalain à Lambézellec (1932-1956), Brest-Paris, Éditions de la Cité, 1989.

2 Voir Yvon Tranvouez, « “Triste métier…” Le journal d’un vicaire de patro en Basse-Bretagne à la Belle Époque », dans Bretagnes : art, négoce et société de l’Antiquité à nos jours. Mélanges offerts au Professeur Jean Tanguy, Brest, CRBC, 1996, p. 479-492.

3 Voir Yvon Tranvouez, « O vont da bardouna da Jeruzalem. Le récit de pèlerinage d’un vicaire bas-breton en 1908 », dans Langues de l’histoire, langues de la vie. Mélanges offerts à Fanch Roudaut, Brest, CRBC, 2005, p. 331-342.

4 « Le pèlerinage a été fatigant, mais une joie cependant. Que Dieu compte cette fatigue au profit de la paroisse… », Kannadig ar Barrez Guitalmeze, n° 75, février 1909.

5 Paris, Éditions Spes (collection « Des fleurs et des fruits. Bibliothèque pour les Jeunes », dirigée par l’abbé Félix Klein).

6 René Cardaliaguet, « Monsieur le Curé fayolise sa paroisse. Notes d’un incapable », Almanach Catholique Français pour 1924, Paris, Bloud et Gay, 1924, p. 171 à 181. On sait que l’ingénieur Fayol fut le pionnier en France des méthodes de rationalisation du travail, dites souvent de Taylor (du nom de son homologue américain).

7 Voir Jean-Yves Jézequel, « Un hebdomadaire à la fin xixe siècle : Le Courrier du Finistère », Cahiers de Bretagne Occidentale, n° 3, 1981, p. 57-69. Il ne faut pas se méprendre sur le changement de titre de la société éditrice : il ne signifie pas une conversion au libéralisme, mais une adaptation du catholicisme intransigeant, dans l’esprit du ralliement voulu par Léon XIII, ce qu’exprime aussi, par exemple, dans le domaine politique, la dénomination de l’Action Libérale Populaire de Jacques Piou.

8 Voir Florent Brayère, Une Étude de presse : « L’Étoile de la Mer », journal catholique (1895-1901), Maîtrise d’Histoire, Université de Bretagne Occidentale, 1992.

9 Voir Olivier Le Dall, La Grande Guerre au miroir du « Patro », bulletin du patronage de Ploudalmézeau, Maîtrise d’Histoire, Université de Bretagne Occidentale, 2001.

10 Du nom du bulletin trimestriel des écoles de la congrégation de la Retraite du Sacré-Cœur, dont la maison mère est à Angers. Voir Charles-Yves Peslin, « Les conférences du Souvenir à Brest », Les Cahiers de l’Iroise, 1977/1, p. 42.

11 Orphelin de père et de mère, Alexandre Masseron avait pour tuteur Monsieur Grall, curé de Ploudalmézeau. Sur son activité de journaliste, voir Marianne Péron, La Représentation de la bourgeoisie catholique brestoise à travers les chroniques d’Alexandre Masseron dans « Le Courrier du Finistère », Master 1 d’Histoire, Université de Bretagne Occidentale, 2005.

12 Les deux volumes sont édité à Paris, chez Bloud et Gay. Joseph Rogé les classe parmi les « favoris du moment » malgré leur insistance sur « la pastorale de protection de l’élite et de l’apostolat de la Presse, c’est-à-dire sur un état déjà dépassé » : dépassé, sous-entendu, par le lancement de l’Action catholique spécialisée (Joseph Rogé, Le Simple prêtre, Paris, Casterman, 1965, p. 133).

13 Voir Aude Daniel, Un Hebdomadaire catholique départemental : « Le Courrier du Finistère » de 1919 à 1939, Maîtrise d’Histoire, Université de Bretagne Occidentale, 1990.

14 Voir Hélène Hamon, La « Chronique Brestoise » : un journal catholique, 1932-1937, Maîtrise d’Histoire, Université de Bretagne Occidentale, 1992.

15 Témoignage de Marguerite Branellec, 18 avril 1985.

16 Paris, Éditions Spes, (collection « Des fleurs et des fruits. Bibliothèque pour les Jeunes », dirigée par l’abbé Félix Klein ; illustrations de Ardéco). Citations : p. 203 et 80. Sur l’antisémitisme de la presse catholique finistérienne, voir François Cogan, Le « Courrier du Finistère », la « Chronique Brestoise » et les Juifs (1932-1944), Maîtrise d’Histoire, Université de Bretagne Occidentale, 1993.

17 Voir Yvon Tranvouez, « Une histoire catholique de la Révolution française. À propos de René Cardaliaguet, Cléder. Prêtres et paysans sous la Révolution (Brest, 1939) », dans Yann Celton, Tanguy Daniel, Yvon Tranvouez (dir.), Chrétientés de Basse-Bretagne et d’ailleurs. Les archives au risque de l’histoire, Mélanges offerts au chanoine Jean-Louis Le Floc’h, Quimper, Société Archéologique du Finistère, 1998, p. 403-408.

18 Voir Fabrice Derriennic, Le « Courrier du Finistère ». Un hebdomadaire catholique dans les années 1930, Maîtrise d’Histoire, Université de Bretagne Occidentale, 1991.

19 Voir Bruno Le Roux, Le Mouvement Croix de Feu et le PSF dans le Finistère, Maîtrise d’Histoire, Université de Bretagne Occidentale, 1996.

20 Voir Annie Cloarec, Le « Courrier du Finistère », septembre 1939-juillet 1944. Idées et attitude politique d’un journal catholique sous Vichy, Maîtrise d’Histoire, Université de Bretagne Occidentale, 1993.

21 M.G. (Michel Gouchen), « M. René Cardaliaguet, Chanoine honoraire, ancien Directeur de la Presse », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 17 novembre 1950.

22 Voir Émile Poulat, Église contre bourgeoisie. Introduction au devenir du catholicisme actuel, 2e édition, Paris, Berg-International, 2006 (1re édition : 1977).

23 Voir Hugues Portelli, Gramsci et le bloc historique, Paris, PUF, 1972 (« La hiérarchie qualitative des intellectuels », p. 116 et suiv.).

Notes de fin

* Bretagne et Religion. Travaux de la section Religion de l’Institut Culturel de Bretagne, Rennes, ICB, 1990, p. 131-142.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540