Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Catholiques en Bretagne au xxe siècle

 | 
Yvon Tranvouez

Prologue. « Chevaux chrétiens, qui m’écoutez ! »*

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • * Bretagne-Magazine, n° 5, juin 2002, p. 38-40.c
  • 1 Chanoine Thellier de Poncheville, Tout l’Évangile dans toute la vie, Paris, Éditions Spes, 1934.

1C’est en ces termes insolites qu’au début du xxe siècle, emporté par son élan oratoire, un prédicateur s’adressa aux placides équidés qu’il était venu bénir au pardon de Kerlannou, à Ploudalmézeau. Le trait surprend. On peine, aujourd’hui, à se représenter ce qui fut l’idéal de plusieurs générations de prêtres et de militants catholiques : une société intégralement chrétienne – chevaux compris, pourquoi pas ? – qu’il s’agissait de conserver là où on pensait qu’elle existait encore, et de reconstruire là où il semblait qu’elle se défaisait. Mettre « tout l’Évangile dans toute la vie », selon le mot célèbre du chanoine Thellier de Poncheville1, ce fut l’objectif du puissant mouvement catholique qui se développa en Bretagne du début des années 1890 à la fin des années 1950. Son échec apparent, à considérer le détachement religieux qui s’observe de nos jours, ne saurait masquer sa réelle influence : les profondes mutations qui ont marqué la société bretonne depuis cent ans lui doivent beaucoup. Paradoxalement, la modernisation de la Bretagne a été, dans bien des domaines, l’œuvre d’un certain nombre d’hommes et de femmes qui se réclamaient d’un catholicisme antimoderne.

2À l’origine, en effet, le mouvement catholique exprime une réaction de défense. Confronté à la politique anticléricale de la IIIe République, le clergé breton s’emploie à intégrer ses fidèles dans un réseau d’institutions chrétiennes censées les préserver des influences délétères de leurs concurrentes laïques. Sans doute ne part-on pas de rien : l’Église catholique a une longue tradition et une riche expérience dans les domaines de l’éducation et de l’assistance, et les religieuses – les « bonnes sœurs » – s’en sont fait une réputation. Mais à la fin du xixe siècle les choses prennent une toute autre dimension. Le détonateur, c’est, en 1891, l’encyclique Rerum novarum sur la condition des ouvriers. S’il concerne moins que d’autres une région encore massivement paysanne, le texte de Léon XIII invite le clergé à se consacrer aux œuvres sociales. Dans les diocèses bretons, viviers de vocations sacerdotales, cet appel trouve immédiatement un écho enthousiaste.

3Un an plus tard, en 1892, une nouvelle encyclique, Au milieu des sollicitudes, demande aux catholiques français de se rallier au régime républicain. Frondée dans nombre de châteaux où l’on cultive l’espoir d’une restauration monarchique, cette injonction pontificale est en revanche bien reçue dans les presbytères : le jeune clergé se sent désormais les coudées franches.

4Au tournant du xixe et du xxe siècle, la scène catholique bretonne voit donc surgir une nouvelle figure, celle de l’abbé démocrate, républicain et social à la fois, infatigable créateur et animateur d’œuvres en tout genre. Une génération plus tard viendront les aumôniers d’Action catholique, qui feront la même chose autrement, de manière moins directive et en donnant plus de place aux laïcs. La mémoire régionale a retenu les noms des plus exposés, ceux qui n’ont pas hésité à se confronter au mouvement socialiste dans les villes ouvrières, comme l’abbé Bridel à Fougères ou l’abbé Madec – « Madec-social » – dans la banlieue de Brest. Mais, pour être moins spectaculaire, l’action la plus durable et la plus déterminante a sans doute été celle des nombreux vicaires qui, ayant été formés à l’action sociale dans les cours d’œuvres des grands séminaires, ont doté les paroisses rurales d’un impressionnant réseau d’institutions chrétiennes suscitées par trois grandes préoccupations.

5Celle de l’éducation en premier lieu. La laïcisation de l’enseignement public incite le clergé breton à donner la priorité absolue à la constitution d’un parc d’écoles libres qui doit soustraire les enfants à l’influence de « l’école du Diable » (« skol an Diaoul »). Tâche écrasante, qui dévore les énergies et épuise les finances, mais qui aboutit à ce qu’en 1958 l’enseignement catholique scolarise 55 % des élèves du primaire et 48 % des élèves du secondaire dans l’académie de Rennes : des scores sans équivalent ailleurs. Moins coûteux, mais non moins efficaces, les patronages catholiques se multiplient dans la première moitié du xxe siècle, pour atteindre leur apogée au milieu des années cinquante. Le sport y prend très vite une place prépondérante. La gymnastique, puis le football et le basket, maintiennent les jeunes gens dans le tissu paroissial. Mais le théâtre, le cinéma et les colonies de vacances ne contribuent pas moins au succès d’une formule qui vise aussi à former une élite de militants chrétiens : c’est dans les patros ou à leur marge que fleurissent, au début du xxe siècle, les cercles d’études du Sillon, de recrutement populaire, ou ceux de l’Association Catholique de la Jeunesse Française, plus bourgeois. Trente ans plus tard, le relais est pris par les mouvements de jeunesse de l’Action catholique spécialisée : la Jeunesse Ouvrière Chrétienne d’abord, à l’imitation de laquelle se développent ensuite la Jeunesse Étudiante Chrétienne, la Jeunesse Agricole Catholique, la Jeunesse Maritime Chrétienne et enfin la Jeunesse Indépendante Chrétienne, chacun de ces mouvements ayant, à l’exception de la JMC, son homologue féminin. La JAC passe, non sans raison, pour avoir formé les cadres de la nouvelle paysannerie et largement inspiré la révolution agricole des campagnes bretonnes, même si celle-ci a pris un tour sensiblement différent de ce qu’imaginaient les plus ardents de ses promoteurs.

6La vie économique et sociale, précisément, suscite elle aussi son lot d’initiatives. Dans le monde ouvrier, les coopératives de production sont rares et souvent éphémères. Les coopératives de consommation réussissent mieux, à l’instar de la Ruche ouvrière à Rennes ou de l’Alliance des Travailleurs à Brest. Mais c’est surtout le syndicalisme chrétien qui retient l’attention. Après une période d’hésitation, où l’on s’interroge à la fois sur la viabilité de structures corporatives, associant patrons et ouvriers, et sur l’opportunité de faire de l’entrisme dans la CGT, la solution du syndicat confessionnel de salariés l’emporte. Pourtant la CFTC, créée en 1919, a du mal à s’imposer. Ce n’est qu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale qu’elle parvient à faire jeu égal avec les autres grandes organisations ouvrières. Dans le monde paysan, en revanche, le catholicisme social se déploie sans concurrence. Mutuelles, caisses de crédit, coopératives d’achat ou de vente naissent en ordre dispersé. Un souci d’efficacité les amène peu à peu à se regrouper en passant outre aux susceptibilités locales : le Finistère fait ici figure de département pionnier avec la création, en 1911, de l’Office Central de Landerneau. Pensé sur le mode corporatif, dominé par les grands propriétaires, « Landerneau » ne fait cependant pas l’unanimité. À Bain-de-Bretagne, l’abbé Mancel lance en 1920 le premier des syndicats de « cultivateurs-cultivants », qui formeront bientôt la puissante Fédération des Syndicats Paysans de l’Ouest.

7À considérer cette mobilisation précoce et intensive dans la société civile, on pourrait s’étonner de son débouché tardif sur la scène politique. Ce décalage ne tient pas seulement à la difficile digestion du ralliement à la République. La démocratie chrétienne peine à s’affirmer, d’autant plus qu’elle est traversée de courants contraires. Les uns, au sein de l’Action Libérale Populaire, entendent christianiser la démocratie, quand les autres, dans la mouvance du Sillon, espèrent démocratiser le christianisme. Les premiers, qui ont la faveur des évêques, escomptent l’apaisement de la querelle laïque. Les seconds, que Pie X désavoue en 1910, misent sur une politique sociale avancée. Dans ces conditions, les notables de la droite monarchiste, traditionnels défenseurs des intérêts de l’Église, continuent d’occuper le terrain. Après la Première Guerre mondiale, une poignée d’anciens sillonnistes, autour d’Ernest Pezet, de Paul Simon et de Pierre Trémintin, parvient à fonder le Parti Démocrate Populaire, qui s’impose difficilement au centre de l’échiquier politique breton. C’est seulement en 1945, lorsque le tout nouveau Mouvement Républicain Populaire devient la première force électorale de la région, que triomphe un catholicisme politique qui s’effritera sous de Gaulle avant de s’effondrer sous Mitterrand.

8Additionnons tout cela. De proche en proche, au prix de patients efforts orchestrés et mis en scène par une puissante presse catholique dont L’Ouest Éclair, fondé en 1899 par l’abbé Trochu, et devenu Ouest-France en 1944, est assurément le fleuron, c’est une véritable contre-société catholique qui s’est organisée dans certaines parties de la Bretagne, les plus fidèles à l’Église, le Léon et le Vannetais notamment. Imaginons un jeune agriculteur de Plabennec au milieu des années cinquante. Baptisé à l’église paroissiale, il est allé à l’école Saint-Joseph, et peut-être a-t-il fait quelques années au collège Saint-François de Lesneven. Familier du patronage, il est devenu ensuite militant jaciste, participant aux sessions de formation comme aux coupes de la joie : une grande époque, culminant dans le voyage à Paris pour le congrès du vingtième anniversaire de la JAC en 1950. Sans surprise, il a trouvé sa femme parmi les jeunes filles de la JACF. Pour tout ce qui concerne son exploitation, en amont comme en aval, il a affaire à l’Office Central. Il joue au foot à l’Étoile Saint-Ténenan. Sa femme fait ses courses à la Léonarde, la coopérative fondée par Saïg ar Gall, haute figure du Sillon local. Il a un frère missionnaire en Afrique, un autre vicaire dans le diocèse et deux tantes religieuses. Aux élections, il vote pour André Colin, le député MRP, ça va de soi. Le curé ou le vicaire s’invitent volontiers à la table familiale, où l’on parle français : le breton est la langue du passé, le français celle de la promotion sociale qu’il faut assurer aux enfants (s’il l’oubliait, sa femme ne manquerait pas de le lui rappeler ; à la JACF, en particulier, on affectait de rejeter le breton, au grand désespoir du chanoine Favé). Bref, depuis le berceau, notre homme vit dans un univers catholique de part en part. Est-ce à dire que rien n’a bougé ? Non, au contraire. Toutes ces institutions confessionnelles ont eu pour caractéristique commune d’accompagner le changement, et donc d’accommoder la modernité à la tradition catholique. Vingt ans plus tard cette tradition paraîtra superflue à ses enfants, qui l’abandonneront sans état d’âme.

9Cela ne va pas sans heurts. Tout au long de son histoire, le mouvement catholique est traversé de conflits internes, souvent induits par l’action, qui opposent périodiquement, selon une géométrie variable, un courant réformateur, attentif aux réalités nouvelles, et un courant conservateur, plus soucieux de l’intangibilité des principes. D’autres difficultés tiennent à l’aspect étouffant du contrôle moral qui s’exerce. La hantise du « péché de la chair » entraîne un contrôle tatillon et mesquin des loisirs des jeunes, l’opprobre longtemps porté sur les bals ayant ici valeur de symbole. L’ironie de l’histoire est que le refus obsessionnel de toute mixité dans les groupements catholiques aura eu pour effet, en obligeant les jeunes filles à se gérer elles-mêmes, de favoriser l’essor du féminisme.

10Par ailleurs, la réussite du mouvement catholique a des limites, qui sont d’abord géographiques. S’il prospère dans les régions « blanches » déjà évoquées, il pénètre moins bien dans les « bleues » – Cornouaille ou Trégor – où le sentiment religieux s’avère rebelle au cléricalisme, et très peu dans les « rouges » du centre de la Bretagne, déjà largement détachées du catholicisme. « Il y avait 6 hommes à la basse-messe et 23 à la grand-messe, note en 1930 l’abbé Perrot, à son arrivée à Scrignac : c’est un pays de mission… » Limites chronologiques aussi. S’il fallait borner cette période féconde entre deux dates symboliques, on retiendrait 1897, l’élection de l’abbé Gayraud, prêtre démocrate, vainqueur du comte de Blois dans la 3e circonscription de Brest, et 1958, la défaite d’André Colin, député MRP, dans la même circonscription, face à Gabriel de Poulpiquet, candidat indépendant rallié au gaullisme.

  • 2 Voir René Le Corre, Bretagne. Le clos… et l’ouvert, Paris, Cerf, 1982.

111958, c’était il y a bientôt cinquante ans. Depuis lors le catholicisme breton a implosé, sans qu’on sache dire exactement pourquoi. Le débat reste ouvert entre ceux qui invoquent les mutations sociales lourdes, à commencer par la disparition concomitante de la famille traditionnelle et de la civilisation rurale, deux piliers sur lesquels reposait largement l’Église d’hier ou d’avant-hier, et ceux qui accusent les réformes du concile Vatican II ou leur application anarchique. Il reste qu’avant de s’écrouler ainsi il a fortement contribué à ouvrir une société close2. Chevaux chrétiens ? En Bretagne, aujourd’hui, les chevaux se font rares, et les chrétiens aussi… Quel avenir reste-t-il à ces derniers ? Les signes de déclin – chute de la pratique religieuse, effondrement des vocations sacerdotales, crise du militantisme, dissidence morale, flottement des croyances – sont suffisamment patents pour qu’on ne puisse éviter de se poser la question.

Notes

1 Chanoine Thellier de Poncheville, Tout l’Évangile dans toute la vie, Paris, Éditions Spes, 1934.

2 Voir René Le Corre, Bretagne. Le clos… et l’ouvert, Paris, Cerf, 1982.

Notes de fin

* Bretagne-Magazine, n° 5, juin 2002, p. 38-40.c

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540