Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Catholiques en Bretagne au xxe siècle

 | 
Yvon Tranvouez

Avant-propos

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Paris, Fayard, 1992.
  • 2 Dans D’une guerre à l’autre… Bretagne 1914-1945, Morlaix, Skol Vreizh, 1994, p. 116-163.
  • 3 Paris, Cerf, 1985.

1On ne trouvera pas ici une histoire du catholicisme breton au xxe siècle. Pour une part, en effet, cette histoire a déjà été écrite. La grande thèse de Michel Lagrée, Religion et cultures en Bretagne (1850-1950)1, est désormais un classique, qui n’est pas près d’être périmé. Existe aussi la brève mais vigoureuse synthèse de Christian Brunel sur « l’Église face à la modernité » de 1918 à 1945, aussi remarquable que trop peu remarquée2. Les cinquante dernières années, en revanche, n’ont guère été étudiées. Divers travaux, suscités notamment par Philippe Portier, ont ouvert la voie, mais ils ne suffisent pas, pour le moment, à donner une vue d’ensemble satisfaisante de la période. Un seul livre – Dieu change en Bretagne, d’Yves Lambert3 – émerge par son aspect pionnier et sa hauteur de vue : à partir d’une observation attentive de l’évolution de la seule paroisse vannetaise de Limerzel de 1900 à la fin des années 1970, ce sont en réalité l’effondrement et la recomposition de l’univers religieux traditionnel des Bretons qui se trouvent analysés dans une démarche à la fois historique, ethnologique et sociologique.

2Non pas le catholicisme breton au xxe siècle, donc, mais des catholiques en Bretagne au xxe siècle. Une approche volontairement partielle, fragmentée, éclatée. Partielle, par son champ géographique : si l’horizon breton dans son ensemble est toujours présent, le terrain d’observation est essentiellement bas-breton, et plusieurs chapitres se concentrent sur Brest et le Léon, la ville rouge et la campagne blanche. Fragmentée, par les récurrences et les croisements qui font que des personnages qui occupent ici le devant de la scène réapparaissent là en fond de tableau, en fonction des changements d’échelle. Éclatée, par la variation des points de vue choisis pour observer la scène catholique bretonne. Question de tour de main : j’ai toujours préféré les dossiers circonscrits aux vastes perspectives. Question d’objectif aussi : si l’on veut savoir ce que signifiait être catholique en Bretagne au xxe siècle, il faut descendre au ras du sol, approcher autant que faire se peut la réalité quotidienne des paroisses et des mouvements, des fidèles et des militants. Une réalité bien plus variée qu’on ne l’imagine, car l’Église est généralement aussi débonnaire dans l’exercice de son pouvoir que rigide dans l’expression de ses principes.

  • 4 « Fidèle », paroles et musique de Charles Trenet, 1971.

3Peu de chiffres, peu de dates, peu d’événements, peu de grands noms : un paysage, plutôt, composé par petites touches. « Des riens qui pour moi font un tout », comme chantait Charles Trenet4. Impressionnisme ? Si l’on veut, dans le choix des sujets, mais non dans leur traitement, qui se plie, bien évidemment, aux impératifs de la méthode historique. Impression, catholicisme couchant… Car c’est bien de cela qu’il s’agit, de la fin d’une époque religieuse sur fond d’accélération de l’histoire, des derniers feux – éclatants – et de l’écroulement d’une chrétienté affrontée à la modernité.

4Les études rassemblées ici ont paru précédemment dans des publications très dispersées dont on trouvera, au début de chaque chapitre, les références originelles. Leur recueil a été l’occasion de les revoir, de les corriger quand c’était nécessaire, de les augmenter quand c’était utile, et surtout d’attirer l’attention sur leur complémentarité. Ce patchwork s’organise en quatre parties. La première – acteurs – présente quelques figures catholiques, la plupart peu connues, d’avant le grand basculement du dernier quart du xxe siècle. La deuxième – identités – est sans doute celle qui montre le plus nettement la diversité des modes d’inscription dans l’institution et l’imaginaire catholiques, dans la mesure où elle juxtapose volontairement questions collectives et expériences singulières, circonstances exceptionnelles et temporalités ordinaires. La troisième – stratégies – porte sur les grandes orientations pastorales qui se sont succédé, et souvent affrontées, au cours du siècle : le patronage, l’Action catholique, le mouvement missionnaire. La quatrième enfin – mutations – aborde le difficile problème du changement religieux qui s’est opéré progressivement depuis la Seconde Guerre mondiale et qui continue de produire sous nos yeux ses effets saisissants.

  • 5 François Mauriac, Paroles catholiques, Paris, Plon, 1954, p. 7.

5François Mauriac disait un jour qu’ » avec la meilleure foi du monde, un catholique incline à donner de l’importance à des questions qui n’intéressent plus personne en dehors de lui et de ses amis5 ». Je n’aurais évidemment jamais songé à composer ce livre si je n’étais persuadé que les questions qu’il traite sont encore susceptibles d’intéresser le public, même au-delà des frontières confessionnelles.

Cartes de situation

Cartes de situation

cartographie : Gilles Couix (Université de Bretagne Occidentale)

Notes

1 Paris, Fayard, 1992.

2 Dans D’une guerre à l’autre… Bretagne 1914-1945, Morlaix, Skol Vreizh, 1994, p. 116-163.

3 Paris, Cerf, 1985.

4 « Fidèle », paroles et musique de Charles Trenet, 1971.

5 François Mauriac, Paroles catholiques, Paris, Plon, 1954, p. 7.

Table des illustrations

Titre Cartes de situation
Légende cartographie : Gilles Couix (Université de Bretagne Occidentale)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7254/img-1.png
Fichier image/png, 101k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540