Version classiqueVersion mobile

La métamorphose du prince

 | 
Catherine Colliot-Thélène
, 
Philippe Portier

Troisième partie. L'aspiration à l'égalité politique

13. L’action politique à l’épreuve du réel : réflexions sur le défi démocratique arabe1

Bernard Rougier

Texte intégral

  • 1 Cet article date de 2012. Les conditions ont évolué très rapidement depuis lors dans la zone géopo (...)

1Les événements qui ont marqué la naissance d’un « printemps arabes » pendant l’année 2011 ont illustré la capacité des acteurs individuels et collectifs à briser la dimension la plus visible de l’ordre autoritaire arabe en obtenant le départ de chefs d’État perçues comme inamovibles après plusieurs décennies de pouvoir dictatorial. Le triomphe de l’acteur, propre au moment révolutionnaire, ne doit pas cependant faire oublier le poids des réalités politiques, idéologiques et sociales qui font, sinon la spécificité, du moins l’originalité relative de l’espace politique arabe par rapport à d’autres aires culturelles. Après un bref exposé des raisons du succès de cet activisme politique, cette contribution tentera d’expliquer pourquoi cet espace politique arabe n’a jamais cessé d’être instable, et pourquoi les acteurs de la « séquence révolutionnaire » auront le plus grand mal à stabiliser une situation dont nul ne peut prévoir l’évolution ni le dénouement, tant la dynamique de contestation semble elle-même échapper aux plus enthousiastes de ses initiateurs.

2On verra ainsi que, par-delà les conditions propres à chaque pays, ces bouleversements posent la question de savoir par quels moyens le politique peut se reconstruire au sein de sociétés où cohabitent une pluralité d’univers de sens et où se fabriquent des registres de légitimation politique et culturelle souvent divergents. Dans ces conditions, les différentes forces sociales et politiques qui ont engagé la mobilisation au début de l’année 2011 ont fait d’un slogan minimal – « le peuple veut la chute du régime » – la base d’une contestation commune contre les figures du pouvoir, sans toutefois s’accorder sur les règles d’une nouvelle coexistence politique, ni même s’entendre sur les étapes institutionnelles nécessaires à établissement de celle-ci. En levant l’hypothèque de la peur, les révolutions arabes ont donc mis en lumière un underground militant infiniment riche et varié, souvent islamiste – mais pas exclusivement –, tout comme elles ont fait du refus de l’autorité la base de revendications catégorielles quotidiennement exprimées à Tunis ou au Caire. Cette profusion d’acteurs passés de l’ombre à la lumière remet ainsi à l’honneur les plus anciennes questions de la science politique – comment faire de l’Un à partir du multiple ? Sur quoi fonder l’autorité quand chacun prétend parler au nom du Vrai ? Comment faire prévaloir un espace politique autonome quand la « citoyenneté » n’est pas séparée des identités concrètes de nature tribale, régionale, confessionnelle ou religieuse ?

La structure, l’acteur et le moment

  • 2 Sur la théorie des régimes « sultanistiques », voir H. E Chehabi et J. J. Linz, Sultanistic Regime (...)

3C’est d’abord l’évolution « sultanistique » des régimes qui a cristallisé le mécontentement populaire2. En Tunisie, en Égypte, en Libye ou en Syrie, les Républiques se sont progressivement transformées en dynasties familiales à l’intérieur desquelles un cercle étroit de parents et d’alliés décidait par lui-même de l’allocation des choses de valeur. Cette diffusion du pouvoir au sommet de l’État a coïncidé avec un rétrécissement de la base sociale des régimes politiques arabes. De la fin des années 1950 au début des années 1980, une partie des classes moyennes d’origine rurale avait bénéficié du fonctionnement d’un État développementaliste et autoritaire qui trouvait sa légitimation dans le socialisme modernisateur et l’anti-impérialisme tiers-mondiste. La promotion de nouvelles couches sociales à travers leur intégration dans des administrations pléthoriques compensait la suppression des formes antérieures de libéralisme politique, assimilées à la domination des grands propriétaires fonciers alliés du colonialisme. Les promesses d’émancipation collective et les modes de participation politique de type corporatiste ont facilité l’acceptation de systèmes politiques autoritaires dirigés par des personnalités rurales auxquelles pouvaient s’identifier de larges pans de la société.

4Les générations suivantes, en revanche, ont connu l’expérience du déclassement à travers le chômage de masse et des salaires dérisoires. Censées offrir de nouvelles perspectives d’emploi, les privatisations opaques lancées dans les années 1980 ont surtout bénéficié aux familiers du pouvoir. La régression sociale s’accompagna ainsi d’une régression morale dans l’image que le personnel dirigeant renvoyait de lui-même à une société en crise.

  • 3 Sur cette question, voir, par exemple, L. Guazzone et D. Pioppi, The Arab State and Neo-Liberal Gl (...)

5Le mélange des genres permit ainsi l’avènement d’un crony capitalism encore étroitement dépendant des commandes de l’État3. La corruption politique, au sens d’une dégénérescence par rapport à une forme politique initiale, précéda ainsi la corruption financière. Cette corruption initiale innerva l’ensemble du système social. Les cartels familiaux au pouvoir étaient en mesure d’exploiter de manière concertée les activités à forte valeur ajoutée. Le libéralisme économique mondial des années 1990 et 2000 entraîna l’émergence d’un capitalisme hybride soumis au contrôle du pouvoir politique. Cette situation particulière explique la coexistence entre des taux de croissance souvent élevés et la persistance d’une crise économique et sociale durable. Grâce à des législations imprévisibles et capricieuses, rythmés par des phases de lutte contre la « corruption » visant opportunément tel ou tel concurrent trop dangereux, le pouvoir était parvenu à empêcher la constitution d’une classe d’entrepreneurs susceptible de formuler des exigences démocratiques. Après le temps des dictateurs ascètes et vertueux comme Nasser, Boumediene ou Hafez al-Assad, succédait ainsi l’ère des nouveaux riches à la consommation ostentatoire.

6Formés aux techniques du management financier – Jamal Moubarak en Égypte, Saïf al-islam al-Kadhafien Libye, le clan Traboulsi en Tunisie – ou issus de l’appareil militaire du pouvoir – Ahmed Abdallah Saleh au Yémen –, les héritiers présomptifs d’une figure paternelle fatiguée par l’exercice de plusieurs décennies de pouvoir n’étaient guère en mesure de justifier devant l’opinion leurs titres à la succession. Désacralisé tout en demeurant dangereux au regard de ses capacités répressives, le pouvoir était devenu le point de fixation de toutes les frustrations. Prédation économique, répression politique et arbitraire des décisions ont contribué à l’addition des mécontentements auprès de secteurs de la société que rien ne rapprochait par ailleurs.

7Ces données structurelles tissent la toile de fond des révoltes arabes, mais nul ne pouvait prévoir la soudaineté de leur irruption, le rythme de leur diffusion et les formes, à la fois communes et spécifiques, qu’elles ont empruntées d’un pays à l’autre. L’analyse rétroactive entretient l’illusion d’un rapport de causalité entre des structures et des conjonctures, alors qu’en réalité, elle part artificiellement des résultats observables pour remonter aux causes présumés qui en seraient à l’origine. Or, c’est le passage d’un état à un autre qu’il convient d’expliquer ; ce sont les dynamiques propres du basculement contestataire qu’il est nécessaire de mettre à jour.

  • 4 Sur la question de l’effondrement de la croyance dans la stabilité d’un système politique, voir, d (...)

8L’hypothèse privilégiée ici repose sur la rupture d’un système de croyance4. Ce qui a rendu possible un tel phénomène réside dans la réévaluation d’une croyance collective selon laquelle aucune mobilisation populaire n’était en mesure de briser un régime politique autoritaire établi dans la durée. La relative rapidité avec laquelle le régime du président Ben Ali s’est dissous de l’intérieur sous l’effet des premiers rassemblements populaires a justement détruit cette croyance. Elle a montré que la longévité des régimes arabes ne devait pas être confondue avec une stabilité politique qui leur faisait organiquement défaut depuis plusieurs décennies. La sophistication des moyens de répression vis-à-vis de la société, de même que le contrôle omniprésent des organismes de sécurité sur la vie publique, trahissaient en réalité la faiblesse d’un État incapable de se faire obéir sans susciter la peur.

9Pour s’établir comme une nouvelle réalité, la croyance au changement par les manifestations de rue devait s’appuyer sur une logique du nombre. Les réseaux sociaux du type Facebook ou Twitter ont raffermi cette croyance grâce à une circulation permanente de l’information qui a simultanément servi plusieurs objectifs : simplifier les enjeux de la contestation, de manière à les rendre accessibles à tous les publics ; permettre la communication entre les milieux les plus divers, en donnant un dénominateur commun, à travers les noms propres des titulaires du pouvoir, à leurs motifs de mécontentement ; localiser les emplacements symboliques des manifestations, en privilégiant la capitale du pays, afin de défier le pouvoir sur les lieux mêmes de son exercice ; achever de convaincre les plus hésitants de participer au mouvement en cours, en les persuadant qu’ils ne seraient pas seuls à le faire. Les réseaux sociaux ont ainsi transformé une réalité sociale – celle d’un marchand ambulant de fruits et légumes, qui se suicide par le feu dans la ville reculée de Sidi Bou Zid, après avoir été congédié par le gouverneur – en figure idéale-typique – celle du « chômeur diplômé giflé par une policière » – pour traduire la colère des milliers de jeunes tunisiens exclus d’un système régulé par l’épouse de Ben Ali. Le cycle de révoltes sociales et de répression policière dans les villes de l’arrière-pays aurait pu se prolonger pendant plusieurs mois si les réseaux sociaux n’avaient pas contribué à fixer un lieu de rassemblement emblématique, avenue Bourguiba, face au bâtiment du ministère de l’intérieur. Les animateurs de réseaux virtuels ont intuitivement compris la vulnérabilité d’un pouvoir politique identifié physiquement et matériellement en divers lieux de la capitale. Cette nouvelle manière de faire de la politique a redonné de l’importance à des modalités classiques de mobilisation populaire qu’on pensait neutralisées en l’absence de cadres militants ou syndicaux. La place de la Casbah à Tunis a ainsi été le théâtre de l’autre scène du changement, puisqu’elle a vu affluer, le 23 janvier, les laissés-pour-compte d’une « Tunisie de l’intérieur », d’où la contestation était partie et qui ont fait chuter un gouvernement dominé par l’ancien parti unique du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD).

10En Égypte, la fuite du président Ben Ali le 14 janvier 2011 avait ouvert la voie aux premiers sit-in place al-Tahrîr appelant au départ du président Moubarak. Cette fois, c’est la symbolique des grandes manifestations antibritanniques de 1919 qui s’est trouvée investie par les protestataires. Les capitales tunisienne et égyptienne ont ainsi servi de cadre à une scénographie de la manifestation durant laquelle le succès était d’abord fonction du nombre de personnes physiquement présentes dans les rues. Augmenter les rangs face à la répression était de nature à provoquer une nouvelle perception de la réalité politique à partir de laquelle chacun anticiperait pour le lendemain une manifestation encore plus massive que celle de la veille. Les réseaux sociaux du type Facebook ou Twitter n’ont pas seulement permis d’instituer des canaux de communication entre les contestataires et de contourner les modes de contrôle de l’espace public qui empêchaient auparavant toute forme de coordination interne. En diffusant des mots d’ordre et en identifiant de possibles lieux de rassemblement, ils ont aussi réduit les zones d’incertitude et fourni les gages à partir desquelles les individus pouvaient croire, en dépit des risques encourus, qu’ils ne seraient pas les seuls à descendre dans la rue. À Tunis, puis au Caire, à Benghazi et à Sanaa, les chaînes satellitaires – celle d’al-Jazeera au premier chef – ainsi que les vidéos diffusées sur YouTube ont achevé de mettre en scène, par l’image, la réalité d’une contestation de masse, dépourvue d’identité idéologique ou partisane déclarée, multiforme dans son expression sociale et politique, mais animée par une commune hostilité aux symboles du régime.

11En choisissant de ne pas tirer sur la foule, les militaires tunisiens, eux aussi victimes de l’évolution de plus en plus policière du régime, établissaient une césure entre un État dont l’armée était le garant et un régime qui aurait assumé la responsabilité d’une guerre civile s’il avait poursuivi sa politique répressive. En Égypte, les tensions entre une institution militaire dont on savait que les principaux représentants étaient hostiles à l’établissement d’une dynastie républicaine au bénéfice de Jamal Moubarak, d’une part, et les principaux piliers du régime, d’autre part, ont été exploitées avec talent par des manifestants déjà instruits par le précédent tunisien. L’absence de réaction de l’armée lors de l’incendie au Caire de l’immeuble du parti présidentiel – le Parti National Démocratique – était le signal probant de ce lâchage. Les manifestants égyptiens ont tiré les leçons du précédent tunisien en exploitant à leur profit les tensions au sein de l’État pour neutraliser les capacités répressives d’une police composée d’un million de fonctionnaires – par comparaison, l’armée en compte moins de cinq cent mille – dans un pays de plus de quatre-vingt millions d’habitants.

12De la Tunisie au Yémen en passant par l’Égypte, le Bahreïn ou la Syrie, l’uniformité du mot d’ordre scandé par les manifestants – « le peuple veut faire tomber le régime » en arabe classique – signale l’existence d’un rapport commun au politique au sein des quatre sous-espaces – Maghreb, Vallée du Nil, Machrek, Péninsule arabique – qui composent le monde arabe. En libérant une parole collective longtemps réprimée par des décennies d’autoritarisme, les peuples arabes ont retourné l’arabisme contre les régimes politiques qui s’en étaient approprié l’usage à des fins de légitimation interne. Le nationalisme arabe avait donné à des dirigeants ambitieux les moyens de manifester leur existence sur la scène arabe pour intimider leurs voisins et mieux s’imposer à l’intérieur de leur société. La contestation populaire a renoué avec la vocation libératrice dont l’idée arabe était porteuse lors de ses premières formulations au XIXe siècle, mais en l’orientant cette fois contre une oppression interne et non plus contre les diverses formes d’oppression étrangères. La perception d’un rapport au politique conçu en termes équivalents d’un pays à l’autre a donné une force encore plus grande aux slogans de protestation, faisant naître une nouvelle géographie arabe de la contestation. Les réseaux sociaux ont fait le lien avec un cinquième monde arabe constitué par tous ceux qui, depuis l’Europe et les États-Unis, n’ont cessé de servir de porte-voix à leurs compatriotes interdits de parole dans leurs pays d’origine.

13Le moment égyptien a joué un rôle considérable dans l’émergence de cette nouvelle géographie, puisque c’est la duplication égyptienne du précédent tunisien qui a donné à un événement qui aurait pu demeurer confiné à son foyer tunisien la dimension d’un séisme généralisé dont Le Caire est aujourd’hui l’épicentre et dont les amplitudes se manifestent en tous les points du Maghreb, du Machrek et de la Péninsule arabique. Le plus grand pays du monde arabe a imprimé une nouvelle fois le rythme de son temps politique à son environnement culturel et géographique. Dans le passé, cette capacité a été incarnée aussi bien par le pouvoir politique, à l’instar du rôle joué par Nasser dans la diffusion du nationalisme arabe, que par une société bouillonnante, dont les éléments religieux les plus radicaux ont nourri toutes les sensibilités du spectre islamiste au XXe siècle. La diffusion de la contestation en Égypte a aussi illustré la prééminence des enjeux sociopolitiques sur les enjeux géopolitiques, en apportant un démenti à tous ceux qui pensaient que l’alliance stratégique de l’Égypte avec Israël et les États-Unis fermerait la possibilité d’une évolution interne non coordonnée avec ces derniers.

Les incertitudes de la transition

14Faire « chuter le régime », pour reprendre le slogan emblématique des manifestations arabes, ne vaut pas adhésion claire à un programme politique de substitution. Les milieux libéraux égyptiens qui, les premiers, ont occupé la place al-Tahrîr, reprochaient au pouvoir une hémiplégie constitutive l’empêchant de tirer les conséquences politiques de sa volonté d’inscrire l’Égypte dans les réseaux de la mondialisation. Ils ont été rejoints par des groupes beaucoup plus conservateurs sur le plan culturel pour lesquels la famille Moubarak incarnait une occidentalisation perçue comme menaçante pour leur conception de l’identité égyptienne. Les mouvements de contestation portent ainsi paradoxalement la marque des régimes qu’ils contestent. Ces régimes s’imposaient en exploitant à leur profit une hétérogénéité sociale et culturelle volontiers entretenue par un jeu instable d’arbitrages et de rééquilibrages entre tel ou tel secteur d’activités. Même dans les configurations les plus autoritaires, la relation entre les régimes et les sociétés ne devait pas être pensée sur le mode d’une séparation nette entre gouvernant et gouvernés. À l’inverse, c’est l’image du continuum qui convenait le mieux pour décrire la relation entre des fragments du régime et des secteurs déterminés de la société habitués à obtenir immunités et protections face à des adversaires sociaux protégés par d’autres sources d’autorité officielle.

  • 5 Nazih al-Ayyoubi a été l’un des premiers à voir dans l’absence d’hégémonie au sens gramscien l’une (...)

15Cette pratique segmentée du pouvoir devait avoir pour conséquence l’adoption par le personnel dirigeant d’un éclectisme idéologique, pour reprendre l’expression du regretté Nazih al-Ayoubi, où diverses personnalités du régime « représentaient » les intérêts des entrepreneurs, des religieux de statut, des défenseurs des droits de l’homme et de la « société civile », des fonctionnaires, etc.5. Le secret de la durabilité de ces dictatures résidait précisément dans l’exercice d’une faculté de division du corps social. Selon l’identité de ses interlocuteurs, le pouvoir pouvait user d’un lexique islamiste, libéral, populiste, catégoriel ou localiste, dès lors qu’aucun langage politique n’était en mesure de fédérer des intérêts sociaux ou politiques divergents. En ce sens, ces régimes n’avaient que l’apparence de la stabilité, en dépit de la longévité au pouvoir de leurs figures dirigeantes. Ils s’appuyaient sur l’entretien systématique d’une instabilité organique sur le plan social pour empêcher la constitution d’une société politique. La tentation dynastique et le rétrécissement des bases du pouvoir au profit d’une minorité de privilégiés ont finalement offert les conditions d’une contestation de mécontents d’abord issus des classes moyennes avant d’être rejoints par les classes populaires.

16La grammaire révolutionnaire, et les espoirs de renversement de l’ordre ancien par l’invocation d’une nouvelle légitimité démocratique, ne rendent pas compte de cette réalité beaucoup plus complexe. Car c’est dans la plus grande tension que se renégocient aujourd’hui les nouvelles alliances entre un régime en fragments et des espaces sociaux recomposés. En Égypte, le référendum de mars 2011 sur les amendements constitutionnels, approuvé par plus de 77 % des suffrages exprimés, a marqué un premier rapprochement entre les Frères musulmans et le Conseil suprême des forces armées. La décision, prise contre l’avis des représentants libéraux de la « société civile », de différer la rédaction d’une nouvelle Constitution après la tenue, en fin d’année, d’un scrutin parlementaire et présidentiel consacre un rapport de forces défavorable pour ceux qui voulaient accélérer la mutation du régime vers un ordre politique conforme aux canons de la démocratie libérale. Invisible tant qu’elle était soumise à l’arbitrage opaque des centres de pouvoir, l’instabilité se manifeste aujourd’hui à ciel ouvert, comme si l’expérience d’une épreuve de force populaire, telle qu’elle a été éprouvée lors de la « révolution du 25 janvier » sur la place al-Tahrîr au Caire, devait servir de modèle à l’appui d’une diversité de revendications. La manifestation comme répertoire d’action privilégié justifie les doléances les plus diverses, au risque de susciter une situation généralisée de chaos dans tout le pays.

17L’analyse politologique des phases de transition insiste sur l’importance de l’expertise politique en pareilles circonstances. Ce moment critique est moins spectaculaire que celui de la chute des dictateurs, mais il conditionne, à lui seul, une partie de la vie politique ultérieure. Les responsables doivent concilier plusieurs objectifs contradictoires : neutraliser le pouvoir de nuisance de ceux qui ont le plus à perdre des bouleversements en cours en leur offrant une perspective de survie politique ; empêcher les vainqueurs du moment de prendre leur revanche sur les vaincus ; garantir l’aspect inéluctable du changement par une série de décisions techniques (agenda électoral, mode de scrutin, loi électorale, découpage des circonscriptions) conçues pour consolider le processus constitutionnel sur le long terme ; veiller à limiter par une armature institutionnelle adéquate les risques d’une hégémonie partisane. Or, le Conseil suprême des forces armées semble surseoir à ces choix. Dans ces conditions, l’ajournement de la question constitutionnelle à l’horizon de l’année 2012, durant laquelle l’assemblée élue à l’automne 2011 devra établir la nouvelle constitution, offre aux différents courants idéologiques de la société égyptienne l’occasion de s’imposer comme des constituants de facto dans l’espace social et géographique et d’accroître ainsi les fractures internes. L’organisation des Frères musulmans est aujourd’hui plus influente que les organes de l’État dans la région du Delta. Dans le gouvernorat d’Assiout, des villageois chrétiens se plaignent d’avoir à payer la taxe religieuse (jiziya) imposée par des gamâ’at islamistes, tandis que des rumeurs circulent sur l’achat d’armes par des Coptes déterminés à ne plus servir de bouc émissaire aux impuissances du pouvoir politique. L’Égypte offre le paradoxe d’une dynamique révolutionnaire prolongée par la « phase transitoire » alors même que la mutation réelle du régime fait toujours question.

Le printemps arabe au risque de la spécificité tribale

18En Libye, le langage protestataire s’est inscrit dans un contexte tribal et familial beaucoup plus exacerbé que dans les pays voisins, en raison de l’acharnement avec lequel Kadhafia détruit, depuis le milieu des années 1970, toute forme de vie politique institutionnelle au profit d’une démocratie rousseauiste prétendument autogouvernée par une imbrication pyramidale de « conseils » et de « comités » populaires. En ce sens, la « République des masses » a poussé la logique patrimoniale jusqu’au bout en établissant un régime ultra-personnalisé au sein duquel la gestion de la manne pétrolière relevait du ressort exclusif du Guide de la révolution. Comme en Égypte ou au Yémen, les bases du régime se sont resserrées sur un bloc de fidèles afin de garantir à l’héritier présomptif la sécurité d’une transition réussie. Depuis une vingtaine d’années, Kadhafi avait noué, par des largesses et des postes, une alliance entre la tribu des Kadhâdhfa, dont il est originaire, et les autres groupes tribaux de la province centrale de Syrte, cette dernière étant élevée de facto au rang de seconde capitale avec un port doté des meilleures installations portuaires et la plus grande base aérienne du pays. Le recrutement dans les unités d’élite de l’armée s’est aussi opéré sur le même fonds de préférences tribales et régionales. En février 2011, les habitants de Benghazi ont emprunté les mots de leur révolte aux Tunisiens et aux Égyptiens dans l’espoir de provoquer un soulèvement national à l’encontre de la plus vieille dictature arabe. La militarisation de leur mouvement, sans doute inévitable face à l’ampleur de la répression, a offert au régime l’occasion de faire prévaloir par la violence l’identification tribale sur les autres formes d’appartenances. En dépit de la création d’un Conseil national de transition (CNT) à vocation nationale, l’opposition a été assimilée, malgré elle, au cadre régional qui l’a vue naître, la Cyrénaïque. L’intervention militaire occidentale, légitimée par la résolution 1973 du conseil de sécurité, avait d’abord parié sur un écroulement rapide du régime, avant de miser sur des défections internes grâce à l’effet combiné de la poursuite des bombardements et de l’asphyxie financière de Kadhafi. Loin d’annoncer le rétablissement de l’État, le lynchage du dictateur à l’automne 2011 apparaît comme l’indice sanglant d’une situation d’anarchie caractérisée par un éclatement des modes de gouvernement sur l’ensemble du territoire, avec une forte présence islamiste autour du nouveau gouverneur de Tripoli, Abd al-Hakim Belhadj. Avec l’assassinat du général Abdel Fattah Younès, le CNT n’a pas seulement perdu son éphémère chef d’état-major ; il a surtout été dépossédé de la seule personnalité capable de mettre à sa disposition, par un processus négocié, l’essentiel de l’encadrement militaire de l’ancien régime. Pareille méthode d’action présume mal d’un partage pacifique du pouvoir entre les forces dominantes sur le terrain.

19Au Yémen, le précédent égyptien est venu se greffer à des nœuds de crise beaucoup plus anciens. Au pouvoir depuis son coup d’État de 1978, le président Ali Abdallah Saleh était en effet la cible d’une série de manifestations organisées à Sanaa, à Taëz et à Aden sous l’œil bienveillant mais prudent d’une opposition hétéroclite rassemblant socialistes du Sud, grandes confédérations tribales et islamistes. Le cœur tribal du pouvoir n’est pas épargné par cette contestation multiforme, puisque le général dissident Ali Muhsan al-Ahmar, est lui-même issu de Sanhân, le propre clan du président. La répression qui s’en est suivie a contribué à dupliquer, dans le pays le plus peuplé de la péninsule, une scénographie de la contestation jusqu’alors limitée à l’Afrique du Nord. Mobilisée comme ailleurs au moyen des réseaux sociaux et des téléphones portables, la jeunesse éduquée et urbanisée parvenait à exister comme acteur collectif en exigeant le départ du président Saleh. C’est cette dynamique civile qui est aujourd’hui menacée par la tentation du recours à la violence. Celle-ci est d’ailleurs commune aux figures du régime et de l’opposition – la frontière, on l’a dit, est souvent mince entre les deux catégories – qui cherchent à exploiter à leur avantage le chaos d’une société fracturée par de multiples clivages confessionnels, régionaux, sociaux, géographiques et idéologiques.

Le printemps arabe au risque de la spécificité confessionnelle

20La dynamique de la contestation pouvait-elle s’emparer de la Syrie ? Peu l’imaginaient avant le mois de mars 2011, non pas tant parce que le régime était « au contact du peuple », comme le récitait le président syrien Bachar al-Assad à la presse étrangère, qu’en raison de l’efficacité redoutée de ses services de renseignements. À l’origine de la crise, il y eut d’abord une atteinte grave à la dignité des habitants de la ville de Deraa, ainsi qu’à celle de leurs familles établies dans les villages de la région du Hauran située à l’extrême sud du pays. A l’arrestation de deux femmes qui commirent le crime de souhaiter le départ de Bachar al-Assad lors d’une conversation privée, dont l’une, avocate, fut tondue pour ce forfait, succéda la torture d’une dizaine d’enfants coupables d’avoir badigeonné sur les murs « le peuple veut la chute du régime », avant que la délégation de notables venue s’enquérir de leur sort ne soit finalement à son tour insultée par le directeur de la sécurité politique, cousin du président. S’ils avaient été traités à leur juste mesure, ces faits auraient peut-être pu conserver leur dimension locale et ne pas servir de récits exemplaires pour justifier l’illégitimité du pouvoir. Leur dimension nationale et politique provient justement de l’absence d’une autorité d’appel capable de s’interposer entre les services de sécurité et la société. Elle montre, en creux, l’échec personnel de Bachar al-Assad à prétendre incarner ce rôle, malgré les espoirs placés en lui par une partie de l’opinion lors de son accession au pouvoir en 2000.

21L’extrême violence de la « pacification » de Deraa par les blindés de la quatrième division du général Maher al-Assad, le jeune frère du président, provoqua en quelques jours une révolte généralisée des campagnes et des villes moyennes de Syrie. En certaines provinces, dans le Hauran en particulier, ce sont les bases sociologiques traditionnelles du parti Baath qui se sont révoltées. Marginalisé par les options entrepreneuriales de Bachar al-Assad au début des années 2000, le parti n’était plus en mesure de relayer les aspirations des populations jusqu’aux centres de décision politiques. Le traitement répressif auxquelles ces provinces sont aujourd’hui exposées crée les conditions d’une rupture irréversible avec le régime. Les récits des exactions commises par les gangs armés du Jebel alaouite, les chabîha (voyous) spécialisés dans les trafics en tout genre sous la protection de cousins du président, témoignent de la volonté du régime de supprimer, en amont, toute forme de contestation avant d’envisager, en aval, l’éventualité de concessions politiques. L’usage disproportionné de la violence n’a cependant pas eu les effets d’intimidation escomptés, puisque cet usage a contribué, à l’inverse, à jeter dans la protestation des milliers de Syriens choqués par les méthodes du régime. On peut relever que le recours à l’outil répressif évoque presque systématiquement la dimension confessionnelle du régime, puisque les alaouites, dont la famille Assad est issue, contrôlent intégralement les unités d’élite de la quatrième division de l’armée, les services de renseignements ainsi que les supplétifs intégrés dans les chabîha. Les défections de soldats et d’officiers sunnites qui ont refusé d’obéir aux ordres expliquent les situations d’encerclement par la quatrième division de petites villes défendues par certaines unités, sunnites, de l’armée.

22En Syrie plus qu’ailleurs sans doute, en raison du poids de la censure politique dans les médias officiels, les nouvelles technologies ont joué un rôle fondamental dans la légitimation du mouvement. Tabassages insoutenables sur des personnes ligotées à plat ventre, tirs à balle réelle sur des manifestants désarmés ou images des cadavres portant les stigmates de tortures ont été filmés par des anonymes sur téléphone portable avant de circuler à profusion sur You Tube et les réseaux sociaux. Avec le souci de l’authenticité, les auteurs des images prennent le soin de noter la date, le lieu et le moment de leur témoignage pour faire mentir les télévisions du régime qui, au même moment, mettent en scène une Syrie paisible perturbée ici et là par des « éléments infiltrés » et des « bandes salafistes armées ». Les pages Facebook permettent aux « comités locaux de coordination » établis sur l’ensemble du pays de s’accorder sur le choix des slogans et le thème des manifestations du vendredi. Privés du droit de s’organiser en partis, associations ou syndicats indépendants, les opposants ont ainsi saisi l’opportunité fournie par le jour de la prière pour faire masse et lancer le cycle des manifestations.

23Placer chaque journée du vendredi sous les auspices d’un mot d’ordre consensuel – « vendredi saint » pour les chrétiens, « vendredi de la liberté » (azâdi en kurde) à l’adresse de la population kurde, « vendredi des protecteurs du domaine » pour gagner les faveurs de l’armée – traduit le souci des comités de coordination de faire droit à toutes les composantes d’une société vulnérable aux tensions internes. L’Intifada syrienne oscille ainsi en permanence entre, d’une part, la thématique de la société civile (al-mujtama’al-madanî), pacifique, urbaine, pluraliste (la page Syrian Revolution 2011 de Facebook), et, d’autre part, la thématique de la société communautaire (al-mujtama’al-ahli), tribale, régionaliste et confessionnelle (incarnée sans pudeur par le cheikh syrien Adnan al-‘ Arour sur la chaîne religieuse saoudienne Wisâl par exemple). Le choix de nommer « vendredi des tribus » la journée de mobilisation du 10 juin, qui a soulevé beaucoup de tensions au sein des réseaux de l’opposition, était une concession de la première à la seconde. Pour le régime, il s’agit d’exploiter ces contradictions pour fractionner le mouvement et démontrer par tous les moyens possibles que les sociétés du Levant, en Syrie comme au Liban, ne peuvent être gouvernées par un pouvoir politique sunnite de nature urbaine. L’étroite surveillance de Damas et d’Alep, la « capitale du Nord », s’explique ainsi par l’obsession de ne pas laisser les manifestants s’approprier physiquement un lieu appelé à devenir, par métonymie, la figure d’une nouvelle Cité.

Le printemps arabe au risque de la spécificité stratégique

24Plus la contestation se déporte à l’est, plus les tensions régionales tendent à compliquer la dynamique propre des variables sociopolitiques. Ces tensions sont évidemment exploitées pour discréditer les courants contestataires. Ainsi, les dirigeants syriens invoquent-ils, de concert avec leurs homologues iraniens, l’existence d’un complot sioniste conduit en sous-main par Israël et les États-Unis pour éliminer la « résistance » dont se prévaut le régime. À l’extérieur, ils inversent le sens de leur rhétorique pour notifier à la communauté internationale qu’une disparition du régime aurait des conséquences néfastes pour la stabilité régionale. Dans le Golfe, le roi de Bahreïn a accusé la majorité chiite de faire le jeu de l’Iran dans l’émirat pour mieux discréditer les revendications de l’opposition rassemblée place de la Perle dans le centre-ville de Manama. Le mouvement a été violemment réprimé grâce à l’intervention militaire de l’Arabie saoudite et des Émirats Arabes Unis le 14 mars 2011. Le jeu de l’Iran en la circonstance est lourd d’ambiguïtés, puisque Téhéran s’est volontiers associé par la rhétorique à une opposition qui n’avait pas besoin en la circonstance d’un aussi encombrant parrainage, sans réellement entraver le retour à l’ordre saoudien dans l’émirat. L’explication réside sans doute dans l’engagement implicite que le roi d’Arabie saoudite a pris vis-à-vis des Iraniens en faveur du régime de Bachar al-Assad Issu par sa mère de la confédération tribale syro-saoudienne des Shammar, apparenté par sa troisième épouse à la famille Assad, formé à la politique du Moyen-Orient par Hafez al-Assad, soucieux d’éviter, enfin, une exacerbation des clivages confessionnels, le roi Abdallah fournirait d’importantes sommes d’argent aux tribus historiquement liés au royaume pour les dissuader de participer à la contestation. Du point de vue du monarque, ce soutien implicite a aussi pour fonction d’empêcher un affaiblissement syrien qui donnerait une influence encore plus grande à l’Iran dans les affaires intérieures de son partenaire méditerranéen.

25Depuis le début du mouvement de contestation, l’activisme multiforme du Qatar a tranché de manière spectaculaire avec l’anémie saoudienne : outre les instruments classiques de la diplomatie et de l’engagement militaire en Libye, le petit émirat a activé depuis le début de l’année 2011 ses réseaux d’influence auprès des milieux salafistes moyen-orientaux, comme s’il s’agissait de privilégier la naissance d’une nouvelle élite religieuse au détriment des élites civiles. Pour celles-ci, le vrai test sera moins la reconnaissance par la communauté internationale – CNT en Libye ou Conseil national syrien pour l’opposition syrienne – que la reconnaissance populaire par leurs sociétés respectives, où il leur faudra renouer avec le terrain et reconstruire des bases politiques face aux autorités de fait produites par la crise. L’activisme militaire du Qatar a aussi eu pour effet de transformer la Libye de l’après-Khadhafien un immense arsenal d’armes de toutes catégories, propre à satisfaire une demande variée venue du Sahel comme du Proche-Orient.

La question de l’incorporation démocratique de la société à l’État

  • 6 L’expression « rationalité de la peur » est empruntée à Rui de Figueiredo, et Barry R. Weingast. C (...)

26À travers les cas successifs de la Tunisie, à l’Égypte ou encore à la Syrie ou au Yémen, c’est la réalité d’une « rationalité de la peur » qui marque aujourd’hui la plupart des acteurs6. Celle-ci est susceptible d’entraver la mise en œuvre d’un pacte démocratique et de créer les conditions d’une guerre civile. Dans une situation d’incertitude institutionnelle, les groupes peuvent considérer que leurs intérêts existentiels – identité collective, religion, éducation, libertés publiques, langue, autonomie – sont menacés par les revendications d’autres groupes. Si des revendications parviennent à s’inscrire dans des nouvelles normes constitutionnelles et de nouvelles structures de gouvernement, ceux qui ne se reconnaissent pas dans ces valeurs institutionnalisées pourront de ce fait être enclins à passer à la violence au nom de la défense de leurs intérêts vitaux – ou de la perception qu’ils s’en font.

  • 7 Ce que Stephen Holmes appelle « la politique d’omission » qui consiste à éviter d’ouvrir des sujet (...)

27La difficulté à stabiliser le cours des révolutions arabes s’explique ainsi par la multiplication au sein de la société de « seuils de vulnérabilité » au-delà-desquels les groupes considèrent que leurs intérêts existentiels sont menacés. Ces seuils peuvent être formulés en termes religieux, politiques, tribaux ou confessionnels selon la nature des groupes en question : en Égypte, le spectre islamiste – Frères musulmans et salafistes – s’est réunifié lors de la grande manifestation du 29 juillet 2011 pour dénoncer le « caractère civil » d’un État qui « n’appliquerait pas la totalité de la Loi religieuse ». Visés par ces slogans, les jeunes libéraux à l’origine de la « révolution du 25 janvier » ont immédiatement quitté la place de la Libération. Ils avaient en vain exigé la mise en place préalable d’une « charte de principes » garantissant l’exercice des libertés publiques pour limiter les risques d’islamisation du texte constitutionnel par la prochaine assemblée constituante. Une liberté d’expression inimaginable avant la démission du président Moubarak le 11 février 2011 a offert à chacun l’occasion de définir ses conceptions du juste et du légitime, ce qui a eu pour effet d’augmenter l’intensité du débat public et de radicaliser les sensibilités – alors même qu’un compromis politique repose par nature sur l’ambiguïté et le flou sur les questions les plus fondamentales en termes de valeurs et d’engagements philosophiques7.

28En Syrie, le seuil existentiel, défini par la minorité confessionnelle au pouvoir depuis 1970, est particulièrement bas, puisque toute remise en question de la dictature est présentée par le pouvoir comme une menace sur la pérennité des minorités confessionnelles dans le pays. La répression des manifestations par les hommes de main (chabîha) du régime, issus de la confession alaouite, est justifiée mezze voce par la nécessité de prémunir les minorités religieuses du risque d’une revanche de la majorité sunnite si celle-ci parvenait à renverser le régime. Un mode de vie libéral peut aussi constituer un seuil de vulnérabilité, comme l’illustrent les craintes exprimées auprès du Conseil national de transition (CNT) par des habitantes non voilées de Tripoli face à l’afflux de militants islamistes armés dans la capitale libyenne après la chute du régime de Kadhafi.

29La réussite du processus démocratique repose donc sur la capacité des élites politiques à offrir les garanties nécessaires aux acteurs sociaux pour que le moment électoral ne soit pas vécu comme une épreuve mettant en jeu leur survie collective. Une constitution démocratique doit élever, autant que possible, le seuil de vulnérabilité à partir duquel un segment de la société se sentirait en droit de recourir à la violence pour sauver son existence collective. Pour y parvenir, elle doit sauvegarder les intérêts fondamentaux de chaque segment, ce qui aura pour effet de dédramatiser l’importance du moment électoral.

  • 8 Voir, sur ce débat, la contribution fondamentale de Ch. Taylor, « Cross-Purposes: the Liberal-Comm (...)

30Les débats qui eurent lieu en Égypte et en Tunisie sur l’ordre de priorité entre élections législatives, d’une part, et rédaction d’une nouvelle Constitution, d’autre part, n’étaient donc rien moins que techniques. Ils répliquaient en terre d’Orient l’opposition entre les « communautariens », attachés à « l’éthique de la vie bonne » (les islamistes dans notre cas) et les « individualistes libéraux », attachés, eux, à une « éthique du droit » garantissant l’exercice d’un pluralisme politique et culturel8. Or, pour les prédicateurs islamistes, un préambule sur les droits fondamentaux est contraire à la conception islamique de la « vie bonne ». De leur point de vue, la neutralité philosophique affichée par l’État occidental constitue, en soi, une provocation inacceptable – l’équivalent d’une machine de guerre contre l’islam. Dans ce conflit, l’université d’al-Azhar est appelée à jouer un rôle considérable pour ne pas laisser aux islamistes la capacité de dire le sens de l’islam au cœur d’un enjeu aussi déterminant pour l’avenir du monde arabe et musulman et celui de ses relations avec les populations d’origine immigrée en Europe. Le débat dépasse largement les limites de l’Égypte, puisque c’est la question de l’existence électorale et politique, et non plus seulement intellectuelle, d’un islam libéral qui se joue à présent, ce dont les prédicateurs islamistes paraissent, à leur façon, beaucoup plus conscients que les analystes occidentaux. Sous des formes beaucoup plus violentes, des enjeux similaires se posent dans la Syrie d’aujourd’hui, à travers la question de savoir qui parlera au nom des masses sunnites qui se révoltent actuellement contre un pouvoir minoritaire condamné à plus ou moins brève échéance.

31Dans l’Égypte post-Moubarak, le moment révolutionnaire de la place de la Libération (maïdân al-tahrîr) est devenu le paradigme des relations entre la société et l’État : la dénonciation des symboles de « l’ancien régime » justifie le refus des formes les plus variées d’autorité, non seulement politiques, mais aussi administratives ou judiciaires. Incarnation de la dimension la plus répressive de l’ère Moubarak, aujourd’hui intimidée par des islamistes qu’elle jetait naguère sans vergogne dans ses geôles, la police n’ose plus assurer les conditions de l’ordre public dans la Vallée du Nil, en Haute-Égypte ou dans certains quartiers du Caire. En divers lieux du pays, des enclaves sont désormais soumises à la seule autorité de groupes islamistes qui interprètent à leur façon les dispositions de la Loi religieuse dans leurs relations avec la population locale, imposant ici et là un impôt religieux (jiziya) aux commerçants chrétiens. Ailleurs, la hausse de la criminalité liée à l’aggravation de la crise sociale traduit la disparition pure et simple de toute forme d’autorité institutionnelle. Si rien ne change dans les délais les plus brefs, l’autogouvernement par l’islam pourrait apparaître comme une solution plus enviable que l’anarchie et l’insécurité qui règne dans le reste du pays.

32La question de savoir où s’achèvent les limites de « l’ancien régime » et où commencent celles de l’État légitime s’étend également à la sphère économique. Les relations intimes entre la famille présidentielle et les milieux d’affaires ont achevé de discréditer une partie des entrepreneurs économiques du pays, et cette confusion est mise à profit par tous ceux qui, au sein du monde syndical, refusent les orientations libérales de l’économie égyptienne au nom d’une conception socialiste ou « nassérienne » des rapports de production. Les mises en procès d’hommes d’affaires connus pour leurs liens avec l’ancien pouvoir remettent en cause des pans entiers de l’économie nationale, notamment dans le secteur des télécommunications. Si elle devait continuer, l’épuration par une justice sous pression pourrait toucher les intérêts économiques du principal entrepreneur du pays, l’armée, au risque de susciter, en retour, la tentation du coup d’État.

  • 9 Selon Guy Hermet, la transition vers la démocratie dépend au contraire de la capacité des vainqueu (...)

33Pour éviter que l’identité d’un lieu – la place de la Libération – et d’un moment – la démission de Moubarak – ne devienne l’emblème d’une dissolution de l’autorité de l’État, les libéraux doivent convertir le moment révolutionnaire, dont ils sont à l’origine, dans les institutions, en fixant ce moment dans le texte constitutionnel. Pour les islamistes en revanche, qui disposent déjà de leurs références textuelles sacrées, il convient de s’emparer d’un moment dont ils ne sont pas à l’origine, de l’identifier avec leur mouvement, et de remporter les élections dans l’espoir de faire coïncider autant que possible la référence sacrée avec la référence constitutionnelle. À quelques jours des premières élections pluralistes depuis 1952, l’organisation des Frères musulmans a présenté autant de candidats que de sièges à pourvoir, alors qu’elle annonçait des ambitions électorales beaucoup plus modestes au début des manifestations en janvier 2011. Ces manœuvres tactiques font planer un doute sur la conversion libérale des élites islamistes, y compris en Tunisie, où les Frères musulmans d’en-Nahda ont remporté en octobre 2011 les élections constituantes par une large majorité. Se sachant vulnérables lors des élections, les libéraux surinvestissent le recours à l’arme judiciaire, au risque de s’aliéner des soutiens issus de l’ancien régime dans les luttes à venir9.

Conclusion (provisoire)

34La dynamique du changement arabe n’est pas portée par une idéologie déterminée ; elle se nourrit d’un refus de la corruption politique sous ses formes les plus diverses, mais ne se reconnaît nullement dans un modèle alternatif d’organisation sociale et politique. De manière significative, les héros de ces mouvements sont des anonymes, pas des personnalités charismatiques sorties de leur opposition ou de leur clandestinité.

35Ce paradoxe explique à la fois son succès auprès des secteurs les plus divers de la société et ses limites en termes de projet politique d’avenir, puisque les attentes multiples suscitées par ce mouvement ne pourront évidemment pas être satisfaites en même temps. L’Égypte présente ainsi une importance exceptionnelle en raison de la position privilégiée que ce pays occupe vis-à-vis du reste du monde arabe, à l’intérieur duquel il imprime, depuis le milieu du XXe siècle, ses dynamiques propres, aussi bien sur un plan littéraire et artistique que sur le plan idéologique et stratégique. Le laboratoire égyptien est donc le milieu privilégié pour étudier l’éclosion – où l’échec – de la démocratie arabe après la chute des dictateurs – laquelle ne doit pas (ou pas encore) être identifiée avec la fin de la dictature. Dans un climat quotidien de très grande insécurité, la société égyptienne fait aujourd’hui figure de « société constituante ». Organisations sorties de la clandestinité, association religieuse, parti politique, groupe tribal dans le Saïd (Haute-Égypte) ou simple citoyen bloggeur sur Facebook définissent, les uns à côté des autres, et non les uns avec les autres, leurs conceptions propres de la vie en société. En ce sens, la société demeure dans un état révolutionnaire chronique, tandis que les modes de fonctionnement de l’ancien régime n’ont toujours pas disparu.

  • 10 Cf. S. P. Huntington, « Political Development and Political Decay », World Politics, vol. 17, no 3 (...)

36Les impératifs de gouvernabilité et de sécurité exigent le rétablissement d’un principe d’autorité, mais celui-ci est aujourd’hui massivement rejeté par une diversité d’acteurs prompts à l’assimiler aux formes antérieures du pouvoir et soucieux d’affirmer leur souveraineté nouvellement acquise. Justement appréciés comme connecteurs horizontaux de mécontents et de mécontentements, les réseaux sociaux ne sont pas des producteurs de liens politiques durables sur le plan vertical Si la fonction stabilisatrice devait durablement échoir à l’armée, on ne devrait plus alors parler de révolution, mais seulement de recomposition de l’autoritarisme arabe sur de nouvelles bases politiques, d’où les islamistes tireraient cette fois bénéfice. Le processus électoral et la mise en place d’institutions représentatives représentent donc des enjeux cruciaux dans les mois à venir. C’est seulement par la fondation d’un nouveau pacte politique que le moment révolutionnaire pourra trouver sa traduction institutionnelle. Si tel n’était pas le cas, on retomberait alors dans l’hypothèse de la « société prétorienne » jadis décrite par Samuel Huntington pour décrire une situation où seule la figure autoritaire du militaire est jugée capable de mettre un terme à la multiplicité anarchique des demandes sociales10.

Notes

1 Cet article date de 2012. Les conditions ont évolué très rapidement depuis lors dans la zone géopolitique traitée

2 Sur la théorie des régimes « sultanistiques », voir H. E Chehabi et J. J. Linz, Sultanistic Regimes, John Hopkins University Press, 1998.

3 Sur cette question, voir, par exemple, L. Guazzone et D. Pioppi, The Arab State and Neo-Liberal Globalization, Ithaca and Garnett Press, 2009.

4 Sur la question de l’effondrement de la croyance dans la stabilité d’un système politique, voir, dans le cas de la révolution iranienne, voir la démonstration de Ch. Kurzman, The Unthinkable Revolution in Iran, Harvard University Press, 2005.

5 Nazih al-Ayyoubi a été l’un des premiers à voir dans l’absence d’hégémonie au sens gramscien l’une des principales caractéristiques de la réalité politique arabe. La diversité des « modes de production » économiques rendraient compte, selon lui, de la pluralité des univers de sens. En évitant de construire une scène politique institutionnelle, les pouvoirs politiques généralement issus de coups d’État ont exploité à leur profit ces conditions sociologiques et culturelles pour se rendre indispensables au maintien de la paix civile et se maintenir ainsi au pouvoir. Voir N. Al-ayyoubi, Over-Stating the Arab State, IB Tauris, 1993. Sur la recherche permanente de légitimité qui caractérise le jeu politique arabe, voir le classique de M. C. Hudson, Arab Politics. The Search for Legitimacy, Yale University Press, 1977.

6 L’expression « rationalité de la peur » est empruntée à Rui de Figueiredo, et Barry R. Weingast. Cf. Figueiredo et Weingast, « Rationality of Fear: Political Opportunism and Ethnic Conflict », J. Snyder and B. Walter (ed.), Military Intervention in Civil Wars, New York, Columbia University Press, 1999. Le lien entre vulnérabilité et violence a aussi été abordé par J. Leca, « La rationalité de la violence politique », Le Phénomène de la violence politique : perspectives comparatistes et paradigme égyptien, Dossiers du CEDEJ, 1994.

7 Ce que Stephen Holmes appelle « la politique d’omission » qui consiste à éviter d’ouvrir des sujets de division afin de maintenir la paix civile. Cf. « Gag rules or the politics of omission », J. Elster et R. Slagstad, Constitutionalism and Democracy, Cambridge University Press, 1988.

8 Voir, sur ce débat, la contribution fondamentale de Ch. Taylor, « Cross-Purposes: the Liberal-Communautarian Debate », N. Rosenblum (ed.), Liberalism and the Moral Life, Cambridge/Harvard University Press, 1989.

9 Selon Guy Hermet, la transition vers la démocratie dépend au contraire de la capacité des vainqueurs à passer des accords avec les vaincus d’hier contre d’autres vainqueurs du présent devenus des adversaires. Mais l’émotivité politique propre à ce type de « moment », nourrie en permanence par les témoignages d’anciennes victimes de la dictature exigeant justice pour eux-mêmes ou pour leurs proches, ne garantit pas toujours les conditions de possibilités de telles transactions. Cf. Sociologie de la construction démocratique, Economica, Paris, 1986.

10 Cf. S. P. Huntington, « Political Development and Political Decay », World Politics, vol. 17, no 3, avril 1965.

Auteur

Maître de conférences en Science Politique à l’université de Clermont-Ferrand, directeur du CEDEJ (Centre d’études et de documentation économiques, juridiques et sociales, ministère des Affaires étrangères/Le Caire).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search