Version classiqueVersion mobile

La métamorphose du prince

 | 
Catherine Colliot-Thélène
, 
Philippe Portier

Troisième partie. L'aspiration à l'égalité politique

10. Le miroir des élites

Représentation politique et morale luthérienne dans les pays nordiques

Michel Hastings

Texte intégral

  • 1 H. M. Enzensberger, « Automne suédois. Reportage idéologique », Le Débat, no 26, septembre 1983, p (...)

« La réception électorale à laquelle j’étais invité avait lieu dans le quartier de Wasa, au domicile d’un idéologue bien connu du mouvement ouvrier suédois, au troisième étage sans ascenseur, et j’avais l’impression que l’on avait voulu être tout à fait entre soi pour fêter la victoire imminente d’Olof Palme. L’appartement était aménagé modestement et sans recherche, presque un peu délabré avec ses chaises disparates, les vieilles affiches aux murs, et les livres sur des étagères grossièrement assemblées. Sur l’ensemble flottait un parfum d’Ikea. C’est dans de semblables pièces qu’habitent chez nous, à Berlin ou à Francfort, les jeunes couples d’enseignants, les auteurs de pièces radiophoniques et les historiens d’art qui ont réussi à obtenir une de ces bourses de promotion universitaire qui se font de plus en plus rares. De telles pièces ne sentent pas l’argent, le prestige ou la carrière. Rassuré, je m’enfonçai dans mon siège pour manger, en attendant les premières estimations, un morceau de viande fumée dans son assiette en carton – le travailleur intellectuel de la République fédérale est bien sûr habitué à vivre dans des coins et des niches de ce genre, confortables et loin du pouvoir. Il est vrai qu’ensuite, au bar improvisé dans le corridor, une âme secourable commença à m’éclairer. Le monsieur en veste de tweed s’avéra ainsi n’être en aucune façon le secrétaire du syndicat local des enseignants, mais un journaliste redouté, auteur d’éditoriaux acerbes pour le plus grand journal conservateur du pays ; le monsieur un peu trop élégamment vêtu était un architecte très en vogue à Stockholm ; la femme à l’air grincheux en chaussures de basket avait été pendant des années à la tête du ministère des Affaires sociales ; le professeur de dessin aux temps grises n’était pas du tout professeur de dessin mais un ancien ambassadeur. Je suis tombé, sans m’en douter, dans une société que tout sociologue empirique désignerait sans hésiter comme l’élite du pouvoir, même si les personnes présentes étaient libres de ne pas accepter une telle identification. “L’élite du pouvoir”, une expression exécrable et qui en aucun endroit du globe, fût-ce à Tirana ou à Phnom Penh, ne pourrait sonner plus faux qu’ici, à Stockholm1. »

  • 2 R. Huntford, Le Nouveau Totalitarisme, Paris, Fayard, 1977.

1Ce reportage, initialement publié dans l’important quotidien de la capitale suédoise Dagens Nyheter, eut un énorme retentissement. Le diagnostic de Hans Magnus Enzensberger ouvrit un débat sur la culture politique nationale et de manière plus générale relança la question d’un « exceptionnalisme nordique ». Les institutions tutélaires de l’État social-démocrate y prenaient, il est vrai, l’allure d’un gouvernement pastoral, éducateur vigilant et patient d’une société tout entière aliénée au bonheur égalitaire. Le pamphlet rejoignait une littérature déjà abondante qui avait pris l’habitude de critiquer le « modèle suédois » en empruntant des accents tocquevilliens : « terreur douce », conformisme social, étouffement moral, « nouveau totalitarisme2 ». Mais l’analyse revêt une autre dimension lorsque le philosophe allemand raconte une seconde anecdote. Un député, fraîchement élu au Riksdag, lui montre le récépissé de sa nomination, rédigé par un ordinateur, établi par l’administration des Finances et signé par un quelconque employé de bureau. « Comme vous voyez, chez nous un député n’est pas grand-chose ! » Enzensberger ne peut alors cacher son indignation.

« Ce qui me paraît scandaleux, c’est le mépris brutal de toutes les formes symboliques qui s’exprime dans cette notification. La bureaucratie signifie noir sur blanc au Parlement qu’il n’a aucune vanité à tirer de sa haute fonction […] La destruction de la forme est un indice supplémentaire de ce que la conscience historique de cette société est menacée de ruine. La culture hégémonique de la social-démocratie a oublié la dimension symbolique, sans laquelle il n’y a pas de politique. Erreur qui peut, un jour, lui coûter cher. »

  • 3 B. Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Calmann-Lévy, 1995.

2Il y a dans ces propos une véritable invitation à réfléchir sur la manière dont l’acteur politique en démocratie est censé tenir son rôle de représentant. Les théories classiques de la représentation ont rappelé le caractère aristocratique de l’élection. L’expérience électorale serait en effet fondée sur une contrainte de distinction, elle-même liée aux dynamiques d’une situation de choix au cours de laquelle les candidats doivent se faire remarquer en mettant en avant un ensemble de signaux culturellement perçus comme ceux qui caractérisent un bon dirigeant3. Ce crédit d’excellence politique accordé par les électeurs résulte d’une opération complexe d’incorporation par l’acteur politique des codes socialement dominants. Le succès d’une telle entreprise conduit, d’un côté, l’homme politique à devenir le sémiophore d’une société, celui qui, par ses conduites et ses discours, donnera chair aux valeurs et normes du groupe dont il entend être le représentant. D’un autre côté, les citoyens se font spectateurs et juges sourcilleux d’un montage sémiologique censé faciliter le processus d’identification à celui qu’ils ont élu. Ce double impératif de distinction et d’identification soumet la relation sociale de tenant-lieu à une tension majeure. Le représentant est en effet celui qui doit à la fois être représentatif, donc signifier une proximité sociologique avec ceux qui l’ont désigné, et afficher une certaine éminence susceptible de rassurer sur ses compétences. Ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre, le représentant politique est donc un médiateur culturel dont la légitimité se fabrique, se gagne et se perd, dans sa capacité à figurer et mettre en scène les valeurs éthiques communément partagées. En ce sens, Enzensberger a tort. La représentation politique moderne revêt consubstantiellement une dimension symbolique. Elle parle d’un jeu ambigu de miroir dans lequel l’élu se donne à voir dans ses qualités exemplaires et à travers lequel le citoyen aime à regarder un peu de lui-même. Hier miroir des Princes, aujourd’hui miroir des représentants !

3C’est donc en qualité de « personnage » que l’homme politique se donne essentiellement à voir, et la métaphore théâtrale de la représentation prend ici tout son sens. Nous nous proposons d’étudier, à travers l’exemple des sociétés scandinaves, une forme singulière de leadership politique, un leadership de transaction construit autour d’un dispositif symbolique dont les qualités de modestie, d’humilité et de conformité constituent les principales ressources mobilisées par les acteurs afin de jouer le jeu de la négociation culturelle et morale imposée par le travail de représentation. Nous nous interrogerons sur l’articulation entre ces usages politiques d’une éthique de la simplicité et les éléments constitutifs d’une culture nordique. Nous chercherons notamment à montrer que l’interprétation souvent évoquée par les effets de résilience du luthéranisme, mérite de dépasser les seules séductions de la longue durée, au profit d’une analyse des manipulations du religieux par les acteurs politiques eux-mêmes.

Portrait de l’homme politique en homme quelconque

  • 4 B. Bégout, De la décence ordinaire, Paris, Allia, 2008.

4Un souci de soi pétri d’une humilité savamment affichée semble constituer le trait essentiel de l’éthique nordique de la « décence ordinaire ». Le terme est complexe et l’usage qu’en a fait George Orwell consacre davantage la moralité des gens simples, leur faculté instinctive de percevoir le bien et le mal4. Mais de manière plus générale, la Common decency peut aussi se concevoir comme une honnêteté objectivée dans l’expérience pratique des comportements publics. Il pèse en effet sur l’homme politique nordique la crainte permanente de s’entendre accusé d’indécence, d’inconvenance aux normes de la discrétion et de la retenue. Devant le « tribunal de l’opinion », se renégocie l’idéal de conformité et le scandale vient sanctionner celui qui n’endosse pas la tunique de « l’homme sans qualité ».

Une éthique de modestie

  • 5 J. P. Daloz, « Political Elites and Conspicuous Modesty : Norway, Sweden and Finland in Comparativ (...)

5Les anecdotes ne manquent pas sur l’éthique de modestie auquel se soumet et est soumis le personnel politique des pays d’Europe du nord. Deux impératifs la composent. Tout d’abord, un impératif de simplicité qui détermine le rapport de l’homme politique aux « biens de prestige ». Comme l’ont très bien analysé les travaux de Jean-Pascal Daloz5, le jugement social dans les pays scandinaves se montre particulièrement sévère à l’égard des acteurs politiques qui, soit exhibent des signes de richesse matérielle, soit font un usage intempestif des privilèges liés à leur fonction. Posséder un patrimoine important ou rouler dans une grosse voiture, s’habiller avec des vêtements de grande marque ou dîner dans des restaurants prestigieux, voilà autant d’indices d’un luxe que l’homme politique est censé tenir à distance respectable. Lorsque Göran Persson, alors premier ministre social-démocrate de Suède, acquit une ferme avec quelques hectares de terre au sud de Stockholm, la bataille médiatique fit rage et de nombreux commentateurs avisés y virent une offense désastreuse au principe de modestie, une véritable faute politique et morale. En revanche, ouvrir aux journalistes de la télévision les portes de son petit appartement de la banlieue d’Helsinki témoignera d’un bon goût réconfortant. La vie domestique constitue le laboratoire et la vitrine où s’éprouve la sincérité de la modestie de l’homme politique. La presse nordique traque l’utilisation personnelle des véhicules officiels, le non-paiement des contraventions ou la commande onéreuse d’une bouteille de vin. Quelle que soit sa couleur politique, le représentant est sommé de bannir toute forme de magnificence. L’étiquette existe également dans les pays scandinaves mais fonctionne comme une entreprise de codification de l’absence de toute solennité. Elle inscrit les cérémonies et les acteurs non pas dans des rituels de la mise à distance et de la majesté mais dans l’ordre plus austère du pouvoir économe. Même les familles royales doivent payer leur tribut à cette publicité d’un mode de vie le plus simple possible. Cet idéal de simplicité conduit l’acteur politique à éviter toute mise en avant de soi, à maîtriser l’effacement d’une personnalité trop forte. Il en va notamment ainsi d’une aisance verbale très souvent perçue comme une marque d’arrogance. À l’issue d’un débat télévisé avec son adversaire qu’il avait nettement dominé par son éloquence, son sens de la répartie et sa vivacité d’esprit, Olof Palme s’était vu soupçonné par certains éditorialistes d’être « insuffisamment suédois ». Inversement, la timidité, voire une certaine gaucherie dans les attitudes et les prises de parole s’interpréteront comme des signes de modestie. De même, le rapport aux honneurs commande aux hommes politiques d’adopter des conduites d’évitement et de dénégation des compliments qu’on leur adresse. La culture politique nordique n’est pas insensible au mérite, aux efforts récompensés, mais il est mal perçu par l’opinion d’en endosser la responsabilité, d’où la fréquence des rituels de refus gêné qui accompagnent l’imputation d’un succès politique (« je n’étais pas seul dans le projet », « le facteur chance a été important », « je n’ai fait qu’écouter les bons conseils »). Les formes du paraître modeste se font gardiennes des dangers de la vanité, et les risques de perdre la face se conjurent dans une célébration permanente de la retenue, de la minimalisation de ses qualités, de l’autocensure des affects les plus expressifs.

  • 6 J. P. Daloz, « L’étalage de la vie sexuelle en tant que facteur de légitimation politique », P. Ba (...)
  • 7 M. Foessel, La Privation de l’intime, Paris, Le Seuil, 2008.
  • 8 Un rapprochement peut être établi avec les candidatures ouvrières au XIXe siècle et la promotion d (...)

6Cette éthique de la modestie se décline également à travers un impératif de la proximité. Une proximité géographique, tout d’abord, qui signifie que l’homme politique nordique doit éviter tout comportement susceptible d’être traduit comme un acte de distanciation, de hauteur. Son monde est sur terre à côté des gens ordinaires, et c’est ainsi qu’il n’est pas rare de rencontrer la présidente finlandaise, Tarja Halonen, faire ses courses dans les supermarchés de Helsinki, de croiser le premier ministre norvégien en vélo. C’est l’une des fonctions les plus classiques du protocole que de souligner des écarts et de créer des topographies différentes entre le personnel politique et les simples citoyens. En revanche, dans les pays scandinaves, l’orchestration délibérée de la distance constitue le symptôme d’une morgue élitiste, le signe évident d’un refus des règles du jeu égalitaire. Cet idéal de proximité a ses coûts tragiques. Les assassinats d’Olof Palme à la sortie d’un cinéma ou d’Anna Lindh dans un grand magasin rappellent dans leur cruauté l’accessibilité physique de l’homme politique nordique, son immersion dans la société et son quotidien. L’impératif de proximité est aussi d’ordre sociologique et renvoie au souci constant du personnel politique de rappeler son indistinction. La mise en scène de soi consiste bien souvent à faire de la vie privée, voire de l’intimité, une pièce à conviction de son appartenance à la moyenne sociale. La photo d’un ministre en train de faire la cuisine pour la famille ou de conduire son enfant à l’école, un député qui vous reçoit dans son salon, ne constituent pas de simples stratégies de communication mais sont les signes de pratiques sociales largement partagées. De la même manière, l’étalage de la vie sexuelle ne relève pas de l’impudicité ou de la vantardise6. Les récits prennent la forme non pas d’exploits mais de témoignages dont les accents de sincérité authentifient l’appartenance de l’homme politique au monde ordinaire. Les confessions participent de ce dispositif de contrôle social qui soumet régulièrement l’homme politique à l’aveu même de sa banalité. Lorsque Gudrun Schyman, leader du Vänsterpartiet (parti situé à gauche de la social-démocratie), entame son intervention à la télévision par ces mots : « Je m’appelle Gudrun Schyman, je suis alcoolique », et qu’elle décrit avec détails les tumultes de sa vie amoureuse, elle fait par la sincérité de ses propos, allégeance au pacte moral qui la lie aux citoyens. L’exposition publique des faiblesses privées fonctionne comme une démarche de rapprochement. Deux frontières s’abolissent simultanément : celle qui distingue l’espace public et l’espace privé, celle qui oppose le monde des élus et le monde ordinaire7. Le mariage en juin 2010 de Victoria de Suède, héritière du trône, avec son ancien professeur de gymnastique, souleva de nombreuses polémiques, non seulement lorsque fut révélée la facture des noces mais surtout quand fut connu le fait que la résidence des jeunes époux au château de Haga allait désormais rendre inaccessible aux habitants l’agréable jardin public qui l’entoure. La proximité au sens sociologique renvoie donc à une certaine manière de considérer la vie en commun, le commun entendu comme l’ordinaire mais aussi le lieu de préservation de ce qui est partagé par tous. L’impératif de proximité peut enfin s’entendre d’un point de vue éthique comme la quête de l’indistinction. L’humilité et la discrétion affichées constituent d’emblématiques valeurs morales que le personnel politique recycle en ressources de légitimité. Se fondre dans l’ordinaire, partager le quotidien relèvent d’une pratique et d’une symbolique de la représentation où l’on attend du représentant qu’il figure la représentativité socioculturelle de ses électeurs8. La célébration de l’homme quelconque interroge par ailleurs sur le statut de la compétence politique dans la culture nordique. Dans les pays scandinaves, la professionnalisation politique ne saurait cliver la société. Dès lors, l’approche classique de l’expertise comme savoir spécialisé ne fonctionne plus aussi bien qu’ailleurs. L’homme politique est celui dont l’ethos et l’hexis corporelle donnent confiance, c’est-à-dire celui qui oublie sa singularité afin de rendre sensible l’idéal d’indivision de la société.

Une morale de la conformité

  • 9 V. Fournier, (dir.), Le Voyage en Scandinavie. Anthologie des voyageurs, 1627-1914, Paris, Laffont (...)
  • 10 Ø. Sørensen et B. Stråth, The cultural Construction of Norden, Oslo, Scandinavian University Press (...)
  • 11 Å. Daun, Swedish mentality, Pennsylvania State University Press, 1996, p. 105.

7L’« ostentation de modestie », mise en scène par le personnel politique nordique, doit être rapportée à un certain nombre de traits culturels qui ont contribué à façonner le caractère national des peuples scandinaves. Il n’est pas rare de retrouver dès le XVIIe siècle dans la correspondance des premiers voyageurs des remarques relatives à l’« esprit de modération », au sentiment développé de l’« humilité et de la gêne », au souci des habitants d’être et de faire comme les autres9. L’accumulation des témoignages, souvent stéréotypés, confirme néanmoins que l’identité nationale des pays nordiques fut bien construite selon des trajectoires historiques, culturelles et sociales singulières. L’importance de la paysannerie, l’homogénéité ethnique des sociétés, le contrôle social mis en œuvre par les églises luthériennes sont présentés comme les facteurs les plus explicatifs de cette morale de conformité qui semble traverser le corps social scandinave et fonctionner comme un élément majeur de la socialisation collective10. En Suède, ce désir de « mêmeté » possède ses termes, difficilement traduisibles, gemenskap, ou « sens de la communauté, sentiment d’être ensemble », lagom ou « raisonnable », « juste mesure ». Il renvoie notamment à la manière dont s’organisent au quotidien les rapports de l’individu au collectif. Dans toutes ses interactions sociales, « les Suédois essaient d’établir une compréhension mutuelle, un accord, un consensus. Ils cherchent les thèmes de conversation qui leur permettent d’exprimer des points de vue identiques. Ils veulent jouer la même mélodie, au même rythme, selon la même partition11 ».

  • 12 Pour une lecture littéraire du roman de Sandemose, M. Auchet, « La loi de Jante et l’imaginaire so (...)

8La Loi de Jante, Janteloven en norvégien, Jantelagen en suédois, est le récit, hissé au rang de véritable mythe dans les pays scandinaves, qui consigne probablement le mieux l’emprise sociale de la conformité. Elle se trouve formulée dans le roman d’Aksel Sandemose, Un fugitif croise sa trace (1933), qui relate la tyrannie du conformisme dans une petite localité du Jütland, la traque d’un individu dont les comportements hors normes attirent l’incompréhension et la haine des habitants12. Cette Loi de Jante se présente sous la forme d’un décalogue :

Tu ne croiras pas que tu es quelqu’un.
Tu ne croiras pas que tu as autant de valeur que nous.
Tu ne croiras pas que tu es plus intelligent que nous.
Tu n’iras pas t’imaginer que tu es meilleur que nous.
Tu ne croiras pas que tu en sais plus que nous.
Tu ne croiras pas que tu es plus que nous.
Tu ne croiras pas que tu es plus capable de quoi que ce soit.
Tu ne te moqueras pas de nous.
Tu ne croiras pas que quelqu’un se soucie de toi.
Tu ne croiras pas que tu peux nous apprendre quelque chose.

  • 13 P. Clastres, La Société contre l’État, Paris, Éditions de Minuit, 1974.

9Il n’existe certes pas de société que la déviance n’inquiète. Toutefois, la Loi de Jante est aujourd’hui reconnue comme un code de conduite profondément ancré dans les pays nordiques, un précipité littéraire dans lequel chacun a l’impression de retrouver une partie de son identité culturelle : le maintien du bonheur dans l’uniformité. Elle est régulièrement évoquée dans les journaux, comme un mot marqueur, afin de signifier un excès d’ambition, une jalousie mesquine dans les rapports professionnels, la conduite immodeste d’une personnalité. C’est donc dans cet horizon de sens, dessiné par la Loi de Jante et sa logique stigmatisante, qu’évolue l’acteur politique, et de manière plus générale se construit le lien de représentation. Une triple opération s’y déroule. Tout d’abord, le contrôle social de conformité fonctionne comme une ressource de normalité. Injonction est faite au représentant d’effacer sa singularité et d’afficher sa normalité. Un leader n’est pas un individu mais avant tout le membre d’un groupe. Il en est une émanation et l’ensemble de sa conduite doit restituer cette identité d’appartenance. Le paraître modeste entend témoigner que la représentation politique se double constamment d’un idéal de ressemblance, comme si la démocratie représentative devait se démarquer de l’expérience même de la substitution qui en constitue le fondement. Celle-ci s’évanouit dans une symbolique incarnative où l’homogénéité des comportements et la publicité faite à l’humilité créent le lien politique. Cette manière qu’ont les sociétés nordiques de « tenir » leurs élus par des dispositifs socioculturels destinés à éviter qu’ils ne se distinguent du groupe, ressemble au travail que les sociétés indiennes étudiées par Pierre Clastres entreprennent sur la chefferie pour éviter qu’elle ne s’externalise en pouvoir de coercition à leur encontre13. Dans les deux cas, le leadership révèle une impuissance ontologique, celle de se différencier du groupe. Dans la culture politique nordique, l’expression publique de la modestie marque la conformité de l’homme politique aux normes sociales et d’une certaine façon exprime aussi la dette que celui-ci entretient avec la société qui l’a choisi.

  • 14 J. Delumeau, Le Péché et la peur. La culpabilisation en Occident XIIIe-XVIIIe siècles, Paris, Faya (...)

10L’impératif de conformité œuvre ensuite à la fabrique de la légitimité. La souscription au devoir d’humilité se transforme en crédit dans le cadre de la compétition politique. Mis en demeure de se montrer modeste, le personnel politique mobilise dès lors le répertoire des valeurs morales du groupe comme des ressources indispensables à sa survie politique. Il entretient ainsi l’image d’un pouvoir politique accordé à des normes identitaires qui sont, dans le même temps, présentées comme constitutives de la « conscience collective » et de la cohésion morale de la société. Ce travail de légitimation par l’incorporation d’un éthos de conformité s’apparente à une sorte de rituel d’apaisement. La confiance politique se noue et se joue autour d’une cérémonie permanente de l’identité. Le crédit de légitimité porté au leadership célèbre les conduites d’évitement de la singularité et de l’excentricité. L’espace politique de la représentation n’est donc pas le lieu de la distinction mais celui où la reconnaissance et l’éligibilité se construisent dans une sémiologie de l’indifférence. Les grammaires de la modestie, de la simplicité et de l’humilité élaborent le récit d’un homme politique dont l’élection oblige en permanence à conjurer la tentation aristocratique. On ne peut s’empêcher de rapprocher cette morale de l’indistinction et le modèle ascétique qu’elle impose au personnel politique, de la vieille théorie de la vanité du monde, du contemptus mundi, par laquelle l’Église louait jadis la nécessité du désespoir14. Certes, ce n’est plus l’homme et sa vie dans le monde qui se voient ainsi rabaissés mais la tentation de l’homme élu à oublier sa condition humaine.

  • 15 Ch. Le Bart, L’Individualisation, Paris, SciencesPo, Les Presses, 2008.
  • 16 L. Trägårdh, « Statist Individualism: On the Culturality of the Nordic Welfare State », Ø. Sørense (...)

11L’impératif de conformité auquel est soumis l’homme politique nordique participe enfin à l’entretien du « métier d’individu15 ». La formule de Christian Le Bart est heureuse en ce qu’elle met l’accent à la fois sur la pluralité des trajectoires d’individualisation et le caractère toujours inachevé de ces processus. Dans les pays scandinaves, le rôle historique de l’État, comme garant de l’autonomie individuelle et de manière plus générale du contrat social, a conduit certains sociologues à formuler l’hypothèse d’un « individualisme étatiste » qui serait l’une des caractéristiques les plus profondes du rapport entre l’autorité politique et les membres de la société16. L’absence de véritables conflits entre l’État et les Églises luthériennes aurait permis à l’État de promouvoir une religion civile où l’obéissance politique coïnciderait avec le respect des valeurs religieuses. L’ordre social nordique, dont on verra comment les partis sociaux-démocrates parviendront à se faire les hérauts au milieu des années trente, serait ainsi le fruit d’une socialisation menée par l’État, notamment les administrations en charge du Welfare State. Au cœur de cette religion civile, figure justement ce répertoire de vertus à la fois sociales, morales, individuelles et collectives, assimilant l’intégration nationale au patrimoine indivis des valeurs de modestie, entendue comme le plus court chemin pour réconcilier l’individualité et la communauté. L’absence de « qualités » de l’homme politique nordique a parfois été analysée comme la marque d’une complexion psychologique complaisamment naturalisée. Nous allons plutôt essayer de démontrer que, derrière ce portrait de l’homme quelconque, se dessinent les contours d’un art de gouverner qui entend répondre aux fondamentaux de l’idéal démocratique moderne.

Métier politique et culture égalitaire

12L’éthos de la modestie qui caractérise le personnel politique scandinave n’est pas une simple morale individuelle. Il institue, au cœur des modalités de gouvernement, un ensemble de prescriptions et de valeurs qui touchent à la nature même de la démocratie nordique. Cette culture égalitaire ne contraint pas seulement les représentants à afficher des « signes d’ordinarité », mais constitue un élément fondamental du processus de professionnalisation politique et de ce que certains commentateurs n’ont pas hésité à nommer « la bonne tenue morale de la démocratie nordique ».

Transparence et publicité

  • 17 M. Senellart, Les Arts de gouverner. Du regimen médiéval au concept de gouvernement, Paris, Le Seu (...)
  • 18 1995, p. 229.
  • 19 E. Chevaucherie, Les Enjeux du débat sur la représentation parlementaire dans les pays scandinaves (...)
  • 20 M. Lebiez, « Existe-t-il encore un modèle suédois ? », Esprit, no 251, mars-avril 1999, p. 95.
  • 21 J. S. Mill, Considérations sur le gouvernement représentatif, Paris, Gallimard, 2009.
  • 22 J. Borchert and J. Zeiss (ed.), The Political Class in Advanced Democracies, Oxford, Oxford Univer (...)
  • 23 G. Agamben, Profanations, Paris, Rivages, 2005.

13« C’est avec l’essor de l’absolutisme que l’exigence de visibilité est transférée de la personne du Prince (être vu) à l’espace social (tout voir) », rappelle Michel Senellart17. L’économie du visible quitte (progressivement) le corps royal pour se porter, à travers l’ingénierie de la raison d’État, sur le corps social qu’il convient désormais de bien connaître afin de mieux le gouverner. Parallèlement, s’est développée dans l’Europe moderne une théorie de l’action politique en termes de secret, d’obscurité et de mystère dont l’une des conséquences fut de renforcer la représentation du travail politique comme une activité réservée aux initiés. Certes, les démocraties ont aujourd’hui adopté un arsenal de mesures visant à publiciser les pratiques de gouvernement ainsi qu’à essayer de diversifier la sociologie de leurs élites politiques, mais seules, les démocraties d’Europe du nord ont délibérément indexé leur art de gouverner sur un impératif de transparence qui non seulement s’impose comme devoirs au personnel politique, mais aussi confère des droits majeurs aux citoyens, tout en permettant au lien de représentation d’être fondé sur une meilleure représentativité sociale. Prenons l’exemple de la Suède dont le célèbre « modèle » démocratique n’est pas seulement politique et social mais résolument éthique18, fondé sur un principe de publicité considéré ici comme l’expression essentielle du fonctionnement d’un bon gouvernement représentatif. Tout au long du XIXe siècle, les réformateurs suédois, inspirés notamment par les théories libérales de Jeremy Bentham, vont faire du principe de publicité la loi d’airain de la modernisation des institutions politiques. À l’époque, ce principe renvoyait à deux mesures concrètes, l’ouverture au public des séances parlementaires et la publication des actes parlementaires19. Le lieu de la représentation nationale se devait d’être « une maison de verre ». Aujourd’hui, le principe de publicité s’inscrit dans une problématique ouvertement posée comme celle d’un idéal de la transparence, érigée en valeur démocratique ultime. Ce principe de publicité se nourrit par exemple du libre accès à tout document officiel, à toute correspondance des administrations publiques. La loi fondamentale relative à la liberté de la presse précise les finalités de ces mesures : « Afin de favoriser la libre discussion et la connaissance universelle, chaque citoyen possède le droit de prendre connaissance des actes et documents publics. » Par ailleurs, les fonctionnaires d’État en Suède disposent d’un large espace de liberté d’expression dont ils peuvent et doivent faire usage dans l’exercice de leurs missions. « Tout pouvoir public émane du peuple » rappelle la Constitution suédoise. La formule ici n’est pas décorative, elle vient ponctuer une trajectoire historique de construction démocratique de l’État comme « espace public ». Dès lors le fonctionnaire dispose des mêmes libertés que les autres citoyens, mais surtout il n’est pas au service de l’État mais au service du peuple. Le travail de l’administration consiste à favoriser la transmission des informations susceptibles d’éclairer l’opinion publique, d’où l’instauration d’une véritable politique linguistique destinée à faciliter la réception des textes administratifs et à améliorer la qualité de la démocratie : « Une démocratie doit assurer la transparence et la clarté, et garantir que les autorités s’expriment dans une langue compréhensible par tous. » L’érection de la transparence comme « norme de la démocratie20 » nous semble constituer une illustration exemplaire de la culture égalitaire des pays nordiques. La construction démocratique s’est réalisée à partir du XIXe siècle autour d’une conception de l’espace politique ouvert à tous, comme si la logique représentative du mandat et du tenant lieu devait être compensée par des dispositifs de surveillance, de contrôle, de vérification, accessibles au peuple. Cette éthique de la transparence contribue donc à abolir tout indice de distinction que pourraient revêtir l’espace et le personnel politiques. La professionnalisation politique est réelle mais tout concourt à empêcher l’émergence d’une élite politique. Le didactisme permanent qui accompagne la diffusion des productions administratives témoigne de cette volonté d’instaurer une proximité entre les citoyens et leurs représentants et d’affecter la démocratie représentative d’un idéal de participation, celui-là même que défendait John Stuart Mill21 en souhaitant que chaque citoyen remplisse au moins une fois dans sa vie une charge publique. Les effets concrets de cette culture égalitaire se lisent dans le profil sociologique des assemblées parlementaires nordiques, plus proches de la réalité sociale que leurs homologues européennes. On y trouve en effet des contingents beaucoup plus importants de femmes, de jeunes, de salariés et de nouveaux élus. L’absence de cumul des mandats affaiblit enfin les positions népotiques tout en multipliant le nombre de charges à pourvoir22. Transparence, publicité prolongent donc, d’une manière plus institutionnelle, l’éthos de modestie que les sociétés nordiques imposent à leur personnel politique. Ces valeurs et ces pratiques racontent le roman de la démocratie nordique dans lequel la « force instituante » des imaginaires sociaux n’est jamais absente. Le pouvoir politique ne semble plus pensé aujourd’hui dans les pays scandinaves comme un lieu toujours possible de majesté, de grandeur, de mise en scène de l’autorité. Une formidable dynamique de désenchantement semble s’être emparée de la culture politique nordique. Nulle part ailleurs, la démocratie n’y est plus « républicaine » au sens de Jürgen Habermas. Allons plus loin et posons l’hypothèse d’un défidémocratique nordique consistant à démonétiser toutes les flamboyances historiques du pouvoir dont son exercice et ses détenteurs avaient su hier encore se vêtir, afin de s’engager dans un processus de « profanation » du politique, terme que nous définissons à la suite de Giorgio Agamben comme la restitution à l’usage commun de ce qui avait été séparé dans la sphère du sacré23.

Consensus et confiance

  • 24 Voir notamment A. Lijphart, Democracies. Patterns of Majoritarian and Consensus Government, New Ha (...)
  • 25 M. Childs, Sweden, the Middle Way, New Haven and London, Yale University Press, 1936.

14La prégnance de la culture égalitaire, à l’origine de l’éthos de modestie qui caractérise la conduite des hommes politiques dans les pays nordiques, trouve une seconde expression dans la façon dont ces démocraties non seulement construisent leurs montages institutionnels, mais aussi et surtout envisagent la réalité pratique de l’exercice du pouvoir. Une tradition théorique a pris l’habitude, à la suite notamment des travaux d’Arend Lijphart24, de penser les régimes scandinaves à travers la catégorie des « démocraties consensuelles ». Trois critères ont été avancés pour définir cette notion : premièrement, un faible niveau d’opposition concernant la manière de résoudre les conflits politiques, ce qui suggère un fort soutien de la part des citoyens et des organisations politiques aux règles du jeu ; deuxièmement, un faible niveau de conflictualité politique obtenu notamment grâce à une polarisation idéologique restreinte au sein du système partisan ; troisièmement, un haut degré de concertation dans la constitution des politiques publiques. La démocratie consensuelle peut donc se définir comme un ensemble de pratiques institutionnelles largement routinisées, destinées à inclure le compromis et la négociation au cœur même du travail politique (production de la loi, action publique, etc.). Mais on perçoit aussi toute l’importance que revêt « l’horizon de sens » dans lequel s’inscrivent ces pratiques : une homogénéité des comportements du personnel politique, une neutralisation des divisions sociales, des valeurs de solidarité et de confiance profondément ancrées, un respect des oppositions, une prégnance des idéologies réformistes, etc. On retrouve ici quelques-uns des traits qui ont forgé depuis le milieu des années trente le mythe du modèle nordique. Lorsque Marquis Childs publie son fameux livre Sweden, the Middle Way25, il inaugure ce prêt-à-penser des démocraties scandinaves (beaucoup moins la Finlande) à travers les topoï de la voie médiane entre conservatisme et révolution, capitalisme et socialisme. C’est dans l’entre-deux-guerres, au moment où la social-démocratie, notamment suédoise, commence à s’imposer, qu’émerge également l’utopie de la réconciliation des classes, de l’harmonie du capital et du travail, de la poignée de main entre le travailleur et l’employeur. Devant cette grande rêverie humaniste, on en oublierait presque les enjeux tactiques qui la sous-tendent : ou comment déplacer les lignes de front en engageant les adversaires dans une voie moyenne, faite de renoncements réciproques et de partages en commun. La résilience de cet imaginaire du « juste milieu » provient d’une légitimité qui l’institue d’emblée en une vérité exemplaire où l’originalité du modèle rejoint sa performance. Les sociétés nordiques auraient, en quelque sorte, inventé un solidarisme qui marche.

  • 26 M. Hastings, « Social démocratie suédoise ou le socialisme de la confiance », J. Vigreux et S. Wol (...)
  • 27 L. Groux, Où va le modèle suédois ?, Montréal, L’Harmattan, 1992, p. 192.
  • 28 B. Rothstein, Social Traps and the Problem of Trust, Cambridge, Cambridge University Press, 2005; (...)
  • 29 W. Müller and K. Strom (ed.), Coalition Governments in Western Europe, Oxford, Oxford University P (...)
  • 30 P. Esaiasson and K. Heidar (ed.), Beyond Westminster and Congress. The Nordic Experience, Colombus (...)
  • 31 Sur cette question, le cas de la France se situe aux antipodes des pays nordiques, cf. P. Rosanval (...)

15Le consensualisme des démocraties scandinaves n’exclut pas l’importance historique des clivages sociaux et politiques ainsi que leur rôle déterminant dans la construction des électorats et des systèmes partisans. Il signifie que ces clivages évoluent dans un espace politique élaboré à partir de règles inclusives, privilégiant la représentation de la société dans l’ensemble de ses composantes (le choix du scrutin proportionnel n’est pas innocent). Il se fonde donc sur une pratique instituée, largement arrimée à une culture du compromis, de la « dé-conflictualisation » de l’espace politique. Il engage dès lors le personnel politique, national et local, dans des expériences permanentes de recherche de négociation, de médiation, de discussion entre forces opposées et intérêts contraires. La décision politique ne saurait s’appuyer sur une simple majorité arithmétique. La notion de rapports de force prend ici des accents autoritaires et peu compatibles avec l’idéal de la démocratie éthique. Soit un exemple bien connu. Le 20 décembre 1938, une Convention est signée dans un hôtel de la paisible bourgade balnéaire de Saltjöbaden par une délégation de la Confédération patronale suédoise (SAF) et une délégation de la Confédération générale du Travail (LO). La Convention proposait d’établir une paix particulière, la paix industrielle, entre deux groupes sociaux qui n’avaient cessé de s’affronter depuis le début du siècle : le mouvement ouvrier et le patronat. Dans la mémoire nationale, ces accords font figure de scène primitive et de mythe fondateur du modèle suédois. Un contrat social est né, qui instaure une collaboration des classes sociales et un partage des tâches, qui restera jusqu’à nos jours l’un des fondements du dialogue social nordique. D’un côté, l’entreprise demeure le moyen essentiel de la production, elle doit pour l’intérêt général réaliser des profits ; de son côté, l’État a le devoir de contribuer à la régulation des activités économiques en assurant le plein-emploi, en aidant les entreprises en difficulté ; et surtout l’accord se fait autour de modalités très précises pour « aplanir les différends par la voie pacifique » : encadrement des licenciements, obligation de concertation pour les salaires, importance des procédures de négociation, etc. Ces accords constituent une véritable entreprise de pacification des mœurs sociales et industrielles26. Le parti social-démocrate qui disposait pourtant d’une majorité parlementaire suffisante pour imposer ses vues aux forces conservatrices et bourgeoises, a préféré cautionner une série de renoncements et jouer ainsi une attitude rassurante. « Avant d’être une pratique ou une forme spécifique d’action et de protection sociale, le modèle suédois est d’abord une construction symbolique, un discours idéologique dont la force de légitimation tient à sa justification démocratique27. » L’« esprit de Saltjöbaden », si souvent évoqué, exprime, mais aussi institutionnalise, la confiance comme valeur démocratique. Une idéologie de la confiance s’est donc monnayée par la délégitimation du conflit, sa condamnation sociale et morale. La confiance dans la négociation et la négociation dans la confiance servent ainsi à neutraliser l’émergence des conflits et pacifier ainsi l’ensemble des rapports sociaux dans les modèles nordiques de démocratie. La confiance ? C’est le travail singulier sur cette valeur, à la fois sociale et morale, que les leaders politiques des pays nordiques ont su prendre en charge. La confiance est en effet une manière de construire l’Autre, l’adversaire politique, moins comme un ennemi que comme un partenaire. C’est une façon également d’envisager la compétition électorale autrement qu’en termes de victoire et de défaite, de majorité et de minorité, de domination et de relégation. Il ressort des grandes enquêtes comparatives menées sur les valeurs des sociétés européennes que les pays d’Europe du Nord se présentent comme des « Hight Trust Societies », même si depuis quelques années le niveau de la confiance dite verticale, celle qui porte sur les institutions et les élites politiques, souffre d’un réel recul. Mais à l’hypothèse selon laquelle le capital social serait un pur produit de la société civile et de ses traditions culturelles, le cas nordique permet d’opposer une autre interprétation qui insiste davantage sur le rôle des acteurs et des institutions politiques elles-mêmes dans la fabrication de la confiance sociale28. On retrouve en effet ce travail de production de la confiance dans toute la Policy making : extension et régularité des procédures de consultation, approche pragmatique plutôt que dogmatique des problèmes et des enjeux, etc. L’art de gouverner par le compromis et la confiance est particulièrement bien illustré dans deux domaines exemplaires des modèles démocratiques nordiques : d’abord, l’importance des jeux coalitionnels qui depuis les fameuses associations rouges-vertes des années trente entre agrariens et sociaux-démocrates jusqu’à l’improbable et plus récente coalition arc-en-ciel en Finlande, ordonnent en permanence les systèmes partisans, contraignant les partenaires à négocier et bâtir des compromis29. C’est ensuite l’ensemble des mesures institutionnelles qui encadrent la participation des oppositions au travail parlementaire de production de la loi30. Les sociétés d’Europe du nord ont donc élaboré des « démocraties inclusives », fondées sur une maximalisation des accords avant toute prise de décision, sur des systèmes multiples de régulation des conflits, sur des répertoires de mesures consultatives. Aucun fétichisme de la Loi. Celle-ci n’est ici qu’un supplément au travail de médiation, elle serait en revanche inacceptable comme acte d’autorité ou comme opérateur de reconstruction de la réalité31.

Les ressources politiques de la morale luthérienne

  • 32 L. Karvonen, « Christian Parties in Scandinavia: Victory over the Windmills », D. Hanley (ed), Chr (...)

16Sans chercher à succomber à tout prix aux « chimères de l’origine », nous nous devons d’essayer d’interpréter ces valeurs et ces conduites qui semblent caractériser le métier politique dans les pays scandinaves. D’où vient une telle importance accordée aux impératifs de modestie, de transparence, d’égalité et de confiance ? Comment expliquer que les déviances à ces principes soient si promptement traduites en scandales ? Quelles sont les structures de compréhension à travers lesquelles les sociétés nordiques donnent sens et formes à ces vertus morales et sociales ? Bref, dans quelles matrices culturelles plonge l’exercice contemporain de la représentation politique ? La réponse la plus communément avancée met l’accent sur les sources religieuses et la prégnance du luthéranisme32. Interprétations spontanées et savantes se rejoignent en effet pour considérer que les dogmes de la Réforme continueraient ainsi d’agir sur les consciences collectives. Notre hypothèse sera ici légèrement différente : si la culture luthérienne imprime toujours l’espace politique et social, c’est qu’elle s’est transformée en lieu de mémoire de la construction stato-nationale. L’adhésion contemporaine aux valeurs luthériennes serait devenue moins un signe d’allégeance de la part de fidèles qu’une marque de loyauté exprimée par des citoyens. Éthique sociale, le luthéranisme constituerait dès lors une ressource politique dans la construction même du lien de représentation.

Une tradition luthérienne revisitée

  • 33 E. Vignaux, Luthéranisme et politique en Norvège. Le parti chrétien du peuple, Paris, L’Harmattan, (...)

17La tradition luthérienne est reconnue pour sa faiblesse historique à générer une activité politique hors de tout engagement religieux. Max Weber décrivait le luthéranisme comme relativement indifférent aux affaires du monde, contrairement au calvinisme, et peu intéressé par les programmes révolutionnaires de changement social. Ernst Troeltsch rapportait également l’impuissance sociale du luthéranisme à la doctrine des deux royaumes, le spirituel et le séculier, l’Église abandonnant une large autonomie à l’État et se satisfaisant du gouvernement des âmes et des consciences. La Réforme va toutefois prendre une coloration particulière dans les pays scandinaves. L’incorporation de l’Église à l’État y sera en effet, dans les deux grands royaumes de l’époque, la Suède et le Danemark, beaucoup plus poussée qu’ailleurs. Le pouvoir politique centralise l’organisation de l’Église et en assure l’autorité dès le XVIIe siècle. Certains auteurs évoquent un « césaropapisme évangélique » pour qualifier ce travail précoce d’absorption par l’État des fonctions spirituelles. « L’Église luthérienne est subordonnée à l’État et à ses lois, elle doit accepter le droit de regard et de nomination étatique sur son personnel et sa structure organisationnelle est faible33. » Trois éléments ont dessiné la trajectoire politico-religieuse nordique. Premièrement, l’absence de rivalité entre l’État et l’Église. Les pays scandinaves sont les seuls en Europe occidentale où il n’y a jamais eu de relation conflictuelle entre l’État et l’Église. Deuxièmement, la Réforme fut un projet mené par le haut, par l’État et les monarques, et non par un mouvement de protestation venu de la société. Ce qui eut pour effet d’immuniser les sociétés nordiques contre les divisions subculturelles. Les lois, les normes, les codes moraux véhiculés par l’État étaient les mêmes que ceux de l’Église. Troisièmement, l’étatisation pacifique de l’Église fit de l’État une institution en charge de la représentation de la communauté. Le roman national des pays scandinaves demeure profondément marqué par ce mariage institutionnel séculaire (même si la Suède l’a rompu en 2000). Le sentiment d’appartenance nationale ne cesse de se mêler au sentiment, même flou, d’appartenir à une communauté religieuse. Tandis que le clergé a contribué à légitimer la construction de l’État nation, les hommes politiques continuent aujourd’hui d’afficher leur luthéranisme. La Constitution de Norvège maintient ainsi dans son article 12, al. 2 que « Plus de la moitié des ministres devra faire profession de la religion officielle de l’État ». La conséquence la plus importante nous semble résider dans l’intensité du travail de socialisation des peuples nordiques au mythe de leur unité, de leur homogénéité sociale, culturelle et religieuse. Si dans les pays d’Europe continentale, le concept de citoyenneté signifie que chaque individu entretient la même relation à l’État en dépit de la diversité des statuts sociaux, dans les pays scandinaves, les individus sont citoyens parce que tous sont conformes d’un point de vue social, ethnique et religieux. L’impératif de conformité que nous évoquions plus haut comme source de l’éthos de modestie du personnel politique exprime donc une double allégeance : politique, d’abord, aux codes et vertus de l’identité nationale ; culturelle, ensuite, aux normes religieuses d’un vivre ensemble égalitaire.

  • 34 Pour simplifier, les piétistes recherchent un style de vie en accord avec la pureté qui accompagne (...)
  • 35 D. Thorkildsen, « Religious Identity and Nordic Identity », Ø. Sørensen et B. Stråth, The cultural (...)
  • 36 J. Flint, Historical role analysis in the study of religious change. Mass educational development (...)

18Toutefois, l’influence de l’héritage religieux sur les mœurs politiques et sociales nous semble davantage provenir des différents processus de contestations qui se sont manifestés aux XVIIIe et XIXe siècles, et qui eurent pour singularité d’incarner à la fois des formes de résistance à l’État central, des protestations contre l’Église instituée ainsi qu’un réveil identitaire nordique autour de la redécouverte de certaines valeurs et pratiques qualifiées d’« authentiques ». Une floraison de mouvements piétistes puis revivalistes34 a engagé ce que Stein Rokkan avait bien perçu comme le conflit essentiel de la périphérie contre le centre. Le revivalisme religieux est un phénomène particulièrement complexe. Longtemps, il fut interprété comme une réaction populaire contre les Lumières et le rationalisme qui régnait parmi les théologiens et les membres du clergé. En ce sens, il marque ses prolongements avec le piétisme du siècle précédent. Plus récemment, une nouvelle historiographie relie davantage le revivalisme aux éléments du contexte social et politique et permet de souligner les aspects novateurs de ces mouvements ainsi que leur contribution à la modernisation des sociétés nordiques. Trois de leurs principales caractéristiques peuvent être évoquées. Tout d’abord, on ne peut sous-estimer le rapport que « l’Éveil » revivaliste entretient avec les idées libérales. La répression de ces mouvements entraîna en effet une mobilisation très puissante en faveur de la liberté religieuse et de la liberté de s’assembler. Cette dynamique brisa l’unité religieuse de l’État et ouvrit la société à un pluralisme moderne ainsi qu’à une promotion de l’identité individuelle non plus donnée mais choisie. Paradoxalement, le revivalisme religieux favorisa donc la sécularisation des sociétés nordiques, sécularisation et non déchristianisation sauf dans quelques petits milieux urbains. Le deuxième trait original de ce revivalisme religieux est l’insistance de son action sur le comportement moral des individus. Il a promu une culture de la simplicité, de la sobriété et de l’égalité au cœur de laquelle le travail était un service rendu à Dieu et la famille la communauté de vie par excellence. Comme le note très justement Dag Thorkildsen, « this created a foundation for an active and productive ethos, combined with self-discipline and self-constraint, which often led to an improvement in living conditions. Some revivalists became rather wealthy, and revivalism was important in the formation of a middle class35 ». Une troisième caractéristique consiste en la mission démopédique qu’entendent porter les mouvements revivalistes. L’éducation du peuple devint en effet un leitmotiv. Au Danemark, Nikolai Frederik Grundtvig (1783-1872) théologien, ministre, poète et historien, contribua ainsi à réinventer une tradition de « l’esprit nordique » où domine notamment le mythe du paysan libre. Il fonda surtout un réseau d’écoles dans lesquelles s’enseignait l’éducation nationale. L’objectif de Grundtvig était de créer des citoyens responsables et de bons patriotes, unis par les mêmes savoirs et les mêmes symboles, liés par les mêmes valeurs religieuses et civiques, mobilisés autour des mêmes projets. Hans Nielsen Hauge (1771-1824), qui subit dans sa jeunesse l’influence du piétisme, fut également à la tête d’un très important mouvement qui prêcha une foi plus vivante, plus proche des Écritures que celle que présentait alors le clergé officiel. Les haugiens en appelaient à une vie ascétique, puritaine où les plaisirs devaient être abandonnés, mais surtout ils combinèrent la piété avec l’engagement dans les affaires séculières36. Revivaliste, anti-rationaliste, le haugianisme fut un réformisme social et politique qui permit au XIXe siècle l’émergence d’une nouvelle élite politique d’origine rurale, autodidacte, moins riche économiquement et culturellement que celle formée par les fonctionnaires des villes, mais dont les ambitions égalitaires contribuèrent profondément à inscrire cette nouvelle éthique de la simplicité, voire de la frugalité, au cœur des sociétés nordiques. Les successeurs de Hauge peuvent ainsi être légitimement considérés comme des modernisateurs dont les valeurs sociales et morales constituent les pré-requis de la démocratie libérale. La forme sociale la plus importante créée par le revivalisme religieux fut les « assemblées d’amis », mélange d’ecclésia et de réseaux sociaux. Quelques décennies plus tard, ces assemblées donneront naissance au tissu associatif dont on connaît le rôle historique dans l’établissement d’une opinion publique et la naissance des premiers partis politiques.

Référentiels luthériens et social-démocratie

  • 37 U. Østergård, « The Geopolitics of Nordic Identity. From Composite States to Nation States », Ø. S (...)
  • 38 P. Baldwin, The Politics of Social Solidarity. Class Bases of the European Welfare State 1875-1975 (...)
  • 39 H. Tingsten, The Swedish Social Democrats. Their Ideological Development, Bedminster Press, 1973.
  • 40 En 1910, Ernst Wigforss, le Bernstein suédois, publiait un article fameux intitulé « Socialisme et (...)

19Ces différents mouvements contestataires mais légalistes tant à l’égard du pouvoir politique que de la hiérarchie religieuse, se sont transformés en machines d’intégration et d’inclusion. Ce luthéranisme revisité va en effet accompagner tout au long du XIXe siècle et jusqu’au début des années vingt la modernisation et la démocratisation des pays scandinaves, développant la nordicisation des consciences et l’affirmation du fait national. Le protestantisme luthérien aura donc contribué à alimenter les sociétés nordiques en mythologies unitaires ainsi qu’en figures permanentes de la loyauté. Toutefois, la postérité de ce partenariat entre les prophètes du nationalisme nordique et les pasteurs luthériens aurait fait long feu, s’il ne s’était trouvé des passeurs et des intercesseurs capables de faire dialoguer le ruralisme revivaliste et paroissial des petits paysans propriétaires d’hier et « l’individualisme étatique » des classes ouvrières puis moyennes du XXe siècle. Ce rôle de médiateur historique fut notamment joué dans les sociétés nordiques par les partis sociaux-démocrates. Ceux-ci, arrivés au pouvoir entre les deux guerres, vont renouer avec la figure tutélaire de l’État bon et généreux. Cette puissante mythologie d’un peuple à l’État reconnaissant facilitera la sécularisation de l’ancienne culture luthérienne de la loyauté et de l’obéissance. Elle prolongera l’imaginaire religieux de la communauté en une culture politique du compromis et de la recherche de solutions constamment négociées, comme si l’unité primordiale enseignée par le protestantisme luthérien renaissait à travers l’idéologie de l’État social-démocrate. La notion de « théologie civile », formulée par Bernd Henningsen a souvent été reprise pour qualifier ces matrices culturelles dont les principaux éléments ont traversé les siècles au gré des différentes instrumentalisations religieuses et politiques. On lui préférera néanmoins celle de « luthéranisme sécularisé » qui nous semble plus appropriée pour définir les effets de résilience de la culture luthérienne sur la politique contemporaine. Certains auteurs ont ainsi évoqué l’hypothèse d’un lien entre le modèle nordique d’État providence et l’homogénéité luthérienne des sociétés, les partis sociaux-démocrates apparaissant dès lors comme « les produits d’un luthéranisme sécularisé plutôt que d’un socialisme démocratisé37 ». Au début du XXe siècle, les programmes sociaux des pays nordiques diffèrent peu des autres pays européens, sauf sur un point majeur : les classes rurales soutiennent ces mesures. Peter Baldwyn a bien montré qu’en Suède les principaux promoteurs des lois sociales avaient été les libéraux et les agrariens alors que les socialistes à la même époque se montraient davantage intéressés par les questions syndicales et politiques38. L’universalisme qui caractérise le modèle nordique ne serait pas le reflet des revendications de justice sociale du mouvement ouvrier mais l’expression des exigences d’un monde rural en pleine restructuration. Toutefois, à partir des années trente, lorsque le Parti social démocrate accède au pouvoir pour ce qui constituera le plus long règne d’un parti politique en régime démocratique, les leaders du SAP abandonneront leurs références marxistes et révolutionnaires pour se convertir à un réformisme social et politique, lui-même nourri de référentiels traditionnels39. Le plus bel exemple est l’utilisation d’un lexique domestique et familial pour parler de l’État. Lorsque le premier ministre suédois Per Albin Hanson évoque en 1926 la notion de Folkhemmet, « la maison du peuple », le glissement sémantique inaugure une politique de réappropriation d’un héritage à la fois rural et communautaire. Dès lors, la social-démocratie n’apparaît plus seulement comme une force de changement mais aussi comme une entreprise de mémoire. Une telle identification stratégique aux valeurs sociales et culturelles traditionnelles aura permis de social-démocratiser la société suédoise mais aussi de nationaliser la social-démocratie en transformant le Parti en instituteur « naturel » du bonheur collectif. À travers le cas suédois, on comprend mieux les transactions et arrangements politiques qui se sont historiquement réalisés autour des principaux éléments de la culture luthérienne. Telle une nappe phréatique, celle-ci n’a cessé d’alimenter non seulement le travail de légitimation de l’action publique mais aussi ses cadres et ses missions. De manière plus générale, les politiques nordiques de justice sociale s’inscrivent dans des stocks de croyances héritées, issues des valeurs luthériennes retravaillées par les projets solidaires du revivalisme. Le pragmatisme souvent souligné (quoique très exagéré) des hommes politiques sociaux-démocrates scandinaves trouve son origine dans ces pratiques de (con) fusion idéologique où le langage socialiste renoue avec les marqueurs historiques des identités collectives, où la lutte des classes se dissout dans la communauté nationale, et où en fin de compte le socialisme se conjugue en morale40.

  • 41 Pour une mise en perspective, K. Van Kersbergen and P. Manow (ed.), Religion, Class Coalitions and (...)
  • 42 B. Stråth, « La construction d’un modèle nordique : pressions externes et compromis interne », Rev (...)

20À ces soubassements religieux de l’État social scandinave41 qui témoignent à la fois des enjeux du travail de réappropriation culturelle mené par les élites politiques et de la plasticité de ces corpus de traditions, il convient d’ajouter l’importance qu’a revêtue le combat politique de la définition du peuple et de la nation. Certains auteurs ont en effet mis en lumière le rôle joué par l’introduction des thématiques Völkisch dans les discours sociaux-démocrates de l’entre-deux-guerres, permettant ainsi de substituer des stratégies d’alliance de classe à la lutte des classes dans le but d’instaurer le rêve socialiste de la société sans classe. La Folkpolitie inaugurée par les leaders du SAP, avec ses métaphores du foyer et de l’organisation familiale, traduit une conception organiciste de l’action politique. Le concept de Folk, dont se multiplient à l’époque les déclinaisons socialistes (Folkhemmet, Folkspartiet), exalte une Gemeinschaft, une communauté, une volonté de concevoir le collectif plutôt que l’individu comme unité de base à partir de laquelle bâtir la future société. « L’appropriation par les sociaux-démocrates du pouvoir d’interprétation de la notion de Folk et du champ sémantique qui l’entoure est essentielle à la façon dont la société s’organise alors dans les pays du Nord42. » La conséquence fut que les polarisations idéologiques du début du siècle entre Conservateurs et Socialistes ont évolué vers des politiques de compromis que rendait plus aisément pensable et possible la paix discursive autour de l’interprétation inclusive du rôle de l’État.

21À travers ce que nous avons appelé « le miroir des élites », c’est-à-dire ce jeu subtil où le représentant se donne à voir sous le regard critique du représenté, se raconte un fragment significatif de l’histoire politique des sociétés nordiques. Partis de la conduite en modestie surveillée qui s’impose au personnel politique, nous avons essayé de remonter les fils socioculturels d’un lien de représentation dont les valeurs qui le sous-tendent réactivent les principes perpétuellement revisités du luthéranisme. La scène politique contemporaine continue donc de mobiliser les ressources du protestantisme luthérien, réveillant régulièrement des matrices culturelles dormantes (« la roche démocratique primitive », dirait H. M. Enzensberger) qui ne demandent qu’à se recycler au gré des croyances nouvelles. Simplicité et conformité hier, universalité et égalité aujourd’hui. Et toujours la même confiance dans la croyance de former une communauté. Telle est probablement l’origine de cet exceptionnalisme nordique qui se prend parfois à rêver tout haut d’avoir inventé tout seul la politique de la vertu.

Notes

1 H. M. Enzensberger, « Automne suédois. Reportage idéologique », Le Débat, no 26, septembre 1983, p. 94.

2 R. Huntford, Le Nouveau Totalitarisme, Paris, Fayard, 1977.

3 B. Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Calmann-Lévy, 1995.

4 B. Bégout, De la décence ordinaire, Paris, Allia, 2008.

5 J. P. Daloz, « Political Elites and Conspicuous Modesty : Norway, Sweden and Finland in Comparative Perspective », Comparative Social Research, vol. 24, 2006, p. 171-210. ; « Sur la modestie ostensible des acteurs politiques au nord du 55e parallèle », Revue Internationale de Politique Comparée, vol. 13, no 3, 2006, p. 413-427. ; J. P. Daloz, The Sociology of Elite Distinction. From Theorical to Comparative Perspectives, London, Palgrave-McMillan, 2010.

6 J. P. Daloz, « L’étalage de la vie sexuelle en tant que facteur de légitimation politique », P. Baudry, C. Sorbets et A. Vitalis, (dir.), La Vie privée à l’heure des médias, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2002, p. 139-148.

7 M. Foessel, La Privation de l’intime, Paris, Le Seuil, 2008.

8 Un rapprochement peut être établi avec les candidatures ouvrières au XIXe siècle et la promotion des « hommes obscurs », cf. P. Rosanvallon, Le Peuple introuvable. Histoire de la représentation démocratique en France, Paris, Gallimard, 1998, p. 67-99.

9 V. Fournier, (dir.), Le Voyage en Scandinavie. Anthologie des voyageurs, 1627-1914, Paris, Laffont, 2001.

10 Ø. Sørensen et B. Stråth, The cultural Construction of Norden, Oslo, Scandinavian University Press, 1997.

11 Å. Daun, Swedish mentality, Pennsylvania State University Press, 1996, p. 105.

12 Pour une lecture littéraire du roman de Sandemose, M. Auchet, « La loi de Jante et l’imaginaire social scandinave », Nordiques, no 4, 2004, p. 45-63.

13 P. Clastres, La Société contre l’État, Paris, Éditions de Minuit, 1974.

14 J. Delumeau, Le Péché et la peur. La culpabilisation en Occident XIIIe-XVIIIe siècles, Paris, Fayard, 1983.

15 Ch. Le Bart, L’Individualisation, Paris, SciencesPo, Les Presses, 2008.

16 L. Trägårdh, « Statist Individualism: On the Culturality of the Nordic Welfare State », Ø. Sørensen et B. Stråth, The cultural Construction of Norden, op. cit., p. 253-285.

17 M. Senellart, Les Arts de gouverner. Du regimen médiéval au concept de gouvernement, Paris, Le Seuil,

18 1995, p. 229.

M. Hastings, « Dieu est-il nordique ? », Revue Internationale de Politique Comparée, volume 13, no 3, 2006, p. 377-390.

19 E. Chevaucherie, Les Enjeux du débat sur la représentation parlementaire dans les pays scandinaves (1780-1866), thèse de doctorat, université de Lyon 3, 1998.

20 M. Lebiez, « Existe-t-il encore un modèle suédois ? », Esprit, no 251, mars-avril 1999, p. 95.

21 J. S. Mill, Considérations sur le gouvernement représentatif, Paris, Gallimard, 2009.

22 J. Borchert and J. Zeiss (ed.), The Political Class in Advanced Democracies, Oxford, Oxford University Press, 2003.

23 G. Agamben, Profanations, Paris, Rivages, 2005.

24 Voir notamment A. Lijphart, Democracies. Patterns of Majoritarian and Consensus Government, New Haven and London, Yale University Press, 1984.; A. Lijphart, « Negociation Democracy versus Consensus Democracy. Parallel Conclusions and Recommandations », European Journal of Political Research, vol. 41, n ° 1, 2002, p. 107-113. Pour des analyses plus centrées sur les pays nordiques, N. Elster, A. Thomas, D. Arter, The Consensual Democracies ?, Oxford, Martin Robertson, 1982 ; D. Arter, Democracy in Scandinavia. Consensual, majoritarian or mixed ?, Manchester, Manchester University Press, 2006. Dans ce dernier ouvrage, l’auteur nuance très fortement l’actuelle réalité politique et institutionnelle de ce consensualisme, mais sous-estime, nous semble-t-il, la force motrice du mythe.

25 M. Childs, Sweden, the Middle Way, New Haven and London, Yale University Press, 1936.

26 M. Hastings, « Social démocratie suédoise ou le socialisme de la confiance », J. Vigreux et S. Wolikow, (dir.), Rouge et rose. Deux siècles de socialismes européens, Dijon, Éditions universitaires, 2007, p. 277-287.

27 L. Groux, Où va le modèle suédois ?, Montréal, L’Harmattan, 1992, p. 192.

28 B. Rothstein, Social Traps and the Problem of Trust, Cambridge, Cambridge University Press, 2005; L. Trägårdh (ed.), State and Civil Society in Northern Europe, New York-Oxford, Berghahn Press, 2007.

29 W. Müller and K. Strom (ed.), Coalition Governments in Western Europe, Oxford, Oxford University Press, 2006., K. Strom, W. Müller, T. Bergman (ed.), Cabinets and Coalition Bargaining, Oxford, Oxford University Press, 2008.

30 P. Esaiasson and K. Heidar (ed.), Beyond Westminster and Congress. The Nordic Experience, Colombus, Ohio State University Press, 2000., L. Helms (ed.), Parliamentary Opposition in Old and New Democracies, London and New York, Routledge, 2009.

31 Sur cette question, le cas de la France se situe aux antipodes des pays nordiques, cf. P. Rosanvallon, Le Modèle politique français, Paris, Le Seuil, 2004.

32 L. Karvonen, « Christian Parties in Scandinavia: Victory over the Windmills », D. Hanley (ed), Christian Democracy in Europe, London, Pinter, 1994, p. 121-141.

33 E. Vignaux, Luthéranisme et politique en Norvège. Le parti chrétien du peuple, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 42.

34 Pour simplifier, les piétistes recherchent un style de vie en accord avec la pureté qui accompagne la conversion ; les revivalistes émettent une volonté de redonner vie à la foi en renouant avec des principes et émotions originels.

35 D. Thorkildsen, « Religious Identity and Nordic Identity », Ø. Sørensen et B. Stråth, The cultural Construction of Norden, op. cit, p. 147.

36 J. Flint, Historical role analysis in the study of religious change. Mass educational development in Norway, 1740-1891, Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

37 U. Østergård, « The Geopolitics of Nordic Identity. From Composite States to Nation States », Ø. Sørensen et B. Stråth, The cultural Construction of Norden, op. cit, p. 69.

38 P. Baldwin, The Politics of Social Solidarity. Class Bases of the European Welfare State 1875-1975, Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

39 H. Tingsten, The Swedish Social Democrats. Their Ideological Development, Bedminster Press, 1973.

40 En 1910, Ernst Wigforss, le Bernstein suédois, publiait un article fameux intitulé « Socialisme et Moralité » dans lequel il affirmait que le socialisme ne pouvait pas seulement se fonder sur les interprétations scientifiques de l’évolution des régimes mais également sur la puissance d’une indignation sociale et éthique. S. Stjernø, Solidarity in Europe. The History of an Idea, Cambridge, Cambridge University Press, 2004.

41 Pour une mise en perspective, K. Van Kersbergen and P. Manow (ed.), Religion, Class Coalitions and Welfare States, Cambridge, Cambridge University Press, 2009, et notamment l’article de K. Anderson, « The Church as Nation? The Role of Religion in the Development of the Swedish Welfare State », p. 210-235. W. van Oorschot, M. Opielka and B. Frau-Effinger (ed.), Culture and Welfare State, Cheltenham, Elgar Publishers, 2008.

42 B. Stråth, « La construction d’un modèle nordique : pressions externes et compromis interne », Revue Internationale de Politique Comparée, vol. 13, no 3, 2006, p. 402.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search