Version classiqueVersion mobile

La métamorphose du prince

 | 
Catherine Colliot-Thélène
, 
Philippe Portier

Troisième partie. L'aspiration à l'égalité politique

9. La professionnalisation politique : le cas français

Christian Le Bart

Texte intégral

  • 1 M. Offerlé (dir.), La Profession politique, XIXe-XXe siècles, Paris, Belin, 1999.
  • 2 C’est par exemple la thèse développée par Pierre Bourdieu dans Propos sur le champ politique, Lyon (...)
  • 3 La tentation est évidemment forte pour les politiques d’augmenter le nombre de places à distribuer (...)

1Il est de tradition d’analyser la professionnalisation des carrières politiques en France en référence au lent déclin de la catégorie des notables. Ces derniers n’auraient pu au mieux maintenir leurs positions politiques (elles-mêmes liées à leurs positions sociales) qu’au prix d’une véritable conversion à des règles du jeu inédites et qui toutes déclinent l’activité politique sur un mode professionnalisé. La politique apparaît en effet au début du XXe siècle comme étant de plus en plus affaire de professionnels vivant désormais de la politique et non plus seulement, selon la fameuse formule de Max Weber pour la politique. Ce mouvement n’est pas propre à la France, mais il peut être intéressant de tenter de mesurer les singularités nationales en la matière1. Il y a en effet plusieurs façons de professionnaliser la politique. Nul besoin d’être un comparatiste averti pour immédiatement risquer l’hypothèse suivante : le champ politique français se singularise relativement par sa forte clôture2, le petit monde des professionnels de la politique s’y renouvelle très peu. Cela tient à une singularité française au moins : le cumul des mandats, dans le temps et dans l’espace, qui permet aux perdants de rester en politique et de ne pas disparaître. Les départs volontaires du champ politique sont rares (les sortants, tels François Léotard ou Philippe Seguin, sont l’exception) et encore sont-ils souvent provoqués par l’enchaînement de déceptions, voire de défaites. Mais c’est plus souvent le grand âge qui éloigne des fonctions politiques. Les départs vers le privé sont exceptionnels, ils prennent au mieux la forme d’une parenthèse ou d’une traversée du désert qui permet de mieux revenir en politique. Cette clôture du champ politique français a une conséquence mécanique : l’entrée dans le petit monde des professionnels de la politique est extrêmement sélective. A nombre de places disponibles constant, et en l’absence de régulation forte du cumul, le nombre d’entrants ne peut excéder celui des sortants3.

2Quelles sont les logiques sociales qui président à la sélection du personnel politique ? On en a ici identifié quatre, sans doute inégalement pertinentes, dont il faudrait en toute rigueur quantifier les poids respectifs, mais que l’on décrira ici d’abord en termes idéal-typiques : l’entrée en politique peut s’effectuer via le territoire, via les partis politiques, via l’appareil d’État, et via les médias. On montrera ensuite comment en pratique les professionnels de la politique, pour circuler au sein du champ politique et y faire carrière, parviennent à hybrider les ressources et les parcours qui permettent la professionnalisation, jouant sur à peu près tous les terrains à la fois. On interrogera pour terminer l’hypothèse du néo-féodalisme pour rendre compte des basculements observables dans la hiérarchie qui ordonne ces diverses ressources : le territoire s’affirme paradoxalement comme ressource pertinente aux dépens des partis politiques et plus généralement des ressources liées aux positions « centrales ».

Les logiques d’entrée en politique : carrières idéal-typiques

  • 4 J.-N. Retières, Identités ouvrières, socio-histoire d’un fief ouvrier en Bretagne 1909-1990, Paris (...)
  • 5 M. Abélès, Jours tranquille en 89, Paris, Odile Jacob, 1989.

3Longtemps dominante (cursus notabiliaire), l’entrée par le territoire n’a en réalité jamais disparu. Elle perdure mécaniquement à partir du moment où les modes de scrutin territorialisent l’élection. Dès lors que les parlementaires sont élus non sur des listes nationales mais à partir de circonscriptions territorialisées, à partir du moment où le cumul était possible entre ces fonctions parlementaires et les mandats locaux (mandat municipal, départemental, régional), il est clair que l’entrée en politique ne peut pas ne pas se faire via le territoire. Même si celui-ci n’a pas l’autonomie d’un marché fermé, la relation entre représentés et représentants est nécessairement médiatisée par le territoire. Le pouvoir des notables a traditionnellement nourri cette équation de représentativité territoriale : l’élu représente un territoire à partir du moment où il en provient. Le cursus politique ascendant marque un élargissement progressif du territoire : communal, intercommunal, cantonal (et départemental), puis national (mais à partir d’une circonscription). La proximité avec les électeurs dont peut se prévaloir l’élu-du-sol masquera souvent la distance sociale, pour ne pas dire la distance de classe. On comprend alors que les ressources pertinentes pour entrer de cette façon en politique soient toutes liées à ce que Jean-Noël Retières4 a joliment appelé le « capital d’autochtonie ». Etre né ici, y avoir grandi, pouvoir prétendre connaître le territoire et sa population, en incarner la sensibilité, en défendre les intérêts, tout cela est au principe de la délégation au notable du droit à gouverner. Cette logique notabiliaire a longtemps profité aux élites socio-économiques, qui légitimaient par territoire interposé leur droit à s’attribuer aussi le pouvoir politique. Car la notoriété territoriale nécessaire à ce que Marc Abélès5 a appelé l’éligibilité est évidemment très inégalement distribuée. On sait à quel point ce critère a pu profiter aux professions libérales et plus généralement aux indépendants. Les évolutions observables depuis quelques décennies, et qui marquent un rééquilibrage au profit des salariés, ne sont pas seulement dues aux transformations morphologiques de la société. Elles témoignent aussi d’une diversification des modes de production de la notoriété territoriale : celle-ci peut désormais aussi être associative, culturelle ou sportive, syndicale… Les nouveaux notables, si l’on tient absolument au mot, présentent un profil diversifié, sans doute aussi moins élitiste. Car si l’éligibilité fondée sur le capital d’autochtonie ou de notoriété suppose une inscription territoriale de moyen terme (elle ne s’acquiert pas en un jour), on peut faire l’hypothèse que cette variable joue aux dépens des nouvelles élites économiques souvent très mobiles géographiquement. L’éligibilité peut donc ne plus être corrélée avec la position sociale. Elle consacre certes toujours les professions libérales, mais aussi les classes moyennes (enseignants du premier et second degré, cadres moyens du secteur public, etc.). La position compte peut-être moins que le degré d’investissement dans les affaires locales. C’est par exemple ce que suggère l’exemple de l’intercommunalité, qui donne à voir l’émergence de nouvelles élites techniciennes, très au fait des dossiers intercommunaux, fortement investis, parfois aux limites de la professionnalisation politique.

4À ces logiques territoriales on peut opposer les logiques partisanes. En pratique, elles peuvent bien sûr se superposer : ainsi lorsque le candidat à une élection locale émane des institutions partisanes locales (sections, fédérations). Le parti politique devient alors l’un de ces lieux où se fabrique la notoriété locale dont on vient de parler, souvent d’ailleurs en relation avec d’autres formes d’inscription territoriale (économique, associative, syndicale, etc.). Ainsi du parcours d’Edmond Hervé à Rennes, de Georges Frêche à Montpellier ou de Gérard Collomb à Lyon, parmi une infinité d’exemples possibles. L’inscription territoriale suppose un fort investissement dans la société locale via les instances locales du parti, ce qui se manifeste par exemple dans la capacité à présenter des candidatures successives (élections municipales, législatives, cantonales…). La notoriété ainsi construite est d’abord politique, elle s’entretient par exemple en devenant leader de l’opposition à un maire en place, ou bien au contraire en devenant son dauphin (ainsi Nicolas Sarkozy inscrivant ses pas dans ceux de son mentor Charles Pasqua au Conseil général des Hauts-de-Seine et à Neuilly). C’est en général au terme d’un long travail d’implantation que la fortune électorale sourit, avec la conquête d’un mandat plus valorisé, maire par exemple.

5Mais les deux logiques (territoriale et partisane) peuvent également s’opposer franchement, et la filière partisane jouer sans médiation territoriale : c’est l’exemple extrême du leader politique sans attache autre que son leadership partisan (ainsi souvent dans les petites formations, aux extrêmes droite et gauche). On peut aussi assister à des parachutages strictement partisans, sans inscription territoriale préalable. L’inscription partisane est en ce cas jugée suffisamment forte pour combler l’absence de toute inscription territoriale. Un tel mécanisme repose sur un idéal de représentation différent du précédent : les citoyens n’attendent plus de l’élu qu’il soit l’un d’entre eux et qu’il les défende auprès des « autres » (l’État, le centre… ?) ; ils attendent de l’élu qu’il soit dépositaire de ce qui précisément leur fait défaut : parce qu’il est envoyé par les plus hautes instances du parti, il dispose de relations haut placées au sein de l’appareil partisan, il a été choisi pour représenter l’idéal que le parti porte. Cette logique purement partisane n’a pu se concrétiser que dans un contexte d’extrême « partisanisation » de la vie politique, puisqu’elle suppose que le centre partisan soit crédité du pouvoir de légitimement désigner (mieux que ne le feraient les militants locaux) celui ou celle qui pourra se faire élire. Les décennies 1970 et 1980 ont en ce sens constitué une période privilégiée pour ces parachutages partisans. Avec une nuance de taille malgré tout : les bénéficiaires n’étaient pas seulement hommes d’appareil : ils étaient également énarques, hauts-fonctionnaires, ce qui rabat ce cursus sur le suivant. Difficile alors d’isoler des parachutages purement partisans, sauf sans doute au sein des formations les plus centralisées (PCF, FN). Jean-Marie Le Pen a ainsi pu tenter une série de parachutages en région PACA, avec au demeurant une fortune limitée : il n’y fut que conseiller régional, et même non éligible en 2004 pour défaut de domiciliation dans la région.

6Le cursus notabiliaire ascendant classique n’a pas été seulement ébranlé par la montée en puissance des partis politiques. Il est aussi remis en cause par la généralisation d’un cursus souvent qualifié d’inversé (descendant), qui prend sa source au sommet de l’État. Le point de départ n’en est pas l’inscription territoriale (ou partisane) mais l’excellence scolaire. Le parcours IEP de Paris – ENA en serait la trame fondamentale. Le passage par les cabinets ministériels en est également un élément décisif. Ce qui singularise ces carrières, c’est donc l’entrée par la haute fonction publique, mais en même temps le désir de s’engager dans l’activité politique et de s’exposer davantage que par exemple en intégrant les grands corps auxquels sont en principe promis les énarques. Une telle bifurcation suppose de pouvoir jouer de l’habitus qui fait le haut-fonctionnaire et de l’habitus qui fait le politique, la banalisation de ce cursus ascendant contribuant cependant à leur rapprochement objectif. La politisation ne se fait pas par militantisme au sens classique du terme, mais par l’entrée en contact avec une figure politique d’envergure, dans le sillage duquel le (jeune) prétendant va faire ses classes, asseoir sa réputation de compétence, investir les réseaux gouvernementaux et partisans. Ainsi de nouvelles générations de politiques éclosent-elles à l’ombre des présidents de la République (par exemple autour de Mitterrand, les Fabius, Hollande, Royal, Guigou, Aubry ; autour de Chirac les Villepin, Sarkozy, Baroin, Bachelot, Alliot-Marie ; autour de Sarkozy les Copé, Hortefeux, Dati…). La fidélité à la personne compte plus que la fidélité à une doctrine ou même à un parti, même si ces hauts-fonctionnaires d’origine doivent apprendre à se plier aux règles du jeu et aux rituels partisans. On a vu se banaliser, au fil de la Ve République, la figure du jeune ministre passé en peu de temps de l’anonymat des cabinets ministériels aux lumières gouvernementales. Le raccourci est évidemment saisissant au regard des logiques précédentes : le suffrage universel n’est plus un point de passage obligé, pas davantage le militantisme.

7Le parachutage peut tenter ces jeunes entrants, car lui seul permet une inscription durable dans le champ politique. Mais c’est bien au départ le capital de compétence prêté au haut-fonctionnaire qui fait la différence, et non, comme dans le schéma précédent, la fidélité au parti. Le militant était d’autant plus fidèle et loyal qu’il devait son entrée en politique à l’investiture originelle de sa famille politique (le mot famille prend alors tout son sens) ; le haut-fonctionnaire peut en revanche se prévaloir d’un capital individuel qui l’autorise à exister par lui-même : il est individuellement désigné par sa compétence d’énarque ; il peut individuellement se prévaloir de la confiance d’un puissant avec lequel il a construit une relation.

8Jean-François Copé, passé par Sciences Po Paris et l’ENA, se fait remarquer par Jacques Chirac, il est également proche de Nicolas Sarkozy. Après un bref passage chez Dexia, il devient directeur de Cabinet du ministre délégué aux relations avec le Parlement. Il s’implante ensuite en Seine-et-Marne en devenant la même année député et maire de Meaux. Il entre comme ministre au Gouvernement Raffarin en 2002. C’est le cursus classique du haut-fonctionnaire entrant en politique.

  • 6 Et qui témoigne de l’amertume suscitée par cette expérience en publiant dès 2009 : Un bleu en poli (...)

9Les trois cursus précédents entretiennent entre eux des relations complexes d’interdépendance et d’influences croisées. Les portes d’entrée dans le champ politique que constituent respectivement le territoire, les partis politiques et la haute fonction publique supposent toutes un investissement long et difficile aux frontières de celui-ci. Mais si, dans tous ces cas, l’entrée en politique exige un déplacement, elle ne signifie pas pour autant conversion radicale. Un notable local qui entre en politique, un militant qui se présente à une élection, un haut-fonctionnaire qui sort de l’ombre pour occuper le devant de la scène politique, ne remettent pas complètement en cause leurs apprentissages premiers. Le dernier cursus que nous souhaitons présenter suggère au contraire une rupture plus franche : il permet l’irruption dans le champ politique de personnalités portées par une forte notoriété médiatique acquise au plus loin du champ politique. Ce n’est certes pas d’hier que les politiques tentent d’enrôler des personnalités à forte popularité, des artistes, des sportifs, des leaders d’opinion, des intellectuels, des supposés représentants de la « société civile ». Mais le plus souvent ceux-ci se cantonnent à un rôle proche de la figuration : comité de soutien, participation à une réunion électorale ou à un meeting, au plus acceptation de figurer sur une liste (à condition de ne pas être élu ?) etc. Il n’est pas de ce point de vue certain que l’expérience ministérielle, évidemment d’une autre nature que les précédentes par son importance, témoigne d’un ancrage avéré dans le champ politique : le plus souvent, l’expérience ministérielle s’apparente à une parenthèse, telle celle vécue par Bernard Laporte, éphémère secrétaire d’État chargé des Sports au sein du gouvernement Fillon en 20076. L’hypothèse n’est toutefois pas exclue d’un engagement plus fort qui peut conduire à une véritable reconversion. On pense bien sûr à des sportifs prestigieux comme Guy Drut, Jean-François Lamour, ou David Douillet, tous les trois champions olympiques, tous députés et, pour deux d’entre eux, ministres des Sports ; à des journalistes (Jean-Marie Cavada, Noël Mamère), à des figures de l’engagement humanitaire (Bernard Kouchner, Martin Hirsch), voire à d’inclassables figures du paysage médiatique comme Bernard Tapie. À chaque fois on est en présence de personnalités bénéficiant d’une notoriété positive débordant largement leurs secteurs d’excellence d’origine (petit monde du judo, de l’athlétisme). Les plus tenaces parviennent à occuper une position durable dans le champ politique, et par exemple à devenir parlementaire ou élu local.

Installations, circulations, hybridation

10Les parcours que l’on vient de mentionner décrivent de manière idéaletypique les logiques d’entrée dans le champ politique. Le procédé a le mérite de la clarté, mais il ne doit pas masquer l’essentiel, à savoir que la plupart des trajectoires réelles sont hybrides. La notoriété médiatique n’est rien sans un réseau de relation partisan ou gouvernemental. Les hauts-fonctionnaires doivent faire allégeance aux partis politiques, les hommes d’appareil doivent se faire accepter par les territoires, etc. Ces logiques d’hybridations, que détermine la capacité des politiques à jouer sur plusieurs tableaux, apparaissent avec d’autant plus d’évidence qu’on s’intéresse non plus seulement à l’entrée dans le champ politique, de fait souvent référable à l’un des modèles précédents, mais aux formes de circulation au sein de celui-ci. La capacité à durer en politique, à se mettre à l’abri des revers de fortune électorale ou gouvernementale, à opérer un rétablissement au terme de cette quasi figure imposée de la carrière politique qu’est la « traversée du désert », tout cela suppose des ressources et des positionnements pluriels. On dispose alors d’une matrice qui permet de penser les ressources de mobilité à l’intérieur du champ politique. Les leaders en position élevée sont ceux qui parviennent à se positionner sur les quatre terrains en même temps : détention d’un fief électoral, position assurée au sein de l’appareil d’un parti politique important, réseau et réputation de compétence au sein de l’appareil d’État, notoriété médiatique et popularité. On peut ainsi analyser la constitution d’un leadership national (du type de celui qui confère par exemple le statut de présidentiable) comme la capacité à se positionner sur ces quatre terrains en même temps. Nicolas Sarkozy s’est imposé à droite en s’imposant à l’échelle d’un territoire (Neuilly, dont il fut conseiller municipal dès 1977, et les Hauts-de-Seine), d’un ministère (de l’Intérieur), d’un parti (l’UMP), et d’une présence médiatique forte. Le même schéma peut-il permettre de rendre compte de la trajectoire ascendante de Martine Aubry ? Conquête difficile d’un territoire (Lille) et d’un parti politique (PS), pour une expérience ministérielle et une notoriété médiatique plus anciennement construites. On voit au passage que l’implantation territoriale y compris des énarques ayant exercé des fonctions ministérielles prestigieuses n’est jamais simple. Ministre du Travail dès 1991, après être passée par le cabinet Ministériel de ce même ministère, elle ne s’implante vraiment à Lille qu’en 1995, et encore, modestement. Le leadership de Pierre Mauroy ne la place qu’en position de première adjointe, elle devra attendre 2001 pour devenir maire, et ne sera député qu’en 1997. Il faudrait aussi évoquer les tentatives plus ou moins manquées de parachutage de la part de hauts-fonctionnaires bien placés au sein d’un parti de gouvernement, ayant exercé des responsabilités ministérielles, de ce fait connues nationalement, mais en recherche d’un territoire d’accueil. Élisabeth Guigou, énarque passée par le cabinet de Jacques Delors, elle-même ministre, tente une implantation dans le Vaucluse dont elle est conseillère régionale et député, mais échoue à conquérir la mairie d’Avignon. Elle se rabat sur la Seine-Saint-Denis (dont elle est à nouveau député) et sur la mairie de Noisy-le-Sec (dont elle est adjointe). C’est enfin l’exemple de Ségolène Royal, jeune énarque remarquée par François Mitterrand, en quête d’un territoire d’implantation, qui tenta sa chance en Normandie avant de parvenir à s’implanter dans les Deux-Sèvres. L’opposition du leader socialiste local (Louis Mexandeau) lui fut fatale dans le premier cas.

11On peut illustrer la fonctionnalité de cette matrice à partir de quelques autres exemples qui permettent de cartographier les ressources politiques. Jean-Marie Le Pen est en position de force en tant que leader partisan (leadership autoritaire du FN) et du fait de sa notoriété médiatique (campagnes présidentielles multiples, capacité à « bien passer » à la télévision, présence médiatique sans cesse ravivée par un art subtil du « dérapage » et du scandale…). Mais en même temps, il souffre d’un double handicap. D’une part, il n’a jamais réussi d’implantation territorialisée, ses seuls mandats étant obtenus grâce à un scrutin de liste régional (région PACA), national (législatives de 1986 à la proportionnelle), ou européen. Les tentatives opérées par le FN pour s’implanter localement se sont faites sans lui, voire contre lui (dissidences des maires d’Orange et de Vitrolles). Ce profil est à comparer à celui de Philippe de Villiers, très implanté territorialement (il préside le Conseil Général de Vendée depuis 1988) mais très flottant du point de vue de son inscription partisane (il a oscillé entre dissidence au sein des formations importantes et leadership d’un parti marginal). L’un et l’autre souffrent par ailleurs d’une faible insertion dans les réseaux étatiques, dont ils paraissent éloignés par la posture idéologique d’opposition sans concession.

  • 7 Ch. Le Bart, « L’analyse des livres politiques : les présidentiables de 2007 face à l’exigence de (...)

12Un autre exemple visant à démontrer la pertinence au moins descriptive de ce modèle pourrait être fourni par la situation de Ségolène Royal, à la veille des régionales de 2010. Celle-ci peut se prévaloir d’un ancrage territorial fort (région Poitou-Charentes) et d’une notoriété médiatique exceptionnelle, qui s’explique à la fois par son statut d’ancienne candidate au second tour d’un scrutin présidentiel et par sa capacité à occuper le terrain des médias. En revanche, sa position au sein de l’appareil PS est affaiblie par sa défaite face à Martine Aubry, tandis que sa position au sein de l’appareil d’État reste ambiguë : bien qu’ayant typiquement suivi le cursus inversé des énarques, bien qu’ayant été plusieurs fois ministre, elle est souvent mise en cause pour son déficit de compétence. Sa posture, en 2002, de candidate d’en bas, a sans doute contribué à cet affaiblissement7.

13Une autre façon de faire fonctionner ce schéma est de réfléchir, dans le prolongement des exemples précédents, aux ressources manquantes. On ne caractérisera plus tel ou tel leader politique par référence à la ressource qui lui a permis d’entrer en politique, on identifie au contraire celle qui lui fait défaut et qui témoigne d’une position (qui peut être évidemment provisoire) fragile. Reprenons les ressources dans l’ordre. L’absence totale d’ancrage territorial frappe chez Dominique de Villepin, énarque, diplomate, secrétaire général de la présidence de la République, ministre des affaires Étrangères puis premier ministre, mais jamais élu du suffrage universel direct, et sans territoire de repli possible afin d’affronter à la fois la disgrâce politique et l’épreuve judiciaire (procès dans l’affaire Clearstream). Son statut d’ancien premier ministre et sa notoriété n’ont pas suffi, et ses réseaux militants se sont affaiblis. On entrevoit à travers cet exemple la fragilité des politiques hors-sol, condamnés à exister par les médias pour se maintenir en position politique favorable (on pense aussi à Daniel Cohn-Bendit, à Bernard Kouchner, etc.). On peut comparer cette fragilité relative à celle d’un Georges Frêche qui fut président de la région Languedoc-Roussillon après avoir été maire de Montpellier (en 1977), finalement en disgrâce au PS et banni des réseaux politiques parisiens. On voit comment le discrédit dont souffrait Georges Frêche à « Paris » (discrédit d’abord partisan, mais finalement aussi médiatique et étatique) avait fini par affaiblir y compris son leadership régional : Hélène Mandroux, qu’il avait lui-même choisie pour le remplacer à la mairie de Montpellier (loi interdisant le cumul des exécutifs oblige) finit par lui apporter localement la contradiction aux élections régionales. Privé d’étiquette comme Dominique de Villepin l’est de territoire, ces deux figures apparaissent fragilisées. Peut-on en dire autant des politiques cantonnés à un rôle secondaire par absence de notoriété médiatique ? Des positions institutionnelles apparemment fortes peuvent être compatibles avec une relative discrétion médiatique : beaucoup de présidents de régions ou de conseils généraux demeurent inconnus, de même, au moment de leur élection, certains maires de grande ville. Un déficit de notoriété a pu être reproché à Bertrand Delanoë (en particulier lors des primaires au PS qui l’opposèrent à Jack Lang pour la candidature à Paris en 2001) ou au maire de Lyon Gérard Collomb, alors même que ce dernier avait été ou était leader de l’opposition à Michel Noir, conseiller régional, maire d’arrondissement, député et sénateur… Chez les Verts, l’éphémère candidature d’Alain Lipietz à la présidentielle de 2002 ou le leadership de Yann Wehrling, éphémère secrétaire national en 2005-2006, ont souffert de la concurrence avec quelques leaders beaucoup plus médiatiques (Voynet, Mamère, Cohn-Bendit). Ces exemples suggèrent une relative déconnexion de la position occupée et de la notoriété médiatique. Évoquons enfin la fragilité que constitue le fait d’être entré en politique à l’écart des circuits constitutifs de ce que Pierre Bourdieu appelait la noblesse d’État. On pense à la relative stigmatisation des quelques non-diplômés parmi les professionnels de la politique : Christian Estrosi accumule les trophées politiques (maire de Nice, député, ministre, etc.) mais se voit régulièrement renvoyé à son passé de champion de moto… On pense également aux exemples plus anciens de René Monory « garagiste de Loudun » ou de Pierre Bérégovoy titulaire d’un simple CAP. Il faudrait aussi s’intéresser ici à la façon dont l’absence de responsabilité ministérielle a pu fragiliser un François Hollande pourtant énarque. Avoir été ministre est-il un point de passage obligé pour prétendre aux plus hautes responsabilités ? L’expérience ministérielle s’apparente à un capital désormais aussi valorisé que la notoriété, la position partisane ou l’ancrage territorial. L’inscription durable dans une posture d’opposant génère un questionnement sur la compétence, la capacité gouvernementale, qui risque de cantonner aux marges du champ politique. A contrario, la prise de responsabilité, même en dehors du cadre national, même au prix d’une marginalisation partisane, territoriale, voire médiatique, peut permettre de maintenir une position forte dans le champ politique. C’est ce que suggère l’exemple de Dominique Strauss-Kahn à la tête du FMI.

L’hypothèse du néo-féodalisme : le territoire contre l’étiquette

  • 8 F. Dubet, Le Déclin de l’institution, Paris, Le Seuil, 2002.
  • 9 R. Lefebvre et A. Roger (dir), Les Partis politiques à l’épreuve des procédures délibératives, Ren (...)

14La typologie des cursus et des ressources que l’on vient de proposer supposait une mise à plat qui ne permettait pas vraiment de hiérarchiser entre ces ressources ou entre ces trajectoires. Nous voudrions au terme de cette réflexion formuler une hypothèse selon nous à même de rendre compte des évolutions observables depuis une décennie au moins. Cette hypothèse peut se formuler simplement autour de l’idée de démonétisation tendancielle des ressources centrales et de survalorisation des ressources territorialisées. Si l’on croise cette hypothèse avec la typologie précédente, on voit clairement que la première des ressources, liée à l’implantation territoriale, la plus ancienne, la plus archaïque même au regard des canons de la modernisation politique des années 1970 et 1980, est au contraire celle qui résiste le mieux. La conjonction de la décentralisation, de la crise de l’État providence et de la crise de la représentation politique affecte directement le capital « partisan » et le capital « étatique » (il faudrait être plus nuancé pour le capital « médiatique »). Les centres partisans et gouvernementaux ne sont plus entourés du prestige qui suffisait hier à conférer une présomption de légitimité à quiconque pouvait se prévaloir d’une investiture partisane ou d’une expérience gouvernementale. L’adoubement parisien n’a plus la valeur qu’il avait il y a trente ans. Les partis politiques voient, comme beaucoup d’institutions, leur légitimité remise en cause8. Ils apparaissent comme des lieux très profanes de compétition : qui les perçoit encore comme lieux sacrés d’où surgit la vérité du monde social, et au sein desquels sont choisis les plus aptes à gouverner ? La diffusion des normes de démocratie participative au sein des formations politiques9 montre clairement ce passage du sacré au profane. Les leaders partisans sont discutés, critiqués, leur autorité est faible, la culture de remise de soi ne passe plus.

15Le raisonnement est partiellement transposable aux ressources fournies par l’appareil d’État. On sait à quel point le temps de la régulation croisée avait été celui de la valorisation des positions centrales : le notable qui avait ses entrées à Paris, qui était ou avait été ministre (ou qui espérait le devenir) pouvait sans risque jouer la carte de l’élu intercesseur qui assurait le salut d’un territoire depuis le centre (étatique et partisan). C’est qu’à l’époque le centre était effectivement le lieu à partir duquel se distribuaient les ressources décisives : l’investiture qui garantissait un électorat captif, les réseaux gouvernementaux qui garantissaient les ressources décisionnelles (la première permettant de surcroît d’accéder aux seconds). Le cumul des mandats symbolisait cette convertibilité et cette fluidité des ressources : depuis un territoire mais avec un mandat parlementaire et une bonne insertion dans les réseaux gouvernementaux, les professionnels de la politique parvenaient à se construire des positions inébranlables.

  • 10 Ch. Le Bart et F. Rangeon, « Le néo-féodalisme politique : l’éternel retour des fiefs politiques » (...)

16L’État, au même titre que les organisations partisanes, semble largement dépossédé des ressources décisionnelles et des ressources de légitimité qui faisaient de lui, auparavant, le lieu dominant (voire exclusif) d’adossement des carrières politiques. Ce recul n’a que marginalement profité aux institutions européennes, dont les carrières demeurent, en France, relativement marginales (faute d’inscription territoriale et de notoriété médiatique ?). Mais il a massivement nourri une tendance que l’on peut désigner sous le terme de néo-féodalisme10. Le couplage centre-périphérie si prégnant jusqu’aux années 1980 a perdu de sa pertinence au profit d’ancrages à dominante territorialisée. S’il est trop tôt pour diagnostiquer fermement le recul du cumul des mandats, on observe des signes qui montrent que l’on peut désormais exister en politique sans mandat parlementaire (voir Martine Aubry et Ségolène Royal à gauche). C’est devenu une évidence pour les grands leaders régionaux ou pour les maires de grandes villes qui n’hésitent plus à dénoncer le cumul comme dispersion et perte de temps. La thématique du maire « à temps plein » se banalise, en particulier quand le leadership urbain intègre la présidence de l’agglomération. Le cas d’un Jean-Marc Ayrault, qui fut à la fois maire de Nantes, président de l’agglomération, et président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, serait de ce point de vue plutôt en voie de devenir une exception. On voit s’esquisser la montée en puissance d’un personnel politique largement investi sur les territoires et en particulier sur les plus prestigieux mandats (mairies de grandes villes, présidence d’agglomérations, présidence de régions…). Les fonctions parlementaires et partisanes demeurent objectivement utiles, mais elles sont moins mises en avant.

17On répondra que l’autonomisation de ce personnel politique périphérique, moins soucieux d’exister au centre, ne dit rien de ce qui constitue le cœur du champ politique, à savoir les animateurs les plus connus de la vie politique. Eux ont besoin, pour exister, d’occuper des positions centrales, que ce soit au sein des formations politiques (dont le leadership demeure très disputé) soit au sein de l’appareil d’État. Les choses ont-elles changé à ce niveau ? Une réponse consisterait à formuler l’hypothèse d’un décalage entre l’inertie objective des trajectoires politiques (le cumul des mandats demeure par exemple la norme) et ce que l’on pourrait appeler un basculement symbolique : les ressources centrales sont moins exhibées comme arguments de légitimité.

  • 11 On pense à l’ouvrage publié par Jean-François Copé, pourtant énarque, sous le titre : Ce que je n’ (...)

18Un exemple de ce décalage peut être fourni par la critique de l’ENA comme point de passage obligé pour entrer en politique. S’il n’est pas certain que les énarques, par exemple moins nombreux au gouvernement après l’élection de Nicolas Sarkozy, soient en retrait à l’échelle élargie du Parlement ou à celle des cabinets ministériels, le recul symbolique est manifeste. Il n’est jamais aussi explicite que dans l’autocritique à laquelle se sont crus obligés plusieurs énarques11. L’institution fournissait jadis la légitimité, elle suscite désormais un travail de distanciation critique et de dénigrement : n’est-ce pas la définition même du stigmate ?

  • 12 Ch. Le Bart, « La proximité selon Raffarin », Mots, no 77, avril 2005, p. 13-28.
  • 13 Ch. Le Bart, « L’analyse des livres politiques : les présidentiables de 2007 face à l’exigence de (...)

19Plus généralement, on observera que les formes de légitimité mises en avant par les politiques sont de plus en plus orientées vers la célébration du travail de terrain, au plus près d’une réalité que le centre (partisan ou étatique) peine dorénavant à incarner. Dans un contexte où la proximité est devenue une valeur politique centrale, où l’action publique se décline au cas-par-cas, les catégories à majuscule d’hier (l’État, le Socialisme, la République…) ne parviennent plus à légitimer. Le territoire est alors refuge : il s’y fabrique de petites légitimités de terrain, modestes mais finalement solides. Tel maire a su développer sa ville, telle région a expérimenté, innové, inventé. Les postures de Jean-Pierre Raffarin ou de Ségolène Royal, construites depuis un même lieu (région Poitou Charente), sont de ce point de vue étrangement similaires. Dans les deux cas il s’agit d’exercer une fonction politique centrale (le premier fut premier Ministre, la seconde candidate PS à l’élection présidentielle) et donc de s’imposer comme figure politique centrale en mettant en avant une expérience politique régionale. Certes, on peut considérer que ces deux professionnels de la politique font avec les moyens du bord, et ce n’est pas faute pour l’un comme pour l’autre d’essayer de conquérir des positions plus fermes et plus légitimes (présidence du Sénat, direction du PS). Mais en l’absence de celles-ci, est désormais possible (et recevable auprès des médias et dans l’opinion) un discours de retournement des hiérarchies politiques traditionnelles. L’humble mandat de président de Région devient prétexte à incarner le terrain, le concret, le proche, la vérité dure de l’action publique au contact des vrais gens, etc. Jean-Pierre Raffarin, devenu premier Ministre, parle de « République des proximités » et entend ériger celle-ci en idéal politique jusqu’au sommet de l’État12. Ségolène Royal tente d’adopter en 2007 une posture politique en rupture avec les normes antérieures de présidentiabilité. Elle s’efforce d’incarner une présidence d’en bas qui rompt avec la symbolique surplombante de ses concurrents immédiats13. On pourra certes objecter que leur réussite ne fut, à l’un et à l’autre, que très partielle. Mais au moins sont-ils parvenus à bousculer, sinon à subvertir, l’ordre des grandeurs politiques.

20Car c’est bien sur ce terrain des ressources symboliques que le changement est le plus manifeste. Si les réseaux partisans comptent évidemment toujours, l’investiture est moins exhibée que jadis. Si les positions étatiques restent précieuses, les mandats décentralisés sont autant mis en avant que les responsabilités gouvernementales ou le passage par l’ENA. La primauté symbolique du centre sur les périphéries est remise en cause. Et si les trajectoires objectives ne sont de fait modifiées qu’à la marge, la mise en récit à laquelle les politiques empruntent quand ils travaillent leur présentation de soi (profession de foi, ouvrages publiés, interviews) donne en revanche à voir de profondes évolutions.

Bibliographie

Bibliographie

Abélès M., Jours tranquille en 89, Paris, Odile Jacob, 1989.

Bourdieu P., Propos sur le champ politique, Lyons, Presses Universitaires de Lyon, 2000.

Dollez B. et Hastings M., (dir.), Le Parachutage politique, Paris, L’Harmattan, 2003.

Dubet F., Le Déclin de l’institution, Paris, Le Seuil, 2002.

Le Bart Ch., « La proximité selon Raffarin », Mots, no 77, avril 2005, p. 13-28.

Le Bart Ch., « L’analyse des livres politiques : les présidentiables de 2007 face à l’exigence de proximité », Questions de communication, no 15, 2009, p. 323-344.

Le Bart Ch. et Lefebvre R., (dir.), La Proximité en politique, Rennes, PUR, coll. « Res Publica », 2005.

Le Bart Ch. et Rangeon F., « Le néo-féodalisme politique : l’éternel retour des fiefs politiques », inLefèbvre J, (dir.), L’Hypothèse du néo-féodalisme : le droit à une nouvelle croisée des chemins, Paris, PUF, 2006, p. 115-136.

Lefebvre R. et Roger A., (dir), Les Partis politiques à l’épreuve des procédures délibératives, Rennes, PUR, coll. « Res Publica », 2009.

Offerlé M., (dir), La Profession politique, XIXe-XXe siècles, Paris, Belin 1999.

Retières J.-N., Identités ouvrières, socio-histoire d’un fief ouvrier en Bretagne 1909-1990, Paris, L’Harmattan, 1994.

Notes

1 M. Offerlé (dir.), La Profession politique, XIXe-XXe siècles, Paris, Belin, 1999.

2 C’est par exemple la thèse développée par Pierre Bourdieu dans Propos sur le champ politique, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2000.

3 La tentation est évidemment forte pour les politiques d’augmenter le nombre de places à distribuer : ce fut un des effets pervers par exemple de l’intercommunalité.

4 J.-N. Retières, Identités ouvrières, socio-histoire d’un fief ouvrier en Bretagne 1909-1990, Paris, L’Harmattan, 1994.

5 M. Abélès, Jours tranquille en 89, Paris, Odile Jacob, 1989.

6 Et qui témoigne de l’amertume suscitée par cette expérience en publiant dès 2009 : Un bleu en politique, Paris, Presses de la cité, 2009.

7 Ch. Le Bart, « L’analyse des livres politiques : les présidentiables de 2007 face à l’exigence de proximité », Questions de communication, no 15, 2009, p. 323-344.

8 F. Dubet, Le Déclin de l’institution, Paris, Le Seuil, 2002.

9 R. Lefebvre et A. Roger (dir), Les Partis politiques à l’épreuve des procédures délibératives, Rennes, PUR, coll. « Res Publica », 2009.

10 Ch. Le Bart et F. Rangeon, « Le néo-féodalisme politique : l’éternel retour des fiefs politiques », J. Lefèbvre, (dir.), L’Hypothèse du néo-féodalisme : le droit à une nouvelle croisée des chemins, Paris, PUF, 2006, p. 115-136.

11 On pense à l’ouvrage publié par Jean-François Copé, pourtant énarque, sous le titre : Ce que je n’ai pas appris à l’ENA : l’aventure d’un maire, Paris, Hachette, 1999.

12 Ch. Le Bart, « La proximité selon Raffarin », Mots, no 77, avril 2005, p. 13-28.

13 Ch. Le Bart, « L’analyse des livres politiques : les présidentiables de 2007 face à l’exigence de proximité », art. cit., p. 323-344.

Auteur

Professeur de Science Politique, IEP de Rennes, chercheur au CRAPE/CNRS (Centre de recherches sur l’action publique en Europe, IEP Rennes/CNRS).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search