Version classiqueVersion mobile

La métamorphose du prince

 | 
Catherine Colliot-Thélène
, 
Philippe Portier

Deuxième partie. La dérive oligarchique de la démocratie

8. Citoyens et politique en Italie

Paolo Pombeni

Texte intégral

  • 1 E. C. Banfield et L. Fasano, The moral basis of a Backward society, Glencoe, Ill., Research center (...)
  • 2 Pour une vision globale sur le problème de « Tangentopoli », se reporter à ce qui écrit dans l’ouv (...)

1Il pèse sur ceux qui abordent la question de la nationalité en Italie une série de « légendes noires » : de celle, très connue, qui s’exprime dans la formule du « familisme amoral » lancée en 1958 par le sociologue Edward Banfield dans son ouvrage Moral Basis of a Backward Society1 puis maintes fois reprise de manière acritique, jusqu’aux récentes polémiques liées à la crise profonde du système politique apparue dans les années quatre-vingt-dix avec les événements connus sous le nom de « Tangentopoli2 ». Rares sont ceux qui s’interrogent sur la portée réelle de ces prétendues analyses, surtout si elles sont abordées dans une optique comparée, car c’est par dizaines que se comptent, dans l’histoire de l’occident, aussi bien les cas de repli sur les règles de la survie de sa propre famille ou de son propre clan, en dépit de toute éthique publique, que les cas de corruption répandue dans des systèmes politiques en crise.

2Qu’est-ce qui a donc conduit à considérer le cas italien comme profondément atypique, voire emblématique ? Même si l’on omet la propension singulière de la culture italienne à chercher l’accréditation dans son propre dénigrement et dans le dénigrement de ses propres racines (un phénomène imputable, comme nous le verrons, à son sentiment d’infériorité à l’égard de la culture occidentale), c’est la difficulté que tous ou presque éprouvent à se confronter avec la complexité de l’histoire de ce pays qui explique le mieux cette expérience particulière.

  • 3 CF. G. Formigoni, L’Italia dei cattolici, Bologne, Il Mulino, 2010.

3Affronter le problème de la nationalité en Italie signifie en effet affronter le problème de son histoire. Nation parvenue à l’unification sur le tard, l’Italie subit la présence d’au moins deux composantes dans la formation de sa sphère « civile » : d’un côté, l’héritage des traditions étatiques précédentes, de l’autre celui de la forte présence de l’unique élément de continuité, même s’il est moins univoque qu’on ne le pense, à savoir la structure de l’Église catholique comme agence d’acculturation généralisée, au moins jusqu’au début des années soixante du XXe siècle3.

  • 4 Cf. A. M. Banti, La nazione del Risorgimento. Parentela, santità e onore alle origini dell’Italia (...)
  • 5 Cf. S. Soldani et G. Turi (dir.), Fare gli italiani. Scuola e cultura nell’Italkia contemporanea, (...)

4À partir du Risorgimento, la nécessité de faire confluer tout élément disponible pour la construction de l’appartenance politique commune dans une sorte de « religion civile », capable d’unifier la nation et de donner vie à cette éthique de la nationalité qui est essentielle dans l’expérience de tout État constitutionnel, s’est imposée à ces deux composantes4. C’est principalement à l’élaboration de la culture d’une part et au système scolaire d’autre part qu’a été confiée cette opération5. Comme nous le verrons, le choix a été moins heureux que prévu et surtout a généré des tensions et des problèmes dont la résolution a entravé la dernière phase de l’expérience nationale italienne, à savoir la phase républicaine.

  • 6 Cf. F. Cammarano, Storia politica dell’Italia liberale 1861-1901, Rome-Bari, Laterza, 1999 ; F. Ca (...)

5La naissance de la nation italienne comme expérience culturelle plutôt que comme expérience politique ne peut, à mon avis, être sous-évaluée. Ce n’est pas tant le fait que l’Italie soit restée jusqu’à la moitié du XIXe siècle dans les conditions d’un pays dénué de ciment étatique unitaire que le fait que cela ait été, au même moment, lu par la culture du pays a) comme une anomalie, b) comme une sorte de preuve de l’infériorité de notre expérience nationale, qui me paraît important6.

  • 7 J. J. Sheehan, German History 1770-1886, Oxford, Clarendon, 1989; J. Breuilly (dir.), The State of (...)
  • 8 D. Beales, E. F. Biagini, The Risorgimento and the Unification of Italy, Londres, Longman, 2002.

6S’il est vrai que presque toutes les nations européennes s’étaient déjà consolidées avant le XIXe siècle, à l’exception partielle de l’Allemagne d’ailleurs, il n’en est pas moins vrai que cela aurait aussi pu être considéré comme un accident historique, si ce n’est le fait que l’Italie n’avait pas suscité pendant longtemps de dynamique propre qui pût tendre à l’unification. Le mythe de l’Italie qui finit asservie à l’étranger, qu’elle a en outre elle-même interpellé pour résoudre des tensions au sein des différentes formations politiques de la péninsule, joue ici un rôle important. La différence avec l’expérience de l’Allemagne apparaît en effet évidente si l’on se place dans ce contexte : l’Allemagne avait certes été une entité divisée en un très grand nombre de sujets politiques (350 avant la rationalisation imposée par le Congrès de Vienne en 1815/16), mais il s’agissait toujours, au fond, de systèmes politiques sous domination allemande, à quelques très rares exceptions près7. En Italie, la domination étrangère avait été directe sur des portions non négligeables de son territoire et souvent même, certaines régions, en particulier dans le Sud, avaient vu se succéder dans le temps différentes dominations étrangères. Évidemment, tout avait été compliqué, à un moment donné, par le choix bien connu en faveur d’une tutelle de l’empire des Habsbourg sur la péninsule, tutelle en partie directe, en partie indirecte après le Congrès de Vienne8.

7Il est fréquent de recourir à cette histoire pour représenter les racines du civisme problématique des Italiens que nombre de critiques à l’intérieur décrivent même comme incapables de se sentir coresponsables de la « chose publique ». La représentation mythique peut se résumer ainsi : des peuples habitués pendant des siècles à être exploités par des gouvernants étrangers auraient assimilé dans leur ADN la répulsion envers l’autorité constituée, toujours interprétée comme vexatoire car « étrangère » aux destins des terres et des communautés sur lesquelles elle s’exerçait. Ils auraient en même temps développé un certain cynisme à l’égard du système politique, dont ils n’attendaient que la satisfaction des besoins élémentaires, comme l’évoque un dicton populaire souvent cité « Franza o Spagna, purché se magna », qui signifie « peu nous importe d’être gouvernés par des Français ou des Espagnols pourvu qu’ils nous permettent de satisfaire nos besoins vitaux ». Le corollaire de ce cynisme serait un manque de conviction dans l’acceptation des « devoirs » que l’on a envers ceux qui nous dominent.

  • 9 Sur ce point, je me permets de renvoyer le lecteur à P. Pombeni, La ragione e la passione. Le form (...)
  • 10 Guglielmo Ferrero a justement utilisé cet évènement pour démontrer la rupture des règles de l’équi (...)
  • 11 Voir par exemple M. Mirri, La lotta politica in Toscana intorno alle riforme annonarie, 1764-1775,(...)
  • 12 Voir sur cette question P. Prodi, Il sacramento del potere, Bologne, Il Mulino, 1992 ; P. Prodi, L (...)
  • 13 Pour une analyse ponctuelle de la structure constitutionnelle de l’Empire des Habsbourg, voir W. B (...)

8Nous sommes naturellement face à une mythologie romantique qui fait totalement abstraction de la connaissance des mécanismes historiques qui régissent la formation du consensus aux [consensus autour des] régimes politiques9. Il faudrait au moins rappeler que la situation historique était bien plus complexe : il existait des entités étatiques qui n’étaient pas étrangères aux racines nationales, telles que, pour citer le cas le plus célèbre, la République de Venise qui connut une histoire assez longue puisqu’elle ne fut rayée des cartes géographiques qu’à compter de l’aventure italienne de Napoléon Bonaparte10. Il existait des cas plus limités qui présentaient, comme c’est le cas évident de la Toscane, des développements politiques et civils très intéressants, bien que sous domination étrangère11. Mais l’on oublie, dans ces mythologies qui de temps à autres resurgissent, que la dimension « nationale » telle qu’on l’entendait durant et après les guerres napoléoniennes, n’était pas connue dans la formation des systèmes politiques de l’âge moderne, où la soumission à un centre de pouvoir politique n’entraînait pas nécessairement l’adéquation à la « nation » dont il tirait ses origines, mais pouvait sans problème laisser subsister des systèmes de fidélité qui reposaient sur des configurations nationales antérieures et différentes12. C’est le cas, emblématique, de l’Empire des Habsbourg qui s’écroula, à mon humble avis, parce qu’il n’était pas parvenu, entre la fin du dix-neuvième et le début du vingtième siècles, à prendre en charge le problème de la transformation des appartenances nationales différentes dans un cadre qui pût les ramener à une unité d’identification dans un système politique capable de les représenter de manière égalitaire13.

9La construction de l’unité italienne est un processus assez compliqué dans lequel interviennent au moins trois facteurs : 1) l’incitation à s’harmoniser avec les dynamiques européennes de transformation de systèmes politiques ; 2) le rôle déterminant de la culture comme facteur de construction de la nouvelle identité nationale ; 3) le problème de la gestion de l’espace de légitimation dans une réalité née d’une dynamique « révolutionnaire ».

  • 14 M. Gavelli, O. Sangiorgi, F. Tarozzi (dir.), Colorare la patria. Tricolore e formazione della cosc (...)

10Essayons d’examiner ces facteurs un peu plus en détail. Comme tous les historiens le savent, les dynamiques qui ouvrent la voie à la considération de l’opportunité d’avoir un sujet « national », qui soit à la fois d’un nouveau type et de plus vastes dimensions que les sujets traditionnels, s’imposent avec les guerres napoléoniennes. C’est là que cohabitent les instances de modernisation politique provenant de l’illuminisme et de la réflexion de la philosophie politique du XVIIIe siècle, avec la possibilité de mettre en pratique ces nouvelles perspectives grâce à la force militaire et à la conquête de l’armée française. Même la naissance du drapeau italien est liée au modèle du drapeau tricolore révolutionnaire de la République française14.

  • 15 F. Cammarano, « Il modello politico britannico nella cultura del moderatismo italiano di fine seco (...)

11Ce péché d’origine, si vous nous permettez de le définir ainsi sur le ton de la plaisanterie, ne sera presque jamais effacé dans le discours public italien. À ma connaissance, aucun autre grand pays ne possède, dans sa culture politique, cette multitude de références emplies d’admiration révérencielle à l’égard des systèmes d’autres nations : pendant une longue période, jusqu’à la fin du XIXe siècle, ce sont les évocations admiratrices du « modèle anglais » et l’angoissante demande sur les motifs de l’incapacité à s’y conformer qui dominent15, avant que n’arrivent les mythes sur le modèle allemand, puis américain, et ainsi de suite. Aujourd’hui encore, le discours politique public est plein de références imaginaires à ce qu’il adviendrait à quelqu’un comme le président du Conseil Berlusconi si l’on était en Amérique, en France, en Grande-Bretagne, en Allemagne, etc., en imaginant qu’il existe automatiquement dans ces systèmes des antidotes non au fait d’arriver au point de la crise italienne actuelle (ce qui est discutable mais peut au moins être proposé comme matière à discussion), mais des antidotes permettant au système, une fois ce stade de la crise atteint, de la résoudre comme par magie.

12Le coût de ce type d’approche est que la culture politique italienne a fait et continue à faire peu d’efforts pour élaborer un système de légitimation qui ait pour objectif la construction de la nationalité sur la base des structures sociales qui sont la trame unificatrice de la cohabitation dans l’espace public, mais qu’elle poursuit constamment des modèles abstraits de légitimation qui sont propres non pas à la vie réelle d’autres pays mais aux cultures politiques dont on pense qu’ils se sont dotés.

  • 16 B. Tobia, Una patria per gli italiani. Spazi, itinerari, monumenti nell’Italia unita (1870-1900), (...)
  • 17 S. Lanaro, Patria. Circumnavigazione di un’idea controversa, Venise, Marsilio, 1996.
  • 18 F. Traniello, « Religione, nazione e sovranità nel risorgimento italiano », Religione cattolica e (...)
  • 19 Voir à ce sujet, d’une part, l’un de ses ouvrages indicatifs comme Profeti del Risorgimento¸Floren (...)
  • 20 G. Belardelli, Il mito della nuova Italia : G. Volpe tra guerra e fascismo, Rome, Edizioni Lavoro, (...)
  • 21 Sur les contradictions complexes de l’idéologie fasciste, voir P. G. Zunino, L’ideologia del fasci (...)

13L’histoire de la phase de l’unité nationale qui va du Risorgimento à la fin de toute la période fasciste est riche de ces tentatives complexes de s’inventer des formes de légitimation qui puissent unifier un pays marqué par des « systèmes de fidélité » distincts du nouvel État. Cela allait de l’effort de créer une pédagogie nationale à travers la gestion et l’organisation des espaces publics et des monuments16, au rapport difficile que la culture italienne entretenait avec l’idée de patrie17 et au problème déjà évoqué et sur lequel il faudra revenir, du rapport tourmenté avec la fameuse « question catholique », c’est-à-dire avec la rupture que le Vatican avait imposée, après la conquête de Rome par le nouvel État en 1870, au catholicisme italien qui avait été invité à nier au nouvel État la légitimation, bien que ce fût en empruntant des parcours qui, sur le plan pratique, s’était ensuite révélé plutôt tortueux18. Le rapport même du fascisme avec la question patriotique, qui paraîtrait pourtant absolument évident, fut en réalité plus compliqué qu’on ne pourrait le penser à première vue : malgré les efforts d’un pilier de cette culture, comme le philosophe Giovanni Gentile qui œuvra avec intelligence pour que le régime s’approprie le panthéon du Risorgimento19 ou d’un historien comme Gioacchino Volpe20, le panorama fut beaucoup plus complexe et la nécessité pour le régime de plier brutalement la nationalité et l’identification à l’État dans les termes de la fidélité non seulement au « régime » mais aussi à son incarnation dans le « parti » rendit très difficile (je serais même tenté de dire impossible) la création d’une « conscience civile » solide, réellement capable d’unifier les Italiens sur le plan de l’identification politique, même s’il parvint à faire entrer, à part entière, le « Risorgimento » dans la culture commune21.

14La seule tentative, en partie réussie, de créer une forme originale de légitimation politique est celle qui a été péniblement mise en œuvre après 1945 et qui se fondait sur une forme particulière de partis politiques. Nous verrons plus loin comment elle s’est en partie réalisée puis a disparu avec le contexte socioculturel sur lequel elle reposait.

15Avant d’approfondir cette réflexion, je m’arrêterai sur le second point que j’ai cité comme constitutif de la formation de la nationalité : sa nature de construction culturelle.

  • 22 P. Schiera, Il laboratorio borghese. Scienza e politica nella Germania dell’Ottocento, Bologne, Il (...)

16Dans ce cas non plus, il ne s’agit certainement pas d’une anomalie : presque toutes les constructions de ce genre ont des racines dans des phénomènes semblables, celles qui sont apparues à une époque plus récente. Il suffira de citer ici l’expérience allemande à partir des discours à la nation germanique de Fichte pour poursuivre avec l’épopée de la Deutsche Wissenschaft dans la seconde moitié du dix-neuvième siècle22.

  • 23 L’ode fut composée à la gloire des mouvements insurrectionnels des Carbonari piémontais de 1821, m (...)
  • 24 Cf. T. De Mauro, « Storia linguistica dell’Italia unita », Rome-Bari, Laterza, 1984 ; A. Castellan (...)
  • 25 G. Rochat, Breve storia dell’esercito italiano 1861-1943, Turin, Einaudi, 1978 ; J. Gooch, Esercit (...)

17La particularité de l’expérience italienne réside dans la difficulté de cette construction dans un pays parcouru de tensions qu’il n’est pas aisé de réunir dans une entité unitaire. Si nous prenons comme point de départ un vers célèbre d’une poésie patriotique de l’écrivain italien par excellence, Alessandro Manzoni, nous pourrons mieux comprendre ce dont nous voulons discuter. Dans une ode destinée à célébrer le désir de renouveau national dans les événements de 182123, le poète souhaitait une nation « una d’arme, di lingua e d’altar » (une par les armes, la langue et l’autel). Les trois éléments sont emblématiques de ce qui semblait être la base de la nouvelle nationalité. Un des éléments était certainement la culture, représentée par la langue nationale, un problème qui n’avait rien de simple dans un pays encore traversé de tensions entre les différents dialectes et un domaine où Manzoni combattait avec force pour le choix du florentin comme paramètre de la langue nationale24. La question des « armes » comme élément fondateur de l’identité nationale apparaissait beaucoup plus problématique : dans cette période d’exaltation patriotique, on pouvait faire référence à la lutte de libération nationale, mais cet élément allait se révéler ambigu, le fait que l’armée pût être l’école de la nationalité étant une illusion puisque celle-ci s’était au contraire rapidement transformée en un facteur d’attraction vers d’improbables destins de grande puissance avec tout ce qui s’en était suivi25.

  • 26 Voir à ce sujet A. Canavero, « La chiesa italiana e la costruzionze nazionale dopo l’unità », G. C (...)
  • 27 A. Acerbi (ed.), La chiesa e l’Italia. Per una storia dei loro rapporti negli ultimi due secoli, M (...)
  • 28 F. Conti, Storia della Massoneria italiana. Dal Risorgimento al fascismo, Bologne, Il Mulino, 2003 (...)
  • 29 M. Ridolfi, Il partito della repubblica. I repubblicani in Romagna e le origini del Pri nell’Itali (...)

18La question de la religion commune comme possible structure porteuse du nouveau système de nationalité était encore plus difficile à gérer. Tout le monde sait que la question romaine constituait une fracture entre le nouvel État national et la papauté au point que, pour des motifs complexes, y compris de nature diplomatique, que je ne peux pas développer ici, celle-ci aurait remis en question la légitimité de la nouvelle construction de l’État italien26. Toutefois, certains ne tiennent pas compte du fait qu’en dépit de cette situation pour ainsi dire « officielle », le catholicisme restait l’agence d’acculturation de la très grande majorité des citoyens, même de ceux qui ne se reconnaissaient pas dans une appartenance active à cette Église27. Même les forces les plus ouvertement anticléricales, telles que la Maçonnerie, se présentaient, dans leurs formes d’éducation destinées à un public plus vaste, si l’on s’y penche avec attention, comme fortement imprégnées de la trame de la culture religieuse, qu’elles sécularisaient simplement28 ou, comme dans le cas important de la culture d’origine mazzinienne, se transformaient complètement en une véritable « religion civile » rigoureuse, entourée néanmoins des mêmes ritualités, même si les polarités y étaient inversées, que celles du modèle catholique29.

  • 30 Sur cette authentique contradiction dans les termes, voir le classique R. Romanelli, Il comando im (...)

19La matrice « révolutionnaire », enfin, de l’unification (mi-révolution par le haut imposée par les Savoie, mi-révolution par le bas gérée par le « partito d’azione ») avait conduit à douter pendant longtemps de la possibilité de laisser de vastes espaces de liberté d’organisation et d’expression à une société civile dont la fidélité institutionnelle n’avait jamais été jugée certaine30.

20Le nouvel État italien fut donc contraint de construire sa nationalité dans un contexte où les trois facteurs cités précédemment exerçaient une influence déterminante, sans toutefois parvenir à les fondre réellement en une synthèse efficace. La nécessité de se présenter comme un État « moderne » où, du reste, l’hégémonie du royaume de Sardaigne comme moteur de l’unification dépendait précisément de sa plus grande modernité politique, puisqu’il était de fait le seul système avec une base constitutionnelle de la péninsule, l’obligeait à se conformer à un système constitutionnel représentatif sur le modèle anglais, tempéré par l’importation du système administratif centralisé de marque française, un modèle dont la mise en œuvre complète aurait d’ailleurs exigé une maturation par le bas à laquelle on ne pouvait garantir des temps de développement appropriés.

  • 31 Paru le 18 octobre 1886 (premier jour d’école) chez l’éditeur Treves de Milan, cet ouvrage destiné (...)

21L’espoir que cette accélération fût gérée et en quelque sorte garantie par la culture se révéla plutôt utopique. S’il est vrai qu’en Italie, comme dans la France de la phase initiale de la troisième République, des efforts furent entrepris pour transformer les maîtres en missionnaires de la nouvelle culture nationale, les résultats furent bien différents de ceux qui avaient été obtenus dans le pays voisin. Il est vrai que fut lancée une sorte de rhétorique nationale, dont un exemple notable fut le fameux ouvrage Cuore d’Edmondo De Amicis, destiné précisément aux écoles élémentaires et construit sur deux piliers de l’idéologie post-Risorgimento31 : le mythe de la nation jeune qui avait su se sacrifier pour atteindre son but et l’idéal de l’intégration représenté par l’école publique obligatoire où se trouvaient réunis les enfants de toutes les classes sociales.

  • 32 L’œuvre littéraire de Giovanni Verga (1840-1922), l’un des auteurs les plus importants du vérisme (...)
  • 33 Sur le problème de la réécriture de la constitution par rapport au précédent du Statut albertin, v (...)
  • 34 G. Formigoni, L’Italia dei cattolici, op. cit.

22Il était d’ailleurs difficile de promouvoir de manière simple le rôle de constructeur de l’unité nationale de la part de la culture dans un pays où la réalité de l’intégration était rendue problématique à la fois par des contextes qui présentaient des stades de développement très différents et peut-être aussi pénalisés par l’unification (rappelons que la question méridionale, qui concerna aussi la culture, apparut bien vite sur la scène ; il suffit d’évoquer l’œuvre de Giovanni Verga32), et par la permanence d’une fracture politique entre les partisans de l’unification selon le modèle imposé par la monarchie de la maison de Savoie et les partisans d’une unification qui aurait comporté la réécriture du modèle constitutionnel33. Nous pouvons y ajouter la rupture avec l’Église catholique qui, certes, privait du support de l’éducation religieuse l’éducation à la citoyenneté politique, même s’il ne faut pas exagérer dans l’interprétation de cette rupture, car mises à part les fureurs idéologiques des pères jésuites de la « Civiltà cattolica » et de leurs disciples, les pratiques éducatives adoptées dans la plupart des structures ecclésiastiques de base, où une certaine forme de vie paisible incitait à éviter les excès des ardeurs idéologiques des partisans du pape et à conserver de bons rapports avec l’autorité constituée, en continuant à prêcher comme devoir, également chrétien, l’obéissance au pouvoir légitime34.

  • 35 De ce point de vue, le parcours du leader des partisans catholiques dans la province de Modène, Er (...)
  • 36 Durant la guerre d’Espagne, le leader communiste Palmiro Togliatti avait déjà indiqué l’importance (...)

23Il faudrait être aveugle pour ne pas reconnaître qu’au-delà de ces fractures réelles qui parcouraient le pays, au cours de l’expérience de l’État unitaire, jusqu’à la première guerre mondiale, une certaine culture civile se forma et résista mieux que l’on n’est parfois disposé à l’admettre. C’est surtout l’identification à la communauté nationale, à la « patrie », pour utiliser le terme courant à l’époque, qui s’imposa et l’école réussit dans le mécanisme d’acculturation à cette nouvelle réalité en diffusant réellement certains mythes fondateurs, notamment celui du Risorgimento. Notons à ce sujet une simple observation : l’évocation de ce mythe fut utilisée aussi bien par les fascistes, qui cherchèrent volontairement à faire entrer dans leur Panthéon tous les héros de cette entreprise en les nivelant et en gommant leurs différences, que par une partie non négligeable de la résistance qui se présenta fréquemment comme un « second Risorgimento35 ». Pour citer le fait qui me paraît le plus emblématique, les formations de partisans du parti communiste prirent le nom de « Brigate Garibaldi » et non d’un quelconque héros de l’olympe révolutionnaire international36.

24Toujours sur ce thème, rappelons que, lors de la crise profonde du système politique qui suivit la chute de Mussolini en 1943, aucun phénomène de séparatisme ne se produisit, si l’on excepte quelques épisodes totalement marginaux, et que des tentatives de dénationalisation, comme les tentatives allemandes vers les régions de frontière au Nord-Est (le fameux Alpenvorland) ou françaises vers la Vallée d’Aoste, échouèrent même lamentablement.

  • 37 P. Pombeni, Demagogia e tirannide. Uno studio sulla forma partito del fascismo, Bologne, Il Mulino (...)

25Dans ce contexte, il faut évidemment accorder un peu d’attention à la période du fascisme. Le régime se posa sans aucun doute le problème de la construction de la nationalité comme un phénomène qui conjuguât à la fois la fidélité à l’État et la fidélité à l’idéologie politique fasciste. Le choix de réserver tous les emplois publics, même les plus humbles, aux seuls membres du Parti national fasciste, fit le lien entre ces deux exigences, de même que la décision d’unir à la scolarisation de la population la milice obligatoire dans les organisations pour la jeunesse du parti37.

26Avec ces dynamiques, au moins dans l’intention des théoriciens de l’expérience fasciste, le problème du sentiment d’appartenance nationale défaillant au sein de la population aurait été résolu. La faute était imputée à la division entre les différents partis politiques, dont beaucoup, selon la rhétorique fasciste étaient « antinationaux », mais il s’agissait d’une explication commode : d’un côté, elle permettait bien sûr de légitimer le choix du parti unique, mais de l’autre elle fournissait une justification à la connaissance que tout le monde avait du phénomène d’un pays qui peinait beaucoup à se reconnaître dans ses propres institutions.

  • 38 S. Cavazza, Piccole patrie., Bologne, Il Mulino, 2003.

27Outre la répression, le fascisme accomplit également des efforts en termes de propositions afin d’accroître le sentiment de nationalité chez les Italiens. Ce fut à cette époque que l’embryon d’un système d’État-providence, avec des ramifications qui allaient de la protection des exigences fondamentales de la vie familiale (typique de la protection de la maternité et de l’enfance) à la promotion de systèmes de jouissance du temps libre, peut-être à l’ombre d’un intérêt retrouvé pour la culture « populaire », connut son premier développement significatif38. Le tout confié non pas aux soins de l’État mais à ceux du parti.

  • 39 Sur la crise de la dernière phase du fascisme, P. Pombeni, La ragione e la passione, op. cit., cha (...)

28Le succès qui sourit même, pendant un certain temps, à cette perspective « totalitaire » fut sacrifié sur l’autel de la volonté de puissance : le pays ne se reconnaissait pas dans le rêve de la grande guerre régénératrice, rêve que le fascisme avait d’ailleurs emprunté au nazisme et, quand l’Italie fut contrainte d’y participer, tout le système « totalitaire » s’effondra comme un château de cartes sous le poids de son insoutenabilité dans les conditions du pays39.

29La révolte contre la tentative de remettre sur pied un régime qui avait été condamné par l’histoire plaçait à nouveau l’Italie face au problème de son « sens civique ». On a sous-évalué à quel point cela était fondamental au moment où la structure de l’État faisait défaut, comme cela s’était produit après l’effondrement institutionnel honteux représenté de manière emblématique par la fuite du roi de Rome sans aucun plan de sauvegarde du statut d’État.

  • 40 P. Pombeni, « L’8 settembre e le aporie della storia. Fra crisi di regime, nodi che vengono al pet (...)

30Réfléchissons un instant sur la signification du huit septembre 194340. Seule une classe politique et administrative dénuée de toute culture historique et juridique pouvait penser que l’État italien se serait sauvegardé en sauvant la personne du roi auquel on attribuait le pouvoir de le ressusciter à son gré une fois qu’il se serait mis personnellement à l’abri. Personne n’aurait pu accomplir ce miracle, pas même un personnage de plus grande envergure que ce roi discrédité qu’était Victor Emmanuel III : à titre d’exemple, il suffit de penser à ce qui arriva en France avec l’expérience du maréchal Pétain.

31Dans une sorte de retour en arrière, l’Italie se retrouve alors vraiment à l’heure H qui avait marqué son « risorgimento » : c’était au sens civique et civil de ses citoyens qu’il fallait faire appel pour reconstruire une nation qui ne voulait pas accepter la place à laquelle la destinait sa dérive dans le fascisme. C’est en cela, et non pas tant dans la question de la présence ou non d’une lutte de résistance armée, que réside la différence avec l’Allemagne.

  • 41 C. Pavone, Una guerra civile. Saggio storico sulla moralità della resistenza, Turin, Bollati Borin (...)

32Nous pouvons aujourd’hui donner du phénomène de la résistance italienne une lecture différente de celle qui a longtemps dominé. Pour une part non marginale, la résistance débute comme une expérience qui prend racine dans l’esprit civique des populations, précisément dans les zones où cet esprit civique a ses racines les plus profondes, dans la culture « patriotique » que les jeunes générations ont appris aussi bien à l’école que dans les traditions familiales, dans le refus de l’image d’un pays vaincu et sans épine dorsale, image transmise par l’écroulement des institutions publiques41.

33Ce n’est que progressivement que cette action de résistance se canalise et se discipline avec le retour sur scène des partis politiques, ceux qui, dans « l’Aventino », ont témoigné la résistance du « modèle anglais », à savoir du système représentatif-constitutionnel, par rapport au défi autoritaire d’abord, totalitaire ensuite.

  • 42 P. Pombeni, « De Gasperi Costituente », Quaderni Degasperiani per la storia dell’Italia contempora (...)
  • 43 P. Pombeni, « Cultura politica e legittimazione della costituzione », M. Fioravanti et S. Guerrier (...)

34La formation même du « Comitato di Liberazione Nazionale » fut réalisée en appelant les représentants des partis qui, en 1924, avaient décidé de contester le gouvernement de Mussolini, responsable de l’assassinat du député Giacomo Matteotti, en s’abstenant de toute participation aux travaux parlementaires (d’où la définition d’« Aventino » en souvenir d’un célèbre épisode similaire dans l’histoire de la Rome antique) à en faire partie. Ce fut en raison de ce choix qu’Alcide De Gasperi, par exemple, qui en 1943 était plutôt écarté de la vie des organisations catholiques, fut appelé dès le début à entrer dans cet organisme en qualité de dernier secrétaire du « Partito Popolare Italiano » et, justement, de participant à l’Aventino. Le leader démocrate chrétien, parfaitement conscient de cette légitimation « parlementaire » plus que de la légitimation « insurrectionnelle » à laquelle les partis de gauche avaient recours, fonda sur celle-ci sa perspective constitutionnelle42, en se rapportant souvent à la suprématie du modèle constitutionnel dérivant du libéralisme classique. On ne peut pas dire toutefois que le fait de proposer cette perspective eût remporté beaucoup de succès, car, dans le débat qui avait lieu au sein de l’Assemblée constituante sur les bases de légitimation du nouveau système politique comme dans la suite de l’expérience républicaine, le système de légitimation fut plutôt fondé sur le pluralisme social et idéologique qui pouvait dériver du rôle particulier des nouveaux partis de représentation sociale43.

35Bien sûr les partis marquent la récupération d’un mécanisme de fondation qui avait été jugé irrecevable sous l’égide du constitutionnalisme, modèle de la révolution française. Je parle du modèle de reconnaissance du pluralisme social contre celui de sa négation au nom du fameux principe selon lequel il n’y a rien entre l’État et le citoyen.

  • 44 P. Pombeni, « Individuo/Persona nella costituzione italiana. Il contributo del dossettismo », Paro (...)

36Le système constitutionnel qui naît en Italie après 1945 est profondément redevable à ce nouveau modèle d’admission à la nationalité : d’un côté la reconnaissance de la nationalité fondée sur le nouvel axe du « travail », c’est-à-dire l’implication nécessaire de chacun dans le dynamisme social qui fait grandir une nation ; de l’autre, la reconnaissance de l’idée que chacun fait partie d’une pluralité d’organismes sociaux qui ne sont pas significatifs parce que l’État leur concède la reconnaissance par bienveillance, mais qui, en précédant l’État, le fondent en acceptant de trouver du sens et de la force dans son contexte44.

37C’est là que voit le jour un système de citoyenneté politique qui est assez particulier. Paradoxalement, la sphère politique et la sphère idéologique se fondent dans la construction de la sphère publique, par certains côtés comme cela avait été proclamé par la révolution fasciste, mais à présent ni l’unicité de la sphère idéologique ni la subordination réciproque entre celle-ci et la sphère étatique n’existaient plus puisque, comme nous l’avons déjà dit, le pluralisme est au contraire reconnu.

  • 45 P. Pombeni, La ragione e la passione, op. cit., chap. X.
  • 46 Piero Craveri a insisté plusieurs fois sur cet aspect dans ses études ; voir La repubblica dal 958 (...)

38Le passage de la « représentation » de la sphère du droit électoral individuel qui génère les parlements à la sphère de l’univers des partis qui incarnent, comme cela sera dit parfois avec un excès de rhétorique, les « âmes du pays », est significatif45. Il affaiblit inévitablement le parlement comme lieu du gouvernement par la discussion, en déplaçant la légitimation du gouvernement dans la simultanéité de la vérification des majorités électorales et dans un pouvoir étendu de veto des minorités, exclues, quoi qu’il en soit, de la participation au gouvernement, plutôt que dans sa capacité à construire, pour les problèmes existants, des solutions largement partagées qui murissent dans la confrontation réciproque. Ce, au moins au niveau officiel et public, car en réalité la négociation des décisions s’est déroulée, assez largement, en coulisse46.

39Je le dis, bien entendu, du point de vue des idéaltypes, car il est évident que dans la réalité les intersections des divers modèles sont à l’ordre du jour et génèrent des expériences qui ne répondent pas en tout et pour tout à la pureté des idéaltypes que je propose.

  • 47 P. Pombeni, Autorità sociale e potere politico nell’Italia contemporanea, Venise, Marsilio, 1993 ; (...)
  • 48 Sur ce thème, les études de Giulia Guazzaloca (dir.) sont intéressantes : Governare la televisione (...)

40Pendant une longue période, à savoir plus ou moins jusqu’à la fin des années soixante du vingtième siècle, cette construction de la nationalité, à travers la médiation de partis qui étaient à la fois des institutions politiques et des « précipités » de sous-cultures sociales, a résisté à l’épreuve de l’histoire. L’accès même à la prévoyance sociale, reconnue par de nombreux spécialistes comme le nouveau nom de la citoyenneté moderne, est passé à travers eux : d’un côté, au sens, plus banal, où les partis étaient devenus le « notable collectif » par le biais duquel on pouvait surmonter une bureaucratie complexe afin de bénéficier de manière appropriée et adéquate des avantages de la prévoyance sociale (avec tous les phénomènes de corruption, plus ou moins graves, qui en découlaient47) ; de l’autre, au sens, tout aussi important, où la gestion même des services aux citoyens, de la santé au service de radiotélévision pour en citer les deux extrêmes, était répartie entre les partis et directement assurée par ces derniers (la fameuse « partition du pouvoir48 »). « r »

  • 49 Voir le débat sur la fameuse « partitocratie » : M. Griffo, « Sull’origine del termine “partitocra (...)
  • 50 De la cinématographie à la production télévisuelle, il s’est produit un curieux phénomène de relan (...)
  • 51 P. Ignazi, I partiti politici in Italia, Bologne, Il Mulino, 2008.

41Cette configuration de la citoyenneté, toujours critiquée sous divers angles49 mais jamais réellement remise en question, est entrée en crise au moment de l’écroulement des sous-cultures sociales. Le phénomène d’homogénéisation sociale du pays suscité autant par la culture de masse véhiculée par les nouveaux médias, tels que la télévision50, que par une très forte augmentation de la mobilité au sein du territoire italien, qui s’est accompagné d’une progressive dégradation des agences de formation sociale présentes dans le système éducatif et d’une disparition des agences de socialisation sur le territoire (gérées aussi bien par l’Église que par les partis, notamment de gauche), a provoqué le déclin des réseaux d’identité sociopolitique avec lesquels le pays s’était structuré51.

  • 52 L. Guerzoni (dir.), Quando i cattolici non erano moderati. Figure e percorsi del cattolicesimo dem (...)
  • 53 M. Donovan, « The Italian State : no longer Christian, no longer Catholic », West European Politic (...)
  • 54 F. Barbagallo, Enrico Berlinguer, Roma, Carocci, 2006 ; S. Pons, Berlinguer e la fine del comunism (...)
  • 55 L. Covatta, Menscevichi, Venise, Marsilio, 2005.

42De ce point de vue, la crise de plus en plus profonde qu’ont connue les partis qui avaient fini par être les deux pivots de la reconstruction d’après-guerre, à savoir la Democrazia Cristiana et le parti communiste, a été emblématique. La DC, en particulier, a perdu sa capacité à représenter les instances du réformisme catholique, qui avait une solide tradition non seulement culturelle mais aussi populaire52, et a fini par perdre son emprise à la fois sur l’État et sur cette part de société à laquelle elle se référait (une part qui, d’ailleurs, se réduisait en raison de la sécularisation en cours53). Quant au PCI, de plus en plus contesté dans sa dernière phase vers une fermeture « aristocratique » sur l’illusion d’une prétendue « diversité », selon la voie dans laquelle Enrico Berlinguer l’avait engagé et que l’aile réformiste interne ne parvint pas à maîtriser54, il glissait de plus en plus vers une dimension de parti génériquement « radical » qui n’était absolument plus en mesure d’être le lieu d’acculturation politique de citoyens dépaysés par la dimension que prenaient les transformations en cours. D’ailleurs, la tentative du parti socialiste italien dirigé par Bettino Craxi de combler le vide qui ne manquerait pas de se créer avec la réorganisation de la DC et du PCI échoua, malgré une certaine générosité de différents intellectuels et politiciens qui s’étaient engagés dans cette entreprise55, emporté par le phénomène de « Tangentopoli » que j’ai déjà évoqué.

  • 56 G. De Luna (dir.), Figli di un benessere minore. La Lega 1979-1993, Florence, La Nuova Italia, 199 (...)

43Cela a également mis en difficulté la structuration de la nationalité. La réapparition, aujourd’hui, de ce que les journaux décrivent comme l’image pittoresque du pays des Guelfes et des Gibelins est très significative : cette image évoque les hantises ancestrales de notre culture d’être un pays incapable de se doter d’une identité nationale et de devoir ainsi recourir à l’aide « étrangère » pour surmonter cette lacune historique ; à l’opposé, le renouveau des fortunes des localismes, dites « petites patries », témoigne de la résurgence de la difficulté à se reconnaître dans un « destin national » qui n’apparaît plus intéressant56. Une fois de plus, la « communauté de destins », pour introduire un fameux idéaltype de Max Weber, quitte peut-être l’espace public de l’État-nation et se replie sur des territoires plus circonscrits et perçus comme mieux à même de défendre les individus et les petites communautés contre le défi que l’évolution historique lance aujourd’hui à l’Italie.

  • 57 Pour reprendre la conception et la définition proposées par Pierre Rosanvallon pour cette approche (...)

44C’est là que naît la nouvelle problématique de la citoyenneté politique dans mon pays et c’est vers ces nouveaux horizons que les historiens du politique57 sont appelés à orienter leur réflexion.

Notes

1 E. C. Banfield et L. Fasano, The moral basis of a Backward society, Glencoe, Ill., Research center in economic development and cultural change, 1958. Le livre fut traduit en italien en 1976 par les éditions Il Mulino de Bologne et suscita un vaste débat.

2 Pour une vision globale sur le problème de « Tangentopoli », se reporter à ce qui écrit dans l’ouvrage, M. J. Bull, J. L. Newell (ed.), Corruption in Contemporary Politics, Basingstock, Palgrave, 2003.

3 CF. G. Formigoni, L’Italia dei cattolici, Bologne, Il Mulino, 2010.

4 Cf. A. M. Banti, La nazione del Risorgimento. Parentela, santità e onore alle origini dell’Italia unita, Turin, Einaudi, 2006 ; A. M. Banti et R. Bizzocchi (dir.), Immagini della nazione nell’Italia del Risorgimento, Rome, Carocci, 2002.

5 Cf. S. Soldani et G. Turi (dir.), Fare gli italiani. Scuola e cultura nell’Italkia contemporanea, Bologne, Il Mulino, 1993 ; U. Levra, Fare gli italiani. Memoria e celebrazione del Risorgimento, Turin, Comitato Torinese dell’Istituto per la Storia del Risorgimento, 1992.

6 Cf. F. Cammarano, Storia politica dell’Italia liberale 1861-1901, Rome-Bari, Laterza, 1999 ; F. Cammarano, « Un Centrisme : le transformisme libéral en Italie et en Grande-Bretagne au XIXe siècle », S. Guillaume, et J. Garrigues (dir.), Centre et centrisme en Europe aux XIXe et XXe siècles. Regards croisés, Bruxelles, Lang, 2006, p. 39-48.

7 J. J. Sheehan, German History 1770-1886, Oxford, Clarendon, 1989; J. Breuilly (dir.), The State of Germany. The national idea in the making, unmaking and remaking of a modern nation state, Londres/New York, Longman, 1992; J. Breuilly, The formation of the first German Nation-state1800-1871, Londres, Macmillan, 1996.

8 D. Beales, E. F. Biagini, The Risorgimento and the Unification of Italy, Londres, Longman, 2002.

9 Sur ce point, je me permets de renvoyer le lecteur à P. Pombeni, La ragione e la passione. Le forme della politica nell’Europa contemporanea, Bologne, Il Mulino, 2010.

10 Guglielmo Ferrero a justement utilisé cet évènement pour démontrer la rupture des règles de l’équilibre politique au lendemain de la « révolution » française : cf. G. Ferrero, Aventure. Bonaparte en Italie 1796-1797, paru à l’origine en 1936.

11 Voir par exemple M. Mirri, La lotta politica in Toscana intorno alle riforme annonarie, 1764-1775, Pise, Pacini, 1972 ; G. Turi, Viva Maria : riforme, rivoluzione e insorgenze in Toscana 1790-1799, Bologne, Il Mulino, 1999.

12 Voir sur cette question P. Prodi, Il sacramento del potere, Bologne, Il Mulino, 1992 ; P. Prodi, La sovranità divisa : uno sguardo storico sulla genesi dello jus publicum europaeum, Bologne, Gherli, 2002 ; P. Prodi (dir.), La fiducia secondo i linguaggi del potere, Bologne, Il Mulino, 2007 ; ainsi que D. Schnapper, La communauté des citoyens. Sur l’idée moderne de Nation, Paris, Gallimard, 1994.

13 Pour une analyse ponctuelle de la structure constitutionnelle de l’Empire des Habsbourg, voir W. Brauneder, « Die Verfassungsentwicklung in Österreich 1848-1918 », Die Habsburger Monarchie, VII : Verfassung und Parlamentarismus, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 2000, p. 173-237 ; pour la question des nationalités, H. Haselsteiner, « Die Nationalitätenfrage in der Österreichisch-Ungarischen Doppelmonarchie und der föderalistische Lösungsansatz », Innere Staatsbildung und gesellschaftliche Modernisierung in Österreich und Deutschland 1867/71 bis 1914, hg. Helmut Rumpler, München, Oldenbourg, 1991, p. 21-30 ; R. A. Kann, « Zur Problematik der Nationalitätenfrage in der Habsburgermonarchie 1848-1918 », Die Habsburgermonarchie, III : Die Völker des Reichs, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 1980, p. 1304-1338.

14 M. Gavelli, O. Sangiorgi, F. Tarozzi (dir.), Colorare la patria. Tricolore e formazione della coscienza nazionale 1797-1914, Florence, Vallecchi, 1996 ; F. Tarozzi, G. Vecchio (dir.), Gli italiani e il tricolore, Bologne, Il Mulino, 1999.

15 F. Cammarano, « Il modello politico britannico nella cultura del moderatismo italiano di fine secolo », R. Camurri (dir.), La Scienza moderata, Fedele Lampertico e l’Italia liberale, Milan, Angeli, 1992, p. 309-338 ; G. Quagliariello, « L’isola che non c’è più. Il “modello inglese” ed una crisi di fine secolo », Les familles politiques en Europe occidentale au XIXe siècle, Rome, École française de Rome, 1997 ; A. Romano (dir.), Il modello costituzionale inglese e la sua ricezione nell’area mediterranea tra la fine del ‘ 700 e la prima metà dell’‘ 800, Milan, Giuffrè, 1998.

16 B. Tobia, Una patria per gli italiani. Spazi, itinerari, monumenti nell’Italia unita (1870-1900), Rome-Bari, Laterza, 1991 ; I. Porciani, La festa della nazione. Rappresentazione dello stato e spazi sociali nell’Italia unita, Bologne, Il Mulino, 1997 ; C. Brice, « L’espace, l’homme, le sacre : la religion civile dans l’Italie libérale (1860-1922) », A. Vauchez (dir.), Lieux sacrés, lieux de culte, sanctuaires, Rome, École française de Rome, 2000, p. 383-392.

17 S. Lanaro, Patria. Circumnavigazione di un’idea controversa, Venise, Marsilio, 1996.

18 F. Traniello, « Religione, nazione e sovranità nel risorgimento italiano », Religione cattolica e stato nazionale dal Risorgimento al secondo dopoguerra, Bologne, Il Mulino, 2007, p. 59-112 ; C. Mozzarelli (dir.), Identità italiana e cattolicesimo. Una prospettiva storica, Rome, Carocci, 2003.

19 Voir à ce sujet, d’une part, l’un de ses ouvrages indicatifs comme Profeti del Risorgimento¸Florence, Vallecchi, 1944, d’autre part, celui qui met en lumière l’intéressante biographie de G. Turi, Giovanni Gentile : una biografia, Turin, Utet, 2006.

20 G. Belardelli, Il mito della nuova Italia : G. Volpe tra guerra e fascismo, Rome, Edizioni Lavoro, 1988.

21 Sur les contradictions complexes de l’idéologie fasciste, voir P. G. Zunino, L’ideologia del fascismo, Bologne, Il Mulino, 1985 ; sur la question de l’idéologie nationaliste en Italie, E. Gentile, La Grande Italia : il mito della nazione nel XX secolo, Bari, Laterza, 2009.

22 P. Schiera, Il laboratorio borghese. Scienza e politica nella Germania dell’Ottocento, Bologne, Il Mulino, 1987.

23 L’ode fut composée à la gloire des mouvements insurrectionnels des Carbonari piémontais de 1821, mais fut aussitôt cachée par le poète par crainte de la police puis ne fut publiée que durant le soulèvement antiautrichien de Milan en 1848. Elle fut dédiée au poète romantique Theodor Körner, « nom cher à tous les peuples qui combattent pour défendre ou pour conquérir la liberté » comme l’écrivit Manzoni dans la dédicace ; elle y faisait mourir le poète dans la bataille de Lipse entre les Prussiens et les Français en 1813, alors qu’en réalité le poète était mort, certes cette année-là, mais dans un affrontement mineur entre son unité de l’armée prussienne et une unité française. L’ode « Marzo 1821 » est éditée dans A. Manzoni, Opere, L. Carretti (dir.), Milan, Mursia, 1985, p. 580-583.

24 Cf. T. De Mauro, « Storia linguistica dell’Italia unita », Rome-Bari, Laterza, 1984 ; A. Castellani, « Quanti erano gli italofoni nel 1861 ? », Studi linguistici, 8, 1982, p. 3-26 ; A. L. Lepschy, G. Lepschy, M. Voghera, « Linguistic variety in Italy », C. Levy (dir.), Italian Regionalism, Oxford, Blaskwell, 1996, p. 69-80.

25 G. Rochat, Breve storia dell’esercito italiano 1861-1943, Turin, Einaudi, 1978 ; J. Gooch, Esercito, stato e società in Italia 1870-1915, Milan, Angeli, 1994 ; L. Ceva, Storia delle forze armate in Italia, Turin, Utet, 1999 ; N. Labanca, L’istituzione militare in Italia : politica e società, Milan, Unicopli, 2002 ; G. Rochat, L’esercito italiano da Vittorio Veneto a Mussolini, Rome-Bari, Laterza, 2006.

26 Voir à ce sujet A. Canavero, « La chiesa italiana e la costruzionze nazionale dopo l’unità », G. Crepaldi (dir.), Verso una nuova identità nazionale. Il contributo dei cattolici, Rome, Dehoniane, 1993, mais surtout l’important et vaste essai de R. Pertici, Chiesa e stato in Italia dalla Grande Guerra al nuovo concordato, Bologne, Il Mulino, 2009.

27 A. Acerbi (ed.), La chiesa e l’Italia. Per una storia dei loro rapporti negli ultimi due secoli, Milan, Vita e Pensiero, 2003 ; C. Mozzarelli (dir.), Identità italiana e cattolicesimo. Una prospettiva storica, Rome, Carocci, 2003.

28 F. Conti, Storia della Massoneria italiana. Dal Risorgimento al fascismo, Bologne, Il Mulino, 2003 ; F. Conti, Massoneria e religioni civili, Bologne, Il Mulino, 2008.

29 M. Ridolfi, Il partito della repubblica. I repubblicani in Romagna e le origini del Pri nell’Italia liberale (1872-1895), Milan, Angeli, 1989 ; M. Ridolfi, Per una storia della religione civile : il « caso italiano » in prospettiva comparata, dans « Memoria e Ricerca », n. s. 11, 2003, p. 133-152.

30 Sur cette authentique contradiction dans les termes, voir le classique R. Romanelli, Il comando impossibile. Stato e società nell’Italia liberale, Bologne, Il Mulino, 1988. Sur le plan plus strictement juridique, pour les difficultés du constitutionnalisme italien à situer le rapport entre liberté des citoyens et autorité de l’État, Fioravanti M., La scienza del diritto pubblico. Dottrine dello stato e della costituzione fra Otto e Novecento, Milan, Giuffrè, 2001.

31 Paru le 18 octobre 1886 (premier jour d’école) chez l’éditeur Treves de Milan, cet ouvrage destiné aux élèves des écoles élémentaires et qui connut aussitôt un immense succès, était conçu pour être un outil d’« éducation nationale » : le fait qu’Edmondo De Amicis appartînt à la franc-maçonnerie n’était pas fortuit (d’ailleurs, il n’y a pas, dans son livre, de références à la culture religieuse catholique, ce qui fut très critiqué de ce point de vue). De Amicis qui, entre 1890 et 1896, se serait « converti » au socialisme, publia en 1896, toujours chez Treves, Il romanzo di un maestro, qui est un autre exemple de son engagement dans le domaine de l’éducation civile. Cf. A. Gramigna, Il romanzo di un maestro di E. De Amicis, Florence, La Nuova Italia, 1996 ; S. Timpanaro, Il socialismo di E. De Amicis, Vérone, Bertani, 1983.

32 L’œuvre littéraire de Giovanni Verga (1840-1922), l’un des auteurs les plus importants du vérisme italien, a été très influente pour attirer l’attention sur les conditions particulières du Sud de l’Italie. Voir A. Asor Rosa, Scrittori e popolo. Saggio sulla letteratura populista, Rome, Samonà e Savelli, 1965.

33 Sur le problème de la réécriture de la constitution par rapport au précédent du Statut albertin, voir P. Pombeni, La Costituente. Un problema storico-politico, Bologne, Il Mulino, 1995

34 G. Formigoni, L’Italia dei cattolici, op. cit.

35 De ce point de vue, le parcours du leader des partisans catholiques dans la province de Modène, Ermanno Gorrieri, un jeune partisan de vingt ans qui devint ensuite un personnage important dans l’histoire de la Democrazia Cristiana, peut être considéré comme emblématique. Gorrieri arrive à son engagement de résistant à travers un itinéraire typiquement « patriotique » bien qu’il ait été formé dans les organisations d’Azione Cattolica, c’est-à-dire les moins sensibles à l’influence du fascisme : cf. M. Marchi, « Una democrazia da costruire. Tra fascismo, resistenza e ricostruzione (1920-1963) », M. Carrattieri, M. Marchi. P. Trionfini, Ermanno Gorrieri (1920-2004). Un cattolico sociale nelle trasformazioni del Novecento, Bologne, Il Mulino, 2009, p. 145-208.

36 Durant la guerre d’Espagne, le leader communiste Palmiro Togliatti avait déjà indiqué l’importance de redécouvrir le mythe du Risorgimento, et en particulier celui de Garibaldi, pour obtenir le consensus populaire : cf. A. Agosti, Togliatti, Turin, Utet, 1996, p. 230 ; 263.

37 P. Pombeni, Demagogia e tirannide. Uno studio sulla forma partito del fascismo, Bologne, Il Mulino, 1984 ; S. Lupo, Il Fascismo, Rome, Donzelli, 2000.

38 S. Cavazza, Piccole patrie., Bologne, Il Mulino, 2003.

39 Sur la crise de la dernière phase du fascisme, P. Pombeni, La ragione e la passione, op. cit., chap. IX, et la littérature qui y est citée.

40 P. Pombeni, « L’8 settembre e le aporie della storia. Fra crisi di regime, nodi che vengono al pettine e debolezze umane », A. Melloni, R. d’Émilie (dir.), Ottosettembre 1943. Le storie e le storiografie, Diabasis, 2005, p. 293-314, mais tous les essais contenus dans cet ouvrage sont importants pour comprendre ce nœud historique.

41 C. Pavone, Una guerra civile. Saggio storico sulla moralità della resistenza, Turin, Bollati Boringhieri, 1991 ; S. Peli, La resistenza in Italie, Turin, Einaudi, 2004. Pour un témoignage typique de cette approche, voir comment entra dans la résistance celui qui allait devenir le premier président du « Comitato di Liberazione Nazionale Alta Italia », à savoir le banquier milanais Alfredo Pizzono : A. Pizzoni, Alla guida del CLNAI, Bologne, Il Mulino, 1995 ; T. Piffer, Il banchiere della resistenza, Milan, Mondadori, 2005.

42 P. Pombeni, « De Gasperi Costituente », Quaderni Degasperiani per la storia dell’Italia contemporanea, 1 (2009), p. 55-123.

43 P. Pombeni, « Cultura politica e legittimazione della costituzione », M. Fioravanti et S. Guerrieri (dir.), La Costituzione Italiana, Rome, Carocci 1999, p. 139-189 ; P. Pombeni, « The Roots of the Italian Political Crisis : A View from History, 1918, 1945, 1989… and After », C. Levy and M. Roseman (ed.), Three Postwar Eras in Comparison. Western Europe 1918-1945-1989, Londres, Palgrave, 2002, p. 276-296 ; « I nodi della stabilizzazione politica in Italia e in Germania 1945-1958 », G. E. Rusconi et H. Woller, (dir.), Italia e Germania 1945-2000. La costruzione dell’Europa, Bologne, Il Mulino, 2005, p. 233-258.

44 P. Pombeni, « Individuo/Persona nella costituzione italiana. Il contributo del dossettismo », Parole Chiave, 1996, no 10/11, p. 197-218 ; P. Pombeni, « Antiliberalism and the liberal legacy in postwar European constitutionalism : considerations on some case studies », European Journal of Political Theory, 7, 2008, p. 31-44.

45 P. Pombeni, La ragione e la passione, op. cit., chap. X.

46 Piero Craveri a insisté plusieurs fois sur cet aspect dans ses études ; voir La repubblica dal 958 al 1992, Turin, Utet, 1995 ; La democrazia incompiuta. Figure del 900 italiano, Venise, Marsilio, 2002.

47 P. Pombeni, Autorità sociale e potere politico nell’Italia contemporanea, Venise, Marsilio, 1993 ; P. Pombeni, « La legittimazione del benessere : nuovi parametri di legittimazione in Europa dopo la Seconda Guerra Mondiale », P. Pombeni, (dir.), Crisi, legittimazione, consenso, Bologne, Il Mulino, 2003, p. 357-417.

48 Sur ce thème, les études de Giulia Guazzaloca (dir.) sont intéressantes : Governare la televisione ? Politica e Tv in Europe negli anni Cinquanta-Sessanta, Reggio d’Émilie, Diabasis, 2007, pour finir avec la vaste monographie sur le gouvernement du système télévisuel en Italie de 1954 à 1972 en cours d’impression.

49 Voir le débat sur la fameuse « partitocratie » : M. Griffo, « Sull’origine del termine “partitocrazia” », L’Acropoli, 2007, no 4, p. 396-409 ; E. Capozzi, Partitocrazia. Il « regime » italiano e i suoi critici, Naples, Guida, 2009.

50 De la cinématographie à la production télévisuelle, il s’est produit un curieux phénomène de relance de cette propension à l’autodénigrement si typique de notre culture, un autodénigrement où l’accent mis sur une prétendue lâcheté morale, y compris dans la sphère politique et dans les vertus civiques, occupe une place rien moins que marginale. Voir récemment S. Patriarca, Italian Vices. Nation abd character from the Risorgimento to the Republic, Cambridge, Cambridge University Press, 2010 (rapidement traduit en italien, ce qui est un autre indicateur de ce qui se disait : Rome-Bari, Laterza, 2010).

51 P. Ignazi, I partiti politici in Italia, Bologne, Il Mulino, 2008.

52 L. Guerzoni (dir.), Quando i cattolici non erano moderati. Figure e percorsi del cattolicesimo democratico in Italia, Bologne, Il Mulino, 2009 ; « M. Carrattieri, Una democrazia in crisi di trasformazione. Tra ricerca sociale e nuovi percorsi politici (1981-2004) », E. Gorrieri (1920-2004), op. cit., p. 507-830.

53 M. Donovan, « The Italian State : no longer Christian, no longer Catholic », West European Politics, 23 (2003), p. 55-116 ; M. Imapgliazzo (ed.), La nazione cattolica. Chiesa e società in Italia dal 1958 ad oggi, Milan, Guerini, 2004.

54 F. Barbagallo, Enrico Berlinguer, Roma, Carocci, 2006 ; S. Pons, Berlinguer e la fine del comunismo, Turin, Einaudi, 2006 ; G. Napolitano, Dal PCI al socialismo europeo. Un’autobiografia politica, Rome-Bari, Laterza, 2005.

55 L. Covatta, Menscevichi, Venise, Marsilio, 2005.

56 G. De Luna (dir.), Figli di un benessere minore. La Lega 1979-1993, Florence, La Nuova Italia, 1994. I. Diamanti, Il male del Nord. Lega, localismo, secessione, Rome, Donzelli 1996 ; G. Passalacqua, Il vento della Padania. Storia della Lega Nord 1984-2009, Milan, Mondadori, 2009.

57 Pour reprendre la conception et la définition proposées par Pierre Rosanvallon pour cette approche historiographique : Pour une histoire conceptuelle du politique, Paris, Le Seuil, 2003.

Auteur

Professeur de Science Politique, université de Bologne.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search