Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Geoffroy de Montalembert (1898-1993)

 | 
David Bellamy

Conclusion générale

Texte intégral

1Par sa naissance, Geoffroy de Montalembert hérita d’une identité aristocratique que son éducation familiale vint approfondir. Ses racines faisaient de lui un individu à part, comme petit à petit il le découvrit en comparant son mode de vie à celui de ses contemporains. Cette altérité lui imposait un certain nombre de devoirs vis-à-vis de lui-même et de la société. Toute sa formation, qu’elle lui fut donnée par l’exemple, les récits, les lectures ou l’observation, visa à lui inculquer ces deux vérités centrales de la culture aristocratique. Comme ses ancêtres lointains et proches s’étaient illustrés dans le service du roi et du pays, il devait, à son tour, prendre sa place dans le groupe de l’élite qui commande et agit. Étaient ainsi posées les bases de son engagement dans l’activité publique. Son origine aristocratique le plaçait naturellement dans l’activité politique, conçue comme le service du pays et des populations. D’où son refus, ou plus justement son incapacité, d’envisager une autre destination à son action personnelle et l’impossibilité dans laquelle il se trouvait d’envisager le terme de sa carrière politique. Ces charges politiques étant induites par son identité, il ne pouvait s’en défaire.

2Si son autorité lui paraît évidemment légitime en raison de son origine aristocratique, il sait néanmoins que, dans le système démocratique, il a besoin d’une autre légitimation : celle du suffrage universel. C’est par leur bulletin de vote que les électeurs donnent la légitimité. C’est dans cette acceptation de la pratique électorale que se trouve sans doute la plus forte différence entre Geoffroy de Montalembert et son père. L’attitude de ce dernier traduit encore une certaine répulsion à agir en vue de capter les votes nécessaires à son élection et donc à imiter les candidats qui, non dotés d’une légitimité naturelle, doivent se résoudre à cette démarche. Le maire d’Ermenouville et parlementaire de la Seine-Maritime n’hésite pas à descendre dans l’arène du combat électoral.

3L’interrogation initiale de ce travail était celle des caractères et des modalités du réinvestissement de l’éthique aristocratique dans le système démocratique contemporain. Il ne fait pas de doute que Montalembert sut remplir un des objectifs essentiels de l’aristocratie qui est de maintenir l’autorité sociale reçue. Sa carrière et sa longévité en sont les signes en même temps qu’ils sont les fruits d’une adaptation aux nouvelles exigences de l’action publique. Il ne se contenta pas de gérer une influence héritée. Il bénéficia du renom de son père et de son implantation foncière, mais dut se faire connaître, bâtir sa notoriété et créer ses réseaux personnels. Cette longévité ne fut pas une évidence. En plusieurs occasions, elle fut mise en péril. Dès le départ, avec sa difficile élection et sa validation incertaine, ensuite avec la rupture occasionnée par la guerre, la déception rapide produite par le PRL, puis les mécomptes du gaullisme de la IVe République après 1951. Sous le régime suivant, la fronde puis l’hostilité du Sénat envers le général de Gaulle et ses partisans, l’affaire du référendum de 1969 eussent pu entraver la poursuite de la carrière de notre sénateur gaulliste. À ces dangers politiques vint se substituer dans les années 1970 la conjugaison de la montée de la gauche et de l’avancée en âge d’un parlementaire représentant un modèle social pouvant sembler archaïque et dont certains, au sein même de son camp, voulaient se débarrasser. Et pourtant, Geoffroy de Montalembert se maintint. Conjoncturellement, il sut s’adapter pour dépasser ces difficultés. D’abord dans les années 1930 en quittant le Nord pour s’attacher à la terre cauchoise, puis dans l’immédiat après-guerre en ne commettant pas l’erreur de s’opposer aux barons de la droite locale soucieux d’accéder aux assemblées de 1945 et 1946, ce qui lui permit d’obtenir finalement un siège au Conseil de la République. Sous la IVe République, en se rapprochant puis en adhérant au RPF lorsqu’il devint évident qu’aucune grande formation politique de droite ne pourrait parvenir à émerger rapidement, tout en gardant des liens privilégiés avec les indépendants qui furent bien utiles quand le mouvement gaulliste déclina. Après 1958, Montalembert sut se situer dans une position moyenne entre son gaullisme et son attachement au Sénat, dont il multiplia les signes. Enfin, en jouant la carte de l’union des droites au milieu des années 1970. Après cela, son titre de doyen et sa notoriété furent des sauf-conduits pour poursuivre sa carrière au-delà d’un âge avancé. Structurellement, il sut développer une influence et un pouvoir qui constituaient un socle des plus solides pour défendre sa position de notable incontournable de la droite normande. Cela fut décisif en plusieurs circonstances quand il s’agit de s’unir avec les indépendants puis les centristes.

  • 1 F. Roth (sd), les Modérés dans la vie politique française (1870-1965), Nancy, Presses universitair (...)
  • 2 R. Rémond, in F. Roth, ibidem, p. 513.

4C’est aussi sa modération qui rendit possible ces rapprochements, car Montalembert fut fondamentalement un modéré1. Ses persistants appels à l’union et son hostilité aux extrêmes en sont des signes tout comme son aversion pour la polémique et son goût pour les compromis. Il fut un modéré par son positionnement « à égale distance de l’attachement nostalgique à un passé irrévocablement révolu et des funestes illusions sur les effets bénéfiques d’un bouleversement révolutionnaire2 ». Montalembert croyait profondément au changement par la réforme, en tirant les leçons du passé et en sauvegardant toujours l’ordre. Il fut foncièrement légaliste, comme le montre son vote du 10 juillet 1940. Comme beaucoup de modérés, c’est sur des structures souples et informelles qu’il s’appuya plus que sur un appareil partisan, privilégiant l’extension de son influence à la recherche d’un véritable pouvoir. Enfin, il se situa toujours clairement à droite, illustrant ainsi le positionnement politique de la plupart des modérés. Certes, il utilisait peu le terme même, préférant se qualifier de « libéral », mais le sens était ici le même. Cette modération fut évidemment plus aisée au Sénat que dans la Chambre basse où la division droite/gauche est plus forte. Ce qui distingue Montalembert, c’est son ralliement et sa fidélité au gaullisme lorsque les modérés s’écartent du général de Gaulle : à l’époque de la Troisième Force, par exemple, ou encore lors du règlement de l’affaire algérienne et, évidemment, en 1969. Geoffroy de Montalembert fut ainsi un modéré à part, un modéré chez les gaullistes. Cette modération sembla parfaitement convenir à l’identité politique de cette partie de la Normandie dont il fut l’élu, marquée par le refus des positionnement extrémistes, un goût pour la conservation de l’ordre qui n’exclut pas la recherche du progrès et une fidélité envers les représentants choisis dès lors qu’ils expriment cette culture.

5Montalembert parvint ainsi à développer une véritable autorité en termes d’influences locales diverses et de poids politique. C’est ce mélange d’une autorité indéniable et d’une capacité à faire les bons choix tactiques pour renforcer celle-ci qui explique cette longue carrière. Lorsque la conjoncture lui était défavorable, c’est sa notabilité qui l’aidait à franchir l’épreuve. Et, en toutes circonstances, il veillait à utiliser tous les moyens de conforter cette notabilité, par le biais de ses multiples interventions.

  • 3 J. Revel, « L’histoire au ras du sol », préface in G. Levi, Le pouvoir au village. Histoire d’un e (...)

6Peu à peu, il fut à même de bénéficier ainsi d’une assise aussi solide qu’étendue. Il était parvenu à devenir « un homme indispensable », selon l’expression utilisée par Jacques Revel pour exprimer le pouvoir du podestat Giulio Cesare Chiesa : « Son capital est constitué par une sorte de crédit généralisé sur la communauté, fait de services rendus, de fidélité reconnue, de respect et de dépendance. Il est, à la lettre, immatériel3. » C’est ce caractère immatériel du pouvoir qui rend si difficile son évaluation en raison de l’impossibilité dans laquelle le chercheur se trouve de le mesurer selon une aune universelle. D’où la nécessité de s’approcher au plus près des modalités concrètes de son action. La notabilité, tout comme la longévité politique, s’apparente à une fausse évidence. L’une et l’autre sont fréquemment posées comme étant naturelles, mais il s’agit la plupart du temps de propos issus d’une reconstruction a posteriori.

  • 4 Ibidem., p. xii. Voir aussi du même auteur, Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Pari (...)

7On a voulu, ici, aller voir au plus près ce qu’il en était. S’approcher le plus possible de l’individu, telle est le programme de la micro-histoire. Pour ses initiateurs, Carlo Ginzburg, Carlo Poni, Edoardo Grendi et Giovanni Levi, il s’agissait d’opérer une féconde réduction d’échelle : « Le choix de l’individuel doit permettre de saisir, au fil d’un destin particulier – celui d’un homme, celui d’une communauté, celui d’une œuvre – l’écheveau complexe des relations, la multiplicité des espaces et des temps dans lesquels il s’inscrit4. » La validité de cette démarche dans l’étude du cas de Montalembert ne peut que nous entraîner à souhaiter que se développe une micro-histoire politique. D’abord, parce qu’elle invite à ne rien poser comme évident et à étudier les épisodes d’une carrière, les traits d’une identité politique et les modalités d’une action sans recourir à des explications systématiques, mais en s’attachant à l’individualité en question. Ensuite, parce que cette approche de l’individu pousse à refuser les déterminismes encore trop fréquemment admis concernant l’origine de l’action politique – la poursuite d’un intérêt personnel, la recherche d’un pouvoir pour le simple plaisir de son exercice, l’identité politique induite par l’appartenance à telle ou telle classe sociale etc. Le chercheur est alors disponible pour accorder l’attention nécessaire aux propos des intéressés, aux explications qu’eux-mêmes donnent de leur engagement. Trop souvent repoussées parce que suspectées de cacher la vérité derrière l’expression publique de bons sentiments, les paroles prononcées par les hommes politiques lorsqu’ils justifient leur activité doivent ainsi être réhabilitées – certes sans naïveté c’est-à-dire en conservant l’exigence de vérification qui sied à la méthode historique. En effet, le cas de Geoffroy de Montalembert montre que l’on serait passé à côté de la compréhension du personnage si l’on avait rejeté comme rhétorique l’expression de son désir de servir le pays et les populations. La mise en rapport de cette explication avec sa culture aristocratique a abouti à la reconnaissance d’une réelle cohérence de ses propos.

8Se pencher sur une individualité, ici une personnalité politique, permet de nuancer certaines évidences discutables. En l’espèce, celle concernant l’opposition entre les notables et de Gaulle. Il est admis que de Gaulle voulut gouverner la France en passant par-dessus le groupe des notables, voire en s’opposant à lui et en privilégiant le lien direct avec les Français. Or, Geoffroy de Montalembert prouve qu’il exista un groupe de notables gaullistes. Un groupe du reste fort divers. Un certain nombre de notables du gaullisme politique de la IVe et de la Ve République furent des anciens Français libres ou résistants. Certains embrassèrent la carrière politique dès la Libération, à Paris ou dans les régions, soit en rejoignant leur famille politique d’origine, soit en adhérant à une formation nouvelle comme le MRP, l’UDSR ou le PRL, soit en se présentant déjà sous l’étiquette gaulliste. D’autres ne s’engagèrent qu’avec le Rassemblement du Peuple Français, obtenant alors des mandats électoraux locaux et/ou nationaux. Il y a aussi ces notables qui s’inscrivirent au RPF mais sans être passés auparavant par les maquis ou Londres. Ils rejoignirent alors de Gaulle par anticommunisme, souci d’une action efficace dans une formation puissante ou recherche d’un moyen de faire oublier leur faible engagement dans la lutte contre l’ennemi. Si certains de ces notables le devinrent avec de Gaulle, d’autres détenaient déjà une position avant son arrivée sur la scène politique. La fidélité à de Gaulle fut ensuite, selon les cas, de durée courte, permanente ou intermittente. Un groupe lui garda son soutien en toutes circonstances : en 1947 dans le RPF, en 1958 avec la nouvelle République, au début des années 1960 dans le règlement de l’affaire algérienne, en 1962 avec l’élection du chef de l’État au suffrage universel, en 1965 pour sa réélection et enfin en 1969 lors du référendum sur le Sénat et les régions. Un autre groupe accompagna de Gaulle pendant un moment de son action politique. D’aucuns l’avaient rejoint en 1940 mais furent ensuite rétifs à l’expérience du RPF. D’autres, le suivirent en 1958 mais furent consternés par l’autodétermination algérienne. Les ruptures furent alors définitives ou temporaires. Certains notables gaullistes du temps de la guerre qui n’avaient pas suivi le RPF revinrent vers de Gaulle en 1958 avant de s’en éloigner à nouveau en 1962 ou en 1969. Il faut également signaler ces notables plus distanciés du Général qui s’en approchèrent pour profiter d’une étiquette gaulliste à l’occasion d’une échéance électorale, par exemple celles de 1958 ou de 1968.

  • 5 Sur ce point, voir ce que Pierre Lefranc dit de la véritable considération que de Gaulle apportait (...)

9Montalembert n’était pas un notable fait par de Gaulle. En cela, il prouve que de Gaulle ne rejeta pas les personnalités installées qui souhaitaient le rejoindre. Après la coupure de la guerre, ce n’est pas le gaullisme de la Libération qui redonne un mandat parlementaire à Montalembert mais la droite traditionnelle. Il a partagé, dès l’époque de l’occupation, l’élan patriotique incarné par de Gaulle mais le positionnement politique du Général jusqu’en janvier 1946 à la tête d’un gouvernement tripartite qui appliquait le programme du CNR gênait l’ancien député de la Fédération républicaine. C’est donc plus tard qu’il rejoint le gaullisme partisan en s’inscrivant au groupe RPF du Conseil de la République en 1948. La posture plus droitière donnée à de Gaulle par le Rassemblement et le contexte politique contemporain rassura Montalembert. Jusqu’à sa mort, il resta fidèle aux partis gaullistes successifs. Son attachement à l’homme en est l’explication ainsi que son puissant patriotisme. Montalembert fut un intense patriote, cet attachement au pays étant un des éléments les plus prégnants de sa culture aristocratique. C’est ce patriotisme qui fut la digue l’empêchant de rallier le régime de Vichy. Avec de Gaulle, comme il le répéta souvent, il ne fut pas toujours d’accord. L’origine non gaulliste de sa notabilité, sa forte assise électorale en pays de Caux, sur une terre de la droite modérée, lui permirent ces nuances. Il ne fut pas un ardent partisan de l’élection du président de la République au suffrage universel, regretta l’attitude de De Gaulle envers le Sénat et exprima ses plus vives réserves sur le projet de réformes de 1969. Même s’il se rallia finalement aux décisions de De Gaulle, il ne peut être classé dans le groupe des inconditionnels – preuve que tous les parlementaires gaullistes n’en furent pas. Sa fidélité à de Gaulle s’inscrivait en fait dans la fidélité à sa culture politique propre dont on a dit qu’elle était fortement marquée par son héritage dynastique. Les convictions de Montalembert existaient avant que de Gaulle n’exprime un programme politique. Quand assez de points ont correspondu, le maire d’Ermenouville a rallié de Gaulle. Quand elles ont différé, Montalembert a fait connaître sa position différente. L’attachement à l’homme était suffisamment fort pour que cette expression n’aille pas jusqu’à l’opposition publique. Geoffroy de Montalembert fut ainsi de ces notables que de Gaulle appréciait et dont il cherchait à s’entourer5. Ceux qu’il condamnait en effet étaient ceux qui agissaient exclusivement par intérêt personnel, qui craignaient les réformes parce qu’elles inquiétaient leur électorat. De Gaulle visait les notables qui, à ses yeux, n’envisageaient pas d’abord l’intérêt du pays. Quand Montalembert s’éloigna de De Gaulle, ce fut en raison de convictions, jamais par crainte d’une défaite électorale, ni pour soutenir les intérêts de sa caste aristocratique ou de sa famille. La grande réserve de 1969 trouve ainsi son origine dans la certitude de l’utilité d’une seconde Chambre dotée de réels pouvoirs. Ainsi, c’est à la reconnaissance de la grande diversité des élites politiques françaises et, en leur sein, des notables gaullistes que nous aboutissons.

10Parmi eux, Geoffroy de Montalembert, héritier des chevaliers médiévaux, des officiers de l’armée royale et des parlementaires de la France du dix-neuvième siècle sut incarner la permanence d’une tradition, en l’adaptant assez pour assurer sa survie. Il fut en cela le symbole de l’intégration de la vieille aristocratie à la nouvelle classe dirigeante.

Notes

1 F. Roth (sd), les Modérés dans la vie politique française (1870-1965), Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2000.

2 R. Rémond, in F. Roth, ibidem, p. 513.

3 J. Revel, « L’histoire au ras du sol », préface in G. Levi, Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont au xviie siècle, Paris, Gallimard, 1989, p. xxix.

4 Ibidem., p. xii. Voir aussi du même auteur, Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Hautes Études, Gallimard et Le Seuil, 1996.

5 Sur ce point, voir ce que Pierre Lefranc dit de la véritable considération que de Gaulle apportait aux notables in P. Lefranc, avec de Gaulle. Vingt-cinq ans avec le général de Gaulle, Paris, Presses-Pocket, 1979, p. 91.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540