Version classiqueVersion mobile

La métamorphose du prince

 | 
Catherine Colliot-Thélène
, 
Philippe Portier

Deuxième partie. La dérive oligarchique de la démocratie

6. Le leadership charismatique

Wilfried Nippel

Texte intégral

1Le concept de charisme est devenu de nos jours un concept utilisé à tort et à travers. Avoir du charisme ou en manquer, voilà qui est diagnostiqué à tout bout de champ, à propos d’hommes politiques, de sportifs, d’acteurs, de professeurs, de managers, etc. On entend par là un certain magnétisme personnel (en particulier à la télévision) et certaines qualités de leadership. Bien que le langage courant s’attache aux qualités des individus en matière de politique, un tel usage sémantique semble être le reflet d’une véritable perte de cohésion, par rapport à autrefois, des grands partis politiques, des syndicats et des églises.

  • 1 WuG [cf. infra la liste des abréviations bibliographiques], p. 140-148 et p. 654-687. La manière do (...)
  • 2 WL, p. 475-488 (publiée de manière posthume en 1922).

2Qu’il faille comprendre le leadership charismatique comme un type particulier de relations sociales, dans des circonstances extraordinaires, voilà qui constitue le cœur du débat engagé jadis par Max Weber. Il y a cependant cette difficulté supplémentaire que nous ne disposons d’aucune position définitive de Weber sur le sujet, mais seulement de textes épars, pour partie incomplets et datables uniquement de façon indirecte. Qui plus est, ces textes furent intégrés à Économie et société seulement tardivement, au titre d’une « typologie » et d’une « sociologie de la domination1 », soit donc : un essai fragmentaire sur les « trois types purs de la domination2 », certains passages des études réunies dans Sociologie des religions, des formulations disséminées dans ses écrits politiques, de 1914 à sa mort en 1920, ainsi que son discours improvisé de janvier 1919 intitulé « La profession et la vocation du politique » (Politik als Beruf – un texte qui peut être perçu comme un mélange d’érudition savante et d’intervention politique). En dépit de toutes ces difficultés philologiques, il est bien certain que les réflexions wébériennes, en matière de leadership charismatique, mettent l’accent sur le fait que ces phénomènes entremêlent toujours des éléments religieux et des éléments politiques.

  • 3 WuG, p. 140 (traduction française : Économie et société, Paris, Plon, 1971, vol. 1, p. 249, réimpre (...)
  • 4 WL, p. 483.

3Je citerai ici un passage bien connu dans lequel Weber définit le « charisme » comme cette « qualité extraordinaire (à l’origine déterminée de façon magique tant chez les prophètes et les sages, thérapeutes et juristes, que chez les chefs des peuples chasseurs et les héros guerriers) d’un personnage, qui est, pour ainsi dire, doué de forces ou de caractères surnaturels ou surhumains ou tout au moins en dehors de la vie quotidienne, inaccessibles au commun des mortels ; ou encore qui est considéré comme envoyé par Dieu ou comme un exemple, et en conséquence considéré comme un “chef” [Führer]. Bien entendu, conceptuellement, il est tout à fait indifférent de savoir comment la qualité en question devrait être jugée correctement sur le plan “objectif”, d’un point de vue éthique, esthétique ou autre ; ce qui importe seulement, c’est de savoir comment la considèrent effectivement ceux qui sont dominés charismatiquement, les adeptes [Anhänger]3 ». Et pour ajouter Weber dans un autre contexte : « Du point de vue sociologique, le talent démagogique manifesté par Cléon ressortit tout autant à la catégorie de “charisme” que les qualités démontrées par Napoléon, Jésus-Christ ou Périclès », dans la mesure où c’est la foi de leurs adeptes qui demeure décisive4.

  • 5 MWG I/19, p. 120 sq.
  • 6 WuG, p. 140 et 654. L’intérêt dont témoigne Weber pour les Mormons a probablement été suscité par l (...)
  • 7 Cf. entre autres publications : W. Nippel, « Charisma und Herrschaft », Virtuosen der Macht. Herrs (...)

4Dans ce contexte ou d’autres, Weber mentionne des divers exemples de leaders charismatiques : le magicien, le prophète, le héros militaire, le grand démagogue, le dirigeant de type césarien, le chef de parti politique5 ; les juges et les prophètes de l’Ancien Testament, Jésus-Christ, Périclès, Napoléon et même des figures à ses yeux douteuses comme le fondateur du mouvement mormon (Joseph Smith) ou encore Kurt Eisner, Premier ministre de gauche en Bavière de novembre 1918 à février 1919, tous étant saisis sous la catégorie axiologiquement neutre de « charisme6 ». Les formulations employées par Weber renvoient à deux sources différentes de sa théorie : d’un côté, au débat érudit de l’époque sur le Nouveau Testament ; de l’autre, au débat sur le césarisme qui était apparu depuis le milieu du XIXe siècle7.

  • 8 WuG, p. 124, 655; WL, p. 482 sq.

5Weber n’a d’ailleurs pas manqué de dire à l’occasion sa dette à l’égard de Rudolph Sohm8. Si l’ouvrage de Sohm sur le Droit ecclésiastique (Kirchenrecht) avait été publié en 1892, il n’en continua pas moins de nourrir une controverse permanente sur le sujet durant les deux décennies qui suivirent. La thèse principale défendue dans le livre s’inscrivait en faux contre son propre titre. Sohm y affirmait que la chrétienté primitive, à tout le moins au cours du premier siècle après Jésus-Christ, n’était en fait dotée d’aucun droit ecclésiastique ; l’Église aurait ainsi été une organisation de type charismatique, et non juridique. Ainsi Sohm rejetait-il ces théories alors répandues qui voyaient dans l’Église primitive une organisation fondée sur des communautés locales (comparables aux associations de culte payen) qui exerçaient une sorte d’auto-gouvernement démocratique et ne reconnaissaient aucune autorité, hormis les responsables élus à des postes administratifs. Sohm rejetait tout parallèle avec les structures séculières. Nulle association de communautés chrétiennes locales n’existait à son sens, mais seulement une seule et unique Église, et cette Église était dirigée par ceux qui avaient été dotés par Dieu de dons spirituels, de charismata. Ces hommes-là dirigeaient depuis lors le reste des Chrétiens, et ces derniers les reconnaissaient comme étant porteurs de charismata leur venant directement de Dieu. On leur obéissait donc sur une base volontaire, et non en vertu de quelque règle juridique que ce soit. Afin d’étayer sa thèse, Sohm se référait aux digressions sur les dons spirituels faites par Saint Paul dans ses Épîtres aux Corinthiens et aux Romains. Saint Paul y évoquait toute une série de charismata (prêcher et enseigner, être polyglotte, guérir, exorciser, administrer), et il affirmait que ces dons étaient distribués à travers l’ensemble des membres de la communauté chrétienne. Parmi ces attributs, Sohm distinguait cependant, quant à lui, la faculté charismatique d’enseigner et de prêcher, et il faisait l’hypothèse que le leadership était de fait revenu à ceux qui étaient effectivement dotés de ces dons singuliers.

  • 9 Ibid., p. 655.
  • 10 Ibid., p. 141.

6Weber reconnaît à Sohm le mérite d’avoir mis en évidence la spécificité de ce type d’autorité charismatique, mais il insiste en même temps sur le fait qu’il ne convient pas de considérer ce phénomène comme spécifiquement religieux mais bien comme relevant d’une catégorie universellement applicable9. Weber se range en particulier à l’avis insistant de Sohm quant au caractère non juridique du rapport existant entre les leaders et leurs partisans. Évidemment, ce sont uniquement ceux qui sont soumis à l’autorité d’un leader qui en reconnaissent tout le charisme, mais à partir de là ils considèrent qu’il est de leur devoir de se conformer au leadership qui est le sien. « Il n’existe aucun organe administratif établi. […] Il n’existe aucun système de règles formelles, de principes juridiques abstraits, et en conséquence aucun processus de décision judiciaire rationnel principiellement réglé10. »

  • 11 A. Harnack, « Analecten », E. Hatch (ed.), Die Gesellschaftsverfassung der christlichen Kirchen im (...)
  • 12 Cf. M. Riesebrodt, « Charisma in Max Weber’s Sociology of Religion », Religion, no 29, 1999, p. 1- (...)

7Souligner ce que Weber doit à Sohm, ce n’est pas nier le fait qu’il ait pu être influencé par d’autres auteurs contemporains, par Adolf Harnack par exemple, lequel a décrit la double structuration, en quelque sorte, de l’Église primitive : avec – au niveau de l’ensemble de l’Église – des leaders charismatiques et des responsables élus au niveau des congrégations locales11. Vient s’ajouter à cela le fait que Weber est également influencé par les débats qui animent alors la sociologie des religions12.

8Ce qui demeure décisif est, d’un côté, le rôle majeur joué à l’époque par le débat sur la chrétienté primitive et, de l’autre, le fait que Weber transforme les catégories en présence en un nouvel idéaltype de la domination (domination charismatique), en sus des types adjacents de la domination légale et de la domination traditionnelle.

  • 13 WuG, p. 654.
  • 14 Cette expression, qui n’est pas originellement celle de Weber, a été adéquatement forgée par M. Ra (...)
  • 15 WuG, p. 141 et 657.
  • 16 Ibid., p. 141.

9Pour Weber, une constellation de ce genre émerge en temps d’urgences multiples (psychique, économique, éthique, religieuse et politique), qui créent les conditions d’un appel au sauveur13. L’apparition d’une personnalité qui croit en sa propre mission transforme alors une constellation charismatique latente en quelque chose de manifeste14. L’autorité de type charismatique est nécessairement fragile. Son détenteur ne peut s’en revêtir et la conserver qu’en apportant concrètement la preuve de son charisme ; dans le cas contraire, elle lui file immanquablement entre les doigts. La base de son positionnement consiste à désavouer ostensiblement toutes les règles et normes traditionnelles, une attitude symbolisée par le Christ lorsqu’il dit : « C’est ce qui est écrit, mais moi je vous dis que15. » Il ne s’appuie pas en cela sur une organisation clairement hiérarchisée, au sens usuel du terme, mais sur une équipe rapprochée, loyale vis-à-vis de sa personne et composée de disciples ; les besoins matériels de ces partisans ne sont pas satisfaits sous forme de rétributions ou de rôles bien définis mais moyennant des récompenses discrétionnairement octroyées par le leader en question16.

  • 17 Ibid., p. 142.
  • 18 Ibid., p. 143.

10Le charisme est ainsi « la grande force révolutionnaire » durant les « époques traditionalistes17 ». Mais « selon sa forme pure l’autorité charismatique n’existe que « statu nascendi18 ». Pour être stable, la relation existant entre le leader et ses disciples nécessite qu’on lui adjoigne des marques soient traditionnelles, soient rationnelles (ou bien encore les deux) de l’autorité. C’est la raison pour laquelle les passages consacrés par Weber au thème de la « routinisation (Veralltäglichung) du charisme » sont bien plus détaillés que ceux qui traitent des formes pures de l’autorité charismatique. Cette propension à la routinisation viendra par exemple de l’intérêt bien compris développé par la garde rapprochée du leader pour des postes à revenus stables et garantis, ce qui implique nécessairement une forme économique davantage rationalisée.

11Cette constellation de départ sera nécessairement modifiée lorsqu’il s’agira de succéder au fondateur d’une communauté charismatique, dans la mesure où la légitimité du successeur ne dépendra plus de la croyance en ses qualités charismatiques mais de la méthode qui aura conduit à sa intronisation, qu’il s’agisse d’un oracle religieux, d’une désignation directe par son prédécesseur ou encore d’une élection par la communauté. Et le fait qu’il soit alors fait abstraction des qualités supposées de la personne demeure vrai même là où le charisme semble relever d’une dynastie ou d’une charge particulière, d’une charge ecclésiastique notamment.

  • 19 Ibid., p. 143 et 663.
  • 20 Ibid., p. 142.

12Dans les passages qu’on classe d’ordinaire dans sa « Sociologie de la domination », Weber a inséré de brèves références à des communautés religieuses et politiques, de toutes les époques et de toutes les cultures. En complément des cas déjà indiqués plus haut, on retiendra par exemple ses remarques à propos des Tibétains (i. e. leur manière de « trouver » un nouveau Dalaï-lama19) ou même son évocation du cercle de Stefan George (qui était un cas singulier dans la mesure où ses disciples, qui étaient d’origine aisée, n’avaient besoin d’aucune récompense matérielle20).

  • 21 WL, p. 483.

13Pour ce qui est du monde occidental, toutefois, Weber s’intéresse à deux types différents de démagogues : « le produit de la cité-État occidentale21 » d’un côté et ce qu’on appelle le dirigeant de type césarien de l’autre. Il est avéré que Weber ne mentionne qu’à trois ou quatre reprises la question du césarisme dans les fragments consacrés à la « sociologie de la domination ». Et cela se trouve dans des passages, qui ont probablement été rédigés autour de 1913. En un point significatif du texte, il associe ainsi démagogie et césarisme :

  • 22 WuG, p. 665.

« Le système démocratique dit du leadership plébiscitaire – la théorie officielle du césarisme français – présente pour l’essentiel des traits charismatiques […]. Le plébiscite n’est pas une “élection”, mais la reconnaissance (inaugurale ou réitérée) du fait qu’un prétendant est personnellement qualifié en tant que leader charismatique […]. La démocratie de Périclès […] équivalait à la domination du demagogos via les moyens du charisme, par l’esprit et par la langue22… »

  • 23 Cf. P. Baehr, Caesar and the Fading of the Roman World, op. cit., p. 244 sq.
  • 24 A. Romieu, L’Ère des Césars, Paris, Ledoyen, 1850 ; Id., Le Spectre rouge de 1852, Paris, Ledoyen, (...)

14Il se peut que Weber ait eu quelque réticence à utiliser plus avant la catégorie de césarisme dans la mesure où elle fut inventée, au milieu du XIXe siècle, dans un contexte tout à fait spécifique et demeurait, même pour cette raison, difficilement transformable en une catégorie générale d’analyse23. Le terme était en effet devenu populaire à la suite de deux pamphlets d’Auguste Romieu publiés en 1850 et 1852 (Romieu ayant par là contribué à légitimer le coup d’État de Napoléon III24). C’est ce qu’on appelait alors également bonapartisme et que toute la presse politique européenne reprenait à son compte, en un sens positif ou bien polémique, en mettant l’accent soit sur la légitimité démocratique (eu égard en particulier au suffrage universel masculin), soit sur les aspects dictatoriaux d’un système fondé sur le pouvoir militaire, légitimé seulement après coup par un plébiscite.

  • 25 MWG I/15 ; voir l’index à l’entrée « Cäsarismus ».
  • 26 Ibid., I/15, p. 546.
  • 27 WuG, p. 156.
  • 28 Ibid., p. 669; WL, p. 488.
  • 29 Ibid., p. 669; MWG I/17, p. 208 sq. D’un point de vue historique, la référence faite par Weber à Gl (...)
  • 30 WuG, p. 668 sq.
  • 31 MWG I/15, p. 394.
  • 32 WuG, p. 554 sq.; MWG I/15, p. 540; MWG I/17, p. 213 sq.

15Weber n’a par contre aucune réticence à employer le terme de césarisme dans ses textes politiques, par lesquels il tente d’influer sur le cours de la politique allemande25. Néanmoins, ces formulations sur le césarisme s’accordent bien avec la teneur de ses écrits « savants » sur la « démocratie plébiscitaire » ou la « démocratie des chefs » (plebiszitäre Führerdemokratie), là où il discute le problème de la « transformation du charisme ». La ressemblance des deux contextes se dégage par ailleurs de l’idée wébérienne suivant laquelle introniser un successeur demeurerait la croix de tout régime césarien26. C’est cela qui nous autorise dans l’interprétation, me semble-t-il, à solliciter ces deux différents types de textes. Il y a ainsi domination plébiscitaire ou démocratie plébiscitaire – il ne semble pas que Weber fasse une différence nette entre les deux expressions – lorsqu’un dirigeant se considère, et se trouve en cela accepté par les gouvernés, comme l’homme en qui les masses mettent toute leur confiance27. Ceci s’applique, pour Weber, non seulement aux systèmes fondés sur le plébiscite au sens propre du terme, mais également aux systèmes électifs dès lors qu’un chef de parti politique – ayant sollicité avec succès les suffrages populaires – s’avère capable d’accéder à une position qui le rend indépendant de sa propre organisation partisane, et d’un certain point de vue indépendant aussi des aspirations réelles de ses électeurs28. Weber se réfère ici entre autres au Premier ministre britannique Gladstone29, au président des États-Unis Theodore Roosevelt30, mais également à certains des maires des grandes agglomérations américaines. N’importe quelle élection directe à la tête d’un État ou d’une grande agglomération urbaine relèverait ainsi du « césarisme en un sens élargi du terme31 », en particulier lorsque le « César » en question (à l’instar des cas d’espèce américains) recrute son équipe administrative de façon parfaitement discrétionnaire32.

  • 33 MWG I/15, p. 547.
  • 34 Ibid., I/15, p. 540.

16Les différences existant entre dirigeants militaires et leaders charismatiques, dans les démocraties de type ancien ou moderne, sont de la sorte effacées. Même dans les cas où le leader charismatique est légitimé par des élections libres, Weber diagnostique toujours un phénomène aigu de domination ; ce ne sont pas les masses qui créent le leader, c’est le leader qui conquiert les masses par des moyens démagogiques33. Weber a la conviction que – même au sein des démocraties – les grandes décisions ne peuvent être prises que par des individus et que le succès des démocraties de masse a toujours dépendu, depuis Périclès, des concessions faites au principe césarien inhérent à la sélection des leaders politiques34. Dans un système parlementaire notamment, la composante césarienne demeure indispensable si l’on veut garantir la responsabilité des dirigeants devant l’opinion publique. Un système parlementaire permet également de se débarrasser d’un leader politique par des moyens pacifiques, aussitôt que les masses ont perdu confiance en lui.

  • 35 Ibid., I/16, p. 220-224.

17La préférence affichée par Weber pour le système parlementaire est d’ordre purement pragmatique. Il considère que c’est là le meilleur moyen de sélectionner et de contrôler les élites politiques dont on a besoin. Et il voit par ailleurs dans un chef de l’État fort – qui, étant élu par le peuple, agirait avec la confiance des masses – le moyen nécessaire de faire contrepoids au parlementarisme (à l’instar du président du Reich selon les termes de la constitution de la République de Weimar35). Ces deux séries d’éléments ont pour vocation d’éviter que la vie politique ne se bureaucratise, ce qui est véritablement alors la hantise de Weber.

  • 36 W. J. Mommsen, Max Weber und die deutsche Politik (1890-1920), 2e éd., Tübingen, Mohr, 1974 (tradu (...)
  • 37 Cf. H. Bruhns, « Max Weber et le politique: retour sur l’œuvre de Wolfgang J. Mommsen », H. Bruhns(...)
  • 38 W. J. Mommsen, « Zum Begriffder “plebiszitären Führerdemokratie” » [1963], Id., Max Weber. Gesells (...)
  • 39 WuG, p. 157.
  • 40 MWG I/17, p. 224; WL, p. 488; WuG, p. 156.

18Dans sa thèse de doctorat intitulée Max Weber et la politique allemande (publiée en 1959 pour la première édition), Wolfgang J. Mommsen a suggéré que Weber avait ouvert la voie à l’idéologie nazie du Führer, à tout le moins en un certain sens36. Il a alors suscité un certain nombre de réactions irritées, en particulier chez ceux qui pensaient que Weber devait être utilisé comme un symbole de la « rééducation » allemande37. Mommsen a eu certainement raison d’insister sur la présence d’éléments autoritaires dans la pensée politique de Weber ainsi que sur le positionnement ambivalent qui était le sien vis-à-vis du parlementarisme. Ceci étant, il a aussi exagéré certains aspects. Il s’est référé à plusieurs reprises aux mots de Weber sur la démocratie plébiscitaire des chefs (plebiszitäre Führerdemokratie) et en a ainsi fait un idéaltype wébérien supposément représentatif de la position ultime, et la plus radicale, de Weber quant à la relation existant entre la démocratie, le parlementarisme et le leadership charismatique38. Mommsen s’est en cela fourvoyé : dans toute la production de Weber, le syntagme de « plebiszitäre Führerdemokratie » n’est utilisé qu’une seule fois – dans un passage d’Économie et société, écrit à l’évidence après 191839. Quant au terme de « Führer-Demokratie », que Weber mentionne dans trois contextes différents au cours des dernières années de sa vie, il fait référence à l’idée que la politique ne doit pas être entièrement confiée à ceux qui en vivent, mais a besoin de personnalités préparées à agir sans devoir à chaque fois se conformer à la volonté expresse ou supposée des électeurs40.

19Quoi que l’on pense des convictions politiques de Weber, il reste que sa catégorisation du leadership politique peut servir à analyser des phénomènes historiques complexes, à différentes époques et pour différentes cultures.

20On pourra par exemple analyser par ce biais :

  • les qualités personnelles d’un leader politique, qui – aux yeux de ses partisans – apparaît comme étant revêtu d’une aura extraordinaire ou même surhumaine ;
  • les traits distinctifs de ces situations de crise qui suscitent un besoin de leader charismatique en forme de sauveur ;
  • les circonstances concrètes au cours desquelles ses qualités charismatiques ont pu être démontrées ou bien démenties ;
  • l’exercice d’un commandement personnel en relation ou en concurrence avec des règles légales et des charges publiques officiellement existantes ;
  • les modes de communication existant entre le gouvernant et les gouvernés, ainsi que les manières potentiellement différentes de s’adresser, pour le leader, à ses partisans (via des messages plus encodés) ou au reste de l’opinion publique ;
  • la structure de l’affiliation partisane ainsi que la nature des récompenses matérielles escomptées et/ou octroyées ;
  • la question de la « routinisation » (Veralltäglichung) du charisme, avec notamment le problème de la désignation d’un successeur et de l’intégration de disciples personnels aux structures administratives existantes ;
  • la manière dont on réagit à l’annonce du décès d’un leader charismatique, l’apparition potentielle d’un culte posthume et la possibilité qui est alors donnée aux successeurs de capter à leur avantage le charisme du père fondateur.

21Weber n’a eu de cesse de souligner qu’il ne saurait être question de trouver dans la réalité empirique les idéaltypes sous leur forme pure. Aussi est-ce un truisme que d’affirmer qu’appliquer sa catégorie de domination charismatique à des exemples historiques portera au jour, presque immanquablement, des combinaisons variables d’éléments traditionnels et d’éléments légaux.

22Il convient en tout cas de différencier – et de manière plus claire que Weber avait lui-même l’habitude de le faire – entre les leaders charismatiques qui agissent dans le cadre d’un ordre constitutionnel incontesté et ceux qui se saisissent du pouvoir, et l’exercent ensuite, par des moyens (au moins partiellement) inconstitutionnels. Je vais m’efforcer d’expliciter ce point à l’aide de quelques exemples.

  • 41 MWG I/6, p. 640 ; WuG, p. 665 et 668 ; WL, p. 488 ; MWG I/22-5, p. 219 ; GARS III, p. 284 ; MWG I/1 (...)
  • 42 Bien que Weber ne pense pas qu’il soit applicable à Athènes, le type de « l’administration de grou (...)
  • 43 WuG, p. 665.

23Le premier est tiré de mon champ de compétence, l’histoire ancienne, et concerne le rôle joué par Périclès au sein de la démocratie athénienne. Je peux du reste me référer dans ce cas aux remarques éparses formulées par Weber lui-même41. Ce dernier souligne à juste titre que le terme de demagogos n’était pas à l’époque nécessairement péjoratif, mais qu’il désignait une manière indispensable de se positionner sur l’échiquier politique athénien, depuis le milieu du Ve siècle avant Jésus-Christ. Le fait d’avoir mis l’assemblée du peuple en position souveraine impliquait : 1) de priver l’aréopage de sa fonction de cours de cassation ; 2) d’attribuer par tirage au sort des charges publiques à des centaines de personnes, tout en limitant la durée de leur mandat à seulement un an ; 3) de réorganiser le Conseil de la Boulé en un comité de pilotage qui ne pouvait toutefois pas vraiment anticiper les décisions de l’assemblée42. Pour pouvoir fonctionner, un tel système requérait l’intervention d’un demagogos qui soit capable, d’une part, de formuler de grands objectifs politiques et, d’autre part, de garantir leur mise en œuvre effective, compte tenu de la confiance dont les masses l’avait investi. Il n’était pas nécessaire d’exercer une charge publique pour jouer un tel rôle ; il suffisait simplement d’être membre du collège des généraux ou strategoi (je ne m’appesantis pas ici sur le fait que Weber considère, en certains passages, que Périclès occupait alors un poste de plus haut rang au sein du conseil des généraux ; il suivait en cela l’état des connaissances de l’époque, et en particulier Eduard Meyer). Weber attribue le rôle dominant joué par Périclès à ses qualités rhétoriques exceptionnelles, à son « charisme de la langue43 ».

  • 44 Cf. P. Spahn, « Perikles – Charisma und Demokratie », W. Nippel (ed.), Virtuosen der Macht, op. ci (...)
  • 45 Le système politique bismarckien était souvent dénoncé par les contemporains comme césarisme ou co (...)

24Les sources antiques permettent parfaitement d’étayer cette thèse. Mais à les lire on est amené à souligner d’autres aspects que Weber ne mentionne pas. La position singulière de Périclès était également due au fait qu’il était considéré comme étant la seule personne à avoir pleinement connaissance de l’état des finances athéniennes eu égard aux nécessités militaires, alors qu’il demeurait en même temps quelqu’un d’incorruptible. Il prenait par ailleurs le plus grand soin à apparaître en public comme quelqu’un d’entièrement dévoué au bien commun ou, pour le dire en termes wébériens, comme ayant la vocation du politique. Et Périclès avait bien conscience du fait qu’il ne devait prendre la parole que lors des débats d’importance stratégique, et non au cours des réunions ordinaires. Nous avons là affaire à un leadership charismatique compatible avec la démocratie, un régime au sein duquel le demagogos se devait de gagner du temps sur la majorité réunie à l’assemblée alors même qu’il n’avait quasiment pas la possibilité de récompenser ses partisans au moyen de charges rétribuées ou d’autres types de revenus. Périclès a ainsi réussi à jouer le rôle d’exception qui fut le sien dans des circonstances qui ne sauraient être dépeintes sous la forme d’une crise grave créant les conditions d’un appel au sauveur. Il n’était nimbé d’aucun halo religieux ; c’étaient seulement ses adversaires qui le comparaient à Zeus, par quoi ils entendaient le discréditer comme un tyran. Au début de la Guerre du Péloponnèse, en plein climat de crise donc, lorsque Périclès persuade la population athénienne de se réfugier derrière les Longs Murs et de laisser Sparte dévaster le territoire athénien, son charisme ne suffit pas à faire oublier la frustration générale ; il est démis de ses fonctions de général par un vote de l’assemblée du peuple, avant qu’il ne soit un peu plus tard réélu44. Nous avons finalement là affaire à un exemple de leadership charismatique qui est dénué de toute dimension de domination. C’est mutatis mutandis le cas pour d’autres figures charismatiques se tenant dans les bornes fixées par tel ou tel système constitutionnel et ne cherchant pas à le modifier –, qu’il s’agisse d’un Premier ministre britannique, d’un président américain ou d’un chancelier allemand comme Bismarck, lequel fut simplement congédié, pour finir, par l’Empereur45.

  • 46 Les éléments charismatiques ont déjà été soulignés dans les études pionnières sur le système nazi (...)

25Beaucoup plus épineuse est en revanche la question de savoir si un système totalitaire comme le régime hitlérien peut-être analysé, de façon adéquate, au moyen des catégories empruntées à la théorie wébérienne. Je ne suis nullement expert en ce domaine, aussi ne pourrai-je évoquer ici que quelques aspects du problème46.

26Le fait qu’Hitler ait accédé à un rôle politique de premier plan durant les années 1920 s’explique assurément par les talents d’orateur dont il a fait montre au cours de meetings de masse. Ce succès lui a permis de prendre les rênes de son propre parti politique – qui pour cette raison fut bientôt appelé le mouvement d’Hitler (Hitlerbewegung) – et l’a mis en position de le diriger sans plus avoir à observer de règles formelles ni à consulter les différents organes ou congrès du parti. Il a pu ainsi s’appuyer sur un groupe restreint de fonctionnaires du parti, exclusivement dévoués à sa personne et économiquement dépendants des postes qu’Hitler voulait bien leur confier. Le succès politique rencontré par Hitler à partir des élections de 1930 fut ensuite le résultat, d’une part, d’un sentiment profond de crise politique et économique et, d’autre part, d’appels réitérés à un sauveur de l’Allemagne, ce qui était un des principaux traits distinctifs de la culture politique allemande sous la République de Weimar. Hitler a su répondre à ces demandes en se présentant lui-même comme un véritable Messie. Il a soigneusement évité de s’engager sur un programme politique déterminé ; c’est lui, en personne, qui est devenu le programme.

27Après s’être emparé du pouvoir, il a utilisé de nouveaux media, comme la radio et le cinéma, afin de créer l’impression d’être en communication directe avec les masses, de manière simultanée, et à travers toute l’Allemagne. Une véritable foi en ses qualités exceptionnelles s’est alors répandue, depuis ses proches partisans, jusqu’en de larges franges de la population. Que le charisme puisse également être le produit d’une machine efficace de propagande, c’est là quelque chose dont Weber n’avait pas encore conscience.

28Ce système polycratique (caractérisé par la juxtaposition et la concurrence de l’État et des organes du Parti ainsi que par la mise en place de toute une série d’émissaires spéciaux) a eu pour conséquence que toutes les décisions importantes devaient être personnellement prises par le Führer. La Constitution de Weimar était certes suspendue de fait, mais Hitler n’avait aucun intérêt à en promulguer une nouvelle. L’existence d’un successeur désigné (Hermann Göring) n’a jamais été rendue publique. Aucune autorité n’existait qui aurait pu démettre Hitler de ses fonctions –, ce qui constitue une différence frappante par rapport à Mussolini, qui a finalement été déposé par le Roi et le Parti fasciste.

  • 47 Cf. entre autres G. R. Ueberschär et W. Vogel, Dienen und Verdienen. Hitlers Geschenke an seine El (...)

29Contrairement à ce que Weber pensait quant à la nécessité de routiniser (Veralltäglichung) le charisme et quant au recours pour ce faire, pour l’équipe du leader, à des règles légales ou traditionnelles, cette prévalence d’une relation personnalisée au chef ne fut pas seulement maintenue dans la mécanique du Parti, elle fut étendue aux institutions étatiques ainsi qu’aux militaires qui avaient prêté serment à la personne d’Hitler en 1934. Pendant la guerre, les généraux victorieux étaient récompensés – par décision discrétionnaire d’Hitler – non seulement en étant promus à un grade plus élevé, mais aussi au moyen de bonnes sommes d’argent ou encore de biens immobiliers d’une valeur considérable47.

30Ce n’est là, bien sûr, qu’une partie de la vérité, car il nous faut également tenir compte du fait que les différentes équipes en présence, même si elles prétendaient travailler sous l’ordre (expressément ou supposément) direct d’Hitler, le faisaient avec une efficacité bureaucratique proprement mortifère (en particulier dans le cas de la SS, de la police, de l’armée et de l’industrie d’armement). On le voit donc, la catégorie de commandement charismatique semble bien autoriser une analyse adéquate de certains aspects importants de la domination de type hitlérien.

31Mettre en œuvre l’outillage conceptuel wébérien dans le cas du mouvement communiste pourrait également s’avérer fructueux. Même s’il convient de rester prudent, je pense que cela permettrait d’éclairer différents aspects relatifs à la production même du charisme. La prise du pouvoir par les bolchéviques ne peut être expliquée par des circonstances d’un type particulier qui auraient suscité le besoin d’un sauveur charismatique.

  • 48 Cf. S. Breuer, Bürokratie und Charisma. Zur politischen Soziologie Max Webers, Darmstadt, Wissensc (...)
  • 49 WuG, p. 726; cf. S. Breuer, Bürokratie und Charisma, op. cit., p. 64 sq.; I. Gilcher-Holtey, « Rob (...)

32Le culte voué à Lénine existait déjà de son vivant, même s’il connut son acmé seulement après sa mort. Lénine l’avait rééquilibré par une politique de commémoration de Marx et d’Engels. Ainsi, il n’avait pas déclaré tout de go : « C’est ce qui est écrit, mais moi je vous dis que », mais plutôt : « C’est ce qui est écrit par Marx et Engels, et moi je vous dis comment l’interpréter et l’appliquer. » Après la mort de Lénine, ses écrits furent canonisés, et Staline endossa le rôle d’exécuteur testamentaire48. Nous avons donc ici affaire à une situation de charisme d’emprunt. Et nous pouvons également voir que le Parti a été construit comme le vecteur de l’« idéalisation charismatique de la Raison » (une expression que Weber utilise en passant à propos de Robespierre49). Le Parti a toujours raison ; il a le monopole de la sagesse et de la vérité.

33Il n’y aurait bien sûr pas grand sens, pour la recherche historique, à vouloir appliquer point par point une théorie détaillée du commandement charismatique. Il reste toutefois qu’une utilisation prudente des catégories wébériennes peut permettre d’éclairer avec fruit un certain nombre d’éléments – et cela même s’il n’est pas question ici de prétendre à une quelconque exhaustivité.

Abréviations utilisées pour les œuvres de Max Weber

34GARS III = Gesammelte Aufsätze zur Religionssoziologie, vol. III [Die Wirtschaftsethik der Weltreligionen. Das antike Judentum], texte établi par Marianne Weber [1921], réimpression Tübingen, Mohr, 1988.

35MWG = Max Weber Gesamtausgabe.

36MWG I/6 = Zur Sozial- und Wirtschaftsgeschichte des Altertums. Schriften und Reden (1893-1908), texte établi par Jürgen Deininger, Tübingen, Mohr, 2006.

37MWG I/15 = Zur Politik im Weltkrieg. Reden und Schriften (1914-1918), texte établi par Wolfgang J. Mommsen, Tübingen, Mohr, 1984.

38MWG I/16 = Zur Neuordnung Deutschlands. Schriften und Reden (1918-1920), texte établi par Wolfgang J. Mommsen, Tübingen, Mohr, 1988.

39MWG I/17 = Wissenschaft als Beruf 1917/1919. Politik als Beruf 1919, texte établi par Wolfgang J. Mommsen & Wolfgang Schluchter, Tübingen, Mohr, 1992.

40MWG I/19 = Die Wirtschaftsethik der Weltreligionen. Konfuzianismus und Taoismus, texte établi par Helwig Schmidt-Glintzer, Tübingen, Mohr, 1989.

41MWG I/22-4 = Wirtschaft und Gesellschaft, Partie 4: Herrschaft, texte établi par Edith Hanke, Tübingen, Mohr, 2005.

42MWG I/22-5 = Wirtschaft und Gesellschaft, Partie 5: Die Stadt, texte établi par Wilfried Nippel, Tübingen, Mohr, 1999.

43WuG = Wirtschaft und Gesellschaft, 5e Johannes Winckelmann (ed.), Tübingen, Mohr, 1972.

44WL = Gesammelte Aufsätze zur Wissenschaftslehre, texte établi par Johannes Winckelmann, 7e éd., Tübingen, Mohr, 1988.

Notes

1 WuG [cf. infra la liste des abréviations bibliographiques], p. 140-148 et p. 654-687. La manière dont les textes formant Économie et société avaient été organisés par Marianne Weber d’abord puis Johannes Winckelmann, son éditeur ultérieur, a complètement été révisée au fil de l’édition des œuvres complètes (MWG = Max Weber Gesamtausgabe), cf. sur ce point l’introduction donnée par les éditeurs in MWG I/22-4. Si on suit le plan traditionnel d’Économie et société, la seconde partie du texte a été rédigée avant la Première Guerre mondiale, tandis que la première partie correspond à la version finale de la « sociologie de la domination » (Herrschaftssoziologie) donnée par Weber en 1919-1920.

2 WL, p. 475-488 (publiée de manière posthume en 1922).

3 WuG, p. 140 (traduction française : Économie et société, Paris, Plon, 1971, vol. 1, p. 249, réimpression Paris, Pocket, 1995, vol. 1, p. 320).

4 WL, p. 483.

5 MWG I/19, p. 120 sq.

6 WuG, p. 140 et 654. L’intérêt dont témoigne Weber pour les Mormons a probablement été suscité par la lecture d’Eduard Meyer, Ursprung und Geschichte der Mormonen, Halle, Niemeyer, 1912. Commentant l’assassinat de Eisner, Weber en vient à le décrire sous les traits d’un homme politique désaxé, cf. MWG I/16, p. 273.

7 Cf. entre autres publications : W. Nippel, « Charisma und Herrschaft », Virtuosen der Macht. Herrschaft und Charisma von Perikles bis Mao, Id. (ed.), Munich, Beck, 2000, p. 7-22 et p. 281-289 ; Th. Kroll, « Max Webers Idealtypus der charismatischen Herrschaft und die zeitgenössische Charisma-Debatte », E. Hanke et W. J. Mommsen (ed.), Max Webers Herrschaftssoziologie, Tübingen, Mohr Siebeck, 2001, p. 47-72 ; P. Baehr, Caesar and the Fading of the Roman World. A Study in Republicanism and Caesarism, New Brunswick, Transaction Publ., 1998.

8 WuG, p. 124, 655; WL, p. 482 sq.

9 Ibid., p. 655.

10 Ibid., p. 141.

11 A. Harnack, « Analecten », E. Hatch (ed.), Die Gesellschaftsverfassung der christlichen Kirchen im Alterthum, traduit de l’anglais par Adolf Harnack, Gießen, Ricker, 1883, p. 229-259; Id., Entstehung und Entwickelung der Kirchenverfassung und des Kirchenrechts in den ersten zwei Jahrhunderten. Urchristentum und Katholizismus [Leipzig, Hinrich, 1910], réimpression Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1980. Voir le commentaire de Weber dans WuG, p. 311. Concernant les positions différentes de Sohm et Harnack, comparer entre autres: W. Maurer, « Die Auseinandersetzung zwischen Harnack und Sohm und die Begründung eines evangelischen Kirchenrechtes », Kerygma und Dogma, no 6, 1960, p. 194-213; G. Heinz, Das Problem der Kirchenentstehung in der deutschen protestantischen Theologie des 20. Jahrhunderts, Mayence, Matthias-Grünewald-Verlag, 1974, p. 29 sq. Le texte d’Économie et société (WuG, p. 124) renvoie également à Karl Holl (Enthusiasmus und Bußgewalt beim griechischen Mönchtum. Eine Studie zu Symeon dem neuen Theologen, Leipzig, Hinrich, 1898), qui soulignait de son côté que la tension existant entre charisme et institution s’était maintenue au-delà de l’époque du christianisme primitif.

12 Cf. M. Riesebrodt, « Charisma in Max Weber’s Sociology of Religion », Religion, no 29, 1999, p. 1-14.

13 WuG, p. 654.

14 Cette expression, qui n’est pas originellement celle de Weber, a été adéquatement forgée par M. Rainer Lepsius, « Das Modell der charismatischen Herrschaft und seine Anwendbarkeit auf den “Führerstaat” Adolf Hitlers », Id., Demokratie in Deutschland: soziologisch-historische Konstellationsanalysen, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1993, p. 95-118, en particulier p. 100 sq.

15 WuG, p. 141 et 657.

16 Ibid., p. 141.

17 Ibid., p. 142.

18 Ibid., p. 143.

19 Ibid., p. 143 et 663.

20 Ibid., p. 142.

21 WL, p. 483.

22 WuG, p. 665.

23 Cf. P. Baehr, Caesar and the Fading of the Roman World, op. cit., p. 244 sq.

24 A. Romieu, L’Ère des Césars, Paris, Ledoyen, 1850 ; Id., Le Spectre rouge de 1852, Paris, Ledoyen, 1851.

25 MWG I/15 ; voir l’index à l’entrée « Cäsarismus ».

26 Ibid., I/15, p. 546.

27 WuG, p. 156.

28 Ibid., p. 669; WL, p. 488.

29 Ibid., p. 669; MWG I/17, p. 208 sq. D’un point de vue historique, la référence faite par Weber à Gladstone n’est nullement convaincante, cf. P. Pombeni, « Charismatic Leadership between Ideal Type and Ideology », Journal of Political Ideologies, no 13, 2008, p. 37-54, ici p. 42 et 48.

30 WuG, p. 668 sq.

31 MWG I/15, p. 394.

32 WuG, p. 554 sq.; MWG I/15, p. 540; MWG I/17, p. 213 sq.

33 MWG I/15, p. 547.

34 Ibid., I/15, p. 540.

35 Ibid., I/16, p. 220-224.

36 W. J. Mommsen, Max Weber und die deutsche Politik (1890-1920), 2e éd., Tübingen, Mohr, 1974 (traduction française: Max Weber et la politique allemande, 1890-1920, Paris, PUF, 1985).

37 Cf. H. Bruhns, « Max Weber et le politique: retour sur l’œuvre de Wolfgang J. Mommsen », H. Bruhns et P. Duran (éd.), Max Weber et le politique, Paris, LGDJ, 2009, p. 31-46; A. Anter, « Die westdeutsche Max-Weber-Diskussion und die Begründung der parlamentarischen Demokratie nach dem Zweiten Weltkrieg », C. Cornelissen (ed.), Geschichtswissenschaft im Geist der Demokratie. Wolfgang J. Mommsen und seine Generation, Berlin, Akademie Verlag, 2010, p. 257-273.

38 W. J. Mommsen, « Zum Begriffder “plebiszitären Führerdemokratie” » [1963], Id., Max Weber. Gesellschaft, Politik und Geschichte, Francfort/Main, Suhrkamp, 1974, p. 44-71; Id., « Politik und politische Theorie bei Max Weber », J. Weiss (ed.), Max Weber heute, Francfort/Main, Suhrkamp, 1989, p. 515-542, ici p. 526 sq.

39 WuG, p. 157.

40 MWG I/17, p. 224; WL, p. 488; WuG, p. 156.

41 MWG I/6, p. 640 ; WuG, p. 665 et 668 ; WL, p. 488 ; MWG I/22-5, p. 219 ; GARS III, p. 284 ; MWG I/17, p. 191.

42 Bien que Weber ne pense pas qu’il soit applicable à Athènes, le type de « l’administration de groupements en dehors de toute relation de domination » (herrschaftsfremde Verbandsverwaltung) s’applique parfaitement au système athénien (WuG, p. 169 sq.), cf. W. Nippel, « Die antike Stadt in Max Webers Herrschaftssoziologie », E. Hanke et W. J. Mommsen (ed.), Max Webers Herrschaftssoziologie, op. cit., p. 167-186.

43 WuG, p. 665.

44 Cf. P. Spahn, « Perikles – Charisma und Demokratie », W. Nippel (ed.), Virtuosen der Macht, op. cit., p. 23-38 et p. 289-291 ; J. Deininger, « Antike und Gegenwart im Begriff des “Demagogen” bei Max Weber », Chiron, no 32, 2002, p. 97-117 ; Ch. Adair-Toteff, « Max Weber’s Pericles – the Political Demagogue », Max Weber Studies, vol. 7, no 2, 2008, p. 147-162 ; W. Nippel, Liberté antique, liberté moderne. Les fondements de la démocratie de l’Antiquité à nos jours, traduit de l’allemand par Olivier Mannoni, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2010, p. 44 sq.

45 Le système politique bismarckien était souvent dénoncé par les contemporains comme césarisme ou comme bonapartisme, ce qui était l’avis de Weber lui-même (cf. par exemple MWG I/15, p. 347). La véritable apothéose que connaîtra Bismarck en tant que leader charismatique sera un phénomène propre à la République de Weimar lorsque retentiront les appels au « sauveur » parallèlement aux critiques du parlementarisme, cf. Kl. Schreiner, « Wann kommt der Retter Deutschlands? Formen und Funktionen des politischen Messianismus in der Weimarer Republik », Saeculum, no 49, p. 1998, p. 107-160; R. Gerwarth, Der Bismarck-Mythos. Die Deutschen und der Eiserne Kanzler, Munich, Siedler, 2007.

46 Les éléments charismatiques ont déjà été soulignés dans les études pionnières sur le système nazi d’Ernst Fraenkel, The Dual State, New York, Oxford University Press, 1941 et de Franz L. Neumann, Behemoth. The structure and practice of national socialism (1933-1944), New York, Oxford University Press, 1944. Était également pionnière la mise en œuvre concise de la théorie wébérienne par M. Rainer Lepsius, « Das Modell der charismatischen Herrschaft und seine Anwendbarkeit auf den “Führerstaat” Adolf Hitlers », Id., Demokratie in Deutschland, op. cit. Concernant la production du charisme durant l’ascension d’Hitler au pouvoir, cf. en particulier L. Herbst, « Der Fall Hitler – Inszenierungskunst und Charismapolitik », in W. Nippel (ed.), Virtuosen der Macht, op. cit., p. 171-191 et p. 307-311. Pour ce qui est des traits charismatiques d’Hitler après la conquête du pouvoir, cf. H.-U. Wehler, Deutsche Gesellschaftsgeschichte, vol. 4 : Vom Beginn des Ersten Weltkrieges bis zur Gründung der beiden deutschen Staaten (1914-1949), Munich, Beck, 2003, p. 600 sq.

47 Cf. entre autres G. R. Ueberschär et W. Vogel, Dienen und Verdienen. Hitlers Geschenke an seine Eliten, Francfort/Main, Fischer, 1999.

48 Cf. S. Breuer, Bürokratie und Charisma. Zur politischen Soziologie Max Webers, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1994, p. 84 sq. ; E. Stölting, « Charismatische Aspekte des politischen Führerkults. Das Beispiel Stalins », R. Faber (ed.), Politische Religion – religiöse Politik, Würzburg, Königshausen & Neumann, 1997, p. 45-74.

49 WuG, p. 726; cf. S. Breuer, Bürokratie und Charisma, op. cit., p. 64 sq.; I. Gilcher-Holtey, « Robespierre: Die Charismatisierung der Vernunft », Geschichte und Gesellschaft, no 21, 1995, p. 248-258. On trouve un équivalent à cela dans l’expression de « Diktatur der Einsicht » (dictature du discernement) forgée en 1864 par Ferdinand Lassalle, le fondateur du premier parti social-démocrate allemand. Les travailleurs devraient, dans ce cadre, le suivre et faire confiance à la supériorité de son appréciation des étapes historiquement nécessaires, cf. F. Lassalle, Ausgewählte Reden und Schriften (1849-1864), édités par Hans Jürgen Friederici, Berlin, Dietz, 1991, p. 341.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search