Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Geoffroy de Montalembert (1898-1993)

 | 
David Bellamy

Troisième partie. Un notable en son siècle

Troisième partie : conclusion

Texte intégral

1Ainsi, par biens des aspects, Montalembert s’apparente au notable traditionnel. Son implantation locale est très profonde. Il en découle un attachement intense à une région et à des populations familières, un désir de participer directement à la mise en valeur du patrimoine agricole et une volonté de défendre les intérêts ruraux. Cet enracinement et cette insertion dans l’activité locale sont porteurs d’une autorité sociale évidente que ses citoyens ratifièrent très vite par l’élection. Outre cela, son mode de vie, certes sans ostentation – sans doute justement car en ce domaine l’altérité s’imposait –, ajoutait encore à son identité de notable, jusque dans l’organisation géographique du village. L’autorité du sénateur et maire profitait, en plus, du rayonnement personnel de son épouse, dont le rôle local exceptionnel dans les activités sociales, éducatives et religieuses faisait une personnalité non seulement respectée, mais admirée et estimée. Les convictions de Geoffroy de Montalembert donnaient à ce notable sa couleur politique et le plaçaient à droite de l’échiquier. Là, il cherchait à rassembler au maximum les hommes de son camp, sans esprit partisan. Enfin, il était un notable car il était considéré comme tel par ses concitoyens et ses pairs. La fin de sa carrière en connut les marques ainsi que les cérémonies qui accompagnèrent son décès.

2On l’a vu, dans l’étude de cette notabilité, la question de l’autonomie de l’action politique par rapport à l’existence globale est décisive pour comprendre le personnage. C’est la question de la professionnalisation des hommes politiques, processus dans lequel la carrière de Montalembert s’inscrit. Avec notre sénateur-maire, il y a professionnalisation dans le sens où les techniques nouvelles sont utilisées pour faciliter la modernisation du « métier politique » et les pratiques nouvelles. Mais est-ce si nouveau ? Éric Phélippeau a montré, avec le baron de Mackau, que cela existait déjà en grande partie. Ce qui semble nouveau, c’est le développement de ces nouvelles pratiques, c’est la nécessité d’un plus grand investissement dans ce domaine, parce qu’il faut montrer d’autres signes de légitimation que les signes traditionnels.

3Chez Montalembert, l’activité politique et l’identité sociale sont liées. Dans sa représentation d’abord, mais également dans celle de ses administrés. Même si, en même temps, pour certains, ce qui légitime (le nom, l’enracinement…) peut aussi être ce qui « délégitime ». Au nom de son identité sociale, Montalembert s’engage en politique. L’identité précède et assigne la tâche politique qui, à son tour, vient renforcer, actualiser, moderniser, rendre un peu plus de son temps l’identité sociale. Qui était-il ? Agriculteur, aristocrate, homme politique ? Il revêtait une multitude de visages qui formaient une identité cohérente dans son système de représentation. Sa culture aristocratique, assise sur les deux fondements du service du pays et de la foi chrétienne, le faisait tout cela à la fois.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540