Version classiqueVersion mobile

La métamorphose du prince

 | 
Catherine Colliot-Thélène
, 
Philippe Portier

Deuxième partie. La dérive oligarchique de la démocratie

5. Perspectives et problèmes du leadership politique en démocratie : un point de vue américain

James W. Ceaser

Texte intégral

1L’étude du leadership en démocratie relève d’une histoire beaucoup plus longue aux États-Unis qu’en Europe. Les débuts de la démocratie de masse remontent aux États-Unis à la fin du XVIIIe siècle, bien avant que les nations européennes aient adopté des systèmes politiques fondés sur la souveraineté du peuple. La sélection des gouvernants par le peuple (y compris l’élection des chefs de l’exécutif : les gouverneurs des États ainsi que le président fédéral) faisant partie intégrante de l’expérience américaine depuis bien plus longtemps, les philosophes politiques américains ont tout naturellement fait de la question du leadership un de leurs principaux objets d’analyse. Les Américains ont souvent eu un autre avantage quant à la thématisation de ce problème. La démocratie est née en Europe dans des pays comme l’Angleterre et la France où continuait d’exister une classe reconnue de notables, des rangs desquels étaient généralement issus les leaders politiques. En Europe, la société était clairement structurée, et c’est pourquoi les premières analyses consacrées au leadership politique se sont focalisées sur la question des origines sociologiques du personnel politique officiel. Aux États-Unis, les conditions étaient radicalement différentes. Si dans certaines communautés établies sur la bande côtière est des États-Unis une élite a pu émerger au XVIIIe siècle, plus on s’avançait en revanche vers l’ouest et moins les communautés portaient les marques d’une telle structuration. Dans les contrées occidentales des États les plus anciens, ainsi qu’au sein des nouveaux États créés à l’ouest des Appalaches, il était ainsi bien difficile d’observer quelque chose comme une société établie ou morphologiquement constituée.

  • 1 A. de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, vol. I, Partie I, chap. 3.

2Ainsi que le note Alexis de Tocqueville, les habitants de ces États (durant les premières décennies du XIXe siècle) « sont arrivés d’hier sur le sol qu’ils occupent […] la population échappe donc […] à l’influence des grands noms et des grandes richesses1 ». Une des conséquences de cet état de fait était que des individus pouvaient émerger au niveau de ces États et de la scène politique nationale indépendamment de la fortune ou du statut préalable de leurs familles respectives. Le cas d’Abraham Lincoln est à cet égard typique : il était né dans une cabane en rondins et n’était jamais allé à l’école.

3Comme tant d’autres hommes politiques américains, Lincoln ne cherchait du reste pas à cacher ses origines modestes à son électorat, mais il était largement perçu et acclamé en tant qu’« homme du peuple ». Aux États-Unis, les discussions tournant autour de la question du leadership politique accordaient en conséquence bien moins d’importance qu’en Europe aux classes sociales et se sont bien plutôt focalisées sur les méthodes et les techniques de persuasion utilisées en démocratie. C’est là assurément le point de départ de la plupart des enquêtes contemporaines consacrées à la question du leadership politique.

  • 2 NDT : étant donné que l’expression de « leader democracy » est le décalque anglo-américain du conce (...)

4L’article qu’on va lire entend revenir sur les thèmes majeurs de la réflexion américaine consacrée au problème du leadership politique, à partir notamment des discussions sur la fonction présidentielle et sur le mode de sélection des présidents fédéraux. Je traiterai pour ce faire de trois « moments » décisifs : la fondation de la République (1787-1789), la période de mise en place d’un système partisan compétitif au niveau national (1824-1836) et l’Ère progressiste ou Progressive era (1908-1916). C’est durant cette dernière époque que beaucoup ont pu plaider pour ce qu’on appelle parfois aujourd’hui la « démocratie des chefs » (leader democracy2), une conception qui a eu depuis une influence énorme sur la politique américaine. La campagne présidentielle menée par Barack Obama en 2008 a permis d’illustrer bien des aspects – et peut-être certains dangers – de cette conception du leadership.

Les Pères fondateurs des États-Unis

  • 3 Ainsi de George Mason, par exemple, dans le discours qu’il prononce le 17 juin 1788 durant le déba (...)

5La fonction de président fédéral que les Pères fondateurs américains ont créée en 1787 constituait à vrai dire un nouveau type d’institution politique. Elle mettait en place un magistrat suprême, à l’échelle de la nation entière, qui était désigné, à intervalles réguliers, via un système politique qui accordait un poids considérable à l’expression populaire. Même si la Constitution prévoyait un mode d’élection indirect, via ce qu’on appelle les grands électeurs présidentiels (electors), spécialement désignés à cet effet, l’intention de départ était d’inspiration résolument démocratique pour l’époque (pour diverses raisons, une élection au suffrage direct était – dans le contexte d’alors – en pratique impossible). On considérait ainsi que le choix du président fédéral tendrait à refléter – ou à ne pas contredire – la volonté du peuple et que la décision de réélire ou non un président sortant dépendrait in fine du jugement populaire. Rien d’étonnant dès lors à ce que certains observateurs de l’époque aient comparé cette nouvelle charge à une « démocratie élective3 ».

6La manière de désigner le président fédéral découlait, dans l’esprit des Pères fondateurs, d’une considération préalable importante, qui n’avait aucun lien direct avec la question du caractère plus ou moins démocratique du mode d’élection. Ils étaient avant tout à la recherche d’un chef de l’exécutif qui soit à même d’agir avec jugement et en toute indépendance ; ce qui signifiait que le président fédéral devait être soustrait au contrôle du pouvoir législatif. La désignation du président fédéral, de manière directe ou indirecte, par le peuple était la seule alternative plausible. Ayant décidé d’établir entre cette fonction et le peuple un lien substantiel, les Pères fondateurs ont fait tous leurs efforts pour s’assurer que l’exercice concret de la charge présidentielle prenne un tour « constitutionnel », et non pas populiste ou démagogique. Ce qu’ils redoutaient par-dessus tout, pour le régime républicain moderne, était qu’il dégénère soit en démocratie populaire d’opinion (en termes modernes : « populisme ») comme par exemple à Athènes, soit en démocratie héroïque, sur le modèle de ce qu’on avait connu à la fin de la République romaine (« césarisme »).

7L’analyse que faisaient les Pères fondateurs du régime populaire s’inspirait beaucoup sur ce point des leçons de l’histoire antique vue au travers d’auteurs comme Thucydide, Aristote et Plutarque. Pour les Pères fondateurs, un des dangers majeurs était que le pouvoir ne tombe entre les mains de chefs rompus au maniement des « artifices populistes » (popular arts) ; ce pourquoi les Pères fondateurs parlaient également de « sycophantes » ou de « démagogues ». Pour les auteurs classiques, la démagogie était rien moins que le fléau de tout régime populaire, et les Pères fondateurs désignèrent aussi par ce vocable la menace la plus dangereuse qui soit pour le régime constitutionnel. Présent à la fois au début et à la fin du Fédéraliste, le thème de la démagogie constitue ainsi le cadre principal de l’ouvrage le plus connu des Pères fondateurs. Le volume en question s’ouvre sur une mise en garde :

  • 4 Le Fédéraliste, no 1.

« De ces hommes qui ont renversé les libertés républicaines, l’histoire nous enseigne que la plupart ont commencé leur carrière en rendant un hommage obséquieux au peuple, et que – débutant comme démagogues – ils ont fini tyrans4. »

  • 5 Le Fédéraliste, no 68.

8Les Pères fondateurs entendaient la notion de démagogie en un sens extensif, jusqu’à inclure non seulement le fait de cultiver les ressentiments de classe ou encore d’invoquer différents types de peur de manière brutale et vindicative (sur le mode de ceux qu’on appelle les petty demagogues), mais aussi les desseins plus habiles de ceux qui en appellent aux espoirs des populations à travers des programmes théoriques de caractère utopique. Ainsi les Pères fondateurs étaient-ils profondément troublés par ces figures politiques qui parviennent à tirer profit d’un engouement soudain du peuple : « Ces fulgurances de génie et de patriotisme qui, telles des étoiles filantes, égarent parfois et éblouissent5. » De tels leaders étaient l’équivalent de ce que nous appelons aujourd’hui des figures « charismatiques ». Pour les Pères fondateurs, les démagogues les plus habiles étaient ainsi ceux qui avaient l’intelligence d’échapper au qualificatif même de démagogue.

9Parmi les techniques politiques ressortissant aux « artifices populistes », la principale consiste à savoir créer des images et à manier la rhétorique. Suivant en cela Montesquieu et d’autres constitutionnalistes plus anciens, les Pères fondateurs se méfiaient des formes populaires de la rhétorique et recherchaient le moyen d’en contrôler ou d’en dissuader l’usage. Leur perception des « orateurs » est bien résumée dans Le Fédéraliste :

  • 6 Le Fédéraliste, no 58.

« Dans les républiques anciennes, où l’ensemble du peuple est assemblé en personne comme corps politique, un simple orateur, ou bien un homme politique habile, était généralement perçu comme ayant une influence politique aussi grande que si un sceptre avait été placé entre ses mains […]. L’ignorance sera ainsi la dupe de la ruse, et la passion l’esclave de la sophistique et de la déclamation6. »

10La volonté des Pères fondateurs de refréner l’usage des artifices populistes devait s’efforcer de prendre les choses à la racine, à savoir : le processus de sélection du président fédéral. Les Pères fondateurs savaient parfaitement que la nature même du processus de sélection exerçait une grande influence sur l’exercice concret de la charge présidentielle, non seulement quant à savoir qui serait choisi mais aussi en raison des attentes publiques engendrées par le type de leadership produit par le processus de sélection lui-même. À quoi s’ajoutait le fait que les présidents sortants ne manqueraient pas de briguer un autre mandat (la version initiale de la Constitution ne stipulant aucune limite en matière de rééligibilité à cette charge). Le processus de sélection du président fédéral revêtait aux yeux des Pères fondateurs une telle importance qu’ils jugèrent nécessaire de préciser, dans le texte constitutionnel, les modalités concrètes par lesquelles – quasiment du début à la fin – une institution nationale encadrerait ledit processus.

11Le mécanisme imaginé par les Pères fondateurs n’a jamais réellement fonctionné, et ceci constitue peut-être un des échecs les plus singuliers de la Constitution américaine. Sa mise en œuvre fut rapidement transformée par l’émergence inattendue de partis politiques nationaux, qui prirent en charge le recrutement ou la nomination en amont des candidats à la présidence et qui, par le fait, obligèrent les grands électeurs à changer de rôle : représentants pour partie indépendants hier, ils se trouvaient désormais liés par les logiques partisanes. Il reste que les intentions des Pères fondateurs sont révélatrices, et qu’elles ont longtemps influé sur la manière dont on conçoit les questions de leadership ainsi que le processus de sélection présidentielle.

12Comme on l’a indiqué, le système conçu par les Pères fondateurs accordait un rôle majeur à l’opinion publique dans le processus de sélection du président. Le fait que l’élection en tant que telle demeurait l’apanage des grands électeurs signifiait qu’un contrôle s’exerçait quant à l’émergence possible d’un candidat démagogique. Les Pères fondateurs cherchaient à éviter des campagnes électorales durant lesquelles les candidats brigueraient la charge présidentielle sur la base d’appels purement rhétoriques au public. Étant donné que l’opinion publique influerait nécessairement sur le résultat de l’élection, les Pères fondateurs souhaitaient que cette opinion repose sur le jugement informé du peuple quant à la stature des individus candidats considérés. Et cette stature devait dépendre des qualités estimables affichées ainsi que de la faculté de jugement raisonnable dont on pourrait alors témoigner. Une telle envergure serait en somme le fait d’un leader politique qui parviendrait à gagner « l’estime et la confiance » d’une part considérable du peuple, et ce de telle sorte que l’attitude du public aille jusqu’à inclure une marque de déférence et de respect.

13Les Pères fondateurs voyaient dans ce mode de sélection un moyen non seulement de choisir le président fédéral mais encore de structurer et de canaliser les ambitions des politiciens phares de la nation. Ce système était conçu de telle sorte que des signaux soient envoyés aux leaders politiques nourrissant des desseins présidentiels. Il les incitait à briguer cette charge en s’appuyant sur leur réputation et sur l’estime publique. Au lieu de croire pouvoir accéder à la présidence grâce à leur adresse rhétorique, ou par d’habiles campagnes politiques, ils devaient dans la compétition faire la preuve de leurs mérites par les services rendus à la nation.

  • 7 Le Fédéraliste, no 72.

14Pour ce qui est de la nature de la fonction présidentielle, l’effort des Pères fondateurs consistait bien à établir une forme non populiste de leadership politique. Le président devait ainsi se concevoir lui-même comme un magistrat constitutionnel, et non comme le représentant d’une opinion publique fluctuante. Afin de promouvoir une telle disposition, les Pères fondateurs portèrent le mandat présidentiel à une durée alors considérée comme plutôt longue (quatre ans) et limitèrent aux individus d’un certain âge (plus de trente-cinq ans) l’accès à cette charge. Ils la dotèrent aussi de suffisamment d’autorité pour qu’elle intéresse les individus d’un caractère noble qui pourraient avoir sinon le désir de se tourner vers de plus amples desseins ; ils cherchèrent ainsi à attirer des gens sensibles à « l’amour de la renommée, cette passion qui domine les esprits les plus nobles7 ». Mais, par-dessus tout, ils souhaitaient que le détenteur de la charge incarne une certaine dignité. Le premier président fédéral, George Washington, était parfaitement conscient de ce qu’il était en train de créer un précédent et de fixer les normes de ce que devrait désormais être l’exercice de la fonction présidentielle –, naviguant pour ce faire entre les excès de la pompe d’origine monarchique et la familiarité nonchalante caractéristique de la plupart des démocraties. Washington instaura ainsi un certain style « présidentiel », et jusqu’à aujourd’hui les présidents fédéraux sont toujours perçus, de temps à autre, soit comme trop populistes dans leurs manières d’être, soit comme trop partisans dans leurs façons d’agir.

Martin Van Buren et la mise en place d’un système partisan compétitif permanent

15La période allant de 1804 à 1836 constitue le second moment important de la réflexion américaine sur les élections nationales et la question du leadership politique. Conduit par Martin Van Buren (1782-1862) – sénateur de l’État de New York, vice-président (de 1833 à 1837) puis président (de 1837 à 1841) –, un groupe d’hommes politiques de rang national parvint à faire accepter par la nation, comme élément à part entière du système politique, le principe d’une compétition permanente entre les partis. Pour Van Buren, ce changement signifiait que les partis politiques – deux d’entre eux selon la règle – se chargeraient de désigner les candidats à la présidence, en conséquence de quoi la population aurait concrètement à faire son choix entre les deux nominés (les grands électeurs étant dès lors de facto liés par le résultat du vote populaire dans chaque État). Cette transformation ne fut pas opérée de manière formelle par le biais d’un amendement constitutionnel, mais elle résulta d’un changement d’appréciation, de la part de la population comme de la classe politique, sur la manière dont le système politique devait être effectivement mis en œuvre.

16Ce faisant, Van Buren avait avant tout en vue ses propres intérêts quant à la nature du leadership politique en démocratie. Etablir une compétition permanente entre les partis était un moyen de contrôler et de canaliser l’usage des artifices populistes dans le processus de sélection du président fédéral. Van Buren avait la conviction qu’au sein du système de sélection présidentielle qui avait émergé vers 1824 (un système dans lequel aucun parti politique n’existait et où une multiplicité de candidats en appelaient directement au peuple) les méthodes démagogiques prévaudraient et auraient un effet destructeur sur la nation.

  • 8 M. Van Buren, The Autobiography of Martin Van Buren, J. C. Fitzpatrick (ed.), Annual Report of the (...)

17Il convient d’indiquer ici brièvement ce qui était apparu, après la fondation des États-Unis, en matière de sélection des candidats à la présidence. Comme il a été rappelé plus haut, les Pères Fondateurs prévoyaient au départ que la sélection des candidats se ferait sur la base de critères de réputation quant à leurs mérites et aux services rendus. Le système devait ainsi fonctionner sur un mode non partisan. Or, lorsque les premiers partis politiques émergèrent durant les années 1790, chacun d’eux se chargea de nommer les candidats, réunissant en meetings spéciaux pour ce faire leurs membres élus au Congrès (les caucus ou groupes parlementaires du Congrès). Durant la première phase du processus de sélection, c’était l’élite de chaque parti qui nommait et passait au crible les candidats ; les grands électeurs (désignés soit par le peuple soit par les législatures en cours au sein des États) faisaient ensuite leur choix entre les deux candidats en lice. Le Parti fédéraliste cessa du reste d’exister en 1816, laissant derrière lui un seul et unique parti : le Parti démocrate-républicain de Jefferson. Dans ces circonstances, non seulement le groupe parlementaire démocrate-républicain (caucus siégeant au Congrès) désignait son propre candidat, mais c’était également lui qui investissait le président fédéral, en l’absence de toute compétition partisane. Dans ce système, non seulement le peuple ne jouait plus aucun rôle, mais à l’intérieur même du parti les concurrents commençaient à se demander pourquoi la nomination d’une tête de liste était toujours nécessaire : pourquoi un parti politique devrait-il en effet désigner un candidat s’il n’existait pas de parti d’opposition ? Nombreux étaient les Américains qui demeuraient hostiles à l’idée même de compétition partisane, aussi eurent-ils à cœur d’y mettre un terme et de « revenir » finalement à un système politique libéré des jeux partisans. Cette conception était celle promue par le président fédéral sortant de l’époque (James Monroe), et elle correspondait à l’opinion alors dominante à Washington. Aussi bien la compétition entre les partis que le fait de désigner les candidats à l’intérieur des partis étaient, en 1824, choses toutes deux révolues et apparaissaient désormais, selon le mot de Martin Van Buren, comme faisant partie « des choses perdues sur la terre8 ».

  • 9 Th. Ritchie, The Virginia Enquirer, Janvier 1, 1824. Voir également The Virginian Enquirer, 23 déc (...)
  • 10 Cf. l’Amendement XII de la Constitution des États-Unis d’Amérique.
  • 11 Lettre de Martin Van Buren à Thomas Ritchie, 13 janvier 1827, citée par J. Ceaser, Presidential Se (...)

18Ce système, cependant, ne constituait bien sûr pas un retour pur et simple à celui mis en place par les Pères fondateurs. En 1824, les grands électeurs ne jouaient plus aucun rôle de fait et demeuraient contraints, quant à leur vote, par la volonté du peuple (ou par celle des membres des législatures en place au sein des États). Faire campagne électorale activement au nom des candidats (si ce n’est par les candidats eux-mêmes) était désormais quelque chose de parfaitement accepté. Sans avoir été désignés en amont par un quelconque parti, plusieurs candidats décidèrent alors de briguer la charge présidentielle, e. g. John Quincy Adams, Andrew Jackson, William Crawford et Henry Clay. L’appréciation portée par Van Buren sur ce système reposait sur une analyse précise de la campagne présidentielle de 1824. Ne connaissant aucun point de départ formalisé, l’activisme électoral commença très tôt et ouvrit ainsi la voie à une campagne présidentielle presque interminable. Chose plus importante encore, le système n’assignait plus aucune borne aux ambitions individuelles. Certains candidats comprirent dès lors que le meilleur moyen de l’emporter était de cultiver les artifices populistes et la démagogie. Pour les partisans de Van Buren, cela signifiait immanquablement que les candidats se devaient de « voyager à travers le pays, de gagner des soutiens en courtisant le peuple […] et d’user abondamment de tous les bas artifices susceptibles de vous rendre populaire9. ». Étant donné la large palette de candidats en lice, il était peu probable que l’un d’entre eux parvienne à obtenir la majorité des grands électeurs, ce qui fut effectivement le cas en 1824. L’objectif principal consista alors à figurer parmi les trois premiers (ce qui habilitait chacun à concourir pour l’investiture lors de la sélection finale à la Chambre des représentants10). C’est la raison pour laquelle les candidats s’appuyaient sur une base de soutien étroite au niveau régional et sollicitaient les suffrages en jouant les régions ou les intérêts les uns contre les autres. Van Buren écrit à cet égard : « Si les anciennes [inclinations partisanes] sont supprimées, elles seront inévitablement remplacées par des divisions d’ordre géographique fondées sur des intérêts locaux ou bien, ce qui est pire encore, sur les préjugés existant entre États esclavagistes et non esclavagistes11. » Dans un tel système, tout incitait les individus à cultiver des conduites les plus irresponsables qui soient.

19Le retour au système non partisan initial aurait ainsi produit, selon Van Buren, l’exact opposé de ce que les Pères fondateurs avaient souhaité et imaginé. Au lieu de mettre un frein à la démagogie, on l’encourageait. La meilleure solution désormais envisageable était donc, paradoxalement, d’instaurer une compétition permanente entre les partis. Van Buren s’éloignait en cela substantiellement de la lettre même du projet constitutionnel initial, mais il n’en continuait pour autant pas moins de s’inspirer, en partie, des Pères fondateurs, soucieux de contrôler les ambitions individuelles ainsi que l’usage des artifices populistes. Le noyau dur de la solution proposée par Van Buren pourrait ainsi être résumé en une phrase : mettre les partis au-dessus des personnes. Établis sur de larges et solides bases nationales, deux partis politiques feraient désormais office de porte royale par laquelle devrait passer quiconque envisagerait de briguer la présidence. Pour autant que ces partis demeureraient sous le contrôle de professionnels de la politique, la phase initiale de nomination des candidats pourrait permettre de filtrer, en amont, les candidatures à caractère démagogique. Parfaitement au fait de ces mécanismes, les candidats seraient amenés à modifier leur conduite en conséquence. Souhaitant obtenir la nomination du parti, ils devraient se conformer à ses principes fondamentaux et apparaître comme recevables pour les membres de la classe politique, qui auraient par ailleurs quant à eux un certain nombre d’intérêts de base à garantir. La « personnalisation » politique devrait ainsi céder le pas à la loyauté partisane. La solution proposée par Van Buren (utiliser les partis afin de limiter la démagogie individuelle) pouvait sembler étrange, dans la mesure où nombre d’observateurs assimilaient tout leadership partisan à une forme exacerbée de mobilisation idéologique. Et il est évident qu’une telle solution ne pouvait fonctionner qu’à un certain nombre de conditions. Les partis politiques ne peuvent en effet modérer les candidats que dans la mesure où ils adhèrent eux-mêmes à des principes modérés. Van Buren et ses partisans étaient parfaitement conscients de cela et cherchaient à promouvoir un type particulier de partis politiques. Ils étaient en quête d’un type d’organisation partisane susceptible de nourrir un niveau de division politique vif et substantiel, mais sans aller pour autant jusqu’à mettre en péril la nation dans son ensemble. Les deux partis politiques en présence devaient se faire avant tout les avocats de la Constitution.

20La solution proposée par Van Buren poursuivait encore un autre objectif : permettre à des responsables politiques comme lui d’accéder à la charge suprême. De son analyse de la scène politique, il concluait qu’il était extrêmement difficile, pour des hommes politiques ordinaires, de parvenir d’eux-mêmes à se faire une stature politique capable d’imposer un large respect. C’était la raison pour laquelle, dans tout système non partisan, les candidats finissaient d’ordinaire par recourir à des artifices populistes. Comme si, en somme, il n’existait pas pour eux d’autre moyen de se distinguer – à moins que la cause véritable de tout cela ne réside encore ailleurs, à savoir : la qualité de héros militaires des candidats (à l’instar d’Andrew Jackson, que Van Buren commença par défier). C’est précisément là, pour Van Buren, que les partis politiques pouvaient jouer un rôle décisif : ils permettaient à des hommes politiques qui n’étaient pas des héros reconnus ou des figures charismatiques – mais néanmoins des hommes capables et responsables – d’émerger en tant que candidats crédibles à l’élection présidentielle. Une telle stature pouvait être conférée à quelqu’un par sa nomination par un grand parti politique. Le hasard a voulu que Martin Van Buren ait été le premier président de l’histoire des États-Unis à avoir été élu, en 1836, à la faveur d’un tel processus. Jusqu’à cette date, tous les présidents fédéraux avaient fait montre d’une certaine stature : les cinq premiers (Washington, Adams, Jefferson, Madison et Monroe), parce qu’ils avaient chacun pris part à la Révolution ou à la fondation des États-Unis ; John Quincy Adams, parce qu’il était issu de l’insigne famille Adams ; Andrew Jackson enfin, parce qu’il était un héros militaire. Martin Van Buren fut ainsi le premier « politicien » pur jus à officier comme président des États-Unis.

  • 12 Lettre de Martin Van Buren à Thomas Ritchie, 13 janvier 1827.

21La stratégie de Van Buren visant à mettre en place un système compétitif bipartisan était fort ingénieuse. Et ce d’autant plus qu’il la présentait comme étant à même de faire pièce à ce qu’il entendait résolument combattre : la « personnalisation » de la vie politique. Après 1824, Andrew Jackson était assurément l’homme politique le plus puissant, le plus populaire et le plus polarisant du pays, or il rejetait les partis politiques et se prononçait en faveur d’un système de sélection tout autre, fondé sur l’appel personnalisé au peuple (« charisme »). Jusqu’en 1828, Van Buren fit des avances à Jackson et lui proposa notamment de mettre au service de sa candidature à la présidence ce qui subsistait du vieux Parti démocrate-républicain. Comme le déclarait Van Buren à ses alliés, l’élection de Jackson « en conséquence des services militaires rendus, sans référence à un quelconque parti, ni – en ce qui le concerne – à des principes affirmés serait une chose » ; mais s’il décidait de faire campagne de concert avec le Parti démocrate il y aurait de quoi produire l’étincelle à même de ranimer la compétition entre les partis politiques12. Car au moment même où Jackson s’allierait à un parti politique, un autre parti émergerait en guise d’opposition. Comme on sait aujourd’hui, Jackson n’eut nullement besoin du soutien d’un parti politique pour gagner la présidentielle de 1828, et il n’a jamais donné ouvertement suite à la proposition de Van Buren. Cela n’empêcha pas pour autant Van Buren de persister dans cette voie. Devant toutefois faire face à une opposition bien plus forte en 1832 (et Van Buren s’étant entre-temps insinué dans ses bonnes grâces), Jackson en vint à penser que le concours du Parti démocrate constituerait pour lui un avantage considérable. Il apparut dès lors comme le grand champion du Parti démocrate et comme l’ayant nommément fondé. Mais celui qui tirait les ficelles derrière l’estrade était en fait bel et bien Martin Van Buren.

Woodrow Wilson et la « démocratie des chefs » (leader democracy)

22Le troisième grand moment de la réflexion américaine consacrée au problème du leadership politique et de l’élection présidentielle se joue durant l’Ère progressiste. Le principal théoricien de la question, parmi les progressistes, fut Woodrow Wilson, lequel a d’abord été un politologue de renom avant de devenir gouverneur de l’État du New Jersey puis président des États-Unis. L’objectif immédiat de Wilson était de renverser le système de Van Buren, qui subordonnait les candidats à la présidence aux partis politiques. Wilson cherchait au contraire à élever le leader politique au-dessus de son parti. Ce qui l’intéressait, bien sûr, ce n’était pas seulement le processus de sélection des candidats à la présidentielle, mais bien davantage la fonction présidentielle elle-même, en ce sens qu’elle constituait selon lui le centre du système politique américain. Ce qu’il ambitionnait, c’était un changement complet dans la manière de penser le système politique américain, et ceux qu’il avait finalement en ligne de mire, c’étaient les Pères fondateurs eux-mêmes.

23La théorie wilsonienne reposait sur une version spécifique de la « démocratie des chefs », à savoir l’idée selon laquelle le cœur du système démocratique moderne résidait dans la relation spécifique existant entre un leader populaire individuel et le peuple. Cette relation devrait prévaloir sur toute considération constitutionnelle formelle. Wilson entendait par là insuffler à la présidence cette dimension de leadership populaire susceptible de modifier à la fois la lettre et l’esprit du système politique américain, dépassant ainsi la séparation institutionnelle des pouvoirs et vivifiant du même coup ce qui lui apparaissait comme une structure mécanique surannée. Woodrow Wilson écrivait alors en référence au président fédéral :

  • 13 W. Wilson, Constitutional Government in the United States (1908), New York, Columbia University Pr (...)

« La nation, dans son ensemble, l’a choisi et a bien conscience de n’avoir personne d’autre que lui comme porte-parole politique […]. Qu’on lui laisse l’occasion de gagner la confiance et l’admiration du pays, et aucune autre force singulière ne pourra alors lui résister13. »

24Wilson pouvait, bien entendu, se référer en cela pour partie aux Pères fondateurs, qui s’opposaient à toute dimension partisane de la fonction présidentielle et qui mettaient l’accent sur le fait que le chef de l’exécutif devait avoir une stature d’homme d’État. Mais l’idée que Wilson se faisait de cette stature différait sensiblement de celle des Pères fondateurs. Si ces derniers se méfiaient du leadership et de la rhétorique populaires, Wilson pensait quant à lui que l’aptitude à manier les arts oratoires était pour un leader politique une qualité cruciale.

  • 14 W. Wilson, Congressional Government: A Study in American Politics, Boston, Houghton Mifflin, 1885, (...)

25Il est tout à fait naturel, écrivait-il alors, que les « orateurs soient les leaders d’un peuple capable de s’auto-gouverner14 ». La démocratie moderne consistait, selon lui, précisément dans l’affrontement de puissants orateurs dans le débat public. Un grand leader politique devait être en effet quelqu’un qui soit capable de se rallier la populace en faisant publiquement usage d’une noble rhétorique. Dans certains de ses écrits, Wilson tombe en extase devant l’état de grâce rhétorique de ces orateurs qui parviennent à surmonter la résistance populaire et à convaincre le peuple d’embrasser une juste cause.

26La théorie wilsonienne contribua à fonder ce qu’on appelle souvent aujourd’hui la « présidence rhétoricienne » (rhetorical presidency). Selon cette conception de la charge, on attend que le président fédéral soit en dialogue constant avec l’opinion publique et qu’il s’adresse directement au peuple, sans passer par le Congrès ni n’importe quelle autre institution. Idéalement, le président fédéral deviendrait ainsi le leader de l’opinion publique nationale, et celle-ci deviendrait du même coup la force majeure du gouvernement de la nation.

  • 15 W. Wilson, « Cabinet Government in the United States », R. Stannard Baker et W. E. Dodd (ed.), Col (...)

27Wilson cherchait à défendre cette conception rénovée de la présidence à l’encontre des inquiétudes passées quant aux dangers inhérents aux artifices populistes. Une part de la solution avancée reposait sur l’idée que le rapport existant entre les leaders politiques et l’opinion publique était désormais voué immanquablement à changer de nature. Étant donné la diffusion plus rapide de l’information dans les sociétés modernes, le peuple – selon Wilson – se sentirait aujourd’hui plus proche de ses leaders et verrait ses attentes considérablement s’accroître quant à leur implication communicationnelle (un argument qui est devenu bien plus prégnant depuis, avec l’apparition de la radio et de la télévision). Mais l’argument majeur de Wilson consistait à dire que, contrairement à autrefois, il était moins nécessaire de nos jours de contrôler institutionnellement la démagogie. Les inquiétudes formulées par les Pères fondateurs ainsi que Martin Van Buren étaient en l’espèce exagérées, à tout le moins pour la modernité. En une période éclairée comme la nôtre, dotée d’une presse vigilante et d’une opinion publique mieux éduquée qu’autrefois, les appels démagogiques au peuple auraient en effet bien peu de chance d’aboutir : « Les charlatans ne sauraient parvenir longtemps à se faire passer pour des hommes d’État dès lors que tout le pays leur fait face en tant qu’instance critique. » Une plus grande transparence encore pourrait même permettre de progresser dans la rationalisation des débats, moyennant « une publicité absolue sur tout ce qui touche au gouvernement15 ». Il n’est pas sans intérêt de noter qu’au moment même où cet argument était formulé, nombre de spécialistes en sciences sociales soulignaient le caractère irrationnel des conduites de masse ainsi que les pouvoirs délétères de la propagande.

28À juste titre, Wilson et les Progressistes considéraient qu’il existait un lien direct entre le processus de sélection des candidats et la fonction présidentielle.

29Or une nouvelle compréhension de la charge impliquait de repenser les modalités même de la sélection. Les Progressistes s’accordaient à cet égard sur la nécessité de garantir que les candidats présidentiels échappent à l’influence des partis politiques, à tout le moins sous leur forme actuelle. Selon eux, les partis politiques américains étaient totalement corrompus et s’intéressaient davantage à la victoire finale qu’aux questions de principe ; ils craignaient de promouvoir des leaders forts et se tournaient plutôt vers des gens médiocres et dociles. La nomination des candidats à la présidence se faisait par le biais d’accords conclus, dans le secret des fumoirs, entre les bosses de ces mécaniques partisanes. Ainsi barrait-on la route – aux États-Unis – à tout leadership authentique.

  • 16 Ibid., p. 36 et 37.

30Les Progressistes avancèrent deux différents types de solution pour supplanter les partis politiques à l’ancienne. La première consistait à créer un type radicalement nouveau de parti politique, constitué autour des positions du candidat victorieux. « La dégradation actuelle de nos partis politiques », écrivait Wilson, « tiennent en huit mots : pas de leader, pas de principes ; pas de principes, pas de partis16 ». De ce point de vue, les candidats devaient être désignés à la suite d’élections populaires (primaires), et les partis politiques devaient adopter le « programme » du vainqueur respectif. Cette première solution correspond à ce qu’on appelle les partis candidat-centrés. La seconde solution avancée par les Progressistes consistait à se passer de tout parti politique et à autoriser les leaders potentiels à se présenter directement à l’élection finale, moyennant peut-être une nouvelle procédure lors du vote final. Quoique différentes quant à la forme, ces deux propositions institutionnelles traduisaient bien la même idée de base de la « démocratie des chefs ».

31Wilson et les Progressistes rénovèrent l’élection présidentielle et en rehaussèrent le prestige. Bien sûr, les élections avaient toujours été considérées comme quelque chose de nécessaire et d’important – et comment aurait-il pu en être autrement ? –, mais pour nombre d’analystes politiques il importait de rester conscient des risques et des dangers potentiels qu’elles présentaient. Du point de vue progressiste en tout cas, les élections accédaient à un statut nouveau, considérablement rehaussé. Ainsi en vint-on à les décrire comme étant quasiment la pièce maîtresse du régime républicain, i. e. un moment crucial du débat public, et l’occasion pour tout leader de faire preuve de son habileté rhétorique.

Politique contemporaine

32Il fallut attendre de nombreuses années avant que ne parviennent à s’imposer les propositions progressistes visant à réformer le processus de sélection des candidats à la présidentielle. De l’Ère progressiste à 1968, le système politique se maintint ainsi en équilibre, à mi chemin entre l’ancienne manière de sélectionner les candidats (sous la houlette des partis et de leurs caciques) et la nouvelle manière, lors d’un vote populaire à l’occasion de primaires. Les candidats avaient alors le choix entre deux stratégies de nomination différentes : soit la voie « interne » en mobilisant l’organisation du parti, soit la voie « externe » en sollicitant les suffrages populaires. Après 1972, c’est le système que les Progressistes appelaient de leurs vœux qui s’est imposé, moyennant un large soutien dans l’opinion publique. Il est de nos jours inconcevable que le peuple américain accepte que le choix des candidats lui soit dicté par les chefs de parti, lesquels manquent à ses yeux de légitimité pour le faire. Les accords entre partis politiques et entre bosses de parti politique ne sont plus aujourd’hui que les vestiges d’une histoire ancienne.

33Avec l’adoption du système progressiste se mit alors en place, au sein des partis, un processus de nomination au cours duquel le leadership populaire jouait un rôle majeur. Moyennant les règles et les procédures d’un processus complexe, certaines des conceptions progressistes en matière de leadership ont dès lors triomphé. Bien entendu, les Américains ne partagent pas entièrement l’idéalisme foncier de Wilson quant aux orateurs populaires, et ils ont bien pris conscience, entretemps, du caractère souvent frelaté de certaines candidatures. C’est du reste une chose que Wilson avait pour partie lui-même pointé : un système de compétition ouvert doit permettre de repérer les démagogues et les charlatans. Était-il en cela cependant trop optimiste ?

34Étant donné la nature de la vie politique, les candidats expérimentés, et disposant d’un large réseau, se trouvent considérablement avantagés dans n’importe quel type de processus électoral, et la plupart des candidats nominés par ce nouveau système auraient pu l’être tout aussi aisément dans les systèmes antérieurs. Ceci étant, le système présent offre de nouvelles possibilités. Il a donné l’occasion de faire leurs preuves à des « orateurs » qui n’avaient jusque-là que peu ou pas d’expérience à des postes de responsabilité, et peu ou pas de stature du tout. Certains candidats aux mérites douteux comme George Wallace, Jesse Jackson, Pat Buchanan, Pat Robertson, Howard Dean et John Edwards – pour n’en nommer que quelques-uns – ont ainsi pris part aux élections présidentielles, et même si aucun d’eux n’a réussi, ils n’en ont pas moins influé sur le déroulement des différentes campagnes. Un ou deux d’entre eux a d’ailleurs véritablement eu une chance de l’emporter. Tout récemment encore, John Edwards – que l’on peut, sans être injuste, qualifier de démagogue – a failli être désigné comme candidat du Parti démocrate, à deux reprises, en 2004 et 2008.

  • 17 M. Weber, Économie et société, trad. fr., Paris, Plon, 1971, vol. 1, p. 249 (réimpression Paris, P (...)

35La nomination de Barack Obama en 2008 illustre plusieurs facettes de ce système. Obama a en effet montré qu’il était aujourd’hui possible d’être désigné candidat à la présidence (et même éventuellement de devenir président), pour une large part, grâce à ses seules ressources oratoires. Obama était quasiment inconnu avant la campagne et ne pouvait faire montre d’aucun bilan à des postes de responsabilité. Ce n’est pas sur la base de ce qu’il a fait auparavant qu’il s’est forgé une réputation, mais entièrement en raison de ce qu’il a été amené à faire durant sa candidature, lorsqu’il est apparu comme quelqu’un doté d’une grande intelligence et d’une forte capacité à inspirer les foules. Par des formules rhétoriques qui en appelaient au « changement » et à « l’espoir », Obama a réussi, pendant un moment, à créer un attachement quasiment spirituel entre le leader qu’il était et ses partisans. Il était doté de ce que Max Weber a parfaitement décrit sous le nom de charisme, à savoir cette « qualité extraordinaire […] d’un personnage, qui est, pour ainsi dire, doué de forces ou de caractères surnaturels ou surhumains ou tout au moins en dehors de la vie quotidienne, inaccessibles au commun des mortels17 ».

36Ce que Weber entendait entre autres choses par là, c’était que le charisme impliquait un rapport particulier entre un leader et ses partisans. Si l’on revient sur la campagne de 2008, ce qui est le plus frappant, ce n’est pas tellement la rhétorique d’Obama, mais bien plutôt ce désir, dans la population, d’un leader (aussi bien en Europe qu’aux États-Unis du reste), un leader que l’on imaginait alors presque comme une sorte de sauveur. Nulle trace de modération ou de principes « constitutionnels » dans un tel sentiment. Les sociétés démocratiques contemporaines semblent ainsi en passe d’oublier les dangers inhérents aux artifices populistes ; elles semblent par là même perdre de vue qu’il demeure nécessaire de les contrôler par des moyens institutionnels.

Notes

1 A. de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, vol. I, Partie I, chap. 3.

2 NDT : étant donné que l’expression de « leader democracy » est le décalque anglo-américain du concept wébérien de « Führerdemokratie », nous adoptons dans tout le reste du texte la traduction usuelle de « démocratie des chefs ».

3 Ainsi de George Mason, par exemple, dans le discours qu’il prononce le 17 juin 1788 durant le débat sur la ratification de la Constitution en Virginie, cf. [http://press-pubs.uchicago.edu/Founders/documents/a2_1_1s16.html].

4 Le Fédéraliste, no 1.

5 Le Fédéraliste, no 68.

6 Le Fédéraliste, no 58.

7 Le Fédéraliste, no 72.

8 M. Van Buren, The Autobiography of Martin Van Buren, J. C. Fitzpatrick (ed.), Annual Report of the American Historical Association, 1918, p. 193.

9 Th. Ritchie, The Virginia Enquirer, Janvier 1, 1824. Voir également The Virginian Enquirer, 23 décembre 1823, cité par James Ceaser, Presidential Selection, Princeton, NJ, Princeton University Press, 1979, p. 137.

10 Cf. l’Amendement XII de la Constitution des États-Unis d’Amérique.

11 Lettre de Martin Van Buren à Thomas Ritchie, 13 janvier 1827, citée par J. Ceaser, Presidential Selection, op. cit., p. 160.

12 Lettre de Martin Van Buren à Thomas Ritchie, 13 janvier 1827.

13 W. Wilson, Constitutional Government in the United States (1908), New York, Columbia University Press, 1961, p. 68.

14 W. Wilson, Congressional Government: A Study in American Politics, Boston, Houghton Mifflin, 1885, p. 85.

15 W. Wilson, « Cabinet Government in the United States », R. Stannard Baker et W. E. Dodd (ed.), College and State, New York, Harper Brothers, 2 vol. , 1925, vol. I, p. 37.

16 Ibid., p. 36 et 37.

17 M. Weber, Économie et société, trad. fr., Paris, Plon, 1971, vol. 1, p. 249 (réimpression Paris, Pocket, 1995, vol. 1, p. 320).

Auteur

Professeur de Science Politique, université de Virginie.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search