Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Geoffroy de Montalembert (1898-1993)

 | 
David Bellamy

Troisième partie. Un notable en son siècle

Chapitre XVI. Un homme de convictions

Texte intégral

1Le profond enracinement local, sa gestion d’Ermenouville, les caractères aristocratiques de son mode de vie, l’action militante de large ampleur de son épouse, toutes ces données ne sauraient suffire à brosser les traits de la notabilité de Geoffroy de Montalembert. Homme d’action, proche de ses concitoyens et attentif à ne pas laisser ses activités parlementaires l’éloigner des populations normandes, ses engagements étaient portés par des convictions intenses.

  • 1 On ne doit donner aucun sens partisan à ces termes car Montalembert ne fut jamais membre du Centre (...)

2Montalembert n’était en rien un idéologue ou un penseur. Éloigné de tout esprit systématique, rien ne pourrait moins le caractériser que l’adhésion à une construction politique abstraite. Pragmatique, il croit qu’il est possible d’harmoniser la modernité avec certaines valeurs, sans repousser l’une ni faire des secondes les vecteurs d’une nostalgie impuissante. En ce domaine, on comprend son attirance pour le gaullisme. Ainsi donc, convaincu des vertus du dialogue et de la possibilité de rapprocher les points de vue, refusant de s’inféoder à un esprit de parti, Montalembert fut à la fois un indépendant et un modéré1. Cette position explique sans doute une partie de sa longévité politique, de sa popularité et du respect qui l’entourait.

3Il était néanmoins identifié à quelques grandes idées portées avec passion. L’étude de sa carrière a ainsi permis de mettre en évidence ses convictions les plus fortement enracinés, celles qu’il défendit et qui ont façonné son image de notable.

La Patrie

  • 2 Procès-verbal de la séance du 8 juin 1983 de la commission des Finances du Sénat.
  • 3 Procès-verbal de la séance du 6 novembre 1986 de la commission des Finances du Sénat.

4Le patriotisme fut un des plus puissants ressorts de l’action de Montalembert et une de ses plus profondes convictions. Il lui venait de sa vieille culture familiale d’attachement au roi et à la France. C’est sans doute de tous les éléments reçus en héritage, celui qu’il avait le plus intériorisé. Sa représentation du monde s’est édifiée autour de l’idée de la grandeur de la patrie et de la noblesse de la servir. Elle s’illustra par son attachement à l’armée dont il défendit constamment le budget. En 1983, il estima ainsi, devant ses collègues de la commission des Finances, que la Défense nationale devait faire l’objet d’une priorité budgétaire absolue2. Il souhaitait encore qu’un enseignement civique permît une meilleure compréhension de ses buts par la jeunesse et que les appelés fussent fiers de se montrer en uniforme3.

5Son patriotisme est également profondément lié à l’idée de territoire. Sa naissance dans le Nord, dans une zone de confins, a marqué son image de la patrie. Il est, en effet, un homme de la frontière. Dès son plus jeune âge, elle a fait partie de son univers quotidien. Au début de la Grande Guerre, il a vu les populations belges la franchir pour échapper à l’avancée allemande. Il l’a expérimentée ensuite pendant son évasion. Certes, la frontière n’a pas le même poids dans sa représentation que pour les hommes de l’Est de la France, pour les Wendel par exemple. La vie près de la frontière belge ne comportait pas le même imaginaire du danger ennemi que la frontière franco-allemande.

  • 4 Témoignage Monory.

6La France est pour lui d’abord une terre, au sens le plus matériel du terme. Montalembert est « un vieux terrien du sol français4 ». C’est dans la terre du Nord puis dans la terre cauchoise que s’incarne d’abord son pays. La pratique de la chasse exprimait cette affection pour le sol natal. Son goût pour l’agriculture, sa volonté de constamment chercher à améliorer la culture tient sans doute aussi de cette représentation terrienne de la France. La terre, dans le Nord puis en Seine-Maritime, c’est encore le lieu de l’enracinement familial. N’y avait-il pas dans son habitude d’aller se promener dans le village d’Ermenouville dès son retour de Paris, en commençant par arpenter la longue allée menant du château au centre du bourg, ce besoin de retrouver un long contact avec une terre, sa terre ? Il est frappant, encore, de constater qu’il désira reposer à même cette terre, sous un tertre, sans caveau. Sa petite patrie qu’il ne manquait jamais d’évoquer devant ses collègues parlementaires, c’était d’abord par elle qu’il se représentait la France. Sa patrie, c’était aussi des populations auxquelles il était attaché. Celle d’Annappes d’abord, qu’il connaissait parfaitement, puis celle d’Ermenouville et des environs qu’il fréquenta moins jusque dans les années 1930 mais au sein de laquelle il s’enracina ensuite.

  • 5 Témoignage Klein. Montalembert y fait allusion à dans un de ses discours de doyen d’âge : « […] No (...)

7Ce patriotisme fut évidemment et très profondément marqué par son expérience des deux conflits mondiaux. Plus globalement, chez Montalembert, patrie et guerre étaient très liées. Tous les grands ancêtres découverts dans sa jeunesse avaient été des hommes de guerre et avaient défendu la patrie par le combat. La Grande Guerre fut un creuset décisif pour sa personnalité et son identité politique. Elle vint, chez lui, confirmer les principes familiaux. La Patrie, ce fut alors la terre natale occupée et les populations persécutées par l’ennemi. Le patriotisme, ce fut l’exemple de son père tâchant de protéger ses administrés et de résister aux exigences allemandes. La Première Guerre mondiale fut encore l’occasion de mettre en actes cette affection pour son pays. Accompagner son père dans son travail quotidien lui suffit sans doute quelques temps, mais très vite, il voulut entrer dans le combat. L’évasion, le passage de la frontière, la clandestinité ne lui firent pas prendre de faux risques. Au regard de ce qu’avait été sa vie jusqu’alors, il faut prendre au sérieux cette expérience, cet engagement, sous peine de passer à côté de moments qui furent essentiels dans l’achèvement de la formation de sa personnalité. Les très fréquentes allusions à la Grande Guerre, jusqu’à la fin de ses jours, se comprennent ainsi. Quand il faisait visiter le Sénat à un groupe de scolaires, il les emmenait devant les fresque de Lucien Simon qui représentait plusieurs épisodes du conflit de 19145.

  • 6 ADSM 160J122.

8Jusqu’à la fin de ses jours, il resta très attaché à son identité d’ancien combattant. Il fut le président de la section locale d’Ermenouville de l’Union Nationale des Combattants. Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, quand un groupe de l’Union Française des Associations d’Anciens Combattants se forma en Seine-Inférieure, il représenta, au sein de cette fédération, les membres de l’UNC. Montalembert présida chaque année de nombreux repas des anciens combattants. Le thème principal de ses propos était alors le rappel de l’union des soldats au combat. Il expliquait qu’une fraternité d’armes s’était développée entre les combattants et que cela devait servir d’exemple à l’ensemble des Français. Le souvenir de la Grande Guerre était utilisé pour appeler ses concitoyens à l’union pour le pays. Il résumait le tout en répétant la devise combattante : « Unis comme au front6. »

  • 7 ADSM 160J159.
  • 8 ADSM 160J122.

9Ses fonctions de maire l’amenèrent à s’occuper, à plusieurs reprises, du rapatriement des corps de soldats de son village morts pendant la Seconde Guerre mondiale7. À ses yeux, le combattant mort pour la défense de la patrie devait être enterré dans le sol natal, près des siens qu’il avait défendus jusqu’à la mort. Ainsi, en 1948, le corps de Maurice Boust, tué au combat dans les Ardennes en juin 1940 à l’âge de 21 ans, est rapatrié à Ermenouville. Le cercueil repose une nuit dans la salle commune de la mairie avant d’être inhumé et est veillé par les anciens combattants. Le lendemain, Geoffroy de Montalembert prononce un discours : « Ne l’oublions pas : c’est par cette gloire et c’est par ces sacrifices que s’est faite la Patrie et c’est grâce à l’une et aux autres qu’elle résiste à tous les assauts. Cette pensée me venait, sans cesse, à l’esprit, cette nuit en veillant et en priant, au pied du cercueil […]. Je songeais, auprès de la famille si durement frappée et à côté des anciens combattants, à la cruauté de l’épreuve […]. Et cependant, ma méditation devenait confiante et douce, parce que, fixant tour à tour notre drapeau et ce cercueil, je mesurais, du même coup, la grandeur du sacrifice et celle de la Patrie. Tout s’illuminait, tout s’apaisait, tout s’expliquait par l’amour de la France, la bravoure de ses fils et l’union de ses enfants pour la défendre et la sauver […]. Au moment où le cercueil va rejoindre, dans cette terre cauchoise qu’il a si souvent remuée, ceux de ses camarades de combat de 1914-1918, pourquoi en plus des fleurs qui se fanent, ne ferions-nous pas devant celui que nous pleurons et qui a accompli à son poste son rude devoir jusqu’à en mourir, le serment de rester, à notre tour, fidèles au nôtre, c’est-à-dire de nous souvenir de nos grands morts, de leurs enseignements, et de tout faire, dans la concorde, avec courage, pour que notre Patrie, grâce à eux délivrée et libre, se relève pour une longue période de paix8. »

  • 9 Procès-verbal de la séance du 5 octobre 1987 du conseil municipal.

10Ce souci de la mémoire des combats menés pour la patrie l’amena à réaliser un monument commémoratif à la bataille d’Ermenouville de juin 1940. Chaque année, la date anniversaire de ces combats était l’occasion d’une cérémonie dans le village. En 1987, Geoffroy de Montalembert propose à ses conseillers d’ériger une pierre commémorative de la bataille d’Ermenouville. Devant le coût de l’opération, le conseil municipal émet des réserves9. Mais le maire se montre tenace. Il obtient alors une subvention du Conseil général et fait accepter qu’une souscription soit lancée pour la réalisation de ce monument. Celui-ci est inauguré solennellement en juin 1990.

11À n’en pas douter, c’est ce patriotisme qui fut le ciment de son adhésion au gaullisme et de son attachement à la personne du Général. Si par bien des aspects, il appartenait au monde des notables dont se défiait de Gaulle, Montalembert, on l’a dit, lui resta fidèle, y compris lors du référendum de 1969, en raison d’une représentation commune de la patrie. « Son gaullisme était fondé sur une conception de la nation, de l’État, de la France » analyse Madame Devaud. Cela explique également son opposition à la construction d’une Europe fédérale et sa campagne contre la ratification du traité de Maastricht.

12Ainsi, ce sentiment patriotique exacerbé jusqu’aux limites du nationalisme, hérité de sa culture aristocratique familiale, transmis par son éducation, marqué par de nombreux souvenirs militaires, illustré par son père, renforcé par son engagement dans la Grande Guerre à l’aube de l’âge adulte, lourd d’inquiétudes face au danger allemand dans l’entre-deux-guerres, retrempé dans l’occupation, source de son attitude personnelle de résistance aux exigences allemandes pendant la Deuxième Guerre mondiale et cristallisé autour de la personne de De Gaulle, fut le socle de son identité politique.

La famille

13La défense de la famille, comme cellule première et fondamentale de la société, était un combat de Montalembert. Estimant que c’est à elle que revient, d’abord, la formation des enfants, il illustre bien un des thèmes les plus récurrents du discours des droites.

  • 10 J.O., Compte rendu des débats de la Chambre des députés, séance du 15 juin 1939, p. 1667.
  • 11 Ibidem, p. 1669.

14Au cours de son premier mandat parlementaire, à la Chambre des députés, ses initiatives et ses prises de position illustrèrent le fait qu’après les questions agricoles le souci de la famille l’occupa le plus. Quatre de ses dix-huit interventions en séances furent consacrées à ce thème. Sa défense de la famille passait d’abord par l’exigence d’une intervention de l’État afin que des mesures permissent une reprise de la natalité. La chute de cette dernière est à ses yeux un des aspects essentiels de la crise globale que connaît le pays dans les années 1930. Ainsi inter-vint-il en ce sens, en juin 1939, au cours d’un débat concernant un projet de loi portant amnistie. Il déposa l’amendement suivant : « Sont toutefois exceptés du bénéfice du présent article les délits prévus par la loi du 31 juillet 1920 réprimant la provocation à l’avortement et la propagande anticonceptionnelle10. » Dans son explication publique, il reprit l’expression utilisée quelques jours plus tôt par Edouard Daladier, selon laquelle « la défense nationale était un bloc » pour ajouter qu’au premier rang de ce bloc il y a la famille française : « Si les mesures nécessaires ne sont pas prises, un jour nous n’aurons plus suffisamment d’enfants pour défendre notre territoire11. »

  • 12 J.O., Compte rendu des débats de la Chambre des députés, séance du 14 décembre 1937.
  • 13 J.O., Compte rendu des débats de la Chambre des députés, séances du 14 décembre 1937 et du 20 déce (...)

15Fréquemment, le député d’Yvetot croise ses soucis de défense de la famille et du monde agricole en souhaitant une action des pouvoirs publics en faveur de la famille paysanne. Il demande ainsi que le décret-loi Laval qui est revenu sur des exonérations d’impôts fonciers en faveur d’agriculteurs chargés de famille soit supprimé12. De même, une première fois en décembre 1937 et une seconde fois un an plus tard, il met à l’ordre du jour la suppression du prélèvement de 10 % sur les coupons de rentes appartenant à des personnes morales afin de permettre aux fondations qui distribuent des prix annuels aux familles nombreuses – souvent rurales – de ne pas perdre des sommes importantes aux dépens de ces familles13.

  • 14 D. Ceccaldi, Histoire des prestations familiales en France, Union Nationale des Caisses d’Allocati (...)

16Les dossiers de presse qu’il constitue pour sa documentation personnelle sont très riches, à la fin des années 1930 et au lendemain de la guerre, sur le thème, qui lui est particulièrement cher, des allocations familiales. Après quelques initiatives sporadiques dans la Marine ou les Chemins de fer avant la Première Guerre mondiale, une première loi, votée en 1917, avait institué une indemnité pour charge de famille pour les fonctionnaires. Des réalisations se développèrent ensuite à la faveur d’initiatives privées, comme celle de l’industriel du Nord Eugène Mathon en 1920. Grâce à l’action du démographe et ministre du Travail, Adolphe Landry, les allocations familiales furent progressivement généralisées à l’ensemble des salariés de l’industrie, du commerce et des professions libérales par la loi du 11 mars 193214. Un règlement d’administration publique en date du 5 août 1932 permit une première extension aux salariés du monde agricole. Mais les allocations les concernant étaient encore bien faibles et surtout tout le monde agricole ne pouvait en bénéficier. Seules des initiatives privées d’entraide mutuelle permettaient aux agriculteurs et chefs de familles nombreuses d’obtenir une aide plus substantielle. En 1937, une caisse régionale d’allocations familiales, issue d’une action commune des mouvements de défense paysanne et de la fédération agricole, fut ainsi créée à Yvetot.

  • 15 ADSM 160J122.

17Plusieurs fois, le député de la circonscription exprima l’injustice dont les familles rurales étaient ainsi les victimes. Comme en juin 1937 : « Il n’est pas admissible que, dans une même commune, comme cela se passe dans ma circonscription, un père de famille, travaillant dans une usine, touche presque le triple que celui qui travaille dans l’agriculture. On a beau retourné la question dans tous les sens, on arrive fatalement à ces constatations : 1° que la famille paysanne doit être soutenue au même titre que la famille citadine. 2° que par son organisation et sa structure même, l’agriculture ne pourra jamais supporter les charges de salaires et de cotisations que peuvent supporter l’industrie et le commerce […]. 3° que les familles nombreuses se rencontrent beaucoup plus dans nos familles paysannes qu’à la ville15. » En février 1939, il signa l’amendement à une proposition de loi concernant les allocations familiales, déposé par son collègue du groupe URD, le député de Dunkerque André Parmentier, dans le but de créer une Caisse nationale autonome de compensation familiale qui verserait une allocation familiale identique, dès le second enfant, à tous les chefs de famille. Ce fut le Code de la famille, promulgué en juillet 1939, qui permit au monde agricole d’être traité sur un pied d’égalité avec le monde urbain.

  • 16 J.O., Compte rendu des débats de la Chambre des députés, annexe au procès-verbal de la séance du 2 (...)

18À la fin du mois de juin 1939, au moment où le Haut Comité de la population créé par Edouard Daladier préparait ce Code, Montalembert déposa sur le bureau de la Chambre une proposition de résolution tendant à inviter le Gouvernement à établir, d’urgence, un Statut de la famille française. Dans son exposé des motifs, Montalembert constate tout d’abord qu’avec la crise économique et la prise de conscience du « fléau de la dénatalité […] à une époque où la tension internationale le rend [ait] plus redoutable16 », la question de la famille est venue au premier plan des préoccupations du législateur. Devant l’urgence de la situation et « l’état d’alerte » dans lequel se trouve le pays, il ne paraît pas possible que dans ce domaine, le gouvernement agisse autrement que par un décret-loi. Montalembert entend donc, par cette résolution, inviter le gouvernement à agir vite et lui indiquer les principes essentiels à suivre.

  • 17 Ses proches insistent sur le drame que fut, en particulier, le décès du jeune François-Xavier. « L (...)

19Ce souci de la famille est une des clés pour comprendre les engagements de Geoffroy de Montalembert et de son épouse. Leur conviction en ce domaine leur venait d’une tradition familiale mais fut renforcée par les drames personnels qu’ils rencontrèrent. On se souvient que le jeune maire d’Annappes perdit, quelques jours après son père, sa première épouse, immédiatement après la naissance de sa seconde fille. Dans le foyer reconstitué par son union avec Odile de Wendel, plusieurs enfants moururent, peu après la naissance comme Jean en 1932, Guy en 1934, Geoffroy en 1937, Marie-France en 1941, ou à un âge plus avancé comme François-Xavier, né en 1946 et mort à onze ans. Ces deuils furent des épreuves très profondes sur lesquelles ils s’exprimèrent très peu17.

  • 18 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 13 décembre 1974, p. 2902.

20Cette défense de la famille le conduisit à s’opposer, avec 33 autres sénateurs, à l’adoption de la proposition de loi Neuwirth sur la régulation des naissances de 1967. Sept ans plus tard, il intervint dans le débat sur l’interruption volontaire de grossesse. Sa position est dictée alors par ses convictions religieuses et il s’oppose au texte proposé par Simone Veil : « Dans un pays vraiment civilisé, nulle autorité, même souveraine, ne se reconnaît, hors le cas de légitime défense, le droit de vie ou de mort sur aucun être humain. La vie et la mort sont des mystères dont le secret s’impose à tous et d’abord aux législateurs, s’ils sont humains18. » Il fait référence au droit romain pour signaler que l’enfant à naître doit avoir les mêmes droits et la même protection que l’enfant né. Il exprime sa crainte que cette loi n’ouvre la porte à des évolutions qu’il juge néfaste : « La génération qui aura légalisé l’avortement ne devra pas s’étonner si les générations suivantes – c’est-à-dire celles qui auront échappé à l’avortement – n’éprouvent pour elles aucun respect, et qui sait si, sous le nom d’euthanasie ou sous quelque autre euphémisme, elles ne légaliseront pas un jour le parricide ! »

21On le voit, la défense de la famille fut un fondement essentiel de sa vision de la société. Mais Geoffroy de Montalembert estimait encore qu’elle devait agir pour borner l’action de l’État, en particulier dans le domaine de l’éducation.

Un libéral conservateur

  • 19 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 25 novembre 1969, p. 876.

22Montalembert s’affirme encore comme un libéral, tant il est soucieux de la préservation d’un espace pour toutes les initiatives individuelles et l’exercice des libertés. Les racines de ce libéralisme se situent dans son héritage familial comme il l’explique au Sénat en 1969 : « De toutes mes fibres de libéral et d’homme politique, me rappelant les causes défendues par les miens dans le passé et que je me suis efforcé de soutenir par mes pauvres moyens […]19. »

  • 20 Dans une lettre à l’abbé Delannoy, curé d’Annappes, Montalembert écrit, en 1938, qu’il a donné tou (...)

23Son combat en faveur de la famille vise à laisser aux parents toute latitude dans la formation dont ils entendent faire bénéficier leurs enfants. On a dit, à plusieurs reprises, que le sénateur et maire d’Ermenouville, ainsi que son épouse, avaient été des défenseurs de la liberté de l’enseignement. Dans leur village, ils l’ont encouragée de leurs deniers personnels. Auparavant, dans le Nord, Geoffroy de Montalembert, après son père, avait aussi œuvré pour l’enseignement catholique20.

  • 21 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 21 juin 1947, p. 822.
  • 22 Ibidem.

24S’il exprime souvent son souhait que l’État soit efficace dans son domaine d’action, il répète encore plus souvent qu’il faut éviter tout dirigisme. C’est en particulier dans le domaine économique et financier que ce libéralisme est le plus défendu par Montalembert. Pendant toute sa carrière, il ne cesse de redire que l’économie nationale est soumise à trop de contraintes étatiques. Cette critique du dirigisme est fondée sur un souci d’économie. Montalembert estime en effet que la multiplication des domaines d’intervention de l’État provoque des dépenses inutiles. Il le dit lors du débat budgétaire de 1947 : « Alors que l’on devrait faire des économies, on dilapide. Alors que l’on devrait vivre modestement, alors que le train de vie de la nation devrait être diminué, on assiste à une éclosion d’emplois improductifs nés d’un dirigisme excessif »21. Et il explique, qu’au final, c’est sur le contribuable que repose la charge. Ce libéralisme vise aussi à permettre la libre initiative à tous ceux qui sont capables de dynamisme dans la société. Trop de contraintes ôtent aux plus jeunes le goût d’entreprendre : « Le goût du risque […] a disparu dans notre jeunesse, car on “plafonne” en France. On a laissé dire : vous serez tous retraités ; demain, on rasera gratis ; vous serez tous assurés sur la vie et sur la mauvaise fortune. Ce n’est pas comme cela que l’on fait un pays fort22. » Il s’agit ici d’une critique très nette d’une certaine culture de l’État-providence particulièrement forte au lendemain de la guerre. Montalembert ne cesse de combattre pour que l’État se limite aux strictes affaires dont il a traditionnellement la charge. C’est pourquoi il combat les nationalisations qui ont suivi la Libération. À ses yeux, les trop nombreuses règles que l’État impose aux sociétés, aux commerçants, aux agriculteurs et à tous les acteurs de la vie économique sont des éléments qui contraignent l’activité du pays.

  • 23 Bulletin des commissions du Sénat du 17 juin 1975.
  • 24 Bulletin des commissions du Sénat du 4 juin 1987.

25Son libéralisme s’affirme aussi dans le domaine financier et fiscal. Montalembert stigmatise, tout au long de sa carrière, la trop forte pression des impôts et des taxes. Les droits sur les successions lui paraissent particulièrement injustes. En 1975, lors de l’étude d’un rapport sur le VIIe plan, il déclare que l’impôt sur les successions est inique et qu’il faudrait mieux le remplacer par un impôt annuel modéré sur le capital23. Ce souci s’explique par les difficultés que les partages successoraux posent aux agriculteurs et les risques que font courir les droits à payer à cette occasion sur le maintien de la propriété agricole. Ce même enracinement dans le monde rural le pousse à demander, en juin 1987, la suppression de l’impôt foncier non bâti qui pèse sur les propriétaires24.

  • 25 J.O., Compte rendu des débats du Conseil de la République, séance du 24 juin 1947, p. 821
  • 26 Il le qualifie ainsi lors d’une séance au Conseil de la République, en juin 1947, à l’occasion de (...)
  • 27 Procès-verbal de la séance du 29 février 1952 de la commission des Finances.

26S’il appelle à une réduction du rôle de l’État dans le domaine économique et à un allégement de la fiscalité, il est également un apôtre de la stricte orthodoxie budgétaire. Comme le fait tout individu, l’État doit gérer son budget de manière rigoureuse : « […] Le premier devoir pour un gouvernement est d’équilibrer son budget25. » Cela l’amène à faire, en plusieurs occasions, l’éloge de Poincaré, « ce grand Lorrain, sauveur du franc26 » et de sa politique. Il prend également fait et cause pour la Banque de France lorsque celle-ci avertit le gouvernement des dangers de sa gestion et il souligne la nécessité qu’un tel organisme existe, assez indépendant du pouvoir politique pour expertiser la situation financière du pays27. Il retrouve, ce faisant, la tradition de François de Wendel.

27C’est, outre les convictions de son père, sans doute celles de François de Wendel qui contribuèrent à forger les options politiques de Montalembert dans ce domaine de l’orthodoxie financière et du libéralisme économique.

L’union des droites

  • 28 ADSM 160J216.
  • 29 Article pour L’Abeille cauchoise non daté mais dans lequel il présente ses vœux pour l’année 1937. (...)
  • 30 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 2 octobre 1992, p. 2578.

28Dans le domaine politique, Geoffroy de Montalembert chercha toujours à réaliser la plus large union. La capacité de se rassembler pour une œuvre commune était, à ses yeux, une vertu politique des plus fortes et un combat de tous les jours. André Bettencourt le décrit ainsi : « Monsieur de Montalembert était essentiellement un homme d’union. Tout ce qui pouvait diviser l’opinion le sensibilisait […]. Tous les petits camps l’agaçaient. » L’appel des populations au regroupement et à l’union constitue un des thèmes les plus récurrents dans ses propos, tout au long de sa carrière. Dans la profession foi qu’il rédige pour les élections municipales de 1929 à Annappes, il fait inscrire en caractères gras et larges la formule : « Unir et ne jamais diviser » et proclame qu’il a toujours répudié les luttes stériles28. Lorsqu’il se présente à la députation à Yvetot, en 1936, il condamne les discordes qui affaiblissent la position de la France dans le monde et il en appelle à l’union républicaine. Le plus virulent de ses griefs contre la majorité et les gouvernements du Front populaire fut qu’ils accrurent, à ses yeux, la désunion des Français jusqu’à un point extrême. Il l’exprime dans le bilan qu’il dresse des six premiers mois du ministère Blum : « Peut-on nier que la discorde soit plus profonde ; le désordre plus apparent ? Et comment méconnaître que la haine ne fut jamais plus farouche, ni violente29. » Face aux menaces extérieures de la fin des années 1930, il répète que les Français doivent s’unir. À l’autre extrémité de sa carrière, dans ses discours de doyen d’âge, le même thème revient. En 1992, il achève ses propos en appelant ses collègues à « s’efforcer de rassembler autour de vérités simples, claires, précises, pour le bien de notre cher et grand pays et, désormais, pour l’Europe, rassembler toujours, pour l’élever30 ».

  • 31 L’Abeille cauchoise du 11 novembre 1936. ADSM 160J120.
  • 32 Ibidem.
  • 33 Position cohérente avec celle des anciens combattants. Cf. A. Prost, les anciens Combattants et la (...)

29Le fondement de ce souci du rassemblement réside dans une représentation de la patrie comme une immense famille capable de grandes choses lorsqu’elle évite les discordes. L’exemple, constamment répété par lui, de la véracité de cette idée fut la Grande Guerre. Il le dit dans un article qu’il rédige pour l’Abeille cauchoise à l’occasion des dix-huit ans de l’armistice : « […] Ce qui faisait la force de cette armée, ce qui l’avait rendue invincible et qui allait la rendre triomphante, c’était son unité morale, l’unanimité de tension de ses volontés vers le but à atteindre […]. Une armée ? Oui. Mais surtout une famille, où toutes les classes étaient confondues et toutes les valeurs unifiées, la collaboration devenait l’habitude et la solidarité la loi […]. Nous nous sommes aimés et unis, nous avons vaincu31. » Il rêve d’une France où toutes les classes sociales travailleraient ensemble. C’est d’ailleurs ce désir de concorde qui fonde les idées corporatistes qu’il défend dans l’entre-deux-guerres : « La paix sociale n’est qu’un équilibre entre des forces économiques. Intelligence, Travail, Capital : trois éléments qui se complètent. Toutes les fois qu’on les unit, le pays est prospère ; toutes les fois qu’on les dissocie, la misère règne32. » Pendant toute sa carrière, Montalembert fut un nostalgique de la période de la Grande Guerre en raison de la représentation qu’il en garda d’une période de rassemblement des Français33. C’est là l’explication de ses références constantes à ce temps. Il l’avait transformé, en quelque sorte, en incarnation mythique d’un objectif d’unité des populations qui lui venait de la symbolique politique reçue en héritage de sa culture familiale : celle qui faisait des Français autant de fils groupés autour de leur père souverain.

30C’est aussi ce souci de l’union qui fut la base essentielle de son anticommunime. À ses yeux, le plus grand crime des communistes était d’entretenir et de fortifier la lutte des classes et donc d’empêcher ce rassemblement. Il voit dans les grèves de mai et juin 1936 la preuve que le PCF veut attiser les divisions au risque de mener la France à la guerre civile. Cette recherche du plus grand rassemblement possible permet de comprendre ses choix partisans. S’il se tourne vers la Fédération républicaine dans les années 1930, c’est qu’elle représente alors le plus large parti de la droite. S’il est attiré par l’entreprise de La Rocque, c’est qu’elle parvient à rassembler une grande masse de nationaux. Constatant l’échec de la Fédération à devenir un grand parti de la droite après la Deuxième Guerre mondiale, il rejoint le PRL qui porte cet espoir puis finalement le RPF qui semble, lui, parvenir à le réaliser.

  • 34 Témoignage Roulland.

31Du point de vue de la tactique politique et électorale, Montalembert milita constamment pour une union des droites et des modérés. Sa vision des camps, en ce domaine, était en fait binaire. Il y avait la gauche dont il repoussait la politique de discorde et la droite qui devait rassembler tous les républicains modérés. Lors des scrutins, locaux ou nationaux, il fut toujours un adepte d’une unité de candidature à droite. Il utilisait une métaphore cynégétique pour en donner la raison : « Il faut un seul et unique candidat. Quand on va à la chasse et que se lève une bande de perdreaux, tous les perdreaux se lèvent ensemble. Un seul tombe parce qu’ils sont unis34. » Ainsi, à la fin des années 1930, en vue de la préparation du scrutin de 1940, il avait cherché à grouper derrière lui toute la droite en évitant la présence d’un candidat du PSF. Au lendemain de la guerre, il avait abandonné l’idée de mener une liste pour les élections aux deux constituantes puis à l’assemblée nationale de novembre 1946 afin de ne pas diviser son camp mené par René Coty au Havre et Jacques Chastellain à Rouen. Sous la IVe République, il tenta de former des listes communes avec les modérés et, lors que cela fut impossible, ouvrit les listes qu’il dirigea pour les élections au Conseil de la République à des indépendants. C’est au nom de ce même désir d’union qu’il cautionne le ministère Pinay en 1952. Montalembert est toujours prêt à accueillir favorablement un recentrage ou une évolution vers plus de modération des gouvernements de la Troisième force. En juin 1958, il parvient enfin, à sa grande satisfaction, à organiser une liste unique avec les indépendants, acceptant même pour cela de ne figurer qu’en seconde position derrière Roger Houdet. Cette unité de candidature, il la poursuit aux scrutins suivants – 1959 puis 1968 –, toujours en seconde position. En 1977, Montalembert cherche à élargir cette union aux centristes de Jean Lecanuet. Tous les témoignages révèlent que son énergie fut décisive dans la réussite de cette entreprise. On a dit plus haut qu’il accepta le risque d’une défaite personnelle en se portant à la quatrième place. Enfin, en 1986, en dépit de son poids considérable au Sénat, il accepta encore la troisième place. Ainsi, Montalembert ne mena sa propre liste aux sénatoriales qu’en 1948 puis 1952, à deux scrutins où les relations étaient très difficiles entre les gaullistes et les représentants de la droite. Dès qu’il fut possible d’élargir le rassemblement des modérés – aux indépendants en 1958 et aux centristes en 1977 – Montalembert le fit, aux dépens de son rang personnel sur les listes.

32Ainsi, même s’il appartint pendant la plus longue partie de sa carrière au parti gaulliste, Montalembert ne fut pas un « partisan » et souhaita toujours l’union des droites. À ses yeux, la politique était une affaire d’hommes et peu de choses séparaient les modérés. En somme, Montalembert eut sans doute été particulièrement à l’aise dans un système de bipartisme de type britannique.

33Membre de la Fédération républicaine à la veille de la guerre, exempt d’hostilité vis-à-vis du PSF, maréchaliste en 1940, dirigeant du Parti Républicain de la Liberté à la Libération puis du Rassemblement du Peuple Français et des partis gaullistes successifs, Geoffroy de Montalembert eut au total un parcours politique d’une grande cohérence. Sans doute la logique de ces engagements eut-elle pu l’entraîner en 1952 dans la dissidence au RPF et à rejoindre l’ARS. Ce ne fut pas le cas. Le gaullisme fut le plus fort en raison de l’attachement personnel au Général. Sa position en 1969 en atteste.

Une représentation de l’action politique comme un service

34L’amour de la patrie, la défense de la famille et des libertés, la concorde entre Français et l’union entre les droites furent ainsi les « masses de granit des convictions » de Geoffroy de Montalembert. Au terme de leur présentation, il importe de considérer dans quel cadre plus général, il plaçait le sens de son engagement. Ses propos ainsi que les témoignages de ses proches mettent en évidence deux termes qui semblent bien être des clefs pour comprendre l’action de Montalembert : service et vocation. L’action politique comme service et la vie politique comme vocation.

  • 35 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 2 octobre 1992, p. 2578.
  • 36 Paris Normandie du 27 février 1989.
  • 37 ADSM 160J29.

35Dans ce qui devait être son ultime discours de doyen du Sénat, en octobre 1992, Montalembert résumait ainsi ce que la vie lui avait appris : « J’en ai retenu qu’il fallait ne jamais déserter son idéal, toujours combattre pour mieux servir […]35. » Trois ans plus tôt, au journaliste de Paris-Normandie qui l’interrogeait sur ce qui faisait un bon maire, il répondait : « Un bon maire doit avant tout avoir la vocation de servir, vouloir se dévouer à sa commune36. » À l’aube de sa carrière, en réponse à un tract publié contre lui à Yvetot, en 1936, où on l’attaquait sur son nom, il répliquait : « J’aime mieux m’appeler de Montalembert qu’Oustric ou Stavisky… J’aime mieux être avec ceux qui vous servent, que complice de ceux qui vous volent37. » On pourrait multiplier les exemples de son usage de ce terme.

  • 38 Témoignage de Pennart.
  • 39 Discours prononcé le 15 août 1951. ADSM 160J122.

36Il est clair que Montalembert ramenait son engagement au devoir de servir. Ce devoir était particulièrement le sien en raison de son héritage familial. Très jeune, il put lire dans le cahier légué par sa mère que ce devoir était lié à sa fortune et à son extraction. Il fut éduqué selon ce principe. Ce dévouement ne puisait pas ses racines dans un vague humanisme mais dans une foi religieuse évidente à l’observateur. Montalembert vivait d’une solide foi chrétienne. Il ne faisait pas que respecter tous les rites, mais pratiquait, comme son épouse, la prière quotidienne38. André Bettencourt parle « d’une foi éclairée, ouverte à la discussion en restant ferme sur ses principes ». De cette foi, il attesta, en public, en de nombreuses circonstances. Ce fut le cas, par exemple, en 1951, à l’occasion de l’installation, d’un nouveau prêtre à Ermenouville : « La tradition veut que le maire de la Commune remette publiquement au nouveau curé de la paroisse la clef de l’église […]. La clef représente donc la prise de possession, par vous, Monsieur le Curé, d’un domaine qui devient exclusivement le vôtre. Elle nous rappelle, pour nous catholiques, bien autre chose encore : elle reste l’image de la vocation du prêtre dont la mission magnifique est de permettre à l’intelligence et au cœur de s’ouvrir à la lumière de la foi et aux portes du Ciel de ne point rester closes, pour les hommes de bonne volonté, à l’heure du jugement39. » On a dit que le maire d’Ermenouville tenait à la présence d’un crucifix dans la salle du Conseil municipal.

  • 40 Manuscrit d’un projet de lettre du 5 décembre 1941, sans indication d’interlocuteur. ADSM 160J45.
  • 41 Entretien donné au Quotidien de Paris du 24 décembre 1991.
  • 42 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 2 octobre 1989, p. 2429.

37L’autre origine de cet idéal de service a partie liée avec la tradition militaire de sa famille : « J’appartiens à une famille qui a toujours combattu pour la France, soit par l’épée, soit par la plume, soit par la parole40 » écrit-il en 1941. Rester un Montalembert induisait donc qu’il servît lui aussi, après tant d’autres. C’est alors que le terme « vocation » prend tout son sens. Plusieurs fois, il expliqua que l’activité politique n’était pas une activité professionnelle. « La vie politique est une vocation, pas un métier » dit-il41. Il l’exprima souvent en accueillant ses nouveaux collègues du Sénat. En 1989, il proclame du haut du siège présidentiel du Sénat : « Mon métier, mais je n’ai pas de métier ! Je suis un apôtre, mes chers collègues ! (Sourires) Vous les anciens, qui avez déjà été des apôtres, continuez à en être, et vous, les jeunes, devenez-en. Vous savez, les apôtres n’étaient pas des surhommes : c’étaient des hommes tout simples mais qui s’occupaient d’autrui : ils avaient la foi42. » L’altruisme est, pour lui, l’essence de l’action politique. On ne peut donc pas embrasser cette « activité » comme un métier. C’est ce qui fait la grandeur, à ses yeux, de cet engagement.

  • 43 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 2 octobre 1986, p. 3866.

38Pour Montalembert, on s’y lance par passion et par vocation. Le mot revient continuellement dans sa bouche. Ainsi en 1986 : « Je découvre tout à coup le grave problème de la communication entre les générations, problème qui devrait retenir plus qu’il ne le fait, l’attention des politiques que nous sommes, “politiques” au sens le plus élevé du terme. “Politiques” cela ne veut pas dire politiciens. ‘Politiques’, cela ne veut pas dire jouer un jeu. “Politiques”, cela veut dire avoir une vocation, comme la vocation religieuse, comme la vocation militaire, oui, une vocation, un don total de soi pour le bien du pays, don qui est fait de foi, de fidélité, de courage et d’amour43. » L’engagement dans la carrière politique consiste donc, à ses yeux, à répondre à un appel. Ce ne peut être en aucun cas une activité professionnelle ou un engagement dans le but de satisfaire à la recherche d’intérêts personnels. L’action politique englobe toute la vie de celui qui s’y consacre. Cela induit que tous les moments de la vie y soient consacrés, que l’existence même soit organisée en fonction de ses obligations. Cette activité politique « totalisante », Montalembert l’illustra bien, comme on la vu.

39Ces propos sont, chaque fois, salués par les applaudissements de ses pairs. Face à une détérioration de la représentation de l’activité politique, dans les dernières décennies du xxe siècle, ce discours qui proclame la noblesse de la vie politique, qui rehausse cette activité au rang de la vie religieuse est entendu comme une précieuse légitimation de cet engagement. Il faut sans doute voir ici une des raisons qui expliquent l’unanimité qui existait autour de Montalembert au Sénat et dans son département. II était un maillon – et un des derniers – qui reliait les hommes politiques à l’antique tradition aristocratique du service du pays.

40« Foi », « vocation », « apôtres », l’usage de ces termes pour qualifier les fondements de son engagement politique ne peut que frapper par leur référence religieuse. Il les utilise afin d’exprimer l’égale grandeur de la vie politique et de la vie consacrée. Sans doute, ces mots indiquent-ils encore le lien qui existait chez Montalembert entre son identité chrétienne et sa vocation politique.

41Ainsi, comme on l’a vu dans l’étude de sa carrière, l’identité politique de Geoffroy de Montalembert était marquée par des caractères relevant de toutes les traditions de la droite. Son puissant patriotisme, sa recherche d’un pouvoir respecté incarné dans un homme (Clemenceau, Poincaré, de Gaulle) le rapprochait du courant attentif à la sauvegarde des intérêts nationaux. Certes, il n’était pas nationaliste et, comme on l’a vu, appelait de ses vœux la mise en place d’une Europe des nations dans la ligne de la vision gaullienne. Son attachement à la famille comme cellule première et comme modèle de l’organisation sociale relevait de la tradition légitimiste. Enfin, sa défense du libéralisme économique, son attachement à la pratique parlementaire, et en particulier au respect du principe du bicamérisme, renvoient à l’héritage orléaniste. Issu d’une famille monarchiste ralliée à la fin du xixe siècle, attachée viscéralement à l’institution militaire, mais dans laquelle on trouva également des défenseurs des libertés nouvelles, Montalembert semble avoir ainsi opéré une synthèse des cultures de la droite française. On comprend mieux, dès lors, sa recherche constante de l’union de ces familles, en particulier lors des luttes électorales, et les risques personnels qu’il accepta de prendre à cette fin. Pour lui, l’action politique avait certainement une autre fin que sa carrière puisqu’elle dépassait son existence et était inscrite dans une sorte de transcendance. C’est la fidélité à sa croyance et à son héritage familial qui fondait son engagement.

Notes

1 On ne doit donner aucun sens partisan à ces termes car Montalembert ne fut jamais membre du Centre National des Indépendants et Paysans qui, en Seine-Maritime, domina avec Coty, Houdet et Bettencourt.

2 Procès-verbal de la séance du 8 juin 1983 de la commission des Finances du Sénat.

3 Procès-verbal de la séance du 6 novembre 1986 de la commission des Finances du Sénat.

4 Témoignage Monory.

5 Témoignage Klein. Montalembert y fait allusion à dans un de ses discours de doyen d’âge : « […] Nous montons au deuxième étage quatre à quatre (Rires) pour découvrir les trois grandes fresques dont l’une représente – la peinture n’est peut-être pas de grande qualité mais elle constitue un merveilleux rappel – toute l’armée française, celle que j’ai connue, la victorieuse, qui rentre le sabre au fourreau ! […] Je disais alors à ces petits : “Voyez-vous, cela, c’était la France victorieuse, mais surtout c’était la France unanime, la France solidaire, la France patriote, la grande France, celle qui menait le monde”. » J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 2 octobre 1989, p. 2429. Il s’agit de plusieurs toiles marouflées de Lucien Simon (1861-1945) peintes en 1929. La première, Pax in virtute tua, est celle à laquelle Montalembert fait allusion. Elle montre les soldats quittant le champ d’honneur, une fois leur devoir accompli. Les deux autres fresques sont intitulées Pax genitrix et Pacis alumne Ceres.

6 ADSM 160J122.

7 ADSM 160J159.

8 ADSM 160J122.

9 Procès-verbal de la séance du 5 octobre 1987 du conseil municipal.

10 J.O., Compte rendu des débats de la Chambre des députés, séance du 15 juin 1939, p. 1667.

11 Ibidem, p. 1669.

12 J.O., Compte rendu des débats de la Chambre des députés, séance du 14 décembre 1937.

13 J.O., Compte rendu des débats de la Chambre des députés, séances du 14 décembre 1937 et du 20 décembre 1938.

14 D. Ceccaldi, Histoire des prestations familiales en France, Union Nationale des Caisses d’Allocations Familiales, Paris, 1957.

15 ADSM 160J122.

16 J.O., Compte rendu des débats de la Chambre des députés, annexe au procès-verbal de la séance du 22 juin 1939.

17 Ses proches insistent sur le drame que fut, en particulier, le décès du jeune François-Xavier. « La mort de son fils a été un drame atroce. C’était l’héritier. Il n’y avait plus d’héritier direct. Il a énormément souffert » affirme Pierre Klein. Madame de La Rochefoucauld ajoute : « Ce fut une épreuve extrêmement dure à surmonter. Son fils portait tout son espoir. »

18 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 13 décembre 1974, p. 2902.

19 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 25 novembre 1969, p. 876.

20 Dans une lettre à l’abbé Delannoy, curé d’Annappes, Montalembert écrit, en 1938, qu’il a donné tous les bâtiments de l’école catholique, qu’il verse une subvention annuelle de 6 000 francs, paie les impôts afférents et les réparations nécessaires et y affecte une partie des bourses de la fondation de Brigode. Lettre du 14 février 1938. ADSM 160J169.

21 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 21 juin 1947, p. 822.

22 Ibidem.

23 Bulletin des commissions du Sénat du 17 juin 1975.

24 Bulletin des commissions du Sénat du 4 juin 1987.

25 J.O., Compte rendu des débats du Conseil de la République, séance du 24 juin 1947, p. 821

26 Il le qualifie ainsi lors d’une séance au Conseil de la République, en juin 1947, à l’occasion de laquelle il appelle Robert Schuman, ministre des Finances, à imiter son illustre compatriote. Ibidem.

27 Procès-verbal de la séance du 29 février 1952 de la commission des Finances.

28 ADSM 160J216.

29 Article pour L’Abeille cauchoise non daté mais dans lequel il présente ses vœux pour l’année 1937. ADSM160J120.

30 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 2 octobre 1992, p. 2578.

31 L’Abeille cauchoise du 11 novembre 1936. ADSM 160J120.

32 Ibidem.

33 Position cohérente avec celle des anciens combattants. Cf. A. Prost, les anciens Combattants et la Société française, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1977.

34 Témoignage Roulland.

35 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 2 octobre 1992, p. 2578.

36 Paris Normandie du 27 février 1989.

37 ADSM 160J29.

38 Témoignage de Pennart.

39 Discours prononcé le 15 août 1951. ADSM 160J122.

40 Manuscrit d’un projet de lettre du 5 décembre 1941, sans indication d’interlocuteur. ADSM 160J45.

41 Entretien donné au Quotidien de Paris du 24 décembre 1991.

42 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 2 octobre 1989, p. 2429.

43 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 2 octobre 1986, p. 3866.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540