Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Geoffroy de Montalembert (1898-1993)

 | 
David Bellamy

Troisième partie. Un notable en son siècle

Chapitre XV. Le rôle d’Odile de Montalembert

Texte intégral

1La présence, au sein du fonds Montalembert d’une quantité importante de cartons concernant les activités de son épouse n’avait pas manqué de nous interroger sur la place occupée par celle-ci dans sa carrière et dans l’illustration de sa notabilité. Les témoignages rassemblés ont levé toute incertitude sur ce sujet. La place d’Odile de Montalembert auprès de son époux ne saurait être mésestimée. Beaucoup de ses proches ont affirmé qu’il ne serait pas possible de comprendre l’action et la carrière de Geoffroy de Montalembert sans prendre en compte l’influence et le rôle de celle-ci.

  • 1 Dans sa thèse sur le baron de Mackau, Éric Pélippeau a montré quelle division sexuelle du travail (...)

2Le cas s’offrait donc de pouvoir étudier la position tenue par l’épouse d’un homme politique et notable local1. S’interroger sur ce point induisait d’abord de cerner les secteurs d’activités de Madame de Montalembert et de découvrir quels liens ils pouvaient avoir avec la carrière politique de son mari. Y eut-il, en ce domaine, autonomie ou/et complémentarité des deux époux ?

  • 2 Odile de Montalembert décéda à Ermenouville un an après son mari, le 28 mai 1994.

3Odile de Wendel était née le 15 août 1908 à Briey au foyer de François de Wendel et de son épouse née Odette Humann. Cousine de la première épouse de Geoffroy de Montalembert, elle avait épousé celui-ci à Paris le 6 avril 19292. Elle avait obtenu son baccalauréat après avoir été élève au cours Adeline Désir, rue Jacob, à Paris où elle eut comme condisciple Simone de Beauvoir. Passionnée par l’histoire de l’art, elle avait suivi, avant son mariage, quelques cours à l’École du Louvre.

4À Annappes mais surtout ensuite à Ermenouville, elle développa une activité si considérable que l’on peut véritablement parler de militantisme. Il s’exerça dans trois directions : des activités sociales, familiales et chrétiennes.

Un militantisme social

5Les œuvres sociales d’Odile de Montalembert sont caractérisées par leur grand nombre, leur variété et leur enchevêtrement. Elle s’était engagée dans plusieurs organisations et associations et y travaillait en croisant les réseaux, en faisait appel simultanément à plusieurs d’entre eux pour entamer une nouvelle action ou en poursuivre une. Il est ainsi souvent difficile de cerner dans quel cadre exact telle activité est menée. Plus que des structures, il apparaît ainsi que c’est la personne de Madame de Montalembert qui est le centre et l’origine d’un nombre considérable d’œuvres sociales à Ermenouville et dans le canton de Fontaine-le-Dun. C’est une illustration supplémentaire de la notabilité que cette situation où une personnalité suffit à lancer des œuvres et à mobiliser autour d’elle des énergies.

  • 3 ADSM 160J62.
  • 4 ADSM 160J56.

6Dès la seconde moitié des années 1930, lorsque le couple s’installe définitivement en pays de Caux, Odile de Montalembert s’engage dans des œuvres au service des populations locales. Elle le fait alors comme membre de la Croix Rouge. En 1948, elle en préside le comité cantonal de Fontaine-le-Dun qui vient d’être constitué3. Elle complète alors, grâce à cette structure, ses activités d’avant-guerre (la pesée des nourrissons, le vestiaire) par des actions nouvelles (les visites médicales à domicile, la protection maternelle et infantile, le dépistage de la tuberculose et des cours de secourisme)4. Madame de Montalembert poursuivit son engagement à la Croix Rouge jusqu’à la fin de son existence.

  • 5 ADSM 160J56.
  • 6 ADSM 160J54.
  • 7 ADSM 160J99.

7L’œuvre dite « des layettes » illustre le chevauchement des engagements dont nous parlions plus haut. En effet, c’est en tant que dirigeante locale de la Ligue d’Action Catholique des Femmes qu’elle l’avait organisée. Pendant la guerre, l’œuvre des layettes fut rattachée à celle de la pesée des nourrissons en raison des difficultés d’approvisionnement en matière première, afin de bénéficier de l’aide de la Croix Rouge5. Pendant le conflit, Odile de Montalembert travaille aussi dans le cadre du Secours national qui devient après la guerre le Secours social. Elle en est le représentant dans son canton6. Là encore, les structures se croisent. Les distributions de farine aux jeunes mères se font dans le cadre commun de la Croix Rouge et du Secours national. Madame de Montalembert tissent également des liens avec le Secours catholique de Rouen et l’Entraide Française dont elle reçoit les bulletins7.

  • 8 ADSM 160J44.
  • 9 Cf. Lettre cosignée le 28 octobre 1939 de Geoffroy de Montalembert, président des Anciens combatta (...)

8Cet enchevêtrement des structures témoigne d’un permanent souci d’adaptation aux contraintes du temps pour assurer au mieux ses œuvres sociales. Cela se voit nettement pendant la Seconde Guerre mondiale. À Ermenouville, les œuvres de guerre de Madame de Montalembert, auxquelles son époux participe beaucoup, sont diverses. Il y a d’abord les colis aux mobilisés puis aux prisonniers. L’initiative a été prise par l’épouse du préfet, en septembre 1939. Elle a constitué un Comité départemental de coordination du service social et a demandé à de nombreuses structures, comme la Ligue, d’y participer. Le secrétariat départemental du mouvement d’action catholique féminine a répercuté cet appel et demandé à ses cellules de base de multiplier les initiatives pour venir en aide aux mobilisés. Aussitôt, Madame de Montalembert y a répondu. Dès le 25 septembre 1939, elle écrivait aux membres de la Ligue de son canton pour les convier à une réunion au château d’Arnouville, sous la présidence du curé et doyen de Fontaine-le-Dun, pour organiser l’envoi de colis aux soldats8. Pour être plus efficace, le couple Montalembert décide alors de croiser le réseau local de la Ligue avec celui des Anciens combattants de l’UNC et d’y joindre les œuvres féminines des paroisses (il s’agit essentiellement des membres de la Jeunesse Agricole Catholique Féminine) pour constituer un comité local d’aide aux mobilisés9. Quelques mois après, cette aide aux soldats devient l’aide aux prisonniers et requis. La comtesse de Montalembert était encore engagée dans le Comité d’Assistance aux Prisonniers de guerre du département, dont elle était secrétaire et trésorière en même temps que déléguée cantonale. Elle appartenait aussi, au niveau national, au Comité central d’Assistance aux prisonniers de guerre. Ainsi, il semble qu’elle n’ait voulu négliger aucune des structures susceptibles de participer à l’effort qu’elle entendait développer localement pour aider les mobilisés puis les prisonniers.

  • 10 ADSM 160J41.
  • 11 ADSM 160J44.

9Deux groupes de population semblent avoir particulièrement attiré son attention. Tout d’abord les prisonniers de guerre comme on vient de le découvrir. Son engagement en ce domaine consistait à organiser l’envoi de centaines de colis à leur intention. Ce fut un travail d’une grande envergure. Chaque mois, pendant tout le conflit, c’est plus de 200 colis qui partaient d’Ermenouville10. L’expéditeur indiqué était le plus souvent Madame de Montalembert mais parfois le nom de Geoffroy de Montalembert apparaissait, en particulier pour les prisonniers hors canton. La gestion de ces envois ne fut pas une mince affaire. Il fallait d’abord se procurer les matières premières et les biens qui constituaient les colis. Madame de Montalembert avait l’aide de la Croix Rouge et des autres structures qui participaient à cette œuvre mais paraît avoir constamment été à la recherche de circuits supplémentaires d’approvisionnement tant ce point était délicat. Le château d’Arnouville était devenu une vaste épicerie et un entrepôt pour le stockage. Par les réseaux d’action catholique féminine, Odile de Montalembert était parvenue à rassembler de nombreuses personnes pour l’aider. Elles travaillaient par exemple à la confection de lainages, très demandés dans les camps Dans ce but, étaient, rassemblées des dizaines de fiches indiquant le nom, la taille et les souhaits exprimés par chaque prisonnier11. Une partie importante du financement de cette œuvre venait de dons en nature (de la laine par exemple) ou en argent (quêtes, offrandes). Parmi les donateurs, les Montalembert figuraient en première place.

  • 12 Ce patriotisme s’inscrit même dans le nom qu’elle donne aux plats sur les menus du banquet offert (...)

10Odile de Montalembert mena cette action jusqu’au retour des prisonniers et fut encore à l’origine des manifestations organisées à cette occasion dans les communes du canton. Alors, elle prononçait un discours, preuve qu’elle était bien considérée comme la cheville ouvrière de ces œuvres et que, dans les représentations, son action était autonome de celle de son époux. Ces discours expriment la joie du retour des prisonniers et travailleurs, une action de grâce envers la Providence, des remerciements à toutes les personnes qui avaient travaillé à ses côtés et un appel à poursuivre l’effort pour rebâtir la France. Le fervent patriotisme de la fille de François de Wendel, qu’on avait déjà signalé lors de l’épisode du vote du 10 juillet 1940, fut sans aucun doute, un des plus puissants ressorts de son action pendant la guerre12.

  • 13 ADSM 160J56.
  • 14 Idem.
  • 15 ADSM 160J157.

11Odile de Montalembert se soucia aussi beaucoup des bébés et des jeunes enfants. Ce fut là l’œuvre de la pesée des nourrissons. C’est en 1937 qu’elle la mit en place dans le canton de Fontaine-le-Dun avec l’aide de la Croix Rouge et du docteur Courbe. Après la pesée, des conseils étaient donnés aux femmes pour élever leur enfant. Dans un rapport rédigé en 1942, Madame de Montalembert témoigne que les mamans viennent volontiers à cette pesée, n’hésitant pas, pour certaines, à parcourir plusieurs kilomètres13. Pour l’ensemble de l’année 1941, l’œuvre assura 500 pesées concernant une centaine de bébés. Entre chaque pesée, l’assistante sociale suivait les mères dont les enfants étaient les plus fragiles afin de surveiller leur régime alimentaire. Les archives de Madame de Montalembert conservent ainsi des centaines de fiches indiquant les poids successifs de nombreux bébés du canton de Fontaine-le-Dun des années 1930 aux années 1950. La charge financière de cette œuvre est en grande partie assumée par Odile de Montalembert. La préfecture donne une subvention, ainsi que la Croix Rouge et le Secours national. La Caisse d’épargne d’Yvetot fait également un don. Mais pour les trois budgets des années juillet 1942-juillet 1943, juillet 1943-juillet 1944 puis juillet 1944-juillet 1945, la part de l’offrande de Madame de Montalembert est successivement de 70 %, 77 % puis 80 % des recettes14. Son fort engagement dans cette œuvre traduit un souci d’aide aux familles et d’encouragement à la natalité, fréquent dans le milieu des notables catholiques. Odile de Montalembert appartenait ainsi à l’Alliance nationale contre la Dépopulation et militait, en 1945, pour l’octroi d’une pension pour les mères de famille et pour le vote familial15.

  • 16 ADSM 160J62.
  • 17 Témoignage Klein.

12On ne saurait achever cette étude sur les œuvres charitables de Madame de Montalembert sans signaler l’aide personnelle qu’elle accorda à des centaines de personnes venues la solliciter au château d’Arnouville. Elle note ainsi que pour l’année 1949, sur sa caisse personnelle, elle a remis 10 200 francs à des solliciteurs16. Dans les courriers qu’elle reçoit, on retrouve les mêmes sollicitations que celles indiquées plus haut et adressées à son mari. Son ancien attaché parlementaire précise que si Geoffroy de Montalembert avait une autorité qui, parfois, pouvait le faire craindre, Madame de Montalembert était très respectée et aimée : « Tout le monde savait qu’elle était le recours17. »

13Parmi les œuvres importantes de Madame de Montalembert, il y en eut une qui lui tint beaucoup à cœur parce qu’elle était liée à l’éducation des jeunes ruraux.

Un militantisme en faveur de l’enseignement rural

  • 18 ADSM 160J57.

14Le développement d’un enseignement destiné aux enfants des familles rurales fut un souci de Madame de Montalembert dès que le couple s’installa à Ermenouville, dans la deuxième moitié des années 1930. Un enseignement ménager rural existait en Seine-Inférieure avant le déclenchement de la guerre de 1939. Sous l’égide de la Jeunesse agricole catholique féminine, des sessions de formation destinées aux jeunes filles étaient organisées. Pendant le conflit, ces sessions se poursuivirent sous la responsabilité commune de ce mouvement de jeunesse catholique, de la Corporation paysanne et du Service d’Enseignement Ménager Rural. C’est à eux qu’Odile de Montalembert s’adressa lorsqu’elle voulut, en février 1943, qu’une telle formation fût possible à Fontaine-le-Dun et à Ermenouville même18. Elle fut ainsi la cheville ouvrière de la mise sur pied, dans son village, de cet enseignement.

  • 19 Note confidentielle de la Confédération Nationale de la Famille Rurale conservée dans les papiers (...)
  • 20 ADSM 160J105.

15Elle compléta son œuvre au service des familles rurales en prenant, après la guerre, l’initiative de créer à Ermenouville une Association Familiale Rurale affiliée à la Confédération Nationale de la Famille Rurale. Cette confédération était née en décembre 1944 afin de faire contrepoids à l’influence grandissante du PCF dans les campagnes19. En 1946, elle était présente dans 86 départements et rassemblait 3 000 associations locales. Des liens existaient avec la Ligue Française d’Action Catholique Féminine, dont Madame de Montalembert était l’une des dirigeantes locales. Geoffroy de Montalembert avait pris contact en mars 1947 avec le secrétaire général de la fédération départementale de la Famille rurale qui se mit à la disposition de son épouse pour créer l’association d’Ermenouville20. En 1947, la Seine-Inférieure possédait 127 associations de la Famille rurale. Ce dynamisme était dû à la présence dans le département du président de la Confédération Nationale de la Famille Rurale, Robert Lerebours, propriétaire et cultivateur à Sorquainville et personnalité importante du monde agricole départemental depuis les années 1930.

16Après le conflit, Odile de Montalembert fit prendre à l’enseignement rural régional une dimension bien plus considérable avec les Maisons Familiales d’Apprentissage Rural. La première de ces maisons avait été fondée en 1935, dans le Lot-et-Garonne, à Lauzun, par un groupe de parents et un prêtre. Il s’agissait de centres d’enseignement accueillant les jeunes gens et jeunes filles de 13 à 17 ans. On y développait leur culture générale et on l’élargissait à une formation ménagère et professionnelle dans le but de leur permettre de rester sur l’exploitation de leurs parents, ou au moins en milieu rural. La méthode d’enseignement prévoyait une alternance entre des séjours en internat dans le centre d’enseignement et le reste du temps passé au domicile des parents. Pendant le temps passé en famille, le jeune avait pour tâche d’observer la vie de l’exploitation, d’enquêter sur celle-ci et de tenir à jour un cahier. À la Maison Familiale, l’enseignement était donné sous la forme de cours, d’exercices dirigés, de travaux pratiques en laboratoires, de visites d’études et de conférences. Les matières traitées étaient la biologie, considérée comme le secteur de connaissances central autour duquel s’ordonnaient les autres, la géographie, les mathématiques et le français. Ces Maisons se trouvaient sous la responsabilité légale, financière et morale des parents d’élèves. Lorsque ceux-ci le demandaient, un éducateur religieux, prêtre ou pasteur, était recruté parmi les cadres afin d’assurer un enseignement religieux. La plupart des Maisons avaient un aumônier catholique nommé par l’évêque du lieu. Après la Seconde Guerre, ces Maisons connurent un véritable succès : 50 en 1945, elles étaient 470 dans les années 1960 et accueillaient alors près de 30 000 jeunes de moins de 17 ans. Pour les jeunes adultes, il existait des Instituts Ruraux d’Éducation et d’Orientation, assurant un perfectionnement général ou professionnel. Une Union nationale des Maisons Familiales avaient été constituée pour rassembler la cinquantaine de fédérations départementales. Ces Maisons avaient le statut d’établissements d’enseignement privé agricole reconnus et contrôlés par le Ministère de l’Agriculture. La formation en trois ans permettait d’obtenir un Brevet d’Apprentissage Agricole tandis que le passage par un Institut rural octroyait un Brevet professionnel ou un Brevet de technicien agricole.

  • 21 ADSM 160J105.
  • 22 ADSM 160J112.
  • 23 ADSM 160J165.

17En Seine-Inférieure, la première Maison Familiale fut ouverte en 1947 à Anneville-sur-Scie. En 1949, une Maison Familiale fut créée à Veules-les-Roses. Il semble bien que la proximité de cette création soit à l’origine d’un intérêt grandissant de Madame de Montalembert pour cette institution d’enseignement. En juin 1949, elle fut invitée à assister à l’exposition des travaux ménagers des élèves21. Les Maisons Familiales étaient alors dans une phase de développement en Seine-Inférieure. En juin 1950, il en existait six dans le département (Anneville-sur-Scie, Eu, Aumale, Smermesnil, Dampierre-en-Bray et Veules-les-Roses). Madame de Montalembert s’investit de plus en plus dans celle de Veules. En 1954, elle fut élue présidente de l’Association départementale des Maisons Familiales de Seine-Maritime. Le siège social de ladite association était installé au château d’Arnouville. Odile de Montalembert entreprit alors de mener une activité importante pour les faire connaître, les développer et y attirer de plus en plus de jeunes. Dans les années 1960, de nouvelles Maisons purent ainsi ouvrir dans le département : pour les garçons à Saint-Pierre-en-Port, Longuerue, Tocqueville-sur-Eu et La Cerlangue ; pour les filles à Forges-les-Eaux. En 1960, la Maison de Veules-les-Roses fut transférée dans des locaux plus vastes à Saint-Valéry-en-Caux. L’association départementale de Seine-Maritime suscita l’expansion des Maisons dans les départements voisins comme l’Eure et la Somme. Les effectifs scolaires augmentèrent. Ils atteignaient une centaine en 1957 et en septembre 1965, c’est 242 filles et 138 garçons qui étaient inscrits22. En 1965, grâce à l’aide du Conseil général, un Institut Rural d’Éducation fut créé à Saint-Aubin-Épinay23. Madame de Montalembert conserva la direction de la Fédération des Maisons familiales jusqu’en 1978, date à laquelle un grave incident de santé la contraignit à limiter ses activités.

  • 24 ADSM 160J109.
  • 25 ADSM 160J51.

18Ce dévouement aux Maisons Familiales correspondait à la conviction d’Odile de Montalembert qu’un enseignement sexuellement différencié devait être octroyé aux jeunes gens en lien avec leur milieu d’origine. Une figure de la femme idéale sourd des propos qu’elle tint par exemple lors des assemblées générales ou des inaugurations : « Former des jeunes capables d’être demain dans leurs foyers d’excellentes ménagères, éducatrices parfaites, capables aussi de seconder leurs maris, compétentes au point de vue professionnel, ayant enfin une valeur morale, spirituelle qui est le bien le plus solide du foyer, et aussi de la patrie24. » Tout, dans ces lignes, nous ramène à une culture traditionaliste : la femme est définie d’abord par les fonctions qu’elle doit remplir d’épouse et de mère. Elle est l’élément le mieux placé dans la cellule familiale pour y maintenir une morale intacte assise sur des convictions religieuses puissantes. Par son action dans la famille, cellule de base de la société, elle sert ainsi la patrie, rassemblement de milliers de familles. La Maison Familiale permet en outre de garder entre les mains des parents la tâche de formation des enfants. On sait que, pour la droite, qu’elle soit issue de la tradition contre-révolutionnaire ou de la tradition libérale, c’est à la famille que doit revenir l’éducation des jeunes. L’engagement d’Odile de Montalembert est aussi, fondamentalement, un combat pour l’enseignement, libéré de la tutelle de l’État. L’attachement à l’enseignement libre est commun aux époux Montalembert. Ils s’occupent ensemble et financent l’école libre de filles d’Ermenouville25.

19Ce militantisme familial occupait principalement Odile de Montalembert. Il ressortissait cependant d’un intérêt commun aux époux. Au Parlement, Geoffroy de Montalembert intervint fréquemment pour soutenir l’enseignement rural.

20C’est donc d’une conception globale de la société où la protection de la famille et la formation des futurs adultes sont les principaux enjeux, que procèdent les multiples engagements d’Odile de Montalembert. De toute évidence, l’œuvre ainsi réalisée dans le domaine social et dans le domaine familial relevait de convictions de foi.

Un engagement chrétien

  • 26 S. Fayet-Scribe, associations féminines et catholicisme, Paris, Les Éditions ouvrières, 1991, page (...)
  • 27 Sur l’investissement religieux des familles des maîtres de forges lorrains voir J.-M. Moine, Les b (...)

21C’est au sein de ce qu’elle appelait communément « la Ligue » qu’elle s’engagea le plus. La Ligue Féminine d’Action Catholique Française (LFACF) était née en 1933 du regroupement de deux associations catholiques féminines créées au début du siècle : la Ligue des Femmes Françaises et la Ligue Patriotique des françaises26. Le premier de ces mouvements, fondé à Paris, s’était d’abord donné pour but de rassembler des fonds permettant de soutenir les campagnes électorales des candidats de l’ALP. La Ligue Patriotique des Françaises, née un an plus tard à Lyon, était partie du même but mais pour se tourner rapidement vers des œuvres sociales et éducatives. Au début des années 1930, elle était devenue, avec un million et demi d’adhérentes, le plus important mouvement féminin français. Elle avait été très implantée dans le Nord et en Lorraine où la jeune Odile de Wendel dut la rencontrer27. En 1933, ces deux ligues se regroupèrent. En 1955, elle devint l’Action Catholique Générale des Femmes (ACGF).

  • 28 ADSM 160J53.

22La Ligue Patriotique des femmes s’était installée dans le canton de Fontaine-le-Dun en 192628. Dès son installation dans la région Odile de Montalembert en devint une des principales dirigeantes. À la veille de la guerre, elle est à la tête du comité cantonal de la Ligue. L’organisation est particulièrement efficace avec des comités et des sections. Le groupe local est dirigé par une équipe de dizainières. L’organisme développe un bon nombre d’œuvres sociales, comme la pesée des nourrissons. Mais son but est spécifiquement catholique. Il s’agit de sanctifier les membres qui s’y sont engagés. La spiritualité de ce mouvement était très tournée vers un souci à la fois familial et patriotique.

  • 29 ADSM 160J53.

23Madame de Montalembert mène son travail de direction avec beaucoup de sérieux, ce qui entraîne une forte activité de secrétariat. Il faut imprimer les tracts, organiser les réunions locales, les récollections, l’entraide, l’achat de livres, la diffusion de la presse du mouvement, participer aux regroupements nationaux et diocésains, faire les quêtes aux messes mensuelles de la Ligue, relever les cotisations… Le mouvement était localement très implanté. En 1949, dans le canton d’Ermenouville, la Ligue regroupait 736 adhérentes29. On trouve des traces de l’action dirigeante de Madame de Montalembert au sein de la Ligue puis de l’ACGF jusque dans les années 1960.

  • 30 ADSM 160J44.

24D’autres activités sont encore le signe de son engagement chrétien. Elle s’occupe des œuvres et de la kermesse paroissiales, fête champêtre organisée chaque année dans le parc du château30. Elle est encore engagée dans le catéchisme pour les jeunes du village, enseignement qui, au moins pendant la guerre, se faisait également au château.

  • 31 Le conseiller général de Fontaine-le-Dun Jean-François Roulland dit : « C’était une sainte vivante (...)

25Il paraît bien évident que c’est cette foi chrétienne qui faisait l’unité de la personne d’Odile de Montalembert. Certes, il est bien difficile de sonder les cœurs et l’historien sait que mesurer la foi personnelle est une entreprise vaine. Mais, aux activités dont on vient de voir les signes évidents, les témoignages ajoutent le renfort de leur poids. Toutes les personnes qui ont été interrogées au sujet de Madame de Montalembert ont, assez rapidement dans leurs propos sinon immédiatement, utiliser le terme de « sainte » pour la qualifier. Cette récurrence ne peut échapper à l’observateur31. La raison profonde de son action était ainsi le souci de mettre en pratique le précepte évangélique du service de l’autre et en particulier du plus faible et du plus pauvre. L’éducation religieuse qu’elle avait reçue avait enraciné en elles ses convictions.

  • 32 Jusqu’à 42 voix sur 136 suffrages exprimés aux municipales d’avril 1945. ADSM 160J164.
  • 33 Témoignage de Pierre Klein.
  • 34 Témoignage de Pierre Klein. Jean-François Roulland parle de « la grande dame de l’ombre ». On ne p (...)

26À l’interrogation initiale sur l’autonomie et le sens des engagements d’Odile de Montalembert, il est ainsi possible d’esquisser une réponse. Oui, il y eut une autonomie d’activité et ses activités personnelles furent considérables. De tout cela, les populations lui furent reconnaissantes. « La population la respectait, l’adorait » dit M. Klein. À plusieurs scrutins municipaux, elle rassembla des suffrages alors qu’elle n’était pas candidate32. La République reconnut l’ampleur de son œuvre, en particulier pour l’éducation des jeunes ruraux avec les Maisons Familiales, lorsqu’elle fut décorée par Jean Lecanuet de l’insigne de Chevalier de la Légion d’Honneur. Quel bilan l’historien peut-il tirer sur le lien entre ces activités et la personnalité d’Odile de Montalembert et la carrière de son époux ? Elle fut, d’après les témoignages, toujours très proche de lui, le suivant dans tous ses déplacements. Elle était à Paris avec lui en semaine et à Ermenouville les weekends. On se souvient qu’elle fut à ses côtés à Vichy en juillet 1940. Elle suivait de près la carrière politique de son mari, participait aux réunions et occupait la position, sinon la fonction, de directeur de campagne lors de la préparation des scrutins33. En public, elle occupait son rang discrètement34. Elle eut, au dire de tous, une influence sur son mari. Pour Madame Devaud, elle communiquait à son mari beaucoup de scrupules : « Sa foi eut une influence sur son mari. Il se posait des problèmes parce que la foi de sa femme lui faisait se poser des problèmes. » Pierre Klein le confirme : « Elle a eu une énorme influence sur lui. Son avis comptait énormément, un avis modeste mais ferme. » La présence à ses côtés d’une personnalité aussi marquante dut évidemment attirer vers Geoffroy de Montalembert des sympathies qui, politiquement, purent se traduire par un surcroît de voix lors des scrutins. Si l’effet est certain, la part n’en est pourtant pas mesurable. Néanmoins, il est impossible de prétendre que cet engagement de Madame de Montalembert eut pour fonction de soutenir la carrière de son mari. Son action ne visait pas à pérenniser son influence par l’établissement de liens de dépendance avec les populations locales qu’elle servait. Nulle part, on n’en a trouvé de signe. En revanche, les signes d’un véritable désintéressement sont nombreux et éloquents.

27Si un tel effet n’était pas recherché et si l’action d’Odile de Montalembert procédait de convictions religieuses, on ne peut pourtant pas éviter de conclure qu’elle participa pour une part importante au caractère de notabilité de son époux et, ainsi, le compléta.

Notes

1 Dans sa thèse sur le baron de Mackau, Éric Pélippeau a montré quelle division sexuelle du travail s’était opérée entre le baron et son épouse. Cf. É. Phélippeau, op. cit., p. 81. La recherche a été poussée plus loin in I. Duterme, Déséquilibres, tensions et complémentarités au sein d’une famille noble : l’exemple de Mathilde Maison, femme du baron de Mackau (1837-1886), mémoire de DEA, université de Paris I, 1994.

2 Odile de Montalembert décéda à Ermenouville un an après son mari, le 28 mai 1994.

3 ADSM 160J62.

4 ADSM 160J56.

5 ADSM 160J56.

6 ADSM 160J54.

7 ADSM 160J99.

8 ADSM 160J44.

9 Cf. Lettre cosignée le 28 octobre 1939 de Geoffroy de Montalembert, président des Anciens combattants du canton, et de Madame de Montalembert pour la Ligue et les œuvres féminines. Idem.

10 ADSM 160J41.

11 ADSM 160J44.

12 Ce patriotisme s’inscrit même dans le nom qu’elle donne aux plats sur les menus du banquet offert par le Conseil municipal d’Ermenouvillle aux anciens combattants et prisonniers de guerre, le 15 juillet 1945 : « Le gigot résistance, la Crème Libération. » ADSM 160J44.

13 ADSM 160J56.

14 Idem.

15 ADSM 160J157.

16 ADSM 160J62.

17 Témoignage Klein.

18 ADSM 160J57.

19 Note confidentielle de la Confédération Nationale de la Famille Rurale conservée dans les papiers de Madame de Montalembert. ADSM 160J105.

20 ADSM 160J105.

21 ADSM 160J105.

22 ADSM 160J112.

23 ADSM 160J165.

24 ADSM 160J109.

25 ADSM 160J51.

26 S. Fayet-Scribe, associations féminines et catholicisme, Paris, Les Éditions ouvrières, 1991, page 81 et suivantes ; G. Dittgen, De la ligue à l’ACGF, Histoire d’un Mouvement de femmes, Paris, ACGF, 1989, 2 tomes ; O. Sarti, the ligue Patriotique des Françaises (1902-1933) : a Feminine Response to the Secularisation of French society, USA, Indiana University, 1984.

27 Sur l’investissement religieux des familles des maîtres de forges lorrains voir J.-M. Moine, Les barons du fer. Les maîtres de forges en Lorraine, du milieu du xixe siècle aux années 1930. Histoire sociale d’un patronat sidérurgique, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1989, p. 311-332.

28 ADSM 160J53.

29 ADSM 160J53.

30 ADSM 160J44.

31 Le conseiller général de Fontaine-le-Dun Jean-François Roulland dit : « C’était une sainte vivante cette femme-là. Elle transformait les gens par sa présence et sa bonté. Elle vivait pleinement sa religion. » Madame Marcelle Devaud précise : « C’était une croyante très profonde. » Pierre Klein dit encore : « Une sainte. Elle s’était donnée à Dieu. Elle s’est donnée. Toutes les gouttes de son sang filaient ailleurs en permanence. »

32 Jusqu’à 42 voix sur 136 suffrages exprimés aux municipales d’avril 1945. ADSM 160J164.

33 Témoignage de Pierre Klein.

34 Témoignage de Pierre Klein. Jean-François Roulland parle de « la grande dame de l’ombre ». On ne peut s’empêcher de faire un certain rapprochement avec Madame de Gaulle. Rapprochement limité en raison du militantisme d’Odile de Montalembert et de son investissement concret dans l’action politique de son mari.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540