Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Geoffroy de Montalembert (1898-1993)

 | 
David Bellamy

Troisième partie. Un notable en son siècle

Chapitre XII. Un attachement puissant à la terre du pays de Caux

Texte intégral

1Si le terme « notable » a connu un tel succès pour qualifier les élites du xixe siècle, c’est parce qu’il permettait de caractériser un monde aux origines doubles : aristocratiques et roturières. Dans le mélange qui eut alors lieu entre nobles et grands bourgeois, beaucoup des traits constitutifs de la culture aristocratique furent repris. Il en fut ainsi du désir de l’enracinement dans une terre patrimoniale. Or, ce caractère du notable, Geoffroy de Montalembert le possédait et au plus haut point.

2Sa propriété foncière l’attachait à deux territoires : le Nord et la Normandie. Cet enracinement induit une tâche de gestion et de développement de ses propriétés. Quelle part y prit-il ? Son rapport à ses biens fonciers et à l’activité agricole permet de cerner un premier trait de son visage de notable.

Un terroir cauchois

3Les biens fonciers de Geoffroy de Montalembert se trouvaient répartis en trois grands ensembles : les propriétés situées autour d’Annappes dans le Nord et venues des Brigode, celles de la Seine-Inférieure issues de l’héritage de sa mère et une exploitation forestière de plusieurs centaines d’hectares à La Pouyade dans le Nontronnais venue des Rochechouart.

4Avant qu’il n’arrive à l’âge de la prise de conscience de l’importance des biens fonciers normands que sa famille devait lui léguer, c’est par les longues vacances d’été passées dans la propriété d’Ermenouville que Montalembert apprit à connaître la terre cauchoise. L’importance des biens annappois et des traditions familiales transmises par les Brigode, l’évidence des obligations qui le liaient au Nord rendaient sans doute secondaire l’attirance pour la Normandie. On a dit qu’il avait fallu un enchaînement de circonstances pour que son regard s’attarde un peu plus sur cette région : le décès de sa première épouse, les chances réduites d’une implantation politique durable à Lille et le hasard de la campagne électorale de 1932. Même si le souvenir put en être embelli ensuite, nul doute que cette campagne fut décisive pour la redécouverte de ses racines normandes. Pour soutenir Louis Quesnel, il parcourut le territoire cauchois et surtout rencontra des populations pour lesquelles il fut pris d’une sympathie payée de retour.

5Installé définitivement à Ermenouville au milieu des années 1930, il approfondit peu à peu sa connaissance de la région. La campagne électorale de 1936 fut une occasion de sillonner les routes de sa circonscription. Montalembert eut alors à répondre aux allusions exprimées par ses opposants quant à son récent intérêt pour la Normandie. Il le fit en mettant en avant l’ancestrale implantation de sa famille au cœur du pays de Caux. La considérable énergie qu’il mit, avec son épouse, à secourir et à soutenir la population locale dans les épreuves de la guerre renforça le lien entre elle et lui. Ce moment fut un temps particulièrement intense d’intégration au pays de Caux qui compléta ce qui avait déjà été fait en ce domaine dans la seconde moitié des années 1930. Jamais plus, ensuite, ses adversaires ne firent allusion, dans les campagnes électorales, à son origine nordiste et à son implantation récente en Seine-Inférieure. Cet argument fut délaissé car il se révélait peu payant auprès des électeurs.

6Très vite, donc, il fut adopté par les populations cauchoises. André Bettencourt, qui parcourut avec lui le département pour divers scrutins, précise que Montalembert en connaissait toutes les routes et tous les chemins, qu’il était reconnu dans toutes les cours de fermes où il entrait. Madame Marcelle Devaud, qui passa toute la IVe République à ses côtés au Palais du Luxembourg, l’atteste en même temps qu’elle lui trouve une explication : « La Normandie, c’était vraiment son pays d’adoption et d’adoption réciproque. Il convenait parfaitement aux Normands qui sont des gens qui recherchent la négociation. Il avait ce tempérament normand, ce sens du compromis, du gentleman agreement après les discussions. En cela, il traduisait son terroir

  • 1 Témoignage Devaud.
  • 2 Témoignage Monory.
  • 3 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 2 octobre 1989, p. 2429.
  • 4 Ainsi par exemple, en juin 1986, lors d’un dîner de l’Amicale du Sénat, il raconte ce qu’il appell (...)
  • 5 En juillet 1984, il entame sa longue intervention visant à soutenir la proposition faite par Charl (...)

71. » Le président Monory, qui travailla beaucoup avec lui à la commission des Finances, dit avoir été marqué par cette passion pour « sa Normandie2 ». Prononçant son discours de doyen d’âge du Sénat en 1989, Montalembert s’épanche ainsi sur son terroir : « Au cours de cet été éblouissant et de cet automne si doux, il m’est arrivé, au soir couchant, de me promener avec ma femme sur la grève de cette petite plage de Veules-les-Roses, ma plage, dans ce pays de Caux que j’aime tant et que je représente depuis si longtemps3. » Dans l’arène politique, il y fit fréquemment allusion et se présenta constamment comme un enfant de cette terre. À l’intention de ses collègues, il utilise des expressions ou des termes cauchois qu’il explique. Il décrit des scènes de la vie paysanne4. Son sens de l’humour, qu’il utilise fréquemment en séances publiques ou dans les commissions pour tenter de dépassionner les débats, l’amène à répéter des histoires cauchoises5. C’est alors l’occasion de mettre en valeur des vertus qu’il estime bien ancrées dans le monde paysan dont il salue le bon sens.

Profession : agriculteur

8La dénomination que se donnent les notables, par exemple dans les professions de foi électorales, a pour but de permettre aux électeurs de les identifier mais livre aussi des informations sur la représentation qu’ils ont d’eux-mêmes. Pendant toute sa carrière, Geoffroy de Montalembert s’est qualifié d’agriculteur.

  • 6 Entretien avec l’auteur. Désormais indiqué Témoignage Roulland.

9Se présenter ainsi lui permettait d’abord de poursuivre l’œuvre que son père avait menée dans le Nord. Comme lui, le maire d’Ermenouville voulut poursuivre la mise en valeur de ses biens, conformément à un des éléments essentiels de la culture aristocratique. S’il se disait agriculteur, c’est également que les populations locales trouvaient légitime qu’il le fît. Jean-François Roulland, conseiller général du canton de Fontaine-le-Dun dans les années 1980, canton où se trouve la commune d’Ermenouville, affirme qu’il était considéré comme un agriculteur par le monde agricole tout entier6. Cette parfaite connaissance est confirmée par ses nombreuses interventions parlementaires dans ce domaine.

  • 7 Témoignage du fermier Paul Guéroult. Entretien avec l’auteur. Désormais indiqué Témoignage Guéroul (...)
  • 8 ADSM 160J168.

10Dans le Nord et en Normandie, une partie de ses biens était en fermage, mais Montalembert avait gardé en exploitation directe, par le biais d’une régie, la ferme du château à Ermenouville et une autre propriété située dans le hameau de Mathonville à Veauville-Lesquelles. En Dordogne, il gérait également son exploitation forestière de La Pouyade et à Annappes la ferme du château. Il avait confié l’intendance et l’exploitation au quotidien de ces propriétés à des régisseurs. La ferme de Mathonville, située à une quinzaine de kilomètres à l’ouest d’Ermenouville, constituait un ensemble d’une centaine d’hectares. L’activité y était presque exclusivement tournée vers l’élevage7. La ferme du château d’Ermenouville, également en régie, couvrait, elle, un peu moins de 200 hectares depuis les années 1960. La ferme du château à Annappes faisait essentiellement de l’embouche. L’expropriation de la fin des années 1960, liée à la création de la ville nouvelle de Villeneuve d’Ascq, mit fin à cette exploitation et aux fermages que Montalembert y possédait. Quant à La Pouyade, c’était encore une régie directe. Elle était entourée de métairies qui furent peu à peu reprises pour agrandir la régie. La gestion en fut longtemps confiée à M. de Larminat, un cousin de Montalembert8.

  • 9 Témoignage La Rochefoucauld.
  • 10 Témoignage Guéroult.

11À l’intention de ses régisseurs, et parce qu’il voulait récompenser leurs compétences et leur travail, il avait mis en place un système d’association capital-travail par le biais de parts qu’il leur avait octroyées dans les sociétés ainsi mises en place9. Montalembert suivait d’assez près l’organisation du travail agricole dans ses propriétés, en particulier dans celles du pays de Caux qu’il pouvait visiter plus fréquemment. L’éloignement de ses forêts de La Pouyade l’empêchait d’y être aussi présent et il le regrettait, mais ses archives montrent son souci d’en suivre au plus près leur exploitation. Chaque semaine, ses régisseurs devaient lui adresser une feuille de correspondance sur laquelle ils indiquaient précisément les éléments de la gestion au quotidien des propriétés qu’ils devaient exploiter. Montalembert entendait être au courant de nombreux détails concernant l’avancement des travaux agricoles, la santé des troupeaux, l’état des bâtiments et des machines, le marché agricole et la vente des production mais laissait une liberté certaine d’initiative à ses régisseurs10.

  • 11 ADSM 160J158.
  • 12 Témoignage Guéroult.

12Cet intérêt porté aux propriétés qu’il exploite lui-même n’est pas exclusif. Il suit également attentivement l’évolution des terres et des exploitations qu’il afferme. Il exige ainsi que les agriculteurs viennent lui payer directement leur fermage pour pouvoir discuter avec eux11. Il était également très soucieux des conditions de vie de ses ouvriers agricoles. Dès les années 1920, les habitations des fermes avaient été pavées et Montalembert, dès que cela fut possible, fit réaliser l’adduction d’eau et l’électrification12.

  • 13 Témoignage de Mme Buquet. Entretien. Désormais indiqué Témoignage Buquet.

13C’est avec son père qu’il avait acquis une formation, sur le terrain, à la gestion agricole. Ce fut son activité principale dans les années qui suivirent la Première Guerre mondiale. En l’accompagnant dans les visites de ses fermes, en travaillant avec lui à en établir les comptes, il apprit alors à diriger des domaines agricoles et prit peu à peu de plus en plus de responsabilités dans cette activité. Cette connaissance agronomique était d’ailleurs reconnue dans les milieux agricoles. Ainsi, à plusieurs occasions, des directeurs d’établissements d’enseignement agricole lui demandèrent de venir faire des conférences devant leurs élèves13.

  • 14 ADSM 160J172.
  • 15 ADSM 160J174.

14Ensuite, Geoffroy de Montalembert conserva constamment le souci d’accroître ses connaissances dans ce domaine par la lecture des journaux et revues spécialisés dans l’agriculture, par sa participation aux travaux de la Société centrale d’agriculture de Seine-Inférieure et à ceux de son antenne yvetotaise, par ses visites de fermes modèles en France mais aussi à l’étranger, aux foires agricoles et par les nombreux avis qu’il demanda à son cousin Larminat, qui semble avoir eu, lui, une formation professionnelle, ou à d’autres spécialistes. Désirant faire de ses propriétés des fermes modèles, il était toujours à l’affût des nouveautés et des améliorations possibles. Ainsi, par exemple, en mai 1939, à la suite de la lecture d’un article dans Le Bulletin du syndicat agricole de Seine-Inférieure, il écrit aux Établissements Simon frères de Cherbourg afin de leur demander une documentation sur un matériel de battage particulièrement moderne qu’ils proposent et d’obtenir leur avis sur son éventuel utilité dans une ferme d’une quarantaine d’hectares14. En juillet 1949, il rend compte, dans une lettre à son fermier René Petitprez, de sa récente visite du Centre national de la recherche agronomique à Versailles. Il a été si intéressé par ce qu’il y a vu qu’il a demandé à son directeur de lui confier des échantillons de semences. Il l’a également beaucoup questionné sur les nouvelles méthodes d’insémination artificielle pour les bovins15.

  • 16 Le docteur Robert Gréverie, conseiller général de Valmont des années 1960 aux années 1990 et ancie (...)
  • 17 Lors de son arrivée au Palais du Luxembourg, après la guerre, cette compétence avait été reconnue (...)
  • 18 Procès-verbal de la séance du 30 mai 1963 de la commission des Finances.

15Si Montalembert s’intéresse aux cultures et à l’élevage, il se passionne également pour l’exploitation forestière. Il connaît parfaitement les caractères de chaque arbre et impressionne beaucoup ses auditoires par sa maîtrise de la science sylvicole16. Pendant la guerre, il est à l’origine de la création d’une coopérative forestière de carbonisation en Seine-Inférieure. Cette parfaite connaissance de la sylviculture explique que ses collègues du Sénat l’aient choisi pour siéger pendant de nombreuses années à la commission de contrôle du Fonds forestier national. Il est d’ailleurs l’interlocuteur privilégié des forestiers lorsqu’ils sont concernés par l’activité législative17. C’est encore lui que ses pairs désignent pour aller étudier comment certains pays étrangers protègent leurs richesses forestières. Ainsi, en 1963, accompagné de son collègue normand et ancien ministre de l’Agriculture, Roger Houdet, il effectue un voyage d’information en Suède sur le thème de la protection des forêts à la demande de la commission des Finances du Sénat18.

16Ainsi, l’appellation d’agriculteur qu’il se donnait sur ses professions de foi paraît bien être légitime. Elle correspondait à sa représentation de lui-même et à celle de la population agricole locale. Elle constituait un lien supplémentaire entre elle et lui et un signe qui voulait attester de l’enracinement de l’élu dans un terroir et une communauté. Sa signification économique n’était pas non plus négligeable puisqu’elle devait empêcher qu’on se représentât l’homme avant tout comme un rentier, qu’il était pourtant en partie. On dira comment Montalembert refusait encore d’envisager l’activité politique comme une profession. Se dire agriculteur permettait aussi de le montrer. À ses yeux, son métier était celui de la terre. Cette qualification avait donc un sens qui raisonnait dans le triple domaine économique, social et mental. Se voulant le représentant d’une communauté rurale et agricole au sein de la Chambre des députés puis des élus du Luxembourg, Montalembert s’en fit, en priorité, le défenseur.

La défense de l’agriculture

17Ses innombrables prises de parole dans ce domaine, en commissions ou en séances, expriment un désir de servir au mieux ce secteur mais également une vision de ce que représente l’agriculture pour un notable de la droite en un temps de profonds bouleversements pour cette activité économique. Singulièrement, on ne trouve que très peu d’allusions, dans les propos de Montalembert, aux vertus morales de la terre, thème si présent dans la culture des droites. C’est avant tout, la nécessité de la rentabilité économique de l’activité agricole qu’il met en exergue. Sans doute, sa qualité d’exploitant agricole proche des réalités concrètes du travail de la terre l’entraîne d’abord à se soucier de son rendement. L’agriculture est d’abord à ses yeux un secteur économique essentiel. Sa conception semble moins éthique que matérielle. Ce secteur permet au pays de gagner de l’argent, il faut donc l’encourager. La France doit savoir tirer parti de son avantage naturel.

  • 19 J.O., Compte rendu des débats du Conseil de la République, séance du 18 juillet 1950, p. 1967.

18Très tôt, Montalembert atteste qu’il a pris la mesure de la situation dans laquelle l’agriculture française se trouve dans le monde moderne de la concurrence internationale. Point de propos protectionnistes chez lui. L’avenir de ce secteur passe par l’adaptation aux nouvelles contraintes et par l’ouverture vers les marchés extérieurs. Pour cela, il faut favoriser la modernisation des exploitations et encourager le dynamisme des chefs d’exploitation. Il s’exprime dans ce sens devant ses pairs en juillet 1950 : « Notre pays est relativement peu peuplé et, au point de vue de l’alimentation humaine, ses besoins, peut-on dire, sont relativement limités. […] Nous sommes entourés d’États dont l’économie souffre d’un déficit alimentaire certain. Quelques-uns se trouvent dans la nécessité de couvrir chaque année une fraction importante de leurs besoins par des achats à l’étranger. Il y a là un ensemble de faits qui paraissent pouvoir constituer les fondements d’une politique, en particulier à un moment où l’épuisement de ses réserves financières oblige la France à rechercher l’équilibre de sa balance commerciale19. » Et au terme de la révolution agricole qui permet à la France d’apparaître comme une grande puissance en ce domaine, Montalembert se réjouit de ses résultats. Un bilan global satisfaisant ne cache pourtant pas des difficultés nombreuses et des inquiétudes réelles. Aucune de ses interventions n’omet de le souligner, si bien qu’au total l’agriculture paraît, à le lire, constituer un secteur toujours menacé et jamais traité convenablement par les pouvoirs publics. Il déploie, de ce fait, une intense activité pour la défendre.

19Dès son élection à la Chambre des députés, en 1936, Montalembert s’intéresse, plus vivement qu’à toute autre question, à l’agriculture. À lui seul, ce sujet correspond à la moitié des dix-huit interventions qu’il fait en séances publiques de 1936 à 1940 ; preuve que, même en n’appartenant pas à la commission de l’Agriculture, réservée à des élus plus installés dans la vie parlementaire, il veut influer en ce domaine. Il suit avec beaucoup d’attention les projets de loi le concernant, comme ceux consacrés à la création de l’Office interprofessionnel du blé, à la propriété culturale, à la prophylaxie de la fièvre aphteuse. Enfin, les débats annuels consacrés au budget de l’Agriculture sont encore des occasions de prendre la parole. Il se présente d’abord comme un porte-parole du milieu agricole, exposant les difficultés qu’il connaît en raison de la crise économique.

  • 20 Procès-verbal de la séance du 11 mai 1955 de la commission des Finances.

20Cette défense de l’agriculture se poursuit après le conflit, au Conseil de la République puis au Sénat. Dans les années d’immédiat après-guerre, il se soucie de la reconstruction en milieu rural. Il souhaite que la gouvernement y soit aussi attentif qu’à la reconstruction des immeubles urbains et que les agriculteurs soient correctement aidés. Il attire en particulier l’attention des ministres chargés de cette question sur les difficultés rencontrées par les petits villages. Avec la reconstruction, la modernisation des campagnes est un sujet important pour le maire d’Ermenouville, un sujet qu’il suit attentivement. Ainsi, en 1955, lors de l’étude du plan d’équipement de l’agriculture, il se plaint que rien ne soit prévu pour l’électrification des campagnes ni pour le financement du fonds d’allégement des charges d’électrification rurale20.

  • 21 Procès-verbal de la séance du 1er juillet 1959 de la commission des Finances.
  • 22 Procès-verbaux des séances du 1er juillet 1959 et du 10 mars 1960 de la commission des Finances.
  • 23 Procès-verbal de la séance du 11 octobre 1966 de la commission des Finances.
  • 24 Bulletin des commissions du Sénat, 28 octobre 1980.

21Pour Montalembert, la question essentielle est celle du financement de l’agriculture. Il est donc d’abord attentif au budget du ministère dont elle dépend et qu’il rapporte pendant plusieurs années devant la commission des Finances. Globalement, il estime que l’État ne donne pas à l’agriculture les moyens qui devraient lui revenir, eu égard à son importance économique. Il l’explique au ministre de l’Agriculture en juillet 1959 : « Mais vous avez dit aussi que si nous étions là où nous sommes c’est parce que les élites rurales ont manqué à leur devoir […]. Je ne crois pas que la faute incombe aux élites rurales. Je crois que les élites rurales ont dit depuis longtemps que tous les gouvernements qui se sont succédé pendant de longues années avaient méconnu la question agricole. Il faut bien le reconnaître et si les élites rurales n’ont pas pu faire ce qu’elles envisageaient, c’est parce qu’elles n’en ont jamais eu les moyens21. » Ce financement réclamé par Montalembert ne doit pas venir, à ses yeux, d’un système de subventions octroyées par les pouvoirs publics mais de facilités données au monde agricole d’investir : ce sont des prêts à faibles taux d’intérêts remboursables sur une longue période qu’il demande, ainsi que des aménagements des droits de succession qui permettent de défalquer de l’héritage, les investissements réalisés et d’en étaler le paiement22. Ainsi, chaque rapport sur le budget de l’habitat rural est l’occasion pour lui de chercher les moyens d’attirer les capitaux privés à s’investir dans ce secteur par le biais de dégrèvements fiscaux. Au milieu des années 1960, l’équilibre budgétaire permet enfin au gouvernement de prendre des mesures allant dans le sens de ses demandes et il s’en félicite devant Robert Boulin, secrétaire d’État au Budget, lorsque celui-ci est entendu par la commission des Finances en octobre 196623. Mais, les investissements indispensables pour faire face à la concurrence provoquent des besoins de financement toujours plus grands et Geoffroy de Montalembert ne cesse de stigmatiser l’insuffisante attention que les pouvoirs publics apportent à l’agriculture par rapport aux autres secteurs de l’économie. En octobre 1980, il exhorte encore le ministre du Budget d’accorder aux entreprises agricoles l’aide fiscale consentie aux entreprises industrielles24.

  • 25 Procès-verbal de la séance du 12 mars 1958 de la commission des Finances.
  • 26 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 10 décembre 1959, p. 1646.
  • 27 Procès-verbal de la séance du 30 janvier 1957 de la commission des Finances.

22Un autre sujet le passionne au plus haut point, celui de l’habitat rural. On a dit qu’il en avait rapporté le budget pendant près de vingt ans, de 1948 à 1966. Son attention est également très vive envers tout ce qui concerne les bâtiments d’exploitation, qui sont eux du ressort du génie rural. Dans ces deux domaines, il estime, en 1958, qu’un immense effort est à réaliser : « Notre capital immobilier est vétuste. Dans une région aussi riche que la mienne, l’habitat, qu’il soit pour les humains ou pour les animaux, a certainement 150 ans d’âge. Il ne répond plus aux exigences de la productivité25. » Cela entraîne un découragement certain dans les campagnes : « Ce découragement est dû souvent aux logements défectueux. Nos corps de logis de ferme sont vétustes. Les familles ne veulent plus y demeurer, surtout les jeunes. Les conditions de travail sont telles que nos jeunes filles ne veulent plus rester à la ferme, d’où cette désaffection qui incontestablement existe, est grave et provoque le démantèlement de nos exploitations et l’exode de nos campagnes26. » Des solutions existent, qu’il propose. Il demande ainsi en 1957 à Paul Ramadier, ministre des Finances, que soient créés des prêts à faible taux d’intérêt27. Pour Montalembert, un des plus puissants moteurs de la nécessaire modernisation agricole est l’investissement dans ce domaine. Au début de la Ve République, il poursuit son combat en faveur de l’habitat rural. En décembre 1959, il présente, en séance publique, son premier rapport spécial sur l’habitat rural en estimant que l’effort financier consenti par le gouvernement est très insuffisant. Il en est de même pour le budget strictement réservé à la modernisation des bâtiments d’exploitation. Tous les ministres de l’Agriculture et des Finances sont successivement interrogés par Montalembert, lorsqu’ils sont entendus par la commission des Finances, sur le sujet des aides à l’habitat rural.

  • 28 Bulletin des Commissions du Sénat, 19 avril 1979.
  • 29 Procès-verbal de la séance du 5 novembre 1959 de la commission des Finances.
  • 30 Procès-verbal de la séance du 18 juillet 1961 de la commission des Finances.
  • 31 « Je concevrais volontiers que vous instituiez des droits de succession sur la fortune statique, l (...)
  • 32 Bulletin des commissions du Sénat, 28 octobre 1986.
  • 33 Bulletin des commissions du Sénat, 4 juin 1987.

23Propriétaire foncier, il est attentif à la fiscalité et prend fréquemment la défense des propriétaires qu’il juge accablés d’impôts et auxquels il attribue le titre de « bienfaiteurs publics » en raison de la faiblesse de la rente foncière28. Ainsi, par exemple, en 1959, il s’inquiète du démantèlement des exploitations agricoles et du morcellement des propriétés foncières en raison des modalités de paiement des droits de succession29. Montalembert se montre très attentif à la mutation des propriétés, en particulier lorsqu’un seul des co-héritiers veut reprendre le bien en exploitation30. En 1968, il débat vivement avec le nouveau ministre des Finances François-Xavier Ortoli au sujet de l’augmentation des droits de succession portés à 30 %. À ses yeux, cette majoration est en totale contradiction avec la politique de remembrement car elle risque d’empêcher la reprise en totalité d’une exploitation par un héritier31. En 1986, il regrette encore l’inadaptation de la fiscalité agricole qui, à ses yeux, exigerait beaucoup de réformes32. Lors d’une journée d’études sur les finances agricoles organisée par le Sénat en 1987, il prend la parole pour demander la suppression de l’impôt foncier non bâti qui pèse sur les propriétaires et son remplacement par une augmentation de la TVA33.

24Geoffroy de Montalembert est très soucieux de permettre l’installation des jeunes agriculteurs dans les exploitations. Il traque toutes les décisions gouvernementales qui représentent une contrainte pour ceux-ci. Ce n’est pas sans tristesse que Montalembert voit le nombre des agriculteurs diminuer et une désaffection croissante pour ce métier se manifester. Il déplore la baisse du revenu agricole, qui en est une des causes, ainsi que l’engouement pour les valeurs mobilières qui se traduit par le déclin des placements fonciers et agricoles et par conséquent la dégradation du patrimoine du pays.

  • 34 Bulletin des commissions du Sénat, 7 octobre 1987.
  • 35 Bulletin des commissions du Sénat, 28 juin 1988.

25À la fin des années 1980, il exprime sa crainte que la France connaisse « une crise foncière comparable à celle subie par la sidérurgie », ce qui mettrait en très grave péril notre agriculture34. C’est à ses yeux le danger principal qui menace les exploitations les plus performantes, dans lesquelles l’importance des capitaux nécessaires implique la dissociation de la propriété des moyens d’exploitation et celle de la terre. Il en appelle en matière de fiscalité agricole à une formule qui permettrait d’associer le capital et le travail et estime que le Conseil économique et social serait l’institution idéale pour réfléchir à cette question35.

26Montalembert intervient également beaucoup en faveur des forêts, du maintien des propriétés forestières et de la filière bois. Lorsqu’un projet de loi concerne l’un de ces domaines, ses collègues du Sénat le désignent rapporteur. À plusieurs occasions, il interroge les ministres compétents qui passent devant la commission des Finances sur les moyens de mieux utiliser les ressources forestières du pays. Il est très attaché à son rôle de représentant du Sénat au Comité de contrôle du Fonds forestier national, estimant que cet organisme a un rôle essentiel dans le boisement et le reboisement.

  • 36 Procès-verbal de la séance du 5 mars 1947 de la commission de l’Agriculture.
  • 37 Procès-verbal de la séance du 29 février 1956 de la commission des Finances.

27S’il tâche d’intervenir sur les grandes questions agricoles, Geoffroy de Montalembert se soucie également des problèmes conjoncturels concrets de ce secteur, comme par exemple en mars 1947 quand, devant la commission de l’Agriculture, il traite des difficultés qu’ont les agriculteurs de s’approvisionner en semences et engrais pour les semailles de printemps36 ou encore en 1956, quand il exprime des doutes sur les recettes escomptées par la suppression du privilège des bouilleurs de cru37.

  • 38 Témoignage Klein.

28On ne peut donc douter que Montalembert illustre un des caractères premiers de la notabilité qu’est l’attachement à la terre. Celui-ci l’a conduit à suivre l’exemple de son père en développant, exploitant et défendant l’activité agricole. Bien plus, celle-dernière a participé de manière essentielle à la définition de son identité. D’abord, parce qu’un des devoirs inhérents à son origine aristocratique, était de transmettre la patrimoine familial aux générations suivantes. Il s’agissait donc de le maintenir, en dépit des difficultés et d’une conjoncture défavorable. Ses nombreuses interventions en faveur des propriétaires fonciers, ses plaintes renouvelées au sujet de la fiscalité du patrimoine expriment moins la recherche d’un intérêt personnel que son inquiétude de ne pouvoir obéir à ce commandement de transmission des biens de famille. Il ne s’agit pas d’un combat économique ou financier mais de la mise en application d’une obligation culturelle et presque morale. Ensuite, parce que, assurer la pérennité des biens induit que le mode de vie ne les obère pas. Comme il avait l’habitude de le répéter, le notable doit vivre des intérêts de son patrimoine et non pas de la dilapidation de celui-ci38.

  • 39 Témoignage Méar.

29Pour Geoffroy de Montalembert, la culture de la terre s’avérait donc une activité essentielle et il ressentait comme un drame les difficultés qu’elle pouvait rencontrer et en particulier l’abandon des exploitations et plus largement l’exode rural39. De sorte que même si l’exaltation des vertus morales attachées au travail agricole n’apparaissait pas fréquemment dans ses propos, on peut conclure qu’il considérait la terre et sa civilisation comme un « référent en crise », partageant en cela un élément certain de la culture de la droite contemporaine.

Notes

1 Témoignage Devaud.

2 Témoignage Monory.

3 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 2 octobre 1989, p. 2429.

4 Ainsi par exemple, en juin 1986, lors d’un dîner de l’Amicale du Sénat, il raconte ce qu’il appelle « une histoire normande » qui lui est arrivée et, à cette occasion, fait le récit d’une collation cauchoise dans les années 1930 : « La “collation”, c’est-à-dire un copieux goûter ; la famille rassemblée : le père, la mère, les enfants nombreux (cinq ou six), la voiture d’enfant et dans celle-ci le dernier petit qu’on appelle chez nous le “baisot” ou encore le “ravisé”. Le grand panier d’osier dans lequel il y avait le pain de onze livres, le beurre, le pichet de cidre et puis la bouteille à goutte ». In Bulletin de l’amicale du Sénat, n° 105, 1993, p. 17.

5 En juillet 1984, il entame sa longue intervention visant à soutenir la proposition faite par Charles Pasqua de référendum sur l’enseignement privé par la suivante : « Vous savez dans ma province, on a de la mémoire ! Je raconte beaucoup d’histoires que se disent maît’ Jules et maît’ Firmin ; mais ce qui n’est pas une histoire c’est quand maît’Jules meurt et que la mère et le fils ouvrent le testament. Et que trouve-t-on dans ce testament, devant la bûche qui brûle dans l’âtre ? Instant d’émotion : “Min fieu, méfie-te, méfie-teenco, méfie-te toujours !” (Rires) Et du bon Dieu, faut-y s’méfier ? dit le fils à la mère. “Du bon Dieu, faut jamais s’méfier.” Elle lève le doigt, le regarde dans les yeux et lui dit : “Et pis enco !” (Rires). » J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 5 juillet 1984, p. 2091.

6 Entretien avec l’auteur. Désormais indiqué Témoignage Roulland.

7 Témoignage du fermier Paul Guéroult. Entretien avec l’auteur. Désormais indiqué Témoignage Guéroult.

8 ADSM 160J168.

9 Témoignage La Rochefoucauld.

10 Témoignage Guéroult.

11 ADSM 160J158.

12 Témoignage Guéroult.

13 Témoignage de Mme Buquet. Entretien. Désormais indiqué Témoignage Buquet.

14 ADSM 160J172.

15 ADSM 160J174.

16 Le docteur Robert Gréverie, conseiller général de Valmont des années 1960 aux années 1990 et ancien député de Fécamp (1958-1962), témoigne de son admiration devant les connaissances en ce domaine de Montalembert découvertes à l’occasion d’une conférence prononcée par ce dernier sur le thème des haies à reboiser. Entretien avec l’auteur.

17 Lors de son arrivée au Palais du Luxembourg, après la guerre, cette compétence avait été reconnue par le PRL qui l’avait désigné pour être en rapport avec les propriétaires forestiers. ADSM 160J99.

18 Procès-verbal de la séance du 30 mai 1963 de la commission des Finances.

19 J.O., Compte rendu des débats du Conseil de la République, séance du 18 juillet 1950, p. 1967.

20 Procès-verbal de la séance du 11 mai 1955 de la commission des Finances.

21 Procès-verbal de la séance du 1er juillet 1959 de la commission des Finances.

22 Procès-verbaux des séances du 1er juillet 1959 et du 10 mars 1960 de la commission des Finances.

23 Procès-verbal de la séance du 11 octobre 1966 de la commission des Finances.

24 Bulletin des commissions du Sénat, 28 octobre 1980.

25 Procès-verbal de la séance du 12 mars 1958 de la commission des Finances.

26 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 10 décembre 1959, p. 1646.

27 Procès-verbal de la séance du 30 janvier 1957 de la commission des Finances.

28 Bulletin des Commissions du Sénat, 19 avril 1979.

29 Procès-verbal de la séance du 5 novembre 1959 de la commission des Finances.

30 Procès-verbal de la séance du 18 juillet 1961 de la commission des Finances.

31 « Je concevrais volontiers que vous instituiez des droits de succession sur la fortune statique, la fortune acquise, mais non pas sur la fortune créatrice de l’ambiance nécessaire pour que l’agriculture soit considérée comme une entreprise industrielle […] Je vous demande de ne pas toujours faire pour l’agriculture l’inverse de ce que vous préconisez par ailleurs. Que vous fassiez payer des droits de succession sur la fortune que j’appellerai de jouissance, je le comprends, mais si des propriétés foncières se constituent en Groupements Agricoles Fonciers, exonérez-les de droits de succession. L’emprunt Pinay est exonéré, créez un Pinay foncier. Chaque fois qu’il s’agit du sol, on le frappe, pour les emprunts on accorde des facilités. Ce sont des mesures incompréhensibles pour ceux qui défendent la propriété foncière. » Procès-verbal de la séance du 17 octobre 1968 de la commission des Finances.

32 Bulletin des commissions du Sénat, 28 octobre 1986.

33 Bulletin des commissions du Sénat, 4 juin 1987.

34 Bulletin des commissions du Sénat, 7 octobre 1987.

35 Bulletin des commissions du Sénat, 28 juin 1988.

36 Procès-verbal de la séance du 5 mars 1947 de la commission de l’Agriculture.

37 Procès-verbal de la séance du 29 février 1956 de la commission des Finances.

38 Témoignage Klein.

39 Témoignage Méar.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540