Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Geoffroy de Montalembert (1898-1993)

 | 
David Bellamy

Deuxième partie. Une carrière politique sous trois Républiques

Chapitre XI. Premier parmi ses pairs 1969-1993

Texte intégral

1Au Sénat, l’échec du référendum et le départ du président de la République, dont la conséquence immédiate était le rôle dévolu à Alain Poher dans le cadre de l’intérim, avait le goût de la victoire. Pour beaucoup de sénateurs, la candidature de leur président, annoncée le 12 mai, apparaissait comme un moyen accessible d’en finir avec le gaullisme et les épigones du Général. Le départ du fondateur de la Cinquième République posait le problème de la survie du régime. Son chef parti, qu’allait-il en être de l’avenir des institutions ?

2Quelle pouvait être l’attitude de Geoffroy de Montalembert ? La victoire des non déclencha sans doute chez lui des sentiments ambivalents. Le Sénat traditionnel était sauvé. En même temps, le départ du Général, auquel il était fort attaché, constituait une tristesse et une inquiétude. Tristesse que le pays ne fût plus conduit par un homme dont il partageait, depuis longtemps, les convictions patriotes, sociales et d’ordre. Inquiétude que l’héritage pût être dilapidé en raison du risque d’accession au pouvoir d’hommes ne se situant pas dans la famille politique du gaullisme, voire d’opposants de toujours.

3Montalembert fut, successivement, confronté à ces deux réalités, avec l’élection de Valéry Giscard d’Estaing puis celle de François Mitterrand. Quel sénateur fut-il donc dans ces années de « l’après-de Gaulle » ? Quelle place fut la sienne au Sénat dans ce contexte ? Si les événements politiques en marquèrent les caractères en le contraignant à prendre des positions, son âge devait influencer également la manière dont il était perçu par ses pairs. Comment réagit-il donc à la fois au développement de la polarisation de la vie politique française et aux conséquences d’une carrière qui s’étirait de plus en plus ?

Être sénateur gaulliste après 1969

4Deux évolutions majeures dans la pratique institutionnelle et dans la vie politique française marquent les années qui suivent la « République gaullienne » : l’amélioration des rapports entre le Sénat et l’exécutif et le rapprochement des droites et des gaullistes. Geoffroy de Montalembert a continuellement travaillé pour aboutir à cela.

  • 1 Georges Pompidou y disait, entre autres propos, qu’il accordait à chacun des sénateurs ses « senti (...)
  • 2 Procès-verbal de la séance de la commission des Finances du 23 octobre 1969.
  • 3 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, 2e séance du 25 novembre 1969, p. 866-877.

5Le message adressé au Sénat par le nouveau Chef de l’État, juste après son élection, posait les premières pierres d’une réconciliation entre l’Élysée et le Luxembourg1. Agissant dans le même sens, Geoffroy de Montalembert affirme, dès la rentrée parlementaire de l’automne 1969, son désir d’une meilleure entente entre le gouvernement et la Chambre du Luxembourg. Lors d’une audition, par la commission des Finances, de Valéry Giscard d’Estaing, le nouveau ministre des Finances, il lui demande une plus grande collaboration entre les ministres et les sénateurs afin de mener à bien la tâche de l’élaboration du budget2. Deux jours après, c’est à ses collègues du Sénat qu’il s’adresse en les appelant à cesser leur opposition systématique au gouvernement et à répondre positivement au souci de travail en commun exprimé par le pouvoir exécutif. Il achève son propos en annonçant la venue prochaine du Premier ministre devant les sénateurs, signe concret de cette volonté de coopération, et en exprimant sa « conviction profonde du grand rôle que le Sénat sera probablement appelé à jouer dans l’avenir » comme il l’a toujours souhaité3.

  • 4 Jacques Chirac avait promis aux sénateurs d’appliquer les dispositions constitutionnelles rendant (...)
  • 5 Geoffroy de Montalembert commet une erreur. Il s’agissait d’une délégation de 10 sénateurs.
  • 6 Ibidem, p. 1415-1416.

6En juin 1975, une nouvelle étape importante est franchie dans la revalorisation du rôle du Sénat puisque, pour la première fois sous la Cinquième République, un Premier ministre se rend devant la seconde Chambre pour une déclaration de politique générale suivie d’un débat et d’un vote4. Le président Poher exprime sa satisfaction d’une telle initiative. Geoffroy de Montalembert prend la parole, pendant le débat, pour se féliciter de ce geste. Il en remercie Jacques Chirac et dit être très ému de ce moment. Il rappelle le rôle qu’il joua, en 1958, dans l’écriture de l’article qui permet ce débat de politique générale au Sénat : « En 1958, j’avais, en effet, l’honneur de présider la commission du suffrage universel et j’ai eu le plus grand honneur encore d’être désigné à la tête de la délégation du Sénat – composée de huit membres 5 – chargée de le représenter au comité consultatif constitutionnel. C’est cette délégation qui a obtenu que le Sénat, rétabli par le général de Gaulle – on l’oublie trop souvent – puisse, à la demande du Gouvernement, émettre un vote qui engagerait la responsabilité de celui-ci comme il l’entendrait. Ce jour est arrivé. L’enfant a seize ans ; cela me rajeunit6. » Il poursuit en regrettant que les précédents Premiers ministres aient refusé d’entamer un tel débat au Sénat et, en cherchant l’explication, il précise sa vision du rôle du Sénat dans une vie politique pacifiée : « Ils ne venaient pas parce qu’ils craignaient encore ces “sales jeux politiques” que j’ai connus dans mon enfance et à la suite desquels aucun vote ne pouvait être émis sans entraîner une crise ministérielle.

  • 7 Au terme de ce débat, la déclaration de politique générale du gouvernement fut d’ailleurs approuvé (...)

7Dans une vraie démocratie, on peut ne pas aboutir à un vote favorable sans que, pour autant, l’existence du Gouvernement soit mise en cause. C’est ainsi que les choses peuvent se passer dans cette enceinte, mais cela nous permet de savoir comment nous sommes dirigés. » Ainsi, Geoffroy de Montalembert reconnaît que seule l’Assemblée nationale peut renverser le gouvernement, mais qu’un débat au Sénat exprime le respect que l’exécutif lui porte et, qu’en retour, le cabinet peut en retirer un soutien ou au moins un avis sur sa politique7.

  • 8 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 11 mai 1978, p. 782.

8En mai 1978, Raymond Barre vient à son tour faire une déclaration de politique générale devant les sénateurs. À nouveau, Geoffroy de Montalembert dit sa satisfaction : « L’application de l’article 49 de notre Constitution me paraît devenir la règle. Me rappelant mes responsabilités de 1958, celles de la délégation sénatoriale qui m’accompagnait au comité consultatif constitutionnel, les efforts que nous y avons déployés, les concours efficaces que nous y avons obtenus, de M. Michel Debré et de M. Gaston Monnerville, vous me permettrez de m’en féliciter8. »

  • 9 Par exemple, la loi de finances pour 1970 est adoptée le 3 décembre 1969 par 173 voix contre 75 ; (...)

9Alors que dans les dernières années de la présidence de De Gaulle, le Sénat avait rejeté le budget proposé par le gouvernement, à partir de 1969, la loi de finances est régulièrement adoptée par les deux tiers environ des sénateurs9. Ainsi, il ne fait pas de doute que Montalembert est soulagé de l’évolution de la place du Sénat dans la pratique institutionnelle depuis la fin de l’ère gaullienne. Elle correspond à l’idéal qu’il se fait du rôle et de l’influence du Sénat.

  • 10 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, 2e séance du 25 novembre 1969, p. 876.

10Si les relations se sont améliorées entre les sénateurs et le pouvoir, c’est que les points de vue se sont rapprochés entre les gaullistes et les modérés. C’était également le vœu de Geoffroy de Montalembert. Lors du débat de novembre 1969 sur le projet de loi de finances pour 1970, il salue l’élargissement de la majorité et l’arrivée ou le retour au gouvernement de personnalités qui s’étaient opposées ou éloignées du général de Gaulle, comme Valéry Giscard d’Estaing10. On sait que, dès 1969, des hommes proches du centre s’en détachent, estimant qu’un tournant réel a eu lieu avec l’élection de Georges Pompidou ; c’est le cas de Jacques Duhamel, René Pleven ou encore Joseph Fontanet.

  • 11 Paris-Normandie, Le Courrier cauchois, Les Informations dieppoises.

11Un second élargissement intervient avec l’élection de Valéry Giscard d’Estaing à la présidence de la République. Pendant la campagne électorale, Geoffroy de Montalembert reste silencieux. Une intervention chirurgicale, prévue avant le décès du président Pompidou, l’oblige à s’éloigner de la vie politique. Aussi, il n’est pas présent aux côtés des parlementaires gaullistes qui accueillent Jacques Chaban-Delmas à Rouen pour un meeting électoral le 19 avril 1974. Il ne produit en outre aucune déclaration appelant à voter en sa faveur. Mais, le premier tour passé, la presse locale 11 publie son appel à voter pour Valéry Giscard d’Estaing. Au nom de la sauvegarde de l’œuvre accomplie par de Gaulle et Pompidou, de la nécessité de barrer la route aux socialistes et aux communistes et parce qu’il est le meilleur candidat, il demande aux électeurs de voter pour Valéry Giscard d’Estaing.

12Le hasard de son opération a ainsi permis à Geoffroy de Montalembert de rester en dehors de la campagne du premier tour et d’apparaître ainsi pleinement apte à appeler à l’union en faveur du candidat de la droite arrivé en tête. Il lui eut sans doute été facile de faire connaître officiellement son choix entre Chaban-Delmas et Giscard d’Estaing. Peut-être a-t-il agi volontairement en gardant le silence jusqu’à ce que les urnes départagent les deux candidats ? En Seine-Maritime, un certain nombre de parlementaires agirent de manière identique, s’engageant peu au premier tour et se réservant pour le second. Ce fut le cas d’André Bettencourt qui, s’il appela à voter en faveur du candidat des républicains indépendants dès le premier tour, eut des propos très unionistes dans les articles qu’il rédigea pour son journal, Le Courrier cauchois. Ce fut encore le cas des députés Roger Fossé (Yvetot), Georges Delattre (Neufchatel-en-Bray) et Maurice Georges (Le Havre) qui signèrent « l’appel des 43 » personnalités souhaitant une candidature unique de la droite et des gaullistes. Face à la montée du danger venu de la gauche, après la signature du Programme commun de gouvernement, la nécessité de l’union, défendue depuis longtemps par Montalembert, apparut plus urgente à un nombre de plus en plus grand de parlementaires. Le sénateur-maire d’Ermenouville avait toutes les raisons de s’en réjouir.

  • 12 René Houdet, qui ne souhaitait pas solliciter un nouveau mandat, avait demandé à André Bettencourt (...)
  • 13 En avril 1977, les premiers contacts furent établis entre le nouveau Parti républicain (héritier d (...)

13C’est dans ce contexte que devait avoir lieu le renouvellement des sénateurs de la Seine-Maritime en 1977. À cette occasion, un siège supplémentaire était à pourvoir. Ce fut, sans doute l’élection la plus difficile pour Geoffroy de Montalembert. La situation avait beaucoup changé à droite depuis le précédent scrutin en 1968. Il semblait naturel qu’une union pût être réalisée entre les centristes de Jean Lecanuet et les modérés d’André Bettencourt12, à la veille de s’unir dans un grand parti du président13. En ce qui concernait une éventuelle union avec les gaullistes, il fallait vaincre les réticences de la direction du tout nouveau Rassemblement pour la République, de plus en plus porté à en découdre avec le président Giscard d’Estaing. Aux yeux de Montalembert, les échecs enregistrés par la majorité aux municipales de mars 1977 illustraient les dangers de la division en même temps qu’ils annonçaient une victoire de la gauche aux législatives de 1978. Il voulut donc utiliser toutes les possibilités de constituer une liste unique de la majorité pour les sénatoriales.

  • 14 Témoignage Klein.
  • 15 Paris-Normandie du 13 juillet 1977.
  • 16 Paul Caron avait remplacé Jean Lecanuet au Sénat le 2 avril 1973 à la suite de l’élection de ce de (...)
  • 17 Rapport des Renseignements généraux du 15 septembre 1977. ADSM 2699W0006.

14Grâce à la position qu’il occupait dans les rangs gaullistes et après avoir considérablement insisté, il obtint de Jacques Toubon au RPR, carte blanche pour discuter avec André Bettencourt et Jean Lecanuet14. En juin, un accord de principe était trouvé entre les trois leaders normands, mais quelques jours plus tard, ce projet échouait. Le 13 juillet, Geoffroy de Montalembert, interrogé par la presse locale, en rejetait la responsabilité sur les centristes15. Il y avait un double désaccord. D’une part, Jean Lecanuet entendait réserver la seconde et la troisième place aux deux sénateurs sortants du CDS, Charles Ferrant et Paul Caron16. D’autre part, un certain nombre de conseillers généraux centristes de Seine-Maritime souhaitaient, à l’occasion de ce scrutin, renouveler la représentation sénatoriale de leur département. À 79 ans, la personne de Geoffroy de Montalembert était la première visée17.

  • 18 Rapport des Renseignements généraux du 30 juin 1977. ADSM 2699W0006.
  • 19 Paris-Normandie du 30 août 1977.

15Geoffroy de Montalembert se prépara donc à mener une liste sur laquelle devait figurer Pierre-Henri Le Loup de Sancy de Rolan, conseiller général indépendant et maire de Cany-Barville, ainsi que le docteur Couture, conseiller-général indépendant et maire de Saint-Valéry-en-Caux18. Quant à André Bettencourt, il constituait lui aussi sa liste. Chaque leader ayant ainsi démontré qu’il était prêt à aller seul à la bataille, les discussions reprirent pendant l’été. Une entente fut d’abord trouvée entre Lecanuet et Bettencourt, puis, fin août, avec Geoffroy de Montalembert19. Pour y parvenir, celui-ci accepta d’être candidat en quatrième position, derrière Jean Lecanuet, André Bettencourt et Charles Ferrant. Il était suivi de Paul Caron et d’Henry Binet.

  • 20 Paris-Normandie du 30 août 1977.

16Outre cette liste CDS-PR-RPR, les communistes en présentaient une, ainsi que les socialistes. Étant donné les progrès de la gauche aux municipales de mars 1977, la quatrième position de Geoffroy de Montalembert était très dangereuse. Toute la presse locale signalait la position inconfortable du maire d’Ermenouville. « Accepter de figurer en 4e position seulement, c’est peut-être faire preuve de sportivité, mais ce n’est pas de tout repos » plaisantait-il20. Certes, Jean Lecanuet prévoyait de se représenter aux élections législatives de 1978 et, en cas de victoire, aurait libéré un siège au Sénat qu’un Geoffroy de Montalembert, non élu, aurait pu ainsi récupérer, mais sa position, tant dans l’enceinte du Luxembourg que dans la vie politique locale, en eût été grandement fragilisée. Pour beaucoup, il s’agissait ainsi de ménager un départ « en douceur » au maire d’Ermenouville.

  • 21 JJSS avait été battu aux élections législatives de 1962 par le gaulliste Roger Fossé dans l’ancien (...)

17Sa situation empira quand Claude Heuillard, ancien député radical de Neuf-chatel-en-Bray battu par un gaulliste en 1962, vice-président du Conseil général et appartenant à la majorité présidentielle, annonça, quelques heures avant la clôture des candidatures, qu’il déposait une liste de radicaux et de modérés. L’opération montée par les valoisiens de Jean-Jacques Servan-Schreiber visait objectivement à prendre des voix à la liste Lecanuet-Bettencourt afin d’ôter sa dernière chance à Geoffroy de Montalembert de retrouver son siège, quitte à le donner aux communistes21.

  • 22 Paris-Normandie du 26 septembre 1977.

18Les élections sénatoriales du 25 septembre 1977 furent pourtant un succès pour la liste CDS-PR-RPR puisqu’elle obtint quatre des six sièges. Geoffroy de Montalembert avait gagné son pari. La liste Heuillard n’avait pas enlevé assez de voix à celle de Jean Lecanuet pour empêcher son élection tandis que la poussée de la gauche aux municipales s’était traduite en gain de grands électeurs mais pas assez pour transformer l’essai et obtenir un siège supplémentaire. Même si, en voix, la liste unique de la majorité obtenait moins que les listes Lecanuet et Houdet réunis de 1968, elle emportait un « très beau succès22». Les sièges de Jean Lecanuet, André Bettencourt et Charles Ferrant étaient gagnés au quotient, le quatrième, disputé entre Montalembert et les communistes, revenait au premier avec une avance d’une centaine de voix.

19Ce scrutin atteste du poids important des notables modérés et de l’attrait qu’ils opèrent parmi les grands électeurs. Chacun savait que l’enjeu du scrutin était la réélection ou non de Geoffroy de Montalembert. Une réelle mobilisation en faveur de sa liste eut lieu. C’est dire la force électorale qu’il représentait. Si, finalement, une entente fut possible avec Jean Lecanuet, c’est également car celui-ci savait qu’il avait tout à gagner à s’entendre avec un notable si implanté. De plus, l’union avec les gaullistes renforçait une majorité qui devait s’attendre à des difficultés aux législatives suivantes. L’opération de Claude Heuillard n’avait été que l’œuvre d’individus vraisemblablement en recherche de vengeance politique ; les grands électeurs l’avaient refusée.

20Geoffroy de Montalembert était réélu pour la cinquième fois, quarante ans après les débuts de sa carrière parlementaire. Il avait démontré que l’union, loin d’affaiblir, permettait la victoire et que son travail d’implantation locale avait donné des résultats très solides et pérennes.

  • 23 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 2 octobre 1986.
  • 24 Il avait remplacé Jean Lecanuet au Sénat en mars 1986 lorsque celui-ci avait été élu député de la (...)

21En 1986, en Seine-Maritime, l’union des modérés, de la droite et des gaullistes produisit les mêmes effets. Cette fois-ci, Geoffroy de Montalembert n’eut pas à se battre pour protéger sa réélection. Devenu le doyen du Sénat, sa candidature ne provoqua pas les réserves de 1977 dans le monde politique local. Dans le discours de président d’âge qu’il prononce en octobre 1986, il dit avoir été poussé à se représenter par le président Poher et par ses pairs23. Jean Lecanuet, André Bettencourt et Geoffroy de Montalembert constituèrent donc une liste où ils prirent les trois premières places dans cet ordre. Paul Caron, sénateur UDF sortant24, Roger Fossé, ancien député d’Yvetot, président RPR de la région Haute-Normandie et André Martin, maire centriste et vice-président du Conseil général de Seine-Maritime suivaient. Face à cette liste unique UDF-RPR se trouvaient des listes du parti socialiste, du parti communiste et un groupe de candidats divers droite.

22La majorité sénatoriale emporta une belle victoire avec 58,15 % des suffrages exprimés (soit un gain de 7,5 points par rapport à 1977), traduction des progrès de la droite aux élections municipales de 1983. Les socialistes progressaient (24,89 % soit 3,5 points en plus) aux dépens des communistes (16,13 % soit 7 points en moins). La liste divers droite n’obtenait pas 1 %. Quatre sièges revenaient à la liste de Jean Lecanuet. Outre celui-ci, André Bettencourt, Geoffroy de Montalembert et Paul Caron retournaient au Sénat. Un siège allait au maire communiste du Havre André Duroméa et un autre au socialiste sortant Tony Larue.

23Quarante ans après son entrée au Conseil de la République, âgé de 88 ans, Geoffroy de Montalembert entamait donc son huitième mandat au Palais du Luxembourg. Il allait y conserver une activité très dense.

Une activité parlementaire toujours forte

24Les deux évolutions signalées dans le chapitre précédent – l’amélioration des relations entre le Sénat et l’exécutif et le rapprochement des gaullistes, des modérés puis des centristes – facilitèrent le positionnement politique de Geoffroy de Montalembert. En commission et dans les séances, son rôle s’accroît encore et ses interventions sont plus nombreuses. On le sent globalement plus à l’aise dans l’espace sénatorial maintenant qu’il n’a plus, comme sous la présidence du Général, à chercher à concilier son attachement à cette assemblée et un soutien à un gouvernement qui entend réduire son rôle.

25En octobre 1968, il avait été élu, avec l’indépendant Jacques Descours Desacres et le président du groupe du Centre républicain d’action rurale et sociale Max Monichon, secrétaire de la commission des Finances. Il retrouve ce poste en 1969 et en 1970. L’année suivante, le bureau de la commission est renouvelé. L’ancien président socialiste Alex Roubert est remplacé par Marcel Pellenc, du groupe de la Gauche démocratique, qui était jusqu’alors rapporteur général du budget. À ce poste accède le centriste Yvon Coudé du Foresto, ancien vice-président de la commission. Quatre nouveaux vice-présidents sont élus, dont Geoffroy de Montalembert. Il occupa ce poste jusqu’en 1986. Lors de la plupart des renouvellements du bureau, une liste unique de candidats fut présentée, résultat d’un accord entre les différents groupes politiques de la majorité.

26Pour les années 1970, les procès-verbaux des commissions ne sont plus consultables. Seul est accessible le Bulletin des commissions qui indique certes l’essentiel des débats qui s’y tiennent mais pas le nom des sénateurs présents aux séances. Il n’est ainsi plus possible de quantifier la participation de Geoffroy de Montalembert à ces réunions. Néanmoins, ses prises de paroles et le nombre de fois où il les préside semblent indiquer qu’il est toujours, sinon plus, présent à la commission des Finances. Jusqu’en 1986, il supplée plus de 60 fois le président de la commission dans la direction de ses réunions.

  • 25 Témoignages Klein, Bettencourt, Bonnefous. Entretien de Paul Caron avec l’auteur, désormais indiqu (...)
  • 26 Entretiens de l’auteur avec quatre de ses anciens collaborateurs Madame Clément-Grancourt, Pierre (...)

27Pendant quinze années, il exerce ainsi une fonction des plus notables au sein du Sénat. La place qu’il occupe dorénavant à la commission des Finances lui octroie un rôle important lors de la discussion du budget, rôle qui se mesure au nombre d’interventions qu’il fait lors des séances du Sénat. Plus encore qu’auparavant, il est présent au Palais du Luxembourg. Tous les témoignages recueillis insistent sur sa très remarquable assiduité à la commission des Finances et aux séances publiques25. Or, le rythme de travail de la commission des Finances, du contrôle budgétaire et des comptes économiques de la nation, considérée comme la plus importante de toutes les commissions parlementaires, est soutenu. À titre d’exemple, pour la seule année 1978-1979, elle se réunit 64 fois du 3 octobre 1978 au 4 juillet 1979. Les séances sont particulièrement nombreuses lors de la discussion du projet de loi de finances pour l’année à venir, soit d’octobre à décembre. La commission se réunit parfois plusieurs fois par jour, voire en pleine nuit quand l’examen d’un amendement déposé en séance publique le nécessite. Geoffroy de Montalembert est souvent un des derniers à sortir du Palais du Luxembourg et ses collaborateurs n’hésitent pas, s’il a quitté le Sénat avant l’achèvement d’une séance et qu’un point délicat apparaît en discussion, à le réveiller à son domicile parisien26. Tous reconnaissent ses grandes compétences dans les domaines de la comptabilité publique et du budget de l’État.

28À la commission des Finances, comme c’est le cas depuis 1966, il est toujours chargé de rapporter le budget de l’Aménagement du territoire. Celui du Commissariat général au Plan lui échoit entre 1968 et 1971 puis à partir de 1983. Outre cela, il est rapporteur spécial du budget du Secrétariat général de la Défense nationale de 1974 à 1977.

  • 27 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 18 décembre 1973.

29Il siège également dans des commissions spéciales constituées pour l’examen de projets de loi. C’est le cas par exemple en décembre 1973, quand est constituée une commission spéciale pour examiner le projet de loi voté en deuxième lecture par l’Assemblée nationale concernant le statut du fermage et du métayage. Il en est d’ailleurs le président, ce qui lui vaut, en séance publique du Sénat, les félicitations de Jacques Chirac, alors ministre de l’Agriculture, pour son rôle27. Il est encore plusieurs fois choisi par ses collègues pour participer à des comités d’études et des commissions de contrôle. En 1991, il est à l’origine d’une commission d’enquête sur la justice administrative. Il en est élu président d’honneur en décembre 1991 puis renouvelé à ce poste jusqu’en juin 1992. Ajoutons que, de sa création en 1982 jusqu’en 1990, il fut membre de la délégation parlementaire pour la planification et, jusqu’à sa mort, du Comité de contrôle forestier.

  • 28 De la fondation de la Cinquième République jusqu’à la mort de Geoffroy de Montalembert, il y eut 7 (...)

30Enfin, attestant la place de premier plan qu’il occupe dorénavant parmi les commissaires aux Finances et en même temps la capacité que ses pairs lui reconnaissent d’aider à aboutir à des textes de compromis entre les deux Chambres, il est, de plus en plus souvent, appelé à siéger dans des commissions mixtes paritaires. Comme on l’a dit précédemment, il avait siégé moins d’une dizaine de fois dans celles-ci sous la présidence de De Gaulle. D’octobre 1969 à mars 1993, il participe à 97 CMP. Certes, cette croissance est en partie due au fait que les CMP furent plus fréquentes après 1969. Mais, l’essentiel de l’explication est lié à la qualité que l’on reconnut de plus en plus souvent à celui qui était devenu le vice-président de la commission des Finances28. C’est du milieu des années 1970 au milieu des années 1980 qu’il y siège le plus souvent. C’est également pendant cette période qu’il est le plus souvent membre titulaire des CMP : 50 fois sur 60 participations. Après 1987, il est 12 fois suppléant et 3 fois titulaire. On peut expliquer cette évolution par son âge. Sa réélection de 1986 marque ainsi une rupture. Après cette date, il n’est plus vice-président de la commission des Finances, même si, et c’est une exception sur laquelle on reviendra, ses collègues commissaires choisissent de le nommer vice-président d’honneur. Dans les années 1970 et 1980, Geoffroy de Montalembert est ainsi presque de toutes les CMP concernant les dispositions restant à discuter dans le projet de loi de finances de l’année à venir et dans les projets de loi de finances rectificative pour l’année en cours. Il en est du reste fréquemment le vice-président, la présidence des CMP étant traditionnellement attribuée à un député.

31Cette part de plus en plus grande prise dans les débats parlementaires, en particulier dans les années 1970 et jusqu’au milieu des années 1980, est encore attestée par le relevé de ses interventions en séances publiques du Sénat. De 1969 à 1992, elles se chiffrent, d’après le relevé d’activité parlementaire, à 362, soit une moyenne de plus que 15 interventions par an. C’est beaucoup plus que sous la présidence du Général où il était intervenu en moyenne 8 fois par an. Ses prises de parole sont irrégulières, en fonction des textes présentés, mais on n’observe pas de rupture majeure dans leur nombre pendant ces années. Ainsi, après sa réélection de 1986, elles sont toujours nombreuses, même si elles n’atteignent plus les chiffres des années 1970.

  • 29 Témoignage Monory.
  • 30 Alain Méar, qui a travaillé à ses côtés comme chef du secrétariat administratif de la commission d (...)

32Comme dans les périodes précédentes, les affaires agricoles constituent son sujet d’interventions majeur. Les thèmes liés au budget et à la fiscalité donnent également lieu à de nombreuses interventions en raison de sa place à la commission des Finances. Ainsi, les périodes d’examen des projets de loi de finances sont un moment privilégié de prises de parole. Mais la question de l’aménagement du territoire est, très visiblement, depuis la fin des années 1960, le sujet qui le préoccupe le plus avec l’agriculture. De 1966 jusqu’à sa disparition, il en est le rapporteur spécial du budget à la commission des Finances, soit pendant 27 ans. Il est alors considéré par ses pairs comme un des meilleurs spécialistes de la question dans leur assemblée 29 et, à ce titre, est nommé, en 1983, à la délégation du Sénat pour la planification. Si, la première année, il semble découvrir ce secteur, il en manie ensuite les thèmes, les sigles et aspects techniques avec dextérité30.

33L’action de l’État, dans ce domaine de l’aménagement du territoire et du Plan, lui paraît des plus décisives. La plupart des ministres qu’il a l’occasion de questionner en commission ou en séance sont invités par lui à préciser l’action que leur administration mène dans cette direction. Les rapports qu’il présente lors de chaque examen de loi de finances sont d’une extrême précision, tant sur la présentation du budget, sa lisibilité, que sur ses crédits et leur usage, les opérations majeures et la politique globale menée par les gouvernements successifs. Après avoir présenté les principaux chiffres du budget de l’aménagement du territoire, Geoffroy de Montalembert porte des observations sur des points plus précis.

  • 31 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 17 novembre 1966.

34Ainsi, il insiste, dès 1966, sur l’importance que jouent, dans cette politique, les collectivités locales et les différents organismes régionaux31. À ce titre, il estime que le Sénat est l’institution centrale la mieux placée pour suivre et évaluer cette politique, puisqu’il représente ces collectivités locales. Il demande à plusieurs occasions au gouvernement qu’un débat sur ce point ait lieu dans l’enceinte du Luxembourg.

  • 32 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 4 décembre 1984.

35L’action liée à l’aménagement du territoire ne lui paraît pas nécessiter des sommes considérables – c’est ainsi qu’il doute de l’utilité de l’augmentation des crédits de ce secteur décidée par le pouvoir socialiste dans le projet de budget de 1982 – mais une attention de tous les instants de la part de chaque acteur de l’action publique. Il insiste également sur les risques que la bureaucratisation fait peser sur cette politique, condamne la prolifération des comités d’études et la grande complexité des systèmes d’aides à l’aménagement du territoire. Il stigmatise le manque de coordination qui provoque des gaspillages32.

  • 33 Bulletin des commissions du Sénat, 3 mai 1972.

36Geoffroy de Montalembert suit attentivement l’évolution des mentalités sur la question de l’aménagement du territoire. C’est ainsi qu’il se fait l’écho d’une demande sociale de plus en forte dans les années 1970 d’amélioration du cadre de vie et de la montée en puissance et en signification du terme « d’environnement ». Nous dirons, plus loin, comment cette question fut considérée par lui comme fondamentale dans l’exercice de son mandat de maire. Les échelles de l’aménagement du territoire ne lui échappaient pas dans leur grande variété. Il s’intéressait ainsi tout autant à des grands programmes qu’aux effet de ceux-ci sur les paysages. Plusieurs fois, par exemple, il s’émut des pollutions visuelles provoquées par les poteaux électriques en béton et la multiplication de ceux-ci, en particulier dans les zones rurales33. Il faut dire, et nous en reparlerons en troisième partie, qu’au milieu des années 1970, la construction d’une centrale nucléaire sur le site de la commune de Paluel, à quelques kilomètres de son village cauchois d’Ermenouville, et les débats très vifs qu’elle suscita le placèrent au cœur d’une application directe des conséquences sur l’environnement d’un choix énergétique marquant.

37Aux sources de son intérêt pour l’aménagement du territoire, il y a ainsi, sans doute, l’implication concrète qui est la sienne dans la gestion de son village. Les préoccupations rurales sont très présentes dans tous les débats auxquels il participe quand il présente son budget. Il souhaite que soit maintenu dans les campagnes un maximum de services pour les populations : services publics, facilités de scolarisation, présence d’entreprises ou d’ateliers d’artisanat, moyens de transports et voies de communications etc. On le constate donc, le thème de l’aménagement du territoire permit à Geoffroy de Montalembert de croiser plusieurs de ses principaux sujets de préoccupations dans son activité au Sénat : la question budgétaire, les mutations agricoles et rurales, l’environnement.

38Cette période des années 1970 et 1980 apparaît donc, dans son cursus, comme un temps d’intenses activités parlementaires pendant lequel il put investir sans difficulté tout l’espace sénatorial. Bridé par l’attitude gaullienne face au Sénat, mis à l’écart – quoique moins que la plupart de ses collègues, comme on l’a dit, en raison de son caractère porté au compromis – par une majorité de ses pairs violemment hostile à la politique gouvernementale, le sénateur Montalembert n’avaient pas été des plus heureux dans les années 1960. L’obstacle des projets de réformes franchi, sa position s’améliora comme en témoigne le rôle qu’il remplit à la commission des Finances, ses très nombreuses interventions en séances et ses fréquentes nominations dans les commissions mixtes paritaires.

Le doyen d’âge du Sénat

39Au lendemain de sa réélection de septembre 1977, Geoffroy de Montalembert acquiert une position nouvelle au Sénat, celle de président d’âge. À ce titre, il est chargé d’ouvrir la première session ordinaire de l’année 1977-1978 et de diriger les opérations de l’élection du président du Sénat. Auparavant, il lui revient de prononcer une allocution. Six fois de suite, le sénateur-maire d’Ermenouville assura ainsi la présidence temporaire du Sénat pour quelques dizaines de minutes : le 4 octobre 1977, le 2 octobre 1980, le 3 octobre 1983, le 2 octobre 1986, le 2 octobre 1989 et le 2 octobre 1992. Jusqu’en 1989, il céda sa place à Alain Poher élu président définitif ; en 1992, on sait que René Monory prit la succession de celui-ci.

40Lors de sa première allocution, en 1977, Geoffroy de Montalembert explique qu’il a appris le nouveau rôle qui lui était dévolu au soir de l’élection sénatoriale alors qu’il se trouvait à la Préfecture de Rouen. Il crut à une erreur car le véritable doyen était alors Gabriel Calmels. Mais, celui-ci étant malade ainsi que le vice-doyen du Sénat, Robert Lacoste, il revenait à Montalembert d’officier pour la première séance. À partir de 1980, il fut le véritable doyen du Sénat.

  • 34 C. Lévi-Strauss, l’Homme nu, Paris, Plon, 1971, p. 601.

41Cette première session possède tous les éléments qui caractérisent un rituel, et en particulier les deux procédés majeurs mis en évidence par Lévi-Strauss : le morcellement et la répétition34. Solennellement, le président d’âge prend place dans son fauteuil et prononce l’ouverture de la séance. Puis, il installe le bureau d’âge constitué des six plus jeunes sénateurs présents. Le président signale ensuite les décès de sénateurs ou d’anciens sénateurs survenus depuis la dernière séance de la précédente session. Il indique le nom des sénateurs remplaçant les parlementaires disparus. Puis il annonce le nom des candidats aux sièges de sénateurs représentants les Français établis hors de France. Vient ensuite l’allocution officielle. Elle est suivie de la nomination des sénateurs représentants les Français hors de France puis de l’élection du président définitif du Sénat. Le rôle du doyen d’âge s’achève après qu’il lui a présenté ses félicitations et l’a officiellement invité à gagner le fauteuil présidentiel.

  • 35 Ibidem., p. 600.
  • 36 M. Abélès et H.-P. Jeudy, anthropologie du politique, Paris, A. Colin, 1997, p. 247. Pour une étud (...)

42Ce moment est pris très à cœur par Geoffroy de Montalembert qui, pour l’occasion, porte l’habit. Les propos qu’il tient dans son discours revêtent un grand intérêt car ils témoignent de son attachement au Sénat, de la représentation qu’il en a mais aussi de la place qu’il y occupe. C’est dire que ces séances sont d’une richesse symbolique non négligeable par les « paroles proférées, [les] les gestes accomplis [et les] objets manipulés35 » qui confirme ce que les anthropologues expliquent depuis longtemps, à savoir que « donner à voir semble une dimension consubstantielle de l’ordre politique36».

43Les six allocutions qu’il prononça de 1977 à 1992 révèlent que la trame même de ses discours est, peu à peu, devenue une sorte de rite obéissant à un plan récurrent. Il commence par une courte introduction sur le privilège d’être le doyen, sur l’honneur et l’émotion que cette position lui octroie. Vient ensuite une partie plus formelle consacrée au souvenir des sénateurs disparus, de ceux qui ont choisi de ne pas demander le renouvellement de leur mandat et de ceux qui n’ont pas été réélus. En 1992, il rend ainsi un hommage tout particulier au président Alain Poher, que ses collègues saluent en se levant et en applaudissant longuement. Il accueille ensuite les sénateurs réélus et prend le temps de souhaiter la bienvenue à ses nouveaux collègues dont il se félicite souvent qu’ils rajeunissent la Haute Assemblée. Il se qualifie alors de « maître de maison ».

  • 37 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 3 octobre 1983, p. 2245.
  • 38 Ibidem.

44La partie suivante de ses discours est consacrée au rôle du Sénat dans les institutions de la République, dans la confection des lois et, plus globalement, dans la vie politique française. Il s’agit le plus souvent d’une apologie de cette Chambre « pilier politique fondamental d’un Parlement équilibré37 ». Il insiste sur le fait que le Sénat représente les collectivités locales permettant ainsi un contact étroit entre les réalités quotidiennes de la vie des populations et l’œuvre législative. Il dit et redit son attachement à un vrai bicamérisme, précisant le rôle important de son assemblée dans le processus d’élaboration des lois. À trois reprises, en 1983, 1989 et 1992, on trouve dans sa bouche l’écho des débats politiques. À cette époque, le Sénat se trouve confronté à une Assemblée nationale à majorité de gauche et la collaboration entre les deux Chambres s’avère difficile. Geoffroy de Montalembert regrette alors que les députés n’examinent pas assez attentivement les projets de loi modifiés que le Sénat leur envoie. Il condamne encore le trop fréquent usage fait par les gouvernements socialistes de la procédure d’urgence « qui, souvent n’a d’autre fin que de donner le dernier mot à l’Assemblée nationale38 ».

  • 39 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 2 octobre 1980, p. 3737.
  • 40 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 3 octobre 1983, p. 2245.
  • 41 Ibidem.
  • 42 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 2 octobre 1989, p. 2429.

45À chaque intervention, il développe ce qui, à ses yeux, fait la spécificité du Sénat. C’est l’occasion d’exalter les vertus de cette Chambre et de ses membres. Selon lui, c’est un véritable lieu de « réflexion » et de « discernement ». La raison en est que l’expérience des sénateurs tempère les « excès » et les « initiatives trop tumultueuses39 » des députés, que les sénateurs excluent « tout dogmatisme et tout esprit de système40 ». Le Sénat préserve ainsi l’équilibre du système politique français. Ces allocutions sont encore l’occasion pour lui de répondre aux critiques qui visent les sénateurs, et, Geoffroy de Montalembert rappelle, sur le ton de l’humour, les expressions péjoratives qui pèsent sur eux (« sinécure sénatoriale, les bons fauteuils, le petit train de sénateur41 »). Il assure que leur travail est considérable, leur légitimité établie par leur mode d’élection, leur action essentielle dans certains domaines qui lui tiennent à cœur comme l’aménagement du territoire et l’environnement42. Enfin, il en appelle à une meilleure connaissance du travail du Sénat afin d’éviter ces jugements injustes.

46Le temps suivant de ces allocations est le plus personnel. Après les réflexions politiques et institutionnelles, il se livre à ce qu’il appelle lui-même des « confidences » souvent mêlées de souvenirs. Ceux qui reviennent le plus souvent lient son histoire personnelle aux événements historiques : la première guerre, son évasion en 1917, la victoire, la crise monétaire de 1926, 1940 et l’occupation, la Libération, l’écriture de la Constitution de 1958. À chaque crise, il associe une personnalité de référence : Clemenceau, Poincaré et de Gaulle. Il en tire une leçon d’optimisme expliquant que dans chacun des moments difficiles c’est l’union du pays qui lui a permis d’en sortir. Et il souhaite que les Français restent rassemblés dans les épreuves, persuadé qu’une solution est toujours possible par la réflexion et le respect des leçons du passé. Il répète plusieurs fois sa confiance dans la jeunesse, dès lors qu’un esprit civique lui est transmis par l’éducation et l’enseignement.

  • 43 Ibidem.
  • 44 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 2 octobre 1986, p. 3865.
  • 45 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 2 octobre 1992, p. 2578.

47Parfois, ces confidences l’entraînent à exprimer des sentiments plus intimes encore. En 1989, doutant que l’occasion s’offre encore à lui de présider une nouvelle fois le Sénat, il dit s’être demandé, durant l’été précédent, alors qu’il se promenait au soleil couchant sur la plage normande des vacances de son enfance, à Veules-les-Roses, s’il recommencerait sa vie de la même façon. Et il répond par l’affirmative, disant son attachement à la politique « mais pas à la “politicaillerie”43 » parce qu’elle correspond à une vocation « comme la vocation religieuse, comme la vocation militaire, oui, une vocation, un don total de soi, pour le bien du pays, don qui est fait de foi, de fidélité, de courage et d’amour44 ». On le voit, il reste, totalement, l’héritier de la culture politique et dynastique que ses parents et son éducation aristocratique lui transmirent. Il est, à ce sujet, particulièrement significatif qu’il cite, pour définir la haute qualité que revêt à ses yeux la politique, la religion et le métier des armes. Lors de sa dernière allocution, en octobre 1992, il termine ses propos par des formules qui sonnent comme des reviviscences de principes reçus tels quels dans son enfance : « J’ai appris qu’il ne fallait jamais déserter son idéal, toujours combattre pour mieux servir, prévoir et ne pas subir, s’adapter à l’événement et, si possible, le devancer, s’efforcer de rassembler autour de vérités simples, claires, précises 45 […]. »

  • 46 C. Rivière, les liturgies politiques, Paris, PUF, 1988.

48Ainsi, ces discours sont l’occasion de redire son attachement au Sénat, d’expliquer en quoi il reste fondamental dans les institutions et d’intégrer tout cela dans un objectif élevé de service du pays. Ils sont salués et fréquemment ponctués par des salves d’applaudissements venus de tous les rangs de la Chambre haute. Ils marquent un rituel qui est une sorte de communion à des principes généraux et communs. Le sociologue Claude Rivière a distingué dans les « liturgies politiques46 » deux types de rituels : les rituels consensuels et les rituels d’affrontements. Les discours du président d’âge correspondent bien aux premiers, qui sont l’expression d’une cohésion forte et d’un attachement partagé à des valeurs. Les applaudissements qui interrompent Geoffroy de Montalembert quand il dresse ces « défenses et illustrations » du Sénat en sont une forte preuve.

49Ces manifestations d’unanimité ne doivent néanmoins pas abuser le spectateur de ces moments qui, à bien des égards, paraissent bien être des mises en scène. La polarisation des débats du Sénat s’avère de plus en plus nette à partir des années 1970. Cette première session peut être lue comme une sorte d’exorcisme des batailles à venir. On a dit plus haut l’analyse qu’en faisait Marc Abélès. En effet, si le doyen d’âge du Sénat parvient à réunir l’assentiment de ses pairs lors de ses allocutions, il reste un homme politique engagé dans ses dernières années. Son positionnement est très net avec l’arrivée de la gauche au pouvoir au début des années 1980.

  • 47 Il s’adresse ainsi à Laurent Fabius, jeune ministre du Budget : « […] Excusez mon irrespect, il es (...)
  • 48 Y. Lecouturier, « Les parlementaires normands face aux problèmes de société : libéralisation de l’ (...)

50L’élection de François Mitterrand et les années de gouvernements socialistes constituent une étape essentielle dans le développement du fait majoritaire au Sénat et de la polarisation politique de cette assemblée. Celle-ci devient une chambre d’opposition aux projets gouvernementaux et aux textes adoptés par les députés. Geoffroy de Montalembert participe de ce mouvement. En juillet 1981, lors de la discussion du projet de loi de finances rectificatif soumis par Pierre Mauroy aux parlementaires, il intervient pour appuyer le rapport très négatif présenté en séance par le rapporteur général de la commission des Finances du Sénat, Christian Poncelet. Il le fait d’une manière d’ailleurs assez particulière. Mettant en avant son statut de très ancien parlementaire47, il rappelle la séance du 16 juin 1936 du Sénat, à laquelle il assista dans les tribunes, quand Joseph Caillaux, alors président de la commission des Finances affronta Léon Blum. Et il lit quelques extraits du discours de Caillaux dans lesquels ce dernier exprime son opposition à la politique économique du Front populaire et avertit le gouvernement des conséquences fâcheuses qu’elle aura selon lui. Montalembert conclut qu’il retrouve dans les propos de son collègue Poncelet l’écho de ceux de Caillaux et qu’ils expriment « la sagesse du Sénat qui sera toujours bénéfique pour notre pays ». Avec les sénateurs de la droite, il vote contre les principales mesures prises par le nouveau pouvoir sauf l’abolition de la peine de mort, dont il est un partisan48.

  • 49 « Certes, notre devoir est de laisser tenter votre expérience parce que le rôle du Sénat n’est pas (...)

51Estimant que le Sénat n’a pas à empêcher l’expérience socialiste voulue par les électeurs49, on ne voit tout de même pas Geoffroy de Montalembert participer aux différentes opérations d’obstruction systématique menée par la droite, même s’il adopte les amendements et procédures qui en sont les instruments.

  • 50 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 5 juillet 1984, p. 2093.
  • 51 « Seulement, mes chers collègues qui siégez à gauche, vous étudiez les textes comme si vous aviez (...)

52Dans son opposition au gouvernement, il est particulièrement attentif aux affaires qui relèvent de l’enseignement privé. Lorsque après la grande manifestation parisienne du 24 juin 1984, Charles Pasqua dépose sur le bureau du Sénat une motion tendant à proposer au président de la République de soumettre au référendum le projet de loi adopté en Conseil des ministres le 18 avril 1984 et relatif aux rapports entre l’État, les collectivités et les établissements privés, Montalembert prend la parole en séance pour lui apporter son soutien et vote le texte. Jouant de son âge, de sa qualité de doyen, de sa parenté avec Charles de Montalembert autre défenseur de l’école privée, utilisant fréquemment l’humour, il dit vouloir dépassionner le débat sans faire d’obstruction. Il estime que, juridiquement, le texte du projet de loi peut être soumis au vote des Français par le biais de l’article 11 de la Constitution. À ses yeux, ce scrutin serait un moyen de clore « des luttes qui n’auraient jamais dû renaître, et contribuerait à refaire notre unité nationale50 ». Si, dans ce débat, il provoque à plusieurs reprises, par ses allusions, les sourires de l’assemblée, il s’y montre particulièrement pugnace51.

  • 52 M. Abélès, op. cit., p. 229.

53Les propos tenus par Geoffroy de Montalembert, pendant cette séance, confirment d’ailleurs très clairement les remarques de Marc Abélés signalées plus haut selon lesquelles une véritable bataille politique se livre derrière les aspects feutrés des débats et les amabilités exprimées. Par la forme, il cherche à dédramatiser une réalité qui est « la conflictualité inhérente aux relations politiques52 ». Les instruments dont il use sont nombreux : l’expression de son émotion, l’affirmation de l’intérêt de l’affrontement des diversités ; les interpellations faussement chaleureuses et personnelles de plusieurs collègues ; les nombreuses plaisanteries qui font rire toute l’assemblée ; les excuses répétées qu’il présente avant d’exprimer ses oppositions et ses critiques. Il semble bien ainsi, qu’avançant en âge, Geoffroy de Montalembert joue un rôle particulièrement clair et accepté, voire souhaité, par tous, de personnalité qui, par ses propos et sa place parmi les sénateurs, permet à ceux-ci cacher ou de rendre moins visibles les batailles politiques qu’ils se livrent.

54À ces batailles, on vient de le voir, il participe. Après la proposition faite, le 12 juillet 1984, par François Mitterrand d’organiser un référendum pour réformer l’article 11 de la Constitution et étendre le champ d’action de celui-ci, Geoffroy de Montalembert exprime son opposition à ce qu’il estime être une manœuvre du pouvoir. Il adopte la question préalable comme la majorité des sénateurs, procédure qui empêche le chef de l’État de réaliser cette réforme. L’année suivante, il participe au combat que le Sénat tente de mener contre la modification du mode de scrutin pour l’élection des députés et l’établissement de la proportionnelle. Là encore, il rappelle ses états de service au Comité consultatif constitutionnel de 1958.

  • 53 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 15 avril 1986, p. 561.
  • 54 En commission des Finances, Geoffroy de Montalembert dénonce « la création d’une mentalité d’assis (...)

55Lorsqu’en 1986 la victoire de la droite aux élections législatives entraîne la formation d’un gouvernement dirigé par Jacques Chirac et l’entrée dans l’ère de la cohabitation, Geoffroy de Montalembert en exprime sa satisfaction. Et ce d’autant plus que le nouveau Premier ministre vient devant le Sénat présenter la politique de son gouvernement et se soumettre à un débat. Montalembert l’en remercie et vote la confiance, expliquant qu’il a senti un véritable souffle gaulliste dans les propos de Jacques Chirac53. C’est sa candidature qu’il défend encore, en 1988, lors de l’élection présidentielle, en présidant, en Seine-Maritime, son comité de soutien. Le retour de la gauche au Palais Bourbon, à la suite de la réélection de François Mitterrand, rend à la majorité sénatoriale sa position de Chambre de combat contre le gouvernement. Geoffroy de Montalembert, comme ses collègues de la droite, refuse les projets de loi de finances votés par les députés et s’oppose aux mesures décidées par le gouvernement de Michel Rocard, comme la CSG54. Au terme de son rapport sur le budget de l’Aménagement du territoire, la commission des Finances demande, en octobre 1988, au Sénat de s’opposer au vote du budget de ce secteur, que Montalembert a jugé insuffisant. Il en est de même l’année suivante, en 1990, en 1991 et en 1992, date de son ultime rapport sur ces crédits.

56Ainsi, les positions de Geoffroy de Montalembert sont elles de plus en plus liées dans les années 1980 aux majorités politiques gouvernementales. L’affrontement bipolaire est dorénavant entré au Sénat. Cette évolution est aussi contemporaine de la reprise en main du groupe gaulliste de la Chambre Haute par Charles Pasqua. La décennie 1980 permet au RPR de doubler, et plus encore, ses élus au Luxembourg. De 41 en 1980, le groupe passe à 58 membres en 1983, 73 en 1986, et 91 en 1989. À lui seul, il n’est pas loin de représenter près d’un tiers des sénateurs. Avec le développement du fait majoritaire dans cette assemblée, la discipline de vote s’est accrue, même si les mesures qui sanctionnent tout manquement n’ont jamais été appliquées. Dans le groupe gaulliste, Geoffroy de Montalembert tient sa place. D’autant plus qu’une réelle amitié le lie à son président Charles Pasqua, pour lequel Montalembert est un homme sûr au sein du groupe. De 1977 à 1983, il est ainsi le vice-président du groupe sénatorial gaulliste – charge qu’il avait déjà exercée au milieu des années 1960 – et en 1983 il en devient le vice-président d’honneur. Il est en même temps, avec Maurice Schumann, vice-président de l’amicale parlementaire « Présence et Action du gaullisme » qui s’est constituée au Sénat en 1978, dont Charles Pasqua est le président. Cette proximité avec Charles Pasqua repose, en dépit de leurs origines et carrières très diverses, de leur génération différente, sur une grande sensibilité patriotique.

  • 55 « Je voterai non à la ratification du traité de Maastricht tel qu’il nous est présenté, parce que (...)
  • 56 Témoignage Bourlanges.

57C’est celle-ci qui détermine Geoffroy de Montalembert à s’engager dans la campagne référendaire de l’automne 1992 contre le texte du traité de Maastricht. Il accueille Charles Pasqua à Rouen le 15 septembre pour un meeting des partisans du non. D’autres élus gaullistes normands sont à ses côtés, tels Jean-Louis Debré, député de l’Eure, et Edouard Leveau, conseiller général de Dieppe. Des élus ruraux UDF, comme le vice-président du Conseil général Charles Revet, les ont même rejoints. Dans les jours qui précèdent le scrutin, Geoffroy de Montalembert fait paraître dans les journaux Paris-Normandie et Le Courrier cauchois une tribune dans laquelle il explique pourquoi il vote non55. Dans la tradition gaulliste, il appartient à ceux qui souhaitent la construction d’une Europe des États et non un ensemble supra-national. L’enjeu européen n’apparaît pas, du reste, capital à ses yeux ; le peu d’intérêt qu’il y porta dans ses discours ainsi que le témoignage d’hommes engagés dans ce combat qui en discutèrent avec lui en attestent56. Tout son héritage et son expérience le portaient vers un patriotisme traditionnel à cet égard.

58Après avoir exercé son mandat de sénateur dans le cadre d’un rapport réconcilié avec le pouvoir gouvernemental au cours des années 1970 et y avoir accru sa position, Geoffroy de Montalembert a ainsi poursuivi son activité sous le double signe d’un retour à une attitude d’opposition au pouvoir lorsqu’il était détenu par les socialistes – attitude qui fut celle des sénateurs gaullistes sous la Quatrième République – et de sa qualité nouvelle de doyen de la Haute Assemblée. Ce dernier point lui octroya une place à part parmi ses pairs mais n’émoussa pas sa capacité à mener le combat parlementaire.

59Sans aucun doute, l’échec de la tentative référendaire de réforme du Sénat menée par le général de Gaulle en 1969 lui parut, de plus en plus nettement au fur et à mesure que le temps passait, une bonne chose. Elle lui permit enfin, avec l’établissement progressif de bons rapports entre la Chambre du Luxembourg et le pouvoir exécutif, de voir se mettre en place un Sénat qui pouvait exercer son rôle comme il l’avait toujours envisagé et espéré. Jusqu’à l’arrivée de la gauche au pouvoir, puis pendant la période de la première cohabitation (1986-1988), il assiste ainsi à un certain triomphe de ses conceptions. Les gouvernements écoutent les sénateurs, certains premiers ministres viennent même leur soumettre leur programme de politique générale. Une coopération, dont Montalembert a toujours regretté qu’elle n’existât pas sous la présidence du Général, se met véritablement en place entre les députés, le gouvernement et le Sénat. Il en est un des principaux acteurs en raison de sa haute fonction à la commission des Finances.

60Avec les gouvernements de gauche, Geoffroy de Montalembert retrouve, par contre, des limites à l’influence du Sénat. Ses textes, ses projets ne sont pas écoutés des députés. Le pouvoir fait adopter de nombreuses mesures auxquelles les sénateurs s’opposent. Néanmoins, la Chambre Haute garde une place essentielle dans la vie politique française, restant la seule assemblée où la droite est majoritaire. Elle sert ainsi de scène principale à l’opposition. Et Montalembert s’y montre des plus vifs et des plus actifs jusqu’aux tous derniers moments de son existence.

Notes

1 Georges Pompidou y disait, entre autres propos, qu’il accordait à chacun des sénateurs ses « sentiments de considération et de confiance » et ajoutait : « Je compte pour ma part, avec l’aide du Premier ministre et du Gouvernement, développer entre l’exécutif et le Parlement tout entier des relations confiantes et efficaces. L’autorité et la continuité nécessaires ne pourront que gagner à une collaboration qui permettra au Parlement d’exercer pleinement son pouvoir législatif et à l’Assemblée son droit de contrôle de la politique gouvernementale. » J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 25 juin 1969, p. 312. Ce message constituait en soi un signe marquant puisque après sa réélection en 1965, de Gaulle n’en avait pas envoyé.

2 Procès-verbal de la séance de la commission des Finances du 23 octobre 1969.

3 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, 2e séance du 25 novembre 1969, p. 866-877.

4 Jacques Chirac avait promis aux sénateurs d’appliquer les dispositions constitutionnelles rendant possible ce débat (article 49, alinéa 3). J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 10 juin 1975.

5 Geoffroy de Montalembert commet une erreur. Il s’agissait d’une délégation de 10 sénateurs.

6 Ibidem, p. 1415-1416.

7 Au terme de ce débat, la déclaration de politique générale du gouvernement fut d’ailleurs approuvée par 175 sénateurs – dont évidemment Geoffroy de Montalembert – contre 98. Ibid., p. 1439.

8 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 11 mai 1978, p. 782.

9 Par exemple, la loi de finances pour 1970 est adoptée le 3 décembre 1969 par 173 voix contre 75 ; celle concernant le budget de 1971 est adoptée le 8 décembre 1970 par 170 voix contre 78. L’opposition est essentiellement constituée des communistes et des socialistes.

10 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, 2e séance du 25 novembre 1969, p. 876.

11 Paris-Normandie, Le Courrier cauchois, Les Informations dieppoises.

12 René Houdet, qui ne souhaitait pas solliciter un nouveau mandat, avait demandé à André Bettencourt de prendre la tête d’une liste des modérés.

13 En avril 1977, les premiers contacts furent établis entre le nouveau Parti républicain (héritier des républicains indépendants), le Centre des démocrates sociaux et le Parti radical qui aboutirent, le 1er février 1978, à la naissance de l’Union pour la démocratie française.

14 Témoignage Klein.

15 Paris-Normandie du 13 juillet 1977.

16 Paul Caron avait remplacé Jean Lecanuet au Sénat le 2 avril 1973 à la suite de l’élection de ce dernier au Palais Bourbon. La liste prévue par Jean Lecanuet pour les sénatoriales de 1977 comptait ainsi Charles Ferrant, Paul Caron, Albert Verhaegue, Robert Gréverie et Marcel Hideux.

17 Rapport des Renseignements généraux du 15 septembre 1977. ADSM 2699W0006.

18 Rapport des Renseignements généraux du 30 juin 1977. ADSM 2699W0006.

19 Paris-Normandie du 30 août 1977.

20 Paris-Normandie du 30 août 1977.

21 JJSS avait été battu aux élections législatives de 1962 par le gaulliste Roger Fossé dans l’ancienne circonscription de Geoffroy de Montalembert à Yvetot.

22 Paris-Normandie du 26 septembre 1977.

23 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 2 octobre 1986.

24 Il avait remplacé Jean Lecanuet au Sénat en mars 1986 lorsque celui-ci avait été élu député de la Seine-Maritime.

25 Témoignages Klein, Bettencourt, Bonnefous. Entretien de Paul Caron avec l’auteur, désormais indiqué Témoignage Caron. Entretien de René Monory avec l’auteur désormais indiqué Témoignage Monory.

26 Entretiens de l’auteur avec quatre de ses anciens collaborateurs Madame Clément-Grancourt, Pierre Klein, Philippe Cérez et Robert Offroy.

27 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 18 décembre 1973.

28 De la fondation de la Cinquième République jusqu’à la mort de Geoffroy de Montalembert, il y eut 733 commissions mixtes paritaires. Il participa à 106 d’entre elles, soit environ une sur sept. Ce qui est, à la lecture des relevés d’activités parlementaires, bien supérieur à beaucoup de ses pairs.

29 Témoignage Monory.

30 Alain Méar, qui a travaillé à ses côtés comme chef du secrétariat administratif de la commission des Finances, atteste que Montalembert s’entourait toujours de tous les avis techniques nécessaires. Témoignage Méar.

31 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 17 novembre 1966.

32 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 4 décembre 1984.

33 Bulletin des commissions du Sénat, 3 mai 1972.

34 C. Lévi-Strauss, l’Homme nu, Paris, Plon, 1971, p. 601.

35 Ibidem., p. 600.

36 M. Abélès et H.-P. Jeudy, anthropologie du politique, Paris, A. Colin, 1997, p. 247. Pour une étude appliquée du rituel politique, voir l’éclairant ouvrage de D. Fleurdorge, Les rituels du président de la République, Paris, PUF, 2001, « Sociologie d’aujourd’hui ».

37 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 3 octobre 1983, p. 2245.

38 Ibidem.

39 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 2 octobre 1980, p. 3737.

40 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 3 octobre 1983, p. 2245.

41 Ibidem.

42 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 2 octobre 1989, p. 2429.

43 Ibidem.

44 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 2 octobre 1986, p. 3865.

45 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 2 octobre 1992, p. 2578.

46 C. Rivière, les liturgies politiques, Paris, PUF, 1988.

47 Il s’adresse ainsi à Laurent Fabius, jeune ministre du Budget : « […] Excusez mon irrespect, il est dû à mon âge par rapport au vôtre […]. » J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 23 juillet 1981, p. 1058.

48 Y. Lecouturier, « Les parlementaires normands face aux problèmes de société : libéralisation de l’avortement et abolition de la peine de mort 1974-1981 », in Études normandes, Rouen, n° 3, 1993, p. 23-35.

49 « Certes, notre devoir est de laisser tenter votre expérience parce que le rôle du Sénat n’est pas de s’opposer à la volonté manifestée par le pays ou de faire obstacle aux grands courants qui l’ont traversé et dont nous sommes parfaitement avertis […..] Le devoir de la Haute Assemblée est de lui faire entendre les considérations de raison et de bon sens, de lui distribuer tous les avertissements utiles ». J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 23 juillet 1981, p.1058.

50 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 5 juillet 1984, p. 2093.

51 « Seulement, mes chers collègues qui siégez à gauche, vous étudiez les textes comme si vous aviez la science infuse. Or ma mère répétait toujours : ‘Méfie-toi, mon fils, de la science infuse. Ne sois pas orgueilleux !’ Vous êtes des orgueilleux (Vifs applaudissements sur les travées du R.P.R., de l’U.R.E.I., de l’union centriste et de la gauche démocratique) et vous croyez que vous avez la science infuse. Voilà la vérité et je vous la dois […]. Pour moi, ceux qui redoutent la voie référendaire sont, ou trop conservateurs, ou pas assez démocrates […] ». Ibidem.

52 M. Abélès, op. cit., p. 229.

53 J.O., Compte rendu des débats du Sénat, séance du 15 avril 1986, p. 561.

54 En commission des Finances, Geoffroy de Montalembert dénonce « la création d’une mentalité d’assistés dans la population française résultant d’un développement excessif de la protection sociale ». Bulletin des commissions du Sénat, 20 novembre 1990.

55 « Je voterai non à la ratification du traité de Maastricht tel qu’il nous est présenté, parce que je crois en l’Europe, je crois en la vocation éminente de la France en Europe. Tel qu’il est, le texte de ce traité est pavé d’excellentes intentions mais risque de nous mener en enfer : il doit être revu, réécrit en tenant mieux compte des intérêts nationaux de chaque État, des perspectives futures de toutes les catégories socio-professionnelles, à commencer par l’agriculture ; il doit être repensé en faisant en sorte que la décision politique prime la bureaucratie excessive. » In Paris-Normandie du 18 septembre 1992 et Le Courrier cauchois du 12 septembre 1992.

56 Témoignage Bourlanges.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540