Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Geoffroy de Montalembert (1898-1993)

 | 
David Bellamy

Deuxième partie. Une carrière politique sous trois Républiques

Chapitre VI. Les années 1930 : l’implantation politique en Normandie

Texte intégral

  • 1 Cf. J.L. Loubet del Bayle, Les Non-conformistes des années 30, Paris, Aubier, 1969.

1La fin des années 1920 et le début des années 1930 transformèrent, peu à peu, la vie politique française en l’inscrivant dans des conditions nationales et internationales nouvelles. C’est dans une décennie marquée par une crise multiforme qu’entre la France. Aux désordres économiques, sociaux, aux troubles et recompositions politiques, à la montée des nouvelles idéologies, aux tribulations de la vie diplomatique répondent les réflexions et les espérances de groupes de pensée divers qui appellent à de profondes réformes1. La génération de Geoffroy de Montalembert est particulièrement intéressée par ces projets et prend une grande part à leur élaboration.

2Le jeune maire d’Annappes fut d’autant plus marqué par ce tournant qu’il le vécut en opérant lui-même une rupture dans sa vie personnelle et dans ses engagements. Les initiatives qu’il prit dans la première moitié de la décennie lui permirent de connaître une nouvelle étape dans sa carrière politique.

Du Nord à la Seine-Inférieure

3Sept ans après sa réélection à la fonction de maire d’Annappes, Geoffroy de Montalembert, ayant abandonné tout mandat politique dans le Nord, était maire d’Ermenouville et député d’Yvetot en Seine Inférieure. Comment se passage se réalisa-t-il et quels en furent les facteurs ? Trois éléments semblent avoir provoqué la décision de s’implanter en terre normande, dans la propriété familiale d’Arnouville, venue de sa mère.

  • 2 ADSM, interview donnée les 516 mars 1982.

4Peu à peu, il lui apparut que, dans le Nord, son avenir politique était bloqué. C’est en ces termes qu’il exprima cette première raison de son départ vers la Seine Inférieure2. En octobre 1931, il fut en effet à nouveau battu aux élections cantonales à Lannoy, en raison du maintien de la force électorale des socialistes, du progrès des communistes et de la présence d’un candidat du PDP. Cette défaite ne lui permettait pas d’envisager une candidature aux législatives de 1932. Bien plus, par le témoignage qu’elle apportait d’une confortable installation de la gauche dans cette banlieue lilloise, elle fragilisait l’espoir d’une implantation politique durable et croissante localement.

  • 3 Interview Thomas.
  • 4 J.P. Chaline et A.M. Sohn (sd), Dictionnaire des parlementaires de Haute-Normandie 1871-1940, Publ (...)
  • 5 ADSM 160J29.
  • 6 Fiches manuscrites de Montalembert pour des réunions électorales. ADSM 160J29.

5Par ailleurs, au moment même où sa situation politique dans le Nord s’avère délicate, Montalembert redécouvre ses racines cauchoises. Il explique qu’en route pour la Dordogne où il avait décidé de se retirer quelque temps après cette défaite, il fit une halte dans sa propriété d’Ermenouville3. Là, découvrant les affiches électorales de la campagne des législatives de mai 1932, il veut voir « ce qu’il en est de la politique ici ». Deux candidats s’opposaient vivement dans la circonscription d’Yvetot, dans laquelle se trouvait la propriété d’Ermenouville. À droite, Louis Quesnel, député sortant du groupe des républicains de gauche, tentait de regagner son siège, avec le soutien des parlementaires locaux René Coty et Robert Thoumyre 4 en s’opposant au radical Maurice Poissant. Montalembert raconte s’être rendu à des réunions organisées par les radicaux et y avoir porté la contradiction. Ses arguments frappèrent les assistants et eurent un énorme succès. Bientôt Louis Quesnel lui fit savoir qu’il appréciait beaucoup son aide et lui demanda d’assister à certaines de ses réunions électorales5. Montalembert assure que jusqu’à ce moment il ne le connaissait pas et ne s’intéressait pas du tout à la vie politique dans la région où il ne résidait pas en dehors de ses vacances. Il participa donc à la campagne du candidat sortant et ses répliques les plus brillantes furent imprimées sur des tracts favorables à Quesnel. À l’occasion de ces réunions, il saluait la politique de redressement du Franc par Poincaré au milieu des années vingt, exprimait son attachement à la politique nationale de Tardieu, à l’apaisement des luttes confessionnelles, à la protection agricole, et surtout en appelait à la vigilance de la France face « aux attaques d’Hitler ou d’Hindenburg ou de social-démocrates [sic] allemands ». Il repoussait absolument les radicaux : « […] Le cartel avec Herriot demain, c’est Blum après-demain6. »

  • 7 Autant de caractères si brillamment décrits par A. Siegfried, dans son Tableau politique de la Fra (...)

6Montalembert dit avoir découvert le monde du pays de Caux à cette occasion. Il se découvrit « fondamentalement du pays » comme le précise Pierre Klein. Confronté au caractère des paysans cauchois, il fut pris d’une véritable empathie. Leur attachement à la terre, leur attention aux personnes plus qu’aux programmes, leur modération politique quasi britannique le séduisirent et lui rappelèrent sa propre identité politique7. Sa participation à cette campagne fut-elle une expérience totalement liée au hasard de sa présence à ce moment là, comme il l’affirma, ou bien une préméditation en vue de tester un nouveau territoire électoral, hypothèse qu’aucune archive ne vient étayer ? Il n’en reste pas moins que cet épisode peut se donner à voir comme une opportunité au moment où le Nord offrait quelques déceptions.

  • 8 Entretien avec l’auteur. Désormais indiqué Témoignage Bettencourt.
  • 9 Témoignages La Rochefoucauld et Klein.

7Le troisième élément qui vient s’ajouter aux précédents pour expliquer la migration de Geoffroy de Montalembert vers la Normandie est lié à un événement familial. Veuf depuis trois ans, il se remaria le 6 avril 1929 à Paris avec Odile de Wendel. Née à Briey le 15 août 1908, elle était la seconde fille de François de Wendel. Odile de Wendel était une proche parente de la première épouse de Geoffroy de Montalembert, puisque la mère de Jeanne de Maillé était la cousine germaine de François de Wendel. Geoffroy de Montalembert se trouva donc être, par ce second mariage, le gendre de François de Wendel, personnage éminent de la Troisième République. Tous les témoignages coïncident pour attester l’extrême influence qu’exerça son beau-père sur Geoffroy de Montalembert. Pour Pierre Klein, le lien familial existant entre eux fut d’une considérable importance dans la carrière du second. André Bettencourt précise : « Par François de Wendel, Montalembert a été très jeune au centre de la politique8. » Quant à Madame de La Rochefoucauld, sa fille, elle pense que « la plus grande influence » que connut alors Geoffroy de Montalembert fut celle de son beau-père : « Il attachait une très grande importance à ses avis. […] J’imagine que mon père n’aurait jamais pris du vivant de mon grand-père une décision importante sans avoir son avis. » Au moment où Geoffroy de Montalembert pouvait s’interroger sur la pérennité de son action dans le Nord, François de Wendel le poussa à s’installer en Seine Inférieure, où l’espace politique lui était plus favorable, et à y tenter de se faire élire député9.

8Ainsi, la perspective d’une carrière politique difficile voire bloquée dans le Nord, la découverte d’une population cauchoise avec laquelle il comprit très vite qu’il partageait plus que des affinités, enfin les conseil de François de Wendel se conjuguèrent pour entraîner Geoffroy de Montalembert à sauter le pas et à s’installer à Ermenouville. On peut imaginer que ce déracinement ne fut pas aisé même s’il n’envisagea pas alors d’abandonner le Nord et crut possible, comme le pense sa fille, de s’implanter politiquement en Seine Inférieure tout en demeurant très présent dans sa région d’origine.

Les étapes de l’implantation en Seine-Inférieure

  • 10 L’Abeille cauchoise était l’ancien journal orléaniste de l’arrondissement d’Yvetot. ADSM 1 M 293.
  • 11 ADSM 160J29.
  • 12 Deux gros bourgs de la circonscription d’Yvetot.
  • 13 ADSM 160J31.

9On peut reconstituer les principaux moments de l’installation politique de Geoffroy de Montalembert en Normandie. Quelques jours après l’élection, au premier tour, de Louis Quesnel, André Levasseur, le directeur du journal conservateur d’Yvetot, L’Abeille cauchoise10, écrivit une lettre à Geoffroy de Montalembert de laquelle il semble bien sourdre un appel : « Oui, la circonscription d’Yvetot est encore solide, mais il faudra sans tarder prendre les dispositions qui s’imposent pour la maintenir ainsi11. » C’est à un renouvellement du personnel politique qu’il fait allusion. Beaucoup songeaient, à droite, que le temps allait devoir arriver de remplacer Louis Quesnel, âgé de soixante-quatre ans et dont la carrière parlementaire avait commencé en 1900. Ses succès oratoires dans la région firent, vraisemblablement assez tôt, du jeune maire d’Annappes un espoir pour certains leaders politiques locaux. André Levasseur les exprime ici à mots couverts. Il ne fait pas de doute que Louis Quesnel, lui-même, songea rapidement à faire de Geoffroy de Montalembert son dauphin. Il souhaitait en effet se présenter aux élections sénatoriales de 1935 afin de retrouver l’assemblée du Luxembourg où il avait déjà siégé de 1912 à 1927. Les relations entre les deux hommes se sont développées depuis la campagne de 1932. Les Quesnel sont ainsi reçus à Ermenouville dès l’été qui suit la réélection du député d’Yvetot. Deux lettres de ce dernier, adressées à Geoffroy de Montalembert en juin et août 1933, signalent que Louis Quesnel travaille à favoriser la popularité de ce dernier. Il lui demande en effet de participer aux fêtes du comité commercial de Yerville aux courses d’Yvetot, à un concours de chevaux de trait à Caudebec-en-Caux12, et d’envoyer, à cette occasion cinquante francs au trésorier de la société organisatrice13. Ainsi, au milieu de l’année 1933, l’implantation politique du propriétaire d’Ermenouville est-elle clairement engagée.

  • 14 ADSM 160J224.

10L’année suivante, deux faits viennent confirmer cette constatation. Tout d’abord, Geoffroy de Montalembert abandonne un des deux mandats qu’il détient dans la Nord. Dans un courrier adressé le 2 septembre 1934 à la section de Saint Quentin de l’Union nationale des Anciens Prisonniers Civils, il annonce qu’il a décidé de ne pas solliciter le renouvellement de son mandat de conseiller d’arrondissement14.

  • 15 ADSM 160J32.
  • 16 Plus du tiers des parlementaires haut normands de la Troisième République naquirent hors des deux (...)
  • 17 Arnaud de Maurès de Malartic (18951976) était l’arrière-petit-fils d’Hippolyte de Malartic, combat (...)

11Au même moment ont lieu les élections cantonales. Geoffroy de Montalembert a certainement songé à s’y présenter en Seine-Inférieure. Dans le canton de Fontaine-le-Dun, où se trouve sa propriété d’Ermenouville, le conseiller général sortant, M. Poullard, ne se représentait pas. Une opportunité existait donc de briguer sa succession. Néanmoins, les circonstances locales présentaient un inconvénient. Le sortant appelait à voter pour le maire de Fontaine-le-Dun, le notaire radical-socialiste Delapierre. Pour conquérir le canton, la droite préféra présenter le docteur Courbe, conseiller d’arrondissement depuis 1931, qui jouissait d’une forte sympathie. Il fut d’ailleurs élu, comme candidat indépendant d’Union nationale. À la lecture de la lettre adressée après le scrutin par un dirigeant rouennais de la Fédération républicaine au maire d’Annappes, on constate une certaine impatience d’en découdre chez Geoffroy de Montalembert et les raisons qui ont poussé les conservateurs locaux à lui préférer le docteur Courbe : « Il semble que les voies soient aplanies maintenant. Voyez-vous, on eut risqué assez gros en ne suivant pas l’ordre régulier. J’ai eu l’impression assez forte là-bas qu’on vous trouvait insuffisamment enraciné et que le notaire eût pu l’emporter. Maintenant il est hors de course. Vous suivez le cursus Malartic. Jamais d’échec et toujours crescendo15. » La nécessité de l’enracinement pour mener avec succès une carrière politique en pays normand et singulièrement en monde cauchois telle qu’elle est exposée ici est une réalité bien connue. La défiance à l’égard de l’étranger, du « horsain » dans le vocabulaire local, participe du tempérament des populations de la région. Il ne faut certes pas, en ce domaine, établir de règles absolue et, plus fréquemment qu’on ne le pense les électeurs normands accordèrent leurs voix à des hommes venus du dehors16. Néanmoins, nous avons ici la preuve que cette réserve fut assez forte en 1934 pour, qu’en dépit de son implantation foncière très puissante, la popularité gagnée en 1932 et le soutien de la presse et des milieux de la droite, on craignît une défaite pour celui qui était encore maire d’Annappes. Geoffroy de Montalembert y eût ruiné toutes ses chances futures et les conservateurs normands y eussent perdu une personnalité pleine de promesses. L’allusion aux Malartic signifie ici que localement c’est sur cette filiation qu’on voulait insister, et évidemment pas sur celle qui reliait Geoffroy de Montalembert aux Brigode. C’est par ses ancêtres Malartic et donc Clercy qu’il se trouvait enraciné en terre cauchoise. Le nom y était connu et installé depuis des générations. Deux de ses aïeuls s’étaient succédés comme maire, conseiller général et député de Tôtes, tandis qu’un cousin de sa génération, Arnaud de Malartic était, en 1934, conseiller général et maire d’Yville-sur-Seine17. « L’ordre régulier » auquel il est fait allusion signifie vraisemblablement qu’on jugeait bon que Geoffroy de Montalembert commençât par obtenir un mandat municipal avant de poursuivre plus avant sa carrière.

  • 18 320 des 359 communes de l’arrondissement de Dieppe eurent de 1929 à 1935 un maire de droite, soit (...)

12Cette étape est franchie à l’occasion des élections des conseillers municipaux de mai 1935. Il décide de se présenter dans le village d’Ermenouville où il a multiplié les séjours depuis trois années. Il s’agit d’une commune bien plus petite qu’Annappes : le nombre des inscrits sur la liste électorale n’est, en 1935, que de soixante-quinze, soit dix fois moins qu’à Annappes. Le nombre des habitants y est, en 1931, de 268 personnes. Comme l’immense majorité des communes rurales du département, Ermenouville est géré par un conseil municipal de droite : parmi les dix élus de 1929, on trouve neuf URD et un républicain de gauche18. La municipalité est constituée de neuf cultivateurs et d’un cafetier. Pour le scrutin de 1935, Geoffroy de Montalembert figure en neuvième position sur l’unique liste de dix candidats, emmenée par Albert Follet, le maire sortant. Huit des dix sont d’ailleurs déjà conseillers municipaux. Au soir du scrutin, l’ancien maire d’Annappes obtient à Ermenouville 56 suffrages sur 62 votants et se trouve en tête, avec deux autres candidats, des élus. Le 18 mai, il est présent à la séance du conseil municipal d’Annappes pour installer son successeur, Edouard Mas, qu’il a contribué à faire élire. Le lendemain, il est lui-même élu maire d’Ermenouville par neuf voix sur dix et un bulletin blanc. Geoffroy de Montalembert est maintenant un élu normand. Il lui reste peu de temps pour imposer sa candidature aux législatives de 1936.

  • 19 Cette initiative de refus est lancée en mars 1933 dans le canton d’Offranville par Pierre Suplice, (...)
  • 20 De son vrai nom Gabriel Fleurant. Cf. N. Varin, La parti agraire et paysan français (1928-1936), m (...)

13Son implantation en Seine-Inférieure est contemporaine de la grande crise que connaît alors le monde agricole. Dans ce département, celle-ci s’avère particulièrement vive et est à l’origine de conséquences politiques dont Geoffroy de Montalembert doit tenir compte. Après un temps où les inquiétudes l’ont emporté sur les manifestations de mauvaise humeur, comme le refus de plusieurs municipalités, en 1933, de renseigner l’enquête annuelle de statistique agricole afin de protester contre la politique agricole du gouvernement19, 1934 a vu le mécontentement croître dans des proportions suffisamment fortes pour que divers mouvements agraires tentent de s’organiser dans les campagnes du pays de Bray ou du pays de Caux. C’est le cas par exemple du Parti agraire et paysan français fondé en 1928 et dirigé par Fleurant Agricola20. En dépit du journal qu’il lance en Haute Normandie, Le Courrier agricole de seine-inférieure et de l’Eure, dont quelques numéros sont conservés dans les archives de Montalembert, les notables du monde agricole, comme le député Thureau-Dangin dans le pays de Bray, ne lui apportent aucun soutien. Son audience reste très médiocre.

  • 21 Cf. R. O. Paxton, Le temps des chemises vertes. révoltes paysannes et fascisme rural 1929-1939, Pa (...)
  • 22 Rapport du 22 janvier 1935 du sous-préfet de Dieppe au préfet de Seine-Inférieure. ADSM 1Z6.
  • 23 Cf. R. O. Paxton, op. cit., pp. 157164. Le rapport du sous-préfet de Dieppe, déjà cité, illustre l (...)
  • 24 ADSM 160J106.
  • 25 Cf. R. O. Paxton, op. cit., p. 109.
  • 26 Lettre de Geoffroy de Montalembert. ADSM 160J106.

14L’accueil fait aux Comités de Défense Paysanne de Dorgères 21 fut bien différent. « Avec lui, le ton change. C’est un tribun qui sait entraîner. Aussi bien les circonstances, la situation des cultivateurs, notamment des producteurs de blé, empirant, allaient-elles servir ses desseins22 » écrit à son sujet le sous-préfet de Dieppe. Grâce à l’action militante du maire du Bourg-Dun, Pierre Suplice, le mouvement de défense paysanne s’implante particulièrement bien dans le pays de Caux pendant l’année 193423. Or, les convictions de Geoffroy de Montalembert le poussent alors vers le Front paysan de son compatriote Dorgères. De nombreux documents, comme le Journal du Front paysan, concernant ce mouvement ont été gardés par Geoffroy de Montalembert dans ses archives 24 et il semble qu’il ait participé à la grande réunion tenue au Cirque de Rouen le 22 février 1935 par Henri Dorgères, qui y rassembla plusieurs milliers d’agriculteurs normands. Le 1er avril 1935, Geoffroy de Montalembert écrivait à Dorgères afin de le féliciter de la campagne électorale qu’il avait menée à Blois à l’occasion d’une partielle 25 « contre une coalition antinationale puissante et occulte, tout à la fois26 ».

  • 27 ADSM 160J106.
  • 28 Ibidem.

15Il précise : « […] À l’heure actuelle, en effet, chacun, dans notre rayon d’action, nous devons avoir le courage de combattre à visage découvert, pour notre idéal et pour notre Patrie. Contrairement à tant d’autres qui ne se préoccupent que de leurs intérêts particuliers, vous avez défendu les saines idées nationales contre les faux dogmes révolutionnaires, sans vous soucier ni de la réussite immédiate, ni des coups à recevoir. En agissant ainsi, vous avez donné un exemple salutaire à beaucoup, et, permettez-moi d’ajouter, à moi-même un encouragement pour continuer l’action politique que j’ai entreprise dans notre région. » Dorgères répond le 3 avril qu’il entend continuer « à lutter pour la défense des idées nationales27 ». De nombreuses brochures dorgéristes soulignées ici ou là en rouge, comme le faisait habituellement Geoffroy de Montalembert, attestent qu’il dut les utiliser pour sa propagande lors du scrutin de 1936. Ainsi, dans l’une d’elle intitulée pour un ordre paysan, il a écrit « Juste » à côté des phrases suivantes : « Nous en sommes aujourd’hui arrivés à une désagrégation générale des partis et à la recomposition de deux programmes, ou plutôt de deux doctrines fortement accentuées : la doctrine corporative et la doctrine marxiste. Entre ces deux doctrines se meurent les restes d’un libéralisme périmé28. » On comprend dès lors que, pour les renseignements généraux du département, Geoffroy de Montalembert soit, dès 1935, indiqué parmi les candidats éventuels du Front paysan. Mais le maire d’Ermenouville cherche surtout à rassembler la droite sur son nom en prenant la succession du député sortant.

  • 29 Le 4 novembre 1935, Georges Bureau perd sa place de président du Conseil général au profit de Robe (...)

16En septembre 1935, les élections sénatoriales viennent bouleverser le projet de candidature sénatoriale de Louis Quesnel. En effet, bien qu’il siège au groupe des républicains de gauche, aux côtés de ses deux collègues normands René Coty (député du Havre) et Jean Thureau-Dangin (député de Neufchâtel-en-Bray), l’Alliance démocratique lui refuse une place sur la liste d’Union Républicaine Nationale qu’elle présente en Seine-Inférieure. Elle préfère y inscrire, outre Gaston Veyssières, Robert Thoumyre et André Lavoinne, tous trois sénateurs sortants, les noms des deux députés cités plus haut. Louis Quesnel, qui a officiellement renoncé à être candidat, et Georges Bureau, député et président du Conseil général qui, lui aussi, s’est vu refuser une place sur la liste de la droite29, laissent un groupe de délégués sénatoriaux faire campagne pour eux. Des bulletins électoraux portant leur deux noms sont imprimés. Mais, c’est un échec. Louis Quesnel ne reçoit que 141 des 1 500 voix exprimées au premier tour.

  • 30 ADSM 3M355.

17Le sort de Geoffroy de Montalembert est dorénavant suspendu à une éventuelle candidature de Louis Quesnel à sa propre succession en 1936. La situation est, pour lui, d’autant plus inconfortable qu’il a participé à la campagne de la liste d’Union nationale aux sénatoriales, et a donc apporté ouvertement son soutien à ceux qui s’étaient refusés à prendre à leurs côtés Quesnel. Cette querelle a laissé de profondes divisions. À consulter la presse yvetotaise, dans le camp de la droite avec L’Abeille cauchoise, ou de la gauche avec L’Éveil d’Yvetot, on sent clairement qu’au tournant de 1935-1936, la grande question qui occupe les esprits est celle d’une possible confrontation entre Montalembert et Quesnel. La situation est résumée de la manière suivante par le préfet dans un rapport adressé au ministère de l’Intérieur le 25 novembre 1935 : « La position prise par M. Louis Quesnel dans la bataille sénatoriale du 20 octobre dernier semble devoir lui attirer certaines rancunes de la part des adhérents de la Fédération républicaine qui pourrait très bien lui susciter un concurrent en la personne de M. de Montalembert, nouvellement élu maire d’Ermenouville et qui est plein d’entrain et d’allant. Mais cette candidature est loin d’être certaine, les sénateurs élus le 20 octobre étant d’accord pour ne pas combattre M. Louis Quesnel30. »

  • 31 Candidat de centre gauche aux législatives de 1932.
  • 32 Extrait non daté de L’Éveil d’Yvetot. ADSM 160J31.

18Le journal radical d’Yvetot écrit à la fin d’octobre 1935 : « La vérité est que M. Quesnel voulait retourner au Sénat. Il le voulait d’autant plus que les élections législatives auront lieu l’année prochaine et qu’il est assuré de trouver en face de lui M. Pellier-Cuit 31 et M. de Montalembert qui, las d’attendre, a déclaré qu’il serait candidat32. »

19Les archives de Geoffroy de Montalembert conservent une lettre adressée le 27 octobre 1935 au directeur de L’Abeille cauchoise, dans laquelle il répond à l’insinuation concernant son impatience et qu’il aurait aimé voir publiée. Louis Quesnel s’y opposa. L’auteur y précise sa position : « […] N’étant pas de cette catégorie bien connue des candidats que l’on dénomme si justement “arriviste” je ne suis pas las d’attendre. » Il refuse que l’on puisse imaginer qu’il cherche à « faire carrière » selon l’expression consacrée, ambition qui serait tout à fait incompatible avec la vision aristocratique de l’engagement politique, compris comme un service. À ce sujet, il est particulièrement significatif que ce soit sur ce point qu’il ait voulu répondre. Dans cette longue lettre, c’est d’abord à cette accusation d’impatience qu’il consacre les premières lignes. C’est cette allusion qui l’a touché, au plus profond de sa représentation de lui-même, et au-delà, du rôle rempli par son père et ses ancêtres. Il enchaîne sur sa défense d’homme d’honneur : « […] Ayant encore – tout au moins je l’espère – une certaine droiture de caractère, je n’ai pas l’habitude de changer d’opinion comme les girouettes tournent. En 1932, j’ai soutenu, sans arrière-pensée et de toutes mes forces,

  • 33 ADSM 160J31.

20M. Quesnel – candidat d’union nationale – dont les déclarations me donnaient entière satisfaction […]. Je ne sais si M. Quesnel demandera le renouvellement de son mandat car il ne m’a pas fait l’honneur de me faire part de ses intentions et j’aurais mauvaise grâce à lui poser à ce sujet une question indiscrète. Cependant, il me semble pouvoir dès maintenant envisager deux hypothèses. 1. D’accord avec ses amis, M. Quesnel juge à propos de se représenter devant ses électeurs, avec le même programme qu’en 1932 et la même volonté de servir la cause nationale : mon concours lui est acquis de grand cœur comme par le passé. 2. Pour des raisons que je n’ai pas à connaître, M. Quesnel décide de ne plus affronter la lutte électorale sur le terrain législatif : je n’ai aucun embarras à indiquer que je me mettrai [sic] alors à la disposition de mes amis qui auront à juger, en toute liberté, de mon programme d’union nationale, de défense agricole et d’action sociale33. » Au ton de la lettre, il est bien évident que les relations se sont refroidies avec Louis Quesnel et que Geoffroy de Montalembert consacre arbitres de cette concurrence politique, les dirigeants de la droite locale en sous-entendant que le député sortant ne pourrait se représenter qu’en « accord avec ses amis », à la disposition desquels il se met par ailleurs.

  • 34 Rapport du préfet en date du 20 février 1936 au président du Conseil. ADSM 3M355.

21Ainsi, en octobre 1935, le maire d’Ermenouville est ouvertement candidat dans la circonscription d’Yvetot. Les rapports préfectoraux et des renseignements généraux, qui tentent de prévoir le paysage électoral de 1936, signalent tous, à partir de la fin de 1935, la candidature de Geoffroy de Montalembert. En raison du succès de la liste du Front paysan aux élections à la Chambre d’Agriculture, les autorités prévoient « des candidatures purement agricoles dans le département34 », dont celle du maire d’Ermenouville.

  • 35 ADSM 160J31.
  • 36 ADSM 3M355.
  • 37 Idem.

22Peu à peu, avec l’intervention de divers groupes en particulier issus du monde agricole, si essentiel dans cette circonscription, et l’aide de plusieurs personnalités, cette candidature s’impose pendant l’hiver 19351936. Il semble bien que dans ce processus les militants normands du Front paysan de Dorgères aient eu un rôle considérable. Ainsi, le 1er février 1936, le responsable des délégués de la Défense paysanne du canton de Fontaine-le-Dun écrit à Geoffroy de Montalembert que son groupement souhaite un désistement de Louis Quesnel et se rallie à sa candidature35. Il ajoute qu’il a fait connaître cette position au directeur de L’Abeille cauchoise, personnalité qui semble jouer un rôle important dans la préparation de l’élection. En 1992, Geoffroy de Montalembert confia à Jean-Paul Thomas que de nombreux groupes firent appel à lui et que le sénateur André Lavoinne favorisa beaucoup sa candidature. Ce parlementaire cauchois, qui fut député d’Yvetot de 1912 à 1924, jouissait d’une position importante dans le monde agricole de la Seine-Inférieure. Agronome reconnu pour ses recherches à la tête d’une exploitation très innovante, il était membre de l’Office agricole départemental, de l’Académie d’agriculture et présidait divers sociétés comme le Herd Book normand, la Société d’encouragement de l’agriculture pratique ou encore la Société centrale d’agriculture. Membre de la Fédération républicaine, sénateur depuis 1927, le soutien que ce « patron » du monde agricole apporta à Geoffroy de Montalembert fut décisif pour emporter la renonciation de Louis Quesnel. Le 19 février 1936, le sous-préfet de Dieppe écrit dans un rapport au préfet que Louis Quesnel est « très attaqué sur sa droite et notamment par les représentants de la grosse culture » et qu’il est envisageable qu’il ne se représente pas36. Le 26 mars 1936, ce dernier annonçait officiellement qu’il ne demanderait pas le renouvellement de son mandat. Notons que dans le message qu’il fit publier par L’Abeille cauchoise, il ne signala pas la personnalité qu’il désirait voir lui succéder. Un courrier, du même jour, du sous-préfet de Dieppe au préfet, note à la suite de ce retrait : « Est mise en avant la candidature de M. le Comte de Montalembert, maire d’Ermenouville, républicain indépendant mais que l’on peut classer sans trop solliciter ses convictions personnelles, dans la catégorie des républicains URD37. »

  • 38 Cet hebdomadaire à destination des agrariens normands et paraissant depuis 1919 était l’organe de (...)
  • 39 ADSM 3M355.

23Le 28 mars, le directeur du Moniteur agricole de seine-inférieure, Paul Haquet38, publie, dans son journal un appel à une unité de candidature paysanne : « Souhaitons que les paysans, dans cette circonscription essentiellement rurale, la plus rurale de la Seine-Inférieure avec celle de Neufchâtel, se mettent bien d’accord pour ne présenter qu’une seule candidature professionnelle. Sur le terrain, l’union est absolument nécessaire39. » La « candidature professionnelle » qui est réclamée ici par un des leaders agrariens du département est celle de Geoffroy de Montalembert.

  • 40 ADSM 160J29.

24Au même moment, l’assemblée des élus cantonaux de l’Union républicaine de l’arrondissement d’Yvetot répondait à cette demande en investissant Geoffroy de Montalembert dans la circonscription. Les archives de Geoffroy de Montalembert conservent le texte manuscrit qu’il rédigea à l’intention des lecteurs de L’Abeille cauchoise afin de leur annoncer ce choix40. Il signale que celui-ci a été fait « à une très grosse majorité » et situe sa candidature dans la droite ligne de l’action de son prédécesseur, « […] pour que continue la politique de concorde nationale qui, comme l’a rappelé justement M. Louis Quesnel dans sa lettre aux électeurs, prévaut depuis trente-six ans dans la circonscription d’Yvetot ». Dans son édition du 1er avril 1936, L’Abeille cauchoise présentait son candidat comme un « agriculteur-éleveur » et précisait que « le travailleur lui-même – il n’est pas pour rien un descendant de ce Montalembert qu’on appela “un apôtre social” si dévoué à la cause ouvrière – trouvera en lui un homme simple et affable ». Il n’est pas impossible, comme le montrent maints exemples de collaboration très étroite avec ce journal pendant sa campagne électorale, que la candidat soit lui-même l’auteur de cette présentation, ou qu’il ait signalé l’opportunité de rappeler le souvenir de cet aspect de la personnalité de son illustre ancêtre. Si, comme on l’a vu, le personnage fut l’objet de réserves et d’une transformation dans la mémoire familiale, Geoffroy de Montalembert ne manqua jamais d’instrumentaliser le caractère social de son grand-oncle.

  • 41 Rapport du sous-préfet de Dieppe au préfet de Seine-Inférieure, 25 mars 1933. ADSM 1Z6.
  • 42 R. O. Paxton, op. cit., p. 161.
  • 43 Le député Thureau-Dangin le fit à l’occasion d’une réunion de 500 agriculteurs à Neufchâtel-en-Bra (...)
  • 44 Dans cette réunion, Suplice exposa que le Comité de Défense paysanne se voulait d’abord un organe (...)
  • 45 ADSM 160J31.

25Le contexte d’agitation paysanne du milieu des années 1930 donne ainsi tout son sens à la candidature du maire d’Ermenouville. Les notables départementaux du monde de l’agriculture, comme Thureau-Dangin, mais aussi Gaston Veyssière, sénateur, président du Syndicat agricole de la Seine-Inférieure et de la Chambre d’Agriculture, et André Lavoinne n’avaient pas encouragé les initiatives du parti agraire de Fleurant Agricola à la fin des années 1920 et au début des années 1930. « Le cultivateur cauchois ou brayon restait fidèle à ses élus, à ses vieilles organisations syndicales : en un mot, le règne des notables continuait41. » Leur attitude fut tout à faite différente avec le Comité de Défense paysanne. En effet, l’accentuation de la crise économique avait assuré au mouvement de Dorgères un véritable succès dans le département. Comme l’écrit Robert O. Paxton : « Les notables ruraux de Seine-Inférieure, comme ailleurs dans la France de l’Ouest, étaient confrontés en 1935 au choix suivant : combattre les dorgéristes, partager avec eux le pouvoir agricole, ou tenter de les modérer42. » Pour parvenir à ce but, les élites rurales de l’Ouest et du Nord s’allièrent avec le mouvement de Dorgères. À Yvetot, Geoffroy de Montalembert incarna cette alliance. À partir de la fin de 1934, André Lavoinne puis Gaston Veyssières manifestèrent publiquement leur soutien au Front paysan43. On assista alors à un rapprochement de l’ensemble des mouvements agraires et des grandes institutions traditionnelles du monde agricole. Lors d’un rassemblement du Front paysan à Dieppe, le 28 septembre 1935, au cours duquel de violentes attaques furent lancées contre le gouvernement, on vit côte à côte, Pierre Suplice, René Lerebours, agriculteur à Sorquain-ville, secrétaire-général de la Fédération départementale des syndicats agricoles et vice-président, pour la région de Fécamp, du Comité de Défense paysanne, Félix Dessoliers, proche collaborateur de Dorgères et chef du mouvement en Algérie, et Max Govare, chef départemental du Parti agraire de Fleurant Agricola44. Or, Geoffroy de Montalembert, inséré dans le réseau agricole du département, connaissait les personnalités qui faisaient l’interface entre les anciennes organisations et ces nouveaux mouvements et même plusieurs qui appartenaient à ces réseaux agraires. Par exemple, Adrien Leforestier, vice-président du mouvement dorgériste pour la région de Dieppe avait été le lien entre lui et Louis Quesnel lors de la campagne de 1932 ; Delavigne, vice-président de la même organisation pour la zone rouennaise, avait provoqué la réunion des militants du Front paysan de la fin janvier 1936 qui décida de demander à Louis Quesnel de se désister en faveur de Geoffroy de Montalembert pour les législatives. Dans la délégation chargée d’aller en avertir le très influent directeur de L’Abeille cauchoise, on retrouvait Lerebours45. Au moment où les parlementaires liés au monde agricole souhaitaient se rapprocher du Comité de Défense paysanne et où les dirigeants de celui-ci s’alliaient avec les élites rurales traditionnelles, Geoffroy de Montalembert apparut, aux uns et aux autres, comme l’homme capable d’incarner cette union : sa jeunesse, son activité d’exploitant, sa fougue à défendre le monde paysan, les liens qu’il avait avec de nombreuses personnalités, mais également son état de grand propriétaire susceptible de rassurer ses pairs furent autant d’atouts.

26Entre sa « rencontre » de 1932 avec la population du pays de Caux et sa candidature à un mandat national, quatre années avaient été nécessaires à Geoffroy de Montalembert pour réaliser son implantation politique. Dans ce cheminement, il eut l’avantage de rencontrer une situation politique relativement ouverte. Il fut accueilli et souhaité par les représentants locaux de la droite. Mais, il dut également « faire ses preuves ». Si les manifestations de son talent de « débateur » avaient été le point de départ de ce chemin, sa victoire aux municipales de 1935 avait constitué une étape obligatoire pour se faire admettre et reconnaître. Les énormes moyens qu’il apportait avec lui, en fait d’expérience et en fait de capacités financières, ne furent certainement pas négligeables. Il reste qu’avec les mêmes avantages, il n’était pas parvenu à atteindre ce stade d’une candidature législative dans le Nord entre 1925 et 1932. Ce que symbolisait autour de Lille le nom de Montalembert, avec l’exceptionnel héritage Brigode et tout ce qu’il renfermait en termes de présence, d’encadrement, de « patronage », semblait bien être devenu un fardeau dans la société politique d’après-guerre, au milieu de populations maintenant de plus en plus rétives à ce maillage. En Seine-Inférieure, la situation était différente sur deux points : cet héritage était plus léger dans ses manifestations, ne serait ce qu’en raison de l’absence de résidence habituelle, et surtout la réaction des populations à son caractère aristocratique n’était pas aussi marquée. André Siegfried signalait déjà la forte influence politique des autorités de la société locale. La connivence agricole complète cette explication. Habitués à côtoyer de grands propriétaires, souvent nobles, se désintéressant de la gestion de leur domaine, les paysans ont pu être particulièrement sensibles à cette personnalité nouvelle mais pas totalement inconnue, qui saurait d’autant mieux défendre leurs intérêts matériels, qu’elle gérait elle-même ses propriétés agricoles du Nord et d’Ermenouville.

1936, de durs combats pour une victoire

  • 46 Profession de foi. ADSM 3M352.

27Aux élections législatives des 26 avril et 3 mai 1936, six candidats se disputèrent le siège de député de la circonscription d’Yvetot. Les trois tendances du Front populaire étaient représentées : le docteur Richard, maire d’Yvetot, pour les radicaux, Georges Duboc agriculteur, conseiller municipal de Doudeville, pour la SFIO, et Jean-Marie Pasqualini, douanier, pour les communistes. Geoffroy de Montalembert portait donc les couleurs de la droite sous l’étiquette de l’Union nationale républicaine. Les choses auraient pu rester aussi claires sans la candidature du dentiste fécampois Jean Pellier-Cuit qui vint troubler le jeu et fut la principale source des difficultés du maire d’Ermenouville. En effet, il se situait sur l’espace politique le plus proche de ce dernier en semblant viser un électorat modéré. En 1932, il avait déjà posé sa candidature comme Républicain de gauche indépendant précisant, pendant sa campagne, qu’il se voulait en dehors des partis. Son programme avait été assez large. Il avait appelé à l’union de tous les Français contre le socialisme et souhaité la poursuite de « la politique financière Poincaré-Laval-Tardieu46 ». Il avait proposé de lutter contre l’étatisme et de mettre fin à la politique étrangère de faiblesse et de concessions à Hitler. N’ayant pu empêcher l’élection au premier tour de Louis Quesnel, il avait tout de même regroupé sur son nom plus de 15 % des suffrages exprimés. Il apparaissait donc très dangereux pour le candidat appelé à tenter de récupérer le siège du député sortant. Et ce d’autant plus que la situation de Geoffroy de Montalembert n’était pas si avantageuse qu’on aurait pu le croire. Certes, la circonscription rurale d’Yvetot était assez sûre mais les conditions qui avaient présidé à sa désignation comme candidat de la droite avaient provoqué quelques divisions et surtout il devait commencer sa campagne assez tardivement par rapport à ses concurrents. Celle-ci fut donc marquée par une grande activité du candidat et de son entourage. Son épouse y prit une grande part ; les dossiers d’archives comprennent des documents nombreux portant son écriture.

  • 47 Le journal radical Le Réveil d’Yvetot soutenait, lui, le docteur Richard.

28Dans sa campagne, le maire d’Ermenouville fut soutenu par le journal conservateur d’Yvetot L’Abeille cauchoise. Les liens déjà tissés avec son directeur André Levasseur dans les années précédentes furent renforcés. Cet organe de presse paraissant deux fois par semaine avait un grand écho dans la circonscription47. On peut y suivre chaque étape de sa campagne. Il y annonça sa candidature dans le premier numéro du mois d’avril et dès le suivant, le 4 avril, un long article, titré « Un caractère, une conscience » développait les divers épisodes de son engagement pendant la Grande Guerre. Ensuite, chaque réunion électorale y est relatée. Alternent ainsi les articles signés du candidat, ceux consacrés à sa personnalité et à ses idées, en fonction de thèmes (la paysannerie, la réforme de l’État etc.), dont on peut soupçonner que le choix, voire la rédaction, sont issus de la même plume, et, enfin, les professions de foi reproduites in extenso. La part prise par L’Abeille cauchoise dans la campagne de Geoffroy de Montalembert puis dans son succès fut ainsi décisive. Il eut également recours à l’aide du Centre de propagande des républicains nationaux créé en 1926 par Henri de Kerillis.

  • 48 Entretien de Jean-Louis Bourlanges, à qui Geoffroy de Montalembert raconta cette campagne, avec l’ (...)
  • 49 ADSM 160J29.

29Au-delà de la presse, le candidat voulut que les contacts directs avec les électeurs fussent les plus fréquents possibles. Le calendrier des réunions atteste qu’il y parvint tant celles-ci sont nombreuses ; jusqu’à onze réunions électorales par journée. Dans les dizaines de villages visités, les assistants, partisans ou détracteurs, étaient réunis dans un café de la commune. L’organisation prévoyait l’arrivée, une demi-heure avant le candidat, de quelques membres de son comité de soutien qui offraient une tournée générale. Cette première équipe quittait les lieux pour laisser la place au candidat et se rendre dans un autre village préparer la réunion suivante. Quand Montalembert avait achevé ses propos et répondu à ses opposants, il la rejoignait tandis qu’une seconde équipe remerciait les participants par une ultime tournée générale. Ces réunions n’avaient rien de très original et étaient copiées, entre autres, sur celles des campagnes électorales de Louis Quesnel dans la même circonscription48. Dans cette véritable course de fond, les soirées étaient consacrées aux villes ou aux gros bourgs. Une plus grande salle était réservée et souvent pleine. Les joutes électorales attiraient en nombre considérable les habitants et ce d’autant plus que la verve oratoire du candidat était notoire. Ce dernier arrivait avec quelques fiches contenant, sous la forme de notes, les thèmes qu’il voulait aborder. Les points essentiels ou les traits, qui dans des réunions précédentes avaient produit le plus d’effet sur le public, étaient soulignés en rouge. Quelques mots suffisaient. Ainsi, pour l’une d’entre elles, consacrée aux affaires internationales : « Danger grave : Hitler. Une seule politique à suivre : être fort. Pratiquer la traditionnelle politique des alliances49. » Souvent des opposants prenaient place dans la salle et attaquaient Geoffroy de Montalembert sur son titre aristocratique, son origine ou sa parenté avec François de Wendel. On l’accusait encore d’être le candidat des Croix de Feu. La soirée s’achevait parfois dans une atmosphère des plus houleuses.

  • 50 D. Barodet, Recueil des textes authentiques des programmes et engagements électoraux des députés p (...)

30La profession de foi 50 de Montalembert résume les grandes lignes développées dans des articles plus approfondis et lors des réunions publiques. Le ton y est volontairement ferme, clair et résolu, à l’instar des professions de foi de son père. Les phrases sont courtes et énergiques ; il s’agit véritablement d’une proclamation. Elle commence par une description dramatisée de la situation du pays : « Devant la gravité des circonstances, il faut parler clair. La législature s’achève dans l’angoisse. » Le portrait qui est dressé de la France est particulièrement sombre : des finances en danger, une guerre civile larvée, un affaiblissement international, une paix menacée par la remise en cause des acquis de la victoire de 1918. Ces propos, tant sur la forme que sur le fond, ne sont pas sans rappeler ceux utilisés par son père dans ses propres professions de foi, à la fin du xixe siècle, lorsqu’il décrivait un pays au bord de la catastrophe. Comme son père également, Geoffroy de Montalembert souhaitait un redressement vigoureux : « L’heure est venue de se reprendre, de se grouper, d’agir. Un changement profond est nécessaire dans nos méthodes. Des réformes hardies s’imposent dans nos mœurs politiques. » C’est à un puissant sursaut national qu’il appelle. À une situation exceptionnelle devait répondre une méthode exceptionnelle. Celle-ci s’appuyait sur des convictions exposées ensuite et qui se substituent à un véritable programme. Étant candidat pour la première fois dans la circonscription, le candidat avait la volonté de se présenter aux électeurs, en insistant bien au préalable sur le fait qu’il avait été sollicité : « La grande majorité des élus cantonaux d’Union nationale républicaine de notre arrondissement m’ont fait l’honneur de penser que je pouvais apporter à cette tâche la collaboration utile de ma bonne volonté. » Geoffroy de Montalembert connaissait la mentalité des électeurs cauchois. Son expérience de la campagne électorale des législatives de 1932 puis des municipales de 1935 avait confirmé les propos qu’il avait certainement lus sous la plume d’André Siegfried. La personnalité du candidat et son implantation locale priment sur le programme électoral. Un candidat défenseur d’une idéologie ne pourrait que heurter des mentalités profondément façonnées par des habitudes de modération politique. C’est donc tout naturellement que la profession de foi signale que le candidat est « attaché par les plus vieilles traditions familiales à notre terre normande ». Elle signale ensuite qu’il « ne sépar[e] pas la République de la Patrie ». Cette affirmation s’avérait indispensable à l’adresse d’une population qui, certes, gardait un réel respect pour les élites traditionnelles et aristocratiques et était restée conservatrice plus tardivement qu’ailleurs dans le département, mais s’était ralliée au régime républicain depuis le début du siècle.

31La défense du monde agricole, « base essentielle de toute la vie économique du pays » arrive aussitôt après dans cet exposé, suivie d’un réquisitoire contre un État trop pesant par ses impôts et ses « entreprises d’accaparement ». Le souci d’une amélioration légitime de la vie quotidienne des ouvriers et des employés par « le juste salaire d’un travail régulier » et « l’apaisement d’un logis agréable » atteste l’héritage du catholicisme social. Le tout est résumé par la nécessité de mettre fin au « désordre matériel et [au] désordre moral » par « un gouvernement stable dans un État fort, des professions organisées dans une nation unie ». Cette formule atteste que la question de la réforme de l’État et les idées corporatistes, qui imprégnaient les années trente, participaient alors des convictions de Geoffroy de Montalembert. Il soutient alors publiquement les propositions de réforme du travail des Chambres exposées peu avant par le parlementaire normand René Coty.

  • 51 ADSM 160J29.

32En politique étrangère, il condamne la manière dont ont été gérés les bénéfices de la victoire : « Notre victoire a été compromise ; la génération du feu sacrifiée ; la paix, si chèrement conquise, ébranlée. » Il n’en dit pas plus, appelant seulement à se « protéger contre le péril extérieur aujourd’hui si menaçant ». C’est la faiblesse de la politique française face au relèvement allemand qui est ici stigmatisée. Une nette identité de vue entre Geoffroy de Montalembert et ceux qui condamnaient la pensée d’Aristide Briand apparaît ici. C’était le cas de François de Wendel mais aussi du député Franklin-Bouillon. Un tract de la campagne de 1936 fait connaître aux électeurs d’Yvetot que le député de Pontoise, qui s’était illustré au Palais-Bourbon par des discours très pessimistes sur le danger allemand, soutient la candidature de Montalembert51.

33Au total, dans cette profession de foi, il existe assez peu de propositions concrètes. Le candidat fait allusion à un « programme minimum élaboré par les syndicats agricoles » et à la possibilité qui devrait être donnée aux marins de voter quand des scrutins avaient lieu pendant les campagnes de pêche. Il intègre ainsi pleinement la vision traditionnelle du mandat représentatif et du pouvoir délibératif entier du citoyen désigné par ses pairs, selon laquelle le parlementaire est l’élu de la nation pour participer au gouvernement du pays et non pour faire aboutir un programme précis servant les intérêts d’une portion de Celle-ci.

34À la lecture de cette proclamation électorale, qui était le candidat Montalembert, tel qu’il se présentait aux électeurs de la circonscription d’Yvetot ? D’abord un enfant du pays, attaché à la République et à la démocratie libérale. Ensuite, une personnalité profondément éprise d’ordre et de paix civile, un patriote inquiet du péril extérieur. Enfin, un candidat estimant qu’il était urgent de rénover énergiquement l’organisation du pays. Sa position ne semblait pas défensive et il ne se plaçait pas d’abord en réaction contre le danger incarné par le Front populaire. Certes, on peut y voir des allusions plus ou moins claires dans les expressions « gravité des circonstances, […] le flot montant des entreprises d’accaparement, […] échapper aux dictatures quelles qu’elles soient ». Mais si le pays se trouvait en péril, c’était avant tout en raison des erreurs accumulées par les gouvernements depuis la fin de la guerre. On peut les lire en creux dans la proclamation. La France a été affaiblie par une politique financière souvent improvisée et un manque de vigilance vis-à-vis des dangers extérieurs. Comment ne pas penser aux critiques formulées par François de Wendel ? Les bases sociales de la nation, le monde agricole et les classes moyennes ont considérablement souffert de l’interventionnisme étatique qui a limité leur féconde liberté d’action et d’organisation. Enfin, un affaissement moral et des luttes idéologiques entretenues ont provoqué une dangereuse division de la nation.

35Dans le combat électoral, Montalembert bénéficiait, outre de L’Abeille cauchoise, du soutien des élus locaux de l’Union républicaine nationale qui regroupait la Fédération républicaine et l’Alliance démocratique et dont le leader était le sénateur Robert Thoumyre, président du Conseil général de la Seine-Inférieure. Ils furent autant de relais locaux en faveur de sa candidature.

  • 52 ADSM 3M355.

36Geoffroy de Montalembert put aussi compter sur le soutien du monde agricole, décisif dans une circonscription essentiellement rurale. Dès février 1936, les rapports de Renseignements généraux 52 précisaient qu’il aurait derrière lui en particulier le monde « de la grosse culture ». Quant au Front paysan de Dorgères, Montalembert avait avec lui, comme on l’a vu précédemment, des connexions. Le 28 avril 1936, entre les deux tours de l’élection, le secrétaire du Comité de Défense Paysanne de Rouen adressa au maire d’Ermenouville une lettre lui annonçant une mobilisation renouvelée de tous ses délégués afin de relancer la campagne en sa faveur.

  • 53 ADSM 160J150.

37Enfin le comte de Montalembert put encore s’appuyer sur le réseau des sympathisants de la cause royaliste. Les lettres échangées avec le baron Guérard, correspondant local du Courrier royal, l’organe mensuel du comte de Paris, signalent que ce ne fut pourtant pas une évidence. Le 17 avril, il précisait à Montalembert qu’étaient infondés les bruits selon lesquels il appellerait à voter contre lui. Il se montrait certes inquiet de la profession de foi républicaine du candidat et assurait que son suffrage lui serait acquis à la condition qu’il dissociât la République de la Patrie, « avec la volonté arrêtée de servir la France seule, sans [s’]opposer à un changement de régime53 ». Montalembert dut lui adresser une réponse en ce sens puisque le 29 avril le baron Guérard lui répondait qu’il était rassuré, voterait pour lui dès le premier tour et avait contacté ses correspondants locaux à Doudeville et à Yvetot pour les faire voter Montalembert. Dans la même lettre, il estimait à vingt voix les suffrages qu’il lui apportait ; ce qui donne une idée de la réelle influence du mouvement monarchiste dans cette région en 1936. Cet épisode ne remet évidemment pas en doute la conviction républicaine de Montalembert. Dans l’arène électorale de 1936, il était simplement le moins dangereux des candidats aux yeux des monarchistes parce que le plus opposé aux gauches. Ce ne fut certes pas cet engagement qui lui assura le succès, même si l’influence des aristocrates restés fidèles à la cause monarchiste pouvait dépasser, en ce qui concernait les choix électoraux, les strictes limites de leur monde.

  • 54 ADSM 160J29.

38D’autres personnalités, comme les maires ou les curés de paroisse, pouvaient éclairer la réflexion des électeurs à l’heure des choix. En ce qui concerne les premiers, Montalembert n’avait pas attendu 1936 pour y avoir un réseau de connaissances. Bien avant son engagement politique en Seine-Inférieure, l’implantation de sa famille l’avait mis en contact avec nombre d’entre eux, en particulier dans la région yvetotaise. La campagne électorale de 1932 au profit de Louis Quesnel avait approfondi les liens avec ceux qui partageaient ses convictions. Sa propre élection un an plus tôt lui avait permis d’entrer dans un groupe où, pour des raisons administratives, les contacts sont nombreux. Quant au clergé local, Montalembert n’hésita pas à lui demander son appui, en raison de l’ancienneté des relations privilégiées que sa famille entretenait avec lui, de son propre engagement et de celui de son épouse dans l’action charitable et sociale. Une lettre fut adressée aux curés de toutes les paroisses de la circonscription afin de solliciter leur « bienveillant appui pour faire triompher la cause de l’Union nationale républicaine54 ».

39Au soir du premier tour, Geoffroy de Montalembert recueillait 7 939 voix soit 43,86 % des suffrages exprimés. Tous les cantons, sauf celui de Valmont, l’avaient placé en tête des cinq candidats. Il obtenait un score assez régulier sur l’ensemble de la circonscription. Reflet de la grande homogénéité du corps électoral d’une circonscription constituée de petits villages, de bourgs ruraux et à la tête de laquelle la commune d’Yvetot n’était que le plus gros d’entre eux. Les trois candidats du Front populaire obtenaient à peine 30 % des suffrages, dont un peu plus de 23 % pour le seul candidat radical. La circonscription d’Yvetot n’avait donc pas fait montre d’une attirance particulière pour l’alliance qui, au niveau national, devait l’emporter. La gauche n’y gagnait que trois points par rapport à 1932. En revanche, le candidat indépendant Pellier-Cuit obtenait deux mille voix de plus que quatre ans plus tôt, soit 26,19 % des suffrages exprimés. Étaient allé vers lui des votes modérés qui se défiaient du candidat de droite jugé trop conservateur mais qui refusaient de passer au Front populaire, ainsi que bon nombre de suffrages dans la région de Fécamp et de Valmont où le dentiste exerçait. Considérant Jean Pellier-Cuit comme un concurrent et non un adversaire, Montalembert entama avec lui des discussions en vue d’obtenir son désistement. Cellesci échouèrent assez rapidement, entraînant d’ailleurs un épisode burlesque qui valut à ce dernier une accusation de concussion et un débat de validation houleux.

40Le second tour opposa finalement Montalembert à Pellier-Cuit. Les candidats du Front populaire estimant que leur regroupement autour du maire d’Yvetot, arrivé en tête de leurs trois candidatures, ne leur permettrait aucunement de l’emporter, préférèrent assurer la défaite du maire d’Ermenouville. Mathématiquement, Celle-ci était inscrite dans les scores du premier tour : en ajoutant à ses voix celles de Duboc, de Pasqualini et du docteur Richard, Pellier-Cuit surclassait Montalembert de deux milliers de suffrages.

41La campagne fut extrêmement dure. Il ne s’agit plus seulement d’un enjeu lié à la politique nationale mais également d’un combat personnel. Tracts et affiches se succédèrent et se répondirent. Pellier-Cuit fit répandre le récit d’un épisode au cours duquel son adversaire serait venu lui acheter pour 150 000 F son désistement. Montalembert répondit qu’on lui avait dressé un piège. Son concurrent lui aurait offert de se retirer contre remboursement de ses frais de campagne avant de revenir sur son retrait et de faire passer cette somme pour l’achat de ses voix. Les attaques redoublèrent également contre la famille du candidat de la droite.

  • 55 Le taux de participation fut à peu près égal au premier tour (87,57 %) et au second tour (86,03 %) (...)

42Au soir du second tour, contre toute attente, c’est pourtant lui qui l’emporta. Avec 9 293 voix, il avait rassemblé sur son nom 52,24 % des suffrages exprimés. Pellier-Cuit en récupérait 8 273 soit 46,5 % et un peu plus de 200 voix se perdaient sur les candidats du premier tour qui s’étaient pourtant retirés. Geoffroy de Montalembert l’emportait dans huit cantons sur dix. Sur l’ensemble de la circonscription, il manqua à Jean Pellier-Cuit près de 1 900 voix par rapport au total de celles qui s’étaient portées sur les candidats de la gauche et sur lui au premier tour55. Sur ces 1 900, 220 suffrages portaient à nouveau les noms de Richard, Pasqualini ou Duboc. Même s’il on estime – ce qui est sûrement très exagéré – que les 700 bulletins blancs sont issus d’électeurs qui avaient voté pour l’un des trois candidats du Front populaire le 26 avril et ne souhaitaient pas se reporter sur Pellier-Cuit, cela fait encore au minimum un millier de voix non acquises par Pellier-Cuit par rapport à son potentiel.

43Quant à Montalembert, il a gagné, entre les deux tours, plus de 1 300 voix. Or, aucun candidat ne s’était désisté en sa faveur. Comment donc expliquer cette victoire ? Il est improbable qu’un nombre significatif des électeurs du Front populaire se soit reporté sur lui. Deux hypothèses sont donc possibles : soit une partie des électeurs du Front populaire s’est abstenue de tout vote au second tour et un nombre équivalent d’abstentionnistes (puisque le taux de participation est identique) du premier tour s’est prononcé pour Montalembert au second tour ; soit des électeurs de Pellier-Cuit ont rejoint le maire d’Ermenouville entre les deux tours. Mais, au total, un point est certain, l’affaire du « non-désistement » de Pellier-Cuit, exploitée bruyamment par ce dernier afin de discréditer son adversaire, a plutôt profité à ce dernier. Cette conclusion, les députés la tirèrent au bénéfice du candidat élu lors du débat de validation.

44Comme son père, lors de sa première élection à la Chambre, Geoffroy de Montalembert dut en effet affronter un débat de validation. Tous deux eurent à se soumettre au jugement d’une assemblée où ils se trouvaient dans l’opposition mais l’épreuve fut bien plus difficile et risquée pour le maire d’Ermenouville.

  • 56 Le département avait envoyé à la Chambre une représentation axée à gauche. La droite avait cinq re (...)

45Jean Pellier-Cuit avait déposé une demande d’invalidation concernant son concurrent vainqueur. Il revint au 10e bureau de la Chambre d’étudier cette demande, la seule déposée pour l’ensemble de la Seine-Inférieure56.

  • 57 ADSM 160J150.

46Ce 10e bureau était constitué en majorité de députés du Front populaire puisque 31 de ses 56 membres appartenaient aux groupes du PCF, de la SFIO ou des radicaux-socialistes. Début juin, ce bureau concluait pourtant à la validation pour le motif que le fait qualifié dans la plainte de tentative de corruption n’avait pas eu d’effet et que, ayant été connu des électeurs cinq jours avant le vote, il n’avait pu exercer aucune influence en faveur du candidat proclamé. Il fallut attendre décembre 1936 pour procéder à la discussion publique des conclusions du rapport. Le député d’Yvetot usa de ce temps pour multiplier les contacts et s’assurer d’appuis, y compris chez les radicaux, au cas où l’assemblée ne suivrait pas le rapport favorable du 10e bureau57. Dès que la date du débat de validation fut connue, le député d’Yvetot en avertit tous ses amis sûrs afin qu’ils n’omissent pas d’assister à la séance.

  • 58 J.O. Compte rendu des débats de la Chambre des députés, séance du 30 décembre 1936, p. 3932-3937.

47C’est lors de la seconde séance tenue par la Chambre le 29 décembre 1936 que l’examen public du rapport du 10e bureau eut lieu. Le débat dure une heure trente minutes. Le Compte rendu de la discussion occupe cinq pages du Journal officiel du lendemain58. C’est Edouard Herriot qui préside lors de la reprise des travaux de la Chambre à 16 h 45. Prosper Blanc, député de l’Ain, membre du groupe centriste de l’Alliance des républicains de gauche et des radicaux indépendants et président du 10e bureau, prend d’abord la parole pour présenter les conclusions de son groupe et appeler l’assemblée à les adopter. Deux députés de la majorité du Front populaire lui succèdent ensuite pour s’opposer à la validation de l’élection.

48C’est d’abord le député socialiste de l’Aisne, Paul Lambin. Son exposé très vif, où préjugés de classe, attaques personnelles et soupçons de trahison sont mêlés, provoque les applaudissements à l’extrême gauche : « Il semble à M. de Montalembert et à ses amis que l’argent donne tous les droits : on achète des électeurs, on achète les concurrents, on achète une circonscription entière comme on achète une automobile ou comme on achète un château. On reconnaît là les procédés de ceux qui sont derrière M. de Montalembert, le comité des forges, les marchands de canons, M. de Wendel et tant d’autres, aussi bien en France qu’à l’étranger. » Puis, il précise les faits : le député d’Yvetot est accusé d’avoir acheté pour la somme de 150 000 F le désistement de Pellier-Cuit. La lettre de remerciement que lui a adressée Montalembert est lue à la tribune. Ce dernier s’y engage à intervenir auprès du Front républicain de Franklin-Bouillon et de la Fédération républicaine de Louis Marin afin qu’ils lui réservent une autre circonscription. Outre cela, on reproche au député d’Yvetot d’avoir dépensé la somme de un million de francs pour offrir à boire et à manger aux électeurs de sa circonscription afin d’acheter leur vote. La troisième accusation porte sur les pressions faites sur les électeurs, avant et pendant le vote : « Les vieillards et les malades ont été transportés aux bureaux de vote par les amis de M. de Montalembert et les bulletins de vote ont été mis par des compères dans les enveloppes […] On a naturellement fait pression sur les ouvriers agricoles qui sont nombreux dans cette région. » Enfin, dans toutes ces opérations, Montalembert aurait bénéficié de l’aide constante des Croix-de-Feu : « Les Croix de feu avaient reçu mission de lacérer, de détruire ou de recouvrir les textes qui pouvaient desservir M. de Montalembert auprès des électeurs. » Ces mêmes groupes auraient récupéré, au soir du premier tour, des bulletins des candidats qui se désistèrent en faveur de Pellier-Cuit, afin de les déposer dans certains bureaux de vote lors du second tour et d’égarer ainsi les électeurs. Paul Lambin conclut de son exposé que « l’élection a été faussée dans une proportion considérable » et exhorte l’assemblée à renvoyer le député d’Yvetot devant ses électeurs.

49Le député communiste de la Seine, Prosper Môquet, lui succède. Il reprend point par point les accusations développées par son collègue socialiste et donne tous les détails de l’entrevue du 28 avril, au cours de laquelle Montalembert aurait offert à Jean Pellier-Cuit d’acheter son désistement. Afin de confondre son corrupteur, ce dernier avait faire venir chez lui un huissier de justice d’Yvetot devant lequel il entendait jouer le rôle du candidat qui acceptait ce retrait. « Donc, à dix heures, M. de Montalembert se présentait avec M. Roger, son agent électoral, à la grille de M. Pellier-Cuit. M. de Montalembert et son ami furent introduits. À nouveau, M. de Montalembert proposa à M. Pellier-Cuit l’achat de son désistement. Sur la table, il déposa 150 000 F et remit à M. Pellier-Cuit une déclaration signée de sa main et par laquelle il s’engageait à faire soutenir toute candidature future de M. Pellier-Cuit par MM. de Wendel, Louis Marin, Franklin-Bouillon et par la Fédération républicaine. En échange de cet engagement et des 150 000 F qu’il venait de verser, M. de Montalembert exigea que

50M. Pellier-Cuit, non seulement se désistât, mais encore qu’il lui apportât son appui pour le cas où le député sortant, M. Quesnel, viendrait à poser sa candidature. Les témoins de cette tentative de corruption furent l’huissier susnommé,

51M. Berthelot, et son premier clerc qui s’étaient dissimulés derrière une porte et qui ont dressé un constat. » Prosper Môquet achève par la même demande d’invalidation que son prédécesseur socialiste.

52Le président du 10e bureau, Prosper Blanc, reprend alors la parole pour préciser que, d’après le dossier, les deux candidats se sont mutuellement interrogés, par le biais de courriers, pour savoir qui se désisterait au profit de l’autre et qu’au terme de cette réflexion Jean Pellier-Cuit a fait savoir au maire d’Ermenouville qu’il acceptait de n’être pas candidat au second tour. Il a alors demandé à un tiers de signaler à Montalembert que sa campagne lui avait coûté 200 000 F, somme considérable pour lui et qu’il souhaitait qu’une partie fût supportée par le maire d’Ermenouville. Prosper Blanc achève en proclamant sa conviction que Geoffroy de Montalembert a été attiré, en fait, dans un guet-apens.

53C’est ensuite au député d’Yvetot de se défendre et de donner sa version des faits. Il explique qu’en raison de son positionnement politique, il a toujours considéré Pellier-Cuit comme un concurrent et non un adversaire et qu’au lendemain du premier tour, à cause de l’avance en voix qui était la sienne, il lui a demandé de se désister. Le 28 avril, lui transmettant le message de désistement de Pellier-Cuit, son agent demanda à Geoffroy de Montalembert de répondre par une lettre de remerciement dans laquelle devait figurer les noms de MM. Marin et de Wendel : « Pourquoi me demandait-il cela ? Je veux le dire, vous allez voir pourquoi. […] Parce qu’il voulait m’attirer dans un traquenard. […] L’agent électoral de M. Pellier-Cuit m’a dit : “Voilà quatre ans que tous ses efforts sont tendus vers le but à atteindre : la députation. Il a ouvert dix cabinets dentaires, dépensé une somme considérable, lancer un journal qui lui coûte très cher.”

54M. Pellier-Cuit devait une grosse somme à son imprimeur, qui était aussi le mien. Il a ajouté : “Prendriez-vous les frais électoraux à votre compte ?” Et m’a parlé d’une somme de 150 000 F. Je dis exactement ce que j’ai fait et je crois que vous m’en saurez gré. J’ai cru qu’il n’était pas blâmable de dégager M. Pellier-Cuit des soucis des dettes qu’il avait contractées et j’ai accepté. […] Je suis allé chez lui au grand jour, avec son agent. Je suis entré dans cette villa qui est située au haut de la falaise de Fécamp. Mes chers collègues, on avait placé dans un placard un huissier. On avait disposé, à travers les pièces de la maison et parmi les bosquets environnant sans doute des photographes qui avaient pour mission de clicher ma silhouette, afin qu’elle fût publiée. » Montalembert explique qu’ensuite on a usé de tous les moyens de la calomnie dans le but de le faire échouer au second tour. « Pendant quatre jours et cinq nuits, nous nous sommes battus à coups d’affiches et nous avons poursuivi notre propagande à l’aide de tracts et dans nos journaux. Nous nous sommes trouvés face à face, mon adversaire déloyal et moi. Et c’est le peuple du pays de Caux qui m’a envoyé siéger parmi vous par 1 025 voix de majorité après ce coup de Trafalgar. Voilà la vérité. » Estimant avoir été absous de sa naïveté par les électeurs, il espère que ses collègues feront de même.

55Le député radical-socialiste de Dieppe, Lucien Galimand, prend ensuite la parole pour réclamer lui aussi l’invalidation de son collègue normand.

56Au-delà des faits, les propos tenus lors de cette séance nécessitent quelques remarques tant ils donnent à voir les univers mentaux de Montalembert et de ses adversaires. Si l’on veut bien porter une attention suffisante aux mots et aux arguments utilisés, ils nous font pénétrer assez loin dans les logiques de représentation des uns et des autres. De riches territoires se devinent derrière chacun d’eux. Des éléments saillants des imaginaires politiques sourdent ici à de multiples reprises. Nous sommes là dans un domaine totalement symbolique, où tout est connoté. Si les faits sont un, leur lecture et leur interprétation varient totalement en fonction du camp politique dans lequel on se situe. Plusieurs logiques s’affrontent. Ceux qui les expriment sont tous persuadés que la leur recouvre la vérité, tant il est vrai qu’il est difficile de s’émanciper d’une culture politique, d’accepter, ou même simplement d’entendre, un exposé qui la remet en question.

57Dans les accusations exposées par les députés Lambin et Môquet s’exprime une évidence de la culpabilité du député d’Yvetot. Il porte avec lui tous les signes extérieurs de cette évidence, avant même qu’aucun acte précis ne lui soit reproché. Dès lors qu’un soupçon se fait jour sur les conditions de son élection, un discours accusatoire préexistant se trouve aussitôt à disposition. En effet, les reproches exposés dans les discours ne sont pas nouveaux. On a dit, en première partie, que Geoffroy Jules de Montalembert les avait déjà subis à la fin du xixe siècle : pression des patrons sur les ouvriers, des fermiers sur leurs salariés, distribution d’argent et d’alcool, embrigadement d’électeurs, surveillance lors du vote. Ce sont les griefs les plus fréquemment invoqués dans les contestations d’élections sous la IIIe République. Ce qui frappe, entre autres, c’est de retrouver en 1936, presque mot pour mot, la même accusation de transporter les malades jusqu’au bureau de vote. Ce qui rend plus évident l’immoralité de l’adversaire, c’est la manière dont il s’en prend aux plus faibles. Du reste, seuls les plus faibles, les plus dépendants peuvent, contre leur gré ou en raison de leur absence de conscience politique, être manœuvrés par l’ennemi de classe. Et seules de telles manœuvres peuvent expliquer sa victoire. Il est une accusation que l’on ne retrouve pas dans les propos des députés Lambin et Môquet en 1936, qui fut fortement exprimée lors des débats de validation de Geoffroy Jules de Montalembert en 1889 et en 1893, c’est celle de l’ingérence du clergé dans l’élection. La politique d’ouverture aux électeurs chrétiens, dite « de la main tendue », explique certainement cette absence.

58La malhonnêteté dont a fait preuve Geoffroy de Montalembert est, dans les représentations de ses adversaires, naturelle, consubstantielle à son groupe. Elle est celle de « ses amis [auxquels] l’argent donne tous les droits ». Dans les propos tenus à l’occasion de ce débat, l’expression « M. de Montalembert et ses amis » est récurrente. La comparaison entre l’identique facilité pour ceux-ci d’acheter une circonscription et un château illustre le vieux fond antiaristocratique dont ressortit en partie cet imaginaire. Montalembert appartient en effet totalement au groupe qui fomente le complot contre la France, la paix et les forces sociales. Il est fortuné, issu d’une dynastie aristocratique et titrée. Derrière lui, Paul Lambin précise qu’agissent, en coulisse, ceux qui incarnent l’ennemi absolu en 1936 « le comité des forges, les marchands de canons, M. de Wendel ». Le nom du beau-père est encore cité, avec celui de Louis Marin, pour signifier comment ces deux dirigeants de la droite commandent ledit complot en distribuant à leurs affidés les circonscriptions électorales. Évidemment, ces hommes ont partie liée avec les Croix-de-Feu, qui sont leur bras armé pour les basses besognes. Une exclamation lancée dans l’enceinte parlementaire au cours du débat de validation par le député communiste Adrien Laugumier résume excellemment la force interne de cette représentation politique : « Oui, il faut le dire. Les corrupteurs sont toujours à droite ! »

  • 59 É. Mension-Rigau, op. cit., p. 373.

59Montalembert lui aussi exprime au cours de cette discussion les caractères de la culture politique dont il est imprégné. Ils paraissent d’ailleurs tout aussi évidents que ceux de ses adversaires. Il ne faut pas mésestimer, en effet, la part de conviction présente dans les propos de chacun d’eux. Quand il dit que les corrupteurs sont toujours à droite, le communiste Laugumier exprime, derrière cette affirmation grossière, une certitude qui fonde certainement son combat politique. Quand il explique sa rencontre avec Pellier-Cuit et le dédommagement de 150 000 F par sa naïveté, Montalembert ne ment pas. Tout s’explique en effet à la lumière de son univers mental. Dans cette affaire de désistement et de dédommagement des frais de campagne, Montalembert a illustré, vis-à-vis de l’argent, un comportement de classe typique de l’aristocratie. Ce faisant, il a fait preuve d’une totale inconscience de ce qu’il faisait, là encore révélatrice de sa culture nobiliaire. Il ne s’est rendu compte de rien, ce qui a facilité le travail de son concurrent, et ce qui rend absolument incroyable, aux yeux de ses adversaires politiques, ses explications. Ne concevant pas une éventuelle accusation de prévarication, il n’a pas vu où pouvait être le mal dans son action. Cette attitude s’explique par une relation à l’argent diamétralement différente de ce qui est habituel en ce domaine. Dans l’esprit aristocratique, l’argent sert avant tout à être dépensé. L’enquête d’Éric Mension Rigau le prouve clairement, qui met en évidence « un système de références excluant l’argent59 ». Jean Pellier-Cuit n’avait pas les moyens de régler ses dettes de campagne. Cela ne posait aucune difficulté à Montalembert de le faire. Une phrase de son exposé trahit ouvertement cet imaginaire : « J’ai cru qu’il n’était pas blâmable de dégager M. Pellier-Cuit des soucis des dettes qu’il avait contractées et j’ai accepté. » C’est authentiquement la manière dont il s’est représentée cette question. À peine a-t-il achevé cette phrase clef que le député communiste du Cher Gaston Cornavin s’écrit dans l’hémicycle : « O naïveté. » Le mot n’avait pas encore été prononcé par le député d’Yvetot mais il le reprend aussitôt, comme si brutalement le décalage entre son attitude et sa lecture dans le monde réel lui apparaissait : « Vous l’avez dit monsieur Cornavin : O naïveté ! » L’élu communiste indiquait par cette exclamation qu’il ne pouvait croire en cette explication, mais, sans s’en apercevoir, il lui donnait la plus juste dénomination. Le député d’Yvetot achève alors de révéler les linéaments du processus qui l’a entraîné dans cette chaussetrappe en expliquant pourquoi il a été, à ce point, naïf : « Parce que je n’ai jamais eu l’habitude de fréquenter de pareils individus, qu’aucun parti ne peut se glorifier de posséder. Voilà la vérité. » Dernier trait de distinction aristocratique jeté dans ce débat, Geoffroy de Montalembert dit venir d’un autre monde mental. L’affaire est expliquée.

60Pour se défendre, le députémaire d’Ermenouville a donc choisi la franchise. Il le fait avec talent. On reste stupéfait par les dons oratoires d’un homme qui prend pour la première fois la parole dans l’enceinte parlementaire, qui plus est sur un sujet décisif, puisqu’il s’agit rien moins que de son avenir politique, qui peut être brisé définitivement par une maladresse. Tout au long de son discours, à la tribune, il a su utiliser plusieurs registres, le rire, l’émotion, l’humilité, l’affirmation grave. Sachant admirablement passer d’un mode à l’autre, il a séduit ses collègues et s’est attiré à de nombreuses reprises des applaudissements non seulement sur les bancs de la droite et du centre, mais aussi, comme l’a noté la sténographie officielle de la séance, « sur divers bancs à gauche ». Jamais, il n’a laissé l’assemblée indifférente. C’est par le ton humoristique qu’il a le plus brillé. Le voici répondant aux accusations de distribution générale de cadeaux : « Je pourrais vous dire que, pendant six ans, M. Pellier-Cuit a fait tous les marchés de ma circonscription. Je pourrais même ajouter qu’il avait même inventé de donner en cadeau, dans tous les marchés, aux ouvriers qui amenaient des bestiaux pour être primés, des thermomètres, des baromètres, et nombre d’autres objets (Rires). Il avait aussi imaginé, ce dont j’aurais été incapable, d’envoyer à tous les électeurs, des “bons pour une extraction de dent gratuite” (Nouveaux rires). »

61Le débat clos, le président met aux voix les conclusions du 10e bureau. Le groupe socialiste demande un scrutin à la tribune. Une heure est nécessaire pour cela. Un peu après sept heures, les résultats sont proclamés. À 168 voix contre 135, l’adoption du rapport est votée, Montalembert voit son élection validée. C’est l’abstention volontaire d’environ 280 députés, en majorité de la gauche, qui lui vaut ce résultat. Les chiffres du groupe socialiste sont à cet égard révélateurs : 80 de ses membres n’ont pas pris part au vote alors que 68 votaient contre la validation. Même le groupe communiste, pourtant si virulent lors du débat, s’est divisé entre 39 voix contre et 33 abstentions. Quant aux radicaux, 72 ne prirent pas part au vote, 20 seulement votèrent contre Montalembert. Sept d’entre eux adoptèrent même le rapport du 10e bureau. En revanche les groupes de la droite se mobilisèrent pour défendre le sort du député.

  • 60 Op. cit., p. 240.
  • 61 Interview Thomas.
  • 62 Ainsi Léon Meyer, Georges Metayer, Octave Crutel et Lucien Galimand votèrent contre le rapport qui (...)
  • 63 Ce fut le cas pour le tiers des invalidations entre 1815 et 1962. Cette proportion fut bien supéri (...)

62Ainsi, comme l’indique Jean-Paul Charnay dans son étude sur les débats de validation, « la vérification est souvent la continuation de la lutte électorale menée par les comités et les partis : une sorte “d’appel” tenté par le candidat malheureux60 ». Mais, ici, c’est la grande réticence des députés, en dépit des apparences, à invalider l’un d’entre eux qui frappe. L’abstention salvatrice fut en effet bien volontaire. Dans les deux scrutins de la journée, qui encadrent celui dont il est ici question, il y eut, pour le dernier de la première séance, 588 votants, et, pour le premier de la troisième séance, 577 votants. Les groupes de la gauche n’exigèrent pas de leurs membres qu’ils allassent voter en totalité contre cette validation. L’anecdote racontée par Montalembert cinquante ans plus tard révèle certains linéaments de ce comportement parlementaire61. Ses collègues radicaux de Seine-Inférieure étaient d’abord venus s’excuser auprès de lui de ne pouvoir voter le rapport du 10e bureau en dépit de leur conviction de sa profonde honnêteté. Néanmoins, afin d’éviter le rejet de ce rapport, ils lui avaient indiqué qu’ils s’abstiendraient. La solidarité avec leur groupe exigeait ce comportement. Au fur et à mesure que leurs collègues radicaux votèrent, ils surent que leur compatriote d’Yvetot ne risquait plus rien. Ils revinrent alors vers lui pour lui expliquer qu’étant donné les circonstances favorables, ils pouvaient dorénavant voter contre le rapport sans aucune crainte62. Au-delà des oppositions politiques, visibles ici dans le débat de validation, on cerne clairement que des liens existent entre parlementaires qui peuvent aller jusqu’à dissocier une certaine représentation de soi que l’on entend donner aux électeurs et une position moins tranchée dans l’enceinte du Palais-Bourbon. Ne mésestimons pas non plus le fait fréquemment constaté qu’une validation entraînait une réélection63.

63Ainsi, Geoffroy de Montalembert se voyait confirmé dans la fonction de député que les électeurs de la circonscription d’Yvetot lui avaient confiée au terme d’une campagne électorale agitée. Le députémaire d’Ermenouville pouvait considérer qu’après son départ du Nord son implantation en Seine-Inférieure était un succès.

1936-1939 : le député normand

64Cette implantation effectuée, Montalembert avait dorénavant à approfondir son influence locale et développer son action dans sa circonscription. Cela passait par un travail visant à tisser des liens plus intenses avec ses concitoyens et avec les élus locaux.

  • 64 ADSM 160J11.
  • 65 ADSM 160J24.

65C’est d’abord lorsqu’il était en représentation publique que le député d’Yvetot pouvait entrer en contact avec ses électeurs et les personnalités départementales. Parlementaire, il était invité à de nombreuses cérémonies. C’était souvent l’occasion pour lui de prendre la parole. Ainsi, par exemple, en juillet 1937, à l’occasion du centenaire de la Caisse d’épargne d’Yvetot. L’événement lui permet de s’exprimer sur un aspect concret de la vie des populations, mais, au-delà, de délivrer un message plus large. Après une année de gouvernement de Front populaire, pendant laquelle la question du progrès social s’est souvent trouvée au centre des débats, Montalembert veut rappeler que ce souci n’est pas le monopole des partis de la gauche : « Permettez-moi aussi, dit-il, de vous assurer que le nouveau parlementaire qui vous parle n’a qu’un désir : celui de travailler à l’action et à la prévoyance sociale64. » À partir de ce point, il élargit son propos pour faire connaître l’essentiel de ses convictions. En une période où les oppositions politiques étaient souvent extrêmes, il plaide pour l’union de ses concitoyens. Il affirme que l’épargne nécessite la stabilité et la stabilité la concorde. Il faut des rapports confiants entre tous les citoyens et des rapports harmonieux entre le capital et le travail. Parfois, ces manifestations publiques sont plus solennelles et rassemblent des personnalités plus considérables comme des ministres. Ainsi en est-il lors de l’inauguration, le 4 juin 1939, du poste de Radio-Normandie installé à Louvetot afin de permettre une diffusion dans la région de Fécamp. Le député d’Yvetot s’est particulièrement investi dans ce projet. À cette occasion ses propos visent plus à rappeler la part qui lui revient dans cette réalisation et à montrer aux populations locales la capacité qu’il a de se faire écouter des autorités gouvernementales65. On ne saurait sous-estimer l’importance de ces moments où ses électeurs voient leur député physiquement inclus dans le groupe des élites, et surtout lorsque des personnalités départementales ou nationales sont présentes. Son comportement y est particulièrement observé. L’attention que les autorités lui porte est jaugée par l’œil du paysan cauchois. Que le préfet, le président du Conseil général, voire tel ministre, l’ait salué avec chaleur, qu’il ait eu un aparté avec telle autre personnalité n’est pas secondaire. Ce sont autant de signes saisis par les populations qui permettent de se faire, et de diffuser, un avis sur la puissance du personnage.

66La présence de Montalembert à des manifestations politiquement plus marquées, ou encore organisées par des personnalités ou mouvements religieux, a pour objectif de montrer aux sympathisants que leur député partage leurs convictions et aux responsables qu’il leur est favorable et peut, éventuellement, les aider par ses interventions. Il s’agit alors pour lui de faire connaître une part de son identité personnelle et de prouver l’importance qu’il accorde à tel groupe. En retour, sa présence s’inscrit parmi les critères qui entreront en ligne de compte lors des échéances électorales pour ceux qui partagent les options ou les croyances que met en évidence sa participation. Montalembert manque ainsi rarement de montrer ses convictions religieuses. En juin 1937, le députémaire d’Ermenouville est l’invité du grand meeting diocésain d’action catholique organisé par la Fédération nationale catholique de Seine-Inférieure à Yvetot, que préside Victor Bettencourt. En février 1939, il participe au service funèbre célébré par Mgr Petit de Julleville en la cathédrale de Rouen, pour le repos de l’âme de Pie XI, et quelques jours plus tard il est à Rome pour l’intronisation de Pie XII, comme membre de la délégation de la Fédération républicaine. En avril 1939, il est présent au congrès jubilaire que la JAC organise au vélodrome d’hiver pour les dix ans de sa fondation. Deux mois plus tard, il est l’invité du festival d’amitié jociste de Rouen, qui commémore le même anniversaire pour la JOC.

  • 66 ADSM 160J95.
  • 67 L’Abeille cauchoise du 3 juillet 1937. ADSM 160J120.
  • 68 ADSM 160J120, 160J156, 160J216.

67À l’intention de l’ensemble des populations de son arrondissement, il importe que le député d’Yvetot ait les moyens de poursuivre la propagande politique commencée lors de la campagne électorale de 1936. Il doit également faire connaître sa présence à ces manifestations et, plus largement, son action dans le département et à Paris. Pour faire connaître son activité de parlementaire, Montalembert put compter sur la collaboration de L’Abeille cauchoise. D’ailleurs, dès le mois de juillet 1936, son directeur, André Levasseur, lui adressait une lettre pour lui confier les difficultés financières de son journal, encore aggravées par l’augmentation des salaires et le vote des congés payés. Il demande au nouveau député de faire appel à ses amis politiques afin de l’aider mais lui signale que son aide exclusive aurait sa préférence. Avec 40 000 à 50 000 F annuels, il pourrait boucler son budget. Le fonds Montalembert ne garde pas la réponse à ce courrier, mais deux documents permettent de penser que le député répondit, au moins en partie, favorablement à cette demande. On a la trace d’un versement de 10 000 F en juillet 1937 et d’un autre du même montant en octobre 193866. Comme pendant la campagne électorale, le journal d’Yvetot fit très régulièrement connaître l’action du député : présence aux manifestations et réunions de toutes sortes, interventions officielles auprès des ministres et hauts fonctionnaires, déplacements dans sa circonscription, en France et à l’étranger, discours et votes à la Chambre. Montalembert put, en outre, s’adresser directement aux lecteurs. À partir de juillet 1937, et à la demande de ses amis politiques et du directeur du journal, il rédige un article régulier intitulé « Billet de la semaine ». Il s’agissait d’un d’éditorial politique consacré aux grandes questions nationales et internationales. Montalembert dit qu’il veut ainsi tisser un lien plus intense avec ses électeurs et les invite à réagir à ses propos67. En 1937, le député y fit dix-sept billets. En 1938 et en 1939, il en écrivit plus de trente. Il poursuivit cette rubrique jusqu’au printemps de 194068. Pendant les périodes d’été, il publia des séries de chroniques sur de vastes questions : sur le thème des rapports du syndicalisme et de la politique dans l’été 1937, sur l’histoire du Front populaire en août et septembre 1938, sur la famille française en 1939.

68Le lien entre les populations de la circonscription d’Yvetot et leur député fut souvent plus direct que la lecture de ces articles. Le fonds Montalembert conserve une quantité impressionnante de courriers de demandes d’interventions puis de remerciements. Ils seront étudiés dans la troisième partie de ce travail consacrée aux caractères de la notabilité du parlementaire normand.

  • 69 Montalembert verse ainsi 1 696,50 F aux imprimeries de L’Abeille cauchoise pour l’impression de tr (...)
  • 70 In L’Indépendant de gauche, article anonyme, octobre 1937. ADSM 160J32.

69Parmi les caractères de l’influence et de l’action locales, outre les manifestations publiques, la propagande et la presse, les interventions à destination des électeurs, le député d’Yvetot chercha encore à développer son assise politique en multipliant et entretenant les liens au sein des réseaux utiles et/ou favorables. Il s’agissait d’abord des élus locaux, comme les maires et les conseillers généraux, relais essentiels pour un parlementaire. Lors des élections cantonales d’octobre 1937, Montalembert chercha à faire élire, dans sa circonscription, des candidats proches de lui. Cela passait par l’expression publique de son soutien pendant leur campagne et par une participation financière aux frais de cette dernière69. Le poids politique du député d’Yvetot s’est accru depuis son élection comme en témoignent les attaques qui lui sont directement adressées. Le journal de son adversaire malheureux de 1936, Jean Pellier-Cuit, à nouveau candidat dans le canton de Valmont, écrit ainsi, pendant la campagne : « Un des éléments des élections cantonales, qu’il ne faut pas négliger, c’est que chez les élus cantonaux, l’homme n’est pas toujours moralement et pécuniairement indépendant ; l’influence des élus cantonaux en fait les meilleurs agents électoraux et il est humain, sinon très élégant, que les députés ou les candidats dont les moyens de fortune sont assez puissants cherchent à faire occuper ces postes par des hommes bien à eux. M. de Montalembert l’avait compris bien avant les élections de 1936 et nous avons pu constater que plusieurs conseillers généraux de l’arrondissement s’étaient fait des agents électoraux et pourvoyeurs de fonds à son profit et peut-être au leur70. » Grâce au soutien dont il fait bénéficier les candidats de son camp, le député d’Yvetot accroît son influence dans sa circonscription et, au-delà, dans l’ensemble du département, dont il est devenu une des figures politiques centrales.

70Les réponses qu’il donne aux attaques concernant ses positions sur l’agriculture le montrent particulièrement attentif à entretenir ses bonnes relations avec les réseaux agricoles. Il est régulièrement présent lors des rassemblements de la Fédération des syndicats agricoles du département, fait imprimer ses interventions à la Chambre dans les débats qui concernent cette question et les diffuse via ces organismes.

  • 71 N.J. Chaline, Des Catholiques normands, Roanne, Horvath, 1985, p. 183 et suivantes.

71On a dit plus haut qu’il suivait de près les activités de la Fédération Nationale Catholique en Seine-Inférieure. Celle-ci se trouvait à la croisée de plusieurs réseaux d’influence et était, en particulier, un lieu de rencontre d’hommes très engagés aussi dans l’action agricole comme Victor Bettencourt ou René Lerebours. Propriétaire terrien à Saint-Maurice d’Etelan, Victor Bettencourt, fondateur de l’Union Catholique de la France Agricole, avait été élu au Conseil général de la Seine-Inférieure en 1934 et dirigeait la FNC dans le département depuis 193571. Quant à René Lerebours, à la tête d’une grande exploitation à Sorquainville, il était à la croisée de l’activisme dorgériste et des syndicats agricoles. En 1934, il était l’adjoint de Bettencourt à l’Union Catholique de la France Agricole.

  • 72 Le Flambeau Normand, 7 mars 1937.
  • 73 ADSM 160J24.
  • 74 Compte rendu de l’entrevue par Montalembert. Idem.
  • 75 Information aimablement communiquée par Jean-Paul Thomas lors de ses recherches dans le Fonds La R (...)

72Un certain nombre de personnalités influentes du monde agricole avaient rejoint le mouvement des Croix-de-Feu du colonel de La Rocque. Pendant la campagne de 1936, ses adversaires avaient accusé Montalembert d’avoir des liens avec eux. Les thèmes qu’il avait développés et son positionnement politique lui avaient permis de bénéficier de leurs suffrages lors du scrutin. Une fois opérée la transformation de cette ligue en Parti social français, c’est la question d’une possible concurrence avec ce parti qui se posait au député d’Yvetot. Très vite, il chercha à se prémunir contre une éventuelle candidature PSF aux législatives qui devaient avoir lieu en 1940. Les archives attestent les liens que le député d’Yvetot entretenait avec les responsables locaux et nationaux du parti du colonel de La Rocque. Il en lit le journal, Le Flambeau normand, il a de bonnes relations avec Jean Potier, le président de la Fédération de la Seine-Inférieure du PSF, participe à plusieurs réunions publiques du parti, comme celle qui a lieu à Yvetot en mars 1937, en présence des responsables normands72, se rend aux kermesses sociales organisées par le parti dans sa circonscription, comme celle du 12 juin 1938 à l’occasion de laquelle il fait un don de 500 F. En décembre 1938, le journal du PSF signale sa présence au service solennel organisé à Notre-Dame de Paris après la disparition de Jean Mermoz. Mais le député d’Yvetot ne franchit jamais le pas d’adhérer à l’intergroupe PSF. Dès novembre 1936, Edmond Barrachin, le directeur du bureau politique du parti, le lui avait demandé73. En vain. Quand, en novembre 1937, Jean Potier l’invite à participer à un grand banquet, à Rouen, en présence du colonel de La Rocque, il répond qu’il n’a pu se dégager d’un rendez-vous pris auparavant et qu’il regrette de n’y pouvoir venir. Cette invitation et ce refus doivent-il se lire d’abord comme le signe d’une grande proximité ou d’une défiance de la part de Montalembert ? Sans doute les deux. Idéologiquement, le député d’Yvetot se trouvait assez proche des idées de La Rocque. Les accointances qui existaient entre les milieux agrariens et le PSF ne pouvaient qu’assurer encore cette proximité. Mais, politiquement, Montalembert ne voulait sans doute pas apparaître nettement comme le candidat officiel du parti. La position très claire de son beau-père, qui refusait tout contact avec les Croix-de-Feu, le confirmait sans doute dans cette attitude. Celle-ci était vraisemblablement comprise comme telle par les responsables nationaux du PSF qui envisageaient une autre candidature pour 1940. En juin 1938, recevant un délégué du PSF, Geoffroy de Montalembert est averti que, comme exigé par le congrès du parti, un candidat ayant sa carte doit être présenté à Yvetot. Il rencontre alors Edmond Barrachin à Paris : « J’ai enfin attiré l’attention de M. Barrachin sur le fait que j’étais personnellement en excellents termes avec la très grande majorité des PSF de ma région et que j’étais parmi les rares parlementaires qui osaient, sans aucune crainte, assister aux réunions PSF et se montrer à leurs kermesses sociales74. » Sur la liste des candidats potentiels dressée par Barrachin au début de 1939, le nom de Jean Lepicard, propriétaire-exploitant à Ourville-en-Caux, apparaît pour la circonscription d’Yvetot, suivi d’un point d’interrogation75. Ce qui semble indiqué qu’une entente avec le député sortant n’était pas inenvisageable, d’autant plus que ce dernier connaissait bien l’éventuel candidat, maire d’Ourville-en-Caux et conseiller d’arrondissement, qui était une des personnalités majeures du monde des propriétaires agricoles du département, et pour lequel il obtint, en 1939, la médaille du Mérite agricole.

73L’action locale était un des aspects de l’activité du député d’Yvetot. Elle se doublait d’un travail véritablement parlementaire et législatif, à Paris. Cette face de sa tâche n’était pas cachée car, comme on l’a dit, l’écho en était perçu de ses électeurs par l’intermédiaire de la presse. Néanmoins, si Geoffroy de Montalembert fit de nombreux efforts pour que ses administrés fussent informés de son action nationale, ce travail à la Chambre, par ses spécificités techniques, restait dans une certaine ombre.

  • 76 Interview Thomas.

74Il lui fallut d’abord rejoindre un groupe parlementaire. René Coty aurait souhaité qu’il s’inscrivît chez les républicains de gauche, mais il préféra porter son choix vers la Fédération républicaine, dont son beau-père était le vice-président. Il privilégia ce groupe parce qu’il était le plus important de l’opposition au Front populaire mais également en raison de l’état d’esprit qui y régnait et qu’il décrit ainsi : « Le groupe Louis Marin, c’était une religion, une famille, une grande réunion76. »

  • 77 Montalembert explique dans L’Abeille cauchoise qu’il a voté pour le contrat collectif « dans l’esp (...)
  • 78 L’Abeille cauchoise du 17 juillet 1937. ADSM 160J120.

75Le résultat des scrutins publics à la tribune ainsi que les éditoriaux qu’il rédige pour L’Abeille cauchoise permettent de suivre les choix politiques effectués par le député d’Yvetot pendant la législature. Ils s’ordonnent presque toujours autour de la position de la Fédération républicaine, avec néanmoins quelques nuances. On ne sera pas étonné de noter la persistante opposition de Montalembert au premier gouvernement de Léon Blum. Lorsque celui-ci pose la question de confiance, le 5 juin 1936, il fait partie des 210 députés qui la refusent. Par contre, la droite se rallia à une partie des réformes proposées par le chef du gouvernement socialiste. C’est ainsi que les projets de lois sur les congés payés et les contrats collectifs du travail furent approuvés à l’unanimité de la Chambre77. Il en fut de même pour le projet de loi concernant les grands travaux destinés à lutter contre le chômage, la réforme des finances départementales et communales. En revanche, avec son groupe, Montalembert s’opposa à la semaine de quarante heures, à la modification du statut de la Banque de France, à la création de l’Office national interprofessionnel du blé, au projet de budget pour 1937, aux conventions collectives fixant les conditions de vente des produits agricoles et au projet d’organisation professionnelle des rapports entre employeurs et employés dans les professions agricoles. Lors des débats de politique extérieure, le député d’Yvetot refusa toujours la confiance au gouvernement. Le bilan qu’il fait du gouvernement Blum est particulièrement mauvais : « Ainsi, de quelques côté que l’on retourne le bilan de cette “année catastrophique”, on constate que, sous toutes ses formes et de toutes les manières, le gouvernement Blum Vincent Auriol n’a fait que pressurer les citoyens et appauvrir la Nation – en risquant de faire disparaître dans la tourmente les quelques rares réformes sociales heureuses, réclamées par nous depuis longtemps78. »

  • 79 L’Abeille cauchoise des 29 janvier 1938, 26 février 1938, 5 mars 1938. ADSM 160J120.

76Lorsque le gouvernement du radical Camille Chautemps, qui a remplacé celui de Blum le 22 juin 1937, présente son programme à la Chambre, Montalembert persiste, parmi 113 députés de la droite, dans son opposition. Ce qu’il espère c’est un détachement des radicaux de l’alliance avec les socialistes et les communistes. À la suite de la démission, le 15 janvier 1938, des ministres socialistes, Chautemps forme un second gouvernement, dont l’axe s’est recentré. Le député d’Yvetot passe, là encore avec la presque totalité de la droite, à l’abstention. Il ne va pas jusqu’à la confiance estimant que le programme gouvernemental ne rompt pas assez avec la politique suivie depuis juin 193679. La droite revient à l’opposition avec le deuxième gouvernement Blum qui se présente devant les députés le 17 mars 1938.

  • 80 593 votants, 587 pour et 6 contre sur la confiance.
  • 81 Son éditorial de L’Abeille cauchoise du 23 avril 1938 titre : « La Nation devant le renouveau. M. (...)

77On sait que la formation du gouvernement Daladier, le 10 avril 1938, marque un renversement de majorité en cours de législature. Pour la première fois depuis qu’il a accédé au Palais-Bourbon, le députémaire d’Ermenouville a l’occasion, le 12 avril 1938, de voter la confiance à un gouvernement80. Le même jour, avec la presque totalité de la Chambre, il vote pour le projet de loi sur le redressement financier qui autorise le gouvernement à prendre des décrets lois. Montalembert met beaucoup d’espoir dans ce nouveau gouvernement et le presse de réaliser ses projets81. Après une apparente unanimité, le gouvernement de Daladier voit peu à peu la gauche entrer dans l’opposition. À la suite de Munich, ce sont d’abord les communistes. Au début de décembre 1938, la SFIO rejoint les communistes. Le 9, les députés qui refusent la confiance à Daladier atteignent le chiffre de 241 ; Montalembert est dans les 315 qui la lui accordent. Le soutien du député d’Yvetot ne manque jamais ensuite à la nouvelle majorité qui gouverne le pays.

78Ainsi, ses votes successifs illustrent, à quelques nuances près, l’évolution de la position politique de la droite durant cette législature : opposition aux gouvernements de Front populaire, puis ralliement au radical Daladier, dès lors que son accession au pouvoir marque la rupture des radicaux avec les socialistes et les communistes. Mais la fonction parlementaire ne consiste pas seulement à soutenir ou attaquer une majorité gouvernementale.

  • 82 J.O., Compte rendu des débats de la Chambre des députés, séance du 30 juillet 1936.
  • 83 J.O., Compte rendu des débats…, séance du 7 août 1936.

79Très assidu au Palais-Bourbon, Montalembert participe activement au travail législatif. Jeune député, il ne peut avoir accès aux grandes commissions que se réservent les parlementaires aguerris. Il siège à la commission des Douanes et des conventions commerciales de juin 1936 à juillet 1937, date à partir de laquelle il rejoint la commission des Travaux publics et des moyens de communication. Il participe également à la commission des Postes, télégraphes et téléphones. Si ces questions sont éloignées de ses préoccupations agricoles, elles intéressent néanmoins le maire de zone rurale qu’il est. Au titre de sa participation à ces commissions, il se voit confier le rapport d’un certain nombre de projets ou de propositions de lois. À les étudier, on constate que la jeunesse de son expérience parlementaire lui réserve des textes très secondaires et peu susceptibles de lui permettre de faire de longues interventions en séances. En juillet 1936, pour la première fois, il est rapporteur. Il s’agit d’un projet de loi tendant à ratifier le décret du 3 juin 1936 qui a étendu le bénéfice de la franchise douanière à certains objets postérieurs au xviie siècle et antérieurs au xixe siècle82. Quelques jours plus tard, il rapporte une proposition de loi modifiant le tarif douanier des poissons d’eau douce, frais83. Cela lui offre la possibilité de prendre, pour la première fois, la parole dans l’enceinte de la Chambre lors de la séance du 7 août 1936 pour signaler que la commission a accepté le texte. On le voit, la formation des jeunes élus au travail législatif se faisait au moyen de textes relativement modestes, susceptibles de les introduire plus aisément aux techniques de leurs fonctions. À aucun moment de cette législature, on confia à Montalembert le soin de rapporter un projet de plus grande envergure.

80En revanche, la liste des interventions qu’il put faire en séance nous apprend qu’il chercha très vite à s’illustrer dans d’autres domaines que ceux que lui réservait son travail en commissions et en particulier dans les débats où étaient traitées les questions agricoles. Durant cette législature, il prit dix-huit fois la parole en séance : deux fois seulement en 1936 (son premier long discours est son exposé de défense à l’occasion de son débat de validation), cinq fois en 1937, trois fois en 1938, cinq fois en 1939 et trois fois en 1940. Une très grande partie de ces interventions s’inscrit dans le cadre de discussions générales sur des projets ou propositions de loi, souvent sur le budget. Montalembert prit, rapidement, suffisamment d’assurance à l’intérieur de son groupe pour qu’on le chargeât de prendre, plusieurs fois, la parole en son nom. Il fut considéré, dès les premiers mois de son mandat, comme un des spécialistes des problèmes de l’agriculture au sein de la droite. La moitié de ses interventions concerne ce point. Les deux autres centres d’intérêts qui provoquèrent ses prises de parole furent les questions familiales et d’assistance sociale.

  • 84 J.O., Compte rendu des débats…, 1re séance du 14 décembre 1937, p. 3008.

81L’examen de ses propos montre un député maîtrisant dès le départ les règles du discours parlementaire. Il manie, aimablement mais fermement, l’art de l’interpellation de ses collègues voire des ministres. Il sait répondre et attaquer, utiliser le registre de l’émotion et celui de l’humour. La défense de ses convictions est sans faiblesse, l’exposition des questions techniques réellement dominée et la capacité à retenir l’attention toujours frappante. En décembre 1937, à l’occasion du débat sur le budget de l’Agriculture, il répond ainsi à Waldeck-Rochet : « Puisque je parle du logement rural, vous me permettrez d’indiquer à notre collègue M. Waldeck-Rochet, du groupe communiste, qui vient de demander l’exonération de l’impôt foncier et des droits de succession pour les petites propriétés rurales, qu’à mon avis il n’est pas nécessaire de déposer de nouveaux projets à ce sujet. Une loi existe. Elle date du 31 mars 1931 (Très bien ! Très bien ! À droite et au centre.) Je saisis donc cette occasion de montrer à ceux qui font des questions législatives des tremplins électoraux que le législateur de 1931 était aussi social que celui de 193784. »

  • 85 J.O., Compte rendu des débats…, séance du 21 mai 1937, p. 1587.
  • 86 J.O., Compte rendu des débats…, séance du 17 décembre 1938. Montalembert fait tirer à part cette i (...)

82Il met très visiblement un point d’honneur à se démarquer des propos agressifs et des répliques brutales. La recherche de l’élégance et de la hauteur dans le langage, des formules et des tournures, semble bien constituer un signe du souci répété de la distinction. Ainsi, le 21 mai 1937, il est un des orateurs auquel son groupe a donné la possibilité de prendre la parole sur l’ensemble du projet de loi relatif à la propriété culturale et d’exposer son refus de le voter. Au moment où il commence, il est interrompu par un député d’extrême-gauche qui s’exclame : « Voici un petit propriétaire ! » Ce qui déclenche des rires dans l’espace de l’enceinte d’où le commentaire a jailli. Montalembert saisit la balle au bond et répond à son adversaire anonyme en faisant semblant de croire à une plaisanterie concernant sa petite taille et en la retournant à son avantage : « Mon cher collègue, je crois que vous ne me faites pas l’amitié de vous placer uniquement au point de vue de la taille. […] il y a encore heureusement parmi nous des propriétaires fidèles à la grande tradition de Charles de Montalembert et d’Albert de Mun. Je reste persuadé que vous êtes de ceux-là. Mais, je demande pour moi la permission – que l’amabilité de mes collègues, je crois, ne me refusera pas – de me placer aussi parmi ces propriétaires, qui, au premier chef, sont des propriétaires sociaux (Applaudissements à droite)85. » Ce goût pour les propos aimables et plaisants, où l’euphémisme a souvent sa part, n’exclut pas les réponses plus sèches. Lors d’une séance de décembre 1938, à l’occasion de la discussion du budget de l’agriculture, Geoffroy de Montalembert témoigne de l’inquiétude de la paysannerie. Il est alors interrompu par le député socialiste de la Haute-Garonne, Ernest Esparbès, qui lui lance : « Vous êtes un bon représentant de la paysannerie ! » Il réplique alors : « Je me demande pourquoi je ne pourrais pas parler de la paysannerie : je suis un terrien autant que vous et, de plus, j’ai été, pendant la guerre, avec les paysans dont parlait M. Daladier récemment, dans les tranchées où la paysannerie française s’est fait casser la figure. (Applaudissements à droite. – Interruptions à l’extrême gauche). Monsieur le ministre, je m’excuse de cette interruption bien involontaire de ma part86. » Ainsi, le député d’Yvetot est, parmi les nouveaux élus de 1936, de ceux qui se font le plus vite remarquer pour leur capacité à utiliser la tribune de la Chambre.

83Que ce soit dans sa circonscription, dans les rapports avec ses concitoyens, les personnalités locales, la presse, les réseaux de toute sorte, ou au Palais-Bourbon, en commission ou en séance, Geoffroy de Montalembert investit rapidement tout l’espace et les rôles induits par sa nouvelle fonction. Il le fait avec un certain professionnalisme et beaucoup d’énergie. Le jeune parlementaire se montre en terrain sûr et à la hauteur de sa tâche. Outre une authentique capacité d’adaptation, il faut sans doute trouver les causes de cette assurance dans la formation qu’il a intégrée à regarder agir son père. Il ne faut donc point sous-estimer la formidable capacité de transmissions des savoirs pratiques en fait d’activité politique, au sens large, illustrée par les dynasties aristocratiques investies dans le service du pays.

Notes

1 Cf. J.L. Loubet del Bayle, Les Non-conformistes des années 30, Paris, Aubier, 1969.

2 ADSM, interview donnée les 516 mars 1982.

3 Interview Thomas.

4 J.P. Chaline et A.M. Sohn (sd), Dictionnaire des parlementaires de Haute-Normandie 1871-1940, Publications de l’Université de Rouen, 2000, p. 288-289, 93-101, 333-334.

5 ADSM 160J29.

6 Fiches manuscrites de Montalembert pour des réunions électorales. ADSM 160J29.

7 Autant de caractères si brillamment décrits par A. Siegfried, dans son Tableau politique de la France de l’Ouest,, Paris, Armand Colin, 1913, rééd. Imprimerie nationale 1995, p. 304-319.

8 Entretien avec l’auteur. Désormais indiqué Témoignage Bettencourt.

9 Témoignages La Rochefoucauld et Klein.

10 L’Abeille cauchoise était l’ancien journal orléaniste de l’arrondissement d’Yvetot. ADSM 1 M 293.

11 ADSM 160J29.

12 Deux gros bourgs de la circonscription d’Yvetot.

13 ADSM 160J31.

14 ADSM 160J224.

15 ADSM 160J32.

16 Plus du tiers des parlementaires haut normands de la Troisième République naquirent hors des deux départements de la Seine-Inférieure et de l’Eure qui constituent cette région. Cf. J.P. Chaline et A.M. Sohn (sd), op. cit., p. 8.

17 Arnaud de Maurès de Malartic (18951976) était l’arrière-petit-fils d’Hippolyte de Malartic, combattant pour l’indépendance des États-Unis. Sa famille s’installa dans le château d’Yville-sur-Seine, construit au début du xviiie siècle et qui appartint, un temps, au banquier Law. Engagé dans la carrière militaire, Arnaud de Malartic y renonça après son mariage en 1920. Maire d’Yville-sur-Seine, il fut conseiller d’arrondissement de 1925 à 1934, puis conseiller général de Duclair de 1934 à 1939 et de 1945 à 1955. Ancien combattant des deux guerres, il se vit remettre, en 1958, la croix d’officier de la Légion d’honneur par le général Weygand à l’occasion d’une cérémonie à laquelle assista Geoffroy de Montalembert alors sénateur de Seine Maritime.

18 320 des 359 communes de l’arrondissement de Dieppe eurent de 1929 à 1935 un maire de droite, soit près de 90 % : 182 URD (50 %), 136 républicains de gauche (38 %) et 2 conservateurs. Avec 33 maires, les radicaux représentaient 9 % des communes. Au lendemain des élections de 1935, la droite dominait toujours avec 300 maires. ADSM 1Z92.

19 Cette initiative de refus est lancée en mars 1933 dans le canton d’Offranville par Pierre Suplice, maire du Bourg-Dun, qui joua ensuite un rôle prépondérant dans le mouvement agraire local. ADSM 1Z6.

20 De son vrai nom Gabriel Fleurant. Cf. N. Varin, La parti agraire et paysan français (1928-1936), mémoire de DEA d’histoire, 1995, Institut d’Études Politiques de Paris et M. Leclair, Le parti agraire et paysan français (1928-1939), mémoire de maîtrise d’histoire, 1974, Université de Parix-X Nanterre.

21 Cf. R. O. Paxton, Le temps des chemises vertes. révoltes paysannes et fascisme rural 1929-1939, Paris, Le Seuil, 1996.

22 Rapport du 22 janvier 1935 du sous-préfet de Dieppe au préfet de Seine-Inférieure. ADSM 1Z6.

23 Cf. R. O. Paxton, op. cit., pp. 157164. Le rapport du sous-préfet de Dieppe, déjà cité, illustre les bons résultats obtenus par le mouvement dorgériste dans le département en précisant qu’après la fondation, le 6 juillet 1934, du Comité de Défense Paysanne de Seine-Inférieure, il parvint à rassembler un auditoire de 2 000 personnes lors d’une grande réunion au Cirque de Rouen le 28 septembre, un autre de 400 auditeurs à Neufchâtel-en-Bray un mois plus tard, 600 personnes à Aumale le 17 novembre et à emmener 600 cultivateurs le 28 novembre à la Manifestation du Front Paysan à Paris. En décembre 1934 et janvier 1935, il organisait encore sept rassemblements en Seine-Inférieure, qui étaient de grands succès : à nouveau 600 auditeurs à Aumale, 500 à Neufchâtel, 300 à Londinières, 450 à Forges-les-Eaux, 400 à Gournay-en-Bray, 400 à Auffay et 200 à Bosc le Hard.

24 ADSM 160J106.

25 Cf. R. O. Paxton, op. cit., p. 109.

26 Lettre de Geoffroy de Montalembert. ADSM 160J106.

27 ADSM 160J106.

28 Ibidem.

29 Le 4 novembre 1935, Georges Bureau perd sa place de président du Conseil général au profit de Robert Thoumyre.

30 ADSM 3M355.

31 Candidat de centre gauche aux législatives de 1932.

32 Extrait non daté de L’Éveil d’Yvetot. ADSM 160J31.

33 ADSM 160J31.

34 Rapport du préfet en date du 20 février 1936 au président du Conseil. ADSM 3M355.

35 ADSM 160J31.

36 ADSM 3M355.

37 Idem.

38 Cet hebdomadaire à destination des agrariens normands et paraissant depuis 1919 était l’organe de la Société Anonyme Normande pour la Défense des Intérêts Professionnels Agricoles. Son directeur, agriculteur très aisé et maire d’Etainhus, fut candidat « républicain national des masses paysannes » aux sénatoriales de 1935 en Seine-Inférieure.

39 ADSM 3M355.

40 ADSM 160J29.

41 Rapport du sous-préfet de Dieppe au préfet de Seine-Inférieure, 25 mars 1933. ADSM 1Z6.

42 R. O. Paxton, op. cit., p. 161.

43 Le député Thureau-Dangin le fit à l’occasion d’une réunion de 500 agriculteurs à Neufchâtel-en-Bray le 29 décembre 1934, André Lavoinne et Gaston Veyssière lors de l’assemblée générale annuelle du Syndicat des agriculteurs de Seine-Inférieure à Rouen le 17 septembre 1935, qui s’acheva par un discours de Pierre Suplice.

44 Dans cette réunion, Suplice exposa que le Comité de Défense paysanne se voulait d’abord un organe corporatif de la profession. « On l’a accusé de fascisme à cause du corporatisme mussolinien qui est en réalité une économie dirigée contre laquelle lutte le Comité de Défense paysanne. Le fascisme italien, c’est du socialisme, tandis que le Comité de Défense paysanne veut un statut pour organiser la profession. » René Lerebours proclama, lui, que seuls des professionnels pouvaient connaître les besoins de la profession. « Il faut organiser le corporatisme agricole en s’appuyant sur les Chambres d’Agriculture, quelque peu remaniées, et surtout sur le Syndicat Agricole, où l’affiliation devrait avoir un caractère obligatoire. » ADSM 1Z6.

45 ADSM 160J31.

46 Profession de foi. ADSM 3M352.

47 Le journal radical Le Réveil d’Yvetot soutenait, lui, le docteur Richard.

48 Entretien de Jean-Louis Bourlanges, à qui Geoffroy de Montalembert raconta cette campagne, avec l’auteur. Dorénavant indiqué Témoignage Bourlanges.

49 ADSM 160J29.

50 D. Barodet, Recueil des textes authentiques des programmes et engagements électoraux des députés proclamés élus en 1936, Imprimerie de l’Assemblée nationale, p. 1499-1500.

51 ADSM 160J29.

52 ADSM 3M355.

53 ADSM 160J150.

54 ADSM 160J29.

55 Le taux de participation fut à peu près égal au premier tour (87,57 %) et au second tour (86,03 %), ainsi que la part des bulletins blancs et nuls : 708 soit 3,76 % au premier tour et 695 soit également 3,76 % au second.

56 Le département avait envoyé à la Chambre une représentation axée à gauche. La droite avait cinq représentants : Jacques du Luart à Dieppe2, Albert Dubosc au Havre2, Georges Bureau au Havre3, André Genty à Neufchâtel-en-Bray et Geoffroy de Montalembert à Yvetot. Les cinq députés radicaux-socialistes formaient le groupe le plus nombreux du département avec Léon Meyer au Havre1, Georges Métayer à Rouen1, Octave Crutel à Rouen2, André Marie à Rouen4 et Lucien Galimand à Dieppe1. René Lebret à Rouen3 était le seul député socialiste.

57 ADSM 160J150.

58 J.O. Compte rendu des débats de la Chambre des députés, séance du 30 décembre 1936, p. 3932-3937.

59 É. Mension-Rigau, op. cit., p. 373.

60 Op. cit., p. 240.

61 Interview Thomas.

62 Ainsi Léon Meyer, Georges Metayer, Octave Crutel et Lucien Galimand votèrent contre le rapport qui concluait à la validation. André Marie s’abstint, ainsi que le socialiste indépendant René Lebret. Les quatre députés de droite de Seine-Inférieure, Louis du Luart, Albert Dubosc, André Genty et Georges Bureau votèrent pour.

63 Ce fut le cas pour le tiers des invalidations entre 1815 et 1962. Cette proportion fut bien supérieure dans les cas d’invalidation pour les faits qualifiés de corruption ou de pressions : sur six annulations pour ces motifs entre 1919 et 1940, on eut quatre réélections.

64 ADSM 160J11.

65 ADSM 160J24.

66 ADSM 160J95.

67 L’Abeille cauchoise du 3 juillet 1937. ADSM 160J120.

68 ADSM 160J120, 160J156, 160J216.

69 Montalembert verse ainsi 1 696,50 F aux imprimeries de L’Abeille cauchoise pour l’impression de tracts du candidat Retel (canton de Saint-Valéry-en-Caux) et 1 135,10 F à l’imprimerie Lucien Lemoine de Caudebecen Caux pour le paiement d’affiches et de bulletins de vote du candidat Leroux. ADSM 160J32.

70 In L’Indépendant de gauche, article anonyme, octobre 1937. ADSM 160J32.

71 N.J. Chaline, Des Catholiques normands, Roanne, Horvath, 1985, p. 183 et suivantes.

72 Le Flambeau Normand, 7 mars 1937.

73 ADSM 160J24.

74 Compte rendu de l’entrevue par Montalembert. Idem.

75 Information aimablement communiquée par Jean-Paul Thomas lors de ses recherches dans le Fonds La Rocque pour sa thèse « Ruptures et continuité en histoire politique : droite et rassemblement, du PSF au RPF ».

76 Interview Thomas.

77 Montalembert explique dans L’Abeille cauchoise qu’il a voté pour le contrat collectif « dans l’espoir que ces premières réalisations permettront dans un avenir très prochain, l’établissement de cette collaboration entre patrons et ouvriers sans laquelle il ne saurait, à mes yeux, exister de progrès social ». ADSM 160J120.

78 L’Abeille cauchoise du 17 juillet 1937. ADSM 160J120.

79 L’Abeille cauchoise des 29 janvier 1938, 26 février 1938, 5 mars 1938. ADSM 160J120.

80 593 votants, 587 pour et 6 contre sur la confiance.

81 Son éditorial de L’Abeille cauchoise du 23 avril 1938 titre : « La Nation devant le renouveau. M. Daladier a créé des espérances. Il faut maintenant qu’il prouve. » ADSM 160J120.

82 J.O., Compte rendu des débats de la Chambre des députés, séance du 30 juillet 1936.

83 J.O., Compte rendu des débats…, séance du 7 août 1936.

84 J.O., Compte rendu des débats…, 1re séance du 14 décembre 1937, p. 3008.

85 J.O., Compte rendu des débats…, séance du 21 mai 1937, p. 1587.

86 J.O., Compte rendu des débats…, séance du 17 décembre 1938. Montalembert fait tirer à part cette intervention afin de la diffuser dans sa circonscription.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540