Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Geoffroy de Montalembert (1898-1993)

 | 
David Bellamy

Deuxième partie. Une carrière politique sous trois Républiques

Chapitre V. Les années 1920 : la carrière politique dans le Nord

Texte intégral

1Un premier temps se singularise par son inscription dans l’espace politique du Nord. Le jeune adolescent avait juré sur le lit de mort de sa mère de rester fidèle à cette région. Ce serment ne faisait que renforcer une évidence : il était bien un enfant du Nord. Né à Annappes, vivant dans le château des Brigode et des biens venus d’eux, c’est là qu’il était destiné à passer son existence.

1925 : l’élection à la mairie d’Annappes

  • 1 Témoignage Garelli.

2L’année 1925 fut, d’après les souvenirs de Geoffroy de Montalembert1, l’année des joies et des succès. D’abord car elle marque la naissance d’un premier enfant. Il a, en effet, épousé, le 15 octobre 1923, à Châteauneuf-sur-Cher, Jeanne-Marie de Maillé de la Tour-Landry. Le 18 avril 1925, la nouvelle comtesse de Montalembert donne naissance à Annappes, où elle est venue s’installer, à Marie-Thérèse de Montalembert.

  • 2 J.-M. Mayeur, « Droites et ralliés », op. cit., p. 118.

3Son mariage met Geoffroy de Montalembert en contact étroit avec une ancienne et prestigieuse famille, présente également dans l’activité politique nationale. Au xixe siècle, Charles François Armand, duc de Maillé (1770-1837), l’arrière-grand-père de Jeanne-Marie, Pair de France sous Louis XVIII, fut un ardent royaliste. Légitimiste, il refusa de servir le régime de Louis-Philippe. Urbain de Maillé (1816-1903), grand-oncle de Jeanne-Marie, se lia, par son mariage avec Anne Jeanne Lebrun, à la famille du troisième consul. Ancien officier, il fut élu député de Cholet en février 1870 et siégea vingt-six ans à la Chambre. De convictions royalistes et catholiques, il s’opposa au vote des institutions de la IIIe République et soutint l’expérience de Broglie. À partir de 1889, le député du Nord Geoffroy-Jules de Montalembert siégea à ses côtés. Mais il accepta le régime républicain plus rapidement que l’élu du Maine-et-Loire2. Président du Conseil général du Maine-et-Loire, Urbain de Maillé fut élu au Sénat en février 1896 et y dirigea la droite jusqu’à sa mort en 1903, après trente-trois ans de vie parlementaire. Son fils, Louis Armand de Maillé (1860-1907), siégea, lui aussi, à la Chambre comme député du Maine-et-Loire, entre 1903 et 1907. Des liens de nature politique unissaient donc les deux familles des Montalembert et des Maillé.

  • 3 Interview Thomas.

4Au moment de la naissance da sa fille, Geoffroy de Montalembert achève la campagne électorale des municipales d’Annappes. Après le retrait de son père en 1919, il dit s’être juré de battre la municipalité radicale-socialiste qui l’avait remplacé3. Ce serment est le seul signe, dans ses témoignages postérieurs, du moment où Geoffroy de Montalembert fit le choix de se lancer dans l’activité politique. S’agissait-il alors pour lui d’une première marche vers d’autres engagements politiques ?

5Les conditions s’avéraient relativement favorables pour être candidat. Le maire sortant René Desruelle ne pouvait se représenter pour des raisons de santé. Marié depuis peu, Geoffroy de Montalembert semblait bien installé définitivement à Annappes, ce qui pouvait attirer les suffrages des populations. Il offrait, en outre, le double avantage de la jeunesse et de la réputation de son père.

6La campagne électorale opposa deux camps. La municipalité radicale-socialiste sortante se retrouvait sur une « liste d’Union socialiste et républicaine » menée par Suel et soutenue par René Desruelle. Face à elle, la « liste d’Union Républicaine Indépendante des intérêts d’Annappes dans la concorde et la liberté » rassemblait la droite. En tête des candidats, le nom de quatre conseillers sortants d’opposition précédait celui des autres candidats rangés par ordre alphabétique. Parmi les vingt et un noms, celui de Geoffroy de Montalembert se trouvait donc en treizième position, entre le forgeron Henri Deleporte et le négociant Frédéric Descamps. Cette position paraît singulière. Le classement habituel d’un nom à particule aurait en effet exigé qu’il fût placé parmi ceux qui commençaient par la lettre M. En le rangeant au milieu des noms dont l’initiale est le D, en inscrivant, en outre, le « de » en lettres majuscules comme tous les patronymes, peut-être a-t-on voulu éviter d’insister sur l’aristocratie du candidat ? À considérer l’attention extrême avec laquelle Geoffroy de Montalembert s’occupa de la campagne et de la rédaction des affiches, on ne peut envisager que ce classement soit dû à une erreur d’un colistier qui aurait mis la liste en forme avant de la transmettre à l’imprimeur. Un autre fait singularise encore le candidat Montalembert, c’est l’absence de titre ou d’indication de profession à la suite de son nom sur la profession de foi de sa liste. Tous les candidats sont présentés, soit par l’expression « conseiller sortant » soit par leur profession. On apprend ainsi que la liste est constituée, outre les quatre sortants, d’artisans (un raboteur en fer, deux menuisiers, deux forgerons, un mécanicien, un brasseur, un couvreur), d’hommes de la terre (un jardinier, deux cultivateurs), de petits commerçants, et de deux employés. Rien n’est indiqué pour Geoffroy de Montalembert. Son nom seul semble suffire. On trouve ainsi, dans cette liste, un premier signe de la contradiction dans laquelle il fut toujours pris : ne pas vouloir tirer parti de sa position aristocratique – ce qui, à l’ère du suffrage universel, pouvait le desservir – et l’impossibilité de se défaire – surtout dans sa commune – de son identité qui le plaçait à part.

  • 4 Cf. J.-J. Becker, S. Berstein, Histoire de l’anticommunisme en France, tome 1, 1917-1940, Paris, O (...)

7La profession de foi de la liste dans laquelle Geoffroy de Montalembert est présent n’indique en rien qui elle entend placer à la tête de la municipalité si elle obtient la majorité. Sans doute, il relevait, pour les électeurs annappois, de l’évidence qu’il s’agirait du fils de l’ancien député-maire. Aucune promesse concrète n’est, de même, inscrite. Le seul engagement relativement précis que l’on peut y lire concerne le refus d’augmenter les charges. En dehors de cela, c’est à des principes que les candidats font référence. Se plaçant hors des partis, ils entendent ne pas faire entrer les querelles politiques dans la commune. Ce qui ne les empêche pas de condamner « les idées révolutionnaires venues chez nous, de l’étranger, pour ruiner notre pays ». On sait combien, au lendemain de la Grande Guerre et de la révolution russe, l’anticommunisme fut un des principaux thèmes des candidats de la droite à toutes les élections4. Les principes qu’entendent défendre les colistiers sont la paix, la liberté, l’ordre, la justice, l’économie et l’équité. Ils insistent sur leur volonté d’« améliorer la situation des ouvriers industriels et agricoles ». Au total, l’ensemble de ces lignes rappelle précisément les professions de foi qui, jadis, avaient été celles de Geoffroy-Jules de Montalembert. Le ton de la proclamation, nerveux, court, presque militaire, n’est pas sans faire écho aux premières professions de foi du député de Roubaix. Mais, à aucun moment, les candidats n’indiquent qu’ils se situent dans la continuité de son action. Son nom n’est pas cité.

  • 5 ADSM 160J11.

8Au soir du 3 mai 1925, la liste de droite est élue dans sa totalité avec un nombre moyen de suffrages qui s’élève à 438 pour 346 à la liste de la municipalité sortante. Dans l’ordre des candidats les mieux placés, Geoffroy de Montalembert est en quatrième position avec 442 suffrages sur 795 exprimés. L’élection de la liste de la droite en 1925 peut donc être considérée comme une grande victoire. Non seulement, elle reprend la mairie d’Annappes, mais encore elle y parvient avec un score très honorable. Le 17 mai 1925, lors de la première réunion du nouveau Conseil municipal d’Annappes, Geoffroy de Montalembert est élu maire de la commune au premier tour avec 20 voix et un bulletin blanc. Il n’a pas encore vingt-sept ans et la tradition veut qu’il ait alors été le plus jeune maire de France. Il semble donc bien que, dès l’origine de la liste, il avait été décidé qu’en cas de succès, c’est à lui que le fauteuil du premier magistrat échoirait. C’est l’évidence à la lecture du discours par lequel ses conseillers l’accueillent : « Bien que jeune encore, nous n’avons pas hésité à vous confier cette place, sachant bien que les qualités d’intelligence, de sagesse et de prudence surtout n’attendent pas chez l’homme, quel qu’il soit, le nombre des années. Au point de vue expérience, aucun d’entre nous n’était mieux placé que vous encore pour puiser à cette source féconde que possède votre Père, Monsieur de Montalembert ayant rempli lui-même le poste de Premier Magistrat de cette commune pendant de longues années. Il pourra donc et nous le souhaitons tous, pendant longtemps encore, par ses conseils vous aider dans cette tâche délicate et combien, hélas parfois, ingrate5. » Ces mots confirment que Geoffroy de Montalembert s’est bien préparé à poursuivre l’œuvre locale de son père. Ils dévoilent également la représentation des auteurs de ces lignes, qui était sans doute partagée par une grande partie de la population d’Annappes, concernant la place des Montalembert dans la commune. C’est à eux naturellement que la direction des affaires communales doit revenir, même si, ici, elle est placée entre les mains d’un tout jeune homme. Le fils est sensé bénéficier de l’expérience de son père. Les habitants d’Annappes l’ont fréquemment vu à ses côtés lorsque celui-ci était en charge de la commune, pendant la guerre en particulier, mais aussi dans la direction des nombreuses œuvres issues des Brigode et Geoffroy de Montalembert pourra encore profiter de cette expérience puisque son père remplira, auprès de lui, la fonction rassurante de conseil.

  • 6 Témoignage de Mme de Pennart, sa fille. Entretien avec l’auteur. Désormais indiqué Témoignage de P (...)
  • 7 ADSM 160J215.

9Ce succès entraîna, très vite, le maire d’Annappes vers d’autres combats. On lui demanda d’être le candidat de la droite dans le canton de Lannoy, là encore pour récupérer un siège jadis occupé par son père et qu’il avait perdu, au profit d’un socialiste. Cette proposition de candidature, certes difficile, dut être un nouvel élément de satisfaction pour ce jeune maire que le goût de la politique avait saisi très tôt et qui, déjà, trouvait beaucoup de plaisirs à cette activité6. La campagne électorale étendait son champ d’intervention, et était une étape supplémentaire vers des responsabilités encore plus élevées. Certes, la reconquête du canton de Lannoy ne serait pas aisée. Lors des élections municipales de mai, les socialistes avaient emporté plusieurs communes. Les radicaux avaient été élus à la tête du chef-lieu de canton. Lys, Flers, Hem et Leers, les quatre plus grosses communes du canton, qui dépassaient le millier d’électeurs, étaient à gauche. Mathématiquement, d’après les propres calculs de Geoffroy de Montalembert7, la victoire de la droite à la cantonale était même impossible. Il parvint à mettre son adversaire en ballottage mais fut battu par lui au soir du second tour le 26 juillet 1925. Ce scrutin lui avait permis néanmoins de poser une première candidature en dehors d’Annappes et de fortifier sa position dans sa commune. Au premier et au second tour, ses administrés lui avaient apporté près de 60 % des suffrages exprimés, ce qui constituait un progrès de quelques points par rapport aux municipales. Au terme de 1925, Geoffroy de Montalembert pouvait être satisfait du démarrage de son activité politique dans le Nord, même s’il se trouvait dans une région où la gauche, déjà forte, consolidait ses positions et où les combats à venir seraient certainement difficiles. On a dit, plus haut, comment la vie familiale vint couronner ces débuts.

10L’année 1926 allait, au contraire, apporter dans la vie de Geoffroy de Montalembert deux malheurs, qui ne furent pas sans conséquences sur sa carrière politique. Le 16 octobre, son père Geoffroy-Jules de Montalembert décédait à Annappes dans sa soixante-seizième année. Trois semaines plus tard, il perdait son épouse. Tous les deux furent inhumés dans le caveau familial de l’église de la commune.

  • 8 Geoffroy de Montalembert avait fait la connaissance de son fils lors de sa formation militaire à F (...)

11Ces deux drames sont une nouvelle occasion de s’arrêter sur la culture aristocratique. Le faire-part de décès du comte de Montalembert révèle un réseau familial large, prestigieux et titré. Ce n’est pas moins de trente et une lignes de noms qui annoncent sa mort. Il y a d’abord les Montalembert : son fils Geoffroy, l’épouse de celui-ci et la petite-fille du défunt, la sœur de Geoffroy-Jules, comtesse de Louvel-Lupel et sa belle-sœur, veuve du comte René de Montalembert. Puis viennent les cousins, neveux et nièces : les Hemricourt de Grunne, les d’Ormesson, Rocheterie, Louvel-Lupel, Vignerol, Laparre de Saint-Sernin, Rochemacé, Rochechouart, d’Arlot de Saint-Saud, La Garde Saint-Angel. Enfin, vient la famille de l’épouse du défunt : les Clercy, Beaunay et Maurès de Malartic. Tous portent leurs titres et distinctions. Sur les quarante trois personnes nommément citées dans le faire-part, on y lit vingt-sept fois les titres de comte ou comtesse, cinq fois ceux de marquis ou marquise, deux fois baron et deux fois vicomtesse. Les dix-huit hommes y rassemblent cinq titres de chevalier de la Légion d’honneur et dix Croix de guerre. Dans ce groupe, la Grande Guerre fut un moyen de renouer avec la tradition du service armé du pays. Témoigne de la perpétuation de la primauté de la représentation dont jouit cet engagement le fait que les trois premiers titres inscrits sous le nom du défunt renvoient à son passage chez les zouaves, à ses combats de 1870-1871 et son ancien titre de capitaine d’infanterie. Ensuite seulement viennent ses fonctions politiques. Des centaines de lettres de condoléances parvinrent à Annappes, des multiples branches de la famille Montalembert et de ses alliés, des plus grands noms de l’aristocratie française, du monde politique du Nord mais aussi national. On y trouve, entre autres, un courrier signé de l’ancien président de la République Alexandre Millerand8.

  • 9 ADSM 160J240.

12Trois semaines plus tard, quelques jours après la naissance de sa seconde fille Valentine, la jeune comtesse de Montalembert décédait à Annappes le 7 novembre. La brutalité de cette mort et l’addition de ces deuils provoquèrent une émotion considérable à Annappes et dans toute la région de Lille. Les nombreux articles de presse retrouvèrent les propos utilisés treize ans plus tôt, à l’occasion du décès de la mère de Geoffroy de Montalembert, pour décrire l’action de la jeune femme à Annappes9. Un modèle aristocratique féminin apparaît clairement à travers eux. Ils insistent sur l’estime dont elle jouissait dans la commune depuis son installation, sur toutes les œuvres dont elle avait repris la direction, perpétuant ainsi l’action de la belle-mère.

  • 10 La Dépêche, le 11 novembre 1926.

13Les obsèques de l’ancien maire d’Annappes puis celles de la jeune comtesse de Montalembert, à quelques jours de distance, revêtirent l’aspect de cérémonies grandioses, symboliques de l’influence de cette famille, mais aussi, par les pratiques anciennes qu’elles perpétuaient, d’une culture aristocratique commune au milieu des défunts et à leur population, comprise et admise par tous. Après le décès, le corps reposait dans la chapelle du château, dans une bière couverte de fleurs, et il était veillé par les religieuses de l’hospice Gabrielle. Le portail était orné de tentures funèbres au-dessus desquelles étaient placées les armoiries familiales. Pour la comtesse de Montalembert, les armoiries de son père et celle de son mari cohabitaient sous la couronne ducale des Maillé. Le jour de l’inhumation, la levée du corps était faite par le curé d’Annappes et un long convoi accompagnait le cercueil jusqu’à l’église du village. Ce cortège faisait l’objet d’un soin particulier. C’est d’abord une hiérarchie familiale interne qui y est lisible. Le 10 novembre 1926, pour l’inhumation son épouse, Geoffroy de Montalembert, juste derrière la bière, menait le deuil, entouré des deux frères de la défunte et de la duchesse de Maillé, sa mère. Puis venaient les hommes dont le lien était le plus étroit avec la jeune comtesse décédée (beau-frère, oncles, cousins) et ensuite un premier groupe de femmes assez proches également (sa sœur, ses belles-sœurs, ses tantes et cousines). Derrière ces premiers groupes, ce sont les parents de Geoffroy de Montalembert qui suivaient. La cohorte qui accompagnait au plus près le cercueil comptait donc, autour du veuf, vingt-cinq personnes, toutes titrées. Un cortège beaucoup plus considérable, et lui aussi précisément organisé, précédait le corps. Très composite, il représentait l’ensemble de la communauté humaine d’Annappes. On y trouvait successivement « la croix, les enfants de chœur, les écoles de garçons, la société de gymnastique, les mutilés, les anciens combattants, les sapeurs-pompiers, la Jeunesse catholique, les anciens élèves des écoles, les vieillards des hospices, le club api-avi-horticole d’Ascq dont la morte était la Présidente d’honneur, la musique municipale d’Annappes, les écoles de filles, l’ouvroir et le cercle d’études, les enfants de Marie, la société Sainte-Élisabeth, la Ligue patriotique des Françaises, les Mères chrétiennes, la crèche et le jardin d’enfants, dernière œuvre créée par la morte, le conseil municipal, le clergé10 ». On remarque, comme pour la famille précédemment, qu’il existe une répartition en fonction du sexe. Ce sont les hommes et les groupes masculins qui sont placés en tête, exception faite des conseillers municipaux et des prêtres. On a également pu considérer que les groupes les plus divers étaient présents. Tous avaient un lien avec la défunte, comme quelques indications l’ont précisé. C’est là l’exposition la plus complète des œuvres et des activités sociales, chrétiennes et charitables qu’après les Brigode, les Montalembert patronnaient. C’est un réseau exceptionnel de cercles variés qui dépendait ainsi d’eux. Dans ce cortège, outre le clan familial, c’est aussi l’idéal de la domus qui se donne à voir. On en veut pour preuve deux signes frappants. Le cercueil est porté par les gardes des propriétés familiales d’Annappes. Enfin, lors de la traversée, à pied, du parc, la tradition exige que les bergers rassemblent leurs troupeaux tout le long du trajet. La chose est attestée dans les articles de journaux qui suivent la mort de Geoffroy-Jules de Montalembert et prouvée par une photographie imprimée par l’un d’eux, sur laquelle on voit de grands pâtres, vêtus de leur longue cape, bâtons à la main, surveillant leurs animaux alignés le long du chemin d’accès au château. C’est à l’église que les personnalités politiques, militaires et civiles attendent l’arrivée du corps. Pour le service de l’épouse de Geoffroy de Montalembert, c’est le curé de Châteauneuf-sur-Cher, sa commune natale, celui qui avait marié le couple, qui officie, entouré des curés des paroisses proches et d’un ancien aumônier du château. Dans le chœur de l’église, trop petite, les curés, curés-doyens sont très nombreux. L’évêque de Lille, Mgr Quilliet, et son vicaire général attestent par leur présence de la place que les Montalembert occupent dans le Nord. Les plus hautes personnalités politiques de la région ont fait le déplacement : le sénateur Auguste Potié, président du Conseil général du Nord, les députés Plichon, des Rotours, Nicolle, Delesalle ; ainsi qu’un grand nombre de conseillers généraux, conseillers d’arrondissement et maires. L’officier le plus gradé de Lille, le général commandant le 1er corps d’armée, assiste à la cérémonie.

14On voit combien celle-ci porte en elle de signes symboliques du très haut degré de notabilité atteint par les Montalembert à Annappes. L’exceptionnel déplacement de personnages d’importance s’avère d’autant plus remarquable que la plupart d’entre eux se sont déjà rassemblés dans la même petite église pour les obsèques de l’ancien député de Roubaix, quelques jours auparavant. On y trouve la preuve du report sur son fils de l’estime dont l’ancien maire d’Annappes avait jouie, en même temps qu’un signe de la profonde influence qui avait été la sienne. C’est dire le considérable capital politique, en fait de relations, de confiance, et même certainement d’attentes, sur lequel Geoffroy de Montalembert pouvait appuyer sa carrière naissante.

Les caractères d’une influence locale

15La mort de son père renforce encore la position de Geoffroy de Montalembert. Les nombreux signes de reconnaissance de son influence croissante dans la deuxième moitié des années 1920 et au début de la décennie suivante signifient que, tant au sein du personnel politique local que dans les représentations des populations, il est considéré comme le continuateur légitime de l’activité de son père. Pour celles-ci, le jeune maire d’Annappes est parfaitement apte à remplir les fonctions que jadis son père occupa, car il a reçu la meilleure des formations, celle de l’exemple. Le fait qu’il n’ait pas mené d’études supérieures, qu’il ne puisse se prévaloir d’aucun diplôme ou titre universitaire prestigieux n’entraîne en rien un déni de ses capacités à jouer un rôle d’importance auprès de ses administrés.

  • 11 ADSM 160J215.

16Sa place dans l’espace politique régional s’étend. Dès décembre 1926, le docteur Parmentier, président du Comité d’Entente républicaine démocratique du canton de Lannoy, lui demande de prendre la succession de son père « à la Présidence d’honneur du comité local fondé par lui dans le but, suivant la devise de [sa] famille, de Servir Dieu et la Patrie11 ». Dans les mois qui suivent, il cherche à étendre l’influence de ce comité en plaçant, dans chaque commune, un délégué local. Dans cette activité politique, il montre une volonté de rassemblement des droites et des modérés. Les difficultés les plus grandes viennent des démocrates-chrétiens du Parti Démocrate Populaire, particulièrement développé dans le Nord. À Ascq, les démocrates populaires refusent de se joindre à l’Union Républicaine Démocratique car ils jugent cette entente trop inspirée par le libéralisme économique. Dans plusieurs communes du canton de Lannoy, le PDP constitue une forte concurrence lors des élections municipales de 1929, pour les candidats de l’Entente. Outre ce constant effort pour rassembler droites et modérés, pour organiser des groupes locaux, le jeune maire d’Annappes agit encore en soutenant financièrement les antennes communales de l’Union. Au total, Geoffroy de Montalembert est devenu un personnage de premier plan de la droite locale.

  • 12 Interview Thomas.
  • 13 La Voix du Nord, 21 juillet 1983.

17Cette place croissante dans la vie politique du Nord aurait pu induire sa candidature aux élections législatives d’avril 1928. Ses amis politiques lui en firent la demande 12 en souhaitant qu’il se présentât dans la circonscription de Roubaix-Tourcoing. Deux raisons provoquèrent son refus. Tout d’abord, le monde patronal roubaisien lui refusa son soutien, estimant qu’il était par trop indépendant. On peut ajouter que le souvenir de l’engagement de son père dans le catholicisme social put freiner l’adhésion du patronat. Néanmoins, ce qui semble bien avoir été décisif ne fut pas d’ordre politique, mais privé. Geoffroy de Montalembert dit s’être trouvé dans un grand désarroi après le décès de sa femme. Veuf avec deux enfants, il s’est senti très seul et incapable de remplir les exigences d’une bataille électorale qui devait commencer quelques mois, à peine, après la double perte de son père et de son épouse. « J’avais le projet de me présenter comme député, mais je me suis difficilement remis d’une telle secousse. Je n’avais pas de foyer, j’étais vraiment seul13. » Six mois plus tard, il accepta pourtant de se présenter au scrutin pour l’élection des conseillers d’arrondissement de Lille. Au second tour, le 21 octobre 1928, il battit le candidat socialiste. Ce succès permit au maire d’Annappes d’être élu, par ses collègues, secrétaire du conseil d’arrondissement.

  • 14 AMA 1D4 et 1D5.
  • 15 Cf. la Revue du Terroir, 1996, n° 35, p. 24-29 et AMA 2M1.

18Ce succès était le fruit d’une gestion locale appréciée. Les comptes rendus des séances du conseil municipal d’Annappes ressemblent à ceux de nombreuses communes14. Les élus s’y occupent de questions administratives qui peuvent paraître banales mais qui, souvent, eurent des conséquences très marquantes pour les populations, que l’on songe à l’électrification, aux questions des transports publics pour gagner la métropole lilloise ou encore aux projets de création d’un nouveau groupe scolaire. Trois points illustrent une certaine spécificité de l’action municipale de l’équipe de Geoffroy de Montalembert. Tout d’abord, l’attachement aux œuvres et associations catholiques. La subvention que la municipalité accordait, de 1919 à 1925, à l’amicale laïque se trouva divisée par deux afin de permettre un partage avec l’amicale libre. Les édiles souhaitent également promouvoir l’action sociale. Sont accrus les crédits destinés à l’œuvre de l’enfance. Enfin, le Conseil municipal entend entretenir avec soin l’église paroissiale. Par là, il renoue avec la tradition des Brigode, des Clercy puis des Montalembert. À partir de 1927, les offrandes privées et les deniers de la commune permirent, à l’initiative de Geoffroy de Montalembert, d’entamer une grande entreprise de restauration de l’église Saint-Sébastien d’Annappes15. Les ambitieux travaux furent inaugurés le dimanche 15 septembre 1929, à l’occasion d’une cérémonie grandiose en présence de Mgr Liénart, évêque de Lille. Témoignage de l’imbrication de ses engagements annappois, comme maire et comme « patron » naturel de la commune, ce sont ses deux filles, marraines de la nouvelle cloche baptisée du nom de leur défunte mère, qui présentèrent les clefs de l’édifice à l’évêque.

  • 16 ADSM 160J216.

19Lorsque cette cérémonie, d’une grande puissance symbolique, se déroula, Geoffroy de Montalembert était au commencement de son deuxième mandat de maire. En effet, les électeurs d’Annappes l’avaient réélu aux municipales de mai 1929. Il y avait conduit une « liste municipale de Concorde Républicaine et d’Action Sociale » constituée en presque totalité de l’équipe municipale sortante16.

20Ainsi, en quatre années, Geoffroy de Montalembert est parvenu à réaliser une partie du capital politique et dynastique transmis par son père, et, au-delà, reçu de ses ancêtres. Après un temps de formation par l’exemple et une participation de plus en plus étendue aux activités de son père, il lui a succédé au fauteuil de premier magistrat d’Annappes et de patron des œuvres familiales séculaires. Il y a ajouté une entrée au conseil d’arrondissement et une candidature cantonale qui, si elle n’a pas été couronnée de succès, l’a introduit dans le groupe des personnalités politiques d’avenir.

Notes

1 Témoignage Garelli.

2 J.-M. Mayeur, « Droites et ralliés », op. cit., p. 118.

3 Interview Thomas.

4 Cf. J.-J. Becker, S. Berstein, Histoire de l’anticommunisme en France, tome 1, 1917-1940, Paris, Olivier Orban, 1987.

5 ADSM 160J11.

6 Témoignage de Mme de Pennart, sa fille. Entretien avec l’auteur. Désormais indiqué Témoignage de Pennart.

7 ADSM 160J215.

8 Geoffroy de Montalembert avait fait la connaissance de son fils lors de sa formation militaire à Fontainebleau en 1918. Témoignage Klein.

9 ADSM 160J240.

10 La Dépêche, le 11 novembre 1926.

11 ADSM 160J215.

12 Interview Thomas.

13 La Voix du Nord, 21 juillet 1983.

14 AMA 1D4 et 1D5.

15 Cf. la Revue du Terroir, 1996, n° 35, p. 24-29 et AMA 2M1.

16 ADSM 160J216.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540