Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Geoffroy de Montalembert (1898-1993)

 | 
David Bellamy

Première partie. L’héritage dynastique et la formation d’une identité politique

Première partie : conclusion

Texte intégral

1Geoffroy-Jules de Montalembert avait conservé, dans un petit coffret, quelques objets destinés à son fils. On ne sait pas s’il lui remit directement ou si Geoffroy de Montalembert ne les découvrit qu’après sa mort. Ce coffret contenait cinq bijoux précieux. Un petit mot écrit de la main du comte de Montalembert explique leur origine :

« Pour Geoff. Le petit coffret contient :

  1. 1) Un cœur avec chaîne porté souvent par votre chère maman.
  2. 2) Une broche portée journellement par elle.
  3. 3) La montre à sonnerie de votre arrière-grand-père le Général Comte de Rochechouart.
  4. 4) La bague des pages de Charles X de votre grand-père Comte de Montalembert, Colonel du 1er Chasseur d’Afrique.
  5. 5) La bague de votre père à Saint-Cyr1. »

2Ce n’est évidemment pas pour leur valeur pécuniaire que Geoffroy-Jules de Montalembert les rassembla. Ce sont des souvenirs, des valeurs, des principes, des traditions qu’ils représentent. Leur qualité spirituelle transcende leur intérêt matériel et les rend inestimables. Ces cinq objets, réunis afin que, toujours, son fils les conserve, sont symboliques de l’héritage transmis par le comte et la comtesse de Montalembert. Ils illustrent d’abord la lignée aristocratique de leur fils, quelques-uns de ses grands ancêtres et au-delà toute la généalogie familiale. Le médaillon en forme cœur et la broche de la comtesse de Montalembert doivent raviver le souvenir d’une mère perdue à l’âge de quinze ans, et qui fut si présente auprès de lui. Nul doute qu’ils aient également pour fonction de rappeler le moment sacré de l’agonie de celle-ci, au cours duquel il lui promit de rester fidèle à sa foi et à la région du Nord. La montre du général de Rochechouart et la bague de page d’Arthur de Montalembert renvoient au service du roi et du pays, longtemps identifiés. Elles disent encore combien son lignage fut élevé et mêlé à l’histoire de la France. Enfin, la bague portée à Saint-Cyr semble avoir une double signification. D’une part, Geoffroy de Montalembert ne doit pas oublier que sa famille fut avant tout liée au service des armes, que son propre père s’y illustra et que c’est contraint qu’il y renonça. D’autre part, elle porte le souvenir de la personne dont l’exemple dépassait tous les autres. Ainsi, ce coffret rassemblait d’une manière symbolique les caractères de l’identité du jeune homme. Avec ces bijoux, il recevait le devoir d’entretenir, d’illustrer et de transmettre ces valeurs et ces exemples.

  • 2 On peut citer les trois principaux : « La stabilité du personnel parlementaire sous la Troisième R (...)
  • 3 G. Le Béguec, L’entrée au Palais-Bourbon : les filières privilégiées d’accès à la fonction parleme (...)
  • 4 Ibidem, p. 100.
  • 5 Interview Thomas.
  • 6 Entretien pour Le Quotidien de paris, 24 décembre 1991.
  • 7 Interview Thomas.
  • 8 Le Quotidien de Paris, 25 février 1987.

3Ceci nous amène à la question de l’engagement de Geoffroy de Montalembert dans la vie politique après la Grande Guerre. Depuis les travaux de Mattei Doggan2, les recherches sur les filières d’accès à la carrière politique ont accru les connaissances sur le recrutement du personnel parlementaire. Dans sa thèse, Gilles Le Béguec s’intéresse au groupe des parlementaires de l’entre-deux-guerres, auquel appartient Geoffroy de Montalembert3. Il étudie les filières privilégiées qui ont produit le monde des députés et dresse un panorama des atouts majeurs pour parvenir, alors, au Palais-Bourbon : le passage par une grande école, la fréquentation d’une conférence d’éloquence, la collaboration avec un homme public influent, l’exercice de responsabilités au sein d’un mouvement d’opinion et le passage par la fonction de secrétaire de la conférence des stages du Barreau de Paris ou par un des grands corps de l’État. Or, de ces diverses étapes, Geoffroy de Montalembert ne connut que la fréquentation d’un élu politique d’importance, son père. Mais, elle lui permit d’acquérir un élément essentiel dans la formation de l’élite politique, c’est-à-dire le savoir-faire. Outre la possession d’un nom réputé dans les enceintes, son père lui a octroyé un bon nombre de facilités : connaissance du milieu politique, de personnalités influentes, vision des exigences de la fonction et des modalités par lesquelles on l’exerce, etc. En plus du rôle de la parenté, Gille Le Béguec estime qu’il faut prendre en compte ce qu’il appelle le « capital vocation4 », c’est-à-dire le goût de l’action politique. Geoffroy de Montalembert répéta constamment que son engagement dans la chose publique avait été naturel. « C’est très simple, dit-il au terme de sa vie, j’ai commencé à m’intéresser à la vie politique parce que dans ma famille j’ai été élevé dans un milieu où, sans m’en douter, j’étais façonné par la vie politique5. » Geoffroy de Montalembert se sentit véritablement appelé à cette activité. Il ne cessa pas de dire que la politique ne fut pas, à ses yeux, un métier mais une vocation6. Cet appel et la vive inclination qui l’entraînèrent vers la chose publique furent les fruits de son éducation. Ses parents insistaient sur le nécessaire engagement au service du monde. Geoffroy de Montalembert dit encore : « J’ai été façonné par la formule “Quand on est un notable, on s’occupe des autres, on s’occupe de son pays et on se dévoue à son pays”, et c’est la raison pour laquelle on souhaite le représenter7. » Cette vocation fut encore le résultat de l’exemple paternel. Quand, à la fin des années 1980, un journaliste lui demanda ce qui fut à l’origine de son engagement politique, il répondit : « L’amour du service du pays, un sentiment que m’a transmis mon père, patriote et maire exemplaire8. »

4Ainsi, l’interrogation sur les phénomènes de transmission du capital politique nécessitait qu’on se tournât vers l’étude de l’héritage dynastique reçu par Geoffroy de Montalembert. C’est au déroulement de sa longue carrière qu’on doit se consacrer désormais.

Notes

1 ADSM 160J156.

2 On peut citer les trois principaux : « La stabilité du personnel parlementaire sous la Troisième République », Revue française de sciences politiques, avril-juin 1953, p. 319-348 ; « Political ascent in a class society : French Deputies 1870-1958 » in D. Marwick, Political Decision Makers, Chicago, 1961, p. 59-60 ; « Les filières de la carrière politique en France », Revue française de sociologie, octobre 1967, p. 468-493.

3 G. Le Béguec, L’entrée au Palais-Bourbon : les filières privilégiées d’accès à la fonction parlementaire (1919-1939), Paris X-Nanterre, 1989.

4 Ibidem, p. 100.

5 Interview Thomas.

6 Entretien pour Le Quotidien de paris, 24 décembre 1991.

7 Interview Thomas.

8 Le Quotidien de Paris, 25 février 1987.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540