Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Geoffroy de Montalembert (1898-1993)

 | 
David Bellamy

Première partie. L’héritage dynastique et la formation d’une identité politique

Chapitre IV. L’engagement dans la Grande Guerre

Texte intégral

  • 1 S. Audoin-Rouzeau et A. Becker, 14-18 retrouver la Guerre, Paris, Gallimard, 2000, p. 25.
  • 2 Cf. le numéro spécial de Vingtième Siècle. Revue d’histoire, consacré aux générations, n° 22, avri (...)

1La confrontation de tout individu avec la guerre agit comme un révélateur. La guerre est toujours, dans les itinéraires de vie, plus importante qu’on ne croit. Le renouveau historiographique qui entoure l’histoire de la guerre et des combats met, peu à peu, à jour des réalités humaines et sociales inconnues ou oubliées : « Car la violence spécifique de la guerre est un prisme qui réfracte bien des choses invisibles autrement. Elle est dévoilement, révélation. Des sociétés entières s’offrent à travers elle, pour peu qu’on veuille bien y regarder de près. Dans le paroxysme de violence, en effet, tout est à nu, à commencer par les hommes, dans leurs corps, dans leur imaginaire, leurs peurs, leurs ferveurs, leurs croyances, leurs haines1. » On sait que la Première Guerre mondiale a marqué, façonné même, plusieurs générations et, en particulier, celle de Geoffroy de Montalembert2.

  • 3 S. Huet, Quand ils faisaient la guerre, Paris, Plon, 1993, p. 13-25.

2Il nous faut donc chercher maintenant ce que ce moment a constitué dans la formation de son identité politique. Lors de l’entrée en guerre, il approche de seize ans, le clairon de l’armistice retentit quelques jours après ses vingt ans. Il n’appartient donc pas à la génération des soldats qui partent alors qu’ils viennent de fonder un foyer ou qu’ils atteignent l’âge de se marier, mais à celle pour laquelle la guerre correspond au passage de l’adolescence à l’âge adulte. L’attention que nous devons porter à ce moment est d’autant plus forte que Geoffroy de Montalembert fit, fréquemment, allusion au poids de cette guerre dans sa vie. « À coup sûr, l’événement qui a fait basculer ma vie d’adolescent3 » trouve-t-on, sous sa plume, quelques semaines avant sa mort.

3Pour étudier cet épisode, on a pu accéder à deux témoignages précieux, séparés par près de quatre-vingts ans, l’un privé et l’autre public. Le premier est le journal qu’il écrivit entre 1916 et 1918. Intitulé « Mon journal pendant mon voyage de Lille à Bruxelles et pendant mon séjour en Belgique », il relate, en cent soixante-dix pages, son évasion de la zone occupée. Geoffroy de Montalembert l’a conservé et ses enfants nous ont autorisé à le lire. Le second est le premier chapitre de l’ouvrage dans lequel la journaliste Sophie Huet a rassemblé les témoignages d’un certain nombre de personnalités politiques contemporaines. Le récit de Geoffroy de Montalembert y couvre une douzaine de pages. Ces deux sources nous livrent des faits, mais aussi une double lecture d’un parcours peu ordinaire. D’une part, le jeune homme dit, dans le feu de l’action, ce qu’il vit et ce qu’il ressent. D’autre part, l’homme âgé exprime la représentation qu’il en garde huit décennies après.

Aux côtés de son père, dans le Nord occupé

  • 4 J.-J. Becker, 1914, comment les Français sont entrés en guerre, Paris, Presses de la F.N.S.P., 197 (...)
  • 5 S. Huet, op. cit., p. 14.
  • 6 Interview Thomas.
  • 7 Idem.

4C’est en vacances à Ermenouville qu’il entendit le tocsin. Le départ du maire d’Annappes et de son fils pour leur habituel séjour estival dans leur château d’Arnouville prouve que le début de l’été 1914 ne fut pas marqué, malgré l’assassinat de Sarajevo, par une ambiance de crainte de la guerre et que l’issue de la crise fut une surprise pour les populations4. Ce fut la déclaration de guerre qui opéra le basculement. Geoffroy de Montalembert l’écrit : « Étrange impression que ce passage sans transition […] tout va si vite5. » Son père décida de rentrer avec lui à Annappes pour être au milieu de ses administrés. Après la stupeur, vint le moment de la résignation : « Ces Allemands, on va les battre6 ! […] » La facilité naturelle avec laquelle, reprenant ses souvenirs pour son témoignage en 1993, Geoffroy de Montalembert prononce l’expression « si ce salaud de Guillaume II nous déclare la guerre, on en profitera pour reprendre l’Alsace-Lorraine7 » montre comment une culture de guerre fut rapidement et facilement mobilisée, dans le cadre de la mémoire de 1870-1871. Enfin, il se souvient de l’expression du patriotisme qui accompagna le départ des mobilisés, parle d’exaltation et de ferveur. Geoffroy de Montalembert prononce même en 1992 les mots de « remontée morale » que nous comprenons bien à la lumière de l’atmosphère politique familiale. L’Union sacrée et le rassemblement des Français contre l’Allemagne furent perçus dans ce milieu conservateur et nationaliste comme des événements qui mettaient fin à la lente décadence du pays.

  • 8 S. Huet, op. cit, p. 15.
  • 9 Idem, p. 16.
  • 10 Idem.

5Mais très vite, l’irruption véritable de la guerre eut lieu dans les communes du Nord. La guerre se présente d’abord à lui sous la forme de sons inquiétants pour Annappes, proche de la frontière belge : « […] En prêtant l’oreille, j’entends le bruit sourd du canon quelque part du côté de Tournai en Belgique. Les Allemands ont-ils déjà envahi la Belgique8 ? » Puis, immédiatement, ce sont les images de l’exode des populations. Geoffroy de Montalembert place alors, dans ses souvenirs, un épisode qui marque sa première expérience de la violence guerrière. Des uhlans ont été vus autour d’Annappes. Les habitants sont vite pris de panique, en raison des rumeurs amplifiées qui se répandent. Le maire d’Annappes décide alors d’envoyer son fils vérifier la présence des cavaliers ennemis et, éventuellement, entrer en contact avec eux pour leur demander ce qu’ils veulent. En 1992, Geoffroy de Montalembert ne se souvient pas avoir eu peur en partant pour cette mission, mais au contraire de l’avoir considérée « de la plus haute importance9 ». Faut-il y voir une certaine satisfaction de participer à des événements qui paraissent considérables au jeune Geoffroy, d’aider son père dans ses devoirs, bref de pouvoir, enfin, servir, comme toute son éducation a tendu à l’y préparer ? « J’enfourche ma bécane et je pédale en direction des soldats allemands, sur environ quatre cents mètres. Impossible d’avancer davantage, car j’entends les balles des mousquetons siffler autour de moi. Pris de panique à mon tour, je réalise ainsi instinctivement que, à la guerre, on ne ‘“parlemente” pas ! […] je fais demi-tour sans demander mon reste, un peu “penaud”, en rasant le sol à plat ventre avec une dextérité que je ne me connaissais pas ! L’objectif de mon père n’a pas été atteint, ma modeste mission a échoué. Et de plus en plus, nous entrons dans la guerre. Il faut apprendre à la faire et je prends conscience que c’est une chose sérieuse10. » Plus que d’autres, l’enfant Geoffroy de Montalembert avait entendu de multiples récits de guerre, des récits héroïsés où ses ancêtres se couvraient de gloire en servant le pays. On lui avait appris la grandeur de l’engagement militaire pour la patrie. L’irruption de la guerre, au milieu de ses vacances, avait entraîné un certain enthousiasme pour des événements qui, d’un certain point de vue, le plongeaient dans des réalités jusqu’alors seulement imaginées et l’immergeaient dans la grande histoire. La violence des combats avait été « déréalisée » dans les récits de son enfance. Or, cette première expérience marquée par une grande peur rendait la guerre réelle, c’est-à-dire considérablement dangereuse. Peut-on croire que ces balles ne provoquèrent pas chez lui un choc quand on se souvient de l’attention, de la protection et des soins extrêmes qui l’avaient entouré auparavant ? La guerre constitue une première rupture dans sa vie.

  • 11 La Voix du Nord, 19 juillet 1983.
  • 12 S. Huet, op. cit., p.18.
  • 13 La Voix du Nord, op. cit.

6Un second épisode marque la mémoire du début du conflit de Geoffroy de Montalembert. Son père s’y illustra, mais il fut à ses côtés dans le danger. Au moment de la mort du comte Geoffroy-Jules de Montalembert, en 1926, le bulletin mensuel des zouaves pontificaux relate cet acte de bravoure patriotique qui valut à son auteur la médaille de la Reconnaissance française en 1924. Il eut lieu lors de la « course à la mer » qui suivit la bataille de la Marne, au début d’octobre 1914. Une colonne allemande, partie de Tournai, s’installa alors dans la région d’Annappes. « Les Allemands sont arrivés au son des fifres et en chantant. Ils étaient très détendus. La tête s’est arrêtée à Annappes avec trois groupes du génie. Alors, ils ont fait comprendre à mon père qu’ils comptaient bien entrer dans Lille le lendemain matin11. » Les officiers choisissent la villa de l’industriel Maxime Descamps, située au centre du village, pour passer la nuit, tandis que la troupe loge chez l’habitant. Le maire d’Annappes décide alors d’avertir le préfet de Lille de l’imminence du danger. Mais, quelques heures avant l’arrivée de la colonne, l’ennemi a coupé les fils téléphoniques de tous les bureaux de poste. Lille est isolée. Le comte de Montalembert entreprend alors de pénétrer dans la villa où les officiers ennemis se sont installés car il sait que son propriétaire y a une ligne téléphonique personnelle reliée au central de Lille. « Cet épisode reste un souvenir très émouvant pour moi. Je nous revois, mon père et moi, arrivant devant la villa tout illuminée. Nous alertons le gardien-jardinier, un brave homme que nous connaissons bien et lui demandons : “Où est le téléphone ?” Il nous répond : “Dans une petite pièce pas loin de l’entrée, mais proche de la salle à manger où les Allemands passent leur temps à chanter et à boire.” […] Nous entrons12. » Le maire d’Annappes parvient alors à joindre le préfet Trépont de Lille. Ce dernier renforce la défense de la ville. Cette information permet à la capitale du Nord de n’être prise qu’une semaine plus tard. Geoffroy de Montalembert en conclut : « Cet épisode a permis le délai nécessaire pour créer une liaison entre l’armée de l’Yser et le gros de l’armée française pour établir un front continu qui passait par Armentières13. »

7On le voit, ces souvenirs comportent des détails d’une grande précision. Certaines images ou certains sons restèrent gravés dans l’esprit du jeune Geoffroy. D’autres passages furent reconstruits par la mémoire. La conclusion donne à ce coup de téléphone des conséquences décisives dont ne parle pas la citation qui accompagne la médaille de la Reconnaissance française. Mais, l’essentiel semble bien être la valeur symbolique de l’événement et la représentation qui en fut gardée. Par cette liaison téléphonique, le père et le fils renouent avec leur tradition familiale. Ils réalisent un de ces actes dignes de rester dans les chroniques, comme jadis ceux du « brave d’Essé », et susceptibles de nourrir la mémoire de la lignée dans les temps futurs. Enfin, étant donné les conséquences de leur communication téléphonique, ils rejoignent le premier plan de l’histoire, où leurs ancêtres se sont plusieurs fois illustrés, en y jouant un rôle caché mais déterminant.

  • 14 L’Avant-Garde, n° 87-88, novembre-décembre 1926, p. 255.

8C’est ensuite le temps de l’occupation du Nord, pendant lequel le maire d’Annappes, et son fils à ses côtés, restent auprès de la population afin de limiter la dureté des temps et garder l’honneur. Installé dans sa mairie, Geoffroy-Jules de Montalembert agit pour organiser la vie nouvelle des habitants de sa commune, dans le cadre d’un ravitaillement difficile, d’une pression très forte des Allemands et de réquisitions croissantes. Il poursuit et même renforce son œuvre charitable. Dans les difficultés, il assume ainsi pleinement, comme maire, ses fonctions de protecteur de la population. Cette situation renforce encore sa position naturelle de « patron » – au sens ancien du terme – du village. Il retrouve l’image que son éducation lui a donnée de la lointaine situation des seigneurs médiévaux défenseurs de leurs populations dans les temps de crises. La nécrologie de L’avant-Garde insiste beaucoup sur ce rôle : « Ce ne fut que par très petits morceaux qu’il laissa arracher des réquisitions dont le produit était destiné à combattre la France, et l’on peut dire que la commune d’Annappes, grâce à la ferme diplomatie de son maire, fut une de celles qui payèrent le moins à l’ennemi14. » Ces lignes indiquent qu’il agit non seulement pour aider ses administrés mais aussi pour poursuivre la défense de l’honneur national.

9Dans la mémoire qu’en garde son fils, cet aspect de l’attitude de Geoffroy-Jules de Montalembert paraît essentiel. Il est, non seulement, un administrateur, mais encore un maire patriote cherchant par tous les moyens à imposer des limites à l’action ennemie et à marquer sa haine des Allemands. Il s’agit là des principes de courage et d’honneur, c’est-à-dire de l’illustration des valeurs aristocratiques. L’honneur est marqué par le refus absolu d’entretenir avec l’occupant d’autres relations que celles imposées par les circonstances et sa fonction. Le comte de Montalembert et son fils ont quitté leur château. Il a été réquisitionné afin qu’un état-major s’y installe et leur parc a été transformé en camp de munitions. Refusant d’habiter sous le même toit que l’ennemi, ils logent dans la maison de leur jardinier, d’où chaque matin, ils gagnent la mairie que le comte de Montalembert ne quitte pratiquement pas de la journée. C’est l’exemplarité patriotique de son père dont Geoffroy de Montalembert se souvient. Elle lui servit de modèle quand il se trouva lui-aussi dans cette situation de maire d’une commune occupée durant la Seconde Guerre mondiale.

L’expérience de l’évasion

  • 15 S. Huet, op. cit., p. 20.

10À en croire L’Avant-Garde, ce fut son père qui conseilla à Geoffroy de Montalembert de s’évader de la région occupée pour gagner la France et s’y battre. Le journal qu’il rédige, comme le témoignage donné à Sophie Huet, indiquent que la décision fut prise d’un commun accord. Tout dans l’éducation du jeune homme pouvait le pousser à chercher à s’engager dans le combat. De plus, la pression allemande sur les jeunes adultes du Nord se faisait plus forte. La décision du départ fut dure à prendre en raison des risques. Le père et le fils en étaient conscients : « Pourtant, délibérément, nous décidons de rompre des liens très intimes et de nous séparer pour courir chacun de notre côté des risques différents. Et nous pensons que nous avons peu de chance de nous revoir15. »

  • 16 « Mon journal pendant mon voyage de Lille à Bruxelles… », archives privées.
  • 17 Idem.

11La filière pour s’évader est la suivante. Geoffroy de Montalembert doit tenter de gagner la Belgique, où la surveillance allemande est moindre. L’appel des jeunes gens s’y fait tous les deux mois et non une fois par semaine comme en France occupée. De là, il tâchera de franchir la frontière belgo-hollandaise pour s’embarquer en direction de l’Angleterre et gagner la France. À la fin mai 1916, il obtient une permission pour se rendre en Belgique. Son père a prétexté que les privations avaient atteint sa santé et qu’il souhaitait envoyer son fils se rétablir dans sa famille à Bruxelles. La veille de son départ, il lui fait ses dernières recommandations. Son fils les a recueillies dans son journal : « Mon petit Geoff, m’a-t-il dit, vous allez partir, mais avant de vous quitter je tiens à vous dire ce qu’il faut faire et ce qu’il faut éviter pour que vous restiez toujours fidèle aux principes religieux qui, dès votre plus tendre jeunesse, vous ont été inculqués par votre sainte et chère maman, pour toujours vous conduire en bon jeune homme et en bon chrétien16. » En quelques mots, le comte de Montalembert résume ainsi l’ensemble des principes contenus dans le cahier de son épouse. Son fils vit ses derniers moments auprès de son père dans une certaine agitation et avoue qu’avec la tristesse, il éprouvait un sentiment de contentement : « Une vie toute autre s’ouvre devant moi17. »

  • 18 Thérèse de Montalembert (1855-1924), restée célibataire, était la dernière fille de Charles de Mon (...)
  • 19 Anne de La Rocheterie, née d’Ormesson, était la fille de Marguerite d’Ormesson, elle-même sœur de (...)

12Le 31 mai 1916, il prend le train pour Bruxelles. Il a indiqué aux autorités allemandes qu’il résidera chez sa parente, Thérèse de Montalembert18, mais s’installe, en fait, au château de Houlaert, chez ses cousins La Rocheterie19, où le séjour semble plus agréable. Il est immédiatement frappé par la différence de traitement infligé par les occupants à la Belgique, où la vie semble plus douce que dans le Nord. Il prend dès le 1er juin des contacts afin d’entrer en relation avec une filière d’évasion. Dans l’attente, il passe plusieurs mois dans une certaine indolence chez les La Rocheterie. Il s’amuse beaucoup avec ses cousins, apprécie les longues promenades en forêt de Soignies, assiste aux soirées données au château au cours desquelles il joue du piano et lit en public de la poésie, comme son père lui a appris. Il prend soin de sa vie spirituelle, assiste aux offices et aux processions. Il relate, régulièrement, dans le journal qu’il remplit chaque soir, ses projets d’évasion mais sans beaucoup de détails. La nécessaire discrétion doit l’en empêcher. Il suit l’évolution de la guerre avec attention. Son désir de se battre ne faiblit pas et il l’exprime en plusieurs occasions. Le 28 juin 1916, il écrit : « Plaise au ciel que je serve la France bientôt ! » et précise qu’il se laisse pousser la barbe : « […] Maintenant que j’ai du poil, je dois être un vrai “poilu” et je le serai. » Quelques jours plus tard, il explique qu’en s’évadant pour gagner la France et rejoindre les combattants, il cherche à imiter l’attitude de son père en 1870 : « J’espère le suivre toujours ainsi et imiter Papa dans tous mes actes, ne pouvant jamais trouver mieux qu’en lui un homme d’honneur, de devoir et de valeur ! »

13Le mardi 11 septembre 1916, il annonce qu’il part, enfin, le lendemain et prie « pour Dieu et pour la France ». Mais, lorsqu’il reprend la rédaction de son journal, le 6 mars 1917, à La Haye, il annonce que ce départ de septembre fut un échec, suivi d’une attente longue et insupportable. En effet, ce n’est qu’en janvier 1917, qu’il entama la deuxième partie de son périple. Il se rend alors à Anvers, muni d’une fausse carte d’identité car il lui est interdit de quitter Bruxelles. Il s’appelle dorénavant Joseph Maubert. Pour aller de Malines à Anvers, il voyage dans un tramway où il se mêle aux ouvriers de l’arsenal. Avec sa casquette et ses vêtements, il ressemble, écrit-il, à « un voyou de la pire espèce ». Malgré des contrôles sévères, il parvient à entrer dans la ville. Le lieu où il est hébergé, en attendant son départ clandestin pour la Hollande, est un café, dont le patron appartient au réseau des évasions. Là, il découvre un monde nouveau. Dans la journée, il sert les clients. Il fait la connaissance de personnes et de manières de vivre étonnantes. Il note par exemple comment il a été choqué de devoir boire dans une tasse qui avait déjà servi. Dans la nuit du 24 au 25 janvier 1917, c’est le départ pour la frontière. Celle-ci est soigneusement gardée par les Allemands, qui l’ont coupée par des fils électriques, sous lesquels les évadés vont devoir passer. Cette première tentative échoue à quelques mètres de la frontière à cause d’une patrouille qui les repère et tire sur le groupe. C’est la panique. Chacun fuit dans une direction. Deux hommes sont tués et dix-sept faits prisonniers. Geoffroy de Montalembert raconte dans son journal qu’il a eu très peur dans ces moments.

14Aux pires instants, il a prié et, dans son récit, la Providence joue un rôle essentiel. Il portait sur lui des scapulaires et, pour être prêt à tout, s’était confessé et avait communié avant la tentative de passage. Le second essai a lieu le 3 mars 1917. Le groupe de quinze clandestins gagne Braschaet, au nord d’Anvers, traverse des forêts et file en direction de la frontière. C’est une petite fille de dix ans et son frère plus jeune qui guident les évadés. Cette fois-ci, le franchissement des lignes électrifiées peut s’effectuer et tous se retrouvent, libres, aux Pays-Bas. Geoffroy de Montalembert atteint La Haye le soir du 4 mars. Le 21, il est à Londres et le 23 en France.

15Dix mois se sont passés depuis son départ d’Annappes. Si, jusqu’en janvier 1917, sa vie s’est déroulée dans une certaine facilité chez les Rocheterie, les dernières semaines marquées par son séjour au café d’Anvers, par un échec sanglant sur la frontière et, enfin, par son évasion, l’ont profondément marqué. Il a dû prendre de réels et lourds risques, a failli mourir, s’est transformé en fuyard, a été contraint de se mêler à des populations très différentes de celles qu’il fréquentait auparavant. De nombreux éléments invitent à réaliser l’importante rupture que son existence a alors connue. Il en tire une conclusion, inscrite dans son journal à la date du 14 mars, alors qu’il est à La Haye, qui replace cette rupture dans la continuité des principes d’éducation qu’il reçut : « Je montrerai à mes enfants, si j’en ai, qu’on peut arriver à vaincre toutes les difficultés avec de l’énergie, de la volonté, de la patience et Dieu. »

  • 20 ADSM 160J48.
  • 21 S. Huet, op. cit., p. 25.
  • 22 ADSM 160J238.

16Le 14 avril 1917, il souscrit un engagement volontaire au bureau de recrutement de la rue Saint-Dominique20. Son service militaire effectué, il est ensuite observateur d’artillerie à Satory puis sur la Marne. On ne dispose pas de témoignages précis sur son passage au front. À Sophie Huet, il dit : « J’arrive au front en 1917 […]. Moi, je fais de l’observation à terre, par téléphone, mais en première ligne. Je suis censé décrire les mouvements auxquels se livrent les Allemands de l’autre côté de la Marne. C’est déjà le début de la guerre de mouvement. Une inoubliable camaraderie s’instaure entre “poilus”21… » On sait, grâce à un courrier reçu par lui en juillet 191822, qu’il est, à cette époque, élève-aspirant à l’école d’artillerie de Fontainebleau. Geoffroy de Montalembert n’eut certainement pas l’occasion de finir cette formation d’officier puisque son dossier militaire indique, qu’en 1939, il est brigadier dans l’artillerie.

  • 23 ADSM 160J123.

17Il reste que cette évasion et cet engagement valent à Geoffroy de Montalembert de recevoir la médaille des évadés avec citation à l’ordre de sa division, des mains du général Roques, ministre de la Guerre. La citation indique : « Étant prisonnier civil en régions envahies, a réussi, après plusieurs tentatives, à s’évader, le 4 mars 1917, en traversant, sous le feu des sentinelles allemandes, la frontière hollandaise, et est venu s’engager en France après avoir été rapatrié par la légation française de La Haye23. » Cette concession comportait l’attribution de la croix de guerre avec étoile d’argent.

L’après-guerre et ses interrogations

18Démobilisé, Geoffroy de Montalembert rejoint son père à Annappes. Il a atteint vingt ans et plusieurs questions se posent. Quel rôle son père va-t-il jouer à Annappes et dans la vie politique locale, après le conflit ? À quel avenir va-t-il, lui, se préparer ?

  • 24 Op. cit., p. 25.

19À Sophie Huet, il dit, pour achever son témoignage : « De retour dans le Nord, à la fin de la guerre, j’envisage de retourner à la faculté de la rue d’Assas pour suivre quelques cours de droit, mais tout cela me paraît ennuyeux. Dans le Nord, il y avait beaucoup de plaies à panser et, enfant du pays, j’ai vraiment l’esprit ailleurs24. » C’est une partie du rapport entre l’aristocratie et l’instruction qui est ici illustrée. Dans ce groupe social, quand la fortune permet encore de vivre sans embrasser une carrière, la recherche d’une efficacité professionnelle par l’acquisition d’une formation adéquate n’est pas de mise. On rejoint ce qui, précédemment, a été dit du rôle de l’école. L’avenir de Geoffroy de Montalembert était tracé par son père. Peut-être n’envisageait-il pas de poursuivre l’engagement politique de celui-ci ? Mais, en ce cas, la seule gestion du patrimoine familial pouvait l’occuper et lui permettre de vivre. S’il y avait une pratique, une expérience à acquérir encore, la meilleure façon de le faire devait être, toujours, de suivre l’exemple de son père. C’est ce que fit Geoffroy dans la première moitié des années 1920.

  • 25 Interview Thomas.

20Aux élections municipales de novembre et décembre 1919, Geoffroy-Jules de Montalembert proposa à l’ensemble des partis de l’éventail politique de constituer une liste commune afin de poursuivre, localement, l’union réalisée dans la lutte. Cette offre fut refusée par les représentants de la gauche. Le comte de Montalembert y vit le signe d’un retour aux querelles politiques traditionnelles, ce qui lui répugnait. « J’aurais voulu qu’il se représentât, mais il n’a pas voulu. Il a retrouvé ce dégoût qu’il avait eu au moment de la loi des deux ans. Et donc nous avons eu une municipalité radicale-socialiste, plutôt assez gaucharde, qui a remplacé mon père en 1919 » explique son fils25.

  • 26 Témoignage La Rochefoucauld.

21Ce retrait de la vie politique municipale ne fut pas une retraite pour le comte de Montalembert. Poursuivant ses œuvre sociales, reprenant la distribution des bourses de la fondation de MM. de Brigode, etc., il garda sa position dans la commune d’Annappes. Le courrier qu’il reçut, pendant ces années, atteste encore de l’influence que l’on continuait à lui attribuer. Il restait une des principales personnalités de la droite locale. Le comité cantonal de Lannoy de l’Entente républicaine l’avait élu président d’honneur. Enfin, son patrimoine personnel continua de l’occuper beaucoup. Il y associa de plus en plus son fils afin d’achever sa formation. Un jour, tous ces biens seraient entre ses mains. À partir de 1924, la santé du comte de Montalembert s’altéra gravement et son fils fut amené à le remplacer de plus en plus26. Toute son éducation et toute sa formation l’avaient préparé à ce moment.

22La Grande Guerre fut, après les années de la formation familiale un moment d’une grande intensité pour Geoffroy de Montalembert. Elle correspondit à une double rupture. Premièrement, après deux années de grande proximité, ce fut la séparation totale avec son père et la maison familiale. Un espace nouveau de liberté s’en trouvait créé. Ensuite, la sécurité et la protection continuelles qui avaient marqué sa vie, le confort et le service qui l’avaient toujours entouré disparurent. Dans l’évasion, sur le front, des dangers multiples rodaient. La mort violente, rencontrée une première fois alors qu’il partait à la rencontre des uhlans, en 1914, frappait autour de lui ; à la frontière puis dans les tranchées. À l’insécurité s’ajoutaient l’inconfort, la promiscuité, la saleté. Tous les combattants y furent confrontés certes. Mais reconnaître que ce fut plus dur pour un jeune aristocrate à l’éducation protégée est une conclusion évidente.

23La guerre fut bien l’occasion de la découverte d’un monde nouveau. Cette découverte fut brutale. Geoffroy de Montalembert fut véritablement jeté dans cet univers mal connu. Bien sûr, il savait l’existence d’autres couches de la population. À Annappes ou à Ermenouville, il les fréquentait. Les œuvres sociales de ses parents l’avaient mis en contact avec les plus démunis. Mais, ces contacts étaient protégés, d’une certaine manière artificiels. Rarement, la déférence y manquait. Un code de comportement rendait, de part et d’autre, la relation quelque peu convenue. Les mondes ne se mêlaient pas. Avec les nouvelles nécessités de la guerre, ces règles protectrices explosent. Dans le tramway qui l’emmène vers Anvers puis dans le café de cette ville, où il attend de franchir la frontière, il doit passer inaperçu, se mélanger aux populations. On a vu comment le simple fait de se vêtir comme l’ouvrier lui fait conclure immédiatement qu’il ressemble à un « voyou ». Ensuite, quand le passage tourne mal, il dit avoir éprouvé une peur terrible. On est loin des comportements héroïques des ancêtres. La brutalité de la guerre dans les moments de violence paroxystique égalisent les conditions.

  • 27 Interview Thomas.

24Dans ce monde nouveau, néanmoins, tout n’était pas que souffrance. Nous avons utilisé, précédemment, le terme de liberté. Sans aucun doute, si les séparations lui pesèrent, elles permirent également à Geoffroy de Montalembert de découvrir un monde où il ne se trouvait plus sous le regard paternel. Le brassage des populations lui permettait même d’éviter le regard ou le jugement des membres de la même classe sociale. Cet aspect de la rupture provoquée par la guerre ne fut pas le moindre. Quelques mois avant de mourir, Geoffroy de Montalembert ne disait-il pas : « Le poussin était parti. Il ne s’en sentait pas plus mal27. »

Notes

1 S. Audoin-Rouzeau et A. Becker, 14-18 retrouver la Guerre, Paris, Gallimard, 2000, p. 25.

2 Cf. le numéro spécial de Vingtième Siècle. Revue d’histoire, consacré aux générations, n° 22, avril 1989.

3 S. Huet, Quand ils faisaient la guerre, Paris, Plon, 1993, p. 13-25.

4 J.-J. Becker, 1914, comment les Français sont entrés en guerre, Paris, Presses de la F.N.S.P., 1977.

5 S. Huet, op. cit., p. 14.

6 Interview Thomas.

7 Idem.

8 S. Huet, op. cit, p. 15.

9 Idem, p. 16.

10 Idem.

11 La Voix du Nord, 19 juillet 1983.

12 S. Huet, op. cit., p.18.

13 La Voix du Nord, op. cit.

14 L’Avant-Garde, n° 87-88, novembre-décembre 1926, p. 255.

15 S. Huet, op. cit., p. 20.

16 « Mon journal pendant mon voyage de Lille à Bruxelles… », archives privées.

17 Idem.

18 Thérèse de Montalembert (1855-1924), restée célibataire, était la dernière fille de Charles de Montalembert et d’Anne de Mérode et donc une cousine germaine de Geoffroy-Jules de Montalembert.

19 Anne de La Rocheterie, née d’Ormesson, était la fille de Marguerite d’Ormesson, elle-même sœur de Geoffroy-Jules de Montalembert.

20 ADSM 160J48.

21 S. Huet, op. cit., p. 25.

22 ADSM 160J238.

23 ADSM 160J123.

24 Op. cit., p. 25.

25 Interview Thomas.

26 Témoignage La Rochefoucauld.

27 Interview Thomas.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540