Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Geoffroy de Montalembert (1898-1993)

 | 
David Bellamy

Première partie. L’héritage dynastique et la formation d’une identité politique

Chapitre III. Geoffroy-Jules de Montalembert ou le modèle paternel

Texte intégral

1Geoffroy de Montalembert ne manqua jamais de rappeler que l’exemple de son père l’avait très fortement marqué : par sa personne, sa carrière, ses choix, ses engagements mais aussi par l’atmosphère qui régnait à Annappes. La perte de sa mère en 1913, alors qu’il avait quinze ans, le laissa seul avec son père et renforça les liens qui existaient entre eux. Geoffroy-Jules de Montalembert fut le maillon essentiel et concret du lien avec la tradition familiale, avec le Nord, avec le service du pays et la vie politique.

2Qui fut donc le comte Geoffroy-Jules de Montalembert ? Quel exemple laissa-t-il à son fils ? Quels éléments expliquent que cet exemple fut si décisif dans la vie de Geoffroy de Montalembert ?

La carrière militaire

3Comme son père, son grand-père et tous ses ancêtres directs, Geoffroy-Jules de Montalembert fit d’abord le choix d’une carrière militaire.

4Il naquit à Versailles le 16 décembre 1850 au domicile de ses parents, 8 avenue de Sceaux. Il était, dans leur foyer, le troisième garçon, après la naissance d’André en 1846 et de René en 1847. Deux sœurs devaient naître ensuite : Marguerite en 1854 et Alix en 1856. Son père, Arthur, était alors, à 38 ans, chef d’escadron au 1er régiment de lanciers. Sa mère, née Valentine de Rochechouart avait 24 ans. À 9 ans, il se retrouva orphelin de père et sans grands-parents. Chez les Montalembert, il n’eut qu’un oncle, Charles, qui mourut quand lui-même atteignit 20 ans. Du foyer de cet oncle, il eut quatre cousines dont deux, par leurs alliances, le mirent en contact avec un réseau militaire et politique. Marie-Elisabeth de Montalembert épousa en 1858 le vicomte Alfred de Meaux, qui, dans les années 1870, fut, à la suite de son beau-père une grande figure du catholicisme libéral et mena une carrière politique nationale. Madeleine de Montalembert fut l’épouse de François-Ghislain, comte de Hemricourt de Grunne et du Saint-Empire, qui servit les souverains belges. Officier d’ordonnance de Léopold II, puis aide de camp de son neveu le prince Albert de Belgique, il commanda, ensuite, la place du Havre-Sainte Adresse, devenue capitale du royaume pendant l’occupation allemande.

5Au gré de la carrière de son père, Geoffroy-Jules de Montalembert connut les déplacements familiaux. Il acheva ses études au collège Saint-Clément de Metz, où il eut comme condisciple le jeune Ferdinand Foch. La mort brutale de leur père, en Algérie en 1859, et l’appel pressant qu’il avait lancé à ses fils avant de disparaître, de ne pas rester oisifs et de mener une carrière, déterminèrent les deux frères René et Geoffroy-Jules à rejoindre l’armée. Geoffroy de Montalembert explique encore que ce choix, concernant son père, fut lié également à un véritable atavisme militaire. En 1874, un autre officier entra dans leur proche parenté puisque leur sœur Marguerite épousa le marquis Emmanuel Le Fevre d’Ormesson, arrière-petit-fils du maréchal Grouchy. Il acheva sa carrière comme général quelques temps avant la Grande Guerre, à l’occasion de laquelle il fut rappelé à un commandement. Il mourut en 1922.

  • 1 SHAT Dossier de pension 5Ye 33.934.

6Dans son cahier, la comtesse de Montalembert présente à son fils dans quelles circonstances elle rencontra son père et quels étaient ses traits quand il entra dans l’âge adulte : « Je l’ai connu à 18 ans puisque j’étais l’amie intime de ses sœurs et je me figure qu’à cet âge vous lui ressemblerez. Il était blond comme vous, réservé, presque froid, timide, très intelligent, d’un tout parfait, charmant pour sa mère et ses sœurs et frères, d’un désintéressement absolu sur les questions d’argent et militaire dans l’âme. » Son livret matricule d’officier complète cette description : « Taille, 1,66 m. Sourcils blonds. Yeux bleus. Front ordinaire. Nez aquilin. Bouche moyenne. Menton rond. Visage ovale1. »

7En 1870, il prépara et réussit le concours d’admission à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr. Mais la guerre franco-prussienne lui offrit la possibilité de partir au combat avant même de l’avoir intégrée. Il s’engagea chez les zouaves, devenus la légion des Volontaires de l’Ouest, et fit la campagne de la Loire à partir du 1er octobre 1870, sous les ordres du général Charette. Au début de décembre, il prit part à la bataille de Patay. Il fut blessé, à Loigny, le 2, d’un éclat d’obus au talon droit. Le lendemain, il entrait à l’ambulance de son corps et en même temps était fait caporal.

  • 2 ADSM 160J239.
  • 3 L’Avant-Garde, n° 87-88, novembre-décembre 1926, p. 255. ADSM 160J215.

8Ce choix de rejoindre et de combattre avec les zouaves ne fut pas anodin. On en veut pour preuve le fait que quand il mourut, en 1926, le premier titre inscrit sur son faire-part de décès, après son nom, fut « Ancien Zouave de Charette aux Volontaires de l’Ouest2 ». Geoffroy de Montalembert rédigea ainsi ce faire-part à la demande de son père qui avait, en outre, voulu, dans ses dernières volontés, « qu’un de ses anciens camarades des Volontaires de l’Ouest occupa autour du cercueil la place d’honneur3 ». Le cahier de la comtesse de Montalembert et les numéros de L’Avant-Garde – journal de l’Association des Zouaves Pontificaux et Volontaires de l’Ouest auquel il était abonné – trouvés dans ses archives permettent d’assurer que ce passage de son existence fut vécu comme décisif.

  • 4 S. Audoin-Rouzeau, 1870, la France dans la guerre, Paris, Colin, 1989.
  • 5 Impression encore renforcée par la décision du pape d’autoriser, finalement, qu’un service religie (...)
  • 6 R. Aubert, « Mgr de Mérode, ministre de la Guerre de Pie IX », Revue générale belge, Bruxelles, ma (...)

9En 1870, s’engager chez les Volontaires de l’Ouest, c’est d’abord préférer combattre avec les anciens zouaves plutôt que dans l’armée d’un pays redevenu une République. Geoffroy-Jules de Montalembert, dont le père avait ouvertement souhaité puis soutenu le régime napoléonien, pouvait peut-être difficilement franchir ce pas de rejoindre une armée au service d’un gouvernement qui avait succédé à l’Empire. Par contre, il voulait résolument combattre l’ennemi prussien pour sauver son pays. Il montrait ainsi une adhésion très forte à cette guerre, reflet d’un incontestable sursaut national qui, traversant les clivages politiques, saisit la quasi totalité des populations4. Mais ce ne fut certainement pas par défaut qu’il s’agrégea aux Volontaires de l’Ouest. Il eut aussi des raisons positives de le faire. Le contexte de cette fin de l’été 1870, c’est pour une certaine aristocratie française catholique celui d’une double défaite, dans l’ordre politique avec la chute de Napoléon III, et dans l’ordre religieux avec la prise de Rome le 20 septembre. Pie IX avait déjà, aux yeux des populations catholiques, revêtu l’image d’un martyr. L’atmosphère très ultramontaine qui se développe alors, en particulier dans L’univers de Veuillot, l’adversaire de Charles de Montalembert, rend encore plus forte cette image d’un souverain pontife persécuté et en danger. Aller chez les zouaves, c’est associer le service armé du pays dans la défaite et celui du pape et de la religion menacés par les périls. Comment ne pas établir également de relation entre la mort de Charles de Montalembert, le 13 mars 1870, et l’engagement de son neveu chez les zouaves ? Certes, le grand leader des catholiques libéraux était mort alors qu’il venait de porter des coups très durs au camp des catholiques intransigeants qui dominaient le concile Vatican I. Mais il avait toujours défendu ardemment le pouvoir temporel du pape, seul garant, à ses yeux, de l’indépendance de son pouvoir spirituel. Et, après sa mort, Louis Veuillot avait rendu hommage à Charles de Montalembert en disant de lui qu’il avait été le plus dévoué serviteur de l’Église. Cette sorte de réconciliation qui s’était faite autour de son souvenir5, l’émotion que tous les catholiques avaient ressentie à sa disparition et en particulier dans sa famille purent conforter encore Geoffroy-Jules de Montalembert dans sa décision de rejoindre les Volontaires de l’Ouest. Il poursuivait ainsi le combat de son oncle. Il faut encore rappeler qu’un dernier lien existait entre les Montalembert et l’action des zouaves pontificaux. Charles de Montalembert avait en effet épousé, en 1836, la sœur de Mgr Xavier de Mérode (1820-1874), aristocrate belge, camérier et ministre de la Guerre du souverain pontife, qui fut un des premiers prélats à conseiller au pape de constituer une armée indépendante faite de soldats catholiques6. Tous ces éléments entrent en ligne de compte pour expliquer le choix de Geoffroy-Jules de Montalembert en 1870. En rejoignant les zouaves, il avait renoué avec les plus illustres engagements présents dans sa tradition familiale et transmis par son père jusqu’à son dernier souffle.

  • 7 SHAT 5Ye 33.934.

10Après cette première expérience du feu, Geoffroy-Jules de Montalembert est nommé le 19 janvier 1871 sous-lieutenant au 55e régiment d’infanterie de ligne. Pendant l’insurrection parisienne de la Commune, il se trouve à Lyon dans le 92e régiment d’infanterie de marche. Le 1er septembre 1871, il entre à Saint-Cyr. Il en sort le 18 octobre 1872, 296e sur 350 élèves, et rejoint le 121e régiment d’infanterie de ligne. En février 1874, il est lieutenant. Les jugements de ses supérieurs sont élogieux et annoncent une carrière brillante. « Commandant très bien, bon jugement, sentiments élevés, caractère modeste, digne, noble. Officier d’avenir à pousser » dit-on de lui en 18747. Ils mettent tous en relief sa distinction aristocratique, dans son aspect ou dans son comportement. Toutes ces appréciations indiquent que le jeune officier peut légitimement espérer des promotions régulières et un bel avenir dans l’armée.

  • 8 Qui est l’aîné des frères de son père, celui-ci étant décédé quelques mois auparavant.
  • 9 Frère de sa mère et de son père adoptif, tous deux décédés.

11Geoffroy-Jules de Montalembert est lieutenant instructeur à Saint-Cyr quand il épouse le 4 avril 1877, à Paris, Marie-Thérèse de Maurès de Malartic. Tout le réseau familial est réuni autour des mariés. Les témoins de l’époux sont le marquis René de Montalembert, son frère, alors lieutenant au 5e régiment de chasseurs à cheval, et son oncle, le comte Aimery de Rochechouart. Mademoiselle de Malartic a, elle, comme témoin de son engagement ses deux oncles, le comte Maxime de Maurès de Malartic8, propriétaire et conseiller général de la Seine-Inférieure, et le comte Henri de Clercy9, propriétaire à Derchigny.

  • 10 SHAT 5Ye 33.934.
  • 11 Idem.
  • 12 Idem.
  • 13 C’est une erreur, il appartint 19 ans à l’armée de réserve.
  • 14 L’avant-garde, novembre-décembre 1926, n° 87-88, p. 254.

12Peu après son mariage, la carrière d’active du comte de Montalembert s’arrête. Son épouse écrit dans son cahier : « Lors de mon mariage, il était officier instructeur à St-Cyr et fut obligé trois ans après à donner sa démission à cause d’une longue et pénible maladie d’estomac et de reins, qui fut l’épreuve de sa jeunesse, et je dirai même de toute sa vie. » En effet, à partir de 1879, ses problèmes de santé le contraignent à multiplier les demandes de congés puis de prolongation. Le 29 juin 1880, il signe sa lettre de démission de l’armée « pour se retirer dans ses foyers à Annappes » en demandant à être placé dans la réserve10. Ce moment dut être un véritable arrachement pour le capitaine de Montalembert. Il devait rompre avec ce qui était la tradition familiale et l’héritage de son père, mais aussi avec une carrière réellement choisie, pleine de promesses et aimée. La raison invoquée par la comtesse de Montalembert dans son cahier ne fut peut-être pas la seule. Dans un rapport qui accompagne sa démission, il est indiqué qu’il « motive sa détermination sur des intérêts de famille11 ». Depuis la mort du vicomte Humbert de Clercy, sa veuve s’occupait seule du domaine d’Annappes. Le mariage de Marie-Thérèse de Malartic avec Geoffroy-Jules de Montalembert faisait de ce dernier le successeur naturel des Brigode et l’obligeait certainement vis-à-vis des biens considérables qui nécessitaient une gestion à plein temps. Enfin, on ne peut manquer de s’interroger sur la concomitance entre son départ de l’armée et la victoire des républicains. Peut-être que celle-ci facilita celle-là, même si on n’en trouve pas de trace dans le cahier. Le comte de Montalembert conserva néanmoins sa place dans la réserve jusqu’en 1899, date à laquelle il décida d’en démissionner en raison de sa récente élection à la Chambre des députés et afin de « garder son indépendance12 ». Il n’obtint pas de grade supplémentaire, ce que l’article nécrologique de L’avant-garde explique par une raison politique : « Capitaine de réserve dans le service d’état-major, il resta vingt-cinq ans13 dans cette position, et quoiqu’il eût été, à maintes reprises, proposé par ses chefs pour le grade de chef de bataillon et pour la Légion d’honneur, il ne reçut jamais ni avancement, ni décoration, le sectarisme politique qui régnait dans l’administration ayant toujours fait obstacle à ce qu’il fut rendu un juste hommage à ses services de guerre et de paix et à ses mérites14. » Sans doute, la République n’encouragea-t-elle pas la carrière d’un officier de réserve connu pour ses opinions monarchistes, conservatrices et catholiques. Ce texte rappelle certains extraits du cahier de la comtesse de Montalembert, au sujet de la persécution des fidèles serviteurs de l’Église. Qu’en 1926, après les deux ralliements, de 1893 puis de 1914, on insiste à nouveau sur les souvenirs de ces combats montre assez quels traumatismes ils provoquèrent.

13Geoffroy-Jules de Montalembert dut donc rompre avec son désir de poursuivre sa carrière militaire. Le maintien de la tradition et la distinction aristocratique devaient passer par une autre voie. Il ne connut pas la vie itinérante de garnisons des officiers mais celle plus stable d’un propriétaire foncier.

L’implantation locale dans le Nord

  • 15 In G. et L. Trenard, op. cit., p. 48.
  • 16 Archives municipales d’Annappes (AMA) 2M6.

14On vient de signaler que, par son mariage, Geoffroy-Jules de Montalembert se trouvait investi d’une lourde charge de gestion de l’héritage de son épouse dans le Nord. En effet, des quatre enfants du baron Romain-Joseph de Brigode, Noémie resta seule et eut seule une descendance, par l’adoption de sa nièce Marie-Thérèse de Malartic. Les biens issus du baron Romain-Joseph de Brigode se concentrèrent donc entre les mains de la survivante. Dans la descendance des trois frères, Pierre-François, Romain-Joseph et Louis-Marie de Brigode, le nom même de Brigode ne survécut donc pas. Or, leur père, Pierre-Jacques de Brigode (1724-1787), avait été le seul à avoir une postérité. C’est ce Pierre-Jacques de Brigode qui, après son anoblissement, construisit le château familial d’Annappes et tissa les premiers liens avec ce territoire qui devint ensuite « la terre de rassemblement des Brigode15 ». En 1811, son fils, Romain-Joseph, fit du château sa résidence principale. La comtesse de Montalembert écrit qu’il « embellit le parc, planta au commencement du xixe siècle des arbres qui sont devenus centenaires aujourd’hui ». En 1816, il achète un terrain dans le cimetière pour y faire construire une chapelle funéraire accolée au transept sud de l’église16. Dans la lignée de Romain-Joseph, les inhumations se firent à Annappes jusque dans les années 1930. C’est là que reposent les parents de Geoffroy de Montalembert, sa première épouse et deux jeunes enfants de son second mariage. Cette chapelle funéraire prit l’aspect d’un véritable lieu de mémoire familial, vecteur de la transmission des traditions par l’évocation du souvenir des défunts.

  • 17 ADSM 160J187.

15Annappes était un gros village de 1157 hectares situé à quatre kilomètres de Lille. L’implantation des Brigode s’y était réalisée petit à petit à partir de la fin du xviiie siècle par un processus connu d’investissement de leur fortune, d’origine commerciale, dans des propriétés foncières tout autour de la ville de Lille. Au tournant des xviiie et xixe siècles, les Brigode achetèrent, à Annappes, les biens de deux familles émigrées, les Potteau et les Ballican. Les acquisitions foncières dans l’est lillois se poursuivirent au début du siècle suivant. En 1821, le baron Romain-Joseph de Brigode possède près de 500 hectares autour de Lille, principalement situés à Annappes et Ascq et dans le grand est de Lille17. Mais son implantation dépasse de beaucoup cette zone puisqu’il est aussi propriétaire à l’ouest de Lille dans les communes de Lomme, Erquinghem-le-Sec et Sequedin. Au-delà de ces terres et fermes situées dans les environs immédiats de la capitale des Flandres françaises, Romain-Joseph de Brigode a également des propriétés dans un rayon bien plus éloigné : au nord à Bousbecque, à l’est à Lys-lez-Lannoy, à l’ouest au Quesnoy-sur-Deule, à Houplines et jusqu’à Sailly-sur-la Lys et Steenwerck, au sud enfin à Carvin près de Lens. Il s’agit de terres labourables affermées et de fermes. Romain-Joseph de Brigode est également le propriétaire du château d’Annappes, dont les jardins, potagers, vergers et fossés couvrent près de 5 hectares. Autour de son domaine, le territoire d’Annappes était une bonne terre de cultures céréalières qui se diversifia au long du xixe siècle, avec le colza et la pomme de terre. On y trouvait également quelques industries liées à la production agricole avec un moulin à huile, à blé et une brasserie.

16En un peu plus de deux siècles depuis leur arrivée dans le royaume, les Brigode s’étaient donc constitué une fortune dans le commerce, étaient devenus des personnages notables de la ville de Lille, avaient été anoblis par le roi, avaient pris la tête d’une propriété foncière considérable et s’étaient fait construire un château au milieu d’un parc paysager. Tout naturellement, ils récupérèrent les charges de gestion des affaires locales. En 1814, Romain-Joseph de Brigode en fut nommé maire. Il exerça cette fonction pendant trente-quatre ans, jusqu’à la Révolution de 1848. C’est lui qui fit construire la mairie du village en 1838. En 1859, son fils Adrien, alors âgé de 30 ans, reprit la charge de son père. Mais il mourut l’année suivante. C’est alors Humbert de Clercy, le mari de Noémie et beau-frère du défunt, qui lui succéda et assura la charge de maire d’Annappes de 1860 à sa mort en 1870. Une première fois, il fallut donc faire appel à un allié des Brigode pour perpétuer leur patronage. Le vicomte de Clercy, dont la famille était anciennement enracinée dans le pays de Caux, dut prendre en main non seulement les destinées du domaine Brigode mais aussi celles de la commune.

  • 18 ADSM 160J224.

17Onze ans après, ce fut le tour du comte Geoffroy-Jules de Montalembert. En janvier 1881, six mois après sa démission de l’armée, il était élu maire d’Annappes. En mars 1889, 55 % des électeurs du canton de Lannoy le choisissent pour les représenter au Conseil général du Nord au terme d’une campagne électorale où il s’est présenté comme un opposant à la majorité qui gouverne le pays et a tenté de gagner les voix de tous les conservateurs, y compris ceux qui acceptaient le régime républicain18. Cette assise locale lui permit de conserver son mandat cantonal jusqu’en 1907, date à laquelle sa position dans le débat national concernant la durée du service militaire l’empêcha d’être réélu. Le comte de Montalembert s’était en effet opposé, en mars 1905, à la loi le réduisant à deux ans. Comme beaucoup d’officiers, il estimait que cette mesure proposée par les radicaux était dangereuse pour le pays, déjà affaibli par une démographie bien inférieure à celle de l’Allemagne. Il transforma donc sa réélection en une sorte de vote sur le service de trois ans. Ce fut son adversaire qui l’emporta. Après cette défaite, Geoffroy-Jules de Montalembert resta néanmoins maire d’Annappes jusqu’en 1919.

18Cette forte implantation dans l’est de l’agglomération de Lille lui permit d’accéder à une carrière politique nationale. Après son élection et trois réélections comme maire, après son élection de mars 1889 comme conseiller général, c’est la députation qu’il visa au scrutin législatif de l’automne suivant.

Une vie parlementaire déçue

  • 19 Constituée des cantons de Lannoy, Cysoing et Pont-à-Marcq.
  • 20 B. Ménager, J.-P. Florin, J.-M. Guislin, Les Parlementaires du Nord-Pas-de-Calais sous la IIIe rép (...)
  • 21 D. Barodet, Recueil des textes authentiques des programmes et engagements électoraux des députés p (...)
  • 22 A. Bonafous, « Les royalistes du Nord et le ralliement », Revue du Nord, janvier-mars 1965, n° 184 (...)

19Les élections des 22 septembre et 6 octobre 1889 se déroulèrent dans un climat très lourd où la question de la République parlementaire, telle que l’avaient bâtie les modérés, se trouvait posée par les candidatures boulangistes. Dans la 7e circonscription de Lille19, où il n’y eut pas de candidat pour défendre le programme révisionniste de Boulanger, le comte de Montalembert se trouva opposé au conseiller général républicain Charles Desmoutiers20. À 39 ans, l’ancien capitaine d’infanterie entreprend de rassembler les électeurs autour d’un programme énergique. Dans sa profession de foi21, il condamne fermement la politique menée par les gouvernements et met en avant sa loyauté et sa disponibilité pour travailler au redressement du pays. Son programme est exposé en peu de mots autour des thèmes de la paix religieuse, du protectionnisme commercial, du besoin urgent de résoudre la question sociale et de renforcer le pays. Les phrases courtes, le langage direct, les affirmations fortes donnent à cette profession de foi le style d’une proclamation militaire ou d’un ordre du jour de combat. En creux, on peut y lire la condamnation du régime. Une sorte de souffle antiparlementaire voire antirépublicain passe dans cette proclamation. Alain Bonafous22, qui a étudié les différentes familles royalistes dans le Nord à la veille du ralliement classe le comte de Montalembert parmi les légitimistes. Aucun passage de sa profession de foi ne le contredit mais rien ne s’y trouve non plus qui puisse apparaître comme une affirmation claire de ses convictions monarchistes. Ici encore, comme en mars pour les cantonales, c’est l’ensemble des conservateurs qu’il s’agit de rassembler et non les seuls royalistes.

  • 23 Journal officiel. Compte rendu des débats de la Chambre des députés. Séance du 23 novembre 1889, p (...)
  • 24 Cette observation est confirmée par J.-P. Charnay, Les Scrutins politiques en France de 1815 à 196 (...)
  • 25 Certes, l’image de l’aristocrate fortuné qui utilise ses ressources pour être élu n’est pas toujou (...)

20Geoffroy-Jules de Montalembert est élu dès le premier tour avec 51,1 % des suffrages exprimés. Le comte de Montalembert fait donc son entrée à la Chambre et rejoint les 167 autres députés conservateurs, qui font face aux 366 républicains et aux 42 boulangistes. Le 23 novembre 1889 a lieu la discussion concernant la validation de son élection. Des protestations ont été déposées sur le bureau de la Chambre. Elles regroupent plusieurs griefs qu’examinent les députés du 7e bureau : « Faits de propagande qui auraient été exercés par des patrons sur leurs ouvriers [… ] distributions d’argent, embrigadement de quelques électeurs et ingérence du clergé23. » Il est à noter que ces accusations ne sont pas issues du candidat vaincu et qu’aucune ne concerne directement les agissements du vainqueur. À observer les débats de validation de l’ensemble des élus, ces réclamations sont alors fréquentes24. Au total, le bureau constate « que les faits allégués ne paraissent pas avoir un véritable caractère de gravité » et propose de valider l’élection du comte de Montalembert ; ce qui est fait. Une cinquantaine d’années plus tard Geoffroy de Montalembert eut à faire face, à son tour, à un débat, certes bien plus difficile, de validation après son élection à la Chambre en 1936. L’accusation d’utiliser les ressources de leur fortune pour se faire élire fut ainsi commune au père et au fils. Elle nous renseigne sur les représentations des contemporains face à l’élection de membres issus de l’aristocratie la plus fortunée. Ceux-ci, pour leurs opposants, ne peuvent être élus que par le recours à la fraude, à l’aide du clergé ou de groupes obscurs de comploteurs qui tentent de faire pression sur les électeurs. L’image de l’aristocratie envisagée comme un groupe ayant à sa disposition tous les moyens, argent, sbires divers, réseaux clandestins, pour garder la haute main sur la société et le pouvoir ou tenter de renverser le régime républicain est longtemps restée une réalité prégnante de la vie politique contemporaine25.

  • 26 Un remaniement de circonscription a eu lieu, dans l’arrondissement de Lille, entre les deux scruti (...)

21En août 1893, le comte de Montalembert se représente devant les électeurs du Nord, mais cette fois-ci dans la 6e circonscription de Lille26. En 1889, le maire d’Annappes se trouvait dans une circonscription essentiellement rurale. En 1893, le poids des populations urbaines de Roubaix équilibre celui des campagnes. Le contexte politique a changé lui aussi avec l’apaisement organisé par le gouvernement Freycinet et le ralliement demandé par Léon XIII.

  • 27 D. Barodet, Recueil des textes authentiques des programmes et engagements électoraux des députés p (...)
  • 28 On ne peut donc pas retenir les propos d’Alain Bonnefous in op. cit., p. 38, selon lesquels le com (...)
  • 29 R. Rémond, Les droites en France, op. cit., p.161.

22Dans sa profession de foi27, le comte de Montalembert proclame son ralliement au régime républicain : « Je ne discute pas la forme du gouvernement : j’accepte loyalement de défendre, sous la République, comme je l’aurais fait sous un autre régime, et avec la même indépendance, les principes de liberté, de justice, de sage économie qui doivent seuls guider les hommes au pouvoir. » Et au bas de son texte, il inscrit encore « oublions nos rancunes et nos luttes passées » afin de montrer que la page du combat monarchiste est bien tournée28. Même s’il l’a ensuite nuancée en insistant sur la place des orléanistes parmi les ralliés, René Rémond a précisé en une formule lumineuse comment les légitimistes, comme le comte de Montalembert, avaient effectué le passage de leur ancienne foi royaliste à la République : « La plupart des ralliés sont d’anciens royalistes dont la fidélité monarchique est devenue vacante depuis la mort du comte de Chambord : elle s’est reportée sur le Pontife, ses invitations ont transféré leur adhésion sur la République29. » En 1892, Montalembert suit l’initiative de Jacques Piou qui tente de constituer un vaste regroupement des conservateurs et qui, quelques jours après l’encyclique de Léon XIII, au milieu des sollicitudes, a transformé son groupe parlementaire de la Droite constitutionnelle en Droite républicaine.

  • 30 J.-M. Mayeur, L’abbé Lemire. un prêtre démocrate, 1853-1928, Paris, Casterman, 1968.

23La profession de foi du comte de Montalembert insiste sur la question sociale. Il s’oppose vivement aux théories socialistes, défendues alors dans la circonscription voisine par le candidat Jules Guesde. Il estime que ces idées mènent la France vers une nouvelle révolution, la guerre civile, la ruine et la misère. Néanmoins, il estime nécessaire d’améliorer les conditions de vie et de travail des plus pauvres : « La législation doit s’inspirer des principes de justice sociale qui sont dans le cœur des générations nouvelles. » On peut voir, dans ces propos, une allusion à l’encyclique rerum novarum publiée par Léon XIII le 15 mai 1891. Geoffroy-Jules de Montalembert reste, certes, loin de la ligne adoptée par l’abbé Lemire, candidat « socialiste chrétien » dans la circonscription voisine d’Hazebrouck30 et par tous ceux qui forment alors le courant de la démocratie chrétienne, dont on sait qu’il s’implante avec force dans la région lilloise, mais sa préoccupation sociale est ici attestée.

  • 31 A. Caudron (sd), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, Lille, flandres, Be (...)
  • 32 A. Caudron, op. cit., p. 361-362, et B. Ménager et alii, op. cit., p. 257.
  • 33 ADSM 160J215.

24Face à lui, se présentent, cette fois-ci, deux candidats, un républicain de tendance radicale modérée, Félix Chatteleyn31, et un socialiste du Parti ouvrier français, Emile Moreau32, qui sont tous les deux des personnalités importantes de la vie politique locale. Ses deux adversaires se positionnaient donc très à gauche du comte de Montalembert. Mais sa réélection était loin d’être assurée si un second tour permettait aux candidats de gauche de faire cause commune. Dans l’ensemble du pays, ce scrutin fut marqué par un effondrement de la droite qui ne perdit pas loin de la moitié de ses suffrages par rapport à 1889. Dans la circonscription de Roubaix, le comte de Montalembert fut élu dès le premier tour avec 5 930 voix soit 50,5 % des suffrages exprimés. Il n’obtenait que 60 voix de plus que la majorité absolue. Le député Montalembert pouvait être fier de son succès. À Annappes, 500 suffrages s’étaient portés sur son nom contre 47 à Chatteleyn et 41 au socialiste. Comme en 1889, des protestations furent déposées sur le bureau de la Chambre des députés. Cette fois-ci, elles émanaient d’un candidat vaincu, le socialiste Emile Moreau33. On y retrouve les traces de la représentation de l’aristocratie dans les mentalités des leaders de la gauche, qu’on a déjà signalée plus haut. Ces protestations ne furent pas retenues par la Chambre qui adopta le rapport du bureau concluant à la validation de l’élection du comte de Montalembert.

  • 34 « Droites et ralliés à la Chambre des députés au début de 1894 », RHMC, avril-juin 1966, p. 117-13 (...)
  • 35 Ibidem, p. 131.

25Au Palais-Bourbon, le comte de Montalembert rejoignit la trentaine de députés qui, au lendemain du scrutin législatif, représentaient la droite ralliée, à côté des 56 élus de la droite conservatrice et monarchiste, des 300 républicains modérés, des 122 radicaux et de la cinquantaine de socialistes. La distinction, au sein des députés de droite, entre les ralliés et les monarchistes a paru traduire insuffisamment les nuances qui, dans la réalité, les séparaient quant à leur position vis-à-vis du régime républicain, des lois constitutionnelles de 1875 et de la politique gouvernementale. En étudiant de près la position des 88 représentants de la droite lors de trois scrutins importants du début de l’année 1894, Jean-Marie Mayeur a pu établir un autre classement34. Celui-ci nous renseigne très précisément sur la position du député Geoffroy-Jules de Montalembert. Jean-Marie Mayeur en conclut qu’on peut le ranger parmi les représentants de la droite qui manifestaient à la politique du régime « une hostilité résolue »35. Geoffroy-Jules de Montalembert fut certainement un rallié à regret, dans les premiers temps qui suivirent la demande pontificale, mais un rallié tout de même. La question de la laïcité et la question sociale demeuraient néanmoins deux obstacles importants à un ralliement de cœur. Le temps et le rapprochement avec la politique gouvernementale devaient le permettre. En effet, l’accession de Jules Méline à la présidence du conseil, en 1896, marqua le début de deux années pendant lesquelles le gouvernement laissa les catholiques opérer une restauration des congrégations chassées au début des années 1880 et des couvents fermés ensuite. Interpellé, le 12 mars 1898, sur sa politique générale, le gouvernement Méline, qui avait repoussé tout anticléricalisme, obtint, pour le soutenir, presque toutes les voix de la droite, et en particulier de tous les députés du Nord appartenant à cette tendance, parmi lesquels Montalembert.

26En mai 1898, Geoffroy-Jules de Montalembert posa une nouvelle fois sa candidature dans la 6e circonscription de Lille. La gauche socialiste s’y était renforcée considérablement depuis 1893. Le guesdisme avait gagné en profondeur le monde ouvrier et, aux élections municipales de 1896, Lille était tombée aux mains des socialistes. L’agglomération Lille-Roubaix-Tourcoing était devenue un « fief guediste ». C’est une nouvelle fois Emile Moreau, candidat vaincu en 1893, qui s’opposa au maire d’Annappes dans la circonscription de Roubaix.

  • 36 D. Barodet, Recueil des textes authentiques des programmes et engagements électoraux des députés p (...)

27Le comte de Montalembert se présente comme le porte drapeau du parti de l’ordre. Les premières lignes de sa profession de foi36 sont consacrées, à nouveau, à préciser son opinion sur le régime. Il se montre encore plus clair qu’en 1893 sur son ralliement : « La République est le gouvernement de la France : je place ma candidature sur le terrain de la Constitution du pays ; je l’accepte, aujourd’hui, comme je l’ai toujours loyalement acceptée pour aider, sans arrière-pensée, ceux qui veulent l’apaisement politique et la réalisation des réformes sociales, basées sur la justice et la liberté. » Le candidat entend soutenir une politique d’apaisement dans le domaine religieux, ce qui explique le soutien qu’il a apporté à Jules Méline. Comme une très grande partie de la droite, Geoffroy-Jules de Montalembert, opposé à tous les gouvernements qui se sont succédés depuis son entrée au Palais-Bourbon, a, en effet, rejoint la majorité de Méline. Le 30 avril 1896, après la chute du gouvernement de Léon Bourgeois devant le Sénat, Jules Méline se présenta devant les députés et les appela à soutenir la « politique d’apaisement et de progrès » qu’il entendait mener. Avec la droite, le député de Roubaix vota alors l’ordre du jour favorable au gouvernement. Et pendant toute le suite de la législature, il participa de cette majorité, de plus en plus attaquée par la gauche.

28Si, dans sa profession, le candidat et député de Roubaix souligne qu’il souhaite la victoire de la majorité qui soutient Méline, il exprime aussi le vœu que celle-ci mène une politique sociale volontariste. Dans ce domaine, le gouvernement a, aux yeux des catholiques sociaux, une action insuffisante. Montalembert demande également aux pouvoirs publics « de respecter la religion, sans laquelle aucune société ne peut subsister ». La place qu’il donne ainsi à la religion, au cœur de la vie du pays et de ses habitants, traduit bien l’héritage du catholicisme intransigeant passé dans le catholicisme social. C’est d’une sorte de République chrétienne dont rêvent les représentants de ce courant.

  • 37 Jean Morel fut député de Douai-2 de 1885 à 1889. B. Ménager et alii, op. cit., p. 257.
  • 38 ADSM 160J215.
  • 39 P. Quillard, Le monument henry. Listes des souscripteurs classés méthodiquement et selon l’ordre a (...)
  • 40 R. Rémond, « Les catholiques choisissent leur camp », L’histoire, n°173, janvier 1994, pp. 70-73. (...)
  • 41 J.-M. Mayeur, « Les catholiques dreyfusards », Revue historique, avril-juin 1979, pp. 337-361

29Quelques échos des premiers combats de l’affaire Dreyfus percent ici et là. Par exemple, lorsque Montalembert demande « de maintenir bien haut le prestige de l’armée ; de restaurer, à tous les degrés de la hiérarchie, le principe d’autorité aujourd’hui si amoindri et d’éviter de subir l’influence des financiers cosmopolites si préjudiciable à la dignité et à l’avenir du pays ». Plusieurs faits permettent de cerner, en 1898, la position de Geoffroy-Jules de Montalembert dans cette affaire. Au début de l’année, il reçoit une lettre de son ami et ancien collègue à la Chambre Joseph Morel37 qui lui écrit : « Que dites-vous du procès Zola ? Le général de Pellieux a bien remis les choses au point38. » Il fait allusion à la déposition de l’officier général, en février 1898, qui entraîna l’enthousiasme des antidreyfusards, au cours du procès intenté à Emile Zola après son article dans L’aurore. Voulant prouver une fois pour toute la culpabilité de Dreyfus, le général de Pellieux fit allusion à une pièce secrète qu’il croyait accablante pour le capitaine, le « faux Henry ». À la suite de cette révélation, la cause du détenu de l’île du Diable parut perdue ; mais cette maladroite déposition allait rendre possible la découverte du crime commis par le colonel Henry. Les propos de Joseph Morel, qui s’adresse au comte de Montalembert en l’appelant « Cher ami », semble sous-entendre que son correspondant partage son avis sur l’affaire. Ce que confirme un second fait. Après le suicide en prison du colonel Henry, à la fin août 1898, La Libre parole d’Edouard Drumont lança une souscription pour permettre à sa veuve d’intenter un procès à Joseph Reinach. Comme cinquante-deux autres députés, le comte de Montalembert versa sa participation au « monument Henry39 ». Son nom apparaît dans la liste du 21 décembre 1898 pour la somme de cinquante F. Le même jour, deux autre députés de Lille, Jules Dansette et Ernest Loyer, versent chacun vingt F. René Rémond40 a démontré les mécanismes qui poussèrent une majorité de catholiques, mais non pas la totalité41, à embrasser la cause des antidreyfusards. Ajoutons que l’ancien officier d’active et toujours officier de réserve qu’était le comte de Montalembert fut particulièrement sensible à la défense de la cause de l’armée. Il reste que si l’affaire rebondit peu de temps avant la campagne des législatives, elle ne joua pas un rôle considérable dans les élections. On le voit ici avec la profession de foi du comte de Montalembert. Ce fut bien, pour lui comme pour les autres candidats, la question de la politique d’apaisement du gouvernement Méline qui fut décisive.

30Le 8 mai 1898, le député conservateur de Roubaix fut réélu avec 8 075 voix soit 58,7 % des suffrages exprimés. C’était son meilleur score. En chiffres bruts ou relatifs, il n’avait jamais rassemblé autant de suffrages sur son nom. Au niveau national, les républicains modérés sortaient vainqueurs du scrutin mais une minorité d’entre eux refusa la poursuite de l’expérience Méline. La conséquence en fut que l’axe de la majorité se porta plus à gauche. Geoffroy-Jules de Montalembert retourna dans une opposition qu’il ne quitta plus.

  • 42 D. Barodet, Recueil des textes authentiques des programmes et engagements électoraux des députés p (...)
  • 43 B. Ménager et alii, op. cit., p. 226.

31Aux élections législatives de 1902, la question religieuse revint au premier plan. La politique anticléricale du gouvernement et l’opposition vigoureuse de la droite ont exacerbé le débat. Aussi le comte de Montalembert exprime la condamnation la plus ferme de l’action du gouvernement Waldeck-Rousseau, il stigmatise « la politique sectaire du Ministère actuel […] faite de négations, d’équivoques et de trahison42 ». Et il décrit « le mal immense » qu’elle a fait à la France : « […] elle a menacé la religion, diminué les libertés, affaibli l’armée, gaspillé les finances et désuni les citoyens ». Il dénonce la manière dont le gouvernement a géré le dénouement de l’affaire Dreyfus et le rend responsable d’avoir agi de telle sorte que l’institution militaire s’en trouve affaiblie. Il appelle ses concitoyens à une réaction vigoureuse et utilise un ton qu’on avait identifié dans sa profession de foi de 1889 : « Nous ne pouvons supporter plus longtemps un tel état de choses. » Face au comte de Montalembert, la majorité de Défense républicaine présente deux candidats : le socialiste Emile Moreau et le maire radical-socialiste d’Hem, Henri Delecroix43.

32Depuis 1898, le nombre des inscrits est passé, dans la circonscription de Roubaix, de 16 636 à 23 200 soit une croissance de près de 40 %, signe de l’intense urbanisation de cette banlieue ouvrière lilloise. Avec 10 111 voix, soit 51,1 % des suffrages exprimés, Geoffroy-Jules de Montalembert retrouve son siège dès le soir du premier tour. L’absence de tout candidat du centre lui a permis encore une fois de rassembler sur son nom la droite mais certainement aussi une partie des modérés.

  • 44 R. Huard, La naissance du parti politique en France, Paris, Presses de la Fondation Nationale des (...)
  • 45 B.-F. Martin, « The Creation of the Action libérale populaire », French Historical Studies, 4, 197 (...)
  • 46 A. Caudron, op. cit., p. 64.
  • 47 AN F 7 12719
  • 48 AN F 7 12719.

33Ce fut au début de cette législature que l’on vit éclore, grâce à la loi de 1901 sur les associations, un certain nombre de groupements politiques, en particulier à droite44. Le comte de Montalembert rejoignit alors l’Action libérale populaire de Jacques Piou45. Le 11 novembre 1902, La dépêche relate l’assemblée générale constitutive de l’Association républicaine libérale pour la défense des intérêts politiques et économiques de la région du Nord, qui s’est tenue à Lille quelques jours plus tôt. C’est Piou qui a présidé cette réunion installant dans le Nord une branche de l’ALP. Sur l’estrade, à ses côtés, siégeait le comte de Montalembert. Le président du nouveau comité départemental est André Bernard46, actionnaire de La dépêche et futur dirigeant de la société « La Presse régionale ». Des liens précis apparaissent donc ici entre Montalembert et tout le réseau des catholiques sociaux ralliés du Nord. À côté de Montalembert, Jacques Piou et André Bernard, se trouve le secrétaire général du comité du Nord de l’ALP, Pierre Chesnelong, avocat lillois actif dans les combats de la droite, fils d’un député puis sénateur inamovible, et dirigeant de l’Œuvre des cercles catholiques d’ouvriers. Sont également présents les députés du Nord Ignace Plichon, membre du comité directeur de l’ALP dès sa fondation, et Jules Dansette. C’est la question religieuse, son catholicisme social et son ancien engagement monarchiste qui portèrent Geoffroy-Jules de Montalembert vers l’ALP et non vers la Fédération républicaine fondée en 1903 par Eugène Motte, député de Lille. Au sein de l’ALP, Geoffroy-Jules de Montalembert n’eut sans doute pas un engagement partisan très puissant. Il n’est pas nommé dans le Comité directeur qui se met en place en 1901 et dont la liste figure dans le premier numéro du journal de la nouvelle organisation, « L’Action libérale47 ». On ne trouve pas non plus son nom dans l’organigramme de la direction du mouvement dans le Nord, ni dans les rapports de la Sûreté sur les activités de l’ALP dans cette région. La seule indication de son activité se trouve dans un rapport pour le ministre de l’Intérieur du 23 janvier 1904, au sujet de la campagne de propagande que développe l’ALP. Il y est nommé parmi les habituels conférenciers qui y participent48.

34Pendant cette législature, Geoffroy-Jules de Montalembert s’opposa aux mesures proposées et votées par la majorité du Bloc et en particulier la loi de séparation des Églises et de l’État.

35Au total, l’activité parlementaire du comte de Montalembert fut marquée par une double action, véritablement politique à la Chambre, plus quotidienne et sociale dans sa circonscription. En 1891, il fut élu secrétaire de la Chambre. Mais il ne fut pas un des grands leaders du Palais-Bourbon et n’y prit que très peu la parole. Il ne siégea pas dans les grandes commissions et ne signa qu’un très petit nombre de propositions de loi. En revanche dans le Nord, le courrier conservé dans les archives de son fils témoigne d’occupations, d’interventions, très nombreuses, liées à son statut de député et aussi d’élu local.

  • 49 Interview Thomas.

36En mai 1906, il souhaita abandonner la première de ces fonctions. Après quatre législatures et 17 ans à la Chambre, il ne se représenta pas. Le candidat radical de 1902, Henri Delecroix, fut élu au second tour contre le candidat libéral Félix Dehau, maire de Bouvines depuis 1872 et ami d’Eugène Duthoit. D’après le témoignage de Geoffroy de Montalembert49, son père avait été découragé par le vote, un an plus tôt, de la loi limitant le service militaire à deux ans. Il avait estimé que cette mesure mettrait en péril la sécurité du pays. Or, au sein des élus de l’ALP, il fut un des rares à s’opposer à cette loi. Le 17 mars 1905, la loi recueillit cinq cent quatre voix favorables, dont celles de ses collègues du Nord Henry Cochin, Ignace Plichon et Jules Dansette, contre trente-quatre. À la suite de cette grande déception, le comte de Montalembert aurait décidé de se retirer de la vie politique nationale.

37Geoffroy de Montalembert signale encore, qu’en 1914, alors que le service militaire avait été ramené à trois ans, il a vu les amis politiques de son père venir lui rendre raison et lui demander de se représenter à Roubaix. Lui-même insista auprès de son père pour qu’il reprît le combat politique, mais il refusa. Il semble à Geoffroy de Montalembert que son récent veuvage, qui l’avait très atteint, pût expliquer ce choix.

  • 50 Rappelons que ces lignes datent de 1908.

38Ainsi, le jeune Geoffroy connut assez peu son père député. Mais, celui-ci lui en parla ainsi que sa mère. Ce qu’elle écrit dans le cahier qui lui était destiné nous permet de savoir comment ses parents jugeaient l’action et la vie politiques de l’époque. « Votre papa […] fut conseiller général, député pendant dix-huit années. Il en souffrit beaucoup et la politique sectaire, inique qui mena la France au fond de l’abîme où nous sommes plongés50 fut détestée par sa franche et droite nature. Aucun vote, aucune compromission ne put lui être reprochée et il ne varia jamais de ses principes religieux, patriotes, militaires. Pendant ces périodes odieuses où la franc-maçonnerie les sapait les uns après les autres. Las de ces turpitudes votre père se retira de la vie politique il y a deux ans. » Au-delà de la condamnation de la politique des gouvernements radicaux que contiennent ces phrases, plusieurs remarques méritent d’être faites. Tout d’abord, le vocabulaire utilisé par son auteur frappe par son identité avec celui que l’on a trouvé dans les professions de foi du candidat Montalembert. Il témoigne du partage d’une commune identité politique entre la comtesse et son mari et d’un foyer où l’on exprimait ses convictions en ce domaine.

  • 51 Ph. Boutry, « Dieu », in J.-F. Sirinelli, Histoire des droites en France, op. cit., tome 3, p. 209
  • 52 Ibidem, p. 211.

39L’énumération des trois types de principes auxquels l’auteur se félicite que son mari soit resté fidèle n’est pas anodine. Il y a en premier lieu les principes religieux ; on a vu que parmi les règles qu’elle enseigne à son fils, la fidélité à la foi chrétienne est placée en tête. Il ne peut y avoir à ses yeux de séparation entre l’identité chrétienne et l’engagement social. Les principes politiques et les combats qu’ils déterminent ne doivent pas être disjoints de l’adhésion religieuse. C’est en ce sens que le député de Roubaix croyait à la possibilité et même à la nécessité d’un régime chrétien. Le long soutien à la cause monarchique procédait d’un refus de cet héritage de la Révolution, que fut la rupture du lien « qui unissait jusqu’alors l’organisation de la Cité des hommes à la cité matricielle de Dieu51 ». Or, le ralliement à la République, accepté par Geoffroy-Jules de Montalembert et par ses collègues, n’induisait pas automatiquement l’acceptation et le ralliement à la Révolution française. Il s’agit bien de deux réalités différentes. On ne soulignera jamais assez combien, dans le cas qui nous occupe ici mais aussi dans beaucoup d’autres, le combat politique fut avant tout un combat religieux. Philippe Boutry écrit encore à ce sujet : « La brisure du lien qui attachait jusqu’alors la Cité à Dieu sera vécue douloureusement par les royalistes et les croyants. Il faut y voir l’origine du recouvrement, pendant plus d’un siècle, du catholicisme et de la droite dans sa globalité, malgré sa diversité interne au fil des temps52. » Viennent ensuite les principes patriotiques et militaires, qui traduisent, eux, la tradition aristocratique d’amour et de service du pays, l’actualité des inquiétudes nationalistes dans ces années du début du siècle et l’intransigeance avec laquelle l’ancien officier condamnait tout ce qui pouvait porter atteinte à l’armée. Notons encore que ces lignes du cahier font de l’arène politique un lieu de souffrance. C’est directement le fruit de cette souffrance qui motiva, d’après l’auteur, la rupture avec cette carrière parlementaire. Il faut lire dans ses propos que son mari ne pouvait plus supporter les « turpitudes » qu’il y découvrait : le sectarisme, l’iniquité, les compromissions. La chose politique est présentée comme un lieu de déshonneur, ce que, moins que d’autres, un aristocrate ne saurait supporter. Finalement, c’est par un constat d’effondrement du pays et de grande déception que s’achève ce paragraphe du cahier. Le comte de Montalembert a cru possible une action en vue du relèvement du pays. Or, plus le temps a avancé, plus cette action a pris l’allure d’un échec. Non seulement, Montalembert et ses amis n’ont pu édifier une France chrétienne, développant les théories sociales de la papauté, mais au contraire, ces catholiques se sont sentis de plus en plus persécutés. Le découragement l’a, alors, emporté.

  • 53 R. Rémond, « La culture politique des catholiques aujourd’hui », Vingtième Siècle, Revue d’histoir (...)

40Il ressort de ces lignes une réelle suspicion à l’égard de tout ce qui est politique. René Rémond, relevant cet aspect de la culture catholique, a précisé ce qui lui semblait en être les trois origines53. D’abord la considération que la recherche et l’exercice du pouvoir sont contradictoires avec l’exercice des vertus chrétiennes : « Comment préserver l’humilité chrétienne dans des fonctions qui impliquent la certitude d’avoir raison, qui nourrissent l’orgueil personnel et obligent à recourir à des procédés qui n’ont rien d’évangélique ? » Il indique que les pratiques politiques (« les fausses promesses, la brigue, les polémiques, les attaques contre les personnes, toutes les déviations du recours au suffrage universel, toutes les perversions de la démocratie ») et les divisions que l’action en ce domaine entraîne peuvent être perçues comme contraire à l’enseignement du Christ. Ensuite, les heurts et les conflits provoqués, depuis le xixe siècle, par l’intervention de la sphère politique dans la vie de l’Église ont pu conforter, chez les catholiques, « l’idée qu’il n’y avait rien à attendre de la politique, que rien de bon ne pouvait décidément en sortir ; bref, que la politique était, par nature ou par malédiction, l’empire du mal où régnait le Prince de ce monde ». C’est exactement ce que sous-entendent les propos de la comtesse de Montalembert. Enfin, René Rémond rappelle que, contrairement aux idées reçues, l’Église et l’État se sont souvent heurtés dans l’histoire, que les croyants ont dû parfois choisir entre la fidélité à un prince ou à une nation et celle qu’ils devaient à l’Église. Ainsi, les catholiques font assez peu de cas, dans leurs réflexions doctrinales, de l’État et « leur sympathie va plutôt aux corps intermédiaires dont les attributions restreignent l’intervention de l’État et limitent le champ de ses compétences ». C’était en particulier le cas chez les catholiques sociaux et on a fréquemment lu, sous la plume du candidat Montalembert, des appels à limiter le poids de l’État et de ses dépenses. Cette étude éclaire donc la défiance vis-à-vis de l’action politique, au moins au niveau national, que l’on a trouvée dans ce cahier et que partageait le député « démissionnaire » en 1906. La question qui importe dès lors est de savoir comment Geoffroy de Montalembert, élevé dans cette ambiance de quasi diabolisation de la politique, a pu passer outre et embrasser une telle carrière dans les années 1930. Le temps, la position de Pie XI, faisant de l’engagement politique un exemple de la charité chrétienne, le retour de la droite au pouvoir après la Grande Guerre et la réconciliation avec la papauté ont pu participer de cette réhabilitation.

Le refuge dans la gestion locale

41D’après la comtesse de Montalembert, son mari semble tirer beaucoup de réconfort à gérer ses biens, les œuvres charitables et sociales issues des Brigode et sa commune d’Annappes. Si le regard posé sur la vie politique parisienne s’est avéré très sombre, il n’en est pas de même pour ces occupations regroupées dans son cahier sous l’expression « devoir social ».

  • 54 ADSM 160J186.
  • 55 F. Braudel et E. Labrousse, Histoire économique et sociale de la France, Paris, PUF, 1976, t. 3, p (...)

42Il s’agit d’abord de développer, comme l’exige la règle aristocratique, le patrimoine familial reçu des ancêtres. La plus grosse partie est constituée de l’héritage de la fortune des Brigode. On a retrouvé le registre des impôts payés par le baron de Brigode puis par sa fille de 1830 à 185354. Pour cette dernière année, la vicomtesse de Clercy doit verser pour les seuls biens d’Annappes la somme de 3194,14 F. La somme se décompose en 1 292,22 F pour elle-même et 1 901,92 F pour ses fermiers. Ces 3 194,14 F sont essentiellement issus de la contribution foncière. On apprend ainsi que le revenu des loyers s’élève à 19 080,28 F, ce qui induit un impôt foncier de 2 683,51 F. La contribution des portes et fenêtres se monte à 305,87 F, pour dix portes cochères, trois cents portes et fenêtres de rez-de-chaussée, premiers et seconds étages, cinq maisons à quatre ouvertures, et quatre maisons à cinq ouvertures. La contribution mobilière et personnelle est de 204,91 F. Il n’y a pas de patente à verser. À titre de comparaison, Adeline Daumard a montré55 qu’en 1862, 53 000 des 11 511 841 propriétaires fonciers français (soit moins de 0,5 %) payaient plus de 500 F de taxes foncières. Or, on vient de dire que neuf ans plus tôt, les seules propriétés d’Annappes exigeaient le paiement de plus de 2 600 F d’impôts fonciers. Cela indique un niveau de propriété foncière exceptionnel.

  • 56 ADSM 160J183 et 160J184.

43Un contrat d’assurance signé entre le comte Geoffroy-Jules de Montalembert et la Compagnie française du Phénix en 1907 donne une évaluation précieuse d’une partie de son patrimoine annappois56. Précisons qu’il ne s’agit que des biens bâtis qu’il possède et utilise lui-même et du mobilier qu’ils contiennent. Ne sont pas évaluées les terres et fermes qu’il loue, et qui représentent des dizaines d’hectares. L’évaluation des biens atteint 541 000 F, décomposés de la manière suivante :

  • 280 000 F pour le château et ses dépendances (le corps principal du bâtiment, deux autres constructions, un bûcher et volière, une chapelle et un pavillon de chasse) ;
  • 123 000 F pour le mobilier contenu dans ces bâtiments (meubles, lits, billard, piano, ornements, glaces, vaisselle, porcelaine, verrerie, linges, bibliothèque, argenterie, tableaux57 et gravures ;
  • 94 000 F pour les bâtiments et leur mobilier où sont installées les œuvres des Brigode (hospice, patronages) ;
  • 25 000 F pour la ferme du parc du château ;
  • 19 000 F pour une autre ferme dans Annappes.

44En plus de ces biens, le comte de Montalembert possédait une habitation parisienne au 216, boulevard Saint-Germain, évaluée en 1905, pour son contrat d’assurance, à 233 000 F.

  • 58 SHAT 5Ye 33.934.
  • 59 J.-M. Wiscart, La noblesse de la Somme au xixe siècle, Amiens, Encrage, 1994, p. 142.

45Le contrat de mariage passé devant Maître Besnard, notaire à Versailles, le 31 mars 1877 entre le comte de Montalembert et sa future épouse précise les biens qui viennent de cette dernière58. Le seul apport mobilier s’élève à 248 789,98 F (vêtements, linge, bijoux, meubles, argenteries, diamants, rentes, loyers de fermage) ; il faut encore y ajouter 671 hectares 28 ares et 31 centiares de terres en pleine propriété situées exclusivement en Seine-Inférieure. Cette immense fortune foncière est encore accrue de 273 hectares 29 ares et 24 centiares de terres et fermes sises dans le même département que la future comtesse de Montalembert possède mais dont l’usufruit revient à sa tante veuve de Jules de Clercy. Outre un apport mobilier d’environ 250 000 F, la mère de Geoffroy de Montalembert apportait donc dans sa corbeille de mariage près de 1 000 hectares de terres en Normandie. On peut difficilement évaluer la somme totale représentée par ces biens lui venant de ses parents. La seule ferme de Bennetot à Tôtes était évaluée, pour son assurance, en 1909, à 169 000 F. Comparativement, Jean-Marie Wiscart explique dans sa thèse59 que seulement un dixième des successions nobiliaires de la Somme portait à l’époque sur plus de 500 hectares. On est ici à plus du double.

  • 60 F. Codaccioni, « Les fortunes à Lille (1821-1908) » in A. Daumard (sd), Les fortunes françaises au (...)
  • 61 ibid., p. 388.

46Au total, l’évaluation des seuls biens mobiliers assurés par le comte Geoffroy-Jules de Montalembert et son épouse, ainsi que les fermes d’Annapes exploitées directement, et leur habitation parisienne dépassent le million de F. À cela, il faudrait ajouter la valeur du millier d’hectares possédé en Seine-Inférieure, des propriétés foncières du Nord, et enfin les biens du comte hérités des Montalembert, pour lesquels on n’a trouvé aucune information. Une addition finale permettrait sans doute de doubler au moins le million de francs attesté. À titre de comparaison, Félix Codaccioni, dans son étude des fortunes lilloises pour l’année 1908, trouve 32 successions supérieures à un million de francs, dont 7 seulement pour les propriétaires fonciers60. La plus forte de ce dernier groupe s’élève à 2 180 200 F61. On peut donc classer le comte et la comtesse de Montalembert parmi les plus fortunés des propriétaires fonciers du Nord de la France et de la Seine-Inférieure.

47La gestion globale de cette fortune demandait une grande disponibilité. Le comte de Montalembert s’occupa, en outre, personnellement de ce que son épouse nomme, dans son cahier, « son agriculture ». Quelques fermes n’étaient pas louées mais exploitées par lui, avec l’aide d’employés dirigés par un régisseur. La longue tradition de la « réserve » de jadis se trouvait ainsi maintenue. C’était le cas de la ferme du parc du château, dont le comte était le chef d’exploitation ainsi que d’une autre propriété, nommée ferme d’Annappes, située rue d’Ascq. Le maire d’Annappes dirigeait aussi la grande ferme de Bennetot située à Tôtes en Seine-Inférieure. La comtesse de Montalembert écrit que son mari sut rendre prospères ces exploitations agricoles et enjoint à son fils de poursuivre, après lui, ce travail.

48Si la gestion de ses exploitations agricoles fut une activité menée seul par le comte de Montalembert, les œuvres charitables et sociales l’occupèrent avec son épouse. Pour tous les deux, elles faisaient partie intégrante de leurs devoirs et, dans son cahier, la comtesse de Montalembert demande à son jeune fils de les poursuivre après eux. Elle écrit ainsi : « Je veux aussi mon cher enfant vous parler des œuvres que votre sainte grand-mère a laissées. Elle ne voulait jamais s’en attribuer le mérite et cependant c’est elle qui les a créées, sauf les bourses, et administrées. Dieu les a placées entre nos mains. J’espère qu’il permettra qu’elles soient entre les vôtres et que vous les administrerez comme un bon et fidèle serviteur. Après nous, vous ferez votre mieux pour les confier à d’autres aussi dignes que ceux qui nous ont précédés et Dieu fera le reste. »

  • 62 AMA 1Q29.
  • 63 Extrait de l’ordonnance royale de 1833 par laquelle Louis-Philippe autorisait le Bureau de bienfai (...)
  • 64 ADSM 160J174 et 160J179.

49Les bourses auxquelles il est fait allusion sont celles de la fondation de MM. de Brigode, créée par ordonnance du roi Louis-Philippe le 26 avril 183362 à la demande des deux frères Pierre-François comte de Brigode-Kemlandt, maire de Camphin-en-Pévèle, et Romain-Joseph baron de Brigode, maire d’Annappes. Par un acte du 18 juillet 1832, ils avaient donné au bureau de bienfaisance d’An-nappes une rente sur l’État, de 5 %, de 3 682 F. Le produit de la rente devait être réparti en vingt-trois bourses « destinées à aider les enfants pauvres et peu aisés de l’un ou de l’autre sexe, à apprendre un métier ou à faire leurs études63 ». Une même fondation fut créée au profit du bureau de bienfaisance de Camphin-en-Pévèle. D’après la comtesse de Montalembert, ces bourses trouvent leur origine dans une ancienne œuvre charitable, dite Fondation des Boursots, instituée par les Brigode en 1721. Il s’agissait ainsi de dons visant à rendre possible ou à améliorer l’éducation des plus pauvres des enfants, jeunes garçons ou jeunes filles ainsi que de séminaristes64. Ces bourses constituaient une véritable institution dans le village d’Annappes. L’acte de création stipule que le choix des boursiers devait être fait après consultation des curés, maires et membres des bureaux sur le mérite des candidats. Aux yeux de la comtesse de Montalembert, tout l’intérêt de ces dons réside dans l’éducation avant tout religieuse et la formation de jeunes prêtres qu’ils permettent.

  • 65 Ce bâtiment, récemment rénové, est maintenant le centre communal d’aide sociale de Villeneuve d’As (...)
  • 66 ADSM 160J182.

50Outre la fondation de MM. de Brigode, le comte et la comtesse de Montalembert géraient l’œuvre dite de l’hospice Gabrielle, en souvenir de la sœur de Noémie de Brigode, décédée précocement à Rome à l’âge de 33 ans. Gabrielle de Brigode avait souhaité créer un hospice pour les personnes âgées démunies d’Annappes. Mais, elle n’eut pas le temps de le réaliser. En 1858, deux ans après sa mort, sa sœur Noémie et son frère Adrien eurent à cœur de remplir cet engagement. Ils utilisèrent pour cela le « petit château », élégante bâtisse du xviiie siècle achetée sous la Révolution par leur oncle Pierre-François de Brigode et qui était la résidence des Potteau et Ballican avant leur émigration65. Ils confièrent cet établissement à quatre sœurs de la congrégation des Filles de la Charité66. Cette Société de Secours mutuels et de Retraite pour la vieillesse dite de Saint-Vincentde-Paul ne fut point érigée en fondation afin de préserver son indépendance. La comtesse de Montalembert l’explique dans son cahier : « Aucune fondation n’est faite, aucune charge n’est imposée, c’est une charité absolument. […] La Commune, le bureau de bienfaisance n’ont rien à y voir. Ma tante a tenu essentiellement qu’aucune fondation ne fût faite. Elle a avec cette intelligente perspicacité sauvé cette œuvre de la tourmente qui englobe toutes les fondations. » Au début du xxe siècle, 5 000 F sont annuellement donnés par la comtesse de Montalembert et la veuve d’Adrien de Brigode pour les quatre sœurs et les huit pensionnaires hébergés et soignés gratuitement. Les autres vieillards logés le sont en contrepartie d’une légère contribution et de quelques services.

51La comtesse Noémie de Brigode ajouta à l’hospice Gabrielle deux ouvroirs dits du Sacré-Coeur, en 1893 et 1896. Il ne s’agissait plus de recueillir quelques personnes âgées tombées dans l’indigence, mais, cette fois-ci, de faire œuvre d’éducation. Ces ateliers sont destinés aux jeunes filles d’Annappes qui viennent quotidiennement y travailler. La comtesse de Montalembert précise l’intérêt moral de ces établissements : « Ces jeunes filles apportent leur bonne influence dans leur famille, elles deviennent plus tard des mères chrétiennes accomplies et la gloire de Dieu et les traditions chrétiennes du villages y sont conservées. »

  • 67 ADSM 160J158.
  • 68 ADSM 160J182.

52Ce souci de l’éducation et de la formation chrétienne des jeunes marqua considérablement l’œuvre des Brigode puis des Montalembert à Annappes. Outre les bourses, des institutions d’enseignement furent développées. En 1872 était fondé le patronage de garçons Saint-Adrien, en souvenir du frère de la comtesse de Clercy, Adrien de Brigode, décédé douze ans plus tôt. Le 30 janvier 1877, un accord signé entre le Supérieur général des Frères des Écoles chrétiennes et la comtesse de Clercy permit l’ouverture d’une école catholique dite de Saint-Adrien sur un terrain offert par cette dernière67. Les Frères y établirent ensuite un noviciat et une maison de retraite pour les plus âgés d’entre eux. Cet établissement, construit en briques rouges à la fin du xixe siècle a d’imposantes dimensions. Il est situé à quelques pas de l’église paroissiale, au milieu d’un grand parc, qui, lui, fut peu à peu réduit par des constructions ultérieures, et logeaient, au début du xxe siècle, 180 personnes68. Pour les filles, la comtesse de Clercy fit édifier, en 1900, une école libre, dite Notre-Dame, tenue par trois sœurs de la Charité. L’établissement, encore visible de nos jours, formait avec l’hospice Gabrielle un ensemble compact à proximité de l’église d’Annappes. Lors des lois laïques, la comtesse de Montalembert remplaça les religieuses par des institutrices chrétiennes.

  • 69 AMA 1K32.

53En sus de la direction de ces œuvres multiples, de la gestion de ses biens, le comte Geoffroy-Jules de Montalembert administra la commune d’Annappes de 1881 à 1919. Après un premier mandat, il fut réélu neuf fois jusqu’en mai 1912 Dès sa première réélection, il obtint la quasi-totalité des suffrages de l’équipe municipale (19 sur 21), ce qui fut ensuite toujours la cas. En 1912, 521 habitants d’Annappes lui apportèrent leur voix et 20 conseillers sur 21 (cette voix manquante étant peut-être la sienne)69. Les procès-verbaux des réunions du conseil municipal détaillent les occupations du maire d’Annappes et permettent d’en conclure qu’une grande proximité existait entre le premier magistrat et ses concitoyens, en dépit de son caractère aristocratique. Le comte de Montalembert était particulièrement attentif à l’action sociale. Ce qui explique certainement en grande partie cette proximité. Ses engagements en ce domaine unifiaient son œuvre dans la commune. Les habitants d’Annappes ne différenciaient pas les activités du maire, du président du Bureau de bienfaisance, du propriétaire de l’hospice Gabrielle, des ouvroirs, du protecteur des écoles catholiques et des « patro », du dispensateur des bourses. Que l’on parle de patronage ou de paternalisme, on retrouve dans cet ensemble les caractères d’un encadrement aristocratique volontairement interventionniste car intérieurement intégré comme une attitude naturelle de la part d’un groupe qui se doit aux autres et dont le dévouement consacre une partie de la légitimité.

  • 70 ADSM 160J217 et 219.

54Cette action sociale locale ainsi que son mandat national faisaient de Geoffroy-Jules de Montalembert un personnage vers lequel affluaient les demandes d’interventions et d’aides les plus variées. Ses archives contiennent des centaines de lettres échangées avec ses administrés70. Il y a, tout d’abord, les très nombreuses sociétés de toutes sortes existant autour de Lille qui, chaque année, demandent au maire d’Annappes une cotisation d’honneur ou une participation financière. En dehors de ces demandes, il y a celles d’individus qui souhaitent que le comte de Montalembert intervienne auprès d’institutions ou de personnalités. Il faut signaler le grand nombre de demandes liées aux permissions militaires. Chaque affaire donne lieu à plusieurs courriers : la demande initiale, l’intervention du comte de Montalembert auprès de la personne ou du service adéquat, la réponse au solliciteur et parfois ses remerciements. Pour 1897, on a retrouvé 217 lettres reçues par le comte de Montalembert. Dans les années suivantes, celles de son second mandat de député, le volume du courrier double. On doit ajouter que les archives du comte et de la comtesse de Montalembert conservent de nombreuses sollicitations adressées à cette dernière. Il s’agit, dans ce cas, exclusivement de demandes de secours.

  • 71 ADSM fonds Montalembert 160J215.

55L’action locale du maire d’Annappes comportait encore les discours qu’il devait prononcer en de nombreuses occasions. Les obsèques des maires de la région étaient les plus fréquentes d’entre elles. Geoffroy-Jules de Montalembert conserva les coupures de presse rendant compte de ses oraisons funèbres. Très souvent, La dépêche les publiait dans leur intégralité. Ainsi, chacune de ces prises de parole lui permettait de s’adresser aux personnes présentes à l’inhumation mais plus largement à une part importante de la population. Le comte de Montalembert rappelait alors la carrière du défunt et mettait en avant les vertus qu’il avait illustrées, dressant ainsi le portrait de l’honnête édile. Ainsi pour un ancien maire de Baisieux : « La vie toute entière de M. Salembier est pour nous un exemple : exemple d’honnêteté, exemple de travail, exemple de charité. Dans le temps où nous vivons, ce sont là, Messieurs, des qualités qui deviennent rares. Aussi sommes-nous heureux et fiers de les retrouver intactes et de les saluer dans l’une de ces anciennes familles de cultivateurs dont les chefs en mourant transmettent à leurs enfants les meilleurs traditions de foi avec le plus précieux héritage d’honneur […]. M. Salembier avait l’âme essentiellement chrétienne, et c’est là que l’on doit chercher la source des sentiments élevés qui dirigeaient sa vie. C’est là, en effet, Messieurs, que l’on trouve toujours le principe des vertus aimables et solides qui font l’unité et aussi la dignité d’une existence. » Le journaliste qui rend compte de ce discours ne peut éviter de rapprocher ces propos de « l’éloquence de ce Montalembert qui fut l’un des princes de la tribune française71 ».

  • 72 J.-M. Mayeur, La Séparation de l’Église et de l’État, Paris, Julliard, 1966, p. 133.

56Au croisement de l’engagement politique et de l’action municipale, l’épisode des inventaires de 1906 met en situation le comte de Montalembert au milieu de ses administrés pour une affaire relevant du niveau national et de la vie villageoise. Il est alors maire d’Annappes, conseiller général de Lannoy et, pour quelques semaines encore, député du Nord. Le jeudi 1er mars 1906, une demi-heure avant l’arrivée du percepteur d’Annappes, M. Isbled, la cloche appelle les habitants à se rassembler devant et à l’intérieur de l’église Saint-Sébastien. Quand celui-ci se présente, à 9 heures, les voûtes résonnent des cantiques des paroissiens, les portes de l’édifice sont closes et une foule est massée dans le cimetière. À la tête de la protestation, le comte de Montalembert, le curé de la paroisse, l’abbé Flipo, d’autres ecclésiastiques, les membres du conseil de Fabrique et une bonne partie du conseil municipal. L’abbé Flipo déclare s’opposer à l’inventaire puis veut lire une protestation. Le percepteur, refusant de l’écouter, tourne les talons. Alors que Geoffroy-Jules de Montalembert entreprend de clamer son opposition, la foule se ressert autour de M. Isbled, l’arrête dans sa fuite et commence à lui donner des coups en criant : « À bas les casseroles ! À bas la franc-maçonnerie ! » Les gendarmes sont également maltraités et l’un d’eux gifle alors une jeune fille. La foule indignée redouble alors de violence. L’affaire menaçant de s’achever dans le sang, le comte de Montalembert veut maintenant protéger le percepteur et parvient à lui faire franchir la grille du cimetière. Les paroissiens continuent à narguer le fonctionnaire. C’est une exhortation de leur maire à rentrer chez eux et à se calmer qui met fin à l’incident. Les habitants se rassemblent ensuite dans l’église en chantant « Nous voulons Dieu ». L’abbé Flipo remercie enfin ses paroissiens et M. de Montalembert pour leur action. Il lit publiquement sa protestation qui est accueillie par des cris « Vive Jésus-Christ ! », « Vive M. le curé ! », « Vive M. de Montalembert ! » La matinée s’achève par un salut au Saint Sacrement. Dans les jours qui suivent, la même scène se produit à Ascq et dans les communes d’alentour. On sait que le Nord fut, avec le Grand Ouest et le sud-est du Massif central, une des zones où les incidents furent les plus graves. Cinq jours après l’inventaire d’Annapes, celui de l’église de Boeschèpe provoqua un mort72. L’attitude de Geoffroy-Jules de Montalembert n’est pas pour étonner après ce qu’on a dit des propos de son épouse concernant l’inventaire de leur paroisse parisienne de Saint-Thomas-d’Aquin. Ils vécurent ces événements comme de véritables drames. L’action du gouvernement radical, qu’ils jugeaient nocive, les touchait dans le cadre de leur vie quotidienne et provinciale. Le comte de Montalembert fut confirmé dans son désir de s’éloigner de la vie politique nationale qui lui répugnait de plus en plus. Dès lors, il ne conserva que ses mandats locaux.

57Gérer ses biens, ses œuvres, sa commune lui permit donc d’œuvrer dans un cadre où ne se répandait pas ce qu’il tenait, ainsi que son épouse, pour les vices de la vie politique parisienne. Si le chrétien risquait son salut dans les compromis parlementaires, il pouvait l’assurer dans un cadre plus local en travaillant à soulager les plus pauvres et à édifier les populations. À partir de 1906, le comte de Montalembert fut donc plus disponible pour son mandat de maire. Au même moment, son fils arrivait à l’âge de raison et pouvait dès lors apprécier ses engagements et la manière dont il les remplissait. Monarchiste, il avait, par fidélité au pape, accepté de rallier la République. Mais, à ce moment, la politique gouvernementale s’était fortement engagée sur le terrain de l’anticléricalisme, exigeant des membres de l’opposition des combats difficiles et souvent vains. La religion attaquée, le pays affaibli face à l’Allemagne, le maire d’Annappes choisit une sorte d’exil intérieur, comme l’avait fait un certain nombre de légitimistes trois quarts de siècle plus tôt. Il voulut s’éloigner des tribulations politiques. Peut-être s’agissait-il aussi de se préparer pour un avenir particulièrement menaçant. Si l’on en croit la comtesse de Montalembert, tout, dans son esprit, laissait croire que la situation de l’Église et de la France risquait encore de s’aggraver. Geoffroy-Jules de Montalembert estima vraisemblablement qu’il devait être plus présent auprès de son fils afin que celui-ci fût prêt pour les luttes futures. En fait, ce fut l’expérience de la guerre qui allait achever la formation de Geoffroy de Montalembert.

L’exemple et les principes transmis

  • 73 ADSM 160J209.

58C’est un héritage multiple que Geoffroy de Montalembert reçut ainsi de son père. Il lui transmit d’abord l’exemple d’un mode de vie aristocratique : le cadre de vie, le mobilier, les objets divers, les multiples résidences etc. Cette distinction s’exprimait encore dans l’habillement et le goût pour certains vêtements. On conserve, à ce sujet, plusieurs factures révélatrices d’une attirance pour les produits anglais achetés exclusivement dans de grands magasins parisiens. Les plus nombreuses viennent de la maison spécialisée en chemises et costumes anglais « Au carnaval de Venise », sis boulevard de la Madeleine. D’autres sont issues de l’enseigne « Aberdeen – Scotch tailors and breeches makers », du boulevard Malesherbes, de chez « Barclay », avenue de l’Opéra, de chez « Cook and Co. (tailors and outfitters) », rue Auber, ou encore du magasin « Old England », boulevard des Capucines73.

  • 74 La Voix du Nord, 18 juillet 1983.

59Le second héritage consiste en l’illustration d’un comportement, en l’exemple de l’acceptation d’un rôle et de charges dans la société. Dans les nombreuses références que, toute sa vie, il fit à son père, Geoffroy de Montalembert insiste sur ce dernier point et caractérise ce comportement par les termes loyauté, courage, respect des devoirs et de la foi, force de conviction, courtoisie et respect des adversaires. Et il en veut pour preuve une anecdote qu’il répéta fréquemment. « J’ai encore à l’esprit les réunions publiques houleuses, les rassemblements populaires importants qui avaient lieu à l’hippodrome de Roubaix avec Jules Guesde et les socialistes. Ils invitaient régulièrement mon père, et celui-ci tenait à répondre. Alors Guesde venait l’accueillir à l’entrée de l’hippodrome. Mon père descendait d’un petit attelage tiré par deux chevaux qu’on appelait “panier”. Jules Guesde, qui avait de la considération pour lui, l’emmenait à la tribune. Et à la fin de la réunion, il le reconduisait jusqu’à la porte en demandant qu’on ne chante pas tout de suite L’internationale, dans laquelle mon père ne reconnaissait pas son couplet… On chantait donc seulement quand il était parti74. » La reconstruction du souvenir a peut-être enjolivé les conditions de ces moments d’oppositions politiques, mais ce qui importe ici c’est la représentation gardée et transmise du comportement parfaitement loyal de son père, tellement loyal qu’il en imposait même au plus féroce adversaire. Celui-ci n’avait alors pas de peine à demander à ses troupes nombreuses et certainement assez excitées, au terme de la réunion, d’attendre pour chanter l’hymne socialiste afin de ne pas indisposer le représentant de la droite. Geoffroy de Montalembert donne ici l’image d’un homme dont l’attitude est issue de l’idéal chevaleresque du combat : le courage et la force au service de son camp mais dans le respect des règles de la lutte.

  • 75 Idem.

60Le troisième exemple que Geoffroy-Jules de Montalembert transmit à son fils fut son activité parlementaire et plus largement tous les engagements liés à son combat politique. Dès sa plus tendre enfance, le jeune Geoffroy vécut dans cette ambiance. Au terme de son existence, il affirmait que ses plus anciens souvenirs étaient ceux de réunions de conseillers municipaux, autour de son père, dans son château d’Annappes75. Il ajoutait qu’alors, sans même s’en apercevoir, le goût de la politique pénétrait en lui. Même s’il était encore jeune quand son père quitta la Chambre, il vit ce qu’induisaient de réunions, de travail et de courrier, les fonctions locales et cantonales de son père ainsi que l’influence politique qu’il conservait après dix-huit ans de représentation parlementaire. Enfant, puis adolescent, Geoffroy de Montalembert vécut au rythme des activités politiques de son père. Après la mort de sa mère, en 1913, il s’en rapprocha encore plus.

61Le dernier héritage reçu de son père est constitué par l’ensemble des principes politiques défendus par celui-ci. On les a croisés dans les professions de foi et les divers discours qu’il rédigea et prononça. Tout d’abord, son positionnement clairement affiché à droite de l’échiquier politique, dans le camp de l’ordre et de la conservation, deux mots récurrents dans ses programmes. Son père n’eut aucune difficulté à assumer une position politique nettement conservatrice et ne modelait ses opinions qu’en fonction de ses profondes convictions. Il n’était pas non plus l’homme d’un parti et son fils insiste sur son refus d’une quelconque inféodation à des directives de vote.

  • 76 P. Lévêque, Histoire des forces politiques en France, tome 1, 1789-1880, Paris, A. Colin, 1992, p. (...)

62Plusieurs cultures politiques couvraient alors le champ des droites. Comme l’indiquait déjà le cahier de la comtesse de Montalembert, c’est la culture traditionaliste que le député de Roubaix illustra et défendit. Venu de la droite légitimiste, ce qui domine chez lui c’est la volonté d’établir une organisation sociale capable de permettre aux individus de faire leur salut. Le traditionalisme du comte de Montalembert a fondamentalement pour base ce souci religieux. Le développement de la morale chrétienne est, à ses yeux, un but premier à poursuivre. Les élites naturelles et l’État ont une grande responsabilité à cet égard ; elles doivent encadrer suffisamment les personnes afin de les empêcher de se perdre. C’est dire qu’il refuse absolument l’idée d’une quelconque séparation du religieux et du politique, qui est un des caractères de la culture libérale et un des thèmes privilégiés du courant démocrate-chrétien. De l’héritage révolutionnaire, Geoffroy-Jules de Montalembert récuse à peu près tout et surtout l’émergence de l’individualisme. Sa vision organiciste de la société, où chaque partie doit assumer la fonction que le corps social lui attribue, exige la primauté de la communauté sur l’individu. C’est à l’élite naturelle, celle qui est issue de la naissance selon la conception aristocratique, que doit aller l’encadrement du pays. Nul besoin en effet de revenir sur l’inégalité des fortunes, fruit de la volonté divine, dès lors que les privilégiés observent les obligations qu’ils ont envers les plus pauvres. Ainsi sera assurée l’autorité nécessaire au bon fonctionnement de toute organisation. Plusieurs fois, le député de Roubaix s’en prend aux gouvernements qu’il accuse de manquer d’autorité et donc d’encourager le désordre. Les troubles, l’anarchie représentent le plus grand danger intérieur qui menace la pays. Voilà pourquoi il répète qu’il combat de toutes ses forces le socialisme et le collectivisme. Ils sont, selon lui, porteurs de déchirements internes par leur encouragement à la lutte entre les groupes sociaux. L’organicisme qu’il défend, issu du « légitimisme social76 » et renouvelé à la source de rerum novarum, doit substituer la collaboration entre les groupes, qui ont besoin les uns des autres, à leur concurrence. Cette entente exige que la justice sociale soit défendue. Plusieurs fois, il se fait le défenseur des droits des travailleurs.

  • 77 N. Rousselier, « La culture politique libérale », in S. Berstein (sd), op. cit., p. 73.

63L’identité politique du député du Nord emprunte également à d’autres traditions politiques de la droite, tant il est vrai, comme le dit Nicolas Rousselier qu’« une culture politique n’est pas faite pour être philosophiquement cohérente77 ». Il partage avec les libéraux le respect de l’autorité du droit, le rejet de la « tyrannie de la majorité », la conviction de l’importance des pouvoirs locaux et un refus évident des déchirements. Dans le domaine économique, comme bon nombre de personnalités issues de la tradition orléaniste, il exprime, en maintes occasions, le souhait que des mesures protectionnistes protègent les producteurs français. En ce qui concerne les libertés publiques, il n’oublie pas le nom qu’il porte et se montre exigeant. Mais il n’est pas pour autant un catholique libéral, à l’image de son oncle. Si, comme les libéraux, il croit au rôle d’une élite, il ne l’identifie pas, comme eux, à une sorte d’aristocratie de la raison et des talents. Il accuse la politique de sécularisation des républicains modérés, souvent issus de l’orléanisme. De plus, le rapport, sinon hostile, du moins souvent indifférent, entre le libéralisme politique et la foi catholique l’empêche absolument de s’y rallier. Son ultramontanisme l’entraîne vers le même refus. Au contraire des libéraux, il condamne l’héritage des Lumières, se convertit tardivement au suffrage universel, et exprime des aspirations sociales réelles.

  • 78 S. Berstein, « De la démocratie plébiscitaire au gaullisme : naissance d’une nouvelle culture poli (...)

64Avec le césarisme démocratique78 ou encore la tradition dite bonapartiste, le comte de Montalembert partage le goût pour l’autorité de l’État et pour l’ordre, l’attachement à la grandeur du pays. Parfois, ses propos se rapprochent d’un certain antiparlementarisme, thème caractéristique de ce courant. Mais, jamais, il ne se rallie à une solution qui viserait à s’appuyer sur le peuple pour éliminer l’influence des notables traditionnels.

  • 79 P. Milza, « Les cultures politiques du nationalisme français », in ibid., p. 315-333.
  • 80 Fiche d’abonnement pour 1900 in ADSM 160J232.

65Avec les courants nationalistes de la fin du siècle, le député de Roubaix a plus de points communs. Il se proclame adversaire déterminé de la politique gouvernementale, qu’il baptise antinationale. Son nationalisme s’est nourri aux sources des traditions familiales : l’attachement au pays, qui avait longtemps été lié à l’attachement au souverain, et l’acceptation du sacrifice pour la patrie. Il illustre la conversion, après la défaite de 1871, du traditionalisme chrétien et contre-révolutionnaire à l’idée nationale79. Au terme de l’affaire Dreyfus, le nationalisme a en effet rassemblé des thèmes chers à l’ultracisme : le goût de l’ordre, de la tradition, le militantisme religieux, l’exaltation de l’armée, la dénonciation du danger extérieur allemand. Geoffroy-Jules de Montalembert partage ce nationalisme défensif et conservateur du tournant du siècle. Même s’il a rallié la République et s’il ne se retrouve pas dans le royalisme de raison de Maurras, le maire d’Annappes est alors un lecteur du journal de l’Action Française80.

  • 81 Interview Thomas.

66Le goût de l’ordre, la volonté de conserver une société traditionnelle idéalisée, la référence permanente aux principes chrétiens, le maintien des traditions, tout nous ramène à la culture politique traditionaliste, que nous avons déjà identifiée dans le cahier de l’épouse de Geoffroy-Jules de Montalembert. « Mon père était de droite, plutôt extrême-droite » conclut Geoffroy de Montalembert81.

Notes

1 SHAT Dossier de pension 5Ye 33.934.

2 ADSM 160J239.

3 L’Avant-Garde, n° 87-88, novembre-décembre 1926, p. 255. ADSM 160J215.

4 S. Audoin-Rouzeau, 1870, la France dans la guerre, Paris, Colin, 1989.

5 Impression encore renforcée par la décision du pape d’autoriser, finalement, qu’un service religieux ait lieu à Rome pour le repos de l’âme du défunt, après avoir refusé à Mgr de Mérode d’en célébrer un le 17 mars, dans l’église franciscaine du Capitole.

6 R. Aubert, « Mgr de Mérode, ministre de la Guerre de Pie IX », Revue générale belge, Bruxelles, mai-juin 1956, n° 1111.

7 SHAT 5Ye 33.934.

8 Qui est l’aîné des frères de son père, celui-ci étant décédé quelques mois auparavant.

9 Frère de sa mère et de son père adoptif, tous deux décédés.

10 SHAT 5Ye 33.934.

11 Idem.

12 Idem.

13 C’est une erreur, il appartint 19 ans à l’armée de réserve.

14 L’avant-garde, novembre-décembre 1926, n° 87-88, p. 254.

15 In G. et L. Trenard, op. cit., p. 48.

16 Archives municipales d’Annappes (AMA) 2M6.

17 ADSM 160J187.

18 ADSM 160J224.

19 Constituée des cantons de Lannoy, Cysoing et Pont-à-Marcq.

20 B. Ménager, J.-P. Florin, J.-M. Guislin, Les Parlementaires du Nord-Pas-de-Calais sous la IIIe république, Presses universitaires de Lille, 2000, p. 230.

21 D. Barodet, Recueil des textes authentiques des programmes et engagements électoraux des députés proclamés élus en 1889, Imprimerie de l’Assemblée nationale, p. 598.

22 A. Bonafous, « Les royalistes du Nord et le ralliement », Revue du Nord, janvier-mars 1965, n° 184, tome xlvii, p. 38.

23 Journal officiel. Compte rendu des débats de la Chambre des députés. Séance du 23 novembre 1889, p. 143.

24 Cette observation est confirmée par J.-P. Charnay, Les Scrutins politiques en France de 1815 à 1962. Contestations et invalidations, Paris, A. Colin, 1964, « Cahiers de la FNSP ». Au terme du scrutin de 1889, les contestations furent nombreuses et la Chambre vota plus de 20 invalidations, essentiellement de députés de droite. L’auteur signale qu’après les scrutins où la lutte politique fut particulièrement vive, la majorité sortie des urnes avaient tendance à beaucoup invalider, en particulier lorsque la minorité était la droite.

25 Certes, l’image de l’aristocrate fortuné qui utilise ses ressources pour être élu n’est pas toujours un cliché comme Eric Phélippeau l’a montré pour le baron de Mackau. Cf. bibliographie.

26 Un remaniement de circonscription a eu lieu, dans l’arrondissement de Lille, entre les deux scrutins. Le canton de Geoffroy-Jules de Montalembert, celui de Lannoy, a été ôté de la 7e circonscription pour être adjoint au canton ouest de Roubaix et former la nouvelle 6e circonscription. B. Gaudillère, atlas historique des circonscriptions électorales françaises, Paris, Librairie Champion, 1995, EPHE n° 74.

27 D. Barodet, Recueil des textes authentiques des programmes et engagements électoraux des députés proclamés élus en 1893, Imprimerie de l’Assemblée nationale, p. 636-637.

28 On ne peut donc pas retenir les propos d’Alain Bonnefous in op. cit., p. 38, selon lesquels le comte de Montalembert n’aurait pas affiché ouvertement son ralliement lors des élections de 1893.

29 R. Rémond, Les droites en France, op. cit., p.161.

30 J.-M. Mayeur, L’abbé Lemire. un prêtre démocrate, 1853-1928, Paris, Casterman, 1968.

31 A. Caudron (sd), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, Lille, flandres, Beauchesne, Paris, 1990, p. 112-113 et B. Ménager et alii, op. cit., p. 218-219.

32 A. Caudron, op. cit., p. 361-362, et B. Ménager et alii, op. cit., p. 257.

33 ADSM 160J215.

34 « Droites et ralliés à la Chambre des députés au début de 1894 », RHMC, avril-juin 1966, p. 117-135.

35 Ibidem, p. 131.

36 D. Barodet, Recueil des textes authentiques des programmes et engagements électoraux des députés proclamés élus en 1898, Imprimerie de l’Assemblée nationale, p. 500.

37 Jean Morel fut député de Douai-2 de 1885 à 1889. B. Ménager et alii, op. cit., p. 257.

38 ADSM 160J215.

39 P. Quillard, Le monument henry. Listes des souscripteurs classés méthodiquement et selon l’ordre alphabétique, Paris, Stock, 1899.

40 R. Rémond, « Les catholiques choisissent leur camp », L’histoire, n°173, janvier 1994, pp. 70-73. Voir également B. Joly, « Le parti royaliste et l’affaire Dreyfus », Revue historique, avril-juin 1983, tome 269-2, p. 311-364.

41 J.-M. Mayeur, « Les catholiques dreyfusards », Revue historique, avril-juin 1979, pp. 337-361

42 D. Barodet, Recueil des textes authentiques des programmes et engagements électoraux des députés proclamés élus en 1902, Imprimerie de l’Assemblée nationale, p. 585-586.

43 B. Ménager et alii, op. cit., p. 226.

44 R. Huard, La naissance du parti politique en France, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1996, p. 257 et suivantes.

45 B.-F. Martin, « The Creation of the Action libérale populaire », French Historical Studies, 4, 1976, p. 660-689.

46 A. Caudron, op. cit., p. 64.

47 AN F 7 12719

48 AN F 7 12719.

49 Interview Thomas.

50 Rappelons que ces lignes datent de 1908.

51 Ph. Boutry, « Dieu », in J.-F. Sirinelli, Histoire des droites en France, op. cit., tome 3, p. 209.

52 Ibidem, p. 211.

53 R. Rémond, « La culture politique des catholiques aujourd’hui », Vingtième Siècle, Revue d’histoire, n°44, octobre-décembre 1994, p. 58-64.

54 ADSM 160J186.

55 F. Braudel et E. Labrousse, Histoire économique et sociale de la France, Paris, PUF, 1976, t. 3, p. 640-648.

56 ADSM 160J183 et 160J184.

57 Dont un grand portrait de Van Dyck assuré pour 3 000 F.

58 SHAT 5Ye 33.934.

59 J.-M. Wiscart, La noblesse de la Somme au xixe siècle, Amiens, Encrage, 1994, p. 142.

60 F. Codaccioni, « Les fortunes à Lille (1821-1908) » in A. Daumard (sd), Les fortunes françaises au xixe siècle, Paris, Mouton, 1973, p. 270-429.

61 ibid., p. 388.

62 AMA 1Q29.

63 Extrait de l’ordonnance royale de 1833 par laquelle Louis-Philippe autorisait le Bureau de bienfaisance d’Annappes à accepter cette donation. Idem.

64 ADSM 160J174 et 160J179.

65 Ce bâtiment, récemment rénové, est maintenant le centre communal d’aide sociale de Villeneuve d’Ascq.

66 ADSM 160J182.

67 ADSM 160J158.

68 ADSM 160J182.

69 AMA 1K32.

70 ADSM 160J217 et 219.

71 ADSM fonds Montalembert 160J215.

72 J.-M. Mayeur, La Séparation de l’Église et de l’État, Paris, Julliard, 1966, p. 133.

73 ADSM 160J209.

74 La Voix du Nord, 18 juillet 1983.

75 Idem.

76 P. Lévêque, Histoire des forces politiques en France, tome 1, 1789-1880, Paris, A. Colin, 1992, p.169.

77 N. Rousselier, « La culture politique libérale », in S. Berstein (sd), op. cit., p. 73.

78 S. Berstein, « De la démocratie plébiscitaire au gaullisme : naissance d’une nouvelle culture politique républicaine ? », in ibidem, p. 145-178.

79 P. Milza, « Les cultures politiques du nationalisme français », in ibid., p. 315-333.

80 Fiche d’abonnement pour 1900 in ADSM 160J232.

81 Interview Thomas.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540