Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Geoffroy de Montalembert (1898-1993)

 | 
David Bellamy

Première partie. L’héritage dynastique et la formation d’une identité politique

Chapitre II. Une jeunesse accompagnée « d’admirables exemples » et de « précieuses traditions »

Texte intégral

1Quelle part prit chacun des éléments et des acteurs qui interviennent habituellement dans l’éducation des jeunes gens ? Parents, famille proche et éloignée, institution scolaire, entourage domestique, camarades ; ce groupe fut-il large ou bien restreint ? Quels instruments furent choisis pour la formation du jeune Geoffroy de Montalembert dans les dernières années du dix-neuvième siècle et les premières du vingtième siècle ? Que voulait-on transmettre et qui en décidait ?

  • 1 E. Mension-Rigau, L’Enfance au château. L’éducation familiale des élites françaises au xxe siècle, (...)

2On connaît mieux maintenant les caractères de « l’enfance au château1 ». L’enfance de Geoffroy de Montalembert correspond-elle au modèle aristocratique ?

Le faible rôle de l’école

3Geoffroy de Montalembert naît au moment où des classes d’âges de plus en plus nombreuses rejoignent l’école primaire, ainsi qu’à un moindre degré l’école secondaire ou le système universitaire. Mais il fréquenta peu l’institution scolaire et assez tardivement. Dans son enfance, c’est à des précepteurs que fut confié le soin de son instruction. Plus tard, pour passer le baccalauréat, il rejoignit l’institution Saint-Joseph de Lille. D’après le témoignage de Pierre Klein, attaché parlementaire de Geoffroy de Montalembert, auquel ce dernier a confié beaucoup de ses souvenirs, il ne se rendit dans cet établissement que pour passer les examens. À chaque déplacement, il était accompagné d’un majordome du château. Loin de le rapprocher des autres enfants de sa génération, ce passage à Saint-Joseph ne fit que renforcer chez le jeune aristocrate le sentiment de différence qui le plaçait à part.

4La raison de cette quasi-absence du rôle de l’institution scolaire est à chercher dans plusieurs causes qui mélangent les habitudes aristocratiques et le cas particulier du jeune Geoffroy. Rappelons qu’il était l’unique enfant d’un couple qui dut attendre plus de vingt ans sa naissance et qui ensuite frémit à chaque altération de sa santé. Né alors que sa mère atteignait sa quarante-deuxième année, il fut un enfant petit, malingre et fragile. On voulut le protéger plus que tout autre enfant ; il fut donc entouré et choyé, par ses parents d’abord, par la nombreuse domesticité du château, ensuite. On ne le sortait pas. Le mode de vie empêchait ensuite de suivre le rythme de l’année scolaire. Les Montalembert vivaient une partie de l’année à Annappes, une autre à Paris. L’été, ils résidaient à Ermenouville. Pour amener Geoffroy et ses parents, ainsi que les malles et les domestiques nécessaires au service, on louait une locomotive et quelques wagons qui transportaient toute la maisonnée jusqu’à la gare la plus proche du château. Souvent, Geoffroy de Montalembert confia ses souvenirs de pêche aux crustacés, à Veules-les-Roses, station balnéaire la plus proche.

  • 2 Interview à La Voix du Nord, édition du 19 septembre 1983.
  • 3 E. Mension-Rigau, Aristocrates et grands bourgeois. Education, traditions, valeurs, Paris, Plon, p (...)

5Geoffroy de Montalembert fut très proche de son père, surtout après la mort de sa mère en 1913. Adulte, il évoquait fréquemment les liens étroits qui l’unissaient à lui, les moments passés ensemble, comme les chasses, les promenades à pied ou à cheval dans les forêts entourant leurs résidences. « L’équitation et la chasse, voilà deux sports qui ont marqué ma jeunesse. Dès le printemps, quand les soirées s’allongeaient, je partais avec mon père pour de longues promenades à travers la plaine. Nous empruntions les grands chemins de terre qui mènent à Templeuve, Chéreng, Tressin, Forest-sur-Marque. Nous finissions généralement par Bouvines, où nous répétions le galop de Philippe Auguste2. » Ce témoignage nous apprend que les loisirs du jeune Geoffroy furent ceux de son milieu. Il demeura fidèle à ces activités qui participent des signes de distinction de l’aristocratie. Il révèle aussi que ces sorties avec son père n’étaient pas innocentes. Leur forme permettait de renouer avec l’antique activité chevaleresque des Montalembert. En chevauchant avec son fils sur les lieux de la bataille de Bouvines, le comte de Montalembert lui apprenait l’histoire de France et le perfectionnait dans la pratique de l’équitation. En lui faisant revivre « le galop de Philippe Auguste », il le ramenait près de sept siècles en arrière, pour mieux l’immerger dans les souvenirs qui fondent la noblesse. Ces promenades constituaient certainement un élément essentiel de l’éducation familiale. Elles formaient l’identité de Geoffroy, lui apprenaient qui il était, à quel monde il appartenait. Elles étaient le moyen de la transmission d’un « héritage spirituel3 ». En plaçant son fils aux côtés de Philippe Auguste, face au comte de Flandres et à l’empereur d’Allemagne, c’est aussi de l’attachement à la mère-patrie qu’il était question, du service du roi et de la France. Il s’agit d’une remémoration mais également d’une préparation. Toutes les générations des Montalembert avaient un jour combattu pour leur pays. D’une manière ou d’une autre, Geoffroy aurait certainement à les imiter. Cette disponibilité à la guerre et à sa dimension sacrificielle paraît bien être un élément qui donne un sens au patriotisme aristocratique.

6On le voit déjà, dans le cas de Geoffroy de Montalembert, il semble qu’il se soit bien plus agi d’une formation, d’une éducation que d’une véritable instruction ; les acteurs, les moyens, les lieux choisis le montrent. Au-delà d’un ensemble de connaissances intellectuelles, ce qu’il s’agissait de transmettre tenait à l’identité même de la personne. Cette identité ne pouvait être acquise que par l’enseignement de principes et de traditions familiales.

Les grands principes enseignés ou les traditions familiales

  • 4 Archives privées.
  • 5 Témoignage de Madame Urbain de La Rochefoucauld, fille de Geoffroy de Montalembert. Entretien avec (...)

7En 1908, la comtesse Marie-Thérèse de Montalembert rédigea, pour son fils, un cahier de quatre-vingt-une pages4 qu’il conserva toute sa vie près de lui5.

8Dès les premières lignes, la comtesse de Montalembert précise son intention : « Craignant que vous vous trouviez isolé, encore bien jeune dans votre vie, si Dieu rappelle à Lui votre père et moi avant que votre existence ne soit fixée, votre cœur et votre esprit complètement formés ; je veux écrire pour vous, au courant de la plume, quelques souvenirs de famille, quelques méditations sur ceux qui vous ont précédé ; afin que vous sachiez combien de précieuses traditions vous entourent, d’admirables exemples vous servent de modèles et surtout, surtout, mon bien aimé enfant, quel héritage de foi et d’honneur vous appartient. Restez-y ardemment fidèle. » On comprend clairement quelle peur fut celle des parents de Geoffroy : ne pas avoir le temps d’achever sa formation. La naissance tardive de leur enfant renforçait encore cette crainte. En 1908, quand est entreprise la rédaction de ce cahier, le petit Geoffroy arrive dans sa dixième année, tandis que son père a cinquante-huit ans et sa mère cinquante et un ans. Cette appréhension témoigne de l’importance accordée à l’éducation familiale dans le milieu aristocratique. Rien ne pouvant remplacer la transmission par les parents de ce qui fait la bonne éducation, sa mère entreprend de lui laisser par écrit les instructions nécessaires. Il s’agit, pour reprendre ses propres mots, de l’aider à « fixer son existence », de « former son cœur et son esprit ». Pour cela, il faut lui apprendre « quelques souvenirs de famille », lui transmettre les leçons à tirer de ceux-ci, lui donner « l’héritage de foi et d’honneur » contenu dans les traditions et les modèles familiaux. La notion de continuité est ici prédominante. C’est le lignage qui donne la vie et c’est l’appartenance à un antique réseau familial que doit d’abord intégrer le jeune Geoffroy pour exister tel qu’il le doit.

9Pour aboutir à ces fins, le cahier contient un récit continu qui lui présente la généalogie familiale ; afin de rendre celle-ci plus claire, des arbres généalogiques sont tracés, sur les pages en face du texte. Des portraits des ancêtres sont dressés, qui sont maintes occasions d’édifier et d’enseigner le jeune lecteur. Ce sont autant de modèles, d’exempla qui lui sont présentés. Des conseils sont fréquemment insérés dans le récit ; parfois ce sont de véritables objurgations. Appelé à connaître les traditions valeureuses de la lignée, il lui est instamment demandé de les illustrer à son tour afin de les transmettre lui aussi le moment venu. Ainsi s’est maintenu et se maintiendra ce qui distingue la famille aristocratique du reste de la société.

10Au sein de ce cahier, Dieu est constamment présent ; ces lignes tiennent en effet d’une véritable catéchèse. On y trouve d’authentiques prières et des formulations apprises certainement dans de pieuses lectures. Dieu est au cœur de l’histoire de la famille. C’est d’abord le Maître de toutes choses, celui qui donne la vie et la reprend. La naissance tant attendue de Geoffroy est présentée comme une bénédiction et un don de Dieu. Il est ainsi celui qui bénit et qui protège, qui tient en sa main la vie de chacun. Se confier à la providence divine doit donc être une règle de vie. « Non pas un abandon égoïste pour ne pas souffrir, mais l’abandon plein de foi et de résignation » précise l’auteur du cahier.

11Ainsi, la mort, omniprésente dans ce cahier, est toujours accueillie avec une vision surnaturelle et n’effraie jamais même si elle peut être tragique. C’est avec résignation et longanimité qu’on doit l’accepter. Les modèles ne manquent pas. Évoquant ainsi son propre père, le baron de Malartic, la comtesse de Montalembert écrit : « Sa vie fut remplie d’épreuves. Il les supporta avec une résignation admirable à la volonté de Dieu qui lui valut une mort douce et une récompense éternelle, je n’en doute pas. » Lorsqu’elle en arrive au décès de sa mère, elle poursuit : « […] mon pauvre père demeurait seul avec la pauvre petite fille délicate que j’étais, accablé sous le poids de la douleur et admirablement soumis à la volonté de Dieu. Il eut le courage de suivre la volonté mourante de ma mère et pour qu’il n’y ait que lui de sacrifié, disait-il, il se sépara de cette enfant devenue unique et la confia pour son bonheur à la tendresse maternelle de ma chère tante Noémie […]. Voyez mon cher enfant que de ce côté de votre famille encore vous possédez des traditions d’honneur, de courage et de foi. […] Soyez-y fidèle également ». L’illustration de la véritable foi se caractérise donc par une acceptation totale des malheurs de l’existence, considérés comme autant d’épreuves envoyées par Dieu avec les grâces nécessaires pour les supporter. Cette capacité à « se maintenir » dans les moments les plus tragiques constitue même un signe de la véritable noblesse.

12Le souci des « fins dernières » semble être un des éléments importants que la comtesse de Montalembert veut transmettre à son fils. Elle lui enjoint de ne pas tarder à faire son testament. L’habitude de côtoyer la mort induit une certaine familiarité avec les morts, qui passe par la connaissance et la fréquentation des sépultures des ancêtres. Celles-ci sont le plus souvent groupées : les Clercy à Ermenouville, les Malartic à Derchigny, les Montalembert et les Brigode à Annappes. Les plans des caveaux avec les emplacements des dépouilles sont précieusement conservés dans les archives. Enfin, les services funéraires institués aux générations précédentes doivent être respectés.

  • 6 Témoignage de M. Pierre Klein. Entretien avec l’auteur. Désormais indiqué Témoignage Klein.
  • 7 La Voix du Nord, édition du 19 septembre 1983.
  • 8 « Ma mère portait à la patrie une passion intransigeante à l’égal de sa piété religieuse » in Char (...)

13On le voit, la foi chrétienne fait partie des biens transmis et à transmettre. Geoffroy de Montalembert confia à ses proches que, sur son lit de mort, sa mère lui fit jurer de conserver sa foi et son attachement pour Annappes6. Cela n’étonne pas, cette exigence est inscrite en toutes lettres dans le cahier de la comtesse de Montalembert et maintes fois répétée. Ainsi, dès la seconde page : « Attachez-vous à la foi catholique, apostolique et romaine, de toutes vos forces, de toute votre volonté. Avec elle vous ne périrez pas. » Dans une interview qu’il donna alors qu’il atteignait ses quatre-vingt-cinq ans, Geoffroy de Montalembert témoignait ainsi de la foi que lui avait inculquée sa mère : « On m’a donné une éducation rigoureuse avec une religion qui ne transigeait pas. Il y avait le ciel, il y avait l’enfer. J’ai toujours craint l’enfer. C’est pour cela que je me suis conduit le moins mal possible ! J’ai toujours eu peur de brûler. Ce n’est pas une chose à dire… Mais si, après tout, pourquoi ne pas l’avouer7 ? » La cohérence entre le principe transmis et l’intégration de celui-ci est ici parfaite. Et résonnent en écho les mots du général de Gaulle, petit Lillois né huit ans avant son compatriote annappois, concernant l’intense piété religieuse de sa propre mère8. Avec les autres vertus aristocratiques portées par les membres de la famille, la foi est ainsi omniprésente dans le cahier de la comtesse de Montalembert. Parlant de sa belle-mère, la comtesse Arthur de Montalembert née Rochechouart, elle signale « la fermeté de ses principes chrétiens ». Dans le portrait qu’elle fait du père de Geoffroy, elle signale qu’il ne varia jamais de ses principes religieux. Au sujet de sa grand-mère, la comtesse de Clercy née Clémentine de Caumont, elle note : « Ma grand-mère fut très éprouvée dans ses enfants et ses petits-enfants. C’était une grande chrétienne. Elle resta debout au pied de la croix. » Ainsi, l’adhésion sans réserve à la religion catholique paraît bien avoir été le pilier central de la formation que reçut Geoffroy de Montalembert. Jamais, cette nécessité d’embrasser la foi chrétienne n’est séparée de la fidélité aux lignées familiales. Il est clairement entendu que perdre la foi induirait, d’une part, le danger de la damnation éternelle et, d’autre part, la mutilation d’un morceau essentiel de l’identité personnelle, la fin du maintien de la tradition familiale, de ce qui fait la distinction, l’abandon des qualités aristocratiques ; en un mot, déroger.

  • 9 Interview donné à Jean-Paul Thomas le 18 janvier 1993. Désormais indiqué Interview Thomas.

14Cette fidélité au catholicisme induit l’affection pour l’Église et la participation au combat pour la protéger. Aux yeux de la comtesse de Montalembert, cette cause dépasse toutes les autres. Elle donne en exemple à son fils une des plus grandes figures familiales : « Et vous trouverez avec votre grand-oncle Charles de Montalembert l’amour de l’Église, couronnant toutes les traditions et donnant un nouvel éclat à son nom, plus durable que celui acquis sur les champs de bataille car tout ce qui touche la religion donne […] un reflet immortel. » Cette primauté du débat d’idées sur le combat armé n’était pas partagée totalement par le père de Geoffroy de Montalembert qui, aux dires de celui-ci, était un peu agacé par l’aura de Charles de Montalembert, qui faisait oublier que la tradition familiale était, avant tout, militaire9. De plus, cette mémoire de l’œuvre du grand orateur catholique occulte les heurts qui marquèrent ses relations avec la papauté en raison des tendances libérales qu’il avait embrassées. La représentation, conservée par la comtesse de Montalembert est, avant tout, marquée par ce qui devait le plus toucher celle-ci – qui écrit en pleine République radicale –, c’est-à-dire la lutte pour l’enseignement catholique.

  • 10 La comtesse de Montalembert nomme ainsi sa mère adoptive.
  • 11 Paroisse parisienne des Montalembert dont l’hôtel était situé au 216, boulevard Saint-Germain.

15Le contexte politique français est très présent dans ce cahier. L’état du pays et de la religion, tel qu’il est décrit par l’auteur à l’intention de son fils, dut laisser à celui-ci l’impression d’un écroulement général, d’une dévastation organisée, qui laissait présager des lendemains encore plus catastrophiques. Dès la page deux, on lit : « Les temps que nous subissons sapent et raniment la foi – ceux qui se préparent s’annoncent comme plus bouleversés encore. » C’est une véritable atmosphère de persécutions à l’encontre de l’aristocratie et des défenseurs du catholicisme qui sourd de ces lignes. Cet effondrement semble bien pire que celui que connut la France face aux Prussiens lors du conflit de 1870 : « La France semblait perdue mais elle avait des vainqueurs étrangers et son humiliation pouvait rester fière tandis que depuis c’est l’oppression haineuse entre frères, la ruine causée par ses propres mains, l’abolition de la religion, de la liberté, de la famille voulue par des Français eux-mêmes que nous avons vu [sic], et mon cher enfant, cette dernière guerre est pire que la première. » Si, précisément, aucune date n’est indiquée pour marquer le début de la tragédie qui touche le pays, on constate dans les propos qui précèdent que la politique anticléricale des radicaux n’est pas la seule visée. Mais, évidemment, ce sont les épisodes les plus récents, comme la séparation de l’Église et de l’État et les inventaires, qui sont le plus précisément relatés : « Ma tante10 ressentait très vivement les malheurs où nous sommes tombés et je n’oublierai jamais l’expression douloureuse de son visage lorsque prenant sa tête dans ses mains, les échos de la profanation de Saint-Thomas-d’Aquin11 par les inventaires arrivèrent jusqu’à elle dans le petit salon du 216 quatre mois avant sa mort. Quant à l’inventaire de sa chère et vénérée église d’Annappes, elle ne pouvait même pas y songer. » Le cahier décrit comment, ce même jour, à l’annonce de ces événements, la comtesse de Montalembert et sa mère adoptive crurent venu un temps de nouvelles persécutions et s’engagèrent à imiter leurs ancêtres Noailles guillotinés sous la Révolution. L’ambiance familiale plongée dans l’évocation des malheurs de jadis, dans l’énumération répétée de ce qu’on y lisait comme des attaques contre la religion, avait nourri une propension à la dramatisation des événements. Elle entraînait à envisager un avenir effrayant auquel la comtesse de Montalembert voulait préparer son fils. Demain comme hier, l’aristocratie catholique aurait à affronter les plus grands périls. Tout ceci nous permet de mieux pénétrer l’atmosphère psychologique de certaines de ces familles à cette époque où, comme chez les Montalembert, on tirait une certaine fierté à être prêt à endurer le martyre qui s’approchait. Il serait une nouvelle occasion de distinction. Une seule fois, les responsables de cette politique sont cités nommément dans le texte du cahier ; c’est la franc-maçonnerie. On retrouve ici l’idée du complot organisé par une minorité d’activistes si fréquente dans les milieux nationalistes et traditionalistes au début du xxe siècle. On ne trouve en revanche aucune allusion, même lointaine, au thème voisin de l’antisémitisme.

  • 12 R. Rémond, « La fille aînée de l’Église », in Pierre Nora, Les lieux de mémoire, tome 3, Les Franc (...)
  • 13 Ibidem, p. 4345.

16Les propos patriotiques de la comtesse de Montalembert attestent d’une culture politique marquée par le nationalisme. Elle fixe ainsi un but à son fils : « Réparer des ruines, réédifier une France chrétienne et française, vous avez votre labeur tracé, mon bien aimé enfant, votre sillon indiqué. » Qu’entend l’auteur de ce cahier par l’expression « France française » ? Derrière les mots qui stigmatisent « […] la politique sectaire, inique qui mena la France au fond de l’abîme où nous sommes plongés […] », point une conception de la société idéale, de cette France rendue à elle-même. Elle devrait être, avant tout, un pays de foi, renouer avec sa position de « Fille aînée de l’Église », appellation développée quelques années avant l’écriture de ces lignes, à l’occasion de la célébration du quatorzième centenaire du baptême de Clovis. Les propos de la comtesse de Montalembert illustrent « la diffraction des mémoires » comme l’écrit René Rémond12, héritage du tremblement de terre de la Révolution. Jusqu’à ce qu’elles se rapprochent pendant la Grande Guerre, deux mémoires nationales s’opposent ; celle de la France traditionnelle et chrétienne ; celle de la France nouvelle, issue de la Révolution. Unissant dans un culte commun la France et le Christ, ce cahier appartient à la première de ces mémoires, ou « mémoire de fidélité13 ». Sous la plume de l’auteur du cahier, le mot foi, retrouvant ses racines étymologiques, est d’ailleurs fréquemment utilisé à la place du mot fidélité. Être fidèle à ses ancêtres, à sa patrie et à son Dieu forme un tout, que le jeune Geoffroy est invité à imiter. C’est à cela que se reconnaît l’homme d’honneur.

17Car la France idéale devrait être dirigée par des hommes de devoir et d’honneur. Le terme honneur est un de ceux qui reviennent le plus souvent sous la plume de la comtesse de Montalembert. « Avant tout l’honneur et les principes chrétiens » écrit-elle. Sans nul doute, les nostalgies monarchistes étaient encore très ancrées dans la culture familiale des Montalembert, et en particulier chez la mère de Geoffroy. Dans son cahier, elle indique à son fils, dès la quatrième page, qu’il trouvera dans l’histoire des Montalembert « d’admirables exemples de foi, de vaillance, de désintéressement à la royauté française ». Elle lui donne en exemple son propre grand-père, le comte Eugène de Clercy mort en 1875 : « Un vieillard très grand, d’un royalisme ardent, d’une agitation extrême lorsqu’il s’agissait de Dieu et du roi. » Et elle ajoute que l’épouse de celui-ci, née Clémentine de Caumont, était « très dévouée à la duchesse de Berry qui venait souvent l’été à Derchigny ». Geoffroy de Montalembert baigna donc dans les souvenirs de l’engagement légitimiste de sa famille maternelle.

18Cette reconstruction du passé de la France n’est pas sans rappeler le modèle de l’organisation familiale tel qu’il est longuement décrit dans ce cahier. Ce modèle se caractérise par un foyer chrétien, sous l’autorité d’un père ayant le sens de ses devoirs, sous l’influence d’une mère consciente de son rôle, refusant l’esprit mondain, et cherchant, par une vie simple, à transmettre les principes d’honneur et à faire le bien autour d’eux. Cette défense et illustration de la famille aristocratique est récurrente dans le cahier. Cette insistance prend la forme de conseils précis, d’exemples pris dans la parenté proche ou bien de jugements sur telle ou telle dérive observée chez une autre. Ainsi, la comtesse de Montalembert s’arrête un bon moment sur les précautions à prendre pour choisir une épouse et former une heureuse union. « Priez et réfléchissez longuement avant de prendre une décision » écrit-elle. Elle conseille à son fils de choisir une personne qui permette un élargissement de la famille et d’éviter ce qu’elle appelle « les alliances de parenté ». Parmi les éléments distinctifs de l’aristocratie, il y a la constitution d’un réseau familial large. L’authentique clan aristocratique doit être nombreux. Dans le choix de l’épouse, la passion amoureuse est à repousser absolument. Il faut savoir analyser froidement la position des unes et des autres. Il faut d’abord rechercher une personne sérieuse et chrétienne. La commune adhésion à la foi catholique, on l’a compris, est le ciment de tout foyer : « Une femme chrétienne est un trésor. Un mari chrétien est la sécurité du bonheur. » Il faut ensuite une vraie rectitude morale. La future doit, en outre, appartenir au même milieu que celui qui deviendra son mari. La comtesse de Montalembert demande à son fils de repousser toute mésalliance. Il existe au sein de l’aristocratie une hiérarchie reconnue par tous entre les familles. Réalité que l’auteur du cahier exprime de la manière suivante : « Il ne faut pas chercher trop haut, on y perd sa dignité. Il ne faut pas chercher en dessous de soi, on y souffre cruellement. Il faut chercher une égalité de convenance, de famille, de personne et que Dieu vous garde. » L’aspect extérieur, le charme, la beauté n’entrent pas réellement en ligne de compte. La comtesse de Montalembert n’hésite pas à écrire que sa grand-mère paternelle était très laide, ce qui semble bien secondaire par rapport à ses qualités morales. Au total, le mariage aristocratique, parce qu’il a valeur d’exemple pour le reste de la société, est une affaire sérieuse. On doit s’y diriger avec réflexion, en se méfiant des sentiments éphémères. Ainsi traité, il donne d’authentiques réussites comme l’illustre l’auteur en donnant en modèle son propre cas : « […] vous penserez à votre père et à votre mère qui ont supporté le poids de l’existence dans une union parfaite et qui vous laissent aussi l’héritage de cet exemple ».

19La vie quotidienne du ménage doit ensuite être marquée par la simplicité. « Les Montalembert en général ne se laissent séduire ni par le luxe, ni par le brillant » écrit-elle. Les conseils de la comtesse de Montalembert vont au-delà du refus aristocratique de l’ostentation. Ils portent en eux un goût prononcé pour une certaine austérité de vie. La facilité et les agréments ne sont pas de mise. Citant en modèle la grand-mère paternelle de son fils, elle écrit : « Elle a imprimé à ses enfants cette simplicité d’existence qui est un grand exemple et une source de paix car en cherchant à un trop grand degré le bien être et les agréments qu’ils procurent on multiplie autour de soi les chaînes et les ennuis de l’existence et croyant s’en faire une douce et heureuse on s’aperçoit qu’il n’y a pas de pire esclavage. » Ce refus de ce qu’ailleurs la comtesse de Montalembert appelle les « inutilités de la vie » est légitimé par la nécessité de transmettre les biens reçus. « Même pour conserver une fortune, il faut non pas en jouir jusqu’à l’excès, mais la faire fructifier. Sans cela, en deux générations, elle a disparu. » La transmission du capital matériel, qui permet le maintien, lui-même fondateur de la distinction aristocratique, est une obligation. Les moyens pour y parvenir ont été une préoccupation permanente du groupe nobiliaire, hanté par le spectre de la dilapidation et de l’amenuisement par une division des biens à chaque génération. Mais tous ne sont pas admissibles. La comtesse de Montalembert précise : « Le droit d’aînesse a disparu, on a essayé de le remplacer par les mariages d’argent et Dieu sait la destruction qu’ils ont amenée dans les familles. » Le mariage avec une riche héritière, moyen de restaurer le capital matériel érodé à chaque génération, n’est pas, on le voit, un moyen recommandable pour l’auteur du cahier. Très certainement, parce qu’il ouvre le chemin des mésalliances, la fortune se trouvant de plus en plus dans les rangs de la bourgeoisie. Que faire donc ? La comtesse de Montalembert répond : « Franchement, c’est soi-même qui doit conserver et faire fructifier les biens que la providence nous met en dépôt. Et ainsi, chaque génération pourra conserver sa liberté et son honnêteté. » On remarque le lien existant dans la représentation aristocratique entre l’honnêteté et le refus de la mésalliance. Faire fructifier le capital consiste avant tout pour la comtesse de Montalembert à faire croître le rapport de la terre par le développement de l’agriculture. Et elle cite en exemple son mari, qui, à Annappes, œuvra en ce domaine pour valoriser les terres des Brigode. Ainsi, la transmission des biens n’est possible que par l’adhésion au capital spirituel reçu qui indique l’usage à faire de la fortune.

20En premier lieu, le détenteur ne doit en aucune circonstance s’en considérer comme le propriétaire plein et entier. « Mais faire produire les choses, dont au fond, nous ne sommes que les dépositaires » écrit la comtesse de Montalembert. En second lieu, le bénéfice qu’il tire de cet usufruit doit lui permettre de remplir ce que la comtesse de Montalembert appelle son « devoir social » ou encore son « devoir de fortune ». Il tient en deux vertus : justice et bonté. Toute l’éducation de Geoffroy de Montalembert, comme en témoigne ce cahier, a visé à lui faire prendre conscience que sa position sociale l’engageait vis-à-vis du reste de la société, et en particulier des plus pauvres. Sa mère lui a fixé clairement le chemin : « Répandre autour de soi ce que l’on a acquis moralement et physiquement, travailler à la gloire de Dieu, au développement des grandes idées chrétiennes et françaises, faire, en un mot, du bien, n’est-ce pas là la carrière ouverte à la génération future ? » Pour mettre en application ce devoir d’état aristocratique, l’auteur présente à son fils les œuvres fondées par les Brigode à Annappes.

21Au total, on le voit, ce cahier est une illustration exemplaire de l’œuvre éducatrice des parents de Geoffroy de Montalembert et, singulièrement, de sa mère. Il donne un certain nombre de clefs pour comprendre les choix que fit ensuite le lecteur auquel il était destiné. Au-delà de l’exposé généalogique, certes fondamental, il s’agissait, par l’exemple, de donner au jeune enfant une série de conseils et de recommandations, de transmettre des valeurs ancestrales et de l’inviter à les perpétuer. Ce cahier est un catéchisme concret, une histoire sainte où Dieu intervient pour bénir, protéger, révéler une vocation ou pour reprendre auprès de lui. C’est un ensemble de récits de services rendus à la religion, à l’Église et au pape. C’est une invitation à vivre l’appartenance à une famille illustre et fortunée, non pas en profiteur égoïste et indifférent aux malheurs du monde et des autres, mais en homme conscient des obligations que cette position confère et des services que cela lui impose envers les moins privilégiés.

  • 14 J. Prévotat, « La culture politique traditionaliste », in S. Berstein (s.d.), op. cit., p. 33-66.

22Parmi les grandes cultures politiques, peut-on nommer celle qui imprègne les lignes que nous venons d’étudier, et donc l’éducation maternelle que nous venons de présenter ? La défense de la religion comme fondement irremplaçable de la société, la nécessité de reconstruire une organisation sociale à partir du modèle familial, le droit reconnu à Dieu, à l’autorité et à la tradition, la vision idéalisée d’une monarchie ruinée par la Révolution, le combat pour la préservation de la famille, le souci de la misère sociale et le recours à une certaine forme de paternalisme pour y remédier ; tout cela nous rapproche de la culture politique traditionaliste ou encore contre-révolutionnaire14. La présence d’éléments patriotiques n’étonne pas et rend compte du retournement de l’image de la nation, dans les vingt-cinq dernières années du dix-neuvième siècle, dans les milieux traditionalistes et de la récupération par ceux-ci du nationalisme. Cette culture politique de la tradition était encore portée par une part non négligeable de la population, au début du xxe siècle – dans une adhésion plus ou moins intégrale à son avatar que fut alors l’Action Française – même si cette part était allée en s’amenuisant au cours du siècle suivant. Nous verrons si Geoffroy de Montalembert allait y rester fidèle, en tout ou partie ou pas du tout, et comment il allait gérer la rencontre de cette identité avec d’autres courants politiques, plus ou moins proches, comme le catholicisme libéral de son grand-oncle.

Les grands ancêtres célébrés

23L’éducation familiale de Geoffroy de Montalembert n’avait pas pour seul but de lui enseigner de grands principes et de précieuses vertus. Elle devait encore lui permettre de connaître parfaitement les grands ancêtres des lignées qui aboutissaient à sa personne.

  • 15 Sa grand-mère maternelle née Valentine de Rochechouart décéda en 1907. Il connut certes la mère ad (...)
  • 16 La sœur de son père, Alix de Montalembert, décédée en 1942, épouse du comte Guilllaume de Louvel-L (...)

24Les supports de la transmission de cette mémoire généalogique sont repérables à quelques allusions contenues dans ce cahier. À la troisième page, sa mère écrit : « Votre Père chéri vous instruira des traditions, du passé des Montalembert. » C’est donc d’abord par les récits oraux des souvenirs de famille que le jeune garçon acquit, peu à peu, ses connaissances généalogiques. Comme il n’eut la possibilité de connaître qu’un seul de ses grands-parents15, et, en ce qui concerne les frères et sœurs de ses parents, une seule tante16, c’est essentiellement par ses parents que cette mémoire orale fut transmise. On comprend encore mieux l’importance que revêtait pour sa mère l’écriture du cahier. L’âge avancé de ses parents risquait d’ajouter une nouvelle rupture dans la transmission des repères généalogiques si indispensables.

  • 17 L. de Rochechouart, Histoire de la Maison de rochechouart, Paris, Allard éd., 1859, 2 tomes.
  • 18 Au moins une dizaine de tableaux des xviie et xviiie siècle. ADSM, 160J179.

25En dehors du cahier, des récits oraux de la parenté, les archives constituèrent un autre vecteur des souvenirs de famille. La comtesse de Montalembert fait allusion à ces papiers quand elle signale à son fils qu’il pourra lire les dernières lettres de son grand-père paternel, Arthur de Montalembert, adressées à ses soldats peu de temps avant sa mort. Les testaments figurent également au nombre de ces archives conservées précieusement. Dans le cahier, la comtesse de Montalembert cite de longs passages de quelques-uns d’entre eux. C’est le moyen le plus direct de transmettre à la récente génération ce qui était écrit à l’intention d’une précédente. Cet usage des testaments nous révèle l’intemporalité et la pérennité des conseils qu’ils pouvaient contenir. Ceux qui les ont rédigés s’adressaient, plus largement qu’à leur seuls descendants, à tous les membres à venir de leur lignée. Ces papiers de famille n’étaient donc pas considérés comme le sont habituellement des archives. Ils n’étaient pas délaissés mais utilisés régulièrement. Leur ancienneté leur donnait plus d’autorité encore que la parole des vivants. La bibliothèque familiale permet encore de porter à la connaissance du jeune enfant l’histoire de ses ancêtres, comme l’indique cet autre passage : « Vous savez dans les livres que les Malartic sont du midi […]. » Autre exemple, son grand-père, le comte de Rochechouart, avait rédigé une grande histoire de sa propre famille, éditée peu après sa mort17. Quant aux portraits de famille, ils étaient un moyen de repérer des visages plus familiers dans le dédale des généalogies. Le château d’Annappes conservait beaucoup de tableaux des Brigode disparus18.

  • 19 Ch. Lesage et A. Plateaux, « Notes archéologiques de l’église Saint-Sébastien d’Annappes à Villene (...)
  • 20 Inscriptions reproduites in abbé Simon, Inventaire des archives du doyenné de doudeville par le do (...)
  • 21 ADSM 160J236.

26Enfin, on a déjà signalé l’existence d’obituaires, fondations permettant un service de messes aux dates anniversaires de décès. Cette commémoration des défunts était également un vecteur de la mémoire généalogique. Cette dernière était encore marquée dans la pierre avec les nécropoles familiales. Celle que Geoffroy de Montalembert fréquenta le plus souvent, dans sa jeunesse, fut celle d’Annappes. Sous la Restauration, les Brigode avaient fait édifier, dans la continuité du bras sud du transept de l’église paroissiale, un grand caveau familial contenant une trentaine d’emplacements19. Pour les Clercy, c’est dans les églises cauchoises des anciennes seigneuries de la famille que Geoffroy de Montalembert pouvait retrouver les tombes de ses ancêtres. Dans l’église d’Angiens, un grand caveau de la branche aînée de la famille de Clercy a permis la découverte de très longues inscriptions qui donnent toute la généalogie de cette maison20. Dans la première moitié du xixe siècle, les Clercy firent de l’église et du cimetière de Veauville-Lesquelles leur lieu privilégié d’ensevelissement. Ensuite, avec l’entrée de la propriété d’Ermenouville dans la famille Clercy, c’est dans l’église de cette commune que les enterrements eurent lieu. Les premiers furent Jean-Baptiste de Clercy, l’aïeul de Geoffroy de Montalembert, mort en 1837, et son épouse née Dupuis d’Arnouville, décédée en 1844. On a dit que le jeune Geoffroy passait toutes ses vacances d’été au château d’Arnouville. Ces sépultures appartenaient donc à son paysage familier. Un autre document, découvert dans les archives Montalembert, participe de ces vecteurs de la mémoire et du culte des ancêtres, en même temps qu’il est une illustration de ce dernier. Il s’agit d’une sorte de mémento perpétuel et semble avoir été rédigé par la comtesse de Montalembert puisqu’il s’arrête en 1913, peu avant sa mort. Une page est consacrée à chacun des mois de l’année. En face de chaque date sont notés les événements familiaux importants : naissance, communion, confirmation, mariage et décès ; le tout mêlé aux dates du début et de la fin des règnes des souverains pontifes contemporains21. Il s’agissait par là d’inscrire l’histoire de la famille dans une espèce d’histoire sainte du temps présent. En remplissant ou en feuilletant, au jour le jour, ce calendrier, la comtesse de Montalembert pouvait signaler à son fils l’anniversaire à fêter en même temps qu’elle lui permettait de découvrir l’étendue de sa parenté.

  • 22 H. Jougla de Morenas, Grand armorial de France, Paris, 1948, tome 5, p. 83.
  • 23 Interview Thomas. La traduction littérale est : « Je porte le fer et le fer me porte ».

27Par tous ces moyens, documents ou monuments, le jeune Geoffroy était invité à tourner son regard vers les racines de sa lignée. Les titres de noblesse, les blasons et les devises constituaient encore des éléments qui ancraient sa famille dans le passé. Il pouvait les regarder ou les lire fréquemment autour de lui, dans les lieux marqués par ses ancêtres : sculptés au linteau des portes, sur une tombe ou sur une plaque funéraire, peints au bas d’un tableau ou encore imprimés sur les papiers de famille. Geoffroy de Montalembert entendit pendant toute son enfance qu’on appelait ses parents le comte et la comtesse de Montalembert. Ce titre n’était que d’usage. Le seul officiellement octroyé aux Montalembert date de 1818, lorsque Louis XVIII conféra à Marc-René le titre de baron héréditaire, complété un an plus tard par celui de pair de France héréditaire. Ces titres furent confirmés en plusieurs occasions par le Conseil du Sceau de France au xixe siècle. Mais, entre le droit et l’usage, il y eut, après la Révolution, un espace de plus en plus large. Aussi, dès le premier baron de Montalembert, l’usage fut d’utiliser le titre de comte. Ses héritiers mâles, puis leurs descendants se firent dorénavant appeler comte de Montalembert. D’après un sceau du xive siècle, les armes des Montalembert sont « d’argent à la croix ancrée de sable » avec pour cimier « une tête et col de lévrier » et pour support une autruche, à gauche, et un singe (à droite)22. Quant à leur devise, elle montre la tradition militaire de la famille : « ferrum fero, ferro feror ». Geoffroy de Montalembert la traduisait ainsi : « Nous sommes de fer et nous savons combattre23. » Les Malartic portaient, eux, le titre de comte depuis l’Ancien Régime et leur alliance avec les Maurès. Quant aux Clercy, ils n’étaient pas titrés mais firent usage, au xixe siècle, du titre comtal. L’anoblissement dont les Brigode bénéficièrent au xviiie siècle ne comportait pas de titre. Mais les fils de Pierre-Jacques furent tous trois titrés au début du xixe siècle : Pierre-François fut fait comte héréditaire par Charles X en 1828 ; Romain-Joseph (le père de Noémie) fut fait baron d’Empire en 1814 et baron héréditaire en 1830 par Charles X ; enfin, Louis-Marie, comte d’Empire en 1809 fut confirmé dans ce titre par Louis XVIII en avril 1816. Dans la branche qui nous mène jusqu’à Geoffroy de Montalembert, on porta le titre de baron de Brigode.

  • 24 Eric Mension-Rigau, Aristocrates et grands bourgeois, op. cit., p. 133.

28Ces armes, ces titres et ces devises étaient autant d’illustrations de la place des Montalembert et de leurs familles alliées dans le groupe de la vieille aristocratie française et dans la longue histoire de France. En étudiant celle-ci, Geoffroy de Montalembert pouvait croiser ses ancêtres. Le passé du pays prenait alors l’aspect d’un lieu de mémoire familial. C’est ce qu’Eric Mension-Rigau appelle « l’inscription du passé familial dans l’histoire collective24 ». De toutes les familles dont il est issu, ce sont surtout les Montalembert qui furent plusieurs fois au rendez-vous de l’histoire.

  • 25 R. P. Lecanuet, Montalembert, Paris, Ch. Poussielgue, 1895.
  • 26 Ibidem, p. 3.
  • 27 Témoignage de Pierre Garelli, petit-fils de Geoffroy de Montalembert. Entretien avec l’auteur. Dés (...)

29Quand il ouvre le premier tome de la vie de Charles de Montalembert, que le père Lecanuet a fait paraître trois ans avant sa naissance25, l’enfant puis le jeune homme retrouve certains de ces épisodes. Il y eut deux Montalembert sous les murs de Damiette, aux côtés de Saint Louis. Le père Lecanuet écrit que Jean III de Montalembert combattit aux côtés de Bertrand Du Guesclin. Sous Charles VIII, Louis XII, François Ier et Henri II, « André de Montalembert, seigneur d’Essé, fut un héros26 ». Geoffroy de Montalembert fut toujours particulièrement fier de cet ancêtre27, compagnon d’armes privilégié de François Ier et mort peu de temps avant d’être nommé maréchal de France par Henri II. Plus près de lui, son arrière-grand-père, Marc-René de Montalembert, après avoir combattu aux côtés des émigrés, fut choisi par le prince de Galles, régent d’Angleterre et futur George IV, pour aller à Hartwell annoncer la chute de Napoléon à Louis XVIII. Son fils Arthur fut, selon la tradition familiale, le premier à crier « Vive l’Empereur » lors d’un passage du Prince-Président au camp de Satory en 1850.

  • 28 Idem.

30C’est par son mariage, intervenu en 1845, que les Montalembert se trouvent alliés aux Rochechouart. Parenté qui donnait également une grande fierté à Geoffroy de Montalembert, les Rochechouart étant considérés comme une des plus anciennes familles aristocratiques françaises avec les Capétiens. Il avait ainsi comme arrière-grand-père le général et comte Louis-Victor-Léon de Rochechouart, qui fut aide de camp du duc de Richelieu, lorsque celui-ci exerça la charge de gouverneur de la province d’Odessa. Il rentra avec lui en France, au retour des Bourbons, et fut nommé gouverneur de Paris. « Mon grand-père se plaisait effectivement à rappeler cette ascendance, quoiqu’il dut admettre que son éclat avait été quelque peu terni par le mariage de Rochechouart avec la fille Ouvrard (ce qui valut au gendre de ce dernier d’essuyer des remarques acides, voire des calomnies)28. »

  • 29 ADSM 160J233.

31Les Malartic et les Clercy exercèrent également des charges prestigieuses mais leurs alliances ne les firent pas parents d’aussi illustres familles. Les Clercy pouvaient néanmoins attester de la présence de quelques jeunes membres de leur famille dans l’entourage de la famille royale aux xviie et xviiie siècle. Au xixe siècle, les Clieu, les Caumont et les Clercy appartinrent à l’entourage de la duchesse de Berry. Le comte Henri Charles de Clercy (1829-1910) fut baptisé dans la chapelle des Tuileries avec comme parrain le duc de Bordeaux et comme marraine la duchesse de Berry29. Le Clercy furent, tout au long du siècle, d’ardents légitimistes.

  • 30 Louis-Marie de Brigode avait acquis un hôtel construit en 1776, rue Saint-Jacques, par l’architect (...)
  • 31 ADSM 160J179.

32Quant aux Brigode, c’est le Premier Empire qui leur permit d’atteindre au premier rang de l’histoire de France. Le maire de Lille Louis-Marie de Brigode, l’oncle de Noémie, fut nommé chambellan de Napoléon et chargé par lui d’accompagner Pie VII lors de sa venue en France pour le couronnement de l’empereur en 1804. Rallié à Louis XVIII, il reçut le souverain qui fuyait Paris, le 22 mars 1815, et lui donna asile pour une nuit, dans son hôtel particulier de Lille30, avant qu’il ne parte vers Gand. Au xixe siècle, les alliances des Brigode se firent avec de grandes familles de l’aristocratie comme les Sélys-Longchamps, les Latour-Maubourg, les Vilain XIV ou encore les Gramont. Ils s’enorgueillissaient surtout de leur parenté avec les Orléans via les La Fayette. Des documents nombreux concernant ce point étaient conservés dans leurs archives31. Louis-Philippe et la mère de Noémie de Brigode avaient pour ancêtre commun le maréchal Anne Jules de Noailles (1650-1708). Par cette alliance, Noémie de Brigode descendait de Louis XIII.

33Ainsi, pour le jeune Geoffroy de Montalembert, les grands ancêtres étaient nombreux et leurs traces très présentes dans son univers quotidien. Il en entendait parler dans la famille, en lisait les vies dans les livres, reliait tel épisode de la grande histoire à telle action d’un aïeul, voyait leur visage sur les tableaux, pouvait toucher des objets ou des documents qu’ils avaient utilisés etc. On imagine que la densité des éléments composant le réseau de la transmission de la mémoire des grands ancêtres lui fit très tôt prendre conscience de son identité aristocratique. Celle-ci s’inscrivit donc profondément dans l’esprit du jeune enfant. Les principes enseignés par ses parents n’étaient pas disjoints de ces galeries de portraits. Ils accompagnaient cet héritage de grands exemples et invitaient Geoffroy de Montalembert à comprendre que la distinction de la noblesse portait en elle non pas exclusivement des avantages et des privilèges mais aussi des obligations. Le comte et la comtesse de Montalembert voulurent, par leur modèle et par d’autres pris dans leurs ascendants, montrer à leur fils qu’un aristocrate se devait aux autres et surtout à son pays.

Servir le pays par les armes

  • 32 Interview Thomas.
  • 33 op. cit., p. 2.

34En effet, dans la représentation aristocratique, le service de la France légitime l’existence de la noblesse. Et historiquement, fondamentalement, il est d’abord un service armé. Geoffroy de Montalembert l’entendit répéter durant toute son enfance : « La famille qui est la mienne est surtout une famille militaire […] Et mon père ne manquait jamais de rappeler que notre devise est une devise qui n’est pas facile32. » Il le lut dans les livres de la bibliothèque familiale. « Il est facile à travers les siècles, sur tous les grands champs de bataille, de suivre les Montalembert à la trace du sang qu’ils ont versé pour leur pays » écrit ainsi le père Lecanuet dans la biographie de Charles de Montalembert33. Ce service armé de la France et de son roi, essence même du modèle aristocratique, se perpétua chez les Montalembert, au-delà de la Révolution, jusqu’au xixe siècle.

  • 34 Dans Historia mei temporis parue après sa mort et traduit en français en 1734.
  • 35 Dans son Histoire générale des rois de France parue en 1576.
  • 36 Dans son Histoire de France sous François Ier et Henri II, publiée au milieu du xviie siècle.
  • 37 Citation rapporté par Geoffroy de Montalembert. Interview Thomas.

35On l’a dit, les Montalembert participèrent aux croisades puis, à la fin de la guerre de Cent-Ans, à la reconquête des terres occupées par les Anglais. Mais le grand homme de guerre, le premier cité par Geoffroy de Montalembert quand il veut illustrer l’activité guerrière de sa lignée, c’est André de Montalembert (1483-1553), seigneur d’Essé, que la tradition familiale baptisa plus familièrement « le brave d’Essé ». De nombreux historiens, comme le président de Thou34, Girard du Haillan35 ou François-Eudes de Mézeray36 lui consacrèrent des pages. Mais, le plus illustre des chroniqueurs qui s’attacha à laisser le récit de sa vie, celui qui assura sa véritable postérité fut l’abbé de Brantôme qui le cite parmi ses hommes illustres et grands capitaines français. Ce qu’en dit Geoffroy de Montalembert vient directement de cet ouvrage où la mémoire familiale dut s’alimenter au long des siècles. André de Montalembert était un familier du futur François Ier. À ses côtés, il fut de tous les tournois donnés à la cour, participa aux chasses et fêtes, avec la même fougue que son compagnon. Sa première heure de gloire sonna lors de l’entrevue du camp du Drap d’Or, quand François Ier le choisit comme équipier dans un combat. En 1535, François Ier charge André de Montalembert et l’amiral Chabot de mettre la main sur le Piémont. « Le brave d’Essé » s’empare alors de Turin. Il s’illustre ensuite, en 1543, dans la défense de la ville de Landrecies, située sur la Sambre et prise par François Ier. Il en organise la défense quand celle-ci est attaquée par Charles-Quint et 50 000 soldats espagnols. Il tint la place pendant plus de trois mois, dans des conditions difficiles, avant d’être sauvé par François Ier, qui pour le distinguer, le nomma alors gentilhomme de sa chambre. Dans le souvenir familial, il s’agit d’une des plus grandes heures de gloire de la lignée d’autant qu’elle est accompagnée d’un épisode cher à la mémoire de Geoffroy de Montalembert. Le roi voulant garder plus longtemps à la cour André de Montalembert, s’entendit rétorquer par lui qu’il préférait « donner une camisade à l’ennemi qu’une camisole au roi37 ». Lui racontant l’épisode dans sa jeunesse, le père de Geoffroy lui expliqua qu’une camisade était un coup d’épée. La phrase signifiait donc le désir du soldat de repartir au combat le plus vite possible plutôt que de rester enchaîné à la vie trop émolliente de la cour. Retenue et répétée à toutes les générations, elle devait devenir une espèce de seconde devise familiale, révélatrice de la vigueur avec laquelle les représentants de la lignée avaient combattu pour leur pays et de la force ineffable des Montalembert.

  • 38 op. cit., p. 4.
  • 39 Interview Thomas.
  • 40 J. Delumeau, La peur en occident xive-xviiie siècles, Paris, Fayard, 1978, p. 3-4.

36L’autre épisode, qui donna lieu lui aussi à une phrase immortalisée, que Geoffroy de Montalembert avait l’habitude de citer lorsqu’il évoquait le seigneur d’Essé était la défense de Thérouanne. En 1553, alors qu’il s’était retiré dans sa seigneurie d’Epanvilliers, souffrant d’une jaunisse, il reprit les armes pour tenter de sauver la ville attaquée par Charles-Quint. Le père Lecanuet tire de Brantôme la tirade suivante adressée par le vieux soldat à Henri II, au moment de le quitter : « Sire, je m’en vais de bon et loyal cœur. Quand vous entendrez que Thérouanne est prise, dites hardiment que d’Essé est guéri de sa jaunisse et mort38. » Comme la réplique précédente, Geoffroy de Montalembert connaît celle-ci par cœur39. Elle exprime la proclamation très nette de l’inexistence de la peur chez ce chevalier moderne, qui, comme l’a montré Jean Delumeau, traduit une valeur mise plus fortement en relief à cette époque, où la montée des principes bourgeois a pour conséquence, dans l’aristocratie, une volonté de chercher de nouveaux moyens de s’en démarquer40. Le « brave d’Essé » constituait ainsi l’exemple parfait, la réalisation la plus complète, dans la famille, du modèle aristocratique. Avant lui et après lui d’autres Montalembert, très nombreux, s’illustrèrent par les armes ; aucun, dans la mémoire familiale ne put jamais rivaliser avec lui.

  • 41 Témoignage Garelli.
  • 42 Op. cit., p. 5.
  • 43 M.-R. de Montalembert, La fortification perpendiculaire, ou essai sur plusieurs manières de fortif (...)
  • 44 G. Richard, Noblesse d’affaires au xviiie siècle, Paris, A. Colin, 1974, p. 172-176. P.M.J. Coutur (...)

37Le membre de la famille Montalembert qui eut, après le seigneur d’Essé, la plus grande notoriété en fait de maîtrise de l’art de la guerre fut le général et marquis Marc-René de Montalembert (1714-1800). Geoffroy de Montalembert le citait fréquemment41. Lecanuet le présente ainsi : « C’est avec raison qu’on l’a nommé le Vauban du dix-huitième siècle, bien qu’il se soit parfois montré injuste pour son illustre devancier42. » L’auteur fait référence au système de fortifications mis au point par le marquis et exposé dans un ouvrage considérable, La fortification perpendiculaire43. Son but était de pallier les insuffisances des fortifications à la Vauban. Même si certains jeunes officiers, tel Carnot, furent intéressés par ses idées et que le roi Gustave III lui offrit, en vain, le grade de général en chef du génie militaire, ses principes reçurent un accueil assez mitigé dans son armée et il fut réfuté par de nombreux ingénieurs. Il crut, un temps, que la Révolution, qu’il embrassa à ses débuts, allait lui permettre de développer son système. En vain. En 1796, il fut mis à la retraite avec le grade de général de division. L’année suivante, il espéra entrer à l’Institut national de sciences et des arts dans la section de mécanique afin d’occuper le poste laissé vacant par l’exil de Lazare Carnot. Mais il retira sa candidature devant celle de Bonaparte. Marc-René de Montalembert eut une autre activité, que Geoffroy de Montalembert aimait à rappeler car elle avait mis une première fois sa famille en relation avec les Wendel. Il tenta une carrière dans l’industrie en faisant édifier sur ses terres angoumoises, à La Ruelle, des forges qui devaient fournir des canons à la marine de Rochefort44. Cette fonderie fut une affaire désastreuse. Redevable au roi de près de 2 000 000 livres, Montalembert fut contraint par Choiseul de céder, en 1762, ses ateliers au souverain. Wendel en fit l’acquisition en 1780.

  • 45 ADSM 160J48.

38La mémoire de ce grand ancêtre fut pérennisée par un pastel dû à La Tour, un buste de bronze de Perronnet, inauguré à La Ruelle par les édiles de la communes en 1906, et peu de temps après, par une plaque posée sur sa maison natale à Angoulême. Plusieurs ouvrages ou notices lui accordèrent une place. C’est ainsi qu’en 1939 l’abbé Robert Gaudin fait paraître une biographie du personnage, intitulée La vie de Marc-rené Marquis de Montalembert, Général de division et créateur de la fonderie de ruelle, que Geoffroy de Montalembert s’empresse de commander45.

39La Révolution française ne mit pas fin au service des armes chez les Montalembert. Beaucoup voulurent alors combattre pour la défense du roi et rejoignirent les rangs de l’émigration. Parmi eux, Jean-Charles II de Montalembert (1757-1800) qui passé par l’École royale militaire, était colonel dans le régiment de Berry Cavalerie quand éclatèrent les troubles. Il émigra alors en Angleterre où il organisa une Légion dite « de Montalembert » dont il prit le commandement et qu’il mit au service du roi d’Angleterre pour combattre la Révolution. La Légion Montalembert fut envoyée à Saint-Domingue pour lutter contre les révoltés commandés par Toussaint Louverture. Elle s’y illustra dans plusieurs combats. Les Anglais accordèrent d’ailleurs au colonel de Montalembert le grade, jamais concédé jusqu’alors à un catholique, de brigadier-général. Lorsque les corps étrangers furent dissous, Montalembert se retira dans l’île de la Trinité où il mourut rapidement.

  • 46 SHAT (Service Historique de l’Armée de Terre) 1K45.

40Son fils, Marc-René de Montalembert (1777-1831), arrière-grand-père de Geoffroy de Montalembert, suivit son père en émigration, d’abord en Angleterre puis à Saint-Domingue46. Il servit comme capitaine dans la Légion de Montalembert. Au licenciement de son régiment, il entra dans l’armée anglaise. Il combattit avec les armées anglaises en Egypte et aux Indes orientales puis participa aux campagnes d’Espagne et du Portugal en 1808 et 1809. Colonel en 1811, il rentra en France avec Louis XVIII après plus de vingt ans d’exil et de combats. En août 1814, il fut fait chevalier de Saint-Louis. Ce fut le terme de sa carrière d’officier. Il passa ensuite à la diplomatie.

41De ses deux fils, Charles et Arthur de Montalembert, ce fut le second qui poursuivit la tradition militaire familiale. Le journal personnel de Charles de Montalembert témoigne du désir qu’il exprima parfois de suivre l’exemple de ses ancêtres sur les champs de bataille. Au tournant des années 1820 et 1830, quand il hésite sur son avenir, il est déchiré entre le service de la cause catholique par la plume, la parole voire le sacerdoce, et le service armé du pays. Au moment où il se posait ses questions sur son destin, son frère Arthur, futur grand-père de Geoffroy de Montalembert, s’apprêtait, lui, à entamer sa formation militaire. Il était né, dans l’exil de ses parents, à Londres en 1812. Il servit d’abord Charles X comme page, pendant les derniers mois de son règne. Entré à l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr en 1831, il gravit ensuite les échelons d’officier. En 1850, il était officier d’ordonnance du ministre de la Guerre. Colonel en 1859, après avoir participé à la campagne d’Italie, il rejoignit les troupes du 1er régiment de Chasseurs d’Afrique pour la campagne du Maroc. Mais, pris par le choléra et une bronchite grave, il mourut le 11 novembre 1859 à l’hôpital militaire de Lalla Maghnia en Algérie. Il laissait une veuve et cinq enfants.

42Dans son cahier généalogique, la comtesse de Montalembert écrit que son beau-père, mort en Algérie, aimait passionnément son métier et ne vivait que pour lui. Ce souvenir fut certainement transmis à ses enfants et petits-enfants par sa veuve, née de Rochechouart, qui lui survécut près d’un demi-siècle. C’est ainsi que deux de ses fils, René et Geoffroy-Jules, le père de Geoffroy de Montalembert, le suivirent dans la tradition militaire familiale.

  • 47 Editée en 1890 à Dijon chez le libraire-éditeur L. Damidot.

43Dans les familles dont la mère de Geoffroy de Montalembert était issue, on compte aussi de nombreuses illustrations du service armé du pays. Parmi eux, Anne-Joseph-Hippolyte de Malartic participa aux combats qui visaient à garder à la France le Canada et assista à la défaite de Montcalm. Il en laissa une relation intitulée journal des Campagnes au Canada de 1755 à 176047 avant de devenir gouverneur de l’île de France qu’il défendit contre les Anglais jusqu’à sa mort. Son neveu, Hippolyte de Malartic, né en 1767, participa aux combats de l’indépendance des États-Unis aux côtés de La Fayette et, en guise de reconnaissance, fut admis dans la Société Cincinnati de France. Pendant la Révolution, plusieurs membres de la famille des Malartic émigrèrent.

  • 48 Général Ambert, RÉCITS militaires 1870-1871. Gaulois et Germains, Paris, Bloud et Cie, 1884, 4 tom (...)
  • 49 Il s’agit d’une erreur. Hyacinthe de Brigode avait un frère.
  • 50 Ces extraits sont cités in A. Delqueux, « Mort du Capitaine Hyacinthe de Brigode », La revue du te (...)

44C’est à un échelon inférieur que les Clercy s’illustrèrent dans le service armé du pays. Quant aux Brigode, dont on sait que le sang ne coulait pas dans les veines de Geoffroy de Montalembert mais qui fut attaché à cette lignée, au milieu des souvenirs de laquelle il passa sa jeunesse, on ne trouve pas la même tradition militaire. Famille de grands bourgeois commerçants anoblie par l’office au début du règne de Louis XVI, elle ne possédait aucun héritage chevaleresque à faire fructifier sur les champs de bataille. La comtesse de Montalembert note néanmoins dans le cahier destiné à son fils que Pierre-Oscar de Brigode défendit le territoire national lors de la guerre de 1870 : commandant un bataillon du 48e régiment provisoire des mobiles dans la Somme, « il se conduisit héroïquement à la bataille de Villers-Bretonneux où son second fils Hyacinthe tomba mortellement blessé d’une balle en pleine poitrine à 24 ans ». On conserve dans les souvenirs du général Ambert48 un récit héroïsé de cet épisode qui eut lieu le 27 novembre 1870. « Monsieur de Brigode avait un fils unique49 fort jeune qui servait en qualité de capitaine dans son bataillon. J’ignorai cette circonstance lorsque je vis deux gardes mobiles emporter un officier mortellement blessé. Je le fis remarquer au Comte de Brigode dont l’attention était attirée sur un autre point. Il regarda le blessé, eut un tremblement nerveux et me dit d’une voix étouffée : c’est mon fils. Puis il courut l’embrasser convulsivement une dernière fois et revint prendre sa place de bataille. […] Lecteur ou lectrice de cette page, si jamais l’accomplissement du devoir vous semblait trop cruel, si vous vous sentiez prêt à fuir, songez au vieillard de la bataille et n’oubliez pas ce qu’il a fait pour la Patrie50. » Cette relation de la mort au combat de Hyacinthe de Brigode, que Geoffroy de Montalembert dut lire, relève, pour un certain nombre de points, des récits typiques de ce genre de scène, mais la présence de son père et sa réaction lui donnent un relief particulier. On trouve dans l’attitude du comte de Brigode plusieurs éléments du modèle aristocratique du service du pays : le retour au combat après avoir vu une dernière fois son fils, qui rappelle l’exigence de résignation souhaitée par la comtesse de Montalembert dans son cahier ; le sens sacrificiel donné à cette mort pour la patrie ; l’absence de la peur face au combat, qui rappelle, trois siècles après, ce que l’on a dit du sieur d’Essé ; enfin l’élévation de l’âme au-delà de ce qui est humainement supportable et qui le place dans un groupe à part. Dans ce récit, le lecteur trouve tous les signes de l’appartenance réelle du comte de Brigode à l’aristocratie ; alors que l’anoblissement des Brigode date, à ce moment, de près d’un siècle, c’est d’abord dans le combat et par le combat que se révèle la nouvelle distinction.

45On le voit, nombreux étaient les souvenirs des ancêtres, grands ou moins grands, susceptibles d’être mobilisés afin d’exposer comment, de tous temps, le lignage avait, par les armes, servi le pays et inscrit son nom dans l’histoire. Tous ces bruits d’épées, de sabres ou de coups de feu, le jeune Geoffroy de Montalembert les entendit par l’écho qui lui venait des siècles passés dans sa vie quotidienne. Cette tradition du service armé du pays se perpétua jusqu’à son père. Nul doute que dans l’esprit du jeune homme, il était évident qu’il devrait, lui aussi, un jour, marquer cette distinction par l’usage des armes. Sans doute, en avait-il même le désir. La psychologie collective qui fut celle de la jeunesse d’avant 1914, révélée, certes parfois sans nuance, par l’enquête d’Agathon sur les « jeunes gens d’aujourd’hui », dut accentuer encore cette volonté, par le goût de l’action qu’elle exaltait, le patriotisme et l’attirance pour la carrière militaire qui la caractérisaient.

46À toutes les générations, les ancêtres de Geoffroy de Montalembert avaient ainsi saisi leurs armes pour servir un faisceau de causes et de personnes. Il s’était fréquemment agi de défendre en même temps le pays, le roi et la foi chrétienne. Ce fut le cas par exemple lors des croisades. Là, alors, dans la représentation aristocratique des parents du jeune Geoffroy, le combat aristocratique trouvait sa légitimité la plus large. À la lutte pour des réalités humaines, un territoire et un souverain, qui certes transcendaient le temps, se joignait un engagement sacré pour l’établissement d’un ordre surnaturel. À la lecture du cahier de la comtesse de Montalembert, il est sûr que, jamais, l’aristocratie ne fut plus elle-même que lorsqu’elle prit sa place dans l’histoire du pays et en même temps dans une sorte d’histoire sainte. Avec le xixe siècle, les armes et les lieux de la bataille changèrent peu à peu ; c’est par la parole et dans l’arène politique qu’il fallait alors, pour maintenir la fidélité et la distinction, s’engager.

Le service politique du pays

47En ce domaine, également, il y avait des exemples dans l’ascendance familiale et Geoffroy de Montalembert ne fut pas le premier de sa lignée à entrer dans le monde de la gestion des affaires publiques. Il baigna dans l’activité politique de son père et nous redirons quel poids cela eut sur son propre engagement. Mais, par-delà l’exemple paternel, il put tirer profit d’autres modèles familiaux. Dans le lignage Montalembert, il y eut trois parlementaires au xixe siècle : Marc-René de Montalembert, Charles de Montalembert et Geoffroy-Jules de Montalembert.

  • 51 Extrait cité in G. Cougny et A. Robert, Dictionnaire des parlementaires français (1789-1889), Pari (...)

48Ce fut avec Marc-René de Montalembert (1777-1831), arrière-grand-père de Geoffroy, que le passage se fit de l’office des armes à l’activité politique. Ce ne fut pas une vraie rupture avec le modèle aristocratique car il s’effectua par le biais de la diplomatie, une autre manière de servir le roi. On a dit que Marc-René de Montalembert fut des plus fidèles à la cause monarchique, en combattant avec les émigrés puis avec les Anglais et en ne rentrant dans son pays qu’aux côtés de Louis XVIII. Le souverain lui confia alors plusieurs missions à Londres, auprès de la cour de Wurtemberg, puis à Copenhague. Au début des années 1820, le baron de Montalembert revint en France et put siéger plus régulièrement avec ses pairs. Lors du débat de la fin de l’hiver et du printemps 1826 sur le droit d’aînesse, il appela à voter la loi proposée par le gouvernement et présentée par Peyronnet. Il prit la parole pour soutenir cette réforme du code civil en expliquant à ses collègues que « la loi républicaine ferait bientôt de la France une vaste garenne où chacun aurait son réduit ; la loi nouvelle fonderait, au contraire, une classe intermédiaire, la classe politique, entre l’industrie, classe républicaine, et les fonctionnaires, classe qui pousse au pouvoir absolu51 ». Il ne fut point écouté puisque le 7 avril 1826 la loi fut rejetée par la Chambre des pairs. Son attitude favorable au gouvernement de Villèle fut néanmoins récompensée peu après par une nomination comme ambassadeur à Stockholm. Les Trois Glorieuses mirent un terme définitif à sa carrière diplomatique puisqu’il fut révoqué dès août 1830. Marc-René de Montalembert prêta néanmoins serment au nouveau souverain. Au début de 1831, il participa aux débats parlementaires, prenant la parole pour appeler à défendre la Pologne et s’opposer aux lois d’exil touchant Charles X. Il mourut en juin 1831, peu de temps avant l’abolition de l’hérédité de la pairie.

  • 52 Sur Charles de Montalembert, voir R.P. Lecanuet, op. cit. ; Ph. Tollu, Montalembert. Les libertés (...)
  • 53 R. Rémond a montré comment la bourgeoisie orléaniste avait déserté, au début du Second Empire, l’a (...)

49Charles de Montalembert devint donc le second Montalembert pair de France52. Geoffroy de Montalembert fut appelé par sa mère, dès sa jeunesse, à reconnaître en lui le plus illustre représentant de sa lignée. Il répéta lui-même souvent que, dans sa famille, on était complètement pris par la notoriété de son grand-oncle. Dans ses discours au Conseil de la République puis au Sénat, là même où le grand orateur catholique avait pris la parole au siècle précédent, il rappelait parfois l’émotion qu’il avait à faire retentir, à nouveau, la voix des Montalembert. Charles de Montalembert siégea, en effet, à la Chambre des pairs à partir de 1835. À l’avènement de la Seconde République, il refuse de se rallier au nouveau régime et demeure fortement attaché à la monarchie parlementaire. En avril 1848, les électeurs du Doubs, département où se trouve une part de la fortune foncière de son épouse, née Marie-Anne de Mérode, l’élisent, de justesse, à l’Assemblée constituante ; il y siège à droite avec les conservateurs. Lors de l’élection présidentielle de décembre, il défend, avec le comité électoral de la rue de Poitiers, et après quelques hésitations, Louis-Napoléon Bonaparte. Quand le comité devient l’Union libérale, il fait partie de ses dirigeants, avec Thiers, Broglie, Molé et Morny. Réélu dans la première assemblée nationale du nouveau régime, en mai 1849, il soutient les mesures proposées par le gouvernement. Lorsque les relations se tendent ensuite entre les députés et le chef de l’État, il tente d’intervenir pour éviter la rupture. Il appartient, ainsi, au groupe qui souhaite accorder au Prince-Président la révision de la constitution que celui-ci désire. Ce positionnement lui évite l’arrestation lors du coup d’État du 2 décembre 1851 et lui vaut d’être nommé membre de la Commission consultative nationale de 80 membres chargés d’épauler le président de la République jusqu’aux élections suivantes. Charles de Montalembert, finalement, accepte de se rallier au régime, par souci de l’ordre et par crainte d’une révolution sociale. Mais en janvier 1852, la découverte du projet de constitution et les décrets interdisant aux princes d’Orléans d’avoir des biens en France consomment sa rupture avec le Prince-Président. Il démissionne de la Commission consultative. Les électeurs de Besançon l’élisent néanmoins au Corps législatif en février 1852. Face à lui, le pouvoir n’a pas présenté de candidat officiel et s’est contenté d’une parfaite neutralité. Ce n’est plus le cas aux élections de juin 1857. Son opposition à la politique du Second Empire a été si féroce dans l’enceinte parlementaire que le gouvernement est bien décidé à se débarrasser du député Montalembert. Le marquis de Conégliano, candidat officiel présenté contre lui, l’emporte largement, mettant ainsi fin à une carrière parlementaire d’un quart de siècle. Aux élections de 1863, Charles de Montalembert tente de retrouver son siège. C’est un échec. Le député sortant est réélu. Dans l’enceinte du Palais-Bourbon, Charles de Montalembert a toujours été la voix de l’opposition au Second Empire et de la revendication d’un vrai régime parlementaire. Face à la limitation de toutes les libertés, il choisit la position du combat ; ses armes sont la parole et la plume. Il refuse néanmoins de rejoindre les opposants qui rejettent tout contact avec les institutions du régime53.

50Charles de Montalembert paraît bien avoir été une pièce importante dans la constitution de l’identité politique de Geoffroy de Montalembert. Il a transporté, dans l’arène de la gestion des affaires publiques, la gloire qui s’attachait jusqu’alors aux seuls combats militaires. Dans la famille, il a été celui qui a effectué le réaménagement de l’être et de l’agir aristocratique en illustrant son passage au politique. Même si, dans son cahier, la comtesse de Montalembert voulut transmettre exclusivement l’héritage du combat catholique de son grand-oncle à Geoffroy de Montalembert, ce dernier, par les lectures qu’il fit, découvrit les autres aspects de l’identité politique de son illustre parent. Il put en garder l’image d’un être très illustre, à l’égal de ses ancêtres, ardent dans les débats, perpétuant ainsi la tradition familiale du combat, voulant la liberté et l’ordre, la paix et la grandeur pour la France et défendant le droit des catholiques à prendre pleinement leur place et à défendre leurs idées.

51Dans la famille de la mère de Geoffroy de Montalembert, le passage à l’activité politique s’était effectué, comme pour les Montalembert, au début du xixe siècle ; mais, il n’avait pas eu le même développement que chez eux. Les Malartic avaient d’abord exercé des fonctions de robe au xviiie siècle dans leur région d’origine, le Sud-Ouest. Le grand-père paternel de la comtesse de Montalembert, Amable-Pierre-Hippolyte-Joseph de Malartic (1765-1828), s’était implanté en Normandie, en épousant Marguerite-Thérèse Fiquet d’Ausseville, descendante d’une grande famille de parlementaires normands du xviiie siècle. Il était devenu maire de Tôtes et conseiller général de la Seine-Inférieure en 1808. En 1824, il fut élu député de Dieppe et réélu, contre Duvergier de Hauranne, en 1827. Il soutint la politique de Villèle. Son fils aîné, oncle de la comtesse de Montalembert, Jean-Hippolyte de Malartic lui succéda comme conseiller général et maire de Tôtes. Du côté de la famille maternelle de la comtesse de Montalembert, c’est-à-dire chez les Clercy, ce sont les fonctions de conseiller général de la même Seine-Inférieure et de maire d’Ermenouville qu’exerça Jules de Clercy (1791-1852), son grand-oncle.

  • 54 Discours du 12 février 1822. ADSM 160J179.
  • 55 ADSM 160J215.
  • 56 Idem.

52Geoffroy de Montalembert put trouver des exemples d’engagement politique dans la famille adoptive de sa mère. Romain-Joseph de Brigode, père de Noémie, fut maire d’Annappes de 1814 à 1848 et conseiller général du Nord à partir de 1804. Il fut également le premier des Brigode à occuper des fonctions parlementaires. Le Sénat conservateur l’élut membre du Corps législatif en septembre 1805. Il dut le quitter en 1810 en application d’un décret fixant à quarante ans l’âge minimum des députés. Sous la Restauration, le 25 août 1815, le collège électoral du Nord lui fit retrouver cette fonction qu’il exerça sans interruption jusqu’en 1822. Un échec électoral interrompit alors son mandat. Il le retrouva six ans plus tard à l’occasion d’une élection partielle en avril 1828. Il fut ensuite réélu régulièrement jusqu’à ce que le roi Louis-Philippe le nomme pair de France en octobre 1837. Sa carrière politique s’acheva avec la révolution de 1848 ; commencée quarante-trois ans plus tôt, elle lui permit de cumuler trente-deux années de fonctions parlementaires dans trois assemblées différentes. Il avait été un libéral modéré, appartenant, sous la Restauration, au courant des constitutionnels, puis, sous la monarchie de Juillet, à celui dit du juste-milieu. Ainsi, il défendit, au début de 1817, la liberté de la presse. Il vota pour la loi militaire du ministre Gouvion-Saint-Cyr en 1818 et soutint ensuite la politique de Decazes. Après le retour des Ultras au pouvoir, il fut l’un des porte-parole les plus actifs de l’opposition libérale. Lors du débat sur le projet de loi concernant la « répression des délits de presse » que le gouvernement Villèle présenta en janvier 1822, Brigode prononça un discours si virulent que la majorité ultra de la Chambre le contraignit à quitter la tribune54. Dans sa profession de foi pour l’élection partielle de 1828, il se dit « fidèle aux principes de la monarchie constitutionnelle […] tantôt pour, tantôt contre le ministère comme devrait l’être tout bon député, qui, n’attachant qu’une importance secondaire aux personnes, compte les choses pour beaucoup et ne suit d’autre guide que ses lumières et sa conscience55 ». Brigode fit partie des députés qui s’opposèrent à la tentative menée par Charles X à partir de l’été 1829 de gouverner avec Polignac en se passant de la Chambre. Cela amena logiquement le baron de Brigode à voter l’adresse des 221 en mars 1830. Dans des notes rassemblées par lui avant l’ouverture de cette session, il montre un remarquable sens politique en prévoyant la tournure des événements. Il estime que, dans la future adresse, la majorité de la Chambre se prononcera fortement « contre le maintien du ministère », vœu « conforme à celui qui a été hautement manifesté par la presque généralité de la Nation56 ». Il prévoit alors que le roi voudra, par le biais d’une dissolution, faire appel au pays et que celui-ci répondra par l’élection d’une Chambre encore plus libérale. En ce cas, il est certain pour lui que l’on va au coup d’État car le roi ne pourrait alors tenir qu’en fermant les portes de l’assemblée. C’est ainsi, on le sait, que les choses se passèrent. Après les Trois Glorieuses, il se rallia au nouveau régime et rejoignit le parti du mouvement. En 1844, une notice de l’annuaire historique de France le présentait ainsi :

  • 57 Notice Brigode in Annuaire historique et biographique de France, des Souverains et des personnages (...)

53« M. De Brigode est aujourd’hui un des membres les plus marquants de ce noyau d’opposition, qui semble se former dans la chambre des pairs et qui s’efforce de relever, aux yeux du public, la considération de cette assemblée, affaiblie par la loi des catégories57. » On ne s’étonnera donc pas de constater que le député de Lille se rallia sans trop de difficultés à la Seconde République, comme beaucoup de ces libéraux du mouvement, pour lesquels l’institution d’une République parlementaire conservatrice était acceptable.

  • 58 B. Ménager, La vie politique dans le département du Nord, Presses universitaires de Lille, 1983, p (...)

54À la génération suivante, celle de Noémie de Brigode, quelques Brigode poursuivirent des carrières politiques, mais aucun ne s’illustra comme les précédents. Parmi les quatre enfants de Romain-Joseph de Brigode, aucun n’eut de fonctions électives. C’est le mari de Noémie, le comte Humbert de Clercy, qui prit alors la relève de son beau-père en dirigeant la commune d’Annappes de 1860 à 1870. Après lui, le mari de leur fille adoptive, le comte Geoffroy-Jules de Montalembert occupa naturellement cette fonction. Des enfants de Pierre-François de Brigode-Kemlandt, ce fut Pierre-Oscar (1814-1874) qui succéda à son père dans la charge de maire de Camphin-en-Pévèle puis entama une carrière nationale, pour soutenir la cause légitimiste58. Il fut élu député du Nord aux élections de février 1871 et avec son groupe, il vota les principales mesures adoptées par la majorité de l’assemblée. Il n’y eut pas ensuite, aux générations suivantes, de descendants mâles chez les Brigode. L’héritage de leur action politique au service du pays fut récupéré et illustré après eux par le comte de Clercy puis par le père de Geoffroy de Montalembert.

55Quelle culture politique avait été celle des Brigode ? Même si les opinions ont varié de l’un à l’autre des représentants de cette famille, il paraît bien qu’ils partagèrent un certain nombre de convictions. La première est marquée par l’acceptation d’une partie de l’héritage révolutionnaire et impérial. On l’a dit, les Brigode n’émigrèrent point, servirent même à des degrés divers les pouvoirs issus de la Révolution puis le régime napoléonien. Ils se rallièrent tous à la restauration monarchique. Même si, en 1848, l’un d’eux tenta de se faire passer pour un « républicain de la veille », on peut les rassembler dans le groupe des monarchistes. Mais, plus que la royauté, c’est en faveur d’un régime libéral et parlementaire qu’ils se prononcèrent. Leur position politique rejoignait ainsi pour une bonne partie celle de Charles de Montalembert.

56Si, donc, le service du pays par les armes restait prééminent dans les traditions aristocratiques qui entouraient Geoffroy de Montalembert, il put constater, quand il forgea sa conscience politique, que, depuis un siècle environ, certains membres de sa famille avaient choisi le débat public et rejoint le domaine de la gestion des affaires communes. Là, comme jadis l’avaient fait leurs ancêtres sur les champs de bataille, ils illustraient les noms qu’ils portaient. Parmi les différentes fonctions que les uns et les autres avaient exercées, il pouvait remarquer qu’étaient présentes des charges locales d’administration mais aussi des engagements de représentation nationale dans plusieurs des assemblées, élues ou nommées, que la France avait connues au xixe siècle. Par-delà les itinéraires individuels de chacun de ces parlementaires, c’est une continuité dans l’action politique que Geoffroy de Montalembert pouvait ainsi trouver en contemplant l’œuvre de ses ancêtres proches. Après que, pendant des siècles, des dizaines de Montalembert, Malartic et autres Clercy se fussent illustrés par de continuels engagements militaires pour la France et pour ses rois, voici qu’une nouvelle tradition de service du pays était née des transformations que la vie politique avait subies après la Révolution et l’adoption d’un système représentatif. Ces bouleversements auraient pu éliminer les descendants de la chevalerie médiévale du devant de la scène politique, car cette ancienne élite ne bénéficiait plus du statut privilégié que la société d’ordres lui avait octroyé. Pour certains, qui refusèrent de sacrifier aux nouveaux principes, ce fut effectivement le cas. D’autres privilégièrent la continuité du service du pays, par l’engagement dans les affaires publiques, un moyen pour la vieille aristocratie chevaleresque de se maintenir. Les aïeux de Geoffroy de Montalembert firent, pour certains, ce choix, lui permettant ainsi de trouver, quand il le voulut, un terrain pour l’action et la distinction, aussi honorable que l’avaient été, jadis, les champs de bataille.

57Les choix politiques et les convictions défendues par ces hommes de la famille de Geoffroy de Montalembert furent marqués par un certain nombre d’éléments communs. Tout d’abord, ils soutinrent tous l’expérience monarchique ou souhaitèrent son rétablissement après 1870. Pour certains membres de sa famille, l’idée royaliste l’emportait même absolument sur toute autre. L’attachement à la famille royale, quelles que soient les branches, restait enraciné dans les esprits. L’idée que le pays devait avoir à sa tête un chef naturel, une sorte de père commun gardait toute sa force. À ce groupe, on peut rattacher les ancêtres de Geoffroy de Montalembert qui appartenaient à la culture politique traditionaliste. Chez d’autres, qui furent finalement assez nombreux, tant chez les Montalembert que chez les Brigode, cet attachement à l’idéal monarchique pouvait passer après la revendication d’institutions libérales et parlementaires. C’est alors du courant orléaniste dont il est question ; courant bien plus favorable que le précédent au maintien dans la vie politique, car il permet plus facilement le passage d’un type de régime à un autre. Mais, les identités ne furent pas toujours si claires, si nettement délimitées ; d’abord parce qu’au sein du réseau familial et des divers tissus de la socialisation, elles se confrontaient et sous l’effet de diverses influences se mêlaient pour former des opinions politiques plus nuancées. On a vu que le combat catholique de Charles de Montalembert avait octroyé à son profil politique un trait tirant parfois vers la culture traditionaliste ; ce qui permettait à la comtesse de Montalembert de louer, devant son fils, ses engagements.

58Au terme de ce chapitre, nous avons pu constater que c’est essentiellement dans le cadre familial que la formation de Geoffroy de Montalembert avait été menée. Si l’école joua un rôle, il fut d’approfondir encore le fossé qui le séparait des jeunes gens qui n’appartenaient pas au monde au sein duquel il évoluait. Les exemples qui furent les repères structurants de sa personnalité furent issus de l’histoire de sa famille. Les valeurs et les principes formateurs de son identité lui vinrent exclusivement de ce groupe. Ancêtres et traditions lui furent enseignés afin de donner un cadre particulier à l’univers de son enfance et d’imprimer en lui le désir de poursuivre sur le chemin tracé par ses aïeux.

59L’objectif de cette formation visait à une prise conscience de la spécificité de la qualité aristocratique. Cette dernière émane avec clarté du cahier de sa mère, la comtesse de Montalembert. Ces lignes nous permettent de percevoir, aujourd’hui encore, l’écho des phrases, des attitudes, des remarques des éducateurs que furent son père et sa mère. Cette éducation lui donna un nom porteur de caractères particuliers, un titre, une devise, des armes, une lignée identifiée et connue, une mémoire, c’est-à-dire une représentation de l’histoire générale et de l’histoire familiale, les deux se mêlant fréquemment et se portant réciproquement. Ce nom l’astreignait encore à un certain nombre de devoirs : l’obligation de respecter un grand nombre de règles, dans de multiples domaines, l’interdiction de calquer son comportement, ses projets sur ceux des jeunes gens de son âge, l’acceptation de se devoir aux autres, de se préparer, plus que tout autre, au service de son pays, de trouver dans ce service non seulement une occupation ou une carrière mais encore une légitimation, l’absolue défense d’envisager un seul instant que les avantages reçus pourraient ne rien exiger en retour. On ne peut manquer de se demander comment ces devoirs, objectivement lourds, étaient évalués par le jeune Geoffroy. Plus que chez d’autres enfants, le fait d’être sans frère ni sœur, le fait de sentir qu’il avait été espéré dans la ferveur et qu’on expliquait sa naissance comme une intervention du ciel, une volonté divine, et enfin le fait d’être particulièrement entouré, protégé et surveillé convergèrent pour inscrire plus fortement et fermement ce socle fondamental de l’identité.

60Pour ses parents, il importait qu’il comprît qu’il ne s’appartenait pas aussi complètement que d’autres, du fait de son origine aristocratique, sachant qu’à cette origine, était consubstantielle, sa qualité de chrétien. Il ressort bien du cahier que tout chrétien a des devoirs. Pour le jeune noble, ces devoirs semblent en quelque sorte ne pas s’additionner à ceux qu’il tire de son extraction, mais les multiplier. Ils donnent une densité considérablement plus forte à ses obligations. Sa faute n’en serait que plus lourde s’il décidait d’y échapper, de s’y dérober, d’y déroger.

61On a signalé les quelques moyens repérés ici et là par lesquels cette éducation se fit : les récits familiaux, les archives, portraits et autres objets traceurs de la distinction, les livres, les monuments et mémentos funéraires de toutes sortes, etc. Tous ces vecteurs pouvaient comporter une part d’abstraction. Par contre, Geoffroy de Montalembert put profiter d’un exemple vivant, qui incarnait ces qualités aristocratiques, en vivant auprès de son père.

Notes

1 E. Mension-Rigau, L’Enfance au château. L’éducation familiale des élites françaises au xxe siècle, Paris, Rivages, 1990, « Histoire ».

2 Interview à La Voix du Nord, édition du 19 septembre 1983.

3 E. Mension-Rigau, Aristocrates et grands bourgeois. Education, traditions, valeurs, Paris, Plon, p. 487.

4 Archives privées.

5 Témoignage de Madame Urbain de La Rochefoucauld, fille de Geoffroy de Montalembert. Entretien avec l’auteur. Désormais indiqué Témoignage La Rochefoucauld.

6 Témoignage de M. Pierre Klein. Entretien avec l’auteur. Désormais indiqué Témoignage Klein.

7 La Voix du Nord, édition du 19 septembre 1983.

8 « Ma mère portait à la patrie une passion intransigeante à l’égal de sa piété religieuse » in Charles de Gaulle, Mémoires de guerre, tome 1, L’Appel 1940-1942, Paris, Plon, 1954, p. 1.

9 Interview donné à Jean-Paul Thomas le 18 janvier 1993. Désormais indiqué Interview Thomas.

10 La comtesse de Montalembert nomme ainsi sa mère adoptive.

11 Paroisse parisienne des Montalembert dont l’hôtel était situé au 216, boulevard Saint-Germain.

12 R. Rémond, « La fille aînée de l’Église », in Pierre Nora, Les lieux de mémoire, tome 3, Les France, Paris, Gallimard, 1992, 1997, « Quarto », p. 4344.

13 Ibidem, p. 4345.

14 J. Prévotat, « La culture politique traditionaliste », in S. Berstein (s.d.), op. cit., p. 33-66.

15 Sa grand-mère maternelle née Valentine de Rochechouart décéda en 1907. Il connut certes la mère adoptive de sa propre mère, la comtesse de Clercy, née Noémie de Brigode, décédée en 1907.

16 La sœur de son père, Alix de Montalembert, décédée en 1942, épouse du comte Guilllaume de Louvel-Lupel.

17 L. de Rochechouart, Histoire de la Maison de rochechouart, Paris, Allard éd., 1859, 2 tomes.

18 Au moins une dizaine de tableaux des xviie et xviiie siècle. ADSM, 160J179.

19 Ch. Lesage et A. Plateaux, « Notes archéologiques de l’église Saint-Sébastien d’Annappes à Villeneuve d’Ascq », in La revue du terroir, Villeneuve d’Ascq, 1981, n° 19, p.15-21.

20 Inscriptions reproduites in abbé Simon, Inventaire des archives du doyenné de doudeville par le doyen, Rouen, Mégard et Cie, 1857, tome 1, p. 89-91.

21 ADSM 160J236.

22 H. Jougla de Morenas, Grand armorial de France, Paris, 1948, tome 5, p. 83.

23 Interview Thomas. La traduction littérale est : « Je porte le fer et le fer me porte ».

24 Eric Mension-Rigau, Aristocrates et grands bourgeois, op. cit., p. 133.

25 R. P. Lecanuet, Montalembert, Paris, Ch. Poussielgue, 1895.

26 Ibidem, p. 3.

27 Témoignage de Pierre Garelli, petit-fils de Geoffroy de Montalembert. Entretien avec l’auteur. Désormais indiqué Témoignage Garelli.

28 Idem.

29 ADSM 160J233.

30 Louis-Marie de Brigode avait acquis un hôtel construit en 1776, rue Saint-Jacques, par l’architecte Michel Lequeux pour François d’Hangouart, marquis d’Avelin. Cet hôtel est devenu, à l’époque contemporaine, la résidence du recteur de l’Académie de Lille.

31 ADSM 160J179.

32 Interview Thomas.

33 op. cit., p. 2.

34 Dans Historia mei temporis parue après sa mort et traduit en français en 1734.

35 Dans son Histoire générale des rois de France parue en 1576.

36 Dans son Histoire de France sous François Ier et Henri II, publiée au milieu du xviie siècle.

37 Citation rapporté par Geoffroy de Montalembert. Interview Thomas.

38 op. cit., p. 4.

39 Interview Thomas.

40 J. Delumeau, La peur en occident xive-xviiie siècles, Paris, Fayard, 1978, p. 3-4.

41 Témoignage Garelli.

42 Op. cit., p. 5.

43 M.-R. de Montalembert, La fortification perpendiculaire, ou essai sur plusieurs manières de fortifier la ligne droite, le triangle, le carré et tous les polygones, de quelque étendue qu’en soient les côtés, en donnant à leur défense une direction perpendiculaire, Paris, 1776-1786.

44 G. Richard, Noblesse d’affaires au xviiie siècle, Paris, A. Colin, 1974, p. 172-176. P.M.J. Couturi, Histoire de la fonderie nationale de La ruelle (1750-1940) et de ses anciennes fonderies de canons de fer à la Marine, Paris, 1951.

45 ADSM 160J48.

46 SHAT (Service Historique de l’Armée de Terre) 1K45.

47 Editée en 1890 à Dijon chez le libraire-éditeur L. Damidot.

48 Général Ambert, RÉCITS militaires 1870-1871. Gaulois et Germains, Paris, Bloud et Cie, 1884, 4 tomes.

49 Il s’agit d’une erreur. Hyacinthe de Brigode avait un frère.

50 Ces extraits sont cités in A. Delqueux, « Mort du Capitaine Hyacinthe de Brigode », La revue du terroir, Villeneuve d’Ascq, 1991, n°30, p. 42.

51 Extrait cité in G. Cougny et A. Robert, Dictionnaire des parlementaires français (1789-1889), Paris, Bourloton éditeur, 1889, p. 403.

52 Sur Charles de Montalembert, voir R.P. Lecanuet, op. cit. ; Ph. Tollu, Montalembert. Les libertés sous le second Empire, Paris, Albatros, 1987 ; B. Cattaneo, Montalembert un catholique en politique, Paris, CDL, 1990. Voir également J.-F. Sirinelli, Les droites françaises. De la révolution à nos jours, Paris, Gallimard, 1992, ainsi que E. Anceau, Dictionnaire des députés du second Empire, Presses universitaires de Rennes, 1999, p. 262-263, J.-M. Mayeur, Catholicisme social et démocratie chrétienne. Principes romains, expériences française, Paris, Le Cerf, 1986 et Les catholiques libéraux au xixe siècle. Actes du Colloque international d’histoire religieuse de Grenoble des 30 septembre–3 octobre 1971, P.U.G., Grenoble, 1974.

53 R. Rémond a montré comment la bourgeoisie orléaniste avait déserté, au début du Second Empire, l’activité politique d’opposition, laissant à l’aristocratie le soin de mener ce combat, avec Broglie, Haussonville, Meaux et Montalembert. Les droites en France, Paris, Aubier, 1983, p. 113.

54 Discours du 12 février 1822. ADSM 160J179.

55 ADSM 160J215.

56 Idem.

57 Notice Brigode in Annuaire historique et biographique de France, des Souverains et des personnages distingués dans les diverses nations, Direction des Archives, Paris, 1844, p. 4. ADSM 160J179.

58 B. Ménager, La vie politique dans le département du Nord, Presses universitaires de Lille, 1983, p. 969.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540