Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Geoffroy de Montalembert (1898-1993)

 | 
David Bellamy

Première partie. L’héritage dynastique et la formation d’une identité politique

Chapitre I. L’appartenance à une illustre lignée aristocratique

Texte intégral

L’ascendance paternelle : les Montalembert, une ancienne et illustre famille

  • 1 L’ancien fief Montalembert est un village de l’actuel département des Deux-Sèvres situé à quelques (...)
  • 2 G. Martin, Histoire et généalogie de la Maison de Montalembert, Lyon, éd. Georges Martin, 1988, p. (...)

1Vingt générations séparent Geoffroy de Montalembert du plus ancien de ses ancêtres connus sous ce même nom. Les Montalembert sont issus du Poitou1 et mentionnés depuis au moins 12282. La filiation est établie depuis Jean, seigneur de Montalembert. Ses descendants se répandirent ensuite dans de très nombreuses régions (Agenois, Saintonge, Limousin, Languedoc, Bretagne). La famille appartient à la vieille noblesse chevaleresque. À la cinquième génération, en 1390, Jean III de Montalembert est qualifié de chevalier dans un acte d’hommage au duc de Berry.

  • 3 C’est dans cette branche que l’on trouve, à la vingt et unième génération, Henriette de Montalembe (...)

2À partir de la sixième génération, l’arbre de la famille se divise en un grand nombre de branches. Beaucoup s’éteignirent, à l’image de la branche aînée, bien avant l’époque contemporaine. Restent aujourd’hui les deux branches des Cers et La Bourlie devenue d’Essé. Geoffroy de Montalembert descend des Cers qui constituent une branche cadette depuis le début du xviie siècle. À la quinzième génération, les Cers eux-mêmes se divisèrent en deux branches : une branche aînée, d’une part, avec Jean-Charles de Montalembert (1710-1785)3 ; une branche cadette, d’autre part, avec Pierre de Montalembert (1714-1757), frère du précédent, dont descend en ligne directe Geoffroy de Montalembert.

  • 4 A. Révérend, Titres, anoblissements et pairies de la restauration 1814-1830, nouvelle édition par (...)

3La seizième génération est celle de Jean-Charles II dit baron de Montalembert (1757-1800), colonel au régiment de Berry Cavalerie. Emigré en Angleterre pendant la Révolution, il fut ensuite nommé maréchal de camp des armées par Louis XVIII et mourut dans l’île de la Trinité. De Marthe-Joséphine de Commarieu, épousée en 1775, il eut un fils unique, Marc-René de Montalembert (1777-1831) qui est le dix-septième maillon de la chaîne généalogique. Il combattit d’abord sous les ordres de son père avec lequel il avait émigré. Nommé colonel par Louis XVIII, il entama une carrière dans la diplomatie. Il obtint le titre de baron héréditaire en 1818 et celui de pair de France héréditaire l’année suivante4. Il avait épousé à Londres, en 1809, Elise-Rose Forbes, fille de l’illustre voyageur James Forbes. De cette union, trois enfants naquirent : Charles de Montalembert (1810-1870), le grand orateur catholique, Élise (1814-1829) et Marc-Arthur (1812-1859) qui, comme son frère, porta le titre de comte de Montalembert, et fut le grand-père de Geoffroy de Montalembert.

  • 5 Son nom d’usage était Geoffroy de Montalembert, aussi, pour le différencier de son fils, on convie (...)

4Né en émigration à Londres, Marc-Arthur se lança dans la carrière des armes et épousa, en 1845, Juliette-Valentine de Rochechouart, fille du général et comte de Rochechouart et petite-fille du financier Ouvrard. Veuve à trente-quatre ans, elle éleva ses cinq enfants : André de Montalembert (1846-1870) qui entra chez les Jésuites mais, malade, mourut à Rome alors qu’il y étudiait la théologie ; René de Montalembert (1847-1887) qui fit carrière dans l’armée ; Geoffroy-Jules (1850-1926)5 qui fut le père de Geoffroy de Montalembert ; Marguerite (1854-1892), épouse du marquis Emmanuel Le Febvre d’Ormesson ; Alix de Montalembert (1856-1942) qui épousa en 1878 le comte Guillaume de Louvel-Lupel, maire de Warvillers dans la Somme.

5Le comte Geoffroy-Jules de Montalembert, né à Versailles le 16 septembre 1850, prit, lui, pour épouse, le 5 avril 1877, Marie-Thérèse de Maurès de Malartic de Brigode. Après vingt et un ans de mariage, elle donna naissance, au château d’Annappes (Nord), le 10 octobre 1898, à sept heures du matin à Geoffroy, Marc, René, Marie, Joseph de Montalembert.

L’ascendance maternelle : les Malartic, les Clercy et les Brigode ou la fortune et l’implantation terrienne

6Si le prestige de l’ancienneté du nom lui vint de son père, Geoffroy de Montalembert hérita, par sa mère, d’une considérable fortune et d’une vaste implantation terrienne dans le Nord et en Normandie. Celle-ci naquit à Arques-la-Bataille, près de Dieppe, le 22 septembre 1857 au foyer du baron Odon-Charles de Maurès de Malartic (1810-1876) et de Marie-Augustine de Clercy (1822-1867).

7Originaire d’Armagnac, les Malartic appartiennent à la noblesse immémoriale. Le plus ancien ancêtre connu, Odon de Malartic, remonte au début du xiiie siècle. Au xviie siècle, un de ses descendants, à la treizième génération, Amarieu de Malartic, président de l’Election d’Agen, s’allia avec les Maurès, venus, eux, de Guyenne. Son fils, Jean-Vincent de Malartic, reçut le droit de reprendre le nom de sa mère, dont la famille s’était éteinte. Joseph de Maurès, comte de Malartic (1765-1828), arrière-petit-fils du précédent, fut conseiller au Conseil souverain du Roussillon puis émigra en Espagne. Il revint en France au début de l’Empire, épousa en 1805, Marguerite-Thérèse Fiquet d’Ausseville, s’installa en Seine-Inférieure où il fut député-maire de Tôtes. Leur troisième fils, Odon-Charles, né en 1810, épousa le 30 mai 1843, Marie-Augustine de Clercy. Le grand-père maternel de Geoffroy de Montalembert constituait la dix-huitième génération depuis Odon.

  • 6 Entre Doudeville et Saint-Valéry-en-Caux (Seine-Maritime).

8Les Clercy, installés au milieu du xixe siècle au château d’Ermenouville6, sont une de ces très anciennes familles de petits nobles cauchois pris, depuis le xie siècle, dans les rivalités entre la France et l’Angleterre et qui choisirent de servir leur patrie d’origine. Leur fief premier était situé à Bornambusc, à deux kilomètres au sud de l’actuel bourg de Goderville, près de Fécamp. La filiation des Clercy est précisément connue depuis Pierre de Clercy, au début du xive siècle. Quinze générations le séparent de Marie-Augustine de Clercy, grand-mère maternelle de Geoffroy. Celle-ci est issue d’une branche cadette qui acquit des fiefs dans la zone centrale de l’actuel département de la Seine-Maritime, autour de Silleron et Angiens. À la treizième génération, Jean-Baptiste de Clercy (1753-1837) épousa, en 1785, Marie-Marthe Dupuis d’Arnouville (1763-1844), fille du seigneur d’Ermenouville. Le château d’Arnouville à Ermenouville devait devenir le lieu d’habitation principal de Geoffroy de Montalembert lors de son installation définitive en Seine-Inférieure au milieu des années 1930. Ermenouville et Arnouville sont deux noms donnés au même village au xiiie siècle. Les seigneurs du lieu ont adopté pour eux le nom d’Arnouville. La commune s’appelle, elle, Ermenouville. Fille unique, Marie-Marthe Dupuis d’Arnouville apporta les biens de sa famille à Jean-Baptiste de Clercy. Ils eurent trois enfants : Félix (1787-1809) sans descendance ; Jules (1791-1852) qui n’eut pas d’enfants de son mariage avec Claudine-Adélaïde de Cairon ; entre les deux, le comte Eugène de Clercy (1788-1875). Il épousa en 1810 Clémentine de Caumont (1792-1873), née en prison sous la Révolution, fille de l’ancien gouverneur du roi à Dieppe. Le comte et la comtesse Eugène de Clercy eurent trois enfants : Humbert qui épousa Noémie de Brigode ; Henri qui épousa une demoiselle d’Aubermesnil ; Marie-Augustine de Clercy, qui fut donc l’épouse du baron Odon-Charles de Malartic.

9De leur union naquirent trois garçons et une fille, Marie-Thérèse de Maurès de Malartic, la mère de Geoffroy de Montalembert. Seule celle-ci laissa une descendance. Raymond, l’aîné, n’atteignit pas sa vingtième année et décéda en 1865. En 1869, ce fut Humbert, le benjamin, qui mourut. Le cadet, Gontran (1847-1871), officier, ne survécut pas à une fièvre typhoïde contractée pendant la guerre franco-allemande. La baronne de Malartic mourut en 1867 et Marie-Thérèse se retrouva orpheline à moins de dix ans. Son père, suivant en cela les conseils de la défunte, confia l’enfant au frère de celle-ci et à son épouse, le comte Humbert de Clercy et la comtesse née Noémie de Brigode, qui n’avaient pas d’enfant. Par un jugement du tribunal civil de première instance de Lille en date du 14 novembre 1868, ceux-ci adoptèrent leur nièce. La petite Marie-Thérèse put ajouter à son nom celui de sa tante et mère d’adoption. Elle fut élevée dans le Nord, à Annappes, où Humbert de Clercy avait pris le relais des Brigode, dans leurs fonctions et la gestion de leurs innombrables biens. La fortune des Clercy et des Brigode devait ainsi passer, via sa mère, à Geoffroy de Montalembert.

  • 7 Document manuscrit anonyme vraisemblablement du milieu du xixe siècle, « Souvenirs sur les origine (...)
  • 8 G. et L. Trenard, « Une famille de notables à Annappes, les Brigode », in Revue du terroir, Bullet (...)

10Les Brigode sont une famille dont l’histoire est toute différente de celles que nous avons croisées jusqu’à maintenant puisqu’il ne s’agit pas d’une lignée de l’aristocratie chevaleresque, mais d’une souche bourgeoise promue par le passage dans la noblesse de robe. D’après la tradition familiale, les Brigode auraient quitté l’Allemagne au xvie siècle pour fuir les persécutions contre les catholiques et se seraient installés dans les Pays-Bas espagnols7. Le patronyme des Brigode apparaît à Lille au tournant des xvie et xviie siècles8. Au xviiie siècle, ces marchands de fer constituent une des plus riches familles de Lille et se lient, par mariage, avec des familles anoblies. Pierre-Jacques de Brigode (1724-1787) entre dans la noblesse de robe en étant pourvu, en 1780, de l’office de secrétaire du roi en la chancellerie près le Parlement de Flandres. Il est le premier, chez les Brigode, à porter le titre de seigneur de Kemlandt. Il matérialise le passage dans l’aristocratie par la construction, à la fin du xviiie siècle, d’un château sur ses terres d’Annappes. Les trois fils qu’il eut de son mariage avec Marie de Recq eurent une descendance : l’aîné, Pierre-François (1773-1848), fut créé comte héréditaire par lettres patentes de Charles X en 1828 ; Louis-Marie (1776-1827), fut maire de Lille sous l’Empire et au début de la Restauration ; Romain-Joseph (1775-1854) eut une intense activité politique nationale. Créé baron d’Empire par décret impérial en janvier 1814, il reçut à nouveau ce titre par lettres patentes de Charles X en juin 1830. Il avait épousé, en 1820, Célestine de Fay de Latour-Maubourg. Par l’adoption, les grands-parents maternels de Noémie furent donc le comte Jules de Latour-Maubourg et Anastasie Mottier de La Fayette, fille du général de La Fayette. Romain-Joseph de Brigode eut quatre enfants : Georgine (1821-1839) et Gabrielle (1823-1856), toutes deux mortes sans descendance, Noémie, devenue la comtesse de Clercy, et Adrien (1829-1860) qui n’eut pas d’enfant de son mariage avec Mademoiselle Vilain XIV. Romain-Joseph avait fait d’Annappes sa résidence principale et en était devenu le maire. Après sa disparition en 1854, puis celle de son fils en 1860, c’est à Noémie de Brigode, devenue comtesse de Clercy, que l’héritage de cette branche des Brigode échut. On a déjà dit qu’elle et son mari adoptèrent, en 1868, la future mère de Geoffroy de Montalembert. Elle fut donc élevée dans le Nord et s’attacha à la lignée des Brigode comme s’il s’agissait de son sang. Elle transmit ainsi le relais à son mari, Geoffroy-Jules de Montalembert, et à son fils. Ce qui explique que celui-ci commença sa carrière politique à Annappes et récupéra la fortune de la famille de Brigode.

11Comme c’est toujours le cas dans les lignées aristocratiques, Geoffroy de Montalembert se situe à un carrefour généalogique d’un grand nombre de familles.

12Ici, du fait de l’adoption de sa mère par les Clercy alliés au Brigode, ce nombre est particulièrement élevé. Ces alliances l’inscrivent également dans des espaces divers : le Sud-Ouest, la Normandie, le Nord. Ces lieux ont parfois des ramifications vers l’étranger : les îles britanniques, l’espace germanique et flamand. Parmi ces régions, c’est le pays de Caux (fief des Clercy) et la zone lilloise (aire des Brigode) qui furent prégnants en raison des biens et des propriétés qui s’y trouvaient.

13Cette « connaissance objective » de sa généalogie n’était pas, ne pouvait pas être celle du jeune Geoffroy de Montalembert. Le sentiment d’appartenance à ce réseau qui était sa famille rendait cette connaissance toute différente. La découverte de son identité propre ne fut pas séparée de la découverte de sa parenté. Pour ses parents, il s’agit de lui montrer la place toute particulière qui était la sienne dans l’arbre des familles et la position que cela lui donnait dans la société de son temps. Cette inscription dans son réseau aristocratique devait lui permettre d’établir un type de relations particulier avec le reste de l’organisation sociale. Il lui fallait d’abord apprendre comment, jadis, les siens s’étaient comportés par rapport à l’État et au régime ancien qui avait réglé la vie du pays pendant des siècles.

14C’est à la manière dont son éducation lui permit d’y parvenir que nous devons maintenant nous intéresser.

Notes

1 L’ancien fief Montalembert est un village de l’actuel département des Deux-Sèvres situé à quelques kilomètres de Ruffec.

2 G. Martin, Histoire et généalogie de la Maison de Montalembert, Lyon, éd. Georges Martin, 1988, p. 17.

3 C’est dans cette branche que l’on trouve, à la vingt et unième génération, Henriette de Montalembert de Cers, qui épouse, en 1947, Philippe de Gaulle.

4 A. Révérend, Titres, anoblissements et pairies de la restauration 1814-1830, nouvelle édition par Jean Tulard, Paris, Librairie Champion, 1974, tome 5, p. 156-158.

5 Son nom d’usage était Geoffroy de Montalembert, aussi, pour le différencier de son fils, on convient de le nommer ici en utilisant ses deux prénoms Geoffroy-Jules. C’est, du reste, ainsi qu’il est appelé dans son faire-part de décès. ADSM (Archives départementales de la Seine-Maritime) 160J239.

6 Entre Doudeville et Saint-Valéry-en-Caux (Seine-Maritime).

7 Document manuscrit anonyme vraisemblablement du milieu du xixe siècle, « Souvenirs sur les origines des Brigode ». ADSM 160J179

8 G. et L. Trenard, « Une famille de notables à Annappes, les Brigode », in Revue du terroir, Bulletin de la société historique de Villeneuve d’ascq et du Mélantois, Villeneuve d’Ascq, 1982, n° 21, p. 43-49 et dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du 19e siècle, Evreux, imp. Ch. Herissey, 1908, p. 105-106.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540