Version classiqueVersion mobile

L'assignation de genre dans les médias

 | 
Béatrice Damian-Gaillard
, 
Sandy Montañola
, 
Aurélie Olivesi

Deuxième partie. Perturbations

5. Le corps des terroristes

Médiatisation et dispositifs de genre dans la presse française (1970-1986)

Fanny Bugnon

Texte intégral

  • 1 Sommier I., La Violence révolutionnaire, Paris, Presses de Sciences Po, 2008.
  • 2 Koren R., Les Enjeux éthiques de l’écriture de presse et la mise en mots du terrorisme, Paris, L’H (...)
  • 3 Dont la pertinence est notamment soulignée par Coulomb-Gully M., « Féminin/masculin : question(s) (...)
  • 4 Définie dans l’article programmatique de Angenot M., « Rhétorique du discours social », Langue fra (...)
  • 5 Foucault M., Les Mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966.

1Dans le sillage de la contestation socio-politique de la fin des années 1960, la plupart des pays occidentaux sont confrontés à la réactivation de la violence révolutionnaire dont les soubresauts s’étendent jusqu’à la décennie 19901. Ses différentes déclinaisons font l’objet d’une attention médiatique prononcée, concentrée autour des actions violentes ou sur une actualité de type judiciaire et regroupée sous l’étiquette « terrorisme2 ». Deux d’entre elles nous intéressent ici : la Fraction Armée rouge (RAF, 1970-1998) en République Fédérale d’Allemagne et Action directe (AD, 1979-1987) en France. Outre leur proximité idéologique et pratique – soldée par leur rapprochement effectif, annoncé en janvier 1985 –, ces deux organisations partagent un point commun aux autres groupes révolutionnaires violents : la présence de femmes dans leurs rangs. Cette donnée fait l’objet d’une attention toute particulière qui peut être lue à travers la mise en scène médiatique du corps des protagonistes, femmes et – dans une moindre mesure – hommes. La dimension sexuée de la médiatisation3 des utopies violentes mérite en ce sens d’être interrogée dans une perspective d’analyse du discours social4, considérant les discours comme une construction socio-politique basée notamment sur l’exclusion et l’opposition5. La dimension corporelle des personnes poursuivies entre 1970 (année de création de la RAF) et 1986 (date du dernier assassinat d’AD) constitue une piste féconde pour éclairer les enjeux sexués de la médiatisation du terrorisme et ses échos avec les mutations contemporaines.

  • 6 Cardi C. et Pruvost G., « La violence des femmes : occultations et mises en récit », Champ pénal/P (...)

2À partir d’un corpus de 3 000 articles tirés de journaux nationaux dits « de référence » (Le Monde, Le Figaro), de titres plus engagés (L’Humanité et Libération) et d’autres plus populaires (France Soir et Paris Match), il s’agit de déterminer le traitement des corps dans les discours de presse (récit, commentaires et iconographie) pour, en creux, saisir ce que la presse révèle des assignations genrées et de la stigmatisation de la déviance6. Trois pistes de réflexion sont proposées pour analyser ces tensions communes aux deux organisations : sexualisation du corps, brouillage des normes par l’exercice de la violence et mise en accusation du féminisme.

Le corps sexualisé

3L’usage du masculin neutre domine largement les discours de presse, ne donnant un sexe – et un genre – à la violence que lorsqu’elle apparait comme singulière, c’est-à-dire par la présence de femmes, se traduisant par un traitement médiatique spécifique et sexualisé.

La normalité à l’épreuve des topoï féminins

  • 7 On relève ainsi 8 femmes sur 19 personnes recherchées en 1971, 15 sur 28 en 1976 et 10 sur 16 en 1 (...)
  • 8 Le Figaro, 3/08/1977.
  • 9 Bertini M.-J., Femmes. Le pouvoir impossible, Paris, Pauvert, 2002, p. 29.
  • 10 Le Figaro, 10/05/1976 et France Soir, 11/05/1976.
  • 11 Paris Match, 26/09/1980.
  • 12 Le Figaro, 15/09/1980.
  • 13 Libération, 25/11/1986.
  • 14 Bertini M.-J., Femmes. Le pouvoir impossible, op. cit.
  • 15 Le Figaro, 28/01/1985.

4Les femmes mises en cause pour leur participation aux activités de la RAF et d’AD interpellent autant par leur nombre que leur implication. Représentant jusqu’aux 2/3 des personnes recherchées par les autorités ouest-allemandes7, elles concentrent les regards : « un […] aspect particulier du terrorisme contemporain en RFA déroute les policiers. En effet la moitié des 28 Allemands recherchés à ce jour sont des femmes8 » indique, comme d’autres, Le Figaro. Pour les qualifier, le terme récurrent d’« égérie » fonctionne sans équivalent masculin, inscrivant les femmes concernées dans le registre de l’inspiration, « structure [qui] les maintient à la lisière de la vie publique, à laquelle elles ne participent que de manière oblique, biaisée9. » Au singulier – Ulrike Meinhof est « l’égérie de la “bande à Baader”10 » ou Nathalie Ménigon, « l’égérie de Jean-Marc Rouillan11 » – comme au pluriel – « les égéries de la bande à Rouillan sont nombreuses12 », « les deux égéries d’Action directe13 ». Le terme contribue en outre à minorer leur action, puisqu’il suppose qu’elles soient l’égérie d’un autre. Placées dans une position de génitif social – ou de « femme-passerelle »14 –, elles sont rattachées à une organisation ou à un homme sur le mode de l’initiation mais n’en demeurent pas moins dangereuses, « l’élève féminine se [révélant] plus radicale […] plus excitée que le professeur15 ».

  • 16 Paris Match, 30/04/1982.
  • 17 Idem.

5Elles sont d’ailleurs d’autant plus dangereuses qu’elles sont d’apparence ordinaire. Sans équivalent masculin, la presse dans son ensemble offre quantité de détails sur leur corps : forme et expression du visage, du regard, attitude générale, chevelure ou vêtements. L’accumulation de ces informations dessine des portraits de femmes à l’apparente normalité, dont la féminité ne saurait être visuellement mise en doute. Joëlle Aubron fait en ce sens l’objet d’une attention toute particulière. Suite à sa mise en cause après la découverte d’une cache d’armes dans un box loué à son nom, Paris Match consacre en 1982 six pages à « Joëlle la terroriste16 ». En raison de ses origines bourgeoises, « elle est le prototype de la transfuge au-dessus de tout soupçon17 » :

  • 18 Idem.

« L’étanchéité entre la pasionaria rouge et l’étudiante bon chic-bon genre était totale. Habillée en jeans, elle avait l’allure décontractée de toutes les filles de sa génération […]. C’était la terroriste parfaite, évoluant dans la société bourgeoise comme un poisson dans l’eau, ne laissant pas de trace et représentant la façade idéale de la jeune étudiante18. »

  • 19 Bertini M.-J., Femmes. Le pouvoir impossible, op. cit., p. 78.

6Pour la presse conservatrice, cette transfuge de classe constitue d’ailleurs en soi une anormalité. Joëlle Aubron est en effet présentée comme une « fille tombée », sans équivalent masculin, double trahison d’un sexe et d’une classe. La mobilisation récurrente de la figure de la pasionaria permet d’éclairer cette trajectoire en l’ancrant dans le registre de l’excès. Figure paradigmatique, à la fois totalisante et caricaturale, la Pasionaria conduit « à relativiser la possibilité même d’un agir au féminin19 ».

  • 20 Ibid., p. 242.

7Égéries et Pasionaria fonctionnent ainsi comme autant de catégories classiques attachées à un double mouvement de « neutralisation du discours » et de « marginalisation de l’action des femmes20 » dont témoigne la presse.

Des corps érotisés

  • 21 Martin L., « Jalons pour une histoire culturelle de la pornographie en Occident », Le Temps des mé (...)
  • 22 Le Figaro, 25/05/1975.
  • 23 Paris Match, 4/11/1977.
  • 24 Le Figaro, 3/08/1977.
  • 25 Le Figaro, 14/11/1977.
  • 26 Paris Match, 30/04/1982. Le magazine sera condamné pour cette publication à la demande de la famil (...)
  • 27 Bugnon F., « La médiatisation. Le cas des femmes d’Action directe », C. Cardi et G. Pruvost (dir.) (...)

8Le rappel à l’ordre des militantes des organisations armées s’exprime également par une volonté d’érotisation. Paris Match se distingue ainsi en publiant, à plusieurs reprises à partir de 1977, des photographies dénudées, accompagnées de commentaires hésitant entre séduction et perversion féminine, le tout dans un contexte marqué par l’essor des productions érotiques et pornographiques21. Ce dispositif se manifeste en premier lieu par des commentaires à l’égard de Gudrun Ensslin, co-fondatrice de la RAF : commentant un procès en mai 1975, Le Figaro entend lier déviance sociale et sexuelle en signalant qu’outre les faits – attentats et attaques à main armée – qui lui valent de comparaître, « elle a même tourné en 1967 un film pornographique22 ». Une image de ce film est d’ailleurs publiée en 1977, après son décès. Paris Match – dont le propriétaire, Daniel Filipacchi, est aussi celui de l’édition française de Playboy – publie sur une double page un article titré : « Gudrun. Sa complice [de Baader] était passée du porno à la révolte23. » Les lecteurs de l’hebdomadaire découvrent ainsi, en pleine page, la poitrine de la jeune femme, agrémentée de la légende « La belle Gudrun, au temps où étudiante en philo elle tournait dans des films pornographiques » et d’un court texte condamnant une vie bohème. Gudrun Ensslin n’est cependant pas la seule à être érotisée de la sorte. Le Figaro évoque ainsi collectivement les militantes de la RAF dites de la « 2e génération » – après l’arrestation des fondateurs en 1972 – comme « les “polit-play-girls” du terrorisme24 », en référence à l’expression de Playboy pour désigner, chaque mois, des femmes lascives et dénudées. Le journal s’alarme alors de leurs « communions érotico-révolutionnaires » : « Toujours des femmes, le doigt sur la détente » ayant pour devise : « Nous couchons avec nos mitraillettes25. » Le dispositif est réactivé en 1982 pour Joëlle Aubron. Paris Match publie alors des « photos étranges26 » et dénudées de la jeune femme. Comme pour Gudrun Ensslin, ces images – sans équivalent masculin – sont utilisées pour reconstituer a posteriori un parcours déviant, aussi bien sur le plan sexuel que politique, le premier pouvant déterminer le second. En mobilisant les registres du vice et de la perversion et en donnant à voir leur corps, ces photographies relèvent de l’humiliation sur le mode du « double standard, à la fois un rappel à l’ordre de la disponibilité sexuelle des femmes dont sont ornées les pages de la presse érotique […], et une façon d’humilier des militantes en portant atteinte à leur intimité pour en faire des filles de mauvaise vie27 », tout en évacuant leur propre parole politique.

Une violence qui brouille les normes de genre

  • 28 Le Figaro, 3/08/1977.

9Pourtant, l’exercice de la violence révolutionnaire bouscule les normes de genre. Puisqu’« un terroriste allemand sur deux est une femme28 », le phénomène invite à une redéfinition de la figure épicène du/de la terroriste. Au-delà du modèle du couple hétérosexuel criminel – selon lequel une femme suit un homme par amour – qui imprègne classiquement la presse, la dangerosité des femmes est au cœur de ce dispositif.

Des femmes en armes

  • 29 Tabet P., La Construction sociale de l’inégalité des sexes. Des outils et des corps, Paris, L’Harm (...)
  • 30 Le Monde, 10/10/1970. La journaliste en question est Ulrike Meinhof.
  • 31 France Soir, 15/09/1980.
  • 32 Le Figaro, 15/09/1980.
  • 33 France Soir, 15/09/1980.
  • 34 Le Figaro, 3/09/1977.
  • 35 Idem.

10Les femmes armées illustrent avec acuité la transgression de cet interdit anthropologique29, souligné dès l’évasion d’Andreas Baader le 14 mai 1970, considérée comme l’acte fondateur de la RAF et menée par un commando exclusivement féminin : « les complices de Baader – une ancienne journaliste de la revue gauchiste Konkret, et deux autres personnes masquées, probablement deux femmes – avaient tiré sans sommation30 ». Plus encore, l’arrestation à Paris de Nathalie Ménigon et Jean-Marc Rouillan, le 13 septembre 1980, bénéficie d’une couverture médiatique sans précédent, premier « coup » policier d’envergure contre AD. Les conditions de cette « arrestation “western”31 » donnent lieu à de nombreux commentaires à l’égard de celle qui « décharge son pistolet sur les policiers lancés à ses trousses, provoquant une riposte nourrie. Un premier chargeur terminé, la jeune terroriste en engagea un second, qu’elle vida également, tirant au total 16 balles32 ». Contrairement à Jean-Marc Rouillan rapidement intercepté, « la jeune femme, elle, résiste. […] Elle se défend “bec et ongles”, distribuant des coups de pied aux policiers33 ». La présence inopinée d’un photographe guettant une princesse monégasque offre alors une image inédite dans la presse française : celle de l’arrestation de Nathalie Ménigon, une jeune femme aux cheveux courts, en pantalon, tout juste désarmée et ceinturée par un policier. L’événement est tel que la presse dans son ensemble reproduit cette photographie, y compris Le Monde – ce qui témoigne de l’envergure de l’événement que représentent les conditions de l’arrestation de cette militante d’Action directe. Avant cela, les militantes de la RAF, qualifiées de « femmes revolver34 » inquiètent déjà la presse française, et en particulier Le Figaro, en raison d’une dangerosité présentée comme supérieure à celle de leurs homologues masculins. Pointe alors la peur d’une anomie sexuelle, dont témoignent aussi bien « des visages de femmes crispées, ingrats presque, et non plus les habituelles rondeurs de l’éternel féminin » sur les avis de recherche du ministère de l’Intérieur, illustration d’« une gauche qui ne reconnait plus ses fils, ni surtout ses filles35 ».

Des femmes plus dangereuses que les hommes

  • 36 Le Monde, 17/06/1972.
  • 37 Le Figaro, 3/08/1977.
  • 38 Le Figaro, 14/03/1984.
  • 39 Le Figaro, 15/09/1980.
  • 40 Paris Match, 26/09/1980.
  • 41 Libération, 19/11/1986.
  • 42 Libération, 2/11/1977.
  • 43 Notamment par Le Figaro, 6/08/1977 et 19/11/1986.
  • 44 Le Figaro, 6/08/1977.
  • 45 Le Monde, 9/12/1977.
  • 46 Le Figaro, 20/11/1986.

11Dès 1972, Le Monde considère la RAF comme une « organisation où les “Bonnie” paraissent avoir joué un rôle bien plus grand que les “Clyde”36 », en référence au duo criminel de la Grande Dépression américaine. Cette dangerosité féminine est expliquée par l’intrépidité, une qualité généralement attribuée aux hommes : « moins soucieuses de leur propre sécurité, moins empêtrées de théories et de “doute intellectuel” que les hommes, plus habiles ou rusées dans l’intrigue, la mise en scène et le déguisement, elles galvanisent, fanatisent, exaltent leurs comparses37 » explique Le Figaro. L’analyse est également reprise pour Nathalie Ménigon : « Jean-Marc Rouillan […] peut être un personnage dangereux. Pas autant cependant que Nathalie Ménigon qui en 1980, rue Pergolèse à Paris, avait ouvert le feu au pistolet 11,43 sur les inspecteurs des R. G.38. » Menaçante car incontrôlable, à l’image des nombreuses occurrences du terme « furie » : « Une jeune femme excitée mais déterminée faisant aussi le coup de feu avec froide détermination […]. “Une véritable furie”39 » selon le mot d’un policier, qui « griffait […] mordait […] hurlait40. » L’assassinat, en novembre 1986, de Georges Besse, PDG de Renault, par Joëlle Aubron et Nathalie Ménigon, porte cette tension à son paroxysme. L’annonce des conditions de cet assassinat renforce l’effroi : « Il se trouve face à face avec l’une des jeunes femmes. Elle tire. Il s’effondre, touché à l’épaule. Elle l’achève à terre de deux balles à bout portant. Sa complice la rejoint, pistolet à la main41. » La thèse de l’inversion des sexes est cette fois évoquée à travers la figure des Amazones, illustrant la prégnance du fantasme incarné par ce peuple de guerrières au sein coupé, refusant le mariage et affrontant les hommes. Libération analyse d’ailleurs cette lecture du phénomène ouest-allemand dans un long article intitulé « Sex Terror. Mythologie sur les femmes de la RAF42 ». À l’exception de ce dernier et de L’Humanité, cette figure est déclinée de multiples façons : « amazones de la terreur43 », utilisée à plusieurs reprises par Le Figaro pour désigner aussi bien les militantes allemandes que françaises, « garçonnes44 » ou des « anges de la terreur45 » dont le sexe inquiète. Un expert psychiatre convoqué par Le Figaro l’affirme d’ailleurs : par l’assassinat de Georges Besse, « il y a là une inversion du rôle mythique des femmes qui est en train de s’accomplir sous nos yeux46 ». Dans le cas de la violence révolutionnaire, la presse esquisse ainsi, à partir d’imaginaires sexués, un nouvel ordre des sexes, synonyme de montée en puissance de femmes fortes et d’hommes faibles.

  • 47 Dupuis-Deri F., « Le discours des “coûts” et de la “crise” de la masculinité et le contre-mouvemen (...)
  • 48 Le Figaro, 2/08/1977.
  • 49 France Soir, 11/06/1987.
  • 50 Tamagne F., Mauvais genre ? Une histoire des représentations de l’homosexualité, Paris, La Martini (...)
  • 51 Mosse G., L’Image de l’homme. L’invention de la virilité moderne, Paris, Abbeville, 1997 (1996).
  • 52 Paris Match, 30/08/1982.
  • 53 Krapoth S., France-Allemagne. Du duel au duo, de Napoléon à nos jours, Toulouse, Privat, 2005.
  • 54 Dorlin E., La Matrice de la race, Paris, La Découverte, 2006.

12S’appuyant sur la rhétorique d’une masculinité en crise – qui vise à (ré)affirmer, sur un plan plus politique qu’identitaire, une masculinité conventionnelle et dominante47 – les journaux tentent la démonstration d’un processus d’anomie sexuée. Reprenant des discours déjà anciens, ils mentionnent l’impératif de modèles sexués – et masculins – dont auraient manqué, dans leur enfance, les membres des organisations violentes : Jan-Carl Raspe est ainsi présenté comme un « jeune homme lunaire qui, coïncidence curieuse, a été élevé par des femmes comme Andreas Baader48 ». Cette carence masculine est considérée par la presse conservatrice comme un facteur de la déviance. Elle s’exprime également lors d’un procès d’AD : France Soir souligne ainsi que Mohand Hammani « s’était fait épiler les sourcils49 », allusion au stéréotype de l’homme efféminé, de l’homosexuel, du travesti liant « provocation sexuelle et extrémisme politique50 ». Ces exemples peuvent être lus comme contretypes de la virilité51. Le Figaro et Paris Match s’inquiètent ainsi d’une indifférenciation préjudiciable avant tout aux hommes, guettés par l’efféminement, mais qui, dans le même temps, manient explosifs et armes à feu. Ce contraste peut être illustré par une photographie publiée par l’hebdomadaire en 1982, dans laquelle on découvre ce qui a tout l’air d’une photographie classique de maternité : Jean-Marc Rouillan en jeune père de famille, le sourire presque timide dissimulé derrière son poing, à l’arrière plan de sa compagne tenant dans ses bras son fils52. L’image intime est en outre sans grand rapport avec le contenu de l’article qui s’alarme, au lendemain de la dissolution de l’organisation en Conseil des ministres, de la dangerosité des militants d’AD. La peur de l’indifférenciation s’exprime en premier lieu à propos des militants allemands incarnant doublement la figure de l’ennemi, sur le plan social et surtout sur le plan national53. Dans une moindre mesure, Mohand Hammani, ressortissant algérien poursuivi dans le cadre des dossiers AD, est également concerné. Dispositif classique, l’efféminent de l’ennemi permet de renforcer l’altérité et le symptôme du désordre social54. Exception faite de L’Humanité, la bicatégorisation sexuelle est lue comme menacée, et ce, avant tout par des femmes.

Le féminisme en accusation

  • 55 Pavard B., Si je veux, quand je veux. Histoire de la contraception et de l’avortement en France (1 (...)
  • 56 Bard C., « Pour une histoire des antiféminismes », C. Bard (dir.), Un siècle d’antiféminisme, Pari (...)

13Ce constat appelle une recherche de causalité pour laquelle sont convoquées les mutations contemporaines, au premier rang desquelles le féminisme et les revendications touchant à la sexualité des femmes55. Il s’agit là d’une forme classique d’antiféminisme qui consiste, pour « les adversaires de l’émancipation des femmes [à déformer] le sens du mot “féminisme”, le [charger] de leurs craintes et de leurs fantasmes, de leur mépris et de leurs sarcasmes56 ».

Des « femmes libérées » ?

  • 57 Le Figaro, 10/09/1977.

14Le lien entre féminisme et violence des femmes est d’abord évoqué à propos d’Ulrike Meinhof et de son parcours militant, le féminisme ayant constitué l’un des premiers engagements de la journaliste aux qualités professionnelles reconnues, avant sa radicalisation et son passage à la lutte armée. Le Figaro, peu suspect de sympathies féministes, affirme ainsi que « les femmes en tuant deviennent les égales des hommes57 » et retrace la généalogie du phénomène en faisant du féminisme un préalable au terrorisme :

  • 58 Le Figaro, 2/11/1977.

« Le potentiel contestataire féminin s’est éveillé en janvier 1968 à Berlin-Ouest avec le “Comité d’action pour la libération de la femme” […]. Une majorité de ces femmes relança la révolte par une “rébellion anti-phallocrate” […]. Une toute petite minorité de ces femmes a remplacé aujourd’hui la tomate par la grenade et le parabellum58. »

  • 59 Libération, 15/11/1978.
  • 60 Le Figaro, 19/11/1986.
  • 61 Le Figaro, 20/11/1986.
  • 62 France Soir, 20/11/1986.
  • 63 Paris Match, 30/04/1982.
  • 64 Djian J.-M. (dir.), Vincennes, une aventure de la pensée critique, Paris, Flammarion, 2009.

15L’analyse est avancée après l’intensité dramatique inouïe de l’Automne allemand qui voit coup sur coup l’enlèvement de H. M. Schleyer, responsable du patronat ouest-allemand, le détournement d’un avion allemand par un commando réclamant la libération des membres de la RAF terminé dans le sang à Mogadiscio, les décès de plusieurs détenus de la RAF et la mise à mort de Schleyer. Seul Libération critique le fait qu’« en RFA on assimile désormais féminisme et terrorisme59 ». L’assassinat de Georges Besse déplace par la suite le constat en France comme le réaffirme Le Figaro : « les “amazones” sont en matière de terrorisme pour l’égalité des sexes60 », constat étayé par l’avis d’un expert psychiatre selon lequel « on retrouve, dans ces comportements, une revendication d’égalité démesurée, un désir d’appropriation de la force masculine61 ». Dans le même sens, Ménie Grégoire, célèbre journaliste démarquée des orientations radicales du féminisme après avoir contribué à l’émergence des questions sexuelles à la fin des années 1960 dans le débat public, dénonce « ce terrible pas que les femmes ont franchi » : « On peut se demander si le [meurtre] n’est pas lié à la libération des femmes et à la montée de leur pouvoir, derrière le triomphe sur tous les interdits, suprême négation de toute féminité et de toute différence avec l’homme62. » De ce point de vue, les militantes incarnent une déclinaison de la « femme libérée », ce dont témoigne Paris Match s’interrogeant sur la « vie libérée63 » de Joëlle Aubron, évoquant comme piste ses études à Vincennes, université symbole de l’ébullition contestataire post 68 dont le féminisme fait intégralement partie64.

La famille en crise ?

  • 65 Le Figaro, 10/04/1976.
  • 66 Paris Match, 4/11/1977.
  • 67 Le Figaro, 24/11/1977.
  • 68 Libération, 10/05/1976.

16De ce point de vue, une des conséquences du féminisme serait alors la crise de la famille, incarnée notamment par le refus et l’abandon de maternité, ici effectués au profit de la lutte armée. Ulrike Meinhof et Gudrun Ensslin sont ainsi désignées comme de mauvaises mères : la première, divorcée, « abandonne tout, son mari et ses filles jumelles, pour se lancer dans l’action violente, au nom de la Révolution65 » quand la seconde « a voulu avoir un enfant d’un étudiant en philosophie comme elle, et, comme elle, gauchiste engagé […]. Mais elle s’aperçoit très vite que, pour elle, la maternité est un piège. Elle confie le petit Félix à sa mère et […] décide de passer à l’action66. » Plus largement, Le Figaro stigmatise les mutations du couple : « Cette nouvelle façon de vivre à deux sans mariage et sans enfants – pilules et contraceptifs de tous ordres sont largement répandus – connaît une vogue grandissante67 », une analyse que rejette Libération en raison de ses liens historiques avec les positions féministes et qui explique, au lendemain de la mort d’Ulrike Meinhof, qu’elle « est sans doute celle sur qui la presse [allemande] s’est le plus déchainée […]. Elle est “terroriste” mais elle est aussi, et cela compte beaucoup dans l’Allemagne bien pensante de la social-démocratie, une “mère ingrate”, celle qui a “abandonné” ses deux enfants. Son mari fait alors l’objet de reportages complaisants sur le thème du père “abandonné avec les enfants”68. » Du côté français, c’est la non-maternité des militantes d’AD qui est mise en avant par Le Figaro comme un refus des normes de genre :

  • 69 Le Figaro, 20/11/1986.

« Elles ne sont plus des femmes mais des êtres asexués avec des attributions guerrières […]. Elles pourront être des compagnes, jamais des mères : impossible de concilier simultanément le foyer et le front, le sein et la mitraillette… Elles choisissent donc de renoncer à leur destin de femmes, de rester en état d’inachèvement perpétuel pour poursuivre leur but69. »

  • 70 Bard C., « Les antiféminismes de la deuxième vague », C. Bard (dir.), Un siècle d’antiféminisme, P (...)

17Dans la logique de la presse conservatrice, cette renonciation liée au féminisme est lue comme une dénaturation, menace au moins équivalente à la violence révolutionnaire elle-même, alors que seule Ulrike Meinhof s’est ouvertement positionnée comme féministe. L’équation féminisme = terrorisme est ainsi avancée à partir de « l’armature intellectuelle habituelle [de l’antiféminisme] – le féminisme contre nature, antisocial, amoral70 », considérant la présence de femmes dans les rangs des organisations révolutionnaires violentes comme une illustration d’un féminisme intrinsèquement excessif.

18Le corps des terroristes contribue à déplacer la transgression pénale sur le plan sexué, tout particulièrement dans la presse populaire et conservatrice. Cristallisant le moral et le politique, il permet de réifier les corps et la violence des hommes et, bien plus encore, des femmes. Le corps médiatique a en effet un sexe : celui des femmes. Tout comme les registres médiatiques mobilisés pour donner à lire et à voir le phénomène révolutionnaire violent. À partir de l’enveloppe corporelle, des enjeux socio-politiques sont exprimés comme autant de tentatives de réponse au désordre pénal et sexué, en France comme en RFA. Au-delà des faits et des contextes nationaux, les permanences dans les discours permettent de saisir le poids des représentations sexuées et leur caractère normatif, tout particulièrement à l’égard de ces femmes dissonantes. Le corps constitue à ce titre un reflet des mutations de l’ordre des sexes, engendrées par les revendications féministes de la deuxième vague. Du point de vue du genre, la médiatisation de la violence révolutionnaire reflète ainsi les fortes tensions engendrées notamment par l’implication de femmes dans les activités des organisations violentes. Bousculés, les stéréotypes de genre ne s’en trouvent pas moins réaffirmés comme autant de structures normatives que la violence, tout particulièrement dans sa dimension féminine, trouble radicalement, entraînant en retour une volonté quasi consensuelle de réaffirmation de l’ordre des sexes. À la fois descriptrice et prescriptrice, la presse donne à voir les normes de genre mises en tension à la fois par le terrorisme et les transformations contemporaines du privé. Un espace dont les féministes de la deuxième vague affirment par ailleurs la dimension politique.

Bibliographie

Bibliographie

Angenot M., « Rhétorique du discours social », Langue française, no 79, 1988, p. 24-36.

Bard C., « Les antiféminismes de la deuxième vague », C. Bard (dir.), Un siècle d’antiféminisme, Paris, Fayard, 1999, p. 301-328.

Bard C., « Pour une histoire des antiféminismes », C. Bard (dir.), Un siècle d’antiféminisme, Paris, Fayard, 1999, p. 21-37.

Bertini M.-J., Femmes. Le pouvoir impossible, Paris, Pauvert, 2002.

Bugnon F., « La médiatisation. Le cas des femmes d’Action directe », C. Cardi et G. Pruvost (dir.), Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte, 2012, p. 361-374.

Cardi C., Pruvost G. (dir.), « La violence des femmes : occultations et mises en récit », Champ pénal/Penal field, nouvelle revue internationale de criminologie, vol. 8, 2011, p. 361-374. En ligne : <http://champpenal.revues.org/8039>.

Coulomb-Gully M., « Féminin/masculin : question(s) pour les SIC », Questions de communication, no 17, 2010, p. 169-194.

Diewald-Kerkmann G., « Bewaffnete Frauen in Unterground. Zum Anteil von Frauen in des RAF und des Bewegung 2. Juni », W. Kraushaar (dir.), Die RAF und der linke Terrorismus, Hambourg, Hamburger Edition, 2006, p. 657-675.

Djian J.-M. (dir.), Vincennes, une aventure de la pensée critique, Paris, Flammarion, 2009.

Dorlin E., La Matrice de la race, Paris, La Découverte, 2006.

Dupuis-Deri F., « Le discours des “coûts” et de la “crise” de la masculinité et le contre-mouvement masculiniste », D. Dulong, C. Guionnet, É. Neveu (dir.), Boys Don’t Cry ! Les coûts de la domination masculine, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 59-90.

Foucault M., Les Mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966.

Koren R., Les Enjeux éthiques de l’écriture de presse et la mise en mots du terrorisme, Paris, L’Harmattan, 1996.

Krapoth S., France-Allemagne. Du duel au duo, de Napoléon à nos jours, Toulouse, Privat, 2005.

Martin L., « Jalons pour une histoire culturelle de la pornographie en Occident », Le Temps des Médias, no 1, 2003, p. 10-30.

Mosse G., L’Image de l’homme. L’invention de la virilité moderne, Paris, Abbeville, 1997 (1996).

Pavard B., Si je veux, quand je veux. Histoire de la contraception et de l’avortement en France (1956-1979), Rennes, PUR, 2012.

Sommier I., La Violence révolutionnaire, Paris, Presses de Sciences Po, 2008.

Tabet P., La Construction sociale de l’inégalité des sexes. Des outils et des corps, Paris, L’Harmattan, 1998.

Tamagne F., Mauvais genre ? Une histoire des représentations de l’homosexualité, Paris, La Martinière, 2001.

Notes

1 Sommier I., La Violence révolutionnaire, Paris, Presses de Sciences Po, 2008.

2 Koren R., Les Enjeux éthiques de l’écriture de presse et la mise en mots du terrorisme, Paris, L’Harmattan, 1996.

3 Dont la pertinence est notamment soulignée par Coulomb-Gully M., « Féminin/masculin : question(s) pour les SIC », Questions de communication, no 17, 2010, p. 169-194.

4 Définie dans l’article programmatique de Angenot M., « Rhétorique du discours social », Langue française, no 79, 1988, p. 24-36.

5 Foucault M., Les Mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966.

6 Cardi C. et Pruvost G., « La violence des femmes : occultations et mises en récit », Champ pénal/Penal field, nouvelle revue internationale de criminologie, vol. 8, 2011. En ligne : <http://champpenal.revues.org/8039>.

7 On relève ainsi 8 femmes sur 19 personnes recherchées en 1971, 15 sur 28 en 1976 et 10 sur 16 en 1977. Chiffres tirés de Diewald-Kerkmann G., « Bewaffnete Frauen in Unterground. Zum Anteil von Frauen in des RAF und des Bewegung 2. Juni », W. Kraushaar (dir.), Die RAF und der linke Terrorismus, Hambourg, Hamburger Edition, 2006, p. 657-675.

8 Le Figaro, 3/08/1977.

9 Bertini M.-J., Femmes. Le pouvoir impossible, Paris, Pauvert, 2002, p. 29.

10 Le Figaro, 10/05/1976 et France Soir, 11/05/1976.

11 Paris Match, 26/09/1980.

12 Le Figaro, 15/09/1980.

13 Libération, 25/11/1986.

14 Bertini M.-J., Femmes. Le pouvoir impossible, op. cit.

15 Le Figaro, 28/01/1985.

16 Paris Match, 30/04/1982.

17 Idem.

18 Idem.

19 Bertini M.-J., Femmes. Le pouvoir impossible, op. cit., p. 78.

20 Ibid., p. 242.

21 Martin L., « Jalons pour une histoire culturelle de la pornographie en Occident », Le Temps des médias, no 1, 2003, p. 10-30.

22 Le Figaro, 25/05/1975.

23 Paris Match, 4/11/1977.

24 Le Figaro, 3/08/1977.

25 Le Figaro, 14/11/1977.

26 Paris Match, 30/04/1982. Le magazine sera condamné pour cette publication à la demande de la famille Aubron.

27 Bugnon F., « La médiatisation. Le cas des femmes d’Action directe », C. Cardi et G. Pruvost (dir.), Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte, 2012, p. 365.

28 Le Figaro, 3/08/1977.

29 Tabet P., La Construction sociale de l’inégalité des sexes. Des outils et des corps, Paris, L’Harmattan, 1998.

30 Le Monde, 10/10/1970. La journaliste en question est Ulrike Meinhof.

31 France Soir, 15/09/1980.

32 Le Figaro, 15/09/1980.

33 France Soir, 15/09/1980.

34 Le Figaro, 3/09/1977.

35 Idem.

36 Le Monde, 17/06/1972.

37 Le Figaro, 3/08/1977.

38 Le Figaro, 14/03/1984.

39 Le Figaro, 15/09/1980.

40 Paris Match, 26/09/1980.

41 Libération, 19/11/1986.

42 Libération, 2/11/1977.

43 Notamment par Le Figaro, 6/08/1977 et 19/11/1986.

44 Le Figaro, 6/08/1977.

45 Le Monde, 9/12/1977.

46 Le Figaro, 20/11/1986.

47 Dupuis-Deri F., « Le discours des “coûts” et de la “crise” de la masculinité et le contre-mouvement masculiniste », D. Dulong, C. Guionnet, É. Neveu (dir.), Boys Don’t Cry ! Les coûts de la domination masculine, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 59-90.

48 Le Figaro, 2/08/1977.

49 France Soir, 11/06/1987.

50 Tamagne F., Mauvais genre ? Une histoire des représentations de l’homosexualité, Paris, La Martinière, 2001, p. 194.

51 Mosse G., L’Image de l’homme. L’invention de la virilité moderne, Paris, Abbeville, 1997 (1996).

52 Paris Match, 30/08/1982.

53 Krapoth S., France-Allemagne. Du duel au duo, de Napoléon à nos jours, Toulouse, Privat, 2005.

54 Dorlin E., La Matrice de la race, Paris, La Découverte, 2006.

55 Pavard B., Si je veux, quand je veux. Histoire de la contraception et de l’avortement en France (1956-1979), Rennes, PUR, 2012.

56 Bard C., « Pour une histoire des antiféminismes », C. Bard (dir.), Un siècle d’antiféminisme, Paris, Fayard, 1999, p. 21-22.

57 Le Figaro, 10/09/1977.

58 Le Figaro, 2/11/1977.

59 Libération, 15/11/1978.

60 Le Figaro, 19/11/1986.

61 Le Figaro, 20/11/1986.

62 France Soir, 20/11/1986.

63 Paris Match, 30/04/1982.

64 Djian J.-M. (dir.), Vincennes, une aventure de la pensée critique, Paris, Flammarion, 2009.

65 Le Figaro, 10/04/1976.

66 Paris Match, 4/11/1977.

67 Le Figaro, 24/11/1977.

68 Libération, 10/05/1976.

69 Le Figaro, 20/11/1986.

70 Bard C., « Les antiféminismes de la deuxième vague », C. Bard (dir.), Un siècle d’antiféminisme, Paris, Fayard, 1999, op. cit., p. 319.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search