Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Geoffroy de Montalembert (1898-1993)

 | 
David Bellamy

Préface

Jean-Marie Mayeur

Full text

1Lorsque, voici quelques années, David Bellamy me proposa un sujet de thèse sur Geoffroy de Montalembert, disparu depuis peu, je l’accueillis avec enthousiasme. J’avais bien sûr rencontré dans mes travaux son grand oncle figure majeure du catholicisme libéral et son père député du Nord à la fin du xixe siècle, j’avais aussi en mémoire les remarquables témoignages qu’avait pu donner à la télévision le doyen d’âge du Sénat. Il pouvait être passionnant d’entreprendre sa biographie. Elle était possible puisque ses descendants mettaient d’emblée à la disposition de la recherche un fonds important d’archives bien classées, déposées aux archives départementales de la Seine-Maritime. Au-delà de l’itinéraire de l’homme, la biographie pouvaient éclairer maints problèmes : le transfert, et la permanence, de l’éthique aristocratique au sein d’un régime républicain et démocratique, l’héritage dynastique, la notabilité politique, la vie d’un grand notable entre Paris et sa campagne rurale. L’étude de la jeunesse et de l’empreinte familiale apporte beaucoup. Son père, ancien zouave pontifical, officier, fut député du Nord de 1889 à 1902, proche d’Albert de Mun. La mère de Geoffroy de Montalembert, née de Malartic, appartient à une fortune terrienne en Normandie. Elle laissa à son fils un cahier de recommandations insistant sur l’ » héritage de foi et d’honneur » dont il était issu. La double fidélité au Syllabus et à la cause monarchique est affirmée. Le rôle de l’école est modeste dans la formation de l’enfant, confié à un précepteur, sauf pour la fin des études secondaires.

2La deuxième partie du livre suit une très longue carrière politique, sous trois Républiques. Élu local dans la Nord, maire d’Annappes pendant dix ans, Montalembert ne peut retrouver le siège de son père. C’est dans le pays de Caux plus favorable aux idées modérées qu’il s’implante alors, à Ermenouville, où sa mère possédait d’importantes propriétés. Maire en 1935, il est député d’Yvetot en 1936. À la Chambre, il retrouve la Fédération républicaine, François de Wendel, dont il a épousé la fille Odile après la disparition de sa première femme. Geoffroy de Montalembert vote les pleins pouvoirs à Pétain, mais suivant son beau-père et sa femme, ce patriote passe à l’opposition et à la Résistance. Relevé de son inéligibilité, il ne peut redevenir député à la Libération, et retrouve un mandat national au Conseil de la République, avec le soutien du Parti républicain de la Liberté. Il rejoint en 194_ le Rassemblement du Peuple Français, et va appartenir jusqu’à la fin de sa carrière aux expressions successives du gaullisme politique. Il est régulièrement réélu au Conseil de la République et au Sénat. Aussi David Bellamy est-il conduit à étudier un type de consultation volontiers négligé. L’influence de Geoffroy de Montalembert, et son intérêt pour les institutions, expliquent qu’il ait été vice-président du Comité consultatif constitutionnel en 1958. Il fut par la suite vice-président de la commission des finances dont David Bellamy analyse le fonctionnement et le travail. Gaulliste, Geoffroy de Montalembert, conservateur libéral, reste proche des modérés. Il sait se séparer de la droite ainsi sur l’Algérie où il suit de Gaulle. National, fidèle à l’inspiration gaulliste, il s’oppose, au soir de sa vie, au traité de Maastricht.

3Le dernier volet de l’ouvrage fait revivre le grand notable en son terroir, son mode de vie et ses activités. Agriculteur-éleveur, grand propriétaire foncier, maire pendant 58 ans, proche de ses électeurs il incarne en fin du xxe siècle une autorité sociale, pour reprendre l’expression la formule de Le Play. À son côté, son épouse pratique la bienfaisance, est engagée dans les œuvres sociales, est responsable de la Ligue féminine d’Action catholique. Elle est aussi présente dans les campagnes politiques de son mari, démentant une idée reçue sur l’absence des femmes dans la vie politique d’avant le suffrage universel féminin. Cette biographie dense et riche, écrite d’une plume sensible, apporte beaucoup, chemin faisant, à l’histoire locale de la Haute-Normandie, à l’histoire politique, à l’histoire sociale. Elle éclaire une figure attachante dont les attitudes et les sentiments apportent des nuances à la connaissance de la droite. Homme de tradition, mais non traditionaliste, conservateur, mais attaché au libéralisme parlementaire, étranger à l’esprit bonapartiste, il appartient à cette droite modérée qui, malgré des tensions, apporte son soutien au gaullisme.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Terms of use: http://www.openedition.org/6540