Version classiqueVersion mobile

La diplomatie romaine, l'autre instrument de la conquête

 | 
Claudine Auliard

Conclusion

Texte intégral

1Les difficultés rencontrées pour définir les cadres des pratiques diplomatiques renforcent l’impression que le contenu de ces formes de relations n’étaient pas aisées à identifier, tant pour les dirigeants républicains que pour les annalistes travaillant sur les archives. L’attention réelle que les auteurs anciens ont pu porter sur les tractations diplomatiques avant, pendant et après les conflits, montre cependant qu’ils ne les estimaient pas sans intérêt. Certes, la volonté de mettre les affrontements de Rome en conformité avec le ius gentium a pu constituer la finalité première du travail des annalistes, mais elle ne suffit pas à expliquer l’abondance des témoignages concernant des activités qui ne sont d’ailleurs pas exclusivement en relation avec le respect du droit international. Dès l’époque royale, les contacts de caractère diplomatique font l’objet de récits relativement nombreux et crédibles (dans le contexte historique qui était le leur), à défaut de pouvoir être totalement corroborés par d’autres sources. Pour autant, le sentiment persiste d’une sous évaluation de la part réellement jouée par la diplomatie dans la conquête romaine, tant par nos sources que par l’historiographie récente. La valorisation permanente des relations conflictuelles par les auteurs anciens a continué à imprégner les analyses récentes des rapports internationaux. Au regard de la richesse des sources, il ne nous semblait pourtant pas illégitime de réexaminer la part effectivement occupée par la diplomatie dès les premières étapes de la conquête. C’est en effet sur la longue durée que les ajustements permanents de la pratique diplomatique romaine aux nouveaux interlocuteurs ont lentement modelé une tradition en voie d’élaboration. Malgré les atermoiements de cette construction, les tenants du pouvoir à Rome – des rois aux magistrats supérieurs –, semblent avoir très tôt compris l’utilité d’une diplomatie active, menée en parallèle à un usage de la force auquel nul n’imagine alors pouvoir renoncer. Assurément, la diplomatie archaïque ne parait pas être en mesure d’éviter les affrontements ; sa fonction principale se limitait plus sûrement à tenter de traduire politiquement les résultats d’un conflit.

2Les usages de la diplomatie entre la fondation et la fin des guerres samnites – c’est-à-dire avant les premières confrontations avec des cités grecques –, laissent apparaître de fortes disparités, témoignant des variations considérables des avancées de Rome dans l’espace italien. Pourtant ces disparités ne suivent pas seulement les étapes de la progression des armées romaines et fournissent une image relativement diversifiée des pratiques diplomatiques. Outre les démarches destinées à obtenir des soutiens politiques, religieux ou démographiques, la recherche d’alliances ou de rapprochements s’inscrit parfois dans un contexte non belliqueux et reflète la capacité d’ouverture de la cité dès la dynastie étrusque. De ce point de vue, l’usage des deditiones – une pratique d’origine étrusque –, est exemplaire, mais pas unique : les procédés diplomatiques de Rome ne cessent de s’enrichir des usages et des pratiques des différents ennemis entrés en contact avec la Cité aux étapes successives de la conquête.

3La tradition annalistique a fortement individualisé la diplomatie de chacun des sept rois de Rome, mais elle s’inscrit dans un contexte historique vraisemblable : que les rois semblent subir la pression de leurs voisins ne peut étonner et la réalité du rapport des forces n’a pas pu être escamotée, de sorte que les rois sont, par exemple, plus fréquemment présentés en position de demandeurs qu’au cours des périodes postérieures. En revanche, les références précoces à un droit international sont peu crédibles ; les annalistes s’étant attachés à reproduire une image de Rome respectueuse, dès ses origines, d’un bellum iustum forcément balbutiant. Toues les guerres de la Rome royale (puis républicaine) se devaient d’être justes et légitimes ; pour autant, au-delà de cet artifice, il n’est pas invraisemblable que chacun des rois (latins mais surtout étrusques) ait contribué à l’élaboration de nouvelles pratiques diplomatiques. Leur influence a nécessairement été forte puisque, les rois ont le monopole des décisions à toutes les étapes de la mise en œuvre des relations avec les cités et les peuples étrangers.

4Le contexte difficile des premières décennies de la République n’a pas permis à la diplomatie de jouer un rôle déterminant et l’indigence de l’activité diplomatique du long ve siècle traduit clairement l’incapacité du pouvoir et des armées romaines à imposer un déséquilibre patent et durable des forces en présence. Si les armées n’obtiennent que de piètres résultats, la diplomatie ne peut imposer à elle seule une modification sensible de la place de Rome en Italie centrale – tout au plus peut-elle contribuer à fournir quelques alibis aux interventions de Rome. En ce sens, toutes les opportunités paraissent avoir été exploitées, y compris les démarches n’ayant officiellement pour objectif que de transmettre des informations. L’exploitation de ces missions singulières fournit la preuve des limites de quelques outils dont le pouvoir romain pouvait disposer ; la diplomatie ne peut se substituer aux armées comme auxiliaire puissant d’une politique de conquête qui, durant ces décennies, ne dispose pas véritablement des moyens nécessaires à sa réalisation. La tradition n’a alors pas pu masquer totalement les contraintes de cette politique extérieure, restée essentiellement défensive du cours du premier siècle républicain et la diplomatie en est le reflet fidèle. Seule la fonction diplomatique de la paix parait avoir été la plus fortement surévaluée – même si, en proportion, la diplomatie liée à la paix reste presque deux fois moins représentée qu’au siècle suivant.

5La diplomatie du ive siècle est en effet marquée, non par une nette augmentation du nombre des contacts, mais par une évolution sensible du contenu des échanges : les apports d’informations et les demandes d’aides fléchissent très fortement (plus nettement encore au cours des trois dernières décennies) au profit de missions ayant pour objectif la paix ou la négociation, c’est-à-dire un contenu a priori plus affirmé politiquement. En outre, les tenants du pouvoir (ou tout du moins nos sources) révèlent désormais plus nettement l’usage voire l’exploitation qu’ils entendent faire des démarches accomplies par eux ou auprès d’eux. De ce point de vue, la victoire sur Véies a constitué à n’en point douter sinon une rupture, tout au moins un tournant dans l’évolution de la diplomatie romaine – une évolution définitive, seulement suspendue par les dernières péripéties du conflit patricio-plébéien. Ainsi, les demandes d’aide doivent être dorénavant accompagnées de demandes plus ou moins formalisées d’alliance avec Rome, particulièrement après la pseudo deditio de Capoue puis la dissolution de la ligue latine. L’évolution est si rapide que quelques années plus tard, les Lucaniens et les Apuliens affirment conditionner leur soutien militaire à l’obtention d’une alliance avec Rome. La forme primitive des demandes d’aides aurait été inversée : l’obligation d’entrer dans le cercle des alliés de Rome est devenue une aspiration, présentée comme telle par ceux-là même qui sollicitent cette alliance, validant en quelque sorte les exigences romaines.

6Les progrès de Rome dans sa main mise sur la péninsule s’accompagnent d’un durcissement en Italie centrale dont la diplomatie se fait, en négatif, l’écho : elle peut escamoter l’usage de certaines de ses fonctions notamment avec les interlocuteurs des peuples les plus anciennement soumis (les Latins et les peuples de l’Italie centrale). Ici le respect des procédures de déclaration de guerre, par exemple, n’a plus lieu de perdurer. Rome est devenue la seule alternative aux deux dernières puissances encore indépendantes dans la péninsule (Samnites et Grecs de l’Italie) ; les échanges diplomatiques sont désormais réservés aux nouveaux terrains de la conquête, tandis que leur contenu poursuit son évolution. Ainsi, les trêves ne sont plus de simples suspensions des hostilités : en les accordant, en les refusant et surtout en les marchandant, les magistrats et les sénateurs en ont fait progressivement un véritable instrument de la diplomatie.

7Les pratiques diplomatiques deviennent également plus insidieuses, n’hésitant pas à utiliser certains artifices dont la tradition peine d’ailleurs à justifier la mise en œuvre. La casuistique de la nouvelle diplomatie romaine se révèle probablement le mieux à travers les deux subterfuges que constituent la deditio de Capoue et de la sponsio des fourches caudines. La facilité avec laquelle la diplomatie romaine semble désormais pouvoir se jouer des catégories de contacts et des références au droit international s’inscrit naturellement dans un rapport de forces qui lui est de plus en plus favorable. La diplomatie devient alors l’instrument supplétif de la conquête en opérant des glissements sémantiques ambigus ; négociation, paix, soumission semblent pratiquement interchangeables, rendant plus floues les conditions réelles de l’intégration des peuples italiens dans l’imperium Romanum. La sanction diplomatique du troisième conflit avec les Samnites l’illustre parfaitement : nos sources qualifient de renouvellement pour la quatrième fois du traité conclut en 354 avec les Samnites bien que ce foedus n’ait plus rien en commun avec le traité primitif. Le titre d’alliés et la référence à un traité maintiennent une ambiguïté qui ne peut faire illusion : les Samnites vaincus sont en vérité totalement soumis à Rome. Avant même la fin des guerres samnites, non seulement les dirigeants romains s’autorisent à fixer unilatéralement les statuts imposés en Italie, mais ils font admettre que les accords diplomatiques antérieurs ne constituaient plus des engagements définitifs ni même de longue durée, principalement dans les zones les plus anciennement contrôlées en Italie centrale. Parallèlement à cette affirmation de la puissance romaine, s’érige un principe qui va devenir intangible : les débats qui entourent la sponsio de 321 aboutissent au rejet de tout accord entérinant l’infériorité militaire de Rome. Les modalités de ce rejet n’ont probablement pas été fixées dès ce moment, mais elles procèdent d’une volonté affirmant le refus de reconnaître toute infériorité (même ponctuelle) des armées romaines et la diplomatie est en charge de le faire appliquer.

8En succédant au pouvoir monopolistique des rois, les premiers magistrats républicains avaient à établir leur autorité tant dans le domaine intérieur que dans celui des relations extérieures. De fait, la diplomatie constitue, dès le début de la République, un terrain privilégié d’exercice de cette autorité – même si le nombre considérable des imprécisions concernant les modalités des prises de décisions illustre les difficultés auxquelles les tenants du pouvoir ont été confrontés. Tout au long du ve siècle, le changement de régime, les problèmes intérieurs, les hésitations institutionnelles contribuent en effet à maintenir de lourdes incertitudes concernant les structures d’intervention véritablement en charge des décisions. Les initiatives de quelques personnalités marquantes, au cours des premières décennies de la République, se rapprochent plus d’une pratique de type monarchique que d’un fonctionnement républicain. Dans ce contexte, ni le Sénat, collectivement, ni les magistrats individuellement ne semblent en mesure d’accaparer les décisions d’ordre diplomatique ; les compétences des différentes structures ne sont manifestement pas délimitées avec précision. Les luttes d’influences entre les différents clans sénatoriaux se prolongent dans le fonctionnement de la diplomatie. Jusqu’à l’élimination de Sp. Cassius, toutes les personnalités marquantes du début de la République jouent un rôle central dans l’exercice du pouvoir diplomatique, exerçant une autorité proche de celle des derniers rois. La fermeture du patriciat après 485 semble se traduire par une prise en main du Sénat sur la diplomatie, mais dès la seconde moitié du siècle, la gestion du pouvoir par les tribuns militaires ne facilitent plus l’émergence de fortes personnalités. La disparition des dernières figures politiques marquantes se traduit, non par une nette affirmation du pouvoir du Sénat, mais par une gestion pratiquement anonyme des contacts diplomatiques. Plus frappant encore, les quelques périodes durant lesquelles le Sénat semble prendre la main sur les relations diplomatiques sont marquées par un net fléchissement du nombre de ces relations. Les sénateurs collectivement paraissent bien pusillanimes au regard des initiatives des magistrats qui, individuellement, semblent plus ouverts aux contacts nouveaux, notamment dans la réception de délégations lors des missions qu’ils accomplissent en Italie. Bien que les rôles des magistrats et du Sénat ne puissent être mis en opposition, cette répartition annonce, dès le ve siècle, l’évolution sensible du siècle suivant au cours duquel le pouvoir diplomatique des magistrats ne cesse de se renforcer.

9Dès ce stade de la conquête en effet, le renforcement du pouvoir des magistrats dans la pratique de la diplomatie est étroitement lié au nombre grandissant des missions qu’ils sont amenés à recevoir, personnellement au cours de l’exercice de leur mandat. Cependant, dans la seconde moitié du siècle, le Sénat semble prendre conscience de l’enjeu majeur que représente le conflit avec les Samnites. L’éloignement des champs d’intervention, l’ampleur des affrontements ont probablement incité les sénateurs à reprendre le contrôle de la diplomatie. Dans Rome, ils assurent plus fermement la réception des ambassades bien que, dans quelques cas, le Sénat renonce à apparaître, particulièrement lors des contacts premiers avec de nouveaux interlocuteurs. Bien que ces interlocuteurs soient toujours présentés en position de demandeurs (Rome n’a pratiquement jamais pris l’initiative de rencontrer de nouveaux interlocuteurs), les sénateurs n’affichent que très rarement leur participation lors des premiers contacts, notamment avec les cités et peuples extra-italiques. Cette prudence peut se maintenir grâce à l’exercice d’une autorité double (pourtant non équivalente en droit), celle des magistrats et celle du Sénat. Le pouvoir a délibérément entretenu cette dualité des structures diplomatiques républicaines, permettant à Rome de jouer sur les deux registres. Les renoncements de certains magistrats à prendre une décision d’ordre diplomatique, les renvois d’une structure à l’autre, les navettes entre magistrats et sénateurs, introduisent le doute chez les ennemis qui ne savent plus précisément à qui revient la décision définitive.

10L’histoire de l’évolution de la diplomatie entre la fondation et la fin des guerres samnites révèle le prodigieux pragmatisme des Romains dans cette sphère de la politique. Alors que la conquête a piétiné, au moins jusqu’à la prise de Véies, la pratique diplomatique romaine s’était déjà enrichit d’expériences multiples au contact de ses différents ennemis, lui permettant d’élaborer une formidable capacité d’adaptation aux différentes situations rencontrées par Rome. Le pouvoir romain autorise, facilite toutes les virtuosités, tant dans le contenu même des missions, que dans la définition des structures en charge du pouvoir diplomatique. L’élasticité du vocabulaire, la multiplication des structures de décisions, entretiennent une ambiguïté amplement exploitée par les tenants du pouvoir, dès que le rapport des forces leur est favorable. Mais cette souplesse a également été utile lors des phases plus difficiles de la conquête, imposant même d’imaginer quelques acrobaties juridiques pour échapper à la reconnaissance de la défaite. Avant les débuts de la conquête extra-italique, ces expérimentations multiples de l’outil diplomatique ont façonné un instrument d’une remarquable efficacité, en complément d’une conquête dont il fallait prolonger politiquement les acquis.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search