Version classiqueVersion mobile

La diplomatie romaine, l'autre instrument de la conquête

 | 
Claudine Auliard

Quatrième partie. L'élargissement des pratiques diplomatiques. De la prise de Véies à la fin des guerres samnites (396-290)

Chapitre XII. Les évolutions des institutions diplomatiques

Texte intégral

  • 1 Comparer les tableaux XLIV page suivante et XXIV p. 169.
  • 2 Mais elles ont probablement été détruites à nouveau en 148 dans l’incendie de la Regia. M. Chassig (...)
  • 3 Les formules sont de E. Cizek, Histoire et historiens à Rome dans l’Antiquité, PUL, Lyon, 1995, p. (...)

1À partir du milieu du ive siècle, les institutions romaines semblent se stabiliser, notamment grâce au vote des lois licino-sextiennes et à la fin du conflit patricio-plébéien. L’ouverture des magistratures aux plébéiens a-t-elle pu avoir des répercussions sur le fonctionnement de la diplomatie et sur les modes d’intervention des autres structures d’intervention ? L’analyse du rôle de chacune de ces structures reste encore délicat en raison des nombreuses incertitudes qui subsistent. Les récits de 52 contacts ne permettent toujours pas d’identifier le statut des interlocuteurs romains, soit une proportion d’environ un tiers des échanges – une proportion tout à fait équivalente à celle du siècle précédent1. Après l’incendie de Rome, les annales ont été plus régulièrement constituées et conservées et les historiens anciens ont pu, en théorie, y avoir accès plus ou moins directement2. Le nombre élevé des incertitudes peut, certes, être attribué à la négligence de certains annalistes, mais plus probablement, nombre d’entre elles ont été volontairement maintenues afin de laisser subsister des hésitations sur le mode de prise de décision en matière de relations extérieures. Dans ce domaine particulièrement sensible, les premiers historiens, de Fabius Pictor à Caton, étaient surtout au service d’une véritable « propagande sénatoriale » ; ce qui fait dire à E. Cisek qu’ils rédigent « une histoire de factions au service des grandes familles3 ». L’implication de chacun des acteurs susceptibles d’intervenir dans ce domaine a constitué un enjeu politique et gentilice majeur que nul ne voulait négliger, ni au ive siècle, ni à aucune autre période de l’histoire romaine.

Tableau XLIV. – Répartition du rôle de chacune des structures de la diplomatie.

Tableau XLIV. – Répartition du rôle de chacune des structures de la diplomatie.

2Les données concernant les rôles respectifs des magistrats et du Sénat font apparaître une évolution sensible par rapport au siècle précédent ; seul le rôle du peuple reste toujours aussi marginal. La place du Sénat a diminué au profit de celle des magistrats qui progresse d’environ 10 % par rapport au ve siècle. Le nombre des échanges reçus et envoyés par les trois dénominations (le Sénat, les magistrats et les appellations imprécises) est parfaitement égal, mais ces chiffres traduisent mal les fortes disparités entre les procédures d’envoi et de réception des ambassades, notamment en ce qui concerne les missions dans lesquelles sont impliqués des magistrats. En effet, 47 délégations auraient été reçues par des magistrats tandis qu’ils ne déléguaient que cinq missions. Mais ce déséquilibre concerne toutes les structures impliquées dans la diplomatie puisque le nombre des initiatives diplomatiques est presque cinq fois inférieur au nombre des missions reçues.

La place du Sénat dans la diplomatie du ive siècle

  • 4 Pour le ve siècle, voir les tableaux XXV et XXVI, p. 171 et 172.
  • 5 Notamment dans la réception d’ambassades (infra p. 260).
  • 6 Voir le tableau XLVIII, p. 264, et le paragraphe suivant. Pour la comparaison avec le ve siècle, v (...)

3Entre les deux premières périodes de la République, le rôle officiel du Sénat, tel qu’il est affiché par nos sources, semble avoir diminué de façon suffisamment importante pour que l’on s’interroge sur la signification de cette évolution4. Avec seulement 14 missions envoyées et 38 reçues, les Sénateurs, collectivement, ne sont présents que dans moins du tiers des décisions en matière de relations extérieures. Il est vrai qu’avec les guerres samnites, les conflits se déroulent désormais dans des secteurs géographiquement plus éloignés du cœur de la Cité. L’alibi géographique n’est cependant pas très recevable puisque, nous le verrons, c’est au contraire au cours des guerres samnites que le rôle du Sénat est le plus affirmé5. L’évaluation de la place réelle du Sénat dans le fonctionnement des institutions diplomatiques doit prendre en compte quelques-unes des missions envoyées, mais surtout reçues par Rome ou les Romains, sans précision de la part de nos sources. En effet, lorsque les textes mentionnent explicitement la réception de certaines missions dans la cité de Rome, il est très plausible que, comme au siècle précédent, le Sénat ait été le seul interlocuteur possible. Mais nos sources ayant maintenue l’incertitude, nous la conservons6.

Le Sénat est très peu présent lors de l’envoi des ambassades

  • 7 Ces échanges font l’objet d’autres analyses (voir l’index des actes aux n° 2007 à 2013).
  • 8 Liv., 5, 35, 5. AD 2011. Les dix récits de cet épisode donnent du rôle du Sénat quelques variantes (...)
  • 9 Liv., 5, 36, 10. AD 2012. La formule anticipe hardiment les faits. Plutarque (Cam., 18, 3) témoign (...)
  • 10 Liv., 5, 48, 8. AD 2013.
  • 11 Tite-Live (5, 49, 2) utilise alors le terme de pactum pour désigner le traité avec les Gaulois.

4Pour la première fois, le Sénat est contraint d’admettre son entremise dans la rencontre (certes obligée…) avec un peuple étranger à la péninsule, les Celtes. La complexité des procédures mises en œuvre révèle des pratiques si étonnantes du point de vue du fonctionnement des institutions qu’elles méritent d’être détaillées7. Dans un premier temps, les Fabii sont envoyés « pour négocier au nom du Sénat et du peuple romain8 ». Le Sénat assume donc le choix des légats et l’objectif de leur mission. En revanche, les initiatives des Fabii ayant amené les Gaulois à exiger réparation, à ce stade des négociations, les Sénateurs refusent leur caution : « Pour ne pas assumer eux-mêmes la responsabilité d’une défaite possible dans une guerre contre les Gaulois, ils renvoyèrent l’examen de la requête gauloise à l’assemblée du peuple9. » Malgré l’avis des Fétiaux, le peuple ayant fait élire les trois Fabii tribuns militaires à pouvoir consulaire afin de les soustraire aux réclamations des Gaulois, la ville est prise dans les conditions que l’on connaît. Dans ce contexte dramatique – et manifestement dramatisé par la tradition –, le Sénat (mais combien de sénateurs étaient encore présents ?) apparaît à nouveau lors de la prise de décision pour mener la négociation : « Le Sénat se réunit et chargea les tribuns militaires de traiter10. » Enfin, dernière étape de ce long épisode diplomatique, Camille dénonce le traité, affirmant qu’il « n’est pas valable, puisqu’il a été conclu depuis qu’il est dictateur, sans son ordre et par un magistrat subalterne11 ».

  • 12 Le problème de l’extension réelle des pouvoirs des tribuns militaires n’est cependant pas résolu. (...)
  • 13 Liv., 5, 46, 11. Cette mission, qui traite d’une affaire intérieure, n’est pas comptabilisée dans (...)
  • 14 Brennus connaît et fait référence au ius gentium, mais on ne peut savoir s’il connaissait les roua (...)

5Cette remise en cause des engagements antérieurs pose question du point de vue du fonctionnement des institutions : Camille avait-il le pouvoir, en tant que dictateur, de renier la validité d’un traité conclu, sur ordre du Sénat, par un magistrat ? En premier lieu, Q. Sulpicius Longus, le magistrat qui a traité avec les Gaulois, n’est pas un magistrat subalterne puisqu’il est tribun militaire à pouvoir consulaire12. Le deuxième élément est d’ordre chronologique : Camille avait-il été nommé dictateur antérieurement au traité ? Dans la présentation qu’en font des sources, cette nomination est effectivement antérieure, mais elle fut décidée alors que Camille était encore à Ardée ; il fallut d’ailleurs envoyer des légats pour lui annoncer la nouvelle13. Il n’était donc pas présent à Rome quand l’accord fut conclu, ce qui n’implique nullement qu’il ait ignoré l’existence du traité ni les conditions dans lesquelles Rome avait dû l’accepter. Brennus, pour sa part, ne pouvait assurément pas penser qu’il traitait avec un magistrat sans pouvoir, d’autant plus que Q. Sulpicius était mandaté officiellement par le Sénat14.

Tableau XLV. – Les 14 délégations sénatoriales.

Tableau XLV. – Les 14 délégations sénatoriales.
  • * Objectif : P = paix, N = négociation,, G = guerre, A = aide.

6Note*

  • 15 Storia della costituzione romana, I, p. 452.
  • 16 L’exemple suivant est celui de la sponsio des Fourches Caudines, selon d’autres modalités, mais au (...)

7Un dernier point fait enfin problème : le Sénat et secondairement le peuple sont-ils destitués de leur pouvoir de décision de guerre et de paix lorsqu’un dictateur est désigné ? F. De Martino est sur ce point tout à fait formel. « Le pouvoir du dictateur n’est pas poussé jusqu’à soustraire au Sénat et au peuple ce très grand pouvoir de délibération sur la paix et sur la guerre15. » Camille n’avait certainement pas le droit de rendre caduc cet accord, c’est surtout le prétexte trouvé par le second fondateur de Rome pour reprendre immédiatement les hostilités. Cette décision s’inscrit en vérité dans la longue liste des subterfuges utilisés par la classe politique romaine et bien sûr par la tradition pour remettre en cause la quasi-totalité des défaites romaines16.

8Cet épisode particulièrement riche permet de souligner l’imbrication permanente des rôles du Sénat, du peuple et des magistrats qui entretient efficacement la plus grande confusion. En jouant sur ces trois interlocuteurs possibles, Rome tentait d’apparaître respectueuse du droit et de ses engagements, mais elle réussissait surtout à compenser les conséquences de ses erreurs politiques, diplomatiques et même militaires. L’artifice ne réside pas seulement dans le fonctionnement de chacune des composantes du pouvoir, mais dans la façon dont la responsabilité est renvoyée d’une structure à l’autre : renvoi du Sénat au peuple, du peuple aux magistrats, du Sénat à un magistrat et enfin d’un magistrat à un autre magistrat. Dans ce véritable jeu de piste, comment les interlocuteurs de Rome pouvaient-ils identifier qui, à Rome, détenait réellement le pouvoir de négocier ?

  • 17 Liv., 7, 6, 7. AD 2028.
  • 18 En 361, à Tibur (AD 2029), en 358 à Tarquinies (AD 2030) et en 357 aux Falisques (AD 2032).
  • 19 Liv., 7, 31- 32, 1. AD 2046 et 2047.

9Durant les années qui suivent l’invasion gauloise, le Sénat n’apparaît comme décideur diplomatique qu’une seule fois entre 390 et 343 et uniquement pour l’envoi des Fétiaux aux Herniques en 36217, alors que dans le même temps, trois autres réclamations présentées par les Fétiaux ne sont pas explicitement mandatées par le Sénat18. Les initiatives romaines sont, il est vrai, fort peu nombreuses pendant ces décennies : neuf délégations dépêchées par Rome contre 31 reçues et, parmi ces dernières, 17 sont admises par le Sénat. L’assemblée n’est donc pas absente de la vie diplomatique, mais elle n’apparaît plus du tout lors de la prise de décision d’envoi des ambassades. En revanche, en 343, lors de la deditio de Capoue, la fonction du Sénat est à nouveau clairement affichée. Le Sénat décide l’envoi d’ambassadeurs pour obtenir le retrait des Samnites et, après l’échec de cette mission, c’est lui qui mandate les Fétiaux afin de demander réparation19. La réaction des Samnites aux arguments des délégués romains ne nous est pas parvenue, Tite-Live ne mentionnant que l’arrogance de la réponse du conseil des Samnites, sans préciser quels furent les arguments utilisés. Néanmoins, le ton de la réponse dont nos sources témoignent traduit une réalité tout à fait plausible : les interlocuteurs des Romains ne furent pas du tout convaincus par l’artifice de la deditio de Capoue – et ce malgré la caution sénatoriale.

  • 20 D. H., 15, H. AD 2071.
  • 21 Voir le tableau XLVI, p. 256.
  • 22 AD 2052, 2077, 2088 et 2108 qui comportent tous deux interlocuteurs successifs, un consul puis le (...)
  • 23 Sur les marchandages, voir supra p. 229.
  • 24 Voir supra p. 238, le chapitre consacré aux négociations.

10Dans le conflit qui se déclenche aussitôt, on ne trouve cependant pas l’équivalent des faux-fuyants utilisés avec les Gaulois ; la guerre contre les Samnites est bien l’affaire du Sénat. Entre 343 et la fin du siècle, le Sénat est à l’origine de l’envoi de six ambassades, auxquelles il faut ajouter l’ambassade envoyée à Naples directement liée au conflit20. Dans le même temps, neuf missions sont envoyées par Rome, sans autre précision, tandis que le Sénat reçoit à sept reprises des délégations des Samnites21. Une proportion très majoritaire des échanges liés au conflit avec les Samnites a ainsi été prise en charge par le Sénat directement ou après renvoi devant les Sénateurs. La procédure de renvoi au Sénat est en effet utilisée à plusieurs reprises aux cours des différents conflits romano-samnites, comme en 341, 324 et 30622. La procédure n’est pas nouvelle, mais depuis l’usage particulier qui en a été fait au moment de l’invasion gauloise, elle paraît avoir été de plus en plus fréquemment utilisée. Ces procédures présentent en outre un avantage non négligeable : les Samnites sont contraints de la marchander au prix fort23. Les magistrats et le Sénat sont principalement concernés par le jeu de ces renvois successifs, mais le peuple le fut également en 318, afin de lui faire porter la responsabilité du refus de renouveler le traité et de n’accorder qu’une trêve de deux ans24.

11Les relations avec les Samnites donnent le sentiment que, pour la première fois, le Sénat est totalement impliqué dans un conflit, cherchant à contrôler l’ensemble des tractations diplomatiques et ce, dès 343, avant même le début des hostilités. La nouvelle dimension du conflit a-t-elle contraint le Sénat à renforcer son autorité ? Les guerres précédentes avaient opposé Rome à ses voisins immédiats ; les Latins ou les peuples géographiquement proches du Latium ; pour la première fois les champs d’interventions des armées romaines se situent assez loin de la Cité. Les sénateurs avaient peut-être perçu la nécessité de conserver la haute main sur l’ensemble des opérations, y compris dans le domaine de la diplomatie. Cette volonté nouvelle ne semble pas directement liée à l’affaire des Fourches Caudines ; les interventions du Sénat durant les guerres samnites sont aussi nombreuses avant et après 321. De la même façon, l’usage de la procédure de renvoi des magistrats au Sénat ne se situe pas exclusivement avant cet événement – pourtant décisif, sur bien d’autres points.

Le Sénat reçoit de nombreuses délégations

  • 25 Voir le tableau XLVIII, p. 260.
  • 26 E. T. Salmon privilégie le rôle des magistrats et n’évoque pas celui du Sénat (Samnium…, p. 214-25 (...)

12Entre 396 et 290, 38 délégations ont été officiellement reçues par le Sénat, un chiffre auquel il faudrait ajouter un certain nombre d’ambassades reçues dans Rome par une structure non précisée25. Ainsi, plus de la moitié des démarches effectuées auprès des Romains seraient directement contrôlées par le Sénat et, durant les années qui suivent la prise de Rome par les Gaulois, entre 386 et 381, le Sénat est même seul à recevoir des délégations. L’origine des interlocuteurs reçus par le Sénat reste, comme au ve siècle, exclusivement italienne, à l’exception de la mission envoyée par les Gaulois. Les missions mandatées par des puissances extra-italiques ne sont toujours pas reçues officiellement par le Sénat, alors que les Sénateurs semblent vouloir contrôler de plus en plus fermement les rapports avec les Italiens notamment avec les Samnites26.

  • 27 Par exemple AD 2007, 2015, 2018E1 et E2 ou 2062.
  • 28 Liv., 6, 36, 1-2. Tusculum ayant reçu le droit de cité en 381 n’a plus de capacité diplomatique.

13Le contenu des ambassades reçues officiellement par le Sénat révèle les fonctions qu’acceptent de jouer les Sénateurs dans les décisions d’ordre diplomatique. Les objectifs se répartissent entre presque tous les objectifs, mais de façon fort inégale. Ainsi, six demandes d’aide ont été entendues par le Sénat et furent suivies, pour la plupart, de décisions d’interventions militaires. Comme au siècle précédent, le Sénat renforce la validité de ses décisions en étant présent dans la réception des missions venues l’informer d’agressions ou venues lui demander son aide. Les demandes de soutiens formulés par des peuples voisins reçoivent alors une réponse positive, voire empressée27. Seule Tusculum, attaquée en 370 par Velitrae, ne put être secourue et le motif est tout à fait exceptionnel : « Il n’y avait point d’armée romaine… ce fait remplit d’une grande honte non seulement les pères, mais la plèbe elle-même28. » Les tribuns militaires nommés peu après eurent bien du mal à mettre sur pied une armée qui réussit à libérer Tusculum, mais qui échoua contre Velitrae. La gravité de la crise intérieure liée au partage des magistratures interdisait temporairement toute réponse efficace.

Tableau XLV. – Les 38 délégations reçues par le Sénat.

Tableau XLV. – Les 38 délégations reçues par le Sénat.
  • * n° ordre : N = Nouveau, U = unique, D = dernier contact.

14Note*

  • ** Objectif : N = négociation, P = paix, I = information, G = guerre, A = aide.

15Note**

  • 29 AD 2070.
  • 30 Liv., 7, 19, 6-7. AD 2038.
  • 31 Voir l’index des AD au n° 2054.
  • 32 Voir le tableau XLV, p. 260.

16Ce contre-exemple ne démentit cependant pas ce qui reste avéré dans la plupart des autres cas : le Sénat assume la responsabilité des réponses. Aide diplomatique dans le cas des Campaniens venus en 327 à Rome se plaindre des Napolitains (ils obtiennent l’envoi d’une ambassade romaine29) ; aide militaire directe en 353 lorsque des legati latini informent le Sénat de la mobilisation des Volsques. les Sénateurs décident aussitôt la levée d’une armée30. Dans cette catégorie de démarches il existe également une exception, la fameuse mission adressée en 341 par les Samnites au Sénat, venue se plaindre des exactions commises par des Latins sur leurs terres31. La prise de décision a parfois fait l’objet de navettes ou de transfert à une autre structure : deux renvois au peuple sont mentionnés en 391 et 353, deux navettes avec Faléries et les Herniques, mais les cas les plus nombreux sont les cas inverses de renvoi du consul ou du dictateur au Sénat32. Dans la mise en œuvre de ces transferts, le rôle du Sénat paraît singulièrement renforcé.

Les incertitudes subsistent lors de…

  • 33 Comparer les tableaux XXIV et XLIV (p. 165 et 252).

17Alors que la répartition entre ambassades reçues et envoyées est la plus inégale de toute l’histoire diplomatique, la proportion des incertitudes concernant l’utilisation de chacune des structures d’intervention reste pratiquement identique à celle du ve siècle33.

…l’envoi de missions

  • 34 Comparer le tableau ci-dessous avec le tableau XLV, p. 258.

18Les incertitudes concernant les modalités d’envoi de missions sont en nombre comparable à celui des missions envoyées officiellement par le Sénat34, mais le contenu des démarches est très singulier. Les imprécisions concernent très majoritairement des actes liés à la guerre alors que, paradoxalement, aucune paix n’aurait été conclue par une structure non précisée. Paradoxal en effet, car les neuf missions destinées à déclarer la guerre ou à demander réparation auraient pu permettre au Sénat d’afficher son rôle. La guerre et la paix font assurément partie des prérogatives du Sénat – même si les comices centuriates (dont les interventions sont si rarement mentionnées) sont sensées, en dernier ressort, avoir la maîtrise des déclarations de guerre et de la validation des traités de paix. Aucune demande d’informations ne figure non plus dans cette catégorie et seules deux demandes d’aides ont été adressées à Delphes, sans mention de l’organisme de décision.

  • 35 Cinq missions envoyées sur ordre du Sénat, cinq envoyées par une structure non précisée.
  • 36 Liv., 8, 39, 11. AD 2079. C’est le seul cas où les Fétiaux obtiennent satisfaction, avec la restit (...)
  • 37 AD 2078.

19À cinq reprises, les sources ne précisent pas quelle structure fut à l’origine de l’envoi des Fétiaux – un nombre équivalent à celui des missions envoyées sur ordre du Sénat avec le même objectif35. Les cités ou peuples concernés ne permettent pas de trouver une signification particulière à ces différences sémantiques, tout au plus peut-on remarquer que les déclarations de guerre aux Samnites sont plus souvent effectuées sur ordre du Sénat et que la seule mission ayant obtenu réparation est précisément celle qui ne fut pas mandatée par les Sénateurs36. Les imprécisions concernant la mission prétendument envoyée à Alexandre le Grand, s’insèrent dans la logique des premiers contacts avec des puissances extérieures à la péninsule italienne – avec une différence d’importance : cette mission aurait été envoyée et non reçue par les Romains, sans précision, comme dans la quasi-totalité des autres cas recensés, que nous allons examiner maintenant37.

Tableau XLVII. – Les missions envoyées par Rome (sans précision).

Tableau XLVII. – Les missions envoyées par Rome (sans précision).
  • * n° ordre : N = Nouveau, D = dernier contact.

20Note*

  • * Objectif : N = négociation, G = guerre, A = aide.

21Note*

…la réception des ambassades

22Les imprécisions concernant les missions reçues par Rome sont plus nombreuses, mais elles correspondent à la proportion du nombre total des actes reçus. L’aspect qui retient le plus fortement notre attention, concerne la présence massive de premiers contacts et contacts uniques pour lesquels les sources ne disent rien de l’identité des interlocuteurs romains.

  • 38 « his populis foedus petentibus datum ». Liv., 9, 45, 18. AD 2114, avec quatre expéditeurs différe (...)
  • 39 Ainsi les Lucaniens, Apuliens, Marses, Péligniens, Marruciniens et Vestiniens.

23Parmi les 37 missions, douze constituent des premières relations et six des contacts uniques ; l’origine géographique et le contenu de ces ambassades semblent représentatifs des choix opérés par la tradition dans la présentation de ces initiatives extérieures. Neuf cités et peuples italiens entrent en contact avec les Romains pour la première fois, six autres n’ont avec Rome qu’un seul contact et, dans tous ces cas, rien ne nous permet d’identifier les structures concernées. Seules des formules vagues, comme en 304, sont utilisées : « On accorda à ces peuples le traité qu’ils demandaient38. » Tite-Live précise seulement que les oratores des peuples furent envoyés à Rome et, logiquement, ils auraient donc pu être reçu par le Sénat. Ces imprécisions confirment le particularisme du mode de fonctionnement appliqué aux peuples italiques (non latins) et il ne peut pas s’agir d’une simple coïncidence. Lors de la quasi-totalité des premiers contacts avec des populations inconnues ou mal connues – qu’elles soient extra-italiques ou italiques (lorsqu’elles sont éloignées du Latium39) –, le Sénat paraît éviter d’être impliqué dans ces relations premières.

Tableau XLVIII. – Les délégations reçues par les Romains (sans précision).

Tableau XLVIII. – Les délégations reçues par les Romains (sans précision).
  • * n° ordre : N = Nouveau, U = unique, D = dernier contact.

24Note*

  • ** Objectif : N = négociation, P = paix, I = information, G = guerre, A = aide.

25Note**

  • 40 Justin, 43, 5, 9-10 ; AD 2016. M. Clavel-Lévêque, Marseille grecque, p. 131.
  • 41 Liv., 7, 27, 2 et 38, 2 ; 9, 43, 26 (AD 2043, 2049 et 2109).

26Comme au siècle précédent en effet, les missions envoyées par des puissances extra-italiques ne sont toujours pas reçues officiellement par le Sénat. C’est le cas de la mission des Marseillais en 389 venue proposer son aide pour payer aux Gaulois la rançon exigée40 et, dans la deuxième moitié du siècle, les délégations d’origine extra-italique sont plus nombreuses encore à se rendre à Rome. Trois viennent de Carthage (en 348, 343 et 306) et rien ne permet de savoir par qui elles furent reçues, bien que Tite-Live précise que les rencontres se firent dans Rome41. L’annaliste signale qu’en 306, les délégués carthaginois reçurent des cadeaux, or cette décision ne pouvait a priori être prise seulement par le Sénat. Ce détail confirmerait indirectement l’accueil de la mission par le Sénat, mais il n’est nullement précisé. Lors des contacts avec Alexandre d’Epire et Rhodes en 332 et 306, le Sénat n’est pas non plus désigné comme interlocuteur des nouveaux partenaires diplomatiques. Dans ces deux derniers cas, il est vrai, les sources sont peu nombreuses et fort peu détaillées, tant pour le contenu et le résultat de la démarche que dans la mention des mécanismes institutionnels mis en jeu.

  • 42 Rome et la Grèce, p. 171-172 : « Ces riches campagnards qui peuplaient le Sénat apportaient bien p (...)

27Pourtant, il nous semble assuré que ces imprécisions ne peuvent être pure coïncidence, réservées en quelque sorte aux premiers et aux uniques contacts. Le flou de nos sources sur ces points contribue à renforcer l’interprétation que nous pensons pouvoir avancer. Dans la majorité, voire dans presque tous les cas, les premières relations établies entre Rome et des puissances étrangères, n’ont pas été prises en charge, volontairement, par les Sénateurs. Ils semblent hésiter, refuser même, d’apparaître officiellement lors des premiers contacts, évitant ainsi tout engagement solennel de leur autorité. Méfiance de paysans écrirait M. Holleaux42 – prudence extrême sans aucun doute, justifiée plutôt habilement, nous semble-t-il, par la volonté de ne rien cautionner de définitif avant d’avoir bien identifié les caractéristiques des nouveaux venus. Malgré les progrès décisifs acquis en Italie, Rome ne se sent pas en mesure de jouer sur le même terrain diplomatique que celui des puissances méditerranéennes qui commencent à la contacter. Seule la multiplication des échanges et des expériences diplomatiques avec différents États plus lointains, lors des décennies suivantes, permettront aux sénateurs d’oser assumer clairement et officiellement le rôle qui devient progressivement le leur à chaque nouvelle étape de la conquête.

L’évolution contrastée du rôle des magistrats-diplomates

  • 43 Comparer les tableaux XXIV et XLIV, p. 169 et 256.

28La place occupée par les magistrats dans la mise en œuvre de la diplomatie du ive siècle est équivalente à celle du Sénat, mais l’évolution de leur rôle est particulièrement visible par rapport au ve siècle. Leur place s’est nettement affirmée depuis le siècle précédent au cours duquel ils étaient peu présents43. Cette progression du rôle des magistrats se fait, nous l’avons vu, en partie au détriment de celui du Sénat, mais l’élément le plus frappant concerne le déséquilibre majeur entre les initiatives des magistrats (limitées à cinq pour toute la période) et les 47 délégations reçues par des magistrats supérieurs. Les expéditeurs des missions sont tous des cités et des peuples italiens, mais pour la première fois, des ambassadeurs des cités grecques d’Italie du Sud rencontrent des magistrats romains : Naples en 326 et, en 320, Tarente. En revanche, aucun des contacts établis avec des cités ou des peuples extra-italiques ne fait apparaître officiellement le rôle d’un magistrat romain.

Les magistrats prennent très peu d’initiatives

  • 44 Liv., 7, 19, 4. AD 2037.
  • 45 Liv., 7, 25, 5-6. AD 2042.

29Le nombre des démarches dont un magistrat aurait eu l’initiative est particulièrement faible, puisqu’on n’en compte plus que cinq (contre dix au siècle précédent), mais le nombre global des initiatives romaines ayant lui-même fortement chuté, la place relative des magistrats diminue assez peu en proportion. Comme au ve siècle, ces missions sont exclusivement envoyées en Italie, mais leur répartition chronologique semble différente. Il est cependant difficile d’exploiter historiquement la répartition de seulement quatre actes de même nature sur un siècle ; ainsi l’absence d’initiatives de magistrats entre 380 et 322 peut difficilement être interprétée. Le seul élément d’explication que l’on puisse avancer est que, entre les premiers contacts en 354 avec les Samnites et le déclenchement de la première guerre en 34344, les interventions des Romains à l’extérieur ont été fort peu nombreuses malgré les problèmes posés par la rupture en 349 avec les Latins45 et par les incursions massives des Gaulois.

Tableau XLIX. – Les initiatives des magistrats.

Tableau XLIX. – Les initiatives des magistrats.
  • 46 Liv., 7, 24, 4-5.
  • 47 Broughton, MRR, p.128-132.
  • 48 Liv., 7, 22, 10. Voir supra p. 196 l’impact des lois liciniennes sur l’activité diplomatique.

30Avec certains ennemis en effet, il n’est plus question de négocier, ni par l’intermédiaire du Sénat, ni même par l’entremise de magistrats. Ainsi la lutte contre les Gaulois ne pouvait donner lieu à des négociations avec les magistrats, comme en témoigne, selon Tite-Live, le consul plébéien de 350, M. Popillius Laenas, s’adressant en ces termes au soldat romain : « L’ennemi avec qui tu luttes n’est pas le Latin et le Sabin dont tu peux faire ton allié après l’avoir vaincu. Nous avons tiré le glaive contre des bêtes féroces46. » D’autres conflits mineurs se déroulent contre des cités volsques et contre les Aurunques, mais aucun ne donne lieu à une mobilisation importante des forces romaines et peu de magistrats sont envoyés sur place lors de ces accrochages47. Les troubles intérieurs autour des lois liciniennes ont paralysé les initiatives militaires et diplomatiques et la nomination même d’un dictateur en 351 n’a aucun lien avec la politique extérieure : il n’a pour but que d’empêcher l’application des lois liciniennes aux comices consulaires48.

31Les cinq missions envoyées sur ordre d’un magistrat sont exceptionnelles par leur contexte et/ou par leur contenu. En 381, Camille – la personnalité la plus marquante des premières décennies de ce siècle – prend l’initiative d’un contact avec Tusculum, suivant une procédure rare. Dans un premier temps, il établit son camp au pied de Tusculum, pénètre dans la cité et donne l’ordre aux sénateurs tusculans de se réunir ; il leur aurait alors déclaré :

  • 49 Liv., 6, 26, 2. AD 2024.

« Allez à Rome vous présenter au Sénat. Les Sénateurs apprécieront si vous méritez d’avantage d’être châtiés pour votre conduite antérieure ou pardonnés pour celle d’aujourd’hui. Je ne veux pas m’arroger le mérite d’un acte de bienveillance publique49. »

  • 50 M. Humbert, Municipium, p. 155 et n. 10 pour les liens de la gens Furia avec Tusculum dont les ter (...)
  • 51 Camille devient la figure emblématique du chef (D. Briquel, op. cit., p. 206-207).

32Il s’agit plus certainement d’une deditio camouflée dans laquelle le rôle de Camille est particulièrement déformé, en relation peut-être avec des liens privilégiés qui unissaient sa gens à la cité de Tusculum, mais aussi en raison du charisme que le personnage a déjà acquis au cours du siège de Véies et de la lutte contre les Gaulois50. Au-delà de l’importance politique de l’intégration de Tusculum à la civitas romana, le particularisme du fonctionnement des institutions retient ici notre attention. Camille, malgré ses allégations, a entre ses mains le devenir de la cité : c’est lui qui entre dans la ville sans utiliser la force, qui convoque le Sénat, qui donne l’ordre d’aller à Rome et qui semble déjà définir le sens dans lequel doit s’orienter la décision sénatoriale, celui de la bienveillance51.

  • 52 Voir l’index des actes au n° 2082C1 et C2.
  • 53 A. Magdelain, Recherches sur l’imperium, p. 22.

33La deuxième initiative d’un magistrat se situe 60 années plus tard, en 321, immédiatement après la défaite des Fourches Caudines : les consuls prennent l’initiative de rencontrer le chef samnite, Pontius afin de lui demander, dans un premier temps, une paix équitable, selon Tite-Live. Devant le refus des Samnites, après concertation, il est décidé d’envoyer à nouveau les consuls « in colloquium ». Si les prolongements sont rarissimes de bien des points de vue, en revanche, les procédures initiales mises en œuvre n’étaient en rien anormales – si ce n’est par leur contenu52. Les consuls ont, par leur imperium, le droit de rencontrer le chef de l’armée ennemie pour débattre de la paix ou de tout autre sujet53. La question de la validité des engagements du consul, c’est-à-dire la question de la sponsio a été posée postérieurement à cette rencontre, mais nulle part nous n’avons la trace d’une remise en cause de l’initiative du consul.

  • 54 AD 2094.
  • 55 Liv., 9, 36, 10.

34Le troisième acte dont un magistrat ait eu l’initiative est la démarche accomplie en 310 auprès des Camertes Ombriens54. Les initiatives du consul sont clairement présentées comme étant contraires aux ordres du Sénat, mais l’examen du fonctionnement des institutions se pose d’un double point de vue. Le consul a-t-il le droit de déléguer un de ses subordonnés pour accomplir un acte de caractère diplomatique ? Les exemples antérieurs d’une désignation de délégués par un magistrat supérieur ne sont que deux : ceux de T. Larcius (le premier dictateur de Rome en 498) et de Q. Fabius Vibulanus (consul en 465). L’échec du second exemple peut expliquer que depuis 465 aucun magistrat (fut-il magistrat supérieur) ne ses soit arrogé ce droit. Même Camille qui, en 381 par exemple, prend pourtant de multiples initiatives politiques et militaires, n’a pas délégué : il a lui-même mené les discussions. Il s’agit pratiquement d’une innovation, après plus de 150 ans de non-usage de cette procédure. En second lieu, le légat parle « au nom du consul d’un traité d’alliance et d’amitié »55, agissant comme s’il était investi d’un pouvoir de négociation complet alors que personnellement il ne détient même pas l’imperium. La question n’a, semble-t-il, pas été juridiquement posée uniquement parce que le contact fut finalement positif, mais on peut être assuré que s’il s’était soldé par un échec, il aurait immédiatement été déclaré contraire aux ordres du Sénat et au fonctionnement normal des institutions, donc irrecevable.

  • 56 Liv., 10, 3. AD 2117. Le verbe restauro dérive d’instauro qui a différentes significations dont ce (...)
  • 57 Cic., De Rep., 2, 32, 56. F. De Martino, Storia della costituzione, i, p. 236-247.
  • 58 Ibid., p. 452.

35Le dernier des actes diplomatiques décidé par un magistrat date de 301 et, 20 ans après l’affaire des fourches Caudines, semble contredire ce que nous en avons dit. Le dictateur de 301, M. Valerius Maximus, après une expédition punitive contre les Marses qui menaçaient les colons de Carseoli, leur restitue le traité antérieur (« Marsi foedus restituit56 ») contre la confiscation d’une partie de leur territoire. Ces marchandages chantages sont assez habituels, mais ici se pose la question de savoir si un dictateur est habilité à rendre caduc un traité puis de le restituer sans en référer apparemment à aucun moment ni au peuple, ni au Sénat ? La dictature est définie comme un pouvoir équivalent à celui du roi et son imperium n’est pas soumis à la provocation ad populum ni à l’intercessio tribunicienne57. La dictature n’est ni une magistrature, ni un substitut de la fonction royale mais aucun texte ne permet de préciser l’étendue des pouvoirs du dictateur en matière de relations extérieures. Pour F. De Martino cependant, ses pouvoirs ne peuvent aller jusqu’à « soustraire au Sénat et au peuple ce pouvoir maximal de délibération sur la paix et la guerre58 ». Dans le cas présent, le traité existait et le dictateur jugea que l’agression des Marses contre les colons de Rome en avait suspendu l’application – ce qui est recevable. La punition militaire et territoriale appliquée aux Marses aurait alors simplement permis de revenir à la situation antérieure à l’agression. Cet exemple étant unique dans l’histoire diplomatique romaine, il est difficile d’en conclure qu’un dictateur dispose effectivement de ce droit.

Les magistrats-diplomates reçoivent principalement des deditiones

36La répartition des objectifs des 43 missions est particulièrement significative : 23 sont des déditions (on n’en comptait que trois au ve siècle), sept sont des demandes de paix et deux des demandes de traités – c’est dire que les objectifs liés à la paix représentent les trois quarts des actes reçus par des magistrats – un constat paradoxal puisque ces magistrats ont une mission militaire et donc liée à la guerre. En outre cette activité est répartie sur la quasi-totalité du siècle ; à la seule exception des années 350-342.

Tableau L. – Les 47 délégations reçues par les magistrats.

Tableau L. – Les 47 délégations reçues par les magistrats.
  • 59 AD 2003, 2014 et 2017.
  • 60 Liv., 5, 27, 15. AS 2003C3.

37Les premières deditiones du siècle sont reçues par Camille en 394, 389 et 386 qui assume les fonctions soit de tribun militaire à pouvoir consulaire, soit de dictateur et remporte sur les Falisques et les Volsques des victoires décisives qui se traduisent par différents règlements59 : en 394 Camille impose aux Falisques, en dernier ressort après une navette entre trois temps (entre le Sénat et lui) le paiement de la solde des soldats romains60. En 389, il obtient le partage du pays pontin et le triomphe ; enfin en 386, la deditio de Satricum se traduit par la transformation de la cité en colonie latine dès 385. Dans tous ces règlements, Camille garde la haute main sur les prolongements et les décisions politiques en relation avec ses initiatives diplomatiques.

  • 61 Liv., 6, 29, 8. Sur ce triomphe, voir notre ouvrage, Victoires et Triomphes, p. 79.
  • 62 R. Combes, Imperator, p. 39-49.

38Les deditiones suivantes en 380, 367, 357 et 354 confirment la lenteur de la progression des armées romaines au détriment des Volsques et des Étrusques et la valorisation des actes tant militaires que diplomatiques avec le triomphe de trois des magistrats ayant reçus ces déditions. En 380, le dictateur T. Quinctius Cincinnatus reçoit un triomphe sur Préneste ; en 357 C. Marcius Rutilus sur Privernum et en 354 M. Fabius Ambustus sur Tibur. Lors de son triomphe, Tite-Live précise que le dictateur « porta au Capitole une statue de Jupiter Imperator enlevée à Préneste61 ». R. Combès a montré que cette datation devait être retenue et que l’introduction de Jupiter Imperator à Rome se situait dans le contexte des luttes entre patriciens et plébéiens : T. Quinctius aurait voulu souder par cette initiative les notions d’imperium et d’auspicium62. Mais au regard de notre sujet l’aspect le plus intéressant de cet épisode est le lien attesté entre cette innovation et l’évolution de l’usage du butin. La prise de Véies en 396 et le refus de la deditio de la cité étrusque avaient été l’oeuvre personnelle de Camille dont les motivations étaient incontestablement liées à l’importance du butin escompté. Le butin devenant, après la prise de Véies, une des motivations premières des armées romaines, son appropriation devait être organisée afin d’assurer un partage effectif entre tous les membres du corps civique. De plus, le butin de Véies était aussi le premier a n’avoir pas été partagé avec les autres cités latines et cette innovation a probablement imposé d’autres règles de fonctionnement.

39En introduisant la statue de Jupiter Imperator, T. Quinctius a non seulement établi un lien entre l’imperium et la notion d’auspices, mais également entre ces deux notions et la victoire de sorte que le butin devient celui de la communauté et de toutes les victoires de Rome. L’intérêt particulier de la dédicace de T. Quinctius est d’associer ainsi les dieux aux victoires sans omettre de souligner que son rôle personnel a été déterminant. La gestion de la guerre et de la conquête se fait ici grâce au cumul des références au religieux, au juridique mais également aux initiatives individuelles. Il est alors frappant de constater que chaque étape d’importance de cette évolution est liée d’une façon ou d’une autre à des activités d’ordre diplomatique.

  • 63 Voir le tableau XLIII, p. 246.

40Après 14 années sans deditio, six sont recensées dans le contexte de la guerre latine entre 340 et 338 par les Latins, des Campaniens, des Aurunques et des Volsques63. Tous ces actes, sans exception, sont prolongés par des triomphes accordés aux magistrats ayant reçus les soumissions. Durant ces années, il est clair que toutes les opérations militaires qui se traduisent par des avancées significatives diplomatiquement et politiquement permettent aux généraux en charge des armées d’obtenir des triomphes. Faut-il y voir encore le prolongement de l’action de T. Quinctius ? Le triomphe permet de valoriser l’acte individuel mais aussi d’obtenir une certaine transparence sur le contenu du butin puisque, lors de la cérémonie, le butin est présenté avec les armées victorieuses et leur chef. Le premier a avoir organisé de façon plus formelle le triomphe fut sans doute Camille qui en a célébré quatre, mais dont tous ne furent pas célébrés selon les mêmes règles. En cette première moitié du siècle sont établis les liens étroits qui vont désormais associer la notion d’imperium au triomphe, les initiatives individuelles (politiques, militaires et diplomatiques) pouvant s’inscrire en référence à la collectivité civique. C’est également à partir de ces décennies que se développent les références à la fides utilisée (ou attribuée ?) par Camille dès 394 et en 354 par M. Fabius Ambustus.

  • 64 Liv., 8, 26, 7. AD 2076.
  • 65 Sur les conditions d’attribution de son triomphe, voir notre ouvrage Victoires et Triomphes, p. 11 (...)

41Les huit dernières deditiones du siècle se répartissent entre 330 et 307. Elles donnent lieu moins systématiquement à des triomphes, mais on en compte tout de même quatre en 329, 326, 319 et 310. La plus intéressante de ces démarches est celle effectuée auprès de Q. Publilius Philo en 326, lors de la deditio de Palaepolis : la stratégie qu’il applique s’apparente clairement à celle mise en oeuvre avec Capoue – mais alors la démarche avait été accomplie auprès du Sénat. Tandis que l’aristocratie grecque prend parti pour Rome, la plèbe alliée aux Samnites se réfugie dans Palaepolis et y est contrainte de se soumettre. L’élimination des opposants permit à Naples d’obtenir un foedus très favorable et à Q. Publilius d’être gratifié de « deux honneurs singuliers… une prorogation de commandement dont nul avant lui n’avait bénéficié et un triomphe après expiration de ses fonctions64 ». L’adaptation de la procédure triomphale est particulièrement rapide puisque le premier proconsul de la République obtient un triomphe sans personne apparemment ne se pose la question de savoir si cette décision est conforme ou non à la tradition déjà établie en ce domaine – seule la victoire militaire et son prolongement diplomatique semblent être déterminants pour lui permettre d’accéder à ce privilège65.

  • 66 Voir la liste des actes diplomatiques en fin de volume.
  • 67 AD n° 2077, 2101 ou 2118.
  • 68 Liv., 9, 41, 6. AD 2102.

42Outre les 23 deditiones, sept autres délégations envoyées à des magistrats ont pour mission de demander la paix, deux d’établir un traité enfin cinq autres viennent demander une trêve et quatre une amitié. Paix et demandes de trêves sont ici étroitement liés car le marchandage s’opère entre ces deux fonctions. Alors que les démarches précédentes s’étalaient sur toute la durée du siècle, ces missions sont ici majoritairement liées aux relations puis au conflit avec les Samnites : entre 341 et surtout 324 et 306, huit missions sont en rapport direct ou indirect avec les opérations militaires qui dominent la fin du siècle66. Le rôle des magistrats au cours de ces différentes missions semble moins homogène que dans la procédure de dédition, mais on ne peut distinguer quelques points saillants du rôle joué par les magistrats lors des passages guerre/trêve/paix. Les demandes de paix ou d’alliance se transforment le plus souvent en trêves et sont systématiquement marchandées par le magistrat comme en 325, en 308 ou en 30167. Le rôle de Decius Mus dans l’épisode de 308 n’est pas clairement établi car la formule employée par Tite-Live ne semble pas faire allusion à un renvoi au Sénat – une procédure pourtant assez fréquemment utilisée durant ces années. Il parait avoir pris seul la décision de refuser aux Étrusques un foedus et d’alourdir le prix d’une trêve pourtant de très courte durée : « Il n’accéda pas à leur demande mais leur accorda une trêve d’un an68. » Action singulière également, qui témoigne de l’impact que certaines personnalités peuvent exercer sur les pratiques diplomatiques en cette fin de ive siècle.

43La personnalisation de l’exercice du pouvoir diplomatique est perceptible tant au début du siècle (avec Camille) qu’en cette fin de période avec les initiatives d’un Publilius Philo, d’un Fabius Maximus ou de Decius Mus. Dans ce domaine également, les guerres samnites accentuent une évolution entamée avec plus de difficultés quelques décennies plus tôt.

Notes

1 Comparer les tableaux XLIV page suivante et XXIV p. 169.

2 Mais elles ont probablement été détruites à nouveau en 148 dans l’incendie de la Regia. M. Chassignet, L’Annalistique romaine, t. i, les Annales des Pontifes et l’annalistique ancienne, CUF, 1996.

3 Les formules sont de E. Cizek, Histoire et historiens à Rome dans l’Antiquité, PUL, Lyon, 1995, p. 35 et 64. Les pontifes ont nécessairement sélectionné les informations conformes aux intérêts de leurs clans. M.-P. Arnaud-Lindet, Histoire et politique à Rome, Paris, 2001, p. 38-39.

4 Pour le ve siècle, voir les tableaux XXV et XXVI, p. 171 et 172.

5 Notamment dans la réception d’ambassades (infra p. 260).

6 Voir le tableau XLVIII, p. 264, et le paragraphe suivant. Pour la comparaison avec le ve siècle, voir les tableaux XXVI et XXVIII (p. 172 et 177).

7 Ces échanges font l’objet d’autres analyses (voir l’index des actes aux n° 2007 à 2013).

8 Liv., 5, 35, 5. AD 2011. Les dix récits de cet épisode donnent du rôle du Sénat quelques variantes, mais Tite-Live est le plus précis sur ce point.

9 Liv., 5, 36, 10. AD 2012. La formule anticipe hardiment les faits. Plutarque (Cam., 18, 3) témoigne dans le même sens.

10 Liv., 5, 48, 8. AD 2013.

11 Tite-Live (5, 49, 2) utilise alors le terme de pactum pour désigner le traité avec les Gaulois.

12 Le problème de l’extension réelle des pouvoirs des tribuns militaires n’est cependant pas résolu. F. de Martino (Storia della costituzione…, p. 436-438) n’en dit mot.

13 Liv., 5, 46, 11. Cette mission, qui traite d’une affaire intérieure, n’est pas comptabilisée dans notre inventaire (voir les missions exclues p. 19-20).

14 Brennus connaît et fait référence au ius gentium, mais on ne peut savoir s’il connaissait les rouages du pouvoir politique romain ef de ses institutions.

15 Storia della costituzione romana, I, p. 452.

16 L’exemple suivant est celui de la sponsio des Fourches Caudines, selon d’autres modalités, mais aux siècles suivants, les exemples sont également nombreux (notamment lors des défaites contre Pyrrhus ou Hannibal).

17 Liv., 7, 6, 7. AD 2028.

18 En 361, à Tibur (AD 2029), en 358 à Tarquinies (AD 2030) et en 357 aux Falisques (AD 2032).

19 Liv., 7, 31- 32, 1. AD 2046 et 2047.

20 D. H., 15, H. AD 2071.

21 Voir le tableau XLVI, p. 256.

22 AD 2052, 2077, 2088 et 2108 qui comportent tous deux interlocuteurs successifs, un consul puis le Sénat (sauf en 318, où la décision est renvoyée au peuple).

23 Sur les marchandages, voir supra p. 229.

24 Voir supra p. 238, le chapitre consacré aux négociations.

25 Voir le tableau XLVIII, p. 260.

26 E. T. Salmon privilégie le rôle des magistrats et n’évoque pas celui du Sénat (Samnium…, p. 214-254).

27 Par exemple AD 2007, 2015, 2018E1 et E2 ou 2062.

28 Liv., 6, 36, 1-2. Tusculum ayant reçu le droit de cité en 381 n’a plus de capacité diplomatique.

29 AD 2070.

30 Liv., 7, 19, 6-7. AD 2038.

31 Voir l’index des AD au n° 2054.

32 Voir le tableau XLV, p. 260.

33 Comparer les tableaux XXIV et XLIV (p. 165 et 252).

34 Comparer le tableau ci-dessous avec le tableau XLV, p. 258.

35 Cinq missions envoyées sur ordre du Sénat, cinq envoyées par une structure non précisée.

36 Liv., 8, 39, 11. AD 2079. C’est le seul cas où les Fétiaux obtiennent satisfaction, avec la restitution du butin et des prisonniers.

37 AD 2078.

38 « his populis foedus petentibus datum ». Liv., 9, 45, 18. AD 2114, avec quatre expéditeurs différents.

39 Ainsi les Lucaniens, Apuliens, Marses, Péligniens, Marruciniens et Vestiniens.

40 Justin, 43, 5, 9-10 ; AD 2016. M. Clavel-Lévêque, Marseille grecque, p. 131.

41 Liv., 7, 27, 2 et 38, 2 ; 9, 43, 26 (AD 2043, 2049 et 2109).

42 Rome et la Grèce, p. 171-172 : « Ces riches campagnards qui peuplaient le Sénat apportaient bien plutôt dans la politique extérieure leur lenteur d’esprit et leur pauvreté d’imagination… la crainte des aventures, la timidité devant l’inconnu naturelles aux âmes paysannes. » Dans toute la conclusion de son chapitre quatrième, l’historien développe un argumentaire dont le mépris à l’égard des Romains laisse pantois…

43 Comparer les tableaux XXIV et XLIV, p. 169 et 256.

44 Liv., 7, 19, 4. AD 2037.

45 Liv., 7, 25, 5-6. AD 2042.

46 Liv., 7, 24, 4-5.

47 Broughton, MRR, p.128-132.

48 Liv., 7, 22, 10. Voir supra p. 196 l’impact des lois liciniennes sur l’activité diplomatique.

49 Liv., 6, 26, 2. AD 2024.

50 M. Humbert, Municipium, p. 155 et n. 10 pour les liens de la gens Furia avec Tusculum dont les terres sont limitrophes de celles de la Cite.

51 Camille devient la figure emblématique du chef (D. Briquel, op. cit., p. 206-207).

52 Voir l’index des actes au n° 2082C1 et C2.

53 A. Magdelain, Recherches sur l’imperium, p. 22.

54 AD 2094.

55 Liv., 9, 36, 10.

56 Liv., 10, 3. AD 2117. Le verbe restauro dérive d’instauro qui a différentes significations dont celle de « renouveler » (Ernout et Meillet, s.v., p. 319).

57 Cic., De Rep., 2, 32, 56. F. De Martino, Storia della costituzione, i, p. 236-247.

58 Ibid., p. 452.

59 AD 2003, 2014 et 2017.

60 Liv., 5, 27, 15. AS 2003C3.

61 Liv., 6, 29, 8. Sur ce triomphe, voir notre ouvrage, Victoires et Triomphes, p. 79.

62 R. Combes, Imperator, p. 39-49.

63 Voir le tableau XLIII, p. 246.

64 Liv., 8, 26, 7. AD 2076.

65 Sur les conditions d’attribution de son triomphe, voir notre ouvrage Victoires et Triomphes, p. 118-119.

66 Voir la liste des actes diplomatiques en fin de volume.

67 AD n° 2077, 2101 ou 2118.

68 Liv., 9, 41, 6. AD 2102.

Notes de fin

* Objectif : P = paix, N = négociation,, G = guerre, A = aide.

* n° ordre : N = Nouveau, U = unique, D = dernier contact.

** Objectif : N = négociation, P = paix, I = information, G = guerre, A = aide.

* n° ordre : N = Nouveau, D = dernier contact.

* Objectif : N = négociation, G = guerre, A = aide.

* n° ordre : N = Nouveau, U = unique, D = dernier contact.

** Objectif : N = négociation, P = paix, I = information, G = guerre, A = aide.

Table des illustrations

Titre Tableau XLIV. – Répartition du rôle de chacune des structures de la diplomatie.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7175/img-1.png
Fichier image/png, 12k
Titre Tableau XLV. – Les 14 délégations sénatoriales.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7175/img-2.png
Fichier image/png, 15k
Titre Tableau XLV. – Les 38 délégations reçues par le Sénat.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7175/img-3.png
Fichier image/png, 31k
Titre Tableau XLVII. – Les missions envoyées par Rome (sans précision).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7175/img-4.png
Fichier image/png, 19k
Titre Tableau XLVIII. – Les délégations reçues par les Romains (sans précision).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7175/img-5.png
Fichier image/png, 36k
Titre Tableau XLIX. – Les initiatives des magistrats.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7175/img-6.png
Fichier image/png, 11k
Titre Tableau L. – Les 47 délégations reçues par les magistrats.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7175/img-7.png
Fichier image/png, 43k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search