Version classiqueVersion mobile

La Chine et ses migrants

 | 
Chloé Froissart

Cinquième partie. Le mouvement pour la défense des droits : vers la redéfinition de la « citoyenneté » chinoise ?

12. Le « weiquan » : une difficile conquête d’autonomie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le terme « weiquan » signifie protection ou défense des droits selon qu’il est utilisé par le pouvoir ou par les activistes1. Tandis que pour l’État-Parti, il signifie « servir le peuple », c’est-à-dire protéger les droits des citoyens dans le cadre qu’il a fixé, le peuple, confronté aux dysfonctionnements du système, tente de se « sauver lui-même » (ziji jiuji)2. Dès les années 1990, la volonté du Parti de promouvoir un « gouvernement par la loi » a permis aux paysans et aux ouvriers du secteur d’État de s’appuyer sur le discours du pouvoir et le développement de la législation pour mettre en œuvre et légitimer de nouvelles pratiques contestataires demandant le respect de leurs droits3. Si l’objectif de l’État est de maintenir la stabilité sociale en s’imposant comme régulateur des rapports sociaux et en institutionnalisant la résolution des conflits, la contradiction croissante entre la nouvelle primauté accordée au droit et les dysfonctionnements du système a au contraire suscité...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search