Version classiqueVersion mobile

La diplomatie romaine, l'autre instrument de la conquête

 | 
Claudine Auliard

Première partie. L'établissement du corpus des actes diplomatiques

Chapitre II. Sources et historiographie de la diplomatie romaine

Texte intégral

1L’absence d’ouvrage traitant de l’ensemble de l’histoire diplomatique de Rome ne semble pas imputable à l’indigence des sources concernant les pratiques des Romains en ce domaine. Dès le début de cette enquête, avant même d’en avoir défini avec précision les cadres et les limites, la lecture des sources faisait apparaître au contraire les traces d’un nombre considérable de témoignages. Plus certainement, la multiplicité des occurrences concernant les activités diplomatiques romaines a pu freiner une tentative d’un travail global sur le sujet.

Quelques éléments de l’historiographie de la diplomatie

  • 1 F. Adcock et D.J. Mosley, Diplomacy in Ancient Greece, Londres, 1975 et, récemment L. Piccirilli, (...)
  • 2 A. Thurm, De Romanorum legatis republicae temporibus ad externas nationes missis, diss. Liepzig, 1 (...)
  • 3 E. Krug, Die Senatsboten der römischen Republik, Breslau, 1916. B. Schleussner, Die Legaten der rö (...)
  • 4 B.E Thomasson, Legatus, Beiträge zur Römischen Verwaltungsgeschichte, Stockholm, 1991. F. Canali d (...)

2En effet, contrairement à l’espace grec, il n’existe, à notre connaissance, aucun ouvrage de synthèse sur la diplomatie romaine des périodes royale et républicaine1. Quelques inventaires d’ambassades ont été dressés depuis la fin du xixe siècle, mais ils ne sont pas exhaustifs puisque la plupart s’intéressent à une catégorie de missions. On peut citer les listes de A. Thurm ou de Th. Büttner-Wobst (ce dernier ne traite que des missions envoyées à Rome), ou celle, plus récente de P. Knibbe qui fait l’inventaire des seules ambassades envoyées en Orient par le Sénat entre 230 et 1292. Un autre catalogue des délégations romaines en Méditerranée (entre 507 et 129 seulement et incomplet) avait été dressé par E. Krug, tandis que B. Schleussner s’est intéressé aux commissions sénatoriales de dix membres chargées d’établir les conditions de la paix après les victoires de Rome3. Plus récemment, B.E. Thomasson a travaillé sur les missions diplomatiques entre la deuxième guerre punique et Actium et F. Canali de Rossi sur les ambassades envoyées par le monde grec à Rome à l’époque républicaine4.

  • 5 Droit public…, notamment dans le tome iv, les légats du Sénat (p. 394-424) et le tome vii, les rel (...)

3En revanche, les historiens faisant allusion à des missions diplomatiques dans le cadre de travaux concernant la politique extérieure de Rome sont innombrables : presque tous les historiens de la conquête romaine ont eu à évoquer les activités de quelques ambassades, mais ces études sont le plus souvent limitées géographiquement ou chronologiquement à une phase de la conquête. La plupart des historiens ont privilégié un ou plusieurs aspects de la diplomatie soit d’un point de vue institutionnel, juridique ou même religieux, soit en relation avec ses implications politiques. Aucune approche globale des outils de la diplomatie, de leur usage et de leur évolution sur la longue période comprise entre la fondation et la fin de la République n’a été, à notre connaissance, tentée. En outre, les ouvrages de référence, comme le Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines ou la Real Encyclopädie, ne peuvent traiter le sujet qu’à partir des vocables relatifs à ces activités (legatio, foedus, pactum…) puisque le mot englobant l’ensemble de la diplomatie fait défaut. De la même façon, les historiens des institutions n’ont pas consacré un chapitre particulier à la diplomatie, à l’instar de Th. Mommsen qui a réparti ses analyses dans ses différents chapitres consacrés au Sénat ou aux magistrats5.

  • 6 C. Phillipson, The International Law and Custom of Ancient Greece and Rome, 2 vol., Londres, 1911. (...)
  • 7 P. Catalano, Linee del sistema sovranazionale romano, 1, Turin, 1974.
  • 8 F. De Martino, Storia della costituzione romana, 6 vol., 2e édition, Naples, 1972-1975.
  • 9 T.R.S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, New York, 1952 (1968), 2 vol. et suppléme (...)
  • 10 J.W. Rich, Declaring War in the Roman Republic in the period of Transmarine Expansion, Latomus, 14 (...)
  • 11 P. Boyancé, Fides et la vie internationale, Etudes sur la religion romaine, p.105-119. A. Piganiol(...)
  • 12 B. Paradisi, Deditio in fidem, Studi in onore di A. Solmi, i, Milan, 1941, p. 285-300.
  • 13 Voir la bibliographie p. 315.

4Les travaux spécialisés concernant les relations internationales de Rome abordent le sujet en privilégiant plus souvent les aspects institutionnels ou juridiques de la diplomatie à travers, par exemple, le rôle joué par le Sénat. On peut ainsi mentionner les ouvrages fort anciens de Coleman Phillipson et de P. Willems6, mais surtout se référer à ceux, plus récents, de P. Catalano7 ou de F. De Martino8. Bien que l’ouvrage de T.R.S. Broughton ait eu pour finalité d’établir, non un catalogue des échanges diplomatiques, mais la liste des magistrats de la période républicaine, ses travaux se sont révélés particulièrement précieux au regard de notre sujet9. La différenciation opérée entre des « legates ambassadors » des « legates lieutenants » et des « legates envoys » est cependant peu adaptée à la classification qu’impose la diversité des pratiques romaines ; néanmoins, nombre d’activités d’ordre diplomatique ont pu être identifiées à partir de cet inventaire. D’autres auteurs, suivant une démarche différente, ont étudié une fonction particulière de la diplomatie : J.W. Rich a décrit les procédures de déclaration de guerre, M.R. Cimma a analysé les relations d’amitié et d’alliances établies par les Romains, G. Brizzi a décrit les modes de recherche des informations10. Enfin de nombreux travaux traitent des différentes notions juridiques et religieuses sur lesquelles s’appuie la pratique diplomatique. Par exemple, la notion de fides a été étudiée par P. Boyancé, A. Piganiol et surtout par G. Freyburger11 ; son usage dans la procédure de deditio analysé par B. Paradisi12. Il n’est pas nécessaire de multiplier les exemples pour comprendre que, si de multiples aspects de la diplomatie ont été abordés par de très nombreux historiens13, leurs travaux ne les ont pas amené à tenter d’évaluer la place occupée par la diplomatie lors de la conquête.

Évaluation quantitative et qualitative des sources

  • 14 Les statistiques évoquées dans ce paragraphe ont été obtenues à partir de l’exploitation des donné (...)
  • 15 Les références aux Actes triomphaux ne figurent donc pas comme sources. Voir notre ouvrage, Victoi (...)
  • 16 Grueber, CRRBM, 2, 252. AD 3076.

5Les sources littéraires représentent l’immense majorité des sources de l’activité diplomatique, soit plus de 95 % des sources recensées14. L’apport des sources épigraphiques est limité par une double réalité : les inscriptions de l’époque républicaine sont peu nombreuses et, en outre, la fonction de legatus – qui n’est pas une magistrature – ne figure ni dans le cursus honorum, ni sur les elogia. Les Actes triomphaux ont pu être exploités avec quelque profit, puisqu’ils célèbrent des victoires, pour la plupart associées à des actes diplomatiques d’importance, mais les missions diplomatiques n’y sont pas mentionnées en tant que telles15. Les sources numismatiques sont encore moins nombreuses : une seule monnaie fait référence indirectement à une démarche diplomatique (par ailleurs contestée) celle de l’ovatio accordée à C. Papirius en 231 pour sa victoire sur les Corses, mentionnée sur des monnaies tardives16.

  • 17 Il les appelle : « les prétendues relations » avec (successivement) l’Asie, l’Égypte, la Grèce… (R (...)

6Le nombre de sources évoquant un même contact est très variable : presque 60 % des échanges ne sont connus que par une seule source ; pour moins du quart des actes deux témoignages anciens en attestent, enfin les actes diplomatiques connus par plus de quatre sources représentent moins de 10 % du total des échanges et quelques démarches exceptionnelles sont décrites par une douzaine d’auteurs. L’histoire diplomatique de la période royale évoquée essentiellement par Tite-Live et/ou Denys d’Halicarnasse ; tandis que, au dernier siècle de la République, le témoignage exclusif de César sur ses propres campagnes augmente sensiblement la proportion des témoignages uniques pour cette période. La question de la crédibilité des actes diplomatiques connus par un seul témoignage peut être posée : sont-ils plus suspects que ceux dont plusieurs auteurs témoignent ? Ainsi, les relations entre Rome et le monde hellénistique antérieures à la fin du iiie siècle sont majoritairement connues par un seul témoignage ; mais M. Holleaux, qui en nie l’authenticité, ne fonde que très rarement son argumentaire sur l’unicité des témoignages17.

  • 18 Ainsi le meurtre de deux Romains par la reine d’Illyrie en 230 est repris par huit auteurs (AD 307 (...)
  • 19 Neuf auteurs différents tentent de justifier la décision sénatoriale (AD 2082C2).
  • 20 AD 4322D2. Polybe (29, 27, 1-13) évoque la rudesse et l’arrogance extrême de C. Popillius, Plutarq (...)
  • 21 Cic., Phil., 8, 23.

7Les ambassades les plus abondamment commentées correspondent toujours à des contacts exceptionnels amplement exploités dès l’Antiquité. Parmi ces missions hautement symboliques figurent celles qui comportent des incidents diplomatiques, notamment lorsque des légats romains sont victimes de violences. Ces événements sont exploités avec d’autant plus de complaisance que la violation du ius legationis peut constituer un excellent casus belli qui justifie, en théorie, toute riposte armée immédiate18. Les contestations concernant certaines démarches, comme celle qui suivit la sponsio des Fourches Caudines, font également l’objet de multiples témoignages19. Sont également très commentés, les actes dont l’annalistique veut historiquement souligner l’importance, comme la déclaration de guerre contre Carthage en 218, rapportée par neuf historiens – c’est le seul exemple d’une déclaration de guerre aussi abondamment commentée. Le premier conflit n’ayant pas été déclaré dans les règles, il faut probablement voir dans cette abondance de témoignages la volonté d’affirmer que les défaites du début de la guerre n’étaient pas imputables à une déclaration non conforme au droit ; la pax deorum n’avait pas pu être rompue pour ce motif. Quant au fameux épisode du « cercle de Popillius » en 168, il constitue un autre incident exceptionnel et emblématique de l’évolution de la pratique diplomatique ; douze historiens anciens témoignent de l’importance et du retentissement que le légat de Rome entendait donner à la victoire de Pydna. L’arrogance de Popillius est dénoncée par Polybe et la plupart des historiens grecs20, tandis que les auteurs latins se félicitent de la fermeté, de la rigueur et de l’autorité du légat sénatorial. Cicéron s’exclame même : « À merveille (praeclare) ! Il avait apporté avec lui l’image du Sénat et son autorité (auctoritas)21. »

  • 22 AD 3057.
  • 23 G. Dumézil évoque un « véritable roman » autour du transfert de la Grande Mère de Pessinonte à Rom (...)
  • 24 M.-P. Arnaud-Lindet, Histoire et politique à Rome, Paris, 2001, p. 22.

8Les ambassades valorisant positivement l’image de Rome ont été, logiquement, décrites par un nombre élevé d’historiens anciens : douze auteurs font ainsi référence au traité mettant fin à la première guerre punique22. Il constitue en effet la première victoire sur un ennemi extra-italique sanctionnée par un traité, puisque la fuite de Pyrrhus en 275 n’avait pas permis d’en établir un. La mission ramenant Cybèle à Rome en 205 est également reprise par douze auteurs, avec d’autant plus d’empressement par les auteurs de l’époque impériale que la gens Claudia y est fortement impliquée23. Le nombre élevé des sources évoquant un même acte diplomatique est historiquement significatif ; quelques auteurs mineurs ont pu opérer une sélection des ambassades perçues comme étant les plus représentatives historiquement ou symboliquement – tout au moins dans le contexte de l’époque au cours de laquelle ils rédigent leur œuvre. Un autre niveau de sélection a en outre été opéré, au-delà de la période romaine : la transmission de certains textes a été effectuée en fonction de quelques thèmes choisis, notamment par les Byzantins24.

  • 25 Voir p. 110-114 du premier volume de notre thèse et le document x dans le fascicule des documents.
  • 26 Voir en dernier lieu, l’édition de Denys sous la direction de S. Pittia, Rome et la conquête de l’ (...)
  • 27 Essentiellement, c’est-à-dire pour plus de 80 % des échanges dont il témoigne.

9Dans le cadre de notre thèse d’État, l’exploitation des banques de données avait également permis d’établir des statistiques précises sur les apports fournis par les auteurs majeurs de l’histoire diplomatique25. Sans reprendre ici le détail de ces éléments chiffrés, il est utile de souligner l’importance des distorsions qui apparaissent entre les témoignages et les divergences des centres d’intérêt de chacun des auteurs. Que Polybe ait privilégié le récit des relations avec la Grèce et l’Orient, nul n’en doutait, mais l’importance de ce déséquilibre a pu être plus précisément évalué : sur les 400 échanges dont il témoigne, plus de 300 ne concernent que les relations avec le monde hellénistique, tandis qu’il n’évoque que 10 échanges avec l’Espagne. Tite-Live – parce qu’il constitue une des sources majeures des débuts de la conquête –, est fortement présent dans les récits des contacts avec l’Italie (300 sur les quelque 1 000 échanges dont il témoigne). Cependant il atteste, avec un certain équilibre, des relations de Rome avec tous les autres ensembles géopolitiques, à l’exception logique des rapports avec l’Asie ou les Celtes, essentiellement postérieurs à 167, date terminale de la partie conservée de son œuvre. Seuls les témoignages d’Appien et de Dion Cassius concernent presque à part égale tous les espaces de la conquête, tandis que Denys d’Halicarnasse évoque surtout les rapports avec l’Italie26. Quant à César, son témoignage se concentre sur ses propres campagnes, donc sur les relations avec les Gaulois27.

  • 28 Tite-Live est ainsi la source quasi exclusive de l’histoire diplomatique du ive siècle, présent da (...)

10Les récits de l’histoire diplomatique ne sont assurément pas de qualité équivalente aux différentes périodes de la conquête ; des variations assez sensibles sont perceptibles. À l’époque royale, malgré les précisions apportées par Denys (dans 41 des 53 échanges identifiés), de nombreuses lacunes et incertitudes subsistent. Les sources des deux premiers siècles de la République, principalement Tite-Live28, ne fournissent pas beaucoup plus de détails. En revanche, à partir du iiie siècle, malgré la perte de la deuxième décade de Tite-Live, la richesse des récits augmente sensiblement et les sources se diversifient avec les apports de Polybe, Appien ou Dion Cassius. Mais au-delà de la quantité des détails fournis, il est plus pertinent de s’intéresser à la qualité des informations livrées. Quelques éléments sont indispensables, en effet, à l’analyse de la pratique diplomatique : six informations constituent, nous semble-t-il, le minimum nécessaire à la compréhension d’une ambassade : la datation, le sens de l’échange (qui a l’initiative ?), l’expéditeur et le destinataire (notamment l’origine géographique des interlocuteurs des Romains), enfin l’objectif de la rencontre et ses résultats. La datation est naturellement l’information la plus douteuse et la plus imprécise pour la période royale et quelques échanges des deux premiers siècles de la République. En revanche, il n’a été difficile d’établir l’initiative des actes que dans 32 cas et de définir l’interlocuteur qu’à 13 reprises seulement. Plus significatif encore, seuls les objectifs de 18 échanges ne sont pas identifiables. Les autres types d’informations sont plus irrégulièrement présents, mais l’identification des informations essentielles à la compréhension des contacts diplomatiques dans la quasi-totalité des échanges, autorise, nous semble-t-il, une tentative d’analyse de l’activité diplomatique de Rome.

Notes

1 F. Adcock et D.J. Mosley, Diplomacy in Ancient Greece, Londres, 1975 et, récemment L. Piccirilli, L’invenzione della diplomatia nella Grecia antica, Rome, 2002.

2 A. Thurm, De Romanorum legatis republicae temporibus ad externas nationes missis, diss. Liepzig, 1883. Th. Bötten-Wobst, De Legationibus, Leipzig, 1876. P. Knibbe, Die römischen Gesandtshaften nach den Osten in der Zeit von 230-129 v. Chr., thèse dactylographiée, Vienne, 1958.

3 E. Krug, Die Senatsboten der römischen Republik, Breslau, 1916. B. Schleussner, Die Legaten der römischen Republik, Decem legati und ständige Hilfsgesandte, Munich, 1978.

4 B.E Thomasson, Legatus, Beiträge zur Römischen Verwaltungsgeschichte, Stockholm, 1991. F. Canali de Rossi, Le ambascerie dal mondo greco e Roma in età republicana, Rome, 1997.

5 Droit public…, notamment dans le tome iv, les légats du Sénat (p. 394-424) et le tome vii, les relations étrangères du Sénat (p. 365-394).

6 C. Phillipson, The International Law and Custom of Ancient Greece and Rome, 2 vol., Londres, 1911. P. Willems, Le Sénat de la République romaine, 2 vol., Louvain, 1878-1885.

7 P. Catalano, Linee del sistema sovranazionale romano, 1, Turin, 1974.

8 F. De Martino, Storia della costituzione romana, 6 vol., 2e édition, Naples, 1972-1975.

9 T.R.S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, New York, 1952 (1968), 2 vol. et suppléments. 10.

10 J.W. Rich, Declaring War in the Roman Republic in the period of Transmarine Expansion, Latomus, 149, Bruxelles, 1976. M.R. Cimma, Reges socii et amici populi romani, Milan, 1976. G. Brizzi, I sistemi informativi dei Romani, principi e realtà nell’età delle conquiste oltremare (218-168 a.C.), Historia, 39, Wiesbaden, 1982.

11 P. Boyancé, Fides et la vie internationale, Etudes sur la religion romaine, p.105-119. A. Piganiol, Venire in fidem, Scripta varia, ii, p. 192-199. G. Freyburger, Fides, étude sémantique et religieuse depuis les origines jusqu’à l’époque augustéenne, Paris, 1986. E.S. Gruen, Greek pistis and Roman fides, Athenaeum, 70, 1982, p. 50-68.

12 B. Paradisi, Deditio in fidem, Studi in onore di A. Solmi, i, Milan, 1941, p. 285-300.

13 Voir la bibliographie p. 315.

14 Les statistiques évoquées dans ce paragraphe ont été obtenues à partir de l’exploitation des données informatisées (voir le chapitre suivant).

15 Les références aux Actes triomphaux ne figurent donc pas comme sources. Voir notre ouvrage, Victoires et triomphes, PUFC, 2001.

16 Grueber, CRRBM, 2, 252. AD 3076.

17 Il les appelle : « les prétendues relations » avec (successivement) l’Asie, l’Égypte, la Grèce… (Rome, la Grèce… p. 1-96).

18 Ainsi le meurtre de deux Romains par la reine d’Illyrie en 230 est repris par huit auteurs (AD 3078).

19 Neuf auteurs différents tentent de justifier la décision sénatoriale (AD 2082C2).

20 AD 4322D2. Polybe (29, 27, 1-13) évoque la rudesse et l’arrogance extrême de C. Popillius, Plutarque (Mor. Apopht., 202f) son esprit hautain.

21 Cic., Phil., 8, 23.

22 AD 3057.

23 G. Dumézil évoque un « véritable roman » autour du transfert de la Grande Mère de Pessinonte à Rome (La religion romaine archaïque, p. 467-472). AD 3194D2.

24 M.-P. Arnaud-Lindet, Histoire et politique à Rome, Paris, 2001, p. 22.

25 Voir p. 110-114 du premier volume de notre thèse et le document x dans le fascicule des documents.

26 Voir en dernier lieu, l’édition de Denys sous la direction de S. Pittia, Rome et la conquête de l’Italie, Paris, 2002.

27 Essentiellement, c’est-à-dire pour plus de 80 % des échanges dont il témoigne.

28 Tite-Live est ainsi la source quasi exclusive de l’histoire diplomatique du ive siècle, présent dans 141 des 156 ambassades connues.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search