Version classiqueVersion mobile

La Chine et ses migrants

 | 
Chloé Froissart

Quatrième partie. L'intégration des migrants en ville : le maintien des caractéristiques fondamentales de l'appartenance sociale

10. La mobilisation pour le droit à l’éducation : repousser les limites de l’intégration

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans la mesure où il représente le seul espoir de permettre à leurs enfants d’accéder à un avenir meilleur que le leur, le droit à l’éducation est l’enjeu qui mobilise le plus les migrants et l’élite intellectuelle, qui en a fait le symbole de l’inégalité de traitement entre citoyens. Mais c’est aussi un enjeu envers lequel l’État chinois est plus particulièrement réceptif. Premièrement parce que l’éducation est un facteur déterminant pour le développement du pays, et que les entreprises chinoises ont de plus en plus besoin d’une main-d’œuvre formée et éduquée. Deuxièmement, elle est un élément essentiel du maintien de la stabilité sociale ; journalistes et spécialistes le répètent à l’envi : l’absence de scolarisation fait le lit de la criminalité et de la délinquance. Troisièmement, le marché a permis la création d’un espace autonome face à l’État et des écoles privées ont vu le jour pour répondre au besoin de scolarisation des enfants de travailleurs migrants. Une concurrence s’e...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search