Version classiqueVersion mobile

La Chine et ses migrants

 | 
Chloé Froissart

Deuxième partie. La réintroduction du marché et l'apparition d'une nouvelle catégorie sociale : les travailleurs migrants

5. Les mingong : des étrangers dans leur propre pays

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les discours sur les travailleurs venus de la campagne, et la terminologie autour desquels ils s’organisent, sont dominés par la perspective de l’État et des municipalités et s’enracinent directement dans la dichotomie opérée entre les villes et les campagnes par le système du hukou. Le terme de « mingong », le plus communément utilisé dans la langue courante pour désigner les migrants d’origine rurale, est une contraction de « nongmin » (paysan) et de « gongren » (ouvrier), explicitant d’emblée que ces travailleurs restent des paysans de statut et des étrangers à la société urbaine, quand bien même ils occupent des emplois d’ouvriers dans les villes de leur propre pays. La langue courante reflète ainsi le cadre institutionnel dans lequel prennent place les migrations en Chine, les textes administratifs concernant les « travailleurs venus de l’extérieur » (wailai wugong renyuan) établissant un régime de gestion de ces travailleurs chinois comparable à bien des égards à celui des tra...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search