Version classiqueVersion mobile

La Chine et ses migrants

 | 
Chloé Froissart

Première partie. La citoyenneté sous le régime maoïste : une image inversée de la citoyenneté en Occident

1. Le concept de citoyenneté : de son élaboration en Occident à ses réinterprétations en Chine

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le concept de citoyenneté appartient à la modernité occidentale, mais il s’est propagé dans d’autres pays suite à leur confrontation avec l’Occident et a en particulier été repris par la Chine dès le tournant du XXe siècle où il s’est enrichi d’interprétations diverses jusqu’à nos jours, et s’est incarné dans deux régimes différents : la République (1912-1949) puis la République Populaire de Chine à partir de 1949. Ce chapitre se veut avant tout un travail de définition qui nous conduira de la construction du concept moderne de citoyenneté en Occident, à son transfert et sa réélaboration en Chine. Celle-ci s’opère en trois temps et s’articule autour d’une coupure ontologique : à la citoyenneté classique que tente de mettre en pratique la République de Chine et qu’approfondit sur le plan de la réflexion le mouvement des Lumières chinoises jusque dans les années 1930, succède et s’oppose une citoyenneté réinterprétée par le double prisme du marxisme-léninisme et de la pensée Mao Zedon...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search