Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La figure du sauveteur

 | 
Frédéric Caille

Chapitre II. Des vertueux à tout prix : les métamorphoses de la « morale en action »

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Les prix de vertu de l’Académie française ont été sur plus d’un siècle, avec l’ordre de la Légion d’honneur, le principal référent du réseau des promoteurs de l’excellence civique du citoyen secoureur. Ces récompenses, connues de chacun mais peu flattées par les contemporains, parfois raillées, souvent délibérément ignorées, sont presque totalement oubliées de l’historiographie récente. Elles constituent pourtant le modèle de nombreux dispositifs, et s’imposent comme une institution clef de l’histoire culturelle du civisme hexagonal des deux derniers siècles.

  • 1 Bonnet J.-C., Naissance du Panthéon. Essai sur le culte des grands hommes, Paris, Fayard, 1998.

2Les prix de vertu sont à la fois un pivot et une passerelle de l’imaginaire social et politique du dévouement. Ils démocratisent en effet les trois principaux mécanismes propres au très français « culte des grands hommes », bien analysé par Jean-Claude Bonnet : la promotion du mérite indépendamment des caractéristiques de naissance, la validation de ce mérite confiée aux hommes de lettres, la préoccupation de l’exactitude biographique associée au recueil de vies exemplaires1. Les prix de vertu inventent un « panthéon du peuple », de discours et de papier, en parallèle à celui de pierre qu’inaugure la France révolutionnaire dès 1791.

  • 2 Voir notamment : Ozouf M., « Le Panthéon », dans Nora P. (dir.), Les lieux de mémoire : la Républi (...)

3Le contraste du destin des deux initiatives doit être souligné. Alors que les controverses politiques réduisent au demi-oubli la crypte de ce qui devient la basilique de Sainte Geneviève, en 1825, le palmarès annuel des humbles vertueux, envoyé dès la Monarchie de Juillet à l’ensemble des sous-préfets de France, est inlassablement repris et copié dans la presse et la littérature pédagogique ou édifiante jusqu’à la Troisième République. Le projet du tombeau des grands hommes, plusieurs travaux récents l’ont bien montré, divise, et paraît longtemps indissociable des errances de la période révolutionnaire, jusqu’au « réveil » de 1885 que marque l’entrée dans l’immortalité posthume de Victor Hugo2. Au-delà de ses contradictions, le Panthéon de pierre ne représente néanmoins au final qu’une relecture symbolique très générale de l’histoire du pays, et de ce qui fonde la gloire d’une nation. Les prix de vertu, soutenus par le succès des imprimés de « morale en action » ou « par l’exemple », puis par le volontarisme administratif et l’engouement des donateurs, touchent pour leur part au plus près des fondements de la modernité politique. Le « panthéon du peuple », saisi dans ses interrelations avec les autres dispositifs de promotion de l’excellence civique – décorations, annales de la vertu, associations –, témoigne des réaménagements d’une perspective de gouvernement des masses : la moralisation civique individuelle des couches les plus nombreuses. Les prix de vertu constituent à ce titre l’un des éléments centraux, non seulement de la popularisation de la figure du citoyen secoureur, mais plus largement de l’enracinement progressif du référent méritocratique dans la société française.

4Les cheminements de la pénalité, de la punition et de la faute, a suggéré Michel Foucault, demeurent inaccessibles à la compréhension indépendamment de ceux des techniques de description et de discipline des corps et des individus, de renfermement des illégalismes et de réforme des volontés ; ceux de la reconnaissance collective, de la récompense et de l’excellence civique, à leur échelle, échappent probablement autant à l’interprétation indépendamment du renouvellement des formes de bienfaisance méritocratique, de typification pédagogique du culte des grands hommes, et de mémorisation des exemples de comportements remarquables.

La pédagogie du mérite civique par la grandeur morale des petits : origine, développement et influence des prix de vertu de l’Académie française

5Le type de récompense qu’inventent les prix de vertu de l’Académie française, une somme d’argent importante attribuée pour le comportement moralement admirable d’un Français pauvre, s’est très tôt trouvé l’objet d’appréciations contrastées. Dès leur création en 1782, puis à compter de leur rétablissement en 1817, après l’interruption révolutionnaire, les avis se partagent sur l’opportunité et l’intérêt de la démarche.

  • 3 Article « Montyon » dans : Buisson F. (dir.), Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, (...)

6« On a tour à tour loué et blâmé l’idée de ce philanthrope » qui « s’est créé une célébrité par la fondation des prix de vertu », note ainsi le Dictionnaire pédagogique dirigé par Ferdinand Buisson en 1882. La courte notice, au titre du fondateur Auget de Montyon. s’abrite pour le reste, afin d’ » entrer dans les sentiments de l’époque où les prix de vertu furent institués », derrière de larges extraits du discours de remise des prix de M.de Salvandy en 1854 : « Cette création causa une satisfaction universelle. On crut à une innovation immense. On prophétisa hautement la prochaine abolition des lois répressives. On vit le terrible besoin de punir remplacé par le soin facile de récompenser3. »

  • 4 Durkheim É., L’Éducation Morale, Paris, PUF, 1963 (1re édition 1925), pp. 171-172. Il s’agit de la (...)

7Vingt ans plus tard, discutant les affirmations d’un pédagogue qui regrette la disproportion de la punition et de la récompense dans le système éducatif – « tandis que la première embrasse toutes les fautes que l’enfant peut commettre, la seconde est loin de s’étendre à tout ce qu’il peut faire de louable ou de bien » –, Émile Durkheim constate quant à lui : « L’idée du prix de vertu nous fera toujours sourire, non par pur misonéisme, mais parce que les deux notions ainsi accouplées jurent d’être ensemble. Il nous répugne de voir le mérite moral récompensé de la même manière que le talent. Il y a là une contradiction qui ne nous choque pas sans raison : la vraie récompense de la vertu se trouve dans l’état de contentement intérieur, dans le sentiment de l’estime et de la sympathie qu’elle nous acquiert, et dans le réconfort qu’il en résulte4. »

  • 5 Ibid., pp. 206-210.

8L’attitude des maîtres à penser de l’école de la République a sans doute brouillé d’une étrange myopie et de divers paradoxes le regard historien sur la portée sociale et politique de l’initiative d’Auget de Montyon. Myopie : de 1878 à 1902, pas moins d’une trentaine de fondations sont créées à l’Académie française, succès sans précédent d’un mode de promotion sélective du mérite moral, à coup sûr peu suspect d’une radicalité novatrice totalement inédite. Paradoxes : indiquant les moyens par lesquels le maître peut contribuer à l’émergence d’une véritable « vie collective de la classe », Émile Durkheim en espère des conséquences très similaires à ceux qu’ambitionnent, sur une plus vaste échelle, les partisans des prix de vertu : « Ici, c’est une émotion commune qui a saisi toute la classe à la lecture d’un récit touchant ; ailleurs, c’est un jugement rendu à propos d’un personnage ou d’un jour historique dont on a discuté ensemble la valeur morale, la portée sociale ; ou bien c’est un mouvement, soit d’estime, soit de blâme, qu’a pu susciter un des mille événements de la vie commune, faute commise ou acte méritoire. […] Il serait utile que chaque classe gardât quelque souvenir des générations antérieures : les cahiers d’honneur, où auraient été réunis les meilleurs devoirs faits par des élèves d’autrefois, seraient un moyen de rattacher le présent au passé. On pourrait également consigner tous les incidents qui ont marqué, dans les années précédentes, la vie de la classe, les bonnes actions, les récompenses extraordinaires, les fêtes exceptionnelles, etc. En un mot il faudrait que chaque classe eût son histoire qui lui apprendrait qu’elle a un passé et le lui ferait connaître5. »

  • 6 En dehors de mentions épisodiques nombreuses, cette institution n’a jamais fait l’objet d’une étud (...)

9Critique paradoxale ou renvoi aux utopies de Lumières, ces jugements précisent les conditions du présent travail. Les prix de vertu, de même que les distinctions honorifiques, sont un objet historique massif et dérangeant, un entrelacs complexe de sensibilités communes et d’indifférence savante. Cantonnée aux marges de l’institution scolaire, la promotion et la récompense de la vertu modeste, au mieux réduite à la rhétorique libérale et philanthropique de la monarchie de Juillet, est restée jusqu’à nous oubliée de l’histoire sociale et culturelle6.

Des statues contre les échafauds : l’excellence civique comme utopie politique des Lumières

  • 7 Béranger L.-P., Le peuple instruit par ses propres vertus ou cours complet d’anecdotes et d’instru (...)

10Les phrases que le père Béranger place en apologue du Peuple instruit par ses propres vertus sont l’expression de l’émergence, au cours de la seconde moitié du xviiie siècle, d’une perspective socio-politique cohérente en matière de récompenses et d’honneurs civiques : « Le moyen de multiplier les belles actions est de les publier. Le premier secret de la bonne politique, comme de la saine philosophie, est de faire concourir l’amour-propre au bien de l’humanité. Avec des statues et des échafauds, on peut tout faire. Je me plais même à croire que dans l’État où les statues ne seront ni avilies par leurs modèles, ni refusées à ceux qui en sont dignes, les échafauds deviendront superflus7. »

  • 8 Sur ce point et les éléments de l’ensemble de ce paragraphe on renverra surtout à l’ouvrage très c (...)
  • 9 Pour Anthony Shaftesbury, « il n’y a point d’horreurs, point d’abominations, qui ne puissent être (...)

11La perspective se réclame de trois piliers : publiciser pour les multiplier les actes méritoires, gouverner l’estime de soi individuelle, balancer la menace de la sanction par l’espoir de la reconnaissance. Esquissée dans la pensée européenne du siècle précédent, notamment par Hobbes, Spinoza ou l’anglais Richard Cumberland – le premier à employer le terme de « remunatory sanction » (1672) –, cette thématique des récompenses et de leurs usages de gouvernement, à la fois philosophique, éducative et juridique, et qui vise à en revaloriser l’importance en regard des peines, Alexandra Facci l’a bien montré, devient récurrente dans la France des Lumières8. Alors que Montesquieu envisage surtout dans L’esprit des lois (1748), sur l’exemple de la Perse ancienne et de la Chine, l’utilisation des récompenses comme mode législatif d’encouragement à certaines activités économiques ou sociales, Denis Diderot, par la traduction commentée de l’Essai sur le mérite et la vertu d’Antony Shaftesbury (1745) et l’article « Récompense » de l’Encyclopédie (1751-1780), Louis de Joncourt par l’article « Sanction » du même ouvrage, l’avocat napolitain Hyacinthe Dragonetti dans son Traité des vertus et des récompenses (1767), et plus encore Claude-Adrien Helvétius dans De l’homme, de ses facultés intellectuels et de son éducation (1774), Jean-Jacques Rousseau dans ses Considérations sur le gouvernement de Pologne (1782), ou Jeremy Bentham dans sa Théorie des peines et des récompenses (rédigée vers 1790), parmi beaucoup d’autres, s’accordent sur une conception plus ambitieuse, qui reconnaît aux récompenses une faculté décisive d’orientation des comportements et des conduites, et pour certains dépassant même la crainte de la punition9. De ce vaste débat aux ramifications complexes – l’acte motivé par la récompense est-il ou non moralement méritoire ? La récompense peut-elle être matérielle ou pécuniaire ou doit-elle rester strictement honorifique ? La récompense vaut-elle d’abord pour la collectivité par l’exemple qu’elle met en lumière ou doit-elle « rétribuer » en justice un apport au bien commun ? Un système légal et organisé de récompenses peut-il augurer d’un adoucissement, sinon même d’une totale disparition, de celui des peines, ou de la relativisation du règne corrupteur de l’argent et de l’appétit des intérêts matériels (ce que défendent Helvétius et Rousseau) ? – émerge une conviction politique optimiste, bien au-delà de Rousseau, mais plus encore sans doute sous son influence : l’ambition de promouvoir le respect et la dignité comme ressorts secrets de la bienfaisance et de l’harmonie humaine, à l’ombre de modèles incontestés.

Naissance des prix et parole académique

  • 10 Sur la polémique ouverte par l’académicien Charles Perrault et ses Hommes illustres, « étape décis (...)

12C’est de cette pensée politique que participe la fondation à l’Académie française en 1782, anonyme, d’un prix destiné à récompenser un acte de vertu d’un Français pauvre, fondation renforcée dès 1786 d’une donation supplémentaire de la Société du Salon. Le créateur, dont seule la révélation du testament d’Auget de Montyon en 1821 permettra de dévoiler l’identité, ne fournit aucune explication ni précision. Le choix de la procédure de recueil des candidatures, celui des critères de récompense, sont laissés à la discrétion de l’Académie, laquelle s’impose, depuis 1750 et non sans polémiques, comme le laboratoire d’une « éloquence civique, à parfum de fronde », expérimentant sans relâche « un nouveau récit édifiant adressé à une communauté qui, au-delà de la République des Lettres, est celle des citoyens 10 ».

  • 11 Roche D., Les républicains des lettres. Gens de culture et Lumières au xviiie siècle, Paris, Fayar (...)
  • 12 Malesherbes, Mémoires sur la librairie. Mémoire sur la liberté de la presse, Paris, Imprimerie Nat (...)
  • 13 Ibid., pp. 32-33. Sur la notion de « public », et son rôle dans la constitution d’une perspective (...)

13La fondation anonyme de 1782 ne fait, d’une certaine manière, qu’étendre un peu plus loin la portée sociale et politique des réformes que connaît la parole académique. La refonte officielle en 1759 du programme des prix d’éloquence et de poésie, et la sécularisation des critères de mérite permettant l’identification des hommes célèbres de la nation dont elle s’accompagne, marquent symboliquement le préalable sur lequel vient s’inscrire l’initiative de Montyon. Pour l’essentiel en effet, les idées fondatrices de la récompense de la vertu modeste se trouvent alors établies : celle d’une « taxinomie de conduites exemplaires où tout est rapportée à une action moralisée 11 », celle de la soumission au tribunal de l’opinion, « tribunal indépendant de toutes les puissances et que toutes les puissances respectent, qui apprécie tous les talents, qui prononce sur tous les gens de mérite 12 ». Malesherbes, lors de son discours d’entrée sous la Coupole en 1775, résume les nouveaux enjeux de l’institution académique : « Et dans un siècle éclairé, où chaque citoyen peut parler à la Nation entière par la voie de l’impression, ceux qui ont le talent d’instruire les hommes et le don de les émouvoir, les Gens de Lettres en un mot, sont au milieu du Public dispersé ce qu’étaient les Orateurs de Rome et d’Athènes au milieu du public assemblé. Cette vérité que j’expose dans l’Assemblée des Gens de Lettres, a déjà été présentée à des Magistrats, et aucun n’a refusé de reconnaître ce Tribunal du Public comme le Juge souverain de tous les Juges de la Terre13. »

  • 14 Sur la participation des imprimés et gens de lettres à la constitution de « l’espace public », tel (...)
  • 15 Sur ce point voir les développements de Fumaroli M. : « La Coupole », op. cit.

14Rarement soulignée, l’innovation première et radicale de l’étrange fondation de 1782 est sans nul doute de se saisir directement de cette portée nouvelle de la parole académique, qui doit moins à la volonté d’une hiérarchie des gloires nationales et de l’immortalité littéraire, qu’à celle d’une sphère autonome de la parole publique14. L’Académie française, fondation royale établie en 1635, corps de l’État à part entière15, est plus et mieux qu’un « tribunal » des mérites ou de la vertu, dont elle ne se veut que la chambre de résonance (les orateurs des prix du siècle suivant n’auront de cesse de le répéter). Elle constitue, d’abord, une tribune politique incomparable. La « République des lettres », l’historiographie récente l’a abondamment soulignée, expérimente les contours d’un nouvel espace public, où les champions de la vertu modeste seront arrachés à leur invisibilité, sans pour autant cesser, à de rares exceptions, de demeurer anonymes.

  • 16 Sur les effets de catégorisation que crée la « mise en liste » voir notamment : Goody J., La raiso (...)

15La ruse de la raison honorifique qui fonde l’originalité des prix de vertu tient pour l’essentiel dans un nœud de paradoxes : reconnaître au risque de rabaisser ; offrir une tribune de compensation aux obscurs des dévouements familiers tout en cherchant le type social dans l’individu ; célébrer le bien par l’inlassable taxinomie d’actes de dévouement convenus, tout en rassemblant des isolats de comportements que l’effet de liste et de palmarès rend soudain contigus, coextensifs, et qui dessinent en creux l’espace de promotion civique d’une société d’égalité des conditions 16 ; enfin, plus largement, travailler à l’agrégation d’une diversité de formes – dévouement civique, filial ou professionnel, générosité matérielle, don de soi – en un même ensemble d’agissements méritoires. « Dès la fin du siècle dernier l’élite de la société éclairée », relève le secrétaire de l’Académie lors de la cérémonie de reprise des attributions le 21 août 1819, « couvrait de ses applaudissements une marchande mercière de Paris qui avait brisé les fers d’un prisonnier de la Bastille ; un artisan pauvre qui avait refusé un legs dont le paiement aurait appauvri la famille du testateur ; des personnes courageuses qui, au péril de leur vie, avaient secouru des naufragés ; des domestiques fidèles ennoblissant leur état en devenant les soutiens de leurs anciens maîtres tombés dans l’indigence ; une servante qui s’était signalée par son dévouement au milieu du pillage de la manufacture de M. Révillon ; une fille qui avait renoncé à sa liberté pour s’enfermer pendant dix-huit ans auprès de sa mère ».

16Le succès et la portée dans l’imaginaire civique du xixe siècle des prix de vertu demeurent inaperçus, ou mystérieux, si l’on omet de les rapporter à cet ensemble de potentialités directement politiques. La fondation anonyme ne réalise qu’un déplacement limité, à la fois dans la nature des bénéficiaires et dans ce qui justifie d’être soumis au tribunal de l’opinion, déplacement auquel les prix de vertu ne sont pas seuls à participer. Mais néanmoins, de par leur nature académique, ces récompenses démultiplient considérablement la portée du double enjeu, tant des usages sociaux de l’excellence civique, que de la fonction que doivent occuper les élites éclairées dans son identification et sa préservation. Rien ne le montre mieux que le fait que l’étrange fondation, au terme de moins d’une décennie d’existence, soit largement convoquée sous la Révolution au procès de l’Académie elle-même.

Les prix de vertu juges de l’académie

  • 17 Chamfort S.-R.-N., Des Académies, ouvrage que M. Mirabeau devait lire à l’Assemblée Nationale sous (...)

17Du côté de l’accusation, Sébastien Roch Nicolas, dit Chamfort, conclut sans détours dans son Rapport sur les académies, destiné à être lu par Mirabeau à l’Assemblée en 1791, à l’abolition de ces « sociétés partielles », qui convenaient à un temps où la protection des lettres tenait à l’appartenance à un corps : « là où l’on n’a pas de concitoyens, il faut bien avoir des confrères », « là où la force publique n’était souvent qu’une violence légale, il convenait de se mettre en place pour la repousser 17 ».

  • 18 Chamfort y consacre 15 % de son texte et Morellet, dans une réponse presque trois fois plus longue (...)

18Chamfort ne trouve rien qui puisse parler en faveur du maintien d’une corporation indépendante : ni les encouragements et traitements divers aux hommes de lettres, dont le décret mis au point par Mirabeau envisagera cependant la conservation, ni bien entendu le rituel de l’éloge, « sur ce point, les amis, les ennemis de ce corps parlent absolument le même langage […], un homme loué, en sa présence, par un autre homme qu’il vient de louer lui-même, en présence du public qui s’amuse de tous les deux ». L’éloge civique, sous le règne de l’arbitraire, pouvait se faire le lit de la subversion ; il n’est plus désormais qu’un ridicule. Au crédit de l’activité académique, Chamfort ne voit utile de ne discuter qu’ » un autre prix plus respectable […], prix dont la conservation paraît d’abord recommandée par sa dénomination même, la plus auguste de toutes les dénominations, le prix de la vertu ». Le long réquisitoire qu’engage l’académicien révolutionnaire 18 fixe alors, avec une éloquence que saluera son contradicteur, et pour le siècle à venir, les réserves les plus couramment avancées à l’encontre des récompenses de la vertu modeste.

19La première pointe le mépris de classe que manifeste l’octroi d’une somme d’argent pour des comportements moralement méritoires. Soumis à l’implacable dictat de l’indigence matérielle, le pauvre, s’émeut Chamfort, se voit même refuser l’accès à la dignité d’une « conscience opulente et solvable ». Le citoyen secoureur, révélatrice anticipation, en est le premier symbole : « Eh ! n’avez-vous pas vu, dans ces désastres qui provoquent le secours général, n’avez-vous pas vu quelqu’un de ces pauvres, lorsqu’au risque de ses jours, et par un grand acte de courage, il a sauvé l’un de ses semblables, je veux dire le riche, l’opulent, l’heureux (car il les prend pour ses semblables, dès qu’il faut les secourir), lorsqu’après le péril, et dans le reste des effusions de sa reconnaissance, le riche sauvé présente de l’or à son bienfaiteur, à cet indigent, à cet homme dénué, regardez celui-ci : comme il s’indigne ! il recule, il s’étonne, il rougit… une heure auparavant il eût mendié. D’où lui vient ce noble mouvement ? C’est que vous profanez son bienfait, ingrat que vous êtes ! Vous corrompez votre reconnaissance : il a fait du bien, il vient de s’enrichir ; et vous le traitez en pauvre ! Au plaisir céleste d’avoir satisfait le plus beau besoin de son âme, vous substituez la pensée d’un soin matériel ; vous le ramenez du ciel où il est quelque chose, sur la terre où il n’est rien. O nature humaine ! Voilà comment on t’honore ! Quand la vertu t’élève à la plus grande hauteur, c’est de l’or qu’on vient t’offrir, c’est l’aumône qu’on te présente ! »

20Plus que nulle autre forme de dévouement, sans doute Chamfort le pressent-il, l’acte de secours courageux annule et renverse la réalité des déterminations sociales. Il rend à chacun, par l’excellence civique, l’universalité de l’appartenance humaine.

  • 19 Il s’agit de la scène du comice agricole dans : Flaubert G., Madame Bovary, 1re édition 1856, chap (...)

21Si le dévouement ne peut ni ne doit se payer, à plus forte raison au plus modeste, il ne gagne rien par ailleurs à « cette pompe puérile » dont s’accompagne la remise des récompenses. Seconde et tout aussi décisive critique, les prix de vertu humilient par la publicité qu’ils déploient. « Il est vrai que le récit détaillé de l’acte généreux que l’on couronne, excite des applaudissemens, des battemens de mains… J’ignore si j’ai mal vu ; mais secrètement blessé de toutes ces inconvenances, et observant les traits et le maintien de la personne ainsi couronnée, j’ai cru y voir, d’autres l’ont vu comme moi, l’impression marquée d’une secrète et involontaire tristesse, non l’embarras de la modestie, mais la gêne du déplacement. O vous, qu’on amenait ainsi sur la scène, âme nobles et honnêtes, mais simples et ignorantes, savez-vous d’où vient ce mal-être intérieur qui affecte même votre maintien ? C’est que vous portez le poids d’un grand contraste, celui de la vertu et du regard des hommes. » La volonté d’honorer le mérite modeste, insurmontable fatalité des conditions subordonnées, est condamnée à dégrader au plus intime de la perception de soi le pauvre, qui se trouve tout « étonné d’occuper un moment ceux qu’il croit plus grands que lui ». Le débat reste indissociable de l’évaluation de la récompense des mérites des plus humbles et de l’institution académique qui durablement la symbolise. Après Chamfort, Flaubert verra lui aussi « une petite vieille femme de maintien craintif, et qui paraissait se ratatiner dans ses pauvres vêtements » se tenir devant un parterre de « bourgeois épanouis » ; et « ce demi-siècle de servitude » demeurer « tout immobile, ne sachant s’il fallait s’avancer ou s’enfuir, ni pourquoi la foule la poussait et pourquoi les examinateurs lui souriaient 19 ».

  • 20 Morellet Abbé, De l’Académie française, ou réponse à l’Écrit de M. de Chamfort, de l’Académie fran (...)
  • 21 Ibid., p. 62-63.

22L’académicien Morellet, qui prend quelques mois plus tard le contre-pied du long réquisitoire anti-académique révolutionnaire, repart de la perception subjective de l’indigence couronnée20. Il oppose pour sa part, à « cette secrète et involontaire tristesse, ce mal-être intérieur qu’a pénétré M. de Chamfort », « le témoignage de cinq cents personnes qui assistent chaque année à la distribution du prix » : « Qu’elles disent si elles ont vu dans les traits et le maintien du jeune garçon qui avait sauvé deux de ses camarades se noyant dans la pièce des Suisses, et dans celui de la fille domestique de M. Reveillon, demeurant intrépide au milieu des voleurs et des incendiaires qui pillaient la maison de son maître, et s’efforçant, au péril de sa vie, d’arrêter leur fureur ; […] qu’elles disent si elles n’ont point vu au contraire sur tous leurs traits ce sentiment du bonheur que leur faisait éprouver non la récompense qu’on leur présentait, mais les témoignages touchans de l’estime, de la bienveillance, de l’admiration publique ; qu’elles disent si elles n’ont pas vu constamment à cet intéressant spectacle, tous les yeux se mouiller de larmes et tous les cœurs partager une même impression de bonheur et de plaisir21. »

  • 22 Morellet, op. cit., p. 57 (pages suivantes pour les autres citations).

23La défense de l’abbé Morellet, renversement terme à terme des effets d’un spectacle qui, loin de dégrader l’action généreuse, en démultiplie les effets en la faisant partager à chacun, ouvre à son tour une ligne constante du débat sur les usages sociaux des belles actions et de la récompense de leurs auteurs : l’inlassable plaidoyer de la catharsis émotive. Pour Morellet, lequel touche par là sans doute au véritable dessein de l’anonyme auteur de la fondation de 1782, « l’hommage de l’opinion publique » à l’excellence civique n’emporte en lui-même nulle dégradation. S’il est légitime de supposer qu’ » un autre tribunal ou assemblée eût le droit de placer sur la tête de l’homme riche, signalé par quelque acte éclatant de vertu, une couronne purement honorable », il ne l’est pas moins de remarquer que « les actions vertueuses des hommes placés dans les premières classes de la société, ont un théâtre assez vaste dans cette partie même de la société, au milieu de laquelle ils vivent, et qui dispense la gloire et l’honneur, tandis que l’action généreuse du citoyen obscur et pauvre, concentrée dans un cercle étroit, demeurait non-seulement sans récompense, mais sans éclat 22 ».

24C’est parce qu’elle reste presque toujours ignorée, les académiciens du xixe siècle n’auront de cesse de le répéter, que la vertu des pauvres doit être prioritairement récompensée. Ce n’est pas que l’appartenance à une condition obscure rende plus ou autrement méritant, mais simplement que l’on ne peut s’y faire l’interprète de son propre mérite. Ce n’est pas d’ailleurs non plus, Morellet ne s’en trouve pas plus embarrassé, que l’on ne puisse y faire preuve de « l’élévation d’âme » qui porte à l’acte totalement désintéressé, mais simplement que la reconnaissance, comme aux « plus beaux temps des républiques grecques et romaines », où « les actes du patriotisme le plus héroïque ont été récompensés par de l’argent et par des terres qui équivalaient à de l’argent », doit savoir prendre « l’homme dans son état habituel, et non dans ces moments d’exaltation où l’esprit n’a pas toute sa droiture, ni le jugement toute sa sûreté ». En d’autres termes, la main secourable repoussant la bourse qu’on lui tend n’est que l’état transitoire d’une générosité qui, certes, ne se vend ni ne calcule, mais qui peut aussi « recevoir avec dignité » le présent que le plus aisé lui propose. « Il ne lui ôte point la richesse morale de sa bonne action, mais il prétend y joindre une richesse moins précieuse sans doute, mais qui a aussi son utilité. Voilà ce que montre clairement la raison et ce que verra tout esprit droit, qui ne sera pas conduit à une fausse morale par une fausse politique. »

25Le débat sur la récompense académique de l’excellence civique modeste – humiliation ultime ou forme de récompense adaptée aux réalités des diverses conditions, négation par sa rétribution socialement catégorisée d’une aptitude posée comme universelle ou excès critique de « la morale exagérée » – ne sera jamais repris de manière aussi explicite au lendemain de la réactivation de la fondation par une Académie française elle-aussi réanimée. La vertu ne peut se montrer en spectacle ni se rétribuer, sous peine de tourner en pantomime, de se dévoyer et de s’évanouir, penseront une partie des esprits du siècle, en adoptant une prudente indifférence, ou une franche critique, tant des décorations que des autres dispositifs de valorisation du mérite moral ; « il est aisé d’outrer la morale », répliqueront avec Morellet les partisans des récompenses, « mais il nous faut des vertus à notre taille et non gigantesques, parce qu’on pratique celles-là et qu’on ne peut user de celles-ci ».

26Sur ces bases, le fil de ce qui, bien plus qu’une simple transformation émotive, relève d’un renouveau capital des fonctions sociales de l’exemplarité morale et civique, va se prolonger et s’étendre tout au long du xixe siècle.

Catéchismes laïcs et pédagogie morale sécularisée

  • 23 Bonnet J.-C., « Naissance du Panthéon », Poétique, n° 33, février 1978, p. 47. L’auteur a prolongé (...)

27Pour peu que l’on en suive la généralité et l’esprit des pratiques, dont la fondation de 1782 n’est qu’une expression située, c’est bien aux innombrables dispositifs du « catéchisme laïc 23 » des grands hommes et de leurs mérites, inventé par les élites éclairées du xviiie siècle, que le siècle suivant va prioritairement accorder une part considérable de son énergie et de son attention. Les supports d’une pédagogie morale sécularisée, jusque dans l’Église elle-même, non seulement se transportent presque inchangés d’un siècle à l’autre, mais ils se démultiplient, se banalisent, et atteignent à la pleine massification de leurs moyens des années 1830 à 1914, une fois la parenthèse révolutionnaire refermée, et inlassablement conspuée dans son orgueilleuse et en définitive meurtrière prétention à la parfaite transparence des comportements.

  • 24 François Furet et Jacques Ozouf notent ainsi : « Il y a dans tous ces textes normatifs de l’Église (...)
  • 25 Cité par Groethyusen B., op. cit., p. 205.

28L’effort éthique des couches bourgeoises, dès la fin du xviie siècle, se porte à rebours des mystères d’une religion révélée et des exigences de grandeur stylisée de la morale aristocratique. Son objectif est la conquête d’un « patrimoine moral » séculier et familièrement accessible, appuyé sur « un christianisme socialisé, laïcisé, rétréci au contrôle des mœurs et des comportements 24 ». Dès l’aube des Lumières, notamment avec les pères Jésuites, une nouvelle pastorale le proclame : « Ne pensons pas que pour nous sauver Dieu exige de nous de grandes austérités, ou des choses bien extraordinaires. Chacun de vous, dans l’étendue de son état, peut trouver aisément le salut. Les devoirs qu’il y a à remplir, les obligations dont on doit s’acquitter, suffisent pour vous faire marcher dans la voie des Saints25. » La réorientation est considérable par l’espace d’action qu’elle attribue de fait tant à l’apprentissage qu’à l’accomplissement des préceptes de la morale commune. Elle dessine déjà, en creux, les contours que pourront pleinement investir, dans une société d’égalité juridique des statuts, au nom de la paix et de l’ordre social préservés, ou d’une citoyenneté pleinement assumée, les dispositifs post-révolutionnaires de promotion de l’exemplarité individuelle.

  • 26 Ibid., pp. 205-206.
  • 27 Gerando J. M., baron de, Cours normal des instituteurs ou Directions relatives à l’éducation physi (...)

29Le baron de Gerando reprend ainsi, moins d’un siècle plus tard, l’esprit des prêches qui assurent que « ne rien omettre de petit est quelque chose de plus grand que les plus difficiles entreprises », et que par cet effort « on nous tient quittes et des grandes austérités et des plus héroïques actions 26 ». Dans son célèbre Manuel des instituteurs de 1836, il assure qu’il incombe au pédagogue de peindre « ce courage modeste et simple, ce courage de tous les jours qui s’exerce dans les occasions ordinaires de la vie, par la constance, par la retenue, par la résignation », un courage dont il faut faire éclater aux yeux de la jeunesse « tout ce qu’il a de grand, de noble, de méritoire, d’utile pour celui qui le possède et pour les autres 27 ».

  • 28 Ibid., p. 328.
  • 29 Bien qu’en en soulignant le caractère tendanciel et les paradoxes, les historiens du sentiment rel (...)

30Pour ce penseur protestant de l’action sociale libérale, comme en écho des textes ecclésiaux du siècle précédent, les plus grandes vertus sont désormais susceptibles de se rencontrer sur le chemin des devoirs quotidiens. Ce sont bien dès lors des exemples concrets et contemporains qui doivent guider l’éducation morale, et non ces « récits extraordinaires », qui enflamment vainement l’imagination des enfants, « en leur donnant une exaltation factice, en les préoccupant d’idées romanesques, qu’ils ne seront jamais appelés à appliquer 28 ». Les lauréats de l’excellence civique populaire des prix de vertu s’insèrent dans la continuité de cette évolution. Ils sont moins l’instrument d’une rupture doctrinale que du prolongement d’un processus de sécularisation de la pédagogie civique et de l’évaluation du mérite auxquels participent de multiples dispositifs dès la fin de l’Ancien Régime : Académie française et éloges, institutions religieuses (où l’accentuation d’une pastorale de « l’amour » contre celle de la « crainte de Dieu » ne fait que renforcer la tendance à compter des années 1830)29, mais aussi littérature édifiante et de jeunesse.

  • 30 Bonnet J.-C., Naissance du Panthéon, op. cit., p. 113 et ss.
  • 31 Examen des Vies des Hommes Illustres, thèse de Jules Michelet, dans Plutarque, Vies parallèles i, (...)

31Jean-Claude Bonnet l’a largement souligné, les perspectives présentes tant dans La vie des hommes illustres de Plutarque, que dans Les aventures de Télémaque de Fénelon, sont indissociables de l’enracinement du culte hexagonal des grands hommes. Ces ouvrages, dont les rééditions ne cessent jusqu’aux premières décennies du xxe siècle, fournissent les modèles constants de la sécularisation des biographies édifiantes, et d’une valorisation a-religieuse de l’élévation morale30. Le premier surtout, dont Montaigne soutient la notoriété dès le xvie siècle, définit le cadre d’une esthétique littéraire, picturale et statuaire du fragment et du « moment favorable », celui de l’instant, du « trait » où se révèle une personnalité et un caractère, derrière l’anecdote et le détail. En lui consacrant sa thèse de lettres en 1819, le jeune Jules Michelet confesse encore son admiration pour le procédé : « Ces colosses qui nous effrayaient dans l’histoire, nous les voyons réduits à leurs véritables proportions ; nous reconnaissons des hommes31. » La biographie, conclut-il, est l’instrument du moraliste, parce qu’ » elle tire de la foule les hommes les plus intéressants à étudier ».

  • 32 Béranger L.-P. et Guibaud (le Père) Eustache, La morale en action ou élite des faits mémorables et (...)
  • 33 Manson M., Les livres pour l’enfance et la jeunesse publiés en Français de 1789 à 1799, Paris, I.N (...)

32Ces préalables éclairent le succès des prix établis en 1782, dont la fondation est contemporaine d’une inflexion déterminante du genre biographique et édifiant : la publication en 1783 de l’ouvrage de Laurent-Pierre Béranger et du père Eustache Gibaud, La morale en action ou élite des faits mémorables et d’anecdotes instructives32. Cet ouvrage marque en effet une des étapes les plus significatives du renouveau des usages politiques et sociaux de l’exemplarité de comportement individividuelle. Constamment rééditée – 137 réimpressions de 1810 à 1899 33 –, inlassablement imitée, La morale en action est une longue compilation de vignettes morales d’individualités géniales ou héroïques, mais aussi de gestes et de comportements généreux. Elle doit d’abord son étonnante postérité à la locution générique que son titre popularise, et qui devient au siècle suivant, on y reviendra, indissociable de toutes les initiatives de moralisation par l’exemple.

  • 34 Manson M., ibid. Cette étude, qui porte sur 411 titres et 699 éditions parus de 1789 à 1799 inclus (...)

33L’un des premiers, l’ouvrage rend compte de la convergence structurelle qui associe trois phénomènes : la démocratisation des procédures de récompense – les exemples empruntés aux divers milieux sociaux doivent montrer la nécessité « dans toutes les conditions de connaître à fond ce qui règle nos mœurs, et ce qui nous sert de boussole au milieu des révolutions et des écueils de la vie » ; les modalités de publicisation des comportements exemplaires – les auteurs puisent aux relations des journaux contemporains comme aux récits édifiants les plus traditionnels ; la pédagogie civique enfin – en posant que « c’est un fait que la plupart des livres et histoires ennuient les enfants », l’ouvrage vise à l’élévation morale par le divertissement et participe de l’essor dans les dernières décennies de l’Ancien Régime d’une littérature spécifique destinée à la jeunesse34.

  • 35 « Courage et bienfaisance d’un paysan », ibid., pp. 155-156. Le récit détaille les récompenses (go (...)

34La morale en action, à la fois recueil de biographies exemplaires, compilation de récits édifiants, et manuel d’éducation morale, trace dans l’histoire du renouveau de l’imaginaire civique dont participe la figure du citoyen secoureur une voie très convergente à celle de la récompense académique des pauvres vertueux. Elle propose comme ces derniers, par une intrication renforcée de l’exhortation à la vertu et de son illustration, des figures de référence morale transposées vers des exemples contemporains, tels que, pour le secours dans le péril, « Le généreux villageois », ou « Courage et bienfaisance d’un paysan ». Un parti pris capital la conduit, plusieurs fois réaffirmé : « La grandeur d’âme ne suppose pas nécessairement une haute naissance, les sentimens généreux se trouvent souvent dans les classes les plus basses des citoyens35. »

  • 36 Béranger L.-P., op. cit., Paris, 1787. L’ouvrage a fait l’objet d’une étude détaillée que l’on sui (...)

35La perspective révèle à nouveau combien l’histoire longue de la démocratisation du sentiment méritocratique anticipe sur le moment révolutionnaire, et se poursuit même, on va le voir, selon une trajectoire assez largement autonome. Elle est reprise quatre ans plus tard par le même auteur, de manière plus congruente encore à la fondation anonyme de 1782, avec Le peuple instruit par ses propres vertus ou cours complet d’instructions et d’anecdotes recueillies dans nos meilleurs auteurs, qui paraît en 178736. La perméabilité des frontières de genre que favorise la mise en recueil de l’excellence civique s’y trouve largement confirmée.

  • 37 Tatin J.-J., op. cit., p. 538.
  • 38 Almanach de M. de Montyon pour l’année 182…, contenant le récit des prix de vertu décernés par l’A (...)

36Bien que reprenant la disposition pédagogique de La morale en action, l’ouvrage emprunte en effet également aux mutations qui s’affirment, dans le second versant du siècle, dans le genre populaire de « l’almanach ». Ce genre connaît, « sous une forme spécifique, un développement du culte des hommes illustres », écrivains et hommes de science, négociants, manufacturiers, souvent simples notables locaux destinés au public du lieu d’édition, lesquels sont « présentés comme philanthropes et bienfaiteurs de l’humanité »37. Moins isolés, en somme, que Chamfort n’affecte de le croire, les prix de vertu de l’Académie ne font que prolonger vers le bas de l’échelle sociale une inclination qui traverse l’ensemble de la société des Lumières. Le père Béranger, offrant au public populaire le miroir explicite de l’excellence des gens simples et modestes, en marque un premier point d’aboutissement. Une quarantaine d’année plus tard, c’est d’ailleurs sous la forme d’un almanach que se trouvent massivement diffusés les premiers palmarès des prix de vertu refondés, avant que tous les auteurs postérieurs ne puissent librement puiser aux livrets annuels des méritants académiquement certifiés38.

  • 39 Les chiffres sont tirés du dépouillement de Tatin J.-J. : « Annexes », op. cit., pp. 546-560.

37Au-delà, Le peuple instruit par ses propres vertus définit également les principales catégories dans lesquelles viendront se ranger les lauréats des prix établis en 1782 : probité, charité, dévouement filial et de domestiques à l’égard de leurs maîtres, enfin, pour près d’un tiers des anecdotes évoquées, actes de secours courageux, qui semblent comme préparer la place dans les vertus du peuple d’un « sauveteur » encore innominé. Pas moins de soixante-huit citoyens secoureurs, en outre d’un chien-sauveteur dévoré par le père de l’enfant turc qu’il avait sauvé, sont évoqués dans l’ouvrage, empruntant, selon des proportions variables, à toutes les professions représentées : 100 % des marins, pêcheurs ou bateliers, 50 % des agents publics (collecteurs d’impôts pour l’essentiel), 36 % des manœuvres, ouvriers, artisans, 33 % des journaliers, bergers et paysans, 27 et 23 % des commerçants et militaires, et même 26 % des silhouettes exemplaires sans profession définie39.

  • 40 Ferry J., « Lettre aux instituteurs », 17 novembre 1883, citée dans La République des citoyens, pr (...)
  • 41 Ibid., pour toutes les citations.

38Les recommandations de Jules Ferry dans sa fameuse Lettre aux instituteurs sur l’instruction civique de 1883 – « Peu de formules, peu d’abstractions, beaucoup d’exemples et surtout d’exemples pris sur le vif de la réalité40 » – sont déjà celles qui guident la plume du père Béranger. Il ne faut pas craindre en effet ici d’anachronisme pour, d’un léger recul de la focale du regard historique, embrasser la continuité d’une perspective éducative et politique qui court de l’Ancien Régime au xxe siècle, et dont les prix de vertu, comme les écrits pionniers de Béranger, constituent, jusque dans le vocabulaire du ministre républicain plaidant avec éloquence « la cause de l’école laïque », les incontournables prémices. L’historiographie éducative, trop souvent prisonnière, à rebours des conseils de Ferry lui-même, des mirages d’un « enchaînement rigoureux de doctrines », et parfois d’une volonté militante d’en pointer les césures, s’est assez largement montrée aveugle à cette permanence du projet d’amener par la classe les enfants à « de meilleures habitudes, des manières plus douces et plus respectueuses, plus de droiture, plus d’obéissance, plus de goût pour le travail, plus de soumission au devoir, enfin tous les signes d’une incessante amélioration morale41 ». Si le projet est certes républicain, dans sa prétention de « former ou de réformer une âme libre », ses moyens restent ceux de la pédagogie civique héritée des Lumières. L’interprétation s’efface, écrit Jules Ferry, devant l’illustration réaliste où « le livre n’intervient que pour […] fournir un choix tout fait de bons exemples, de sages maximes et de récits qui mettent la morale en action ».

39L’imaginaire social du citoyen secoureur, portée par la pensée libérale autant que républicaine, conservatrice autant que populaire, chrétienne autant que baignée de réminiscences antiques, demeure mystérieux indépendamment de ce sourd linéament qu’enracine sur un long siècle la pédagogie de la morale par l’exemple, une pédagogie qu’inaugure, renforce, propulse dans une nouvelle et déterminante légitimité la fondation académique de 1782.

Les annales de la vertu ou le rêve du Livre d’or

  • 42 Voir notamment les initiatives contemporaines en faveur de la valorisation du secours courageux de (...)

40La perspective d’un recueil d’exemples de comportement méritoires occupe une place importante dans l’histoire des dispositifs de promotion du civisme populaire, encore balbutiante durant les dernières décennies de l’Ancien Régime, et dont les prix de vertu sont le symbole le plus éclatant et commenté, sinon le seul42. On saisit mal en effet la portée et l’audience dont s’accompagne la recréation de la fondation sous la Restauration, indépendamment de la volonté d’en publiciser largement les lauréats.

  • 43 Almanach de M. de Montyon…, op. cit., 1826, 1827, 1828, 84, 100 et 124 pages. L’aspect « almanach  (...)

41Le libraire parisien Charles Renouard est le premier, dès 1826, à s’engager, au prétexte d’un almanach, dans la reprise de larges extraits des discours académiques de remise des prix et d’un choix de méritants43. À compter de 1833, l’Académie elle-même y découvre l’un des aspects les plus essentiels de sa mission en faveur de la reconnaissance du dévouement des plus modestes :

  • 44 Institut (royal, national ou impérial) de France – Académie française, Prix de vertu, fondé par M. (...)

« Pour répandre les bons exemples, faire connaître les actions vertueuses et encourager à les imiter, l’Académie a arrêté que non-seulement le discours prononcé par son directeur serait imprimé, mais aussi que son secrétaire perpétuel rédigerait un livret contenant les récits des traits de vertu, de dévouement et de bienfaisance qui ont mérité des médailles ; que ce livret serait imprimé à la suite du discours et le tout tiré à 10 000 exemplaires. Il sera envoyé à MM. les préfets, avec invitation de les faire distribuer à MM. les sous-préfets et maires des communes de leur département44. »

  • 45 Voir le chapitre i.

42Les palmarès des prix de vertu relèvent, dès la Monarchie de Juillet, par leur recension systématique et leur diffusion massive et officielle, d’une vaste entreprise de moralisation par l’exemple, à l’échelle nationale. La mutation engagée est, une nouvelle fois, considérable. Alors qu’un demi-siècle plus tôt ces récompenses accompagnaient et renforçaient la reconnaissance d’un mérite moral indépendant des conditions de statut ou de naissance, ils vont désormais fournir le matériau, toujours similaire mais annuellement renouvelé, du genre dont le père Béranger avait le premier deviné l’étonnante modernité. Régulièrement repris jusqu’au début du xxe siècle sous forme de périodiques, de recueils biographiques, de livres de lecture enfantine ou de manuels scolaires, les lauréats de la vertu récompensée à l’académie ne cessent d’alimenter d’innombrables spicilèges du mérite moral et civique, ceux-là mêmes qui se montreront rapidement indissociables de l’imaginaire du citoyen secoureur. L’utopie souterraine du grand « Livre d’or » de la nation vertueuse se met en marche, et elle traversera toutes les initiatives associatives, et même parlementaires45, se réclamant de la figure du secoureur.

L’idéaltype révolutionnaire du recueil officiel

43La locution de « Livre d’or » – métaphoriquement empruntée aux registres nobiliaires des républiques antiques – symbolise au xixe siècle le désir de recueil et de publicisation des exemples d’excellence civique. Cette volonté relève, dans sa forme comme dans ses finalités, d’un véritable « archétype » historique, dont l’occultation au regard historien doit d’abord être attribuée à la nature composite, et aux difficultés de restitution afférentes. Les supports imprimés de promotion du mérite moral présentent en effet deux tendances, de mise en pratique assez contrastée, tendances largement homologues au double basculement, qui caractérise la fondation anonyme de 1782, dans les pratiques de récompense et dans la pédagogie de la morale.

  • 46 Journal Officiel, 31 décembre 1903, p. 7907. Pour la Troisième République, on mesure rapidement l’ (...)
  • 47 Sur les « citations à l’ordre » dans le domaine militaire, et leur continuité actuelle en matière (...)

44D’un côté il s’agit, comme on le fait dans Le moniteur puis le Journal officiel, de marquer symboliquement la récompense des actes de civisme par leur inscription et leur recueil. La perspective vaut, comme les signes d’honneur qui récompensent ces actes, pour sa dimension à la fois distinctive et mémorielle : « Allée (Marcel-Pierre-Marie), sous-brigadier des douanes à Saint-Malo, témoignage officiel de satisfaction : secours porté le 16 novembre 1903 à un marin tombé dans l’avant-port de Saint-Malo, et en danger de se noyer46. » C’est une forme de « citation à l’ordre du jour » civique étendue à la nation tout entière47.

45La notion de « Livre d’or » ne s’y réduit cependant pas tout à fait. Conjointement à la distinction et à l’inscription dans la mémoire nationale des méritants, l’objectif est aussi l’éducation par l’exemple de chacun. De la période révolutionnaire au cœur de la pédagogie républicaine de la fin du siècle, l’idée s’impose que le palmarès de la vertu civique commune est le vrai moyen du renforcement des dispositions aux comportements méritoires.

  • 48 C’est l’appréciation d’une étude intéressante sur ce projet rarement commenté, mais qui, de manièr (...)
  • 49 Sur les contours du discours pédagogique révolutionnaire (entre « instruction » et « éducation »), (...)
  • 50 Guillaume J., Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention nationale, Paris, I (...)

46Chronologiquement, la première expression d’un recueil national des actes de vertu des Français de toutes conditions est celle qui voit le jour au cœur de la période révolutionnaire, « l’une des rares réalisations où la Révolution avait pu mettre ses décisions à la dimension de ses ambitions48 ». Comme dans le cas des livrets des prix de vertu, la perspective se veut d’abord éducative49. Présentant devant la Convention, en septembre 1793, son Rapport sur les moyens de rassembler les matériaux nécessaires à former les annales du civisme, et sur la forme à donner à cet ouvrage, le citoyen Grégoire l’affirme sans détours : « En général, très peu d’hommes agissent par principes ; presque tous imitent : le caractère de la plupart est plutôt le produit des exemples qui ont passé sous leurs yeux, que des maximes qu’on a tenté de leur inculquer : le vice et la vertu forment des tableaux dont la vue laisse une impression profonde. […] La première des sciences, la morale, a, comme toutes les autres, des principes invariables ; mais les principes étant une chose intellectuelle, l’homme peu éclairé éprouve autant de difficulté à les saisir que de facilité à les laisser échapper. L’exemple grave les principes dans l’âme50. »

  • 51 Ibid., p. 503.

47Le rapporteur retrouve les accents de Plutarque et de Fénélon. L’encouragement à la persévérance des simples patriotes engagés dans la défense des libertés, objectif tacite mais prioritaire dont s’est saisi le Comité d’instruction publique, passe par la gloire mémorielle de leurs devanciers, qui fixera dans l’âme les scènes édifiantes qui servent de repère aux esprits les plus simples. Continuité à nouveau significative du projet et du vocabulaire, c’est néanmoins autant en faveur des plus jeunes que Grégoire estime nécessaire la poursuite d’un ouvrage officiel et national : « C’est là une grande leçon pour les instituteurs. Voyez avec quelle avidité l’enfant écoute une anecdote, avec quel dégoût il entend un raisonnement. Prêtez donc à l’austère raison le coloris du sentiment ; mettez la vertu en action, et, l’imagination de l’élève, imprimant pour la vie l’histoire dans son âme, il en pompera la morale. Le récit des belles actions rend leurs auteurs présents à tous les lieux ; en se les rappelant, comme en quittant un homme de bien, on se sent meilleur51. »

  • 52 Annales du civisme et de la vertu, présenté à la Convention nationale au nom de la section du Comi (...)
  • 53 Ibid., préambule.

48La leçon de la morale par l’exemple, inlassable et continuelle, vient de trouver l’une de ses premières expressions caractéristiques. Des Lumières à Jules Ferry, des Conventionnels aux libéraux de l’école mutuelle, des prosélytes de l’encouragement au Bien aux pédagogues de la République, on n’a de cesse d’espérer dans la force de l’entraînement moral par la simple exposition des faits. Là où Jules Ferry, on l’a vu, craint un siècle plus tard d’attiser en pure perte l’imagination enfantine, les révolutionnaires décident de même de dépasser l’exceptionnel, « ces traits qui provoquent d’autant plus l’admiration, qu’ils paraissent surpasser les forces ordinaires de la nature », comme l’indique le rédacteur Léonard Bourdon en préambule du premier numéro des Annales du civisme et de la vertu, bientôt transformées en Recueil des Actions Héroïques des Républicains Français52. Le recueil national, sous le contrôle étroit du Comité d’instruction publique, est d’abord celui des vertus communes et accessibles à chacun : « Voici la marche que nous avons suivie. Chaque numéro contiendra d’abord un récit des premiers évènements de la Révolution ; les différents traits de civisme et de vertu seront variés de manière à éviter l’uniformité : tantôt ce sera un trait de désintéressement ; une action héroïque lui succédera, et sera suivie d’un sentiment de piété filiale. Les actions vertueuses des corps, des individus, des vieillards, des femmes, des enfants, tracées successivement, nous fourniront un nouveau moyen de varier nos récits53. »

  • 54 Sur tous ces points : Guillaume J. : « Le Recueil… », op. cit. Voir aussi du même auteur la public (...)

49Jamais plus on ne débattra ni n’expérimentera, de manière si précise et soigneuse, les potentialités d’un dispositif de promotion nationale et éducative de l’excellence civique du plus grand nombre. Rien n’échappe au soin du comité révolutionnaire : procédé de rassemblement des exemples – « nous invitons les fonctionnaires publics à nous faire parvenir toutes les actions vertueuses dont ils auront connaissance, et surtout à nous instruire des noms des citoyens dont ces actions sont la propriété, et autant qu’il sera possible, de la date précise de chaque trait » ; nature et ampleur de la diffusion – on décide que les numéros du recueil seront envoyés « en placards [20 000 exemplaires pour le premier numéro] et en cahiers [80 puis 150 000 exemplaires] aux municipalités, aux armées, aux sociétés populaires, et à toutes les écoles de la République, qu’ils seront lus publiquement les jours de décade, et que les instituteurs seront tenus de les faire apprendre à leurs élèves » ; style de rédaction – « aucun terme hyperbolique, aucune expression triviale ou ampoulée », la première rédaction, par Grégoire, étant rejetée par le Comité ; choix des faits – « il ne s’agit pas de compiler d’anciens journaux » dira Thibaudeau en reprochant à Léonard Bourdon d’avoir accueilli quelques faits antérieurs à la Révolution ; ordre et mode d’exposition enfin – on abandonnera dans le dernier numéro, avec le premier rédacteur, le « recueil de faits décousus, difficiles à retenir », pour revenir à un « faisceau de vertus républicaines » présenté par tableau d’armée, d’expédition, de bataille, de siège54.

  • 55 On trouve notamment le cas d’un jeune ouvrier plongeant les bras dans une chaudière pour en sortir (...)

50Au final, Le Recueil des Républicains Français anticipe très exactement sur les livrets des prix de vertu du siècle suivant, au moins par l’esprit, les actes de dévouement civil restant en définitive assez rare55. Ramené, avec le renvoi de Léonard Bourdon, à une forme d’historiographie guerrière plus traditionnelle, il présente bien plus néanmoins que l’occurrence isolée et météorique, dans une période qui en connut beaucoup, d’un projet sans lendemain.

  • 56 « Nicolas L. François, dit François de Neufchâteau (1750-1828), écrivain, procureur à Saint-Doming (...)

51La première résurgence a lieu moins de quatre ans plus tard. Elle est plus proche encore de l’utopie que transportent l’anonyme fondation de 1782 et les écrits du père Béranger dans les Lumières finissantes, où s’entrouvrent déjà les registres infinis des méritocraties modernes. Cet autre jalon d’un programme d’annales tant mémorielles qu’honorifiques de l’excellence civique, plus mystérieux, et suivi semble-t-il d’applications très limitées, est l’œuvre du premier ministre de l’Intérieur du Directoire, François de Neufchâteau56. La perspective, sans que soient mentionnées explicitement les expériences antérieures, demeure pour l’essentiel inchangée : fournir un « pendant au recueil des belles actions militaires, dont on s’occupe depuis longtemps », et attester que si « les annales du despotisme sont presqu’entièrement les archives du crime, les annales des républiques sont les fastes de la vertu ».

  • 57 Lettre du ministre de l’Intérieur aux Commissaires du Directoire exécutif près des administrations (...)

52Une fois encore, loin des scrupules qui dirigeaient l’argumentation à charge de Chamfort, l’objectif prioritaire reste le recueil des comportements les plus communément soustraits à l’admiration publique : « Vous vous rappellerez, Citoyens, que c’est sous le chaume que se cache souvent la grandeur d’âme ; que là se trouvent aussi moins de bouches pour la célébrer ; que l’indigence prête un grand caractère aux actes de la vertu, et donne souvent aux exemples modestes qu’elle offre, une plus touchante et vive éloquence57. »

53Pour le commissaire du pouvoir exécutif du département de la Seine-et-Marne, qui traduit peu après la pensée du ministre à ses subordonnés, il s’agit, plus distinctement encore, « de rechercher ces modèles vénérables dans l’humble asile qui les recèle » : « Écartez le fumier qui couvre tant de pierres précieuses. La vertu se trouve souvent sous les lambeaux de l’indigence qui, suivant l’expression du ministre, “lui prête même un plus grand caractère” [sic] ; mais elle y reste aussi plus ignorée, et c’est une raison de plus pour exciter votre sollicitude à réparer cette injustice. » Convergence des perspectives, congruence des dispositifs : la célébration politique de la vertu modeste, par le recueil et la publicité des exemples, élargit au fil de la décennie révolutionnaire, à l’aube du siècle de l’individualisme méritocratique, l’étendue de sa séduction doctrinale.

  • 58 Lettre du préfet du Cher demandant au ministère l’approbation (effective au final) d’un arrêté (AN (...)
  • 59 Le secrétaire général de la Société Nationale d’Encouragement au Bien se félicite en juin 1888 du (...)

54Le type-idéal du recueil officiel de la vertu modeste que fixe la période révolutionnaire ne connaît cependant au siècle suivant que des résurgences locales. Le 15 janvier 1801, le préfet du département du Cher décide ainsi que « tout acte de philanthropie ou de dévouement, toute action d’utilité publique de la part du citoyen ou du magistrat, lorsque la loi ne lui en faisait pas un devoir, sera recueillie dans chaque commune du département, transmise au Préfet et inscrite à la préfecture sur un registre à ce destiné58 ». L’initiative, à en croire du moins les militants de l’émulation morale, est reprise par quelques conseils municipaux, jusqu’à l’aube du xxe siècle59. Mais c’est incontestablement au travers de l’édition privée que va se poursuivre le long rêve des annales civiques et édifiantes.

Imprimés édifiants et pédagogie libérale de la morale par l’exemple

55Si les livrets des prix de vertu de l’Académie française sont une expression de l’imposante postérité de l’archétype historique des morales « en action » ou « par l’exemple », et plus largement de tous les projets « d’annales » et de recension du civisme populaire, on saisit néanmoins mal leur rôle indépendamment de l’édition privée, associative ou commerciale, strictement édifiante ou pédagogique, qui les relaie et s’empare de leur matériau. C’est au travers de ces imprimés, périodiques, manuels scolaires, ouvrages de prestige, qu’ils acquièrent une importance qui marque la culture politique de la période, et plus largement la destinée de l’ensemble des procédures d’émulation morale par l’exemple.

56L’une des premières initiatives, alors que s’amorce, avec l’essor des préoccupations pédagogiques au sein de la pensée libérale, un retour au souci d’émulation et d’édification morale du plus grand nombre, est celle qu’engage en 1833 l’homme de lettres Jarry de Mancy. Elle est aussi l’une des plus symptomatiques, tant par sa symbolique que son caractère multiforme, des conditions renouvelées de la promotion des prototypes de l’excellence civique qui s’ouvre au lendemain de la Restauration. Le projet relève d’abord d’une déclinaison des prix de vertu refondés depuis une quinzaine d’années, et désormais étroitement associés à la stature de leur créateur, dont le nom est en effet révélé en 1821, au lendemain de sa disparition, et contre la lettre de ses dernières volontés. À compter de cette date, Auget de Montyon symbolise le philantrope-administrateur éclairé qui, dès la fin du siècle précédent, associe aux préoccupations sanitaires et sociales d’une bienfaisance active celles de l’encouragement et du gouvernement des mérites.

  • 60 Il incarne selon l’historienne de la philanthropie Catherine Duprat, avec « le petit manteau bleu  (...)
  • 61 Duprat C., op. cit., p. 1589.

57Avocat au Châtelet, maître des requêtes auprès du roi à trente ans, intendant d’Auvergne, de Provence, de la Rochelle, conseiller d’État, chancelier du comte d’Artois qu’il accompagne en 1789 dans l’émigration, membre de la Société Royale de Londres, candidat malchanceux à certains concours académiques mais auteur de nombreux ouvrages jusqu’à son retour en France en 1815, ouvert aux Lumières – il aurait fréquenté le salon de Madame Dupin, rencontré Rousseau, Mably, Raynal, ou même Montesquieu, soutenu des discussions avec D’Alembert chez Madame Helvétius –, Montyon s’impose alors comme l’une des figures les plus populaires et célébrées de la bienfaisance volontaire, jusqu’au milieu du xixe siècle. La figure est cependant complexe. D’un côté, aristocrate et grand commis de l’État, Montyon incarne, comme le relève Catherine Duprat, « l’homme d’Ancien Régime auteur d’opulentes fondations » : huit prix au total de 1782 à 1788, et d’importantes donations aux hospices à sa mort60. De l’autre, son éloge, sujet du concours de poésie de l’Académie en 1825, et bientôt passage obligé de toutes les séances publiques de remise des prix de vertu, accompagne et soutient la projection du libéralisme dans quelques grandes figures de notables et philanthropes. Ses cendres sont transférées en 1838 à l’Hôtel-Dieu, dans un monument élevé à sa mémoire61.

  • 62 Société Montyon et Franklin, Portraits et histoire des Hommes Utiles, (Hommes et femmes de tous pa (...)

58À la croisée entre deux mondes, Auget de Montyon sert de passerelle, et c’est de cette notoriété en forte ascendance, et non d’un vague patronage, que se réclame en 1833 la société « Montyon et Franklin » de Jarry de Mancy. L’objectif est simple : prolonger l’inspiration et étendre l’influence des deux précurseurs dont l’association s’approprie le patronyme par le lancement des Portraits et histoire des Hommes utiles62, ordonnés en deux grandes séries.

  • 63 Ibid., « Prospectus » en faveur de la société, tome i, p. 2. Voir l’illustration n° 1 du cahier ic (...)
  • 64 Voir surtout : Rémond R., « La morale de Franklin et l’opinion française sous la monarchie censita (...)

59La première, Génie de la Bienfaisance, doit rendre justice à ceux « qui ont acquis des droits à la reconnaissance des hommes par des services du genre de ceux dont le baron de Montyon a donné un éclatant exemple et de ceux qu’il a voulu honorer et récompenser63 » ; la seconde, Bienfaisance du Génie, est consacrée « aux personnages morts ou vivans, qui se sont rendus dignes de mémoire par des travaux ou des services du genre de ceux qui ont illustré l’utile et glorieuse carrière de Franklin », au demeurant non seulement scientifique et inventeur, mais moraliste, indéfiniment copié sur le siècle, de la fameuse Science du bonhomme Richard64.

  • 65 Rémond R, op. cit., p. 206.

60Bien que ce soit à Benjamin Franklin que l’association emprunte sa définition de l’excellence civique individuelle et du bien commun, assise sur une rassurante « arithmétique de l’utile et de l’utile65 », c’est d’Auget de Montyon qu’elle tire l’essentiel de son programme : recueillir et publiciser des exemples de comportements méritoires empruntés au spectre élargi de toutes les conditions.

  • 66 Portraits et histoire des Hommes Utiles..., op. cit., tome i, « Annuaire de 1833-1834 ».

« La Société Montyon et Franklin renouvelle solennellement, en cette occasion, son appel à toutes les villes et communes, de la France ou des pays étrangers, qu’elle invite à faire connaître leurs bienfaiteurs ou bienfaitrices, vivants ou morts, de quelque rang qu’ils puissent être. Les beaux traits d’humanité, les actes éminens de courage, donnent place dans cette première section des Hommes utiles aux riches comme aux pauvres ; aux prêtres et ministres des diverses communions comme à l’homme du monde ; au baron de Montyon comme au nègre Eustache et au brave Paillette que l’Académie française a couronnés au nom de Montyon66. »

  • 67 Ibid., tome iii, 1838, p. viii.

61Le projet du recueil unitaire de l’excellence civique, sans être nouveau, trouve de fait ici sa première application d’envergure. Dès le troisième tome, la publication présente ainsi, à peu de frais, un Annuaire de Bien Public, qui reprend en intégralité : « Les rapports sur les Prix-Montyon décernés par l’Académie française, par l’Académie des sciences, par la Faculté de Médecine de Paris, etc. ; les ordonnances royales décernant des médailles d’honneur pour actes de dévoûment, etc. ; enfin un résumé des traits de courage, de charité, des Fondations de Bienfaisance les plus remarquables qui ont lieu dans l’année67. »

62Indice frappant de l’émergence dans l’imaginaire de l’excellence civique du citoyen secoureur, les sauveteurs volontaires bénéficient, avec portraits illustrés (voir le cahier iconographie, 2), de plusieurs notices détaillées.

  • 68 Ibid., tome i, 5 pages non-paginées. Voir notamment : AN (F1. d III. 23, Récompenses honorifiques, (...)

63Le premier, figure précoce et durable du panthéon du secours courageux, que l’on retrouve cité jusqu’à la fin du siècle, est le maître-ouvrier à la mine de houille de Beaujonc Hubert Goffin. Père de sept enfants, accompagné de son fils Mathieu, douze ans, refusant de s’échapper de la mine qui s’inonde au matin du 28 février 1812, électrisant de son courage les soixante-dix survivants (vingt et un morts) qu’il incite à creuser une galerie par la menace de se noyer avec son enfant, il est le premier héros du dévouement industriel largement médiatisé – des bulletins imprimés font suivre les travaux de secours à la France entière – et récompensé : Légion d’honneur remise par l’Empereur lui-même et pension de 600 francs dès le 12 mars 1812 – l’une des seules attribuée à un ouvrier avant le milieu du Second Empire –, libéralités diverses, brochure de popularisation de son comportement par le préfet Micoud, prix extraordinaire de poésie de l’Institut en septembre à Millevoye pour son évocation de l’événement68.

  • 69 Ibid., tome i, 5 pages non-paginées. Les citations sont toutes extraites de la notice.

64Non moins fameux, son homologue dans la première livraison, PierreThomas-Laurent Paillette, marin né en 1776, grand prix Montyon de 1832, décline presque pour sa part, à lui seul, toutes les dimensions de la figure du secoureur. Actes individuels de sauvetages maritimes dès l’âge de dix-sept ans, secoureur fluvial remarqué – « une jeune femme de vingt-cinq ans, d’une beauté remarquable » cherchant « à se noyer par désespoir amoureux », des militaires sous la glace du canal de l’Ourcq, un cordonnier de Belleville, des enfants –, capitaine et fondateur de la compagnie des Sapeur-Pompiers de La Villette, infirmier distingué lors du choléra de 1832, il est aussi, « cassé et blanchi avant l’âge, modèle de probité et de sobriété », l’un de ces invalides du dévouement injustement ignorés, on l’a vu, de la générosité publique (voir le chapitre i)69.

  • 70 Pour encourager aux souscriptions, sept francs par an, l’association distribuera des médailles por (...)
  • 71 Société Montyon et Franklin, op. cit., tome iii, 1838, 7 pages non-paginées, pour Martinel ; ibid. (...)

65Indice de l’audience probable des Portraits et histoire des Hommes Utiles70, ou de l’inspiration que sauront y trouver les auteurs postérieurs du genre, chacun des citoyens secoureurs repris dans la publication parcoure le siècle des morales par l’exemple. Ainsi en est-il aussi du militaire-sauveteur Mathieu Martinel (noyades, incendies, chevaux emportés), grand prix Montyon 1837, guerrier symbolique qui, « sans jamais avoir vu l’ennemi, est couvert de blessures comme s’il avait assisté à cent batailles », ou du sauveteur-marin de Rouen Louis Brune, plus de trente personnes sauvées et un prix académique en 183871. Avec les Hommes Utiles apparaissent les icônes naissantes d’un prototype civique, dont les contours s’affirment désormais de manière plus précise.

  • 72 Duprat C., op. cit., p. 1683. Cette dernière considère qu’il s’agit d’ » une obscure société – qui (...)
  • 73 Voir notamment : La Fraternité, n° 36, 1844, et le bulletin du Grand-Orient de France, années 1870 (...)

66Autant que par ses réalisations, il est important de le souligner, c’est en termes de doctrines que la période de la Monarchie de Juillet marque un nouvel élan des usages sociaux et politiques de la publicisation de l’excellence civique. La référence à Montyon et l’esprit de ses fondations, qui sans nier l’importance des croyances religieuses laissent en suspens les enjeux des rivalités confessionnelles, atteignent ainsi progressivement les marges de la maçonnerie. Issue de la loge des Fidèles-Écossais, la société Isis-Montyon décerne de la sorte, à l’aube des années 1830, quelques prix de vertu : « pour un bel acte de dévouement » – le sauveteur Paillette, relève la notice des Hommes Utiles, l’obtient en 1829 –, « pour la petite fille la plus méritante des écoles gratuites d’enseignement mutuel », pour « un artisan laborieux, sobre, tranquille, économe72 ». D’autres loges, les associations de citoyens secoureurs le signaleront parfois, même si les indices en demeurent difficiles à rassembler, semblent avoir répondu sur le siècle au souhait qu’exprime dès les années 1840 la presse maçonnique de fonder des « récompenses de bonnes actions ». En 1870, l’Orient d’Orléans accueillera un groupe des « Émules de Montyon », qui établit des listes de livres édifiants reprises dans le bulletin du Grand-Orient73.

  • 74 Carron Abbé, Les écoliers vertueux ou vies édifiantes de plusieurs jeunes gens proposés pour modèl (...)
  • 75 Duprat C., op. cit., p. 1670.
  • 76 Walsh Vicomte (ed.), Morale en action du christianisme, journal des beaux traits inspirés par la r (...)

67Si la contribution de la maçonnerie n’est probablement pas négligeable sur le long terme – notamment par la mise en exergue de la notion de « dévouement » sous la Troisième République –, la perspective de l’éducation morale par l’exemple n’est cependant le propre d’aucune école de pensée. Dès le début de la Restauration, parmi d’autres, le prolixe Abbé Carron, notamment par ses Vies des justes dans les plus humbles conditions de la société (1817), puis l’édition de morceaux choisis des prix de l’Académie, inscrit ainsi une plume résolument pédagogique et catholique dans celle du précurseur père Béranger74. Plus nettement, à compter de 1824, l’importante et bien connue Société de la Morale Chrétienne récompense « les actes de mérite d’individus modestes par des médailles d’or, d’argent et bronze75 », tandis qu’à moindre échelle, mais en concurrence des volumes de la Société Montyon et Franklin, dans un format et une acquisition par souscription identiques, la Morale en action du christianisme, journal des beaux traits inspirés par la religion, où les faits viennent seuls démontrer la précieuse influence de la foi, sur la conduite des hommes et sur le bonheur de la société, symbolise par son titre l’origine du genre, en même temps que l’ambition de le porter vers le militantisme confessionnel76. Pour autant, dans ce moment charnière de la réflexion sur l’action sociale et pédagogique, c’est d’abord par la pensée libérale, dont le baron de Gérando est l’un des grands témoins, que s’affirment l’importance et la légitimité revisitées du recueil des actes méritoires des plus modestes.

  • 77 Sur son influence pédagogique voir notamment : Puymège G. de, op. cit., pp. 176-177 (pour la citat (...)
  • 78 La continuité a été souvent relevée : Ferry J., La république des citoyens, op. cit., note 95, p. (...)

68Proche sous l’Empire des idéologues et d’une pensée laïque prolongeant l’esprit des Lumières, fondateur et président de la Société pour l’Instruction Élémentaire (1815), où milite dès les Cent-Jours une élite aristocratique et grande-bourgeoise éclairée favorable à l’instruction du plus grand nombre, Joseph-Marie de Gérando, « de loin le plus influent des pédagogues » de la monarchie constitutionnelle, est aussi un penseur marquant de la philanthropie et de l’action sociale naissante, partisan d’une « science de la bienfaisance » associant la générosité privée et l’intervention publique77. De la forme et dans une large mesure du contenu de la pédagogie civique de l’école laïque, jusqu’à la Troisième République – le centralisme étatique et les objectifs de l’éducation primaire du plus grand nombre ouverts par le ministère Guizot en 1833 n’étant à maints égards que prolongés et renforcés par celui de Ferry au début des années 1880 –, son bréviaire de l’enseignement mutuel, on l’a dit, est assurément le premier jalon d’importance78.

  • 79 Gérando J.-M., baron de, Cours normal des instituteurs, op. cit., p. 229, 234, 198. Sur la continu (...)
  • 80 Ferry J., La république des citoyens, op. cit., p. 114.
  • 81 Gérando J.-M., baron de, op. cit., p. 419.

69Pour Gérando, l’éducation morale exige du maître « une sorte de sacerdoce » et, comme pour ses successeurs républicains, elle « couronne et domine toute l’éducation de l’homme ». Elle repose, dans chaque individu, sur le « développement de la conscience », et s’appuie sur « la conviction », non altérée par « le mélange de la servilité ou de la crainte79 ». Parce qu’elle se doit de demeurer accessible à tous, « de mettre la vérité morale à la portée de toutes les intelligences » dira Ferry80, les vertus communes dont l’initiative de Montyon a permis la publicité et le rassemblement en sont de la sorte l’un des supports naturels : « Les lectures les plus propres à faire une impression utile sur les enfans, sont celles qui leur présentent des exemples, des exemples réels, des exemples à leur portée. M. Renouard, libraire de Paris, a eu, dans ce but, l’heureuse idée de réunir, sous le titre d’almanach montyon, le recueil des traits de vertu couronnés par l’Académie française dans les concours fondés par ce généreux philanthrope. Aujourd’hui l’Académie elle-même publie chaque année ce recueil, qui occupera le premier rang dans la bibliothèque de vos élèves81. »

  • 82 Gérando J.-M., baron de, et Delessert B., La Morale en action ou les Bons Exemples, Paris, Kugelma (...)

70La morale par l’exemple est véritablement inscrite au centre du dispositif pédagogique par la pensée libérale. Ainsi que le relève Gérando, en introduction du recueil La morale en Action ou les Bons Exemples, qu’il propose à son tour avec Benjamin Delessert en 1842, le procédé est certes une tradition : « Les moralistes se sont attachés dans tous les temps à recueillir, à faire connaître les récits des actions louables ». Mais il relève d’abord de la certitude « que le spectacle des bonnes actions, en se rapprochant davantage de ceux auxquels il est offert, leur créerait plus aisément des imitateurs82. »

  • 83 Gérando J.-M., baron de, et Delessert B., Les Bons Exemples (nouvelle morale en action), Paris, Di (...)
  • 84 Ibid., p. ii et viii-ix.
  • 85 Ibid., p. 328, Conclusion. Repris en introduction du tome i de la réédition de 1867.

71Ce second ouvrage, réédité et augmenté en 186783, tient une fois encore du manuel et de l’annale. La vertu, soulignent les auteurs, « se montre à la fois toujours ancienne et toujours nouvelle », et elle réclame dès lors, comme en son principe, la reprise et le renouvellement des exemples, en même temps que le croisement des sources officielles, pédagogiques et édifiantes. La liste est significative : « les ouvrages de M. Béranger, de Lyon », Les hommes Utiles, les récits des prix Montyon, les Annales maritimes, les archives de la Légion d’honneur, et, « grâce à l’obligeance de M. le Ministre de l’Intérieur […] plusieurs documents relatifs aux honneurs et aux récompenses que le gouvernement lui-même a décerné aux actions de dévouement les plus remarquables84 ». Vérité, contemporanéité du bien, l’excellence civique entre dans l’ère moderne d’une infinie circulation entre supports et dispositifs, entre exemples enfantins et partage émotionnel : « Ô vous qui vous êtes sentis émus en contemplant le spectacle de ces belles âmes, en admirant ces sublimes exemples, n’étouffez point en vous ces élans de la vertu ! Laissez-vous entraîner par ces saintes inspirations ; suivez la route lumineuse qui vient d’être tracée devant vous85 ! »

  • 86 Gérando J.-M., baron de, De la bienfaisance publique, Bruxelles, Société Belge de Librairie, 1839, (...)

72Par-delà l’éducation et la pédagogie, dans le cheminement tant doctrinal que pratique de l’imaginaire du dévouement, la pensée libérale ne s’accompagne pas moins d’une inflexion pour longtemps incontournable de l’excellence du citoyen secoureur, dont la récompense étatique a moins de deux décennies. Le paragraphe « Des encouragements et des prix de vertu » du monumental traité d’action sociale de Gérando, De la bienfaisance publique (1839), qui fustige par ailleurs sans paradoxe « la philanthropie académique et oratoire, conçue et débitée loin de la réalité pratique86 », reprend de la sorte le débat révolutionnaire des académiciens Chamfort et Morelet, cité terme à terme, avant d’en prolonger de manière définitive le programme et les arguments.

  • 87 Ibid., p. 163.

73Dressant le relevé scrupuleux des réalisation initiées par ce « sentiment naturel [qui] a porté à croire qu’il est d’autant plus juste et utile d’honorer une bonne action, qu’elle a été plus désintéressée et moins exposée aux regards » – médailles de l’administration publique « au matelot, au mineur, au pompier, à l’homme de peine, qui ont exposé leur vie pour sauver les victimes de quelques catastrophes », « dots en faveur des jeunes filles dont la conduite aurait été la plus méritoire », « rosières dans les villages », prix créés par Montyon, et par « des associations de souscripteurs […] pour les garçons de ferme, pour les ouvriers dans les fabriques, pour les domestiques qui se distingueraient par leur zèle à remplir leurs devoirs87 » –, ce traité décline une édification morale par l’exemple des classes populaires désormais portée au rang d’un véritable mode de gouvernement.

  • 88 Ibid., pp. 166-167. Le paragraphe suivant s’intitule : « Des effets moraux que l’on peut attendre (...)
  • 89 Pour une interprétation accentuée en ce sens voir notamment : Puymège G. de, op. cit., « Pédagogie (...)

74Au risque de la transparence de ses motifs sociaux, la pensée libérale, en rêvant le gigantesque patronage moral de « tant d’êtres faibles, ignorans, qui ont besoin d’être soutenus et éclairés par de bons exemples », en choisissant les belles actions « dans les classes les plus humbles, précisément pour que les pauvres sachent bien que nous admirons surtout les vertus du pauvre, pour qu’ils comprennent mieux encore que ces exemples doivent leur servir de guides88 », accentue de fait, comme d’ailleurs à maints égards la pédagogie de l’école mutuelle89, les potentialités les plus disciplinaires du long projet du recueil civique des actes méritoires des modestes ouvert par l’anonyme fondation de 1782. La pensée libérale n’en incarne à ce titre qu’une dimension, tandis que s’achève une première époque.

La seconde moitié du xixe siècle et l’affirmation du dévouement courageux

75Aux balbutiements et à la fixation progressive, tant doctrinale que pratique, d’une forme d’imprimés, la seconde moitié du xixe siècle fait se succéder une large diversité de supports et de perspectives. Cette diversité est à la mesure des entreprises associatives – sociétés de sauveteurs, associations d’émulation morale – qui se multiplient alors et portent autrement, on y reviendra, le flambeau de l’encouragement à la vertu par l’exemple. Quelques éclairages, limités aux expressions les plus strictes du projet de recueil de l’excellence civique du plus grand nombre, dans lequel s’affirme la figure du citoyen secoureur, permettent de percevoir comment s’inscrit dans un ensemble plus vaste un modèle académique incontesté en tant que tel.

  • 90 Les Annales du Bien, Revue contemporaine des actes qui honorent l’humanité, bimensuel, puis mensue (...)

76Débutant en 1853, le destin du premier des périodiques repérables, Les Annales du Bien (revue contemporaine des actes qui honorent l’humanité), homonyme de la revue de l’importante société des Hospitaliers Sauveteurs Bretons établie en 1875, est à ce titre symbolique de l’ancrage associatif croissant sur la période du projet, et de la figure qui le portera progressivement de manière privilégiée. Si ce bimensuel inaugure certes le format (petit journal), et le coût (1 franc/an), que reprendra la presse de l’excellence civique postérieure, et notamment des secoureurs, le choix d’y respecter « la sainte pudeur dont la vertu s’enveloppe comme une ombre pour prodiguer ses bienfaits », comme la relation, souvent dialoguée, des actes anonymes – « La mère et la folle », « Le malade et la sœur de charité », « La petite vérole et le dévouement » –, conduit rapidement à sa disparition. En dépit d’une transformation ultime, et significative, en simple recension des « actes constatés et récompensés par le gouvernement en matière de courage et de dévouement », la revue échoue au moment même où débute l’institutionnalisation des sociétés de sauveteurs médaillés90.

  • 91 L’Exemple, Revue Universelle des Traits de Courage, de Dévouement, de Bienfaisance et de Probité, (...)

77Lancée en 1856 par le lieutenant-colonel comte Adolphe Krosnowski, L’Exemple (revue universelle des traits de courage, de dévouement, de bienfaisance et de probité), vendue par souscription pour six francs annuels, de réalisation soignée en format in 8°, avec tables, index des noms cités, prend acte pour sa part, dès l’origine, de l’existence de ce public privilégié : « C’est une ère nouvelle qui s’ouvre devant nous. En ce moment tous les esprits sérieux se recueillent et cherchent un aliment à leur activité, un but à leurs efforts. Pour les hommes de bonne volonté, il en est un qu’il est toujours honorable de poursuivre, c’est l’amélioration de l’humanité. […] La publication d’une Revue populaire, où le lecteur sera tenu au courant de tous les actes de charité, de dévouement et de courage, est le moyen que nous croyons devoir adopter pour atteindre le but que nous nous sommes proposé. L’honneur est, en principe, le mobile des actions humaines, et c’est la plus belle récompense du courage ; mais si cette récompense est assurée au soldat sous les drapeaux, elle manque souvent à l’homme qui se dévoue dans l’obscurité de la vie civile, pour arracher son semblable à la misère ou à la mort91. »

  • 92 Damico F., La médaille d’honneur des sauveteurs…, op. cit., 1905, p. 78.
  • 93 Le panthéon des ouvriers (Journal illustré des travailleurs), novembre 1858-juillet 1859, hebdomad (...)

78Plus de deux cents abonnés sont revendiqués dès le deuxième numéro, au rang desquels figurent sans doute nombre de ces secoureurs volontaires que l’on presse de faire connaître leurs dévouements, et dont la liste des méritants officialisés parue au Moniteur est d’ailleurs régulièrement reprise, avec celle des lauréats des prix de vertu, leurs éloges académiques, les faits de dévouement des publications locales et nationales (Le courrier du Havre, Le salut public de Lyon, La patrie…), les biographies des « hommes utiles » (Hubert Goffin, etc.), et quelques écrits édifiants. L’un des historiens postérieurs du secours volontaire y voit le premier de « ces journaux spéciaux appelés à faire de la propagande au profit de la solidarité humaine et à grouper également sous son drapeau en un immense bataillon sacré, tous ces isolés d’un peu partout, hommes de courage et de dévouement qui sont, aujourd’hui, la vénération du monde entier92 ». Néanmoins, la vie associative naissante des secoureurs étant une nouvelle fois laissée de côté, la revue disparaît en 1862. Le Panthéon des ouvriers, journal contemporain d’un coût beaucoup plus modique (dix centimes), qui se propose de mettre « au grand jour, et à titre d’exemple, leurs belles actions, leur courage, la persévérance qu’ils apportent à tout perfectionner dans leur art ou profession, les tourments, les fatigues, les privations sans nombre qui en sont la suite et les conséquences », résiste moins encore93.

  • 94 Le Sauveteur (Moniteur du courage et des belles actions, organe spécial des Sociétés de Sauveteurs (...)
  • 95 Voir notamment, parmi d’autres : Le Panthéon biographique (Revue mensuelle, historique et nécrolog (...)

79À mesure que son accès se démocratise et se commercialise, le projet du recueil de l’excellence civique atteint, pour ainsi dire, à un double rivage. Sa première terre d’accueil est celle d’une marchandisation de la notoriété dans laquelle se noue nombre des ambiguïtés du regroupement des citoyens secoueurs, et dont la plus durable tribune du dévouement courageux, Le Sauveteur (Moniteur du courage et des belles actions, organe spécial des Sociétés de Sauveteurs médaillés du gouvernement), créé en 1866, est l’archétype94. Le désir de grandeur et de reconnaissance de soi, sinon des plus modestes, du moins des couches intermédiaires en expansion rapide, nourrit une vaste dérivation imprimée qui s’éloigne de la morale par l’exemple pour exploiter un nouveau rêve biographique de masse, dont le mérite est un référent accessoire, parfois menteur, et dont la production est le plus souvent éphémère : Le Panthéon biographique, Le Panthéon du mérite, L’écho du Bien 95

  • 96 Société Nationale d’Encouragement au Bien (Séance publique et distribution solennelle des récompen (...)

80La seconde perspective où s’enracine l’imaginaire du grand Livre d’or méritocratique, jusqu’à prospérer comme jamais, est celle qui s’associe à compter du milieu du Second Empire aux perspectives de « l’encouragement au bien », perspectives strictement homologues on le verra à la fondation de 1782, et dont la principale association nationale prétend, jusqu’au cœur du xxe siècle, défendre, en complément de l’Académie, l’importance sociale et politique de la publicisation des mérites civiques et moraux. Les bulletins des séances annuelles de cette société, comme la revue mentionnée des Hospitaliers Sauveteurs Bretons, s’inscrivent très directement, dans la forme comme dans le fond, dans la direction engagée par le recueil révolutionnaire de la Constituante, prolongée par les livrets académiques, inlassable litanie de la vertu en actes toujours similaire et renouvelée96.

  • 97 Voir notamment : Gerbod P., « L’Éthique Héroïque en France (1870-1914) », Revue Historique, n° 543 (...)

81Étroitement associé aux objectifs et aux institutions de l’émulation morale, l’univers des secoureurs volontaires s’affirme de la sorte, dans le dernier tiers du siècle, en dehors même des prix de vertu, comme le principal conservatoire du projet de publicisation par l’exemple de l’excellence civique des citoyens ordinaires. Le sauveteur, héros et parfois « victime du devoir », soldat du courage pacifique, ainsi que s’en empare, on l’a vu, à compter des années 1880, la presse populaire de masse, est l’icône d’un monde associatif d’abord voué à la simple célébration du dévouement et de l’émulation courageuse, et où la préparation active à l’intervention secourable ne s’affirme vraiment qu’à l’entrée du xxe siècle. Cette mobilisation associative est l’indice de l’attention sociale privilégiée accordée au dévouement courageux au sein du répertoire établi des figures de la vertu populaire : enfants et parents dévoués, domestiques et travailleurs fidèles, âmes charitables aux pauvres ou aux malades. Le citoyen secoureur paraît transporter une excellence civique moins intimidante, plus accessible que la longue patience, souvent féminine, des dévouements du sacrifice de soi quotidien, et il bénéficie tant de l’importance quantitative et du caractère précoce de la récompense étatique du courage volontaire (chapitre III), que de l’éclat du moment héroïque qui se renforce dans la conscience nationale de 1870 à 1914, où le mérite courageux se mêle de l’éthique martiale et d’abord virile de la gloire historique et militaire97.

  • 98 La production pédagogique devient considérable : plus de six cent manuels d’histoire paraissent so (...)
  • 99 Du Camp M., La Vertu en France, Paris, Hachette et Cie (Nouvelle Collection pour la Jeunesse), 191 (...)

82Mieux que tout autre, en d’autres termes, le citoyen secoureur s’affirme avec la Troisième République comme le type obligé et toujours présent de la littérature édifiante qui prolonge le genre inauguré par le père Béranger, alors qu’explose le nombre des manuels et des spicilèges de vertu par l’exemple qui répondent aux besoins de l’éducation civique républicaine98. Le sauveteur citoyen est l’un de ceux qui rappellent, souligne Maxime du Camp dans La Vertu en action (1887), « que la vertu n’est pas un vain mot, et que notre nation est toujours animée de cette force d’où naissent les actions qui sont l’honneur même de la créature humaine ». Par la force de son élan, il permet aussi de se convaincre, relève pour sa part Ernest Lavisse dans La Morale vécue (1896), autre classique régulièrement présent au catalogue des ouvrages recommandés par le ministère de l’Instruction Publique, que l’ » on a tort d’aller prendre les exemples de vertu dans les temps lointains », et que « tout autre sera sur les écoliers l’efficacité d’exemples pris dans la vie comme ils en voient tous les jours en chair et en os99 ».

  • 100 On remarquera la variété des lieux et des éditeurs : Lacroix D., Le Livre d’Or des enfants sauvete (...)
  • 101 Aubert-Schuchardt É., Annales du dévouement. Actes de sauvetage accomplis à Genève 1814-1890, recu (...)
  • 102 Nous revenons plus loin sur cette institution. Voir notamment : Archives départementales de Loire- (...)

83On ne s’étonne pas dès lors qu’au sein des Morale en exemples ou lectures graduelles de morale pratique (1870), ou Morale par l’exemple (maximes et récits recueillis et publiés conformément aux derniers programmes scolaires) (1896), Dévouement des humbles (1899), Admirables exemples de foi, de courage, de dévouement (1893), Panthéon des Enfants et des Femmes (1904), et même des tableaux muraux illustrant des Scènes d’éducation morale et civique (1903), se trouve souvent accentué L’héroïsme civil (1881), Le Courage civique (1885), Le courage et la charité dans la France contemporaine (1898), jusqu’aux plus spécifiques encore Livre d’Or des enfants sauveteurs (1878) et Courage civique chez les enfants de France (1901)100. Par-delà même les frontières de la République française, comme en témoignent les Annales du dévouement publiées à Genève en 1892101, et avec une toute autre dimension le « Héro Fund » établi dans plus de sept pays par l’américain Andrew Carnegie en 1909102, le dévouement courageux va durablement préserver la perspective d’un vaste recueil permanent et sans cesse réactualisé de l’excellence civique populaire.

84Le projet pédagogique de la morale par l’exemple et des annales de la vertu, tout en débordant bien entendu du seul type du citoyen secoureur et de la postérité institutionnelle ouverte par la fondation de 1782, participe au final très durablement de leur inscription croisée dans l’imaginaire civique national. On saisit difficilement sans doute tant les finalités associatives des secoureurs que la séduction durable du geste inauguré par Montyon sans cette prolongation décisive, et souvent souterraine, que manifeste le rêve du Livre d’or. Distribués largement aux autorités départementales, les livrets académiques perpétuent et enracinent sur le siècle un genre, en même temps qu’ils contribuent fortement, par leurs exordes annuels, à sa légitimation : au bas mot près de 3 000 pages de 1820 à 1914 dans une estimation basse de 30 pages de discours par année.

  • 103 Marais J.-L., Histoire du don en France de 1800 à 1939 (Dons et legs charitables, pieux et philant (...)
  • 104 Ibid., p. 281.

85La répétition accélérée dans les dernières décennies du xixe siècle, et jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, de la création de prix d’encouragement à la vertu modeste, attestée par le travail récent de Jean-Luc Marais bien au-delà de l’Académie, doit sans doute aussi se comprendre à cette lumière103. Renouant avec la perspective révolutionnaire, un donateur laisse même en 1903 quatre millions de francs pour publier annuellement « un recueil des noms et actes des personnes qui auront obtenu des prix de vertu, en nombre d’exemplaires suffisant pour être distribué à tous les instituteurs, institutrices, et chefs d’instituts104 ». Le vœu ne sera pas, sous cette forme, suivi d’effet, mais il symbolise avec éclat la permanence séculaire d’une perspective.

  • 105 Académie française, Prix de vertu…, 1906, pp. 46-47.

86« S’il y a dans la Vertu un élément mystique, voisin du surnaturel et supérieur à nos hommages », note Paul Bourget dans son discours de 1906, « il en est un autre que nous avons mieux que le droit, le devoir de reconnaître parce qu’il relève de l’ordre civique. Une belle action a toujours les autres pour objet, et quand elle n’aurait d’efficacité que celle de la suggestion par l’exemple, elle représenterait encore un service social105. »

Devenir exemplaire : fondations et candidatures de la vertu sous la première Troisième République

  • 106 Marais J.-L., op. cit., p. 383. L’auteur souligne : « A la lente reprise qui suit la Révolution et (...)

87Ce n’est sans doute pas un hasard si les créations de prix sur le modèle de ceux établis par Auget de Montyon en 1782, puis 1819, sont très nombreuses sous la première Troisième République, alors que se démocratise l’élan des legs et donations individuelles, qui « atteint au début du xxe siècle des sommets qui se maintiennent jusqu’en 1914106 », et que s’approfondit le débat sur les formes institutionnelles nécessaires au traitement de la misère. À l’aube du xxe siècle, plus nettement que jamais, les prix de vertu appartiennent à l’univers de l’aide aux démunis, et connaissent une évolution considérable qui en transforme profondément la place et les résonances sociales.

88L’idée de reconnaître et récompenser de manière pécuniaire la valeur du mérite modeste, étroitement corrélée on l’a vu aux perspectives de la morale par l’exemple, s’adjoint en effet dès la fin du Second Empire d’une perspective complémentaire d’assistance sociale différentielle et ciblée. Bien qu’à nouveau largement ignorée par l’historiographie, cette mutation, d’abord quantitative, qui définit le contexte dans lequel il convient de replacer l’approche qualitative des candidatures, marque une étape déterminante non seulement de l’institution de récompense académique, mais plus largement des conditions sociales de production de l’imaginaire de l’excellence civique populaire.

L’essor des fondations

  • 107 Discours…, 1859, pp. 15-16 ; Discours…, 1868, p. 39.

89L’acculturation de l’initiative instituée par le legs du baron Auget de Montyon, au terme de près de quarante années de publicisation systématique, renforcée on l’a vu dès la Monarchie de Juillet d’entreprises homologues, s’affirme dans la dernière décennie du Second Empire. Guizot le relève en 1859 : « Cette fondation d’un homme de bien est devenue populaire dans le pays tout entier ; partout les amis de l’humanité, les honnêtes gens la connaissent et tournent les yeux vers l’Académie pour réclamer sa sympathie en faveur des vertus auxquelles ils assistent. » Un long trajet, semé de moqueries et de critiques, mais soutenu de manière volontariste par l’institution, a désormais inscrit dans les sensibilités l’étrange initiative de 1782. Le comte de Carné y insiste une dizaine d’années plus tard : « A l’imputation d’appliquer aux choses de la conscience les procédés en usage pour l’élève du bétail et l’extension des cultures fourragères, l’Académie a répondu par l’établissement d’une solennité, très nouvelle sans doute, mais à laquelle la sympathie du pays et son émotion toujours croissante ont assigné son véritable caractère107. »

  • 108 Nous arrêtons nos investigations en 1914, mais la tendance se poursuit voire se renforce au-delà. (...)

90La pratique académique, indépendamment même des autres indices du souci élargi de l’émulation civique et morale qui marque l’avancée du siècle, creuse indiscutablement son propre sillon. En 1866, la fondation Souriau institue ainsi un prix annuel de 1 000 francs destiné, comme ceux d’Auget de Montyon, à « récompenser les actes de courage, de vertu et de dévouement », tandis qu’en 1868, Marie-Palmyre Lasne fonde six médailles de 300 francs chacune, pour être données en prix de vertu « de préférence aux plus pauvres, et autant que possible à ceux qui ont donné de bons exemples de piété filiale ». La République, seulement jusqu’à la Première Guerre mondiale, va voir l’apparition, pour le moins surprenante, d’une quarantaine de créations similaires108.

  • 109 Ce philanthrope originaire de Villars-de-Lans en Isère, ayant fait fortune dans la construction, p (...)
  • 110 Le testament du légataire stipule sa volonté de distribuer chaque année un prix de 4 000 francs, e (...)

91Le recensement de ces créations (voir le tableau en annexe), rarement mentionné dans la mémoire officielle de l’Académie, révèle l’ampleur d’un engouement qui, pour l’essentiel, ne déroge ni aux perspectives ouvertes par Montyon, ni à celles de la morale par l’exemple. En effet, près de la moitié de ces créations restent fidèles à la vocation d’une récompense élargie à l’ensemble du spectre de l’excellence civique. Si la « piété filiale » (onze fondations), le dévouement des domestiques, le dévouement au sein de la fratrie ou de la part de « femmes signalées dans les trois qualités de fille, épouse et mère », affirment l’importance des vertus familiales (dix-huit fondations de manière directe ou indirecte au total), cette attention ne fait cependant que prolonger une préoccupation déjà régulièrement affirmée dans les palmarès du demi-siècle précédent. En d’autres termes la multiplication et la diversification des critères d’attribution des nouveaux prix de vertu académiques relèvent moins d’une remise en cause des plus anciens que d’un souci de précision, les fondateurs cherchant d’abord, semble-t-il, à souligner des critères de comportements exemplaires qui doivent retenir l’attention des académiciens, et à susciter les candidatures qui peuvent leur correspondre. On trouve ainsi des précisions de nature géographique (cinq fondations), sexuelle (quatre fondations féminines, deux masculines), ou bien entendu par type de comportements admirables. Le citoyen secoureur, auquel l’entrepreneur Scipion Gémond réserve en 1878 un prix annuel de 1 000 francs « destiné à récompenser des actes de courage, de dévouement, et de sauvetage109 », et qui est à nouveau indirectement désigné en 1908 au titre de « la bravoure, du courage ou de l’héroïsme » de citoyens lorrains, accompagne ainsi la montée en puissance de l’institution. Il bénéficie en outre, en 1890, d’une importante fondation au titre de l’établissement des Invalides de la Marine110.

  • 111 Marais J.-L., op. cit., pp. 372-374. Étienne Lamy donne 500 000 francs en mai 1916 pour récompense (...)
  • 112 Ibid., p. 284. Jean-Luc Marais estime que les pratiques donatives, très marginales en regard de la (...)

92De fait, cette galerie élargie du mérite populaire, il est important d’y insister, n’invalide que très marginalement, au moins jusqu’en 1914, la portée universelle de l’excellence civique des modestes. Une seule initiative, au demeurant très éphémère (il s’agit d’une libéralité exceptionnelle de six mille francs), affiche en 1889 une tonalité politique plus militante, par la volonté « d’assurer le moyen de faire un plus grand nombre d’heureux à l’occasion du centenaire de 1789 », et c’est le secrétaire perpétuel de l’Académie lui-même, Étienne Lamy, grand ordonnateur sur plusieurs décennies des prix de vertu, qui le premier ouvrira en 1916 une qualification religieuse des méritants justifiant des récompenses qu’il institue111. Si l’Académie française est bien, comme l’écrit Jean-Luc Marais, un « bastion de la défense catholique » au tournant du siècle, les prix de la vertu des humbles ne sont néanmoins le propre d’aucune chapelle politique ou religieuse, à l’image d’ailleurs de l’ensemble des pratiques donatives ou légataires du xixe siècle, où « les écarts entre les sexes, entre les groupes sociaux, ne sont pas considérables »112. Les prix de vertu et la morale par l’exemple, nous aurons l’occasion d’y revenir, cheminent toujours dans l’intervalle où se réunissent, depuis des départs éloignés, des perceptions communes du mérite civique.

  • 113 Dislère P., « Note relative aux dons et legs faits aux établissements publics ou d’utilité publiqu (...)

93L’expansion des sommes distribuées n’en reste pas moins impressionnante. En passant d’une vingtaine de milliers de francs au début des années 1880, à près de quatre-vingt-dix mille en 1908 (voir le graphique en annexe), les prix de la vertu modeste, indice important de l’acculturation du référent méritocratique qui les supportent, occupent une place remarquée dans l’économie de la bienfaisance. « Par opposition avec ce que nous avons pu constater pour presque toutes les catégories d’établissements », souligne en 1907 le président de la section de l’Intérieur du Conseil d’État, le chiffre des donations aux Académies de l’Institut augmente considérablement : un million et demi à deux millions de francs annuels de 1901 à 1906, soit au total près de huit millions et demi de francs de l’époque. « On constate ici l’impression que produit sur le public l’effet d’une publicité perpétuelle, le plaisir qu’éprouve un riche donateur à savoir que chaque année son nom sera répété sous la coupole de l’Institut, publié dans les comptes rendus des journaux113. »

94Le tour de force de Montyon atteint son plein régime avec la première génération à en avoir connu la publicisation massive et systématique. Frappante continuité des dispositifs de l’encouragement à l’excellence civique et à l’émulation au sens large, les donateurs, note Jean-Luc Marais, toutes catégories confondues (prix de vertu, littéraires ou scientifiques), ont en moyenne plus de soixante ans, et le rythme des créations s’accélère dans la dernière décennie du siècle. L’essor des prix de la vertu modeste s’inscrit dans un mouvement plus large, mais il marque la banalisation des perspectives d’une morale par l’exemple associée à la bienfaisance volontaire.

95On ne s’étonne pas, au final, que le nombre de lauréats suive la progression des sommes distribuées, et quintuple de 1868 à 1900, pour désormais dépasser la centaine de vertueux annuellement récompensés.

Les récits de vie exemplaire et la certification de l’excellence civique des humbles

96Si les prix de vertu doivent beaucoup au prestige de l’éloge et de la parole académiques, ils doivent autant sans doute à l’originalité du dispositif de validation de l’excellence civique populaire qu’ils inventent. La reproduction accélérée de l’initiative fondatrice dans la seconde moitié du xixe siècle, comme son extension on le verra à de nombreuses autres institutions, puisent d’abord en effet à la crédibilité, jamais entamée, des lauréats de la vertu modeste, dans une période qui voit la montée de la pensée scientifique et des préoccupations de description positive des individus.

  • 114 Foucault M., Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard (TEL), 1993 (1re éditio (...)

97Le défi n’est pas mince qui consiste à fixer le mystère dont s’entourent, par nature, les comportements désintéressés. Il est renforcé, à la différence des récompenses honorifiques, du risque de corruption, puisqu’il s’agit des mérites de gens modestes, et qu’on les paye d’argent. Comme dans le cadre de la répression de la déviance, à « l’âge de l’examen infini et de l’objectivation contraignante », c’est donc au prix d’une « épaisseur de documents » et d’un « réseau d’écriture114 »que l’on va s’efforcer de capter le mérite moral sans le corrompre.

98Dès la Monarchie de Juillet, alors que l’appareil préfectoral est engagé dans la publicisation massive des lauréats, dont l’officialité du statut est désormais manifeste, les académiciens portent leur attention sur la rationalisation procédurale soigneuse de l’identification des méritants potentiels. Tout au long du siècle, les livrets reprennent ainsi, en tête, les Conditions pour tous les concours aux prix de vertu :

« On adresse un mémoire très détaillé de l’action ou des actions vertueuses, et appuyé de pièces probantes, de certificats authentiques délivrés et signés par les autorités locales ou par des personnalités notables. On a soin d’indiquer les noms, prénoms, le lieu de naissance, l’âge de la personne présentée, l’époque et la durée de l’action, qui doit s’être prolongée jusque dans le cours des deux années précédentes, le nom et le domicile des personnes qui en ont été l’objet. Ce mémoire, signé des notables habitants du pays, est soumis au maire qui, après avoir certifié les signatures et les faits qui y sont énoncés, adresse le tout au Préfet ou au Sous-Préfet ; si ces fonctionnaires ont personnellement connaissance de ce qui est indiqué dans le mémoire, ils en attestent la vérité, soit dans les pièces mêmes, soit dans la lettre d’envoi que le Préfet écrit au Secrétaire perpétuel de l’Académie française. »

  • 115 Voir en ce sens : Boltanski L. et Thévenot L., De la justification. Les économies de la grandeur, (...)

99Énumération d’un réseau de preuves, validation administrative, fréquents recoupements et vérifications par l’Académie elle-même – les dossiers conservés le montrent –, la grandeur civique académique ne se mesure pas d’une réputation ou d’une impression subjective. Comme la faute ou le démérite, auxquels elle emprunte sa forme judiciaire, elle s’atteste par un assemblage, se fixe dans un recueil de faits et d’opinions, s’entrelace d’une biographie115.

  • 116 D’Haussonville comte (fils), Prix de vertu de 1896, p. 28.

100Parce qu’il s’agit de faire exemple, sans doute aussi parce qu’il s’agit de modestes – l’attention réglementaire dont bénéficient les récompenses honorifiques d’État en témoigne (chapitre iii) –, l’Académie porte durablement jusqu’au scrupule sa traque du mérite menteur, en même temps qu’elle l’associe, une fois encore, à un désir de mémoire et de conservation. Le dispositif, les académiciens y insistent régulièrement à la fin du siècle, n’a certes été ni désiré ni entrevu par le baron Auget de Montyon, mais il constitue peut-être, comme la publicisation systématique des livrets, la principale réalisation de ses objectifs. Montyon, assure le Comte d’Haussonville en 1896, « a fait de nous les archivistes de la vertu publique », et tandis que « les dossiers des malheureux qui ont commis des actes délictueux sont soigneusement conservés au Palais de Justice », ceux de l’excellence civique populaire ont désormais leur place dans une plus rassurante mémoire nationale : « Soigneusement classés par ordre alphabétique depuis plus de soixante ans, ils emplissent une vaste salle qu’ils finiront par déborder, et nous ne saurons plus où les mettre. Un jour viendra où l’Institut sera encombré par la vertu116. »

  • 117 Les archives de l’Institut détiennent une série de 44 cartons, avec quelques lacunes, couvrant la (...)

101De fait, au sein d’une diversité qui s’étend de quelques feuilles maladroites et salies à l’opuscule soigneusement imprimé et relié, le regard historique ne peut manquer de s’étonner de la large circulation des exigences académiques, de leur appropriation par les candidats et leurs intercesseurs, et plus largement de la profonde résonance populaire de l’imaginaire du mérite modeste dont témoignent les dossiers qui nous sont parvenus. Du gros tiers de siècle (1860-1898) qui reste accessible à l’investigation, alors que le nombre de candidatures annuelles retenues double pour dépasser le seuil des deux cents à l’aube des années 1890, émerge d’abord l’incontestable richesse du corpus au titre de l’histoire sociale du moment, notamment en ce qui concerne les conditions de vie des couches les plus nombreuses117. Là où l’attribution des médailles pour Actes de courage présente, on le verra, une intéressante, mais au total assez sommaire enquête sur les circonstances d’un acte et la moralité d’un impétrant, ce sont ici à de véritables récits de vies exemplaires, à d’étonnantes micro-mobilisations émotives, parfois en forme de petits plébiscites civiques locaux, que l’on se trouve confronté. Autant, et probablement mieux sans doute que de la reprise édifiante convenue des morales en action, affleure de ce feuilleté de vies modestes quelques-unes des balises durables d’un imaginaire national, dont participe très directement la figure du citoyen secoureur.

102De 1868 à 1889, le nombre de dossiers de secoureurs avoisine une quasi-proportionnalité dans le corpus de candidatures (4,3 % des dossiers, soit de 1 à 11 candidatures) et de lauréats (5,2 %, soit de 3 à 12,9 % des lauréats, avec une absence en 1886). Au-delà de variations peu significatives, et bien qu’en valeur absolue les données puissent paraître modestes (cent quarante-cinq sauveteurs récompensés sur deux mille huit cent cinquante et un lauréats en plus de quarante ans), l’importance constante du mérite courageux dans la galerie de l’excellence civique populaire est soutenue tant par le choix des académiciens d’en préserver la présence, malgré un nombre réduit de candidatures, que par le niveau de récompense qu’ils lui accordent, le plus souvent dans le tiercé de tête des prix les plus richement dotés.

  • 118 Voir notamment, sur l’importance du récit qui permet « de faire tenir ensemble la mutabilité anecd (...)

103Fait remarquable, et probablement décisif dans le long terme de l’imprégnation de l’imaginaire du sauveteur dans la France du xixe siècle, le citoyen secoureur parvient à l’aide de l’excellence académique à s’affirmer dans une continuité biographique, celle d’une histoire personnelle, évolutive, cohérente dans sa persistance au Bien, et qui transcende par définition une suite, certes éclatante mais discontinue, de monades isolées de « Belles actions » telles que les récompensent depuis 1820 les médailles officielles. La lecture des dossiers conservés convainc, du moins pour le dernier tiers du siècle, que la plume académique, dont les effets se sont peut-être alors déjà suffisamment répandus, n’a nulle besoin de forcer cette unité de perception qui s’ordonne le plus souvent, dès l’origine de la candidature, dans un véritable « récit de vie » exemplaire, lequel dépasse de beaucoup la somme d’un état-civil et d’une énumération de comportements remarquables. Bien qu’elle soit difficile à restituer ici, autrement que par quelques échantillons, c’est bien d’abord une forme narrative spécifique qui s’impose de la sorte au regard118.

104Le mémoire, grand format manuscrit de huit pages, réalisé en décembre 1872 dans la commune de Blainville en faveur du premier prix de 1873, est un exemple représentatif – et qui pour être soigné n’est en rien exceptionnel de l’étonnante tenue rédactionnelle moyenne des candidatures – des trois étapes selon lesquelles se structurent, en l’occurrence pour un citoyen secoureur, mais de manière commune à tous les candidats de la vertu modeste, un mémoire de présentation : une forme d’exorde, un exposé détaillé de faits, un bref apologue de conclusion. Dans la marche vers l’excellence académique, et c’est ce qui en explique l’importance centrale au sein des dispositifs d’émulation morale du siècle, la vie de l’anonyme s’écrit d’abord comme une histoire :

  • 119 Boivin (2. E. 34, 1873).

« Les soussignés, Maire, Adjoint, Conseillers Municipaux et Notables de la commune de Blainville (Manche), ont l’honneur de présenter à l’Académie française, comme candidat au prix Montyon, le sieur Boivin (Casimir-Fleury), marin pêcheur, demeurant au dit-lieu. Cette candidature se recommande, non point par un acte de vertu isolé, mais par une séries d’actes de dévouement qui honorent au plus haut point le sieur Boivin sus-nommé, et qui, vu leur multiplicité, constituent en quelque sorte toute sa vie. Boivin est une de ces nobles âmes pour lesquelles l’intérêt personnel, les dangers, la mort même, ne sont rien quand le devoir commande ; un de ces intrépides observateurs en tout temps et quand même de cette belle maxime de nos pères : Fais ce que dois, advienne que pourra. Il appartient à cette race vaillante des marins qui ont été la force et la consolation de la patrie dans les jours d’épreuves qu’elle vient de traverser, et représente à un degré éminent cet esprit de sacrifice et d’abnégation qui fait les héros et ennoblit l’humanité. Mais laissons parler les faits : ils sont, dans leur simplicité, plus éloquents que tous les panégyriques. […] [Exposé des faits (cinq au total)] 1er fait – Le 4 mars 1854, un bateau pêcheur, monté par les nommés […] chavire, dans la tempête, sous Blainville. Boivin, qui naviguait dans les parages, aperçoit le danger : il dirige aussitôt son embarcation vers les quatre naufragés qui, cramponnés à leurs esquifs, luttaient contre les flots ; mais une lame le jette à la mer ; il est heureusement repris par son équipage qui, effrayé, veut abandonner l’entreprise. Boivin, à peine remis, s’y oppose énergiquement : ‘Allons-donc, dit-il, avant tout sauvons-les’, et, entraînant avec lui ses matelots, électrisés par tant de courage, il continue de voguer vers les naufragés, les atteint, et les ramène au port sains et saufs, après de longs efforts contre une mer déchaînée et au risque de faire couler bas son bateau surchargé. 2e fait – Le 7 octobre de la même année 1854, les nommés […] s’en revenaient de la coupe de la pailleule ou verdière, montés dans de grands paniers en osier appelés dromec, qui contenaient le produit de leur récolte et qu’ils dirigeaient du milieu de la mer vers la plage, lorsque survint un ouragan d’une violence inouïe, et d’autant plus dangereux qu’il commençait vers la fin du jour et que la nuit venait joindre ses ténèbres à l’horreur de la tempête. Les malheureux pêcheurs de pailleule, ballottés par les flots, emportés à la dérive, couraient à une mort certaine. Boivin l’apprend. Aussitôt, sans calculer le danger, malgré son entourage qui lui représente la folie de l’entreprise, il part avec son bateau, en compagnie de deux hommes que son exemple a entraînés, rame vigoureusement dans la direction de ces infortunés, réussit à les approcher, et, allant de l’un à l’autre, il les recueille successivement, épuisés et presque anéantis. […]
En résumé, nous sommes en présence d’un homme qui, sans souci de lui-même, par pure abnégation, a sauvé, au péril de ses jours, 22 existences : quelle vie a été mieux remplie que la sienne ! Ajoutons qu’il n’a que cinquante ans et qu’il est bien décidé à continuer son œuvre de salut, toutes les fois qu’il y aura lieu, et à accomplir jusqu’au bout ce qu’il regarde comme sa mission. Un dernier mot : cet homme si méritant est de plus un digne et excellent père de famille, chargé de six enfants, dont le plus jeune a deux mois, et d’un aïeul plus que nonagénaire, et il est le seul et unique soutien, ne possédant aucune fortune, de tout ce monde qui réunit les multiples besoins de l’enfance et de la vieillesse. Attendu tous les actes de vertu et de dévouement dont le narré précède, les soussignés espèrent que l’Académie voudra faire un acte de justice à l’égard de Boivin, et en même temps donner au public, qui a tant besoin, par ce temps d’égoïsme, de salutaires exemples, une leçon de haute moralité119. »

  • 120 « Analyse des certificats de sauvetage sur les faits constatés dans le présent mémoire : 1 - Certi (...)

105Prévot (1867), Boivin (1873), Lecorgne (1888) avec l’appui de leur commune, Rastel (1878), Delannoy et Baude (1887) avec celui de la Société Centrale de Sauvetage des Naufragés, Durand (1884) avec celui des Hospitaliers Sauveteurs Bretons, les citoyens secoureurs maritimes, portés par les nécessités de la préservation contre l’accident de mer et d’éloquents interprètes, accèdent très régulièrement sur la période aux marches les plus hautes de la vertu modeste. Jean Prévot, ex-surveillant de la navigation, soutenu par quarante-sept habitants notables de Libourne, bénéficie même d’une forme de record, ou d’exception, puisque récompensé du prix Montyon en 1843, après avoir attesté du sauvetage de vingt-sept personnes, il bénéficie dans sa vieillesse, tant au titre de trente personnes sauvées durant les inondations de 1845 qu’à celui de son dévouement familial (il a perdu ses trois fils et élève encore quatre de ses petits-enfants mineurs), d’une nouvelle récompense de mille francs. Outre le mémoire, pas moins de quatorze pièces et certificats divers – ce n’est pas une exception et les preuves administratives se multiplient à partir des années 1880 – témoignent que « Prévot a toute les vertus, comme il a tous les courages ; bon époux, excellent père de famille, citoyen honnête et probe, il n’a qu’un désir, celui de faire le bien, qu’une ambition celle d’être utile à ses semblables. Heureux dans sa pauvreté, satisfait de sa position, ne portant envie à personne, il supporte sans se plaindre les plus dures privations120 ».

  • 121 Le sénateur prend ainsi la plume pour présenter le dossier de Michel Rastel, patron du canot de Sa (...)
  • 122 Voir notamment : dossier Antoine (2. E. 48, 1886), soutenu par le député Eugène Farcy, qui intervi (...)

106Députés, conseillers généraux, maires, sénateurs – tel le vice-amiral La Roncière Le Noury président de la Société Centrale de Sauvetage dont le siège parisien porte, le plus souvent avec succès, un soin particulier à la composition des dossiers 121 –, les candidatures académiques de secoureurs se réclament, pour une part, d’une mobilisation élargie, qui croise les soutiens politiques et associatifs122. L’excellence civique, à l’Institut comme ailleurs, on ne peut s’en étonner, se construit au fil d’un processus social complexe, et dont on ne peut que supposer, au vu des traces disponibles, qu’il ne manque pas d’être parfois contradictoire, qu’il peut emprunter les voies de l’intrigue ou de la vanité de soi, qu’il peut réclamer l’œil du soupçon et de l’enquête.

  • 123 Dossier Quesnel (2. E. 39, 1878). Il renouvelle sa candidature en 1880, 1881, 1883, et 1889 (2. E. (...)
  • 124 Dossier Maillie (2. E. 33, 1870). Le dossier porte la mention : « Demande elle-même. Ce mémoire me (...)
  • 125 Dossier Lecorgne (2. E. 51, 1888). Le dossier de 1887 porte l’explication des rejets : « Je répond (...)

107Pour Auguste-Marie Quesnel, marin-pilote de trente-huit ans en 1878, patron du canot de sauvetage de Grandville, sauveteur médaillé et chevalier de la Légion d’honneur, « de plus digne et excellent père de famille dont il est l’unique soutien », dix-sept années de patience et six candidatures au total seront nécessaires pour accéder au prix Gémond de 1894. Désigné par une correspondance spontanée à l’Académie comme « un courageux marin, cela est connu », il y est cependant dénoncé comme bénéficiant d’une « coterie qui existe en ce moment, une pétition tendant à obtenir le prix Montyon », et vivant « publiquement en concubinage avec une veuve de laquelle il a eu deux enfants ». L’enquête révèle au final l’abandon de son ménage et de son jeune enfant par sa femme, et plus tard ses condamnations pour fraude123. Le soin de l’administration de l’Institut préserve des plus voyantes erreurs, par le patient maillage des témoignages locaux recoupés, des sous-préfets sollicités, des dossiers repoussés dès lors que l’instruction repère, comme pour la secoureuse médaillée Ludivine Maillée en 1870, une présentation par l’intéressée elle-même et « un grand savoir faire124 ». Au risque de l’excès de scrupule, la simple rédaction personnelle menace d’ailleurs le devenir des candidatures les plus légitimes, telle celle de Louis-Marie Lecorgne, rejeté sur ce motif à deux reprises, avant d’être récompensé du premier prix en 1888, au vu de 33 sauvetages maritimes, d’un incendie périlleux, et d’une lourde paternité de 11 enfants125.

  • 126 Dossiers Salvy (2. E. 46, 1885), et (2. E. 48, 1886) : Inspecteur du marché au poisson de Nice il (...)
  • 127 Le carton de 1887 contient un registre manuscrit des dossiers présentés à plusieurs reprises de 18 (...)

108Le plaidoyer par l’individu de sa propre excellence n’en est pas moins accentué chez les secoureurs (sur 95 dossiers dépouillés 30 émanent directement des intéressés), et il suit visiblement la courbe des récompenses : photographie en pied et propagande dans la presse locale, notice soigneusement reliée et imprimée pour les sauveteurs Salvy et Favre, insistance et répétition pour Antoine Pittorino de Marseille, 8 médailles, 36 sauvetages et 96 personnes sauvées126. Craignant sans doute l’amplification du phénomène, en direction duquel sa vigilance est cependant constante, l’Académie se résout en 1894 à ajouter à ses conditions que « le mémoire ne doit pas être signé, ni adressé par la personne présentée127 ».

109À pointer les extrêmes, il faut prendre garde cependant à ne perdre la généralité d’une procédure dont l’essentiel, au vu des archives conservées, reflète d’abord l’audience de la morale par l’exemple dans l’imaginaire civique du siècle. Ni lubie de quelques donateurs isolés, ni quête marginale et intéressée de la récompense, l’institution des prix de la vertu modeste s’alimente de son enracinement dans une sensibilité populaire qui paraît, mieux encore que les Académiciens eux-mêmes, lui reconnaître toute sa légitimité.

  • 128 Dossier Gaonach (2. E. 32, 1869). Le sous-préfet de Châteaulin précise : « Mes investigations ont (...)
  • 129 Dossier Brunet (2. E. 48, 1886). Le mémoire est reproduit sur le formulaire officiel d’extrait du (...)
  • 130 Dossier Colombet (2. E. 51, 1888). Le mémoire est signé d’un inspecteur général des services admin (...)

110« La lecture du discours de M. le Comte de Carné sur les prix de vertu prononcé dans votre séance du 20 août 1868 » écrivent ainsi « le maire et les habitants » de la commune de Crozon en 1869, « nous a fait penser qu’il existait dans notre contrée un humble paysan, digne par son généreux dévouement à sa famille d’être présenté comme exemple aux populations rurales et d’obtenir l’une des récompenses que vous décernez chaque année à ceux qui par de rares vertus, par des œuvres de sacrifice et de dévouement, accomplis sans arrière-pensée de rémunération ou de gloire, font de leur existence une carrière d’abnégation et d’héroïsme qu’ils parcourent fidèlement et honorablement jusqu’au bout128 ». À Bosset, arrondissement de Bergerac, c’est le conseil municipal qui se déclare en séance en 1885 « unanime à reconnaître l’exactitude des faits relatés qu’ils connaissent personnellement et qui sont de notoriété publique » en faveur du jeune Paulin Brunet, et estime que son comportement (dévouement familial constant et courage lors d’une épidémie) « doit lui faire mériter un prix Montyon129 ». Au Puy, en 1887, ce sont plusieurs membres des professions judiciaires qui interpellent la municipalité en faveur du cocher et sauveteur Jean Colombet, récompensé d’un prix de 1 000 francs : « Et vous-même Monsieur le Maire, premier magistrat de notre cité, ne pourrez-vous pas vous joindre à nous pour appuyer notre supplique. Le père Jean Colombet ne vous est-il pas aussi connu que nous et ne le jugez-vous pas digne de la sollicitude académique ? Ne voulez-vous pas contribuer à lui procurer cette suprême consolation ? Oui, vous proclamerez avec nous qu’il est digne du prix Montyon, et que le nom de cet homme du peuple mérite d’être inscrit à la suite de tant d’autres vénérés et glorieux, sur le tableau d’honneur130. »

111Largement présente dans les candidatures, la modalité de présentation de forme pétitionnaire, qui semble retrouver après plus d’un demi-siècle l’esprit du recueil révolutionnaire, en devient avec la République la plus légitime, celle qui, loin du paternalisme et du patronage, exprimerait l’idéal d’une demande de reconnaissance issue des terroirs et des sociétés civiles locales, long projet souterrain du tableau d’honneur des simples citoyens que la presse populaire, on l’a vu, saura reprendre à la même période pour son propre compte.

  • 131 Académie française, Prix de vertu, fondé par M. de Montyon. Discours prononcé par Ludovic Halévy…, (...)

112Seule une minorité de requêtes, assure en 1894 sous la Coupole Ludovic Halévy, confondent l’excellence académique récompensée et la reconnaissance personnelle de « vieux messieurs de province » qui voudraient assurer les vieux jours d’une servante dévouée : « Je vais en prendre une, et je vous assure, Messieurs, que je peux la prendre au hasard, car toutes se ressemblent. Elle a été envoyée d’Albaret-le-Comtal, un petit village de quelques centaines d’habitants, dans la Lozère. On a choisi, évidemment, pour l’écrire, la plus belle main du village, et le copiste s’est appliqué. Il a pris une grande feuille d’un papier un peu grossier, acheté chez le petit détaillant d’Albaret-le-Comtal, et cette feuille est toute froissée, toute tachée, pour avoir passé par bien des mains, par des mains d’ouvriers et de paysans qui ont tous voulu signer. […] Et le curé signe, puis le maire, puis les membres du Conseil municipal, puis cinquante habitants de ce petit village… un tel, menuisier ; un tel, charron ; un tel, sabotier… C’est toute une suite de signatures gauches, maladroites, tracées par des mains pour lesquelles les outils du laboureur et de l’artisan sont moins embarrassants et plus légers qu’une plume. C’est en somme tout un village de France qui nous dit : “Il y a parmi nous une créature parfaite, qui a toujours vécu sous nos yeux, et que nous admirons, et que nous aimons tous. Accordez-lui un de vos prix de vertu. Nous en serons bien heureux, et l’argent que vous lui donnerez ne restera pas longtemps entre ses mains : il ira tout de suite à ses seuls amis, les pauvres et les malades.” Des centaines de villages français écrivent, tous les ans, des lettres semblables131. »

113Par-delà la légitimation opportuniste que vise la prose académique, l’élan spontané des communautés locales vers la reconnaissance de l’excellence civique populaire s’affirme à la fin du xixe siècle comme le principal ressort des candidatures de la vertu modeste et de leur ancrage dans la République. Bien que l’évaluation de l’importance sociale et politique des prix de vertu dépasse de beaucoup le cadre strict de l’imaginaire du citoyen secoureur, elle en précise le contexte, et souligne les voies multipliées, esquissées sous les Lumières, puis reprises et prolongées par la pensée libérale, du cheminement de l’objectivation des types civiques exemplaires. Donateurs, soutiens de candidats, candidats eux-mêmes, l’étrange institution des prix de vertu, héritée des utopies du passé, s’est désormais enracinée dans la mémoire civique nationale. Plus encore, tant du point de vue quantitatif, par la multiplication des fondations, que qualitatif, par la banalisation des perspectives de la morale par l’exemple et des biographies exemplaires, son rôle dans l’extension de la méritocratie et de l’émulation morale ne va cesser de s’étendre jusqu’au premier tiers du siècle suivant.

Les rhizomes de l’émulation morale : capillarité et élargissement du modèle académique

  • 132 Il s’agit le plus souvent de cas de dévouement de domestiques à leurs maîtres, ou de bons et loyau (...)

114Les procédures de récompense de la vertu modeste, en dépit de l’incontestable impact des cérémonies académiques sur l’esprit du siècle, ne justifieraient probablement pas d’un regard historique prolongé si elles n’étaient restées que le propre du palais de l’Institut. À la capillarité du genre imprimé des morales par l’exemple et du long tableau d’honneur des décorations officielles répondent ainsi celles des donations et des pratiques de récompenses elles-mêmes. Municipalités, sociétés savantes de province, initiatives maçonniques, confessionnelles ou laïques, collectives ou individuelles d’émulation morale, le repérage de cette postérité, échappant à nouveau à l’unité de corpus qui conduit souvent la quête historiographique, est pour l’essentiel, lui aussi, demeuré aveugle au regard historien. À la cour suprême de la vertu modeste qu’établit progressivement sur le siècle l’Académie française, répondent ainsi les délibérations et les fondations locales, les livres d’or et les rosières de village, ou les associations d’émulation comme la Société Nationale d’Encouragement au Bien, à laquelle l’Académie elle-même transmet, au moins à compter des années 1880, certains dossiers de candidatures132. Aussi est-ce également de manière indirecte, par l’évocation de cette nébuleuse de tribunaux multipliés de l’excellence civique modeste, de ces emprunts et de ces dérivations d’une forme, que l’on peut tenter de percevoir l’impact des prix de vertu sur l’imaginaire du siècle, et leur contribution décisive à la solidification du type exemplaire des citoyens secoureurs.

L’excellence civique en province

  • 133 Delandine A.-F., De la conservation et de l’utilité politique des sociétés littéraires dans les dé (...)

115Chaque terroir a ses grands hommes, et s’il est une justification qui parle en faveur des associations savantes de province, explique dès 1791 Antoine-François Delandine, alors que s’esquisse le débat sur l’opportunité du maintien des académies issues de l’Ancien Régime, c’est notamment celle qui relève de leur « utilité politique » en matière d’émulation morale133. Les associations savantes sont des Instituts à la mesure de la société locale, et elles accompagnent au fil du xixe siècle, en ce qui concerne la récompense de la vertu modeste, les évolutions de leur prestigieux modèle.

  • 134 Le corpus a été constitué de manière aléatoire à partir de : Montessus de Ballore R. de, Index gén (...)

116Même limité à un corpus réduit de cinq sociétés savantes de province, le parallèle des fondations et des interprétations associées à l’excellence civique populaire est en effet frappant : outre une fondation précoce à Rouen dès 1861, ce sont ainsi, de 1873 à 1914 pas moins de vingt-sept récompenses homologues à celles de l’Académie Française qui se trouvent instituées à Lyon, Mâcon, Nancy, et même Metz alors sous administration allemande (voir le tableau en annexe)134.

  • 135 Boucher dr., Rapport sur les prix de vertu décernés par l’académie de Rouen en 1907, Rouen, Académ (...)

117Les grands axes du mérite récompensé sous la Coupole sont conservés : dévouement élargi (13 fondations), dans la famille (5 fondations), citoyens secoureurs (3 fondations). Les gratifications distribuées sont également souvent nombreuses : plus de vingt à Lyon en 1890, une quarantaine à Metz en 1900. Malgré des legs parfois très importants, elles demeurent néanmoins généralement plus réduites, cent francs le plus souvent, cinq cents au maximum. Plus nettement encore qu’au niveau national, l’excellence civique des humbles est d’abord un exemple, une morale en acte de « ces modestes concitoyens, remplissant noblement leur devoir social et rachetant, par leur simple et loyale attitude, la faiblesse des égarés », note en 1907 le docteur Boucher de Rouen135.

  • 136 « Nos lauréats, d’ailleurs, nous le savons, regardent la valeur du prix comme chose secondaire ; c (...)
  • 137 Lallemand de Mont, « Rapport sur les prix de vertu », Mémoires de l’Académie de Stanislas, 6e séri (...)

118Comme le suggère cette première constatation, il s’agit souvent moins, en province, de faire œuvre d’assistance que d’édification, de ré-assurance en l’avenir, et à Lyon l’académie accompagne d’ailleurs son prix d’une médaille, à Metz d’un diplôme, présents symboliques dans lesquels les orateurs veulent voir la principale des récompenses136. À la prudence et aux généralités des discours tenus sous la Coupole, les éloges décentralisés substituent également une prose plus directement soucieuse de la portée politique de la célébration du dévouement modeste. À Nancy, en 1912, un ancien secrétaire général de préfecture assure ainsi : « Plus est poignante notre anxiété en face des périls qui menacent l’ordre social, plus nous paraît douce la joie d’entrer en contact avec des âmes vaillantes qui, étrangères à toute pensée d’égoïsme, se courbent, silencieuses et résignées, sous la contrainte du devoir, ne demandant qu’à la paix de la conscience et du cœur leur part de bonheur en ce monde137. »

  • 138 Les donateurs, pour ne pas subir la censure de l’administration qui doit autoriser l’acceptation d (...)

119Plus souvent teinté d’un vocabulaire confessionnel, le dévouement des humbles permet en outre, plus nettement que dans l’enceinte parisienne, de valoriser l’importance de l’enseignement des valeurs chrétiennes. En dépit du contrôle strict de l’administration républicaine, pour certains donateurs, la mise en place d’un prix de vertu est aussi l’occasion de défendre leurs convictions religieuses, huit fondations au total, sur vingt-sept, affichant une tonalité catholique explicite, dont deux uniquement au travers de l’obligation d’assurer des cérémonies religieuses de commémoration posthume du ou des créateurs138.

  • 139 Mémoires de l’Académie de Metz, Lettres, Sciences, Arts et Agriculture, 1904-1905, p. 37. Voir aus (...)
  • 140 Marais J.-L., op. cit., p. 380, et plus largement pp. 337-382. On trouve mention de prix fondés en (...)

120Pour l’essentiel cependant, c’est une fois encore à une communion commune et apaisée devant le courage silencieux du plus grand nombre que l’on en appelle. À Nancy, à Rouen, à Metz, les citoyens « qui se sont distingués par un de ces actes courageux qu’on appelle de ce nom générique de sauvetage […], qui éclatent comme l’événement qui les provoquent et qui témoignent souvent d’un admirable oubli de soi », sont de la sorte particulièrement à l’honneur, au point que l’académie lorraine épluche en 1900 tous les journaux de Metz pour y trouver les preuves de la bravoure des secoureurs139. Le mérite courageux trouve de nouveaux relais dans ces cénacles qui ne se vouent plus seulement à l’érudition, mais sont choisis par les donateurs pour assurer localement la poursuite du long projet de reconnaissance et de publicisation de l’excellence morale modeste. Au demeurant, le travail de Jean-Luc Marais l’a fortement établi, si la forme académique constitue le mode le plus achevé, et probablement le plus prestigieux et rassurant pour les donateurs, de récompense de la vertu, il est loin d’être le seul. Municipalités, bureaux de bienfaisance, conseils de prud’hommes, chambres de commerce, comices agricoles (impulsés par le Second Empire à compter de 1851), sont également affectés sous la Troisième République par la contagion de l’encouragement au bien140.

  • 141 Maza S., Vies privées, affaires publiques. Les causes célèbres de la France prérévolutionnaire, Pa (...)
  • 142 Voir notamment l’évolution de 1818 aux années 1930 de la rosière de Nanterre : Segalen M. et Chama (...)

121Certaines pratiques connexes de celle inaugurée par Auget de Montyon sous la Coupole s’en trouvent renouvelées, à commencer par l’encouragement des jeunes filles pauvres et méritantes, dont quatre fondations du corpus se préoccupent explicitement. Rendues célèbres sous les Lumières par l’exemple de Salency en Picardie, les rosières se multiplient en effet au fil du siècle, dans toute l’ambiguïté, l’historienne américaine Sarah Maza l’a bien montré, des significations morales et politiques qui s’y projettent dès la fin du xviiie siècle141. Elles sont remises le plus souvent par les autorités municipales en collaboration, parfois en concurrence, avec les paroisses142. Longtemps marquées d’une symbolique religieuse, ces pratiques plurivoques, en dépassant le contrôle des mœurs et la célébration d’un rôle strictement sexué, rejoignent et renforcent de fait l’imaginaire du recueil et de la publicisation de l’excellence comportementale modeste.

  • 143 Cité dans : Ducasse B., « Fêtes de l’empereur et rosières libournaises », Revue archéologique et h (...)
  • 144 Segalen M. et Chamarat J., op. cit.
  • 145 Simon J., Fondation Cartault. Compte rendu de la cérémonie du couronnement de la rosière qui a eu (...)

122À Libourne, dès 1805, le couronnement de roses d’une jeune fille méritante s’accompagne ainsi de la récompense du chartier Jean Debrens, lequel « a puissamment contribué par son courage et en s’exposant lui-même à sauver un tonnelier du sieur Lanore, négociant de cette ville, qui, en sortant d’un chasse-marée, était tombé à la rivière et en grand danger de périr143 ». À Nanterre, en 1843, le maire qualifie de « couronne civique » la récompense de Mlle Giroud, dont il énumère les titres au mérite144, tandis qu’à Puteaux, en 1875, ce sont de véritables héroïnes de la piété filiale (l’une est « l’unique appui d’un père aveugle », l’autre « nourrit sa mère paralytique ») que couronne le député et futur président de la Société d’Encouragement au Bien Jules Simon. Le programme exposé pour l’occasion, devant un important auditoire, dépasse de beaucoup la simple rectitude sentimentale des jeunes filles avant mariage : « Nous inaugurons, en même temps que la République, l’ère des mœurs républicaines. Le travail dans l’atelier, le bonheur dans la maison, au Forum, la lutte pacifique par le raisonnement et par le vote145. »

  • 146 Marais J.-L., op. cit., p. 379.

123La célébration du bien est un tout qui, au niveau local, plus nettement encore que sur la scène nationale des prix de vertu, témoigne par-delà ses variations d’une profonde unité de perspective. Certes, moquée par la presse, l’Académie française refuse pour sa part en 1909 de sanctionner la collusion profonde dans l’imaginaire populaire des rosières et de la vertu modeste, pratiques moins distinctes que simplement spécialisées dans leurs motifs et leurs bénéficiaires, et rejette un legs visant à récompenser des jeunes femmes modestes ayant résistées aux attraits de « l’existence facile des femmes entretenues146 ». La cohérence, et surtout la convergence des pratiques, dont seul un repérage de plus grande ampleur permettrait d’évaluer la pénétration nationale, n’en demeure pas moins frappante, et elle vient sans nul doute soutenir, sur le siècle, la résonance des autres figures de l’excellence civique populaire.

124Prix des sociétés savantes, rosières, comices ou récompenses municipales, le précédent amplifié des prix de vertu de l’Académie française reconfigure au final le sens et la portée d’un ensemble diversifié de procédures qui, par-delà leurs balbutiements ou leurs prémisses dans la période pré-révolutionnaire, connaissent au fil du xixe siècle un renouveau, une naissance, ou une extension significative, principalement du Second Empire aux premières décennies de la Troisième République. Cette continuité des procédures, au-delà de l’inflexion des significations ou des usages dont elles sont l’objet, et qu’il convient de compléter maintenant par la nébuleuse de l’encouragement au bien, s’impose ainsi de manière empirique comme le premier résultat à la lumière duquel soit se comprendre l’affirmation des types civiques exemplaires, sur le long terme de l’imaginaire et de la culture politique française.

La Société Nationale d’Encouragement au Bien : une dérivation associative de l’émulation morale par l’excellence civique

125Association d’émulation morale d’envergure nationale inaugurée en 1864, reconnue d’utilité publique en 1894, et dotée d’un statut à demi-officiel sous la Troisième République, la Société Nationale d’Encouragement au Bien (SNEAB) n’est pas la moindre expression du long projet de la morale par l’exemple et de la publicisation de l’excellence civique populaire. Sur près d’un siècle en effet, la SNEAB s’impose comme le plus actif des relais de l’imaginaire du dévouement, de la constitution et de la diffusion élargie du type exemplaire du citoyen secoureur, ou même de la catégorie générique de « l’encouragement au bien » dont elle se revendique. Elle intensifie en outre, en abandonnant l’essentiel des dispositions d’assistance et de bienfaisance, les connotations les plus directement politiques des pratiques de célébration et de récompense du mérite des citoyens modestes.

  • 147 Pas la moindre mention de la SNEAB n’a été trouvée dans l’ensemble de la bibliographie consultée. (...)

126Il faut le reconnaître, la Société d’Encouragement au Bien échappe à une compréhension historiographique univoque, et pas seulement du fait des zones d’ombre qui entourent les aspects contrastés de son activité147. Le destin du regroupement étonne tout d’abord : lancée dans la dernière décennie du Second Empire comme une forme de patronage associant le spectacle rassurant des dévouements modestes, la communion des émotions, et la promotion d’une rigoureuse édification morale personnelle des couches les plus nombreuses, elle prospère comme jamais à compter du tournant du siècle. À quatre reprises, 1903, 1913, 1927, 1936, un président de la République en exercice valide symboliquement l’importance de ses activités, et les ministres (voir le tableau récapitulatif en annexe) participent plus régulièrement encore à son assemblée annuelle : Instruction Publique (1904, 1912), Agriculture (1902), Intérieur (1905), Commerce (1908), Colonies (1909), Travail et Prévoyance Sociale (1914). La SNEAB, en d’autres termes, prend avec la République le statut d’une institution semi-officielle.

  • 148 Le graphique a été réalisé d’après le dépouillement des séances publiques. Les archives de la soci (...)
  • 149 Archives de la SNEAB, circulaire Intérieur, 15 juillet 1919. Le ministre des Affaires Étrangères e (...)

127Les modalités d’attribution de ses récompenses le montrent d’ailleurs de manière explicite. Dès 1893, de trente à plus de soixante-dix de ses médailles, non-officielles mais en forme de décorations, sont attribuées sur propositions directes de ministères, certains se dotant même de formulaires spécifiques à cet effet (graphique en annexe)148. Le ministre de l’Intérieur l’assumera plus clairement que jamais en 1919, en reprenant le premier article des statuts à l’intention des préfets, qu’il invite à soutenir les activités de l’association : « Cette œuvre a pour but de propager les habitudes de moralité, d’ordre, d’économie, de tempérance et de dévouement à l’humanité, ses moyens d’actions consistent notamment en récompenses morales et matérielles à ceux qui en sont jugés dignes149. »

128Singulière déclinaison de la morale par l’exemple, la Société d’Encouragement au Bien n’accueille donc pas seulement le résidu de l’excellence civique académique, l’Académie transmettant parfois, on l’a dit, certains de ses dossiers. Dans l’histoire longue du projet de promotion du mérite civique populaire, c’est à la fois de la persistance et du renouvellement au cours de la Troisième République d’une pédagogie d’État des comportement moralement méritoires qu’il convient semble-t-il de la rapprocher. À trois titres au moins – la forme de ses récompenses, la proximité à l’univers associatif des citoyens secoureurs, la promotion d’un civisme patriotique d’union sociale –, la SNEAB prolonge en effet la perspective des prix de vertu, en l’adaptant aux impératifs et aux inquiétudes de la République.

  • 150 SNEAB, Séance publique…, « Rapport du secrétaire général », 1876, p. xviii.
  • 151 Ibid., 1878, pp. xxxii-xxxiii.

129Le premier indice du mimétisme pratique et institutionnel sur lequel se construit l’association est la reprise terme à terme du programme inauguré par le baron Auget de Montyon. En effet, sur le modèle du prix destiné à l’ouvrage le plus utile aux mœurs, la SNEAB se propose d’abord d’ » exercer une salutaire influence sur les masses », et d’opposer au « poison corrupteur » de « la propagande des idées malsaines » le rempart d’une littérature populaire responsable150. « Le récit détaillé des mauvaises actions, la publicité des actes licencieux, des adultères et des assassinats, des jugements criminels, ne sont, à notre avis, que des leçons offertes à l’avidité des hommes désœuvrés, dont l’imagination, déjà salie et toujours prête à s’enflammer, ne sait que trop saisir le mal et le mettre en pratique. Demandez à la Morgue et aux cours d’assises, et vous resterez convaincus que la responsabilité de la plupart des suicides et des attentats contre la vie ou la fortune d’autrui, doit retomber sur les libraires, les journaux et les théâtres, qui foulent aux pieds le respect dû aux mœurs, et les devoirs de la conscience (applaudissements)151. »

  • 152 Ibid., 1891, p. xxiv. Ce discours est repris à chaque assemblée, et vise bien sûr d’abord « les li (...)
  • 153 L’article 13 stipule : « La Société fait appel à tous les hommes de cœur, écrivains, publicistes, (...)

130D’une vingtaine d’ouvrages à l’aube de la République, à près d’une centaine à compter des années 1890, l’association valide ainsi durablement et dans des domaines divers – poésie, histoire, éducation populaire, instruction civique – les adversaires déclarés, diversement célèbres (Déroulède, Lavisse, le capitaine Driant…), de ces « écrivains sceptiques, qui dessèchent tout ce qu’ils touchent […], se plaisent à ravaler l’homme, […] à semer le doute et le néant moral152 ». À compter de 1867, et jusqu’en 1914, un prix de prose, complété d’un prix de poésie en 1876, récompensent également des manuscrits répondant à des sujets proposés annuellement : « Du respect, de son influence sur les mœurs » (1869), « De la Solidarité humaine, de ses obligations et de ses effets » (1877, 1900, 1902), « De l’élévation du peuple par le sentiment de dignité morale » (1880, 1910), « Du rôle réservé à la femme dans l’accomplissement de notre rénovation sociale » (1884, 1890, 1892), « De l’éducation familiale, son importance et son rôle » (1897). Les thèmes retenus visent à faire ressentir, en accord avec l’article 13 des statuts, « les avantages de la pratique des trois éléments fondamentaux du bonheur, travail – ordre – et bonnes mœurs153 ». Ouvrages édifiants, concours de prose et de poésie originaux, l’essentiel du programme d’action de l’association demeure néanmoins le recueil et la récompense des comportements exemplaires.

  • 154 Dufau, Séance publique, 1864, p. 19. « Ainsi que cela vous a été si bien dit et si nettement expli (...)
  • 155 Voir le graphique en annexe.
  • 156 Arnoul H., Séance publique, 1877, p. xii.

131À la générosité du philanthrope d’Ancien Régime et de ses continuateurs, et bien qu’elle distribue quelques aides financières aux plus nécessiteux – « un don destiné surtout à susciter l’esprit d’épargne au sein de la famille154 » –, la SNEAB substitue en effet des opérateurs matériels purement symboliques : une médaille suspendue à un ruban, et une « couronne civique » de métal doré pour quelques individualités prestigieuses. L’association y consacre l’essentiel de ses ressources155. La puissance des signes décoratifs, que la République, on le verra, popularise comme jamais, devient une récompense suffisante du mérite modeste. Le secrétaire général s’en félicite en 1877 : « Cette médaille, Messieurs, vous la trouverez à la fois dans le palais des souverains, dans la mansarde de l’ouvrier, sur la poitrine du prêtre et celle du soldat […]. Tous les jours nous voyons s’accroître le prestige de nos récompenses ; tous les jours, ceux qui la reçoivent en comprennent davantage le prix. Elle a servi de dot à plus d’une fille pauvre qu’un travailleur intelligent choisit entre toutes, sachant bien que l’héroïne de la piété filiale sera toujours une épouse dévouée, une excellente mère de famille. Notre médaille a été acceptée à l’égal d’une caution d’honneur en faveur d’un malheureux que la ruine allait atteindre et qui a remis en garantie cette simple médaille de bronze, comme l’équivalent de sa réputation même (Bravos)156. »

  • 157 De Beauvais, ibid., 1887, p. xiii.

132Le signe, dit la pensée révolutionnaire critique des décorations, subjugue l’imagination ; il matérialise et transmet l’insaisissable, incarne la communion civique et la grandeur morale des plus humbles, répondent inlassablement les orateurs de l’association. On saisit difficilement l’audience de cette étrange société sans relever comment elle mêle, en un tour de force qui fondera l’essentiel de son succès et de son audience, le programme des prix de vertu et de la morale par l’exemple à la forme des récompenses étatiques. Échappant aux critiques qui touchent ces deux modalités de récompense de l’excellence civique – la vénalité et la limitation aux plus pauvres pour les premières, le clientélisme favorisant les élites sociales pour les secondes –, la SNEAB s’inscrit à la croisée de dispositifs dont elle affirme, plus que jamais, la convergence profonde. Le docteur de Beauvais le souligne en 1887 : « Tous, grands ou petits, acceptent avec reconnaissance et une douce fierté cette récompense de valeur si minime, comparée à la grandeur du sacrifice, mais décernée avec un sentiment de parfaite justice, de haute estime et de sincère fraternité (Applaudissements). Tous la conservent précieusement à l’endroit le plus intime de leur foyer. Elle est l’objet de la pieuse admiration de chacun des membres de la famille. Vous le dirai-je, comme me le racontait en pleurant notre bon secrétaire général, plusieurs de nos lauréats, à l’heure solennelle de la mort, ont demandé à presser une dernière fois sur leurs lèvres leur chère médaille et à la remettre comme un tendre souvenir et un glorieux héritage entre les mains de leurs enfants157. »

  • 158 L’origine des ressources de la société est difficile à établir du fait des variations des rubrique (...)

133Cent cinquante à deux cents lauréats annuels jusqu’en 1874, trois cent jusqu’en 1893, plus de mille à compter de 1908 (voir le graphique en annexe), l’excellence civique récompensée par la société d’Encouragement au Bien connaît une progression quantitative spectaculaire. La santé financière de l’œuvre, pour autant qu’il soit possible de l’établir à compter des années 1890, suit une destinée parallèle, appuyée sur quelques legs importants, mais soutenue d’abord par des cotisations qui semblent valider l’audience du projet158.

134Au cours des premières années de la République, le secoueur impose le type générique de son excellence civique au palmarès et aux activités de l’encouragement au bien. À compter de 1877, sous l’impulsion du secrétaire général et fondateur Honoré Arnoul, le dévouement courageux est ainsi l’objet d’une association spécifique, l’Union Centrale des Sauveteurs, dont l’avoir sera versé, lors de sa dissolution en 1893, à la SNEAB.

  • 159 Le secrétaire général et fondateur de la SNEAB, Honoré Arnoul, crée et préside jusqu’à sa mort (18 (...)

135Le regroupement, ainsi que l’exposent ses statuts, ne prétend constituer « ni une école ni une institution pratique de sauvetage, mais bien une réunion de personnes qui s’imposent la mission de rechercher et de récompenser les actes de dévouement et de courage humanitaire ». Il retient « pour principe que le sauveteur n’est pas uniquement celui qui cherche à sauver son semblable d’un péril imminent, eau, feu, asphyxie, éboulement, etc., mais que les services de toute nature rendus à l’humanité, dans le but d’éviter une catastrophe morale, constituent parfois un sauvetage aussi méritoire que le sauvetage matériel159 ».

  • 160 Arnoul H., discours devant l’Union Centrale des Sauveteurs, L’Ère nouvelle française, n° 5, 1er ma (...)

136Plus que jamais, le citoyen secoureur s’affirme comme une allégorie. Le dévouement courageux ne préserve pas seulement de l’accident, il est un symbole, l’incarnation privilégiée d’un accomplissement à la fois personnel et collectif par la générosité de soi, le type exemplaire qui reflète, mieux que nul autre, le projet de régénération civique et morale de la SNEAB. Honoré Arnoul l’exprime sans détours en 1887 : « Mesdames, Messieurs, et vous nos vaillants sauveteurs, aidez-nous de tout votre pouvoir à l’accomplissement de notre tâche : opposez une digue au courant fatal. Car, retenez-le bien, il y va du salut de tous. Il ne suffit pas de sauver de la mort quelques personnes en danger, il s’agit d’un sauvetage d’une importance autrement grande : il faut sauver la France ! (Bravos) […] Éteignons les incendies qui, fortuitement, consument nos théâtres, nos palais, mais cherchons tous les moyens d’éteindre au plus tôt les brandons de discorde et le feu qui fait couver puis éclater les fausses doctrines, l’ambition, l’égoïsme et les passions déréglées (Applaudissements)160. »

137La récompense des figures marquantes de la galaxie associative du dévouement courageux soutient cette promotion civique du citoyen secoureur. Ce sont d’abord les associations qui sont récompensées : Sauveteurs du Midi (1885), sapeurs-pompiers de Paris (couronne civique en 1887), Société des Ambulances Urbaines (1891), Caisse des Victimes du Devoir (1894), Sauveteurs Médaillés du Gouvernement de Dijon (1895), Sauveteurs du Dernier Adieu (1898), Sauveteurs-Ambulanciers de la Seine et de la Marne (1901), Secouristes Français (1905), Société Centrale de Sauvetage des Naufragés (couronne civique en 1909). Ce sont également les entrepreneurs les plus actifs en faveur de l’émulation au secours volontaire : Edmond Turquet, futur député, secrétaire d’État et président de la Société des Sauveteurs de la Seine, Raymond Huard, fondateur du journal Le Sauveteur, Scipion Gémond, fondateur du prix de vertu de l’Académie française destiné aux sauveteurs, le commandant Feraud, président-fondateur de la Société des Sauveteurs des Alpes-Maritimes, Hyacinte Liautaud, publiciste et membre de multiples sociétés de sauveteurs, Irma Gallet, qui reprendra Le Sauveteur à la fin du siècle, Léon Berthaut, qui deviendra président des Hospitaliers Sauveteurs Bretons, Raymond Pitet, sauveteur et organisateur de la Fédération des Sociétés de Natation et de Sauvetage qui produira l’ultime incarnation sportive du sauveteur, etc. La SNEAB, à plus d’un titre, se positionne donc au centre de la nébuleuse associative qui soutient, dans le dernier tiers du siècle, la promotion de la figure du citoyen dévoué et courageux.

138Les secoureurs individuels, ouvriers, fonctionnaires, écoliers, s’inscrivent par ailleurs de manière massive au recueil annuel de l’excellence récompensée par l’association. Redondance d’exemples, répétition de prototypes exemplaires, les livrets de la SNEAB présentent une nouvelle forme de morale en action, perpétuelle et toujours recommencée. Leurs brefs récits nourrissent, comme à l’Académie, la poursuite du long projet de contagion, de récompense et de mémorisation du mérite. En voici un extrait pour l’année 1894 :

  • 161 SNEAB, Séance publique…, 1894. Le nombre de récompenses attribuées explique que l’on n’ait pas qua (...)

« 1 – M. Drège, chef de gare, à Aisy. A sauvé, le 31 juillet 1893, un enfant de quatre ans, le petit Natali qui jouait sur la voie du chemin de fer, quelques secondes avant l’arrivée du train léger. À la vue du danger imminent que courait cette petite créature, M. Drège n’hésita pas à s’élancer résolument, au péril de sa vie, au-devant du train et put ainsi remettre le jeune imprudent à sa mère, fort émue par la double catastrophe qui pouvait arriver. 2 – M. Brocard, agent de police, à Auxerre. Bien connu à Auxerre pour son courage et l’abnégation dont il a fait preuve en plusieurs circonstances. Le 6 juin 1893, étant en tournée de service, il parvint à maîtriser une vache furieuse qui parcourait les rues de la ville au moment où les élèves de l’école primaire sortaient de classe. Ce n’est qu’après avoir été traîné par l’animal sur une longueur de plus de cent cinquante mètres qu’il réussit enfin à l’arrêter dans sa course affolée et éviter ainsi de graves catastrophes. 3 – M. Michaud, électricien, à Auxerre. Un enfant tombé à l’eau, dans le bief du moulin Mi-l’Eau, à Auxerre, allait infailliblement périr, lorsque M. Michaud se jeta courageusement à la rivière, tout habillé et fut assez heureux pour sauver d’une mort certaine le jeune écolier imprudent. 4 – M. Gouérat Émile, 10 ans, élève de l’école primaire de Moulins. Cet écolier qui glissait avec d’autres élèves, au sortir de l’école, vit tout à coup la glace d’une mare se rompre sous leur poids et le jeune Bidault Louis, âgé de sept ans, disparaître, englouti sous les eaux. Sans hésiter, il se précipita au secours de son camarade et, par son acte de courage, sauva la vie au jeune Louis, qui aurait été victime de son âge si tendre et dans une saison aussi rigoureuse161. »

  • 162 Stora-Lamarre A., L’Enfer de la iiie République (1881-1914). Entrepreneurs moraux et pornographes, (...)
  • 163 Arnoul H., De la nécessité de régénérer la France par l’instruction et l’éducation, Paris, Laporte (...)

139Si l’on s’efforce de préciser les contours de l’excellence civique et du discours moral que défend et publicise la SNEAB, force est d’admettre sa tonalité chrétienne, en même temps que son caractère éminemment composite. Bien qu’elle partage avec d’autres regroupements la conviction que « la démocratie ne saurait progresser sans un haut idéal de moralité », telle l’importante Ligue Française pour le Relèvement de la Moralité Publique (1877) étudiée par Annie Stora-Lamarre, la SNEAB n’en reprend nullement les préoccupations de censure et d’attention prioritaire aux comportements sexuels162. L’encouragement au bien n’est pas un club de pudibonds, et la doctrine de l’association, vigoureusement exprimée par le secrétaire général fondateur Honoré Arnoul dès la chute du Second Empire, relève d’une perspective politique singulièrement plus ambitieuse : le renforcement civique cohérent et universalisé de la nation tout entière. « Au premier rang des maux qui ont entraîné la France à l’abîme, nous placerons l’amour immodéré de l’argent qui procure toutes les jouissances matérielles et conduit à l’improbité – l’égoïsme qui gangrène le cœur, détruit les liens de la famille et ceux de la société, rend l’homme insensible au malheur d’autrui, pour n’en faire qu’une brute heureuse, mais coupable ; enfin, les mauvais livres qui corrompent les intelligences, et la mauvaise presse qui pousse au désordre et au mépris des lois163. »

  • 164 Jankélévitch V., Le pur et l’impur, Paris, Champs Flammarion, 1978, pp. 45-46.

140Ce diagnostic sévère est reconduit, on le verra, au fil de la Troisième République, par nombre des promoteurs du rassemblement des citoyens secoureurs : tyrannie du luxe et des convoitises les plus déréglées, culte du veau d’or, égarements des intelligences et des sentiments. Il ne justifie néanmoins, les activités militantes de l’association en témoignent, ni du désespoir, ni de la déploration. Le peuple de France n’est que l’instrument d’un dévoiement dont la responsabilité lui échappe, et le postulat implicite de toute métaphysique « puriste », repéré par Vladimir Jankélévitch, est en somme étendu au politique par les promoteurs de la SNEAB : « L’homme est un être essentiellement pur qui est devenu accidentellement impur164. »

  • 165 Vladimir Jankélévitch (ibid.) souligne la dimension « à la fois pessimiste et optimiste » de toute (...)

141Le parti pris est déterminant, en ceci que reconnaissant la primauté de la rectitude morale et de comportement, il éloigne cependant l’association de toute religiosité doloriste ou de pénitence. L’article 2 des statuts en témoigne : « La loi dans une main, les récompenses dans l’autre, [la SNEAB] convie ses adhérents au bien et à la moralisation, bases de la prospérité de l’État, et du bonheur des individus. » Le moralisme propre à l’encouragement au bien, et plus largement aux prix de vertu populaires, relève d’une morale progressiste, et susceptible à ce titre de réunir tant les esprits laïques que religieux. La promotion de l’excellence civique se veut un remède global, l’antidote unitaire d’un affaiblissement généralisé, la source permanente et renouvelée d’une réassurance dans l’avenir national165.

  • 166 Séance publique, 1905, p. xvi ; 1902, pp. xix-xxi ; 1903, p. xxi. La comparaison avec « une École (...)

142C’est bien d’abord à ce titre que les autorités de la République peuvent s’y reconnaître. La SNEAB n’est pas seulement une « école du Bien », « une véritable école d’énergie nationale » comme l’affirme en 1905 le ministre de l’Intérieur, elle est d’abord un lieu où l’on apprend « à ne jamais désespérer d’un pays qui possède encore de tels trésors de dévouement, d’abnégation, d’honnêteté, de fidélité, d’énergie, de modestie sereine ». Le président Loubet l’assure pour sa part en 1903 : « La Patrie ne peut pas périr, tant qu’il y aura des œuvres comme celle qui nous réunit aujourd’hui166. »

  • 167 Citti P., Contre la Décadence (Histoire de l’Imagination Française dans le Roman. 1890-1914), Pari (...)
  • 168 Sur l’arrivée d’une nouvelle génération de républicains « progressistes » au début des années 1890 (...)
  • 169 La Liberté (28 juillet 1879) note qu’il serait injuste « de ne pas féliciter le gouvernement, parm (...)

143La société d’Encouragement au Bien rencontre les préoccupations d’un discours officiel qui s’efforce de contrer la sourde rumeur de la décadence nationale, laquelle s’enfle avec les années 1890167. Comme l’affirme en 1901 Raymond Poincaré, vice-président de l’association de 1893 à son accession à la tête de l’État168, « il n’y a rien de pire pour un peuple que cette auto-suggestion de la décadence ». Les récompenses officielles dont bénéficient les membres les plus actifs de l’association témoignent de l’importance pour les autorités de son activité : Légion d’honneur pour le secrétaire général fondateur Honoré Arnoul en 1879, pour son successeur Pierre-Alfred Conscience en 1899, récompensé en outre d’un prix de vertu en 1896169.

  • 170 Voir Séance publique, 1907, p. viii.
  • 171 Buisson F., conférence « Le devoir présent de le jeunesse », cité dans Citti P., op. cit., p. 219.

144À l’aube d’un nouveau siècle, et bientôt du premier conflit mondial, l’excellence civique populaire est plus que jamais un impératif où peuvent s’oublier les drames politiques (tel Courrières en 1906170), s’unir les sensibilités et les cœurs, se retremper les convictions patriotiques, se résoudre, selon les termes de Ferdinand Buisson, le désaccord « entre nos lois et nos mœurs, entre les institutions qui font le pays légal et l’esprit qui fait la nation, entre notre régime politique et notre état social et moral171 ».

  • 172 SNEAB, Séance publique…, 1872, pp. 18-19.

145Ce jugement de raison, largement partagé dans les premières décennies de la République, explique sans doute autant la multiplication des prix de vertu de l’Académie française que la nature bien particulière du militantisme confessionnel et idéologique de la SNEAB. Présidée par Jules Simon de 1888 à 1896, l’association ne fait pas mystère de son enracinement chrétien, mais elle montre toujours favorable à la République. Des pasteurs, des rabbins, participent à ses activités ou sont mentionnés comme membres d’honneurs, et le souci de dépassement des querelles religieuses est régulièrement réaffirmé : « Il ne s’agit, quand nous parlons d’un acte héroïque, ni de l’opinion politique, ni de la foi de celui qui l’accomplit. […] À Dieu seul appartient de juger le mobile de l’acte que nous couronnons (bravos). Et c’est à cause de cela que les prélats les plus distingués nous ont donné l’appui de leur approbation. À Bordeaux et à Marseille des comités se sont formés pour seconder nos efforts, et ces comités, composés de toutes les notabilités du département, ont admis dans leur sein des ministres de tous les cultes172. »

  • 173 Poincaré R., Séance publique, 1913, pp. xxiii-xxiv.

146Rassembler par la célébration et la récompense, montrer que chacun, à sa mesure et à sa manière, peut participer d’une réussite du programme de la République et du relèvement de la nation, telles sont bien la force et la finalité premières de l’opération profondément politique qui se réalise au sein de cette enceinte associative d’émulation civique et morale, comme le montrent notamment les deux couronnes civiques de l’année 1909, l’une à l’homme d’État fondateur du solidarisme Léon Bourgeois, l’autre aux sauveteurs anonymes de la Société Centrale de Sauvetage des Naufragés. Comme devant les prix académiques, mais ici détaché du souci de la bienfaisance matérielle, le civisme récompensé, le dévouement des humbles et des courageux, assure en 1913 le nouveau président de la République, est un spectacle qui se suffit à lui-même, une source de confiance, d’espoir, et d’émotion réconfortante : « Ah ! l’admirable cortège de héros ignorés ! L’émouvante procession de renoncements discrets, de sacrifices silencieux ! Ce ne sont que travailleurs des champs ou de la ville auxquels l’amour paternel ou la piété filiale ont inspiré des actes d’une générosité souveraine ; employés qui gagnent péniblement leur vie, et qui cependant ont recueilli chez eux des vieillards infirmes ou des enfants abandonnés ; médecins qui ont bravé la mort en luttant contre des épidémies ; gendarmes ou douaniers qui ont essuyé des coups de feu en faisant leur devoir quotidien ; pompiers défigurés par les flammes ; cheminots qui ont failli périr en opérant des sauvetages ; vieux serviteurs dont le cœur n’a pas été flétri par les années, et pour qui le dévouement est comme une loi de nature ; citoyens désintéressés qui consacrent leur fortune et leur activité à des œuvres d’assistance et de mutualité ; bref, c’est une multitude d’hommes de bien qui sont surpris et fiers d’être distingués par vous, mais qui n’avaient pas d’autre ambition que de suivre, dans l’ombre, leur vocation de fraternité (sensation)173. »

  • 174 La liste est donnée par l’annuaire de référence Paris charitable (1936) qui retient au chapitre «  (...)
  • 175 Archives de la SNEAB. Le correspondant considère que l’adhésion à cette association, ou à sa filia (...)

147Le programme de l’encouragement au bien clôt un long siècle de promotion de l’excellence civique modeste. Sans innovation véritable, il témoigne de la persistance d’un projet où s’affirme durablement l’attention privilégiée au dévouement courageux, et sans lequel son statut dans l’imaginaire collectif de la France républicaine demeure mystérieux. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, plus modestement, mais localement sans doute non sans succès, de nombreuses associations reprennent et prolongent la perspective de la Société Nationale d’Encouragement au Bien : la Société d’Encouragement au Dévouement (1910), Le Mérite Civique (1930), l’Encouragement Public – Ligue Française d’Entr’aide Sociale (1932), la Ligue Républicaine du Bien Public (1933), la Société Française d’Éducation Civique (1933), l’Ordre Français des Croix de Sang (1934), la Fédération Française du Dévouement174. Dans le Nord, considère en 1938 un correspondant de la SNEAB, la Société Républicaine du Bien Public « est fortement organisée avec ses comités de quartiers et un bureau central lillois composé des hautes personnalités de Lille et de la région, qui a déjà drainé les adhésions possibles dans toutes les branches du Commerce, de l’Industrie, des sociétés importantes, etc., et qui a l’appui très actif de la municipalité de Lille qui lui prête ses salles des fêtes pour l’organisation de concerts et réunions, ainsi que le théâtre municipal pour la distribution de ses récompenses, chaque année et en grande cérémonie175 ».

148Au-delà des divisions politiques, par-delà les régimes, telle pourrait être une première conclusion, la morale par l’exemple présente une continuité de procédures qui s’étendent sur plus d’un siècle, et dont la filiation est explicite et revendiquée. La conviction des bienfaits sociaux et individuels de l’émulation par l’exemple, peut-être est-ce la raison première de sa séduction durable, puise à une imagerie émotive et rassurante, une sensibilité à la vertu des citoyens ordinaires que construisent des pratiques de récompense et de célébration, plus que des doctrines. Cette transformation de grande ampleur et de long terme de l’imaginaire civique plonge ses racines dans les usages innovants de l’exemplarité individuelle engagés dès la période des Lumières, repris durant la période révolutionnaire, systématisés et élargis par la pensée libérale qui se formalise dans le premier tiers du xixe siècle, perpétués et reproduits enfin, à plus grande échelle encore, dans les décennies qui précèdent le premier conflit mondial.

149Un dernier exemple, dont la SNEAB se félicitera dès sa création, montre d’ailleurs que l’attrait de l’édification morale par l’exemple, et singulièrement de la figure du citoyen secoureur, mériterait d’être envisagé au-delà des frontières françaises, même s’il est impossible de le soumettre ici à l’enquête. En 1909 en effet, le milliardaire américain Andrew Carnegie, qui investira l’essentiel de l’une des plus importantes fortunes mondiales du moment dans un réseau célèbre de fondations philanthropiques, écrit au ministre de l’Intérieur pour l’inviter à accepter la création en France d’un Hero Fund similaire à ceux qu’il vient d’implanter aux Canada, aux États-Unis et en Grande-Bretagne.

150Ses motifs ne se prêtent que difficilement à une interprétation idéologique : « Souvent nous sommes saisis d’émotion par des actes d’héroïsme où des hommes et des femmes sont blessés ou perdent la vie en cherchant à protéger ou à sauver leurs frères. Ce sont les héros de la civilisation ». D’une rive à l’autre de l’Atlantique, l’ancien industriel américain se fait l’écho d’une même sensibilité à la grandeur morale rassurante du secours volontaire. Il en reproduit surtout les mêmes modalités de récompense et de valorisation : la solidarité matérielle, « donner à ceux dont la profession est pacifique et qui ont été blessés dans un effort héroïque en sauvant une vie humaine, une situation pécuniaire un peu meilleure qu’auparavant, jusqu’à ce qu’ils soient de nouveau capables de travailler » ; la reconnaissance honorifique, « des médailles seront données dans les cas d’héroïsme où l’argent ne conviendrait pas, ou bien les deux pourront être donnés ».

  • 176 Fondation Carnegie, Rapport 1923, 111 pages, lettre d’Andrew Carnegie à Georges Clemenceau. Des in (...)

151Administré par l’État, cette opulente fondation tout entière dédiée aux secoureurs (cinq millions de francs soit deux cent cinquante mille francs de revenu annuel), avance déjà neuf cents lauréats en 1923176. Singulière mais significative conjonction, le citoyen secoureur impose ainsi plus que jamais, et pour longtemps, au début du xxe siècle, sa pacifique stature d’icône démocratique.

Notes

1 Bonnet J.-C., Naissance du Panthéon. Essai sur le culte des grands hommes, Paris, Fayard, 1998.

2 Voir notamment : Ozouf M., « Le Panthéon », dans Nora P. (dir.), Les lieux de mémoire : la République, tome i, Quarto Gallimard, 1997 (1re édition 1986), pp. 155-178.

3 Article « Montyon » dans : Buisson F. (dir.), Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hachette et Cie, 1882, p. 1698. M. de Salvandy ajoute : « On admettait généralement que le règne d’Astrée allait commencer. Et, à cette époque, tout le monde, sans excepter les têtes couronnées, regardait l’avènement d’Astrée une très belle perspective pour le genre humain. » Sur la bergère Astrée et l’idéalisation des rapports sociaux dans les fictions pastorales, voir le commentaire de l’un des premiers exemples du genre, L’Astrée d’Honoré d’Urfé (1619), dans : Élias N., La société de cour, Paris, Flammarion (Champs), 1985 (1re édition en allemand 1969), pp. 279-305.

4 Durkheim É., L’Éducation Morale, Paris, PUF, 1963 (1re édition 1925), pp. 171-172. Il s’agit de la publication du cours donné à la Sorbonne en 1902-1903, et repris en 1905-1906. Durkheim discute ici : Vessiot, De l’éducation à l’école, 1885. « Misonéisme : n. m. (1894 ; de miso, et gr. néos “nouveau”). Didact. Hostilité à la nouveauté, au changement », Petit Robert, édition 1991.

5 Ibid., pp. 206-210.

6 En dehors de mentions épisodiques nombreuses, cette institution n’a jamais fait l’objet d’une étude d’ensemble et approfondie. Jean-Claude Bonnet, observateur le plus avisé des transformations des usages sociaux et politiques du mérite et de l’éloge à compter de la fin du xviiie siècle, ne s’y est pas arrêté. Voir notamment, outre l’ouvrage cité : « Les morts illustres. Oraison funèbre, éloge académique, nécrologie », dans Nora P. (dir.), Les Lieux de Mémoire : La Nation, tome ii, Quarto Gallimard, 1997 (1re édition 1986), pp. 1831-1854. On trouve des développements s’intéressant à l’institution, ainsi qu’à son fondateur, mais seulement jusqu’à la Monarchie de Juillet, dans la thèse de Duprat C. : Le temps des philanthropes. La philanthropie parisienne des lumières à la Monarchie de Juillet. Pensée et action, doctorat d’État, Université de Paris I, 1992, pp. 1586-1589 et 1672-1678. Une même limite chronologique, qui justifie d’une attention presque exclusive au prix en faveur de l’ouvrage le plus utile aux mœurs et à l’idéologie libérale, réduit la portée du stimulant travail de Rappaport S. : Images et incarnation de la vertu : les prix Montyon (1820-1852), doctorat histoire nouveau régime, Université Paris I, 1999.

7 Béranger L.-P., Le peuple instruit par ses propres vertus ou cours complet d’anecdotes et d’instructions recueillies dans nos meilleurs auteurs, Paris, 1787, op. cit., p. 275. Repris par Tatin J.-J., « L’homme du peuple au Panthéon », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome xxxii, oct.-déc. 1985, p. 545.

8 Sur ce point et les éléments de l’ensemble de ce paragraphe on renverra surtout à l’ouvrage très complet : Facchi A., Diritto e recompense. Ricostruzione storica di un’idea, Torino, G. Giappichelli editore, 1994 (notamment chapitre ii). On relèvera que la perspective de l’usage des récompenses comme mode de gouvernement est présente plus tôt encore, dès les « humanistes civiques » et la pensée républicaine de la Renaissance, notamment chez Machiavel et François Guichardin. Skinner Q., Les fondements de la pensée politique moderne, Albin Michel, 2001, pp. 220 et ss.

9 Pour Anthony Shaftesbury, « il n’y a point d’horreurs, point d’abominations, qui ne puissent être embrassées comme des choses excellentes, louables et saintes, si quelque culte dépravé les ordonne ». Il est possible de « dépraver le sentiment naturel de la droiture et de l’injustice » « comme on peut le remarquer dans ces contrées où l’usage et la politique encouragent par des applaudissements et consacrent par des marques d’honneur des actions naturellement odieuses et déshonnêtes. C’est à l’aide de ces prestiges qu’un homme se surmontant lui-même s’imagine servir sa patrie, étendre la terreur de sa nation, travailler à sa propre gloire, et faire un acte héroïque en mangeant, en dépit de la nature et de son estomac, la chair de son ennemi ». Diderot D. et Shaftesbury A., Essai sur le mérite et la vertu (Principes de la philosophie morale), Paris, Alive, 1998 (1re édition en français 1745, anglais 1699 pour le texte de Shaftesbury seul), p. 64.

10 Sur la polémique ouverte par l’académicien Charles Perrault et ses Hommes illustres, « étape décisive vers le panthéon des Grands Hommes que le siècle des Lumières substituera ouvertement aux Vies de Plutarque et aux Vies des saints et des docteurs », voir notamment : Fumaroli M., « La Coupole », dans Nora P. (dir.), Les Lieux de Mémoire : La Nation, tome ii, Quarto Gallimard, 1997 (1re édition 1986), pp. 1923-1982, pour la première expression citée. Pour la seconde : Bonnet J.-C., « Les morts illustres… », op. cit.

11 Roche D., Les républicains des lettres. Gens de culture et Lumières au xviiie siècle, Paris, Fayard, 1988, p. 325.

12 Malesherbes, Mémoires sur la librairie. Mémoire sur la liberté de la presse, Paris, Imprimerie Nationale, 1994, « Présentation » par Chartier R., pp. 32-33. Chrétien-Guillaume de Lamoignon de Malesherbes (1721-1794), magistrat, directeur de la Librairie à partir de 1750, « à la fois homme de robe, serviteur du roi et académicien, incarne parfaitement la recherche du compromis entre l’absolutisme et la pensée éclairée, entre les prérogatives du souverain et le progrès de la civilisation, qui réunit gens de lettres et gens du monde. Dans le partage qui divise les Lumières entre la réforme et l’utopie, il est tout entier du premier côté – celui d’une réforme appuyée sur les idées nouvelles et traduites en actes » (ibid., p. 40).

13 Ibid., pp. 32-33. Sur la notion de « public », et son rôle dans la constitution d’une perspective qui n’entend pas sous ce qualificatif « peuple » ou « sens commun », mais bien agrégation éclairée des opinions, voir également : Ozouf M., « Esprit public », dans Furet F. et Ozouf M. dir., Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris, Flammarion, 1988, pp. 711-719.

14 Sur la participation des imprimés et gens de lettres à la constitution de « l’espace public », tel que l’a défini Jürgen Habermas, voir notamment : Chartier R. et Roche D., « Introduction : les livres ont-ils fait la Révolution ? », dans Barbier F., Jolly C. et Juratic S. (actes réunis par), Livre et Révolution, colloque Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine, Mélanges de la Bibliothèque de la Sorbonne n° 9, Paris, Aux Amateurs de Livres, 1988, p. 14. Dans une perspective différente, qui s’appuie sur Jürgen Habermas tout en le discutant : Gordon D., Citizens without sovereignty (Equality and sociability en French thought, 1670-1789), Princeton, Princeton University Press, 1994.

15 Sur ce point voir les développements de Fumaroli M. : « La Coupole », op. cit.

16 Sur les effets de catégorisation que crée la « mise en liste » voir notamment : Goody J., La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris, Éditions de Minuit, 1979 (1re édition anglaise 1977).

17 Chamfort S.-R.-N., Des Académies, ouvrage que M. Mirabeau devait lire à l’Assemblée Nationale sous le nom de Rapport sur les Académies, en 1791, dans Œuvres complètes, Paris, Chaumerot Jeune, tome ier, 1824, pp. 254-285. Toutes les citations sont extraites des pages 266 à 274. Fils naturel et roturier, élu à l’Académie française le 5 avril 1781, Chamfort, retiré au cours de la décennie suivante de la vie mondaine et littéraire parisienne, est en 1789 à Versailles avec Mirabeau pour l’ouverture des États-Généraux. Il est nommé administrateur de la Bibliothèque Nationale en 1792, entre en 1793 en opposition ouverte avec Marat et Robespierre, est emprisonné en août, puis libéré sous surveillance. Le 9 septembre, il donne sa démission de bibliothécaire, puis tente de se suicider. Il décède indirectement des suites le 13 avril 1794, et seul Sieyès osera suivre son cercueil.

18 Chamfort y consacre 15 % de son texte et Morellet, dans une réponse presque trois fois plus longue, plus de 10 %.

19 Il s’agit de la scène du comice agricole dans : Flaubert G., Madame Bovary, 1re édition 1856, chapitre viii. Une analyse récente de ce passage dans : Puymège G. de, Chauvin, le Soldat Laboureur. Contribution à l’étude des nationalismes, Paris, Gallimard, 1993, pp. 167-168.

20 Morellet Abbé, De l’Académie française, ou réponse à l’Écrit de M. de Chamfort, de l’Académie française, qui a pour titre : » Des Académies », Paris, H. J. Jansen, 1791, 108 pages. Toutes les citations sont extraites des pages 53 à 63. Marc Fumaroli relève que « l’abbé Morellet, lui-même adepte des Lumières, très attaché à la compagnie qui l’avait élu, répliqua à son confrère, mais dans une plaquette quasi clandestine, distribuée parcimonieusement à quelques amis sûrs, ou vendue sous le manteau », et qu’il sera « avec Suard l’artisan inlassable, une fois la Convention dissoute, de la lente et difficile réapparition de l’Académie française » (op. cit., p. 365). Roturier, fils d’un petit papetier lyonnais, licencié en Sorbonne en 1752, l’abbé André Morellet (1727-1818) connaît un parcours social, l’engagement ecclésiastique et la réussite en sus, assez similaire à celui de Chamfort. Il a été incomparablement plus étudié et republié que ce dernier. Pour une analyse récente et l’ensemble de la bibliographie le concernant, voir notamment : Gordon D., op. cit., « André Morellet and the end of the enligthtenment », p. 177-241.

21 Ibid., p. 62-63.

22 Morellet, op. cit., p. 57 (pages suivantes pour les autres citations).

23 Bonnet J.-C., « Naissance du Panthéon », Poétique, n° 33, février 1978, p. 47. L’auteur a prolongé et systématisé son approche dans Naissance du Panthéon, op. cit. : « Loin de promouvoir la raison, comme on le croit trop souvent, les Lumières ont produit, dans une intense fébrilité idéologique, tout un répertoire d’images » (p. 113).

24 François Furet et Jacques Ozouf notent ainsi : « Il y a dans tous ces textes normatifs de l’Église catholique, aux deux derniers siècles de l’Ancien Régime, comme l’anticipation d’une morale victorienne : un christianisme socialisé, laïcisé, rétréci au contrôle des mœurs et des comportements ; c’est cette morale que Groethuysen avait repérée aussi dans les prêches des curés de l’époque des Lumières, mais qui s’élabore avant, dans la bataille entre le protestantisme et la Contre-Réforme, et dans la volonté de contrôle social de l’Église tridentine. » Furet F., Ozouf J., Lire et écrire. L’alphabétisation des français de Calvin à Jules ferry, Paris, Éditions de Minuit, 1977, tome i, p. 73. Le même jugement est repris par Roche D. et Goubert p. : Les Français et l’Ancien Régime. (1 : La société et l’État), Paris, Armand Colin, 1984, pp. 59-60. La notion de conquête d’un « patrimoine moral » bourgeois laïcisé et autonome est au cœur de la démonstration de Groethyusen B. : Origines de l’esprit bourgeois en France. (I : L’Église et la Bourgeoisie), Paris, Gallimard, 1977 (1re édition 1927).

25 Cité par Groethyusen B., op. cit., p. 205.

26 Ibid., pp. 205-206.

27 Gerando J. M., baron de, Cours normal des instituteurs ou Directions relatives à l’éducation physique, morale et intellectuelle dans les écoles primaires, Paris, Jules Renouard, 1836 (2e édition), p. 328. L’ouvrage sera largement connu sous le titre usuel cité.

28 Ibid., p. 328.

29 Bien qu’en en soulignant le caractère tendanciel et les paradoxes, les historiens du sentiment religieux s’accordent sur l’importance de cette évolution théologique. Ce point est notamment discuté par Rappaport s., op. cit., p. 169.

30 Bonnet J.-C., Naissance du Panthéon, op. cit., p. 113 et ss.

31 Examen des Vies des Hommes Illustres, thèse de Jules Michelet, dans Plutarque, Vies parallèles i, Paris, Robert Laffont coll. Bouquins, 2001, p. lxxi. Sur l’influence de Plutarque voir plus largement l’introduction de Jean Sirinelli.

32 Béranger L.-P. et Guibaud (le Père) Eustache, La morale en action ou élite des faits mémorables et d’anecdotes instructives (propre à faire aimer la sagesse, à former le cœur des jeunes gens par l’exemple de toutes les vertus, et à orner leur esprit des souvenirs de l’histoire, ouvrage utile aux élèves des lycées, des collèges et maisons d’éducation de l’un et l’autre sexe), Amiens, Caron-Berquier, 1810 (1re édition 1783).

33 Manson M., Les livres pour l’enfance et la jeunesse publiés en Français de 1789 à 1799, Paris, I.N.R.P., 1989, p. 49.

34 Manson M., ibid. Cette étude, qui porte sur 411 titres et 699 éditions parus de 1789 à 1799 inclus, souligne la continuité de la production révolutionnaire et des genres développés sous l’Ancien Régime (52 % de nouveautés). La « morale », avec près de 150 occurrences dans les titres, constitue l’une des disciplines les plus représentées.

35 « Courage et bienfaisance d’un paysan », ibid., pp. 155-156. Le récit détaille les récompenses (gobelet d’argent surmonté d’une couronne civique et rempli d’écus) accordées à un paysan danois ayant secouru l’un de ses voisins lors d’un incendie de village alors que sa propre maison était la proie des flammes. Voir aussi : « Le généreux villageois », pp. 30-31, exemple souvent repris, sur lequel on reviendra, et prenant place lors d’un débordement de l’Adige à Vérone.

36 Béranger L.-P., op. cit., Paris, 1787. L’ouvrage a fait l’objet d’une étude détaillée que l’on suit ici pour l’essentiel : Tatin J.-J., « L’homme du peuple au Panthéon », op. cit.

37 Tatin J.-J., op. cit., p. 538.

38 Almanach de M. de Montyon pour l’année 182…, contenant le récit des prix de vertu décernés par l’Académie française depuis 1820 jusqu’à 182…, Paris, Renouard.

39 Les chiffres sont tirés du dépouillement de Tatin J.-J. : « Annexes », op. cit., pp. 546-560.

40 Ferry J., « Lettre aux instituteurs », 17 novembre 1883, citée dans La République des citoyens, présenté par Odile Rudelle, Paris, Imprinerie Nationale Éditions, 1996, tome ii, pp. 112-116.

41 Ibid., pour toutes les citations.

42 Voir notamment les initiatives contemporaines en faveur de la valorisation du secours courageux de la Ville de Paris, présentées dans le chapitre iv.

43 Almanach de M. de Montyon…, op. cit., 1826, 1827, 1828, 84, 100 et 124 pages. L’aspect « almanach » se limite en fait à un calendrier traditionnel.

44 Institut (royal, national ou impérial) de France – Académie française, Prix de vertu, fondé par M. de Montyon. Discours prononcé par M… dans la séance publique du… sur les prix de vertu décernés dans cette séance, Paris, Firmin-Didot frères, 1833-1914, 100 à 160 pages. Le titre porte en outre, jusqu’en 1852, suivi d’un livret contenant les récits des actions vertueuses qui ont obtenues des médailles dans cette même séance, mention qui disparaît ensuite quoique la brochure contienne toujours le dit livret. La mention citée est reproduite en tête des livrets jusqu’en 1837.

45 Voir le chapitre i.

46 Journal Officiel, 31 décembre 1903, p. 7907. Pour la Troisième République, on mesure rapidement l’importance de la pratique par l’index annuel à « Récompenses : Sauvetage », pour le ministère de la Marine.

47 Sur les « citations à l’ordre » dans le domaine militaire, et leur continuité actuelle en matière d’actes de courage et de dévouement : Paveau M.-A., « L’anti-Achille : formulations actuelles de l’exploit militaire dans la revue Terre Magazine », Les Champs de Mars, premier semestre 1998, pp. 47-66.

48 C’est l’appréciation d’une étude intéressante sur ce projet rarement commenté, mais qui, de manière significative, l’interprète d’abord comme une publication pédagogique : Julia D., Les trois couleurs du tableau noir, la Révolution, Paris, Belin, 1981, pp. 208-213.

49 Sur les contours du discours pédagogique révolutionnaire (entre « instruction » et « éducation »), voir notamment : Baczko B., Une éducation pour la démocratie. Textes et projets de l’époque révolutionnaire, Paris, Garnier, 1982, pp. 30-31.

50 Guillaume J., Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention nationale, Paris, Imprimerie Nationale, 1893, tome ii, séance du 28 septembre 1793, p. 500.

51 Ibid., p. 503.

52 Annales du civisme et de la vertu, présenté à la Convention nationale au nom de la section du Comité d’instruction publique chargé de leur rédaction par Léonard Bourdon, député par le département du Loiret, n° 1, Paris, Imprimerie Nationale, An II, 22 pages. Numéros suivants : Recueil des actions héroïques des républicains français, n° 1 à 5, 20 à 34 pages. Le numéro 6, adopté par le Comité le 18 août 1794, ne sera jamais publié. Réimpression avec notes et commentaires par guillaume J. : « Le Recueil des actions héroïques et civiques des républicains français. Journal publié en l’an II par le Comité d’instruction publique de la Convention nationale », Revue Pédagogique, tome xxix, juillet-décembre 1896, pp. 128-157, 236-257, 414-433. Le passage cité est extrait du préambule commun aux quatre premiers numéros.

53 Ibid., préambule.

54 Sur tous ces points : Guillaume J. : « Le Recueil… », op. cit. Voir aussi du même auteur la publication des feuillets manuscrits de Thibaudeau, second rédacteur du Recueil chargé de réaliser le n° 5, avec une étude comparative des lettres adressées au Comité et des coupures de journaux utilisées : Revue pédagogique, tome xxxvi, janvier-juin 1900, pp. 240-262.

55 On trouve notamment le cas d’un jeune ouvrier plongeant les bras dans une chaudière pour en sortir le corps de son ami.

56 « Nicolas L. François, dit François de Neufchâteau (1750-1828), écrivain, procureur à Saint-Domingue de 1783 à 1786, député des Vosges à l’Assemblée législative, puis à la Convention, est arrêté le 3 septembre 1793, pour une pièce de théâtre jugée subversive. Libéré après le 9 Thermidor, membre de l’Institut en 1796, il est ministre de l’Intérieur du 16 juillet au 16 septembre 1797, puis membre du Directoire, jusqu’en mai 1798. De nouveau ministre de l’Intérieur, du 17 juin 1798 au 22 juin 1799, il réalise une œuvre considérable, sur le plan culturel. Rallié à Bonaparte, il est fait sénateur et comte d’Empire ». Pommier E., L’art de la liberté. Doctrines et débats de la Révolution Française, Paris, NRF Gallimard, 1991, note 2 p. 276. François de Neufchâteau est également à l’origine de « l’enquête de l’an VI » sur l’enseignement primaire, lancée le 6 septembre 1797, et étudiée en détail par Furet F. et Ozouf J., Lire et écrire…, op. cit., tome i, pp. 100 et ss.

57 Lettre du ministre de l’Intérieur aux Commissaires du Directoire exécutif près des administrations centrales de département, 1er Brumaire an VII, 6 pages. Un exemplaire dans AN (F1 d III 22).

58 Lettre du préfet du Cher demandant au ministère l’approbation (effective au final) d’un arrêté (AN F1 dIII 22). « Considérant que l’impulsion à donner aux esprits vers le bien public est un des premiers devoirs et un des plus beaux droits des magistrats. Considérant que le moyen le plus sûr d’éveiller l’enthousiasme est d’attacher aux actions patriotiques la considération qui n’est plus un vain mot lorsque le patriotisme n’emporte avec lui que des idées de justice et de magnanimité arrête : Art 1er : [cité] – Art 2 : Chaque année, à la fête de la fondation de la République, le Préfet proclamera les actions qui, pendant le cours de l’année précédante, auront honoré le département – Art. 3 : Les citoyens qui se seront distingués par ces actions seront invités à la fête où ils auront une place d’honneur et seront désignés à la reconnaissance de leurs concitoyens – Art. 4 : Les actes qui auront mérité d’être inscrits au Registre du département recevront une nouvelle publicité, tant par la voie de l’impression que par la connaissance qui en sera donnée au ministre de l’Intérieur et au Journal officiel de la République ».

59 Le secrétaire général de la Société Nationale d’Encouragement au Bien se félicite en juin 1888 du dépôt d’une proposition de loi, jamais discutée, visant à « la création dans chaque commune d’un Livre d’or que nous n’avons cessé de réclamer depuis près de 26 ans ». L’association décernera des médailles d’or à quelques communes qui auront pris d’elles-mêmes cette initiative. Société Nationale d’Encouragement au Bien (Séance publique et distribution solennelle des récompenses), 1888. De même en 1903 le conseil municipal du 1er arrondissement de Paris décide : « A la trop grande publicité donnée par la presse aux malfaiteurs et à leurs criminels exploits dans notre cher Paris, n’est-il pas opportun d’opposer la probité, le dévouement et le courage dont nos concitoyens donnent chaque jour des preuves si nombreuses et si éclatantes ? Notre devoir n’est-il pas de mettre en lumière les mérites et les vertus que la modestie des honnêtes gens se plaît souvent à tenir dans l’ombre et dans l’oubli ? […] A partir du 1er octobre, les communications relatives à cette intéressante chronique du bien seront reçues à la Mairie, enregistrées et affichées sur un tableau d’honneur, afin que personne ne puisse les ignorer, et mentionnées dans un procès-verbal détaillé sur le livre d’or de l’arrondissement. Les jeunes gens y puiseront chaque jour un exemple fécond d’abnégation, de générosité, d’héroïsme et nos compatriotes de tous les âges seront heureux de constater que notre race vaillante est toujours digne de son glorieux passé ! » Cité par Damico F., La Médaille d’Honneur des Sauveteurs et la Médaille des Secouristes (Étude Historique), Paris, Augustin Challamel, 1905, pp. 78-79.

60 Il incarne selon l’historienne de la philanthropie Catherine Duprat, avec « le petit manteau bleu » et Sœur Rosalie, l’un des trois âges de la bienfaisance. Les huit prix décernés attribués par l’Académie française, l’Académie des Sciences et la Faculté de Médecine « devaient aider à secourir les pauvres du Poitou et du Berry, ses anciens administrés, récompenser une expérience utile aux arts et aux métiers, un mémoire ou une expérience qui rendrait les opérations mécaniques moins malsaines pour les ouvriers, un mémoire tendant à simplifier les procédés d’un art mécanique, une recherche sur une question de médecine laissée au jugement de la Faculté, assurer une rente viagère à un homme de lettres de mérite, couronner un ouvrage de littérature dont il pourrait résulter le plus grand bien pour la société, enfin récompenser un acte de vertu d’un Français pauvre ». Duprat C., op. cit., pp. 1584-1596 et 1672-1678. Le père de Montyon, maître des comptes, possédait une fortune considérable. Son ouvrage le plus important et remarqué est celui qu’il publia en 1778 en collaboration avec le démographe Moheau : Recherches et considérations sur la population de la France. Voir aussi : Rappaport s., op. cit., pp. 25 et ss.

61 Duprat C., op. cit., p. 1589.

62 Société Montyon et Franklin, Portraits et histoire des Hommes Utiles, (Hommes et femmes de tous pays et de toutes conditions qui ont acquis des droits à la reconnaissance des hommes par des traits de dévouement, de charité ; par des fondations philanthropiques ; par des travaux, des tentatives, des perfectionnements, des découvertes, utiles à l’humanité, etc.), avec annuaire historique des hommes utiles, par une Société de Gens de Lettres et de Dames, Paris, Société Montyon et Franklin, 1833-1841, un volume in 8° par année, de 400 à 500 pages.

63 Ibid., « Prospectus » en faveur de la société, tome i, p. 2. Voir l’illustration n° 1 du cahier iconographique.

64 Voir surtout : Rémond R., « La morale de Franklin et l’opinion française sous la monarchie censitaire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome vii, 1960, pp. 195-214. Ce dernier souligne qu’après 1830 : « [Franklin] deviendra le paratonnerre des idées révolutionnaires. Le bonhomme Richard sera enrôlé pour défendre les institutions établies, l’ordre social, la liberté du travail, la sainteté des contrats, les droits de la propriété, contre les coalitions ouvrières et les chimères du socialisme ». On sait également l’importance qu’accorda Max Weber à Franklin comme représentant caractéristique de « l’ethos du capitalisme ». Weber M., L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon, 1964 (1re édition allemande 1904-05 et 1906), pp. 48-50.

65 Rémond R, op. cit., p. 206.

66 Portraits et histoire des Hommes Utiles..., op. cit., tome i, « Annuaire de 1833-1834 ».

67 Ibid., tome iii, 1838, p. viii.

68 Ibid., tome i, 5 pages non-paginées. Voir notamment : AN (F1. d III. 23, Récompenses honorifiques, objets généraux, belles actions 1811-1814). L’événement a été interprété comme le moment révélateur d’une stratégie patronale de promotion du courage à laquelle répond le volontarisme de l’administration napoléonienne, dans la perspective de « lier l’ouvrier à son travail, faire qu’il s’investisse totalement, lui, sa dignité et son honneur », et de « faire valoir au-dehors tout un discours du “champ de bataille’” destiné à innocenter celui que les catégories juridiques désignaient habituellement comme responsable : le patron ». Ewald F., op. cit., pp. 254-255.

69 Ibid., tome i, 5 pages non-paginées. Les citations sont toutes extraites de la notice.

70 Pour encourager aux souscriptions, sept francs par an, l’association distribuera des médailles portant « les Souscripteurs associés pour propager l’Histoire des Bienfaiteurs de l’Humanité », en bronze à tous les sociétaires, en or pour être données en récompense toutes les cinq cents souscriptions (42 mm, gravées en relief par Barre, qui réalisa notamment les premières médailles pour Actes de courage et de dévouement, deux exemplaires en bronze dans le médaillier du musée de l’éducation de Mont-Saint-Aignan [1.4.04/11.325 1, 2]). Dix médailles d’or (soit l’équivalent de cinq mille souscripteurs) sont attribuées lors de la première assemblée générale, présidée par Laurent de Jussieu, premier lauréat du prix Montyon pour l’ouvrage le plus utile aux mœurs avec Simon de Nantua, futur classique de la littérature enfantine. En 1841 la société revendique la distribution de vingt mille médailles de bronze.

71 Société Montyon et Franklin, op. cit., tome iii, 1838, 7 pages non-paginées, pour Martinel ; ibid., tome iv, 1839, 5 pages non-paginées, pour Brune. L’un et l’autre sont régulièrement mentionnés dans les morales par l’exemple jusqu’à la fin du siècle.

72 Duprat C., op. cit., p. 1683. Cette dernière considère qu’il s’agit d’ » une obscure société – qui, en tout cas, n’a jamais été citée par les contemporains comme l’une des sociétés philanthropiques parisiennes ».

73 Voir notamment : La Fraternité, n° 36, 1844, et le bulletin du Grand-Orient de France, années 1870 et suivantes. Les investigations menées aux archives du Grand-Orient de France n’ont pas permis de localiser de contributions particulières de la maçonnerie à l’imaginaire de l’excellence civique du citoyen secoureur. Sur la question du rôle et de la nature du regroupement maçonnique au xixesiècle : Gourdot P., Un siècle d’évolution de la Franc-Maçonnerie française (1777-1877) ou la marche du Grand-Orient de France vers le combat social, thèse IIIe cycle Université de Poitiers, 1981.

74 Carron Abbé, Les écoliers vertueux ou vies édifiantes de plusieurs jeunes gens proposés pour modèles, Paris-Lille, H. Nicolle-Vanackere, 1816, 2 tomes ; Vie des justes dans les conditions ordinaires de la société, Versailles, J.A. Lebel, 1816 ; Vie des justes dans les plus humbles conditions de la société, seconde éditions revue et augmentée, Paris-Lyon, Librairie du Mémorial religieux-Rusand, 1817 ; Nouveaux justes dans les conditions ordinaires de la société ou vies de…, Lyon, Rusand, 1822 ; Almanach de M. de Montyon pour l’année 1826, contenant le récit des prix de vertu décernés par l’Académie française depuis 1820 jusqu’à 1825, Paris, Renouard, 1826.

75 Duprat C., op. cit., p. 1670.

76 Walsh Vicomte (ed.), Morale en action du christianisme, journal des beaux traits inspirés par la religion, où les faits viennent seuls démontrer la précieuse influence de la foi, sur la conduite des hommes et sur le bonheur de la société, Paris, 1835-1836-1837, imprimerie P. Baudoin, 3 tomes, 384, 128 et 382 pages. La souscription est de dix francs annuels pour un « joli cahier satiné de 48 pages » chaque mois, se rassemblant tous les ans en « beaux volumes […] propres à être donnés en prix ». La défense de la religion, objectif principal, s’accompagne de la publication de récits contemporains, tel « Le généreux dévouement », qui rend compte d’un sauvetage aux Sables-d’Olonne (tome i, pp. 118-121).

77 Sur son influence pédagogique voir notamment : Puymège G. de, op. cit., pp. 176-177 (pour la citation) et 193 et ss ; Baecque A. de et Melonio F., Lumières et Liberté. Les dix-huitième et dix-neuvième siècles, tome iii, histoire culturelle de la France, dir. Rioux J-P. et Sirinelli J-F., Paris, Seuil, 1998, pp. 178 et 297-299. Sur les aspects précurseurs de sa pensée sociale : Renard D., « Assistance publique et bienfaisance privée, 1885-1914 », Politiques et management public, volume V, n° 2, juin 1987, pp. 114-115.

78 La continuité a été souvent relevée : Ferry J., La république des citoyens, op. cit., note 95, p. 466 ; Baecque A. de et Melonio F., op. cit., p. 297. Voir plus largement sur l’importance pédagogique et institutionnelle de l’école mutuelle : Mayeur F., De la Révolution à l’école républicaine, tome iii de Parias L.-H. (dir.), Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, Paris, Nouvelle Librairie de France, 1981.

79 Gérando J.-M., baron de, Cours normal des instituteurs, op. cit., p. 229, 234, 198. Sur la continuité républicaine de la perspective voir notamment : Ognier P., L’Idéologie laïque dans la Revue Pédagogique de 1878 à 1900, thèse de troisième cycle en sciences de l’éducation, Université de Lyon II, 1981. L’auteur repère dans la Revue Pédagogique beaucoup de désignations explicites : « éducateur des âmes », « conducteur des âmes », quelqu’un qui a « charge d’âmes » et qui exerce un « sacerdoce », « éducateurs moraux », « professeurs de morale », « magistrature des mœurs », « officiers de morale », etc. (pp. 233-234).

80 Ferry J., La république des citoyens, op. cit., p. 114.

81 Gérando J.-M., baron de, op. cit., p. 419.

82 Gérando J.-M., baron de, et Delessert B., La Morale en action ou les Bons Exemples, Paris, Kugelmann, 1842, p. ii.

83 Gérando J.-M., baron de, et Delessert B., Les Bons Exemples (nouvelle morale en action), Paris, Didier et Cie, 1867, 2 volumes, « Charité et dévouement », 351 pages, « Courage et humanité », 333 pages.

84 Ibid., p. ii et viii-ix.

85 Ibid., p. 328, Conclusion. Repris en introduction du tome i de la réédition de 1867.

86 Gérando J.-M., baron de, De la bienfaisance publique, Bruxelles, Société Belge de Librairie, 1839, tome ii, pp. 539 ; « Des encouragements et des prix de vertu », p. 163-167.

87 Ibid., p. 163.

88 Ibid., pp. 166-167. Le paragraphe suivant s’intitule : « Des effets moraux que l’on peut attendre des institutions de patronage ».

89 Pour une interprétation accentuée en ce sens voir notamment : Puymège G. de, op. cit., « Pédagogie du chauvinisme », pp. 173-207. Pour diverses illustrations et caricatures de l’utilisation des récompenses et « croix d’honneur » par l’école mutuelle voir aussi : Musée de l’Éducation de Mont-Saint-Aignan (folios 3.3.03.01 à 03, Billets d’honneur, bons points, gravures, caricatures).

90 Les Annales du Bien, Revue contemporaine des actes qui honorent l’humanité, bimensuel, puis mensuel à partir de janvier 1856 (parution irrégulière), janvier 1853-avril ( ?) 1856, paginé sur l’année, 186 pages pour le premier et probablement seul volume, 30 pages par numéro. Voir les quelques informations sur cette revue dans A.N. (F18315266-272). Elle est cédée par le fondateur en 1855 à l’ancien chef de bureau au ministère de l’Intérieur Antoine Ange Coupart, qui déclarera également les publications suivantes : La semaine religieuse (revue hebdomadaire du culte et des bonnes œuvres) (octobre 1853, paraissant encore en 1863), Le bulletin nécrologique (juillet 1855), L’Ami des enfants chrétiens (décembre 1855).

91 L’Exemple, Revue Universelle des Traits de Courage, de Dévouement, de Bienfaisance et de Probité, mensuelle, 1856-avril 1862, 8 volumes, paginée sur l’année, 380 pages en moyenne (128 en 1862). Ici, tome i, pp. 5-6.

92 Damico F., La médaille d’honneur des sauveteurs…, op. cit., 1905, p. 78.

93 Le panthéon des ouvriers (Journal illustré des travailleurs), novembre 1858-juillet 1859, hebdomadaire, 16 pages. Voir l’illustration n° 50 du cahier iconographique.

94 Le Sauveteur (Moniteur du courage et des belles actions, organe spécial des Sociétés de Sauveteurs médaillés du gouvernement), mensuel, avril 1866-janvier 1902 (interrompu de septembre 1870 à septembre 1871), paginé sur l’année, 8 à 10 pages par numéro (voit chapitre iv).

95 Voir notamment, parmi d’autres : Le Panthéon biographique (Revue mensuelle, historique et nécrologique, diplomatique, nobiliaire, militaire, administrative, parlementaire, judiciaire, universitaire, ecclésiastique, scientifique, artistique, industrielle, littéraire et théâtrale), 1860-… ; Le Panthéon du mérite (Chambre des députés – sénat – Légion d’honneur – Palmes académiques – mérite agricole – sauvetages – actes méritoires – inventeurs – innovateurs – Explorateurs – Bienfaiteurs de l’humanité), 1887-1888, hebdomadaire, vingt-cinq centimes (reprend des lauréats des prix de vertu) ; L’Écho du Bien, Journal biographique illustré des hommes utiles (industrie, commerce, agriculture, monographies professionnelles, prévoyance, mutualité, retraites, hygiène, éducation), mensuel, mai-août 1893, n° 1 à 4, 25 centimes, etc.

96 Société Nationale d’Encouragement au Bien (Séance publique et distribution solennelle des récompenses), 1864-1935, un volume par année, 100 à 150 pages (voir la suite du présent chapitre) ; Les Annales du Bien, Bulletin officiel de la Société régionale libre des Hospitaliers-Sauveteurs Bretons, dépouillement exhaustif de sa création (janvier 1875) au volume xxii (1919-1924), mensuel, paginé sur l’année, 300 à 350 pages par volume (voir chapitre iv).

97 Voir notamment : Gerbod P., « L’Éthique Héroïque en France (1870-1914) », Revue Historique, n° 543 (268), 1982, pp. 409-429. Il s’agit d’une des rares études tentant un regard d’ensemble sur le corpus varié des supports de l’émulation civique et morale. L’auteur souligne la « démocratisation » et la « diversification » sous la République d’un héroïsme traditionnellement dominé par la figure du soldat, et la juxtaposition aux héros militaires des hommes d’État, savants, écrivains, philosophes, martyrs chrétiens, « voire même la foule plus anonyme des victimes du devoir, médecins, ouvriers, sauveteurs, fidèles servantes, et des héros et héroïnes de la piété filiale ». Dans le fameux Tour de la France par deux enfants, il est significatif que l’attention accordée aux « bienfaiteurs de l’humanité » (22 notices, 687 lignes de texte) égale celle accordée aux héros militaires (16 notices, 694 lignes). Cité dans Ozouf J. et M., « Le Tour de la France par deux enfants. Le petit livre rouge de la République », dans Nora P. (dir.), Les lieux de mémoire, op. cit., tome i, p. 298 note 19. On relèvera également que la pédagogie républicaine de l’histoire s’appuiera durablement sur une épistémologie principalement biographique. Voir sur ce point : Amalvi C., Les Héros de l’Histoire de France (Recherche iconographique sur le panthéon scolaire de la Troisième République), Paris, Ed. Phot’œil, 1979, p. 42 ; Carlyle T., Les Héros, le Culte des Héros et l’Héroïque dans l’Histoire, traduction française, Paris, Armand Colin et Cie, 1888.

98 La production pédagogique devient considérable : plus de six cent manuels d’histoire paraissent sous la Troisième République, plusieurs centaines pour l’instruction civique. Wartelle F., « Bara, Viala, le thème de l’enfance héroïque dans les manuels scolaires (iiie République) », Annales historiques de la Révolution française, n° 241, juillet-septembre 1980, pp. 365-389.

99 Du Camp M., La Vertu en France, Paris, Hachette et Cie (Nouvelle Collection pour la Jeunesse), 1911 (1re édition 1887, 3e 1889) ; Lavisse E., préface à Français C. (pseudonyme collectif), La Morale Vécue (Famille Patrie-Humanité), Paris, Delagrave, 1910. Les deux ouvrages sont recommandés pour les bibliothèques de quartier et comme livres de prix des classes élémentaires et secondaires garçons et filles. Ministère de l’Instruction publique, Catalogue de livres recommandés pour les bibliothèques de quartiers ou des professeurs et dans les distributions de prix dans les lycées et collèges de garçons et de filles, Paris, Imprimerie Nationale, 1896 ; deuxième supplément, 1900 ; troisième supplément, 1907 ; quatrième supplément 1912.

100 On remarquera la variété des lieux et des éditeurs : Lacroix D., Le Livre d’Or des enfants sauveteurs (1777-1877), Paris, A. Sagnier, 1878 ; Charavay É., L’Héroïsme civil (1789-1880), Paris, Charavay Frères, 1881 ; Chasles É., La morale en exemples ou lectures graduelles de morale pratique, Paris, Delagrave, 1885 (1ère édition 1870) ; Petit M., Le courage civique, Paris, Hachette, 1885 ; Jost G. et Lefort E., Récits patriotiques (Essai d’éducation morale et civique par le patriotisme), Paris, Hachette, 1892 ; Bonno A. (Abbé), Admirables exemples de foi, de courage, de dévouement, Paris, Propagande Catholique, 1893 ; Vesque Ch., Les Havrais oubliés, 1800 à 1890, (dévouements, bienfaisances, bravoures ; vieux domestiques, sauveteurs, soldats, marins, douaniers, sapeurs-pompiers, etc.), Le Havre, imprimerie du Commerce, 1894 ; Mulle E., Le courage et la charité dans la France contemporaine, Paris, Firmin-Didot, 1898 ; Bouhelier G., Lamourère L., La morale par l’exemple (maximes et récits recueillis et publiés conformément aux derniers programmes scolaires), Besançon, imprimerie Millot frères et Cie, 1896 ; Anonyme, Le dévouement des humbles (extraits des rapports sur les prix de vertu 1889-1898), Tours, Alfred Mame et Fils, 1899 ; Richard Capitaine, Le courage civique chez les enfants de France, Paris, Combet et Cie, 1901 ; Petit E. (dir.), Grandmaison M. de (texte), Scènes d’éducation morale et civique (Reproduction de 53 sujets de la collection de tableaux muraux de Mm. Lecerf et Démoulin), Paris, Librairie d’Éducation Nationale, 1903 (trois scènes de sauvetage) ; Haucourt L. d’, Le Panthéon des Enfants et des femmes : jeunes héros et grandes héroïnes, Paris, Fayard, 1904 ; etc.

101 Aubert-Schuchardt É., Annales du dévouement. Actes de sauvetage accomplis à Genève 1814-1890, recueil anecdotique d’après des documents officiels, Genève, J. Julien, 1892 (2e édition), 235 pages.

102 Nous revenons plus loin sur cette institution. Voir notamment : Archives départementales de Loire-Atlantique (1- M -2482. Fondation Carnegie. Dossiers de demande de récompense établis par l’autorité préfectorale, fascicules de présentation de la fondation et rapports d’activités).

103 Marais J.-L., Histoire du don en France de 1800 à 1939 (Dons et legs charitables, pieux et philanthropiques), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1999. On relèvera que l’auteur, qui ne perçoit pas comme un genre spécifique la morale par l’exemple et la création de ce type de prix, s’étonne de leur accentuation, et la rapproche d’une vision patriarcale de la société ou de l’influence des romans populaires. Chapitre x « Les objectifs du don », pp. 337 et ss.

104 Ibid., p. 281.

105 Académie française, Prix de vertu…, 1906, pp. 46-47.

106 Marais J.-L., op. cit., p. 383. L’auteur souligne : « A la lente reprise qui suit la Révolution et à la mise en place d’un nouveau cadre législatif, succède, à partir des années vingt du xixe siècle, une croissance régulière, quelque peu perturbée après 1830, puis de nouveau en 1849-1850, qui s’enfle à partir des années 1880 ». Il relève également (p. 316 notamment) l’augmentation tendancielle du nombre de legs par donateur et la baisse de leur valeur moyenne.

107 Discours…, 1859, pp. 15-16 ; Discours…, 1868, p. 39.

108 Nous arrêtons nos investigations en 1914, mais la tendance se poursuit voire se renforce au-delà. Les donations Cognacq-Jay en faveur des familles nombreuses (plus de cinquante millions de francs au total) marquent une accentuation de la préoccupation d’aide sociale, même si les critères de moralité ne sont pas absents. Certains des imitateurs formulent d’ailleurs des objectifs plus proches des prix de vertu. Voir : Marais J.-L., op. cit., pp. 350-351 notamment. Ce dernier recense 304 dossiers de legs à l’Académie ou à l’Institut pour la période.

109 Ce philanthrope originaire de Villars-de-Lans en Isère, ayant fait fortune dans la construction, participera activement au mouvement associatif des sauveteurs. Il sera membre honoraire et fondateur de prix de nombreuses associations, notamment la Société des Sauveteurs de la Seine.

110 Le testament du légataire stipule sa volonté de distribuer chaque année un prix de 4 000 francs, et autant de prix de 1 000francs qu’il sera possible : « J’ai travaillé pendant mon existence pour arriver à pouvoir faire cette création humanitaire. Ces prix seront distribués le 27 mai de chaque année, anniversaire de la naissance de ma fille chérie que Dieu a rappelée à lui ; ils s’appelleront : prix Henri Durand (de Blois) ; ils seront acquis et distribués aux marins de l’État et de la marine marchande de tous grades […] et même aux personnes étrangères à la mer, mais tous devront être Français, lesquels auront, par leur intrépidité, leur courage, leur dévouement, sauvé, au péril de leur vie, sur les côtes, dans un naufrage, incendie à bord, abordage, voies d’eau et tous évènements de mer quelconques, sauvés à la mer ou sur les côtes, dans les pays étrangers ou ports français, sauvé, dis-je, la vie d’un plus grand nombre de personnes ». Circulaires citées dans : Les annales du bien, volume xxi, 1914, pp. 125-128.

111 Marais J.-L., op. cit., pp. 372-374. Étienne Lamy donne 500 000 francs en mai 1916 pour récompenser « deux familles de paysans catholiques, les plus pauvres, les plus nombreuses, les plus chrétiennes, les plus intactes de mœurs ». Près d’une quinzaine d’autres donateurs associeront à sa suite une précision confessionnelle à leurs fondations.

112 Ibid., p. 284. Jean-Luc Marais estime que les pratiques donatives, très marginales en regard de la fortune des Français, touchent deux mille personnes par an à la fin du xixe siècle, et se répartissent entre toutes les catégories de la population (p. 383).

113 Dislère P., « Note relative aux dons et legs faits aux établissements publics ou d’utilité publique en 1906 », Revue Philanthropique, n° 22, novembre 1907-avril 1908, pp. 358-363. Rappelons que selon le principe posé par le Code civil, les dons et legs aux pauvres, aux communes, aux institutions reconnues d’utilité publique, sont soumis en France à une autorisation administrative. C’est à partir de cette base documentaire qu’a été possible le travail de Jean-Luc Marais.

114 Foucault M., Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard (TEL), 1993 (1re édition 1975), p. 221-222.

115 Voir en ce sens : Boltanski L. et Thévenot L., De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, NRF Gallimard, 1991, p. 165 notamment.

116 D’Haussonville comte (fils), Prix de vertu de 1896, p. 28.

117 Les archives de l’Institut détiennent une série de 44 cartons, avec quelques lacunes, couvrant la période 1860-1898. Les quelques dossiers conservés après cette date sont trop épars pour être exploitables. Les cartons sur lesquels porte notre propos, dépouillés de manière exhaustive (2. E. 32 à 52, 1868-1889), représentent environ la moitié de ceux qui sont disponibles. Notre dépouillement donne en moyenne 117 candidatures retenues chaque année jusqu’en 1889 compris (avec cinq années visiblement lacunaires et trois manquantes, 1880, 1882 et 1883), 152 de 1891 à 1898, 249 de 1899 à 1913. Les deux derniers chiffres ont été obtenus à partir de deux registres alphabétiques bornés par les dates considérés. Il n’est pas certains qu’ils soient exhaustifs, et peut-être visent-ils seulement (voir plus loin) à repérer les candidatures répétées. Ludovic Halévy estime ces dernières dans son discours de 1894 à « vingt ou trente sur cinq cents », chiffre qui pourrait valoir, au vu de la multiplication des prix, pour les candidatures annuelles.

118 Voir notamment, sur l’importance du récit qui permet « de faire tenir ensemble la mutabilité anecdotique d’une vie avec la configuration d’une histoire » : Ricœur P., « Individu et identité personnelle », Sur l’individu (contributions au colloque de Royaumont), Paris, Seuil, 1987, pp. 54-72.

119 Boivin (2. E. 34, 1873).

120 « Analyse des certificats de sauvetage sur les faits constatés dans le présent mémoire : 1 - Certificat de la Mairie de Fronsac ; 2 — Certificat de la Mairie de Saint-Michel ; 3 - Certificat de la Mairie d’Arvayres ; 4 - Certificat du Commissaire de l’inscription maritime ; 5 - Certificat du Maire de Libourne ; 6 - Certificat de M. Malaure, ingénieur ; 7 - Certificat du Commissaire de l’inscription maritime ; 8 - Trois Procès-verbaux de M. le Commissaire de police ; 9 - Extrait d’un journal de Libourne sur l’incendie ; 10 - Certificat de M. le chirurgien-major du 1er chasseurs ; 11 - Certificat de trois marins ; 12 - Certificat des personnes secourues ; 13 - Certificat du Maire de Saillans ; 14 - Autre certificat du Maire de Fronsac ». Dossier Prévôt (2. E. 32, 1868).

121 Le sénateur prend ainsi la plume pour présenter le dossier de Michel Rastel, patron du canot de Saint-Marc récompensé en 1878. Dossier Rastel (2. E. 39, 1878). Voir également : dossiers Baude et Delannoy (2. E. 50, 1887). Le dossier Delannoy comprend 18 diplômes du ministère de la Marine, quatre de gouvernements étrangers, 3 mémoires biographiques importants, un extrait de services. Celui de Baude est rédigé par les habitants de Barfleur, puis avalisé par le siège parisien.

122 Voir notamment : dossier Antoine (2. E. 48, 1886), soutenu par le député Eugène Farcy, qui interviendra pour la reconnaissance légale du dévouement courageux (voir le chapitre i) ; dossier Gruchet (2. E. 52, 1889), soutenu par une lettre de Jules Siegfried, député-maire du Havre ; dossier Rieu (2. E. 42, 1881), appuyée des recommandations manuscrites de deux députés du Vaucluse, d’un conseiller général, et de plusieurs membres du conseil municipal d’Avignon, etc. Les soutiens associatifs des sociétés de sauveteurs concernent 1/5e environ des dossiers de secoureurs (18 sur 95). Voir : dossier Duvoir (2. E. 37, 1876), mémoire signé du duc de Fitz-James, président de la Société des Sauveteurs de la Seine ; dossier Maigre (2. E. 40, 1879), premier prix de 1879, soutenu par la Société des Sauveteurs du Midi ; dossiers Maillard (2. E. 40, 1879) et Durand (2. E. 45, 1884), appuyés par les Hospitaliers Sauveteurs Bretons et récompensés ; dossier Boccheciampe (2. E. 42, 1881), où l’Académie ne se laisse pas prendre aux 81 signatures que le fonctionnement associatif permet à bon compte de réunir et note « pas de certificats, ni de détails des faits » ; dossier Dirassen (2. E. 52, 1889), avec lettre à en-tête de la revue Le Sauveteur de Turpin de Sansay, etc.

123 Dossier Quesnel (2. E. 39, 1878). Il renouvelle sa candidature en 1880, 1881, 1883, et 1889 (2. E. 52), date où son dossier porte la mention suivante : « Né le 7 décembre 1839. Pilote, sauveteur médaillé, chevalier de la Légion d’honneur, conseiller municipal de Grandville, plusieurs fois présenté, toujours écarté par la commission. A encouru diverses condamnations pour fraude. Supplément d’examen ».

124 Dossier Maillie (2. E. 33, 1870). Le dossier porte la mention : « Demande elle-même. Ce mémoire me semble devoir être examiné sévèrement. En 1869 ce mémoire a déjà été présenté et les renseignements pris ont empêché de donner suite à la demande où se montre un grand savoir faire. » Elle est désignée comme « la naïade de la Seine » dans : Goelzer Ph., Historique de la Société des Sauveteurs de la seine, Paris, Wattier, 1879, p. 91.

125 Dossier Lecorgne (2. E. 51, 1888). Le dossier de 1887 porte l’explication des rejets : « Je réponds au maire de Saint-Malo. La demande de Lecorgne a été écartée par la commission parce qu’il l’avait rédigée lui-même. Si de nouveaux renseignements sont adressés à l’Académie par M. le Maire de Saint-Malo, l’affaire pourra être examinée une troisième fois en 1888 ».

126 Dossiers Salvy (2. E. 46, 1885), et (2. E. 48, 1886) : Inspecteur du marché au poisson de Nice il se présente à quatre reprises. Le dossier porte la mention : « Faiseur d’embarras. Surchargé de médailles. Demande la croix de la Légion d’honneur. Fait faire des réclames dans les journaux de son département. » Dossier Favre (2. E. 42, 1881) : Ancien gendarme et chevalier de la Légion d’honneur, il se présente à deux reprises, par l’intermédiaire d’une notice soigneusement imprimée, et joint de multiples coupures de journaux, ainsi que trois pages qui le concernent arrachées aux Sauveteurs célèbres de Turpin de Sansay. Dossier Pittorino (2. E. 49, 1887) : Le dossier porte la mention : « Si l’obstination était un titre à un prix de vertu le candidat pourrait être admis. Voilà quatre fois qu’il se présente lui-même. Il a toujours été écarté. Il n’y a aucune raison nouvelle pour revenir sur cette décision. Le candidat a d’ailleurs obtenu des médailles pour les actes qu’il relate. Son insistance prend le caractère d’une exigence qu’on ne peut admettre. » Voir aussi : Dossier Fosse (2. E. 46, 1885) ; dossier Martin (2. E., 49, 1887).

127 Le carton de 1887 contient un registre manuscrit des dossiers présentés à plusieurs reprises de 1883 à 1886. Sur 29 noms, 3 se sont présenté à 3 reprises avant 1887, 2 à 2 reprises, et 24 une fois.

128 Dossier Gaonach (2. E. 32, 1869). Le sous-préfet de Châteaulin précise : « Mes investigations ont établi que l’initiative de la demande appartenait aux habitants de Laneoc. Le sieur Gaonach s’est borné à fournir les renseignements dont on avait besoin. La délivrance au sieur Gaonach d’un prix Montyon produirait dans ce pays, où le dévouement est discret et le sentiment de charité profond, le meilleur effet. »

129 Dossier Brunet (2. E. 48, 1886). Le mémoire est reproduit sur le formulaire officiel d’extrait du Registre des délibérations du conseil municipal.

130 Dossier Colombet (2. E. 51, 1888). Le mémoire est signé d’un inspecteur général des services administratifs du ministère de l’Intérieur, de 9 membres des professions judiciaires (juges, avocats etc.), et de 4 conseillers généraux.

131 Académie française, Prix de vertu, fondé par M. de Montyon. Discours prononcé par Ludovic Halévy…, op. cit., 1894, pp. 30-33.

132 Il s’agit le plus souvent de cas de dévouement de domestiques à leurs maîtres, ou de bons et loyaux services professionnels. Une note « à adresser à l’Encouragement au bien » est alors portée sur les dossiers. Voir notamment : dossiers Miant et Maine (2. E. 49, 1887), Cozic et Deschère (2. E. 52, 1889).

133 Delandine A.-F., De la conservation et de l’utilité politique des sociétés littéraires dans les départements, Paris, 1791, cité dans Bonnet J.-C., Naissance du Panthéon, op. cit., pp. 304-305.

134 Le corpus a été constitué de manière aléatoire à partir de : Montessus de Ballore R. de, Index généralis (Annuaire général des universités, grandes écoles, académies, archives, bibliothèques, instituts scientifiques, jardins botaniques et zoologiques, musées, observatoires, sociétés savantes), Paris, SPES, 1934 (une édition par année jusqu’en 1958). Les index et compte rendus de séances d’une vingtaine de sociétés ont été dépouillés, soit environ un tiers des associations existantes. On a trouvé mention de prix de vertu pour : Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Rouen (reconnue d’utilité publique en 1852) ; Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon (fondée en 1700, autorisée en 1724, l’une des plus anciennes) ; Académie de Mâcon (Société des Arts, Sciences, Belles-Lettres et Agriculture de Saône-et-Loire) (crée en 1823, ajoute en 1900 à son intitulé « encouragement au bien » pour entrer en possession d’un legs en faveur d’un prix de vertu) ; Académie de Stanislas (Nancy, fondée en 1751, reconstituée en 1803, la seule société à avoir possédé quelque temps à partir de 1803 un « prix de mœurs pour être décerné à celui des élèves de l’École Centrale qui se serait le plus particulièrement distingué par la sagesse et la régularité de sa conduite ») ; Académie de Metz (fondée en 1757, reconstituée en 1819).

135 Boucher dr., Rapport sur les prix de vertu décernés par l’académie de Rouen en 1907, Rouen, Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Rouen, imp. Cagniard, 1907, 15 pages.

136 « Nos lauréats, d’ailleurs, nous le savons, regardent la valeur du prix comme chose secondaire ; ce qu’ils désirent, ce qu’ils apprécient c’est la médaille, la médaille qui sera suspendue dans l’atelier, au-dessous du crucifix, comme un témoignage de l’honorabilité de la vie, comme un appel à la miséricorde du juge qui prononce en dernier ressort ». Mémoires de l’Académie… de Lyon, tome xxvii, 1890-1891, p. 342. Dans le même sens : Mémoires de l’Académie… de Metz, 1900, p. 36.

137 Lallemand de Mont, « Rapport sur les prix de vertu », Mémoires de l’Académie de Stanislas, 6e série, tome ix, 1911-1912, pp. iv-v.

138 Les donateurs, pour ne pas subir la censure de l’administration qui doit autoriser l’acceptation du legs, utilisent des formulations vagues ou contournées. C’est le cas notamment à Lyon, avec l’importante fondation Lombard de Buffières (200 000 francs), pour « développer dans l’enfance le respect et l’observation de ses devoirs envers Dieu, envers soi-même et envers le prochain », décernée pour la première fois en 1884. Louis-Jacques-Antoine-Edouard Lombard de Buffières (ancien avocat à la cour d’appel et conseiller de préfecture à Lyon, sous-préfet de Belley de 1873 à 1875, puis de Saint-Omer de 1875 à 1879) établit le legs au nom de son père le baron Jean-Jacques-Louis (1800-1875, député de l’Isère sous Louis-Philippe, administrateur des Hospices Civils). De même le prix Jacquot, à Nancy, vise des chargés de famille « professant la religion catholique », mais précise : « sans aucune exclusion pour raison politique ou religieuse, ni de fréquentation scolaire ».

139 Mémoires de l’Académie de Metz, Lettres, Sciences, Arts et Agriculture, 1904-1905, p. 37. Voir aussi ibid., 1900, p. 31, 1896-1897, p. 29 ; Beaurepaire G. de, Rapport sur les prix Dumanoir et octave Roulland, Rouen, Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Rouen, imp. Cagniard, 1902, pp. 16-17. Pour Nancy : Mémoires de l’Académie de Stanislas, « Rapport… 1902 », par Blondel R. (doyen de la faculté de droit), 5e série, tome xix, pp. x-xi.

140 Marais J.-L., op. cit., p. 380, et plus largement pp. 337-382. On trouve mention de prix fondés en faveur d’un canton, et attribués par un jury présidé par le juge de paix, comme à Aunay (Calvados), en faveur de « la personne qui, peu fortunée, sera reconnue par le jury comme s’étant la plus distinguée dans le dit canton par des traits de vertu, d’humanité, de bienfaisance, d’industrie, ou autres utiles à ses semblables » (Archives de l’Académie, dossier Faucon, 2. E. 48, 1886). Pour la reprise devant un comice d’un prix attribué par l’Académie : Comice agricole du canton de Candé, xxve concours du 8 septembre 1875, Segré, imprimerie de Valentin Gérard, 1875, pp. 6-7.

141 Maza S., Vies privées, affaires publiques. Les causes célèbres de la France prérévolutionnaire, Paris, Fayard, 1997, pp. 63-103. La « Lettre historique sur la fête de la Rose, établie à Salency, par Saint-Médard, évêque de Noyon, dans le cinquième siècle », de Fréron M., est reprise dans sa Morale en action par le père Béranger (op. cit., pp. 34-39), qui fait l’éloge de l’institution. Un autre auteur date de 1766 la redécouverte et la popularité nationale de la pratique : Blanchard p., Modèles de jeunes personnes ou traits remarquables, actions vertueuses, exemples de bonne conduite, et morceaux extraits des meilleurs écrivains qui se sont occupés de l’éducation des filles, Paris, Blanchard, 1811, pp. 43-56.

142 Voir notamment l’évolution de 1818 aux années 1930 de la rosière de Nanterre : Segalen M. et Chamarat J., « Les rosières se suivent et ne se ressemblent pas… ou notes pour une analyse historique et sociologique des fêtes de la rosière de Nanterre », Centre d’animation de l’histoire de Nanterre, n° 8, juin 1979, 28 pages ; Segalen M., « Du village à la ville. La fête de la rosière à Nanterre », Ethnologie française, tome xii, n°2, avril-juin1982, pp.185-194. Voir également : Jourdain J., « Étude sur les rosières : histoire de nos rosières de l’origine à 1914 », Société d’émulation de l’arrondissement de Montargis. Bulletin trimestriel des travaux, 1977, 3-39, pp. 12-20 et « Des rosières à Montargis sous le Premier Empire », 1979, 3-45, pp.15-18. Sur les deux fondations de rosières (1823 et 1879) de Dourdan : Garriot A., « Les rosières à Dourdan », Les cahiers des pèlerins du Hurepoix, de l’Yveline et de Normandie, n° 1, 1980, pp. 38-62.

143 Cité dans : Ducasse B., « Fêtes de l’empereur et rosières libournaises », Revue archéologique et historique du libournais, tome 49, 1981, n° 181, p. 96. Voir plus largement, sur les efforts de nuptialité contrôlée en faveur des militaires sous le Premier Empire, qui empruntent la forme des rosières (1804, 1807, avec des dots prises sur le Trésor de 600 francs), la première partie de cette étude (ibid., n° 180, pp. 53-64).

144 Segalen M. et Chamarat J., op. cit.

145 Simon J., Fondation Cartault. Compte rendu de la cérémonie du couronnement de la rosière qui a eu lieu le 17 octobre 1875 à Puteaux, discours de M. Jules SIMON, député, Paris, Jules Boyer, 1875, 16 pages. La fondation vise à l’attribution annuelle d’une dot de 500 francs à « l’ouvrière pauvre la plus méritante », et est décidée par le conseil municipal qui se prononce à la majorité. Trois mille personnes et de nombreux journalistes assistent à la première cérémonie.

146 Marais J.-L., op. cit., p. 379.

147 Pas la moindre mention de la SNEAB n’a été trouvée dans l’ensemble de la bibliographie consultée. Les recherches menées aux archives du Conseil d’État n’ont pas permis de localiser le dossier de demande de reconnaissance d’utilité publique. Les renseignements sur lesquels se basent les développements suivants proviennent des archives privées de l’association, toujours en activité. Non classées, et portant pour l’essentiel sur les trente dernières années, ces archives ne fournissent ni listes de membres, ni comptabilité détaillée (à l’exception d’un registre de budget 1890-1914), ni dossiers de candidature remontant à l’époque de la Troisième République. Les renseignements principaux proviennent du dépouillement exhaustif des comptes-rendus d’assemblées dont l’association conserve une collection complète : Société Nationale d’Encouragement au Bien (Séance Publique et Distribution Solennelle des Récompense), 1864-1935, un volume par année, de 100 à 150 pages en moyenne. On ajoutera quelques exemplaires du Bulletin Officiel de la Société, et de certaines de ses sections locales. La Bibliothèque Nationale possède une collection assez incomplète des séances publiques.

148 Le graphique a été réalisé d’après le dépouillement des séances publiques. Les archives de la société donnent des exemples de formulaires officiels de demandes employés au sein de l’armée. De même des exemples de dossiers proposés par les recteurs et transmis via la direction de l’Enseignement Primaire dans AN (F.17 14311).

149 Archives de la SNEAB, circulaire Intérieur, 15 juillet 1919. Le ministre des Affaires Étrangères envoie une circulaire analogue aux agents diplomatiques et consulaires de France, et les archives de la société contiennent des réponses favorables en provenance du Maroc, de l’Afrique Occidentale Française, de l’Indochine, de l’Amérique Latine, de Suède.

150 SNEAB, Séance publique…, « Rapport du secrétaire général », 1876, p. xviii.

151 Ibid., 1878, pp. xxxii-xxxiii.

152 Ibid., 1891, p. xxiv. Ce discours est repris à chaque assemblée, et vise bien sûr d’abord « les livres et les feuilles naturalistes ». Voir notamment : ibid., 1879, pp. xxii-xxiii. Le nombre d’ouvrages récompensés se situe entre 20 et 40 jusqu’en 1893, et de 60 à 110 jusqu’en 1914.

153 L’article 13 stipule : « La Société fait appel à tous les hommes de cœur, écrivains, publicistes, pour répandre, autant qu’il leur sera possible, les principes qu’elle désire faire prévaloir dans les ateliers et dans la demeure des travailleurs. À cet effet, elle les invite à lui adresser les manuscrits d’ouvrages conçus dans cet esprit, où ils s’efforceront de faire ressortir les avantages de la pratique des trois éléments fondamentaux du bonheur, travail -ordre -et bonnes mœurs. Des médailles seront décernées à ceux de ces ouvrages qui lui paraîtront dignes d’être recommandés. » Le devenir des manuscrits, en dehors de quelques poésies lues durant les séances publiques, n’est pas précisé, et les archives de l’association n’en conservent aucune trace. Le nombre de manuscrits présentés, indiqué en séance jusqu’en 1889, varie de 5 (1879) à 69 (1888).

154 Dufau, Séance publique, 1864, p. 19. « Ainsi que cela vous a été si bien dit et si nettement expliqué l’année dernière, nous ne soulageons pas l’infortune, nous récompensons la vertu ; nous distribuons des médailles, non des aumônes. La SNEAB n’est pas la succursale d’un bureau de bienfaisance, mais une arène où l’on fait appel à tous les sentiments généreux pour y applaudir, à toutes les bonnes actions pour les couronner ». De Mongis, ibid., 1865, pp. 21-22.

155 Voir le graphique en annexe.

156 Arnoul H., Séance publique, 1877, p. xii.

157 De Beauvais, ibid., 1887, p. xiii.

158 L’origine des ressources de la société est difficile à établir du fait des variations des rubriques des budgets annuels conservés. La corrélation du chapitre « cotisations » et du budget annuel global est néanmoins explicite, en dehors des années où l’association rentre en possession de legs importants (ainsi en 1909 avec un legs de plus de 36 000 francs), et l’on peut affirmer que ce sont les cotisations des membres qui fournissent l’essentiel des ressources. Aucun des documents consultés ne donne un nombre d’adhérents et seule la Revue Philanthropique (tome i, 1897-98, p. 309) avance le chiffre de 3 000 membres pour la SNEAB. Le complément provient des revenus des fonds placés (180 000 francs en 1906). L’œuvre continuera de recevoir des legs très importants après guerre (en particulier l’immeuble où elle établira son siège social en 1936). C’est à cet avoir qu’elle doit, au moins depuis une vingtaine d’années, sa survie jusqu’à nos jours. Les subventions du Conseil municipal et du Conseil général de Paris, accordées à partir de 1909, ne dépassent pas 3,5 % du budget annuel.

159 Le secrétaire général et fondateur de la SNEAB, Honoré Arnoul, crée et préside jusqu’à sa mort (1890), outre celle des sauveteurs, deux associations, dont on ne trouve plus mention par la suite : la Société Libre d’Instruction et d’Éducation Populaires (1869) et la Société du Sou du Bon Dieu (1874). Si les deux premières purent sans doute liquider leurs fonds par des œuvres en accord avec leurs statuts, l’Union Centrale des Sauveteurs fera don de son capital (8403 francs) en 1893 à la SNEAB, ainsi que l’atteste le budget de cette dernière.

160 Arnoul H., discours devant l’Union Centrale des Sauveteurs, L’Ère nouvelle française, n° 5, 1er mars 1887. Il est également fondateur et rédacteur en chef jusqu’en juillet 1888 de cette publication : L’Ère nouvelle française. Journal Littéraire, Scientifique, d’Économie Sociale. Moniteur Spécial des Sociétés Humanitaires, septembre 1884-décembre 1888, bimensuel, petit format, une dizaine de pages de texte en moyenne, vendu pour un abonnement de 10 francs par an (se fond du 1er août au 15 décembre 1888 avec La Revue Exotique Illustrée, qui continuera à paraître sous son seul nom jusqu’en 1893).

161 SNEAB, Séance publique…, 1894. Le nombre de récompenses attribuées explique que l’on n’ait pas quantifié précisément les sauveteurs distingués par la société au cours de son existence.

162 Stora-Lamarre A., L’Enfer de la iiie République (1881-1914). Entrepreneurs moraux et pornographes, Thèse d’Histoire Université Paris VII, 1986, p. 71. Aucun des groupements visant à la prohibition de la prostitution et de la pornographie n’est mentionné dans les activités de la SNEAB.

163 Arnoul H., De la nécessité de régénérer la France par l’instruction et l’éducation, Paris, Laporte « libraire de la Société Nationale d’Encouragement au Bien », 1871, 16 pages.

164 Jankélévitch V., Le pur et l’impur, Paris, Champs Flammarion, 1978, pp. 45-46.

165 Vladimir Jankélévitch (ibid.) souligne la dimension « à la fois pessimiste et optimiste » de toute perspective puriste. On relèvera que cette caractéristique relativise l’opposition, parfois présentée comme absolue, entre la perspective catholique du « croyant-citoyen » et celle du « citoyen-raisonnable » de la citoyenneté républicaine, opposition assez peu efficiente pour comprendre les procédures de l’encouragement civique. Voir notamment : Deloye Y., École et citoyenneté. L’Individualisme républicain de Jules Ferry à Vichy : controverses, Paris, Presses de la FNSP, 1994.

166 Séance publique, 1905, p. xvi ; 1902, pp. xix-xxi ; 1903, p. xxi. La comparaison avec « une École où la leçon naît de l’exemple », revient régulièrement. Voir notamment : ibid., 1910 p. xxii.

167 Citti P., Contre la Décadence (Histoire de l’Imagination Française dans le Roman. 1890-1914), Paris, PUF, 1987.

168 Sur l’arrivée d’une nouvelle génération de républicains « progressistes » au début des années 1890, voir notamment Mayeur J.-M., op. cit., pp. 160 et ss. Raymond Poincaré obtient son premier poste ministériel en 1893, à 33 ans.

169 La Liberté (28 juillet 1879) note qu’il serait injuste « de ne pas féliciter le gouvernement, parmi tant de rubans égarés, d’en avoir placé un sur la poitrine de ce vaillant cœur et de ce vertueux citoyen qui s’appelle Honoré Arnoul ». Employé de banque et bienfaiteur des pauvres, Pierre-Alfred Conscience est récompensé explicitement également pour son action moralisatrice.

170 Voir Séance publique, 1907, p. viii.

171 Buisson F., conférence « Le devoir présent de le jeunesse », cité dans Citti P., op. cit., p. 219.

172 SNEAB, Séance publique…, 1872, pp. 18-19.

173 Poincaré R., Séance publique, 1913, pp. xxiii-xxiv.

174 La liste est donnée par l’annuaire de référence Paris charitable (1936) qui retient au chapitre « Encouragement au bien et au devoir social – ligues de propagande » huit associations, outre la SNEAB et la Fondation Carnegie, qui toutes se proposent « d’encourager le dévouement et les bonnes actions », « d’éveiller dans toutes les classes de la société le sens du bien public », « d’honorer et de susciter les actions héroïques et bienfaisantes », etc.

175 Archives de la SNEAB. Le correspondant considère que l’adhésion à cette association, ou à sa filiale la Fédération Française du Dévouement, « est devenue, ici, comme une sorte d’obligation ».

176 Fondation Carnegie, Rapport 1923, 111 pages, lettre d’Andrew Carnegie à Georges Clemenceau. Des informations et des exemples de dossiers instruits par les préfets sont disponibles dans certains dépôts d’archives départementaux, ainsi : A.D. Loire-Atlantique (1. M. 2482, fondation Carnegie 1915-1923). La fondation est un établissement public institué par décret présidentiel le 23 juillet 1909, administré par un représentant respectivement du Conseil d’État, de la Cour de cassation, de la Cour des comptes, de l’Académie des Sciences, de l’Académie de Médecine, des Conseils supérieurs de l’Assistance publique, du Travail, des Sociétés de secours mutuels, d’Hygiène, du Commerce et de l’Industrie, plus douze membres désignés par le ministre de l’Intérieur, et douze élus par les précédents.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540