Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La figure du sauveteur

 | 
Frédéric Caille

Chapitre I. Les héros du peuple et du devoir : le dévouement courageux au miroir des supports d’opinion

Index terms

Geographical index :

France

Full text

1L’exemplarité du secours courageux, banalisée et accessible au plus grand nombre, s’enracine dans l’imaginaire social dès la Monarchie de Juillet, avant d’atteindre son point culminant dans le dernier tiers du xixe siècle. Pour la majorité modeste de la population, jusque dans les campagnes, l’acte de secours et la figure qui l’incarne trouvent progressivement une place qui déborde de beaucoup des lectures scolaires et des cadres cérémoniels locaux, rassemblant sous une seule et même bannière civique soldats du feu et marins, mineurs et policiers, hommes du peuple et fonctionnaires, colosses burinés, écoliers valeureux et mères héroïques. Le traitement médiatique du dévouement courageux, appuyé sur le développement considérable des imprimés populaires d’information, complète et renforce sous la Troisième République les procédures d’une reconnaissance officielle certes plus ancienne, et sur laquelle on reviendra ensuite, mais à laquelle il confère la plénitude de ses effets, garantissant la diffusion massive tant d’une population de méritants officialisés, que d’une objectivation personnifiée de la vertu et du civisme individuels. Ne serait-ce qu’à ce titre, la saisie du secours courageux dont témoignent les grands supports d’opinion à compter des années 1880 constitue une ouverture privilégiée sur la présence multiforme du citoyen secoureur dans l’imaginaire civique national, validant notamment la diversité des usages sociaux et politiques de cette figure du dévouement dans laquelle est supposée se reconnaître tout ou partie de la nouvelle nation républicaine. Le secoureur repose du criminel, il offre l’alternative d’un spectaculaire qui frappe les esprits sans cesser de contribuer à leur élévation, il apaise la lecture des évènements accidentels les plus meurtriers, comme l’incendie du Bazar de la Charité de mai 1897, et il soutient même la mobilisation de l’opinion sur laquelle Pasteur appuie la fondation de l’Institut qui portera son nom. De manière complémentaire, les débats et initiatives parlementaires concernant les victimes du secours courageux permettent de se convaincre que l’archétype socialement construit du citoyen secoureur, par l’affirmation des valeurs de grandeur civique, de générosité et de désintéressement associées au secours porté à son semblable dans le péril, ne se réduit pas aux pratiques institutionnelles et associatives de sauvetage, alors que se formalisent sur le siècle, et notamment dans son dernier tiers, de nouvelles représentations des relations entre l’individu et la collectivité.

Le Panthéon du peuple : le secours courageux dans la presse du xixe siècle

  • 1 Seguin J.-P., Nouvelles à sensation, canards du xixe siècle, Paris, Armand Colin, 1959, p. 32. Voi (...)
  • 2 Le Petit Journal atteint un million d’exemplaires quotidiens en 1880 (850 000 en 1912), et diffuse (...)

2La diversité de l’exposition des couches les plus modestes aux représentations valorisantes de l’acte de dévouement courageux est d’abord le fruit de la profonde mutation que représente l’entrée dans l’ère de l’information périodique. Le lancement en 1836 de La Presse d’Émile de Girardin, prototype des grands quotidiens modernes, inaugure l’importance nouvelle des imprimés, qui atteignent progressivement les couches les plus nombreuses sous le Second Empire. Le Petit Journal de Moïse Millaud, symbole de cette seconde « révolution1 », est à compter du 1er juillet 1863 vendu pour un sou, pour la première fois à une majorité de non-abonnés, et il tire à près de deux cent soixante mille exemplaires à la fin de 1865. La Troisième République confirme et étend de manière exponentielle l’importance de ces vecteurs culturels démocratisés que sont les grands quotidiens populaires et, en 1914, les quatre titres principaux diffusent plus de quatre millions d’exemplaires journaliers, constituant à eux seuls 40 % des tirages nationaux, et les trois-quarts de ceux des quotidiens parisiens2.

  • 3 Ibid., p. 86. À titre d’exemple, La Croix tire à 300 000 exemplaires en 1912, L’humanité à 85 000 (...)

3Ces grands quotidiens, relativement similaires quant au fond et à la forme comme le souligne Anne-Marie Thiesse, n’adoptent guère de ligne politique claire et cohérente et préfèrent épouser, sous le signe de la prudence, les fluctuations et les revirements de l’opinion sur les grandes questions du moment. Sur une échelle incomparable à celle des feuilles plus militantes3, mais sur ce point de manière largement convergente, ils trouvent dans la figure du secoureur matière à un propos qui parle d’un extrême à l’autre de l’opinion.

  • 4 Il devance de la sorte, de très loin, un magazine de facture plus soignée comme L’Illustration, «  (...)

4La thématique du dévouement courageux s’impose aux grands quotidiens par la pente du divertissement et de l’émotion plus que selon une logique politique, d’autant qu’à partir de juin 1884 le Petit Journal se complète de son fameux Supplément illustré hebdomadaire, lequel va connaître un succès prodigieux. Atteignant à lui seul le million d’exemplaires au début du xxe siècle, ce supplément fait rapidement école et est concurrencé par son analogue du Petit Parisien dès 18894. Il revêt au début de l’année 1891 sa forme définitive, comprenant notamment deux illustrations grand format sur ses pages de garde, illustrations qui fondent une imagerie à coup sûr sans équivalent par sa diffusion pour la période.

  • 5 Ibid., p. 26.

5Car si les suppléments ici mentionnés n’innovent pas, à proprement parler, quant à l’utilisation de ce type d’images, ils leur donnent cependant une influence et une réception démultipliées. Les Veillées des Chaumières, créées en 1877, utilisent certes précocement le procédé de l’illustration grand format de première page, qui se réfère à une scène de leur feuilleton principal ; mais vendues deux sous, avec deux feuilletons et des conseils ménagers ou juridiques, elles ne touchent guère selon Anne-Marie Thiesse que le public des villes. La filiation technique n’en souligne pas moins celle qui relie ce genre littéraire aux suppléments, dans lesquels « c’est l’actualité, réduite à ses événements monstrueux ou somptueux, qui fournit l’inépuisable matière d’un feuilleton indéfiniment prolongé5 ».

6Immédiate, instantanée, parlant plus directement à l’imagination que le discours, l’image totalement démocratisée des grands quotidiens populaires va contribuer de manière décisive à la banalisation d’une galerie des « héros du devoir », certes républicanisée, mais sans rupture manifeste avec le siècle qu’elle clôture. Si l’imagerie des dix premières années du Supplément Illustré du Petit Journal permet de mieux cerner, à l’aube du xxe siècle, une scénographie du dévouement se voulant objective par rapport à l’événement, et qui alimente surtout la presse d’une curiosité que ne commandent pas les impératifs stratégiques de la richesse, du pouvoir, ou de l’action politique, c’est cependant avant et au-delà du développement des premiers quotidiens qu’il convient d’en repérer la genèse.

« Dévoûment et intrépidité » : accidents et secours des occasionels

  • 6 Seguin J.-P., « Les feuilles d’information non périodiques ou “canards” en France », Revue de synt (...)

7L’imprimé à valeur d’information se résume longtemps, pour les couches les plus modestes, à un genre ancien qui remonte aux origines même de l’imprimerie, les occasionnels ou « canards », genre qui connaît, surtout après la chute du Premier l’Empire, « un succès extraordinaire, qui atteindra son apogée aux environs de 18506 ». Les canards, feuilles d’information non périodiques réalisées hâtivement et sans soin sur papier grossier, ornées souvent d’une image, vendues un ou deux sous à la criée dans les villes, et par colportage dans les campagnes, perdurent dans certaines régions rurales jusqu’en 1914, mais leur heure de gloire précède immédiatement l’avènement des premiers quotidiens populaires.

8La continuité d’un genre à l’autre dans le traitement du dévouement courageux est frappante. Qu’il soit réalisé par des imprimeurs spécialisés qui le cèdent en lots aux vendeurs, ou par les colporteurs eux-mêmes, qui le font imprimer en province au hasard de leurs déplacements, le canard relate sur le mode du spectaculaire des événements susceptibles de déclencher la curiosité de la clientèle. Parfois totalement fantaisiste, puisant dans un répertoire d’histoires actualisées par des changements de noms de personnes, de lieux, de dates, le canard mêle le plus souvent la réalité de faits récents – empruntés à des quotidiens – à un traitement et une mise en relief des informations toujours similaires et réitérés.

  • 7 Sur cette matière et son traitement : Lever Maurice, Canards sanglants, naissance du fait divers, (...)
  • 8 En 1850 encore, certains canards ruraux sont présentés par les vendeurs comme étant des « feuilles (...)

9Relatant les péripéties de la vie des gouvernants, les crimes les plus frappants7, le canard s’empare avec prédilection des événements catastrophiques : déraillements de trains, tremblements de terre, épidémies, inondations, naufrages, incendies. Contribution souterraine mais décisive de ce genre mineur à l’histoire du regard moderne sur l’événement accidentel : par l’intermédiaire des canards, médiatisés par des imprimés à la portée de toutes les bourses, accidents et catastrophes accèdent à une forme d’existence qui dépasse de beaucoup celle des seules occurrences locales et de proximité. L’accident s’inscrit de manière croissante dans l’ordre du réel, à l’intersection du vécu et des peurs imaginaires dont le canard, plus explicitement encore que nos magazines lors des grands accidents collectifs, permet l’exorcisme8. De manière plus large, l’accident, dans ses modalités diverses, se voit doté d’un espace discursif autonome et d’un intérêt suffisant pour que l’on puisse y sacrifier quelques pièces.

  • 9 Ce corpus se trouve dans le catalogue de l’exposition réalisée à la Bibliothèque Nationale : Segui (...)

10Le discours accidentel à tonalité spectaculaire dont le xixe siècle voit l’extension tant géographique que sociale au travers des canards, avant même son universalisation banalisée par la presse à grand tirage, se structure presque exclusivement autour de la lecture des événements constitutive de la figure du citoyen secoureur. Jean-Pierre Seguin relève, en introduction d’un corpus représentatif d’une trentaine de canards de 1834 à 1853 – et un de 1902 relatif à l’explosion de la Soufrière –, regroupés sous le thème des « catastrophes », que « les relations faites par le canard s’ordonnent de la même manière, pour chaque catégorie de fléau déterminée : déchaînement de la nature ou des machines, engloutissement des biens, désastres des personnes, épouvante de tous, héroïsme de quelques-uns, zèle des autorités9 ».

11Dans plus d’un cas sur deux, les actes de bravoure se trouvent explicitement mentionnés dans l’accroche développée qui, scandée par le vendeur, devra retenir l’attention des curieux. Aucun type d’accident n’échappe au contraste saisissant du courage et de l’adversité fatale qui le révèle. La silhouette du sauveteur, isolée ou collective, est sur chacun des fronts, saisissant le passant fatigué sur le chemin du foyer pour l’appeler au théâtre tragique et rassurant de l’affrontement accidentel, portant son éclat toujours réitéré dans les rues encombrées de la première moitié du siècle, pénétrant le menu peuple d’une geste méritoire que les élites se montrent toujours plus soucieuses de reconnaître et de récompenser.

  • 10 Tous ces exemples sont tirés du corpus cité, rassemblé par Jean-Pierre Seguin. Les chiffres entre (...)

12Parole d’exubérance et de répétition, les titres que clame le marchand attisent la curiosité de l’action d’éclat : « Dévouement et intrépidité des Habitants, Soldats, et de l’Autorité, pour arrêter les progrès du feu » (1842, 4)10 ; « Belle conduite des autorités, de la troupe, des pompiers, et de tous les habitans des communes environnantes » (1846) ; « Courage extraordinaire des mariniers pour sauver les malheureuses victimes – Trait sublime de dévoûment d’un homme qui a sauvé la vie à un enfant et à sa mère accouchée quelques heures avant ce grand malheur – Circonstances extraordinaires sur un notaire qui allait être noyé et était resté suspendu à un saule quand il a eu la vie sauvée par un homme qui au moyen d’une corde, avec laquelle il l’a attaché, l’a ramené au bord » (1834) ; « Conduite intrépide d’un maréchal-des-logis et d’un gendarme qui ont sauvé plus de vingt-cinq personnes […] – Famille entière noyés dans son habitation – Nombreux traits de courage d’une foule de personnes dans ces tristes circonstances » (1846) ; « Belle conduite de deux capitaines de bateau à vapeur qui ont sauvé la vie à plus de 600 personnes – Noms de ceux qui se sont faits remarquer dans ce terrible désastre – Traits de courage des soldats et des chefs du 57e régiment de ligne » (1846) ; « Noms des individus qui se sont le plus distingués pour porter des secours » (1838) ; « Traits de courage et d’héroïsme de plusieurs individus dans cette malheureuse occasion » (mai 1842) ; « Servante ensevelie sous vingt pieds de décombres, et courage héroïque d’un soldat du 39e, se laissant couler dans un tuyau de cheminée pour sauver cette malheureuse » (1843) ; « Belle conduite d’un grand nombre d’ecclésiastiques, prodiguant des secours et des consolations à ces malheureuses victimes – Dévouement de la garnison, de la population et de tous les individus échappés à ce sinistre – Scènes touchantes : un Fils soutenant avec son dos les décombres, pour sauver sa mère ; une pauvre femme reconnaissant ses deux filles se jette à l’eau » (1845).

  • 11 « Chétif et menacé, le canard chérit l’Ordre et le Pouvoir. Il est avec les révolutionnaires de 18 (...)
  • 12 Il s’agit des planches reproduites par René Helot, collectionneur et précurseur dans l’étude du ge (...)

13Devant l’incendie, l’accident de chemin de fer, l’écroulement, l’explosion, face aux inondations, dans la mine, partout la figure du secoureur se dessine en arrière-plan. L’action des soldats et des autorités se doit de s’y refléter et d’y trouver son sens11, ainsi que l’entraide spontanée de tous les habitants, mais les individualités les plus remarquables mises en exergue l’incarnent mieux encore, au point que l’on prétende parfois, comme dans les écrits d’exemplarisation morale au sens strict, en donner la liste nominale exhaustive. La figure du secoureur est de plus très souvent présente dans la gravure elle-même, telle celle, saisissante, de ces deux planches retrouvées dans un ballot de colporteur normand de la première moitié du xixe siècle (5, 6), présence imagée d’autant plus fréquente que le canardier réutilise et combine toujours les illustrations en sa possession12.

  • 13 Thiesse A-M., op. cit., p. 108. On aura l’occasion d’évoquer au chapitre iv les liens entre la fig (...)

14Désignée par le discours et par la gravure, la figure du secoureur bénéficie d’une double objectivation, probablement déterminante dans la rapidité de son appropriation populaire et de celle de la signalétique officielle qui lui est progressivement associée. Genre modeste, le canard reflète en effet, à sa manière excessive et libérée du souci de l’exactitude, une tendance plus structurelle du traitement du « fait divers » : l’événement singulier n’intéresse que dans la mesure où il suscite l’identification avec le héros ou la victime, et « il y réussit d’autant mieux lorsqu’il ramène les circonstances particulières du fait à des thèmes génériques13 ».

  • 14 Voir par exemple Romi, Histoire des faits divers, Paris, Éditions du Port-Royal Del Duca/Laffont, (...)
  • 15 Toujours au sein du corpus précédent : « Relation officielle – De l’Événement déplorable arrivé à (...)
  • 16 Romi, op. cit., pp. 42 et ss.

15Le travail réalisé sur la réalité n’en signifie pas pour autant la totale négation et, tout particulièrement en matière d’accidents, les canards ne sont nullement dissociés du mouvement de l’information que portent les quotidiens des catégories supérieures, auxquels ils empruntent une partie de leur texte, le revendiquant parfois explicitement dans leurs titres. Le menu peuple et les franges plus aisées se passionnent ainsi pour les mêmes événements, aussi anecdotiques soient-ils, comme l’aventure du puisatier lyonnais Dufavel, resté bloqué du 2 au 16 septembre 1836 au fond d’un puits. L’issue incertaine est suivie jour après jour par les quotidiens et tient en haleine le public, au point que le sujet soit ensuite abondamment lithographié, puis porté à la scène14. Les canards relatent et illustrent l’épisode en insistant sur le dévouement de ceux qui en permirent l’heureux dénouement15, assurant l’extension sociale et géographique de la portée d’un événement qui n’aurait probablement pu trouver place dans les « traits de bienfaisance et d’humanité » des périodiques du siècle précédent, alors socialement aussi exclusivement élitaires dans leurs auteurs que dans leur lectorat16.

16Rapportée à l’histoire longue de la presse et du regard social porté sur l’accident, l’explosion des occasionnels de la première moitié du xixe siècle innove donc moins qu’elle n’accompagne, et renforce, une démocratisation simultanée des méritants et de leurs spectateurs. Au fil du siècle les sauveteurs accèdent au statut d’éléments véritablement structurels de ces « nouvelles de toutes sortes qui courent le monde », dont le Grand Larousse Illustré du xixe siècle établit, en 1880, à la rubrique « faits divers », le relevé, soulignant que « les sauvetages y entrent pour une large part, et [que] les phénomènes de la nature y font merveille, tels que : veaux à deux têtes, crapauds âgés de quatre mille ans, jumeaux soudés par la peau du ventre, enfants à trois yeux, nains extraordinaires… ».

Le citoyen secoureur du Petit Journal

17L’essor des grands quotidiens populaires et de leurs suppléments illustrés démultiplie considérablement la portée du théâtre de la geste secourable. Son traitement, que dirigeaient encore dans les canards les ressorts de l’extraordinaire et du merveilleux, s’inscrit alors plus explicitement dans la continuité de la pédagogie moralisatrice développée dans le cadre scolaire, dont il partage le didactisme insistant et appuyé.

  • 17 Les développements suivants s’appuient sur le dépouillement exhaustif du Supplément du Petit Journ (...)

18Le sauveteur est en effet régulièrement présent avant même que l’illustration n’apparaisse et ne fasse le succès de la formule des suppléments17. Dès ses premières années, de 1885 à 1890, le Supplément du Petit Journal lui consacre une chronique régulière, sous le titre significatif du Tableau d’Honneur, où défilent les différents visages de la figure. Le printemps 1886 voit ainsi se succéder le « père Barillot », passeur d’un bac du Rhône le 4 avril, un chef de gare ayant sauvé un voyageur menacé d’écrasement le 11, le « Sornin du 57e de ligne » ayant maîtrisé « un énorme chien hydrophobe » qui attaquait une jeune femme le 9 mai, un facteur s’étant jeté sur un cheval emporté le 16, un sauveteur fluvial le 21. Le quotidien populaire tient chronique d’une poussière de dévouements, médiateur des humbles qui force le ton pour rappeler les autorités à leur mission de distinction et de reconnaissance : « C’était son trente-huitième sauvetage. Forcément le père Barillot a reçu de nombreuses médailles ; mais croit-on que cela suffit et que la croix de la Légion d’honneur ne serait pas bien placée sur la large poitrine de ce rustique héros ? »

19Solliciteur vigilant et souvent revendicatif, le quotidien populaire se présente lui-même comme une forme de substitut à la reconnaissance officielle, double posture particulièrement explicite on le verra dans l’imagerie de la figure que proposent les illustrations.

20Le Tableau d’Honneur n’est cependant que l’un des modes de présence non imagés de la figure du sauveteur au sein des pages dominicales du Supplément. La fiction, en de courts récits de moins de quatre colonnes, de facture généralement assez médiocre, propose en effet une sorte de contrepoint à la lecture didactique et moralement plus univoque que permet le commentaire des faits réels. La figure du sauveteur y apparaît dans la diversité des tensions dont elle permet l’évocation, éclairages contrastés qui cheminent entre l’évocation du dévouement ou du sacrifice, et celle des péripéties de la reconnaissance sociale des actes de secours courageux.

21Ainsi avec Le sauveteur (12 février 1891) et Le pilote (conte de Bretagne) (22 décembre 1895), le type marin de la figure reste-t-il avant tout l’incarnation de la capacité de dévouement, en toutes circonstances et quoi qu’il en coûte, des populations maritimes. Un ressort dramatique similaire souligne la valeur de l’oblation courageuse dans les deux histoires. La seconde montre un jeune pilote et celui qui devait être son beau-père, dont la fille, déshonorée et abandonnée par un capitaine anglais, vient de revenir mourir entre leurs bras. Sans le savoir, c’est au navire maudit de ce sujet britannique que les deux valeureux portent secours, découvrant au milieu de la tempête l’ironie que leur a réservée le sort, avant de succomber à leur dévouement : « Car Dieu ne voulut pas, dit-on, que le dévouement de Honarn et de Loïck profitât à des méchants, et, plein de pitié pour ses héros las de souffrir, il les rappela à lui à l’heure même où leur généreuse action leur ouvrait les portes du Paradis. » Une ironie similaire, mais encore plus politique et dangereuse, traverse le premier récit, où le secours courageux est le fait d’un vieux marin que rien ne peut consoler de la récente disparition en mer de son fils. Esquissé dès le début de l’histoire par l’opposition des baigneurs et des marins qui les observent, le contraste est plus radical entre le secoureur, père éploré mais aux dispositions généreuses, et le géniteur du baigneur en danger, « un gros homme au nez crochu, tout rond, bouffi de graisse », qui s’agite de manière ridicule au travers de la foule en promettant beaucoup d’or à celui qui sauvera son fils. L’ambiguïté de l’évocation physiognomonique est à la mesure de celle de l’épilogue, où le gros homme n’offre qu’avec difficulté une récompense, dérisoire, au dévoué courageux :

« Le nez crochu s’est relevé ; l’homme reparaît, heureux, triomphant. Il ne pleure plus, sinon de plaisir. Il fend la foule de nouveau, il tend les bras ; il vocifère :
– Où est-il ? montrez-le-moi ? Où est mon sauveur ?…
Et, dès qu’il aperçoit le courageux pilote, il court à lui, éperdument ; et, les mains plongées dans ses poches où l’or fait sonner ses grelots, il fouille, il fouille encore et il en retire – attendez, je ne vois pas bien ; – une grosse pièce en argent, mais toute neuve, bien luisante ; il la fourre presque de force dans les mains du vieux loup de mer, et, d’un air magnanime :
– Prend, mon ami, tu es un brave ! »

22Le sauveteur croise, dans le quotidien populaire, quelques-uns des pires démons de la France fin de siècle, figures dont la négativité souligne la grandeur du peuple qui se révèle dans l’acte de sauvetage. Quelques années plus tard, en y perdant d’ailleurs une partie de son lectorat, le Petit Journal sera violemment anti-dreyfusard.

23Si le courage est « de France », c’est que la bravoure rayonne et se transmet, suit les chemins réels ou projetés de la filiation, et rejaillit sur ceux qui l’entourent, enfant ou compagne. Ainsi le petit Martial, Fils de brave (3 mai 1896), se montre-t-il digne à dix ans de son père, face à un chien enragé qui menace sa jeune sœur : « Alors le brave facteur, ancien troupier qui a quelques sauvetages à son honneur, ainsi qu’en témoigne deux médailles cousues sur sa blouse bleue, saisit son enfant entre ses bras, et l’enlevant de terre s’écrie, en l’embrassant éperdument : Bravo Martial ! Bien mon fils ! » La belle Jenny quant à elle, Le sacrifice (5 mars 1899), adopte l’unique rescapé d’un incendie survenu au milieu de sa noce, et qu’a sauvé au prix de sa vie celui qui venait à peine de devenir son mari. Le début du récit insistait sur le caractère déjà exemplaire des deux amoureux, l’une lingère, l’autre ouvrier charpentier, aimés de tous et vaillants à l’ouvrage : « Jenny Aubriot a tenu parole. Mariée et veuve dans un même jour, frappée au cœur par le plus irréparable désastre, elle sut être mère sans avoir été épouse. Elle ne s’est pas remariée. Aujourd’hui l’enfant a grandi en force et en intelligence. Sa mère adoptive l’a élevée dans le culte du héros qui le sauva jadis, et tous les ans ils vont ensemble déposer une couronne sur la tombe de l’humble ouvrier dont on avait pu dire, le jour de ses funérailles : Mort au champ d’honneur, dans un élan d’humanité ! »

24Les héros ne meurent pas tous au champ d’honneur, et moins pathétiques sont les évocations du sauveteur dans son rapport aux récompenses. L’une est le récit badin d’un sauveteur quasi professionnel, Alexandre Picoleau, dont le patronyme donne le ton de l’histoire (Le sauveteur, 30 septembre 1900). Il verra, en rêve, la concrétisation de son désir de la croix d’honneur (il a déjà les quatre médailles), au terme du sauvetage d’un pêcheur de la Marne avec lequel il venait de faire un repas bien arrosé. Moqueuse, cette fiction ne conteste pas la grandeur d’âme de la figure du secoureur, et Picoleau prête à sourire sans que ne soit discutée la valeur de ses mérites.

25Une autre évocation, Le médaillier (14 juillet 1898), conte l’histoire d’un vieil homme solitaire habitant une masure, « un brigand, disait-on, qui avait lancé des coups de feu pendant la Commune », et dont l’unique occupation est de contempler une boîte vitrée « pleine de médailles étranges ». Bien que résidant à côté de l’église, il n’en passe jamais le seuil, et rejette toutes les invitations du curé, refusant même l’absolution que celui-ci prétend lui donner le jour de sa mort. Il a sauvé quarante personnes, et son absolution est dans les médailles qu’il a obtenues, lui dit-il, non sans amertume à l’égard de ceux qui lui doivent la vie et l’ont tous oublié. Le curé refuse de faire sonner la cloche pour « ce brigand de libéral » qui n’a jamais voulu communier. Pourtant celle-ci résonne pendant la nuit, une lueur étrange luit chez le mort, et l’on retrouve celui-ci au matin dans un cercueil, près d’une fosse fraîchement creusée. Les habitants voient dans tout cela l’œuvre du démon. Mais le malin n’est autre, en définitive, que le curé lui-même, offrant à sa manière sa récompense à l’homme dévoué, mais libertaire et sans confession : « Le coquin, m’a-t-il donné assez de mal ! Quels métiers ! Faire tout cela en cachette, en une nuit ! Ferme, d’un bon geste, il enfonça la pelle. Les mottes s’écrasaient à coups sourds. Il les compta machinalement : Deux, quatre, huit… Le sourcil froncé, la sueur aux tempes. – Ah ! Le mécréant ! Être si brave… Douze, quinze, dix-huit… Sauver tant de gens et ne pas croire au bon Dieu ! Vingt, trente… Je lui devais bien ma fatigue… Trente-trois, trente-sept… Il fallut quarante pelletées. Une par médaille. »

  • 18 Pour chaque année le nombre total de gravures et le pourcentage des représentations d’accidents et (...)

26L’impact de l’imagerie du dévouement courageux dans le supplément dominical des grands quotidiens est sans commune mesure avec le cheminement de la figure du secoureur dans les chroniques des faits vertueux et les brèves fictions. À compter de 1892, et jusqu’à la première année du nouveau siècle, c’est en effet en moyenne un cinquième des illustrations qui relatent un sinistre quelconque, alors que le nombre total de gravures croît de manière régulière (de 105 à 161). Couvrant un spectre qui s’étend des incendies d’envergure à l’arrestation de malfaiteurs (les illustrations relatent très rarement le méfait en lui-même), en passant par les premiers accidents d’automobiles, les naufrages, les inondations et autres éboulements, l’accident du Petit Journal perpétue la curiosité et la participation émotive au malheur éloigné qui faisait déjà le succès des canards18. Si la figure exemplaire du sauveteur n’y est, bien entendu, pas toujours représentée – mais elle l’est parfois dans d’autres genres, comme les portraits, ou la « fête des fleurs » de la Caisse des Victimes du Devoir –, on ne saurait cependant saisir l’importance qui lui est accordée au travers de sa seule présence quantifiée, qui tourne en chiffre absolu aux alentours d’une vingtaine d’illustrations annuelles.

27Les gravures telles qu’elles apparaissent à partir du numéro du 3 janvier 1891 ne sont pas en effet une simple ornementation visuelle attrayante. L’image du Petit Journal vaut explicitement pour un vecteur éducatif, dont le didactisme est renforcé par le commentaire explicatif qui accompagne et présente l’illustration. Ainsi l’une des deux premières images présente-t-elle, sous le titre Perdu en mer !, un jeune mousse endormi dans une barque au milieu de l’océan. Nulle prétention à l’actualité ou même à la réalité dans cette image strictement éducative : « À cette époque du Jour de l’An, où presque tous les enfants – pas tous hélas ! – sont heureux, où les cadeaux et les joujoux abondent pour les ravir d’aise, nous avons cru bon de leur montrer un petit malheureux sauvé miraculeusement d’une épouvantable mort. Que ceci leur fasse mieux apprécier leur bonheur et en même temps leur donne la résolution de soulager plus tard ceux qui souffrent. »

  • 19 Ces chiffres renvoient toujours au cahier d’illustrations.

28De même que le Supplément Littéraire Illustré du Petit Parisien, principal concurrent, le Supplément Illustré du Petit Journal va maintenir durablement cette double lecture des illustrations, où le sens immédiat de l’image est orienté, précisé, légitimé par le texte qui l’accompagne. L’opération revêt une dimension de première importance à l’égard du dévouement courageux puisqu’elle permet d’assurer et de valider l’exemplarité morale d’actes qui trouvent, du même coup, la justification de leur privilège illustratif. C’est le cas très symptomatique avec la première page du 14 novembre 1891, titrée L’accident de Marly-Le-Roi (victime de son dévouement) (7)19, qui relate la mort d’un mécanicien de chemin de fer ayant sauvé une jeune femme présente sur la voie. L’image montre le sauveteur à l’instant où il se saisit de l’imprudente, dans un équilibre précaire qui va le faire basculer devant la machine, et elle se réclame d’abord de l’expression de la reconnaissance collective : « Le Supplément du Petit Journal devait un souvenir et un hommage à ce héros du dévouement. » L’image participe des deux missions constitutives de toutes les procédures de reconnaissance, souvenir et hommage, inscription dans la mémoire commune et distinction pour celui qui a payé de sa vie son dévouement.

29Il en est de même avec Un jeune brave (8), cet apprenti bijoutier de douze ans présenté le 26 mars 1892 se saisissant de deux chevaux emportés. L’illustration construit une fois encore une exemplarité qui vaut autant pour les spectateurs que pour le jeune méritant, lequel se jette au licol des quadrupèdes écumants, inversant les signes des faits divers criminels : « Par ce temps d’assassins de quinze ans et de treize ans, il est vraiment consolant d’avoir à parler d’un héros de douze ans et demi », et « nous espérons bien que M. le ministre de l’Intérieur mettra sur ses blessures ce ruban tricolore de la médaille d’honneur qui cicatrise encore mieux que le plus parfait taffetas d’Angleterre ».

30L’acte doit relever de la reconnaissance officielle, malgré l’âge du courageux impétrant – le rédacteur ignore visiblement la circulaire de Jules Simon de 1877 préconisant de ne pas remettre de distinction honorifique aux enfants de moins de quatorze ans –, car il adresse à chacun, adultes, enfants, et jeune sauveteur lui-même, une leçon pour l’avenir que se propose de transmettre l’image commentée : « C’est que l’acte courageux du jeune Lecrocq n’est point ordinaire ; on a vu des enfants se jeter à l’eau et dans le feu pour sauver leur frère, leur sœur, quelqu’un enfin qui tenait à eux par les liens d’affection. Leur dévouement n’en méritait pas moins de grands éloges, mais celui d’Alphonse Lecrocq est encore plus beau, car il s’exerce au profit de personnes inconnues. Il a risqué sa vie pour sauver celle de ses semblables, au nom de la pure et stricte humanité seulement. C’est un cœur sublime. Suivez ce brave enfant ; je serai bien étonné s’il ne devenait pas un très brave homme. En attendant, nous avons voulu que ce qu’il a fait fût connu de tous, et voilà pourquoi nous avons fait ce dessin de première page. Il sera un exemple à tous ; aux hommes qui rougiront de n’être point aussi énergiques qu’un enfant, aux enfants qui voudront suivre la trace du sauveteur de leur âge. Enfin, pour ce dernier, le numéro présent sera, nous l’espérons, un souvenir précieux. Il le gardera pour qu’il lui rappelle ce qu’il a été, et ce qu’il doit être dans l’avenir en mémoire de son passé. »

31L’idéal-type du message que supporte la figure du citoyen secoureur tend ici à sa perfection : acte totalement désintéressé, caractéristiques personnelles de l’impétrant qui le rendent exemplaire pour tous – situation intermédiaire entre l’écolier et le travailleur puisqu’il est apprenti –, continuité temporelle postulée de l’acte – méritoire par la vertu qu’il révèle et dont il se présente comme un gage et non par sa seule occurrence. Du fait en lui-même, oser arrêter deux chevaux emballés, peut-être étonnant de la part d’un jeune garçon, mais en définitive relativement anodin, le commentaire extrait une signification autrement multiple et éducative. Loin d’être limité à sa dimension surprenante, l’événement accède à la représentation imagée en raison des significations socialement construites de l’exemplarité. L’opération qui lui donne valeur d’information ne relève pas d’une inclination intemporelle et spontanée à l’admiration du courage : elle participe directement d’une volonté de formation morale des individus, engagée progressivement tout au long du siècle, et que la République a désormais placée au cœur du lien social et politique.

32De multiples faits imagés au cours de ces dix années du Supplément Illustré se rejoignent dans cette perspective. Le 18 juin 1892, c’est à nouveau un enfant qui est à l’honneur avec Un sauveteur de six ans à Valenciennes (9), sauveteur à peine moins précoce nous dit-on que la petite Geneviève, de deux printemps sa cadette et qui avait éteint, seule et en se brûlant, la chevelure enflammée de sa sœur. « La petite Geneviève n’a jamais réclamé la médaille de sauvetage, mais nous la demandons, s’il ne l’a pas encore obtenue, pour son confrère en héroïsme, le petit Eugène Woisel. » Étrange mirage que celui de ces marmots décorés, dont on se demande ce qu’ils doivent si impérativement transmettre au monde des grands pour que soit ainsi réclamée leur distinction, assez saugrenue pour des enfants si jeunes. Au demeurant, comment comprendre autrement le sens du choix d’un tel « événement » pour l’image de la semaine qu’en le rapportant à la prétention d’originalité d’une illustration de la figure du secoureur à destination des adultes, dans l’univers racoleur d’un média qui ne connaît déjà d’autre religion que celle des chiffres de tirage.

33L’intérêt porté aux femmes, ou plus exactement aux mères courageuses, fonctionne de manière relativement similaire, s’appuyant toujours sur quelque caractéristique des faits pour donner l’occasion d’une figuration exemplaire. Le 10 octobre 1897, Une mère héroïque (10) couvre la première page, couchée en équilibre instable sur le cheval qui l’emporte avec sa carriole et son enfant vers l’accident. Elle est sous-titrée Es per moun bel enfan, expression rurale, patoisante et naïve par laquelle elle a justifié son courage, et qui pousse visiblement le journal à l’illustration d’une capacité de dévouement qui unit la nation française, au-delà de particularismes culturels persistants. Si la langue diffère encore, l’élan courageux rassemble déjà toutes les filles de la République.

34Le 3 juin 1900, un Acte admirable de dévouement (11) montre que cette communauté d’inclination vertueuse transcende les statuts et les conditions des femmes de France, et qu’une simple employée de ferme peut ne le céder en rien aux génitrices naturelles. Doublement exemplaire, en tant que domestique, et en tant que femme, Françoise Clisson accède à la reconnaissance officielle et à celle de la représentation imagée en tant que « véritable héroïne du devoir et de la charité ». Domestique de ferme, en charge de la petite épicerie de ses maîtres, elle a protégé de son corps le landau d’une cliente et reçut trois poutres et des pierres sur le dos et la tête, une explosion lointaine ayant fait s’écrouler la boutique. « On l’a relevée en sang, mais l’enfant, que la moindre des trois poutres aurait tué, n’avait pas une égratignure. Elle ne pensait qu’à sa patronne, se félicitant qu’elle n’eût pas été là à cause de l’émotion qu’elle aurait éprouvée ; elle songeait aussi au petit être que son sublime dévouement avait préservé et qui ne lui est rien. »

35L’oblation courageuse est ignorante de soi, et elle semble découler de la nature même de toutes celles qui peuvent être mères, et s’y hisser alors jusqu’au sublime. Lorsque l’issue du courage est tragique, quelques mois plus tard, avec Morte pour sauver son enfant (13), le commentaire révèle, sans trop d’insistance cependant, que le mari, responsable de l’incendie, s’était enfui en oubliant son petit de huit mois, et que seule la mère se précipita dans la demeure en feu où elle se brûla mortellement pour le récupérer sain et sauf. On prête alors moins l’oreille et le regard à l’inconséquence du mari qu’au dévouement sublime de cette belle jeune femme tendue vers la fenêtre, le poupon capuchonné sur le bras. « Quelques instants après, elle succombait au milieu d’atroces souffrances, avec un sourire sur les lèvres, en songeant que son héroïsme n’avait pas inutile, puisqu’elle avait sauvé son enfant adoré. »

36Sauveteuses instinctives et naturelles pour leur progéniture, les femmes sont également illustrées lors des rares distinctions remises au personnel médical, dont elles constituent la plus grande part. Religieuses avec Remise d’une médaille d’honneur à la sœur Joseph (12) le 25 juin 1894, ou laïques avec À la Salpêtrière, la croix d’honneur de Mlle Bottard (14) le 16 janvier 1898, les infirmières participent, mais un peu à la marge et par le biais de l’exemplarité officiellement reconnue, de la promotion féminine de la figure du citoyen secoureur. Le cas de la sœur Joseph est le plus proche de la figure, car sa distinction vient récompenser son attitude envers les soldats atteints de typhoïde : « Son dévouement que rien ne rebutait faillit plusieurs fois lui être fatal, et tous, officiers et soldats saluaient bien bas la cornette de l’ordre de saint Vincent de Paul, en hommes qui savent ce que c’est que la bravoure. » Pour Mlle Bottard, ce sont plutôt la durée (57 ans) et la nature particulière des services qui fondent le mérite, bien qu’il soit souligné qu’elle a traversé les épidémies de choléra de 1849 et de variole noire de 1870 : « On ne soupçonne point ce qu’est cette tâche qui consiste à soigner de malheureuses femmes folles… Il y faut une angélique patience, un oubli de toute répugnance et en même temps une incomparable force physique et morale. »

37L’originalité, parfois l’anecdote – ou la rareté des distinctions officielles qui est une forme d’originalité de l’événement –, se combinent donc à l’exemplarité morale dans un premier ensemble d’illustrations de la figure pour déterminer le passage à la représentation imagée, et plus spécialement à l’égard des enfants et des femmes. Populations annexes du peuple sauveteur, ces catégories valent semble-t-il avant tout par contraste à l’égard des exemples centraux d’une figure qu’elles contribuent à étendre et à universaliser.

  • 20 Maël est le pseudonyme de Charles et Vincent Causse.

38Les exemples principaux de la figure ne diffèrent guère de ceux dont on peut suivre, on le verra, l’émergence au travers des autres modalités sociales de reconnaissance collective et de validation de l’exemplarité morale. En premier lieu, bien entendu, le sauveteur marin, type privilégié, autant par le fait d’un théâtre d’intervention symbolisant avec éclat la condition des populations maritimes et les aléas qui menacent leur existence, que par celui d’un enracinement institutionnel déjà bien établi. Le 28 novembre 1891, ce sont Les dernières tempêtes (un sauvetage aux Sables-D’Olonne) (16) qui font la une, avec l’image d’un canot de sauvetage se retournant et précipitant ses occupants dans les flots. Le commentaire, exceptionnellement long, occupe trois colonnes serrées, et est dû à la plume de Pierre Maël, écrivain populaire et prolifique, dont le roman Sauveteur, paru en 1889, est réédité en cette même année 189120.

39Comme l’ouvrage lui-même, le commentaire est ici tout entier à la gloire de cette association, « admirable entre toutes », qu’est la Société Centrale de Sauvetage des Naufragés. De nombreux exemples de sauvetages, survenus au cours des mois d’octobre et de novembre de l’année en cours, dont l’un a provoqué la mort d’un sous-patron de canot et est illustré par la gravure, précèdent l’appel à la générosité du public, afin « de rendre ces misères moins cruelles et ces deuils moins noirs ». La conclusion s’attarde, comme souvent, sur l’insuffisance des reconnaissances officielles, à laquelle supplée dans la mesure de ses moyens la Société Centrale mais surtout, selon l’auteur, pour les méritants eux-mêmes, la conviction d’avoir œuvré au bien du collectif présent et futur : « Car [la Société Centrale de Sauvetage des Naufragés] décerne des récompenses où – c’est triste à dire – l’État n’apporte guère sa contribution. Une croix par an – on a bien lu ‘UNE’ – est accordée en faveur de ces hommes de cœur, de ces héros, l’élite de nos équipages de guerre. Encore faut-il que la Société la sollicite […]. Il y a pour eux une consolation, qui n’est pas si générale qu’elle en a l’air : le sentiment d’avoir fait PLUS que leur devoir. La conscience n’est pas individuelle pour de tels hommes : elle est le résumé de tous les sentiments, de toutes les estimes dont l’universel accord consacre les gloires inconnues de l’histoire présente, mais auxquelles la reconnaissance des générations donnera peut-être l’immortalité. »

40L’accent mis sur le dépassement du strict devoir – qui est celui de tous les citoyens –, ainsi que sur la nature collective de ce qui guide les individus exemplaires – dont « la conscience n’est pas individuelle » –, souligne combien le quotidien populaire porte la dialectique particulière à l’exemplarité morale républicaine de la fin du siècle, où d’un côté l’acte de dévouement dépasse le cadre strict des obligations imposées à chacun des individus-citoyens, et de l’autre se présente comme la réalisation la plus achevée du citoyen modèle, c’est à dire du citoyen guidé par une conscience civique. Le vertueux trouve en lui-même sa récompense, ce qui n’empêche pas, pour le commentateur, qui parle du point de vue du collectif, que la collectivité nationale ne doive le distinguer et lui exprimer sa gratitude. Ce balancement, qui traverse l’histoire longue des pratiques de récompenses des comportements exemplaires, dirige également le traitement de la figure du secoureur dans le quotidien populaire, et l’on ne s’étonne pas de constater que les autres apparitions imagées du sauveteur marin au fil de cette décennie prennent occasion de reconnaissances collectives dûment institutionnalisées.

41Ce que représente souvent en effet le quotidien, c’est un individu exemplaire et reconnu comme tel, chargé, voire surchargé, des insignes de son exemplarité. L’image saisissante du 17 janvier 1897, au titre significatif de Panthéon du peuple, le sauveteur havrais Delacour (20), montre ainsi la digne figure d’un vieil homme dont le regard paraît vouloir saisir et fixer celui du spectateur, comme pour mieux l’inciter à son tour à suivre la voie du mérite et de la conduite exemplaire. Sur la gauche de sa poitrine huit médailles sur deux rangs se détachent de l’habit sobre et sombre, tandis qu’au centre, et distincte, se déploie la croix de la Légion d’honneur. Elle vient, à soixante-quatorze ans, de lui être remise, et justifie l’illustration.

  • 21 Sur cette fondation, voir la fin du chapitre ii.
  • 22 C’est la seule mention que l’on ait rencontrée d’une telle initiative dans le cadre du Musée Socia (...)

42Le commentaire retrace longuement la vie du méritant : ses principaux sauvetages (quarante-six personnes sauvées, dont vingt-deux à la nage) ; ses récompenses, avec la série des distinctions officielles pour actes de courage et de dévouement qu’il a épuisée ; les quatre médailles remises par le Société des Sauveteurs de la ville et de l’arrondissement du Havre ; le prix de mille francs de la fondation Henri Durand gérée par l’administration de la caisse des Invalides de la Marine21 ; et même une rente de deux cents francs accordée à la fête du Musée social le 3 mai 1896, à la fois pour ses trente et un ans de service à la Compagnie Transatlantique et ses nombreux sauvetages22. Si tout cela « serait certes plus que suffisant pour justifier la décoration que le gouvernement vient de lui conférer, et dont, à juste titre, il peut être fier », il est ajouté que l’on aura « bien garde de ne pas rappeler ce qu’a été sa vie privée, car elle aussi mérite de captiver l’attention » : soutien de son père pendant trois ans, de sa mère pendant vingt, de son beau-père pendant vingt-trois, veuf avec six enfants encore jeunes, ayant réussi à marier correctement ses filles, et à donner à ses trois fils une formation et un métier malgré ses modestes appointements de matelot. Le rédacteur conclut que « quoique le ruban rouge soit la suprême récompense de cette belle et noble vie, il […] semble qu’on pourrait encore lui accorder le prix Montyon », terminant assez logiquement, et sans exagération, un tel portrait.

  • 23 Voir le Rapport sur les prix de vertu de l’Académie française pour l’année 1897.

43De fait la redondance des mécanismes de validation de l’exemplarité morale, qui conduit on le verra dans un certain nombre de cas à leur accumulation sur un seul individu, ne va pouvoir manquer de profiter dès le 18 novembre de la même année à ce Louis-André-Joseph Delacour, dont le portrait s’étalait en janvier sur la première page du Supplément Illustré du Petit Journal, et qui reçoit l’un des cinq prix de mille francs de la fondation Honoré de Sussy23. En cette fin de siècle, la scénographie imagée du quotidien populaire s’insinue dans le réseau même de certification sociale de l’exemplarité courageuse.

44Le 11 mars 1900, avec Une décoration bien méritée, le patron Le Mat (15), l’image se justifie d’une autre croix d’honneur accordée à un sauveteur marin, mais qui vient ici clore une exemplarité à laquelle aucun signe n’échappe : médailles multiples, prix Montyon et Durand. La scène est celle du retour sur le port du nouveau légionnaire, portant ses neufs médailles et sa croix, et acclamé par ceux que le commentaire décrit comme « ses rudes et braves compagnons qui l’honorent et l’aiment de tout leur cœur ». L’exemplarité d’un seul vaut pour le collectif qui incarne la figure dans laquelle il est incité à se reconnaître, ici marin breton, là mère dévouée, infirmière, soldat, gardien de la paix. Les instruments de reconnaissance de la vertu s’adressent à tous et à chacun, pour peu que le destin le veuille, mais ils rassurent surtout sur la vitalité et l’universalité de la figure du secoureur.

45Les prix et les médailles matérialisent l’invisible, et la contribution des journaux quotidiens à la popularité du citoyen courageux n’est pas sans être singulière, en ceci qu’elle passe par la diffusion de l’existence et de la connaissance des mécanismes de validation de l’exemplarité civique. C’est le cas avec Le sauveteur Le Du, De Douarnenez (18), le 13 juin 1897, imagé au centre de la cérémonie annuelle de la Société Centrale de Sauvetage des Naufragés. Bien que le sinistre du Bazar de la Charité, sur lequel on reviendra de manière distincte ci-dessous, vienne de donner lieu à une abondante illustration de sauveteurs (il a eu lieu le 4 mai), le Supplément juge nécessaire de s’attarder une fois de plus sur le type marin de la figure, se saisissant de ce qu’il considère comme « un incident particulièrement émouvant » et qui permet d’orchestrer, en une scénographie unique, l’importance de la Société centrale – le commentaire appelle à nouveau la générosité du public à son égard –, la filiation et la relève courageuse, et la spontanéité de l’admiration et du désir d’exemplarité du peuple de France. Image et commentaire décrivent en effet Jacques Le Du s’avançant sur l’estrade, « la poitrine couverte d’une infinité de médailles » – on n’en dénombre pas moins de trente-six sur l’illustration, qui couvrent l’ensemble de sa poitrine –, et tenant par la main son fils, treize ans, titulaire déjà d’une médaille pour deux sauvetages périlleux – l’illustration lui en accorde deux. C’est alors que se déroule l’incident, la foule ovationnant ce sauveteur prestigieux, et comme doublement auréolé de son récent prix Montyon (1896) et de sa digne progéniture : « La foule s’est levée, acclamant ces deux braves, et on a crié de toutes parts : La croix ! La croix ! La voix du peuple est souveraine ; le gouvernement l’entendra ; on donnera à Le Du la croix d’honneur qui n’aura jamais mieux mérité qu’on la nomme l’Étoile des braves. »

46Une fois encore, le quotidien populaire se veut le vecteur de la reconnaissance collective et officielle. S’il se fait bien volontiers ici l’écho de l’ovation qui la réclame, on a vu qu’il n’oublie jamais quoi qu’il en soit de la mentionner, la louant si elle est effective, la souhaitant ou l’exigeant si les autorités l’ont omise. La cérémonie de la principale société de France est de la sorte un lieu propice à l’imagerie, non seulement parce qu’elle renvoie à une institution dont l’utilité est certaine, mais également parce qu’elle donne à voir la figure du sauveteur sur l’une de ses principales scènes de construction sociale, ces assemblées multiples des sociétés de sauvetage et d’encouragement au dévouement en général. Un exemple, pris dans le Supplément du Petit Parisien, avec lequel on pourrait multiplier les parallèles, À la sorbonne, Distribution des Récompenses aux Sauveteurs des Naufragés, première page du 17 mai 1903, montre les marins médaillés s’avancer en file vers la tribune que surplombe un faisceau de drapeaux tricolores.

47Le sauveteur marin n’est pas le seul à bénéficier d’une représentation des pratiques de validation de l’exemplarité, et d’autres types de la figure se voient illustrés à l’instant précis où, pour la première fois, vient s’accrocher à leur poitrine l’insigne de leur distinction. Le 5 février 1894, Le ministre de la Guerre remettant la médaille militaire au clairon Goblet blessé pendant l’incendie de la rue Richer (19) montre ce valeureux pompier parisien recevant sa distinction sur son lit d’hôpital, ce dont le Petit Journal « félicite vivement » le ministre, le sinistre du magasin de décors de l’Opéra ayant été illustré dans le numéro du 22 janvier. Comme dans l’exemple suivant, la représentation de la distinction s’inscrit en parallèle avec celle du sinistre, et forme une unité iconographique, une séquence cohérente clôturée par la reconnaissance officielle de l’exemplarité.

48Le 6 juin 1897, Les sauveteurs du Bazar de la Charité, le cocher Georges, décoré par le ministre de l’Intérieur (20), immortalise en effet de même l’instant où le plus célèbre des sauveteurs de la catastrophe la plus symbolique de la fin du siècle reçoit la croix : « Quand M. Barthou le fit venir au ministère de l’Intérieur, il ne se doutait point de ce qui l’attendait, il croyait seulement à une médaille d’honneur, aussi pensa-t-il étouffer d’émotion joyeuse, lorsque au milieu de tous les sauveteurs réunis pour recevoir le souvenir de leurs admirables actions, le ministre lui attacha la croix d’honneur sur la poitrine. » Cet accident retentissant donne lieu à de nombreuses d’illustrations dans les numéros du 16 et du 23 mai, la première page de ce dernier présentant six sauveteurs, encore non-décorés (36).

49Le 18 février 1900, avec Victime du devoir, le préfet de police remet la médaille d’or à l’agent Mallet (21), c’est à nouveau un lit d’hôpital, comme pour le clairon Goblet de 1894, celui d’un agent blessé en poursuivant deux malfaiteurs, qui s’étale en première page. La distinction est bien celle du dévouement courageux, mais c’est surtout la diversité de sens de cette iconographie de remise de décoration dans le Supplément qui étonne, et mériterait à elle seule une étude spécifique, tant sa dimension politique est incontestable. Ainsi, avec Un mécanicien décoré (22), c’est sur la veste d’un employé de la Compagnie de l’Ouest que l’on voit le 23 avril 1894 la croix être accrochée, au milieu de ses collègues, à la fois pour ses longs services, son ascension professionnelle (de cheminot à chef de dépôt) et, le commentaire s’y attarde, pour le courage récompensé d’une médaille d’argent lui ayant permis d’éviter un accident. L’importance de cette symbolique imagée de la distinction transparaît également du portrait en première page du 22 décembre 1895, entouré de lauriers et surplombant le palais de la Légion d’honneur, du général Davout, nouveau grand chancelier, ainsi que la représentation de Remise des insignes de la Légion d’honneur à M. Loubet, première page du 5 mars 1899, et figuration de la cérémonie au cours de laquelle le nouveau président de la République devient grand-maître de l’ordre.

50L’imagerie soutient et renforce visiblement, en passant du premier magistrat de l’État au moindre citoyen, l’idée d’une même communauté, d’une même appartenance exemplaire potentielle, idée qui est au fondement du premier ordre de mérite national. L’imagerie populaire la plus massive diffuse le schème d’une reconnaissance de la valeur exemplaire par le biais d’une distinction honorifique matérialisée par une croix ou une médaille. La figure du sauveteur participe ici d’un mouvement plus vaste, mais elle s’y trouve renforcée dans les liens qui la rendent indissociable, sur le long terme, des procédures sociales de la distinction exemplaire.

51Sauveteurs particuliers comme les femmes ou les enfants, sauveteurs marins à l’exemplarité totale, sauveteurs recevant le prix de leur mérite, les autres illustrations de la figure se répartissent pour le reste aisément en deux grandes catégories. La première est celle du sauveteur en acte, saisit au sein de l’affrontement d’un péril dont il est sorti sauf et victorieux. Une fois encore c’est un, quelquefois deux individus qui sont représentés dans la quasi-totalité des cas, exception faite de Deux soldats sous la neige, sauvetage des victimes (23), qui offre l’occasion d’illustrer le 14 mai 1894 un type de secours collectif mais encore assez insolite, suite à une avalanche, ou du canot de sauvetage cité précédemment (16). La seule figuration collective notable est celle des pompiers, mais il s’agit alors plus d’une imagerie du sinistre que de celle de la figure du sauveteur, le pompier accédant à cette catégorie exemplaire, notamment par ses blessures ou son décès, étant alors traité de manière individualisée.

52Le sauveteur du quotidien populaire, parce qu’il vaut avant tout comme symbole de l’exemplarité morale de l’homme courageux, ne s’agrège guère en groupe. Le 21 janvier 1896, Un émouvant sauvetage, le brigadier Jollivot et le gendarme Renaud (24), montre deux valeureux descendant un escalier enflammé et portant trois bambins apeurés ; le 18 juillet 1897, Les inondations dans le Midi, émouvant sauvetage (27), présente le jeune Jules Pujolle arrachant « à une mort certaine » ses deux grands-parents, et les portant au-dessus du courant ; le 13 février 1898, Dévouement d’un officier, le soldat Clément sauvé par le commandant Reynaud (30), illustre en première page, « au moment où de misérables insensés tentent en vain de salir notre armée », une sorte de double sauvetage, puisque la victime avait tenté de se suicider en se jetant dans un gouffre de la Durance, et que l’officier-sauveteur, « moitié par force, moitié par persuasion », réussit malgré tout à la faire remonter de la plate-forme où elle était restée accrochée ; le 21 janvier 1900, Un acte d’héroïsme (28) rend le commentateur « heureux de glorifier un acte qui console de bien des lâchetés, qui prouve une fois de plus qu’il y a dans notre beau pays plus d’hommes de courage et de dévouement que certains voudraient le faire supposer », et relate les neufs heures d’effort d’un garde-champêtre pour libérer un puisatier enseveli par un éboulement ; le 6 mai 1900, Une mariée en danger (29) montre la nouvelle épouse emportée dans une calèche dont le cocher tombe, tandis qu’un soldat s’accroche au mord de l’un des deux chevaux ; enfin, le 23 septembre 1900, sauvetage fluvial de première page avec Dévouement d’un officier de cuirassiers (31), lequel plonge au secours d’un malheureux se Débattant. Gendarmes, soldats, civils, feu, chute, éboulement, chevaux emportés, noyade, la variété des dévoués répond à celle des sinistres, et rien n’échappe à l’illustration.

53La mort glorieuse est la seconde catégorie, plus rare, de ces représentations du sauveteur, adulte, masculin, et en action. On a cité déjà la première page du 14 novembre 1891, L’accident de Marly-Le-Roi (victime de son dévouement) (7), figuration intermédiaire dans la mesure où le titre annonçait l’issue, alors que l’image présentait le secours et non son dénouement tragique. Le 26 février 1894, Explosion de la rue de Reuilly, Mort du sergent Bauchat (32), montre au contraire ce pompier au moment où il s’écroule foudroyé par des projections ; le 13 février 1898, c’est Victime du devoir, Mort du pompier Bailly à Bourges (33) qui illustre la chute dans les flammes d’un autre sapeur ; enfin le 21 mai 1899 un dernier sapeur, Victime du devoir, le lieutenant Kock (34), périt asphyxié en première page, devant la victime inanimée qu’il était venu sauver.

54Figures tragiques de l’oblation, les sacrifices sont la face sombre sur laquelle se détache la gloire courageuse. Mais au-delà, étonnants, admirables, exemplaires et récompensés, ou parfois tragiques, les sauvetages et ceux qui les réalisent constituent bien au travers de ces représentations imagées un ensemble cohérent, aux interrelations multiples, et qui objective très fortement l’exemplarité morale de la figure du secoureur. Le jeu conjoint des illustrations au sein des numéros du Supplément conforte cette impression, notamment lorsque l’intégralité de l’imagerie de certaines semaines est consacrée à la figure de l’homme dévoué, tel le 18 juillet 1897 où l’on trouve en première page Les inondations dans le Midi, émouvant sauvetage (27), et en dernière Manœuvres des secouristes de guerre (25), qui illustre la démonstration en plein cœur de Paris de cette nouvelle sorte de sauveteurs modernes que veulent incarner les Secouristes Français ; de même le 13 février 1898 on a simultanément les deux cas cités du Dévouement d’un officier, le soldat Clément sauvé par le commandant Reynaud (27), et de Victime du devoir, Mort du pompier Bailly à Bourges (33).

55La redondance peut se travestir plus subtilement d’une opposition entre les figures exemplaires et celles des ennemis de la société républicaine, comme le 26 février 1894 avec Explosion de la rue de Reuilly, Mort du sergent Bauchat (32) en première page, et arrestation de l’anarchiste Henry qui a blessé grièvement un agent sur la dernière. Le commentaire souligne que « le deuil était conduit par le grand-père, le père du malheureux jeune homme, qui firent aussi partie du régiment de sapeurs-pompiers, et par son oncle, qui est encore adjudant dans le même corps », pour conclure qu’ » il y a des familles qui consolent de la famille Henry ».

L’aide au héros : propagande du Bien et légitimation morale de la presse populaire

56L’enjeu que représente le sauveteur en ses diverses incarnations pour la presse populaire des débuts de la Troisième République n’est pas que commercial, il est aussi de notoriété. Deux illustrations du Supplément Illustré au cours de la décennie 1890-1900 saluent de la sorte une institution créée par le syndicat de la Presse, la Caisse des Victimes du Devoir, association mise en place en 1885, reconnue d’utilité publique en 1889, et qui tire l’essentiel de ses ressources, en outre de représentations théâtrales et des dons et legs, d’une Fête des Fleurs qui se déroule au printemps au bois de Boulogne.

57Cet événement mondain est illustré, le 13 juin 1891, par le défilé des calèches, des messieurs à monocle et de leurs compagnes, sous le titre Pour les victimes du devoir (bataille de fleurs) (35). Le commentaire donne longuement la lecture correcte de l’illustration, assez insipide, soulignant à la fois les initiatives charitables dont la presse se fait l’intermédiaire et celles dont elle peut revendiquer l’entière initiative : « Nous n’avons pas à rappeler, ce serait peu modeste, les bonnes actions accomplies grâce à nos charitables lecteurs par l’entremise du Petit Journal, il vaut mieux laisser le soin de s’en souvenir à ceux qui en ont profité et en profitent journellement. […] Une de nos meilleures œuvres, une de celles dont nous sommes le plus fiers, est la création de la Caisse des Victimes du Devoir. Le syndicat de la Presse a eu l’idée de venir en aide à ces héros qui s’élancent sans réflexion, sans arrière-pensée, au secours de leurs semblables. À ceux qui bravent l’incendie, la contagion, la tempête, pour arracher à la mort qui les guette, ses victimes. Beaucoup de ces courageux trouvent la mort en se dévouant et il importe qu’on atténue les regrets qu’ils laissent en subvenant aux besoins des veuves, des enfants, des vieux dont ils étaient le soutien. Ces sauveteurs ne périssent pas tous, et le Petit Journal est heureux et fier de compter dans son équipe de compositeurs un enfant, un apprenti de treize ans, le petit Charles Louis, qui porte fièrement le ruban tricolore qu’on lui a décerné pour avoir sauvé l’an passé un enfant à Suresnes. »

58Sauveteur du sacrifice héroïque ou secoureur du quotidien, le quotidien populaire mêle en un type unique la diversité des dévouements où il s’efforce de puiser une nouvelle légitimité morale. Les modestes héros qu’il célèbre régulièrement sont le contrepoids des accusations dont on l’accable – populariser le criminel et faire le lit de la violence et du crime –, accusations à peu près constantes depuis l’engouement pour les feuilletons à bas prix de la Monarchie de Juillet. « Il a été de bon ton, admet le commentaire, de dire que la Presse faisait beaucoup de mal », avant de conclure que l’on doit désormais « reconnaître qu’elle fait beaucoup de bien ».

59Dans l’histoire de la presse de masse en France, on l’a rarement relevé, le secours au citoyen courageux ne relève pas de la fantaisie ou de l’anecdote, et il a pour fonction de valider le civisme d’un troisième pouvoir qui, au cours de cette même décennie, prend la pleine mesure de son immense influence. Comment oublier que, dans l’entreprise de recueil des soutiens nécessaires aux citoyens dévoués, se trouvent nombre des organes de cette « basse presse en rut » dont Émile Zola soulignera si fortement le rôle dans la stigmatisation du capitaine Alfred Dreyfus ? Le citoyen secoureur ajoute, au moins de manière formelle, la générosité et la grandeur d’âme aux recettes déjà bien éprouvées de la presse à sensation, une presse pour laquelle le scrupule moral n’est ni le principal défi, ni la véritable priorité.

60L’originalité et les objectifs de la Caisse des Victimes du Devoir, « fournir des secours aux personnes qui ont auront été blessées en accomplissant un acte de dévouement, ou aux familles de celles qui auront succombé en accomplissant un acte de ce genre, ainsi qu’aux victimes de catastrophes publiques », valent donc d’abord pour ce qu’ils révèlent une fois encore de la popularité du citoyen courageux, « support d’image » suffisamment porteur, diraient les communicants modernes, pour qu’il participe de la promotion de l’ensemble d’une branche professionnelle.

  • 24 Chiffres de la brochure de 1926, dossier DX6 n°15, Archives de Paris. Ajoutons, sur la notoriété d (...)

61Le but premier de la société, qui contribue par ailleurs à la simple reconnaissance de la figure (elle remet des récompenses et des diplômes), comble il est vrai un vide juridique et institutionnel sur lequel le législateur vient sans gloire d’achopper (on y revient ci-dessous), la loi Farcy étant en effet rejetée par le Sénat en 1885, année de création de l’association. L’échec législatif, qui clôt un processus pourtant engagé par le vote enthousiaste et à l’unanimité de l’Assemblée en décembre 1882, n’interrompt pas l’incorporation du sauveteur à une forme de définition pratique et permanente du bon citoyen républicain, dont les illustrations précédentes viennent de donner la mesure. L’association connaît d’ailleurs un succès qu’attestent les ressources qu’elle accumule : 60 000 francs pour la seule Fête des Fleurs de 1893, 716 000 francs de recettes provenant de ses fonds placés et des allocations versées à trois cent soixante et onze veuves et deux cent soixante-deux orphelins, auxquelles s’ajoutent cent quatre-vingt-deux aides ponctuelles, en 192524, soit plus du double des revenus dégagés par le Hero Fund établi pour la France par Andrew Carnegie.

  • 25 Detaille J.-B.-E. (1848-1912), membre de l’Institut en 1892, commandeur de la Légion d’honneur en (...)
  • 26 Le commentaire comprend, comme le précédent, un long poème sur l’œuvre, que « tout le monde connaî (...)

62Bénéficiant de son origine et de la couverture médiatique qu’elle favorise, la Caisse prospère sur le long demi-siècle qui voit l’apogée de la célébration des citoyens courageux. Ainsi la France entière découvre-t-elle le 1er mai 1894 le Diplôme des Victimes du Devoir (37), que le peintre de renom Edouard Detaille, « peintre quasi officiel de l’armée française » et médaillé du Salon quelques années plus tôt, a réalisé en sa faveur25. L’illustrateur est à la mesure de l’enjeu et la gravure, expressive et réaliste, tend habilement vers une sorte d’allégorie, un pompier inconscient étant soutenu tant bien que mal par un personnage à képi et médaillé, moins immédiatement identifiable – soldat ou plus probablement agent de ville –, lequel semble pouvoir figurer, d’un visage grave et tendu, et d’un regard comme fixé sur l’horizon indépassable du devoir à accomplir, la généralité de la nation des citoyens. Le commentaire y voit « une merveille », destinée à être offerte en récompense à ceux « se trouvant dans une situation aisée ne permettant pas qu’on leur offrît de l’argent et qui néanmoins aurait accompli un acte de dévouement ou rendu quelque service à la Caisse des victimes », un nouveau diplôme d’honneur en somme dans un domaine qui en connaît déjà de nombreux26.

  • 27 Société Nationale d’Encouragement au Bien (Séance Publique et Distribution Solennelle des Récompe (...)

63Le lendemain, 2 mai 1894, la Société Nationale d’Encouragement au Bien (SNEAB) tient sa séance annuelle, et remet l’une de ses quatre couronnes civiques à la Caisse, « institution charitable, créée et administrée par la Presse », qui a su rassembler depuis sa création plus de 318 000 francs par la Fête des Fleurs, « tribut que le luxe parisien paie chaque année, en s’amusant, aux humbles victimes du Devoir27 ». L’apologie n’est pas sans épines et ne dédouane pas la presse en bloc. Pour les zélateurs de la vertu et du dévouement, ce n’est pas d’une œuvre de bienfaisance que l’on rachète une complaisance souvent libéralement accordée aux sombres têtes d’affiches de la chronique judiciaire. Reste que le soutien aux citoyens courageux est une entreprise nécessaire, et comme toujours, non point seulement à ses bénéficiaires les plus immédiats : « Dans l’énumération fort instructive des secours alloués, nous trouvons des agents ou des ouvriers blessés en arrêtant des chevaux emportés ou en voulant arrêter des malfaiteurs, des familles de pompiers tués au feu ou des veuves d’employés de Chemin de fer, écrasés en essayant de sauver des voyageurs engagés sur la voie au moment du passage d’un train ; en un mot une nomenclature des plus édifiantes et des plus consolantes, car elle nous prouve qu’à côté de l’armée du mal, il y a aussi l’armée du bien, toujours prête à se dévouer sans espoir de récompense, toujours prête à faire son devoir simplement et sans phrases. »

64La figure du citoyen secoureur, représentée sur la gravure d’Edouard Detaille et objectivée par l’objectif de l’association comme par le palmarès de la SNEAB, trouve au final un nouveau vecteur de diffusion dans l’œuvre des Victimes du Devoir, entreprise de légitimation morale de la presse populaire qui poursuit ensuite son propre destin institutionnel et associatif. À la fois support et produit de l’activisme civique des grands quotidiens au cours de cette période, le citoyen courageux semble se porter caution des finalités d’une sphère médiatique qui taraude la conscience républicaine.

  • 28 Toutes les citations sont tirées d’un article parut à l’occasion du premier anniversaire de cette (...)

65Au cours de l’année 1905, c’est ainsi au tour du journal Le Matin, l’un des organes importants du moment, d’orchestrer une vaste opération consistant dans l’attribution d’une « médaille d’honneur destinée à récompenser les belles actions, qu’un gouvernement discerne lentement et que lentement il proclame -quand il ne les oublie pas tout à fait28 ». Le début du nouveau siècle voit l’aboutissement logique de la prétention, perceptible dans le Supplément Illustré du Petit Journal, de faire du quotidien populaire le vecteur de la reconnaissance publique, et de s’y substituer si elle venait à faire défaut : « Ce journal a pensé que si la vertu, comme dit Montesquieu, “est le ressort de l’État républicain”, c’est bien le moins que la République s’aperçoive des mérites éclatants qui l’honorent. Il a voulu abréger les délais, réparer les négligences, hâter l’accomplissement d’un devoir national, et, recueillant les échos de la reconnaissance publique, il décerne ainsi sans retard aux méritants le signe d’honneur qu’a demandé pour eux la voix unanime de leurs concitoyens. »

66La médaille du Matin présente la double face caractéristique des pratiques qui se substituent à la validation officielle de l’exemplarité, dont elles critiquent les insuffisances ou le fonctionnement, mais dont elles admettent et renforcent malgré tout la prééminence. Ainsi préfets, maires, pouvoirs publics sont-ils d’un côté remerciés par le journal pour leurs enquêtes officielles, qui ont « éclairé et contrôlé » le choix des méritants, et la première distinction est même remise au président Loubet, qui « lui a donné de la sorte la plus haute consécration qu’elle pût obtenir ». D’un autre côté néanmoins, la médaille du Matin affirme sa différence en regard des distinctions honorifiques officielles. « Elle ne descend ni ne monte : elle est votée par des égaux pour leurs égaux. Point de sollicitations personnelles ! Point de brigue ni d’intrigue ! Et c’est un trait bien caractéristique à signaler, que, parmi les milliers de lettres qui nous sont parvenues, pas une seule n’émane d’une personne se croyant digne de notre récompense ; toutes nous signalent le mérite d’autrui. »

67L’utopie de la reconnaissance nationale spontanée est mise au service d’une presse qui s’en prétend, de fait, l’organe naturel. La mise en œuvre nécessite cependant, privilège souverain et légalité obligent, de parler d’une « forme de décoration pour ainsi dire intime et privée, qui permet au peuple français de s’acquitter envers les gens qu’il admire de sa dette de reconnaissance et d’affection ».

68La rhétorique commerciale ne s’embarrasse pas de ces contradictions, et les justifications importent moins au total que le tropisme honorifique sur lequel elles s’appuient. Les médaillés du Matin forment une nouvelle communauté exemplaire, qui rassemble le doyen des médecins de France, « non décoré de la Légion d’honneur après soixante-dix ans de soins donnés gratuitement aux pauvres », la doyenne des infirmières, qui a consacré sa vie aux tuberculeux, M. Gasnier « qui, au péril de sa vie, car il fut cruellement blessé, sauva un voyageur d’une mort horrible sous les roues d’une locomotive », ou encore « le chalutier Castaing, qui sauva trente et un matelots naufragés au pertuis d’Antioche ». Les noms des sauveteurs modestes, et jusqu’alors anonymes, côtoient dans la représentation symbolique de l’égalité méritoire ceux de Behring, vainqueur de la tuberculose bovine, ou de l’explorateur Charcot. Le secours courageux s’affirme une fois de plus comme l’une des formes du mérite civique, celle qui demeure accessible à chacun, « à cette armée immense et toujours renouvelée des vaillants qui sont en même temps des humbles, et des pauvres qui sont en même temps des héros », et qui tous, au même titre, « glorifient la patrie et honorent l’humanité ».

69Égalité des victimes dans le soutien qui leur est dû, égalité des méritants quelles que soient leurs origines et leur condition, l’usage de la figure exemplaire du sauveteur comme mode de légitimation morale de la presse se révèle en définitive parfaitement convergent avec l’expression d’un civisme républicain supposé transcender les distinctions sociales et réaliser l’unité politique de la nation. À la fois iconographique et discursive, la mise en valeur et la validation de l’exemplarité morale réalisée par la presse populaire demeurent négligées par la sociologie historique et politique contemporaines. Sa permanence et son volume autorisent pourtant à souligner son rôle dans la construction sociale de la citoyenneté républicaine : redoublant l’entreprise éducative menée au sein du système scolaire, elle délimite un espace très massif de pratiques et de représentations où se renouvellent des croyances, tant en l’égalité formelle citoyenne de la grandeur morale des individus, que dans celle des motifs – devoir, patrie, humanité – qui sont présentés comme permettant de se hisser à ses niveaux les plus élevés.

Les usages croisés du citoyen secoureur : paroxysmes du fait divers courageux

70La portée politique du secours courageux atteint ses sommets au fil de la première Troisième République. L’investissement de la figure du citoyen secoureur par la presse populaire, et à d’autres titres, on le verra, le problème des victimes du dévouement, illustrent en effet l’association étroite du secours volontaire à l’une des formes alors les plus incontestées de l’excellence civique. Le citoyen secoureur bénéficie d’une célébration et d’un prestige à peu près unanimes en dépit, ou peut-être plus justement, du fait, des profondes divisions qui traversent l’opinion française quant aux fondements et aux finalités des relations des individus à la collectivité, au moins jusqu’à l’aube du premier conflit mondial. Si les deux dernières décennies du xixe siècle n’inventent ni l’exemplarité civique du secoureur volontaire, ni même ses usages à grande échelle en termes de communion patriotique et de réconciliation nationale – on évoquera dans le chapitre suivant le cas de l’ingénieur minier Hubert Goffin dès la fin du Premier Empire –, ces décennies en intensifient à coup sûr la portée, dans une conjoncture socio-politique particulièrement instable et évolutive, laquelle s’achève sur la crise de l’Affaire Dreyfus.

71L’incendie du Bazar de la Charité prend place au cours de cette dernière, et il manifeste un paroxysme rarement retrouvé dans l’histoire française moderne des usages de la figure du secoureur volontaire. Tandis que flambent les polémiques de circonstance et la propagande militante de tous les camps, le secours courageux offre plus que jamais, dans le croisement et la redondance des procédures officielles et des relais d’opinion, un support moralement édifiant et politiquement réconciliateur.

72Le destin croisé de Louis Pasteur et du jeune berger Jupille, quelques années auparavant, fournit une autre illustration significative de l’intensité des mobilisations émotives qu’éveille et agrège le citoyen secoureur vers la fin du siècle, pour des motifs différents et dans un contexte plus apaisé. À nouveau, au-delà des enjeux circonstanciels de construction d’une icône civique du dévouement courageux qui s’imposera en repère durable de l’imaginaire national, ce sont les contributions contiguës et convergentes des procédures officielles et des autres supports d’opinion qui retiennent prioritairement l’attention du regard historique.

La catastrophe du Bazar de la Charité ou le dévouement courageux au risque de l’incendie politique

73L’incendie du Bazar de la Charité est l’une des catastrophes qui eut le plus de retentissement dans l’opinion de la France républicaine d’avant 1914, et sur laquelle se projetèrent nombre des passions et des peurs de l’époque. Il est vrai que l’événement du 4 mai 1897 possède, par ses caractéristiques mêmes, de quoi revendiquer une dimension sociale spécifique qui dépasse de beaucoup celles que peuvent susciter d’autres occurrences accidentelles, aussi tragiques soit-elles.

74Institution fondée en 1885 au sein de la haute société catholique et conservatrice, le Bazar rassemble chaque printemps un certain nombre d’œuvres de charité, auxquelles il fournit un lieu de publicisation et de recueil de dons. Son président est le baron de Mackau, figure parlementaire conservatrice de premier plan jusqu’au début du xxe siècle, candidat officiel sous l’Empire et chef de file de l’union des droites durant la décennie 1880, artisan majeur du rapprochement de ces dernières avec le boulangisme. Vaste hangar en bois de quatre-vingt mètres de long sur vingt de large, offrant cette année-là à la curiosité des visiteurs la reconstitution d’une rue du Paris moyenâgeux et un cinématographe, d’où partira l’incendie, le Bazar se trouve installé sur un terrain vague de la rue Jean-Goujon, adjacente à l’avenue Montaigne. Situé au centre des beaux quartiers, le Bazar est une date importante du calendrier mondain, une manifestation aristocratique et catholique, que le nonce du pape vient honorer de sa bénédiction quelques minutes à peine avant le début du sinistre. La physionomie des victimes est le reflet de cette géographie sociale : une écrasante majorité de femmes – cent dix sur les cent seize corps identifiés, cinq resteront inconnus –, femmes du monde pour la plupart, auxquelles s’ajoutent domestiques et religieuses.

  • 29 Winock M., « L’Incendie du Bazar de la Charité », L’histoire, n° 2, juin 1978, pp. 32-41. L’auteur (...)
  • 30 Sur ce point voir notamment : Citi Pierre, Contre la Décadence (Histoire de l’Imagination Français (...)

75Dès l’annonce de la tragédie, et durant près d’un mois et demi, les commentaires de la presse s’affrontent à propos des interprétations de l’événement, sur une échelle sans équivalent jusqu’alors. Michel Winock a bien identifié le détail et l’enchaînement des thèmes qui vont structurer les polémiques29. Saveurs macabres, pittoresque du charnier et des corps déformés, contraste de la beauté et de la mort effroyable, fascination de la douleur, une première tonalité rejoint une partie de l’esthétique de la fin de siècle. Le « décadentisme » littéraire ou pictural orchestre un sombre bal où se mêlent les allégories du Mal et de la Mort, sous l’égide d’une obsession ambiguë de la Beauté féminine qui simultanément les rejoint et les révèle. La pensée de la décadence est moins fascinée par la catastrophe elle-même, trop rapide, brutale, absolue, que par les signes qu’elle peut révéler du futur et de l’imminence d’une faillite plus générale de la civilisation tout entière30. Le tropisme décadent, qui prête l’oreille au bourdonnement des flammes, aux cris qui s’en échappent, et se penche avec complaisance sur les os calcinés des cendres de la rue Jean-Goujon, conditionne à la fois par l’adhésion et par le rejet les trois principales lectures sociales et politiques de l’événement.

  • 31 Father, 13 mai, BA 1313.

76Les rapports des informateurs de la préfecture de police permettent de vérifier la diffusion de ces polémiques, que reprennent ou lancent les journaux, et de saisir la nécessité qui va s’imposer aux autorités d’en détourner les esprits par la reconnaissance de l’exemplarité morale des hommes courageux. La première lecture, moins de dix jours après l’événement, s’empare en effet du contraste entre le nombre des victimes de chacun des deux sexes. Un informateur de police note : « Une légende vraie ou fausse a l’air de se dessiner. Dans les milieux les plus différents, on a entendu dire d’une façon presque textuelle que le duc d’Alençon, pour se sauver, s’était conduit comme un pleutre. Certains assurent qu’il s’est servi de sa canne et même d’un stylet ou poignard pour écarter ceux qui entravaient sa fuite. Cela se répète et on croit devoir en faire part sans autre information31. »

  • 32 Winock M., op. cit., p. 36.

77La rumeur sur la lâcheté des hommes, prêts à s’ouvrir par la force un chemin au milieu des malheureuses, s’enfle dans la presse. Le sexe « viril » est accusé de faire mentir son étymologie, de nier cette qualité principale du « courage » qui est supposée le caractériser et que l’exemplarité du secoureur continue, on l’a vu, de promouvoir d’abondance. Les premiers commentateurs voient dans cette attitude le résultat des transformations des mœurs, l’effet d’une trop grande familiarité entre les deux sexes, la conséquence des perspectives chimériques et pernicieuses qui revendiquent pour les femmes des fonctions distinctes de leur mission maternelle et familiale. « Que la femme reste femme et les hommes resteront chevaleresques » est la première leçon de la catastrophe, leçon bien vite dépassée cependant par l’identification sociale de la lâcheté32.

  • 33 Mortaise, 15 mai, BA 1313.

78Le « royal-fuyard », le « marquis d’escampette », les « chevaliers de la frousse », « les muscadins impunis », la presse populaire rivalise de bons mots, dans les semaines qui suivent, pour stigmatiser une attitude désormais moins associée aux travers de la masculinité qu’à ceux des représentants des anciennes classes dirigeantes. La déchéance des aristocraties est écrite dans l’indignité morale de conduites qu’ignorent, les faits vont l’établir, les citoyens plus modestes. L’homme du peuple incarne seul la figure du secoueur, et par voie de conséquence, pour une partie de la presse républicaine, l’avenir de la nation et de la République. Les informateurs de la préfecture se font à nouveau l’écho de la polémique : « Le mot désormais historique : “les domestiques seuls ont du courage”, est plus que jamais à l’ordre du jour. On le commente sans trêve, au cercle, en famille et partout où l’on va. Les traits nouveaux surabondent. C’est à qui rapportera ce qu’a vu sa parente. Et à l’histoire de la femme avec la figure martelée de coups de canne, il faut en ajouter bien d’autres33. »

  • 34 Le soir, 22 mai 1897.

79Les journaux conservateurs et les éloges officiels s’opposent rapidement à ces « polémiques vaines et inconsidérées », à cette « oligarchie du courage » qui s’appuie sur l’exemplarité morale du citoyen courageux, tout en la détournant34. L’homme du peuple, à qui l’on avait toujours bien volontiers reconnu une capacité spontanée à l’acte de courage et de dévouement, semble soudain se dresser sous la bannière de celle-ci comme un vivant et éclatant reproche à l’égard des classes dirigeantes.

  • 35 Winock m., op. cit., p. 39.
  • 36 Cité par Huret J., La catastrophe du Bazar de la Charité (4 mai 1897), Paris, F. Juven, sd (1897), (...)

80La polémique, note Michel Winock, prend un tour d’autant plus politique et menaçant pour l’équilibre national que « dans une large mesure, la lutte des classes s’exprime à travers la question religieuse », et qu’un conflit métaphysique s’instaure sur le sens à donner à la catastrophe elle-même35. L’interprétation catholique présentée dans La Croix quelques jours après l’événement lit en effet dans le sinistre un châtiment divin et le signe d’une nécessaire re-christianisation de la France. Le pays meurtri a été égaré proclame, lors de la sépulture officielle organisée dans la cathédrale Notre-Dame devant le chef de l’État et les membres du gouvernement de Jules Méline, le Père Ollivier, dominicain membre d’une congrégation dissoute, déjà connu pour ses excès de langage et son anti-républicanisme. L’homélie tourne pour l’occasion au réquisitoire : « Hélas ! De nos temps même, la France a mérité ce châtiment par un nouvel abandon de ses traditions. Au lieu de marcher à la tête de la civilisation chrétienne, elle a consenti à suivre en servante ou en esclave des doctrines aussi étrangères à son génie qu’à son baptême ; elle s’est pliée à des mœurs où rien ne se reconnaissait de sa fière et généreuse nature, et son nom est devenu synonyme de folie et d’ingratitude envers Dieu. C’était le faire, hélas ! synonyme de malheur, puisque Dieu, ne voulant pas l’abandonner, devait la soumettre à l’expiation. C’est fait ! L’ange exterminateur a passé36. »

81La présence des autorités, « de ces athées, de ces francs-maçons en tartuferies de prières » comme l’écrira Georges Clemenceau dans La Justice du 13 mai, le principe même d’une célébration religieuse officielle, et surtout la violence des propos du père Ollivier résonnent jusque dans l’enceinte parlementaire. Les interpellations relatives à l’événement s’y succèdent, au point, comme le note La Petite République du 30 mai, d’avoir placé « un poteau sur le fossé qui divisait la Chambre : à droite les cléricaux avec le gouvernement, à gauche les républicains avec l’opposition ».

82Si l’incendie de la rue Jean Goujon sert de révélateur à des conflits qui le dépassent, la figure exemplaire du citoyen secoureur va permettre quant à elle d’orchestrer une scène sociale de la réconciliation et de la confiance dans l’avenir, face à la multiplication des germes de division. L’urgence s’impose de lire autrement la qualification sociale incontestable des méritants, de ne pas voir derrière ce « peuple sauveteur » une fraction de la société, mais l’expression de la généralité des qualités morales de la nation, dont les travailleurs modestes constituent la plus grande part. La vitalité civique que donnent à voir les individualités exemplaires s’impose, en outre, comme le plus actif démenti de l’interprétation catholique, qui met en cause les fondements laïques du régime et du lien sociopolitique séculier qu’il s’efforce de promouvoir. Les instruments de validation de l’exemplarité morale et d’expression de la reconnaissance collective vont jouer pleinement leur rôle pour ce faire.

83Le Supplément du Petit Journal constitue sans conteste l’un des lieux de mise en forme et de promotion de cette exemplarité morale réconciliatrice. Le premier numéro illustrant Le Grand sinistre, le 16 mai (38), montre en couverture un homme soutenant une jeune femme au milieu des flammes et des corps qui se débattent, et seules de petites illustrations s’attardent sur les scènes plus tragiques de l’incendie, ou de la reconnaissance des cadavres. La semaine suivante, La catastrophe de la rue Jean-Goujon (Les sauveteurs) (36), ce sont six des sauveteurs qui font la une, représentés devant la fenêtre de l’hôtel où ils sont employés et par laquelle ils purent opérer un certain nombre de sauvetages. Enfin deux semaines plus tard, le 6 juin (20), on a déjà relevé que c’est le cocher Georges qui est imagé lors de sa réception de la Légion d’honneur.

84Le sauveteur dissimule les flammes et les cris. La présence de sa haute stature, en l’occurrence pourtant bien rare, est le seul élément de la catastrophe digne de retenir l’attention, et sa figuration répétée à la une du Supplément est renforcée des commentaires qui prêchent la réconciliation, la solidarité de toutes les classes. L’incendie a littéralement, la métaphore est explicite le 16 mai, « fondu » ensemble les corps sociaux : « Que pèsent le nom, la fortune, les honneurs devant l’inexorable mort ? Qu’en est-il resté dans l’abominable creuset de la rue Jean-Goujon ? Rien qu’un peu de cendre, et pourtant si, peut-être autre chose. Comme une lueur bénie et rayonnante de réconciliation entre les classes, de besoin d’affectueuse solidarité, de résignation à ses peines par la pensée du malheur des autres. Les mains toutes seules se sont tendues les unes vers les autres, les cœur ont frémi des mêmes vibrations, le grand malentendu a cessé ; par la pitié, l’amour est entré dans les âmes, et nous avons réellement été tous frères. »

85De même le commentaire du 23 prône-t-il l’apaisement, apaisement que le journal met en pratique en accordant sa première page aux sauveteurs, et sa dernière aux obsèques du duc d’Aumale, victime indirecte du sinistre suite à une crise cardiaque déclenchée à la nouvelle de la mort de sa nièce dans l’incendie : « Ceux que l’ont verra dans ce numéro ont reçu des récompenses, ils sont à jamais célèbres. Ils ne sont pas les seuls que l’on doive célébrer, aimer et bénir. Ils appartiennent au peuple qui s’est si bravement conduit, qui pour arracher aux flammes ces riches, que certains criminels voudraient leur faire haïr, se sont colletés avec la mort pour lui disputer sa proie. Qu’ils soient toujours glorifiés ces nobles de cœur, et que soient flétris parmi ces nobles de nom ceux dont on raconte de si ignobles choses. [suivent des détails…] Des survivantes les ont vus, l’attestent tout bas et en témoignent tout haut. Qu’elles se taisent plutôt. Assez d’ignominie comme cela ! Que le remords et le mépris seuls punissent ces misérables ; mais en face de leur basse infamie élevons la gloire de ces hommes du peuple, ouvriers, gens d’écurie, domestiques, qui furent des héros et de sublimes confesseurs de la fraternité. »

86L’attitude du premier des quotidiens populaires n’est pas isolée, et les initiatives se multiplient dans la presse afin de dépasser les visions les plus polémiques du sinistre. Le Jour du 14 mai fait ainsi le compte des souscriptions, et souligne que pour celle du Figaro, la première et la principale, les dons atteignent plus d’un million cinquante-quatre mille francs, parmi lesquels un don unique et anonyme d’un million couvrant le produit exact de la vente du Bazar l’année précédente. Le journal ajoute que « comme hier, la plupart des envois portaient la destination : Pour les sauveteurs », et il se félicite qu’avec les douze mille francs de la souscription du Rappel, explicitement réservée aux citoyens courageux, ce soit « un total de près de soixante-dix mille francs pour les sauveteurs » qui ait été rassemblé.

  • 37 L’Autorité, 23 mai, Le Temps, même date. Les journaux anticléricaux et socialistes ne sont nulleme (...)
  • 38 Lucien Millevoye (Grenoble 1850-Paris 1918) : Avocat au barreau de Lyon (1872-1875), puis magistra (...)

87Le 20 mai, jour de la cérémonie officielle au ministère de l’Intérieur, cette dernière publication célèbre Georges et ses confrères par un grand « banquet des sauveteurs » de 400 personnes. Si le lendemain certains journaux dénoncent « les malotrus de la libre-pensée et les sales Communards qui ont pris la parole » pour essayer « d’insulter Dieu et les prêtres » – notamment Henri Rochefort (marquis de Rochefort-Luçay dit Henri, 1830-1913), féroce plume de la gauche extrême passée à la radicalité populiste et directeur de L’intransigeant –, l’initiative reste dans l’ensemble perçue comme « une fête conçue dans une pensée généreuse et patriotique37 ». La Patrie du même jour, sous le titre Le courage civique et la plume de son rédacteur en chef (et bientôt député nationaliste de Paris) Lucien Millevoye38, donne quant à elle l’une des expressions les plus vives de cette reconnaissance réconciliatrice dont participe, jusque par ses libéralités financières, la majorité de l’opinion. La polémique à laquelle a largement contribué le titre demeure affleurante, mais la lecture d’une grandeur nationale incontestable et renforcée par la présence de la figure du sauveteur, « soldat du devoir », comme peut-être un jour de la patrie, donne désormais le ton : « Je ne connais rien de plus réconfortant pour l’amour-propre français que ce livre d’or du courage civique où sont inscrits des noms obscurs pour la plupart et qui méritent pourtant d’être portés avec fierté, car ils ont été en quelque sorte mis à l’ordre du jour de la nation. Détournons un instant notre pensée des défaillances que n’enveloppera pas toujours l’ombre protectrice et, en attendant que justice soit faite de ceux qui oublièrent dans une heure d’affolement de hautes leçons, d’illustres exemples, admirons sans réserve, avec une joie patriotique sincère, ces fils du peuple qui soutinrent dignement la réputation de leur patrie. Car notre pays conserve le privilège de ces élans généreux, de ces dévouements instantanés qui semblent jaillir, au milieu des catastrophes, des profondeurs de l’âme française. »

  • 39 Huret J., op. cit., p. 115.

88L’attachement aux signes de l’exemplarité et à leur influence, comme le caractère rassurant du spectacle de la vertu individuelle en tant que gage de la valeur du pays tout entier, constituent également la thématique des autorités et des célébrations officielles. L’incendie du Bazar devient, dans la bouche du ministre de l’Intérieur Barthou lors de la remise des décorations, « une date mémorable dans l’histoire de notre pays ». Les actes qui s’y sont accomplis ne sont pas seulement apparus « comme une première consolation dès le premier jour de la catastrophe », mais surtout à terme « comme la plus éclatante manifestation de cette solidarité sociale dont les progrès mesurent les progrès mêmes de la civilisation dans le monde ». Le sauveteur est la preuve vivante de cette solidarité sur laquelle la République veut perdurer, et qui doit assurer la cohésion des individus-citoyens par delà leurs divisions d’opinions : « Aucune réunion ne peut mieux que celle-ci démontrer, à travers les divisions des partis, l’unité morale de la nation française, son ardeur au bien, son désintéressement et sa grandeur39. »

  • 40 Voir notamment L’Intransigeant avec « Le meurtrier Lépine » et « La défense de l’accusé », 5 et 6 (...)
  • 41 Les citations suivantes sont extraites d’un petit opuscule s’ouvrant sur la liste intégrale des sa (...)

89À l’Hôtel de Ville de Paris, où le conseil municipal organise à son tour le 3 juin une cérémonie, la tonalité est en tout point similaire. Le préfet de police Lépine, fortement attaqué par les journaux d’opposition pour l’absence de mesures de sécurité au début de l’affaire40, fait très bref, mais reprend avec son ministre la célébration de « l’union morale entre tous les éléments divers de la population parisienne41 ». Le président du Conseil Général, Dubois, assure à son tour que « la bravoure et le courage n’appartiennent à aucune classe plus ou moins définie de la société », bien qu’il souligne que « c’est dans le monde du travail qu’il faut surtout chercher le sentiment du devoir et l’accomplissement, sans défaillance, de l’œuvre de solidarité dans le danger ». Quant à Sauton, président du conseil municipal, il adresse aux méritants un vœu qui vaut pour le pays tout entier et justifie de leur distinction : « Puissent les nobles exemples que vous avez donnés, les témoignages de reconnaissance que vous avez reçus, jeter de profondes racines dans les cœurs et préparer l’avenir que nous rêvons, l’ère de la véritable solidarité sociale ! »

  • 42 Chanson trouvée dans le carton (BA 1314), et probablement vendue sur les lieux de la catastrophe, (...)
  • 43 BA 1313.

90Le nombre des citoyens courageux récompensés vient supporter l’efficacité de cette rhétorique. Près de trois cent sauveteurs sont en effet reçus au ministère de l’Intérieur, trois cent cinquante-huit à l’Hôtel de Ville, alors qu’il n’y a pas eu deux cents victimes : la réconciliation par la communion autour de la figure exemplaire du sauveteur revêt un objectif politique si pressant qu’elle menace de s’éloigner des rives du vraisemblable… Elle suscite d’ailleurs à son tour sa propre polémique, tant l’appropriation populaire de la figure, relayée et orchestrée par la presse ou même par les chansonniers – telle La Croix d’Honneur de l’Ouvrier qu’Antonin Louis dédie au sauveteur Georges (46) 42–, dépasse une administration à laquelle elle s’impose, autant et sinon plus qu’elle n’en est la créature. Car si les premières listes de récompenses de la préfecture de police conservées dans ses archives ne comptent guère que soixante-six noms, dont près de la moitié de fonctionnaires (vingt-neuf gardiens de la paix et trente-sept particuliers), les autorités sont bien vite sommées de se reporter à la « liste des personnes s’étant au dire des journaux signalés par des actes de courage43 ».

91Le caractère exceptionnel de l’événement, comme l’urgence politique de la réconciliation autour de la célébration du dévouement, expliquent sans doute que l’opération soit engagée sous le contrôle étroit de l’opinion, avant de se poursuivre sous la menace, la presse s’en fait l’écho dès le 16 mai, d’un régiment de trois cents réclamations. L’Éclair du même jour, sous le titre Les sauveteurs, la comédie du sauvetage et la fête civique du conseil, voit le lancement d’une « course aux honneurs » vouée au triomphe des « mystificateurs », des « certificats de complaisance », de « l’exploitation cynique de l’héroïsme » : « On signale un individu qui réclame une récompense pour des sauvetages opérés et qui, l’enquête l’a démontré, se trouvait en province quand la catastrophe a eut lieu. Un autre s’est présenté, réclamant une distinction : or il était couché, souffrant, au moment de l’incendie. Celui-là habite la rue Jean-Goujon. Qu’on le nomme aussi, qu’on le nomme. Il mérite bien quelque chose, si ce n’est une médaille, ce sont des sifflets. D’autres, naïvement, se mettent sur les rangs pour une récompense parce qu’ils aidèrent les blessés à regagner leur domicile. Ceux-là du moins ne mentent pas, mais quelle idée se font-ils du devoir ! »

92L’incendie du Bazar agit plus que jamais comme un révélateur, une catastrophe « décidément féconde en réflexions navrantes sur l’humanité » et qui, non contente d’avoir dressé les conditions les unes contre les autres au motif d’établir le palmarès de leur bravoure, abaisse et ridiculise désormais la juste reconnaissance du dévouement. L’organe antisémite La Libre Parole titre dès le 14 sur Trop de sauveteurs et fait mine d’en appeler à une véritable protestation populaire : « Déjà, rue Jean-Goujon, toute la population s’émeut et s’indigne. Avant hier, un homme qui se promenait avec sa médaille, fut hué par la foule ; chacun lui demandait : Qu’as-tu fait ? Et le malheureux, presque honteux, ne savait que répondre. Il importe, en présence d’un tel état de choses, que ces médailles et ces distinctions ne soient pas galvaudées plus longtemps. Il est nécessaire surtout que la préfecture de police fasse à l’avenir de très sérieuses et très méticuleuses enquêtes. »

93Paradoxe de la célébration d’un type social, son double, le « faux sauveteur », s’impose au fil des articles comme une figure à part entière, symétrique à celle du véritable méritant. Si l’un incarne le visage de l’héroïsme et de son mystère toujours persistant (Pourquoi ne pas avoir fuit ? Dans quel but avoir pris tant de risques ?), l’autre emprunte les traits familiers de la vanité et du mensonge social. Paris est le nouveau théâtre de La comédie des sauveteurs, selon le titre de L’Éclair du 31 mai, lequel signale que la préfecture de police continue de recevoir cinq à six demandes quotidiennes depuis la publication de la liste définitive des méritants. Chaque jour apporte son lot de sauveteurs méconnus et soudain impatients de lumière, alors même qu’il est établi que personne n’a pu s’engager véritablement dans la fournaise, et qu’au plus on aida les survivants à s’éloigner de l’une des rares échappatoires de l’incendie.

94L’inflation des héros menace de leur ôter tout crédit, et l’on évite d’un rien une nouvelle polémique lorsque Paul Tripier, ancien préfet, en vient à mettre en cause dans Le Figaro le rôle et l’utilité des secoureurs en général. Le Jour, avec Les sauveteurs contestés, La Libre Parole, avec La question des sauveteurs, s’émeuvent le 3 juin de ses affirmations, le dernier titre se défendant de n’avoir voulu faire autre chose dans ses articles des 14 et 15 mai que de préserver la valeur des distinctions. Le Jour relève pour sa part qu’il est des dénigrements des citoyens courageux qui ont de plus méprisables visées : « À vrai dire, après avoir étouffé la conduite des hommes du monde qui ont pris la poudre d’escampette au premier cri d’alarme, on veut maintenant enlever tout mérite aux ouvriers qui se sont dévoués pour les gens du monde. C’est là une bien vilaine, une bien odieuse besogne. »

  • 44 Huret J., op. cit., p. 118.

95Défense ou critique, la figure du citoyen courageux traverse une tempête à la mesure d’une popularité portée à son paroxysme par l’événement. Comme le note L’autorité du 5 juin, Ils sont trop ! Et il suffit de s’attarder sur le chiffre des trois cent cinquante-huit méritants honorés à l’Hôtel de Ville pour s’apercevoir que « c’est une débauche sans pareille du ruban tricolore, cette récompense modeste et si estimée de la valeur personnelle, mais qui ne vaudra guère plus que le ruban rouge, à la façon dont on le débite à tant le mètre » ! Sur un mode plus humoristique Le Figaro donne le 6 juin une courte histoire, Les sauveteurs du lendemain, où un sauveteur de complaisance discute avec le préfet de police auquel il doit sa nomination. Il s’agit du périodique où la mise en doute des distinctions est la plus poussée, puisqu’en complément des affirmations de Tripier le journal se fait confirmer par le cocher Georges lui-même que les flammes arrivaient jusqu’au milieu de la chaussée, et que personne n’a pu dès lors pénétrer dans la fournaise. Le contraste de l’héroïsme et de la bassesse, on l’a dit, n’en fait pas moins long feu, et Jules Huret, qui est journaliste au Figaro, ne retient dans son ouvrage qu’une conclusion dont les accents se veulent définitifs : « Le gouvernement n’a pas voulu chicaner sur les récompenses : il s’est montré très large et a accordé sans compter toutes celles qui lui ont été demandées par la préfecture. Chez quelques-uns de ces bons sauveteurs, on a probablement récompensé l’intention plutôt que le fait. Il n’importe : si tous n’ont pas été sauveteurs, tous étaient dignes de l’être44. »

96Héroïsme « d’intention », sinon d’actes, la magie de la célébration civique autorise à récompenser en chaque Français le citoyen courageux qu’il ne sera jamais. Au firmament de la République, suite au sinistre le plus retentissant de la fin du siècle, voici que s’illuminent trois bonnes centaines de héros par procuration. Cette débauche de médailles et de rubans – comment ne pas en avoir le sentiment – paraît annoncer la crise sociale et politique dont le J’accuse d’Émile Zola marquera le plein déclenchement six mois plus tard. La violence des passions sociales qui se nourrissent du brasier de la rue Jean-Goujon annonce d’autres incendies, et le sauveteur, vrai ou faux, est sans conteste la figure de rassemblement qui supporte les derniers espoirs de fraternité et de réconciliation. Engouement populaire, influence d’une presse de masse, inquiétude des gouvernants, promotion de la République, l’ensemble de la configuration républicaine de la fin du siècle participe de l’influence de cette figure exemplaire, dans l’émotion spécifique et exacerbée de l’incendie du Bazar, comme plus largement sur l’ensemble de la période.

Le secoureur sauvé. Louis Pasteur et le berger Jupille

97Immergées dans la vie réelle, les procédures de valorisation des citoyens courageux en épousent les aléas et les contours, en soutiennent et renforcent les entreprises les plus diverses. La présence multiforme de la figure du sauveteur dans la société de la première Troisième République autorise tous les usages d’un archétype, archétype suffisamment familier et mobilisateur pour télescoper des imaginaires sociaux distincts en une seule et même célébration civique. Parmi beaucoup d’autres exemples, les destins croisés de Louis Pasteur et du jeune berger Jupille donnent la mesure de ces associations où l’exemplarité du secours courageux vaut moins pour elle-même, que pour sa dimension émotionnelle et sa dramaturgie.

98Jean-Baptiste Jupille, âgé de quinze ans, doit son brevet de courage à son attitude lors de l’après-midi du 14 octobre 1885, dans la petite commune jurassienne de Villers-Farlay. Attaqué par un chien enragé avec cinq autres enfants des deux sexes, ce jeune berger a protégé la fuite de ses camarades et, bien que cruellement mordu aux deux mains, est parvenu à l’aide de son fouet à lier la gueule du molosse, à l’assommer de son sabot, puis à le traîner dans le ruisseau voisin pour l’y noyer. L’hydrophobie de l’animal est formellement reconnue le lendemain et le maire de la commune, qui était allé entendre Pasteur parler de ses travaux sur la rage, écrit à ce dernier pour le prier d’intervenir sur Jupille. Le 17 octobre Pasteur répond qu’après cinq années d’études il est parvenu à rendre les chiens réfractaires à la rage après morsure, mais qu’il n’a pour l’heure tenté qu’une fois seulement la même méthode sur l’homme, un peu plus de trois mois auparavant, le 4 juillet 1885, sur le jeune Joseph Meister, âgé de 9 ans et victime de quatorze morsures. Bien que les conditions soient plus défavorables – Meister avait pu être traité soixante heures après ses morsures, tandis qu’il s’écoulera six jours dans le cas de Jupille –, Pasteur accepte d’accueillir à ses frais pour les quinze jours du traitement le jeune berger courageux, dont la commune ne prendra en charge que le voyage. Sollicitation du maire, jeunesse et bonne santé de la victime, circonstances du drame : il est difficile de discriminer celui de ces éléments qui emporte la décision du grand scientifique. Le hasard n’en vient pas moins d’offrir à Louis Pasteur une victime particulièrement symbolique, un enfant-sauveteur exemplaire, bientôt mondialement célébré comme l’ultime symbole d’un héroïsme – l’affrontement de l’animal hydrophobe – qui demeurera certes toujours valeureux, mais ne sera plus jamais synonyme d’une mort atroce et inévitable.

  • 45 Vallery-Radot R., La vie de Pasteur, Paris, Hachette, 1900, pp. 620-621.
  • 46 Ibid.

99Le 26 octobre 1885, moins de sept jours après le début du traitement de Jupille, Louis Pasteur révèle devant l’Académie des Sciences le résultat de ses recherches. Le succès ne fait pas de doute pour Joseph Meister, trois mois et trois semaines après sa contamination, et l’on parle déjà parmi les académiciens « de cette grande découverte, qui met le sceau à la gloire de notre illustre confrère et qui jettera le plus vif éclat sur notre pays45 ». Louis Pasteur, en passe de s’installer définitivement dans la légende de la République, termine sa lecture « par le récit ému » de ce qu’a fait Jupille, abandonnant l’assemblée, se souviendra une quinzaine d’années plus tard son beau-frère et biographe, « sur l’impression de cet enfant qui s’était sacrifié pour sauver ses semblables46 ».

  • 47 Pasteur L., Correspondance générale 1885-1895, tome IV, Paris, Flammarion, 1951, pp. 44-45.

100Le récit du dévouement du jeune paysan courageux arraché à son horrible destin par la découverte d’un génie du savoir est le scénario inespéré de la gigantesque « fiction-réalité » qui va lancer et soutenir l’ère de la vaccination moderne. On s’étonne d’ailleurs, puissance émotionnelle de l’épisode ou stratégie, de la rapidité avec laquelle se manifeste, au sein même de l’Académie, la conjonction des deux destins exemplaires. Pasteur vient à peine d’achever son exposé que le baron Larrey tient à saluer non seulement la percée thérapeutique mais aussi l’acte de bravoure de l’enfant-sauveteur, et « prier l’Académie des Sciences de recommander à l’Académie française ce jeune berger qui, en donnant un si généreux exemple de courage, s’est rendu assurément digne d’un prix de vertu ». Pasteur écrit dès le lendemain l’heureuse nouvelle de la proposition au maire de Villers-Farlay : « J’ai l’espoir que cette proposition sera favorablement accueillie – je devrais dire la certitude. L’humble famille du garde champêtre sera donc récompensée, l’an prochain, par l’honneur et l’argent. La quotité du prix est variable, mais ne descend guère au-dessous de 1 000 à 1 500 francs. Jupille va bien. Je terminerai le traitement dans 2 ou 3 jours47. »

101Si les termes de la lettre ne sont pas sans équivoque sur l’engagement et le rôle personnels de Pasteur dans l’initiative, encore n’augure-t-il de celle-ci que pour l’année suivante, délai de rigueur au vu des conditions exigées par l’institution (les dossiers devant être remis au plus tard le 31 décembre). Mais les circonstances appellent une récompense et un délais d’exceptions. Neuf jours après la communication de Pasteur, lors de la séance annuelle de remise des prix de vertu, Maxime du Camp signale dans son rapport la remise d’un prix de 1 000 francs au jeune berger. Moins d’un mois s’est écoulé depuis l’obscur accident survenu dans un pré du Jura et Jupille, doublement auréolé de la gloire de son sauveur et de son propre courage, vient d’entrer dans la galerie des figures exemplaires de la jeune Troisième République.

102L’étonnante célérité dont s’accompagne la validation de cette exemplarité morale est à la mesure de sa place dans l’aventure pastorienne. C’est en effet au lendemain des premiers résultats définitifs du traitement contre la rage, présentés en mars 1886, qu’est engagé le projet de la principale réalisation institutionnelle du scientifique, l’Institut Pasteur, établissement vaccinal fondé par une souscription publique internationale. Que Pasteur ait ou non envisagé la collusion dans l’imaginaire social français de la victoire sur le virus et du mérite moral de l’un de ses premiers bénéficiaires, la figure du citoyen secoueur n’en a pas moins indiscutablement contribué à la réussite de l’appel à contribution.

  • 48 Extrait d’une quinzaine de feuillets manuscrits qui relatent l’aventure du jeune berger, en date 2 (...)

103Au lendemain de sa récompense par l’Académie, le petit pâtre méritant est en effet projeté au centre d’un vaste mouvement d’opinion et de presse, dont rend compte une quinzaine d’années plus tard un observateur anonyme de Villers-Farlay (peut-être le maire) : « Le même jour 18 octobre Jupille était emporté à Paris. Quelques jours après, la presse du monde entier s’occupait de lui, glorifiait en même temps son courage et la magnifique découverte de notre illustre compatriote Pasteur. Au bout de 15 jours Jupille quitta le laboratoire de M. Pasteur non-seulement complètement guéri, mais encore chargé d’honneurs et d’argent. En récompense de sa belle conduite le gouvernement lui avait décerné une médaille d’argent et l’Académie un prix Montyon avec une allocation de mille francs. La plupart des sociétés de sauveteurs de France le nommèrent membre honoraire ; des collégiens se privèrent de leurs prix pour lui envoyer un témoignage d’admiration pour son courage. Bref ! il fut le héros du jour et pendant quelque temps son nom fut le plus populaire de France après celui de Pasteur48. »

  • 49 Pasteur répondra personnellement en faisant un don au directeur de la Caisse des Victimes du Devoi (...)

104Le réseau de validation de l’exemplarité fonctionne, une fois de plus, de manière cumulative et récurrente, et au prix de vertu s’ajoutent notamment pour Jupille la médaille d’honneur pour actes de courage et dévouement, les médailles des sociétés de sauveteurs, et même un don de deux cent francs de la Caisse des Victimes du Devoir gérée par le Syndicat de la Presse49. La convergence des modalités de certification et de récompense de l’exemplarité atteint avec l’enfant berger, en termes de rapidité de mise en œuvre et de cohérence des dispositifs, une forme de paroxysme. Mais elle frappe surtout par la manière dont elle entrelace les destins du jeune décoré et du grand scientifique. La mise en miroir des exemplarités – dévouement prolongé à la science et à la lutte contre la maladie, précocité de la mise en jeu de l’intégrité de sa propre personne –, loin de souligner un différentiel des mérites, rehausse et multiplie leur portée civique commune.

  • 50 Il a reçu en 1884 une couronne civique, au cours d’une séance qu’il a présidé. Il est bien entendu (...)
  • 51 Membre fondateur de la Ligue des Patriotes, Edmond Turquet a convié son premier président (Anatole (...)

105L’assemblée générale annuelle de la Société des Sauveteurs de la Seine du 30 mai 1886 est l’un des épisodes les plus révélateurs des ressorts sociaux et politiques de cet improbable « tandem » exemplaire. Louis Pasteur, déjà familier des pratiques de reconnaissance de l’exemplarité, lui-même lauréat de la plus haute distinction de la Société Nationale d’Encouragement Au Bien50, est en effet l’invité d’une tribune d’honneur des citoyens courageux où siègent, outre bien sûr le président de la société Turquet (alors sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts), Goblet (ministre de l’Instruction Publique et des cultes), le vieux républicain Anatole de la Forge, Octave Gréard (représentant le ministre de l’agriculture et du Commerce), et même l’ingénieur du canal de Suez Ferdinand de Lesseps51. Si la séance de ce printemps 1886 est certes à l’image de ces grand-messes républicaines et patriotiques que banalise la décennie des années 1880 (celles de la Ligue des Patriotes, des sociétés de tir et de gymnastique, etc.), elle marque cependant une apogée de l’universalisation de la posture du citoyen dévoué et courageux.

  • 52 Le sauveteur, mai-juin 1886, p. 3.
  • 53 Ibid. Le même journal, sans peur de la contradiction, ou suivant le mouvement de l’opinion, avait (...)

106Devant les prosélytes de la figure du citoyen secoueur, l’œuvre de Pasteur prend la forme d’ » un sauvetage perpétuel », et son auteur est célébré comme « le rédempteur de la vie humaine, le véritable messie des sauveteurs52 ». Le sauveur du sauveteur, dès lors qu’il arrache l’enfant à l’issue tragique de son sacrifice accompli, est secoureur lui-même, et si Jupille se trouve bien évidemment proposé comme membre d’honneur de la société, c’est le grand scientifique qui s’impose comme incarnation suprême du sauveteur, citoyen dévoué dont le courage s’affronte aux préjugés et au mensonge, comme d’autres aux flammes ou à l’animal dangereux : « “J’ai été très affecté des calomnies lancées contre moi ; mais je sens toute rancune disparaître après l’éloquent témoignage de reconnaissance que vous me donnez ! Merci des douces consolations que vous venez apporter à ma souffrance…” À ce moment, M. Pasteur ne peut terminer son discours et des larmes coulent abondamment sur sa figure – près de quinze salves d’applaudissements accueillent la vive émotion du modeste et grand Bienfaiteur de l’humanité. À ce moment se place un incident touchant : M. Burgues informe l’assemblée qu’un grand nombre des malades de M. Pasteur sont à la porte et demandent à venir lui donner un témoignage de gratitude. En effet, on ouvre les portes et les malades défilent devant l’illustre praticien, à qui ils donnent l’accolade. Devant cette scène, une vive émotion se produit ; les larmes coulent de tous les yeux, et des tonnerres d’applaudissements témoignent la reconnaissance de l’assemblée envers celui qui vient d’apporter, comme feu Jenner, une grande découverte à l’humanité53. »

  • 54 Dans le domaine scientifique comme ailleurs, Bruno Latour l’a bien montré, la reconnaissance des r (...)

107La catharsis émotive n’est pas seulement illustration ou conséquence, mais bien support principal, d’un message civique qui paraît presque s’épuiser tout entier dans le spectacle du Bien et la communion de la reconnaissance. Le secoureur Pasteur n’atteint pas à l’exemplarité citoyenne par des travaux de laboratoires et des thérapeutiques encore discutées, mais par la généralité morale du secours à autrui, renforcée en l’occurrence du sauvetage de celui qui déjà sauva, et de la reconnaissance des malades. Peut-être même ne faut-il pas craindre de lire à rebours ce qui fonde aujourd’hui encore sa postérité – l’éminence et les novations de son travail scientifique – et saisir combien celles-ci bénéficièrent, pour s’imposer à tous, de l’éclatant secours apporté à Jupille, et de la collusion des exemplarités sur laquelle il déboucha54.

  • 55 Lettre au professeur Grancher, 18 octobre 1887 (Correspondance, op. cit., p. 221) : « L’affaire du (...)
  • 56 L’un des petits-fils du berger-sauveteur la possède encore. Il s’agit du groupe en plâtre qui est (...)
  • 57 Richard Capitaine, Le courage civique chez les enfants de France, Paris, Combet et Cie, 1901, p. 1 (...)

108Les rapports du conseil d’administration de l’Institut Pasteur ne permettent pas de déterminer l’origine exacte du marbre, grandeur nature, qui fait toujours face au bâtiment principal. La statue fut selon toute vraisemblance financée par l’Institut lui-même, et elle est contemporaine de l’achèvement des travaux. La correspondance de Pasteur atteste que le scientifique se préoccupa personnellement de la réalisation, fournissant même une photographie du jeune méritant au sculpteur55. L’œuvre, reproduite en bronze et en format réduit, remarquée au Salon de 1888, connaîtra de nombreuses reproductions, l’une d’entre elles étant offerte dans une nouvelle séance de valorisation civique au modèle par le conseil municipal de la ville de Paris56. Ce Jupille aux pieds nus, pantalon relevé jusqu’au mollet, les mains serrées sur la gueule du molosse qui se débat entre ses jambes, a des allures d’allégorie de l’humanité en lutte contre les maladies infectieuses. Mais chacun l’identifie clairement, et le cartouche rappelle son identité véritable. Le sauveteur de quinze ans qui se dresse au sein du temple de la bactériologie moderne n’est pas l’un des premiers sujets humains de la vaccination mais le secoureur-sauvé, le méritant au cœur de l’action qui fonde son mérite, le sacrifié qui rehausse ceux qui lui permirent d’échapper à son destin implacable. Le voici également, parmi les autres découvertes de l’homme de science, sur la mosaïque qui court autour de la crypte où repose Louis Pasteur, sous le bâtiment principal de l’Institut, destins liés pour l’éternité dans la figuration édifiante. Le voici enfin, gardien des bâtiments que sa popularité avait contribué à établir, spectateur quotidien de sa propre grandeur, vivante icône du Courage civique chez les enfants de France : « L’enfant courageux, devenu homme, a été nommé concierge de la rue Dutot, et il peut, maintenant, contempler chaque jour le groupe impressionnant de Truffot représentant sa lutte, à 14 ans, contre un dogue enragé57. »

Le sauveteur au champ d’honneur : les invalides du dévouement et les détours de la solidarité nationale

  • 58 Le principe affiché par ce texte, suite à une pétition des pompiers lillois et à une proposition l (...)

109Le citoyen secoureur n’a, pendant plus d’un siècle, pas seulement exposé son intégrité physique aux risques du secours, mais bien l’ensemble de son avenir personnel et familial. La solidarité matérielle en faveur du secoureur volontaire contraste en effet durablement avec l’abondance des interprétations et des récompenses de son comportement. Seuls les sapeurs-pompiers, et encore avec de fortes disparités communales et régionales, sont supposés pouvoir bénéficier à partir de la loi du 5 avril 1851 d’un droit à des secours ou des pensions, temporaires ou permanentes58. Pour le reste, lésé du fait de son propre courage, le secoureur est abandonné aux hasards de la charité publique. Le sacrifice civique s’affiche en première page, est décoré et monte aux tribunes ; mais pour ce pauvre sorti de l’eau au petit matin glacial, dont le refroidissement emporte un père de famille et laisse cinq orphelins, pour ce membre broyé sous la roue du char qu’on arrête, la nation reste soudain comme interdite et muette.

  • 59 Sur l’action des associations d’émulation morale en faveur des secoureurs blessés voir la fin du c (...)

110Les zélateurs du dévouement n’ont de cesse de dénoncer le scandale, et l’aide au secoureur blessé et à sa famille, qui mobilise on l’a dit la presse populaire de la Troisième République avec la Caisse des Victimes du Devoir, s’impose comme l’un des premiers objectifs des associations de sauveteurs et d’émulation morale. En 1909, saisi par l’évidence de ces « héros de l’humanité » que sont les victimes du secours courageux, l’industriel et philanthrope américain Andrew Carnegie établit de même, dans sept pays occidentaux, un Hero Fund, lequel aura soutenu en France, une dizaine d’années plus tard, près d’un millier de secoureurs malheureux59. Les débats et initiatives parlementaires concernant les victimes du secours courageux ouvrent de ce fait à l’analyse des perspectives complémentaires de celles que viennent de suggérer les usages propres aux supports de la presse populaire, ou leur l’expression accentuée dans les deux événement symptomatiques des dernières décennies du siècle.

  • 60 Hugo V., Choses vues (Souvenirs, journaux, cahiers 1830-1885), Paris, Quarto Gallimard, 2002, p. 1 (...)

111La proposition de loi adoptée à l’unanimité de la Chambre des députés le 29 décembre 1882 marque le début de la mobilisation politique en faveur des martyrs du civisme exemplaire. Pour la première fois, le principe d’une pension aux familles de citoyens disparus ou blessés, « en se dévouant pour la cause publique », est adopté dans une enceinte législative. Le citoyen secoureur, en ce début de Troisième République, bénéficie d’une existence sociale suffisamment forte pour accéder à la principale tribune politique du pays, et il s’affirme, plus que jamais, comme une figure incontournable de la pédagogie civique républicaine, au titre d’un individu exemplaire, et plus largement d’une figure symbolique de la fraternité. « Fraternité, c’est la porte qui s’ouvre, c’est la bourse qui se vide, c’est la main qui secourt », relève Victor Hugo en 1880, alors que des inondations affectent sévèrement la province de Murcie en Espagne60.

Les propositions de loi de 1882 et la reconnaissance d’une excellence civique

  • 61 « Proposition de loi tendant à assurer des récompenses aux veuves des citoyens qui meurent en se d (...)
  • 62 Loi du 28 mars 1882. Voir notamment : Mayeur J.-M., La vie politique sous la Troisième République (...)

112Le processus législatif qui conduit au vote de la loi de décembre 1882 est engagé le 10 mars 1881 par une première proposition déposée sur l’initiative du député Eugène Farcy et de neuf autres de ses collègues, renouvelée le 19 novembre de la même année et cosignée de dix députés supplémentaires, après les législatives de l’été 188161. Marquées par l’abstentionnisme et le désintérêt de l’opinion conservatrice, ces élections ont reconduit une écrasante majorité républicaine, et la législature qui s’ouvre, qui voit quelques mois plus tard le vote de la loi relative à l’obligation et à la laïcité de l’enseignement primaire, va se révéler déterminante dans l’affermissement des perspectives éducatives et civiques du nouveau régime62. Conjonction singulière mais significative, même si des motifs plus conjoncturels y contribuent, c’est une représentation nationale disputant des fondements d’un nouveau pacte démocratique qui se confronte au statut civique du dévouement courageux, et qui lui fournit, en dépit du devenir ultérieur, sa principale réussite parlementaire.

  • 63 Eugène-Jérôme Farcy, né en 1830, est député du XVe arrondissement de 1871 à 1893. Lieutenant de va (...)

113L’initiateur du geste législatif en faveur des citoyens courageux est un homme politique de stature locale, Eugène Farcy, député du xve arrondissement, républicain à tendance populiste, gambettiste siégeant à l’extrême gauche puis par la suite fervent boulangiste63. Favorisé probablement par sa proximité aux réalités de la population navigante (il est ancien officier de marine), et par une propension déjà révélée à l’investissement d’une cause médiatique, son engagement personnel dans la proposition est important (il rédige et défend notamment le rapport parlementaire), mais il paraît difficile de lui attribuer la réussite de l’inscription à l’agenda parlementaire d’une question qui, dans le long demi-siècle suivant, et même jusqu’à nos jours, en dépit de propositions réitérées, ne parvient jamais plus à revenir en discussion.

  • 64 « Proposition de loi ayant pour objet de confier à l’État l’éducation des enfants mineurs des mari (...)
  • 65 « Proposition de loi tenant à assurer une pension annuelle et viagère à la veuve de tout citoyen m (...)

114Les 28 et le 31 mars 1882, deux autres propositions de loi sont effet déposées sur le même objet. La première, au titre d’Hervé Mangon, député du Calvados, rejoint par une dizaine de ses collègues des départements maritimes, est circonscrite à un drame précis du dévouement courageux : la disparition, le jour précédant le dépôt, des onze marins d’un canot de sauvetage près d’Honfleur64. La seconde, se réclamant du même événement, mais se voulant plus large dans son objet, est le fait de Félix Faure, qui entame l’ascension qui le conduira en 1895 à la magistrature suprême et qui vient, en tant que sous-secrétaire d’État aux colonies, de participer à l’aventure éphémère du grand ministère de Gambetta65. Elle est signée de trois autres parlementaires, dont Émile Turquet, président de la Société des Sauveteurs de la Seine et fondateur de la Société Française de Sauvetage, lequel n’interviendra cependant ni dans les débats, ni dans les travaux des commissions.

  • 66 Chronologie du travail parlementaire : 10 mars 1881, premier dépôt de la proposition Farcy ; 21 ao (...)

115Bien qu’engagées selon des perspectives distinctes, les trois initiatives sont rapidement travaillées et discutées de concert66. La proximité des dates, l’existence de plusieurs propositions, l’urgence déclarée par la Chambre sur chacune d’entre elles, attribuent en cette année 1882 une forme d’actualité au problème de la prise en charge des conséquences du dévouement courageux. S’il s’agit d’abord, pour les signataires, comme selon toute vraisemblance pour l’ensemble de l’Assemblée, de produire une réponse à des événements accidentels qui viennent de frapper l’opinion publique, ces initiatives, quoique circonstanciées, placent directement le débat sur un autre plan que l’accident qui les motive. Le naufrage du canot d’Honfleur est un drame humain effroyable, mais c’est « l’intérêt public », affirme Félix Faure, qui se trouve « engagé à encourager de semblables dévouements ».

116Les motifs des trois propositions se présentent comme convergents : le courage et le dévouement sont des nécessités de l’intervention en cas de péril, et ils relèvent à ce titre d’une utilité sociale immédiate. Depuis la date du premier dépôt, écrit Eugène Farcy en préambule de sa seconde proposition, « deux ou trois incendies considérables sont venus attrister le pays », incendies dont il n’a été possible d’ » arrêter les désastres que grâce au dévouement de courageux citoyens toujours prêts à sacrifier leur existence pour sauver celle de leurs semblables ». Le citoyen secoureur remplit d’abord une mission sécuritaire, et l’engagement de la collectivité peut suffire à se réclamer de ce principe pragmatique.

117Dans le rapport d’Eugène Farcy, comme dans la discussion générale de l’Assemblée et la loi qu’elle adopte, la question des secoureurs volontaires se révèle cependant étroitement liée à la nature civique des exemples qu’ils incarnent. Anticipant les débats qui conduiront en 1885 à la réactivation du tombeau des grands hommes, et plus largement sur les pratiques commémoratives de la République pacifique ou combattante, l’initiative en faveur des citoyens secoureurs annonce l’institutionnalisation républicaine de procédures renouvelées de valorisation des comportements méritoires.

  • 67 Rapport parlementaire de la commission Farcy, annexe n° 1010, débats et documents parlementaires 1 (...)

118Longuement, et en des termes très métaphoriques, le rapport de la commission anime ainsi le théâtre des abstractions de l’universel républicain que reprennent quelques années plus tard les journaux populaires en orchestrant la grande imagerie du dévouement courageux. Médecins « au milieu d’une implacable épidémie », sauveteurs de la mer et des flammes, mais aussi scientifiques victimes d’un « produit médical nouveau » ou d’une expérience, le citoyen dévoué – la comparaison est filée durant toute l’argumentation – présente sur d’autres champs de bataille que ceux du soldat l’expression d’une excellence civique peut-être plus méritoire encore : il agit seul et sans témoins, sans l’encouragement de la « musique guerrière », des officiers et de l’élan collectif, sans la contrainte du devoir que la loi lui impose ou le besoin de se défendre. « Il appartient à un pays généreux comme le nôtre de faire savoir à ses enfants que le dévouement sera toujours récompensé, et surtout honoré. […] Personne ne peut contester qu’en dehors du courage militaire seul reconnu et récompensé par nos lois, il y a un courage tout aussi méritoire, le courage civil, d’autant plus digne de notre admiration qu’il se produit spontanément67. »

  • 68 Ibid.

119La reconnaissance honorifique du dévouement courageux est une leçon de civisme en acte, et il s’agit même de la première priorité qui s’impose à la représentation nationale, du moins pour le rapporteur qui souligne la présence de « deux choses bien distinctes » dans la loi proposée : « 1° La récompense honorifique, celle qui donne au sauveteur victime de son dévouement l’appellation de “mort au Champ d’honneur”, témoignage de la reconnaissance publique qui pourra honorer la famille survivante, comme le brevet attaché à la médaille de sauvetage, est destiné à perpétuer dans les familles l’acte méritoire accompli. 2° La pension donnée à la veuve, non comme rémunération du service rendu à la société par son mari, service inappréciable, mais pour la mettre à l’abri du besoin68. »

  • 69 Débats parlementaires, 5 juillet 1882, présentation de la proposition et première intervention de (...)

120Ratifiée sans discussion par l’Assemblée, la reconnaissance honorifique marque, au moins de manière tacite, l’adéquation d’une forme d’excellence civique et d’un État parvenu au régime social et politique le plus fidèle à son génie national. Le citoyen secoureur, sous la plume d’Eugène Farcy comme plus largement tout au long des trois premières décennies de la République, s’impose comme l’expression individuelle d’une grandeur collective, le porte-drapeau humanitaire et pacifique d’une nation tout entière secourable. Le rapporteur le réaffirme dès l’ouverture des débats : « Il est évident qu’une nation aussi généreuse que la France, qui se dévoue la plupart du temps pour les nations étrangères, qui dépense son or et son sang pour secourir les victimes du monde entier, ne peut refuser de secourir celles qui se dévouent pour le pays lui-même. (Très bien ! très bien !)69. »

L’impossible pension du citoyen secoureur

121Si Eugène Farcy projette une loi de reconnaissance nationale de l’exemplarité civique des secoureurs, et en outre de pensions, ses collègues, et plus encore les sénateurs, vont n’envisager explicitement que l’opportunité budgétaire et politique du second objectif. À l’aube d’une République qui va mettre de nombreuses années à poser les bases juridiques et politiques de nouvelles formes de solidarité collective – 1898 pour la loi sur les accidents du travail, 1910 pour les premières retraites ouvrières et paysannes –, le principe de création de pensions civiles au-delà des soldats et fonctionnaires se révèle en effet extrêmement problématique.

  • 70 Claude-Marie Agapite Versigny, né en 1818, député de la Haute-Saône de 1876 à 1889. Avocat, il com (...)
  • 71 AN, C. 3386 dossier n° 1869, pour la commission Faure ; AN, C. 3386 dossier n° 1870, pour la commi (...)

122La solidarité nationale active en faveur du dévouement courageux, ainsi que l’attestent les procès-verbaux des commissions parlementaires Faure et Farcy, se confronte dès les premières discussions à des enjeux qui la surplombent de beaucoup. Entendu lors de sa deuxième séance par la commission Faure en mai 1882, le ministre des finances Léon Say estime qu’ » il serait dangereux d’ouvrir le livre de la dette viagère pour une catégorie de citoyen », et se montre partisan de lois spéciales pour chaque cas ou événement particulier. Il pronostique « la grande difficulté à établir les droits des postulants » et la multiplication des contentieux. Les députés Versigny et Cazeaux, bien qu’éloignés sur l’échiquier politique70, se disent également devant la commission Farcy « défavorables au projet qui à leur avis ouvre le livre des pensions de retraites à l’inconnu, en outre de l’impossibilité pour la juridiction d’établir le plus grand nombre des actes de sauvetage71 ».

  • 72 « Les commissions sont à cette époque des commissions spéciales, ad hoc, désignées par les ‘bureau (...)
  • 73 L’idée se propage à partir de 1875. Tous les prétendants, victimes directes ou collatéraux, sont é (...)

123Le citoyen courageux, incontesté dans son mérite et dans l’assistance matérielle dont il doit avec sa famille bénéficier le cas échéant (deux oppositions dans la commission Farcy, une seule et deux réserves sur la perspective d’une loi générale dans la commission Faure sur les onze membres légaux72), se heurte sous couvert de rationalité budgétaire à la menace d’un précédent dont la portée sociopolitique pourrait se révéler considérable. En la matière, la précédente législature vient pourtant d’accéder à la demande d’une réparation matérielle et morale des victimes républicaines de l’Empire, la loi du 30 juillet 1881 autorisant l’ouverture de rentes établies « à titre de réparation nationale aux citoyens victimes du coup d’État du 2 décembre 1851 et de la loi de sûreté générale du 27 février 1858 ». La majorité républicaine, il est vrai, ne fait d’exception que sous la pression d’un important mouvement d’opinion et de pétitions départementales multipliées, et les deux mille soixante-sept titres de rentes – incessibles et insaisissables, qui peuvent bénéficier aux collatéraux et s’accompagnent de « brevets de républicanisme » matérialisés –, demeurent une initiative ponctuelle d’édification à proprement parler idéologique73. Le citoyen secoureur, en réclamant la reconnaissance d’un titre civique perpétuel à la solidarité nationale, semble pour sa part porteur d’une reconfiguration des contours et des droits de la citoyenneté d’une toute autre ampleur.

  • 74 Archives du Sénat, procès-verbal de la « Commission chargée de l’examen de la proposition de loi, (...)

124En termes quantitatifs, le dévouement courageux ne menace pourtant que de très loin l’équilibre du Trésor public. Le ministère de l’Intérieur a versé six mille francs de secours en 1880 et 1881 pour une moyenne de cent-quatorze personnes (soit cinquante francs pour chacune, ce qui correspond au niveau habituel des gratifications pécuniaires pour actes de courage), les Travaux Publics ont pour leur part versé en vingt-quatre ans onze mille huit cents francs à vingt-huit veuves de fonctionnaires (soit moins de cinq cent francs par personne et par an), et l’Agriculture, qui devrait intervenir dans les cas d’inondations, a été saisi de si peu de demandes qu’il n’en fait pas même état dans ses dépenses. S’appuyant sur les renseignements fournis par les sociétés de sauveteurs, et remarquant que sur les cent-quatorze individus aidés par l’Intérieur la plus grande partie correspond « à d’anciens sauveteurs devenus malheureux ou infirmes par suite de leur âge avancé », le rapport parlementaire conclut que le nombre de ceux qui meurent ou sont grièvement blessés en opérant des sauvetages ne doit pas dépasser quarante-cinq par an. À partir de ses propres sources, la commission sénatoriale admet à son tour en mai 1883 que « le nombre des veuves dont les maris ont été victimes de leur dévouement et celui des hommes devenus hors d’état de pourvoir à leur subsistance sont peu considérables74 ». Il est bien clair que l’enjeu n’est pas celui d’un problème social massif, et que ce sont beaucoup plus des questions de principes qui mobilisent le débat.

« Comme M. Versigny je suis arrivé au sein de la commission avec des préventions contre le projet : moi aussi, je craignais d’ouvrir d’une façon trop large le grand-livre de la dette publique. Cependant, en face d’une proposition qui avait pour but de venir au secours de situations dignes du plus haut intérêt, j’ai compris qu’il était bien difficile de ne pas faire quelque chose et qu’il était impossible de repousser la proposition de l’honorable M. Farcy. M. Farcy vous a dit : Voilà un homme qui, au péril de sa vie, se précipite au milieu des flammes pour sauver un de ses semblables ; il ne sera pas récompensé ? Voilà un marin qui se jette à l’eau pour sauver une petite fille qu’un père dénaturé veut noyer ; vous ne voulez pas venir, s’il périt, au secours de sa veuve ? Évidemment, vous répondez tous : Nous voulons récompenser de tels dévouements ; nous ne voulons pas marchander avec eux, nous voulons les encourager et les multiplier. »

  • 75 Ce chiffre est obtenu après un certain nombre de calculs et d’approximations à partir des secours (...)

125L’intervention du bonapartiste Cazeaux, initialement adversaire du projet, symbolise dès la première séance de discussion générale du 5 juillet 1882 l’incapacité de la représentation nationale à refuser frontalement l’indemnisation du dévouement courageux. Elle énonce également le compromis auquel vont se rallier les parlementaires sur la base du rapport de la commission. Le principe retenu est celui d’une assistance financière à la fois publique et privée en faveur des victimes d’actes de dévouement civique, assistance que délivrerait une « Caisse nationale des sauveteurs », autorisée à recevoir des dons et legs, à centraliser des souscriptions, et gérée par l’administration de la Caisse des dépôts et consignations. Inscrit dans le cadre de la reconnaissance nationale par les mesures honorifiques qui lui sont associés (le brevet constatant l’acte de dévouement), et par l’engagement financier de l’État sous forme de « subvention » – estimée à trente mille francs pour la première année 75 –, le système projeté paraît maintenir et une démarche active de la collectivité, et la nécessité de la bienfaisance privée et volontaire ; il fait appel, dit Cazeaux, « au dévouement de tous ».

  • 76 Sur la complexité du débat à ce propos, qui traduit au bout du compte « plus que la victoire d’un (...)
  • 77 Le vocabulaire et les idées sociales de l’époque associent aux termes de « pension » – « Somme ann (...)

126Loi de valorisation de l’excellence civique, loi d’assistance à l’invalidité, loi d’assistance aux collatéraux, l’aide aux victimes directes ou indirectes des actes de dévouement que décide la représentation nationale ne prétend pas véritablement instituer au final une loi de pension. « Ce n’est pas une loi qu’on puisse comparer à la loi sur les pensions civiles ou à la loi sur les pensions militaires », assure à la tribune le ministre des Finances, puisqu’ » il s’agit d’une sorte de secours annuel qui est donné, après examen d’une commission et qui est réglé par le ministère de l’Intérieur ». La solidarité avec le citoyen secoureur, en dépit de la crainte persistante mais isolée du député Versigny – qui votera le projet définitif – d’une « dette de l’État, assimilable aux pensions civiles des fonctionnaires », contourne la complexité de la question des retraites, principal enjeu conceptuel de la pensée sociale du quart de siècle à venir, et dont le règlement ne s’imposera qu’au terme de la patiente hybridation des modèles idéologiques en présence avec la loi du 5 avril 191076. L’aide aux secoureurs malheureux, le ministre et plusieurs orateurs n’ont de cesse de le rappeler, se garde de « créer un précédent » qui pourrait valoir dans la dispute émergente sur le thème des pensions, tant du point de vue de ses fondements – les pensions envisagées, n’étant pas soumises à condition de ressources, se réclament conjointement de l’idée de récompense (de services rendus) et d’assistance à l’invalidité indigente (du secoureur modeste) –, que de celui de ses modalités de financement – bienfaisance privée et fonds publics doivent alimenter conjointement la Caisse des Sauveteurs77.

127Composite dans ses principes, pragmatique dans ses finalités, la loi votée à l’unanimité des membres présents le 29 décembre 1882 – quatre cent cinquante et un députés votent la proposition, soit les trois-quarts de la Chambre, vingt-neuf sont absents par congé et cent vingt-sept, dont Farcy lui-même, sont absents sans raison – marque l’apothéose parlementaire d’une figure du citoyen secoureur avec laquelle nul ne paraît pouvoir envisager de marchander ouvertement.

  • 78 Archives du Sénat, procès-verbal de la commission, op. cit., séance du 13 juin 1883.

128Au terme de leurs trois premières séances de travail – qui ne s’avèrent guère déterminantes en faveur de la loi et soulignent les contrastes persistants de l’excellence civique, d’une préoccupation publique assez marginale et de la discipline budgétaire –, les neuf membres de la commission sénatoriale nommée le 1er février 1883 admettent d’ailleurs à leur tour qu’il y aurait « inconvénient à s’opposer à une loi votée à une si grande majorité par la chambre78 ». Comme les députés – on peut penser que les plus réservés de ces derniers en avaient fait le pari –, les sénateurs se confrontent aux perturbations qu’emporte pour la pensée sociale du moment la reconnaissance des devoirs de la collectivité envers le dévouement courageux.

  • 79 Marquis Louis Raymond de Montaignac de Chauvance, né en 1811, député de l’Allier de 1871 à 1875, é (...)
  • 80 Jean Jules Clamageran, né en 1827, juriste et économiste, auteur d’ouvrages administratifs et de p (...)
  • 81 Charles Cherpin, né en 1813, député républicain de la Loire de 1871 à 1879, inscrit à la Gauche Mo (...)

129« La loi est inutile », affirme ainsi sans détours l’amiral marquis de Montaignac, ancien ministre de la Marine, seul membre de la commission qui siège à la droite du Sénat et combat régulièrement la politique des ministères républicains79, soutenu sur sa gauche par Jules Clamageran, opposant de l’Empire et éphémère ministre des finances en 188580. Le paradoxe perdure du nombre restreint des victimes du dévouement, d’un côté, et de l’autre du pronostic d’un déferlement des demandes : « Lorsque la loi sera connue les demandes afflueront et les dépenses deviendront considérables […], on ne pourra résister à l’espèce de conspiration qui se formera contre le trésor », assène le conseiller d’État Clamageran lors de la séance du 8 février 1884, tandis que démissionne le rapporteur Charles Cherpin81, au motif que « la force des choses l’emportera contre les meilleures résolutions », et que « la loi a été votée à la Chambre par suite d’entraînement ».

130Cette démission marque l’épilogue définitif de la brève tentative engagée par la commission sénatoriale (séances des 13 et 23 juin 1883) pour amender le texte de l’Assemblée. La suppression de la caisse spéciale des sauveteurs, celle de toute référence au terme « pensions » (remplacé par « secours annuel »), la mise à contribution financière des départements (celle des communes étant repoussée de peu), et même la conditionnalité absolue des secours proposés (« si les crédits ouverts au budget le permettent »), échouent à faire taire les scrupules budgétaires des membres de la chambre haute. Le Sénat entérine de fait le 10 juillet 1885, sans la moindre discussion, un rapport tardif qui entretient la suspicion sur les contours exacts du dévouement courageux – « il est déjà très difficile de constater le premier mérite de la personne qu’on veut récompenser, c’est à dire de savoir si l’action accomplie a été un acte de dévouement réfléchi et complet » –, pour mieux l’enterrer, avec les honneurs, sous l’argument de la fatalité financière : « On comprend, en effet, combien il est pénible d’avoir à exprimer des conclusions contraires à l’adoption d’une loi dont la pensée en elle-même est louable, et qui répond d’ailleurs à des sentiments qui sont au fond de tous les cœurs. Mais il arrive parfois que la sensibilité la plus légitime est arrêtée dans son essor par des difficultés de finances ; tandis que les chiffres, étant absolus de leur nature, ont le plus souvent le dernier mot. C’est ce qui a eu lieu dans le cas présent. »

  • 82 Dumons B. et Pollet G., « La Solidarité », Dictionnaire critique de la république, op. cit.
  • 83 À la veille de la Première Guerre mondiale, les lois établies sur ce principe concernent l’Assista (...)

131Anticipant sur la conception modernisée de l’assistance publique qui guidera l’action républicaine en matière de politiques sociales jusqu’au tournant du siècle – la proposition Faure parlait significativement d’un « devoir de la Société » vis-à-vis de ceux qui se dévouent pour leurs semblables –, la loi Farcy échoue à en imposer le bénéfice aux secoureurs malheureux. Trop précoce peut-être, trop marginal sans doute en dépit de l’excellence civique du citoyen courageux, le problème des martyrs et invalides du dévouement reste durablement ignoré d’une République dont le front social va peu après – la direction de l’Assistance publique du ministère de l’Intérieur est créée en 1886 – épauler et compléter la sécularisation (c’est-à-dire le dessaisissement politique de l’Église) engagée dans le domaine scolaire82. Tandis que de nombreuses lois d’assistance enracinent jusqu’à la Première Guerre mondiale une conception républicaine de la citoyenneté héritée des principes révolutionnaires83, les sauveteurs volontaires, incarnations brillantes d’un dépassement par le haut de cette dernière, sont abandonnés aux élans conjoncturels de la charité publique, avant que de devenir les otages du droit et de ses subterfuges.

Le citoyen secoureur abandonné

  • 84 Nadault de Buffon H., « Un Sauveteur mendiant. Donnez une Pension et un Asile aux vieux Sauveteurs (...)
  • 85 Cacheux É., Le Sauvetage en France et à l’Étranger, ce qu’il est, ce qu’il devrait être, Paris, Pa (...)
  • 86 Grandhantz-Loiseau, « La loi Farcy, pensions aux sauveteurs », Bulletin officiel de la société Nat (...)
  • 87 Cocheris J., Exposition universelle internationale de 1900. Congrès international de sauvetage et (...)
  • 88 Ibid., pp. 42-43, vœux 54, 55, 56, 58, 60. Les vœux (62 au total) sont proposés par les participan (...)

132La loi Farcy reflétait les revendications des citoyens secoureurs, et elle restera longtemps un symbole pour l’ensemble de la galaxie associative du sauvetage. « C’est ce que nous demandons depuis dix ans. C’est ce qu’ont demandé les Congrès de Sauvetage de Bruxelles, de Marseille, de Paris, de Florence », relevait peu après le dépôt de la proposition le fondateur des Hospitaliers-Sauveteurs Bretons84. En dépit de l’échec, ouvrages, revues, congrès, continuent d’appeler au réexamen : l’ingénieur Émile Cacheux une quinzaine d’années après le rejet dans l’un des premiers ouvrages de référence sur les secours en cas d’accident85, le Bulletin Officiel de la Société Nationale de Sauvetage et des Sauveteurs au tournant du siècle86, ou même le Congrès international de sauvetage et des premiers secours tenu dans le cadre de l’Exposition Universelle de 1900, qui consacre sa septième section à « l’assistance aux sauveteurs87 ». Ce dernier retient d’ailleurs dans ses conclusions sept propositions concernant, selon des modalités diverses, la solidarité matérielle avec les secoureurs volontaires, simple reprise de la loi, formation d’une « mutuelle des sauveteurs » ou de « caisses de secours » dans les associations », adjonction d’une pension de deux cent cinquante francs à la Légion d’honneur accordée pour faits de dévouement88.

133Bienfaisance, prévoyance, assistance étatique ou gratification : les principes qu’avancent les militants associatifs vont être à l’origine d’une dizaine de propositions de loi en faveur des citoyens secoureurs durant les premières décennies du xxe siècle. Bien qu’aucune ne parvienne à la tribune parlementaire, ces propositions (voir le tableau en annexe) aident à prendre la mesure du rendez-vous manqué des années 1880, en même temps qu’elles révèlent la persistance, sur le long terme, de la relation problématique de la nation française à l’indemnisation des actes de dévouement.

134Comme les précédentes, ces initiatives parlementaires en faveur du dévouement courageux se saisissent en effet à la fois d’une figure civique et d’un enjeu de justice sociale. Et comme elles, elles s’efforcent de trouver la voie de leur mise en cohérence.

  • 89 Annexe n° 1622, 11 avril 1900. Rapport (favorable) de la commission d’initiative parlementaire : a (...)
  • 90 Annexe n° 5002, 28 mai 1931, proposition par M. Blacque-Belair.

135Trois de ces propositions se contentent de réactiver l’esprit du projet Farcy, et notamment l’homologie des courages civils et militaires sur laquelle il se fondait, par une reprise explicite en avril 190089, de manière implicite en avril 1930 et mai 1931. Au lendemain des inondations qui ravagent le Midi de la France en 1930, près d’un demi-siècle après le vote de 1882, on réaffirme ainsi que « le sacrifice de celui qui tombe pour sauver des vies humaines n’est pas moins beau ni moins méritoire que celui du soldat qui meurt sur le champ de bataille », et l’on envisage l’extension aux citoyens courageux et à leurs collatéraux des droits accordés par la loi du 31 mars 1919 aux victimes de la guerre90.

  • 91 Annexe n° 3195, 10 avril 1930, proposition par M. Pechin.

136Constatation d’importance pour le présent propos et la place du geste secourable dans l’imaginaire national : l’excellence civique du citoyen sauveteur ne pâlit pas à l’ombre géante des martyrs du premier conflit mondial. Citoyen exemplaire, le sauveteur volontaire demeure incontesté dans son mérite, quand bien même il transporte, par-delà les législatures et les générations de parlementaires, un sombre tableau. On le réaffirme en 1930 : certes, lors des grandes catastrophes collectives, les pouvoirs publics délivrent « quelques millions à titre de secours immédiats », « quelques œuvres privées prennent d’heureuses initiatives […], des journées nationales s’organisent, des villes adoptent des communes », mais le premier émoi passé, « la veuve et les orphelins généreusement secourus au début se retrouvent bien vite en face de la triste réalité ; c’est autour d’eux le vide et l’abandon91 ». La permanence des maux qui frappent le dévouement malheureux, reconnue, répétée sans relâche, échoue pourtant à s’imposer à l’agenda parlementaire, en dépit de l’effort que manifestent certaines propositions pour asseoir sur d’autres fondations l’objectif de solidarité projeté, les unes s’efforçant d’associer pensions ou indemnités aux récompenses honorifiques existantes, les autres s’appuyant sur de nouveaux acquis de la législation sociale.

  • 92 Jean-Baptiste, Marie, Georges Berry, né en 1855, député de la Seine de 1893 à 1915. Avocat, membre (...)
  • 93 Annexe n° 2541, 19 juin 1897 ; annexe n° 2130, 21 janvier 1901 (on suit surtout celle-ci).

137Élu du conseil municipal de Paris, président durant un temps du groupe des députés nationalistes de la capitale, Georges Berry 92 est le premier, en juin 1897 et janvier 1901 (de manière identique), à réengager le combat en faveur des secoureurs courageux sur la base d’une nouvelle stratégie de revendication symbolique. En s’attachant à la pointe extrême de la hiérarchie sauveteuse, c’est à dire les « sauveteurs ayant obtenu les quatre médailles ou la médaille d’or de 1re classe », dont il évalue le nombre à soixante environ, il propose l’attribution d’une pension annuelle modique de cent francs, transmissible aux descendants en cas de décès, soit une dépense de six mille francs pour la collectivité nationale, « c’est-à-dire bien peu de chose93 ». Le resserrement sur la plus incontestable des populations concernées tient du pis-aller, du stratagème, de l’espoir qu’une demi-mesure serait quand même, à tout prendre, « un grand encouragement pour tous ». La misère de la grandeur civique, au fil des initiatives des quelques parlementaires sensibilisés – la couleur politique étant moins déterminante que l’appartenance à une circonscription maritime ou la proximité aux associations –, semble prête à s’autoriser de tous les expédients.

  • 94 Ernest, Marie Lamy, né le 8 novembre 1867, député (1902-1924), puis sénateur (1924-1927) du Morbih (...)
  • 95 Le projet est annoncé lors de la discussion budgétaire du 24 novembre 1907.
  • 96 Ibid.
  • 97 Rapport, annexe n° 2082, 1er juillet 1912.
  • 98 Annexe n° 918, 5 avril 1911.

138En novembre 1907, c’est au tour du républicain modéré Ernest Lamy94, député du Morbihan, de tenter d’inscrire dans le projet annoncé par le gouvernement d’une « organisation nouvelle de la Légion d’honneur », qui ne verra jamais le jour95, une revendication visant à ouvrir aux secoureurs le bénéfice du traitement associé à la décoration pour les légionnaires militaires : « La plupart des sauveteurs appartiennent à une situation très modeste. Aussi rendrons-nous un double témoignage à leurs mérites, en leur accordant avec l’insigne de la Légion d’honneur, qui sera leur plus haute récompense, le traitement qui servira à soulager leur sort96 ». Bien qu’il renouvelle sa proposition en avril 1911, Ernest Lamy se range cinq ans plus tard, dans le rapport qu’il rédige lui-même, aux arguments de la Grande Chancellerie, estimant « qu’il valait mieux ne pas créer de précédent, en accordant un traitement aux croix données au titre civil97 ». Les éléments avancés au titre des principales associations de sauvetage maritime – mille trois cent vingt-trois navires et quinze mille huit cent vingt-sept personnes sauvés, cent sept stations de canots et cinq cents postes de porte-amarre, quatre-vingt-seize comités rassemblant huit cents membres, deux mille deux cents marins canotiers pour la Société Centrale, quatre mille sauvetages, douze postes sur le littoral et deux cent fluviaux pour les Hospitaliers Sauveteurs Bretons 98 –, une fois encore, ne suffisent pas à renverser le cours de l’indifférence parlementaire à l’égard des secoureurs courageux.

  • 99 Il s’agit là d’une loi purement de circonstances, votée sans la moindre discussion, et qui occupe (...)
  • 100 Annexe n° 3034, proposition déposée le 31 janvier 1910 par le député Maurice Binder.

139Étrange fatalité, il convient de le souligner, les « monnaies d’honneur » elles-mêmes sont marchandées sans pitié aux volontaires du dévouement : trente-six croix de chevalier depuis 1867 parmi plusieurs dizaines de milliers d’attributions civiles et militaires, que cachent mal les vingt croix exceptionnelles qu’attribue la loi du 2 avril 1901 dans l’émotion provoquée par le naufrage méditerranéen du paquebot La Russie et le sauvetage afférent99. En 1910 encore, lors des inondations sans précédent qui bouleversent le pays, c’est en vain que l’urgence est votée pour accorder quelques signes de reconnaissance symbolique supplémentaires à ceux qui « au péril de leurs jours et au plus fort du danger, n’ont pas hésité à se sacrifier corps et âme, n’ont escompté d’autre récompense que la haute et noble satisfaction vis-à-vis d’eux-mêmes de s’être conduits en bons et grands Français100 ».

  • 101 Henri, Jules Ghesquière, né en 1863, député du Nord de 1906 à 1918. Débute comme ouvrier fileur, a (...)
  • 102 Annexe n° 1800, 22 mars 1911.

140À la voie honorifique, à ses stratagèmes inutiles, à ses maigres expédients, les dernières propositions vont préférer les principes en cours d’affirmation de la législation sociale, pour tenter d’asseoir la solidarité collective à l’égard des sauveteurs malheureux. La proposition conduite le 22 mars 1911 par Henri Ghesquière101, membre du Parti Ouvrier Français, réunit ainsi soixante-treize parlementaires, dont les principales figures des diverses tendances du socialisme français, Albert Thomas, Jean Jaurès, Jules Guesde. Stigmatisant « les beaux discours sur le courage et le dévouement, les éloquentes homélies sur les belles actions », la tentative dénonce avec une énergie inédite tant les substituts honorifiques que « l’insuffisant appoint de la bienfaisance publique ou privée », auxquelles doivent se rendre les victimes du dévouement et leurs collatéraux102.

141Pour la première fois, outre la politisation du plaidoyer – « On avouera que l’imprévoyance sociale étendue si loin, poussée jusque-là, et qui tient par conséquent de l’indifférence et de l’inconséquence du régime capitaliste, est une flagrante injustice et une grande ingratitude de la société » –, c’est l’application de la loi du 9 avril 1898 sur les accidents du travail qui est proposée en faveur des sauveteurs ou de leurs parents directs en cas de décès.

  • 103 Voir les longs développements de Ewald F., L’État providence, Paris, Grasset, 1986, pp. 175 et ss (...)
  • 104 François, Amédée Chenal, né en 1852, député de la Seine de 1909 à 1914. Ouvrier menuisier devenu, (...)
  • 105 Annexe n° 1904, 23 mai 1912.

142Conséquence de la nouveauté de cette législation qui reformule les principes juridiques libéraux de l’indemnisation en cas d’accident103, la figure du volontaire courageux semble pouvoir bénéficier d’une prise en charge pour les risques encourus, au-delà même de l’excellence civique qu’elle manifeste. Le radical-socialiste Amédée Chenal 104 le réaffirme un an plus tard dans une proposition similaire : « Il est inadmissible que les réparations, incombant dans une société démocratique, en vertu de la solidarité humaine et du risque social, à la collectivité tout entière, soient laissées à la merci d’un élan de charité. Pour récompenser les actes d’héroïsme, une distinction a été créée : la médaille d’honneur pour actes de courage et de dévouement, dont sont très fiers, à juste titre, ceux de nos pompiers, de nos agents de la force publique, de nos sauveteurs organisés ou accidentels, qui l’obtiennent. Mais lorsque la misère est la conséquence de ces actes, une satisfaction morale, tant prisée qu’elle soit, ne saurait suffire : une aide pécuniaire s’impose105. »

143Comme dans le cadre de la législation du travail, Amédée Chenal pointe l’impératif solidaire et le soulagement matériel immédiat, à charge de l’État, souligne-t-il, de se retourner contre les responsables de l’accident, s’il est intentionnel ou résulte d’une faute lourde. À l’aube, puis au lendemain du premier conflit mondial, la génération des parlementaires parvenue à la vie publique sous la République emprunte une nouvelle fois en vain aux instruments d’assistance posés par les nouvelles lois sociales, pour tenter de fournir un soutien matériel aux secoureurs malheureux.

  • 106 Annexe n° 1448, 12 mars 1929, proposition par Léon Vincent ; annexe n° 683, 25 octobre 1932, propo (...)

144En mars 1929, puis à nouveau trois ans plus tard106, se réclamant tant des victimes de guerre que des martyrs ou mutilés du travail – la loi Durafour en faveur de ces derniers étant adoptée dans l’intervalle –, Léon Vincent résume l’anomalie que les citoyens courageux, au fil des avancées de l’État providence, paraissent tristement condamnés à devoir incarner : « Aucun sentiment humain ne peut être supérieur à l’acte d’abnégation que témoigne un sauveteur en se portant volontairement et spontanément au secours d’un de ses semblables en danger. Celui qui se lance résolument à la mer pour recueillir des naufragés dont la nationalité lui reste inconnue, se jette à l’eau, dans le brasier, à la tête d’un cheval emporté, de même que celui qui n’hésite pas à frôler la maladie et la contagion, dans les fonctions d’ambulancier ou d’infirmier, n’a-t-il pas droit, de la part de la société, à autant d’égards que le soldat victime du devoir commandé, que l’ouvrier exposé aux risques professionnels ? »

Les solutions du xxe siècle

  • 107 Roy-Loustaunau C., Du dommage éprouvé en prêtant assistance bénévole à autrui : méthodologie de la (...)

145Il est nécessaire de dépasser ici brièvement les bornes chronologiques de la présente étude. Car c’est à un épilogue assez lointain qu’il faut demander sinon la fin ultime, du moins l’atténuation des conséquences du dévouement malheureux, conséquences progressivement prises en charge au cours du xxe siècle, non sans difficultés, par l’intermédiaire de deux grands types de subterfuges juridiques : « Le droit positif contemporain a créé et étendu, quelquefois jusqu’à la limite de la fiction, des mécanismes propres à assurer l’indemnisation de l’assistant bénévole, en développant, d’une part devant les juridictions judiciaires, un lien contractuel entre le prestataire et le bénéficiaire de l’aide bénévole, et d’autre part un lien de collaboration au service public devant les juridictions administratives107. »

  • 108 Borgetto M., La notion de fraternité en droit public français. (Le passé, le présent et l’avenir d (...)

146Le premier type de solution relève de la jurisprudence de droit privé, et s’est développé à partir de 1892, en particulier dans les cas de chevaux emportés. Il implique pour les secoureurs de se retourner, afin d’obtenir réparation, contre la ou les personnes secourues. Au-delà même du problème de la solvabilité des bénéficiaires du sauvetage, solvabilité qu’a résolu progressivement la mise en place d’un système généralisé d’assurance des biens et des personnes en matière de responsabilité civile, cette solution a été durablement considérée par la doctrine juridique, jusqu’à nous, comme « quelque peu inélégante voire choquante108 ».

  • 109 Riou M., « L’acte de dévouement », Revue trimestrielle de droit civil, 1, avril-juin 1957, pp. 221 (...)

147La recherche de responsabilité devant les tribunaux civils a en effet pu aboutir à discriminer « l’acte de dévouement, sacrifice librement consenti, et la faute grossière d’imprudence de celui qui, n’écoutant que son courage, intervient dans une situation dangereuse sans aucune chance, ou crée un danger nouveau par une action maladroite ». Les exemples de jurisprudence négative, et donc de refus d’indemnisation, concernent notamment les cas : « […] de celui qui se jetterait à l’eau sans savoir nager pour secourir un baigneur en difficulté, de celui qui prétendrait éteindre l’incendie d’une voiture automobile avec un petit extincteur portatif, d’un passant qui tenterait seul d’arrêter un malfaiteur armé ou un fou dangereux menaçant des tiers, d’un vieillard infirme qui barrerait le passage à un animal en furie109 ». En d’autres termes, loin de l’excellence civique et du sacrifice librement consenti, le citoyen courageux reste comptable, tout au long du xxe siècle, au titre du droit civil, de l’opportunité de son dévouement.

  • 110 Ewald F., op. cit., « la limite libérale », pp. 56 et ss.
  • 111 On suit ici Aubry et Rau, Cours de droit civil français, Paris, Marchal et Billard, 1897 (5e éditi (...)
  • 112 Aubry et Rau, op. cit., note 1, pp. 2-3.
  • 113 C’est la loi du 25 octobre 1941, reprise par l’ordonnance du 25 juin 1945, qui a introduit dans le (...)

148Le raisonnement est caractéristique du droit libéral, et il éclaire plus largement l’histoire longue des tentatives de prise en charge légale des victimes du secours volontaire. En son principe en effet la doctrine juridique libérale, note François Ewald, « a dénié toute possibilité de sanction juridique à un devoir positif envers autrui110 », et si elle reconnaît dès le xixe siècle la catégorie « d’actes de dévouement » c’est pour identifier, comme le précisent en 1897 les civilistes Aubry et Rau, les actes qui appartiennent « exclusivement au domaine de la morale », et que la loi ne saurait commander, « parce que faite pour la généralité des hommes, elle doit les prendre avec leurs dispositions et leurs facultés ordinaires111 ». Le citoyen secoureur s’impose dans ce cadre comme une borne irradiante, qui démarque le « strict devoir », juridiquement sanctionnable mais non point admirable, du « plus que devoir », admirable mais ne pouvant être juridiquement sanctionné : « On ne considère pas comme digne d’un éloge spécial celui qui, sans danger pour ses jours et sans sacrifices personnels, sauve la vie à autrui et on blâmerait celui qui, dans des circonstances analogues, ne l’aurait pas fait. Au contraire, le fait de l’homme qui se dévoue pour sauver au péril de sa vie celle de son semblable, excite l’admiration, et nul ne songerait à blâmer l’abstention d’un tel acte112. » Pour le droit libéral strict, l’abstention du civisme ordinaire de la simple « main secourable » peut relever de la loi, même si ce n’est que dans le cadre du régime de l’État français en 1941, et pour d’autres motifs, que l’incrimination de non-assistance à personne en péril sera introduite en droit français113 ; mais le civisme admirable du courage actif échappe aux règles du droit.

149La solution plus tardive développée devant les juridictions administratives en faveur des victimes du secours courageux a retrouvé pour sa part la perspective de l’excellence civique. S’appuyant sur la conception républicaine d’une société liée par un principe de responsabilité aux individus qui la composent, elle induit que celle-ci se trouve engagée à l’égard de ceux qui assurent la conservation de ses membres, et remplissent de la sorte l’un des devoirs de la collectivité elle-même. C’est sur cette base que le droit public s’est efforcé, pour l’essentiel après la Seconde Guerre mondiale, de préciser les droits d’un individu assumant, de sa propre initiative et du fait des circonstances, un devoir de la collectivité nationale.

  • 114 Pour une présentation générale voir Rep. admin. Dalloz, « Responsabilité de la puissance publique  (...)
  • 115 A.J.D.A., 1978, p. 287.

150La théorie dite du « collaborateur occasionnel ou bénévole du service public » a ainsi permis d’aboutir à une forme de prise en charge collective des conséquences malheureuses du secours courageux114, l’affaire « Commune de Cogiat » ayant marqué en 1978 l’aboutissement de l’évolution jurisprudentielle en la matière : l’indemnisation par la commune de la veuve, ayant charge de cinq enfants, d’un secoureur décédé en portant secours à un enfant en train de se noyer, dans un site de baignade non-surveillé, alors que cet enfant était son cousin par alliance115. Loin d’une prise en charge inscrite dans la loi, cette « stratégie juridique », critiquée par la doctrine (notamment par la charge qu’elle peut faire peser sur les communes), signifie aujourd’hui encore de longues années d’attente pour les victimes du secours volontaire.

151L’examen de la loi votée à l’unanimité de la Chambre des députés en décembre 1882, poursuivie aux marges du présent travail par celle de son devenir et des difficultés persistantes dont s’accompagne en droit français la prise en charge du citoyen secoureur blessé ou décédé, n’appelle pas de conclusion simple. Deux confirmations s’imposent néanmoins au regard historique au terme de ce premier chapitre. La première concerne la portée et l’audience particulière du citoyen secoureur dans la conjoncture propre aux premières décennies de la Troisième République, alors que s’intensifie, jusque dans la polémique et l’affrontement, le débat sur les fondements socio-politiques de la cohésion démocratique. Les canards du milieu du xixe siècle, la presse quotidienne populaire et illustrée de la Troisième République, la mobilisation en faveur du dévouement malheureux, l’incendie le plus médiatique de l’époque ou la légende civique du berger jurassien, sont ainsi quelques illustrations des usages sociaux et politiques de la figure du citoyen secoureur à l’heure d’une société de masse qui prend alors son essor. La figure moralement exemplaire de l’être dévoué et courageux n’est pas celle d’un spécialiste des secours, et elle n’entretient qu’un rapport de circonstance avec les occurrences catastrophiques et accidentelles. Véritable dispositif politique incarné, le secoureur est le grand metteur en scène de l’équité citoyenne, l’opérateur tant fictionnel qu’iconographique d’une universalité civique en action. Sa récompense par la collectivité proclame l’égale dignité civique de chaque citoyen, l’égale prétention à la distinction méritoire, des plus modestes de condition – femmes, domestiques, mariniers ou marins – à ceux qui accomplissent leur devoir jusqu’à l’héroïsme – fonctionnaires de police, soldats, pompiers –, du premier citoyen de la République en grand ordonnateur des récompenses nationales au simple cocher-sauveteur, de l’enfant courageux au colosse marin surgit du « Panthéon du peuple ».

152La seconde confirmation, on aura l’occasion d’y revenir, est celle de l’appartenance prioritaire de la figure du secoureur courageux à l’univers de l’imaginaire civique, indépendamment des contours juridiques et légaux les plus concrets de la citoyenneté qu’établit la République à compter de la fin du xixe siècle. Bien que laissé à l’écart de la solidarité collective, le citoyen secoureur n’est pas contesté dans son mérite et l’excellence civique qu’il manifeste. Il se situe à ce titre dans un espace normatif certes plus informel que celui des règles de droit, mais dont l’importance n’en est pas pour autant négligeable dans la compréhension des caractéristiques propres à la citoyenneté nationale française.

Notes

1 Seguin J.-P., Nouvelles à sensation, canards du xixe siècle, Paris, Armand Colin, 1959, p. 32. Voir également Kalifa D., L’encre et le sang : récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995.

2 Le Petit Journal atteint un million d’exemplaires quotidiens en 1880 (850 000 en 1912), et diffuse à 80 % en province ; Le Petit Parisien (crée en 1876), 1 450 000 en 1914, et diffuse à 65 % en province ; Le Matin (1884), 650 000 exemplaires en 1912, et Le Journal (1892), 985 000 exemplaires en 1912, diffusent tous deux à 60 % en province. Les deux derniers se partagent « un public majoritairement urbain et correspondant à la fraction relativement cultivée des classes populaires ». THIESSE Anne-Marie, Le Roman du Quotidien (Lecteurs et Lectures Populaires à la Belle-Époque), Paris, Le Chemin Vert, 1984, p. 85.

3 Ibid., p. 86. À titre d’exemple, La Croix tire à 300 000 exemplaires en 1912, L’humanité à 85 000 en 1914, et Le Figaro (prônant peu à peu un républicanisme modéré et qui se fera l’écho d’un dreyfusisme militant) à 80 000 à la fin des années 1890.

4 Il devance de la sorte, de très loin, un magazine de facture plus soignée comme L’Illustration, « que l’on trouve rarement avant 1914 dans les milieux populaires » (ibid., p. 27).

5 Ibid., p. 26.

6 Seguin J.-P., « Les feuilles d’information non périodiques ou “canards” en France », Revue de synthèse, n° 7, juillet-septembre 1957, p. 405.

7 Sur cette matière et son traitement : Lever Maurice, Canards sanglants, naissance du fait divers, Paris, Fayard, 1993 ; Kalifa D., op. cit., 1995.

8 En 1850 encore, certains canards ruraux sont présentés par les vendeurs comme étant des « feuilles bénites », et « ayant des vertus de protection extraordinaires ». Ils peuvent être vendus accompagnés de médailles, de bagues, « d’étoles de Saint Hubert », de chapelets et d’images censés protéger de la rage. Sur ces peurs et superstitions vivaces, et leur exploitation tardive : Seguin J.-P., Nouvelles à sensation, op. cit., pp. 146-157 notamment.

9 Ce corpus se trouve dans le catalogue de l’exposition réalisée à la Bibliothèque Nationale : Seguin J.-P., Les canards illustrés du xixe, fascination du fait divers, Musée-galerie de la SEITA 9 novembre 1982-30 janvier 1983, 1982, 63 pages. Il comporte les pièces numérotées de 27 à 57 et reproduites des pages 24 à 37.

10 Tous ces exemples sont tirés du corpus cité, rassemblé par Jean-Pierre Seguin. Les chiffres entre parenthèses renvoient aux images du cahier d’illustrations, dont la lecture est conseillée en parallèle. Ce système de renvoi sera conservé tout au long du présent chapitre.

11 « Chétif et menacé, le canard chérit l’Ordre et le Pouvoir. Il est avec les révolutionnaires de 1830 et de février 1848, qui ont gagné, mais contre ceux de 1832, de juin 1848 et de décembre 1851, qui ont perdu. » (Seguin J.-P., op. cit, p. 11). Les canards portent toujours le nom de l’imprimeur, qui était responsable du dépôt et du contenu devant l’autorité administrative.

12 Il s’agit des planches reproduites par René Helot, collectionneur et précurseur dans l’étude du genre, à partir du ballot d’un colporteur découvert à Condé-sur-Noireau : Canards et canardiers en France et principalement en Normandie. Étude accompagnée de 14 réimpressions de grands bois populaires ayant servi à illustrer des canards, Paris, Librairie Historique Alph. Margraff, s.d. (1932). Ces deux illustrations sont reproduites dans le cahier (5, 6).

13 Thiesse A-M., op. cit., p. 108. On aura l’occasion d’évoquer au chapitre iv les liens entre la figure du sauveteur et les feuilletons populaires.

14 Voir par exemple Romi, Histoire des faits divers, Paris, Éditions du Port-Royal Del Duca/Laffont, 1962, p. 59.

15 Toujours au sein du corpus précédent : « Relation officielle – De l’Événement déplorable arrivé à Lyon, à un malheureux Ouvrier, père de famille, nommé Dufavel, qui a été enterré tout vivant dans un Puits […]– Moyens inconcevables employés pour le sauver – Conduite généreuse des soldats, Ouvriers, et Officiers de génie. » (1836) ; « Délivrance du malheureux Dufavel – Après avoir resté quatorze jours dans une position inouïe – Remerciemens et félicitations adressés aux Courageux officiers et soldat du génie, par les autorités de Lyon – Reconnaissance de cet infortuné et de sa femme envers ses libérateurs. » (1836).

16 Romi, op. cit., pp. 42 et ss.

17 Les développements suivants s’appuient sur le dépouillement exhaustif du Supplément du Petit Journal de 1885 à 1900. Le dépouillement du Supplément du Petit Parisien a également été réalisé de 1889 à 1900 et fournit des résultats similaires, qui ne sont pas, sauf exception, exploités ici.

18 Pour chaque année le nombre total de gravures et le pourcentage des représentations d’accidents et de sinistres se répartissent comme suit : 1892, 105 et 23 % ; 1893, 105 et 16,2 % ; 1894, 130 et 14,6 % ; 1895, 113 et 19,5 % ; 1896, 114 et 13 % ; 1897, 146 et 20 % ; 1898, 158 et 22 % ; 1899, 153 et 19 % ; 1900, 161 et 20 %.

19 Ces chiffres renvoient toujours au cahier d’illustrations.

20 Maël est le pseudonyme de Charles et Vincent Causse.

21 Sur cette fondation, voir la fin du chapitre ii.

22 C’est la seule mention que l’on ait rencontrée d’une telle initiative dans le cadre du Musée Social, dont on a pourtant examiné les fonds. Il semble, le commentaire mentionnant que c’est le comte de Chambrun qui a accordé cette rente, qu’il s’agisse d’une initiative philanthropique isolée, intéressante en ce qu’elle révèle un nouveau surgissement de la figure du sauveteur.

23 Voir le Rapport sur les prix de vertu de l’Académie française pour l’année 1897.

24 Chiffres de la brochure de 1926, dossier DX6 n°15, Archives de Paris. Ajoutons, sur la notoriété de l’association en tant qu’œuvre d’assistance, que la Revue philanthropique donne régulièrement le compte rendu de ses activités et des sommes distribuées (voir notamment tome i, 1897-98 p. 938 ; tome iii, mai-octobre 1898, p. 146).

25 Detaille J.-B.-E. (1848-1912), membre de l’Institut en 1892, commandeur de la Légion d’honneur en 1897, a été l’un des plus célèbres spécialistes de la peinture militaire. Le dictionnaire dirigé par E. Bénézit place parmi ses réalisations les plus réussies les décorations de l’Hôtel de ville de Paris et du Panthéon : Les vainqueurs, Le salut aux blessés, Les victimes du devoir. Bénézit E. (dir.), dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays, Paris, R. Roger et F. Chernoviz, 1913.

26 Le commentaire comprend, comme le précédent, un long poème sur l’œuvre, que « tout le monde connaît », et qui est présentée comme le fait de « ces âmes généreuses [qui] se sont avisées que la société devait quelque chose à ceux qui se dévouent pour elle ».

27 Société Nationale d’Encouragement au Bien (Séance Publique et Distribution Solennelle des Récompenses), 1894, pp. 13-14.

28 Toutes les citations sont tirées d’un article parut à l’occasion du premier anniversaire de cette médaille, Le Matin, 5 janvier 1906.

29 Winock M., « L’Incendie du Bazar de la Charité », L’histoire, n° 2, juin 1978, pp. 32-41. L’auteur a travaillé d’après deux cartons des archives de la préfecture de police de Paris (BA 1313 et 1314), qui rassemblent un grand nombre de coupures de presse concernant l’événement. C’est la même source que l’on a utilisée, mais en orientant l’analyse sur les articles concernant les sauveteurs. Voir également : Huret J., La Catastrophe du Bazar de la Charité (4 mai 1897), Paris, F. Juven, sd (1897).

30 Sur ce point voir notamment : Citi Pierre, Contre la Décadence (Histoire de l’Imagination Française dans le Roman. 1890-1914), PUF, 1987, pp. 314-315 ; Bernard J.-P. A., Les deux Paris (Les représentations de Paris dans la seconde moitié du xixe siècle), Seyssel, Champ Vallon, 2001, pp. 148-152.

31 Father, 13 mai, BA 1313.

32 Winock M., op. cit., p. 36.

33 Mortaise, 15 mai, BA 1313.

34 Le soir, 22 mai 1897.

35 Winock m., op. cit., p. 39.

36 Cité par Huret J., La catastrophe du Bazar de la Charité (4 mai 1897), Paris, F. Juven, sd (1897), pp. 149-150.

37 L’Autorité, 23 mai, Le Temps, même date. Les journaux anticléricaux et socialistes ne sont nullement dérangés par le déroulement du banquet, au cours duquel Henri Rochefort a fait lire une lettre soulignant que les sauveteurs « sont du peuple, et tout le monde ayant le droit d’être jugé par ses pairs, c’est au peuple qu’il appartient de les saluer et de les remercier, car ils n’ont pas seulement sauvé du feu nombre de victimes : ils ont sauvé l’honneur de la France et de l’humanité » (L’Intransigeant, 21 mai).

38 Lucien Millevoye (Grenoble 1850-Paris 1918) : Avocat au barreau de Lyon (1872-1875), puis magistrat et substitut, démissionnaire en 1880 suite aux décrets contre les congrégations, il écrit dans plus de soixante journaux de province, avant de devenir intime de Boulanger. Élu en 1889 dans la Somme, il siège à gauche avec le groupe républicain national boulangiste, doit démissionner en 1893, et prendra parti contre Zola au nom de la chose jugée et de l’armée. Élu dans le XVIe arrondissement de Paris en 1898, il demeure jusqu’en 1918 un interpellateur remarqué à la Chambre des députés.

39 Huret J., op. cit., p. 115.

40 Voir notamment L’Intransigeant avec « Le meurtrier Lépine » et « La défense de l’accusé », 5 et 6 mai.

41 Les citations suivantes sont extraites d’un petit opuscule s’ouvrant sur la liste intégrale des sauveteurs et commémorant la cérémonie : Ville de Paris, Les sauveteurs des victimes du Bazar de la Charité à l’Hôtel de ville (3 juin 1897), École Municipale Étienne, 1897, 26 pages.

42 Chanson trouvée dans le carton (BA 1314), et probablement vendue sur les lieux de la catastrophe, où se rendront beaucoup de curieux.

43 BA 1313.

44 Huret J., op. cit., p. 118.

45 Vallery-Radot R., La vie de Pasteur, Paris, Hachette, 1900, pp. 620-621.

46 Ibid.

47 Pasteur L., Correspondance générale 1885-1895, tome IV, Paris, Flammarion, 1951, pp. 44-45.

48 Extrait d’une quinzaine de feuillets manuscrits qui relatent l’aventure du jeune berger, en date 24 novembre 1899 (archives de l’Institut Pasteur, mp 18615).

49 Pasteur répondra personnellement en faisant un don au directeur de la Caisse des Victimes du Devoir. Pasteur L., Correspondance générale 1885-1895, tome IV, op. cit., p. 47.

50 Il a reçu en 1884 une couronne civique, au cours d’une séance qu’il a présidé. Il est bien entendu sollicité pour l’assemblée annuelle du 16 mai 1886 mais, un autographe conservé dans les archives de la société l’atteste, il décline assez sèchement (ce qui explique sans doute que Jupille ne soit pas récompensé par la SNEAB).

51 Membre fondateur de la Ligue des Patriotes, Edmond Turquet a convié son premier président (Anatole de la Forge a démissionné en mars 1885 devant l’évolution antiparlementaire de Déroulède), et l’aréopage n’est pas sans être symbolique de la grande organisation patriotique créée quatre ans plus tôt, où commence seulement à s’affirmer le courant qui entraînera son basculement en faveur du parti national et anti-républicain. Sur la Ligue des Patriotes, cette évolution politique et le parcours d’Edmond Turquet, voir le chapitre iv. Zeev Sternhell considère que c’est au début de 1886 que Déroulède s’engage dans la voie du nationalisme anti-libéral qu’il ne quittera plus désormais (La Droite Révolutionnaire, Les Origines Françaises du Fascisme 1885-1914, Paris, Points-Seuil, 1978, p. 91).

52 Le sauveteur, mai-juin 1886, p. 3.

53 Ibid. Le même journal, sans peur de la contradiction, ou suivant le mouvement de l’opinion, avait produit dans ses numéros de janvier et février 1886 deux articles d’un certain Louis Mond, « docteur es-sciences occultes et savant écrivain », membre de la société de sauvetage de la Corrèze, et qui pense « faire son devoir » en luttant contre « les inoculations » et « la perte de l’humanité » dont lui semblent porteurs les travaux de Pasteur.

54 Dans le domaine scientifique comme ailleurs, Bruno Latour l’a bien montré, la reconnaissance des résultats innovants réclame la mise en œuvre de véritables « stratégies de conviction », stratégies dont dépend tant la réception de la véracité des travaux effectués que la possibilité de recherches futures. Latour B., Les microbes. (Guerre et paix, suivi de Irréductions), Paris, A.M. Métaillé, 1984. L’auteur souligne le « génie » de Pasteur de ce point de vue, puisqu’il parvint en une vie à réunir les moyens matériels et financiers pour parcourir les domaines de recherches les plus nouveaux et variés.

55 Lettre au professeur Grancher, 18 octobre 1887 (Correspondance, op. cit., p. 221) : « L’affaire du groupe de Jupille est arrangée. J’ai vu le sculpteur qui m’a demandé une photographie de Jupille pour donner à la figure en marbre un peu de la ressemblance du jeune Jurassien. » Le sculpteur est Émile Louis Truffot (1843-1895), de l’école française, élève de Duret, qui débute au Salon en 1843.

56 L’un des petits-fils du berger-sauveteur la possède encore. Il s’agit du groupe en plâtre qui est remarqué au Salon de 1888 (Le Gaulois, 14 novembre 1888). Le dossier des archives de l’Institut Pasteur fait mention d’un propriétaire (anglais) d’une autre reproduction en bronze, offerte en premier prix d’un concours de tir à son grand-père.

57 Richard Capitaine, Le courage civique chez les enfants de France, Paris, Combet et Cie, 1901, p. 144. Jupille entre à l’Institut vers 1890, à 21 ans, et y demeurera jusqu’à sa mort en 1923. Son frère, et deux de ses quatre enfants, travailleront également à l’Institut. Pasteur avait envisagé son avenir dès novembre 1885, prescrivant au maire de Villers-Farlay une utilisation utile du prix de vertu et des autres gratifications reçues par le jeune berger : « Je dois vous confier que Jupille serait très désireux d’avoir un petit emploi quelconque à Paris. Mais il sait à peine lire et écrire. Dans ces conditions je ne saurais où le placer convenablement. Je lui ai dit que je vous écrirais à ce sujet et que je vous demanderais de lui faire donner, deux fois par jour, des leçons de lecture, d’écriture et de calcul par l’instituteur de la commune ou par telle personne que vous désigneriez. Son petit avoir, à défaut d’autres ressources, trouverait là, pour une part, un très utile emploi. Voyez, Monsieur le Maire, ce que vous pourrez faire de ce côté. En ce qui me concerne, après qu’il aurait acquis quelque instruction, je me chargerais de lui procurer ici un gagne-pain dans quelque grande administration, où il trouverait, avec l’âge, une bonne conduite, du zèle au travail, des conditions d’avancement. Recevez… » (12 novembre 1885, Correspondance, op. cit., p. 48). En janvier suivant (1886), à Jupille lui-même : « Tu sais que Joseph Meister, le premier vacciné, m’écrit souvent. Or, je trouve, quoiqu’il n’ait que dix ans, qu’il fait des progrès bien plus rapides que toi. Applique donc toi le plus que tu pourras. Perds peu de temps avec les camarades et suis en toutes choses les avis de tes maîtres et les conseils de ton père et de ta mère. » En février de la même année : « Je suis très satisfait de constater que ton écriture a beaucoup gagné. Elle est maintenant plus correcte que par le passé. Fais-en mes compliments à ton maître. Mais tu as toujours des progrès à faire du côté de l’orthographe. Je pense que tu fais également des progrès pour le calcul. Travaille toujours avec beaucoup d’attention et que ta conduite ne laisse rien à désirer. » En janvier 1889, au Maire : « J’ai toujours sur ma table la lettre que vous m’avez écrite au sujet de Jupille. Je vous assure que j’ai souvent pensé à lui et à sa famille avec l’intention de pouvoir lui donner un petit emploi à l’Institut Pasteur. Mais je redoute toujours son ignorance. Vous savez combien j’ai insisté pour qu’il prît des leçons auprès de l’instituteur. Or j’ai ouï dire qu’il avait tout de suite tout abandonné en fait d’instruction. N’est-ce pas la vérité ? Dès lors que faire ? la moindre surveillance ici et le moindre travail exigeant ces notions premières. » (Ibid., p. 58, p. 60, p. 276.)

58 Le principe affiché par ce texte, suite à une pétition des pompiers lillois et à une proposition législative déposée par un député du Nord, connaît une mise en œuvre progressive jusqu’au tournant du siècle. Si certaines communes mettent en place des caisses spécifiques (ouvrant droit également à pension de retraite), ou souscrivent une assurance auprès de compagnies privées, un grand nombre se contente d’intervenir en cas de besoin sur leur budget courant, tandis que se développent en parallèle des sociétés de secours mutuels, spécifiques ou non aux sapeurs-pompiers. En 1898, une taxe annuelle sur les contrats d’assurance incendie vient fournir des ressources supplémentaires pour cet objet, attribuées aux communes, tandis que l’État prend à sa charge les incapacités permanentes de travail (et le cas échéant veuve et orphelins) pour les accidents de service, puis en 1907 pour les incapacités permanentes mais partielles. Une caisse générale de retraite et une caisse nationale de secours gérées par la fédération nationale voient le jour vers la même date. Lussier H., Les sapeurs-pompiers au xixe siècle, Paris, A.R.F. Éditions l’Harmattan, 1987, pp. 60-66. On relèvera que le cas des sapeurs-pompiers n’est jamais évoqué que pour exemple de secours courageux, et jamais explicitement, dans les textes et discussions qui suivront, lesquelles concernent précisément les secours volontaires en dehors du cadre des compagnies communales.

59 Sur l’action des associations d’émulation morale en faveur des secoureurs blessés voir la fin du chapitre ii. Maître quasi-monopolistique de l’acier américain au début du xxe siècle, Andrew Carnegie, le site Internet de sa fondation l’explique abondamment aujourd’hui encore, découvre les infortunes et les drames du dévouement courageux au travers de l’accident qui frappe l’une de ses mines. Il veillera semble-t-il toujours personnellement, au sein de la gigantesque entreprise de redistribution altruiste à laquelle il abandonne sa fortune, au bon fonctionnement de ces modestes fondations tout entières dédiées au citoyen secoureur.

60 Hugo V., Choses vues (Souvenirs, journaux, cahiers 1830-1885), Paris, Quarto Gallimard, 2002, p. 1374.

61 « Proposition de loi tendant à assurer des récompenses aux veuves des citoyens qui meurent en se dévouant pour la cause publique », annexe n° 3403, débats et documents parlementaires 1881 ; « Proposition de loi tendant à assurer des pensions aux veuves des citoyens qui meurent en se dévouant pour la cause publique et aux citoyens ayant contracté des blessures graves dans les mêmes circonstances », annexe n° 106, débats et documents parlementaires 1881 (nouvelle législature).

62 Loi du 28 mars 1882. Voir notamment : Mayeur J.-M., La vie politique sous la Troisième République (1870-1940), Paris, Point Seuil, 1984, p. 72.

63 Eugène-Jérôme Farcy, né en 1830, est député du XVe arrondissement de 1871 à 1893. Lieutenant de vaisseau de profession, démissionnaire en 1875 après l’interdiction pour les officiers en activité de service de siéger à la Chambre, il se fait remarquer dès la fin du Second Empire par l’invention de la « canon-nière-Farcy ». Construit à quelques exemplaires sur ordre de Napoléon III, contre l’avis du ministère de la Marine, ce navire de petite taille, de faible tirant d’eau, prévu notamment pour les opérations fluviales, ne sera jamais adopté officiellement par le ministère, même si deux exemplaires seront employés au Tonkin. Grâce à l’activisme de son inventeur, qui s’appuie sur la presse, un exemplaire, déposé à Saint-Denis et devant être livré au Danemark, navigue sur la Seine au cours du siège de Paris. En octobre 1886 une autre opération spectaculaire est montée pour réaliser l’aller-retour Paris-Orléans en saison de mortes-eaux. On trouve, dans le volumineux dossier le concernant aux Archives de la Préfecture de police (Ba 10068) une Biographie de M. Eugène Farcy, député sortant, extraite du Panthéon du mérite (4 pages, vers 1885), qui précise que « M. Farcy fait partie de plusieurs sociétés d’encouragement au bien ». Les rapports des informateurs de la préfecture de police soulignent les contradictions de ses prises de positions, visiblement orientées vers l’électorat populaire de son arrondissement.

64 « Proposition de loi ayant pour objet de confier à l’État l’éducation des enfants mineurs des marins du bateau de sauvetage qui ont péri à Honfleur le 25 mars 1882 », annexe n° 705, débats et documents parlementaires 1882.

65 « Proposition de loi tenant à assurer une pension annuelle et viagère à la veuve de tout citoyen mort en cherchant à sauver son semblable, et à faire élever ses enfants mineurs aux frais de l’État », annexe n° 733, ibid. Le « grand ministère » de Gambetta dure du 10 novembre 1881 au 26 janvier 1882. Félix Faure trouve là, à quarante ans, son premier poste ministériel. Sur ce point, cette génération de républicains et le contexte de la période : Mayeur J.-M., op. cit., pp. 72-73.

66 Chronologie du travail parlementaire : 10 mars 1881, premier dépôt de la proposition Farcy ; 21 août et 4 septembre 1881, élections législatives ; 19 novembre 1881, nouveau dépôt ; 28 mars 1882, dépôt de la proposition Mangon ; 31 mars 1882, dépôt de la proposition Faure ; 8 mai 1882, première séance de la commission Faure-Mangon ; 22 juin 1882, rapport de la commission Farcy ; 27 juin 1882, dernière séance de la commission Faure-Mangon, qui ne présente pas le rapport rédigé par Faure, et décide de n’intervenir que par amendement sur le rapport précédent ; 4 juillet 1882, première discussion de la proposition Farcy ; 12juillet 1882, rapport supplémentaire de la commission Farcy ; 29 décembre 1882, deuxième discussion et adoption à l’unanimité ; 15 janvier 1883, transmission au Sénat ; 2 février 1883, première séance de la commission du Sénat ; 25 juin 1885, remise du rapport de la commission, concluant au rejet ; 10 juillet 1885, première et unique délibération du Sénat qui suit l’avis de sa commission.

67 Rapport parlementaire de la commission Farcy, annexe n° 1010, débats et documents parlementaires 1882. Le rapport supplémentaire, très bref, ne concerne que des aspects techniques et budgétaires (annexe n° 1158, ibid.).

68 Ibid.

69 Débats parlementaires, 5 juillet 1882, présentation de la proposition et première intervention de Farcy. L’argument est présent dans le rapport : « L’homme à l’état sauvage est égoïste par instinct, il ne pense qu’à assurer sa conservation même au prix de la vie des autres. Dans notre société civilisée, au contraire, les hommes améliorés par les bienfaits de l’éducation sont habitués à s’entraider et à se secourir. C’était un des principes de nos grands devanciers, et cette vertu a été poussée si loin que nous avons pris l’habitude de nous faire les champions des autres et de nous exposer volontairement pour la défense des nations opprimées. En agissant ainsi, nous avons prodigué notre or et notre sang, mais nous avons du moins recueilli l’honneur, large compensation dans un pays où les sentiments généreux sont considérés comme la première noblesse. »

70 Claude-Marie Agapite Versigny, né en 1818, député de la Haute-Saône de 1876 à 1889. Avocat, il combattit vivement le gouvernement impérial. Nommé sous-préfet en 1870, réélu en 1877 contre le candidat officiel, il fut membre de la Gauche républicaine, favorable à la politique opportuniste, et vota constamment avec la majorité de la Chambre pour les cabinets républicains. Dominique Émile Cazeaux, né en 1835, député des Hautes-Pyrénées de 1876 à 1889. Magistrat sous l’Empire, révoqué en 1870, candidat officiel en 1877, il fut un membre influent du groupe de l’Appel au peuple, un orateur remarqué qui défendit le bonapartisme à la tribune, et vota régulièrement contre la majorité républicaine.

71 AN, C. 3386 dossier n° 1869, pour la commission Faure ; AN, C. 3386 dossier n° 1870, pour la commission Farcy. On ne rappellera pas ces références dans les développements ci-dessous, qui s’appuient sur ces deux procès-verbaux (celui de la commission Farcy étant du reste très succinct). Aucun autre document n’a été conservé sous la cote de ces archives de commission.

72 « Les commissions sont à cette époque des commissions spéciales, ad hoc, désignées par les ‘bureaux’. Ce terme désigne non le bureau de l’Assemblée, mais une section de la Chambre tirée au sort. L’ensemble des bureaux (onze au total) comprend la totalité des députés. Chaque bureau délègue plusieurs de ses membres dans les commissions. » Mayeur J.-M., op. cit., pp. 106-107. Les deux commissions ici considérées ne comprennent chacune que onze membres, soit un par bureau.

73 L’idée se propage à partir de 1875. Tous les prétendants, victimes directes ou collatéraux, sont éliminés par les commissions locales mises en place en cas de « mauvaise moralité » (condamnations pénales, adultère, concubinage…), ainsi qu’en cas de « républicanisme » jugé insuffisant (près de 30 % des rejets). Dorandeu R., Faire de la politique : contribution à l’étude des processus de politisation. L’exemple de l’Hérault de 1848 à 1914, Thèse de science politique, Université de Montpellier, 1992, pp. 173 et ss.

74 Archives du Sénat, procès-verbal de la « Commission chargée de l’examen de la proposition de loi, adoptée par la Chambre des Députés, tendant à accorder des pensions aux veuves des citoyens qui meurent en se dévouant pour la cause publique ou pour leurs semblables et aux citoyens ayant contracté des blessures graves dans les mêmes circonstances », nommée le 1er février 1883, séance du 29 mai 1883.

75 Ce chiffre est obtenu après un certain nombre de calculs et d’approximations à partir des secours déjà alloués évoqués plus haut. Il ne sera pas contesté en lui-même et sera repris par le Sénat.

76 Sur la complexité du débat à ce propos, qui traduit au bout du compte « plus que la victoire d’un modèle », une « solution de compromis », voir : Dumons B. et Pollet G., L’État et les retraites. Genèse d’une politique, Paris, Belin, 1994. Par ces auteurs de manière plus cursive : « La Solidarité », Dictionnaire critique de la république, Paris, Flammarion, 2002, pp. 256-261.

77 Le vocabulaire et les idées sociales de l’époque associent aux termes de « pension » – « Somme annuelle que paye un État, un souverain, un particulier à quelqu’un comme récompense ou libéralité » (dictionnaire Littré) – et de « retraite » – « Emploi tranquille, ou pension, ou récompense qu’on accorde à quelqu’un qui se retire d’un service : il se dit surtout en parlant des militaires et des employés d’administration » (ibid.) – une double conception de récompense de services rendus et d’assistance à l’invalidité, l’une et l’autre ayant joué un rôle essentiel dans l’institutionnalisation de la pratique. Les débats de la loi de 1853 sur les pensions civiles des employés de l’État avaient souligné que « l’État doit récompenser les services rendus au corps social quand leur importance et leur durée méritent ce témoignage de reconnaissance » (Vuitry, commissaire du gouvernement, « Projet de loi sur les pensions civiles », Moniteur universel, 12 mai 1853, ici pp. 534 et 535). Sur ce point et sur la concurrence des paradigmes « bienfaisance » et « assistance », voir plus particulièrement les travaux de Didier Renard : « Une vieillesse républicaine ? L’État et la protection sociale de la vieillesse, de l’assistance aux assurances sociales (1880-1914) », Sociétés contemporaines, n° 10, 1992, pp. 9-22 ; « Assistance publique et bienfaisance privée, 1885-1914 », Politiques et management public, vol. v, n° 2, juin 1987, pp. 107-128.

78 Archives du Sénat, procès-verbal de la commission, op. cit., séance du 13 juin 1883.

79 Marquis Louis Raymond de Montaignac de Chauvance, né en 1811, député de l’Allier de 1871 à 1875, élu sénateur inamovible (74e sur 75) en 1875, ministre de la Marine de mai 1874 à mars 1876, se place à la droite du Sénat et combat la politique des ministères républicains. Les autres membres de la commission appartiennent tous à la gauche, ou au centre gauche du Sénat.

80 Jean Jules Clamageran, né en 1827, juriste et économiste, auteur d’ouvrages administratifs et de philosophie religieuse, opposant condamné sous l’Empire, protestant actif, élu au conseil municipal de Paris en 1876 et 1878, nommé au Conseil d’État, section des finances, en 1879, élu sénateur inamovible en 1882, siégeant à gauche. Choisi comme ministre des Finances par le cabinet Brisson en avril 1885, il démissionne très rapidement par suite de désaccord avec le reste du cabinet.

81 Charles Cherpin, né en 1813, député républicain de la Loire de 1871 à 1879, inscrit à la Gauche Modérée, s’associant aux votes de la majorité républicaine après 1877. Siège au Sénat à partir de janvier 1879, où il ne s’inscrit à aucun groupe et vote le plus souvent avec le centre gauche.

82 Dumons B. et Pollet G., « La Solidarité », Dictionnaire critique de la république, op. cit.

83 À la veille de la Première Guerre mondiale, les lois établies sur ce principe concernent l’Assistance médicale gratuite (1893), l’Assistance aux vieillards, aux infirmes et aux incurables (1905), l’Assistance aux femmes en couche et l’Assistance aux familles nombreuses (1913), soit, comme le note Didier Renard, « les principaux domaines qui seront plus tard ceux de la Sécurité sociale » (Genèses, n° 18, op. cit.).

84 Nadault de Buffon H., « Un Sauveteur mendiant. Donnez une Pension et un Asile aux vieux Sauveteurs », Les Annales du Bien, vol. v, 1882, pp. 11-13.

85 Cacheux É., Le Sauvetage en France et à l’Étranger, ce qu’il est, ce qu’il devrait être, Paris, Paul Baudry, 1896, p. 226.

86 Grandhantz-Loiseau, « La loi Farcy, pensions aux sauveteurs », Bulletin officiel de la société Nationale de Sauvetage et des Sauveteurs, 1, janvier-févier 1900, pp. 1-3.

87 Cocheris J., Exposition universelle internationale de 1900. Congrès international de sauvetage et des premiers secours (tenu à Paris du 16 au 23 juillet 1900). Procès-verbaux sommaires, Paris, Imprimerie Nationale, 1900, pp. 33-35.

88 Ibid., pp. 42-43, vœux 54, 55, 56, 58, 60. Les vœux (62 au total) sont proposés par les participants, puis discutés et adoptés dans la séance générale de clôture.

89 Annexe n° 1622, 11 avril 1900. Rapport (favorable) de la commission d’initiative parlementaire : annexe n°1729, 19 juin 1900.

90 Annexe n° 5002, 28 mai 1931, proposition par M. Blacque-Belair.

91 Annexe n° 3195, 10 avril 1930, proposition par M. Pechin.

92 Jean-Baptiste, Marie, Georges Berry, né en 1855, député de la Seine de 1893 à 1915. Avocat, membre du conseil municipal de Paris de 1884 à 1894, dans la minorité conservatrice, il écrit de nombreux ouvrages sur la question sociale. D’opinion monarchiste il se présente comme républicain rallié, et est antidreyfusard virulent (il subit même la censure à cette occasion). Sternhell Z. le décrit comme « nationaliste indépendant » (La Droite Révolutionnaire, op. cit., p. 143 et 263). Il devient progressiste sur la fin de sa vie et siège alors comme non-inscrit.

93 Annexe n° 2541, 19 juin 1897 ; annexe n° 2130, 21 janvier 1901 (on suit surtout celle-ci).

94 Ernest, Marie Lamy, né le 8 novembre 1867, député (1902-1924), puis sénateur (1924-1927) du Morbihan. Avocat, catholique modéré, défenseur de la langue bretonne, puis journaliste et fondateur de La Cloche d’alarme du Morbihan, journal progressiste (nouveau nom de « l’opportunisme » au tournant du siècle), d’inspiration libérale et républicaine. Georges Berry signera les propositions de loi ici envisagées.

95 Le projet est annoncé lors de la discussion budgétaire du 24 novembre 1907.

96 Ibid.

97 Rapport, annexe n° 2082, 1er juillet 1912.

98 Annexe n° 918, 5 avril 1911.

99 Il s’agit là d’une loi purement de circonstances, votée sans la moindre discussion, et qui occupe à peine deux colonnes des annales de la Chambre (séance du 19 mars 1901). C’est M. de Lanessan, ministre de la Marine, qui dépose le projet de loi et en demande la lecture immédiate.

100 Annexe n° 3034, proposition déposée le 31 janvier 1910 par le député Maurice Binder.

101 Henri, Jules Ghesquière, né en 1863, député du Nord de 1906 à 1918. Débute comme ouvrier fileur, avant d’être licencié du fait de ses actions syndicales, et devient marchand de journaux ambulant, militant ardemment pour le Parti Ouvrier Français de Jules Guesde. Adjoint au maire de Lille à partir de 1896, puis conseiller général de la même ville, il œuvrera toujours pour améliorer le sort des couches les plus défavorisées, et siégera à la commission des mines puis à celle des assurances et de la prévoyance sociale. Il meurt en 1918 des suites de sa captivité (activités contre l’occupant).

102 Annexe n° 1800, 22 mars 1911.

103 Voir les longs développements de Ewald F., L’État providence, Paris, Grasset, 1986, pp. 175 et ss notamment.

104 François, Amédée Chenal, né en 1852, député de la Seine de 1909 à 1914. Ouvrier menuisier devenu, grâce aux cours du soir, un important entrepreneur. Conseiller municipal (1888) puis maire de Maisons-Alfort (1896) et conseiller général (1900), il fut inscrit au groupe républicain radical-socialiste.

105 Annexe n° 1904, 23 mai 1912.

106 Annexe n° 1448, 12 mars 1929, proposition par Léon Vincent ; annexe n° 683, 25 octobre 1932, proposition par Léon Vincent, Paul Massimi, André Beauguitte, André Liautey.

107 Roy-Loustaunau C., Du dommage éprouvé en prêtant assistance bénévole à autrui : méthodologie de la réparation, Marseille, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 1980, p. 104.

108 Borgetto M., La notion de fraternité en droit public français. (Le passé, le présent et l’avenir de solidarité), Paris, LGDJ, 1993, notamment le paragraphe : « Des solutions jurisprudentielles justifiant une intervention législative », pp. 555 et ss.

109 Riou M., « L’acte de dévouement », Revue trimestrielle de droit civil, 1, avril-juin 1957, pp. 221-245.

110 Ewald F., op. cit., « la limite libérale », pp. 56 et ss.

111 On suit ici Aubry et Rau, Cours de droit civil français, Paris, Marchal et Billard, 1897 (5e édition), tome I. C’est sur la même distinction que s’appuie Veyrières P. (Du refus de secours [étude de droit pénal], thèse pour le doctorat, Paris, Arthur Rousseau, 1906, pp. 8-10), qui aborde dans une optique strictement libérale le thème connexe à la figure du sauveteur indiqué par son titre.

112 Aubry et Rau, op. cit., note 1, pp. 2-3.

113 C’est la loi du 25 octobre 1941, reprise par l’ordonnance du 25 juin 1945, qui a introduit dans le code pénal la sanction de la non-assistance à personne en péril, en la liant au principe de « délit par omission » ou « abstention fautive » : « Ce texte, inspiré par les armées d’occupation, visait directement l’omission de porter secours qui accompagnait un certain nombre d’autres abstentions dont l’incrimination fut jugée opportune et notamment la non-dénonciation des attentats préparés et perpétrés par la Résistance contre les troupes d’occupation. » Tortat R., L’obligation de porter secours et la responsabilité du médecin, Troyes, Éditions La Renaissance, 1967, p. 16 ; voir également le commentaire de H. Donnedieu de Vabres, Recueil critique Dalloz, 6e cahier, 1942, pp. 33-35. La perspective de la sanction des délits par omission, indépendamment même de l’absence de conséquences pour une victime non-secourue, sera défendue ensuite par le courant pénaliste dit de « la défense sociale », selon lequel, d’après un de ses principaux porte-parole : « Si le courage ne peut être imposé comme une obligation, la lâcheté indifférente ou hostile ne saurait être un droit » (ibid., cité p. 26 ; et plus largement Ancel M., La défense sociale, Paris, PUF, 1985).

114 Pour une présentation générale voir Rep. admin. Dalloz, « Responsabilité de la puissance publique », n° 283.

115 A.J.D.A., 1978, p. 287.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Terms of use: http://www.openedition.org/6540