Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La figure du sauveteur

 | 
Frédéric Caille

Introduction

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Veyne Paul, « Un archéologue sceptique », dans Eribon Didier dir., L’infréquentable Michel Foucaul (...)

1La valorisation, l’admiration, la récompense du comportement de l’individu secourable, dévoué et courageux, ne saurait être rapportée trop précipitamment à des catégories psychologiques invariables ou consubstantielles à la nature humaine. En la matière en effet, dans les dernières décennies et notamment sous l’influence des travaux de Michel Foucault, la recherche historique s’est largement convaincue de la nécessité de contextualiser la compréhension des réalités en apparence les plus « naturelles » ou anthropologiques : il n’y a pas, reconnaît-on désormais, de « sexualité » ou de « folie » « en soi », accessibles au regard historique « comme plante à l’état sauvage, avant toute culture1 ». L’hypothèse sera ici défendue qu’il n’y a pas non plus de « sauveteur » ou de secours courageux spécifiquement perçu et appréhendé indépendamment des dispositifs sociaux et mentaux qui, progressivement, repèrent, circonscrivent, mémorialisent et récompensent l’exposition d’une existence au danger et à sa propre perte en faveur de la survie d’une autre. Le secours périlleux existe sans aucun doute avant le citoyen secoureur, mais il n’est pas, pour ainsi dire, « le même », que celui qui se nomme comme tel et s’isole progressivement des autres actes de la vie matérielle et morale dans les sociétés européennes, à compter des dernières décennies de l’Ancien Régime.

  • 2 Le Trésor de la langue française : dictionnaire de la langue du xixe et du xxe siècle (tome xv, 19 (...)
  • 3 La langue anglaise adopte « salvage » pour « sauvetage », vers 1713 pour l’usage marin, vers 1878 (...)
  • 4 Soulaine P., « Le sauvetage », Revue politique et littéraire (Revue bleue), 1896, tome i, p. 455-4 (...)
  • 5 Foucault M., « Usages des plaisirs et techniques de soi », Dits et Écrits 1954-88, tome iv, Paris, (...)

2L’apparition d’une terminologie spécifique constitue un premier indice de l’évolution du mode de perception du secours des personnes dans le péril qui s’impose en France, et plus largement dans les principaux pays européens, en un peu plus d’un demi-siècle, de 1770 à 1830, et qui ne va cesser de se renforcer et de s’élargir jusqu’aux années 1880. Le terme de « sauveteur » n’apparaît que vers 1816, et est admis par l’Académie française en 1878. Celui de « sauvetage », guère antérieur, est repéré à partir de 1773, puis accepté comme néologisme par l’Académie en 1835, comme « action de sauver (un navire, son équipement, ses passagers ou son chargement) », contre « sauvement, salvage, salvatage2 ». La langue anglaise en tire à partir de 1889 un verbe, « to salvage », tandis que le français n’acceptera jamais de « sauveter » les choses ou les personnes que le citoyen courageux et dévoué s’efforce de « sauver3 ». L’« Union Française pour le Sauvetage de l’Enfance », créée par Jules Simon au début de la Troisième République, marque l’accomplissement du sens figuré du « sauvetage », qui peut désormais désigner le secours et l’assistance indépendamment de l’affrontement de tout péril physique, et bientôt même, comme dans la nouvelle Le sauvetage de Pierre Soulaine, ou le roman Double sauvetage de Jeanne Mairet, un réconfort purement affectif et psychologique4. Le « sauveteur » s’extrait de même, dès la première moitié du xixe siècle, de l’environnement de son signifiant initial, pour désigner le type générique du secoureur volontaire. Comme l’a noté Michel Foucault pour le terme « sexualité », qui s’impose à la même époque, l’apparition d’un nouveau mot « ne marque évidemment pas l’émergence soudaine de ce à quoi il se rapporte », quand bien même elle « signale autre chose qu’un remaniement de vocabulaire5 ». Les comportements de secours courageux existent bien entendu avant l’apparition d’une dénomination caractéristique. Mais l’élargissement des significations des termes « sauvetage » ou « sauveteur », dans un premier temps au-delà du seul cadre maritime et de l’accident de mer, puis au fil du xixe siècle en un sens directement métaphorique, reflète et soutient, la présente enquête s’efforcera de le montrer, une transformation en profondeur du statut moral et des interprétations en regard du lien civique des actes de secours volontaires.

3Dans ses formes organisées et collectives, le secours en cas d’accident peut s’assimiler à l’exercice d’une profession, même temporaire. C’est le cas dès les années 1780 pour les agents municipaux du corps des « secouristes » de la ville de Paris, les premiers à se nommer comme tels – l’appellation disparaissant ensuite une centaine d’années avant que le terme ne se popularise au début du xxe siècle. Durant l’essentiel du xixe siècle, les sapeurs-pompiers, les agents de police de la ville de Paris, les sauveteurs en mer, sont les principales figures professionnelles du secoureur. Ce n’est qu’à compter de la Troisième République que d’autres incarnations du spécialiste du secours voient le jour, notamment la figure de « l’infirmier », avec l’assistance aux blessés militaires (la première association du même nom créée en 1864 sera rejointe par deux autres en 1879 et 1881 pour constituer la Croix Rouge française), qui annonce l’accentuation médicale sur laquelle se fonderont le secouriste et le secourisme modernes.

  • 6 L’ordonnance de la Marine de 1681 mentionne que l’assistance aux personnes en danger est une oblig (...)

4Les figures de professionnels ou de spécialistes, aujourd’hui et pour des raisons de fait dominantes dans notre imaginaire civique du secours dans le péril – gendarmes ou CRS de montagne, surveillants de baignades, sapeurs-pompiers de Paris ou Marseille, agents de la Marine Nationale, membres de la Société Nationale de Sauvetage en Mer, médecins et personnel humanitaire, etc. – voilent probablement notre perception du caractère courant, spontané, de l’acte de secours aux personnes dans la France du xixe et du début du xxe siècle, notamment en cas de noyade, d’incendie, d’animaux furieux. En dehors même des grandes catastrophes – inondations, laves torrentielles, tempêtes maritimes, incendies ou accidents urbains d’ampleur –, ces périls sont encore familiers, et la quasi-totalité des secours y est assurée par des membres de la population. La noyade, le naufrage, l’incendie, l’écrasement par une charrette ou un animal, on le verra, représentent une mortalité accidentelle dont l’incidence démographique est significative, et dont le niveau est maintenu, à compter des années 1920, par les accidents de transport et d’automobile. L’absence de moyens d’alerte et de communication instantanés limitant le recours possible à un corps de secoureurs spécialisés, le sauveteur du xixe siècle est le plus souvent le témoin de hasard, le voisin, le passeur de bac ou le marinier sachant nager. Dans le cas du sauvetage maritime, l’assistance aux personnes entre navires est une obligation juridique internationale officiellement reconnue en 1910, et mentionnée dès le xviie siècle comme devoir moral par les règles de récupération des épaves6. Mais le sauvetage depuis le rivage ne s’organise, sur l’initiative d’associations philanthropiques, très timidement, que dans la première moitié du xixe siècle. La nécessité empirique et la relative banalité de l’acte de secours dans le péril, que nous dissimule notre organisation actuelle spécialisée et organisée, constituent le socle de sa signification générique et de sa valorisation collective plus large dans la France du xixe et d’une partie du xxe siècle. Celles-ci s’établissent au croisement de deux grands axes : le culte du courage individuel et de l’action d’éclat, traditionnel mais validé par la philosophie utilitaire dès les Lumières comme une qualité alors plus nécessaire encore qu’aujourd’hui à l’efficacité et à la délivrance de certains secours ; la valorisation du dévouement et de la grandeur morale et civique potentielle de chaque citoyen, même parmi les plus humbles.

  • 7 Voir notamment : Lussier H., Les sapeurs-pompiers au xixe siècle (associations volontaires en mili (...)
  • 8 Corbin A., « Le secret de l’individu », dans Aries P. et Duby G., Histoire de la vie privée, tome (...)
  • 9 Ibid., pp. 428-429.
  • 10 Foucault M., op. cit., p. 539.

5Les premières formes d’incitation officielle à l’entraide collective en faveur de son semblable dans le péril sont repérables à la fin du xviiie siècle, indépendamment de l’organisation contre les incendies, qui vise d’abord à la préservation des propriétés et s’installe dans certaines communautés dès le Moyen Âge7. À Paris, une prime est accordée pour le secours dans la Seine ou les canaux, et sur tout le territoire les préfectures, dès le Premier Empire, peuvent accorder une gratification pécuniaire pour tout acte de secours individuel, prime proportionnelle au courage manifesté et à l’état des malheureux. Mais à compter de leur création en 1820 – le choix d’une rémunération pécuniaire étant toujours laissé par l’administration aux secoureurs s’étant distingués –, les médailles honorifiques officielles pour « actes de courage et de dévouement » deviennent les récompenses les plus souvent demandées. Il est difficile de donner une explication simple du succès que rencontre l’attribution de ces distinctions et des autres formes de témoignages officiels – plus de vingt mille récompenses au total dans la décennie 1885-1895. Le volontarisme étatique y entre pour une part, mais également l’attitude spontanée des populations. Comme le relève Alain Corbin, « le sentiment de l’identité individuelle s’accentue et se diffuse lentement tout au long du xixe siècle8 », et la récompense du secours courageux puise une part de son prestige à cette dynamique souterraine, au sein d’un ensemble de « procédures qui tendent à renforcer le sentiment du moi » : le tableau d’honneur, les distributions de prix, le diplôme que l’on accroche au mur du salon ou de la salle commune, le prestige de la décoration, le ton des rubriques nécrologiques9. L’excellence civique du secoueur mêle l’histoire du sentiment de soi à celle des modalités de gouvernement méritocratique. Elle manifeste une évolution « dans la façon dont les individus sont amenés à prêter sens et valeur à leur conduite, à leurs devoirs10 », mais demeure construite au fil d’un processus social complexe, et qui ne manque pas, au vu des traces disponibles, d’être parfois contradictoire, d’emprunter les voies de l’intrigue ou de la vanité de soi, de réclamer l’œil du soupçon et de l’enquête. De manière croissante au fil du xixe siècle, le désir de grandeur et de reconnaissance de soi, sinon des plus modestes, du moins des couches intermédiaires en expansion rapide, nourrit la popularité de la célébration du secours courageux.

  • 11 Durkheim É., {Définition du fait moral}, Textes II : religion, morale, anomie, Paris, Éditions de (...)
  • 12 Tarde G., Introduction et pages choisies par ses fils (préface d’Henri Bergson), Paris, Louis-Mich (...)

6La principale originalité du secours courageux, et l’une des raisons de l’intérêt dont il a pu bénéficier, notamment dans la France du xixe siècle, en regard d’autres comportements altruistes, telles la charité ou la compassion, est probablement son caractère fondamentalement libre, volontaire, et à certains égards exceptionnel ou déraisonnable. Le secours courageux étonne, s’admire, émeut, se célèbre et se récompense. Mais il échappe aussi pour partie à l’entendement courant des actions humaines, sous l’angle du devoir comme de la simple raison utilitaire. Du côté de l’obligation, le droit libéral du xixe siècle s’arrête à un premier principe : la lâcheté ne saurait être un droit, mais le secours courageux individuel ne peut pour autant se sanctionner comme un devoir. La perspective prolonge en substance une logique de la morale classique, selon laquelle le courage physique, s’inscrivant dans l’action immédiate et le fait matériel, est une qualité que l’on ne peut que difficilement singer ou contrefaire, l’une des rares aussi que l’on ne puisse tout à fait commander, aux autres ou à soi-même. Le secours courageux est en somme un exemple de comportement qui tend toujours vers l’exception, et l’obligation de secours, par l’intermédiaire du délit de non-assistance, n’entre dans le droit français que sous le Régime de Vichy, et seulement dans le cas où elle ne s’accompagne d’aucun risque pour la personne du secoureur. Indépendamment de son succès potentiel pour la victime, le versant de l’opportunité profonde du secours dangereux ouvre lui-aussi à la discussion. Le sociologue Émile Durkheim, en ouverture de son opus fondateur De la division du travail social, y voit le type même de ces « actes qui sont l’objet de l’admiration et qui pourtant ne sont pas obligatoires », et qui de ce fait échappent au domaine de la morale sociale commune, laquelle « ne consiste pas dans l’acte conforme à la règle mais dans la règle elle-même », c’est-à-dire dans l’obligation : « Si nous les admirons ce n’est pas à cause de leurs conséquences dont l’utilité est souvent douteuse. Un père de famille expose sa vie pour sauver un inconnu ; qui oserait dire que ce fût utile ? Ce que nous aimons, c’est le libre déploiement de force morale, quelles qu’en soient d’ailleurs les suites effectives11. » L’acte de secours courageux est du domaine de l’art, le fruit de l’imagination s’emparant des valeurs ordinaires de la morale sociale, écrit Émile Durkheim, un acte au sens propre extra-ordinaire, posé comme un repère au bord de la morale sociale. S’il a quelque chose à voir avec des valeurs collectives, c’est du côté de l’imaginaire, par la sorte d’enthousiasme altruiste qu’il manifeste, et suscite en retour par l’exemple qu’il propose. « La beauté morale, n’est-ce pas la bonté rare, héroïque, qu’on sent propre à en susciter beaucoup d’autres, et qui se signale en exemple à tous ? », constate à la même époque pour sa part Gabriel de Tarde12. La dimension proprement sécuritaire de l’acte courageux ne retient pas l’attention des premiers sociologues de la fin du xixe siècle, mais son ancrage imaginaire et affectif leur apparaît comme une évidence.

  • 13 Bien que l’on trouve, on le verra, quelques exemples de femmes courageuses dans la presse populair (...)
  • 14 C’est l’un des fils particulièrement bien saisis dans : Febvre L., « Honneur et Patrie » (notes de (...)
  • 15 Pour la période du Second Empire encore, « c’est dans le risque, dans le fait d’armes personnel, b (...)

7Pour être principalement masculine13, la forme de « courage » auquel renvoie l’imaginaire du citoyen secoureur doit être dissociée de la bravoure spécifiquement militaire. Cette dernière, étroitement et au plus lointain associée à l’imaginaire occidental, est par excellence, à compter du moyen âge, la vertu de la caste guerrière dirigeante, et l’indifférence à la mort, au moins affichée, que le rituel du duel maintient également longtemps à sa manière, s’impose comme une forme de contrepartie du prestige qui prétend fonder la domination14. Durant une grande part du xixe siècle, et sans doute au-delà, les officiers français revendiquent encore l’excellence de l’indifférence au danger devant la troupe qu’ils dirigent15. Mais le rapprochement explicite du sauveteur et du guerrier dépasse rarement, dans les discours qui nous sont parvenus, le stade de la simple analogie ; l’expression de « soldat de la paix », qu’emploient certains dirigeants d’associations de sauveteurs aux alentours des années 1880, en est un exemple significatif mais isolé. Le soldat se présente en effet, par définition, comme une sorte d’anti-secoureur. Et même au sein de l’intensification sans précédent de la propagande militariste qui précède la Première Guerre mondiale, il demeure difficile d’associer la mort que l’on porte à celle que l’on repousse. La seule alternative envisageable, courante on le verra dans les exemples les plus médiatisés à compter du début du xixe siècle, est le militaire-sauveteur, notamment le cuirassier qui se jette à l’eau pour sauver un noyé, et qui, par définition là-aussi, cesse d’être guerrier pour devenir secoureur.

  • 16 Giono J., Refus d’obéissance, Paris, NRF Gallimard, 1937, pp. 14 et 16.

8Mais l’homologie du courage de la guerre et du courage du sauvetage n’est pas simplement partielle par nature, elle est également le plus souvent explicitement contestée. Du député Farcy, lorsqu’il défend en 1884 la nécessité d’une pension nationale en faveur des secoureurs blessés, en passant par nombre des discours annuels d’associations, l’imaginaire secoureur ne veut rien rendre de la supériorité morale de la guerre aux périls, en regard de celle contre ses semblables. L’imaginaire du secours courageux, comment pourrait-il en être autrement puisqu’il se fonde sur la conviction de la nécessité de la propagande du bien et du bon, se renforce souvent d’une forme d’humanisme utopique qui achève de le différencier clairement du militarisme, et à maints égards de tous les nationalismes qui y tendent. Qu’il vienne de droite ou de gauche, le discours civique de valorisation du citoyen secoureur doit d’abord être associé à une foi dans la vie et dans l’humanité, dont Jean Giono, notamment, a laissé une claire illustration en livrant en 1934 à la revue Europe un article pacifiste, inspirée de son expérience de la Première Guerre mondiale, sous le titre Je ne peux pas oublier : « J’aime la vie. Je n’aime que la vie ; c’est beaucoup, mais je comprends qu’on la sacrifie à une cause juste et belle. J’ai soigné des maladies contagieuses et mortelles sans jamais ménager mon don total. À la guerre j’ai peur, j’ai toujours peur, je fais dans ma culotte. Parce que c’est bête, parce que c’est inutile. » Il évoque ensuite ses camarades : « Ils avaient peur de la guerre comme moi. Ils étaient capables d’un énorme courage, sans histoire et sans gloire, ils pouvaient secourir des typhiques, des diphtériques, se jeter à l’eau pour sauver des enfants, entrer dans le feu, tuer des chiens enragés, arrêter des chevaux emballés et marcher pendant des kilomètres sous la nuit des grands plateaux au milieu de ces orages de fin du monde où la foudre jaillit de terre pour aller chercher un chien enragé. Ils avaient eu peur à la guerre, comme moi. Ils sentaient bien, par là même, au fond de leur chair, par cette partie de leur chair dans laquelle se gonflait l’ancienne histoire de l’homme que la peur qu’ils avaient de la guerre venait de son inhumanité16. » La guerre est inhumaine, alors que le sacrifice courageux est du côté de la vie. On passerait sans doute à côté de la compréhension de l’imaginaire du secours volontaire faute de bien percevoir le profond enracinement de cet optimisme humaniste, celui-là même que l’on vient réassurer au spectacle et à la célébration des véritables « héros de l’humanité », selon la locution courante dès la Monarchie de Juillet, et que reprendra la fondation américaine Carnegie au début du xxe siècle. L’existence du sauveteur, pour ainsi dire, rassure sur l’homme, et « l’émotion réconfortante », dont parle Ernest Lavisse devant la principale association française de sauvetage en mer à la fin du xixe siècle, est probablement l’une des clefs de la célébration du courage civil qui s’intensifie à compter des années 1780.

  • 17 Voir par exemple : Mémoires du sergent Bourgogne, Paris, Arléa, 1992 (rédaction 1815).
  • 18 Nous n’avons trouvé aucun témoignage pour la période s’étendant jusqu’en 1914, malgré l’intense va (...)
  • 19 Voir notamment : Perrot M., « Les vies ouvrières », Les lieux de mémoire, tome III, Paris, Quarto (...)
  • 20 « La putain ignore l’écriture de soi dont se délectent les auteurs de journaux ou les correspondan (...)
  • 21 Kalifa Dominique, L’encre et le sang. Récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard (...)

9Courage pacifique, courage rassurant sur la nature humaine, la bravoure civile des secoureurs est également, sans commune mesure avec son homologue militaire, une bravoure pudique et qui se tait. Là où les guerriers s’épanchent sur les exploits et les turpitudes de leurs affrontements, même parmi les modestes de la Révolution et du Premier Empire17, les secoureurs, sans véritable exception jusqu’à nos jours, demeurent obstinément muets18. Bien que la figure du citoyen secoureur, on aura l’occasion de le vérifier d’abondance, soit étroitement liée à la revendication d’une fierté populaire et à l’affirmation d’une identité glorieuse qui ne doive rien aux hasards du statut ou de la naissance, bien qu’elle fournisse précocement une inépuisable matière à l’opportunisme, d’abord commercial, d’un ensemble très diversifié de publications, elle échappe de fait à l’écriture autobiographique des « vies ouvrières » qui s’amorce en France avec le romantisme, au demeurant de manière beaucoup plus circonscrite qu’en Grande-Bretagne ou en Allemagne19. Plus encore que celle de l’ouvrier, la figure du sauveteur s’impose dans l’imaginaire national par l’intermédiaire des projections des couches lettrées, icône civique inlassablement célébrée et répétée, mais dont les plus grands exemples – même par une plume d’emprunt – restent privés d’un véritable droit à l’égotisme. Henry Houssaye, en 1902, est le premier académicien en charge du discours des prix de vertu à rencontrer le principal lauréat de l’année et à tenter, d’une phrase, de lui donner brièvement la parole dans son discours. Le citoyen secoureur du xixe siècle, comme la putain20, ou les criminels dont disparaissent les récits qui avaient marqué la littérature de colportage21, ignore l’écriture de soi. Il demeure lui aussi du côté de ces grands muets dont d’autres prétendent à relater la vérité et les mystères. Littérature pédagogique et édifiante, presse populaire de masse, prix d’émulation morale, inscriptions et insignes officiels, pétitions, enquêtes ou témoignages en faveur de récompenses, pratiques associatives : une autre clef de la compréhension du prestige moral du secours volontaire se situe dans la diversité, la redondance, le renvoi réciproque, l’entrecroisement constant des supports de sa valorisation.

  • 22 Ibid., tiré de la thèse originale et cité dans Delattre Simone, Les douze heures noires. La nuit à (...)

10Loin du témoignage ou du simple reflet du réel, c’est ainsi un discours « sur » le courage civil et les secoureurs, « un vaste intertexte anonyme et collectif, à la fois source et produit de l’imaginaire social22 » qui, comme pour le crime, éclaire la genèse et les usages des représentations et des types humains propres à la mémoire civique de la France moderne.

  • 23 La notion de « sanction positive »apparaît dans la théorie « premiale »du droit, qui se veut le pe (...)
  • 24 Sur les convergences des perspectives évoquées voir notamment la mise au point récente : Poirier P (...)

11Ce livre croise deux séries d’investigations : une enquête historique permettant d’établir la chronologie des principales causes et manifestations de l’audience sociale croissante des actes de dévouement courageux en faveur de son semblable en France, du début du xixe siècle à 1914 ; une sociologie politique des procédures collectives qui, en constituant des formes de « sanctions positives » du mérite moral ou civique, ont contribué à la création d’un imaginaire et d’un type social générique, le citoyen secoureur23. L’analyse du prestige social et moral du secours courageux s’appuiera donc principalement sur les outils et résultats de travaux d’histoire sociale et culturelle, d’histoire politique de l’État, de sociologie historique et de socio-histoire du politique24.

  • 25 Oliner S. P., Do unto Others. Extraordinary Acts of Ordinary People. (How Altruism inspires True A (...)
  • 26 Pour une approche anthropologique large de la notion de « héros » voir notamment : Centlivres P., (...)

12La démarche proposée peut ainsi se définir en creux. Elle ne fournit tout d’abord qu’incidemment une description des techniques et des modes d’organisation des secours aux victimes d’accidents dans la France du xixe siècle et du début du xxe siècle et, le cas échéant, notamment pour le secours maritime ou urbain, seulement dans la mesure où ces aspects permettent d’évaluer la nature des regroupements associatifs se réclamant du secours volontaire (voir surtout le chapitre iv). Cette démarche ne prétend pas non plus extraire de l’étude des formes de valorisation du dévouement courageux une leçon civique ou morale valant pour le présent. Elle se distingue à cet égard des généalogies militantes des pratiques de sauvetage, courantes au xixe siècle, mais également de travaux plus récents consacrés aux fondements psychosociologiques des actes d’altruisme et de courage héroïques, comme ceux du sociologue américain Samuel P. Oliner25. Cette démarche, enfin, ne constitue pas une enquête de nature anthropologique, ou mythographique, sur la figure du secoureur courageux26. Son propos décrit seulement le moment d’une rencontre, celui où s’intensifient les interprétations et les usages d’une catégorie, qui contient probablement sa part d’universel, mais dont l’importance s’accroît en relation avec une configuration socio-politique et historique précise. Une chose est que se manifestent, sans doute depuis l’aube de l’humanité, des actes de secours périlleux ; une autre qu’ils se positionnent comme des symboles importants d’un mode de vie sociale, et même comme des repères éthiques et moraux parmi les plus élevés et indiscutés.

13Le propos se présente au final en quatre étapes, à la fois relativement autonomes et ouvrant à une lecture croisée.

14La première étape, assez directement illustrative, est la plus proche d’une histoire culturelle proprement dite de la figure du citoyen secoureur au xixe siècle, plus particulièrement dans les décennies tardives qui voient le plein effet et la démultiplication de ses usages politiques, dans une société d’information et d’opinion de masse. Ne serait-ce que par l’essentiel de son matériau – la presse populaire et certains évènements symptomatiques de la résonance sociale du secours courageux –, cette première incursion dans l’imaginaire civique du secours volontaire restitue une part de l’imagerie la plus courante et la plus diffusée qui soutient la popularité du type social du citoyen secoureur à l’aube du xxe siècle, au sein des couches nombreuses de la population française. Ce premier regard, comme le souligne le débat juridique et législatif concernant la prise en charge des victimes du secours courageux, ouvre sur un imaginaire civique cohérent, mais également polymorphe, malléable, et dont la signification en terme de lien social et politique est loin d’être univoque.

15La seconde et la troisième étape du cheminement engagent des perspectives plus résolument généalogiques et interprétatives des fondements de l’enracinement de l’imaginaire civique du citoyen secoureur. Le citoyen secoureur tire en effet le fil d’une histoire sociale et culturelle des pratiques de reconnaissance et de célébration civiques qui le dépasse de beaucoup, et sans laquelle demeure impossible la compréhension de son émergence et de son audience sociales sur le long terme. Les discours et pratiques de la « morale en action », à prétentions tant mémorielles que pédagogiques, constituent dès la fin du xviiie siècle une assise à la fois doctrinale et institutionnelle qui se révélera déterminante dans la popularisation du type du citoyen secoureur au fil du siècle suivant. Ainsi l’étonnante popularité des « prix de vertu » attribués par l’Académie française, dès l’aube de la Révolution et surtout à compter du début des années 1820, appuyée sur une diffusion massive et étatique des lauréats, enracine-t-elle le culte des citoyens secoureur, d’autant qu’un mimétisme institutionnel spontané, qui culmine durant la Troisième République, reproduit le modèle dans un vaste réseau d’associations, de legs et de fondations, à vocation d’émulation morale et de récompense du dévouement interindividuel.

16Le second pilier de l’enracinement dans l’imaginaire collectif de la figure du citoyen secoureur est assurément sa reconnaissance officielle. Dès le Premier Empire, l’administration de l’Intérieur, puis de la Marine à compter de 1820, a pour mission de repérer et de certifier le dévouement courageux, avant d’en demander une juste récompense, le plus souvent de nature honorifique, au chef de l’État. Le dispositif, qui perdure et se précise sur le siècle, impose dès la Monarchie de Juillet la silhouette du « sauveteur médaillé » en double officiel du secoureur volontaire. Le secours courageux, autant par l’estime qu’il rencontre dans les populations que par volontarisme étatique, conquiert de fait le droit – maintenu inchangé jusqu’à nous – à l’un des premiers insignes honorifiques sans condition de statut ou de naissance de l’histoire des États modernes.

17Les usages identitaires et associatifs de la figure du citoyen secoureur complètent, dans une quatrième et dernière étape, le regard porté sur les pratiques de récompense. Le tableau des diverses formes de rassemblements organisés de citoyens secoureurs, du Second Empire à 1914, fait en effet contraster les impératifs propres aux secours publics en cas d’accident – qu’ils soient urbains, fluviaux ou maritimes –, les mobilisations mutualistes et militantes d’un civisme de conjuration des fractures politiques, et le développement tardif d’une véritable préparation à l’assistance avec les premiers « secouristes ». Les associations de secoureurs bénévoles se développent sous la double impulsion des nécessités sanitaires et des représentations sociales alors dominantes du secours courageux, et c’est à la croisée d’une histoire à la fois sociale et symbolique des relations de la collectivité aux risques et catastrophes qu’il convient d’en suivre la naissance. Elles permettent à ce titre d’achever le parcours nécessaire à la compréhension des fondements et des usages de l’imaginaire civique du citoyen secoureur dans la période moderne.

Notes

1 Veyne Paul, « Un archéologue sceptique », dans Eribon Didier dir., L’infréquentable Michel Foucault. Renouveaux de la pensée critique, Paris, EPEL, 2003, p. 22.

2 Le Trésor de la langue française : dictionnaire de la langue du xixe et du xxe siècle (tome xv, 1992) donne 1773 pour date d’apparition. Il y est renvoyé à J. Bourde de Villehuet, Manuel des marins, paru à cette date. La même date avait été retenue par les lexicographes de référence Bloch et Wartburg (voir les diverses éditions de leur dictionnaire étymologique). On relèvera que dès cette époque le terme n’est pas spécifiquement maritime et tend à désigner l’action de sauver une personne, quel que soit le lieu. À la même date paraît en effet le premier compte rendu du service de secours aux noyés et asphyxiés de la Ville de Paris, sous la direction de l’échevin Philippe-Nicolas Pia, lequel s’inspire des Annales de la société de sauvetage d’Amsterdam, traduites en français en 1768 (voir le chapitre iv). Sur l’usage maritime et les autres termes en concurrence voir l’ouvrage de référence, qui les met sur un pied d’égalité : Bonnefoux et Paris, Dictionnaire de la marine à voile, Paris, 1848 (réédition les Éditions de la Courtille 1975).

3 La langue anglaise adopte « salvage » pour « sauvetage », vers 1713 pour l’usage marin, vers 1878 pour les autres dangers. « To salvage » (1889) s’est imposé comme verbe spécifique, dans tous les sens du terme. Voir : The Oxford dictionary, seconde édition, 1989. « Sauveter » est accepté dans les dictionnaires d’É. Littré et de P. Larousse, mais ignoré au début du siècle par celui de MM. Hatzfeld, Darmester et Thomas.

4 Soulaine P., « Le sauvetage », Revue politique et littéraire (Revue bleue), 1896, tome i, p. 455-461 (simple histoire d’amour). De même le roman de Jeanne, Double sauvetage, 1898, qui porte sur le duel libérateur de deux jeunes gens.

5 Foucault M., « Usages des plaisirs et techniques de soi », Dits et Écrits 1954-88, tome iv, Paris, NRF Gallimard, 1994, p. 539, première parution, Le débat, n° 27, nov. 1983.

6 L’ordonnance de la Marine de 1681 mentionne que l’assistance aux personnes en danger est une obligation sans sanction, d’ordre moral, mais que porter atteinte à leur vie mérite la mort. La première convention internationale sur l’assistance en mer est signée à Bruxelles le 23 septembre 1910, et transposée en droit français le 29 avril 1916. Les règles de récupération des épaves attribuent très tôt une partie de la valeur du vaisseau abandonné ou sauvegardé aux sauveteurs. Voir notamment : Redon A., Du sauvetage et de l’assistance maritime, thèse de droit, Toulouse, imp. St Cyprien, 1903 ; Reuter N., La notion d’assistance en mer, Paris, Librairies Techniques, 1975.

7 Voir notamment : Lussier H., Les sapeurs-pompiers au xixe siècle (associations volontaires en milieu populaire), Paris, A.R.F. Éditions/L’Harmattan, 1987, p. 13-15.

8 Corbin A., « Le secret de l’individu », dans Aries P. et Duby G., Histoire de la vie privée, tome iv « De la Révolution à la Grande Guerre », Paris, Seuil, 1987, p. 419.

9 Ibid., pp. 428-429.

10 Foucault M., op. cit., p. 539.

11 Durkheim É., {Définition du fait moral}, Textes II : religion, morale, anomie, Paris, Éditions de Minuit, 1975, pp. 280-282. Cette partie de l’introduction à De la division du travail social a été supprimée en 1902, lors de la seconde édition, l’auteur justifiant la suppression par la reconnaissance mieux affirmée de sa méthode. Sa position sur ce point n’évoluera guère. Voir notamment : Durkheimé., » Détermination du fait moral » (communication à la Société Française de Philosophie en date du 11 février 1906), dans Sociologie et philosophie, Paris, PUF, 1963 (1re édition 1924), pp. 74-76.

12 Tarde G., Introduction et pages choisies par ses fils (préface d’Henri Bergson), Paris, Louis-Michaud, s.d., p. 196.

13 Bien que l’on trouve, on le verra, quelques exemples de femmes courageuses dans la presse populaire ou la littérature édifiante, le type social du citoyen secoureur reste très majoritairement une figure masculine. Cette caractéristique, au-delà de la proximité aux circonstances accidentelles (les rares femmes médaillées sont le plus souvent des lavandières travaillant au bord des fleuves), comme l’a bien montré le travail récent de Carol E. Harrisson, est commune à l’ensemble des formes d’engagements civiques et associatifs volontaires sur la période étudiée. “Even when women did establish their own associations, wrote their own statutes, and elected their own officers, their organizations found themselves excluded from recognition in the public sphere. […] Female sociability was domestic while male association was civic. Women could mimic the practises of citizenship, but their performance did not fool those men who were the natural occupants of the public sphere”. Harrisson C. E., The Bourgeois Citizen in Nineteenth-Century France : Gender, Sociability, and the Uses of Emulation, Oxford -New York, Oxford University Press, 1999, p. 223.

14 C’est l’un des fils particulièrement bien saisis dans : Febvre L., « Honneur et Patrie » (notes de cours du Collège de France 1945-47), Paris, Perrin, 1996.

15 Pour la période du Second Empire encore, « c’est dans le risque, dans le fait d’armes personnel, bien plus même que dans l’efficacité et la réussite, que l’officier cherche l’expression la plus haute de la gloire militaire ». Girardet R., La société militaire de 1815 à nos jours, Paris, Perrin, 1998 (1re édition 1953), p. 83.

16 Giono J., Refus d’obéissance, Paris, NRF Gallimard, 1937, pp. 14 et 16.

17 Voir par exemple : Mémoires du sergent Bourgogne, Paris, Arléa, 1992 (rédaction 1815).

18 Nous n’avons trouvé aucun témoignage pour la période s’étendant jusqu’en 1914, malgré l’intense valorisation des secoureurs. Pour la seconde moitié du xxe siècle, on peut signaler : Lubrina J.-J., L’enfer des pompiers, Paris, Syros, 1974, sur lequel Michel Foucault attirera l’attention (« Un pompier vend la mèche », Dits et Écrits, tome II, Paris, NRF Gallimard, 1994). Plus récemment : Claden Ch. (Commandant de l’Abeille Flandre), Au bout de la remorque (Entretiens à bord avec Hervé Hamon), Paris, Seuil, 2001.

19 Voir notamment : Perrot M., « Les vies ouvrières », Les lieux de mémoire, tome III, Paris, Quarto Gallimard, 1997, pp. 3937-3971.

20 « La putain ignore l’écriture de soi dont se délectent les auteurs de journaux ou les correspondances intimes ». Corbin A., Le temps, le désir et l’horreur. Essais sur le xixe siècle, Paris, Flammarion, 1991, p. 118.

21 Kalifa Dominique, L’encre et le sang. Récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995, p. 32.

22 Ibid., tiré de la thèse originale et cité dans Delattre Simone, Les douze heures noires. La nuit à Paris au xixe siècle, Paris, Albin Michel, 2000, p. 446. Voir également les pages précédentes de cet ouvrage sur cette problématique.

23 La notion de « sanction positive »apparaît dans la théorie « premiale »du droit, qui se veut le pendant de son versant « pénal », et cherche à organiser un système juste de récompenses capables de soutenir, et si possible d’alléger, celui des punitions. On verra que l’histoire de cette pensée, qui invente la notion dès le début du xviiie siècle, croise celle de la valorisation du secours courageux (chapitres ii et iii). C’est cependant l’ethnologue durkhémien Radcliffe-Brown, selon lequel les récompenses sont une caractéristique de la société moderne plutôt que des sociétés primitives (voir son article de l’Encyclopedia of social science de 1934) qui la banalise au xxe siècle, dans une perspective que résume ainsi Erving Goffman : « Une norme est une sorte de guide pour l’action soutenue par des sanctions sociales ; les sanctions négatives pénalisent l’infraction, les sanctions positives récompensent la conformité exemplaire. Leur signification n’est pas censée reposer dans une valeur intrinsèque et matérielle, mais dans ce qu’elles proclament quant au statut moral de l’acteur. Les sanctions sociales sont elles-mêmes des normes de normes, des techniques approuvées pour assurer la conformité ». Goffman E., La mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Éditions de Minuit, 1973, tome ii, Les relations en public, p. 101.

24 Sur les convergences des perspectives évoquées voir notamment la mise au point récente : Poirier Ph., Les enjeux de l’histoire culturelle, Paris, Points Seuil, 2004.

25 Oliner S. P., Do unto Others. Extraordinary Acts of Ordinary People. (How Altruism inspires True Acts of Courage), Boulder-Oxford, Westview Press, 2003. S’appuyant sur des méthodes qualitatives et quantitatives d’analyse sociologique, cet ouvrage revendique trois objectifs (p. xiii) : présenter et discuter de comportements héroïques dans différentes circonstances ; comprendre les facteurs de motivation les plus courants permettant d’expliquer pourquoi certaines personnes agissent de manière altruiste ; présenter enfin les implications de ces observations en terme d’éducation morale, dans la perspective de contribuer à faire advenir une société plus solidaire et d’y préparer les générations futures.

26 Pour une approche anthropologique large de la notion de « héros » voir notamment : Centlivres P., Fabre D., Zonabend E. dir., La fabrique des héros, Paris, 1999. Pour une discussion de cette approche en regard d’une démarche mythographique : Mascilli Migliorini L., Le mythe du héros. France et Italie après la chute de Napoléon, Paris, Nouveau Monde Éditions/Fondation Napoléon, 2002, pp. 7-16 notamment. Dans une perspective sociologique que rejoindra souvent notre propos voir également le classique : Goode W. J., The Celebration of Heroes. Prestige as a social Control system, Berkeley – Los Angeles – London, University of California Press, 1978.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540