Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Hongrie libérée

 | 
Julien Papp

Chapitre 5. État moral et matériel de la Hongrie au lendemain de la guerre

Texte intégral

1Né de la défaite militaire, le régime de la coalition est conditionné vis-à-vis des vainqueurs par sa solvabilité et lié intimement dans sa genèse aux conséquences de la guerre. Nombre de ses institutions, une bonne partie des textes législatifs sont directement issus des contraintes de la situation nouvelle, sans parler des pertes et des bouleversements humains qui affectent le tissu social et la vie publique pendant toutes ces années. Le bilan de la guerre ne saurait donc être considéré seulement comme un ensemble de données statistiques en soi, puisqu’il s’impose comme une matière essentielle dans la démarche explicative de la « transition démocratique ».

  • 1 Bérard (Armand), Un ambassadeur se souvient. Washington et Bonn 1945-1955, t. II., Paris, 1978, p. (...)

2De la même manière, il semble préférable, à propos de « l’empire » que Staline était censé construire à la faveur de la présence de ses armées, de se demander si l’URSS avait alors réellement les moyens d’une telle politique1 et si « l’expansion » du stalinisme n’était pas, avant toute considération idéologique, la conséquence directe, prosaïque, d’une volonté farouche de ne pas lâcher tout ce qui pouvait représenter une compensation pour les destructions et les pertes subies, impossibles à chiffrer en réalité.

L’extermination des juifs hongrois et le sort des survivants

  • 2 Cette vue d’ensemble s’appuie principalement sur les travaux de R.L. Braham, cités en bibliographi (...)

3La tragédie des juifs hongrois constitue certainement le chapitre le plus stupéfiant de l’histoire de la Shoah, en ce sens qu’elle s’est déroulée en un temps bref et à une époque où la victoire alliée était sur le point d’aboutir2. En deux mois à peine, du 15 mai au 8 juillet 1944, près de 435 000 êtres humains correspondant à l’ensemble de la population juive hongroise des provinces furent transportés à Auschwitz, où une partie des convois, et notamment les enfants, les adultes âgés et les malades étaient directement assassinés dans les chambres à gaz. Beaucoup d’entre eux sont morts d’étouffement ou d’épuisement au cours des transferts dans les wagons surchargés, qui roulaient pendant 3-4 jours dans une chaleur d’été torride, avant de parvenir à leur destination. De 8 000 à 12 000 juifs hongrois arrivaient chaque jour à Auschwitz. Les médecins SS procédaient ensuite aux sélections, envoyant à la mort ceux qui leur semblaient inaptes au travail et dirigeant les autres vers les 368 camps de concentration différents. Le commandant du camp, Rudolf Franz Ferdinand Höss, a déclaré après son arrestation :

  • 3 Mémento, p. 149. Le processus de destruction est décrit en détail par Hilberg (Raoul), La destruct (...)

« J’avais utilisé le gaz Cyklon B, c’était un cyanure sous forme de cristaux. Selon les conditions climatiques, il fallait de 3 à 15 minutes pour que le gaz tue les hommes. Nous savions quand ils étaient morts, car leurs cris ne s’entendaient plus. Des cadavres, nous retirions les alliances et enlevions les dents en or. Nous possédions même une chambre à gaz qui pouvait contenir deux mille personnes à la fois3. »

4L’acheminement des juifs hongrois vers le plus grand centre d’extermination nazie en Europe occupée n’a rencontré aucun obstacle. La résistance, faible en Hongrie mais très active en Slovaquie et en Pologne, n’a tenté aucune action de sabotage sur les voies ferrées menant à Auschwitz, et les puissances occidentales ont refusé d’intervenir pour bombarder les voies, les ouvrages d’art et les installations du camp d’extermination, malgré les demandes pressantes des personnalités juives du « monde libre ».

  • 4 R.L. Braham, op. cit., 1988, t. 2, p. 411-428. D’après Wyman, les Américains connaissaient l’exist (...)
  • 5 Horel (Catherine), Avant le pire : la marginalisation progressive des juifs de Hongrie (1938-1944) (...)

5Au-delà de « la politique de l’indifférence », dictée par les égoïsmes nationaux et les intérêts politico-militaires des grandes puissances4, il faut remettre en mémoire le processus endogène qui a préparé le terrain en Hongrie pour la politique nazie d’extermination, depuis la loi sur le numerus clausus (promulguée le 26 septembre 1920) jusqu’à l’antisémitisme devenu programme gouvernemental avec les lois antijuives (1938, 1939, 1941), préparant objectivement l’extermination de la grande majorité de la population juive hongroise5. Malgré la protestation du monde littéraire et artistique dès le premier projet (Béla Bartók, József Darvas, Zoltán Kodály, Zsigmond Móricz, Árpád Szakasits...),

  • 6 R.L. Braham, Op. cit., t. 1, p. 105-106.

« [...] la cause des juifs et de leurs protecteurs libéraux fut définitivement perdue quand les représentants des Églises chrétiennes prirent position en faveur du projet de loi. Par l’attitude qu’ils avaient adoptée face à ce projet de loi et au sujet des autres mesures antijuives, ils préparaient le terrain pour la réalisation du programme de ghettoïsation et de déportation de 1944. Ils avaient soutenu les lois discriminatoires devant l’opinion publique et par là même ils avaient exercé un effet psychologique sur le peuple hongrois. C’est ce qui explique en partie pourquoi les masses en Hongrie regardèrent avec une telle indifférence les souffrances de leurs compatriotes de foi juive et pourquoi elles ne manifestèrent pas la moindre résistance quand en mars 1944, les Allemands occupèrent le pays6 ».

6Si l’article de loi XV de 1941 provoque l’opposition unanime des représentants des Églises chrétiennes, présents à la Chambre haute, cela s’explique surtout par le fait que beaucoup de leurs fidèles d’origine juive se trouvent affectés par la nouvelle définition du juif. Dans le contexte de l’entrée en guerre de la Hongrie contre l’Union soviétique, la loi a d’ailleurs un effet de propagande énorme, puisqu’elle amplifie la psychose antisémite, conférant à la lutte contre le « judéo-bolchevisme » une allure de croisade hystérique.

  • 7 Suite à une décision du gouvernement polonais en 1936, environ 8 000 juifs polonais vivant en Hong (...)

7Dès la fin juin 1941, inspiré par le chef d’état-major Henrik Werth, le ministre de la Défense, Károly Bartha, propose le transfert des juifs réfugiés en Hongrie7, dans une contrée au-delà des Carpathes. Au terme d’un décret du 12 juillet, l’Office central du Contrôle des étrangers décide le regroupement des juifs polonais et russes à Kőrösmező, où ils seront remis aux autorités militaires. Par la même occasion, les fonctionnaires zélés de la Subcarpathie font déporter dès ce moment un grand nombre de juifs hongrois de la région. Transportés ensuite en Galicie orientale, la majorité de ces juifs sont réunis par la police ukrainienne et massacrés aux environs de Kamenetz-Podolsk, Horodenka et Stanislau. L’acte a été perpétré par une unité SS, la milice ukrainienne et peut-être un groupe de sapeurs hongrois.

  • 8 En réalité, « c’étaient les nazis qui ont forcé les autorités hongroises à mettre fin à ces déport (...)

8Le nombre des victimes a été estimé à 18 500, puis à 15-16 000, car environ 2 000 personnes ont pu échapper aux massacres. Le récit des horreurs par les survivants aurait amené le ministre de l’Intérieur, Keresztes-Fischer, à arrêter ces déportations8. Mais en janvier 1942, le major-général Heszlényi soulève à nouveau le problème des juifs étrangers et propose de les envoyer à l’est du Dnestr. L’affaire traîne jusqu’en septembre, quand Eichmann déclare que, pour ne pas mobiliser son appareil pour « si peu de choses », il faudra attendre jusqu’à ce que le gouvernement hongrois accepte d’appliquer cette solution à l’ensemble des juifs de Hongrie.

  • 9 C’est la traduction littérale de kisegítő munkaszolgálat, qui ne doit être confondu avec le STO fr (...)
  • 10 L’origine du travail obligatoire dans l’armée, à la place du service militaire, remonte à l’automn (...)

9C’est encore à l’initiative de la direction militaire que sont perpétrés les massacres dans la Bácska en janvier 1942 : sous prétexte de combattre les francs-tireurs de la région, près de 4 000 civils, dont un millier de juifs, sont assassinés sous le commandement du major-général Grassy. Par ailleurs, l’antisémitisme de la caste militaire a pris une forme caractéristique avec l’instauration du « service auxiliaire du travail9 ». Cette mesure appliquée à partir de 1940 fait suite aux lois raciales de 1938 et 1939, et vient de l’idée que les juifs ne peuvent avoir qu’un rôle de second ordre dans l’armée10.

  • 11 Kossa (István), employé et dirigeant syndical à la BESZKART (équivalente à Budapest de la RATP) es (...)

10Après la suppression du corps des officiers juifs, l’encadrement des travailleurs forcés est confié aux officiers et soldats « aryens », véritables gardes-chiourmes11. L’été 1941, l’effectif des juifs mobilisés s’élève à 15-18 000 hommes, puis il diminue jusqu’à 4-5 000. Le 17 mars 1942, le ministre de la Défense ordonne qu’en cas de mobilisation des unités combattantes, il faudra rappeler aussi tous les juifs qui se trouvent dans le secteur de ces unités. Seront en plus envoyés au front, au même titre que les compagnies de travailleurs juifs, les politiquement suspects et les objecteurs de conscience. Pour la période de janvier 1942-décembre 1943, les statistiques du ministère de la Défense estiment les pertes de ces unités à 25 451, dont environ 15 000 tués.

11Après l’occupation allemande, l’armée, source principale de la souffrance des juifs jusqu’alors, devient pour eux une sorte de refuge. « Ce n’était pas l’esprit du ministère de la Défense qui avait changé, écrit à ce propos T. Stark, c’était l’état général de la vie publique qui était tombé en dessous du niveau moral de l’armée. » On continue donc à envoyer, même dans les ghettos, des lettres de mobilisation, bien qu’un ordre contraire ait été donné le 15 mai 1944.

  • 12 Grynberg (Anne), La Shoah. L’impossible oubli, Paris, 1995, p. 90. Roseman (Mark), Ordre du jour : (...)

12En janvier 1942, la conférence de Wannsee avait clos l’époque des transferts, et les nazis officialisèrent la politique d’extermination des populations juives12. La Slovaquie, la Serbie, la Croatie, la Roumanie sont affectées par des déportations massives vers les camps de la mort, tandis que, en Hongrie, le gouvernement de Kállay cherche à gagner du temps. Cette attitude s’explique autant par l’anglophilie de l’entourage du Premier ministre que par le calcul politique de pouvoir compter sur la bonne volonté des Anglo-Saxons. Alors que la pression allemande ne cesse d’augmenter, la Hongrie reçoit à nouveau des juifs persécutés dans les pays voisins.

13Après l’occupation allemande du pays, les juifs sont privés de tout moyen d’existence. Le 7 avril 1944, au cours d’une conférence tenue au ministère des Affaires étrangères, les « experts » hongrois en accord avec les membres des groupes d’Eichmann fixent les modalités de la séparation des juifs du reste de la population. Le regroupement se fera par régions (Subcarpathie, Transylvanie septentrionale, Haute-Hongrie, Hongrie du Sud-Est, Ouest et Sud-Ouest de la Hongrie), dans le cadre des huit arrondissements de la gendarmerie, où seront créés au total 42 ghettos (55 avec les camps de regroupement).

14Le transport vers les camps d’extermination s’effectue du 15 mai au 8 juillet, en 147 convois. Fermés avec des chaînes et gardés par les gendarmes hongrois, les trains passent pour la plupart par Kassa (Kosice). À la gare, les wagons à bestiaux sont chaque fois ouverts pour le comptage, et remis ensuite aux Allemands ou aux cheminots slovaques. 137 convois se sont arrêtés à Kassa. Les autres ont suivi les itinéraires Huszt-Lemberg-Tarnow-Auschwitz et Érsekújvár (Nové-Zámky)-Auschwitz.

  • 13 L. Karsai-J. Molnár, op. cit.

15Le nombre de juifs hongrois déportés pendant l’été 1944 est estimé à 440 000 personnes. Il s’agit là de la population juive des provinces. Le 6 juillet, alors que le gouvernement prépare le transfert des juifs de Budapest, Horthy arrête les déportations. On a évoqué ici les protestations de plus en plus nombreuses et surtout la perspective ouverte avec le débarquement allié en Normandie, mais les raisons de cette décision n’ont pas encore été tout à fait éclaircies13. Les marchandages avec les hommes d’Eichmann vont se poursuivre jusqu’au 19 août, où ce dernier, déçu, quitte Budapest. Il y reviendra après le putsch des Croix-fléchées. En tenant compte du fait que des milliers de persécutés ont cherché refuge dans la capitale, on peut estimer à ce moment à 250 000 la population juive de Budapest.

  • 14 D’après Lévai, Budapest avait en 1944, 250 000 habitants juifs. Leur regroupement fut discuté aprè (...)

16L’avènement de Szálasi ouvre un nouveau chapitre de la souffrance. Victimes désignées, les juifs sont traités avec une cruauté inouïe, les exactions donnant lieu à « des scènes d’enfer indescriptibles ». Dès le 20 octobre, la déportation des juifs de province recommence et, avec le retour d’Eichmann, on entreprend le regroupement de ceux de la capitale. Suite à un décret du 2 décembre 1944, qui organise le ghetto dans la capitale, au moins 70 000 juifs inaptes au travail forcé seront entassés dans le centre créé dans le VIIe arrondissement. Dans ce ghetto, la mortalité est effrayante, à cause des privations, des maladies et des massacres perpétrés par les Croix-fléchées14.

  • 15 L. Karsai n’estime qu’à 5 000-10 000 le nombre de Tsiganes persécutés et à quelques milliers le no (...)

17Alors que dans le ghetto des bandes armées se livrent à la chasse à l’homme, à la torture et à l’assassinat, que beaucoup de persécutés se suicident ou périssent du fait de la famine et des maladies et que des milliers d’entre eux sont fusillés sur le bord du Danube, d’autres cortèges de juifs sont dirigés vers l’Allemagne, à pied, ces marches de la mort abandonnant sur les routes les corps des gens morts d’épuisement ou abattus sur place. Plus de 105 000 victimes s’ajoutent ainsi à celles qui ont péri sous le gouvernement Sztójay. Avec la destruction d’au moins 50 000 Tsiganes hongrois15 dans des conditions aussi atroces, ces actes constituent le chapitre le plus noir du règne des nyilas.

18Du 6 au 28 novembre, chaque jour environ 2 000 personnes sont dirigées vers la frontière allemande, suivant l’itinéraire Piliscsaba – Dorog – Süttő – Szőny – Gönyű – Dunaszeg-Mosonmagyaróvár – Hegyeshalom, pour creuser des tranchées antichars. La construction de ce Südostwall dure jusqu’en mars 1945. À l’approche de l’Armée rouge, les travailleurs juifs survivants sont transportés dans le camp de Dachau. À Budapest, il existe aussi des dizaines de milliers de juifs qui se cachent, et qui subissent comme le reste de la population, les conditions du siège ; et de même, ils connaîtront une importante surmortalité après la guerre. Enfin, ceux du travail forcé qui ont été faits prisonniers par les Soviétiques sont traités de la même façon que les soldats des unités combattantes et connaissent une mortalité très élevée.

19Dès 1946, J. Lévai, a constaté qu’on ne pouvait pas définir avec exactitude les pertes subies par la population juive hongroise, dans la mesure où aucune autorité ne disposait de renseignements précis sur les déportés, les exterminés et les survivants. D’après les calculs de T. Stark, le martyr des juifs hongrois se serait traduit par 390 000 morts, chiffre très en dessous de celui de la « vue d’ensemble statistique » donnée par R.L. Braham.

20Cet auteur rappelle que la population juive recensée en 1941 sur le territoire de la Hongrie, y compris les parties réannexées, s’élève à 725 005 personnes (soit 4,94 % d’un ensemble de 14 683 323 habitants), dont 400 981 vivent à l’intérieur des frontières de 1920, et 324 026 sur les territoires repris aux pays voisins (Tchécoslovaquie, Roumanie et Yougoslavie). Le nombre des victimes juives est de 63 000 environ jusqu’à l’occupation allemande de mars 1944, et de 501 507 pendant l’occupation : l’extermination, les assassinats et les mauvais traitements infligés aux Juifs aboutissent ainsi à 564 507 morts, dont 297 621 dans la Hongrie de Trianon (100 803 à Budapest) et 266 886 dans les territoires récupérés.

  • 16 R.L. Braham, op. cit., 1988, t. 2, p. 453-455 et note 5, p. 478.

21Braham précise que László Varga, de l’Institut des Sciences historiques de l’Académie hongroise, aboutit sensiblement au même résultat, et que son chiffre est encore plus exact. Selon Varga, les Juifs de Hongrie ont perdu 550 000 des leurs16.

  • 17 Dans les recherches portant sur la Shoah hongroise, les grandes questions débattues sont : le nomb (...)

22Dans le cadre des débats qui animent la vie publique hongroise de l’après-guerre, objet de notre travail, le drame des Juifs apparaît tel qu’il est décrit à travers l’accueil des survivants, les tentatives de réparation, l’antisémitisme, les rapports avec le parti communiste ou encore l’épuration17. Avec l’extermination d’une telle masse de juifs, le nazisme a détruit une composante sociale et culturelle de la Hongrie : outre la déchirure sociale et aussi psychologique irréparable, la vie intellectuelle du pays a subi des pertes très sensibles, en raison de la proportion élevée des juifs dans ce secteur.

  • 18 Mémento, p. 240-261. Horák (Magda), A magyar értelmiség veszteségei az 1940-es években (Les pertes (...)

23Le martyrologe y compte plus de deux cents écrivains et poètes, « bien plus de trois cents journalistes », des centaines de musiciens, d’artistes divers et d’acteurs de théâtre, auxquels s’ajoutent les martyrs du sport hongrois18. Le gouvernement hongrois a demandé aux alliés occidentaux l’extradition de 483 Hongrois et de 38 Allemands suspectés d’avoir apporté leur concours à l’extermination des Juifs, action assimilée à l’époque à des « crimes de guerre ». L’extradition des ressortissants allemands en particulier a provoqué des frictions avec les autorités américaines.

  • 19 R.L. Braham, Offensive contre l’histoire. Les nationalistes hongrois et la Shoah, Les Temps Modern (...)

24Le massacre des juifs hongrois, que Churchill a considéré comme « probablement le crime le plus grand et le plus horrible de toute l’histoire de l’humanité », est devenu un sujet « embarrassant » après le changement de régime de 1989. « La mémoire politique de la Shoah est de toute évidence en état de siège », écrit Braham, en analysant les différents procédés par lesquels on cherche à minimiser, déformer ou même à justifier la politique antijuive des gouvernements successifs du régime Horthy, pour ne pas « affronter cet épisode ouvertement et honnêtement » : propagation de la légende que les Juifs auraient menacé d’assimilation les Magyars chrétiens ; réhabilitation de nombreuses personnalités initialement reconnues coupables de participation à la solution finale ; priorité donnée aux compensations des victimes du communisme au détriment de celles du nazisme ; tentative d’absoudre le pays en imputant la responsabilité de la Shoah principalement aux Allemands ; « le transfert de culpabilité » aux seuls Croix-fléchées pour ménager la respectabilité (et la réhabilitation) de l’ère de Horthy ; l’effort déployé pour rejeter sur les Juifs eux-mêmes la responsabilité de leur tragédie ; les tentatives de blanchir la gendarmerie hongroise ; la pratique de l’amalgame, qui consiste à confondre les pertes militaires, les victimes civiles de la guerre et les victimes de la Shoah ; la relativisation de l’extermination des Juifs (l’histoire avait connu d’autres massacres...) ; la prétention qu’à l’époque stalinienne les Juifs ont fait subir au reste de la population autant de souffrance qu’ils avaient subi eux-mêmes ; l’assimilation d’Auschwitz au Goulag ; la mise en valeur exclusive des actions de sauvetage pendant la guerre19.

25On retrouve là des insinuations largement répandues dans la société hongroise au lendemain de la guerre, autour de l’accueil des juifs survivants, qui s’est traduit non seulement par les efforts de réparation culturelle et matérielle, mais aussi par la résurgence du plus virulent antisémitisme.

  • 20 Maire, 16 décembre 1944. AD, t. 1, p. 285.
  • 21 Maire, 31 mars 1945. AD, t. 2, p. 460-461.

26De l’ambiance des retours, le témoignage venant du comité chargé des affaires juives dans la ville de Makó, la première ville libérée du pays (24-26 septembre 1944), présente un tableau qui devait se répéter dans la plupart des villes de province qui avaient des rescapés : « Parmi les juifs de Makó qui étaient près de 3000, seules 70 personnes sont revenues jusqu’ici, en état d’épaves humaines, brisées dans le corps et l’âme. En arrivant, ils ont trouvé des demeures familiales dévastées, vides ou occupées. La plupart d’entre eux vivotent démunis, pillés, sans vêtement, sans possibilité d’existence20. » On imagine aussi que la réaction des autorités naissantes ressemblait, en cas de nécessité, à celle du préfet du comitat de Heves, signalant expressément aux autorités locales de Gyöngyös, Hatvan, Füzesabony, Vámosgyörk, Kál, Kápolna, Hort et Kerecsend, que « quelques centaines des juifs déportés l’an passé du comitat » seraient sur le chemin du retour. « Afin que ces gens malheureux soient traités en êtres humains après de longues marches et des souffrances incroyables », il demande « d’installer des paillasses dans des locaux près des routes et de désigner des familles qui tiendraient des plats chauds à leur disposition à chaque moment de la journée21 ».

  • 22 AIHP, 283.f.10/264. Requête de la Communauté israélite de Pest au sujet des mesures les plus urgen (...)

27Parmi ceux qui sont de retour en novembre-décembre 1944, on rencontre surtout des survivants du service du travail. Le rapatriement des déportés s’organise vraiment au printemps suivant avec le concours du GNP. Plusieurs discussions ont eu lieu à cette fin dans le gouvernement et avec les représentants de la CCA. Ainsi, le 1er mars, Gyöngyösi a demandé au secrétaire d’ambassade Grigoriev qu’une commission formée de juifs hongrois puisse se rendre à Auschwitz. Cette demande est réitérée en avril par le Comité directeur de la Communauté israélite de Pest, qui veut qu’on envoie dans les anciens camps de déportation des délégués accompagnés d’un personnel administratif compétent « pour inspecter les lieux et entendre sur place des témoins sur les horreurs que les nationaux-socialistes et leurs auxiliaires avaient perpétrées22 ».

  • 23 PV/CM-GNP, A, 24/25, 25 avril, 26 septembre, 4 mai et note 16, p. 393, 28 janvier, 19 mai, 31 mai, (...)

28Après une deuxième démarche auprès de la CCA, une délégation de 15 membres part effectivement, à la mi-mai, pour ces destinations. Autour du 25 juin, une nouvelle délégation se rendra en Tchécoslovaquie puis en Allemagne, et en Autriche pour organiser les soins et le rapatriement des déportés se trouvant dans ces pays. Dès le 25 avril, les ministres Molnár et Valentiny ont présenté la requête de la Communauté israélite de Pest et demandé des véhicules, en expliquant que les déportés étaient trop faibles pour pouvoir marcher. Le mauvais état des chemins de fer rendant impossible l’usage du train, le ministre de la Défense promet des camions et celui de l’Intérieur assumera sur son budget les frais occasionnés. Sous l’égide de ce ministre on met d’ailleurs en place un nouvel organisme, l’Office d’Assistance sociale, qui sera chargé des différentes catégories de rescapés et de migrants forcés23.

29Mais avant la gestion gouvernementale des déportés, il faut parler de l’action conjointe des intéressés et des autorités locales, antérieure à celle du GNP. Dans l’exemple précité de Makó, qui est une sorte d’archétype et pour la chronologie et pour les problèmes soulevés, le commandant civil (maire) de la ville installe dès le 13 novembre un « conseil juif », qui siège dans un local de la préfecture. Sous la présidence d’un négociant juif, Manó Schwarz, sont représentés le comitat, la ville, l’administration fiscale, l’Église orthodoxe et les Juifs réformés et convertis. Le comité accueille et renseigne les déportés tandis que son administrateur est responsable de la conservation des biens en dépôts et le maire de l’attribution des logements.

  • 24 Maire, 30 décembre 1944. AD, t. 1, p. 394.

30On retrouve la même organisation de l’accueil dans d’autres localités, sous le nom de conseil, association ou communauté. À Kiskunfélegyháza, 20 hommes revenus du service du travail « se réunirent et décidèrent de constituer un comité pour sauver, conserver et garantir les biens des juifs déportés par le régime fasciste précédent ». Pour organiser ce Comité de défense des biens juifs, l’autorisation a été demandée au maire, au bureau des Contributions et au commandant militaire russe24.

  • 25 « Il s’est produit dans une ou deux communes, dit le document, que des logements juifs ont été céd (...)

31Les commandants surveillent en effet de près l’état des biens juifs. Celui de Miskolc convoque expressément une conférence avec les fonctionnaires responsables du comitat, de la ville et du Tribunal pour décider du sort des logements et des magasins des déportés. Il est décidé que ces biens seront à remettre à leurs propriétaires s’ils se présentent et justifient leur identité. La restitution des biens sera précédée d’un inventaire. En l’absence du propriétaire, les parents éventuels ne pourront pas reprendre les biens, et pour les magasins en particulier, il faudra déléguer des curateurs25.

  • 26 Maire, 19 janvier 1945. AD, t. 1, p. 575.

32À Pécs, le commandant russe donne des instructions un peu différentes au maire, qui détient les clefs des magasins : il ne doit remettre celles-ci que personnellement aux propriétaires revenus ou, à défaut, « à des proches parents (fils, frère) que la Chambre des tutelles de la ville aura désignés comme gérants en l’absence du propriétaire. » D’autre part, le maire nomme, sur proposition du Conseil juif de Pécs des « dirigeants » à la tête des entreprises dont l’intérêt public rend nécessaire la réouverture. Toutes les deux démarches « ont eu lieu selon les lois en vigueur », ajoute le maire dans son rapport au commandant soviétique26.

  • 27 Commandant (maire), 24 octobre 1944. AD, t. 1, p. 48.

33Des heurts peuvent se produire entre municipalités et déportés autour de la récupération des biens spoliés. À Makó, le comité juif en question a en fait été mis en place parce que, après leur retour, « les individus de religion juive, comme l’écrit le maire, s’étaient adressés au commandant militaire soviétique pour faire ouvrir les locaux où se trouvaient déposés les meubles et objets divers, et ils en ont commencé l’enlèvement sans avoir demandé [son] autorisation. » Ainsi, il semble parfois que la compassion s’efface vite devant la voix de l’autorité, teintée de juridisme et de méfiance27.

  • 28 Le comité directeur de l’Association d’Eger comprend un médecin, un architecte et un avocat. AD, t (...)

34Une fois constituées, les associations juives se considèrent comme des organismes autonomes et souhaitent se réserver le droit de s’occuper des biens et des affaires des « personnes tombant sous le coup de la loi raciale », comme on peut lire dans la demande d’autorisation de l’Association juive d’Eger. La défense organisée devrait faciliter le recours à la force publique pour rechercher les biens volés, encore que la chronique policière montre que plus d’un déporté survivant affronte seul ces « enquêtes » pénibles28.

  • 29 Dans la ville de Makó, le comité juif demande au CN sa reconnaissance. Dans le débat qui s’ensuit, (...)

35Vis-à-vis des Comités nationaux, quelques documents témoignent de la volonté des organismes juifs de se faire représenter. Les CN semblent être divisés là-dessus : issus des partis politiques, ils se montrent peu favorables à accueillir les juifs comme entité spécifique29. En revanche, les autorités administratives s’attaquent à la politique antisémite du passé et annulent spontanément, avant la mise en place du GNP et l’armistice, les lois raciales et les diverses mesures annexes. C’est ce que font la ville de Makó et le sous-préfet du comitat de Hajdú, les 13 et 27 novembre 1944. Celui-ci publie un décret interdisant « toute distinction d’origine ou de race », que ce soit de la part des autorités publiques ou des personnes privées.

  • 30 AD, t. 1, p. 142, 143, 553 et t. 2, p. 394-395.

36« Les mesures décidées depuis 1938 par le pouvoir fasciste contre les citoyens hongrois juifs ont ipso iure perdu leur validité, écrit de son côté le préfet de Szekszárd, K. Klein, à l’adresse de la Communauté du peuple juif de Bonyhád, créée pour “la conservation des biens meubles et immeubles enlevés’’ aux juifs. » Dans le même ordre d’idées sont prises des décisions comme l’enlèvement des panneaux discriminatoires sur les magasins juifs, ou la suppression des certificats nécessaires pour attester la qualité d’« aryen » lors des mariages30.

  • 31 PV/CM-GNP, A, 6/14, 24/25, 36/44, 42/30, 62/59, 63/13 des 25 au 25 janvier, 25 avril, 20 juin, 1er(...)

37À ce stade, il ne s’agit plus d’initiatives locales, mais de l’application des décisions gouvernementales, en commençant par le décret n° 200 du 6 février 1945 (JOH, 17 mars 1945), qui annule les « prétendus lois et décrets » sur les juifs. Un grand nombre de textes voient en effet le jour au cours de l’année, portant sur les divers aspects de la réparation matérielle, comme la restitution des marchandises, des stocks de matériaux, des équipements et des ameublements, des pharmacies, des débits de boissons, la récupération des mobiliers perdus, etc31.

  • 32 ANH, XIX-A-83-a, b. 8, PV/CM-Nagy, 93/47, 26 février 1946.

38Une modification du décret 200, présentée par Ries le 26 février 1946, porte sur le § 9 qui « permettait d’attaquer en procès, sans que les juifs plaignants fussent obligés de prouver expressément leur situation de détresse, les contrats spoliateurs ou usuraires conclus sous la contrainte des lois fascistes. » La validité du § 9 du décret 200 prendrait fin le 17 mars 1946, alors que, « dans son ensemble, l’affaire de la restitution des anciens biens juifs n’est toujours pas réglée et que beaucoup attendent une loi qui permettrait de récupérer sans procès les biens perdus, procès que les intéressés, convaincus d’avoir raison, ne veulent pas engager. » Le décret accorde donc une année supplémentaire pour entamer ce genre de procès. Autant dire qu’il n’est pas question d’invalider purement et simplement les contrats forcés ou abusifs32.

39Mais tout autant que les litiges engageant les survivants, le sort des biens restés sans propriétaires devient une question primordiale qui occupe, avec l’antisémitisme, la première place des rapports entre les pouvoirs publics et la représentation juive. Les mémoires et les requêtes qui se succèdent montrent le caractère pénible du processus de réparation.

40La requête du Bureau national des Israélites de Hongrie, envoyée le 11 mars 1946 au Premier ministre, suppose que 600 000 à 700 000 juifs sont morts et qu’on doit compter 150-180 000 survivants. Le texte demande en particulier de modifier le droit successoral. Il rappelle que dans la plupart des cas, les familles juives vivaient réunies et que, déportées et anéanties ensemble, il ne restait que la possibilité de parents très éloignés, qui, « sans ce coup du sort, n’auraient jamais pu espérer que la succession leur fût ouverte ». Mais il y a surtout le cas le plus fréquent, où il n’existe aucun héritier légal. Le Bureau propose que les biens sans succession aucune ne revienne pas à l’État mais à un fonds juif ayant personnalité juridique. Cela priverait l’État d’un héritage résultant du malheur juif, mais aurait l’avantage de le dispenser du fardeau de l’indemnisation des survivants, au moment où ses caisses sont dans une situation difficile.

41Dans un autre recours en huit pages, le Bureau national proteste notamment contre le fait que les juifs n’aient pas été associés au démantèlement des lois raciales, qui, au demeurant, n’avance que péniblement. Un autre grief est soulevé parce que les juifs déportés en raison de leur religion ne sont pas traités de la même façon que ceux qui ont été déportés pour des motifs politiques.

  • 33 ANH, XIX-A-1-j-XX-2781, b. 55, 11 mars et 13 juin 1946.

42Dans la série des documents qui font état des préjudices matériels des juifs survivants, un important texte de dix pages33 passe en revue les iniquités les plus caractéristiques créées ou justifiées par les différents décrets. Adressé au Premier ministre le 13 juin 1946, ce mémoire relève d’emblée que les différents décrets du gouvernement n’ont mis en application que de façon très lacunaire le décret 200/1945 sur la suppression des lois raciales. Dans l’intérêt du « “fragment” de juifs survivants », il aurait fallu que les biens non détruits se retrouvent dans la situation antérieure, comme si les mesures antisémites n’avaient pas existé.

« Malheureusement, [...] en de nombreux cas, les décrets publiés non seulement n’ont pas fait avancer l’application des lois générales, mais au contraire ils empêchent que les personnes persécutées puissent faire valoir leurs droits qui découlent des lois générales, ce qui a eu pour conséquence que le juif revenu de la déportation, du service du travail et du ghetto, s’est trouvé souvent dans une situation plus défavorable que si le gouvernement n’avait fait aucun décret, les textes promulgués ayant été non pas à son avantage, mais à celui de ses spoliateurs. »

43Le document reprend alors les cas précis où la législation est défavorable aux juifs survivants : les décrets 1278 (§ 1), 4740 (§ 15), 29 000 (§ 15), 9 590 (§ 13), de 1945 excluent expressément de la catégorie de victimes de guerre et de pupilles de la nation ceux qui ont perdu la vie ou subi des préjudices pour des raisons raciales. Ensuite, les plaintes sont innombrables du fait que les logements qu’ils habitaient avant leur mise en ghetto ne sont restitués aux juifs que si cela est compatible avec les intérêts des occupants, lors même que ces derniers y ont été installés par les autorités issues des gouvernements de Sztójay et de Szálasi : situation d’autant plus injuste, souligne le mémoire, que les individus en question savaient que les logements qu’ils allaient occuper appartenaient à des gens qui en avaient été privés de la façon la plus abjecte.

44Les récriminations sont extrêmement nombreuses contre les décrets qui rendent plus difficiles la restitution des biens mobiliers détenus par les particuliers, par l’État, les municipalités, les communes, les établissements publics ou les partis démocratiques et les organisations sociales. L’expérience de pénibles recherches montre qu’en présence de deux personnes infortunées le droit est pour celle qui est installée dans le bien.

45Dans sa conclusion, le mémoire du 13 juin 1946 attire l’attention sur le fait que dans la mesure où seuls 10-15 % des juifs hongrois des provinces sont revenus des camps, le désagrément qu’ils peuvent occasionner aux bénéficiaires des biens juifs est infiniment moindre que toutes les injustices qui ont frappé des centaines de milliers d’innocents en 1944. Pour les 85-90 % restants, que ce soit le Trésor public ou un fonds d’indemnisation qui hérite des biens restés sans propriétaires, il est peu probable que les objets mobiliers de faible valeur soient revendiqués.

46Les biens hongrois emportés à l’étranger constituent un autre problème très compliqué, où nombre d’intérêts sont en jeu, et où se mêle l’argument de l’antisémitisme. On apprend d’abord que les Américains seraient prêts à rendre les biens juifs emportés du pays et valant quelques 100-150 millions de dollars, à condition que cela serve effectivement à secourir les juifs. Pendant que le Conseil juif et le Conseil économique supérieur discutent de la création d’un fonds où 2/3 de la représentation serait juive et 1/3 gouvernementale, le ministre d’État Rákosi exprime sa crainte que « des milieux américains très influents » ne cherchent à régler l’affaire au détriment de l’État. Il trouve en outre la question extrêmement dangereuse du point de vue politique. « L’antisémitisme est déjà en train de relever la tête, pour-suit-il, et l’une des causes principales en est que le JOINT (Joint Distribution Committee) apporte une aide substantielle à un nombre important de personnes. Il donne en moyenne 100 000 francs suisses, ce qui veut dire qu’un quart des juifs touchent quotidiennement 2,50 francs suisses. En province surtout, cela crée de l’énervement. »

  • 34 ANH, XIX-A-83-a, b. 10, PV/CM-Nagy, n° 111, 24 mai 1946 et n° 132/28, 23 août 1946.
  • 35 La Société hongroise de la Sainte Croix date de 1938. Elle a été fondée avec l’appui de l’épiscopa (...)

47Les débats sur les biens juifs emportés à l’étranger34 aboutissent à l’article de loi XXV de 1946 « sur la condamnation de la persécution des juifs hongrois ». La loi institue un Fonds national juif de Réparation (Országos Zsidó Helyreállítási Alap), qui reçoit les biens des « personnes de religion israélite ou d’origine israélite » décédées à la suite des persécutions entre le 20 juin 1941 et le 31 décembre 1946, et « qui hérite aussi, en cas de leur rapatriement, des biens dits juifs emportés à l’étranger, dont les propriétaires légaux ne peuvent pas être identifiés ». Le décret d’application n° 3200 du 9 mars 1947 permet à deux organisations chrétiennes de nommer dans le comité directeur du Fonds huit représentants pour la Société de la Sainte Croix et quatre pour le Bon Pasteur35.

48Un autre décret donne à ces deux organismes le droit de déléguer chacun deux autres membres dans la « commission mise en place pour rechercher, conserver, prendre en charge et rapatrier » les biens appartenant à des citoyens hongrois et emportés à l’étranger.

  • 36 AIHP, f 283, 10/212, Lettre au Premier ministre, 21 novembre 1945. A la même époque, un document q (...)

49Mais la liquidation des lois raciales et la condamnation de la persécution étaient loin de déraciner l’antisémitisme. Dans une de ses lettres où il sollicite la réponse du gouvernement aux plaintes des juifs survivants, le Bureau national israélite constate dès novembre 1945 que « ces derniers temps, l’antisémitisme renaissant relève de plus en plus la tête », et demande l’élaboration d’une loi qui définirait avec plus de clarté et punirait sévèrement l’incitation à la haine contre les juifs36.

  • 37 Ibid., Analyse générale de la presse, 25 et 29 mars 1946. Cette violence qui n’est pas propre à la (...)

50À partir du printemps suivant, l’antisémitisme devient sensible à travers la presse. Ainsi, l’hebdomadaire du parti radical, Haladás (Progrès), « attaque avec véhémence » le chef du PNP, Péter Veres et en général « les jeunes sociographes » accusés de propager, à propos du partage des terres, « des idées qui permettent à l’antisémitisme de se développer ». Un autre exemple est celui de Igazság (Vérité), journal du parti démocrate, qui adresse une lettre ouverte au ministre de l’Intérieur, László Rajk, au sujet des violences encouragées « par les partis d’extrême gauche contre les juifs » ; le quotidien du même parti, Világ (Monde), sera interdit pendant trois jours à la suite de la publication d’un télégramme venant de Jérusalem « au sujet de la vague d’antisémitisme qui sévit en Hongrie37 ». Le climat antijuif débouche sur des mouvements de violence, dont les exemples les plus sinistres sont les scènes de lynchage de Békéscsaba, Ózd, Kunmadaras, Miskolc, mais sont également cités pour ces événements Sajószentpéter, Tótkomlós, Szegvár et l’incendie de la synagogue de Makó.

  • 38 ANH, XIX-A-83-a, b. 10, PV/CM-Nagy, n° 111/1, 24 mai 1946.

51Le gouvernement s’en inquiète d’autant plus qu’on est dans la phase préparatoire du traité de paix et qu’on voudrait donner la meilleure image démocratique vers l’étranger. Le Premier ministre déplore « les phénomènes nuisibles de l’antisémitisme qui apparaissent ici et là ». Son propos reste plat, sans commune mesure avec l’importance de la question. Rákosi est plus ferme ; il dit qu’il y a eu des assassinats et demande la cour martiale ; son collègue, Gerő, veut distinguer entre le lynchage de Kunmadaras, marqué par des querelles de propriété et des problèmes sociaux, et celui de Békéscsaba, où « il s’agit d’une manifestation fasciste caractérisée38 ».

  • 39 ANH, XIX-A-83-a, b. 12, PV/CM-Nagy, n° 126/1, 2 août 1946. Selon le rapport soviétique, la cause f (...)

52En août, l’émeute de Miskolc-Diósgyőr donne lieu à un compte rendu oral circonstancié du ministre de l’Intérieur, qui est allé lui-même sur les lieux pour diriger l’enquête, « avec l’accord du Premier ministre et des vice-présidents du Conseil ». Cet événement, où l’on repère une dizaine de sortes d’acteurs (le préfet du comitat de Borsod, la police, le commandant russe et la garnison locale, les deux partis ouvriers, deux minotiers juifs, les ouvriers de Diósgyőr, les femmes et les jeunes sous-prolétaires de Miskolc), et qui a commencé avec l’arrestation de deux minotiers et une démonstration ouvrière, finit par se transformer en une sanglante hystérie collective39.

  • 40 « Il est intolérable qu’un préfet du gouvernement républicain hongrois tienne un discours incontes (...)
  • 41 « Si à l’époque de notre déportation les chrétiens ne nous ont pas aidés, ils auraient dû au moins (...)

53En novembre, un courrier du ministre de l’Intérieur soulève le point certainement le plus sensible de la vague antisémite. En effet, Rajk réagit vivement aux propos que le préfet social-démocrate de Csanád a tenus devant l’assemblée générale d’Orosháza40, dans l’intention de rejeter « les accusations des orateurs juifs », lancées dans cette ville lors de la cérémonie inaugurale d’une plaque de souvenir. Selon le préfet, dans leurs discours prononcés à cette occasion, le grand rabbin de Debrecen, Maximilien Weiss, et l’avocat, Aladár Bárány, « avaient offusqué la chrétienté en la mettant au banc des accusés ». Pour étayer leur indignation, le maire d’Orosháza et le préfet reprennent les principaux thèmes des discours incriminés, ce qui nous permet de connaître au plus près les sentiments des juifs survivants41.

  • 42 « Permettez-moi, déclare le journaliste et député Petit-propriétaire Gy. Parragi le 3 octobre 1946 (...)
  • 43 « Recenser les Juifs qui, dans nos milieux, avaient échappé à l’extermination grâce à l’aide appor (...)
  • 44 « Nous ne nions pas que de nombreux juifs ont eu une influence destructive et maléfique sur la vie (...)

54De toute évidence, les orateurs mis en cause ne pouvaient pas ignorer ce que les témoignages contemporains rapportaient déjà et que les publications consensuelles ou édifiantes n’ont pas manqué depuis de faire valoir : à savoir qu’un grand nombre de juifs furent cachés et sauvés par des « chrétiens » et des établissements religieux42. Mais outre la difficulté qu’il y a à distinguer entre la charité chrétienne et le fond commun de la simple humanité, et vu aussi le problème des sauvetages « sélectifs43 » ou celui des proclamations extrêmement compromettantes44, il semble bien que les juifs survivants cherchaient plutôt à mettre en cause quelque chose de fondamental touchant à l’enseignement moral et à l’autorité morale des Églises chrétiennes. C’est en ce sens que s’interroge une sorte de lettre ouverte « à un psychologue hongrois », publiée dans la presse roumaine en 1946, dont le passage suivant pose en même temps la question de la responsabilité :

  • 45 MAE, Série Z Europe. Hongrie1944-1960, vol. 198-1/18, « Questions à un psychologue hongrois » (ext (...)

« Au printemps de l’année 1944, des événements atroces, sans précédents dans l’histoire de l’humanité, ont accablé les Juifs de la Transylvanie du Nord. Avec le concours des masses compactes du peuple hongrois induit en erreur, les bandes de Horthy et les gendarmes (surnommés à cause des plumes qui ornaient leurs chapeaux “Les Plumes de Coq”) ont traîné dans les fabriques fascistes de la mort 150 000 Juifs hongrois parfaitement assimilés. Le nombre de rescapés est seulement de 22 000, les autres, parmi lesquels se trouvaient nos petits enfants et leurs mères, ont été massacrés. Cet acte de bestialité fut conduit avec plus de maîtrise qu’en n’importe quel autre pays de l’Europe subjugué par les Hitlériens. Nos “concitoyens” hongrois, avides des biens juifs[...] ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour que nul ne puisse échapper à la mort.
Après ma libération miraculeuse, j’ai appris la vérité tragique, que toute ma famille avait été exterminée. Depuis lors, durant les nuits d’insomnie, quand l’âme est déchirée d’une douleur infinie, je suis sans cesse obsédé par la même question : comment cela a-t-il pu se produire après vingt siècles d’enseignement chrétien ? C’est la raison pour laquelle mes questions s’adressent à Messieurs les psychologues45... »

  • 46 Op. cit., t. 2, p. 356-381.

55En historien, Braham constate que les Églises chrétiennes portent une lourde responsabilité dans la tragédie des juifs hongrois, non seulement par l’exemplarité de leur passivité mais aussi par l’acclimatation de la haine46. Elles ont été les piliers majeurs des mouvements chrétiens nationaux, défenseurs d’un ordre social archaïque et de l’esprit chrétien, dont le juif était par excellence le ferment destructeur.

  • 47 Op. cit., t. 2, p. 356-358.

56C’est après la prise du pouvoir par les nazis en Allemagne, et surtout après l’Anschluss que les chefs des Églises chrétiennes vont adopter les positions les plus nuisibles, écrit Braham : Gyula Czapik, évêque d’Eger et troisième dignitaire de l’Église catholique hongroise, déplore comme une « erreur fatale » que l’Église catholique allemande ne se soit pas identifiée avec le national-socialisme ; pour László Ravasz, évêque et personnalité dirigeante de l’Église calviniste, les aspirations des Allemands à la puissance résultent de principes éthiques et religieux ; l’opinion de József Grősz, évêque de Kalocsa, est que la croix gammée est compatible avec la croix du Christ ; un prélat de l’Église évangélique (luthérienne), l’évêque Zoltán Turóczy, développe l’idée que « le véritable christianisme n’est pas pacifiste mais conquérant, conformément à l’esprit des forces universelles et totalitaires » ; selon István Hász, évêque aumônier des forces armées, « les juifs sont les dissolvants du pays, c’est pourquoi tout combat contre eux est justifié47 ».

57Si après l’occupation de la Hongrie par les Allemands quelques-uns regrettent ces prises de position spontanées de la fin des années trente, venant des plus hautes autorités morales, elles ont laissé des traces indélébiles dans l’esprit des masses encadrées de près par un clergé omniprésent et épaulé par la propagande officielle. Les succès militaires allemands, les réannexions et les avantages offerts par la conjoncture de l’économie de guerre, sans parler de l’aryanisation et les pillages des biens juifs, ne font que justifier la propagande antisémite et le soutien apporté par les députés cléricaux aux lois raciales, en sorte que des pans entiers de la société (qui dans son ensemble, et surtout la paysannerie, était plutôt tolérante dans le passé) sortiront contaminés de la guerre, l’antisémitisme étant devenu un automatisme de l’inconscient, une seconde nature. Autant dire que les frustrations résultant de ce nouvel effondrement vont se cristalliser quasi spontanément sur la personne du juif rescapé. Pour déclencher ce processus, ce ne sont pas les catalyseurs qui manquent alors, et les réactions sont parfois tellement violentes qu’elles laissent découvrir les plus anciens sédiments de l’obscurantisme.

58Inséparable de ses racines profondes, le « néo-antisémitisme » possède des traits originaux qui s’inscrivent dans le contexte de l’après-guerre. Outre la dénonciation dont il est l’objet dans la presse démocrate et radicale notamment, il donne lieu dès cette époque à de nombreux débats dans les journaux et à des travaux scientifiques. Le plus célèbre de ces travaux, l’étude précitée d’István Bibó sur « La question juive en Hongrie après 1944 » souligne la continuité en constatant qu’« il n’y a pas de néo-antisémitisme, mais il y a des néo-antisémites ».

  • 48 Op. cit., 1986, p. 370-372, 374, 385.

59Après avoir analysé les origines des lois antijuives, la faillite morale de la société hongroise et la responsabilité des institutions dans la persécution et le meurtre des juifs, Bibó montre la fragilité de la thèse concernant l’existence d’un prétendu pouvoir juif au lendemain de la guerre, accréditée en premier lieu par « les perdants de la grande transformation sociale qui se poursuit depuis 1945 », pour lesquels « démocratie, communisme et judaïté apparaissent dans un même amalgame ». Or, « la relève [...], la redistribution socialiste des privilèges et des avantages [...], c’est aussi une conjoncture tout à fait transitoire [...]. ; tout Juif qui raisonne en tant que Juif, perçoit inévitablement les faiblesses, la fragilité et l’instabilité des positions qu’il occupe48 ».

  • 49 Ibid., p. 381.

60Si la masse des juifs se sont jetés dans les bras des socialistes et des communistes, c’est parce que des deux forces qui ont combattu efficacement la persécution des juifs : les communistes et les représentants de la tradition conservatrice européenne, ces derniers, contaminés par le fascisme, ont, pour l’essentiel, échoué en Hongrie. « Ce qui ne signifie pas, ajoute Bibó, qu’une partie importante des Juifs soient devenus communistes et encore moins qu’ils aient suivi le Parti après ses diverses actions anticapitalistes : mais ils ont retenu qu’en Hongrie, le régime qui rétablirait le capitalisme engagerait en même temps des actions contre-révolutionnaires et antisémites49. »

61Paradoxalement, par « la grimace et la tragédie du destin », écrit Braham, les mouvements antisémites de l’après-guerre furent souvent déclenchés par les forces de gauche, qui menèrent le combat le plus âpre contre le marché noir et contre la prétention des juifs au dédommagement et à la réparation. À l’exception de quelques uns, dit-il, les représentants du régime nouveau, de gauche ou de droite, mettaient les souffrances et les pertes des juifs sur le même plan que tous les autres malheurs de la guerre.

  • 50 Standeisky (Éva), Antiszemita megmozdulások Magyarországon a koalíciós időszakban (Mouvements anti (...)
  • 51 Situer « la question juive » sur le terrain de l’identité ou de la solidarité de classe n’est pas (...)

62En effet, les partis de la coalition n’ont pas fait beaucoup d’effort pour éclairer et éduquer les masses contaminées par la propagande antisémite du régime Horthy, observe plus récemment une historienne cherchant à analyser les mobiles et les formes des mouvements antijuifs de l’après-guerre50. À l’échelon des directions, le slogan de la lutte des classes et l’anticapitalisme plébéien unissaient les partis ouvriers et les paysans-nationaux51 et, à côté de ces impératifs, l’antisémitisme n’apparaissait que comme un excès, une sorte de maladie infantile de la démocratie.

63Si l’antisémitisme (comme l’antigermanisme) était « naturel » chez les Paysans-nationaux et chez les Petits-propriétaires (qui en plus ne cessaient de se réclamer de la « morale chrétienne »), il devait choquer chez les communistes ceux qui ne savaient pas que ce parti avait donné refuge à un nombre important de « petits Croix-fléchées » à la recherche de l’impunité, ainsi qu’à une masse de déclassés et d’arrivistes. Dans le parti, les juifs avaient en général une instruction et des aptitudes supérieures à celles de leurs camarades, ce qui n’allait pas sans susciter des jalousies, et de la peur chez ceux qui cherchaient précisément à se faire oublier.

  • 52 E. Standeisky, op. cit., p. 287-291.

64Aussi bien, beaucoup de juifs survivants, qui ont adhéré eux aussi massivement au PC et avec l’intention non cachée de vouloir se venger, constatent-ils avec stupeur la présence de leurs anciens persécuteurs et la montée de l’antisémitisme dans le parti. Les plaintes se multiplient, le 1er octobre 1945 par exemple, à la réunion des secrétaires départementaux à Budapest, où les responsables des comitats de Vas et Zala déclarent que « l’ambiance antijuive prend des proportions sérieuses. À Zalaszentgrót, il n’y a que 7 juifs sur 525 adhérents et malgré cela, l’antisémitisme règne dans le parti. À Szombathely, c’est la même chose. » Dans une autre réunion semblable, un secrétaire départemental venant de la partie Est du pays affirme que même à l’époque où la terreur blanche faisait rage, l’antisémitisme n’était pas aussi fort que maintenant. « On détourne le mécontentement des masses ouvrières vers les juifs, on ne parle pas des paysans riches qui, eux aussi, font du marché noir », conclut-il. À Pécs, « ville d’un antisémitisme compact », la moitié des adhérents du PC seraient, dans la ville et dans le comitat, antisémites52.

  • 53 « Le Parti communiste fut le premier, écrit Kunovitz, à annoncer le pardon aux petits Croix-fléché (...)

65Après les élections de novembre, un juif communiste du comitat de Heves, Imre Kunovitz, écrit personnellement à Rákosi pour démontrer que l’échec électoral du parti est dû pour une bonne part à ce qu’il n’a pas combattu l’antisémitisme avec détermination. Après avoir lu et signé la lettre, Rákosi la fait lire à Rajk, Révai et Farkas, et « demande qu’on voit de plus près qui est ce Imre Kunovitz ; mais il n’y a aucune trace qui montrerait que la demande eût été obéie53 ».

66À partir des aspects à la fois archaïques et inédits de l’antisémitisme de l’après-guerre, E. Standeisky propose un essai de classification et distingue entre les mouvements antijuifs spontanés et ceux qui résultent du débordement des manifestations appelées « jugements populaires », organisées par le PC. Dans cette dernière catégorie, les démonstrations contre les trafiquants du marché noir et les fonctionnaires d’ancien régime des administrations publiques sont les principaux éléments déclencheurs, et les exemples caractéristiques sont fournis par ce qui s’est passé à Miskolc et à Békéscsaba.

67Ici, le « mouvement populaire contre la réaction » est organisé en mars 1946 par des ouvriers et des chômeurs, en coopération avec la police, des inspecteurs en civil prenant place dans la foule pour « observer les fascistes et les Croix-fléchées pour qu’il n’y ait pas de provocation ». Selon le récit des organisateurs, un groupe remet au maire une pétition exigeant la démission immédiate des « fonctionnaires réactionnaires », mais en même temps quelque 80 à 100 manifestants pénètrent dans l’hôtel de ville, où ils frappent et jettent dehors sept fonctionnaires municipaux. La foule se rend ensuite devant le siège du parti des Petits-propriétaires et demande l’exclusion de l’aile droite du parti. On se prépare à l’assaut, mais la police intervient et le PP rassure les travailleurs que leur vœu serait satisfait.

  • 54 Cité par É. Standeisky, op. cit., p. 291.
  • 55 ANH, XIX-A-83-a, b. 12. PV/CM-Nagy, Rapport, 2 août 1946.

68La police politique locale a donné une version différente de cet événement. Les passions se seraient déchaînées au cours de la manifestation, des propos antisémites ont été lancés et la foule a frappé des juifs, des communistes et des curés. Parmi les 15 victimes, il n’y avait que 4 fonctionnaires. Selon le témoignage de l’un des prêtres malmenés, la foule hurlait : « Pourquoi n’amenez-vous donc pas les juifs ? ! ». Friedmann, ancien joaillier, membre du PC et travaillant dans la cuisine municipale, rentrait chez lui lorsqu’il rencontra les manifestants : « D’abord, ils m’ont frappé au visage, puis ils m’ont attaqué avec des bâtons et frappé dans tous les sens. J’ai demandé en vain pourquoi ils me battaient, je n’ai pas reçu de réponse [...] Comme juif, j’étais un persécuté de l’ancien régime et j’ai fait le service de travail54. » Quant aux événements de Miskolc, dont l’enquête du ministre de l’Intérieur a donné un récit détaillé55, ils sont en réalité le prolongement d’une réunion publique organisée dans l’usine de Diósgyőr, dont l’orateur, Rákosi, « n’était pas vraiment populaire » dans la région. Quelques jours avant son arrivée, on répandait oralement et par l’écrit : « Rákosi, le roi des juifs, arrive », « Il arrive, Rákosi, le juif colporteur », « Il arrive, Rákosi, qui a vendu le pays aux Russes. » Or cette assemblée, où il y eut peu de monde, précède de quelques jours seulement les scènes de foule de Miskolc, où un « jugement populaire » contre les trafiquants et pour défendre le forint nouveau est organisé par les communistes, mais dont les trois victimes, deux négociants et un policier lynchés à mort, sont des juifs.

69Dans la catégorie des mouvements « spontanés », l’action est dirigée dès le départ contre les juifs. Ce qui est inédit ici, c’est que, à côté de l’antisémitisme rural de type moyenâgeux, apparaît une forme de violence propre au milieu ouvrier. Ainsi, en février 1946, suite à un pseudo-attentat, les ouvriers du centre métallurgique d’Ózd mettent en sang un policier juif qui a tiré en l’air pour calmer la foule, tout en criant des slogans antisémites ; ils se jettent ensuite sur les logements et les magasins juifs, avant de se retirer dans l’usine avec les affaires volées.

  • 56 É. Standeisky, op. cit., p. 293.

70Là aussi, il y a plusieurs témoignages. Il en ressort que le chef de la fraction communiste locale est un ancien Croix-fléchées. « Si la vie de l’ouvrier est difficile, dit-il, c’est parce que notre parti est dirigé par les juifs. » D’une manière générale, le monde ouvrier du centre industriel vit sous l’emprise de la propagande antisémite. Au sujet de l’internement des ouvriers qui ont appartenu aux Croix-fléchées, « on raconte à tout bout de champ que ces internements sont opérés sous l’influence des juifs. » Révai lui-même, qui a rédigé l’un des témoignages, nie que l’individu en question soit un ancien fasciste et présente l’émeute comme un « mouvement révolutionnaire sain » que les communistes locaux n’ont pas su canaliser contre les industriels56.

  • 57 Pour la définition de ce mot, voir ci-dessus Chap. IV., note 128, p.141.

71Par rapport à ce mouvement « spontané » de type nouveau, le pogrom de Kunmadaras fait figure de résurgence, bien que là aussi le contexte politique de l’après-guerre soit la toile de fond, ou plutôt l’écran. Il intervient dans un climat tendu, à la suite, mais indépendamment (au sens de la matérialité juridique) du jugement rendu contre l’instituteur du village, János Nagy, ancien instructeur des levente [lèvèntè57].

72Le 21 mai 1946, la rumeur se propage donc sur le marché de Kunmadaras que les juifs ont enlevé un enfant pour en « faire de la saucisse ». Bien que l’enfant soit vite retrouvé, la foule chauffée à blanc par des femmes hystériques se lance à l’assaut des maisons juives du village. Armée de gourdins et de pelles, la foule hurle : « Frères chrétiens, ne vous laissez pas faire par les juifs ! » ; « On en a assez des juifs ! » ; « On en a assez des communistes ! » ; « Unissons-nous contre les juifs ! » ; « Ne laissons pas les juifs enlever nos enfants ! ». Après avoir malmené leurs proies se trouvant sur le marché, les assaillants vont de maison en maison, pillent les magasins, et s’emparent de victimes qui ne soupçonnent rien.

73Douze habitants juifs sont lynchés, dont deux meurent aussitôt et deux autres sont grièvement blessés. Ont pris part à l’agression surtout les femmes du sous-prolétariat du village, des Tsiganes et des écoliers. Sur son lit d’hôpital, l’un des blessés a dicté au procès-verbal :

« Une foule énorme m’a assailli à la maison [...] Je suis coiffeur [...] Je me trouvais dans mon atelier à ce moment-là ; au bruit des vacarmes, nous sommes montés au grenier chez le voisin. Aussitôt, la foule nous a suivis. Ils sont montés au grenier et m’ont jeté à terre avec ma femme et ma petite fille. Ils ont commencé à nous bousculer puis à nous frapper avec des gourdins et des pelles. Je n’ai reconnu personne car c’était tous des enfants. Ils criaient : frappe, frappe ! Nous sommes restés là, inconscients [...] Mes blessures : des plaies et contusions, mon bras cassé à deux endroits, mon crâne défoncé, avec 15 points de sutures. Je n’ai qu’un désir, partir d’ici, n’importe où. »

74Les auteurs du lynchage étaient au nombre de plusieurs centaines, que les policiers et le reste de la population ont regardés sans bouger. Après l’arrivée des renforts de police de Szolnok, 83 habitants ont été arrêtés, tous des mineurs et des Tsiganes. Selon le rapport du préfet de police du 9 juin 1946, « la cause des événements qui ont eu lieu, c’est ce qu’on appelle le néo-antisémitisme, dont toute la région est infestée. Il n’y a aucun fondement économique et social. »

  • 58 Apor (Péter) parle de 273 habitants juifs qui ont été transférés au ghetto de Karcag, installé le (...)

75Kunmadaras est un gros village situé dans la Grande Plaine, à 60 km à l’ouest de Debrecen. La commune a bien profité de la conjoncture pendant les années de guerre, grâce à ses champs de blé et ses rizières, et la construction d’un terrain d’aviation allemand sur son territoire donnait des possibilités d’emploi à ceux qui n’avaient pas de terre. Le village comptait 800 juifs58 sur 8-9 000 habitants avant la déportation, dont une centaine à peine est revenue. S’ils ont survécu, c’est parce qu’ils n’ont pas été emmenés à Auschwitz mais dans les camps de travaux forcés près de Vienne, où la chance de survie était plus grande.

76Les biens des rescapés comme ceux de tous les déportés ont été pillés par les Allemands, puis par les soldats russes et les habitants du village, en sorte que les survivants ne trouvèrent à leur retour que des logements et des magasins vides. Pour restituer les biens volés, la population n’est pas trop pressée et l’intervention des autorités est parfois nécessaire. Par leur courage et grâce aux aides des organismes de secours juifs internationaux, ceux qui sont revenus retrouvent des conditions de vie à peu près normale, alors qu’une partie de la population du village retombe dans la misère avec la fin de la guerre. Les éléments organisés de cette fraction la plus déshéritée des habitants se retrouvent avant tout dans le PC et le PNP.

77Tous les partis de la coalition sont représentés au village, surtout les Paysans-nationaux (qui compteraient 1 500 adhérents) et les Petits-propriétaires ; le PSD compte parmi ses membres principalement des artisans et des commerçants, dont quelques juifs (9-10 sur 90 adhérents), le secrétaire du parti étant lui-même un marchand de blé juif. Selon un rapport communiste adressé au secrétariat général au PC, il n’y a pas de différences essentielles entre les quatre partis.

  • 59 Voir ci-dessus, Chap. IV., note 117, p. 136.

« Tous les quatre avaient accepté, dit ce texte, tous ceux qui voulaient bien se présenter. Pouvaient devenir leurs membres, sans distinction aucune, celui qui venait de rentrer de l’Ouest, le petit Croix-fléchées récemment libéré de l’internement, les membres de la KALOT59, les anciens levente, etc. Naturellement, tous ces gens utilisaient les cadres offerts par les partis pour cultiver leurs anciennes convictions [...] La grande majorité des adhérents des partis appartiennent à la racaille [...] Les partis de gauche, dont notre organisation locale, n’ont pas été à la hauteur de leur devoir [...] Ont participé activement à la bagarre les éléments déclassés de notre parti et ceux du PNP. L’antisémitisme est très fort partout dans le village. Pendant le pogrom, les partis de gauche n’ont même pas essayé de mobiliser leurs masses pour arrêter le carnage. »

78Or c’est aux directions locales des partis que s’était adressé l’instituteur János Nagy cité plus haut, au début de l’affaire de Kunmadaras. Condamné un an auparavant sur les témoignages des secrétaires locaux du PC et du PSD pour incitation à la guerre, Nagy devait être jugé à nouveau, suite à l’annulation du premier jugement pour défaut de procédure. Le deuxième procès étant fixé pour le 20 mai 1946, il écrit donc vers le 10 mai aux partis pour obtenir un jugement favorable. Il est soutenu par le PP, le PNP et la MNDSZ (Alliance démocratique des Femmes hongroises) animée par les communistes, dont la femme de Nagy est une militante active. Ces organisations mettent au point une démonstration (musclée) de solidarité et empêchent le déroulement du procès.

79Le soir du 20 mai, après le procès avorté, les dirigeants des quatre partis se réunissent pour rédiger ensemble une pétition au ministre de la Justice afin d’obtenir l’acquittement de Nagy. La réunion, où des propos antisémites sont prononcés par le secrétaire du PP, convoque les deux témoins à charge pour essayer de les convaincre qu’ils renoncent à leurs accusations : l’homme du PC s’exécute, mais l’ancien secrétaire du PSD, Wurczel qui est juif, est intercepté dans la rue et lynché par la foule. Resté inconscient pendant des heures, il ne regagne que péniblement son domicile et omet de déposer plainte.

80Le lendemain, le pogrom commence le matin et dure jusqu’à l’après-midi. Le soir, les responsables des partis et des organisations sociales se réunissent à nouveau. L’homme du PP propose un texte : on regrette les événements mais les juifs doivent quitter le village dans les six heures. Devant l’opposition du PC et du syndicat, il modifie son texte et accorde 24 heures ; comme les autres persistent dans leur refus, il trouve une nouvelle formule selon laquelle « les juifs qui savent s’intégrer dans la communauté hongroise peuvent rester ». Comme le PC et le syndicat continuent à s’opposer à ce genre de résolution, la représentante de l’Alliance des femmes intervient, et arguant que son mari est un juif, elle fait adopter le texte :

« La conférence interparti regrettant ce qui s’est passé, somme Ferenc Takács (l’ancien secrétaire du PC et témoin à charge contre Nagy) et sa femme de quitter la commune de Kunmadaras. La conférence met ensuite en demeure les membres de la population juive de la commune de Kunmadaras qui ne veulent pas s’intégrer dans la vie démocratique de la commune, de quitter le village dans leur propre intérêt, car les partis ne peuvent pas assumer la responsabilité de leur sécurité. »

81Ce sont là seulement les données factuelles les plus indispensables pour présenter une affaire dont le dossier comporte plusieurs milliers de pièces, et qui a connu à l’époque une résonance internationale. Il importe d’y ajouter la conclusion d’É. Standeisky, qui montre en effet l’existence, au sortir de l’ancien régime, d’un « vécu » cimenté par un enseignement moral et une propagande, qui transcende la raison et les rivalités politiques :

  • 60 Op. cit. p. 298-299.

« Il ne s’agit pas d’une décision élaborée en haut, mais prise localement, écrit l’auteur : un jugement populaire “authentique”. Tel que les dirigeants politiques de la commune l’ont finalement décidé à l’unanimité. Sans ambiguïté, la décision est antijuive, inhumaine. Elle ne renvoie pas à des passions, à des sentiments, mais tout en atténuant l’intérêt égoïste des décideurs par un regret officiel, elle proclame avec une rigueur objective : les juifs doivent quitter leur terre natale. Non pas pour une raison politique, à cause de leur attitude partisane, politique, mais tout simplement parce qu’ils sont juifs, parce que leur présence est gênante pour la majorité non juive, que ce soit des pauvres ou des riches, membres des partis ou sans parti, des éléments lumpen ou des intellectuels. Selon le “peuple” représenté, [...] les responsables des événements tragiques, des assassinats, ce ne sont pas les auteurs du pogrom, mais les victimes, en raison seulement de leur existence pure et simple60. »

Les victimes de guerre : les pertes humaines, le sort des prisonniers et des expulsés

  • 61 T. Stark, op. cit., 1989. Elesett, megsebesült, eltünt, fogságba esett. Magyarország katonai veszt (...)

82Pour les chercheurs hongrois, le bilan des pertes humaines de la 2e Guerre mondiale doit porter, dans la mesure où l’enquête est possible, sur les armées et les populations civiles du pays agrandi par les réannexions de 1938 et 1940, puisque la Haute-Hongrie, la Transylvanie du Nord et le Banat ayant englobé avec la Hongrie de Trianon la majorité du peuple hongrois, ces territoires partagèrent la même histoire pendant la guerre ; au demeurant, les documents de cette période, portent, à quelques exceptions près, sur l’ensemble des pays en question61.

83Pas plus qu’à l’époque, les pertes militaires ne peuvent être établies avec précision aujourd’hui. Quand la Hongrie devient à son tour le théâtre des opérations militaires à l’automne 1944, les registres des soldats tués ne sont plus tenus régulièrement et beaucoup de papiers disparaissent dans la tourmente. Les documents conservés et les publications rendent eux-mêmes difficile la connaissance des chiffres puisqu’ils confondent systématiquement les différentes catégories de victimes : morts, blessés, disparus, prisonniers.

84Après les premières opérations militaires (occupation du nord de la Transylvanie en août 1940, attaque contre la Yougoslavie en avril 1941), les pertes augmentent considérablement avec l’agression contre l’Union soviétique : 400 morts dans les combats engagés en Galicie du 1er au 7 juillet 1941, puis 4 000 « disparus » le mois suivant dans le bassin du Donetz, où le corps d’élite dit « corps d’armée rapide », commandé par Béla Dálnoki Miklós, perd 70-80 % de son équipement.

85Suite aux entretiens de Keitel avec le gouvernement hongrois le 21 janvier 1942, celui-ci donne son accord pour envoyer sur le front russe 9 divisions d’infanterie et une de blindés, qui, sous le commandement de Gusztáv Jány, vont constituer la 2e Armée hongroise. Organisée et équipée jusqu’en avril, cette armada parvient sur les rives du Don, dans le secteur de Voronej, non sans avoir subi des pertes au cours des accrochages avec les partisans soviétiques.

86Fin juillet 1942, quand les premiers assauts sont lancés par les Russes sur les rives ouest du fleuve, il y a 240 000 soldats hongrois sur ce front. Après une période de calme (septembre-janvier) dans le secteur hungaro-soviétique, l’offensive de l’Armée rouge est lancée le 12 janvier 1943, à partir des têtes de pont d’Urivi et Soutchei. Les jours suivants, le front est rompu en plusieurs endroits et il faudra plusieurs semaines aux commandements se repliant vers l’ouest pour mesurer l’ampleur du désastre. C’est que dans le désordre de la débâcle, un grand nombre de blessés se sont retrouvés dans des hôpitaux allemands ou italiens, ce qui rendait le comptage difficile. La direction militaire fera état de 120 000 soldats perdus dans la bataille du Don (morts, blessés, disparus, faits prisonniers).

87En avril 1943, on commence à rapatrier les débris de la 2e Armée, tout en conservant jusqu’en avril 1944 des troupes d’occupation en territoire soviétique. À cette date, alors que le front n’est plus qu’à 100-150 km des Carpathes et que la Hongrie est occupée depuis un mois par les Allemands, les troupes d’occupation hongroises en URSS sont intégrées dans la 1re Armée. L’action de celle-ci au nord-est des Carpathes se solde par une perte de 15 576 hommes.

88Après la grande offensive soviétique du 13 juillet dans la région de Tarnopol, les assauts contre les positions hongroises, à partir du 22 juillet, sèment la confusion et l’armée n’arrive plus à compter ses morts et ses disparus : ces pertes, estimées à 35 000, sont aggravées par l’engagement dans le sud de la Transylvanie, à la suite du décrochage roumain du 23 août. Avec le putsch de Szálasi commence l’émiettement de la 1re Armée. En deux semaines, l’appel de Béla Miklós entraîne la reddition de 20 000 soldats, mais les retraits successifs de l’armée dans les Carpathes rendent impossible le décompte des pertes.

89D’après le tableau dressé pour la CCA et publié le 30 novembre 1945, les pertes militaires de l’année 1944 s’élèvent à 113 732 personnes, c’est-à-dire qu’elles sont proches de celles qui ont affecté la 2e Armée.

  • 62 Gy. Vargyai, op. cit., 2001, p. 388.

90L’armée hongroise connaît sa dernière grande épreuve dans les combats de Budapest, où, depuis le 25 décembre, 45 000 soldats allemands et 50 000 Hongrois sont encerclés par l’Armée rouge. Lors de la tentative de sortie du 12 février, seuls quelque 4 000 soldats germano-hongrois réussissent à atteindre les monts de Buda et moins de 800 les lignes allemandes62. Le bilan de cet épisode sanglant s’ajoutant aux listes précédentes, les pertes militaires hongroises s’élèvent approximativement à 300-310 000 soldats, dont le nombre de tués se situe entre 120 et 160 000.

91Quant aux victimes civiles de la guerre, elles ont été comptées à l’intérieur des frontières de Trianon.

92Selon l’enquête réalisée en juin 1945 et publiée dans le numéro spécial 1-6 de 1946 de la Revue Statistique Hongroise, 32,8 % des localités ont connu des bombardements. Centre politique et industriel, Budapest a été bombardée en vagues successives en avril, juin et septembre 1944. Celle du 3 avril a fait 1 073 morts, le chiffre élevé s’expliquant par l’insuffisante préparation des habitants. En province, les villes de la partie ouest du pays sont celles qui ont le plus souffert : Győr, Sopron et Szombathely notamment avec respectivement 574, plus de 500 et 423 morts. À l’autre bout de la Hongrie, c’est à Szeged et à Debrecen que les attaques aériennes ont eu les conséquences les plus graves.

93Les combats terrestres ont fait plus de victimes. D’après l’enquête précitée, 51,8 % des localités ont été touchées par les combats, dont 60,7 % pendant moins d’une semaine et 22,4 % pendant plus d’un mois. Dans les comitats de Fejér et Somogy, 46 et 57 % des communes ont été assiégées pendant plus de trois mois. Le siège de Budapest a fait environ 8 000 morts civils, où sont confondus les habitants et des provinciaux bloqués dans la capitale. Parmi les départements, la guerre a fait le plus de victimes dans les comitats transdanubiens (Fejér, Veszprém, Komárom), et dans le nord-est, à Borsod-Abaúj-Zemplén.

94Pour l’ensemble du pays, l’enquête de l’Office central des Statistiques aboutit à 44 490 morts, occasionnés par les bombardements aériens et les combats terrestres. Mais si on y ajoute la surmortalité résultant des conditions créées par la guerre (privations alimentaires, manque d’hygiène, maladies contagieuses), ce chiffre doit être multiplié par deux environ. À Budapest par exemple, outre les 8 568 décès causés directement par la guerre, il y a au printemps 1945, 12 000 morts de plus qu’un an auparavant, à la même saison. Si on tient donc compte de cette réalité, on doit situer les victimes civiles de la guerre entre 80 000 et 100 000 morts.

  • 63 T. Stark, op. cit., p. 47-60. Un travail sur les PG en URSS, réalisé à partir des documents d’arch (...)

95Dans la hiérarchie de la souffrance, les prisonniers de guerre (PG) concurrencent les déportés63, et dans l’ordre chronologique des retours ils suivent les rescapés des camps. Leur sort était loin d’être un sujet tabou au lendemain de la guerre, puisque la libération des prisonniers sollicitait les efforts du nouveau régime à la fois en politique étrangère et devant l’opinion publique nationale. « La question des PG » était au cœur de bien de surenchères, étant donné l’importance de la captivité, estimée entre 800-900 000 prisonniers, dont 600 000 détenus par l’Armée soviétique.

  • 64 PV/CM-GNP, A, 31 mai, 29 mai 1945 ; B, 43/13, 18, 22 août 1945.

96En mars 1945, alors que « l’exaspération est grande » dans le pays, Gyöngyösi explique les raisons qui font que la question des PG s’est plutôt détériorée : après la chute de Budapest, il y avait toujours 12 divisions hongroises qui se battaient aux côtés des Allemands, puis les PG ont été acheminés successivement en Roumanie, en Bessarabie et vers Moscou. Il faudra attendre jusqu’en août pour que le même ministre annonce « une nouvelle particulièrement heureuse et d’une très grande importance » : Vorochilov a annoncé la libération de tous les PG hongrois, y compris ceux qui avaient été pris par les Roumains. Il a promis également de laisser rentrer les prisonniers, surtout les femmes et les jeunes filles, déportés à cause de leur origine supposée allemande. Feraient exception aux mesures de libération seulement les membres des anciennes formations nazies (SS, SA, NSKK, Gestapo) et ceux de l’armée qui ont participé à des atrocités64. Vu l’importance du travail exigé par l’accueil, une conférence interministérielle est convoquée pour le 1er septembre.

  • 65 PV/CM-GNP, B, 48/4, 31 août 1945 et note 45 p. 156 ; 49/1, 4 septembre 1945.

97On a soulevé « comme question de principe » s’il fallait faire une différence entre les PG de l’est et de l’ouest, et admis que le contrôle politique devait s’appliquer par priorité aux PG rentrant de l’ouest. Le nombre annoncé des « prisonniers de guerre et d’autres citoyens hongrois déportés » se trouvant dans la zone d’occupation américaine, pour lesquels le Commissariat aux PG a été en réalité institué, serait à ce moment 400 00065.

98Les rapatriements de l’Est ne se présentent pas aussi bien qu’on l’aurait souhaité. Aussi le Premier ministre adresse-t-il une note à la CCA le 11 octobre pour signaler que les transports de PG ont cessé complètement du 16 septembre au 3 octobre, et que du 4 au 6 octobre, seule l’arrivée de 2 874 PG est attestée. Il remarque en outre que le personnel qualifié est enlevé des trains qui traversent la Roumanie ; qu’en Yougoslavie les PG qui rentrent sont internés et que les Russes continuent à évacuer vers l’URSS les PG des camps se trouvant en Hongrie. Le 30 décembre, Sviridov répondra que ces assertions ne correspondent pas à la réalité.

99Selon T. Stark, ces efforts n’ont pas abouti à une coordination efficace des retours, du fait que la CCA n’a pas autorisé la création d’un organisme spécifique centralisé. Le Commissariat du gouvernement aux Rapatriés s’occupe par priorité des PG occidentaux. C’est pourquoi la date du 1er juillet 1946 constitue un moment clef, puisque le ministère des Affaires sociales prend en charge l’accueil et l’enregistrement systématique de l’ensemble des PG.

100Le traité de paix signé à Paris le 10 février 1947 prévoit la restitution des PG « dès que possible [...] selon les accords conclus » entre chaque puissance concernée et la Hongrie, qui devra assumer les frais de transports et d’entretien. À partir de juin 1947, les rapatriements s’accélèrent : 16 000 puis plus de 30 000 en juillet ; le 30 octobre, on arrive au 100 000e prisonnier, 100 288 exactement.

101En 1948, la Hongrie reçoit encore, jusqu’en novembre, 84 310 prisonniers. À ce moment, le gouvernement considère que la question des prisonniers de guerre est résolue, du moins vers le public. D’un jour à l’autre sont supprimés le journal du PC destiné aux Mutilés et Prisonniers et tous les organismes politiques et ministériels qui s’occupaient des PG. Mais les années suivantes, et jusqu’en 1951, plus de 25 000 prisonniers seront encore rapatriés sous l’égide du ministère de l’Intérieur. Au total, le nombre de PG rentrés est entre 400 et 450 000. Cela veut dire aussi qu’environ 150 000 prisonniers de l’Est ne sont pas revenus. La plupart d’entre eux ont dû périr à la suite de maladies contagieuses, de la sous-alimentation et des conditions de détention.

102Le retour a été plus rapide et plus suivi pour ceux qui se trouvaient en territoires allemands, dans les camps anglo-américains. L’arrivée des premiers groupes en août 1945 est précédée de la venue d’une délégation hongroise importante à Salzbourg pour discuter avec le commandement américain les modalités du rapatriement. Il y a là plusieurs représentants de la CCA et de la police politique hongroise, dont le chef Gábor Péter. Les Américains mettent à leur disposition, sans frais de transport, les trains nécessaires au rapatriement de plus de 110 000 PG dispersés dans les fermes et villages autrichiens.

103À l’arrivée, les PG passent par les postes de filtrage qui fonctionnent dans plusieurs villes (Komárom, Kaposvár, Székesfehérvár, Szentgotthárd) sous le contrôle de la police. La recherche des criminels de guerre fait que le contrôle du flux est systématique et le comptage plus précis que dans le cas des prisonniers de l’Est. Selon les registres du Commissariat aux rapatriements, 114 900 PG ont passé par les stations de filtrage et sont rentrés chez eux jusqu’au 31 mars 1946. Il en resterait encore 75 000 en Allemagne, 40 000 (ou 30 000) en France, 8-10 000 en Italie, 1 700 en Suède, 2 000 en Belgique et au moins 2 000 au Danemark ; d’autre part, un nombre assez important d’éléments des anciennes divisions SS attendent la fin de la guerre en Suisse.

104Jusqu’en juillet 1946, ceux qui voulaient revenir d’Autriche et d’Allemagne sont pratiquement tous rentrés. Les camps de ces deux pays sont d’ailleurs dissous au cours de l’année 1946, alors que les rapatriements se poursuivent à un rythme soutenu des autres régions. En mai 1947, le Commissariat cesse de publier des rapports. L’ensemble des retours est de 189 993, chiffre qui peut être arrondi à 200 000 si l’on y ajoute les retours effectués avant la mise en place du Commissariat et après l’arrêt des comptages en mai 1947.

  • 66 Op. cit., p. 58.

105Des quelque 280 000 militaires faits prisonniers en territoires allemands, 30-35 % ne sont donc jamais revenus en Hongrie, constate T. Stark en citant les constats concordants des principaux responsables des rapatriements. Pour expliquer ce pourcentage élevé de non-retour, on évoque la peur des arrestations (« le plus souvent injustifiée ») entretenue par la propagande des anciens nazis hongrois en Occident, et l’esprit d’aventure, qui expliquerait notamment la présence de « près de 20 000 membres d’origine hongroise de la légion étrangère, qui, en 1952, se sont battus en Indochine pour des intérêts français66 ».

106Malgré le pullulement des organismes d’accueil et des services sociaux, les PG démobilisés affrontent une existence pénible.

  • 67 Ibid., p. 53-54.

« Les victimes les plus à plaindre de l’horrible guerre qu’on nous a imposée sont sans aucun doute les prisonniers de guerre qui rentrent ou qui sont déjà revenus, estime le rapport pour 1945 du ministère des Affaires sociales. Brisés dans le corps et l’âme, amaigris, blessés, mutilés, paralysés, affamés, mal habillés et souffrant du froid, ils errent désemparés à travers le pays par milliers. Nombre d’entre eux ont été complètement pillés pendant leur absence, leurs logements attribués à d’autres. Pleins d’amertume [..,] ils sont à la recherche de leurs familles ou leurs proches [...] Épuisés par la faim, désespérés, beaucoup se retirent sous les portes cochères et s’adonnent à une mendicité humiliante67... »

  • 68 ANH, XIX-A-83-a, b. 13, PV/CM-Nagy, 140/57, 20 septembre 1946.

107Le sort des mutilés est porté devant l’Assemblée nationale, où le ministre des Affaires sociales doit répondre un moment à huit interpellations. Un de ses collègues renchérit en rappelant que pendant les journées paysannes, beaucoup de provinciaux se sont plaints de voir que « Budapest était pleine de soldats mendiants68 ».

  • 69 Écartant les arguments fantaisistes, comme la prétendue menace soviétique, L. Karsai rappelle que (...)

108Si, raisonnablement, rien ne permet de rapprocher la souffrance des juifs désarmés livrés à l’extermination et celle des soldats qui ont livré bataille mais dont l’aventure a mal tourné69, il existe deux autres catégories de victimes dans la Hongrie de l’après-guerre, dont les épreuves sont solidaires à plus d’un titre : il s’agit des Allemands et des Hongrois expulsés respectivement de la Hongrie et de la Slovaquie (ancienne Haute-Hongrie). Il est bien connu que, loin de constituer un phénomène inédit, les mouvements forcés ou consentis des populations sont un des aspects caractéristiques des drames collectifs du xxe siècle. Ils accompagnent l’affaiblissement ou l’effondrement des États multinationaux et la mise en œuvre des arguments ethniques, politiques ou religieux pour consolider les « mères-patries ».

  • 70 Volksbund der Deutschen in Ungarn - Alliance populaire des Allemands de Hongrie, fondée le 26 nove (...)
  • 71 Duroselle (Jean-Baptiste), Histoire diplomatique de 1919 à nos jours, Paris, 1985, p. 217.

109Dans le cas de l’Allemagne, l’avènement du nazisme confère au problème des minorités germaniques une dimension nouvelle, puisque, outre la politique des « rapatriements », le Reich cherche à utiliser ces populations pour diffuser son idéologie et réaliser ses desseins, dans le cadre notamment de la Volksbund70. Faut-il rappeler le rôle qu’a joué dans la dislocation de l’État tchécoslovaque le parti de Konrad Henlein, parlant au nom de 3 200 000 Sudètes de langue maternelle allemande et dont le programme adopté le 24 avril 1938 à Karlovy-Vary prévoyait toute une série de mesures en faveur de la nazification et des intérêts du « groupe national allemand71 ».

  • 72 Aperçus historiques notamment par Bellér (Béla), A magyarországi németek rövid története (Brève hi (...)

110En Hongrie, le démembrement du territoire en 1920 a réduit fortement le nombre des habitants d’origine allemande ou Souabe, qui ne représentent plus que 6,9 % de la population au lieu de 10,4 % dix ans auparavant72. La Hongrie de Trianon compte 551 221 habitants d’origine allemande, dont près de 40 % forment autour de la capitale l’« anneau souabe ». Ruraux pour la plupart (80 %), ces Allemands forment encore des centres de peuplement importants dans le Sud transdanubien (comitats de Baranya, Somogy, Tolna), autour de la ville de Sopron et du lac Balaton. Il existe environ 420 villages à l’ouest du Danube, où plus de 50 % des habitants sont des Souabes.

  • 73 B. Bellér, op. cit., p. 180.

111Après l’agression allemande contre l’Union soviétique et l’entrée en guerre de la Hongrie, la Volksbund participe à la mobilisation des ressources économiques et humaines pour aider la machine de guerre nazie. Les paysans souabes aisés « seront après 1941, les plus fidèles soutiens de la Volksbund73 ». Quant à l’incorporation des Allemands de Hongrie dans l’armée allemande, elle donnera lieu à trois campagnes de recrutement, dont les deux premières produisent des engagés volontaires proprement dits.

  • 74 Ibid., p. 184.

112L’omniprésence de la Volksbund dans la vie des Allemands de Hongrie pendant les années de guerre, la réputation des formations paramilitaires et des SS sont peu compensées par les efforts du camp opposé, organisé à partir de la fin de 1942 sous le nom de « mouvement de fidélité », animé par le clergé catholique et évangélique. Réactionnaire du point de vue social et situé au diapason du nationalisme hongrois, ce mouvement milite surtout pour que les Souabes participant à la croisade antibolchevique ne soient pas habillés en SS allemand mais en honvéd (soldat de l’armée) hongrois74.

113En 1945, les statistiques hongroises estiment que cette forme d’opposition n’a représenté que 2 %, contre 28 % de ceux qui se tenaient à l’écart des agissements de la Volksbund, alors que 70 % des Souabes ont été impliqués directement ou à titre de sympathisants, c’est-à-dire en apportant leur soutien à cette organisation pro-nazie.

  • 75 Ibid., p. 187.

« Ces proportions ont grandement contribué, estime B. Bellér, à ce que, après la libération, l’opinion publique hongroise identifie les Allemands de Hongrie avec la Volksbund, qu’elle les considère comme une sorte de « cinquième colonne » du Troisième Reich, au même titre que les Allemands des Sudètes de la Tchécoslovaquie et des Carpathes, les rendant premiers responsables de la perte de l’indépendance hongroise et de la tragédie du peuple hongrois dans la Seconde Guerre mondiale75. »

  • 76 L’emploi de la main-d’œuvre allemande est considéré par le gouvernement soviétique comme une forme (...)
  • 77 L. Tilkovszky (Loránt), Nemzetiség és magyarság (Hongrois et nationalités), Bp., 1994, p. 136. PV/ (...)

114Dès le début de l’occupation soviétique, les troupes procèdent à des réquisitions et à des transferts en URSS des civils, souabes et magyars confondus. Ces rafles deviennent systématiques à partir du 22 décembre 1944, quand l’autorité militaire décrète la « mobilisation » de la population d’origine allemande (les hommes de 17 à 45 ans et les femmes de 18 à 30 ans) pour reconstruire l’URSS dévastée par l’armée allemande et ses alliées76. Dans la mesure où les Russes ne font pas de différence entre volksbundistes et Allemands antinazis, les tensions s’installent. Dans le comitat de Békés, les communistes déclarent que le principe appliqué par les Soviétiques est aussi injuste que la déportation des juifs hongrois et que leur manière d’agir ne peut que « creuser la tombe » des sympathies envers l’URSS. Les déportés de Balmazújváros demandent au moins à ne pas être considérés comme des Allemands. Descendants de 60-70 familles suisses ou rhénanes installées au milieu du xviiie siècle par une famille Andrássy au cœur de la puszta de Hortobágy, ces Allemands se sont magyarisés depuis longtemps et seuls les noms témoignent de leurs origines77.

  • 78 Lettre à Mátyás Rákosi, 7 janvier 1945, DS, p. 35. PV/CM-GNP, B, n° 44, 13 août 1945 et note 4, p. (...)
  • 79 Zielbauer (György), A magyarországi németség nehéz évtizede 1945-1955 (La décennie difficile des A (...)

115En janvier 1945, Révai écrit à Rákosi qui se trouve encore à Moscou, que « même les éléments honnêtes sont déchaînés » contre ces transferts78. Ce serait au total près de 64 000 Allemands de Hongrie ou supposés tels, qui ont été « mobilisés » et acheminés vers l’URSS pour des travaux de reconstruction, entre le 22 décembre 1944 et fin janvier 194579.

  • 80 Sont utilisés pour la trame chronologique, S. Balogh, op. cit., 1988, p. 77-102 : A német nemzetis (...)

116Alors que le gouvernement ne cesse d’intervenir en faveur des civils déportés, allemands ou non, en rappelant après le 20 janvier 1945 que la convention d’armistice ne prescrit que l’internement des « citoyens allemands », l’affaire des transferts devient « la question souabe » à partir de mars-avril 1945, à la suite de la publication du décret sur la réforme agraire. L’article 4 prévoyant la confiscation des terres des Volksbundistes, cet événement apparaît dès lors comme le catalyseur d’un processus où sont en jeu des facteurs nationaux, politiques, historiques et internationaux, et qui aboutit à l’expulsion partielle des Souabes vers l’Allemagne80.

117Paradoxalement, c’est devant le Conseil national de Budapest que la « question souabe » apparaît d’abord en relation avec la réforme agraire. Dans la séance du 11 avril 1945, Imre Kovács (PNP) souhaite qu’on crée à Budapest aussi des comités de postulants, puisque la masse des ouvriers qui viennent travailler quotidiennement dans la capitale sont des semi-ruraux. Or les terres autour de la ville, qui valent des fortunes à cause de leur situation, appartiennent à des paysans souabes et il se trouve que plus de 90 % de ces villages étaient dans la Volksbund ; ce sont eux, affirme Kovács, qui avaient formé les deux divisions SS qui ont « défendu » la capitale.

  • 81 PV/CNB, p. 82-84.

118Si le communiste Gerő ne voit pas l’intérêt des comités de réforme agraire dans la ville (« il ne faut pas transformer les ouvriers en paysans »), il ne nie pas l’importance de la population volksbundiste, et à Supka (PDB) qui demande qu’on cesse d’utiliser l’expression de « village souabe » et de vouloir sanctionner quelqu’un parce qu’il est souabe, il répond vertement que « Hitler n’est pas le seul responsable de ce qui s’est passé, les Allemands aussi doivent partager son sort » ; « ce n’est pas un hasard, ajoute-t-il, que ce soit justement l’Allemagne qui ait produit Hitler ». Comme Supka, Szakasits rejette au nom du PSD toute idée de responsabilité collective81.

119Dans la presse, le slogan du PNP : « Hors du pays, les Souabes traîtres à la patrie ! » apparaît à la même époque. Le 10 avril, dans le journal du parti, Szabad Szó, I. Kovács écrit :

  • 82 L’article de Kovács publié dans Szabad Szó le 18 août 1945 sous le titre de Gyönyörű elégtétel (Un (...)

« [...] les Souabes étaient venus avec un baluchon, qu’ils partent avec un baluchon. Les Souabes [...] ont démontré par tous leurs actes qu’ils étaient solidaires avec l’Allemagne hitlérienne. Maintenant, qu’ils partagent le sort de l’Allemagne ! Nous allons expulser les Souabes [...] Il n’est pas possible que les meilleures terres soient occupées par des membres de la Volksbund82. » Les Communistes et les Petits-propriétaires emboîtent le pas aux Paysans-nationaux en rappelant que les Souabes étaient bien désireux de rejoindre la « patrie des ancêtres » quand l’étoile du Troisième Reich était à son apogée.

  • 83 S. Balogh, op. cit., p. 84. PV/CM-GNP, A, 27/13, 18 mai 1945.
  • 84 PV/CM-GNP, A, 34/12, 13 juin 1945.

120Mais comme le montre une importante réunion des partis le 14 mai 1945, les positions sont en réalité contradictoires, et cet état d’esprit est longuement expliqué par Erdei en conseil des ministres83. On note en particulier que le ministre de l’Intérieur met chaque fois l’accent sur la dimension politique de la « question souabe », alors que Ferenc Nagy par exemple déconseille l’expression d’« hitlérien » dans le texte officiel en préparation84. Pendant que tous les partis commentent dans leurs journaux la conférence du 14 mai dans le sens de la responsabilité politique, Gyöngyösi prévient la CCA le 26 mai 1945 que le GNP envisage l’expulsion du pays de 300 000 habitants d’origine allemande en tant que membres de la Volksbund. Mais peu de temps après (5 juillet), dans une note verbale, il n’est plus question que de 200 000 à 250 000personnes.

  • 85 PV/CM-GNP, A, 36/39, 20 juin 1945 et note 33, p. 577.

121Le texte du ministre de l’Intérieur « concernant les hitlériens de Hongrie85 » devient le décret n° 3820 (JOH, 1er juillet 1945). Il élargit la compétence de l’Office d’Aide sociale et définit la démarche à suivre pour connaître l’attitude politique passée des Allemands de Hongrie. Dans les districts à forte population souabe, seront mises en place des commissions tripartites : le président, de formation juridique, nommé par le ministre de l’Intérieur ; un membre est délégué par le Comité national du district, et le troisième choisi parmi les Souabes locaux, connus pour leurs sentiments démocratiques.

122Pour établir le portrait civique des personnes incriminées, les commissions appliquent une grille à quatre variables : rôle dirigeant dans une organisation hitlérienne ou engagement volontaire dans les Waffen SS ; adhésion à une organisation hitlérienne ou reprise du patronyme germanique ; l’adhésion à une organisation ne peut être prouvée, mais la personne soutenait les buts de celle-ci ; l’habitant soumis à l’examen n’était ni dirigeant, ni membre, ni sympathisant d’une organisation hitlérienne. L’appel contre l’arrêt des commissions était possible.

  • 86 J.-L. Muller, op. cit., p. 81.

123Dès le 5 juillet 1945, le gouvernement renouvelle sa demande auprès de la CCA en vue du « rapatriement » des volksbundistes, SS et autres éléments allemands compromis, mais la note ne porte plus que sur 200 000 personnes. Cette requête est transmise aux représentants anglo-américains le jour même de l’ouverture de la conférence de Potsdam, le 17 juillet 1945. Dès 1942-1943, les Occidentaux ont admis le principe du transfert des populations allemandes, et, à Potsdam, l’expulsion des Souabes de Hongrie est envisagée en rapport avec les nouvelles frontières occidentales de la Pologne et l’expulsion des Allemands des Sudètes. Le rôle directeur revient au Conseil de Contrôle allié en Allemagne86.

124Le 9 août 1945, Vorochilov fait savoir que 400 000 à 450 000 Allemands de Hongrie doivent être expulsés et Sviridov demande au GNP de préparer dans les 3-4 jours un « projet de travail » touchant à tous les détails de l’expulsion, y compris la préparation de l’opinion publique.

  • 87 PV/CM-GNP, B, n° 44, 13 août 1945.

125Les chiffres avancés par les Russes sèment la confusion87 ; ils correspondent pratiquement au nombre de ceux qui se disaient de langue maternelle allemande en 1941 (477 157 exactement, pour la Hongrie de Trianon), alors que le Gouvernement veut s’en tenir aux 200-250 000 personnes politiquement compromises. On redoute surtout que l’affaire des Souabes ne soit mise en rapport avec le sort de la minorité hongroise de la Slovaquie, déjà « traitée de façon odieuse », comme le rappelle Gyöngyösi. Le représentant du ministre de l’Industrie, Gyula Kelemen, pour sa part se demande si l’industrie va supporter la perte causée par l’expulsion totale des Allemands.

126En rapport avec les chiffres, c’est naturellement le critère ou la justification des expulsions qui se trouve au cœur du débat ministériel du 13 août. Les arguments sont de deux ordres : politique (ce qui écarte le principe de la responsabilité collective) ou national (où l’on hésite entre le critère de la langue maternelle et le choix exprimé lors du recensement de 1941). Ce second argument est largement développé par F. Nagy (PP), rappelant notamment que « lors du recensement (de 1941), la question a été posée d’une double façon, à savoir quelle était la nationalité et quelle était la langue maternelle. Celui qui répondait savait de quoi il s’agissait, d’autant plus que le questionnaire fut précédé d’une propagande intense, de sorte que chacun était responsable pour ses déclarations. Une masse de 303 000 personnes se sont déclarées de nationalité allemande et, de ce fait, celles-ci doivent être expulsées, à peu d’exception près. Ne méritent un traitement de faveur que ceux qui ont pris part au combat contre le germanisme. Il est peu probable que ces exceptions dépassent les 3 000 personnes ». Finalement, le conseil des ministres du 13 août « tient pour nécessaire l’expulsion de la nationalité allemande, et cela par la volonté du peuple hongrois. »

  • 88 Ibid., Annexe 44/c et note 52, p. 71-74.

127Toutefois, une note rédigée par István Kertész pour la CCA reprend la primauté de la responsabilité politique88. Le 18 août, Erdei revient à la charge pour faire comprendre que le GNP a voulu mener à bien cette opération sur une base politique, mais Sviridov déconseille les considérations de cet ordre :

« [...] il faut expulser tous ceux qui se sont déclaré Allemands, dit-il, sans se demander à quel parti ils appartenaient et à quel parti ils appartiennent aujourd’hui [...] Il faut être impitoyable, il existe beaucoup de questions que le ministre de l’Intérieur ne peut résoudre s’il écoute toutes les opinions [...], le ministère de l’Intérieur n’est pas un organisme démocratique mais révolutionnaire et dictatorial. »

  • 89 PV/CM-GNP, B, 46/14 et 18, 22 août 1945, note 14 et annexe 46/b, p. 133-135.

128Comme le ministre s’inquiète et pose la question de savoir si l’expulsion des Souabes ne va pas entraîner celle des Hongrois de la Slovaquie, Sviridov affirme qu’« aucune des puissances alliées ne pense à cela ». Il fait cependant une remarque inquiétante tendant à encourager les Hongrois à expulser les Slovaques, à titre de rétorsion89.

  • 90 PV/CN-GNP, B, 43/9, 8 août 1945, annexe 43/b, p. 48 et annexe 61/e, p. 410.

129Sur le terrain, les opérations n’avancent que très lentement et au nom de l’épiscopat, Mindszenty se mêle de l’affaire. Dans la lettre, « non exempte d’exagérations et de calomnies », qu’il adresse le 10 octobre au GNP, il vise en réalité l’action du gouvernement et surtout les communistes. Une semaine plus tard, il intervient dans la crise provoquée, en rapport avec la réforme agraire, par l’installation dans des biens souabes de paysans sans terre, venant des régions déshéritées (Est de la Tisza, Nord du pays) de la Hongrie. Quelques-uns de ces « colons » s’étant comportés en aventuriers et en pillards, la « colonisation interne » provoque des frictions et même des affrontements physiques, et contribue à aggraver les discordes entre les protagonistes : le CNR, instance nationale de la réforme agraire, et les partis de gauche soutiennent, malgré tout, les « nouveaux venus », tandis que la vieille garde des administrations et le parti des Petits-propriétaires (et Mindszenty) défendent la cause de la paysannerie souabe90.

130Il s’avère d’ailleurs que les Petits-propriétaires n’ont pas la même idée sur les crimes de guerre que les partis de gauche, le vœu non exprimé étant le désir de retenir dans le pays le paysan souabe aisé de préférence au Souabe déshérité. Comme le PSD, le PP commence à délivrer des cartes d’adhésion antidatées pour soustraire un certain nombre de candidats à l’expulsion. Le PC de son côté a plus de 60 000 ouvriers et mineurs souabes à retenir et cette préférence rejoint l’argument général relatif aux intérêts de l’économie nationale. Le critère national et linguistique apparaît donc comme une sorte de dénominateur commun car, paradoxalement, ce sont les intérêts partisans qui empêchent de poser la « question souabe » en termes politiques. En-deçà bien sûr des intérêts supérieurs de Moscou et des puissances alliées.

131Les démarches nombreuses et les réponses souvent contradictoires des Anglo-Américains ont retardé le commencement des premiers transferts. Pour freiner les départs, les représentants américains à Budapest et en Allemagne imposent des conditions matérielles et techniques auxquelles le gouvernement hongrois ne peut pas répondre. À la réunion de la CCA du 16 août 1946 par exemple, le successeur du général Key, G.H. Weems, exige qu’on donne à chaque expulsé une somme en devises convertibles équivalant à 500 marks, ce qui fait suspendre les départs.

132La suite et l’achèvement des opérations de « rapatriement » seront finalement décidés par un accord particulier conclu le 1er septembre 1946 entre le ministre des Affaires étrangères hongrois et les représentants de l’administration militaire américaine en Allemagne. La convention réglemente tous les détails des acheminements, avec un soin particulier porté aux conditions sociales, sanitaires et humaines. L’expulsé peut emporter ses mobiliers les plus indispensables, les outils nécessaires à l’exercice de son métier, ses livrets de compte domiciliés dans les banques allemandes et les certificats attestant ses droits de propriété éventuels en Allemagne, etc.

133Les Américains acceptent d’accueillir un nouveau contingent de 90 000 personnes entre le 1er septembre 1946 et le 1er avril 1947. Mais le flux sera bloqué à nouveau au bout d’un trimestre à cause des nouvelles prestations exigées du gouvernement hongrois. Finalement, 135 655 personnes en tout auraient été jusque-là déplacées vers la zone américaine.

134À partir du printemps de 1947, de nouveaux contingents de Souabes, 50 000 à 54 000 personnes seront encore envoyés, cette fois-ci vers la zone d’occupation soviétique de l’Allemagne. C’est que l’arrivée des Hongrois expulsés de la Slovaquie crée d’énormes difficultés d’accueil, obligeant le gouvernement de poursuivre la « politique souabe ». Certaines mesures restées jusque-là plus ou moins sur le papier sont désormais appliquées avec plus de rigueur. Ainsi, 3 453 logements souabes sont évacués et 5 192 familles déplacées et regroupées entre avril et août 1947.

135L’expulsion des Allemands de Hongrie et celle des Hongrois de la Slovaquie se présentent ainsi comme deux volets complémentaires d’un ensemble cohérent. Le gouvernement hongrois a subi les conséquences de ses propres mesures de rétorsion : en chassant les Allemands du pays, n’a-t-il pas amorcé lui-même le processus qui obéit ensuite à sa propre logique. Mais les décisions qui déclenchent l’engrenage ne sauraient être isolées des facteurs externes.

136La justification des expulsions est liée d’une part au rôle des minorités dans la destruction de la Tchécoslovaquie et, d’autre part, à la conviction de l’émigration politique de ce pays qu’il faudrait reconstruire l’État sur une base nationale homogène, tchèque et slovaque. Sur le premier point, il y a lieu de distinguer entre le temps qui précède et le temps qui suit la réannexion. István Kertész se souvient que pendant la guerre les hommes politiques tchécoslovaques émigrés ont souvent parlé avec reconnaissance de la population hongroise de la Slovaquie. Il cite notamment le leader communiste Vladimir Clementis qui écrivait en 1943 :

  • 91 Op. cit., p. 231-232.

137« Celui qui a connu la période d’avant Munich sur les territoires de la Slovaquie habités par les Magyars, sait quelle différence fondamentale il y avait entre ces derniers et la région des Sudètes. La majorité des ouvriers et des paysans hongrois appréciaient à sa juste valeur les progrès politiques et culturels que la République leur avait apportés. » Kertész ajoute que les Hongrois de la Slovaquie étaient plus anti-nazis que les Slovaques, dont un grand nombre ont soutenu le régime de Tiso. Au parlement slovaque, le parti hongrois a été le seul à avoir voté contre les lois antijuives hitlériennes91.

  • 92 La partie de la Haute-Hongrie réannexée formait une zone d’environ 400 km de long et de 10-25 km e (...)
  • 93 Gy. Vargyai, 2001, op. cit., p. 123-124. Des témoignages ont fait état des scènes pénibles qui se (...)

138La réoccupation92, les scènes triomphalistes et l’action de l’administration militaire ont visiblement effacé cette image positive. Des mesures comme la révision de la réforme agraire, l’expulsion des « colons » tchèques et de tous ceux qui étaient venus s’établir en Slovaquie méridionale depuis 1918, ont créé de vifs ressentiments. Dès le début, un ordre du chef d’état-major hongrois prescrivait que « la population hongroise, allemande et slovaque doit être traitée avec la plus grande affection et politesse », mais qu’« une éventuelle opposition ou résistance doit être brisée avec la plus grande sévérité et réprimée impitoyablement surtout si elle vient du côté tchèque, juif ou communiste93 ».

  • 94 I. Pető, op. cit., p. 144-145.

139Vychinsky, le sinistre procureur des procès de Moscou et vice-ministre des Affaires étrangères de 1940 à 1949, déclare sans ambages le 20 septembre 1946 devant la Commission territoriale et politique hongroise de la Conférence de paix de Paris que « la minorité hongroise a joué un rôle négatif, en se mettant du côté de Henlein et de Frank, les deux bourreaux du peuple tchécoslovaque94 ».

  • 95 S. Balogh, op. cit., p. 103-131. T. Stark, op. cit., p. 75-78. Á. Tóth, op. cit., p. 152-170.
  • 96 Le 7 août 1947, Rákosi a écrit à Staline pour demander son aide contre le projet « du gouvernement (...)

140Le président de la République Benès et le gouvernement en exil, tiennent effectivement les Magyars pour responsables du malheur de leur pays, au même titre que les Allemands des Sudètes, et envisagent dès la fin de 1942-début 1943 la possibilité d’expulser la minorité hongroise95. Refusé pendant quelque temps par les Alliés tout autant que par l’émigration communiste et social-démocrate tchécoslovaque de Moscou, le projet fait cependant son chemin, par la convergence notamment des émigrations londonienne et moscovite96. À partir de mai-juin 1944, les changements sont perceptibles dans l’attitude des communistes, dont le journal écrira le 1er août que « ce qui est valable pour les Allemands, est valable aussi pour les Hongrois ». Le programme du nouveau gouvernement rendu public le 5 avril 1945 à Kassa (Kosice) se traduit pour la plus grande partie de la minorité hongroise par la mise au ban de la nouvelle République tchécoslovaque.

141Le 7 avril 1945, le Conseil national slovaque interdit l’organisation des Comités nationaux dans les régions habitées par les Hongrois, et ces derniers ne peuvent adhérer ni à des partis ni à des organisations sociales. Le parti communiste de la minorité hongroise doit lui aussi cesser de recruter. À partir d’avril-mai, d’autres mesures se succèdent : licenciement des fonctionnaires administratifs puis des employés du secteur privé, réquisition des logements et internement des habitants expulsés, fermeture des écoles magyares, interdiction de parler la langue maternelle dans les lieux publics, etc. Si la présence de l’Armée rouge limite les exactions, les mesures comme la suppression des services de santé, de la retraite et des prestations sociales vitales, privent la minorité magyare de ses possibilités d’existence.

142Les expulsions annoncées le 9 mai 1945 par le président Benès ne concernent pour le moment que ceux qui sont venus habiter la Haute-Hongrie après le 2 novembre 1938, bien que la décision soit contraire à la convention d’armistice du 20 janvier, qui n’a imposé au Gouvernement que le rappel des forces armées et des fonctionnaires administratifs. Enfin, conçu en relation avec la conférence de Potsdam, le décret n° 33 du 2 août 1945 prive les Allemands et les Hongrois de leur citoyenneté tchécoslovaque. Il se trouve que la conférence a rejeté le projet de Prague visant à un échange de population hungaro-slovaque (les Magyars de la Slovaquie contre les Slovaques de la Hongrie), mais que l’expulsion des Allemands de Hongrie qu’elle a approuvée laisse espérer que la minorité magyare expulsée pourrait prendre la place de ces Allemands.

143Le rejet du plan par les Alliés mécontente le gouvernement tchécoslovaque et l’incite à aggraver le sort de la minorité hongroise, tandis qu’en Hongrie, sollicité de toutes parts, le GNP multiplie ses démarches auprès de la CCA (il en effectuera au moins 27 entre avril et juillet 1945) pour qu’elle mette fin à l’expulsion de ses nationaux. Les Occidentaux de leur côté sont hostiles à toute expulsion unilatérale et à toute idée de responsabilité collective. Mais cette attitude traduit plutôt l’inquiétude des Américains devant les répercussions possibles des transferts pour leur zone d’occupation. Après le discours-programme de Tildy le 30 novembre 1945, où le nouveau Premier ministre accorde une grande place à ces problèmes, commence un processus riche en négociations, prises de positions, campagne de propagande et déceptions.

144Les étapes majeures en sont les trois « entretiens de Prague » (3-6 décembre 1945, 6-10 février 1946, 2-7 mars 1947), l’accord sur l’échange des populations signé à Budapest le 27 février 1946 et l’action de la Commission tchécoslovaque des Transferts auprès de la minorité slovaque en Hongrie, à partir du 4 mars 1946. Dans le même temps, Prague met en œuvre, outre les expulsions et les échanges, la « reslovaquisation » et le transfert des Magyars dans les Sudètes, ce qui provoque derechef un grand nombre de fuites vers la Hongrie.

145C’est finalement le discours de Truman (12 mars 1947) qui aurait favorisé la solution d’une crise sans issue. Grâce à la médiation yougoslave, les deux gouvernements parviennent à s’entendre, le 24 mars, sur la mise en application de l’accord du 27 février 1946. Il est prévu qu’à partir du 12 avril, 2 000 familles hongroises seraient « rapatriées » chaque mois. De l’autre côté, seront concernés par le transfert ceux qui se disent Slovaques et connaissent les rudiments de la langue. En dehors des contingents prévus, le gouvernement hongrois reprendra les criminels de guerre condamnés et 1 000 personnes au plus prises parmi les « petits criminels de guerre ».

  • 97 S. Balogh, op. cit., p. 131.

146Dès lors, les tribunaux populaires tchécoslovaques prononcent massivement des jugements, ce qui fait passer le nombre des « grands criminels de guerre » à plus de 75 000 personnes ! Jusqu’au 10 avril 1948, 73 273 Slovaques auront quitté la Hongrie sur un effectif de 92 390 volontaires au départ, et, de la Tchécoslovaquie, 68 400 Hongrois seront transférés sur les 105 047 destinés à l’évacuation ; 6 000 Magyars auraient en outre quitté la Slovaquie de leur plein gré, et 20 000 ou 30 000 parce qu’ils étaient venus s’installer après le 2 novembre 1938. Environ 15 000 personnes seront encore « rapatriées » en Hongrie au terme d’un accord conclu en août 1948, avant que ces mouvements de populations cessent complètement en avril 194997.

  • 98 En particulier, B. Bellér, István Fehér, A magyarországi németek kitelepítése 1945-1950 (L’expulsi (...)

147Avec les études renouvelées des conséquences humaines de la 2e Guerre mondiale, le thème des expulsions a donné lieu dès le début des années 1980 à de nombreuses publications. Conçus en général sur le ton du plaidoyer comme une « réparation historique », ces travaux, ceux du moins dont nous avons pu prendre connaissance directement ou par des comptes rendus98, décrivent les cheminements des expulsions et en recherchent les causes.

148Il est commode de distinguer entre ceux qui insistent sur les contraintes extérieures et ceux qui soulignent l’importance des facteurs internes dans les politiques d’expulsions. Le premier point de vue est très net chez M. Korom, qui pense qu’« en Finlande, en Pologne et dans d’autres pays, c’est principalement l’acquisition territoriale qui a motivé l’expulsion des Allemands et d’autres populations, [alors que] chez nous l’expulsion des Allemands était inspirée avant tout par la nécessité de faire place à la population hongroise de souche qui devait être expulsée de la Haute-Hongrie, du fait des visées tchécoslovaques extrémistes, nationalistes et chauvines, et du fait des intérêts soviétiques qui s’accordaient à ces dernières à tous égards ».

  • 99 Op. cit., 1994, p. 139.
  • 100 Op. cit., p. 28.

149Les auteurs qui privilégient l’« inspiration endogène » vont jusqu’à réduire les expulsions à un prétexte. Selon L. Tilkovszky, « les gouvernements hongrois cherchaient à résoudre certaines questions brûlantes, d’une extrême urgence, au détriment de la communauté allemande, sans défense aussi bien dans le pays que sur la scène internationale99. » Proche de cette interprétation, Á. Tóth considère que « la loi sur la réforme agraire fut la première étape d’un processus législatif, au cours duquel les législateurs mirent en œuvre diverses limitations juridiques, matérielles, culturelles au détriment de la population allemande pour résoudre des problèmes de politique extérieure et intérieure100. » D’autres auteurs, comme S. Balogh et T. Zinner soulignent que le « problème souabe » en Hongrie était étroitement lié aux horreurs commises par l’Allemagne nazie et ses collaborateurs. Ils renvoient donc à la primauté du contexte historique et à la spécificité d’un drame qui, en effet, ne relève pas des tribunaux ordinaires, ni des catégories juridiques de la justice ordinaire, bien éloignées des réalités de l’après-guerre.

L’épuration et le jugement des crimes de guerre

150Le programme du Front d’indépendance prévoyait l’arrestation et le jugement des criminels de guerre, la confiscation de leurs biens, la dissolution des organisations pro-allemandes et l’épuration des institutions publiques, et le débat sur ce sujet est déjà en cours quand l’armistice est signé. Par l’article 14 de ce document la Hongrie s’engage à coopérer à l’arrestation, à l’extradition et au jugement des personnes accusées de crimes de guerre. À cette fin, le GNP adopte le 25 janvier 1945 le décret n° 81 sur la création des tribunaux populaires (JOH, 5 février 1945). Une clause prévoit de suspendre l’exécution des sentences jusqu’à d’éventuelles demandes d’extradition.

  • 101 PV/CM-GNP, A, 6/6, 25-26 janvier 1945 et notes 5 et 8, p. 143.

151Dès le 7 février, le ministre de la Justice, publie une circulaire demandant la confection des listes de criminels de guerre et des organisations, associations, institutions fascistes ou « hitlérophiles101 ». Vaste sujet, le problème de l’épuration embrasse la mise en place et le fonctionnement des tribunaux populaires et des comités d’épuration, ainsi que les internements administratifs et la surveillance policière.

152Tribunaux d’exception, les tribunaux populaires ou chambres civiques dépendent du ministre de la Justice et sont placés sous le contrôle du président du tribunal d’appel dont ils relèvent directement. Ceux de Budapest sont sous le contrôle direct du président du Conseil national des Tribunaux populaires (CNTP). Les différents décrets publiés au sujet des tribunaux populaires sont érigés en loi le 16 septembre 1945 (article VII). Une Chambre civique est composée, au départ, de cinq membres, délégués par les partis de la coalition, auxquels s’ajoute plus tard un représentant des syndicats.

  • 102 Des procès pour crimes de guerre auront lieu bien plus tard. En juin 1967, dans « le procès des Cr (...)

153Le président de la Chambre et son suppléant sont des juges professionnels nommés par le ministre de la Justice. Le 1er juillet 1945 les tribunaux populaires deviennent des instances d’appel pour les affaires relevant des comités d’épuration. Les sanctions qu’ils peuvent infliger forment un éventail large : internement pouvant aller de 6 à 24 mois, perte d’emploi, suspension des droits civiques, emprisonnement de sévérité variable, peine capitale. Il y a au départ 24 tribunaux populaires, mais leur nombre se réduit et ils disparaissent progressivement entre1949 et 1950102. Le ministre peut d’ailleurs supprimer les sièges « sous-employés » pour les rattacher aux tribunaux voisins.

154Quant au Conseil national des tribunaux populaires (CNTP), là aussi le décret initial n° 81 sera modifié plusieurs fois avant que le fonctionnement de l’organisme soit définitivement établi. Instance d’appel unique contre les jugements des tribunaux populaires en matière de crime de guerre et de « crime contre le peuple », le CNTP fonctionne par chambres de cinq membres, avec au total 60-70 personnes. Ce sont exclusivement des juges professionnels, qui doivent aussi avoir leur qualification d’avocat. Comme les assesseurs des tribunaux populaires, ils sont délégués par les partis, qui cependant ne peuvent pas retirer leur mandat, c’est-à-dire que le personnel du CNTP est inamovible. Comme les instances inférieures, le CNTP rend son verdict « Au nom du peuple hongrois » puis, à partir de février 1946, « Au nom de la République Hongroise ».

155L’accusation est représentée par les procureurs du peuple (procureur général auprès du CNTP). Possédant les titres de juge et d’avocat (ou seulement une licence de droit), ces personnes sont nommées par le ministre de la Justice sur recommandation des comités nationaux. Les procureurs peuvent être congédiés à n’importe quel moment par le ministre, qui peut d’ailleurs choisir un accusateur public en dehors du système judiciaire. Le décret 2 590 du 3 juin 1945 prescrit au procureur de ne recevoir les acteurs du procès (accusé, témoins, experts, personnes privées...) qu’en présence du seul greffier. De même, lors de l’interrogatoire de l’accusé et des témoins, personne ne peut être présent en dehors de l’intéressé, du procureur et du greffier.

  • 103 PV/CCA, 2003, 26 mars 1945, p. 43.

156C’est le 9 février 1945 que le ministre de la Justice donne lecture de la première liste des criminels de guerre, en « classant » les noms selon les cinq degrés de culpabilité définis par le décret n° 81. En mars, Vorochilov signale devant la CCA une liste de 108 noms, et « pense qu’on peut y avoir en tout 2 000 criminels de guerre » mais la plupart hors de portée du Gouvernement et de la CCA103.

  • 104 La responsabilité de Horthy n’a pas été soulevée, entre autre, à cause de l’attitude des autorités (...)
  • 105 ANH, XIX-A-1-j, b. 1, 4 mai 1945. Débat mouvementé également au CN de Csanád. Quand le président s (...)

157Le cas particulier de Horthy a été soulevé en conseil des ministres les 25 au 25 janvier 1945, à propos du § 11 du décret n° 81, qui définit la notion de crime de guerre. À Teleki demandant si Horthy est concerné, Miklós répond que dans cette affaire il est plutôt un témoin majeur « car le Régent s’est toujours efforcé d’empêcher la guerre, mais il a été induit en erreur et trompé » ; en outre, ajoute-t-il, « l’établissement de la responsabilité du Régent se heurte à des obstacles constitutionnels104 ». Tout le monde n’était pas de cet avis, comme le montrent les documents des Comités nationaux. Ainsi le CN de Debrecen adresse le 4 mai 1945 une requête au Gouvernement pour demander des comptes au chef de l’ancien régime : « Miklós Horthy, ancien Régent doit rendre compte au peuple hongrois des actes de son gouvernement pendant 25 ans, et doit répondre en particulier de son action concernant l’entrée en guerre et la poursuite de la guerre, estime le CN de Debrecen, qui souhaite considérer Horthy comme criminel de guerre105. »

  • 106 B. Balázs, op. cit., p. 34. Le 15 janvier 1945, le président du Comité national de Debrecen, S. Ju (...)
  • 107 Oltvai (Ferenc), Szeged közigazgatása a város felszabadulásától az ország felszabadulásáig (1944. (...)

158Dans les parties libérées du pays, les Comités populaires et nationaux ont pris en main bien avant le décret 81 la répression106. À Szeged, quelques jours après la mise en place du CN, le procureur refuse la mise en accusation de deux anciens dirigeants Croix-fléchées, arguant que leur parti était un parti parlementaire qui n’avait pas parmi ses buts le renversement violent de l’ordre social existant. Cette décision provoque un scandale politique, et, sur proposition des syndicats de la ville, le CN décide, vers la mi-décembre 1944, la constitution de tribunaux populaires, précédant ainsi de plus d’un mois la décision gouvernementale107.

  • 108 Le « Conseil du village » de la commune d’Ercsi souhaite par exemple qu’« on jette un voile sur le (...)
  • 109 PV/CM-GNP, A, 9/1, 5 février 1945 et annexe 9/a, p. 184, 11/17, 15 février 1945 et annexe 11/b, p. (...)

159Dans les petites localités, la répression peut tourner aux règlements de compte sanglants, mais ces affaires « extrajudiciaires » restent isolées. On aborde même, en certains milieux, le problème de l’épuration avec pudeur ou en le concevant comme une sorte de rééducation civique108. Cette idée devient projet gouvernemental grâce au général Vörös, ministre de la Défense, qui veut créer, avec tous ceux qui ne feront pas l’objet de procédures pénales, des compagnies de travailleurs, sur le modèle du travail forcé des juifs. Le projet est adopté par les ministres, mais la CCA en refuse la publication109.

160L’initiative du général Vörös ne fut pas étrangère au problème complexe des internements, nœud de conflit entre les ministres de l’Intérieur et de la Justice, et point mal résolu des rapports entre comités d’épuration et tribunaux populaires.

  • 110 Kajári (Erzsébet), Feljegyzések a rendőrség történetéről (1945-1951) (Notes sur l’histoire de la p (...)

161Les internements pratiqués dès la période de la « légalité populaire » relèvent, après la réorganisation, de la section politique de la police qui, au départ, fonctionne sur la base d’un décret n° 760/1939. Elle est responsable des enquêtes et de l’arrestation des divers éléments compromis (gendarmes, Croix-fléchées, SS, Volksbundistes, etc.), qu’elle remet aux tribunaux populaires110. Pour ceux-ci, les internements constituent une des sanctions (de 6 mois à 2 ans) qu’ils peuvent infliger. Mais dans la mesure où les sentences, prononcées à partir de la matérialité des plaintes, laissent de côté la plupart des faits d’opinion « fascistes » et assimilés, Gerő et Ries proposent devant le Comité national de Budapest (CNB) que les dossiers des personnes acquittées par les tribunaux soient renvoyés aux comités d’épuration (ou commissions de contrôle, dont il sera question plus loin), en vue d’un internement éventuel en camp de travail.

  • 111 PV/CNB, 28 mars 1945, p. 66-67. Palasik (Mária), A jogállamiság megteremtésének kisérlete és kudar (...)

162Par ailleurs, le CNB entérine la création d’un Bureau d’enregistrement au sein de la police politique et ordonne aux préfets d’intervenir pour que tous les comités d’épuration transmettent à ce bureau les dossiers des personnes dont l’activité n’a pas donné lieu à une procédure pénale devant les tribunaux111. Mais non seulement le ministre de la Justice (qui était encore Valentiny) n’a pas réussi à faire enlever l’affaire des internements à la police pour qu’elle relève des seules instances populaires, mais le nouveau décret qui modifie le fonctionnement de ces tribunaux (n° 1440, JOH, 1er mai 1945) ne comporte plus du tout l’internement comme sanction juridique possible, puisque le droit en est passé entièrement à la police.

  • 112 Décret reproduit intégralement par M. Palasik, Bizalmas belügyminiszteri rendelet az internálások (...)

163Pour y mettre de l’ordre et en unifier l’usage, un décret confidentiel n° 138000 du 21 juin 1945 du ministre de l’Intérieur réglemente les internements administratifs112. « Les temps exceptionnels imposent des mesures exceptionnelles », écrit Erdei aux destinataires de son décret, préfets de police et commissaires principaux, en se référant aux « intérêts supérieurs de l’État ». Il reprend et précise les arguments qui ont été soulevés en mars devant le CNB : tous ceux qui n’ont pas commis les crimes et les délits définis par les décrets 81 et 1440, mais qui ont eu un « comportement fasciste » et qui « cherchent à entraver la reconstruction du pays dans un esprit démocratique », feront l’objet de mesures préventives, qui peuvent être l’internement ou la surveillance policière.

  • 113 En voici quelques unes : Camp de jeunesse antibolcheviste, Alliance des Hongrois éveillés, Cercle (...)

164Le texte énumère ensuite en trois chapitres et de façon très détaillée 27 catégories de personnes pour lesquelles l’application de ces mesures peut être motivée : adhésion à l’une des 25 organisations dissoutes (dont la liste traduit pratiquement toute la gamme idéologique du dernier quart de siècle hongrois, de l’irrédentisme obsessionnel au nazisme le plus virulent113), appartenance aux catégories socioprofessionnelles les plus actives dans la diffusion de ces idéologies, du fait notamment de leur contact permanent avec le public (journalistes, comédiens, avocats, professeurs, médecins, ingénieurs, coiffeurs, aubergistes, marchands de tabac, etc.), adhésion frauduleuse à un parti démocratique de gens connus pour leurs opinions « fascistes », les citoyens allemands non juifs, etc.

  • 114 Pour la définition de cette catégorie, voir Chap. IV., note 188, p. 168.

165Le « décret confidentiel », qui souligne la nécessité de juger chaque cas individuellement, est délibérément clément pour les ouvriers, les paysans pauvres et les ouvriers terrassiers114, sauf s’ils ont adhéré à des mouvements d’extrême-droite après avoir été inscrits au parti communiste ou social-démocrate. Sont considérés comme ayant appartenu à un parti pro-nazi ou d’extrême-droite ceux qui ont payé au moins deux mois de cotisation. Erdei ne cache pas dans son texte que le traitement de faveur accordé aux travailleurs manuels n’est pas seulement dicté par des considérations politiques mais aussi par « l’intérêt de la reconstruction ».

  • 115 Maire de Kőszeg, 13 novembre 1944, AD, t. 1, p. 144-145.
  • 116 Szabad Nép, 4 avril 1945.

166Le décret demande que le traitement soit humain et précise que le but principal de la police d’État reste la poursuite des enquêtes sur les crimes de guerre. Qu’il s’agisse de faits d’opinion ou de crimes de guerre, les autorités comptent pour une bonne part sur les témoignages, d’autant plus que les documents, attestant notamment les adhésions, ont été emportés ou détruits115. A Budapest, des affiches appellent la population à déclarer « les crimes nazis et Croix-fléchées » auprès d’une commission créée à cet effet. Les îlotiers reçoivent des imprimés sur lesquels les habitants doivent indiquer les faits dont ils ont pu avoir connaissance depuis le 1er septembre 1939. Celui qui donne des faux renseignements ou cache délibérément une information sera considéré comme falsificateur de document officiel et sera interné116.

  • 117 « Le premier à être pendu au lampadaire, ce fut Sándor Szívós, mais la corde cassa, il fallut la r (...)
  • 118 « Soudain les proches des membres de l’ancien commando spécial 401 du service du travail s’agenoui (...)

167Dès la libération de la rive gauche de la capitale, la police commence à arrêter les individus compromis qui n’ont pas eu l’occasion de s’enfuir et qu’elle parvient à identifier. Selon un rapport, 60 % des renseignements étaient fournis par la population et 40 % provenaient des enquêtes propres à la police. En plein siège, les survivants de la compagnie spéciale 401 du service auxiliaire du travail reconnaissent deux sous-officiers assassins de plusieurs dizaines de leurs camarades. Leur procès et leur pendaison sur la place publique117 inaugurent l’activité des tribunaux populaires, préfigurant aussi l’atmosphère dramatique de ces procès118.

168Le « décret confidentiel » du 21 juin 1945 a clarifié les rapports entre la police politique et les tribunaux populaires, et le CNTP a cherché à obtenir, sans succès, que les personnes dont l’acquittement avait été confirmé en appel soient soustraites à l’internement. Bibó, qui était alors responsable de la division administrative du ministère de l’Intérieur, a décrit en observateur, dans un texte célèbre, les effets négatifs du système pour la démocratie.

« De par sa nature, écrit-il, l’appareil de l’internement n’offre que des garanties incertaines, il ne peut pas être à l’abri des exactions individuelles, il a des effets gravement démoralisateurs en raison de sa durée. C’est une grande usine stérile qui broie les hommes, trop compliquée pour une justice populaire, trop policière pour une justice légale [...], nous pouvons être sûrs que ceux qui sortent des camps d’internement, ils les quittent en ennemis mortels de la démocratie. »

169Mais Bibó constate aussi que la plupart de ceux qui critiquent le régime, le font non pas à cause des atteintes à la dignité de l’homme mais à cause des atteintes à la dignité du « maître et seigneur ». 90 % des plaignants s’indignent, dit-il, de ce qu’on puisse traiter de cette façon les anciens préfets, les évêques, les dames du monde, les conseillers, etc.

  • 119 A magyar demokrácia válsága (La crise de la démocratie hongroise), in Demokratikus Magyarország. V (...)

« Cette même société était sensiblement moins outrée, rappelle l’auteur, quand l’internement non motivé, l’arrestation illégale, l’interrogatoire brutal, les vengeances personnelles abjectes ne visaient pas leur personne, leurs proches et ceux de leur race, mais divers éléments exclus de la société, communistes, socialistes, juifs ou des pauvres gens. Il m’est resté inoubliable, le cas de ce monsieur qui criait vengeance parce que son père, ancien avocat-conseiller de la ville, avait été interné pendant trois mois pour des raisons peu sérieuses, et alors que ce même monsieur relatait avec hilarité comment, à l’époque où il était chef de district, il avait fait donner 25 coups de bâton aux diffuseurs de la secte appelée Témoins de Jéhova égarés dans son canton, avant de les faire expulser en se disant : c’étaient peut-être des communistes. Je voudrais poser la question : entre les deux, quelle est la plus grande insulte faite à l’homme119 ? »

  • 120 Háborus bűnösök perei. Internálások, kitelepítések és igazoló eljárások (Les procès des criminels (...)

170L’historien, T. Zinner critique de son côté les amalgames et observe que la police politique n’a pas interné « tout le monde ». Il attribue cette croyance aux « pamphlets réactionnaires (et) démagogiques » de l’époque et aux « déformations rétrospectives, antidatantes de la postérité tardive120 ». Il précise qu’avant octobre 1946, les internés sont dispersés à travers le pays, puis réunis dans un camp central situé au sud de Buda, dans la caserne Károly. Au fil des années, entre 1945 et 1949, les effectifs ouvriers et paysans détenus varient avec les saisons : ils baissent les printemps et surtout les étés, à cause des travaux agricoles, puis ils augmentent à nouveau. Entre ces deux dates, le nombre total des internés est estimé à 40 000, dont 30 000 en provenance de Budapest. Dans l’ensemble, environ 25 000 personnes pouvaient être considérées comme « éléments fascistes », appartenant pour la plupart aux contingents de 1945-1946.

171De même, les besoins de la reconstruction ont rendu nécessaire la libération sous surveillance policière des « petits Croix-fléchées ». À cette fin, le ministre de l’Intérieur a ordonné l’envoi dans les départements de commissaires pour superviser les internements. Cette action a abouti à la mise en liberté surveillée de 25 % des internés. Étant donné la faiblesse de la surveillance et les facilités offertes par les travaux exécutés en plein air, un grand nombre de ces gens ont réussi à s’évader. À la fin de 1945, le nombre des camps à Budapest est réduit à cinq, puis à deux en 1946. Entre-temps, les effectifs internés ont connu une hausse importante (70 000 et plus) en raison du retour d’un nombre élevé de personnes de l’Europe occidentale, et aussi du fait du marché noir et d’autres délits à caractère économique.

  • 121 E.. Kajári, op. cit., p. 118.

172Durant l’année 1946, on réexamine les cas de tous ceux qui sont internés depuis plus de six mois et 12 000 personnes sont remises en liberté surveillée. À la suite des diverses actions, tous les camps sont supprimés à la fin de 1946, à l’exception de celui de la caserne Károly. Enfin, la consolidation économique a permis de cesser la surveillance policière de 17 000 personnes et la mise en liberté progressive des Volksbundistes internés121. Dans le dispositif de la répression de la collaboration, les internements fonctionnent donc comme une sorte de collecteur alimenté seulement partiellement par les comités d’épuration et les tribunaux populaires. Ils relèvent d’une institution policière, administrative, alors que ces derniers font appel à des principes juridiques et socio-politiques.

  • 122 Le même jour sont publiés les décrets n°-os 16 et 17 prescrivant aux fonctionnaires de se présente (...)

173Les comités d’épuration sont institués le 4 janvier 1945 par le décret n° 15 du GNP pour examiner l’activité des employés et fonctionnaires du secteur public (administrations, à tous les échelons, tribunaux, enseignement, armée, entreprises et établissements publics) depuis le 1er septembre 1939122. Leur installation est confiée aux préfets, dans les localités et les services de leurs départements. Chaque comité est composé de 7 membres : un délégué de chacun des 5 partis politiques, qui élisent un des leurs présidents et cooptent une personne qualifiée en droit, et une autre qui travaille dans le service ou l’entreprise, dont l’employé est soumis à la vérification

174Celui-ci doit déclarer si par son attitude politique il n’a pas « porté atteinte aux intérêts du peuple hongrois ». Il doit dire comment il a exécuté les consignes officielles, pourquoi il a quitté son poste à l’arrivée de l’Armée rouge (s’il l’a quitté), ce qu’il faisait pendant l’exode et dans quelles circonstances il est revenu.

175Si les déclarations personnelles fournissent le « document de base », le président du comité est censé pouvoir en contrôler la véracité. Huit jours au moins avant le procès, il doit en outre rendre publique sur le lieu de travail la liste des employés convoqués et faire appel aux habitants pour qu’ils viennent déposer leur témoignage, oralement (pendant le procès) ou par écrit (avec signature et indication de l’adresse). Un membre du comité est chargé spécialement de réunir les preuves, convoquer les témoins et présenter l’affaire.

176Le comité peut prononcer trois sortes de verdicts : déclarer la personne « contrôlée », c’est-à-dire disculpée, blanchie ; renvoyer le fonctionnaire devant le tribunal populaire, s’il est suspecté de crime de guerre ; prendre des sanctions diverses : réprimande, mutation, exclusion d’une fonction de responsabilité ou de la promotion (de 1 à 5 ans).

  • 123 Ibid., p. 256.

177Ces premiers décrets laissaient beaucoup à désirer, constate P. Schönwald : on ne savait pas par exemple ce qu’il fallait entendre par « atteintes aux intérêts du peuple hongrois », les syndicats n’étaient pas représentés, les sanctions étaient trop légères, etc. Dans certaines régions on ignora purement et simplement le décret, et plusieurs institutions, la Justice et l’Éducation notamment, continuèrent à fonctionner comme si rien ne s’était passé. Aux Chemins de fer, les intimidations décourageaient les témoins à charge, dans le secteur bancaire les supérieurs hiérarchiques n’appliquaient pas les sanctions, ailleurs les fonctionnaires convoqués faisaient défiler un grand nombre de témoins à décharge, dont les comités n’arrivaient pas à contrôler les dires, d’autres encore faisaient intervenir les partis en leur faveur. Il était fréquent d’ailleurs que tel ou tel délégué de parti ne se présentât pas le jour du procès, ou s’abstînt de voter pour boycotter ou retarder la décision du comité123.

  • 124 PV/CNB, 28 mars 1945, p. 66-68.

178Au Conseil national de Budapest (CNB), qui joue un rôle de premier plan dans l'élaboration des décisions de portée nationale, on suit de près l’activité des comités d’épuration. Dès le mois de mars, le représentant du PSD, István Ries (qui sera ministre de la Justice à partir du 21 juillet), critiquant l’étroitesse des décrets du 4 et du 25 janvier fait plusieurs propositions que tous les intervenants approuvent sans réserve124. Il demande d’ajouter le licenciement aux sanctions possibles, étendre la période considérée pour l’attitude politique au-delà de 1939, se contenter de la présence des délégués de trois partis pour que la décision du comité soit valable, étendre l’épuration sur les entreprises privées, renvoyer les gens acquittés par les TP aux comités d’épuration (proposition citée plus haut à propos des internements).

  • 125 PV/CNB, 11, 25 avril et 13 juin 1945, p. 85-86, 115-116 et note 8, p. 119 ; p. 172-174 et note 4, (...)

179Dans la séance du 11 avril 1945, Ries remet à ses collègues le texte portant sur la modification du décret n° 15, en précisant que les partis mettront en cause leur participation à l’épuration si le gouvernement ne tient pas compte des vœux du CNB. Au cours du débat, il reprend la liste des récriminations et tarabuste Teleki qui se montre peu actif pour entreprendre l’épuration du corps enseignant et l’esprit de l’enseignement125.

  • 126 PV/CNB, 18 avril 1945, note 10, p. 91 et p. 102-103.

180Le projet du CNB visant à modifier le décret du 4 janvier est accepté par le gouvernement et le nouveau décret n° 1080 du 2 mai 1945 comporte la plupart des propositions émises. Ainsi, à Budapest, l’organisation de l’épuration passe du préfet au CNB lui-même ; un représentant des syndicats vient siéger dans chaque comité aux côtés des 5 délégués des partis (celui-ci comprend donc 8 membres désormais) et la gamme des sanctions est élargie. D’autres mesures comme la simplification de la prestation du serment devraient faire accélérer les opérations de contrôle, qui, rien que dans la capitale, touchent 25-30 000 personnes relevant du secteur public126.

181La « déclaration » que l’intéressé doit remplir est maintenant un document précis. Elle comporte plus de 50 questions qui embrassent pratiquement toute la carrière du fonctionnaire : outre les renseignements sur son état civil, il doit indiquer l’évolution de sa situation matérielle entre 1937 et le 1er janvier 1945, ses promotions depuis 1933, la langue maternelle déclarée lors du dernier recensement et la regermanisation éventuelle de son nom, l’appartenance à la Volksbund, à la Wehrmacht et aux SS, ses liens avec les autorités militaires et policières allemandes et éventuellement les séjours faits en Allemagne, le rôle joué en rapport avec les lois antijuives, depuis la participation active dans leur application jusqu’à l’emménagement dans les logements des déportés et l’appropriation (y compris par l’achat) des biens juifs, l’activité en rapport avec les Croix-fléchées, l’adhésion, depuis le 1er janvier 1920, à des partis, associations et organisations corporatistes, ainsi que les décorations reçues, l’intérêt scientifique, etc.

  • 127 T. Zinner, op. cit., p. 130 et SBP, p. 67-69 : Rapport du Secrétariat des Comités d’épuration du C (...)

182Mais la véracité des réponses dépend toujours du degré de sincérité du déclarant, car il est difficile sinon impossible de la contrôler. C’est qu’il y a de moins en moins de personnes qui acceptent de témoigner et que les lenteurs et les abus renforcent l’indifférence. Or avec l’extension de l’épuration sur les entreprises industrielles, les sociétés, les banques, les professions libérales, etc., il existe plus de 600 comités seulement à Budapest, qui doivent prendre des centaines de milliers de décisions127.

183Les abus qui risquent de discréditer tout le système préoccupe le CNB. D’abord, « la rémunération des membres des comités d’épuration a augmenté dans des proportions incroyables », constate Széll (PC) lors de la séance du 6 juin 1945. C’était d’abord 100 pengős par réunion, puis, « grâce à un tour de passe-passe extrêmement habile », 200 pengős pour toutes les deux heures. Une entreprise de Kőbánya a fait en outre parvenir 15 000 pengős au président du comité pour qu’il partage cette somme parmi ses collègues. D’autres exemples de corruption suivent : l’une des plus importantes banques hongroises qui tient en portefeuille la plupart des entreprises industrielles du pays, a donné en acompte 5 000 pengős à chaque membre du comité ; une autre, qui contrôle la majorité des entreprises de commerce, a proposé 500 pengős par jour ; une grosse société industrielle qui fournissait aux Allemands des instruments de précision, a accepté de payer 100 pengős, non pas par séance mais par employé blanchi, à chaque membre du comité...

  • 128 PV/CNB, 6 juin 1945, p. 163-167 et note 18, p. 169. Le CNB attribue la corruption au retard du déc (...)

184Il arrive aussi qu’entre deux séances, tel ou tel délégué se rende au local pour étudier pendant une demi-heure les dossiers et qu’il touche pour cela 300-400 pengős. Très souvent, l’entreprise qu’on prétend épurer achète le comité pour obtenir tel ou tel licenciement. Ces pratiques sont d’autant plus scandaleuses, ajoute Széll, que les juges des tribunaux populaires dont le travail comporte beaucoup plus de responsabilité, ne touchent qu’une indemnité de 30 pengős par jour. Une autre forme de corruption a fait que le « langage de Pest » appelle maintenant les comités d’épuration des « comités de faiseurs de place ». L’illustration en est donnée par le cas d’une grosse entreprise de textile, où, après l’achèvement de la procédure d’épuration, le président du comité est devenu chef de la division du personnel, un autre membre du comité conseiller juridique et le portier de l’entreprise, qui accompagnait les « épurables », a été promu chef de bureau128.

185Selon le maire adjoint, Péter Bechtler, approuvé par le conseiller juridique János Beér et Ernő Bródy (PBD), il s’agit d’un petit nombre de cas. Il demande que la presse ne les ébruite pas afin d’éviter le discrédit du système. László Rajk est de l’avis opposé et pense que les abus doivent être rendus publics par la presse. « De ces cas, dit-il, les masses parlent déjà. Si le Comité national de Budapest ne fait pas une déclaration à ce sujet, il sera tenu pour un organisme aussi corrompu que les comités d’épuration en question. » Le président du CNB, Árpád Szakasits, l’approuve et rappelle que, par rapport à la masse des affaires traitées, les abus sont limités.

  • 129 PV/CNB, 6 et 13 juin 1945, p. 163-167, 171-172 et note 18, p. 169. Sur la gendarmerie, voir plus l (...)

186Le travail de filtrage durant l’été 1945 est alourdi par le retour massif de Hongrois réfugiés en Allemagne. Rajk rapporte qu’il ne s’agit pas seulement de ceux qui ont été emmenés de force, mais d’un grand nombre de gens politiquement compromis partis en Allemagne avant l’occupation alliée. « À présent, des mesures sévères sont prises là-bas pour ramasser les éléments réactionnaires et les enfermer dans des camps d’internement, ce qui provoque un reflux de ces rats vers la Hongrie. » En Transdanubie surtout, beaucoup d’entre eux, changeant de localité où ils étaient connus, s’infiltrent dans les appareils administratifs ou proclament ouvertement que l’Allemagne n’a pas encore perdu la guerre. D’autres exemples témoignent de la présence, dans la même région, de sections entières de gendarmes paradant en uniformes, reconnaissables de leurs plumes de coq de sinistre mémoire129...

  • 130 PV/CNB, 13 août 1945, p. 215. Dans l’ensemble du pays, 80 à 85 % des employés et fonctionnaires de (...)

187Malgré les efforts du CNB, l’épuration ne cesse d’être critiquée. Comme dans le cas des internements, le décret sur l’épuration dans les entreprises industrielles frappe surtout les dirigeants et les cadres, alors que les ouvriers compromis, c’est-à-dire les « petits Croix-fléchées » font l’objet de traitements favorables. Il y a là, pour l’opinion démocrate bourgeoise notamment, un phénomène inadmissible. Pour l’opinion démocrate plébéienne, les comités d’épuration tout autant que les tribunaux populaires sont trop cléments. Il leur apparaît dérisoire que sur une centaine de milliers de personnes contrôlées jusqu’en juillet 1945 dans les administrations publiques du pays, seulement 2 à 5 % n’aient pas été disculpées. À l’approche des élections de novembre 1945, la question de l’épuration est un des grands sujets qui alimentent les débats, certains journaux allant jusqu’à affirmer que « les comités d’épuration ont fait faillite130 ».

188C’est pour en finir au plus vite que le Secrétariat du CNB chargé de l’épuration ordonne le 29 octobre de terminer les procédures de contrôle avant le 30 novembre, et au plus tard le 31 décembre 1945. Les affaires qui resteraient à régler seront transmises à des « commissions permanentes », qui effectueront en même temps le filtrage de ceux qui reviennent de l’ouest.

  • 131 Projet du ministre de la Justice en vue de la réorganisation démocratique de la fonction publique, (...)

189Devant le bilan des contrôles, les partis ouvriers en premier lieu considèrent que l’épuration administrative est un échec. Aussi bien, le journal du PC, Szabad Nép, parle-t-il dès le 23 janvier 1946 de la nécessité de la liste-B, c’est-à-dire l’assainissement généralisé de la fonction publique par la voie administrative. Auparavant, le ministre de la Justice tirant les enseignements de l’épuration, a fait trois séries d’observations pour justifier le projet d’une réorganisation de grande envergure : l’attitude politique d’un grand nombre de personnes ne s’est pas révélée au moment des contrôles ; beaucoup de fonctionnaires rétablis dans leur travail ont démontré ensuite leur hostilité à la transformation du pays dans un esprit démocratique ; un grand nombre d’employés se sont révélés incompétents ou peu courageux pour affronter les tâches qui les attendaient dans la situation difficile du pays131.

190Si la mise en application de la liste-B constitue un autre problème que l’épuration administrative, celle-ci sera placée également, par le décret n° 10000 du 8 août 1947, sous l’autorité du ministère de la Justice pour les affaires non réglées. Dans l’histoire des Comités nationaux, cela représente une étape significative de la dépossession. Quant aux procédures d’épuration, elles seront définitivement arrêtées par le décret n° 11200 du 31 octobre 1948.

  • 132 T. Zinner, op. cit., note 128, p. 134. Voir aussi note 102, ci-dessus.

191Les tribunaux populaires continuent cependant à fonctionner, leur disparition, comme il a été dit plus haut, ayant été progressive. T. Zinner distingue trois périodes dans leur activité : début 1945-printemps 1948, où 15 des 24 sont supprimés. Les deux autres périodes ont pour limites les printemps suivants, 1949 et 1950, quand le système est intégré dans l’administration de la Justice ordinaire. C’est dans ce processus que s’inscrivent les chambres spéciales créées ultérieurement en vue de la « défense de l’ordre démocratique », ce qui ne doit pas être confondu avec le jugement des crimes de guerre et ses séquelles132.

  • 133 Dans cette catégorie, figurent des accusés comme D. Bokor, responsable de la torture et du massacr (...)
  • 134 D’après Kovács (Zoltán András), la liste complète des grands criminels de guerre établie sous le c (...)

192La première période de l’activité des TP, qui couvre donc entièrement l’époque de la « transition démocratique », fut à la fois la plus chargée et la plus mouvementée, en raison de la proximité des événements et de la gravité des affaires jugées à Budapest. C’est en 1945-1946 en effet que comparaissent les principaux auteurs des atrocités perpétrées contre les juifs133, et les grands responsables politiques de la guerre et de la déportation : Béla Imrédy, ancien Premier ministre, responsable des lois raciales de 1938 et 1939, Sztójay, Szálasi et leurs équipes ministérielles et collaborateurs, et notamment le « trio déportateur » (László Baky, László Endre, Andor Jaross) et le journaliste antisémite, Ferenc Rajniss, les chefs de la « Gestapo hongroise » et quelques hauts responsables de la gendarmerie134, de l’armée et de la Volksbund.

  • 135 R.L.Braham, op. cit., 1988, t. 2, p. 471. Pour charger les Hongrois [mais tout concorde pour confi (...)

193La plupart des grands suspects ont été livrés par les Américains, qui ont également consenti à ce que trois officiers supérieurs des SS qui avaient participé de près aux événements en Hongrie, dont Veesenmayer, viennent témoigner à Budapest. « Les aveux des accusés contredisaient souvent les témoignages de Veesenmayer et de Winkelmann, qui s’employèrent à transférer entièrement les fautes sur leurs anciens alliés » et, inversement, « comme les autres grands criminels de guerre, le groupe Sztójay essaya d’imputer aux Allemands la responsabilité pour la tragédie du pays135 ».

  • 136 Pritz (Pál), Bárdossy László a népbíróság előtt (László Bárdossy devant le tribunal populaire), Bp (...)
  • 137 Ibid.

194Le procès politique par excellence fut celui de László Bárdossy, puisque « son but n’était pas seulement la condamnation de l’ancien Premier ministre royal hongrois, mais aussi la mise en accusation de tout le régime politique hongrois qui s’était mis en place après la Première Guerre mondiale136 ». En publiant récemment les matériaux du procès, l’historien P. Pritz voudrait établir un équilibre entre l’édition de 1945 (réalisée par les services d’Information hongrois) qui aurait donné une image « très négative » de Bárdossy, et celle de 1976 publiée en Suisse sous le titre de « Dans la défense de la nation », qui reproduit les deux plus importants discours de l’accusé devant le tribunal, et qui adopte un ton plutôt apologétique137.

195Né à Szombathely en 1890 d’un père conseiller ministériel issu de la petite noblesse, Bárdossy est le représentant typique de la « classe moyenne chrétienne » de l’entre-deux-guerres. Après ses études de droit à Budapest, à Berlin et à Paris, il devient rédacteur puis secrétaire ministériel et inspecteur des Écoles (1921), avant d’être nommé conseiller d’ambassade à Londres (1930) puis ambassadeur à Bucarest (1936). À la mort du comte Csáky en février 1940, il accède au poste du ministre des Affaires étrangères puis, au lendemain du suicide de Pál Teleki (3 avril 1941), à celui de Premier ministre, qu’il occupera pendant onze mois, jusqu’au 9 mars 1942 (cumulant les Affaires étrangères).

196Tout en cherchant à louvoyer (participer à la guerre aux côtés des Allemands sans opposer la Hongrie aux Anglo-Saxons), il couvre ainsi de son autorité la participation au démantèlement de la Yougoslavie, contre laquelle la Hongrie entre en guerre le 11 avril 1941. Le 26 juin, il engage le pays dans l’agression contre l’Union soviétique, bien que cette fois-ci Hitler n’ait pas exigé son concours, craignant qu’il lui faille encore régler des dettes.

197Le 8 août 1941, c’est Bárdossy qui présente et fait adopter la troisième loi antijuive, qui rend obligatoire l’examen médical préconjugal et interdit le mariage et les rapports sexuels entre juifs et chrétiens, punissables comme « souillure de la race ». À la même époque sont perpétrés les massacres de Kamenetz-Podolsk, que Bárdossy ignorait, mais c’est son gouvernement qui a ordonné le regroupement des réfugiés juifs et leur transfert en Galicie. L’état des services de Bárdossy est alourdi ensuite par les hostilités envers les États-Unis annoncées le 12 décembre 1941, et par les atrocités commises par l’armée et la gendarmerie hongroises dans la Batchka, qui n’ont été que partiellement sanctionnées.

  • 138 Frère Georges (Fráter György), dit Martinuzzi (1482-1551), de son vrai nom Outiesenitch, moine-sol (...)
  • 139 À titre d’échantillon : « Seuls quelques lâches et quelques traîtres croyaient que la Hongrie pouv (...)

198Quand, sous la pression des milieux conservateurs et anglophiles il est renvoyé par Horthy en mars 1942, Bárdossy (disciple et parent de Gömbös, le politicien fasciste et raciste) sera élu en 1943 à la présidence de la Ligue nationale chrétienne, qui groupe depuis 1920 l’élite « chrétienne nationale » de la droite hongroise. La même année, après avoir consulté des historiens de renom, il publie un ouvrage intitulé « La politique hongroise après le désastre de Mohács », où, s’identifiant avec le Frère Georges du xvie siècle138, il cherche à se justifier. Sous l’occupation allemande, seul candidat de sa circonscription, il est élu député à Szombathely en juin 1944. Plus belliciste que jamais, le 26 juin il prononce dans sa ville un discours remarqué139.

  • 140 D’après l’audition américaine, « László Bárdossy, qui fut le Premier ministre de la Hongrie d’avri (...)

199À l’approche des Russes, aidé de Veesenmayer, il s’enfuit avec sa famille en Bavière, puis, avant l’arrivée des troupes américaines, il obtient en tant que diplomate un visa pour la Suisse. Mais refusant de se conformer aux règles imposées aux réfugiés, il est renvoyé en Allemagne, où il sera arrêté et extradé vers la Hongrie par les Américains. Diplomate habile parlant plusieurs langues, très cultivé, doué d’une élocution facile et passablement ergoteur140, Bárdossy contestera jusqu’au bout la compétence du tribunal populaire en se référant à l’article de loi III de 1848 qui prévoit pour son cas un tribunal parlementaire. Son argumentaire repose sur les révisions territoriales, un thème sûr pour gagner l’adhésion du public alors que le tribunal ne peut que condamner ce qui est la source même du drame et du procès.

  • 141 Op. cit., p. 195-241. Il veut donner « une image non retouchée » du procès, que « les informations (...)
  • 142 En province aussi, certains procès de criminels de guerre semblent avoir été mouvementés. Au palai (...)

Dans ses « Souvenirs d’un juge populaire », Á. Major parle longuement du procès Bárdossy141. « Le pivot de la défense politique de l’accusé, c’était la défense de la politique révisionniste [...] Aujourd’hui, on imagine difficilement qu’à ce moment-là, où nous étions à la veille d’un traité de paix encore plus défavorable pour nous qu’en 1920, alors que, en octobre 1945, on expulsait par dizaines de milliers les Hongrois de la Slovaquie et que les événements tragiques de la Transylvanie étaient connus de tous, il aurait été ô combien blasphématoire de mentionner les injustices de Trianon. L’accusé en revanche, pouvait, au nom de son droit de défense, exposer librement les injustices imposées au pays.
Tous les gouvernements hongrois n’avaient-ils pas le devoir historique de mener leur politique contre ces injustices ? [...] Les jours suivants, les appels téléphoniques anonymes, qui n’avaient pas manqué jusqu’alors, se multiplièrent, surtout à mon domicile. Des Hongrois indignés protestaient et menaçaient, refusant la critique de la politique révisionniste142. C’est pourquoi aussi je m’efforçai par la suite de rester bref dans la conduite du procès. Il est vrai cependant que je perdis plusieurs fois mon sang-froid... »

  • 143 Op. cit., 1991, p. 17.
  • 144 « Du dossier des preuves, il manquait plusieurs télégrammes importants de Barcza et de Kristóffy, (...)

200Le 3 novembre 1945, le tribunal populaire de Budapest condamne Bárdossy à mort par pendaison. Après le rejet du recours en grâce (seul le mode d’exécution est changé), il est fusillé le 10 janvier 1946. Selon P. Pritz, « cette rigueur était déjà très discutée en son temps, et aujourd’hui cela peut être encore plus motivé143 ». Mais il est douteux qu’un procès posthume refait au nom d’une plus grande objectivité historique puisse tourner à l’avantage de l’accusé, dans la mesure où les historiens savent aujourd’hui ce que Bárdossy savait à l’époque, mais non pas le tribunal144.

  • 145 T. Zinner, op. cit., p. 135. Á. Major, op. cit., note 71, p. 159.

201Mesurer la rigueur relative de l’épuration hongroise supposerait qu’on puisse faire des comparaisons entre contextes et facteurs comparables, et disponibles. À titre indicatif, on retiendra ici quelques résultats sommaires des tribunaux hongrois et français. En Hongrie (8,5 millions d’habitants), selon les statistiques du CNTP, les 24 instances de son ressort ont jugé 59 429 affaires (0,7 % de la population), dont 26 997 représentent les condamnations, 14 727 les acquittements, le reste relevant des « règlements divers ». La peine de mort a été prononcée contre 477 personnes, dont 189 ont été exécutées (0,7 % des condamnations145).

  • 146 Rousso (Henry), L’épuration en France. Une histoire inachevée, V S, n° 33, 1992, p. 78-105.
  • 147 Plusieurs dirigeants constateront d’ailleurs la faiblesse de l’épuration en Hongrie au lendemain d (...)

202En France (40 millions d’habitants), sur 163 077 « dossiers » instruits au 31 décembre 1948, 118 060 ont donné lieu à un jugement portant au total sur 132 828 « personnes » (0, 33 % de la population), les sanctions se répartissant comme suit : acquittés, relaxés, ou relevés de leur peine : 37 413 ; condamnés à mort : 7 037, dont 791 exécutés (0,6 % des jugements) ; condamnés aux travaux forcés, réclusion, prison : 39 200 ; condamnés à la dégradation nationale effective : 49 178146. En tenant compte aussi des exécutions extra-judiciaires, on peut conclure que l’épuration s’est exercée avec plus de vigueur en France qu’en Hongrie147.

  • 148 Soulet (Jean-François), Histoire comparée des États communistes de 1945 à nos jours, Paris, 1996, (...)
  • 149 Op. cit., 1952, vol. 1, p. 123.

203Dans le contexte de l’Europe orientale, où la Hongrie aurait connu une « épuration gigantesque148 », la réalité est tout autre. D’après F. Fejtő, « c’est en Bulgarie que l’épuration – conformément peut-être au tempérament national – avait pris le caractère le plus féroce. En 1945, 131 tribunaux populaires improvisés y avaient prononcé 18 197 condamnations dont plus de 2000 à mort et 1940 à vingt ans de prison. Le nombre des personnes “liquidées” sans procédure serait beaucoup plus élevé. En Tchécoslovaquie, jusqu’en octobre 1946, 20 000 personnes comparurent devant les cours populaires, dont un tiers seulement de Tchèques. 362 personnes, dont 205 Allemands furent exécutés149 ».

  • 150 J. Lévai, The War Crimes Trials, Hungarian Jewish Studies, New York, 1966-1973, vol. 2, p. 277.

204Pour ce qui est de la Hongrie, le vice-président du Conseil national des Tribunaux populaires, maître György Berend, estime que par rapport au nombre élevé de ses « assassins » et ses « massacreurs », la Hongrie ne s’est pas montrée sévère, et que la prétendue lourdeur statistique de l’épuration « peut être mise sérieusement en doute même par les adversaires les plus véhéments des tribunaux populaires150 ».

Réparations, pénuries et reconstruction

205Les conséquences humaines de la guerre sont étroitement mêlées au bilan matériel, dont le rôle de catalyseur n’est pas moindre dans la vie publique de l’après-guerre. Il résulte des dommages causés par les armées dans les pays occupés, et en Hongrie même par les pillages et les destructions depuis mars 1944. L’organisation du ravitaillement, de la reconstruction et des dédommagements redynamise le dirigisme instauré sous Horthy en vue de l’économie de guerre, et engendre, en présence de l’Armée soviétique des mécanismes qui, rétrospectivement, font figure d’un projet socialiste ou d’un projet de conquête.

206Par l’article 12 de la convention d’armistice, la Hongrie s’est engagée à rembourser à l’URSS, à la Tchécoslovaquie et à la Yougoslavie les dommages causés dans ces pays au cours des opérations militaires ou de leur occupation. Le montant des réparations a été fixé à 300 millions de $ américains, dont 200 millions revenaient à l’Union soviétique, et 30 et 70 millions respectivement aux deux autres pays. La durée des versements prévue est de six ans, et ils doivent être effectués en biens industriels et agricoles. Des réparations sont encore exigées par une douzaine d’autres pays des « nations unies », pour environ 160-170 millions.

  • 151 S. Balogh-M. Földesi, A magyar jóvátétel és ami mögötte van... 1945-1949 (Les réparations hongrois (...)

207Des charges supplémentaires résultent du rachat des propriétés et participations allemandes devenues propriétés soviétiques, ainsi que du versement à l’URSS des dettes commerciales accumulées vis-à-vis de l’Allemagne (plus de 30 millions de $), alors que les avoirs hongrois (environ 280 millions de $) dans ce pays ne peuvent plus être récupérés151. Enfin, la facture est alourdie par l’entretien d’une administration coûteuse, destinée à gérer les dettes : trois services au départ, puis création d’un service unique, l’Office des réparations.

  • 152 Szűcs (László), A szovjet-magyar jóvátételi egyezmény (L’accord hungaro-soviétique de réparations) (...)
  • 153 Funk (Arthur), De Yalta à Potsdam. Des illusions à la guerre froide, Bruxelles, 1995, p. 140-141.

208Après l’armistice, la question donne lieu à une série d’entretiens à caractère technique et souvent heurtés entre le Gouvernement et la CCA, et aboutit à un accord le 15 juin 1945152. Entre grands alliés, le sujet n’est pas moins controversé, à telle enseigne qu’à Potsdam, « le 22 juillet, après cinq jours de discussions houleuses, la délégation américaine déclare forfait », Molotov accusant les Occidentaux de vouloir modifier l’accord de Yalta153.

209Le texte signé le 15 juin par les Hongrois comprend 11 articles et des annexes. Il définit les dates limites (20 janvier 1945-20 janvier 1951) et la valeur des livraisons ; il précise les lieux des transferts et prévoit une pénalité de 5 % pour chaque mois de retard. Plusieurs titres s’occupent de la mise en place et du fonctionnement d’un Office des livraisons : celui-ci « bénéficiera de toutes les prérogatives diplomatiques, y compris l’inviolabilité des personnes, de la propriété et des archives, ainsi que le droit de communiquer par code secret et courrier diplomatique ».

  • 154 PV/CM-GNP, A, 33/54, 8 juin 1945, Annexe 33/g, p. 537-540.
  • 155 S. Balogh-M. Földesi, op. cit., p. 11-12.

210Ses membres auront tous les droits pour inspecter les stocks, la qualité des fabrications et des matières premières utilisées, etc. Travaillant en coopération avec l’organisme qui sera nommé par le GNP, l’Office vérifie tous les trois mois l’état des livraisons effectués. Le constat donne lieu à un procès-verbal qui sera signé par les deux parties. L’annexe n° 1 énumère 184 articles différents à livrer et le n° 2 groupe ces biens en 7 catégories, en définissant la quantité et la valeur à fournir chaque année154. Avec la Tchécoslovaquie et la Yougoslavie, les accords sont signés le 6 avril et le 11 mai 1946 par Erőss, devenu président de l’Office des réparations. Dès l’année qui suit, les obligations internationales de la Hongrie représentent 39,2 % des dépenses budgétaires155.

  • 156 En revanche, T.I. Berend écrit que les charges imposées étaient « sans aucun rapport avec les dest (...)
  • 157 Ibid.

211Sans proposer une description ou une évaluation des dégâts causés par les armées de l’Axe en URSS, certains historiens hongrois pensent que les réparations imposées étaient très disproportionnées par rapport à l’intensité de l’engagement de la Hongrie sur le front de l’est. Pour L. Szűcs, elles avaient l’allure d’un diktat156. Aussitôt l’accord signé, le GNP entreprend des démarches pour obtenir des allégements et des délais, mais le temps des concessions ne viendra, semble-t-il, qu’« en rapport proportionnel avec les progrès de la soviétisation157 ».

212En tout cas, le 27 juillet 1946, Moscou admet que la durée de l’amortissement soit de huit ans au lieu de six, et annule en même temps six millions de dollars de pénalité dus pour les retards de livraison et réduit de moitié les quantités de biens exigibles pour 1946. Le 17 décembre 1947, une nouvelle concession permet de retarder le transfert de 600 000 quintaux de blé, puis, en janvier et en juin 1948 des réductions substantielles sont accordées (17 et 65 millions de dollars), avant que le gouvernement soviétique déclare le 20 janvier 1953 que la Hongrie a satisfait à ses obligations de réparation envers l’URSS.

  • 158 ANH, XIX-A-83-a, boîte 8, PVCM/F. Nagy, n° 90/2 (p. 2-18), 28 février 1946.

213Les réparations sont une des causes majeures des crises du gouvernement de Ferenc Nagy : elles mettent à jour les points de vue opposés, à la fois dans la perception des réalités internationales et dans la façon d’envisager la répartition des charges. Après son investiture en février 1946, le quatrième conseil des ministres est consacré presque entièrement aux réparations158. Selon le secrétaire général du Conseil économique supérieur, une sorte de ministère économique parallèle dont l’institution vient d’être rendue publique dans le JOH du 9 janvier 1946, « tout est passablement inorganisé », et notamment les ministres de l’Industrie, des Finances et des Affaires étrangères ne connaissent pas l’état des livraisons. « Des richesses inimaginables sont parties en fumée. Les banques et les entreprises ont gagné des milliards et toute l’affaire s’est noyée dans le scandale. »

  • 159 Il s’agit bien sûr des réparations stipulées par le traité de Versailles, dont l’Allemagne n’a pay (...)

214F. Nagy rappelle ses entretiens avec les industriels et demande que les ouvriers soient prévenus de leur côté de la gravité de la situation, afin d’éviter tout « gaspillage de temps » (perdu en journées de grève...). Comme chaque ministre cherche à justifier ses difficultés, Rákosi déclare que l’Union soviétique est fort mécontente et que « jusqu’ici, seul le parti communiste a pris au sérieux le respect de la convention d’armistice [...] Si tout le monde a quelqu’un à ménager, remarque-t-il à l’adresse des ministres, il n’y aura jamais de réparations. Or il ne se reproduira pas ici ce qui s’est passé entre l’Allemagne et la France159, car beaucoup oublient que l’Union soviétique n’est pas la France et que la Hongrie n’est pas l’Allemagne... »

215Ironique, le ministre des Finances, Ferenc Gordon (PP), dit que

« l’hypertrophie de la vie politique contribue grandement à faire diminuer le rendement de la vie économique. Le fait que certains groupes d’ouvriers imposent des revendications exagérées, non pas seulement pour le ravitaillement, mais en d’autres domaines, le fait qu’ils veulent participer outre mesure à l’organisation de la vie économique, qu’ils se dressent de façon menaçante contre les employeurs, tout cela fait partie des circonstances qui ne peuvent pas être négligées ».

216Pour compter sur des prêts occidentaux, il faut donner des garanties, dit-il en substance.

217Dans sa réplique, Rákosi revient sur l’espoir que nourrit Gordon envers les Occidentaux et sur l’attitude des ouvriers : je serais très heureux, dit-il, si nous pouvions recevoir de l’Ouest des « prêts normaux », et surtout si nos stocks d’or nous étaient restitués. Quant aux manifestations ouvrières, Rákosi assure qu’il fait tout son possible pour empêcher les grèves et que, en tout cas, les ouvriers font infiniment plus d’efforts que les industriels pour répondre aux obligations du pays : ils en font une « affaire d’honneur national ».

218Bán et Szakasits (PSD) trouvent « satisfaisante » l’attitude des ouvriers et souhaitent « que les plus fortunés supportent la plus grande partie du fardeau ». L’hypertrophie de la politique caractérise plutôt les milieux non prolétaires, déclare ce dernier. « L’an passé, les ouvriers affamés et vêtus de haillons ont relevé le pays des ruines et ils constatent que cela n’a servi à rien. Les salaires sont bas [...] Les industriels se sont fortement enrichis depuis la libération [...] alors que nous ne parvenons pas à satisfaire aux réparations. »

219Il se trouve que les entreprises qui fabriquent les produits à livrer reçoivent de l’État, au moment où celui-ci fait passer les commandes, la somme correspondant aux 50 % de la valeur des biens à réaliser pour couvrir les achats de matières premières. Par la suite, selon l’avancement des fabrications, l’État verse des tranches de 10 % pour le paiement des salaires, en sorte que 90 % des commandes sont payées sous forme d’avances et qu’il ne reste que 10 % à régler au moment des livraisons.

  • 160 I. Pető-S. Szakács, op. cit., p. 79-80.

220Or ce système de financement, géré par l’IKART (Représentation des Établissements industriels SA d’Intérêt public, qui s’occupe après la libération de la vente des biens du Domaine) devient la « serre chaude de la spéculation160 ». Souvent, les entreprises au lieu d’employer les sommes reçues dans la production prévue, placent l’argent « à la petite semaine » à des taux qui passent de 2-3 à 8-10 puis à 20-25 % (et même à 150 % en cas de couverture en or ou en devise). « Par le jeu des intérêts composés, on pouvait doubler en un mois, sans risque, les placements et assurer la sécurité des sommes ainsi gagnées, ou une partie de celles-ci, en les convertissant en or, en Napoléon ou en dollars, et en les faisant éventuellement sortir du pays. »

221Ces pratiques conduisent à la prise en main par l’État des cinq plus grosses entreprises qui travaillent pour les réparations et reçoivent de l’argent public : les Aciéries Weiss Manfréd, la Métallurgie de Rimamurány-Salgótarján, la Fabrique de wagons et Constructions mécaniques de Győr et deux entreprises Ganz (Constructions électriques, mécaniques, navales) seront ainsi gérées par l’État pour la durée des réparations, à partir du 1er décembre 1946.

222D’autre part, au lieu des différents portefeuilles ministériels, le financement de ces obligations internationales est centralisé dès janvier 1946 par le Conseil économique supérieur. Cet organisme devient l’autorité supérieure de l’Office des réparations, et, contrairement au vœu de la Fédération des industriels, les entreprises qui bénéficient des commandes de l’État, recevront les avances sur comptes bloqués, à l’exception des sommes destinées au paiement des salaires. « En principe, la gestion de l’État ne touchait pas au droit de propriété des entreprises et de leurs usines, mais, dans la pratique, elle correspondait dès la fin de 1946 à l’étatisation. »

223On observera qu’il y a dans ce processus à la fois un choix politique, mais surtout l’effet d’un engrenage mis en mouvement par les contraintes de la situation où les responsables de l’État horthyste ont conduit le pays. Dans la mesure où le nouveau régime doit résoudre en même temps la question de la survie et celle du relèvement matériel, l’engrenage en question apparaît à bien des égards comme « la force des choses ».

224Ajoutées aux frais d’entretien de l’Armée rouge d’occupation et aux coûts de la reconstruction, les réparations ont contribué à une forte détérioration des conditions d’existence de la population. Calculé pour neuf millions d’habitants, le revenu national par tête atteint à peine le tiers de celui d’avant-guerre. Le poids des réparations est alourdi du fait que les livraisons portent sur les articles de première nécessité ou indispensables à la reconstruction. Pour la population, les prélèvements se traduisent en terme de pénurie de toutes sortes, d’autant plus que les combats avaient rendu impossibles les travaux d’automne et de printemps.

225Dans les grandes villes, les centres industriels et miniers, la pénurie alimentaire est grave, mais celle des articles de première nécessité est aussi généralisée (allumettes, savons, pétrole, etc.). Le ravitaillement est au cœur de l’action des organismes populaires, en particulier des Comités nationaux : le recensement et la mise sous séquestre des réserves de céréales et des matières grasses, le rationnement du pain et du lait, la mise en marche des moulins, le contrôle des prix et la lutte contre le marché noir sont les mesures le plus souvent rencontrées.

  • 161 Rapport du dr Gamenczy, 9 février 1945, SBP, p. 38-42.

226Le cas de Budapest exige une véritable action de sauvetage. À la date du 9 février, la plupart des 1 600 000 habitants que compte l’agglomération avec les localités environnantes, sont en état de famine. Pour beaucoup qui sortent des caves il n’y a guère que les restes des cuisines de campagne russes pour calmer leur faim. Le commandement de l’Armée Rouge a offert le 2 février 200 t de farine et 200 t d’orge et les jours suivants la ville a reçu 40 wagons de vivres, mais ces quantités suffisent à peine pour une ration quotidienne de 100 g de pain. A l’arrivée des trains, le désespoir a poussé les gens aux « vols les plus sauvages », ce qui « a sapé complètement le moral des ouvriers chargés du débardage ». Les halles, les magasins de la Ville, les services d’hygiène alimentaire, les abattoirs, etc. sont détruits ou plus ou moins endommagés, « les chevaux qui errent sont abattus et distribués sur place par le peuple de la rue, et même les cadavres de chevaux sont dépouillés des parties mangeables161 ».

  • 162 PV/CM-GNP, A, 11/2, 7, 15 février 1945 et note 2, p. 205.

227Alors qu’à Debrecen le GNP est complètement impuissant, il finit par nommer Zoltán Vas, homme « énergique, déterminé, bon organisateur », commissaire du gouvernement au Ravitaillement de Budapest. Le GNP lui accorde des compétences très larges, il peut collecter des vivres sur tout le territoire, il peut organiser l’évacuation en province des femmes et des enfants de la capitale et il a autorité sur les préfets et tous les responsables locaux du ravitaillement162. Adoptant une attitude souple, Vas met en œuvre une série de mesures variées, pratiques : recherche des liens familiaux en province, évacuation des enfants, création de soupes populaires, échange direct des produits industriels contre des vivres, collecte de pommes de terre, achats pour le compte du commissariat de toutes sortes de denrées, quels qu’en soient les prix, déclaration obligatoire des réserves, mise en culture des jardins et des terrains non construits, etc. Par ailleurs, des appels pathétiques lancés à travers la presse sont répercutés par les CN, les CMUS, les Chemins de fer, le Secours national.

  • 163 J. Botos et alii, Magyar hétköznapok Rákosi Mátyás két emigrációja között, 1945-1956 (La vie quoti (...)

228Le commissariat négocie avec les commandants et les comités d’usine pour mettre en place une sorte de production parallèle, destinée aux villages : contre des charrues, des pelles, des clous, des articles de textile, etc., les campagnes ravitailleront ainsi directement les ouvriers d’usine, les autorités soviétiques ayant accepté de prêter des camions pour les transports. Un accord de ce genre réalisé à la fin de 1945 entre une mine de charbon et les cultivateurs définit par exemple l’équivalence entre un quintal de charbon de chauffage de première classe et la quantité de produits alimentaires, soit au choix : 14 kg de farine ; 40 kg d’orge ; 40 kg de maïs en grains ; 30 kg de pommes de terre, etc.163.

  • 164 Z. Vas, Op. cit., 1982, p. 69-70.

Le marché parallèle engendre un pullulement extraordinaire du troc. « Tous ceux qui le pouvaient faisaient leur baluchon, écrit Vas. Ils ramassaient les affaires qui par hasard avaient survécu à la guerre et, à pieds ou hissés sur les tampons des wagons de marchandises, partaient en province. Ils échangeaient les objets contre des aliments, qu’ils ramenaient en ville.
N’importe où qu’ils s’arrêtaient, ils étaient aussitôt entourés d’une foule de personnes. Sur les boulevards, sur l’avenue Rákóczi, devant les gares de l’Est et de l’Ouest, partout devant les vitrines incendiées, les commerçants installèrent des tables. Ils vendaient les innombrables objets abandonnés par les troupes allemandes et hongroises, ou volés et pillés dans les appartements des juifs déportés ou transférés dans les ghettos164. »

  • 165 Op. cit., 163-164.

229Gyula Kállai qui revient à Budapest dans la seconde moitié de mars 1945 est stupéfait devant la pulsation de la ville. Il compare le grouillement de plus d’un million d’habitants à une fourmilière renversée : partout, on déblaie, on répare les toits, les fenêtres, on soude les câbles, etc. Le Grand Boulevard est devenu un « marché aux puces bruyant » ; sur les deux côtés, au-dessus des portes et des vitrines brisées de leurs magasins, les marchands ont cloué des panneaux dont les inscriptions s’inspirent de la situation nouvelle : « Source d’approvisionnement la moins chère pour les prolétaires », « Magasin de cravates au Drapeau Rouge », « Restaurant des Trois Tovarichtch », « Confection de l’Armée Rouge », « Taverne Mátyás Rákosi165 »...

  • 166 I. Pető-Sakács, op. cit., p. 44-46.

230À l’échelle du pays, les stocks alimentaires restent en 1945-1946 de 45 % plus réduits qu’en 1938. Les besoins ne sont couverts à 100 % qu’en pommes de terre, ce pourcentage étant de 50 % pour le blé panifiable, 20 % pour la viande et les matières grasses, 40 % pour les œufs, 30 % pour le lait et 6 % pour le sucre. Les calories disponibles par jour et par personne sont 1700-1800, au lieu des 3000, norme préconisée par la SDN. Il manque 45 % de calories, 37 % de protéines, 71,6 % de matière grasse et 32,2 de glucides166.

  • 167 Pour sanctionner par exemple le refus de la livraison obligatoire du blé, un décret du 17 octobre (...)

231Les mesures administratives qui encadrent le ravitaillement sont très nombreuses et font appel pratiquement à tous les ministères : limitation ou interdiction de l’exportation des produits alimentaires et des articles textiles, campagnes de collectes, fermeture des restaurants de luxe, réglementation des moulins, prélèvement des impôts fonciers en nature, organisation des groupes d’achat dans les différents ministères et administrations, mesures de répression, etc.167.

  • 168 Rapport du Dr Csordás, inspecteur des services d’hygiène de Budapest, 16 mars 1945. SBP, p. 69-70.

232La sous-alimentation caractérise non seulement les populations urbaines mais les quelque cinq millions de personnes qui vivent directement de l’agriculture (adultes et membres de leurs familles), et on s’en aperçoit notamment à travers la propagation du typhus. La hausse des chiffres est attribuée à la reprise des relations avec la province, une partie des malades venant des lieux éloignés. Or l’institut de désinfection est paralysé à Budapest et l’épouillage n’est possible qu’à domicile168.

  • 169 Rapport du préfet de Police de Budapest, 26 janvier 1946. SBP, p. 214-217.

233Parmi les autres conséquences de la misère matérielle, très visibles dans la grande ville, il faut citer la criminalité et la prostitution. Les femmes qui se livrent à cette pratique se comptent par dizaines de milliers dans les rues de Budapest et la plupart sont malades. Le sort des mineurs inquiète les autorités. « À la suite de la dislocation des familles, la détérioration des conditions matérielles et de l’éducation, la criminalité des mineurs a pris des proportions énormes [...] la prostitution clandestine très répandue parmi les fillettes mineures est attestée par le constat douloureux que 70 % des jeunes filles présentées à la police souffrent de maladies vénériennes169. »

  • 170 PV/CM-GNP, B, 62/8, 24 octobre 1945 et note 14, p. 428.

234Les pénuries et leurs conséquences sont directement tributaires des dommages de guerre, que le ministère des Finances estime en 1946 à 28 418 498 205 pengős (P) de 1938, soit environ 5,6 milliards de $ : 16 % en sont attribués aux Allemands, 6,7 % aux Croix-fléchées et 77 % aux bombardements, aux opérations militaires et aux prélèvements des troupes soviétiques170. Révisé ensuite à la baisse, le montant des pertes matérielles s’établit à 22 milliards de P, soit 4,4 milliards de dollars. Parmi les pays les plus dévastés par la guerre, la Hongrie vient après la Pologne, l’URSS, la Yougoslavie et l’Allemagne.

235Sans entrer dans les détails des destructions, il faut constater que l’énergie et les transports conditionnent pour une bonne part le ravitaillement et, pour l’essentiel, la reconstruction. Il va de soi d’autre part que la mobilisation de la main d’œuvre pourrait faire l’objet à elle seule d’un chapitre à part.

236La Hongrie étant dépourvue de sites hydrauliques, le charbon y occupe la première place comme combustible et source d’électricité thermique. Le pays possède une dizaine de bassins, dont certains ont fonctionné selon les événements et d’autres ont cessé l’exploitation. Après le démarrage de mai-juin 1945, la production mensuelle n’atteint que les 40-50 % de celle de 1938, et tous les secteurs de l’économie en sont affectés, en sorte que la solution de la crise du charbon devient le problème central de la reconstruction.

  • 171 I. Pető-S. Szakács, op. cit., p. 78.

237Après l’accord des partis, l’Assemblée vote le 6 décembre 1945 la nationalisation des entreprises entières, acte légalisé le 25 mai 1946, avec effet rétroactif depuis le 1er janvier. L’État contrôle ainsi l’essentiel des sources d’énergie, soit près de 50 000 mineurs et employés et deux entreprises-clef du grand capital hongrois (Houillères générales hongroises SA et Charbonnages de Salgó-Tarján SA). Privées de leurs bases énergétiques propres, les entreprises concernées ne peuvent plus maintenir leur rentabilité antérieure. Il s’agit d’ailleurs plus des mesures d’étatisation (socialisation) que de nationalisation puisque les entreprises ne seront pas indemnisées171.

238Si l’organisation du ravitaillement et la gestion de la pénurie mettent à contribution des rouages anciens et se servent de pratiques bien éprouvées, la reconstruction fait appel à des organismes et à un ministère nouveaux.

  • 172 Cet organisme a été institué en 1870 pour diriger les travaux de régularisation du Danube, ceux re (...)

239Dès le 5 mars 1945, le CNB a désigné le président du Conseil des travaux publics de la capitale172, József Fischer, pour diriger les travaux de la reconstruction. Le 8 mars, le GNP étend les attributions de Fischer à l’ensemble du pays, comme commissaire du gouvernement à la Reconstruction. Dans la foulée des premiers remaniements ministériels est créé le 11 mai suivant un ministère de la Reconstruction, attribué à Ferenc Nagy, dont le rôle est avant tout la coordination, justifiée par la nécessité d’avoir une vue d’ensemble sur les activités économiques.

240Lors de la présentation de son ministère le 29 mai, Nagy insiste sur le fait que seule « une politique économique fondée sur [...] l’estimation globale des besoins et l’inventaire des moyens de la reconstruction, c’est-à-dire la mise en place d’un nouveau système économique hongrois planifié » permettront de réaliser l’effort nécessaire pour la reconstruction. « Les moyens matériels et les sources d’énergie doivent être insérés organiquement dans une économie planifiée embrassant l’ensemble de la vie économique », et les prises de position de son ministère seront considérées comme définissant des orientations.

241Celui-ci devient une institution complexe, avec 4 secrétaires d’État et un grand nombre de divisions, où l’on retrouve à côté des services ministériels habituels (présidence, division du personnel, comptabilité, préparation des décrets, etc.) un dispositif calqué en gros sur les secteurs économiques. Après la réorganisation du 7 décembre 1945, la reconstruction comprend plus de trente unités hiérarchisées. En juin 1946, une nouvelle réorganisation réduit le nombre des divisions, puis le portefeuille est supprimé le 23 septembre 1946. Son successeur juridique sera le ministère de la Construction et des Travaux publics.

  • 173 T.I. Berend, op. cit., p. 138-169.

242Par la mobilisation de la main d’œuvre et le financement inflationniste, la reconstruction fait dans certains secteurs des progrès spectaculaires, en sorte que le pays sort de la crise de novembre-décembre 1945 et, à partir du printemps 1946, les besoins énergétiques de toutes les branches industrielles sont mieux assurés. Outre le dévouement de la classe ouvrière, il faut voir dans cette réussite l’action de l’État qui a permis notamment de limiter la corruption et la spéculation et de canaliser l’inflation dans le sens de l’intérêt général173.

  • 174 Ibid., p. 87.

243Mais les milieux industriels ont suivi avec inquiétude les progrès de « l’étatisme ». Dans une lettre adressée le 10 septembre 1945 au ministère de la Reconstruction, la Fédération nationale des industriels (FNI) fait savoir que « la réglementation ne doit pas aller au-delà des limites nécessaires dictées par la situation, et la démocratie ne peut pas avoir pour tâche de l’étendre sur des domaines nouveaux, mais au contraire, il faut qu’elle examine où et comment on peut réduire l’effectif de la “police économique” pour confier l’équilibrage à l’automatisme de la vie économique174 ».

  • 175 Ibid., p. 90.

244Comptant sur des crédits occidentaux, le PP aurait pu mettre en œuvre sa conception du rôle de l’État en économie, telle qu’elle était pratiquée après la guerre dans la plupart des pays à économie capitaliste, et telle que le ministre des Finances du PP l’avait formulée clairement en janvier 1946 : « C’est dans la personne et la politique économique de Roosevelt que j’ai trouvé il y a 25 ans déjà l’idéal recherché [...] cette synthèse [...] qui [...] réalise la démocratie économique dans le cadre du système de production reposant sur l’initiative individuelle et la propriété privée175. »

245Mais l’argument qui s’oppose à l’évolution imaginée par le PP est semblable à celui qui est soulevé dans le débat sur les réparations : la Hongrie n’est pas le pays de Roosevelt ni une autre démocratie industrialisée, et il est exclu, en raison des conditions externes et internes, que les États-Unis financent par des prêts les « obligations internationales » de la Hongrie (pour qu’elle soit quitte envers l’URSS). Le PC insiste donc dès l’automne 1945 sur la nécessité de faire des industries travaillant pour les réparations un secteur étatique ; il le fait d’autant plus que la coordination par le ministère de Ferenc Nagy n’a pas donné le résultat espéré dans le domaine de la reconstruction non plus.

246Pour le PC, il faut à la fois renforcer le dirigisme économique et mettre en place un nouvel organisme capable d’appliquer cette politique. Le projet communiste s’inscrit d’ailleurs, sans qu’il en soit la conséquence, dans les nouveaux rapports de force créés par les succès électoraux du PP à l’automne 1945 : le Conseil économique supérieur (CES) que le PC met en place au tournant de 1945-1946 vient du même coup peser grandement dans les relations entre les pouvoirs exécutif et législatif, dont il sera question plus loin.

247Organisé selon les principes de la coalition et présidé par Ferenc Nagy, devenu Premier ministre, le CES est en réalité entre les mains des communistes, puisque son action est mise en œuvre par le secrétariat que dirige Zoltán Vas. Le PC occupe en outre des positions décisives dans l’Office des Réparations et au Commissariat du gouvernement au Charbon et peut contrôler et orienter plus directement que les autres partis l’ensemble de l’industrie lourde.

248Cette poussée du PC fut facilitée par le soutien de l’aile gauche du PSD, qui craignait à la fois le rapprochement des principaux dirigeants du parti avec la FNI et la « dictature économique » du PP, maître des Finances et de la Reconstruction. Le rôle d’un autre facteur qui est souligné par Berend, est celui de la compétence :

  • 176 Op. cit., p. 96.

« après la Libération, parmi tous les partis, c’était le PC qui disposait des spécialistes les plus nombreux et les plus qualifiés en économie ». Parfois, les experts du parti étaient en même des dirigeants politiques de premier plan, ce qui représentait un avantage inestimable lors des différentes négociations.
À l’opposé, le PP n’avait pas de spécialistes et, « plus d’une fois, il fut obligé de placer dans des positions économiques importantes[...] des experts bourgeois sans parti, comme Jenő Rácz, Károly Bárányos et István Varga176 ».

249Or les liens entre l’économique, le social et le politique sont plus étroits que jamais à la fin de 1945. La crise se concentre dans le domaine monétaire avec la dépréciation accélérée du pengő, et la hausse des prix qui en est la conséquence directe frappe en premier lieu les salariés.

  • 177 PV/CM-Z. Tildy, ANH, XIX-83-a, b. 5, 73/18, 5 décembre 1945. I. Pető-S. Szakács, op. cit., p. 58-6 (...)
  • 178 PV/CM-GNP, A, 12 février, 49/2, 22 février et 4 septembre 1945 et AD, t. 1, p. 559-560.

250L’inflation a commencé avec l’économie de guerre quand l’État s’est mis à financer une énorme industrie improductive. La masse monétaire qui était en général de 500 millions, passe à 4 312 millions à la fin de 1943 puis, un an plus tard, 11 132 millions. Les destructions aggravent à l’extrême la pénurie des biens de consommation et donc le déséquilibre entre les billets en circulation et les biens disponibles. Qui plus est, l’activité en marche se fait essentiellement pour les réparations et la reconstruction, et pour la financer l’État oblige la Banque nationale à émettre sans couverture. D’autres facteurs expliquent une inflation devenue phénoménale, comme le déclin de la moralité et la baisse du rendement, la corruption, les dépenses inconsidérées de l’État, etc.177. On évoque aussi le retour continu dans le pays d’une partie des sommes emportées par le gouvernement Szálasi (plus de 9 milliards de pengős) et l’émission de près de 5 milliards par le commandement soviétique178.

251Après la mise en œuvre de diverses méthodes pour juguler l’inflation, les spécialistes de diverses tendances se mettent d’accord pour préparer un plan de stabilisation. Ce travail d’experts placé sous l’égide du CES est dirigé par Gerő, Bán, Bárányos et Gordon. Le PC met en place une Commission d’assainissement, qui commence à fonctionner à la fin du mois de mai. Auparavant, le 18 mars, Gerő avait présenté devant le CES un plan détaillé, qui deviendra le programme d’assainissement du gouvernement.

252Pour accélérer le processus, le PC organise des démonstrations de masse, dites « journées du parti ». Les économistes des intérêts industriels cherchent de leur côté à démontrer que les capitaux de l’Ouest sont le sine qua non de la stabilisation. À cette idée, les communistes ne sont certes pas hostiles, ils souhaiteraient seulement des « prêts sans conditions politiques ». La commission du PC chargée du commerce extérieur est elle aussi pour les emprunts étrangers, tout en estimant que cela servirait avant tout à consolider le secteur privé. Mais plusieurs tentatives faites sur les marchés américains, anglais et suisses démontrent que la Hongrie ne doit pas compter sur ces capitaux : pour des raisons politiques d’abord, et aussi du fait « des déceptions du passé ».

  • 179 L’application de la liste B fait éminemment partie de ces mesures et le débat ministériel montre q (...)

253C’est donc en comptant uniquement sur des forces internes que le CES active la préparation de la stabilisation. Au sein du ministère des Finances, ce travail est mené par une commission d’experts, que dirigent György Kemény (PSD) et István Varga (PP). La monnaie stable devra reposer sur trois piliers : l’accumulation des biens de consommation, l’équilibre budgétaire et le nouveau système des prix et des salaires. Si pour les produits agricoles la sécheresse rend caducs les plans de stockage, ceux des articles industriels peuvent être réalisés. En outre, on fera des démarches auprès de Moscou pour obtenir des aménagements dans le paiement des réparations179.

254C’est ainsi que Ferenc Nagy, Gerő et Szakasits seront reçus par Staline du 9 au 17 avril 1946. Les facilités accordées par les Russes permettent de consacrer une partie plus importante de la production industrielle à l’exportation et à la consommation intérieure. Dans le budget adopté pour la période du 10 janvier au 31 octobre 1946, les recettes couvrent à hauteur de 86 % les dépenses. L’économie étant pratiquement « démonétisée », puisque le pengő aura perdu toute sa valeur à la date du 1er août où la stabilisation sera décrétée, le nouveau forint ou florin vaudra 400 000 quadrillions de pengős.

255Pour garantir la solidité de la nouvelle monnaie, il importait de récupérer les stocks d’or de la Banque Nationale, d’une valeur de 40 millions de $, que les Allemands et les Croix-fléchées avaient emportés en Allemagne et qui se trouvaient maintenant à Francfort sous garde américaine.

256Le gouvernement des États-Unis ayant déclaré qu’il ne considérait pas l’or hongrois comme butin de guerre, une délégation conduite par Ferenc Nagy et Mátyás Rákosi put se rendre à Washington et à Londres pour négocier, du 11 au 22 juin 1946, le retour du métal et d’autres biens hongrois évacués vers l’Ouest au moment de la défaite. La réserve ramenée à Budapest dans les premiers jours du mois d’août, allait assurer la couverture du forint, largement au-delà de la somme émise. En revanche, la récupération d’une partie des biens évacués, estimés à 200 millions de $, sera plus difficile.

  • 180 I. PETŐ-S. Szakács, Op. cit., p. 68.

257À côté de ces fondements pour ainsi dire classiques de la monnaie, le troisième support constitue un élément plus inédit : il s’agit d’un ensemble de mesures compliquées relatives aux prix et aux salaires. On partait du constat que les prix agricoles pouvaient être réglementés par des mesures gouvernementales, indépendamment des effets du marché mondial, avec lequel en plus, l’agriculture, devenue une affaire de petits propriétaires, avait rompu ses liens. Ainsi, contrairement à la tendance mondiale de l’après-guerre caractérisée par une hausse des prix agricoles plus rapides que celle des biens manufacturés, ce sont ces derniers qui seront revalorisés en Hongrie pour stimuler le développement industriel. L’effet des ciseaux s’en trouve accentué, puisque les prix agricoles (cultures et élevage) sont multipliés par 3,2 par rapport à 1938-1939, alors que ce multiplicateur est de 4,97 pour les articles industriels180. On comprend que le grand perdant de la stabilisation sera la paysannerie.

  • 181 Id., p. 75-76

258La stabilisation s’est accompagnée d’une action administrative de grande ampleur. Outre le contrôle exercé par les comités d’usines, l’Office met en place un vaste réseau d’inspecteurs et de vérificateurs, dont le travail est appuyé par la police économique et les volontaires des partis. Pendant les sept mois qui précèdent l’émission du forint, 14 000 dénonciations ont été déposées, dont près de 5 000 pour agiotage, 4 000 pour dissimulation de marchandises, 3 700 pour trafic illicite avec l’or et les devises. Près de 5 000 perquisitions ont été effectuées, suivies de plus de mille arrestations et de plus de cent internements181. Une propagande intense accompagne l’initiative du PC et des administrations, et l’exaspération des foules affamées tenues en haleine par les campagnes contre les agioteurs tourne facilement à des scènes de lynchage, comme l’ont montré les journées tragiques de Miskolc.

259De plus en plus, l’État soustrait aux entreprises une part accrue de leurs bénéfices, à titre de « charges sociales » : assurances, congés payés, crèches, temps de repas plus long et jours fériés plus nombreux, installations sanitaires, activités sportives et culturelles, etc. Leur coût qui correspondait en 1938 à environ 10 % des salaires, en représente en 1946-1947 près de 50 %. Les différentes prestations sociales contribuent à stabiliser le niveau de vie et à « égaliser » les salaires, dont les écarts ont été fortement réduits. Avec l’expropriation des grandes banques et de leurs filiales industrielles et commerciales, 58 % des ouvriers travaillent en novembre 1947 dans les usines de l’État, ce qui ne peut que faciliter la gestion des affaires socio-économiques.

260Toutes ces transformations résultant de la nécessité de gérer à la fois le ravitaillement, les réparations et la reconstruction, ne manquent pas d’avoir leurs répercussions dans la distribution des pouvoirs au sommet de l’État et des positions dans les administrations publiques.

Notes

1 Bérard (Armand), Un ambassadeur se souvient. Washington et Bonn 1945-1955, t. II., Paris, 1978, p. 186. John Lukacs est encore plus explicite : « Ses alliés occidentaux n’avaient pas compris suffisamment[...] combien Staline était incertain malgré ses victoires militaires retentissantes. Il savait cependant plus que quiconque combien son pays et son peuple avaient été saignés à blanc pendant les quatre terribles années de guerre[...] Et il fut par contraste énormément impressionné par l’équipement splendide et la fraîcheur des forces militaires américaines. » Op. cit., p. 96.

2 Cette vue d’ensemble s’appuie principalement sur les travaux de R.L. Braham, cités en bibliographie, et notamment A magyar holocaust (L’holocauste hongrois), Bp., 1988, vol. 1-2, 471 et 567 p. L’accroissement de la population juive hongroise résulte des mouvements naturel et migratoire. L’émigration provient des pays germaniques, de la Moravie et de la Galicie. La Hongrie comptait 339 819 habitants juifs en 1850 (3,7 %), 624 826 en 1880 (4,4 %) et 911 227 en 1910, soit 5 % d’une population de 21 millions d’habitants. Les juifs ont obtenu l’égalité civile en 1849, puis le statut d’égalité avec les autres religions en 1895. Ils sont divisés entre orthodoxes et libéraux, les premiers refusant et les seconds acceptant l’assimilation.

3 Mémento, p. 149. Le processus de destruction est décrit en détail par Hilberg (Raoul), La destruction des Juifs d’Europe, Paris, 1988, 1099 p.

4 R.L. Braham, op. cit., 1988, t. 2, p. 411-428. D’après Wyman, les Américains connaissaient l’existence des camps d’extermination depuis novembre 1942, et des comités se sont formés pour alerter l’opinion publique. Mais une délégation reçue par Roosevelt n’a obtenu que de bonnes paroles.
Outre l’obsession du Président de gagner la guerre au plus vite, le fait que le Département d’État était truffé d’antisémites, ainsi que l’incapacité des juifs à se mettre d’accord et l’attitude des Églises chrétiennes expliqueraient que les USA n’ont pratiquement rien fait pour empêcher la destruction des juifs de l’Europe. Wyman (David), L’abandon des juifs. Les Américains et la solution finale, Paris, 1987, 460 p.

5 Horel (Catherine), Avant le pire : la marginalisation progressive des juifs de Hongrie (1938-1944), CS, 1996-1997, n° 4, p. 11-40. Gerlach (Christian)-Götz (Aly), Az utolsó fejezet. A magyar zsidók legyilkolása (Le dernier chapitre. L’assassinat des juifs hongrois), Bp., 2005, 616 p.

6 R.L. Braham, Op. cit., t. 1, p. 105-106.

7 Suite à une décision du gouvernement polonais en 1936, environ 8 000 juifs polonais vivant en Hongrie sont déclarés apatrides. Après l’Anschluss, les Allemands expulsent encore vers la Hongrie plusieurs milliers de juifs polonais d’Autriche. En septembre 1939 enfin, une partie notable de la centaine de milliers de Polonais réfugiés en Hongrie était des juifs. Avant d’accueillir ces réfugiés, Keresztes-Fischer avait reçu la promesse de l’Office-Palestine qu’ils quitteraient la Hongrie. T. Stark, op. cit., 1989, p. 28.

8 En réalité, « c’étaient les nazis qui ont forcé les autorités hongroises à mettre fin à ces déportations », qui ne cadraient pas alors avec leur planification de la « question juive ». Karsai (László)-Molnár (Judit), Sur l’historiographie de la Shoah hongroise. Web francophone.

9 C’est la traduction littérale de kisegítő munkaszolgálat, qui ne doit être confondu avec le STO français : celui-ci est fondé sur les besoins en main d’œuvre de l’économie de guerre nazie, alors que le travail forcé est institué en Hongrie pour des raisons politiques et antijuives. Très souvent, c’est une forme d’assassinat organisée.

10 L’origine du travail obligatoire dans l’armée, à la place du service militaire, remonte à l’automne 1919, quand Horthy et son entourage décident que les ouvriers organisés, suspects par définition, ne pourront pas porter des armes et devraient être enrôlés comme travailleurs. Le projet étendu aussitôt aux Juifs sera appliqué à une grande échelle pendant la 2e Guerre mondiale et frappera principalement ces derniers.
Karsai (Elek), « Fegyvertelenül álltak az akna mezőkön... ». Dokumentumok a munkaszolgálat történetéhez Magyarországon (« Ils étaient sans armes sur les champs de mine... ». Documents pour l’histoire du service du travail en Hongrie), Bp., 1962, 2 vol. CXXVII - 575 et 852 p. R.L.Braham, The Hungarian labor service system 1939-1945, New York, 1977, 159 p. Op. cit., 1988, t. 1, p. 238-294. Nemeskürty (István), Requiem egy hadseregért (Requiem pour une armée), Bp., 1972, p. 179-194.

11 Kossa (István), employé et dirigeant syndical à la BESZKART (équivalente à Budapest de la RATP) est affecté à la compagnie n° 401. Avant le départ en Ukraine, où ils seront employés à des travaux de déminage meurtriers, les hommes sont alignés pour écouter le discours d’un officier. Kossa évoque ainsi cette scène : « C’est le lieutenant-colonel Muray qui parle. La mine mauvaise, le visage flasque, il déclare que notre unité s’appelle la compagnie ouvrière spéciale n° 401. D’une voix criarde, il demande si nous savons pourquoi nous sommes là. Lui, il le sait : “Le peuple hongrois doit être nettoyé de la racaille de votre espèce, qui pactise avec l’ennemi...’’ Devant nous, à gauche, étaient alignés les membres de l’encadrement. À eux aussi, Muray a fait un discours : “Avez-vous entendu qui sont ces gens-là ? Ils seront remis entre vos mains. Ce ne sont pas des hommes mais des animaux. Vous devez être sans ménagement. Quand vous serez en Ukraine, servez-vous en pour décorer les arbres qui bordent les chemins. Pendez-les sans hésiter...’’ » Dunától a Donig (Du Danube au Don), Bp., 1984, p. 16-17. Le comportement des hommes de l’encadrement, en général des sous-officiers de réserve sadiques et antisémites virulents, est souvent dicté par l’idée que plus vite leurs unités seront exterminées et plus tôt ils rentreront chez eux.

12 Grynberg (Anne), La Shoah. L’impossible oubli, Paris, 1995, p. 90. Roseman (Mark), Ordre du jour : génocide. Le 20 janvier 1942, Paris, 2002.

13 L. Karsai-J. Molnár, op. cit.

14 D’après Lévai, Budapest avait en 1944, 250 000 habitants juifs. Leur regroupement fut discuté après les premiers bombardements de la ville en avril 1944, accéléré par « l’empressement de milliers et de milliers de chrétiens » à s’emparer des logements et des biens juifs. On fit adopter d’abord le marquage des immeubles attribués aux Juifs (2 600 sur près de 36 000 bâtiments). Le décret paru le 21 juin prescrivit l’évacuation de quelque 28 000 logements, situés dans 10 000 immeubles environ. Après l’avènement de Szálasi, les survivants sont regroupés dans le ghetto du VIIe arrondissement. Les massacres ont commencé le 12 novembre. On transporte chaque jour, à l’Institut médicolégal, les cadavres de 50-60 Juifs exécutés par balles dans la nuque. Lors de la libération du ghetto, le 17 janvier 1945, on y trouve 3 000 corps non ensevelis. 17 000 Juifs environ ont péri dans ces massacres. R.L. Braham, op. cit., 1988, t. 2, p. 124-245. Lévai (Jenő), Zsidósors Magyarországon (Destin de juif en Hongrie), Bp., 1948, p. 166. K. Ungváry, op. cit., p. 229-244.

15 L. Karsai n’estime qu’à 5 000-10 000 le nombre de Tsiganes persécutés et à quelques milliers le nombre des exécutés. Cette estimation « a suscité une grande tempête » en Hongrie. L. Karsai-J. Molnár, op. cit.

16 R.L. Braham, op. cit., 1988, t. 2, p. 453-455 et note 5, p. 478.

17 Dans les recherches portant sur la Shoah hongroise, les grandes questions débattues sont : le nombre des victimes ; la question des responsabilités ; le rôle du Conseil des Juifs et des résistants sionistes ; le service auxiliaire du travail ; l’aide apportée aux Juifs et le problème de la collaboration. L. Karsai-J. Molnár, op. cit.

18 Mémento, p. 240-261. Horák (Magda), A magyar értelmiség veszteségei az 1940-es években (Les pertes de l’intelligentsia hongroise dans les années 1940), Bp., 1994, 189 p.

19 R.L. Braham, Offensive contre l’histoire. Les nationalistes hongrois et la Shoah, Les Temps Modernes, 1999, n° 54, p. 123-141. Voir aussi, Gradvohl (Paul), Les historiens et les enjeux politiques du passé en Hongrie, et en particulier : Transition politique et gestion du passé, in Rousso (Henry), Stalinisme et nazisme. Histoire et mémoire comparées, Bruxelles-Paris, 1999, p. 248-260.

20 Maire, 16 décembre 1944. AD, t. 1, p. 285.

21 Maire, 31 mars 1945. AD, t. 2, p. 460-461.

22 AIHP, 283.f.10/264. Requête de la Communauté israélite de Pest au sujet des mesures les plus urgentes à prendre dans l’intérêt des juifs hongrois. Passage souligné dans le texte : « Nous ne sommes pas guidés par un esprit de partialité en constatant que ce malheur, le plus grave qui ait pu frapper les Hongrois, est dans la relation la plus étroite avec la politique antisémite dont nous n’avons pas cessé d’alerter les gouvernements anciens et le parlement de la nation hongroise. »

23 PV/CM-GNP, A, 24/25, 25 avril, 26 septembre, 4 mai et note 16, p. 393, 28 janvier, 19 mai, 31 mai, 29 mai 1945 et note 10, p. 503.

24 Maire, 30 décembre 1944. AD, t. 1, p. 394.

25 « Il s’est produit dans une ou deux communes, dit le document, que des logements juifs ont été cédés à des habitants dont les maisons avaient été bombardées. Dans ce cas, si l’ancien propriétaire revient, il faut lui rendre son logement, après avoir trouvé un foyer pour les personnes sans toit. Si cela n’est pas possible, l’administration doit intervenir pour que les deux parties s’entendent pacifiquement. » Sous-préfet, 15 décembre 1944. AD, t. 1, p. 280.

26 Maire, 19 janvier 1945. AD, t. 1, p. 575.

27 Commandant (maire), 24 octobre 1944. AD, t. 1, p. 48.

28 Le comité directeur de l’Association d’Eger comprend un médecin, un architecte et un avocat. AD, t. 2, p. 297. Dans la localité de Hőgyész (Tolna), 23 déportés sont revenus et ont créé le 10 février 1945 une Communauté du peuple juif (Zsidó Népközösség) pour « représenter les intérêts des juifs absents et gérer leurs biens ». Entièrement démunis, sans vêtements, ces survivants demandent le 19 février l’appui du préfet pour retrouver à l’aide de la gendarmerie et éventuellement en perquisitionnant dans les maisons, les biens juifs indûment enlevés du ghetto de Hőgyész. Préfet, 17 février 1945. AD, t. 2, p. 297.

29 Dans la ville de Makó, le comité juif demande au CN sa reconnaissance. Dans le débat qui s’ensuit, le premier intervenant déclare qu’il ne faut pas qu’il y ait un comité juif à Makó, où chaque problème peut être réglé auprès des services appropriés de l’administration, les juifs eux aussi n’ont qu’à s’y adresser. « Que les juifs ne soient pas un État dans l’État, dit-il. On n’a pas besoin de comité juif. Il ne faut pas que les juifs aient pouvoir d’autorité. Les juifs ne veulent pas s’intégrer dans l’ordre nouveau ». Un autre membre du CN enfonce le clou : « les juifs ne s’entraident pas, ils s’occupent du marché noir ». Un troisième n’est pas contre l’existence du comité juif, mais voudrait que non seulement les juifs aisés mais aussi les juifs prolétaires en fassent partie. Soumis au vote du CN, la requête du Comité juif est cependant acceptée à la fin par 7 voix contre 4. PV/CN, 1er février 1945. AD, t. 2, p. 133-134.
À Kispest, le représentant du Comité juif demande une place au CN, en expliquant que « les 3600 déportés ont des problèmes et des soucis si particuliers, que personne d’autre qu’un juif ne peut les représenter ». La demande est refusée puisque, « pour le présent, les confessions n’ont pas de représentation dans le Comité national ». Maire, 5 février 1945. AD, t. 2, p. 154-155. On relève une solution intermédiaire à Gyöngyös, où, répondant à la demande de l’Association juive locale, le CN décide qu’un représentant en sera invité chaque fois qu’une question touchant aux intérêts de la population juive sera discutée. PV/CN, 5 janvier 1945. AD, t. 1, p. 435.

30 AD, t. 1, p. 142, 143, 553 et t. 2, p. 394-395.

31 PV/CM-GNP, A, 6/14, 24/25, 36/44, 42/30, 62/59, 63/13 des 25 au 25 janvier, 25 avril, 20 juin, 1er août, 24 et 25 octobre 1945.

32 ANH, XIX-A-83-a, b. 8, PV/CM-Nagy, 93/47, 26 février 1946.

33 ANH, XIX-A-1-j-XX-2781, b. 55, 11 mars et 13 juin 1946.

34 ANH, XIX-A-83-a, b. 10, PV/CM-Nagy, n° 111, 24 mai 1946 et n° 132/28, 23 août 1946.

35 La Société hongroise de la Sainte Croix date de 1938. Elle a été fondée avec l’appui de l’épiscopat catholique pour défendre les intérêts des juifs convertis au catholicisme. Elle restera en activité jusqu’en 1952. Le Bon Pasteur est né en 1942, à l’initiative de l’évêque protestant László Ravasz, pour aider moralement et matériellement les juifs convertis au protestantisme. L. Szűcs, PV/CM-Dinnyés, note 91, p. 312.

36 AIHP, f 283, 10/212, Lettre au Premier ministre, 21 novembre 1945. A la même époque, un document qui résume l’état de l’opinion publique en Hongrie affirme que « l’antisémitisme est si profondément enraciné qu’il est peu probable qu’on puisse le faire disparaître dans un prochain avenir ». MAE, Série Z Europe. Hongrie 1944-1960, vol. 196-1/11, Notes de l’Attaché militaire près l’Ambassade de France en Tchécoslovaquie, Prague, 19 novembre 1945.

37 Ibid., Analyse générale de la presse, 25 et 29 mars 1946. Cette violence qui n’est pas propre à la Hongrie, a fait à l’époque des centaines de victimes en Pologne. Voir Hillel (Marc), Le massacre des survivants. En Pologne après l’holocauste (1945-1947), Paris, Plon, 1985, 353 p. En Roumanie aussi, les bandes de Maniu et les Gardes de Fer attaquent les populations magyares au cri de « À bas les Hongrois ! », « Morts aux Juifs ! ». Ibid., Analyse générale de la presse, 15 avril 1946.

38 ANH, XIX-A-83-a, b. 10, PV/CM-Nagy, n° 111/1, 24 mai 1946.

39 ANH, XIX-A-83-a, b. 12, PV/CM-Nagy, n° 126/1, 2 août 1946. Selon le rapport soviétique, la cause fondamentale de l’émeute a été la misère des ouvriers, exaspérés et poussés à bout par l’inflation et le ravitaillement déplorable. Les conclusions du rapport sont les suivantes : « 1. Les événements de Miskolc ont commencé de façon spontanée, mais les éléments réactionnaires les ont utilisés pour leur donner un caractère antidémocratique (suppression des camps d’internement, slogans antisémites, attaque contre la police, assassinat du commandant de la police politique, etc). 2. La section urbaine du PC et l’organisation du parti social-démocrate se sont avérées impuissantes et passives face aux événements. 3. Les événements de Miskolc ont démontré à nouveau que le PC avait commis une faute grossière en plaçant des personnes de nationalité juive aux postes dirigeants de la police politique, faute que les réactionnaires ont utilisée à leurs propres fins. 4. Les éléments réactionnaires (parmi eux les journaux de droite) exploitent les événements de Miskolc pour dénigrer le parti communiste et diminuer sa crédibilité. » Lt-col. Mudrikov, 10 août 1946. DS, p. 107-111.

40 « Il est intolérable qu’un préfet du gouvernement républicain hongrois tienne un discours incontestablement fasciste et antisémite », écrit Rajk au secrétaire général du PSD. AIHP, 283 f. 10/264. Lettre, 20 novembre 1946.

41 « Si à l’époque de notre déportation les chrétiens ne nous ont pas aidés, ils auraient dû au moins se taire et ne pas inciter à la haine contre les juifs, dit le grand rabbin. S’ils avaient au moins crié face au monde : faites attention, car ici on assassine des êtres humains ! Il semble que, aujourd’hui encore, les chrétiens n’arrivent pas à coexister avec les juifs. Ils ont assisté jusqu’au bout à notre assassinat dans les chambres à gaz, et aujourd’hui encore ils parlent haut, au lieu de regretter leurs fautes. Maintenant que nous sommes revenus, des accusations sont portées contre nous par ceux qui ont aidé à nous déporter. Cela accuse la chrétienté et aussi le clergé. Au moment de notre déportation, personne ne s’est trouvé parmi les chrétiens pour empêcher cela. Le silence qu‘ils ont observé alors était une approbation tacite de la part des chrétiens. »
Maître Bárány dit en substance la même chose que le grand rabbin : « Nous continuons à vivre dans l’angoisse puisque, après tant de souffrances, nous sommes à nouveau exposés aux persécutions. Nous sommes accusés par ceux qui ont perpétré contre nous ces crimes horribles. Cela accuse à la fois la chrétienté et les dirigeants de l’Église. » Ibid., Copie de l’article « Le conseil municipal d’Orosháza rejette les accusations des orateurs juifs », paru dans Orosháza és Vidéke (Orosháza et ses Environs), 14 novembre 1946.

42 « Permettez-moi, déclare le journaliste et député Petit-propriétaire Gy. Parragi le 3 octobre 1946, de mettre en lumière les mérites de cette société chrétienne qui a tendu ses mains secourables aux juifs, dans les jours les plus difficiles, et qui n’a pas oublié les véritables enseignements moraux du christianisme [...] Nous sentons que ce n’est pas seulement dans l’intérêt de la crédibilité et la bonne réputation de la démocratie qu’il faut faire amende honorable aux juifs persécutés mais aussi dans l’intérêt de la chrétienté outragée... ». Cité par Karsai (László), Befogadók. Irások az antiszemitizmus ellen 1882-1993 (Ceux qui accueillent. Ecrits contre l’antisémitisme 1882-1993), Bp., 1993, p. 185.

43 « Recenser les Juifs qui, dans nos milieux, avaient échappé à l’extermination grâce à l’aide apportée par des non Juifs, conduirait à une illusion d’optique : une grande partie d’entre eux s’étaient convertis au catholicisme ou au protestantisme, faisant partie de sociétés mondaines, de familles non-Juives, grâce aux liens du mariage, de communautés professionnelles ou syndicales hongroises [...] Ceux qui, dépourvus de toutes “relations”, avaient néanmoins bénéficié de l’aide et du dévouement du « Hongrois moyen » rencontré au hasard de leurs tribulations, ne constituent sans doute qu’une petite minorité [...] Comment oublier ceux qui se montraient, disaient-ils, prêts à intervenir en faveur de ceux qui « le méritaient », le prêtre qui, tout en les accueillant avec prévenance lorsque des Juifs faisaient part de leur intention de se convertir, leur reprochait sur un ton indigné de ne pas apprendre suffisamment le catéchisme et les accusait de changer de religion par intérêt, sans conviction profonde... ». BIBÓ (István), La question juive en Hongrie après 1944, in Misère des petits États d’Europe de l’Est, Paris, 1986, p. 226, 228. Au sujet des sauvetages de juifs en Hongrie, R.L. Braham cite l’opinion de l’ancien chef du renseignement militaire, Gyula Kádár, sur la résistance (« S’il y avait eu autant de résistants avant le 19 mars 1944 qu’en mai 1945 et par la suite... ») pour constater que « grosso modo, la même chose est valable pour les actions de sauvetage dont on a publié des récits après la guerre ». Mentőakciók Magyarországon. Mítoszok és valóság (Actions de sauvetage en Hongrie. Mythes et réalités), SI, 2004, n° 6, p. 1393.

44 « Nous ne nions pas que de nombreux juifs ont eu une influence destructive et maléfique sur la vie économique, sociale et morale de la Hongrie [...] Nous ne doutons pas que la question juive doive être réglée de manière légale et juste [...] Nous ne protestons pas [...] contre l’élimination de l’influence nuisible des juifs... », écrit la plus haute autorité religieuse, le cardinal Serédy primat de Hongrie, le 29 juin 1944, en pleine catastrophe du peuple juif. Sa lettre pastorale était censée sauver des juifs (convertis). Friedlander (Saul), Pie XII et le IIIe Reich. Documents, Paris, 1964, p. 203-205.

45 MAE, Série Z Europe. Hongrie1944-1960, vol. 198-1/18, « Questions à un psychologue hongrois » (extraits de 3 articles parus dans la presse roumaine), par le Dr Eugène Király, Cluj (Kolozsvár), 31 juillet 1946.

46 Op. cit., t. 2, p. 356-381.

47 Op. cit., t. 2, p. 356-358.

48 Op. cit., 1986, p. 370-372, 374, 385.

49 Ibid., p. 381.

50 Standeisky (Éva), Antiszemita megmozdulások Magyarországon a koalíciós időszakban (Mouvements antisémites en Hongrie à l’époque de la coalition), SI, 1992, n° 2, p. 284-308.

51 Situer « la question juive » sur le terrain de l’identité ou de la solidarité de classe n’est pas propre au mouvement ouvrier, il caractérise aussi la classe dominante. Lors du procès de László Baky, l’un des ministres du « trio déportateur », celui-ci cite les paroles de Horthy pour se défendre : « Moi aussi, je déteste les juifs communistes de la Galicie. Qu’on les chasse ! Mais toi-même, tu peux admettre Baky que Chorin et Vida sont d’aussi bons Magyars que toi ou moi ». CIP, p. 325, note 9.

52 E. Standeisky, op. cit., p. 287-291.

53 « Le Parti communiste fut le premier, écrit Kunovitz, à annoncer le pardon aux petits Croix-fléchées, ce qui eut pour résultat que les comités d’épuration se mirent à blanchir ces derniers et les tribunaux populaires prononcèrent acquittements sur acquittements. Or le fascisme en Hongrie n’était rien d’autre que la haine sans borne des juifs, le pillage des biens, les vols, les assassinats [...] En accueillant donc les petits Croix-fléchées dans ses rangs, le PCH donna un argument à la réaction, car ses adversaires pouvaient dire que partout, dans les journaux, les affiches, la radio et les discours, nous déclarions sans cesse la guerre à la réaction et au fascisme, alors que ces derniers se trouvaient justement parmi nous [...] Précisément, c’est dans les rangs du PCH que se trouvent partout ceux qui osent aujourd’hui encore dénigrer les juifs sans vergogne, car ils sentent derrière eux le parti qui les protège de tous les maux, puisque, celui qui est membre du PCH comment pourrait-il être fasciste ? ! [...] Et tout cela pour plaire à ces milieux de petits Croix-fléchées, dont nous attendions les suffrages, qu’en fait nous n’avons pas eus [...] nous, juifs communistes, nous avons supporté jusqu’ici les dents serrées [...] cet antisémitisme [...], que nous ne voulons plus supporter, et nous nous battrons contre un nouvel Auschwitz, au prix même de notre vie. Que par une déclaration de portée nationale mon Camarade mette donc fin à cette croyance enracinée dans l’opinion publique que le PCH est un parti antisémite... » Ibid., p. 288-289.

54 Cité par É. Standeisky, op. cit., p. 291.

55 ANH, XIX-A-83-a, b. 12. PV/CM-Nagy, Rapport, 2 août 1946.

56 É. Standeisky, op. cit., p. 293.

57 Pour la définition de ce mot, voir ci-dessus Chap. IV., note 128, p.141.

58 Apor (Péter) parle de 273 habitants juifs qui ont été transférés au ghetto de Karcag, installé le 24 avril 1944. Les quelque 1 300 juifs regroupés dans cette petite ville proche de Kunmadaras, sont amenés le 18 juin au chef-lieu du comitat, à la Sucrerie de Szolnok. Ils seront déportés quelques jours plus tard, la plupart dans le village autrichien de Laa an der Thaya (56 km au nord de Vienne). Un certain nombre d’entre eux, 70 à 120, reviendront dans le village à l’été et à l’automne 1945. A népi demokrácia építése : Kunmadaras, 1 946 (La construction de la démocratie populaire : Kunmadaras, 1946), SI, 1998, n° 3, p. 612.

59 Voir ci-dessus, Chap. IV., note 117, p. 136.

60 Op. cit. p. 298-299.

61 T. Stark, op. cit., 1989. Elesett, megsebesült, eltünt, fogságba esett. Magyarország katonai vesztesége a II. világháborúban (Tombé, blessé, disparu, fait prisonnier. Les pertes militaires de la Hongrie dans la Deuxième Guerre mondiale), in F. Glatz, op. cit., 1984, p. 82-85.

62 Gy. Vargyai, op. cit., 2001, p. 388.

63 T. Stark, op. cit., p. 47-60. Un travail sur les PG en URSS, réalisé à partir des documents d’archives fut publié à Moscou, dans le Voïennoïstoritscheski Journal du septembre 1990, par V.P. Galitski. Il en ressort que du 22 juin 1941 au 2 septembre 1945, l’Armée rouge a fait 4 126 964 prisonniers de guerre, parmi lesquels la Hongrie occupe la 3e place après l’Allemagne et le Japon. Le nombre de PG décédés pendant leur captivité s’élève à 580 548, dont les principales causes sont les blessures et les maladies en rapport avec les combats et l’encerclement, les suicides, les accidents de travail, les exécutions pour crimes de guerre et les morts pendant les tentatives d’évasion. Des cimetières de PG existent notamment à Irkutsk, Khabarovsk, Nahodka, Bakou. HIST, 1991, n° 4, p. 25-28.

64 PV/CM-GNP, A, 31 mai, 29 mai 1945 ; B, 43/13, 18, 22 août 1945.

65 PV/CM-GNP, B, 48/4, 31 août 1945 et note 45 p. 156 ; 49/1, 4 septembre 1945.

66 Op. cit., p. 58.

67 Ibid., p. 53-54.

68 ANH, XIX-A-83-a, b. 13, PV/CM-Nagy, 140/57, 20 septembre 1946.

69 Écartant les arguments fantaisistes, comme la prétendue menace soviétique, L. Karsai rappelle que « les raisons principales de notre entrée en guerre contre l’Union soviétique consistaient en l’anticommunisme aveugle d’une partie considérable de l’élite politique du pays, leur avidité pour le butin et la mauvaise appréciation des rapports de force. » Op. cit., Web francophone.

70 Volksbund der Deutschen in Ungarn - Alliance populaire des Allemands de Hongrie, fondée le 26 novembre 1938 par Franz Basch. A la tête d’une Fraternité nationale allemande, celui-ci menait depuis plusieurs années déjà campagne contre la magyarisation des patronymes germaniques et, depuis la montée du nazisme, il recevait un soutien financier de l’Allemagne. Dès lors, la minorité germanique de Hongrie est considérée par son mouvement comme « partie constituante du peuple allemand uni par la race et vivant sous domination étrangère ». Devenue un État dans l’État, la Volksbund fournit des milliers de volontaires pour les SS, exige la liquidation des juifs, facilite pour le IIIe Reich la connaissance du potentiel économique et politique intérieure de la Hongrie, etc. Tilkovszky (Loránt), Ez volt a Volksbund (Ce fut la Volksbund), Bp., 1978, 424 p.
Entre 1938 et 1941, environ 720 000 Allemands minoritaires sont venus s’installer en Allemagne sur la base des accords conclus avec différents États : accords de Rome (mai 1938), de Tallin et de Riga (octobre 1939), de Moscou (novembre 1939)... PETŐ (Iván), Magszabadíani az országot... (Débarrasser le pays...), FS, 1988, n° 6-7, p. 139.

71 Duroselle (Jean-Baptiste), Histoire diplomatique de 1919 à nos jours, Paris, 1985, p. 217.

72 Aperçus historiques notamment par Bellér (Béla), A magyarországi németek rövid története (Brève histoire des Allemands de Hongrie), Bp., 1981, en particulier, p. 146-191. Muller (Jean-Léon), L’expulsion des Allemands de Hongrie 1944-1948, Paris, 2001, p. 21-41. Tilkovszky (Loránt), Nemzetiség és magyarság. Nemzetiségpolitika Magyarországon Trianontól napjainkig (Identité nationale et identité hongroise. Politique des nationalités en Hongrie de Trianon à nos jours), Bp., 1994, p. 7-132. On appelle Souabes en Hongrie les Allemands installés dans le pays depuis le xviiie siècle. A ne pas confondre avec le groupe germanique dit souabe, localisé dans la partie sud-ouest de l’Allemagne.

73 B. Bellér, op. cit., p. 180.

74 Ibid., p. 184.

75 Ibid., p. 187.

76 L’emploi de la main-d’œuvre allemande est considéré par le gouvernement soviétique comme une forme de réparation. Á.Tóth, op. cit., p. 21.

77 L. Tilkovszky (Loránt), Nemzetiség és magyarság (Hongrois et nationalités), Bp., 1994, p. 136. PV/CM-GNP, A, 6/15, 25 au 25 janvier 1945 et note 24, p. 150.

78 Lettre à Mátyás Rákosi, 7 janvier 1945, DS, p. 35. PV/CM-GNP, B, n° 44, 13 août 1945 et note 4, p. 59.

79 Zielbauer (György), A magyarországi németség nehéz évtizede 1945-1955 (La décennie difficile des Allemands de Hongrie 1945-1955), Szombathely, 1990, cité dans DS, note 21, p. 38.

80 Sont utilisés pour la trame chronologique, S. Balogh, op. cit., 1988, p. 77-102 : A német nemzetiségű lakosság kitelepítése (L’expulsion de la population de nationalité allemande). J.-L. Muller, op. cit. Á. Tóth, op. cit.

81 PV/CNB, p. 82-84.

82 L’article de Kovács publié dans Szabad Szó le 18 août 1945 sous le titre de Gyönyörű elégtétel (Une réparation magnifique) est un véritable réquisitoire contre l’Allemagne et les Allemands.

83 S. Balogh, op. cit., p. 84. PV/CM-GNP, A, 27/13, 18 mai 1945.

84 PV/CM-GNP, A, 34/12, 13 juin 1945.

85 PV/CM-GNP, A, 36/39, 20 juin 1945 et note 33, p. 577.

86 J.-L. Muller, op. cit., p. 81.

87 PV/CM-GNP, B, n° 44, 13 août 1945.

88 Ibid., Annexe 44/c et note 52, p. 71-74.

89 PV/CM-GNP, B, 46/14 et 18, 22 août 1945, note 14 et annexe 46/b, p. 133-135.

90 PV/CN-GNP, B, 43/9, 8 août 1945, annexe 43/b, p. 48 et annexe 61/e, p. 410.

91 Op. cit., p. 231-232.

92 La partie de la Haute-Hongrie réannexée formait une zone d’environ 400 km de long et de 10-25 km en profondeur, couvrant à peu près 12 400 km2, avec une population majoritairement hongroise (soit 1,1 million). La région fut occupée les 5-10 novembre 1938 par quatre corps d’armées, et une action militaire éventuelle fut préparée par un corps franc, appelé la Garde loqueteuse (Rongyos Gárda). Equipée par l’état-major, celle-ci comprenait des groupes paramilitaires, des volontaires des partis d’extrême droite et des réservistes. Ses 900 hommes, répartis en 19 « bataillons » subdivisés en petits groupes, étaient commandés par des officiers de carrière. En coopération avec les Polonais, ils devaient préparer l’attaque contre la Tchécoslovaquie en procédant à la destruction des ponts, des voies ferrées, des objectifs militaires. Dombrády (Lóránd)- Tóth (Sándor), A magyar királyi honvédség 1919-1945 (L’Armée royale hongroise 1919-1945), Bp., 1987, p. 131.

93 Gy. Vargyai, 2001, op. cit., p. 123-124. Des témoignages ont fait état des scènes pénibles qui se sont produites entre la population habituée aux usages démocratiques de la République Tchécoslovaque et les fonctionnaires de la « mère-patrie », altiers et obnubilés par les titres. GY. Juhász, op. cit., 1983, p. 62-63. L. Tilkovszky, Revíziós sikerek, problémák, csalódások (Succès révisionnistes, problèmes, déceptions), in F. Glatz, Magyarok a Kárpát-medencében (Hongrois dans le bassin des Carpathes), Bp., 1988, p. 271-274.

94 I. Pető, op. cit., p. 144-145.

95 S. Balogh, op. cit., p. 103-131. T. Stark, op. cit., p. 75-78. Á. Tóth, op. cit., p. 152-170.

96 Le 7 août 1947, Rákosi a écrit à Staline pour demander son aide contre le projet « du gouvernement et du parti communiste tchèques » d’expulser tous les Magyars. « Leur argument principal, dit-il, est que vous êtes d’accord avec cette politique. Lorsque, fin juin la délégation tchécoslovaque est venue vous voir et qu’elle vous a posé la question de savoir s’ils pouvaient procéder avec les Magyars de la même façon qu’avec les Allemands, vous auriez répondu favorablement, prétendent-ils, et vous auriez même dit : “Tapez-leur bien dans la gueule”. » M. Rákosi, op. cit., 1997, p. 591.

97 S. Balogh, op. cit., p. 131.

98 En particulier, B. Bellér, István Fehér, A magyarországi németek kitelepítése 1945-1950 (L’expulsion des Allemands de Hongrie 1945-1950), BP., Akadémiai Kiadó, 1988, 232 p., SI, 1992, n° 1, p. 331-336. M. Korom, Az Atlanti Chartától a potsdami kollektív büntetésig (A magyarországi német kitelepítés történetéhez) (De la Charte de l’Atlantique à la sanction collective de Potsdam.
Pour l’histoire de l’expulsion des Allemands de Hongrie), SI, 1998, n° 3, p. 553-581. J.-L. Muller, op. cit., 2001, 233 p. L. Tilkovszky, op. cit., 1994, 164 p. Á. Tóth, op. cit., 1993, 221 p.

99 Op. cit., 1994, p. 139.

100 Op. cit., p. 28.

101 PV/CM-GNP, A, 6/6, 25-26 janvier 1945 et notes 5 et 8, p. 143.

102 Des procès pour crimes de guerre auront lieu bien plus tard. En juin 1967, dans « le procès des Croix-fléchées de Zugló », 19 jeunes fascistes « qui pourchassaient des juifs sans défense », sont jugés, dont 3 seront condamnés à mort et 15 à 8-15 ans de prison. En 1967 encore, deux anciens interprètes des SS, militants volksbundistes actifs, sont condamnés à la prison à vie. La Hongrie a connu le dernier procès pour crime de guerre à l’été 1970, quand un ancien Croix-fléchées, revenu de la captivité soviétique en 1950 et reconnu tardivement comme ayant été l’auteur de plusieurs tortures, de pillages et d’assassinats, est condamné à mort. R.L. Braham, op. cit., 1988, t. 2, p. 472. Sólyom (József)-Szabó (László), A zuglói nyilasper (Le procès des Croix-fléchées de Zugló), Bp., 1967, 384 p.

103 PV/CCA, 2003, 26 mars 1945, p. 43.

104 La responsabilité de Horthy n’a pas été soulevée, entre autre, à cause de l’attitude des autorités soviétiques ; il a été seulement cité comme témoin dans le procès de Nuremberg. L. Szűcs, PV/CM-GNP, A, note 10, p. 144. Quand le matin du 22 juin 1941, l’ambassadeur allemand, Erdmannsdorff, transmet la lettre du Führer à Horthy, celui-ci déclare : « Croyez-moi, monsieur l’ambassadeur, j’attendais ce jour depuis 22 ans. À présent, je me sens heureux. Même dans plusieurs siècles, l’humanité sera reconnaissante au Führer pour cette action, qui apportera la paix, car maintenant l’Angleterre et les États-Unis seront obligés de reconnaître que l’Allemagne est désormais invincible, son ravitaillement et son économie de guerre étant assurés par la possession des ressources agricoles et minières de la Russie. » Pritz (Pál), A Bárdossy-per (Le procès Bárdossy), Bp., 2001, p.35.

105 ANH, XIX-A-1-j, b. 1, 4 mai 1945. Débat mouvementé également au CN de Csanád. Quand le président soumet la question au vote, le CN décide par 9 voix contre 3 de faire enlever sans tarder les portraits et les bustes des personnalités dirigeantes de l’ancien régime et ceux de Miklós Horthy de Nagybánya. PV/CN, 17 février 1945. AD, t. 2, p. 295-296.

106 B. Balázs, op. cit., p. 34. Le 15 janvier 1945, le président du Comité national de Debrecen, S. Juhász-Nagy déclare : « [...] Les Hongrois ne peuvent pas s’engager sur le chemin de la reconstruction, de la restauration s’ils n’examinent pas qui est responsable pour la destruction du pays et s’ils ne punissent pas les crimes dont le résultat est le triste état de celui-ci. Il ne s’agit pas de vengeance, mais de l’examen de vérité. Dans l’intérêt de la reconstruction, il importe que nous voyions clairement le passé... »
Dans son intervention, le Petit-propriétaire J. Vásáry, frère du ministre des Finances et membre de la Chambre haute depuis 1929, insiste lui aussi sur l’urgence, redoutant visiblement le mouvement populaire : « Aujourd’hui, en réalité, nous traversons une révolution sans effusion de sang. Il faut que nous allions au devant des événements[...] L’opinion publique est agitée en ce moment par une seule question : la punition des criminels du passé. Il faut résoudre la question car elle pourrait mettre en danger la paix publique. Il faut rendre impossible que les événements nous dépassent[...] Il nous faut admettre que pratiquement depuis Gyula Gömbös, nous sommes à la solde des Allemands. Ceux qui depuis Gyula Gömbös ont appartenu au pouvoir, sont dans une certaine mesure des criminels de guerre[...] proposons au gouvernement la mise en place la plus rapide des tribunaux populaires. »
PV/CN, 15 janvier 1945, AD, t. 1, p. 517-520.
Rappelons que Gömbös (Premier ministre du 1er octobre 1932 au 6 octobre 1936), partisan de l’amitié avec le IIIe Reich, essaya d’instaurer en Hongrie un régime fasciste sur les modèles italien et allemand. Il fut le premier homme d’État en Europe à se rendre auprès de Hitler.

107 Oltvai (Ferenc), Szeged közigazgatása a város felszabadulásától az ország felszabadulásáig (1944. október 11.-1945. április 4.) (L’administration de Szeged de la libération de la ville à la libération du pays (11 octobre 1944 - 4 avril 1945), RA, 1963, n° 1, p. 75-76.
A Eger, le CN de la ville ordonne au « Tribunal Royal » de mettre en accusation les Croix-fléchées, les fascistes, les mercenaires des Allemands, restés sur place ou enfuis, conformément à l’article de loi III de 1921, de préparer leur procès et la mise en place des tribunaux populaires. PV/CN, 22 décembre 1944. AD, t. 1, p. 355.

108 Le « Conseil du village » de la commune d’Ercsi souhaite par exemple qu’« on jette un voile sur le passé ». PV, 28 décembre 1944. AD, t. 1, p. 383. Au conseil municipal de Szentes, on regrette que « des fonctionnaires pourvus d’une instruction supérieure n’aient rien prévu de ce qui devait arriver [...] Il ne faut pas qu’on soit guidé par la vengeance... ». A Hódmezővásárhely, un délégué du CN, membre depuis 15 ans du PP, « se sent gêné car, dans le passé, il était en rapport avec tout le gratin de l’ancien régime » en fréquentant notamment les réunions Croix-fléchées. Un membre du CN conclut que « nous sommes tous des humains » et le préfet, présent à la réunion, donne huit jours à l’homme compromis pour qu’il procède à un examen de conscience et tire lui-même la conséquence qui s’impose. PV/CMU, 22 décembre 1944 ; PV/CN, 29 janvier 1945. AD, t. 1, p. 351 et t. 2, p. 86-87.

109 PV/CM-GNP, A, 9/1, 5 février 1945 et annexe 9/a, p. 184, 11/17, 15 février 1945 et annexe 11/b, p. 216-217, 13 juillet, 24 février 1945 et note 17, p. 232.

110 Kajári (Erzsébet), Feljegyzések a rendőrség történetéről (1945-1951) (Notes sur l’histoire de la police (1945-1951), NP, 1995, n° 2, p. 117.

111 PV/CNB, 28 mars 1945, p. 66-67. Palasik (Mária), A jogállamiság megteremtésének kisérlete és kudarca Magyarországon 1944-1949 (Tentative et échec de l’institution d’un État de droit en Hongrie 1944-1949), Bp., 2000, p. 75.

112 Décret reproduit intégralement par M. Palasik, Bizalmas belügyminiszteri rendelet az internálások ügyében (1945) (Décret confidentiel du ministre de l’Intérieur au sujet des internements (1945), RS, 1997, n° 7, p. 87-94.

113 En voici quelques unes : Camp de jeunesse antibolcheviste, Alliance des Hongrois éveillés, Cercle des camarades du front de l’Est, Alliance par le sang de la double croix, Parti national-socialiste hongrois, Société scientifique hongroise des défenseurs de la race, Parti des Croix-fléchées, Alliance Touroul, Institut de recherche sur les Juifs, etc. MAE, Z, 195-2/6, Analyse de la Presse, 20 mai 1945.

114 Pour la définition de cette catégorie, voir Chap. IV., note 188, p. 168.

115 Maire de Kőszeg, 13 novembre 1944, AD, t. 1, p. 144-145.

116 Szabad Nép, 4 avril 1945.

117 « Le premier à être pendu au lampadaire, ce fut Sándor Szívós, mais la corde cassa, il fallut la renouer et remettre Szívós à sa place. La deuxième tentative réussit. La cause de cet incident venait de ce que la nouvelle institution n’avait pas de corde [...] Il est vrai qu’il n’y avait pas de bourreau non plus [...] C’est pourquoi on fit remonter le condamné sur une chaise, que l’un des gardes allait retirer [...] Le commandement soviétique avait donné son accord pour que l’exécution eût lieu place de l’Oktogon, en pensant que ce serait une démonstration politique qui empêcherait les vengeances individuelles. Mais comme le rassemblement de la foule pouvait susciter l’action de l’artillerie allemande, le commandement ordonna qu’on attende la fin du siège pour les prochaines exécutions. » Major (Ákos), Népbíráskodás, forradalmi törvényesség. Egy népbíró visszaemlékezései (Justice populaire, légalité révolutionnaire. Souvenirs d’un juge du tribunal populaire), Bp., 1988, p. 122-126. Kállai (Gyula) a estimé la foule rassemblée à dix mille personnes. Op. cit., p. 6267. Le commando 401 était composé de juifs, de syndicalistes, de condamnés politiques et de suspects divers. Son calvaire est décrit par I. Kossa, op. cit. Voir Chap. V., note 11, p. 203.

118 « Soudain les proches des membres de l’ancien commando spécial 401 du service du travail s’agenouillèrent en une longue rangée devant l’estrade du tribunal et, les mains jointes, demandèrent en sanglotant aux deux assassins de leur dire si leurs parents, mari, fiancé, père, frère étaient encore en vie. Toutes les suppliantes étaient des femmes [...] qui voulaient espérer que leurs proches aient survécu [...] Kossa nomma les uns après les autres ses camarades qui avaient été exécutés. Les femmes, là devant le podium du tribunal, s’effondrèrent encore plus. Il y en avait qui pleurait en silence, d’autres se mirent à hurler, d’autres encore s’évanouirent. » Á. Major, op. cit., p. 122-123.

119 A magyar demokrácia válsága (La crise de la démocratie hongroise), in Demokratikus Magyarország. Válogatás Bibó István tanulmányaiból (La Hongrie démocratique. Choix d’études d’István Bibó), Bp., 1994, p. 51-52.

120 Háborus bűnösök perei. Internálások, kitelepítések és igazoló eljárások (Les procès des criminels de guerre. Internements, expulsions et contrôles administratifs), RH, 1985, n° 1, p. 121.

121 E.. Kajári, op. cit., p. 118.

122 Le même jour sont publiés les décrets n°-os 16 et 17 prescrivant aux fonctionnaires de se présenter à leurs postes de travail et de prêter serment, l’absence étant considérée comme une démission volontaire. Schönwald (Pál), Igazoló eljárások, 1945-1948 (Procédures d’épuration, 19451948), Musée, 1969-1972, p. 251-253.

123 Ibid., p. 256.

124 PV/CNB, 28 mars 1945, p. 66-68.

125 PV/CNB, 11, 25 avril et 13 juin 1945, p. 85-86, 115-116 et note 8, p. 119 ; p. 172-174 et note 4, p. 180.

126 PV/CNB, 18 avril 1945, note 10, p. 91 et p. 102-103.

127 T. Zinner, op. cit., p. 130 et SBP, p. 67-69 : Rapport du Secrétariat des Comités d’épuration du CNB sur l’activité des comités de la capitale, mai 1945.

128 PV/CNB, 6 juin 1945, p. 163-167 et note 18, p. 169. Le CNB attribue la corruption au retard du décret sur l’épuration dans le secteur privé. La question des rémunérations venait d’être réglementée par le décret n° 2580 du 3 juin 1945. Il fixe 100 pengős par séance à Budapest et 80 en province, sommes modifiées ensuite plusieurs fois à cause de l’inflation.

129 PV/CNB, 6 et 13 juin 1945, p. 163-167, 171-172 et note 18, p. 169. Sur la gendarmerie, voir plus loin Chap. VI., note 46, p. 298.

130 PV/CNB, 13 août 1945, p. 215. Dans l’ensemble du pays, 80 à 85 % des employés et fonctionnaires de l’ancien régime auraient été conservés au terme des opérations de contrôle. T. Zinner, op. cit., p. 131-132. Szamel (Lajos), A Magyar Népköztársaság államszervezetének kialakulása (La mise en place de l’organisation de l’État de la République populaire hongroise), in Lackó (Miklós), Húsz év. Tanulmányok a szocialista Magyarország történetéből (Vingt ans. Études de l’histoire de la Hongrie socialiste), Bp., 1964, p. 338.

131 Projet du ministre de la Justice en vue de la réorganisation démocratique de la fonction publique, 25 novembre 1945, cité par P. Schönwald, op. cit., p. 270-271.

132 T. Zinner, op. cit., note 128, p. 134. Voir aussi note 102, ci-dessus.

133 Dans cette catégorie, figurent des accusés comme D. Bokor, responsable de la torture et du massacre de 1 500 juifs, et le moine András Kun, auteur de plus de 500 assassinats. Il y a d’autres miliciens Croix-fléchées, comme J. Traum, J. Mónos, P. Katona, E. Kovács, qui ont sur la conscience plusieurs centaines de meurtres.

134 D’après Kovács (Zoltán András), la liste complète des grands criminels de guerre établie sous le contrôle de la CCA comprenait 618 personnes, dont 31 (5 %) appartenaient à la Gendarmerie. Comme souvent les publications historiques postcommunistes portant sur les années 1944-1947, celle-ci manque de toute mise en perspective historique et attribue la dissolution de la Gendarmerie au « préjugé politique [...] des nouvelles forces politiques en présence. » Csendőrsors Magyarországon 1945 után (Destin de gendarme en Hongrie après 1945), in I. Okváth, 2001, p. 109 et 103. Ce plaidoyer est bien surprenant quand on sait le rôle des « plumes de coqs » sous le régime Horthy, puis au service des nazis pour mener à bien l’extermination des juifs hongrois. Voir les notes 19, 45 et 130 de ce chapitre et note 46 du Chap. VI., p.298.

135 R.L.Braham, op. cit., 1988, t. 2, p. 471. Pour charger les Hongrois [mais tout concorde pour confirmer ce témoignage], Veesenmayer a déclaré devant le tribunal populaire : « Si les Hongrois avaient refusé avec détermination la demande allemande dans la question juive, la solution de celle-ci n’aurait pas pu avoir lieu. Il y aurait eu des pressions, mais - l’année 1944 ayant déjà été une année de crise - il n’y aurait pas eu assez de force contraignante pour désigner, rassembler et déporter un million d’hommes. C’est une tâche policière si énorme que pour la mener à bien en trois mois, il fallait l’enthousiasme de l’appareil administratif et policier hongrois tout entier. De l’extérieur, on n’aurait pas pu amener des forces correspondantes à cette fin, que seuls pouvaient exécuter ceux qui connaissaient le pays, le peuple, et qui parlaient la langue. Eichmann n’avait qu’une toute petite équipe. Cela ne fut possible avec une telle rapidité et à ce point sans heurts qu’avec l’aide du gouvernement hongrois ». Gáti (Ödön) et alii, Mementó. Magyarország 1944 (Mémento. Hongrie 1944), Bp., 1975, p. 36.

136 Pritz (Pál), Bárdossy László a népbíróság előtt (László Bárdossy devant le tribunal populaire), Bp., 1991, Introduction, p. 4.

137 Ibid.

138 Frère Georges (Fráter György), dit Martinuzzi (1482-1551), de son vrai nom Outiesenitch, moine-soldat d’origine croate-dalmate devenu évêque de Nagyvárad et cardinal puis gouverneur de la partie Est de l’ancien royaume de Hongrie, cherche à réunifier le pays sous le sceptre des Habsbourg tout en négociant avec les Turcs. Le général impérial Castaldo le fait assassiner.

139 À titre d’échantillon : « Seuls quelques lâches et quelques traîtres croyaient que la Hongrie pouvait rester en dehors de cette guerre, cette Hongrie-là que Mussolini avait appelée la grande dépossédée, la grande dépouillée de la guerre de 1918... » Nemzeti Újság (Journal National), 26 juin 1944, cité par Ullein-reviczky (Antal), Német háború - orosz béke. A magyarság drámája (Guerre allemande - paix russe. Le drame des Hongrois), Bp., 1993, p. 121.

140 D’après l’audition américaine, « László Bárdossy, qui fut le Premier ministre de la Hongrie d’avril 1941 à mars 1942 et qui est responsable de l’entrée en guerre de la Hongrie aux côtés de l’Allemagne, est un diplomate très rusé [...] Par crainte qu’on lui demande des comptes en tant que criminel de guerre, il essaie de réduire au minimum sa responsabilité dans la gestion des affaires hongroises [...], et cache son nationalisme bigot derrière des flots de paroles et de demi-vérités [...] Son désir de ne pas assumer sa responsabilité personnelle se révèle à travers ses efforts par lesquels il veut prouver que la déclaration de guerre à l’Union soviétique était conforme à la procédure parlementaire légale ; à travers ses tentatives d’écarter sa responsabilité dans les atrocités de la Batchka, et ses arguties selon lesquelles la Hongrie n’a jamais déclaré la guerre à l’Amérique ou à l’Angleterre, mais seulement sa solidarité avec Hitler. » A Németországban állomásozó amerikai 7. hadsereg kihallgató központjának Bárdossy Lászlóról kelt 1945. IX. 9-i jelentése (Rapport du 9 septembre 1945 sur László Bárdossy du centre d’audition de la 7e armée américaine stationnée en Allemagne), in P. Pritz, op. cit., p. 23-24.

141 Op. cit., p. 195-241. Il veut donner « une image non retouchée » du procès, que « les informations de la presse de l’époque et les souvenirs ultérieurs avaient cosmétisé ou colorié outre mesure ».

142 En province aussi, certains procès de criminels de guerre semblent avoir été mouvementés. Au palais de Justice de Pécs, le tribunal populaire a discuté le 26 juillet 1945 l’affaire d’un ancien commandant de camp de travail. « Une foule de 200 personnes environ est venue manifester devant le Tribunal en criant « Les Juifs au poteau ! », « À bas le Tribunal populaire, complice des Juifs ! ». Après avoir assiégé le bâtiment, la foule a pénétré dans les salles et jeté des œufs contre les membres du tribunal. Au même moment, un autre cortège de 200 manifestants également a attaqué le domicile de l’un des témoins du procès en cours. La foule a écarté les 5-6 policiers présents, puis lancé des pierres contre les fenêtres et tenté de briser le portail. La police a été incapable de maîtriser les deux manifestations. Le Tribunal populaire n’a pu terminer le procès qu’après avoir fait appel à une patrouille russe qui a évacué les rues avoisinantes. Mais les manifestations se sont succédé toute la journée et on a même tiré des coups de feu... ». Szabad Nép, 27 juillet 1945. À Budapest, le soir de l’exécution de Bárdossy, « des inconnus ont lancé des pierres et cassé mes fenêtres », écrit l’ancien président du tribunal. Á. Major, op. cit., p. 241.

143 Op. cit., 1991, p. 17.

144 « Du dossier des preuves, il manquait plusieurs télégrammes importants de Barcza et de Kristóffy, ambassadeurs respectivement de Londres et de Moscou ; nous n’avions pas connaissance de la protestation de l’opposition contre l’adhésion au pacte tripartite ; nous ne connaissions pas l’intervention dramatique d’Endre Bajcsy-Zsilinszky devant le parlement contre la politique belliqueuse à l’est et contre notre soumission à la machine de guerre allemande ; et nous n’avions qu’une copie inexacte de la lettre d’adieu de Pál Teleki. Or Bárdossy savait exactement à partir des documents ce que le tribunal ne savait pas. » Á. Major, op. cit., p. 199. P. Pritz, très circonspect par aileurs, souligne la dimension « politico-historique » de l’affaire et reconnaît « le brouillard conceptuel créé artificillement par Bárdossy » (op. cit., 2001, p.75), tandis que Dombrády (Loránd) juge (et condamne) le tribunal populaire à l’aune de la justice oridnaire. De son plaidoyer, on retient surtout l’idée que par leur empressement et leur brutalité, Horthy et la caste militaire n’ont pas respecté les raffinements de Bárdossy, dans les jours où se décidait l’entrée en guerre contre l’URSS, sans qu’il y ait eu désaccord sur l’essentiel entre ces protagonistes de la vie politique hongroise. A hadba lépés felelősségéről (De la responsabilité de l’entrée en guerre), SL, 1998, n° 3, p. 517-549.

145 T. Zinner, op. cit., p. 135. Á. Major, op. cit., note 71, p. 159.

146 Rousso (Henry), L’épuration en France. Une histoire inachevée, V S, n° 33, 1992, p. 78-105.

147 Plusieurs dirigeants constateront d’ailleurs la faiblesse de l’épuration en Hongrie au lendemain des élections de novembre 1945. Voir Chap. IV., note 54, p.106.

148 Soulet (Jean-François), Histoire comparée des États communistes de 1945 à nos jours, Paris, 1996, p. 26.

149 Op. cit., 1952, vol. 1, p. 123.

150 J. Lévai, The War Crimes Trials, Hungarian Jewish Studies, New York, 1966-1973, vol. 2, p. 277.

151 S. Balogh-M. Földesi, A magyar jóvátétel és ami mögötte van... 1945-1949 (Les réparations hongroises et ce qu’il y a derrière... 1945-1949), Bp., 1998, p. 9-10.

152 Szűcs (László), A szovjet-magyar jóvátételi egyezmény (L’accord hungaro-soviétique de réparations), PE, 1996, n° 2, p. 93-119.

153 Funk (Arthur), De Yalta à Potsdam. Des illusions à la guerre froide, Bruxelles, 1995, p. 140-141.

154 PV/CM-GNP, A, 33/54, 8 juin 1945, Annexe 33/g, p. 537-540.

155 S. Balogh-M. Földesi, op. cit., p. 11-12.

156 En revanche, T.I. Berend écrit que les charges imposées étaient « sans aucun rapport avec les destructions réelles ». Újjáépítés és a nagytőke elleni harc Magyarországon 1945-1948 (Reconstruction et lutte contre le grand capital en Hongrie 1945-1948), Bp., 1987, p. 45.

157 Ibid.

158 ANH, XIX-A-83-a, boîte 8, PVCM/F. Nagy, n° 90/2 (p. 2-18), 28 février 1946.

159 Il s’agit bien sûr des réparations stipulées par le traité de Versailles, dont l’Allemagne n’a payé qu’une petite fraction. L’allusion implique aussi l’échec du « gage productif » que la France voulait réaliser avec l’occupation de la Ruhr en janvier 1923.

160 I. Pető-S. Szakács, op. cit., p. 79-80.

161 Rapport du dr Gamenczy, 9 février 1945, SBP, p. 38-42.

162 PV/CM-GNP, A, 11/2, 7, 15 février 1945 et note 2, p. 205.

163 J. Botos et alii, Magyar hétköznapok Rákosi Mátyás két emigrációja között, 1945-1956 (La vie quotidienne hongroise entre les deux émigrations de Mátyás Rákosi, 1945-1956), Bp., 1988, p. 47. Les comités d’usine des mines échangent 3 % du charbon produit contre des vivres. À deux ou trois reprises par semaine, des groupes de mineurs parcourent les villages pour conclure les échanges. Dans plusieurs usines, les CMUS organisent l’autarcie, ils y installent des boulangeries, des ateliers de tailleurs, de cordonniers, etc. T.I. Berend, op. cit., p. 75-76.

164 Z. Vas, Op. cit., 1982, p. 69-70.

165 Op. cit., 163-164.

166 I. Pető-Sakács, op. cit., p. 44-46.

167 Pour sanctionner par exemple le refus de la livraison obligatoire du blé, un décret du 17 octobre 1945 prévoit jusqu’à 5 ans de prison et la perte des droits civiques. PV/CM-GNP, B, 60/17, 13 octobre 1945.

168 Rapport du Dr Csordás, inspecteur des services d’hygiène de Budapest, 16 mars 1945. SBP, p. 69-70.

169 Rapport du préfet de Police de Budapest, 26 janvier 1946. SBP, p. 214-217.

170 PV/CM-GNP, B, 62/8, 24 octobre 1945 et note 14, p. 428.

171 I. Pető-S. Szakács, op. cit., p. 78.

172 Cet organisme a été institué en 1870 pour diriger les travaux de régularisation du Danube, ceux relevant des transports urbains et d’autres services publics. Réorganisé en juillet 1945, il dépend du Gouvernement et du maire de Budapest. Il comprend un président, un vice-président et 18 membres ordinaires, dont 9 sont nommés en conseil des ministres. Il est supprimé en 1948. IEH, p. 189-190.

173 T.I. Berend, op. cit., p. 138-169.

174 Ibid., p. 87.

175 Ibid., p. 90.

176 Op. cit., p. 96.

177 PV/CM-Z. Tildy, ANH, XIX-83-a, b. 5, 73/18, 5 décembre 1945. I. Pető-S. Szakács, op. cit., p. 58-62.

178 PV/CM-GNP, A, 12 février, 49/2, 22 février et 4 septembre 1945 et AD, t. 1, p. 559-560.

179 L’application de la liste B fait éminemment partie de ces mesures et le débat ministériel montre qu’on se prépare aussi à discipliner le monde ouvrier. ANH, XIX-A-83-a, boîte 10, PVCM/F. Nagy, 110/4, 21 mai 1946.

180 I. PETŐ-S. Szakács, Op. cit., p. 68.

181 Id., p. 75-76

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540