Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Hongrie libérée

 | 
Julien Papp

Chapitre 4. Perspectives et limites de la révolution politique et sociale

Texte intégral

  • 1 Borbándi (Gyula), A magyar népi mozgalom. A harmadik reformnemzedék (Le mouvement populaire hongro (...)
  • 2 Estimation de I. Kovács, du PNP, cité par S. Balogh, Parlamenti és pártharcok Magyarországon 1945- (...)
  • 3 Gy Kállai, op. cit., p. 9.
  • 4 Sherwood (Robert B.), Le mémorial de Roosevelt d’après les papiers de Harry Hopkins, Paris, 1950, (...)

1« L’intérêt pour la politique s’enflamma dans la paysannerie, parmi les ouvriers industriels et les gens instruits, et rarement dans l’histoire hongroise la vie publique fut aussi animée, jusqu’en bas dans les villages et les communautés humaines les plus réduites, que pendant les années 1945 à 1947 », écrit Gy. Borbándi en situant le Parti national paysan dans le paysage politique de l’après-guerre1. En septembre 1945, 40-50 % de la population, c’est-à-dire 2 à 2,5 millions d’habitants sur environ 5 millions d’adultes auraient appartenu à un parti politique2. Bien que le pays fût dévasté et soumis aux exactions que l’on a vues, l’ambiance de la vie publique rappelle à maints égards celle du « printemps de l’Europe3 ». Bien placé pour sentir les pulsations du Vieux continent, Harry Hopkins observe en mai 1945 que « les masses sont résolues à trouver un nouveau système économique qui leur procure des meilleures conditions d’existence, à elles et à leurs enfants4 ». Or plus peut-être encore que dans les autres pays du continent, où la défaite du nazisme fut en même temps celle des gouvernements collaborateurs ou des régimes engagés dans la guerre aux côtés de l’Allemagne, la vigueur de la vie publique se nourrit en Hongrie de la rencontre exceptionnelle entre les libertés collectives et les transformations sociales en profondeur. Par cette rencontre, contrariée et hypothéquée certes par de nombreux facteurs, le partage des terres et la gestion ouvrière à peu près généralisée des usines, s’ajoutant à la remise en marche des administrations locales, font de la libération un événement révolutionnaire, qu’il convient de présenter.

2Mais si dans tous ces domaines, les initiatives « spontanées » ont été précoces, les partis politiques de la coalition ont pris très tôt en main le sort des transformations à tous les échelons, et la vie publique se structure par rapport à leur action et par le jeu de leurs appareils.

La vie publique : les partis, l’information et la propagande

  • 5 Lancé en novembre 1944 par Zoltán Örley, lieutenant-colonel retraité, et l’avocat Róbert Papp, le (...)
  • 6 Vida (István), A magyar népi demokrácia pártpolitikai strukturája 1944-1948 (La structure politiqu (...)

3Jusqu’à l’été 1945, les cinq partis du Front d’indépendance reconstituèrent plus ou moins leurs réseaux dans les deux tiers du pays. Des nombreuses tentatives qui eurent lieu par la suite pour créer des partis, deux seulement aboutirent : celles du Parti radical et du Parti populaire chrétien démocrate. En outre, le Parti démocrate bourgeois (PDB), qui n’avait pas reçu de portefeuille dans le GNP, est écarté du Front en mai 19455, en sorte que le gouvernement et le « parlementarisme limité » reposeront pour l’essentiel sur quatre partis politiques : communiste (PC), social-démocrate (PSD), paysan national (PNP) et petits-propriétaires indépendants (PP6).

  • 7 En 1911 par exemple, les syndicats socialistes ont organisé dans 70 villes de province 876 confére (...)
  • 8 En 1930, le nombre des ouvriers des villes s’élève, toutes catégories confondues, à environ 1 150  (...)

4Le plus ancien, le PSD naquit en 1890, en liaison intime avec l’histoire du socialisme européen. En Hongrie, il organisa non seulement les ouvriers d’usine et les diverses catégories urbaines des salariés, il fut aussi la force motrice des mouvements agraires qui allaient si fortement marquer la vie politique du pays à la fin du xixe siècle. Outre ses combats menés pour les salaires et les conditions matérielles, le PSD fit des efforts remarquables pour élever le niveau d’instruction et culturel du prolétariat industriel et agricole7. Après avoir joué un rôle important dans les révolutions de 19181919, le PSD devint un parti parlementaire en 1922 et il fut représenté à la Chambre basse jusqu’à la fin du régime Horthy. Il est alors solidement implanté parmi les ouvriers de l’industrie et on estime à 100 000 le nombre de ceux qui, dans le parti ou dans les syndicats, ont été marqués par les idées de la social-démocratie8.

5Cependant, la direction est surprise par la situation nouvelle de l’après-guerre et le parti manque de cadres, en raison à la fois des répressions endurées et du départ de nombreux militants vers le PC. Malgré ces difficultés, le PSD redevient rapidement un parti de masse avec quelque 340 000 adhérents en juillet 1945. À côté des ouvriers qui en représentent plus de 60 %, on y trouve de plus en plus d’intellectuels, d’artisans et de commerçants et, dans l’est du pays, le parti a gardé quelques îlots dans le prolétariat agraire. Ses organisations les plus fortes sont localisées à Budapest et dans les zones industrielles de la capitale, ainsi qu’en province, dans les centres industriels et miniers (Ózd, Miskolc, Győr, Pécs). Le nombre de syndiqués encadrés par le PSD passe de 10 140 en janvier 1945 à 1 350 000 en octobre 1947.

6Reconstituée en février 1945, la direction comprend Árpád Szakasits secrétaire général, et ses deux adjoints, Antal Bán et Ferenc Szeder. Au sein du parti, les anciennes divisions réapparaissent, mais les rapports de force entre différents courants se trouvent modifiés. L’aile gauche, plus forte qu’auparavant, est représentée, outre Szakasits, par György Marosán et les intellectuels du parti : Pál Justus, Zoltán Horváth, Ferenc Révész, István Ries et Imre Vajda. Parmi eux, c’est Marosán qui est le partisan le plus déterminé de la coopération avec les communistes. L’aile droite, dont le modèle est le travaillisme anglais, cherche au contraire à isoler le PC en vue d’un gouvernement sans ce parti. Elle est composée de deux groupes : la fraction Peyer et l’équipe Kéthly-Szeder-Szélig, où Anna Kéthly est de loin la plus populaire. Elle a combattu avec détermination le régime Horthy dès 1919, puis elle s’est opposée à sa politique étrangère germanophile et à la persécution des juifs.

  • 9 J. Jemnitz, Adalékok a Magyarországi Szociáldemokrata Párt és az angol Labour Party kapcsolatainak (...)

7D. Healey, qui vient à Budapest le 29 janvier 1947 comme représentant du Labour au congrès du PSD, considère que l’homme qui a le plus d’envergure c’est Vilmos Böhm : « Il est dommage qu’il soit trop vieux et malade, dit-il, pour pouvoir jouer un rôle politique dans la vie du parti hongrois. » Il constate que la direction est composée de 12 membres de gauche et de 9 de droite, et caractérise brièvement quelques dirigeants. Szakasits : « Il a consacré toute sa vie au travail militant. Poète, facilement influençable, il est extrêmement sensible et faible mais très intelligent » ; Ries : « Ministre de la Justice. Populaire, assez vaniteux, mais capable » ; Marosán : « Enfant terrible (en fr.) de 39 ans. Ancien boulanger. Personnage attachant » ; Peyer : « N’est pas un dirigeant véritable » et il est habité par « la nostalgie d’un poste confortable ». Healey le tient pour responsable du pacte-Bethlen, qui a contaminé sa pensée et lui a fait manquer nombre d’occasions pour attaquer le régime Horthy sur la scène internationale, rôle qu’il n’a assumé qu’en 1943. D’une manière générale, Healey pense de la gauche du PSD qu’elle n’a pas assez de lien avec les masses, que ses idées sont marxistes et qu’elle comprend beaucoup d’intellectuels d’origine juive. Une autre observation qu’il fait concerne la qualité respective des deux partis ouvriers : « Les socialistes ont les meilleures masses, tandis que les communistes ont les meilleurs dirigeants9. »

8Les deux partis ont signé le 10 octobre 1944, dans la clandestinité, un accord de coopération étroite, mais sans exclure le droit de se critiquer mutuellement. Cet accord est confirmé à Debrecen puis le 25 janvier à Budapest, et on met en place à cette occasion un comité de liaison avec trois délégués de chaque côté, qui se réunit régulièrement.

9Fin mars, un tract intitulé « Que veut le Parti Social-démocrate ? » résume ainsi son objectif : « Aujourd’hui pour la démocratie, demain pour le socialisme. » Le programme adopté lors du 34e congrès, les 18-20 août 1945, repose sur trois piliers : le programme de 1903, les projets élaborés pendant la guerre et les différents débats et prises de position qui ont eu lieu depuis janvier 1945. C’est un texte très long (17 chapitres et 180 paragraphes), dont la partie politique comprend notamment la proclamation de la République, l’élargissement des autonomies administratives et des droits des organismes populaires, le suffrage universel secret, sauf pour « les ennemis de la démocratie », etc. Les chapitres consacrés à l’économie prévoient toutes sortes de soutiens à la paysannerie, aux artisans et aux commerçants, et un ensemble de nationalisations pour promouvoir la « démocratie économique ». Une grande place est accordée aux mesures sociales et culturelles.

10Sous l’effet des événements, le programme se radicalise et la résolution formulée lors du 35e congrès (31 janvier–2 février 1947) traduit bien cet état d’esprit :

  • 10 L. Varga, op. cit., p. 56-61.

« Notre parti, fidèle à ses traditions, suit le chemin de la social-démocratie révolutionnaire, le chemin de la lutte des classes, et affirme que nous devons transformer la structure économique du pays ; il faut placer sous le contrôle des travailleurs les banques et les grandes entreprises, car nous ne pouvons donner que de cette façon un contenu vivant à la démocratie10. »

  • 11 À Moscou, lors des négociations de l’automne 1944, plusieurs dirigeants ont envisagé en Hongrie un (...)
  • 12 Szinai (Miklós), A Békepárt és a magyar nemzeti ellenállás történetéhez (Pour l’histoire du parti (...)

11Le PSD est fortement concurrencé sur sa gauche par l’autre parti ouvrier, le PC, bien que ce dernier fasse figure d’un parti de rescapés au moment où la victoire militaire soviétique le propulse au premier plan de la vie politique hongroise11. Car si l’histoire du PSD est traversée elle aussi par la répression policière12, elle est loin d’avoir connu les vicissitudes tragiques du PC.

  • 13 Op. cit., 1987, p. 10, 127 et 148.

« Décimé et traumatisé par les purges qui ont fait cent fois plus de victimes que la répression anticommuniste en Hongrie depuis la fin de la terreur blanche de 1919-1920, écrit M. Molnár en évoquant les cheminements de ce parti », qui aura « produit martyrs et tortionnaires », « le parti a été saigné à blanc par la répression en Hongrie, par les purges en Union soviétique, par la guerre, par la déportation des Juifs, par le découragement… Beaucoup sont morts, de Karaganda à Madrid, en passant par Budapest et Buchenwald. La résistance en a fauché d’autres13… »

  • 14 Voir ci-après : Parti national paysan.
  • 15 Op. cit., p. 47-48.

12Selon I. Kovács, qui avait pris contact avec les communistes clandestins dans les années 1930, « deux fractions saccagées forment le mouvement communiste au printemps-été 1944 » : la fraction stalinienne qui se dit Parti communiste hongrois, et la fraction trotskiste appelée Parti des communistes de Hongrie. Ayant fréquenté ces militants dans les mouvements de jeunesse, à l’Université de Debrecen et au sein du Front de mars14, il pense que le courant trotskiste groupait davantage des adhérents d’origine juive, alors que le parti stalinien avait un « caractère plus national » et recrutait dans les classes moyennes (pasteurs, petite noblesse, artisans15…)

  • 16 M. Molnár, op. cit., p. 142, 148.

13Les communistes clandestins qui étaient plus ou moins en rapport avec les survivants de Moscou et qui se sont transformés en parti de la Paix en 1943 lors de la dissolution du Komintern, redeviennent « Parti communiste hongrois » dès septembre 1944, et le 19 janvier 1945 ils constituent un comité central à Budapest, alors que le siège de la capitale n’est pas encore achevé. Il y a là des militants comme Antal Apró, János Kádár, Károly Kiss et Gábor Péter…, tous des communistes de l’intérieur, dont la participation au gouvernement n’a été soulevée à aucun moment lors des négociations de Moscou. Le 23 février, ce comité central de Pest est unifié avec le comité moscovite, dont noyau dirigeant (Gerő, Révai, Nagy et Farkas) venu en prospection le 26 octobre, s’est installé d’abord à Szeged, le 5 novembre, puis à Debrecen16.

  • 17 Demény a organisé après 1919 un mouvement communiste important, indépendant de la IIIe Internation (...)
  • 18 K. Ungváry, op. cit., 1988, p. 271. A. Hegedűs, Élet egy eszme árnyékában (Vivre à l’ombre d’un id (...)

14Le 13 février 1945, jour de la libération de Budapest, le dirigeant de la fraction rivale, Pál Demény, est arrêté, malgré sa participation active à la résistance17 et malgré l’importance de son mouvement, surtout dans les banlieues ouvrières (Csepel, Kispest et Rákospalota)18. Comme les effectifs du PC officiel sont peu nombreux, les membres du « parti de Demény » sont progressivement réintégrés, alors que Demény lui-même restera emprisonné.

  • 19 Dans sa lettre adressée à Rákosi le 28 décembre 1944, Gerő écrit que « notre parti a actuellement (...)
  • 20 « Que de fois j’ai dû faire taire et calmer les camarades, qui racontaient [...] comment ils avaie (...)

15L’effort du noyau stalinien d’« homogénéiser » le parti devait être contrarié par la grande diversité des expériences politiques de ses adhérents : en dehors de quelque 3 000 militants ayant appartenu au parti clandestin en Hongrie19, beaucoup d’autres venaient des territoires récupérés par les États voisins, de l’émigration occidentale et des camps de prisonniers (de guerre) soviétiques, où ils avaient suivi des conférences politiques données pendant la guerre par les chefs de l’émigration (Rákosi, en premier lieu). Dans plusieurs régions, les anciens de 1919 sont parmi les premiers à reconstruire les organisations, et la direction a souvent du mal à leur faire comprendre la politique du front populaire20.

  • 21 I. Kovács a fait l’esquisse suivante du noyau dirigeant revenu de Moscou. « Il n’y a pas de doute, (...)

16Un autre vivier est le PSD, dont les adhérents vont assez massivement vers le PC, surtout à Budapest et dans les vieux bastions rouges : Békéscsaba, Hódmezővásárhely, Orosháza, Szeged. En juillet 1945, le nombre des adhérents en provenance du PSD, du mouvement syndical et de la vieille garde de la République des conseils est estimé à 20-25 000 personnes. À cette époque, l’effectif du PC passe à 150 000 adhérents, tant il est porté par les masses et tant il dépasse les autres partis en capacité d’organisation et par la qualité de ses chefs21.

  • 22 Fejtő (François), Histoire des démocraties populaires. 1. L’ère de Staline 1945/1952, Paris, 1952, (...)

« L’initiative appartenait aux communistes, écrit F. Fejtő. Il leur tenait au cœur d’effacer les mauvais souvenirs laissés dans la population par les exactions de l’armée d’occupation, dont bon gré mal gré ils devaient partager les responsabilités […] Ils tenaient la population constamment en haleine, se faisant un devoir de ne jamais relâcher la pression, de faire preuve d’un dynamisme soutenu […] Ils savaient être tolérants et magnanimes quand l’intérêt le dictait ; faisant preuve d’une souplesse extraordinaire, ils savaient utiliser toutes les compétences, flatter les amours-propres, fouetter les énergies nationales, revendiquer la paternité des idées intelligentes formulées par d’autres qu’eux. On peut regretter que les hommes, souvent plus compétents, des autres tendances, n’aient joué qu’un rôle secondaire et subordonné dans l’effort national orchestré par les communistes ; il faut cependant constater le fait22. »

17Mais ce rythme trépidant est souvent dicté par l’opportunisme et la conjoncture, et, eu égard aux aspirations réelles propres à la classe ouvrière et aux classes populaires, le PC n’hésite pas à faire prévaloir la raison d’État et celle de l’économie, au risque de rendre peu lisible sa politique et d’engendrer des lassitudes. Sans qu’elle soit nommée ouvertement, il est clair par exemple que c’est la « politique de la main tendue » qui régit le comportement du parti vis-à-vis de l’Église catholique.

  • 23 Böhm (Vilmos), Másodszor emigrációban… (En émigration pour la seconde fois…), Bp., 1990, p. 70. Ce (...)

« Dès le début, de façon consciemment planifiée et usant de manœuvres tactiques, les communistes témoignèrent une attitude déférente envers l’Église. C’est ainsi qu’ils voulaient gagner les masses catholiques et le bas clergé souvent pauvre et politiquement ignorant. On organisa des brigades communistes pour reconstruire les églises [...] On donna des cloches en cadeau – au nom des organisations communistes mais sur l’argent de l’État – aux communautés religieuses dont les églises avaient été dépouillées de leurs cloches par le régime de guerre pour en faire des canons23. »

  • 24 Les paysans racontaient que lorsqu’un curé en avait assez de sa gouvernante, le parti communiste l (...)
  • 25 Affichages cléricaux en vue des élections de novembre 1945 : « Paysans, Braves gens, Chrétiens, Ho (...)

18Or le paysan hongrois ne manque pas de tourner en dérision le zèle du parti24 et, quand les choses se gâtent, celui-ci n’est aucunement jugé sur sa bienveillance empressée mais en fonction des intérêts séculaires des Églises, surtout de l’Église catholique, dont les « masses » sont les plus convoitées25.

  • 26 Izsák (Lajos)-Kun (Miklós), Moszkvának jelentjük… Titkos documentumok 1944-1948 (Nous rapportons à (...)

19Au-delà des questions de doctrine ou de stratégie, où les choix remontent aux années 1930, la direction du PC fait flèche de tout bois pour combler les pertes subies dans le passé et son recrutement sera très dépendant du tour plus ou moins prévisible des événements. Les grandes occasions (épuration, réorganisation de la police, réforme agraire, liste B, etc.), sont à la fois des moments mobilisateurs et révélateurs des problèmes que posent l’encadrement et la qualité des adhésions. Si à travers la propagande ces incertitudes n’apparaissent en général que de façon biaisée, elles sont formulées sans emphase et avec réalisme dans les lettres et rapports que les principaux dirigeants du parti adressent à Moscou26. Ces « documents secrets » rendus publics dans les années 1990 sont d’un grand intérêt, non pas tellement pour quelque secret d’État que les dirigeants communistes auraient livré aux Soviétiques (qui n’avaient pas besoin de ces « informateurs », puisqu’ils disposaient de la CCA), mais parce qu’ils apportent un grand nombre de renseignements sur le parti, qui peuvent être confrontés utilement avec les opinions professées à son sujet.

20Dans une longue lettre « strictement confidentielle » adressée le 7 avril 1945 à Dimitrov, Rákosi admet par exemple que certains dirigeants communistes se sont approprié les meilleures terres au moment du partage. Il se plaint du manque de discipline et de la faiblesse du nombre de jeunes et de femmes dans le parti. Il est féroce pour « l’idéologie de 1919 » et pour les militants âgés. Une grande partie de leur activité consiste à raconter leurs exploits d’antan et ils sous-estiment les générations actuelles. Ils représentent un danger sérieux pour le parti car ils sont solidaires et remplacent leur manque de souplesse et de connaissance par des allures dictatoriales.

  • 27 Vass (Henrik), (présenté par), A Magyar Kommunista Párt, 1945. Dokumentumok (Le Parti communiste h (...)

« Le petit dictateur communiste du village menace de devenir un fléau, poursuit-il. Des observateurs, “bienveillants’’ disent que les abus de l’Armée Rouge envers la population et les excès des dictateurs communistes froids et inflexibles des villages et des bourgs menacent l’influence de notre parti. Un nouveau danger, c’est l’apparition des juifs, revenus des compagnies du service de travail obligatoire. Ils font semblant d’être des communistes nés, ils adhèrent à notre parti. Presque sans exception, ils n’ont aucune idée du communisme, mais ils sont intelligents, habiles, et très rapidement ils exercent une influence décisive dans les villages et les petites villes ainsi que dans la police. Dans la Hongrie du nord-ouest et à Budapest, le parti est considéré comme fortement enjuivé. Une partie notable des anciens du service du travail se sont montrés carriéristes et corrompus et causent de grands dommages à l’autorité de notre parti. Nous luttons contre ce danger, c’est pourquoi on nous considère d’ores et déjà comme des antisémites27. »

  • 28 Mae, Z, 197-1/15. Note sur la Hongrie, 16 juin 1945. C’est le 22 juillet 1945 à Tatabánya, lors d’ (...)

21Les remarques de Rákosi sur l’adhésion des juifs sont d’autant plus à retenir que la lutte contre le marché noir et trafics divers, dont l’animateur principal est le PC, tourne souvent à l’antisémitisme et que, malgré des rejets initiaux, le parti va s’ouvrir largement aux éléments « fascistes ». Rákosi propose lui-même dès l’été 1945, le pardon pour les « petits Croix-fléchées » pour accueillir ces gens parmi les communistes. Selon le témoignage de Cazes de Mondenard, « environ 75 % des anciens nazis » auraient adhéré au PC pour y chercher « une protection contre le contrôle russe28 ».

  • 29 Le 6 septembre 1945, le journaliste György Parragi, ancien déporté, réagit avec vigueur dans Magya (...)
  • 30 Son père, né Rosenfeld, a magyarisé son nom en Rákosi en 1904. Il meurt en déportation. Une de ses (...)
  • 31 Comme l’écrit Heller (Ágnes), Bicikliző majom. Élet és korrajz (Le singe qui fait de la bicyclette (...)

22On ne saurait donc ne pas tenir compte de la présence dans le PC de cette masse de gens imprégnés de propagande antisémite29, et de la confusion que pouvait engendrer dans les esprits sa coexistence avec l’élément juif échappé à la destruction. L’image qui en résulte pour le parti est doublement ternie, et il aurait fallu des miracles en dialectique pour la rendre intelligible à tous. Il est exclu en tout cas qu’un Rákosi, dont la famille a été endeuillée par les déportations30, ou d’autres dirigeants d’origine juive soient mus par une volonté de reniement ou une prétendue « absence d’identité », ou encore par un comportement d’ « apatrides31 ».

23Quoi qu’il en soit, l’opportunisme poussé jusqu’à la complaisance sinon au cynisme ne devait pas favoriser la conviction comme facteur de motivation des adhérents, où l’intérêt et le sentiment de vengeance occupent sans aucun doute une bonne place. C’est ce que semblent confirmer non seulement les innombrables plaintes contre les abus de la police mais, sur le terrain purement politique, les effets des échecs électoraux sur les effectifs.

24Le rapport secret soviétique sur les élections du 4 novembre 1945 souligne qu’ « après l’échec subi par le bloc des communistes et des sociaux-démocrates aux élections de Budapest, l’augmentation des effectifs du parti communiste s’est arrêtée et ils ont même diminué dans certaines organisations ». Dans le comitat de Veszprém, il suffit de répandre la nouvelle que les Anglais arrivent, « les Russes » s’en vont, et que tous les communistes seront pendus, pour que dans une commune comme Gecse (district de Pápa) il ne reste que 15 communistes sur 50 adhérents, les 35 ayant abandonné le parti. À Kisbér, environ 60 membres font de même en septembre, et une partie d’entre eux s’inscrivent au PP. À Keszthely, les secrétaires locaux du PC et du PSD expriment leur malaise :

« Nous nous sentons très mal ici [...] Le parti des Petits-propriétaires nous a vaincus. Leur propagande répand dans la population que tous les maux sont dus aux communistes et aux sociaux-démocrates qui dirigent le pays, qui sont majoritaires au gouvernement provisoire et dans les conseils municipaux. À présent, tant que la Hongrie n’a pas payé les réparations […], pour nous communistes et sociaux-démocrates, il n’est pas bon d’être au pouvoir car c’est nous qui devons réunir les produits et le peuple dit, sous l’effet de la propagande réactionnaire : “Les communistes et les sociaux-démocrates nous pillent.” C’est la raison principale pour laquelle notre autorité a baissé dans les villages. »

  • 32 Compte rendu des élections législatives du 4 novembre 1945 en Hongrie, signé par le major V. Tugar (...)

25La fragilité des organisations communistes n’est pas propre à la Transdanubie ; dans les départements du Nyírség (Szabolcs, Szatmár), on compte également par dizaines les démissions et il arrive que telle organisation disparaisse entièrement32.

26Pour consolider ses positions dans le monde rural et dissiper les craintes alimentées par la propagande adverse selon laquelle le PC veut instaurer le régime des kolkhozes, celui-ci participe activement aux travaux d’arpentage et à la confection des cadastres pour attribuer le plus vite possible les titres de propriété aux bénéficiaires de la réforme agraire. Dans un entretien confidentiel avec le représentant soviétique, Imre Nagy va jusqu’à affirmer que « nous avons réussi à gagner les masses de la paysannerie moyenne ». Pour aider les nouveaux exploitants agricoles, le parti crée au printemps 1946 une Fédération nationale des nouveaux Propriétaires fonciers (FNPF), qui, un an plus tard, est représentée dans plus de 2 100 des 3 280 villages que compte le pays. L’aide aux « nouveaux propriétaires » prend une forme très concrète dans le cadre des campagnes appelées « visites de village », au cours desquelles des équipes d’ouvriers communistes effectuent diverses réparations et des travaux de construction : outillage agricole, puits, écoles, églises, etc. Des campagnes semblables permettent d’organiser d’innombrables « soirées culturelles » et des conférences.

  • 33 Entretiens. G. Korotkevitch, 5 avril et 16 mai 1947, DS, p. 166-167 et 173-174.

27Malgré tout, l’ancrage communiste dans les campagnes reste souvent précaire. Dans l’entretien précité, I. Nagy relève l’absence de tout paysan dans certaines organisations départementales, « bien que les paysans constituent 90 % de la population. Il n’est pas rare que le dirigeant de l’organisation [locale] du parti soit un homme envoyé de Budapest33 ». Nagy reconnaît aussi que l’influence de l’Église dans les villages reste plus forte que celle des communistes. « Pour le moment, nous n’avons pas réussi à arracher les enfants à l’influence des prêtres », dit-il, en redoutant que le débat lancé par le PP sur l’enseignement religieux facultatif n’aboutisse à une polarisation des forces politiques entre le PC et l’Église catholique.

  • 34 Texte signé par G. Korotkevitch, s.d., DS, p. 213-214. Le pouvoir clérical ne concerne pas que les (...)

Et « puisque les communistes appuient le projet de loi sur l’enseignement religieux facultatif, les femmes ne vont plus à leurs réunions [...], constate Sviridov. Il faut tenir compte aussi du fait, que l’Église catholique de Hongrie est l’Église la plus organisée de l’Europe. Les catholiques hongrois sont les plus fanatiques et ils sont très unis. La majorité des femmes des villages sont fortement sous leur influence. L’Église catholique est une force sérieuse avec laquelle les communistes sont en conflit et le parti communiste ne sait pas encore comment engager le combat contre elle34.

  • 35 Entretien. G. Korotkevitch, 5 avril 1947, DS, p. 170. À la même époque, M. Rákosi donne, à sa mani (...)

28Il semble donc que tout en répondant, dans des conditions difficiles et de façon souvent ambiguë, à des aspirations réelles dans de nombreux secteurs de la société hongroise, l’emprise du PC sur la société reste limitée et tributaire de la conjoncture. Devant cette situation, le parti apparaît au bout de deux ans et demi d’activité comme une vaste organisation de faible cohésion, comme en pourrait témoigner aussi l’état de l’encadrement et celui des cotisations. Pénurie surtout de cadres économiques (ingénieurs, directeurs d’usine, etc.), suite à l’exil et à la mise à l’écart des éléments dits réactionnaires : « il n’existe pratiquement pas de gens en Hongrie qui aient une mentalité de démocrate », affirme Kiss35. En ce qui concerne les cotisations, Rákosi informe qu’au printemps 1947, sur 700 000 adhérents que compte à ce moment le PC, seule la moitié environ paie une cotisation, et donne comme explication que « pendant l’inflation les gens se sont déshabitués de l’usage de la monnaie ».

  • 36 Entretien, Molotov -Rákosi, 29 avril 1947. G. Korotkevitch, 7 mai 1947, DS, p. 202.

29D’autre part, des facteurs liés à l’étranger rendent inconfortable la position du PC dans le pays. Ainsi, l’autorité des communistes est gravement hypothéquée par la question des prisonniers de guerre et le sort des minorités hongroises de la Slovaquie. Rákosi a des propos amers à cet égard. Dans un long entretien avec Molotov, qui insinue que, en tout cas, le retour des 200 000 prisonniers détenus en URSS ne ferait que renforcer la réaction, il assure que la moitié au moins d’entre eux rejoindraient le PC, et surtout que la libération des prisonniers ferait une bonne impression dans le pays36.

  • 37 Rákosi écrit à Kuznetsov le 5 avril 1947 : « Si [...] les camarades tchécoslovaques [...] agissaie (...)

30Dans la question des minorités hongroises de la Slovaquie, le PC se sent isolé et boycotté même par les « camarades tchèques37 ». Par rapport aux sociaux-démocrates et aux petits-propriétaires, qui ne sont pas l’objet en pays tchèque et slovaque du même ostracisme, cela paraît d’autant plus paradoxal que déjà à l’époque beaucoup de gens avaient tendance à identifier l’autorité soviétique et les communistes hongrois, croyant qu’il suffisait pour ces derniers d’une simple démarche pour que tout soit résolu.

  • 38 Entre août 1945 et août 1947, l’effectif du PCH passe de 300 000 à 700 000. Selon les renseignemen (...)
  • 39 « Mais les réactionnaires ont leurs propres projets, dit Rákosi. Ils espèrent qu’après les électio (...)
  • 40 « La police politique fournit une grande aide au parti. Avant les conférences interpartis, nous pa (...)

31Malgré ses progrès impressionnants et la dominante populaire de son recrutement38, l’état du PC apparaît donc précaire, et si la présence soviétique le « protège » en tant que parti de la coalition, cela résulte plutôt de la convention d’armistice. Aussi bien, les communistes redoutent-ils la ratification du traité de paix, dont la perspective agit comme un accélérateur. Pour prévenir la « variante française39 » et le sort que ses adversaires ne cessent de lui promettre, le parti tout en pressant les nationalisations n’hésite pas à transgresser la légalité qu’il a contribué lui-même à mettre en place40, et il demande des armes. Dans son entretien avec Molotov, Rákosi exprime ses inquiétudes, avant de formuler cette demande :

  • 41 Entretiens, 29 avril 1947. G. Korotkevitch, 7 mai 1945, DS, p. 199.

« Un problème essentiel que je voudrais poser c’est la question de l’armement, [...] notre police, de l’ordre de dizaines de milliers, n’a pas d’armes. À présent, nous mettons en place deux-trois bataillons de police pour l’exécution des tâches spéciales. Nous avons déjà organisé un bataillon, mais les soldats n’ont pas de fusils [...] Il faut noter que les éléments criminels de la Hongrie sont équipés de bonnes mitraillettes soviétiques [...] En même temps, la police ni l’armée ne possèdent des voitures blindées. Les ouvriers n’ont pas d’armes. Alors que les fascistes en possèdent, cela est indéniable. En deux ans, nos camarades ont par exemple trouvé plus de 200 canons cachés en différents endroits [...] Nous voudrions avoir au moins deux-trois mille bonnes mitraillettes [...] La situation est extrêmement tendue et nous n’avons pas d’armes [...] Il faut que je dise que les unités de l’Armée Soviétique nous ont donné des armes prises sur l’ennemi, mais elles étaient tout à fait inutilisables. D’ici peu, la CCA va quitter la Hongrie et alors – je le crains – notre démocratie va être suspendue dans le vide41. »

32Alors que les efforts des deux grands partis ouvriers sont largement investis dans la construction de l’État, la présence à leurs côtés du radicalisme paysan et bourgeois confère au dispositif politique « progressiste » un caractère révolutionnaire et, dans le cas du Parti national paysan (PNP), une couleur de terroir authentique.

  • 42 Notamment : Gyula Illyés, Puszták népe (Ceux des puszta) ; Péter Veres, Az Alföld parasztsága (La (...)

33Le PNP apparaît à la fin de la guerre comme un parti nouveau bien que sa naissance remonte à 1939, résultant d’une certaine convergence entre le mouvement des écrivains populistes et le Front de Mars. Le premier, que l’on pourrait mieux qualifier de sociographique ou ruraliste, est parti de l’observation de la misère des villages et de la paysannerie pour aboutir à une sorte de révolte de la conscience dans une partie de l’intelligentsia hongroise. Dépourvue de romantisme populaire et du fatras de l’ambiance néo-baroque, scientifique par la méthode et littéraire par l’expression, la production intellectuelle « populiste » atteint son apogée au milieu des années 1930 avec des écrits dits sociographiques, dont certains comptent parmi les textes les plus estimables de la littérature hongroise42.

34Si la conviction ou le sentiment que la nation repose sur la paysannerie est commun à l’ensemble du mouvement, celui-ci est, du point de vue idéologique, incertain et multiple, rejetant à la fois le capitalisme rapace, l’ordre totalitaire nazi, l’expérience bolchevique et la dictature stalinienne. Il est d’ailleurs objet de convoitise du côté légitimiste, et le pouvoir fascisant cherche à le récupérer. L’orientation du régime Horthy vers le nazisme suscite en Hongrie, dans la foulée des fronts populaires, la création d’un « Front de Mars », qui, proclamé le 15 mars 1937, veut être une synthèse entre la ligne nouvelle du parti communiste moscovite et le projet démocratique des écrivains populistes. Embrassant les intellectuels progressistes et la paysannerie, le Front laisse de côté le PSD et le PP, qui pourtant représentent les forces réellement visées par la stratégie de front populaire.

  • 43 Pour échapper à la surveillance policière, la réunion fondatrice est tenue clandestinement sur une (...)
  • 44 Gy.Borbándi, op. cit., p. 400.

35Dès l’été 1938 le Front de Mars se divise. Il en résulte que les représentants les plus marquants du radicalisme paysan (Péter Veres, Ferenc Erdei, Imre Kovács) s’orientent vers la création d’un parti politique, qui devient une réalité le 29 juin 1939 avec le parti Paysan national43. Pendant la guerre, le parti n’existe pratiquement que par son journal Szabad Szó, et sa volonté de résistance à l’occupation allemande se concrétise par l’adhésion au Front hongrois en septembre 1944. Dans la direction nationale, réorganisée en avril 1945 à Budapest, Péter Veres prend la place de Pál Szabó, Ferenc Erdei et József Darvas sont élus vice-présidents et Imre Kovács secrétaire général. Le parti s’adresse en premier lieu à la paysannerie pauvre bénéficiaire du partage des terres et aux intellectuels d’origine paysanne. Dans son appel lancé aux anciens domestiques, journaliers et paysans sans terre de la Transdanubie, Gyula Illyés définit le PNP comme la « rencontre de l’esprit et de la souffrance44 ».

  • 45 A. Budai-Nagy, membre de la petite noblesse, est un des chefs des soulèvements paysans qui ont eu (...)

36« Parti de la paysannerie libérée de la Hongrie libérée », le PNP se considère comme l’héritier des grandes figures de la jacquerie hongroise et du radicalisme paysan : Antal Budai-Nagy, György Dózsa, János Szántó-Kovács, András Áchim45. Son idéal est le petit propriétaire paysan capable d’intervenir dans les affaires publiques, à égalité avec les autres classes sociales. Libérée de la grande exploitation seigneuriale, cette paysannerie redoute les kolkhozes et ne veut aucunement qu’on lui impose « de l’extérieur un quelconque mode de production ». Si le parti est « national », il n’aspire pas à l’empire de Saint-Étienne et rejette le droit historique : il ne veut pas des « frontières millénaires qui courent sur la ligne de faîte des Carpathes », mais demande le respect des frontières ethniques et souhaite que les États voisins respectent les droits des minorités hongroises.

  • 46 Gy. Borbándi, op. cit., p. 400-403.

37Les démonstrations les plus remarquables du PNP sont les grands rassemblements annuels dits les « journées-Dózsa », où des dizaines de milliers de paysans viennent écouter les orateurs du parti, Kovács et Veres le plus souvent. Le 12 mai 1946, à Cegléd, la « journée » réunit 50 000 personnes. Peu avant les élections municipales de Budapest, le meeting du 30 septembre remplit entièrement la grande place devant le Parlement et la foule écoute attentivement les considérations de Kovács et de Veres sur les principaux sujets d’actualité : la démocratie et la réforme agraire, le sentiment national et le sort des prisonniers de guerre, ou encore les négociations de paix à venir et les rapports entre les partis46.

38Malgré la modestie des moyens dont disposent le PNP et son manque d’expérience en propagande, les adhésions au PNP atteignent 130 000 au début de juin 1945 et plus de 170 000 deux mois plus tard. Mais l’intérêt qui s’est manifesté dans les campagnes et les villes pour les meetings paysans ne se traduit pas dans l’arithmétique électorale, puisque le PNP n’a gagné que 5 places sur les 240 de l’Assemblée municipale de Budapest et 26 mandats, avec 5,6 % des voix, aux élections législatives. Ces échecs ont accéléré la différenciation politique au sein du parti, déjà perceptible auparavant.

39L’aile gauche regroupe autour des penseurs marxistes comme Erdei et Darvas les partisans les plus fermes d’une coopération avec les communistes, et par voie de conséquence tous ceux dans le parti qui acceptent la transformation radicale de la société dans le sens d’une « démocratie plébéienne ». À l’opposé, la droite incarnée par Imre Kovács se détermine par son attachement à la démocratie bourgeoise et aux réformes économiques limitées, ainsi que par l’importance donnée aux questions nationales. Entre les deux, le caractère à la fois populaire et national domine l’orientation du centre, auquel son importance numérique et la qualité personnelle de P. Veres donnent un poids déterminant dans le parti.

40Très impliqué dans l’organisation de la jeunesse, le PNP est traversé par les lignes de partage qui fragmentent le champ politique dans ce domaine. Au moment de la création du Front d’indépendance, les « partis démocratiques » se sont mis d’accord qu’il n’y aurait qu’une seule association pour la jeunesse. Ce sera la MADISZ (Alliance de la Jeunesse démocratique hongroise), qui commence à fonctionner en janvier 1945. Or dès le printemps, le PSD et le PP se retirent de la MADISZ et fondent leur propre organisation : le SZIM (Mouvement de la Jeunesse social-démocrate) et la FI (Jeunesse Indépendante), respectivement.

41Chez les Paysans-nationaux, I. Kovács propose en octobre 1945 que le parti reprenne sa liberté en matière de jeunesse. Après beaucoup d’hésitations, c’est en novembre, après les élections, que le PNP quitte à son tour la MADISZ et fonde sa propre organisation, la NISZ (Alliance de la Jeunesse populaire). La NISZ se développe rapidement dans la jeunesse paysanne et étudiante. Son activité est remarquable dans la diffusion des chants et des danses populaires, non sans une tonalité de romantisme paysan, et dans le développement des « collèges populaires ».

  • 47 János Bólyai (1802-1860), mathématicien. Fondation de l’Association irrédentiste « Turul », le Col (...)
  • 48 Sej, a mi lobogóngat fényes szelek fújják/Sej, az van arra írva : Éljen a szabadság ! Sej, szellők (...)

42Issu de l’expérience des internats Bolyai et Győrffy47, ce mouvement a participé activement à la transformation sociale de l’après-guerre. Ses principaux mentors sont László Rajk et Ferenc Erdei, mais le PSD et le PP fondent également des « collèges », auxquels ils apportent leur concours moral et matériel. Il s’agit d’assurer l’organisation des conditions de vie et de travail des étudiants et des élèves du secondaire qui accèdent à ces internats, où on cherche par là même à développer chez eux l’autonomie et le sens de la vie sociale. Les « collèges » créent leur propre organisation, la NÉKOSZ (Fédération nationale des Collèges populaires), dont le chant48, calqué sur un vieux chant populaire hongrois de la Bukovine, devient le symbole de l’effervescence révolutionnaire de l’époque.

43Dans cette fermentation, l’éventail des partis de « gauche » serait incomplet sans le parti Radical hongrois (PRH), qui se définit précisément par sa volonté de canaliser la révolution, mais qui, malgré l’ancienneté et le prestige de son héritage, a du mal à se faire reconnaître comme une composante essentielle de la « coalition démocratique ».

  • 49 Varga (F. János), A Magyar Radikális Párt ujjáalakulása 1945-ben (La reconstitution du parti Radic (...)

44Considéré comme « complice » des révolutions de 1918-1919, le radicalisme hongrois a cessé d’être un facteur politique sous le régime Horthy, bien que l’animateur intellectuel du mouvement, Oszkár Jászi, installé depuis 1925 aux Etats-Unis, ait continué à exercer une forte influence sur un petit nombre de radicaux. Pendant la guerre, il participe au mouvement antifasciste des Hongrois d’Amérique, dont fait partie également le groupe de Mihály Károlyi. Mais Jászi reconnaît que « quatre monsieurs respectables de 70 ans (Károlyi, Jászi, Vámbéry, Fenyő), sans armée, sans relations, sans base matérielle » ne constituent pas une force politique49.

  • 50 Le publiciste Béla Zsolt par exemple, désigné en son absence membre de la commission exécutive du (...)

45En Hongrie même, le radicalisme n’est plus guère représenté que par des « anciens » politiquement vieillis et décimés, puisque la bourgeoisie et l’intelligentsia juives des villes, base potentielle des radicaux, ont subi des pertes élevées50. Ceux qui ont survécu aspirent à des changements rapides et décisifs, pour lesquels les partis ouvriers offrent des cadres beaucoup plus appropriés, même si un tel choix impose des concessions sur les principes, en matière de marxisme notamment. La proclamation effective du PRH aura lieu le 3 mars, avec l’appel de son animateur Imre Csécsy. Dans ce document, le parti accepte d’autant plus facilement le programme du Front qu’il le considère comme le « résultat spirituel de son héritage politique ». L’appel de Csécsy étant resté sans écho, une délégation de radicaux se rend auprès de Rákosi le 18 avril 1945.

46Celui-ci se montre sceptique sur l’utilité du parti radical en arguant qu’il risque d’enlever les « gens de bien » aux deux partis bourgeois reconnus (PP et PDB) ; « le parti sera une société fermée de gens brillants, a-t-il ajouté, où les adhérents vont se sentir bien parmi des intellectuels aussi brillants, mais il n’aura pas de masses et restera inapte à l’action ». Il conseille donc aux radicaux d’entrer dans le PP pour saper l’aile droite de ce parti, mais la direction déjà élue (Csécsy, Dabis, Kende) garde son indépendance.

  • 51 L. Izsák, Op. cit., 1983 p. 297-304. Le programme est composé de douze paragraphes de longueur iné (...)
  • 52 L’idée du pont est également formulée par le ministre des Affaires étrangères de la Tchécoslovaqui (...)

47La « démocratie authentique » que revendique le programme du PRH51 n’est ni la domination d’une classe sur une autre ni celle de la majorité sur la minorité, mais l’art de « gouverner sans arbitraire », où « la vérité ne peut résulter que de la confrontation libre des forces intellectuelles ». Pour reconstruire ces forces, il faut rééduquer l’opinion publique, clarifier les rapports entre l’Église et l’État, supprimer toute censure au rythme de la consolidation de la démocratie. Dans le domaine économique, le programme veut que l’intérêt général trace des limites à la concurrence et demande la nationalisation (sans multiplier la « bureaucratie économique ») des entreprises monopolistiques et de celles qui par leur dimension (au-delà de 50 employés) dépassent les possibilités de l’initiative privée. Sur la scène internationale, « la Hongrie ne doit plus être un lieu d’affrontement mais un pont entre l’Est et l’Ouest52 ».

  • 53 F.J. Varga, op. cit., p. 101-103.

48À l’approche des élections de 1945, « actualisant » le programme du parti, Béla Zsolt rappelle qu’ « en dehors du Parti Communiste illégal, le Parti Radical hongrois fut le seul mouvement politique [...] à ne pas avoir accepté un seul instant le régime Horthy [...] comme une situation définitive et légale, et qui poursuivit le combat d’idée contre celui-ci alors que la politique réaliste amena des partis excellents par ailleurs à conclure l’armistice avec le régime53 ». Mais aux élections législatives, le PRH obtient à peine plus de voix (5 625) qu’aux municipales de Budapest (5 013 voix), qui lui donnent deux mandats.

  • 54 Ibid., p. 104. En conseil des ministres, le social-démocrate Antal Bán fait le même commentaire : (...)

49Pour la direction c’est la preuve que la jeune démocratie a manqué l’épuration de la vie publique, la loi électorale ayant fixé des limites extrêmement larges à la fiabilité politique. « Elle n’a pas seulement laissé courir ceux qui s’étaient trompés mais aussi elle les a laissés voter ! Le sort des élections a été décidé avant tout par les masses réactionnaires jouissant du pardon. En second lieu, par cette partie apolitique de la classe moyenne et de la bourgeoisie qui, pour avoir été trompés pendant vingt-cinq ans, croit toujours que le “conservatisme sain” est le plus grand bien54. » On comprend que c’est le parti des Petits-propriétaires, grand vainqueur des élections de novembre 1945, qui est ainsi visé.

50Comparé aux partis qui occupent la gauche de la coalition et qui sont plus ou moins homogènes, le PP (parti des Petits-propriétaires ou, selon l’intitulé complet : Parti bourgeois indépendant des Petits propriétaires et Ouvriers terrassiers) est un parti « collecteur ». C’est la conséquence du choix des partis du Front d’indépendance qui ont écarté la demande de plusieurs mouvements qui voulaient se constituer en partis au tournant de 1944-1945, en arguant que chacun pouvait trouver sa place dans l’un des partis « démocratiques » déjà existants. Des clientèles hétéroclites, de droite le plus souvent, ont ainsi trouvé refuge massivement chez les Petits-propriétaires.

  • 55 Vida (István), A Független Kisgazdapárt a háború utáni kibontakozásról (Le parti indépendant des P (...)

51Reconstitué à Békés le 12 octobre 1930 sous la direction de Bálint Szijj et de Zoltán Tildy, le PP devient un des plus importants partis d’opposition du régime Horthy, mais il cesse toute activité organisée pendant la guerre55. La direction se réunit seulement en mai 1943 pour élaborer un nouveau programme, sachant que le PP aura un rôle politique important à jouer après la guerre. Jusqu’à l’automne 1943, on réorganise aussi les directions dans six ou huit départements.

52Dès cette époque, trois tendances voient le jour concernant l’avenir. L’une qui est radicale et révolutionnaire et admet les changements démocratiques et socialistes, est représentée par István Dobi et n’a qu’une influence très limitée dans le parti. L’autre conception veut transformer le régime Horthy en démocratie bourgeoise, bien que ce concept n’ait pas le même sens pour tous les partisans de cet idéal : « démocratie nationale » par exemple pour Ferenc Nagy, « démocratie du Christ » pour Béla Varga, etc. Le troisième courant est symbolisé par Endre Bajcsy-Zsilinsky, qui veut « réorganiser la Hongrie historique sur une base démocratique ».

  • 56 Kis Újság, 20 février 1944, cité par I. Vida, op. cit., 1989, p. 58-59.

53Les tenants des idées dominantes sont d’orientation anglo-saxonne et n’admettent l’éventualité d’une occupation soviétique qu’à partir de l’été 1944 ; ils n’envisagent pas la République et redoutent que cette guerre ne débouche comme la Première sur des mouvements révolutionnaires. Si le projet d’une fédération des États danubiens est plus présent dans leur esprit que la référence aux « frontières ancestrales », l’idée domine que la Hongrie a un « rôle dirigeant », une « mission européenne » dans la région. « Notre tâche ne sera pas de lutter sans cesse contre l’Est mais d’être le dirigeant des petits peuples qui vivent autour de nous », écrit Ferenc Nagy dans le journal du parti56.

  • 57 Ibid., p. 51-52.

54Parmi les réformes à réaliser, le projet Petit-propriétaire veut maintenir l’assemblée bicamérale tout en démocratisant le droit de vote. Il est pour le multipartisme, y compris les mouvements d’extrême droite, et admet (quand l’Armée rouge a franchi la frontière roumaine) la présence éventuelle du PC dans une coalition. Le gouvernement de l’après-guerre devrait reposer sur l’alliance PP-PSD conclue le 9 août 194357.

55La renaissance du parti en 1945 est retardée du fait que les chefs les plus connus sont bloqués dans la capitale assiégée. Ainsi, dans la direction nationale provisoire installée à Debrecen sous la présidence du R.P. Balogh, manquent à l’appel les chefs les plus connus : Zoltán Tildy, Ferenc Nagy, Béla Kovács, Béla Varga et István Dobi. Mais dans plusieurs comitats, les sections locales ont traversé la guerre sans trop de dommages et le parti contrôle nombre d’administrations départementales, au moment où celles-ci suppléent pratiquement l’État défaillant. Dans l’ouest de la Transdanubie et la Petite plaine (bassin de Győr), l’appui de l’Église catholique et des anciens appareils administratifs restés en place assurent au PP une influence et une supériorité numérique qui dépassent celles des partis ouvriers.

56En juin-juillet 1945, le nombre des adhérents est estimé entre 600 et 800 000, et même jusqu’à 900 000, selon les auteurs. La grande majorité appartiennent toujours à la moyenne paysannerie mais s’y ajoute maintenant une forte proportion d’éléments en provenance de la grande bourgeoisie, de la bureaucratie de l’État, de l’intelligentsia bourgeoise et de la petite bourgeoisie urbaine. Par la diversité de ses composantes, le PP mérite donc bien son nom de parti collecteur. Le centre en constitue le groupe le plus fort et le plus organisé, étayé par les masses de paysans petits et moyens, qui traditionnellement donnent au parti son identité. C’est ainsi que les principaux dirigeants, F. Nagy, B. Kovács et B. Varga se trouvent à la tête de cette tendance. Par l’intermédiaire de Béla Varga notamment, ils entretiennent de bonnes relations avec l’Église catholique, et ils sont entourés d’un braintrust de jeunes intellectuels : József Bognár,Tibor Hám, Sándor Kiss, Kálman Saláta. L’idéal de ce centre est une démocratie qui maintienne l’ancienne structure sociale en assurant à la paysannerie la place qui lui revient dans la vie économique et politique.

57L’aile gauche du parti comprend deux tendances : celle d’István Dobi, qui est tournée vers la paysannerie pauvre, et une autre structurée par de jeunes intellectuels urbains, qui vont d’ailleurs créer une Section bourgeoise : Oltványi, Ortutay, Barcs, Mihályfi en sont les principaux représentants. Pendant la guerre, ils étaient en relation étroite avec les deux partis ouvriers et plusieurs d’entre eux (Ortutay, Dobi, Gyöngyösi) sont réputés appartenir en secret au PCH. Le chef reconnu de l’aile gauche est Zoltán Tildy, membre fondateur du parti et « progressiste prudent » qui accepte une coopération très poussée avec les communistes et les sociaux-démocrates, sans dépasser les limites de la démocratie parlementaire.

  • 58 Le « touroul » : aigle mythique, sorte de totem des anciens Magyars. L’inauguration, le 23 octobre (...)
  • 59 S. Balogh, op. cit., 1975, Luttes parlementaires…, p. 27.

58Du côté opposé, l’aile droite des PP constitue un agrégat multiforme, avec des éléments horthystes conservateurs ou partisans d’une démocratie de type occidental, des légitimistes et des catholiques dévots, des noyaux de réactionnaires formés autour de certaines professions (médecins, ingénieurs, enseignants, etc), ou encore des militants ou sympathisants rescapés des anciens mouvements d’extrême-droite : Hongrois « réveillés », « touroulistes58 », « imrédystes », ceux du parti de la Vie hongroise, etc. Le brassage de ces milieux est surtout visible lors de la « conquête » de Budapest aux élections d’octobre 1945, où des personnages comme les comtes Gyula Dessewffy et Géza Pálffy, ou le marquis György Pallavicini, grand propriétaire foncier légitimiste et député de 1920 à 1935, offrent spontanément leur soutien ou demandent des cartes d’adhésion pour leurs protégés59.

59Entre avril et juillet, le PP s’est implanté à travers tout le pays, alors que le PC n’avait encore aucune organisation dans 20-25 %, et le PNP dans 50 % des localités. Pour expliquer ce développement systématique, plus significatif même que l’importance numérique des adhésions, F. Erdei laisse entendre que le PP bénéficiait des courants de l’ancien parti gouvernemental (le MEP, Parti de la Vie hongroise).

60Se considérant en effet non pas comme un « parti de classe » mais comme « le parti de la nation », il n’est pas rare que les listes d’adhésion soient confectionnées, au lieu des organisations locales, par le maire ou le curé. Fréquemment, ce sont les membres du clergé catholique qui « interprètent » l’idéologie et la ligne politique du parti à l’intention des paysans. Dans le même esprit, lors des différents congrès (districts, villes, départements…), l’effectif d’une délégation n’est pas défini d’après le nombre d’adhérents mais le nombre d’habitants de la circonscription. Un système spécifique assure que l’élément paysan ne soit pas avantagé par rapport à l’élément bourgeois dans les délégations. Un autre mécanisme permet la délégation d’office des membres « fondateurs » et des différents responsables (présidents, secrétaires, inspecteurs, trésoriers), qui peuvent, à l’échelon du district, mettre en minorité les délégués élus.

61Vu la grande hétérogénéité des partis en présence, il n’est pas étonnant que les facteurs de dissociation et les possibilités de manœuvres aient été nombreux. Parmi ces facteurs, la question de la parité, qui régit la répartition des positions dans l’État et les administrations publiques, n’a cessé de dominer la vie des partis. Le combat pour leur appropriation a donné lieu à une série d’affrontements autour de l’opposition bien connue entre le PC et le PP, jalonnés par une quinzaine d’événements remarquables qui rythment la chronologie de la coalition et qui fournissent des repères continus pour s’orienter à travers le champ thématique de la période.

62Dès la fin de la guerre en Hongrie, en avril 1945, la méfiance réciproque est visible entre le PC et la mouvance droite du GNP : Faragho, Teleki, Vásáry, Valentiny. Au-delà de diverses manœuvres politiques, c’est la police qui est à l’origine de la première épreuve de force proprement dite. Le 15 mai, Miklós provoque une réunion des partis pour remédier à la « situation intolérable » qui règne dans la police. Pour le PC, qui rejette les récriminations, l’affaire est d’autant plus grave que plusieurs dirigeants des partis de gauche partagent les critiques formulées contre la « police démocratique ».

63Le conflit éclate en juillet à la suite d’une proposition de Valentiny sur la réorganisation de la police. Il veut instituer une police politique indépendante de la police d’État, qui serait placée sous son autorité de ministre de la Justice. Ce projet est adopté, mais son parti (PSD), où la gauche domine dans la direction, contraint Valentiny à démissionner. La crise gouvernementale se résout par le départ de plusieurs ministres : Ries remplace Valentiny à la Justice, Rónai occupe la place de Faragho au Ravitaillement et Oltványi (centre gauche du PP) succède à Vásáry aux Finances.

64La riposte se prépare aussitôt, car en août le congrès du PP adopte le principe de la « grève paysanne », dirigée de toute évidence contre les partis ouvriers. Les débats sont vifs entre le PC et le PP et donnent lieu au compromis suivant : le principe de la grève est maintenu mais on s’abstiendra de la remettre à l’ordre du jour pendant la reconstruction.

  • 60 L’article de loi VIII de 1945 institue le suffrage universel direct et secret. La majorité civique (...)
  • 61 i. vida, op. cit., 1986, p. 132.

65Ce sont toutefois les élections qui occupent avant tout les partis et l’opinion publique depuis l’été 1945. En février, Vásáry (PP) en parle le premier, et tous les partis attendent du vote secret le raffermissement de leur position ainsi que la fin du caractère provisoire de l’Assemblée et du Gouvernement. De ces élections dépendent aussi la reprise des relations diplomatiques avec les puissances alliées, et donc la signature du traité de paix et le sort des prisonniers et des biens qui se trouvent en zone d’occupation anglo-américaine. Deux scrutins se préparent en réalité, après l’adoption de la loi électorale60 : les élections municipales de Budapest, prévues pour le 7 octobre 1945, et les législatives, le 4 novembre. Les campagnes électorales suscitent une mobilisation extraordinaire de la population. Les orateurs s’adressent toujours à des auditoires nombreux et le nombre des affiches et des tracts qui inondent le pays est estimé à 25-30 millions61.

  • 62 s. balogh, op. cit., 1975, Luttes parlementaires…, note 130, p. 541.

66La victoire électorale des Petits-propriétaires à Budapest (avec 50,54 % des voix) provoque des scènes qui évoquent les premières années du régime Horthy. Aux cris de « À bas les communistes ! », « Dehors les juifs ! » ou « Budapest ne sera pas rouge ! », les manifestants et les voitures équipées de mégaphones appellent la population à régler les comptes de la « racaille marxiste ». En réponse à ces démonstrations, le PC et le PSD font descendre dans la rue dès le 9 octobre des dizaines de milliers d’ouvriers, qui scandent le slogan familier de la classe ouvrière de l’époque : « Munkás ököl vas ököl, odaüt ahova köll ! – Poing ouvrier poing de fer, il frappe là où c’est nécessaire ». En province, la campagne électorale a pris des allures rappelant parfois l’époque de la terreur blanche, avec le même slogan à Szeged et dans plusieurs comitats (Szabolcs, Szatmár, Bereg…) : « Ne coupez pas les arbres ! sinon où allons-nous pendre les communistes62 ? »

67L’atmosphère est très tendue à travers tout le pays, et la tension monte encore quand le 16 octobre Vorochilov intervient pour proposer qu’on remanie le gouvernement avant les élections. Il est également question d’une liste commune des partis du Front d’indépendance. Devant la protestation des Occidentaux et les fortes divergences des partis, ces projets sont écartés, les « quatre partis dirigeants » se mettent seulement d’accord qu’indépendamment de l’issue des élections, « l’unité nationale sera encore indispensable dans l’avenir ».

68Un autre événement est venu jeter de l’huile sur le feu entre les deux élections, à savoir l’intervention de l’épiscopat dans la campagne en faveur du PP. La « lettre pastorale » de Mindszenty lancée le 18 octobre dénonçant la « nouvelle tyrannie », le décret sur le divorce et la réforme agraire, est lue plusieurs fois dans les églises catholiques, d’où, le dimanche du scrutin, les fidèles se rendent directement aux urnes. Qui plus est, le nombre des femmes électrices dépasse celui des hommes à l’époque de 600 000, ce qui représente un gain potentiel pour la formation que soutient la propagande cléricale.

69Sur environ 8,5 millions d’habitants que compte la Hongrie à l’intérieur de ses frontières de 1937, on compte 5 176 180 personnes inscrites sur les listes électorales. Le taux de participation s’élève à 92,4 % (4 774 653 suffrages exprimés) et la majorité des 4 730 409 votes valables est en faveur du PP : 57 % des voix, soit 245 mandats de député, contre 17,4 % et 16,9 % pour le PSD et le PC, qui obtiennent respectivement 69 et 70 mandats ; le PNP et le PDB ont de leur côté 23 et 2 sièges.

  • 63 « C’était la proposition de József Révai, et László Rajk était également très ébranlé », se souvie (...)

70À la direction du PC, certains envisagent de quitter le gouvernement et de se mettre dans l’opposition63. De fait, au lieu d’apaiser la vie publique, les élections contribuent à en accentuer la bipolarisation par le truchement du conflit PC-PP et donnent lieu à une nouvelle crise. Celle-ci est alimentée par la formation du nouveau gouvernement, la campagne du PP pour le « réajustement proportionnel » et la révision de la réforme agraire.

  • 64 J. Gergely-l. Izsák, op. cit., 2000, p. 242.

71Si l’accord se fait sans difficulté sur le choix du Premier ministre en la personne de Tildy et sur le partage à égalité des portefeuilles, le débat fait rage autour de l’attribution du ministère de l’Intérieur. L’âpreté de la campagne électorale a confirmé derechef l’importance primordiale de ce poste, qui contrôle la police et les administrations publiques. Pour faire pression sur le PP, Rákosi menace de se retirer avec son parti de la coalition et Vorochilov intervient. Finalement, les communistes obtiennent l’Intérieur, « corrigeant » ainsi d’emblée les résultats électoraux64. Chez leurs adversaires, la « perte » de ce portefeuille provoque des mécontentements, surtout en province, et il arrive que Tildy soit qualifié de traître par les siens.

  • 65 S. Balogh, op. cit., 1975, Luttes parlementaires…, p. 122-124.

72Alors que le débat se poursuit au Parlement sur le programme gouvernemental, le PP s’engage lui aussi à « corriger » à travers tout le pays la distribution des places dans la police et les administrations. Cette campagne pour le « réajustement » des positions conformément aux résultats électoraux tourne souvent aux règlements de compte, provoquant des bagarres et même des affrontements sanglants65. Dans la foulée de cette « vague de terreur anticommuniste », le PP épouse d’autre part la cause de tous ceux qui sont mécontents de l’application de la réforme agraire et qui cherchent à en obtenir la révision. Plus encore que les communistes, les Paysans-nationaux s’opposent à cette entreprise et toute discussion semble impossible au tournant de 1945-1946.

73À la même époque, la définition de la forme de l’État est à l’ordre du jour. Pour mettre fin au « royaume sans roi », un accord assez large se fait en faveur de la république, en sorte que malgré la longueur des débats on ne peut pas parler ici d’affrontements. Le caractère relativement pacifique de l’événement est d’ailleurs souligné par la réaction positive des représentants anglo-américains de la CCA. Outre son objet, l’occasion est néanmoins importante, et pour deux raisons : d’une part, l’Église catholique a manifesté encore une fois ses « droits de 900 ans » sur les affaires de l’État, d’autre part, les rapports entre pouvoirs exécutif et législatif ont été davantage précisés.

74La proclamation de la République le 1er février 1946 ne modifie pas le dispositif gouvernemental mis en place le 15 novembre précédent. Seulement, Tildy devenant Président de la République, il est remplacé au poste de Premier ministre par Ferenc Nagy.

  • 66 I. Vida, op. cit. 1986, p. 159.
  • 67 Habuda (Miklós), A magyar szakszervezetek a népi demokratikus forradalomban 1944-1948 (Les syndica (...)

75Cet événement solennel n’a pas dissipé le malaise accumulé depuis les élections. L’inflation s’est aggravée, les villes et surtout les centres ouvriers sont menacés de famine, l’incertitude règne parmi les paysans qui ont bénéficié du partage des terres, les ouvriers manifestent des signes de découragement et de mécontentement. Ils critiquent non seulement le gouvernement mais aussi leurs propres partis qu’ils jugent ne pas savoir faire preuve de détermination66. Les grèves sont nombreuses entre novembre 1945 et février 1946 et bien qu’elles soient considérées par les partis ouvriers (et ensuite par les historiens de l’époque communiste) comme une machination de la droite, elles sont presque toujours spontanées67. Le PC en particulier a toutes les raisons de craindre à la fois la lassitude de la classe ouvrière et les « débordements », tant sa position ambiguë est incompatible avec les initiatives et l’indépendance de cette classe. Vis-à-vis de ses « partenaires », il devient impossible de maintenir le « large front patriotique » quand il est question de gérer le fardeau de la reconstruction et des réparations.

  • 68 Lors de la séance du 27 février 1946 de l’Assemblée nationale, la mention par un député du nom de (...)

76C’est dans ce contexte que le PC, après avoir contribué notamment à dévitaliser les Comités nationaux, reprend la mobilisation des masses pour imposer un programme économique tendant à transférer une grande partie des fardeaux sur les couches sociales plus aisées, et pour écarter de la scène politico-administrative tous ceux qui font obstacle à ce programme, et précisément le personnel ancien des administrations publiques et les composantes réactionnaires du PP. La crise politique est accélérée par l’incident dit « applaudissement Mindszenty68 » qui se produit le 27 février au Parlement et que le PC considère comme une manifestation d’une partie des députés du PP contre la République.

  • 69 Le chapitre III/2 de ce document stipulait en effet : « Il faut transférer dans la propriété de l’ (...)

77Si la direction du PP condamne la manifestation parlementaire et rappelle du gouvernement son ministre Béla Kovács pour sanctionner son attitude dans la réforme agraire, la réponse de F. Nagy donné le 4 mars au PC n’est pas jugée par celui-ci à la hauteur des difficultés que le pays doit résoudre. Le 5 mars, après deux jours de préparation, les partis de gauche (PC, PSD, PNP) et les syndicats mettent en place un Bloc des Gauches, qui exige que soit mené à bien le programme des nationalisations du Front d’indépendance69. Après avoir mobilisé, le 7 mars, quelque 400 000 ouvriers à Budapest, le Bloc impose au PP l’exclusion de ses 20 députés considérés comme faisant obstacle au maintien de la coalition, au moment où des réformes économiques sont d’une nécessité impérieuse.

78L’autorité personnelle de Tildy et l’acquiescement de F. Nagy et de B. Kovács jouent en faveur de l’acceptation de l’ultimatum, le 10 mars. La liste des députés exclus montre que « le centre dirigé par Ferenc Nagy et Béla Kovács n’a pas subi de perte sérieuse, et la situation est devenue plutôt avantageuse pour lui ». Les députés exclus n’ont pas perdu leurs mandats, et ont fondé quelques jours plus tard sous la direction de Dezső Sulyok le Parti de la Liberté hongroise, qui fonctionnera jusqu’à l’automne 1946 comme fraction parlementaire.

79Estimant avoir fait suffisamment de concessions, et encouragé peut-être par le discours de Churchill à Fulton (5 mars 1946), le PP veut prendre sa revanche. Le 21 mai, F. Nagy transmet aux dirigeants du Bloc un mémorandum, annonçant l’intention du PP de poursuivre les « réajustements paritaires » et pressant le Bloc des Gauches de fixer la date des élections municipales. Les réajustements devraient porter notamment sur 10 sous-préfectures, 19 mairies, la moitié des officiers municipaux en chef des districts et la moitié des positions dans la police. Mais le Bloc reste intransigeant, faisant de la maîtrise de l’inflation une priorité sur toute autre décision politique.

  • 70 Il est signalé lors de la réunion des partis du 8 juillet 1946 que 200 prêtres ont manifesté en fa (...)
  • 71 Dans l’après-midi du 17 juin 1946, des coups de feu ont été tirés sur la foule des promeneurs à pa (...)

80Alors que la vie politique connaît un calme relatif et que les liens se distendent au sein même du Bloc, les attentats se multiplient et les rapports entre l’Église catholique et l’État se détériorent, sur fond de démonstrations politico-religieuses incessantes70 et de discours virulents quasi hebdomadaires du prince primat contre le régime. C’est dans cette atmosphère que se produit le 17 juin, au cœur de Budapest, un attentat grave contre des soldats soviétiques71. Il donne lieu à une note de la CCA, où Sviridov exige du gouvernement hongrois la dissolution des organisations catholiques comme la KALOT (Corporation nationale des Associations des garçons de la Jeunesse agricole), la destitution et le jugement des fonctionnaires « réactionnaires » et l’arrêt de la propagande des prêtres.

81Donnant suite à cette mise en demeure, le ministre de l’Intérieur, László Rajk, ordonne la dissolution de quelque 1 500 organisations de droite. L’affaire n’a pas manqué de diviser les partis, ceux du Bloc ayant approuvé l’application de la note alors que Balogh et Varga ont pris la défense des organisations religieuses et que Tildy, tout en adoptant le point de vue de la gauche, a exprimé ses doutes sur l’opportunité d’une mesure qui risquait de rejeter dans les bras de Mindszenty la fraction même du clergé qui était favorable au régime.

82Les missions anglo-américaines, auxquelles Balogh a transmis la copie de la lettre de Sviridov, ont protesté de leur côté pour ne pas avoir été associées aux décisions précitées. Les Soviétiques ne voulant pas de complications à la veille des négociations de paix, acceptent la suspension (mais non le retrait) de la note incriminée et l’accord se fait d’autant plus facilement lors d’une réunion de la CCA le 24 juillet que les Occidentaux ne veulent pas apparaître comme les protecteurs des « éléments fascistes et des milieux catholiques conservateurs » en Hongrie.

  • 72 Rapport du lt-col. Mudrikov, 12 septembre 1946, DS, p. 130-133.

83À l’automne 1946, le grand événement politique, ce sont les « journées paysannes » de Budapest les 7-9 septembre. Destinées à être une démonstration de force du PP, les voici décrites par un « rapport d’information » soviétique72.

84Celui-ci constate qu’environ 100 000-110 000 cultivateurs sont venus à Budapest au lieu des 400 000 attendus par le parti. Beaucoup ont profité du billet à prix réduit de 50 % pour rendre visite à leurs parents de la capitale, pour faire leurs achats ou pour conclure des affaires. « Pendant le meeting, beaucoup de paysans s’amusaient dans le Parc anglais, au cinéma ou en se promenant dans les rues. On peut mentionner par curiosité que pendant le défilé beaucoup aussi se trouvaient aux alentours des maisons closes. » À propos de l’accueil des représentants étrangers et de ceux des partis hongrois, l’observateur a noté avec soin que

« lorsque le général Sviridov fut salué, on n’entendit que de rares applaudissements, en revanche quand on accueillit le représentant des USA, Schoenfeld, les participants de l’assemblée l’ovationnèrent bruyamment. Quant aux représentants des partis politiques hongrois, l’assistance applaudit fort celui du parti de la Liberté ; le représentant du parti social-démocrate n’eut droit qu’à un applaudissement clairsemé et quand vint le tour de Mátyás Rákosi, on entendit même des sifflements ».

85Toutefois, un vif intérêt s’est manifesté pour la vie des Russes et les films soviétiques ont eu beaucoup de succès. Dans cinq salles, « les paysans ont regardé avec plaisir » (et gratuitement) « La riche fiancée », « Le chemin glorieux », « Tractoristes », « Gais lurons » et « Cirque » ; de même, les conférences et les films documentaires et de propagande ont suscité beaucoup d’intérêt.

86La police a relevé aussi attentivement l’identité des orateurs et les thèmes des discours, et noté avec quelle candeur étonnante certains ont exprimé leurs sentiments antisoviétiques et anticommunistes. Il n’y eut guère que Ferenc Nagy pour tenter de compenser « les discours réactionnaires » en évoquant ses origines paysannes et en rappelant que, dans le passé, paysans et ouvriers étaient méprisés de la même façon. Interrompu par des cris « Nous voulons une paix juste ! », il répond : « Moi, je comprends vos désirs. J’ai été à Paris, j’ai discuté avec beaucoup de représentants des États alliés, qui m’ont dit : “Nous ne vous haïssons pas. Mais pourquoi mériteriez-vous un cadeau de notre part ? Nous ne le savons pas.” »

87En conclusion, le rapport soviétique estime que les journées paysannes n’ont pas répondu à l’attente de la direction du PP, car relativement peu de paysans sont venus à Budapest, leur « niveau d’activité a été extrêmement bas » et les « éléments de droite » n’ont pas réussi à donner à cet événement un caractère ouvertement réactionnaire.

  • 73 Ibid., p. 126-128.

88Le même rapport fait état en effet d’un profond mécontentement paysan. Si la réforme monétaire du 1er août 1946 et l’introduction de la nouvelle monnaie, le florin (forint) ont été accueillies « avec joie », les paysans sont fort insatisfaits du niveau des prix agricoles que le gouvernement a fixé trop bas par rapport aux articles manufacturés. La droite du PP « bénéficiant de l’appui et de la sympathie de toutes les forces réactionnaires du pays, dit le rapport, cherche visiblement à casser la coalition pour constituer après la signature de la paix un gouvernement de parti unique ou en tout cas un gouvernement sans les communistes73 ».

89C’est donc plus que jamais sous le signe de la bipolarisation que se réunit du 29 septembre au 1er octobre 1946 le IIIe congrès du PC. Cette évolution agit dans le sens de la dissociation du Bloc des Gauches, en réactivant le jeu de ses différentes tendances, qui sont appelées à se déterminer par rapport aux extrêmes. Le slogan adopté par le PC pendant le congrès (« Hors de la coalition, les ennemis du peuple ! ») ainsi que la volonté de poursuivre les nationalisations et le contrôle de l’État sur l’économie, traduisent bien ce durcissement.

  • 74 k. Szerencsés, op. cit., p. 70. Csicsery-Rónay (István)-Csernyey (Géza), Koncepciós per a Függetl (...)

90Un événement providentiel pour le PC se produit dans ce contexte avec l’affaire du complot dit anti-républicain, qui va entraîner un début de désorganisation du PP. Le « complot » en question n’est à l’origine qu’une « communauté fraternelle hongroise » (dite par la suite Comité des sept par la police politique), composée d’officiers, de politiciens et de fonctionnaires horthystes qui se réunissent régulièrement comme une « société amicale » pour discuter les « possibilités politiques » qui se présenteraient après le départ des troupes soviétiques. D’abord, la police n’y prête pas plus d’attention qu’aux autres organisations qu’elle découvre à cette époque, mais quand elle s’aperçoit que plusieurs militants du PP figurent parmi les membres de la société et que cela pourrait être une occasion pour compromettre les dirigeants du parti, la « communauté » devient complot anti-républicain74.

  • 75 « La découverte du complot anti-républicain nous a aidés beaucoup, dit Rákosi. Les réactionnaires (...)
  • 76 István Csicsery-Rónay, responsable de la division des affaires étrangères du PP, qui est interrogé (...)
  • 77 Les propos les plus hostiles au régime témoignent aussi du climat de liberté. À la veille des élec (...)

91Les divers détails montrent cependant qu’il ne s’agit pas tout à fait d’un procès préfabriqué, mais du détournement d’une affaire dans un contexte de guerre civile larvée, où les attentats et les complots se succèdent et où il règne depuis plusieurs mois une ambiance de lynchage. Dans ce contexte, non seulement les communistes75 mais aussi les soviétiques vivent dans la hantise des lendemains du traité de paix76, alors que même les adversaires « légaux » du PC font preuve d’une grande méconnaissance des réalités : illusions vis-à-vis des Occidentaux, ignorance des méthodes staliniennes, manque de prudence et de discernement dans les propos et les fréquentations77.

92L’enquête de l’AVO, section politique de la police d’État, affirmant que le député Kálmán Saláta fait partie du « comité des sept », remonte par la voie des aveux extorqués jusqu’au secrétaire général du PP, B. Kovács, et quand le 25 février 1947 celui-ci se présente à la police pour prouver son innocence, il est arrêté sur l’ordre de la CCA par les autorités militaires soviétiques. Accusé d’avoir été en contact avec l’organisation secrète, et notamment avec ses émissaires en Autriche, il est emmené en URSS où il restera en captivité jusqu’en 1956. Par la suite, une cinquantaine de députés du PP seront obligés de quitter le parti, dont quelques-uns des plus illustres comme Pfeiffer, et de même l’Alliance paysanne est fortement affectée. Dans les sept procès qui vont avoir lieu en 1947, environ 250 personnes seront condamnées, dont György Donáth à mort.

  • 78 Lettre du 5 avril 1947, DS, p. 159.

93Début avril, Rákosi écrit au général Kuznetsov : « Il est prouvé maintenant que Ferenc Nagy a, de toute manière, participé au complot, on peut même supposer que durant la toute dernière période c’est lui qui donnait des consignes politiques aux comploteurs. À présent, la question est de savoir comment nous devons l’attaquer. C’est lui en effet le dernier bastion des dirigeants Petits-propriétaires alliés des comploteurs, et la lutte sera plus serrée pour lui qu’elle ne l’était pour Béla Kovács78. »

94En mai 1947, quand la crise de la coalition connaît une nouvelle aggravation autour de l’enseignement religieux facultatif et de la nationalisation des banques, Ferenc Nagy se rend en Suisse pour « se reposer et réfléchir ». Avant son départ, il demande dans une note adressée au gouvernement soviétique que Béla Kovács soit rendu aux autorités hongroises. C’est son remplaçant, M. Rákosi, qui lui transmettra la réponse soviétique faisant état d’ « élément à charge » contre lui aussi. Par cette ultime répercussion du « complot », F. Nagy est acculé à la démission et à l’émigration, où il sera suivi par son collègue B. Varga, président de l’Assemblée nationale, et par une fraction importante du corps diplomatique.

95Le nouveau Premier ministre, Lajos Dinnyés, qui s’appuie surtout sur les élus du PP du comitat de Pest, a été pratiquement le seul dirigeant de son parti à avoir approuvé la nationalisation des banques au moment de la dernière crise. Le programme fondé sur le plan de trois ans qu’il présente à l’Assemblée le 10 juin, est approuvé par tous les partis de la coalition, alors que pour le compte de l’opposition Dezső Sulyok déclare : « Nous sommes devenus un État policier, un authentique État policier, où l’influence de la police pèse de façon insupportable non seulement sur la vie publique mais aussi sur la vie privée des gens. »

  • 79 Le 14 décembre 1947, le gouvernement soviétique annonce en effet qu’il ne restera en Hongrie que d (...)

96Le traité de paix signé à Paris le 10 février 1947 et accepté en conseil des ministres le 16 mai, ne sera discuté par l’Assemblée que le 24 juin en raison des événements. Tout en reconnaissant ses mérites (consolidation, reconnaissance internationale…), les partis de la coalition ne cherchent pas à en taire la sévérité. Sulyok surtout, en qualité d’opposant, dénonce le côté punitif du document et affirme que la cause des grandes puissances n’est pas la cause de la Hongrie, qui ne doit pas devenir leur vassal. Le document va entrer en vigueur le 15 septembre 1947, annulant la CCA et prévoyant par son article 22 le départ de la Hongrie dans les 90 jours de « toutes les forces militaires alliées ». Toutefois, l’URSS garde le droit d’entretenir en territoire hongrois une force armée qu’elle estime nécessaire pour assurer la sécurité de ses lignes de communication avec sa zone d’occupation d’Autriche79.

97La perspective d’être privé du soutien de la CCA incite le Bloc des Gauches à organiser des élections législatives anticipées. Il veut aussi profiter de la désorganisation du PP, qui pour l’instant n’a pas affecté son dispositif parlementaire puisque les quelque 70 membres exclus du parti ont gardé leur mandat. Auparavant, une modification de la loi électorale a pour conséquence de restreindre le droit de vote, excluant notamment Sulyok de l’éligibilité, ce qui amènera les contemporains à appeler l’article de loi XXII de 1947 Lex Sulyok. Le parti de celui-ci (Parti hongrois de la Liberté), qui venait d’obtenir à Szeged, ancienne capitale de la contre-révolution, plus de voix aux élections de la Chambre industrielle que tous les partis de la coalition réunis, boycotte les élections et se dissout le 21 juillet, après avoir été l’objet de violences.

98Outre les six partis ayant participé aux élections de 1945, quatre formations nouvelles sont autorisées en 1947, qui représentent en fait l’ancienne aile droite (« chrétienne-bourgeoise-paysanne ») du PP : parti de l’Indépendance hongroise (Zoltán Pfeiffer), parti Démocrate hongrois Indépendant (István Balogh), Camp féminin chrétien (Margit Schlachta) et parti Populaire démocrate (István Barankovics). Pour tous, le soutien de l’Église catholique est une question vitale, Margit Schlachta se proposant, par exemple, d’acclimater dans la vie politique « les principes de l’âme féminine et des dix commandements ». Mindszenty ayant des réserves pour chaque formation, sa préférence va plutôt pour Barankovics.

  • 80 Demandant réparation au nom du PP, J. Gyöngyösi déclare le 18 septembre 1947 que les procédés empl (...)

99En pleine préparation du scrutin éclate le scandale des listes électorales, d’où plus de 460 000 personnes, soit environ 10 % des électeurs (ceux principalement du PP) ont été exclus ou « oubliés80 ». Déjà compromis dans cette affaire, le PC est directement impliqué dans un second scandale, celui des « bulletins bleus », qui provoque une tempête le jour des élections, le 31 août. Les votes par procuration, autorisés par la loi, ont produit selon le rapport de la police politique 62 981 voix, dont il n’était pas possible de distinguer les votes multiples et donc irréguliers.

100Rendus publics le 5 septembre 1947, les résultats électoraux font apparaître seulement 32 687 votes nuls ou blancs sur 5 031 025 voix exprimées. Si l’alliance électorale de la coalition (PC, PSD, PNP, PP) obtient 60,9 % des voix contre 39,1 % pour les partis de l’opposition, le pourcentage de ces derniers ajouté à celui du PP s’élève presque à 55 %. Les Petits-propriétaires ont donc conservé leur potentiel électoral, et ont peut-être même gagné en dynamisme par la démultiplication de l’aile droite de leur parti. Ainsi les déclarations menaçantes de Rákosi (pour lequel c’est un exercice coutumier) à l’adresse des partis de Pfeiffer et de Barankovics ne semblent pas annoncer une rupture avec le multipartisme et doivent être situées dans l’ambiance politique créée par les conséquences possibles du traité de paix.

  • 81 À cause de son « discours front populaire » et de son point de vue situé entièrement dans la persp (...)

101La meilleure preuve en est la surprise de la délégation hongroise81 provoquée par le discours de Jdanov au début de la conférence de Sklarska Poreba (22-27 septembre 1947), qui met en place le Bureau d’information (Kominform) des partis communistes. C’est une orientation qui, dans la sphère politique, marque une rupture avec le régime démocratique de la coalition. Elle se traduit également dans le déclin puis la disparition de la presse libre, qui fut inséparable de l’activité des partis et sur laquelle il convient de revenir.

102La renaissance de la presse et la mise en place des cadres institutionnels de l’information furent rythmées, comme l’éveil de la vie publique en général, par le déplacement du front. Alors que le gouvernement Szálasi, en possession de moyens puissants comme l’émetteur de Mosonmagyaróvár, continue à « aspirer » notamment la masse des fonctionnaires des administrations locales, dans les territoires libérés paraissent des journaux locaux et régionaux du Front d’indépendance national. Au départ, ces feuilles font figure d’organes communs, mais elles s’individualisent assez rapidement selon les couleurs politiques. Après les premières publications en Hongrie orientale qui débutent en octobre 1944, le journal Szabadság (Liberté) voit le jour dans la partie (Pest) libérée de la capitale en janvier 1945 et, à la même époque, l’Agence télégraphique hongroise (MTI) commence son activité.

  • 82 Dans la seconde moitié de mai 1945, la CCA fait savoir au gouvernement qu’elle autorise l’usage de (...)
  • 83 vass (Henrik)-zalai (K. László), A tájékoztatás intézményrendszere 1944-1948 (Le système instituti (...)

103Quand la guerre se termine, le réseau des quotidiens politiques est en place et la Radio commence ses émissions un mois plus tard82. Jusqu’à l’été 1945 sont jetées les bases institutionnelles de l’information, tandis qu’on règle l’affaire majeure de l’Agence centrale d’Information hongroise SA (ACINFO) et qu’on réalise les premières actualités cinématographiques83.

  • 84 ANH, XIX-A-1-j/12a, 3-VIII, 23 décembre 1944. PV/CM-GNP, A, 1/8,23 décembre 1944.
  • 85 PV/CM-GNP, B, 67/1, 15 novembre 1945 et note 1, p. 562. F. Nagy, op. cit., t. 1, p. 214.

104Au sein du GNP, les affaires qui relèvent de l’information sont coordonnées par une section de la présidence du Conseil, la Division de la presse84, qui fonctionne comme un relais à deux directions : transmission vers la CCA des diverses demandes (autorisation de journaux et d’imprimeries, défense des intérêts des bureaux d’information…) et vers les autorités hongroises, des vœux et des instructions de la CCA. Par ailleurs, la pénurie du papier fait de la répartition un enjeu politique et engendre toute une excroissance administrative. Après les élections de 1945, une bonne partie des attributions de la Division est transférée à un ministère de l’Information nouvellement créé85.

105Celui-ci restera entre les mains des PP (Antal Balla, József Bognár et Ernő Mihályfi en seront successivement les titulaires), ce qui n’empêche pas la persistance des conflits avec la Division de la presse, dirigée par le R.P. Balogh, du même parti, en sorte que le Premier ministre doit intervenir à plusieurs reprises pour trancher. Outre ses tâches administratives, le nouveau ministère s’occupe de toutes sortes d’informations : traité de paix, stabilisation, conférences, etc. Après les conflits électoraux de l’automne 1947, le ministère de l’Information est supprimé. Une partie importante de ses attributions revient à la Division et le reste est absorbé par le ministère des Affaires étrangères.

106Les institutions centrales de l’information comportent un important réseau de rapporteurs. Tous les ministères en sont pourvus, ainsi que les organisations judiciaires, la police, l’administration de la capitale et même certaines entreprises publiques importantes. Ces rapporteurs ont pour fonction de faire connaître la vie des administrations représentées et de collecter les informations dont celles-ci ont besoin. S’agissant d’une activité confidentielle, l’attribution des postes de rapporteur de presse, ceux notamment des Affaires étrangères, est étroitement disputée par les différents partis dans le cadre paritaire

  • 86 PV/CM-GNP, B, 45/42, 16 août 1945 et note 37, p. 86. PV/CM-Dinnyés, note 24, p. 394.
  • 87 H Vass-K. L. Zalai, op. cit., 1992, p. 88.

107C’est sur cette base également que s’est constitué le socle précité des services d’information et de propagande, l’ACINFO. Formée de cinq sociétés anonymes d’information86 confisquées pour propagande belliciste, l’ACINFO est une entreprise géante qui regroupe les branches essentielles des services d’information : la Radio et la revue Magyar Rádió, le MTI (Bureau télégraphique), le MHI (Bureau publicitaire), le MFI (Bureau du Cinéma) ainsi que, indirectement, le MOT (Correspondant national), rattaché au MTI ; de celui-ci relèvent encore les services de presse de la police et de la justice, ceux des partis, des syndicats et des associations culturelles. Le MTI patronne également le MKKI (Institut d’enquête d’Opinion publique hongrois), qui reste néanmoins un organisme autonome. L’ACINFO est dirigée par un comité de surveillance de trois membres et un comité directeur de onze membres, comprenant le directeur lui-même, Gyula Ortutay (PNP) et deux représentants de chacun des cinq formations actionnaires (PC, PSD, PP, PNP et syndicats). Les deux partis ouvriers et surtout le PC sont largement prédominants (outre les deux syndicalistes qui sont communistes, les deux PNP, dont Ortutay, sont très liés au PC), ce sont eux qui détiennent les postes clefs. Ils s’efforcent toutefois d’éviter la partialité, « exilent » la propagande politique et accordent la même place aux Anglo-Saxons qu’aux Soviétiques87.

108Mais le financement de la société pose problème et la question des prêts à consentir par l’État divise le gouvernement. Les dépenses sont d’autant plus élevées que l’ACINFO doit honorer ses engagements vis-à-vis du personnel licencié et pour les dettes anciennes des sociétés d’origine. En outre, avec le temps, on a tendance à ajouter aux frais de l’ACINFO les dépenses de certains établissements (comme celles du Théâtre national) qui n’ont rien à voir avec l’information, alors que les abonnements sont loin de compenser le coût de la radio par exemple, en raison de la rareté des appareils de TSF.

  • 88 PV/CM-GNP, B, 58/40, 3 octobre 1945 et note 40, p. 322.
  • 89 PV/CM-Tildy, n° 83, 31 janvier 1946

109Pour ceux qui y tiennent les leviers de commande, l’ACINFO est un service public justifiant l’apport financier de l’État88, alors que les membres PP du gouvernement y sont opposés. Balogh défend l’intérêt du Trésor et le ministre de l’Information déclare à l’occasion d’une nouvelle demande de crédit que « l’ACINFO est une société entretenue par les partis et ce sont eux qui doivent en assurer les charges matérielles. Il est contre la subvention publique ». Comme souvent en cas de désaccord, on met en place une commission interministérielle (Finances, Transports et présidence du Conseil) qui doit « examiner la situation89 », et les subsides demandés sont accordés.

110Parmi les moyens d’information alimentés par l’ACINFO, la presse dépasse de loin par son importance les deux autres domaines que sont le cinéma et la radio, bien que les difficultés d’ordre matériel et administratif créent une sorte de dénominateur commun. Les conditions de la presse nouvelle se dessinent dès le début du GNP quand celui-ci s’adresse au général Soussaïkov (responsable de la liaison entre l’Armée rouge et le GNP jusqu’en juin 1945), pour obtenir les moyens indispensables à la mise en marche de l’activité gouvernementale : lancement du Journal officiel et d’un journal gouvernemental, déblocage du papier nécessaire et de l’imprimerie, possibilité de transport par train et par camion, concours de l’aviation pour diffuser tracts et journaux dans les régions occupées par les Allemands.

  • 90 PV/CM-GNP, A, 1/8, 23 décembre 1944.

111Les partis s’interrogent sur l’autorisation préalable. Imre Nagy déclare que le gouvernement n’a pas à autoriser les journaux, car cela est contraire à la liberté de la presse, tout autant que la répartition du papier : que chaque parti se débrouille donc comme il peut. Takács, du PSD, pense au contraire que « si dans les circonstances actuelles on n’organise pas la distribution du papier, cela aura des conséquences néfastes90 ».

  • 91 PV/CM-GNP, A, 4 avril, 12 janvier 1945.
  • 92 Celui-ci aboutira en juillet 1945 avec Új Magyarország - Hongrie Nouvelle, rédigé par Iván Boldizs (...)
  • 93 Lettres de Gerő et de Révai à Rákosi, DS, p. 13-14 et note 27, p. 21 ; p. 33-34 et notes 5, 6, 7, (...)

112Début janvier, on se met d’accord sur le principe d’une « répartition équitable » du papier entre les partis, mais « la création d’un journal gouvernemental, qui échappe à la politique partisane », et que le ministre de l’Intérieur estime nécessaire, reste sans solution91. Les ministres n’ont pas parlé lors de cette séance du 12 janvier du journal Délmagyarország (Hongrie Méridionale), premier quotidien du Front d’indépendance publié à Szeged depuis le 19 novembre 1944, qui aurait pu répondre au profil recherché du « journal gouvernemental92 » : son comité de rédaction comprend le R.P. Balogh (PP), Erdei (PPN) et Révai (PC), et la feuille « a fait ses preuves. Elle est assez bonne et financièrement rentable », comme l’écrit Gero″ le 28 décembre93.

113Ces péripéties du démarrage montrent que la presse est dès le départ un enjeu compliqué, où se mêlent l’institution gouvernementale, l’intérêt de la coalition et les intérêts propres à chaque parti, sans parler de la CCA et de la convention d’armistice, dont l’article 16 fait dépendre la liberté de la presse de l’« accord » du gouvernement avec l’autorité soviétique occupante.

  • 94 PV/CM-GNP, A, 10/19, 12/18, 21 mai, 9 et 22 février, 18 avril 1945 et note 7, p. 334.

114Jusqu’en avril 1945, les questions touchant à la presse reviennent plusieurs fois devant le conseil des ministres. Les décrets qui en sortent font de la Division de la presse la seule maîtresse du papier et une autorité de censure : les épreuves devront lui être présentées (en province, à ses représentants) et il sera interdit de laisser des vides à la place des textes éventuellement supprimés ou de faire allusion de quelque manière que ce soit à la suppression. Le décret n° 390 qui organise la censure suscite de très vives réactions. En plus des protestations dans les journaux, l’Association nationale des Journalistes envoie une délégation auprès de Balogh, et le Comité national de Budapest (CNB) parle d’une « mesure fasciste94 ».

  • 95 PV/CNB, p. 99-101.

115Le CNB qui est une sorte de second gouvernement, consacre dans sa séance du 18 avril 1945 un long débat à la presse95. Gyula Kállai rappelle qu’ « à sa connaissance », les partis du Front se sont mis d’accord avant la libération de Budapest qu’ils pourraient seuls publier, et voilà que des personnes privées qui n’ont rien à voir avec ces partis ni même avec la démocratie hongroise, reçoivent des autorisations. Il cite le Reggel (Matin) réputé journal officieux du gouvernement, et prochainement vont paraître, dit-il, A mai nap (Aujourd’hui) et Magyar Nemzet (Nation Hongroise). On prétend, poursuit le rapporteur, que tous ces journaux sont les publications officieuses du gouvernement : mais pourquoi donc le gouvernement a-t-il besoin de trois journaux ?

116Kállai est d’autant plus critique qu’il a été question de soumettre à la censure gouvernementale les séances du CNB, avant de les rendre publiques : décidément, la présidence du Conseil cherche à rendre impossible la mission du CNB, alors que les feuilles « privées » pourront publier n’importe quoi sans subir les contraintes qui pèsent sur la presse démocratique : responsabilité, discipline, contrôle politique, etc. Imre Kovács (PNP) renchérit puisque, justement, son parti a du mal à joindre les deux bouts. Il trouve même inutiles les journaux « qui colportent des ragots, et racontent ce qui se passe sur les rives du Danube, dans les night-clubs et les cafés ».

117Mais finalement, par la voix de son président (Szakasits), le CNB prend position pour la « liberté entière de la presse » quelle que soit la nature des produits de celle-ci, tout en soulignant que le gouvernement ne peut avoir qu’une seule politique en la matière : assurer la quantité suffisante de papier pour rotative afin de permettre aux partis de la coalition de faire paraître leurs journaux. En tout cas, le CNB proteste avec la plus grande vigueur contre la tentative de la Division de presse gouvernementale de soumettre à la censure préalable les comptes rendus publics de ses séances. Au nom du droit à l’autodéfense de la démocratie, il désapprouve qu’on donne des autorisations à ceux qui n’appartiennent pas au Front d’indépendance.

118Le 18 juillet, Imre Kovács annonce que son parti doit suspendre la parution de son organe central, le Szabad Szó (Parole Libre), faute de papier. Il parle à nouveau de la corruption, du pullulement de la « presse de boulevard » rendu possible par l’excès de libéralité du gouvernement qui distribue sans limites les autorisations. Les protestations exprimées devant le CNB et dans les réunions interpartis étant restées sans effet, « il croit que le temps est venu pour que la démocratie frappe sur la table et fasse preuve d’énergie au sujet de la fabrication du papier ». Il propose que la papeterie Namény soit expropriée. Visiblement, pour échapper à la réglementation et pour écouler ses produits au marché noir, cette entreprise a changé sa fabrication.

  • 96 L’auteur d’un livre A. Vozáry, a essayé de disculper Horthy, Kállay et divers officiers de l’armée (...)

119Un autre incident est venu envenimer la question du papier lors de cette séance du CNB, en rapport avec la Fête du livre qui a eu lieu le 12 juillet précédent. Le rapporteur Jenő Széll parle en effet d’une littérature de basse qualité issue de la conflagration mondiale, dont les produits (« Prisonnier de la Gestapo », « L’histoire de 140 jours », « Tragédie de 10 mois », etc) ont été refusés par la commission de censure des partis du Front et ont pu néanmoins être publiés, au détriment donc du précieux support. Le cas d’un auteur qui a revendiqué publiquement la qualité de Croix-fléchée contribue d’ailleurs à souligner la portée politique du conflit qui s’est noué autour de la pénurie du papier96.

  • 97 Ibid., p. 99-101, 127-128, 185-186, 197-199 et notes 1, 12, 13, p. 199-201.
  • 98 PV/CM-GNP, A, 23 janvier, 23 avril 1945 et note 1, p. 357.
  • 99 IEH, p. 62-63 et 556-557.

120Les diverses réunions sont suivies de la nomination de commissaires ministériels auprès de trois fabriques de papier (Namény Frères SA, papeteries de Szolnok et de Szentendre SA) et un autre pour la gestion centralisée du papier. En outre, on impose des limitations à certains journaux dans la capitale (suppressions, réductions des pages et des exemplaires, etc) et enfin, conclusion politique de l’affaire, la direction de la Division de la presse passe du RP Balogh à Gy. Kállai97. Une circulaire annule le contrôle préalable et précise que les partis et les Églises sont directement responsables vis-à-vis de la CCA pour leurs publications98. Toute une série de décrets voient d’ailleurs le jour jusqu’à l’été 1946, dont la simple énumération99 suffirait à montrer l’importance du papier en ce temps de pénurie, où il occupe le même rang que le vêtement ou le bois de chauffage.

  • 100 H Vass-K.L. Zalai, Tájékoztatás és hatalmi harc 1944-1948 (Informations et lutte pour le pouvoir 1 (...)

121Malgré les incertitudes du statut de la presse à l’époque de la coalition où les journaux traduisent et subissent à la fois l’évolution des rapports de force, les auteurs soulignent l’authenticité de cette presse. Le souffle de la liberté est tel que les journaux semblent continuer sur leur lancée, lors même que le support politique n’existe plus guère, comme dans le cas des feuilles du PP100.

  • 101 H. Vass-K.L. Zalai, op. cit., 1992, n° 1, p. 81.

122Dans son ensemble, l’appareil de l’information s’inscrit dans la continuité. Au-delà de la disparition des groupes de presse et la liquidation pour crime de guerre des divers monopoles, on retrouve les journalistes, les équipes des agences d’information, de la radio et du cinéma qui ont pour la plupart « appris » leur métier et acquis leur expérience à l’époque Horthy101. À la crise du papier, qui ne recevra pas de solution satisfaisante pendant toute la période, s’ajoutera toutefois la disparition d’un nombre important de journalistes, déportés, assassinés ou absorbés par des tâches politiques, ou, au contraire, exclus de la profession pour leur conduite pendant la guerre. Il existe en outre un déséquilibre géographique entre la capitale, où un grand nombre de journalistes sans emploi ont du mal à survivre, et les provinces qui manquent de professionnels expérimentés, entraînant l’emploi de dilettantes même aux postes de rédacteurs.

123Parmi les salariés à revenu fixe, les journalistes forment la catégorie la mieux payée, leur Association nationale réorganisée très tôt sur les ruines de l’ancienne Chambre de la Presse ayant mis en place, grâce à des conventions collectives, un système efficace de prestations sociales et de défense des intérêts professionnels. Tous les secteurs liés à la Presse sont d’ailleurs très organisés, depuis les papeteries, les imprimeries et les sociétés de diffusion jusqu’aux vendeurs à la criée, de nombreux syndicats groupent ouvriers et employés et maintiennent un esprit de corps.

124Au sein des partis politiques, les divisions de la presse constituent des unités relativement autonomes, surtout dans les deux partis ouvriers où elles sont bien organisées, alors qu’elles forment des structures plus lâches chez les Petits-propriétaires et les Paysans-nationaux. Pour la période de 1945-1948, H. Vass et K.L. Zalai font état de 1 151 titres autorisés de la production journalistique, dont 71 journaux ou revues destinés à la jeunesse. En ce qui concerne les principaux partis politiques, une statistique sommaire fait apparaître au printemps 1947 la situation suivante : le PC possède directement 6 quotidiens et 2 hebdomadaires nationaux et étend son influence respectivement sur 9 et 38 titres de ces deux catégories, l’ensemble représentant à chaque parution un million d’exemplaires environ ; pour le PSD, 12 quotidiens et 26 hebdomadaires totalisent 650 000 exemplaires, alors que le PP édite respectivement 14 et 26 titres en 1 200 000 d’exemplaires. Quant aux Paysans-nationaux, ils sont présents en province avec 12 hebdomadaires.

125Selon l’état des lieux au début de 1946, c’est le PP qui possède le réseau d’information le plus développé dans le pays et il précède, par les numéros vendus et la fréquence des parutions, les deux partis ouvriers pris séparément. À côté des deux quotidiens nationaux que sont Kis Ujság et Hírlap, le PP contrôle en réalité Magyar Nemzet, qui tient lieu de journal semiofficiel du gouvernement. La concurrence entre les deux quotidiens nationaux traduit à la fois les divisions internes du parti et les « tensions permanentes » entre la direction et les rédacteurs.

126N’ayant pas de revue théorique ou littéraire comparable en autorité à celles des autres partis, le PP exerce cependant un grand rayonnement avec les hebdomadaires Demokrácia, journal politique et social illustré, et Igazság (Vérité), qui est très populaire dans la paysannerie. En outre, l’excellente feuille satirique Szabad Száj (Bouche Libre) est très liée au PP bien que son rédacteur en chef soit un social-démocrate. Parmi les publications pour la jeunesse, Független Ifjuság (Jeunesse Indépendante) et Nemzedék (Génération) sont les plus remarquables. Du côté de ses lecteurs, le PP attire de larges secteurs confessionnels, du fait que les appareils cléricaux (catholique et protestant) n’éditent pas de journaux religieux à proprement parler. Avec l’aggravation de la crise politique, le PP obtient de plus en plus difficilement l’autorisation de la CCA pour des feuilles locales, et sa presse départementale ou nationale a du mal à compenser l’hégémonie des partis ouvriers.

127Parmi ces derniers, le PC (dont les militants ont été les plus rapides à occuper les locaux divers et les stocks abandonnés…) édite 15 quotidiens en province. Jusqu’en avril 1945, le parti ne dispose pas de structure véritable pour encadrer l’information et la propagande et les responsabilités reposent sur quelques dirigeants : Vas et Révai à Debrecen, Kállai et Orbán à Budapest. Le service qui s’organise à partir de l’été, prend forme jusqu’à la fin de 1946 avec trois sections : journaux de province, presse étrangère, radio et presse générale.

128En dehors de ces trois unités, la subdivision de la presse coiffe de nombreuses affaires : journaux des entreprises, réunions et campagnes communes avec le PSD, diffusion des journaux du parti, formation des cadres de la presse, desserte des congrès et des élections, etc. Les questions d’intendance, la gestion des imprimeries, et en général le support matériel du réseau de presse sont une autre fonction spécialisée, tout autant que le service ambulant qui encadrent en province, en coopération avec l’édition Szikra (Étincelle), les responsables de la diffusion et les organisations locales du parti, des « journées » et des « semaines de la presse », qui visent à collecter des abonnements et à promouvoir la propagande du PC.

  • 102 Mais des courants divers traversent le PC. Plusieurs dirigeants dénoncent le « danger gauchiste » (...)

129Au départ, celui-ci souffre plus que le PSD de la pénurie de journalistes compétents. Entre février et septembre 1945, Rákosi sollicite à plusieurs reprises le concours de Dimitrov pour faire revenir les publicistes émigrés. « Nous souffrons énormément du manque de journalistes et pendant ce temps des camarades comme Andor Gábor sont attablés à Moscou. » Les personnes qu’il réclame se trouvent soit à Moscou, soit à Paris ou à Londres. Finalement, la presse communiste pourra s’appuyer sur une élite d’intellectuels éprouvés, avec les grands éditorialistes qui sont les idéologues du parti (György Lukács, Révai) et des journalistes professionnels : Mód, Fogarassy, Losonczy, Gábor… Mais, professionnels de haut niveau ou dilettantes des petites feuilles locales, les journalistes du PC forment une équipe disciplinée, tenue à respecter « la ligne politique juste » définie par la direction102.

  • 103 H. Vass-K.L.Zalai, op. cit., 1991, p. 42-43 et notes 57, 58, p. 92.

130C’est une des différences par rapport aux publicistes responsables du PSD, dont les obligations politiques sont définies avec autant de rigueur : participation au travail de l’appareil à ses différents niveaux, appartenance d’office des rédacteurs en chef des organes centraux à la direction du parti, mais qui ne veulent pas admettre l’ingérence de celle-ci dans le travail des journalistes. Száva, rédacteur responsable de Népszava, résume dans une lettre du 20 juin 1947 la position de la rédaction du journal en ces termes : « Il va de soi que Népszava, en tant que journal central du parti tient pour devoir primordial de servir par ses moyens les actions du parti. Mais pour savoir comment cela doit se faire, nous n’acceptons aucune consigne ». Il se trouve que le 17 décembre 1945 le secrétaire général s’est adressé à la rédaction l’avertissant qu’il était « insupportable et inadmissible » que malgré deux avertissements une information importante ne fût pas reproduite. Le PSD sera d’ailleurs de plus en plus regardant sur les contrats qui lient certaines « feuilles satellites » à ses organes centraux, comme Kossuth Népe (Peuple de Kossuth103).

131Le réseau de presse du PSD est tissé autour du journal Népszava (Voix du Peuple) et la revue théorique Szocializmus. Fondé en 1877 par Viktor Külföldi (Jacob Mayer de son vrai nom, originaire du Bade-Württemberg), Népszava fut la première feuille socialiste à paraître régulièrement en Hongrie. Il devint en 1890 l’organe central du PSD, son « journal officiel ». À travers divers changements, il gardera ce statut jusqu’au tournant stalinien de 1947-1948.

132Interdit en mars 1944, le journal reparaît en février 1945 ; il sera complété par trois éditions régionales (Haute-Hongrie, Tiszántúl, Transdanubie) et par un autre quotidien central, Világosság (Clarté). Dans les départements paraissent 35 titres, et il existe des feuilles destinées aux membres du parti (3 publications), aux jeunes (3), aux habitants de Budapest (4) et à quelques milieux spécifiques (« Terre et Liberté », « L’Ouvrière », « Le Facteur social-démocrate »). Quant à la revue Szocializmus, fondée en octobre 1906, elle ne connaîtra que 3 numéros en 1945, 6 en 1946, 5 en 1947 (et un seul en 1948). Placée sous la direction d’Illés Mónus, la revue a pour théoricien véritable Pál Justus, entouré d’une équipe qui comprend László Faragó, Anna Kéthly, Isván Ries et Ferenc Fejtő, correspondant à Paris de la revue en 1946.

133Comme la direction de la presse communiste, celle du PSD est bicéphale pendant les mois du démarrage, avec György Marosán à Debrecen et Antal Bán à Budapest. La mise en place de l’administration repose ensuite sur différents services avant de prendre sa forme définitive durant l’été 1945. L’appareil est alors tout investi dans la guerre du papier, l’autorisation des journaux, l’organisation de son réseau d’information et du travail des journalistes. Nommé au début de 1946 à la tête de la division de la presse du PSD, c’est Sándor Szalai (il reste en place jusqu’au 24 mars 1948) qui parachève l’appareil administratif de la presse social-démocrate. Celui-ci est semblable à la structure communiste : presse générale et journaux de province, affaires administratives, gestion du papier et organisation de la diffusion en constituent les principales subdivisions.

134À côté des trois grands partis de la coalition, le parti Paysan-national (PNP) ne dispose que des moyens modestes. Si le quotidien national Szabad Szó (Parole Libre) et l’hebdomadaire Paraszt Ujság (Journal Paysan) sont d’une bonne facture, ils ne peuvent pas compenser dans les villes et à l’échelon des comitats le poids des publications concurrentes. Édité sous la direction de József Darvas et rédigé par Iván Boldizsár, Szabad Szó (propriété à l’origine de Pál Szabó) connaît pendant quelque temps deux éditions (matin et soir) et plusieurs éditions régionales (Szeged, Debrecen, Győr, Pécs, Miskolc). La feuille emploie « d’excellents journalistes », qu’il s’agisse des résumés en politique étrangère ou des reportages et des articles littéraires.

  • 104 Gy. Borbándi, op. cit., p. 418.

135Les autres publications du PNP sont d’aussi bon niveau mais, destinées à des publics plus spécialisés, elles sont d’une efficacité politique encore plus réduite : Paraszt Ujság (Journal Paysan), qui s’occupe principalement de l’agriculture dans ses aspects techniques, Népi Ifjúság (Jeunesse Populaire) édité pour les jeunes en 1946-1947, et la revue Válasz (Réponse), « la meilleure et la plus lue des revues hongroises ». Elle a pu paraître à l’automne 1946 grâce à Márta Sárközi, fille de l’écrivain Ferenc Molnár, qui a sacrifié à cette cause l’héritage paternel. Faite pour les élites, la revue devait son succès à des auteurs comme Imre Kovács, Gyula Illyés et István Bibó, alors que d’autres « ruralistes » connus (Darvas, Erdei) se sont tenus à l’écart. Au bout de deux ans et demi, la revue prend congé à ses lecteurs en annonçant que les circonstances rendent inutile sa parution104.

136On trouve encore dans le paysage éditorial du PNP la revue Valóság (Réalité), publiée par MADISZ (Association démocratique hongroise de la Jeunesse) avec la coopération des collèges Győrffy et Eötvös. Son rédacteur en chef Zoltán Szabó (1912-1984) est l’intellectuel emblématique du PNP et de toute une époque. Écrivain ruraliste, il a participé au Front de Mars (1939-1941) et à la rédaction de Magyar Nemzet. À la naissance du GNP, il se trouve à Debrecen et c’est lui qui rédige le Journal Officiel et, plus tard, Képes Világ (Monde Illustré). Président national de la MADISZ, il préside la délégation hongroise qui participe à Londres à la création de l’Organisation mondiale démocratique de la jeunesse (été 1945). La revue Valóság ne concerne pas directement la vie du PNP, mais ses articles variés et exigeants attirent beaucoup d’étudiants et de jeunes intellectuels. Mais cette popularité ne compense pas les difficultés matérielles et administratives du parti dans le domaine de la presse, où ses positions sont en plus affaiblies par le départ de beaucoup de journalistes paysans-nationaux vers la presse communiste.

  • 105 Entre 1900 et 1919, la revue mensuelle Huszadik Század (Vingtième Siècle) a constitué en Hongrie, (...)

137La situation est plutôt inverse pour les deux partis bourgeois qui n’ont pas eu leur place dans la coalition et qui sont sous-représentés dans la vie publique tout en conservant des positions assez importantes grâce à leur potentiel journalistique. Le quotidien Világ (Monde) du PDB (Parti démocrate bourgeois) publié de 1945 à 1949 se distingue par sa facture et son objectivité. Rédigé par Géza Supka, Világ était « le seul quotidien politique, dont le nombre d’exemplaires – et donc celui de ses lecteurs – dépassait considérablement le nombre des adhérents du parti qui éditait le journal ». Quant au PRH (Parti radical hongrois), il publie Haladás (Progrès), de 1945 à 1950, et relance Huszadik Század (Vingtième Siècle105).

138Comparés à la presse, le film et la radio occupent une place plus modeste mais non négligeable dans l’information et la propagande. Leur rôle est limité dans les campagnes puisque, au lendemain de la 2e Guerre mondiale, les deux tiers des villages hongrois ne sont pas encore électrifiés.

  • 106 PV/CM-GNP, A, 30/42, 25 mai 1945 et note 47, p. 479.
  • 107 PV/CM-GNP, B, 45/24, 16 août 1945 et annexe 45/c, p. 97-98.

139Dès l’été 1945, un décret du 7 juin 1945 annule les mesures prises après le 19 mars 1944 concernant le cinéma et rétablit les dispositions antérieures, remettant en particulier la censure des films dans l’attribution de la présidence du Conseil106. En août 1945, le ministre des Cultes et de l’Instruction publique, Géza Teleki, propose la création d’une commission nationale pour les affaires du cinéma. Il plaide en faveur d’une « direction unique des affaires du cinéma », qui se trouvent alors fragmentées entre plusieurs ministères (Intérieur, Industrie, Commerce et Transports, Finances, Affaires étrangères) et il en résulte que « le film hongrois, comme instrument de culture, échappe à la direction du pouvoir d’État hongrois…, le contenu des films, leur finalité n’étant définis par l’entreprise privée qu’en considération de critères commerciaux ». Pour défendre le point de vue esthétique et assurer au cinéma son rôle éducatif, Teleki propose l’installation d’une commission avec les représentants de tous les ministères intéressés et qui serait placée sous son contrôle. La commission prendrait des mesures, donnerait des conseils, ferait des propositions sur tout ce qui concerne le film hongrois : contenu, coût de la fabrication, temps de projection, etc.107.

  • 108 PV/CM-GNP, B, 64/26, 30octobre 1945 ; note 26, p.505 ; annexe 64/e et note 74, p.524.

140Teleki rassure ses collègues que la commission n’empiéterait pas sur le domaine de l’Intérieur (censure, ordre public) et que son fonctionnement ne donnerait pas lieu à des dépenses supplémentaires. Le débat est vif sur l’attribution du studio Hunnia, que le ministre de l’Industrie revendique. Bien que fortement allégé, le décret de Teleki provoque la protestation simultanée du Syndicat des ouvriers du film et de la Fédération de l’industrie du Cinéma hongrois, qui représente les employeurs. Ils considèrent le décret comme « dictatorial [...], entravant le développement libre et naturel du métier », et déclarent ne pas reconnaître la commission comme autorité. Finalement, Teleki aurait fait savoir aux intéressés en novembre 1945 qu’il annulait son décret108.

  • 109 PV/CM-GNP, A, 8 mai et 34/16, 3 février et 13 juin 1945 ; B, 57/44, 26 septembre, 1945 et note 47, (...)

141Une autre controverse est alimentée par l’attribution des salles de cinéma, car après la disparition d’un certain nombre de propriétaires, les comités nationaux, les maires, les partis, etc. ont accordé des licences aux titres les plus divers (syndicats, associations de jeunesse, etc.). Pour légaliser ces situations et y mettre de l’ordre, le ministre de l’Intérieur propose, en accord avec les propriétaires ou leurs représentants, que 80 % des salles pouvant contenir 250 personnes ou plus seraient attribuées aux partis et aux syndicats, tandis que l’exploitation de 80 % des salles plus petites reviendraient à des individus. Les bénéficiaires continueraient à payer les loyers et verseraient 15 % des recettes dans un fonds central de bienfaisance. Désormais seul le ministre de l’Intérieur pourra accorder de nouvelles licences. Le pourcentage à verser par les neuf catégories de bénéficiaires sera modifié plusieurs fois ; lors d’une séance du conseil des ministres en juillet 1947, le ministre de l’Agriculture réitère sa demande en vue de la création de cinémas ambulants pour les localités qui ne disposent pas d’électricité109.

142L’attribution des licences était l’objet de vifs débats entre les partis politiques. Dans l’ensemble, les salles étaient départagées en sorte que la prédominance communiste dans la capitale soit compensée par l’avantage donné aux Petits-propriétaires en province. La possession d’une salle de cinéma assurait non seulement des recettes appréciables, elle permettait aussi l’accès à un vaste public ainsi que l’utilisation des locaux en dehors des heures de projection pour organiser diverses manifestations.

  • 110 En septembre 1945 par exemple, le ministre de l’Industrie, Antal Bán, demande un crédit de 350 000 (...)
  • 111 H. Vass-K.L. Zalai, op. cit., 1992, p. 89.

143Outre les grands rassemblements, ce sont les actualités cinématographiques et les films documentaires qui assurent la « rencontre directe » entre la population et les grands leaders politiques, qui cherchent d’ailleurs à figurer le plus souvent possible sur l’écran du cinéma : la première place y est tenue par Tildy, suivi de Rákosi, Szakasits, Vas, Gerő et Veres. Aux actualités et aux documentaires s’ajoutent les films de propagande qu’on compte par dizaines110, ainsi que les « journaux animés » et les « chroniques en bandes dessinées ». Dans la fabrication des films d’actualités, le poids de l’entreprise MAFIRT (Industrie hongroise du Cinéma SA) contrôlé par le PC est vite compensé par les studios des partis concurrents : Orientfilm (PSD, qui contrôle aussi Hunnia), KIMORT (Cinématographie Petit-propriétaire SA), Sarlófilm (Film-Faucille du PNP111).

  • 112 Ibid.

144La présence de la CCA n’a pas peu contribué de son côté à enrichir la gamme cinématographique de l’information et de la propagande. Sont projetées régulièrement les Actualités françaises, anglaises, américaines et soviétiques. Ces dernières sont présentées sous six noms différents mais leur nombre reste en dessous des titres occidentaux112.

  • 113 Rapport du colonel-général I.V.Sikin sur l’activité de propagande anglo-américaine poursuivie en H (...)

145Un rapport secret soviétique113, révèle la supériorité incomparable des Occidentaux en la matière. Le document traduit aussi une sorte de résignation, comme s’il allait de soi que les Anglo-Américains s’installent à demeure. Ce sentiment apparaît nettement à la fin du texte où, de façon aussi spontanée, il va de soi pour l’auteur que les Soviétiques quitteront la Hongrie avec l’entrée en vigueur du traité de paix. Cette attente semble expliquer (outre les possibilités matérielles limitées des Russes et illimitées des Anglo-Saxons) que les Occidentaux apportent bien plus aux partis de droite que les Soviétiques au parti communiste.

146Dans son rapport, Sikin commence par s’inquiéter du renforcement de l’activité de propagande anglo-américaine en janvier 1947, dont le but est, dit-il, de « glorifier la démocratie occidentale, ses prétendus droits et libertés et ses avantages, afin de soutenir la politique réactionnaire du parti des Petits-propriétaires qui gouverne ». La propagande américaine est la plus active, poursuit-il. Les Américains entretiennent à Budapest, au centre-ville, un Institut culturel, qu’ils appellent modestement « Bibliothèque ». Celle-ci comprend plus de dix mille volumes en anglais et en hongrois, et elle est desservie par une salle de lecteurs vaste et bien équipée.

147Dans la grande salle de l’Institut, on organise régulièrement des concerts et des séances de projection pour diffuser gratuitement la musique et les films américains. La cinémathèque qui se trouve à cet endroit met à la disposition des entreprises, des institutions et des établissements scolaires des films d’information et de vulgarisation scientifique. L’Institut possède un fonds riche en disques américains, qui alimente la Radio de Budapest et les divers établissements culturels. L’ambassade américaine déploie aussi une grande activité dans le domaine de la propagande par les journaux. Son attaché de presse publie chaque jour un bulletin de radio. Les informations internationales des grands journaux hongrois de la droite sont pour la plupart rédigées d’après ces bulletins.

148L’attaché de presse de l’Ambassade américaine approvisionne également les journaux hongrois en articles et en photos. Ces derniers font connaître les résultats de la science et de la technique américaines, illustrent le niveau de vie élevé de la population des États-Unis, popularisent l’art américain, la manière de vivre américaine. En général, plus de la moitié des articles et des photos qui figurent dans les journaux hongrois proviennent des matériaux de propagande américains.

149L’appareil de l’attaché de presse diffuse en grandes quantités des livres américains en langue anglaise et hongroise. Les Américains offrent en cadeau des milliers de livres aux bibliothèques des associations, des syndicats, des écoles et des hôpitaux. En novembre 1946 par exemple, ils ont offert les livres suivants : « La vie et les discours de Truman », « Livre de poche de l’histoire des États-Unis », « Le soldat américain », « La politique étrangère et les buts des États-Unis » par Walter Lippman, « Comment vit l’Amérique », « Les pré-américains », etc. En outre, ils envoient régulièrement des revues illustrées brillamment présentées à des bibliothèques et à des personnes privées.

150Les Américains consacrent une attention particulière à la recherche des contacts personnels avec les personnalités éminentes de l’intelligentsia hongroise. Ils organisent souvent des réceptions pour les écrivains, les peintres, les acteurs et les personnalités politiques, de la droite en premier lieu. Inviter en Amérique pour un temps plus ou moins long des représentants illustres de la science et de l’art hongrois fait partie de leur pratique… On joue beaucoup de films américains dans les cinémas hongrois. Les films documentaires et de vulgarisation projetés avant le grand film ont un grand effet de propagande. Les films américains ont beaucoup de succès auprès du public hongrois.

151Le travail des organismes de propagande anglais ressemble beaucoup à celui des Américains. Mais les Anglais, contrairement aux Américains, ne cherchent pas seulement à nouer des liens étroits avec les représentants et les institutions des partis de droite, ils consacrent une grande attention aux sociaux-démocrates et cherchent les contacts personnels même avec les communistes. La propagande anglaise n’a pas la même ampleur que l’américaine. Les Anglais dépensent moins, mais il semble qu’ils veulent ouvrir eux aussi un Institut culturel à Budapest.

152L’organisme principal de la propagande anglaise en Hongrie, c’est le « British Council », qui importe une grande quantité de littérature anglaise. Dans les seuls neuf derniers mois de 1946, on a transporté d’Angleterre en Hongrie plus de 4 tonnes de livres. Une commission spéciale formée de directeurs de bibliothèques et de représentants ministériels s’occupe à répartir les livres anglais parmi les écoles, les bibliothèques et d’autres établissements. Le « British Council » possède une grande bibliothèque et organise des expositions de livres, que l’intelligentsia hongroise fréquente volontiers. Après les expositions, les livres sont cédés aux bibliothèques à des prix très réduits. Des revues anglaises illustrées peuvent être achetées dans tous les kiosques.

153Comme les Américains, les Anglais possèdent une riche cinémathèque et font des projections gratuites dans les usines, les institutions et les écoles. Entre octobre-décembre, ils proposaient des documentaires comme : « Établissements d’enseignement supérieur en Angleterre », « Les beautés naturelles de l’Écosse », « La vie des marins anglais », « Les écoles maternelles en Angleterre », « Les pompiers de Londres dans la guerre », etc. L’activité de l’attaché de presse est semblable à celle de l’ambassade américaine, mais à une échelle plus réduite ; il en est de même des échanges culturels et scientifiques. Par ailleurs, les associations hungaro-américaine et hungaro-britannique, qui fonctionnent surtout avec l’appui du parti des Petits-propriétaires, contribuent à populariser les Alliés occidentaux. À côté, la propagande soviétique est modeste.

  • 114 Des entretiens d’un représentant soviétique avec les principaux dirigeants du PC en avril 1947, on (...)

« À Budapest, nous faisons paraître le quotidien en langue hongroise Új Szó en 50 000 exemplaires et son complément hebdomadaire illustré en 25 000 exemplaires, précise le rapport. Mais l’étendue de la propagande soviétique en Hongrie n’est pas encore satisfaisante [...] Pour [la] renforcer, je trouverais nécessaire qu’on utilise le temps qui reste encore aux troupes soviétiques à stationner en Hongrie pour fonder une Maison de la Culture soviétique à Budapest. Après le départ des troupes soviétiques de Hongrie, nous pourrions remettre celle-ci à l’Association des Relations culturelles Pan-fédérale ou aux représentants d’une autre organisation civile en Hongrie. Le journal publié actuellement en hongrois par la Direction politique supérieure unifiée du Groupe d’armées du Centre pourra paraître plus tard comme organe de presse de la Maison de la Culture soviétique114. »

154La continuité avec l’ancien régime était la perspective naturelle du monde religieux, en sorte que le tableau des forces politiques et des moyens de diffusion des doctrines ne saurait se passer d’une vue d’ensemble sur les Églises, et particulier l’Église catholique, dont l’influence politique et l’emprise sur la société sont des plus décisives. Qui plus est, dans la mesure où la laïcité institutionnelle est inexistante, le domaine clérical et religieux constitue véritablement la matrice de la vie publique en Hongrie.

  • 115 J. Gergely-L. Izsák, op. cit., p. 164 sqq.

155Sous le régime Horthy, les Églises et l’État sont étroitement mêlés115, à l’image du fatras « néo-baroque » de l’idéologie chrétienne-nationale. L’administration de l’Église catholique dominante repose sur 17 circonscriptions ecclésiastiques entre 1920 et 1938 : 3 archevêchés (Esztergom, Kalocsa, Eger), 8 évêchés, 4 « gouvernements apostoliques », le diocèse autonome de Pannonhalma et l’exarchat de Miskolc.

  • 116 J. Gergely, Katolikus egyház, magyar társadalom 1890-1986 (Église catholique, société hongroise, 1 (...)

156Les membres du clergé sont présents dans les administrations locales, dans l’armée et l’assemblée législative. Depuis 1927, le haut clergé est représenté d’office à la Chambre haute, soit 22 membres après 1939. Deux fois chaque année, les évêques catholiques discutent en conférence les projets de loi qui touchent de près ou de loin aux intérêts de l’Église, comme les lois scolaires ou les lois sur les juifs116.

  • 117 Katolikus Agrárifjúsági Legényegyletek Országos Testülete (Corporation nationale des Associations (...)
  • 118 Ibid., p. 53.

157La puissance matérielle de l’Église catholique, c’est avant tout la propriété foncière. Son emprise sur la société est assurée par un grand nombre de cercles, congrégations, associations et syndicats chrétiens-sociaux. La KALOT117 (et KALÁSZ pour les filles) groupant les jeunesses agricoles, possède vers 1940, 20 écoles populaires supérieures et environ 500 000 membres. Il faut y ajouter les établissements scientifiques et littéraires, ainsi que la presse catholique, qui, toutefois, « était tout le temps au bord de la faillite, principalement parce que, en raison de leur peu d’intérêt et de leur prêchi-prêcha, les journaux ne se vendaient qu’en un petit nombre d’exemplaires118 ».

  • 119 J. Gergely, Az egyházak Magyarországon az Ideiglenes Nemzetgyülés időszakában (1944. december-1945 (...)

158Au moment de la tentative de décrochage, le clergé a, de toute évidence, mieux obéi que la police et les fonctionnaires à l’appel que le général Vörös lança le 10 novembre 1944 depuis Moscou, car les prêtres restèrent le plus souvent à leur place. On peut voir dans ce phénomène massif la preuve que « la politique de la main tendue » a bien fonctionné. En tout cas, les autorités hongroises et soviétiques tiennent beaucoup à obtenir les faveurs du pouvoir clérical119. Les Églises étant les seules institutions à avoir sauvegardé leur structure, leur personnel et leur influence idéologique et morale, la coopération des autorités ecclésiastiques est une aubaine pour le nouvel État qui aspire à la continuité.

159Dès l’étape de Szeged, l’Église catholique entoure la naissance du pouvoir : le 18 octobre 1944, le clergé local est autorisé à participer à un grand rassemblement par l’évêque de Csanád, Endre Hamvas, qui lui-même appellera la population à reprendre le travail et invitera le clergé et les fidèles à se montrer « compréhensifs et tolérants » à l’égard des changements sociaux à venir. À Szeged encore, le R.P. Balogh, politicien du PP et propriétaire du journal Délmagyarország, va jouer un rôle de premier plan dans la renaissance du pouvoir central. Quand, le 18 novembre, les troupes soviétiques arrivent à Kalocsa, l’évêque József Grősz reconnaît dans une circulaire l’assurance donnée par l’autorité occupante de préserver la liberté religieuse.

160À Debrecen, quand, après la bataille des blindés, les Russes occupent la ville, le commandant de la place prend contact tout d’abord avec l’évêque de l’Église réformée de la Tisza orientale, Imre Révész, et le prélat László Bánáss, homme de vaste culture connaissant outre les langues occidentales, le slovaque, qui lui permet de négocier directement avec les autorités militaires. Ces deux ecclésiastiques participent à la préparation de l’ANP et aux discussions qui précèdent la formation du GNP. Le président de l’Assemblée Béla Zsedényi est professeur à l’Académie de Droit luthérienne de Miskolc. Quand l’Assemblée sera au grand complet, il y aura parmi les 501 députés 15 hommes d’Église (8 réformés, 5 catholiques, 1 luthérien et 1 unitarien).

  • 120 Balogh (Margit), a kalot és a katolikus társadalompolitika 1935-1946 (La kalot et la politique soc (...)

161En décembre, un groupe de prêtres, dont Bánáss et Révész, signent un tract qui sera lancé au-dessus de Budapest par des avions soviétiques pour réconforter la population : les églises sont ouvertes sur le passage des troupes, les curés ne sont pas assassinés, ils se livrent sans danger à leur travail pastoral. Afin de préparer l’avenir de la KALOT en se rapprochant des représentants du pouvoir naissant et de ceux de « l’empire de Satan », le jésuite Jenő Kerkai, considéré comme le guide spirituel du mouvement, donne pour mission à József Ugrin et Töhötöm Nagy de traverser le front pour essayer d’obtenir du commandement de l’Armée rouge l’autorisation de poursuivre leurs activités. Ils doivent se rendre ensuite dans les villes et villages libérés et porter la bonne parole au nom du Parti chrétien démocrate populaire, officiellement déjà constitué (fin octobre 1944120).

162Töhötöm Nagy participe à la conférence inter-confessionnelle organisée par Bánáss et Révész à Debrecen les 8-9 février 1945, en vue d’élaborer un compromis entre le nouveau pouvoir et les Églises. L’Armée aussi offre un lieu de coopération, car dès la mise en place du ministère de la Défense, l’aumônerie militaire est reconstituée. Ce qui pose problème, c’est que les communistes prônent le système des Officiers éducateurs, sur le modèle soviétique. Quand l’aumônerie militaire est réorganisée, elle comprend 17 aumôniers catholiques, 17 protestants et 10 israélites.

  • 121 J. Gergely, op. cit., 1995, p. 200.

163La première conférence épiscopale catholique de l’après-guerre est convoquée pour le 24 mai 1945 par l’évêque de Kalocsa, József Grősz. La réunion, assez clairsemée, doit prendre position sur les questions les plus urgentes touchant au sort de l’Église. Cependant dès le 4 avril, suivant le vœu de la CCA, le Gouvernement a expulsé de Budapest le nonce Angelo Rotta (on se souvient que l’homme du pape était venu, lui aussi, cautionner la prise de pouvoir par Szálasi, lors de la prestation du serment par ce dernier), ce qui entraîne la non-reconnaissance du GNP par le Vatican. Il est donc certain que cette affaire explique pour l’essentiel la position officielle adoptée par les évêques catholiques hongrois. D’emblée, ils refusent de reconnaître l’ANP comme source juridique valable et considèrent donc les décisions du GNP comme illégales. Ils sont convaincus que le nouveau régime est provisoire, et ne durera tout au plus que jusqu’à la signature du traité de paix et le départ des troupes soviétiques121.

164Les évêques jugent inadmissible l’activité des organismes populaires et des Comités nationaux et condamnent les agissements de la police politique, qui exerce, disent-ils, « un véritable règne de terreur ». Ils critiquent aussi le caractère radical de la réforme agraire, qui n’a pas tenu compte du « point de vue de la production » et que le PC aurait utilisée pour fonder sa popularité. Dans la première version du mémorandum que la conférence prépare pour le GNP, et qui est rédigé par l’évêque de Veszprém, József Mindszenty, celui-ci considère toute la réforme agraire comme une entreprise de brigandage. Un autre rapport affirme que les « ruines morales » sont plus graves dans le pays que les ruines matérielles, du fait de l’ébranlement du respect des lois de Dieu, du principe d’autorité et des valeurs traditionnelles.

  • 122 Ibid., p. 207.

165Il n’est pas question en revanche pour l’Église catholique de procéder à quelque examen de conscience que ce soit, elle prend au contraire toute critique comme une atteinte à son autorité. En revanche, l’Église réformée aspire à la « repentance » et au « renouveau ». La lettre pastorale commune des évêques des quatre circonscriptions calvinistes, datée du 18 août 1945, parle de la responsabilité de ceux qui « ont détruit et pillé le pays, qui ont versé le sang des innocents, torturé et exterminé leurs frères humains à cause de leur origine, au service d’une diablerie ». On a abusé du mot chrétien, ajoute le document ; « en maints endroits, celui-ci est devenu synonyme de l’antisémitisme pratique122 ».

  • 123 L’Église évangélique de Hongrie connaît des difficultés après la guerre du fait qu’elle comprend u (...)

166Tout en insistant dans leurs déclarations sur la nécessité de soutenir l’action du GNP et la cause de la démocratie, les Églises réformées et évangéliques123 manifestent clairement qu’elles n’envisagent pas de faire de la religion une affaire strictement privée. Et, tout comme la hiérarchie catholique, elles semblent convaincues du caractère temporaire du nouveau pouvoir et des changements révolutionnaires, et insistent sur l’enseignement obligatoire de la religion à l’école, le choix des livres, etc.

  • 124 Seul le programme du PDB prévoit que « la religion est une affaire privée ». L. IZSÁK, Polgári ell (...)

167Du côté du pouvoir, si certains titres et privilèges cléricaux sont supprimés (seigneur banneret, préfet héréditaire, conseiller de la couronne, conseiller secret…), la question de la séparation des Églises et de l’État n’a pas été soulevée par les partis de la coalition124. Mais la politique ecclésiastique du gouvernement va connaître un tournant après l’avènement de Mindszenty à la tête de l’Église catholique, le 16 septembre 1945. Le GNP avait discuté l’affaire et nommé ses candidats, conformément à l’accord de 1927 avec le Vatican, qui reconnaissait à l’État le droit de désigner les personnes de son choix. Six candidats sont effectivement avancés par le gouvernement, mais aucun n’en sera retenu par Pie XII : à la surprise générale, son choix porte sur la personne de Mindszenty, évêque de Veszprém.

168Connu comme un prêtre fanatique, ascète et légitimiste, Mindszenty a acquis à la suite de sa mésaventure avec les Croix-fléchées et sa libération par les troupes soviétiques une réputation politique, qui le rend acceptable malgré tout pour le GNP. Pourtant, le sermon d’investiture qu’il prononce le 7 octobre 1945, ne présage rien de rassurant pour l’avenir de la coopération entre l’État et l’Église catholique. Il parle en effet de « fils égarés » et de « tourbillon juridique », au-dessus duquel il sera le « Pontifex » vers l’ordre constitutionnel : il se considère comme l’homo regis, représentant du roi, et, en l’absence de celui-ci, la dignité la plus importante du pays.

  • 125 L. Izsák, op. cit., 1983, p. 44-61 ; 1985, p. 426 sqq. J. Gergely, A politikai katolicizmus Magyar (...)

169Il en fait la preuve en adressant un message de fidélité à Othon de Habsbourg, qu’il considère comme le roi héréditaire de la Hongrie. Déterminé à jouer un rôle à la hauteur de cette prétention, le prince-primat ne cessera d’intervenir avec toute sa fougue dans la vie publique, en commençant par la réorganisation du Parti catholique125. Ce travail avait été entrepris dès le printemps 1944 à l’initiative du comte József Pálffy et avec la collaboration des dirigeants de la KALOT, approuvés par le primat Serédi, pour aboutir à la mi-octobre à la création du Parti démocrate chrétien populaire (PDCP).

170L’adaptation est difficile pour un mouvement qui s’est identifié avec le régime Horthy. Ses organisateurs, qui ont appartenu à des mouvements catholiques de droite comme László Varga ou Margit Schlachta, choisissent d’ailleurs pour chef le comte Pálffy, à la fois pour sa participation à la résistance et ses bonnes relations avec l’Église, alors que les « catholiques progressistes » auraient préféré le journaliste István Barankovics, connu pour ses idées démocratiques. Le programme, élaboré par deux dirigeants de la KALOT, Jenő Kerkai et József Ugrin, est rendu public en janvier 1945 : la défense des valeurs traditionnelles et des libertés de l’individu, des intérêts de l’Église, de l’initiative privée en économie, et l’affirmation que la religion doit être une affaire publique et non seulement privée, en sont les principaux éléments.

  • 126 Voir infra Chap. V., p.200 sqq. sur la politique juive de Horthy.

171Le PDCP veut avec les autres partis apporter son concours au relèvement du pays, mais étant donné la lourdeur de son héritage politique, les communistes puis le CN de Budapest et le Gouvernement s’opposent à ce qu’il entre dans la coalition. Il continue cependant à se développer sous le nom de Parti démocrate populaire (PDP), où Pálffy assume l’héritage en question, alors que selon Barankovics les jeunes intellectuels catholiques désapprouvent plutôt « la politique chrétienne erronée et insensée poursuivie pendant 25 ans126 ».

172La conférence épiscopale du 24 mai déplore la division du camp catholique et se demande s’il convient de soutenir la cause du PDP ou s’il est plus judicieux de se battre au sein du PP. L’un n’excluant pas l’autre, elle décide de porter ses efforts sur le soutien à Pálffy. Les incompatibilités, à la fois personnelles et politiques, ne tardent cependant pas à se manifester entre les deux principaux dirigeants, Pálffy lorgnant vers les Anglo-Saxons pour réaliser la démocratie tandis que Barankovics, conscient de la situation nouvelle, veut atteindre le même objectif en se montrant plus compréhensif envers les forces plébéiennes et l’Union Soviétique.

173Pendant que ces deux leaders rivalisent pour les faveurs de Mindszenty, celui-ci veut éviter la cassure du PDP en demandant à Dezső Sulyok de prendre en main la direction du parti. Après le refus de Sulyok, qui craint d’aggraver les divisions, le cardinal cherche encore d’autres solutions mais, les élections s’approchant, le Comité national central, qualifié pour homologuer les partis, opte pour la variante Barankovics du PDP, qui est de « caractère progressiste » et moins liée au clergé catholique.

174Dans son programme rendu public le 25 septembre 1945, le « PDP de gauche » se réclame du droit naturel et de l’évangile et se présente comme n’étant ni confessionnel ni parti de classe, pour être au service de « l’homme total ». Il rejette « la pensée politique pseudo-chrétienne » pour le bien même de la chrétienté, etc. Plus concrètement, il défend l’autonomie administrative, le régime parlementaire, les libertés individuelles et ne cherche pas à réviser la réforme agraire, tout en souhaitant l’indemnisation des propriétaires. Sur les points fondamentaux que sont ici la séparation des Églises et de l’État et la question de l’enseignement, Barankovics partage les positions de tous les courants cléricaux.

175Si la victoire du PP aux municipales de Budapest est considérée comme celle des « masses chrétiennes », le débat n’en continue pas moins sur la nécessité d’un parti catholique proprement dit. Mindszenty et son clergé se montrent extrêmement actifs dans la propagande électorale qui précède les législatives du 4 novembre, et la conférence épiscopale des 17-18 octobre prend position, « faute de mieux », pour le soutien des Petits-propriétaires et adopte la fameuse lettre pastorale de Mindszenty.

  • 127 PV/CM-GNP, B, 42/40, 1er août 1945 et note 32, p. 19.
  • 128 Dès le mois d’avril, le CNB a attiré l’attention sur « le rôle communément admis du système d’éduc (...)

176Au nom de la « démocratie pure » et des droits naturels, se référant précisément au discours pontifical de Noël 1942, le cardinal y passe en revue les principaux griefs de son Église et appelle les électeurs catholiques à voter pour celui qui représente « la pureté morale, le droit, la justice et l’ordre », et à ne pas se laisser impressionner par « les menaces des fils de la méchanceté ». Le point le plus douloureux, c’est le décret sur la dissolubilité du mariage, « pilier fondamental d’une existence sociale saine », auquel les partis « ont osé toucher sans autorisation et sans compétence127 ». Viennent ensuite la dénonciation de la réforme agraire, pour son « esprit de vengeance », celle des internements par la police et de l’action gouvernementale visant à transformer l’esprit de l’enseignement scolaire128.

177La réaction des partis est rapide. Pour Szakasits, la lettre est une attaque grave contre la démocratie, un geste vigoureux de la réaction, qu’il faut rejeter avec fermeté. Tildy veut condamner l’immixtion du primat dans les élections, sans attaquer l’Église : le gouvernement doit faire preuve de « la pondération et la sagesse » que le cardinal n’a pas su avoir, dit-il. Imre Csécsy, du Parti radical, « s’inquiète avec gravité » du passage qui concerne le mariage, tandis que Rákosi et Darvas (PNP) déplorent que la lettre soit dirigée essentiellement contre les partis ouvriers, qui ont tout fait pour préserver la bonne entente avec les Églises.

  • 129 PV/CM-GNP, B, 65/2, 2 novembre 1945.

178Le R.P. Balogh demande que la réponse soit d’un ton plutôt conciliant que combatif. Signée par les représentants des cinq partis en présence du Premier ministre, la réponse rejette l’attaque ouverte contre la démocratie et regrette les excès et la partialité de la lettre pastorale129. Celle-ci devait être lue néanmoins dans chaque église catholique le 1er novembre et, d’après le primat lui-même, son effet fut décisif sur l’issue des élections.

179C’est avec le même acharnement que Mindszenty combat la république quand cette question vient à l’ordre du jour. Outre ses démarches auprès des dirigeants du PP, il se rend à Rome le 30 novembre 1945 pour obtenir l’assentiment de Pie XII à son projet de restauration de la monarchie. Il s’entretient aussi avec les représentants de l’émigration horthyste, mais le pape ne donne pas officiellement son accord. De même, la conférence des évêques tenue le 20 décembre, se contente de demander qu’on ajourne le débat sur la forme constitutionnelle de l’État, sans prendre parti pour la royauté.

  • 130 J. Gergely, op. cit., 1977, p. 251-258.
  • 131 J. Gergely, op. cit., 1989, p. 51.

180L’épiscopat active surtout le développement des organisations catholiques de masse, qui n’ont pas été dissoutes par le GNP : KALOT, KALÁSZ, Association des jeunes Filles et Femmes travailleuses, Alliance populaire, Société des jeunes Ouvriers chrétiens, etc. En l’absence d’un parti catholique spécifique, la mission politique de tous ces mouvements est revalorisée. Dès la fin de décembre 1945, Mindszenty les appelle à reprendre un travail méthodique, coordonné130. Depuis le milieu des années 1930, la fonction de coordination revient à Actio Catholica, centre pour tous les mouvements catholiques, directement subordonné à la hiérarchie. En principe il est apolitique, en réalité il adopte les positions de l’épiscopat, et souvent il est situé plus à droite131. C’est dans ce cadre que, suite à la décision des évêques, on met en place en 1946-1947 l’Association des Parents catholiques, destinée à défendre l’école confessionnelle et l’enseignement obligatoire de la religion à l’école.

181Les dirigeants jésuites de la KALOT, qui est de loin le mouvement catholique le plus important et qui a mené campagne pour les Petits-propriétaires lors des élections, se détournent par la suite de l’intransigeance de Mindszenty. À l’été 1946, Töhötöm Nagy expose dans une longue lettre au primat la conduite que son mouvement pense adopter dans l’avenir en politique : coexistence pacifique à l’extérieur et à l’intérieur, où on renonce à créer des situations de guerre civile, acceptation de la réforme agraire et des réformes sociales, soutien de la République contre les partisans de la restauration des Habsbourg.

  • 132 Vida (István), Adatok az 1946 nyári koalíciós válság történetéhez (Contribution à l’histoire de la (...)

182Pour Mindszenty, cette lettre est une « infamie » et il rompt avec la KALOT. À la même époque, dans le climat général qui se dégrade, les rapports entre l’État et l’Église catholique se détériorent aussi. « La presse catholique était remplie de plaintes et devenait de plus en plus agressive […] elle pressait de réparer les préjudices subis par le clergé […] En outre, l’Église organisait des actions religieuses de masse, des défilés, des pèlerinages, des processions. Le prince-primat prononçait pratiquement chaque semaine des discours critiquant les conditions de la démocratie populaire132. »

  • 133 I. Izsák, op. cit., 1985, p. 435.

183Abandonnant l’idée de réactiver le PDCP et le PDP, qu’il considère comme liés désormais à Moscou, le cardinal remet alors à l’ordre du jour la création d’un nouveau parti catholique. Dans une lettre datée du 19 juin, il demande l’avis de Ferenc Nagy, qui pense qu’il n’y a pas d’obstacle devant un tel projet mais que pour l’opinion publique le PDP répond parfaitement aux « besoins de notre société catholique hongroise133 ». En tout cas, le projet devient caduc à cause des événements : l’attentat du 17 juin en plein centre de Budapest contre des soldats soviétiques, suivi de la « lettre Sviridov » et de la dissolution de 1 000 à 1 500 organisations de droite, dont 20 mouvements catholiques dès le début de juillet 1946.

  • 134 J. Gergely, op. cit., 1989, p. 117.

184Sont notamment dissous 631 groupes locaux de la KALOT (environ 100 000 membres), 576 organisations de la KALÁSZ, l’Emericana groupant quelque 10 000 étudiants catholiques, l’organisation de la Jeunesse ouvrière catholique qui compte peut-être 30 000 adhérents134. Du coup, l’épiscopat est privé des masses structurées qui auraient pu lui fournir la base sociale pour le nouveau parti. Toutefois, peu après la dissolution de la KALOT, le ministre de l’Intérieur convoque les dirigeants du mouvement pour les assurer qu’ils peuvent réorganiser celui-ci sous un autre nom et avec une direction démocratique.

185Malgré l’opposition de Mindszenty, le corps épiscopal accepte cette initiative le 20 juillet 1946 et le 11 août le mouvement est reconstitué sous le nom de KAPSZ (Association de la Jeunesse paysanne catholique). Dans la direction, les Jésuites sont relégués au second plan, mais dans la mesure où ce sont eux que le Vatican soutient moralement et matériellement, ils dirigent réellement la nouvelle organisation. Cette évolution ne satisfait pas le chef de l’Église catholique hongroise, malgré d’autres gestes conciliants du gouvernement (comme l’autorisation de la grande procession du 20 août, à l’occasion de la fête de Saint-Étienne), et ses rapports avec l’État restent mauvais.

  • 135 Op. cit., p. 370. F. Nagy, op. cit., t. 1, p. 394. S. Balogh-É. Szabó, op. cit., 1994, p. 58.

186Ils connaissent même une nouvelle aggravation au printemps 1947, autour du projet de l’enseignement facultatif de la religion à l’école, bien que Rákosi se dise surpris en évoquant la conférence inter-parti de mars 1947, où les Petits-propriétaires ont, de façon inattendue, proposé de rendre facultatif l’enseignement de la religion à l’école. Il présente l’affaire comme une provocation135.

187Quoi qu’il en soit, le projet donne lieu à une campagne de protestation virulente de la part de l’Église catholique. À la suite d’une nouvelle lettre pastorale de Mindszenty, toute la machine cléricale se met en marche et les innombrables lettres, pétitions, télégrammes adressés aux diverses instances du pouvoir civil (Gouvernement, Assemblée nationale, directions des partis) finissent par charrier toutes les récriminations du clergé catholique. Dans les écoles, les professeurs de religion font rédiger des « lettres de fidélité » par les élèves ; à Szeged, il y a des manifestations d’étudiants, suivies d’arrestations.

  • 136 PV/CM-Dinnyés, 1/4, 2 juin 1947 et notes 10-11, p. 114-115.

188Après l’émigration de Ferenc Nagy, le nouveau Premier ministre, Lajos Dinnyés, parle dans son discours-programme de ceux qui « dans un passé récent, ont fui lâchement leur responsabilité […] après avoir jeté dans la vie politique hongroise la question de l’enseignement facultatif de la religion, perturbant ainsi la paix de l’âme dans les couches croyantes de notre peuple… » La question ayant été abordée dès la première séance du nouveau gouvernement, Rákosi propose de ne plus en parler avant le rétablissement des relations diplomatiques avec le Saint-Siège et la venue du nonce. Ce qui adviendra après le tournant136.

189« Pour l’essentiel, la gauche est sortie perdante du combat dans la politique ecclésiastique », constate L. Izsák. L’affrontement est aussi sévère dans l’affaire des manuels scolaires, car pour s’opposer au projet du gouvernement d’instaurer des livres unifiés, la hiérarchie catholique annonce la sortie de 19 nouveaux manuels pour la rentrée de septembre 1947. Pour elle, c’est le même problème que l’enseignement facultatif de la religion, alors que Rákosi pense qu’il faut mettre ici l’Église devant le fait accompli.

190Lors du conseil des ministres d’avril qui discute le projet de décret présenté par le ministre Ortutay sur les nouveaux manuels, Gerő rappelle que les matières comme les mathématiques et la physique sont moins en cause que l’histoire, la littérature hongroise et les livres de géographie. Au ministre de la Justice qui insiste sur la nécessité de prendre en considération la spécificité des écoles confessionnelles, Ortutay fait état de ses entretiens « avec les deux Églises » : aucun accord n’est possible avec l’Église catholique, qui se montre inflexible et qui refuse toutes négociations. Dès le 2 octobre 1946, en effet, Mindszenty a protesté contre le monopole de l’État sur l’édition des livres scolaires et contre l’obligation d’utiliser les manuels unifiés dans toutes les écoles. Quant aux Églises réformées et luthérienne, là aussi les conversations ont révélé qu’elles s’opposent à la suppression du libre choix des manuels.

  • 137 ANH, XIX-A-83-a, b. 18, PV/CM-F. Nagy, 173/50, 24 avril 1947. PV/CM-Dinnyés, 3/37, 4/71 et 21/33, (...)

191Le décret du 22 juin 1947 prescrit l’introduction des nouveaux manuels à partir de l’année scolaire 1947-1948, « dans toutes les écoles primaires, écoles populaires, écoles secondaires et spécialisées. En font exception les livres utilisés pour l’enseignement moral et religieux ». C’est le 28 août 1947 que le ministre présentera, avec solennité, les nouveaux manuels scolaires unifiés, dans les locaux de l’Imprimerie Universitaire. Il annonce que plus de cinquante types différents de livres seront à la disposition des écoles primaires en 2 millions d’exemplaires137.

192Finalement, ce que l’État n’a pu obtenir dans le débat sur l’enseignement religieux facultatif, il l’atteint dans une certaine mesure par le truchement des manuels scolaires, en séparant le cas de l’enseignement religieux et moral des matières où le point de vue clérical et religieux exerçait dans le passé son rôle éducatif et son influence sur les mentalités et la vie publique. Ce processus sera poursuivi avec l’abolition en 1947 de la distinction entre confessions « légales » et « reconnues ».

  • 138 PV/CM-Dinnyés, 9/14, 10 juillet 1947 et Annexes 9/a-b, p. 487-490.

« Cette différence de traitement à l’égard des différentes confessions religieuses serait d’autant plus intenable dans l’avenir, dit le texte, que tant dans les États voisins que dans les grandes démocraties, les règles juridiques qui régissent les rapports entre les Églises et l’État ne font pas de différence entre les confessions, qu’il s’agisse du contenu ou des modalités relatives à la situation juridique, à la protection légale et au contrôle de l’État sur les confessions. Ces arguments justifient que les distinctions préjudiciables présentes dans notre législation entre confessions légales et reconnues soient abolies138… »

  • 139 Parmi les lieux significatifs, l’inquiétude exprimée par un responsable local du PC accueillant Ma (...)

193Mais l’Église catholique reste une force politique et sociale de premier ordre139. Regrettant l’ingratitude du clergé à l’égard de son parti (qui a refusé l’esprit de croisade, reconstruit les églises, etc.), son immixtion dans les luttes électorales, ainsi que la propagande politique incessante menée depuis la chaire, les écoles et par l'intermédiaire de ses associations, le communiste Aladár Mód expose dans une étude que, malgré l’expropriation de ses 800 000 arpents (plus de 450 000 ha), l’Église catholique a conservé

« [...] un pouvoir énorme entre ses mains [...] À l’exception de l’Espagne, observe-t-il, nulle part dans le monde l’Église ne dispose d’un réseau scolaire aussi fort et indépendant.
En Tchécoslovaquie et en Yougoslavie, les écoles confessionnelles ont été nationalisées, et en Roumanie 2 % seulement des écoles sont confessionnelles, alors que chez nous, même le prétendu droit de contrôle par l’État est illusoire, et le portier d’une école confessionnelle a plus d’influence dans son établissement que l’inspecteur d’académie. Certes, celui-ci est reçu avec politesse, tout autant que ses inspecteurs, leurs conseils sont écoutés, mais ne sont pas nécessairement exécutés. Il est de notoriété publique que le cardinal-primat a ignoré le décret ministériel sur l’enseignement du latin à l’école primaire [...] On a interdit [en vue du centenaire de 1848] aux commissions de commémoration des écoles catholiques de prendre contact avec les commissions non catholiques [...] Les enfants sont éduqués dans l’esprit du martyr [...] en province, les instituteurs de gauche sont congédiés ou mutés… »

  • 140 Mód (Aladár), Egyház és demokrácia (Église et démocratie), RS, décembre 1947.

194Mód rappelle aussi que dans le passé, l’Église catholique a soutenu tous les pouvoirs, « et elle n’a pas déclaré la guerre à l’État de Sztójay et de Szálasi ». L’explication en est qu’aucun de ces gouvernements n’a touché à la grande propriété et à la puissance économique de l’Église140.

195Sur le terrain des luttes politiques, la dislocation du PP est suivie, en vue des élections de fin août 1947, de nouvelles tentatives pour reconstruire le parti chrétien. Parmi les 11 partis autorisés figure le PDP de Barankovics, qui, refusant de se soumettre entièrement à la hiérarchie, n’obtient toujours pas l’appui de Mindszenty. Les tentatives de réaliser l’unité entre les divers courants catholiques ne réussissent pas non plus, bien que, en réalité, le PDP parvienne à résorber l’aile catholique du PP. Aux élections, le parti de Barankovics devient, à la surprise générale, la deuxième force politique du pays.

196La question de l’entrée dans la coalition est alors posée. Loin d’être d’accord avec Mindszenty, Barankovics ne veut pourtant pas rompre avec son Église. Lors de la conférence de son groupe parlementaire à Hévíz les 12-14 septembre 1947, les divisions réapparaissent entre les différents courants. Très rapidement, comme les autres partis, le PDP entre en déclin et en décomposition. Outre les facteurs internes, ce processus obéit plus ou moins à l’évolution générale, que l’on retrouve aussi bien dans le sort des nouveaux types de pouvoirs nés de l’effondrement de l’ancien régime.

L’expérience de la démocratie ouvrière : les comités d’usine (CMUS)

  • 141 Vida (István), A közvetlen demokrácia és formái a népi demokratikus forradalom időszakában (1944-1 (...)

197En 1944-1947, la vie des partis et les formes d’expression habituelles de la démocratie formelle sont intimement mêlées en Hongrie à l’exercice de la démocratie directe141, dont la vitalité suffirait à distinguer l’époque de celle qui la précède et celle qui la suit. L’automne 1944 où apparaissent les comités à vocation administrative, au sens large, voit aussi naître les comités d’usine. Ils prennent la relève des propriétaires, des directeurs et parfois du personnel d’encadrement, absents au moment de la débâcle. Ainsi, la remise en marche des ateliers est activée à la fois par l’autorité militaire soviétique et les ouvriers les plus entreprenants, appartenant en général au PSD et au PC clandestin.

  • 142 I. Vida, op. cit., 1986, p. 67-68.

198L’Armée rouge assure les transports, l’approvisionnement en matières premières, l’organisation du travail et souvent le ravitaillement des ouvriers. Pour accélérer le démarrage, elle veut également associer les patrons. Dix jours après la libération de la capitale, la commandature de Budapest convoque les représentants de la FNI (Fédération nationale des Industriels), du Crédit général et des usines Weiss-Manfréd (WM) pour s’entretenir avec eux de la reprise industrielle. L’armée a besoin des produits issus des constructions mécaniques (wagons, locomotives, ateliers mobiles, pièces détachées pour chars et camions, éléments de ponts, outillage pour le génie, etc) et des industries légère et chimique pour les fabrications les plus diverses : lampes de radio, armes légères, pneus, essence… Les trois-quarts de la production industrielle du pays sont utilisés par l’armée soviétique au cours du printemps 1945142.

  • 143 Ibid., p. 69.
  • 144 Cette vue d’ensemble sur les comités d’usine s’appuie principalement sur l’ouvrage cité plus haut (...)

199Au cours de ses interventions, l’autorité militaire occupante a le plus souvent affaire comme interlocuteur, à un comité d’usine (CMUS). Expression caractéristique de la démocratie ouvrière, ces organismes sont, à la fin du printemps 1945, au nombre de 4 000 environ, avec 15-20 000 ouvriers ayant directement pris des responsabilités. Situés en général plus à gauche que les partis ouvriers et cherchant à se constituer en pouvoir propre, les comités feront l’objet d’un effort constant de la part des industriels et du pouvoir central pour les maintenir dans un rôle purement consultatif143. Les documents étudiés témoignent suffisamment de l’ampleur du mouvement et des enjeux qu’il représente, et permettent de donner une vue générale sur les origines, le fonctionnement et l'évolution de cette forme d’organisation ouvrière144.

200Le premier des CMUS est né à Szeged, dans l’usine de Filature de chanvre, pendant les jours qui ont suivi la libération de la ville, entre le 15 et le 20 octobre 1944. Ils se multiplient ensuite dans cette ville puis, avec le déplacement du front, dans les autres régions, à Debrecen, Miskolc, Diósgyőr, Baja, Pécs, Salgótarján… ; dans la capitale libérée, on en compte un grand nombre dès la mi-février. Au début, les dénominations sont variées : commission de production, commission exécutive, conseil d’usine, commission ouvrière, conseil ouvrier, comité d’usine, commission ouvrière des cinq, élection d’usine, comité directeur d’usine, conseil d’usine des cinq, conseil de production, corps des officiers d’usine, comité exécutif ouvrier…, ce qui montre à l’évidence qu’aucune directive centrale ou étrangère au monde ouvrier ne saurait expliquer l’éclosion d’un mouvement général de la classe ouvrière hongroise à la libération.

  • 145 Créées en juillet 1944 par un décret du ministre de l’Industrie, les délégations étaient destinées (...)

201Pour en éclairer les origines, les historiens ont montré la présence de différentes traditions ou expériences, qui avaient favorisé l’esprit d’initiative et l’action indépendante : la survie du syndicalisme sous le régime Horthy et le rôle de la social-démocratie dans le maintien de la conscience de classe, l’existence de groupes de résistance s’opposant au démantèlement des usines au moment de la débâcle, ainsi que les souvenirs de la République des Conseils et des « organismes ouvriers autrichiens, dont les expériences pratiques étaient encore assez vivantes dans quelques secteurs de la classe ouvrière pour prendre corps à l’automne 1944, dans des circonstances nouvelles ». Il arrive aussi que les comités résultent de la transformation des délégations ouvrières horthystes mises en place par le gouvernement Sztójay pendant l’été 1944 selon les recettes du corporatisme ambiant145. Il faut y ajouter encore l’action des militants communistes qui, dans la capitale, ont créé des CMUS clandestins.

  • 146 Chez Roessmann-Harmatta SA (tuyauteries et constructions mécaniques) à Budapest, un ancien communi (...)

202Si les deux partis ouvriers sont les plus intéressés dans la réorganisation industrielle, ils ne sont guère présents en tant que tels dans les premiers mois du démarrage, le PC en particulier étant tout investi dans la reconstruction de l’État. Jusqu’en janvier 1945, ou même plus tard, l’affaire des comités d’usine repose sur les militants les plus chevronnés, qui d’ailleurs sont souvent les mêmes que le délégué syndical et le représentant ouvrier au Comité national. Le procédé le plus fréquent dans la mise en place de la « première génération » des CMUS consiste en une sorte d’auto-proclamation, que viennent confirmer ensuite telle ou telle autorité provisoire, et presque toujours le commandement militaire soviétique146.

203Les directions des partis s’efforcent ensuite d’ « homogénéiser » le mouvement et, à l’échelon gouvernemental, elles commencent à travailler sur le décret qui devra réglementer la vie des comités. En ce qui concerne le PC, le 23 et le 25 janvier 1945 sont réunis les secrétaires communistes de la région de Pest et ceux des arrondissements de la capitale, qui décrivent en détail la situation dans les usines et prennent connaissance des mesures gouvernementales en préparation. À la direction centrale du parti, une « division pour l’organisation des usines » créée pour les besoins de la cause, s’occupe de la coordination.

  • 147 Parmi les exemples cités : Usines de porcelaine Granit à Kispest ; Robert Bosch SARL à Budapest (p (...)

204Au PSD, dont les militants ont souvent été à l’origine de la remise en marche des ateliers147, on assiste à la même époque à une activité semblable. À partir du 23 janvier, la direction social-démocrate de Budapest convoque régulièrement les présidents et les secrétaires des comités d’usine ainsi que les secrétaires locaux du PSD, et, à la mi-février, on crée une division spéciale pour délivrer notamment des lettres de mission aux ouvriers chargés spécialement de l’organisation des CMUS. Comme le PC, le PSD possède des relais efficaces dans les syndicats et les comités nationaux (dont la force d’initiative décline cependant avec le décret 14/1945), et c’est le ministre social-démocrate F. Takács qui est le maître d’œuvre du décret destiné à réglementer la vie des comités d’usine.

  • 148 CMUS, p. 161-162. AD, II, p. 227-228.
  • 149 CMUS, p. 325-326. PV/CM-GNP, A, 6/12, 25-26 janvier 1945.
  • 150 Exemple caractéristique à Budapest, le Service municipal de distribution des Eaux. CMUS, p. 250-25 (...)

205L’autonomie des partis est malgré tout relative, puisque leurs initiatives sont chaque fois communiquées ou soumises à la confirmation de diverses autorités, le plus souvent les CN148. Si en dehors des entreprises industrielles et minières, beaucoup de services publics : hôpitaux, universités, écoles, établissements de bain et même certains théâtres149 créent leurs propres comités, le contrôle ouvrier ne s’instaure vraiment que dans les secteurs productifs, dans le commerce et en partie dans les organismes financiers. Autant dire que les travailleurs manuels forment la majorité des CMUS. Comme les grands services publics et les entreprises industrielles importantes se composent d’un nombre variable d’unités de service ou de production (annexes, dépôts, ateliers, etc.), beaucoup de CMUS prennent une allure pyramidale, avec un « comité d’usine au sommet150 ».

206Sans être exclus tout à fait des comités, les cadres techniques et administratifs ne jouissent pas d’une bonne réputation auprès des ouvriers, en raison de leur dévouement passé au régime Horthy et à la cause patronale. Mais l’hostilité ambiante vis-à-vis des cadres n’empêche pas qu’en certains lieux (Industrie cotonnière, Usines de chaussures Grácia à Szeged, Fabrique de carrosserie automobile des Frères Uhri, Matériaux de construction Antal Sorg SA, etc.) même les propriétaires ou les PDG soient élus dans les CMUS. Outre le loyalisme des ouvriers, cette « collaboration de classes » s’explique par l’application à la lettre du mot d’ordre de « large union démocratique » cher au PC, ainsi que par la pénurie des compétences techniques et l’attitude des commandants soviétiques, qui souhaitent dissiper le sentiment anti-capitaliste des ouvriers.

  • 151 CMUS, p. 22 et I. Vida, op. cit., 1982, p. 58.

207Dans l’ensemble, les éléments communistes sont très majoritaires dans les premiers CMUS, et malgré les élections ultérieures qui font augmenter la part des sociaux-démocrates, le PC aurait gardé ses positions acquises151. Quant aux Petits-propriétaires, dont la base sociale est faible dans l’industrie, ils sont assez bien représentés dans les CMUS des banques, de la Poste et des Chemins de fer et des sièges sociaux des entreprises industrielles.

208Les statuts rédigés par les premiers CMUS présentent une diversité assez semblable à celle des comités eux-mêmes. Parmi les droits et les obligations le plus souvent rencontrés, on trouve l’inventaire et l’état des lieux dans les usines, la mise en marche de la production et la restauration de la discipline du travail, le maintien du contact avec le commandement militaire russe, la protection de l’usine et tout ce qui touche au sort des ouvriers : ravitaillement et santé, embauches et licenciements, apprentissage, etc. On peut admettre que les règlements formulés dépendent pour l’essentiel de l’idée que les comités se font de leurs rapports avec les directions et du statut juridique des entreprises.

209Le cas le plus général serait celui où les ouvriers ne mettent pas en cause le droit de propriété. Croyant, semble-t-il, qu’il s’agit d’une situation provisoire, ils veulent seulement partager la direction, bien que celle-ci soit en général mal définie et que souvent les patrons ou leurs représentants, quand ils sont restés dans le pays, n’apparaissent qu’avec retard dans leurs entreprises. L’intention de respecter les droits de ces derniers apparaît nettement dans une lettre d’information adressée le 21 novembre 1944 au bureau du maire de la ville de Szeged par le CMUS de la Fabrique de chaussures Sud-Hongrie SA :

« Le conseil d’usine n’est pas le propriétaire, dit ce texte, il dirige seulement l’entreprise, à l’exception des rapports juridiques concernant le droit de propriété, au sujet duquel c’est l’organisme compétent de l’État ou de la ville qui a le droit de décider. Il dirige et contrôle le travail de tous les employés de l’entreprise. Son devoir : a. La préservation et l’augmentation des biens de l’entreprise. b. La satisfaction des besoins sociaux des travailleurs de l’entreprise. Les membres du conseil d’usine doivent avoir un travail qui ne les empêche pas de diriger et contrôler l’entreprise. »

  • 152 CMUS, p. 160. et légende p. 160-161. Mais connaître l’identité du propriétaire ne va pas de soi. À (...)
  • 153 On dit à l’époque « propriétaire » (tulajdonos) ou « actionnaires » (részvényesek) et les termes c (...)

210Ce document pourrait être d’autant plus significatif qu’on a rédigé des textes identiques dans sept autres usines de Szeged152. Ainsi, la présence de tant de documents semblables dans la même localité, qui fut en plus le premier foyer de diffusion des mots d’ordre « front populaire » des dirigeants communistes revenus de Moscou, peut faire douter de l’authenticité des initiatives ouvrières dans les usines en question. D’ailleurs, c’est le maire qui prévient ici la commission syndicale et les directions des entreprises concernées pour signifier qu’il a pris connaissance des CMUS et qu’il les confirme dans leurs fonctions. Or, dans la plupart des cas, les documents mettent en présence les CMUS et les « chefs d’entreprise153 » (ou assimilés), ce qui permet d’emblée une classification simple en deux ensembles, selon que la coopération est bonne ou mauvaise entre les protagonistes.

  • 154 CMUS, p. 198-199 et 190-191.

211Dans l’usine pharmaceutique Chinoin à Újpest par exemple, où six délégués sont élus le 18 janvier 1945 puis six autres le 30, la résolution adoptée prévoit pour le CMUS le droit de contrôle dans divers domaines (embauches et licenciements, affaires politiques, questions sociales et culturelles) et affirme que « la responsabilité n’appartient qu’en second lieu à la direction de l’usine ». Contrairement au directeur de cette entreprise qui refuse la coopération (le dr K. Lányi contacté par trois ouvriers élus), la « Direction des Chemins de fer de l’État royale hongrois » (MÁV) en annonçant le 27 janvier la naissance de son propre comité, appelle « conformément à l’esprit de l’époque nouvelle, à coopérer étroitement, en vue des mesures sociales, avec les autres comités d’usine de la MÁV, avec les partis et les autorités russes154 ». Deux autres exemples illustreront de façon plus circonstanciée la bonne entente entre ouvriers, directeurs et personnel d’encadrement.

212Dans l’île de Csepel, grand centre industriel au sud de Budapest, un CMUS prend la direction de la zone Weiss Manfréd dès les premières heures de la libération, le 9 janvier 1945. Le 22, une séance du comité des Aciéries et Métaux SA réunit 11 membres (dont le président Drahos et le secrétaire Schubert, en présence de deux directeurs et de l’ingénieur en chef). « Il est nécessaire de mettre en marche tout de suite les différentes usines pour que nous puissions satisfaire aux demandes des commandements militaires russes », déclare le président du CMUS. Pour cela, il faut résoudre avant tout le problème des matières premières et du ravitaillement. Il assure que les cadres ne seront pas persécutés, et l’un des directeurs, János Korbuly, exprime le vœu qu’on ne fasse plus de différence entre ouvrier et personnel administratif. Il présente ensuite un plan détaillé de réorganisation en 12 points, avant que plusieurs interventions reviennent sur des questions d’ordre général.

  • 155 CMUS, p. 182-185.
  • 156 Après l’occupation allemande, la Gestapo a arrêté et envoyé en camps de concentration nombre de gr (...)

213L’ambiance est d’autant plus consensuelle que le directeur Korbuly « est resté à sa place alors que tout le monde fuyait ». On veut travailler avec tout le monde, à l’exception des Croix-fléchées155. La volonté de coopération est manifeste de la part notamment des industriels juifs échappés à l’extermination156. « Les propriétaires avérés de la fabrique se sont présentés auprès du conseil d’usine » de la Filature de chanvre SA à Szeged, peut-on lire dans une résolution des ouvriers de cette entreprise. « Ils ont attesté avoir été l’objet de persécution sous l’ancien gouvernement réactionnaire et interdits de participer à la direction de la fabrique. Ils ont dit au conseil d’usine qu’ils souhaitaient remettre la direction à un comité directeur élu en assemblée générale des actionnaires. »

  • 157 CMUS, p. 204-205.

214Sont ensuite définis les droits de chacun et les formes de la coopération : à côté du comité directeur de 3 membres, on élit une commission de contrôle comprenant deux ouvriers et un actionnaire. Le CMUS, qui est donc la troisième pièce du dispositif, organise et dirige tout ce qui relève de la production, donne son accord sur les embauches, les licenciements et la fixation des salaires ; il a aussi le droit de contrôler l’acquisition des matières premières, des outils et des machines, ainsi que la définition des prix et la commercialisation des produits manufacturés. En revanche, l’administration financière appartient à la direction de l’usine, qui prévoit par ailleurs toute une série de prestations (crèche, piscine, solarium, club sportif, cercle culturel, etc.) en cédant au conseil d’usine 20 % du revenu net de la fabrique. En outre, « la direction de l’usine veut prouver qu’elle n’a pas l’intention de poursuivre une politique industrielle fondée sur l’exploitation en offrant aux travailleurs de l’usine 30 % du revenu net, à titre de prime de production ». Enfin, pour assurer « une coopération harmonieuse », on prévoit une commission consultative avec les membres de la direction et du conseil d’usine157.

215Si les circonstances n’ont pas permis de dépasser le stade des bonnes intentions en matière de politique ouvrière, l’esprit de « participation » et plus encore peut-être le sentiment sous-jacent que l’usine appartient d’abord à ceux qui l’ont sauvée et qui y travaillent, ont stimulé l’ardeur des ouvriers et assuré mieux que tout autre facteur la mise en marche efficace de la production industrielle.

  • 158 À Szentes, dans l’imprimerie Napló (Journal), où à la suite d’un conflit plus ancien, l’un des cop (...)

216Moins souvent semble-t-il que dans le cas de la reconnaissance du droit de propriété, le même sentiment s’est exprimé ouvertement dans les situations conflictuelles158 et surtout là où les usines ont été abandonnées par les propriétaires « ouvertement collaborateurs avec les fascistes ». Ce sont principalement ces cas qui sont concernés par les occupations d’usines spontanées intervenues dans plusieurs villes (Szeged, Debrecen, Miskolc) durant les premières semaines qui ont suivi la libération.

217À défaut de données statistiques qui permettraient de connaître l’importance numérique de ces prises de possession, quelques dossiers ou des simples mentions apportent des renseignements sur les comités d’usine qui gèrent les biens abandonnés « avec le pouvoir juridique des propriétaires ». À vrai dire, il ne s’agit plus tellement de comités mais de différentes formes d’appropriation, tenues pour provisoires ou définitives par les ouvriers intéressés. Les solutions rencontrées sont les coopératives « ouvrières » ou « populaires » et les SARL (Kft) ou encore c’est l’État qui prend en charge la gestion par ses administrations appropriées.

  • 159 Par exemple, le cas « des propriétaires Volksbundistes de la conserverie János Platter SA » à Kecs (...)
  • 160 CMUS, p. 218-219 et note 38, p. 718.

218Le cercle des intérêts et des pouvoirs en jeu, déjà nombreux quand le droit de propriété n’est pas en cause, se trouve ici élargi puisque, au-delà des protagonistes « habituels » (autorité militaire soviétique, patrons et CMUS, syndicat, parti, municipalité…), le problème du statut des propriétaires défaillants159 devient crucial et fait intervenir le rôle des tribunaux ; d’autre part, l’État est engagé à la fois par ses administrations (parfois concurrentes) et par ses relations avec l’étranger, dans la mesure où la convention d’armistice fait remettre à l’Union soviétique tout ce qui est considéré comme biens allemands, et soustrait donc au « pouvoir ouvrier » un certain nombre d’usines de cette catégorie. Dans l’usine R. Bosch SARL par exemple, à Budapest, 29 employés sont présents le 10 février 1945 pour élire une commission de 7 membres, qui, inspirés par le PSD, veut faire tourner l’usine sous forme d’une coopérative. Ce projet n’aboutira pas car l’entreprise étant de participation allemande à 100 %, elle passe en propriété soviétique160.

219L’appropriation ouvrière est souvent contestée par les propriétaires revenus plus ou moins en tapinois et dont les démarches créent des occasions propices pour une mise à jour des arguments contradictoires dans ce contexte plus radical des conflits de classe. À Debrecen notamment, où des coopératives « ouvrières » et « populaires » ont pris en main les usines dans la minoterie, la fabrication des meubles et l’industrie du cuir, ce genre de contestation a laissé des traces bien visibles dans la vie publique locale. En effet, le 14 août 1945, le Crédit général hongrois porte devant l’assemblée municipale la demande que la Fabrique des meubles courbes SA lui soit restituée par la Coopérative du travail de l’Industrie du bois. Le lendemain, dans un mémorandum de deux pages, adressé à la direction locale de la Banque, la Commission interprofessionnelle des syndicats de Debrecen prend la défense des coopératives, exposant l’état d’esprit du monde ouvrier face à ce problème.

220Après des considérations sur la propriété privée, elle déclare que « cette attaque contre les coopératives n’est pas seulement injuste, elle est aussi sans fondement juridique ». La fabrique et l’usine abandonnées ont été comptabilisées par les propriétaires dans la rubrique des pertes… « À l’arrivée de l’Armée Rouge, ces usines sont devenues la propriété de celle-ci, à titre de butin de guerre, jusqu’à ce que le commandement de l’Armée Rouge, propriétaire légitime, les remettent formellement aux ouvriers qui travaillaient dans les usines, une fois qu’il n’en avait plus besoin pour ses fins militaires… »

  • 161 CMUS, p. 368-369.

221Le texte rappelle ensuite que le Crédit général n’était pas en odeur de sainteté du point de vue strictement juridique : « fidèle serviteur économique de l’Allemagne fasciste », il a pris une part importante dans le pillage de l’Ukraine occupée par les troupes germano-hongroises et joué un rôle décisif dans la création de l’« association de brigandage nommée Transcarpathia ». Les syndicats rejettent finalement ces « offensives de la réaction » et affirment que les ouvriers se sentent suffisamment puissants pour les repousser161.

  • 162 PV/CM-GNP, A, 8 février, 3 février 1945 et annexe VIII/a, p. 176-177 et CMUS, p. 222-230.

222La remise en cause fréquente des CMUS par les industriels intéressés, restés dans le pays ou revenus par la suite, s’inscrit dans la perspective qui s’ouvre avec le premier décret sur les comités. Celui qui est publié le 15 février 1945 par le ministre de l’Industrie veut délimiter leurs attributions et définir leurs droits162. Il est composé de 27 paragraphes, où sont énumérées les fonctions des CMUS, les modalités de leur élection et la fréquence des réunions, la formule du serment de leurs membres, les obligations des employeurs, les attributions du conseil de discipline et les recours possibles, etc.

223Si le décret adopte quelques mesures audacieuses, comme la possibilité de contrôle des livres de comptabilités dans les entreprises de plus de 200 employés, il reste en retard par rapport aux projets, et encore plus par rapport à l’expérience de la plupart des CMUS, dont les membres ont pris l’habitude de prendre des décisions de façon indépendante, alors que le décret ne leur laisse, pour l’essentiel, qu’un droit de contrôle et la possibilité de faire des propositions en matière de production. L’intérêt principal du décret a résidé semble-t-il en ce que le ministre en uniformisant les règles de fonctionnement des CMUS, a généralisé le système, sous la « protection » de l’État.

  • 163 CMUS, p. 232-235.

224Aussi bien, n’a-t-il vraiment satisfait ni les comités d’usine ni les industriels organisés dans la FNI, les premiers trouvant le texte trop opportuniste et les seconds trop radical. « Nous avons lu et étudié » le décret publié par le ministre de l’Industrie, Ferenc Takács, écrit le CMUS de l’usine de porcelaine Granit SA au « Camarade Bourgmestre » le 28 février 1945. « Nous en avons assez des solutions à l’eau de rose, toutes en demi-teintes ! Notre but n’est pas de nous faire compromettre et ridiculiser. Nous sommes conscients de ce que nous voulons ; nous voulons bien respecter les droits du capitaliste, mais nous ne céderons pas un iota des nôtres ! » On peut lire aussi dans le procès-verbal de réunion des délégués des CMUS centraux des entreprises du pétrole (1er mars 1945) : « Nous avons étudié le petit cahier rouge. Comme les directions des partis politiques et celles des autres entreprises industrielles, les comités d’usine de la profession du pétrole ne le trouvent pas acceptable163. »

  • 164 CMUS, p. 238-242.

225Du côté patronal, le propriétaire de la fabrique de cuir Gyula Wolfner et Associé SA à Újpest soumet le décret Takács à une analyse approfondie. Il lui reproche d’emblée son manque de clarté, du fait que le texte « n’est pas organisé en système » et que les questions appartenant à une même matière se trouvent dispersées entre plusieurs paragraphes. Sur le fond, presque la moitié des paragraphes sont critiqués. Un autre document produit par le conseiller juridique de la Banque commerciale hongroise de Pest comporte des observations presque aussi nombreuses, en particulier sur la délimitation des pouvoirs164.

  • 165 Outre le sort déjà évoqué des plus grands capitalistes hongrois d’origine juive, « plusieurs centa (...)

226En tout cas, les appareils du PC et du PSD ne sont pas encore suffisamment consolidés ni l’organisation du pouvoir central (celle en particulier du ministre de l’Industrie) assez avancée pour que l’action des CMUS puisse être insérée dans les cadres du décret. De même, les industriels, et de façon plus générale la bourgeoisie, ont été trop affaiblis et désorganisés par la défaite165 pour être en mesure de « réduire le radicalisme des comités d’usine ».

  • 166 La réorganisation syndicale a été décidée lors d’une réunion tenue le 18 janvier 1945, dans les lo (...)
  • 167 I. Vida, op. cit., 1982, p. 59.

227Parmi les prises de position, celle de la Centrale syndicale (Szakszervezeti Tanács166) mérite une attention particulière, en raison des rapports existants entre syndicats et comités d’usine. Puisque ces derniers ne se sont pas dotés d’un organe central national, leur contrôle, la coordination de leur action ainsi que leur représentation vis-à-vis des organismes comme la GYOSZ (Gyáriparosok Országos Szövetsége – Fédération nationale des Industriels) ont été pris en charge par les syndicats, sans d’ailleurs que les CMUS perdent leur indépendance et leur identité. Il en a résulté des frictions entre les deux types d’organisation, d’autant plus que les CMUS en assumant sur le terrain une bonne partie des tâches syndicales, se sont montrés plus influents et plus pugnaces167.

228C’est donc dans un rôle ambigu mais en autorité « naturelle » que le secrétaire général de la Centrale, István Kossa, intervient pour calmer le monde ouvrier, laissant entendre que, malgré tout, le décret vient d’un ministre socialiste et qu’on ne doit pas s’y opposer ouvertement. Puis, de façon aussi peu explicite, il fait comprendre que l’étendue des pouvoirs des CMUS dépendra non seulement du décret, mais aussi des rapports de forces.

229Trois jours plus tard, le 25 février 1945, ce sont les militants de base et les cadres moyens du PSD qui demandent carrément que la direction des usines soit remise entre les mains des comités. Quand les dirigeants du parti se réunissent le 5 mars, ils se prononcent – après avoir écouté Szakasits – en faveur du droit de contrôle et d’« intervention, sans que cela affecte la propriété privée ». Quelques-uns insistent sur la nécessité du contrôle étatique (en plus des comités), dans le contexte de la « reconnaissance forcée du capitalisme ».

  • 168 B. Rácz, CMUS, Introduction, p. 38-40 et note 65, p. 39.

230Parmi tous les intéressés, seul le PC n’a pas contesté le décret, pour la simple raison qu’il en a été l’inspirateur. Le 5 mars, en défendant le droit de contrôle des CMUS contre leur participation à la direction des usines, le secrétaire général du PSD, Szakasits, défendait en réalité la position du parti communiste. On a comparé, semble-t-il, les CMUS hongrois avec leurs homologues suisses, qui ne touchaient pas eux non plus à la propriété privée, et l’analogie a été approuvée par le PC168.

231Pendant ces débats, de nouveaux comités sont élus conformément au décret, et leur réseau couvre maintenant à peu près tout le pays et bien au-delà des entreprises industrielles. Dans la foulée d’une sorte d’ouvriérisme, on veut, sous prétexte de lutter contre le capitalisme et la bureaucratie, supprimer dans plusieurs usines importantes une partie notable des sièges sociaux. L’initiative provoque naturellement de vives protestations de la part des CMUS des personnels administratifs, à la fois pour des raisons existentielles et parce que cette catégorie est par définition la mieux placée pour contrôler la direction patronale.

232Pour consolider leur position, les partis ouvriers lancent les CMUS dans une grande campagne d’émulation en l’honneur du « 1er Mai libre ». Les mots d’ordre qui visent à renforcer la discipline du travail et à stimuler l’effort de reconstruction sont par là même destinés à renouveler l’esprit de coopération entre les travailleurs et les capitalistes, dans le style « front populaire », au moment où l’avenir de cette stratégie paraît incertain avec la défaite de l’Allemagne, « l’union des forces antifascistes » devenant sans objet.

233La volonté d’« unir les forces nationales », d’assurer « la collaboration des classes aux intérêts opposés » est exprimée avec vigueur par le PC lors de sa conférence nationale les 20-21 mai 1945. On souligne qu’il faut s’élever « contre l’activisme des comités d’usine, qui paralyse les initiatives économiques et productrices de la direction ». La conférence invite les communistes à intervenir « pour que les ouvriers appliquent correctement le décret gouvernemental sur les comités d’usine », et condamne toute action qui dépasserait les attributions accordées aux dits comités.

  • 169 CMUS, p. 45-46.

234De son côté, la direction du PSD se livre à une délibération de trois jours (10, 17 et 24 mai) et aboutit à des positions semblables à celles du PC : « Nous avons créé les comités d’usine pour défendre les intérêts des travailleurs et pour contrôler la production […] Mais les comités d’usine doivent savoir que leur tâche n’est pas la socialisation, l’appropriation des biens et des valeurs réalisés, car cela renverserait le travail de la reconstruction, rendrait impossible l’application du programme actuel des deux partis ouvriers et entraînerait le pays dans l’anarchie économique169. » Les partis ouvriers souhaitent donc le maintien du compromis avec le capital, mais tenant compte de l’état d’esprit des travailleurs, ils pensent pouvoir transférer une partie du fardeau sur la bourgeoisie.

235Pour mieux adapter la législation à ces données, un second décret annulant le premier sera promulgué. Piloté par le ministre de l’Industrie et élaboré par la Centrale syndicale en coopération avec les deux partis ouvriers, le décret n° 55000 paraît le 5 juin 1945, au terme de plusieurs semaines de négociations avec la FNI. Régissant les comités de toutes les branches industrielles et minières, il sera suivi d’autres décrets entre le 12 juin 1945 et le 4 avril 1946, se rapportant aux Chemins de fer, à la Poste, à la navigation et aux transports aériens, au commerce et aux institutions financières, aux cliniques et hôpitaux.

236Il serait fastidieux de reprendre ici les innovations du second « décret de base », puisque, de toute façon, nombre de ses articles, comme ceux du premier, sont restés des déclarations d’intention. D’après B. Rácz ces nouveautés ont « contribué à élargir le pouvoir de la classe ouvrière, sans porter préjudice à l’exercice du droit de propriété capitaliste ». L’effort de remise en ordre est sensible à travers par exemple le nouveau statut des « CMUS au sommet », qui seuls contrôlent désormais la direction des entreprises. Cette sorte d’exclusion des CMUS de base (ateliers, dépôts, succursales, etc.) du droit de regard sur l’administration des usines suscite des « résistances » et des « différends sérieux » entre les deux échelons de la représentation ouvrière.

  • 170 Déclaration révélatrice de l’ouvrier sellier Tamás Nagy, représentant du CMUS de l’Industrie sidér (...)

237Mais surtout, dans son ensemble, la réaction de la classe ouvrière est négative170. Pour corriger les « déviations de gauche et de droite dans l’activité des comités d’usine », et pour expliquer et faire accepter le second décret, la Centrale syndicale convoque pour les 12-13 juillet 1945 une première conférence nationale des CMUS. Devant plusieurs centaines de délégués des entreprises industrielles, minières et commerciales, le ministre Antal Bán (qui a succédé à Takács) ainsi que les responsables nationaux des syndicats et des partis expliquent que si le capitalisme subsiste en Hongrie, la situation n’est plus la même qu’avant la guerre. L’État soutient les ouvriers, qui disposent des moyens comme les comités d’usine, les conventions collectives, la liberté de s’organiser, le placement des travailleurs par les syndicats, etc. Tout cela offre des garanties contre l’exploitation sans entraves. « Beaucoup de délégués prirent la parole à la suite des exposés. Leurs prises de position furent marquées par le rejet du décret. Il se trouva même un intervenant pour dire que la publication du décret sur les comités d’usine était carrément nuisible pour les travailleurs. »

  • 171 Note du ministère de l’Industrie au CMUS de la Mine de charbon de Várpalota (comitat de Veszprém), (...)

238Autant dire que le congrès n’a pas mis fin aux affrontements entre CMUS et patrons au sujet de leurs pouvoirs respectifs, les premiers multipliant les « excès171 » et les seconds cherchant à contourner les points désagréables du document ministériel. De leur côté, les responsables nationaux (partis, Administration centrale, syndicats) estiment qu’il faut « instruire » les CMUS afin qu’ils puissent accéder à une « interprétation correcte » du décret.

239Simultanément, pour canaliser les énergies, la Centrale syndicale lance le 15 juin 1945 une « compétition nationale pour la reconstruction ». Ardents mobilisateurs, les militants communistes et sociaux-démocrates entraînent les CMUS et les masses ouvrières sur le « front du travail ». Ils suscitent d’innombrables exploits, dont les « travaux de choc à titre gratuit », et montrent la vertu des primes et autres salaires au mérite, s’élevant « avec détermination contre les idées égalitaristes et les pratiques correspondantes largement répandues dans les premiers mois de la Libération et qui ont été très nuisibles au moral du travail ».

  • 172 En conseil des ministres, A. Bán demande un crédit de 200 000 pengős pour couvrir les frais des co (...)

240Pour doser le fardeau des réparations et de la reconstruction, les partis ouvriers sont d’accord sur tout un ensemble de décrets : la gestion des matières premières, des sources d’énergie, de la main d’œuvre, des moyens de transports, de même qu’une partie du financement des usines passent sous le contrôle de l’État, matérialisé par des bureaux industriels nouvellement créés. Cette évolution résulte aussi du fait que les problèmes techniques posés par le contrôle de l’administration capitaliste et l’organisation de la production à l’échelle nationale sont des tâches autrement plus redoutables que le déblaiement des ruines ou la remise en état des ateliers172.

241Mais l’armature forgée par le pouvoir central et les directions politiques a du mal à contenir la dynamique des forces sociales antagonistes. Les ouvriers et les mineurs font valoir qu’ils ont accepté la faim et les privations dans l’intérêt du pays, alors que les possédants n’ont suivi souvent que leurs intérêts de classe. Il existe une sorte de « fuite des capitaux » vers le marché noir et la spéculation, au détriment des investissements productifs. Une partie des fonds soustraits aux entreprises est convertie en devises pour être transférés dans les pays occidentaux et certains crédits consentis par l’État sont prêtés aux banques par les industriels bénéficiaires, à des taux plusieurs fois plus élevés que les loyers en cours.

  • 173 Dans le bassin minier de Borsod, 50 % des mineurs ont quitté les puits. Les conditions techniques (...)

242On reproche en particulier aux propriétaires des mines de négliger la remise en état des installations et de ne rien faire pour les améliorer. Cette politique serait à l’origine de la situation catastrophique de certains bassins173. Les intéressés réagissent en affirmant que « tout est la faute du délégué, du syndicat, du parti communiste ». À l’automne 1945, la détresse des mineurs et des ouvriers d’usine est exposée par la présidence de la Centrale syndicale dans un mémorandum adressé au Premier ministre : manque quasi total de ravitaillement, érosion rapide du pouvoir d’achat des salaires, incertitudes au seuil de l’hiver.

243Dans cette atmosphère tendue, la victoire électorale des Petits-propriétaires fait d’autant plus s’exacerber les passions qu’aussitôt après la publication des résultats, une requête patronale demande la recomposition politique des CMUS et des syndicats, conformément aux pourcentages électoraux. La réaction du monde ouvrier est très vive, la menace du « poing ouvrier – poing de fer » devient rapidement le symbole de la mobilisation, bien que ce retour de la classe ouvrière sur le front de la politique ne soit pas toujours du goût du PC.

244Les « grèves sauvages » qui se multiplient dans la foulée des démonstrations de l’automne sont facilement attribuées à la « partie la moins évoluée du monde ouvrier » subissant l’influence des « démagogues pseudo-révolutionnaires ». Aussi bien, la Centrale syndicale se met-elle à la tête du mouvement, puisque « les événements peuvent mal tourner », comme le déclare Kossa le 8 novembre. Un effet modérateur plus puissant résulte du plan de stabilisation de l’économie et de la monnaie, lancé par le PP et appuyé par les communistes, puis adopté par le gouvernement. Sa réalisation vient s’ajouter durablement aux grands thèmes mobilisateurs, qui périodiquement renouvellent l’union des masses avec leurs partis.

245Et bien que les CMUS soient loin d’envisager leur propre utilité en terme de simples relais, le caractère de leur mission, politique et économique à la fois, tend constamment à porter les comités vers ce destin. L’administration centrale et les directions politiques perçoivent volontiers la résistance ouvrière comme un défaut de système, et c’est dans l’intention d’« améliorer l’organisation et le fonctionnement politique » des CMUS que les éléments communistes et sociaux-démocrates des usines sont régulièrement convoqués, réunis, informés, en sorte que le rôle de ces militants augmente sans cesse quand il faut trancher des questions relevant des CMUS.

246Dans ce processus, la réélection des comités au début de 1946 marque une étape importante. Cet événement intervient alors que les rapports entre ouvriers et employeurs sont très détériorés. Il se trouve aussi que, quelques mois après les législatives, l’unité PC-PSD ne se porte pas bien. Beaucoup d’ouvriers socialistes ont été privés de représentation propre durant la période qui a suivi la guerre, en raison du zèle et du « chauvinisme » des militants communistes, et cette situation entretient les dissensions, encouragées en plus, semble-t-il, par l’aile droite du PSD hostile à la collaboration avec le PC.

247Le renouvellement des CMUS est précédé d’un mois et demi de négociations entre les deux partis et la Centrale syndicale, dont la décision la plus visible porte sur l’application stricte de la parité, censée apporter une meilleure entente entre les deux partis. Par rapport au décret n° 55000, plusieurs points paraissent significatifs, comme les conditions plus sévères de l’éligibilité ou le renforcement du rôle des syndicats et de la centralisation. Ainsi, tous les postulants devront passer par le contrôle syndical, et on élira désormais un « CMUS au sommet » dès qu’il y a deux usines. Pour renforcer le centralisme, des groupements régionaux ont également été envisagés pour les comités.

248Les réélections commencées dès décembre 1945 ont duré jusqu’en mars 1946. Selon les résultats définitifs, 232 700 ouvriers ont désigné, dans 630 usines, 3 708 délégués. Parmi les élus, 1 889 appartenaient au PCH et 1725 au PSD. En principe, les ouvriers sans appartenance politique pouvaient se porter candidats, mais ils étaient systématiquement écartés par les commissions de désignation, même quand ils étaient très populaires auprès de leurs camarades.

  • 174 B. Rácz, op. cit., p. 78-79.

249Finalement, les CMUS deviennent une affaire de parti et le titre de délégué une fonction dans le parti. Il se produit aussi un changement significatif de profil politique, dans la mesure où nombre de nouveaux élus ne possèdent ni le niveau de culture politique ni l’expérience militante de ceux qu’ils remplacent. « Une partie des vieux militants expérimentés du mouvement ouvrier, en premier lieu ceux qui étaient politiquement les plus formés, ont été enlevés des usines pour être placés dans diverses fonctions au sein des partis, des syndicats ou de l’État. Il est estimé qu’un cinquième de la première génération des CMUS s’est trouvé renouvelé au terme des réélections de 1946174. »

  • 175 Voir infra Chap. VI., p.286.
  • 176 La loi sur le plan triennal date de juillet 1947. Le 16 juillet sont institués le Conseil économiq (...)
  • 177 « En général, l’exécution de ce travail impopulaire a été renvoyée par la direction dans le ressor (...)

250Liés davantage aux partis (ouvriers) et à l’État, les CMUS participent à toutes les campagnes politico-économiques, lancées pour la plupart par le PC : la « bataille du charbon » et les diverses compétitions visant au succès de la reconstruction et de la stabilisation, la lutte contre la vie chère et la « nuisance économique », les « jugements populaires » qui accompagnent la liste B175, ou encore les projets de nationalisation et l’introduction du plan triennal176. Ils sont présents pour affermir la discipline, efficaces aussi quand il faut empêcher ou désarmer les « grèves sauvages », en rechercher les causes et les auteurs, et obtenant parfois que ces derniers soient sanctionnés ou même renvoyés177.

251Malgré cette évolution rien n’est encore réglé, la possiblité d’élargir les pouvoirs des CMUS par voie légale semble toujours ouverte. Le IIIe congrès (28 septembre-1er octobre 1946) va couper court à cette perspective. C’est que la direction du PC aurait misé dès l’automne 1946 sur la liquidation de l’économie capitaliste et dans le contexte de l’étatisation, la direction centralisée des entreprises n’avait que faire du pouvoir encore plus étendu des CMUS.

252Les ministres de l’Industrie et du Commerce et la Centrale syndicale continuent cependant à travailler sur la révision des décrets antérieurs, malgré les protestations des banquiers et des industriels, et en dépit des résolutions du IIIe congrès du PC, qui n’ont donc pas retenu l’élargissement de la démocratie ouvrière. Une « constitution industrielle » est également envisagée, elle devrait synthétiser les décrets régissant les CMUS des différentes branches de la production et des services.

253Alors que ces projets traînent en longueur, les CMUS continuent à soutenir les campagnes patronnées par les partis ouvriers. Après les grandes affaires qui ont marqué les années 1945-1946 (reconstruction, « bataille du charbon », épuration et « jugements populaires », lutte contre la vie chère, stabilisation économique, nationalisation des mines), « ils appuient de toute leur force le combat mené pour limiter et éliminer le pouvoir économique et politique de la bourgeoisie » : les nouvelles nationalisations et le lancement du plan triennal.

254Le 1er décembre 1946, les directions capitalistes des plus grosses entreprises de l’industrie lourde (Métaux et aciéries WM, complexe industriel Ganz, Sidérurgie de Rimamurány-Salgótarján, constructions mécaniques et ferroviaires de Győr) sont supprimées et passent entre les mains de l’État. Elles sont désormais gérées par le comité directeur et le secrétariat d’un Centre de l’Industrie lourde nouvellement créé. Mais pas plus que la nationalisation des mines de charbon et le lancement du plan triennal, la gestion de ces combinats ne conduit à la promulgation des documents attendus par les CMUS.

  • 178 CMUS, p. 127.

« Dans les charbonnages nationalisés et dans l’industrie lourde, résume K. Jenei, la volonté qui prévalut c’était de considérer comme inutile la participation des comités d’usine à la direction et de limiter leurs droits à des fonctions sociales et culturelles. Dans les grandes entreprises de l’industrie lourde, cette volonté se heurta à une résistance farouche des comités d’usine, qui s’accrochèrent jusqu’au bout aux droits qu’ils avaient conquis178. »

255Les cadres communistes expliquent que dans les entreprises de l’État, les ouvriers n’ont plus en face d’eux la direction capitaliste mais des directeurs issus des partis ouvriers, nommés par l’État, et que « dans l’avenir, les comités d’usine ne pourront dresser les travailleurs contre l’État, propriétaire des usines ». Autrement dit, les directeurs nommés par le ministère incarnent les « intérêts nationaux de la classe ouvrière ».

256L’impasse, le désarroi, les contradictions insolubles où se trouvent les CMUS à l’automne 1947, traduisent donc à leur manière la signification du grand tournant. Essayant de s’adapter, beaucoup de comités cherchent à se réorganiser de façon autonome, mais la Centrale syndicale arrête le mouvement en mars 1948. Un certain nombre d’entre eux se laissent alors résorber dans les sections syndicales, d’autres démissionnent.

Réforme agraire et démocratie directe

257Comparée à cette longévité des comités d’usine, l’expérience de la démocratie directe dans les campagnes a connu une existence plus brève, puisque l’action des Comités de réforme agraire se situe pour l’essentiel entre les deux premiers printemps de l’après-guerre. Mais c’est la période où les assises foncières de l’ancienne société sont démantelées et où l’évolution vers le nouveau régime devient irréversible. Et si les comités paysans ne sont pas à l’origine de ce processus, leur entrée sur scène transforme en mouvement social le programme du gouvernement, qui aurait souhaité contenir dans les cadres de la loi le « procès millénaire » de la paysannerie hongroise.

  • 179 Dans le « royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes » qui deviendra en 1929 la Yougoslavie, (...)

258Au lendemain de la 2e Guerre mondiale, la Hongrie reste pratiquement le seul pays en Europe où subsiste encore la grande propriété foncière d’origine médiévale. Après 1920, alors que dans les États successeurs de la Hongrie historique, et au-delà, des réformes agraires parfois substantielles ont été réalisées179, l’aristocratie foncière hongroise a sauvé ses positions après l’échec des révolutions de 1918-1919.

  • 180 La Hongrie de l’après-guerre a gardé 32,7 % du territoire, 41,6 % de la population et 43 % des ter (...)
  • 181 Ouvriers et domestiques agricoles ressemblent plus à des mendiants qu’à des travailleurs. Régisseu (...)

259Selon les statistiques agricoles de 1935, 48,8 % des terres sont en propriété seigneuriale et plus d’un million de paysans ne possèdent que 10,3 % du sol arable, sous forme de lots de 2-3 ha. Or la densité de la population est relativement élevée, tout autant que la part du secteur primaire : 4 499 393 habitants sur 8 688 319, soit 51,8 %, d’après les recensements de 1930180. Le caractère extensif de la grande propriété et sa mécanisation avancée contribuent à exclure une masse de gens sans terre du travail agricole, en sorte que le chômage permanent, le bas niveau des salaires181 et les tensions font partie des traits spécifiques de l’agriculture hongroise.

  • 182 Donáth (Ferenc), Demokratikus földreform Magyarországon 1945-1947 (Réforme agraire démocratique en (...)

260Dans l’entre-deux-guerres, les tensions sont aggravées du fait que la soupape de sûreté de l’émigration vers l’Amérique se referme et que, dans un pays réduit, privé de ses matières premières, l’industrie ne résorbe plus guère la population rurale excédentaire. Posséder un lopin de terre est donc le seul moyen de survie pour des centaines de milliers d’individus. Cette situation, ajoutée aux implications politiques du régime foncier, fait que la question de la terre est le nœud gordien de la société182. Il n’est guère de courants politiques ou intellectuels à l’époque qui ne prennent position sur la question paysanne, en sorte que les partis qui arrivent au pouvoir en 1945 ont depuis longtemps leur idée sur la question.

261Tous, y compris le PC, souhaitent une réforme et non pas une révolution agraire, mais certaines prévisions seront malmenées dans le monde nouveau qui sort de la guerre au printemps 1945. Une occupation anglo-saxonne aurait certainement permis de rééditer des solutions semblables à celles de l’entre-deux-guerres, mais l’effondrement du régime seigneurial écarte cette éventualité. Dans une situation comparable, observe F. Donáth, « les latifundia de l’Italie du sud survécurent au fascisme et à la guerre bien que les grands propriétaires italiens ne fussent pas moins compromis dans l’un et l’autre que leurs congénères hongrois », et malgré le fait que la paysannerie italienne de cette région et le PCI ne représentaient pas moins une force révolutionnaire que les paysans et les communistes hongrois. C’est la présence de l’Armée rouge en Europe orientale qui a été décisive, même si cette armée n’a pas cherché à radicaliser la paysannerie.

262Certes, malgré quelques tentatives isolées de transformer les domaines abandonnés en kolkhozes sur le modèle soviétique, l’état du pays est plus favorable à l’union qu’aux luttes sociales, et, précisément, la menace de la famine incite à poser la question agraire en termes de production. C’est ce qui explique que la période qui précède le décret de mars 1945 ne connaisse pas d’affrontements sur ce problème dans les campagnes et que les débats entre les partis restent plutôt modérés. Tous sont d’accord sur la nécessité de la réforme, ce qui les divise ce sont le calendrier et les modalités de la réalisation.

263Les Petits-propriétaires, qui pendant longtemps ont nourri l’espoir que le pays serait occupé par les Occidentaux, voudraient remettre la réforme après le traité de paix, et les généraux horthystes du GNP ont le même souhait. Par la voix du journal Néplap de Debrecen, le PC fait savoir qu’il n’est pas question d’accepter un tel ajournement et annonce plusieurs décisions pour accélérer l’affaire : lancement d’une campagne de propagande pour gagner l’adhésion populaire ; publication les 14 et 21 janvier du programme du PNP et du PC dans Néplap et Délmagyarország ; élaboration de la loi agraire par Imre Nagy pour le 30 janvier.

264Le programme du PNP qui paraît le 14 janvier prévoit, outre l’expropriation des terres domaniales de plus de 100 arpents (58 ha) et des propriétés paysannes de plus de 200 arpents, la confiscation des terres des criminels de guerre et des volksbundistes. Il est prévu que le plan sera appliqué d’ici le 1er octobre 1945. Le 21 janvier, dans Néplap, les communistes font leur le programme des paysans nationaux, où la distinction entre propriété paysanne et domaniale correspond tout à fait à leur politique destinée à réduire les antagonismes internes à la paysannerie. Celle-ci restera effectivement unie dans l’approbation de faire disparaître la grande propriété foncière, et, de son côté, le PC s’opposera au prolétariat agraire, hostile bien souvent à la conservation de la propriété paysanne jusqu’à 200 arpents.

  • 183 F. Donáth, op. cit., p. 67.

265Alors que la campagne organisée par le PC et le PNP donne lieu, à l’est de la Tisza, à une vive effervescence, les instances locales les plus diverses (assemblées populaires, comités nationaux, syndicats, Églises protestantes, municipalités, etc.) venant répercuter les mots d’ordre en faveur de la réforme agraire, les Petits-propriétaires tardent à se manifester. Le 23 février cependant, la feuille régionale du parti, Debrecen, polémiquant avec Péter Veres, publie un article qui explique que « dans les circonstances actuelles, la masse des domestiques agricoles ayant travaillé jusqu’ici sur les grands domaines, ne sont pas prêts à l’exploitation individuelle », et qu’ils sont donc tout prêts à une économie collectiviste. « La grande propriété n’est rien d’autre qu’une agriculture collective ». L’éditorial du numéro suivant poursuit cette idée, d’où il ressort que la Hongrie n’a pas à se livrer à des expérimentations, à se laisser « arrêter par des maladies infantiles », il suffit de suivre les Russes sur la voie de la collectivisation… La ficelle est si grosse que le PC n’a aucun mal à dénoncer les textes en question comme une « provocation niaise183 ». Malgré la fermentation, qui ne dépasse pas la Tisza vers l’ouest, rien n’évoque d’ailleurs les mouvements violents de novembre 1918 et de l’hiver 1919, avec leurs pillages, incendies et expropriations.

266De façon plus sérieuse, un article de Tildy publié dans Néplap le 28 février, accepte le projet commun PC-PNP, il souhaite seulement que la loi sur la réforme soit discutée par l’Assemblée devenue complète, c’est-à-dire après la libération de tout le territoire. Selon F. Donáth le PP comptait ainsi sur la participation de la Transdanubie, plus conservatrice et cléricale, pour infléchir le projet dans un sens favorable à la paysannerie la plus fortunée. Mais fin février – début mars, les paysans sans terre et les petits exploitants commencent, à l’est de la Tisza, à mettre en place des comités communaux pour distribuer les grandes propriétés abandonnées, et le gouvernement se trouve dans la nécessité de préparer la réglementation appropriée.

  • 184 PV/CM-GNP, A, 16 juillet, 10 mars 1945, note 18, p. 277.

267Le 10 mars, Miklós annonce que la loi agraire ne peut plus être retardée et le 12, la Commission politique de l’ANP prévoit la convocation de l’Assemblée pour les 1-5 avril, avec les députés de l’agglomération de Budapest et des autres territoires récemment libérés. Miklós a laissé entendre que la réforme aurait ainsi force de loi, au lieu de faire seulement l’objet d’un décret gouvernemental. Une réunion tenue ensuite, avant le 15 mars, probablement dans le bureau de Vorochilov, fournit l’occasion aux participants de faire connaître les motivations respectives du Gouvernement et de la CCA. On constate que le problème de la légalité et le danger des débordements préoccupe le gouvernement hongrois, tandis que pour la CCA la réforme doit s’imposer avant tout pour ses répercussions favorables au succès militaire de l’Armée rouge184.

  • 185 Par un pieux mensonge, l’adoption du décret a été antidatée du 15 mars, jour de la Fête nationale, (...)
  • 186 PV/CM-GNP, A, 16 juillet et 17 janvier, 10 et 17 mars 1945 ; notes 7-9, p. 284 et annexe 17/a, p. (...)

268Le projet de décret est discuté ensuite en conférence des partis le 15 mars, puis adopté le 17 en conseil des ministres extraordinaire185. Après le tour de table ministériel, Miklós observe qu’on a adopté « avec un enthousiasme unanime le projet de décret sur la réforme de la propriété foncière » et en confie la diffusion au secrétaire d’État István Balogh. Celui-ci, qui a remplacé Teleki se trouvant alors à Budapest, promet l’emploi de tous les moyens pour faire connaître la décision historique du GNP : presse, affichages, tracts lancés au-dessus des troupes hongroises, diffusions radiophoniques (grâce au poste émetteur sur ondes courtes, que la CCA autorise alors d’installer à Debrecen). Seul Teleki tiendra pour illégal le document sous tous ses aspects186.

269Le décret n° 600 « sur la suppression du régime de la grande propriété et l’attribution de la terre au peuple cultivateur », publié dans le JOH du 18 mars 1945, ne sera légalisé par l’ANP qu’en septembre, ce sera l’article de loi VI. Au nom du PNP, Imre Kovács résume ainsi la portée de l’événement :

  • 187 Balogh (Sándor), (présenté par), Földet, köztársaságot, állami iskolát ! Viták a magyar parlament- (...)

« Avec justesse, on avait appelé ‘‘procès de mille ans’’ le grand combat du peuple hongrois pour la terre. Le long procès a pris fin ; c’est l’importance historique de la réforme agraire. J’ose affirmer que son importance politique est encore plus grande. En Hongrie, pendant un millénaire, le fondement du pouvoir politique était la terre. Plus la propriété de quelqu’un était vaste, plus son pouvoir politique, son influence politique étaient grands. C’est la raison pour laquelle on avait appelé féodal le système de domination hongrois187. »

270La loi adoptée le 14 septembre 1945 est un texte bref de trois paragraphes, qui reproduit en annexe le décret 600/1945. Le texte de celui-ci comprend 10 chapitres et 56 paragraphes. Il prescrit la confiscation des terres des criminels de guerre, Croix-fléchées, etc., l’expropriation entière des domaines de plus de 1 000 arpents (580 ha) et partielle de ceux de moins de 1 000 arpents, le propriétaire de cette catégorie dite domaine seigneurial moyen pouvant conserver 100 arpents ; le décret met à part le cas de la grande propriété paysanne, qui est expropriée au-delà de 200 arpents seulement.

271Les personnes affectées par la réforme doivent être indemnisées (Chap. VII, § 39). L’argent versé par les bénéficiaires à titre de rachat servira à constituer un Fond de gestion de la propriété foncière, qui permettra à l’État de rembourser « selon ses moyens » les personnes expropriées. Pour exécuter la réforme, le décret met en place différents organismes : Conseil national (CNRF) et Conseils départementaux (CDRF) de réorganisation de la Propriété foncière, Comités communaux (ou Comités locaux de postulants) de réforme agraire (CLP).

  • 188 Les ouvriers terrassiers constituent depuis le xixe siècle une partie importante du prolétariat ru (...)

272Le président et le vice-président du CNRF sont nommés par le ministre de l’Agriculture, et le Conseil lui-même comprend une ou plusieurs commissions de 9 membres (un juge, un ingénieur, deux économistes, désignés par le ministère, et cinq postulants). Organes exécutifs du CNRF, les Conseils départementaux (CDRF), installés au chef-lieu de chaque comitat, comprennent sept membres : un juge, un ingénieur et un spécialiste en économie, et quatre postulants, dont deux sont désignés par le CN départemental et deux par le syndicat des Ouvriers terrassiers188.

273Pour la « direction et le contrôle administratifs » du CNRF un décret du 31 mars 1945 crée un Office ou Bureau foncier national, avec une administration propre dans chaque département. L’été 1945, l’appareil de l’Office foncier repose sur sept unités et ses attributions vont s’élargir considérablement. Par un décret du 1er février 1947, le Bureau foncier devient pratiquement une division du ministère de l’Agriculture.

274À l’échelon de la commune, les Comités locaux sont élus par les postulants eux-mêmes, à raison d’un délégué pour 20 candidats à la propriété. Un CLP doit comprendre au moins 5 membres mais sans en dépasser les 30. Quand son effectif dépasse 10 personnes, il désigne en son sein une « élection permanente » de 5 membres pour assurer une plus grande souplesse dans la gestion des affaires. Il faut souligner que les Comités locaux préexistent à la loi, alors que les instances départementales ne se mettent vraiment en place qu’en avril-mai 1945, quand la première phase des opérations de partage est déjà pratiquement terminée.

275Au cours de sa réalisation pratique, le partage des terres rencontre beaucoup de difficulté d’ordre matériel, et il est rare que cela n’ait quelque implication politique ou sociale. En maints endroits, les registres cadastraux ont été emportés par les fonctionnaires ou ils ont été détruits par la guerre. Là où les propriétaires ont laissé sur place quelqu’un qui peut parler en leur nom, il n’est pas question pour celui-ci de communiquer quoi que ce soit ou de discuter avec les comités. Cela signifierait de reconnaître le décret, que ces personnes considèrent comme illégal, tout autant d’ailleurs que le gouvernement lui-même. D’autre part, les paysans manquent de géomètres arpenteurs ou d’autres techniciens qualifiés pour effectuer les mesures, tâche plutôt redoutable quand les champs sont de forme irrégulière. Ils font appel à des cultivateurs qui ont déjà travaillé auprès des arpenteurs et, pour exécuter les dessins, à quelque habitant instruit, instituteur, pasteur, etc.

276Au-delà des obstacles matériels, les litiges nombreux qui divisent les intéressés et les conflits qui opposent ces derniers aux instances du pouvoir central, contribuent à donner à la réforme agraire et à la démocratie paysanne éphémère qui l’accompagne une couleur originale. Les controverses sont assez semblables d’un endroit à l’autre. L’une des plus répandues résulte du fait que la définition du criminel de guerre : « celui qui a soutenu, au détriment du peuple hongrois, les intérêts politiques, économiques et militaires du fascisme allemand », paraît trop abstraite et imprécise aux paysans. Ils ont tendance par exemple à favoriser les « petits Croix-fléchées » du prolétariat agraire au détriment des paysans aisés ou moyens politiquement sans reproche, mais qui sont connus pour avoir mal payé ou mal traité leurs ouvriers ou domestiques.

277D’autres discordes ont pour origine le statut ambigu de certains artisans ruraux. Beaucoup d’entre eux se sont porté demandeurs et ont reçu des lots de terre, alors que le décret ne les compte pas parmi les bénéficiaires potentiels. Les CLP soutiennent leur cause contre les instances départementales, qui demandent l’annulation de ces attributions illégales auprès du CNRF. Mais la pression est telle que celui-ci doit prendre le 20 juin 1945 une décision de principe, selon laquelle peuvent bénéficier de la réforme les artisans et les mineurs qui chaque année effectuent régulièrement des travaux agricoles (moissons, battage, etc.) sans lesquels leur subsistance ne serait pas assurée.

  • 189 Il s’agit de 2 000 personnes environ. Le ministre des Finances défend avec énergie leur cause, en (...)

278Cette décision est loin de calmer les esprits, car il s’avère que nombre d’artisans, tout en apportant leur savoir faire au partage, se sont accordé du même coup des avantages désapprouvés par les habitants du lieu ; quant aux mineurs, ils appartiennent pour la plupart au PC et leurs vœux, appuyés avec énergie par les organisations locales, débouchent inévitablement sur des heurts avec les autres partis. En revanche, le cas d’une autre catégorie spécifique, formée d’anciens officiers domaniaux, d’employés des Eaux et Forêts et d’exploitants agricoles diplômés, semble avoir donné lieu à des débats plus consensuels189.

279La qualité du sol, l’éloignement et la dispersion des parcelles attribuées sont au cœur des plus vifs débats locaux. En général, les CLP pratiquent le tirage au sort, l’expérience ayant montré que les gens acceptent mieux la décision du hasard que celle des hommes. Il arrive que ses membres se mettent hors du tirage pour se réserver les meilleures terres, en arguant que ceux qui ont travaillé et accepté des responsabilités méritent récompense. Cette pratique est considérée comme légitime dans le comitat de Veszprém par exemple, alors que pour les habitants du « coin des orages », le bénévolat ne doit conférer aucun privilège.

280La chronologie du partage des terres suit des rythmes différents selon les régions. Après diverses solutions adoptées ou refusées par les autorités provisoires entre novembre 1944 et février 1945 (comités de production, mise en location ou en coopératives des terres abandonnées, tentatives de collectivisation), la distribution des domaines est à l’ordre du jour dans certaines localités de la Grande Plaine.

  • 190 Op. cit., 1975, p. 176-177.

« En février et en mars, plusieurs semaines avant la publication du décret officiel sur la réforme agraire, écrit M. Somlyai, dans de nombreuses communes à l’est de la Tisza et dans le nord du pays, les paysans pauvres prirent des résolutions sur le partage des terres. Les prudents ne demandèrent que l’attribution en fermage de la grande propriété. Mais les paysans pauvres des communes au passé révolutionnaire n’hésitaient pas à exiger l’expropriation190. »

  • 191 Lettre à Gerő, 27 mars 1945. CIP, p. 29-30.

281F. Donáth insiste plutôt sur la prudence des paysans comme phénomène caractéristique des premières semaines du printemps 1945. La guerre sévit encore, il peut y avoir un retournement de la situation militaire. Le simple fait de « s’inscrire » en demandeur d’un lot de la terre seigneuriale est ressenti comme une révolte, alors que la terreur blanche de 1919-1920 est encore bien présente dans les mémoires. D’autres facteurs, comme la restauration de l’ancienne administration, la campagne hostile de l’Église catholique ou la présence trop visible de certains représentants de l’ancien régime freinent l’ardeur des candidats potentiels. Enfin, Rákosi se plaint qu’en maints endroits son parti ait pris les devants de tous les autres, donnant l’impression que seuls les communistes bénéficiaient du partage191.

282Ces hésitations expliquent pour une bonne part que les demandeurs ne se présentent pas en même temps. Dans certaines localités, ils ne se font signaler qu’au cours de l’été, et leur nombre peut se multiplier par deux ou même par trois. Or dès le départ, le dépassement des limites fixées par le décret a été une pratique assez répandue et les organismes institués aux échelons plus élevés que les CLP ont justement pour mission de décider de l’avenir juridique de ce qui a été réalisé. La deuxième phase de la réforme qui s’annonce après juin 1945 sera ainsi marquée par des conflits d’autant plus forts qu’elle coïncide avec l’effort de la paysannerie pauvre d’élargir le décret, d’une part en s’efforçant d’obtenir la reconnaissance juridique des expropriations illégales, d’autre part en exigeant que les demandes non satisfaites soient honorées par de nouvelles distributions.

283En conservant à l’échelon de l’exécution de la réforme les organes communaux, expression politique de la paysannerie directement intéressée, le document officiel a laissé subsister la possibilité de sa propre transgression. Cette « correction révolutionnaire » du texte, qui entraîne toute une classe populaire à faire l’expérience de la vie publique, s’est imposée dès le départ pour la simple raison que le pays ne possède pas suffisamment de surfaces agricoles disponibles. Même en supposant qu’on reste dans le cadre du décret, il ne sera pas possible de satisfaire toutes les demandes. Si 48 % de l’ensemble des propriétés foncières du pays (16 millions d’arpents, soit environ 9 280 000 ha) appartiennent au système domanial, les terres de labour n’y représentent que 30,5 %, puisque de vastes surfaces sont couvertes de forêts. Ce pourcentage correspond à peu près à 1 740 000 ha disponibles pour répondre à la demande de 800 000 à 1 000 000 de prolétaires ruraux et de paysans pauvres.

  • 192 En y ajoutant les biens confisqués (où 38 838 propriétés volksbundistes représentent 118 320 ha), (...)

284Eu égard au bilan social de la réforme192 (52 % des ouvriers agricoles, 47 % des domestiques, 44 % des micro-propriétaires et 75 % des petits propriétaires demandeurs de terre non satisfaits), les occupations illégales paraissent de faible importance.

285Il y a, à l’est de la Tisza, coïncidence entre la pression sociale et la combativité de la paysannerie pauvre, qui fait qu’on s’y attaque dès la première phase de la réforme à la « moyenne propriété domaniale ». D’une part, passant outre au décret qui permettait à cette catégorie de conserver 100 arpents, les CLP de la région partagent la plupart de ces terres ; d’autre part, alors que dans l’esprit du texte gouvernemental, la conservation de 100 arpents devait inciter la catégorie moyenne des seigneurs à se désolidariser de ses pairs des latifundia, au lieu de diviser les possédants, le seuil des 100 arpents sera la source de « très nombreux débats et énervements ». Ainsi ce point du décret sera une des causes les plus fréquentes des différends entre les CLP et les organismes gouvernementaux.

  • 193 Jusqu’en novembre 1945, 9 505 familles au moins, soit quelque 40 000 personnes ont migré à l’intér (...)

286Les bénéficiaires disent que la terre appartient à celui qui la cultive, et comme le décret prévoit la compensation dans une autre région193, ils pensent qu’il est plus facile de s’expatrier pour quelques comtesses ou comtes moyens que pour plusieurs centaines d’habitants pauvres. Le décret offre d’autres possibilités légales pour préserver une partie de ses domaines : jusqu’à 200 arpents si le propriétaire est descendant d’une famille de cultivateurs et se livre à l’agriculture par vocation ; 300 arpents, indépendamment de la nature (paysanne ou nobiliaire) du domaine, pour celui « qui a acquis des mérites notables dans la résistance nationale ». Il y a là deux nouvelles sources de litiges, ne serait-ce qu’en raison de l’imprécision de ces passages.

  • 194 F. Donáth, op. cit., p. 174 et notes 69, 70, p. 281.
  • 195 PV/CNB, 6 juin 1945, p. 156. Dès l’été 1945, les veuves de Bajcsy-Zsilinsky et du capitaine Tartsa (...)

287Si dans le passé, l’origine paysanne était une tare à cacher, beaucoup de ceux qui étaient fiers de leur ascendance noble sont maintenant à la recherche d’ancêtres paysans, en remontant parfois jusqu’à l’occupation turque194. La « résistance nationale » aussi revoit ses effectifs à la hausse, amenant Tildy à déclarer que « si nous avions eu autant de résistants, le fascisme allemand aurait été bien mis en difficulté195 ». Enfin, à la faveur de l’article 13 de la convention d’armistice portant sur la restitution des droits, intérêts et propriétés des Nations unies, la Hongrie se découvre en quelques mois un nombre considérable de citoyens anglais et américains…

  • 196 En avril-mai 1946, les plaintes enregistrées sont légion. Le dossier 4894 et suite (ANH, XIX-A1-j, (...)
  • 197 « Les organismes supérieurs de la réorganisation foncière mis en place pour exécuter la réforme so (...)

288Les subterfuges ne constituent que les aspects les plus pittoresques du conflit agraire. Beaucoup plus massives sont les réclamations qui submergent les instances supérieures, et jusqu’à la présidence du Conseil196. En plusieurs comitats (Csanád, Heves, Baranya, Hajdú), les anciens propriétaires emploient parfois la force pour chasser les bénéficiaires du sol disputé. De façon plus diffuse, on répand l’idée que la réforme n’est qu’une affaire provisoire, et, dans les administrations, officiers municipaux, avocats, juges, et surtout les Bureaux fonciers, se livrent à un « sabotage silencieux197 ». De fait, sur les 3 200 communes rurales du pays, dans 1700 seulement les décisions des CLP ont été entérinées au début de 1946. Même dans ces cas d’ailleurs, tout n’est pas acquis puisque de nombreuses affaires font l’objet de réclamations et l’inscription au cadastre traîne en longueur. Enfin, toutes les catégories possédantes employeuses de travail salarié sont plus ou moins solidaires dans leur hostilité à la réforme agraire, responsable de la diminution du nombre des ouvriers agricoles et donc de la hausse des salaires.

  • 198 S. Balogh, op. cit., 1975, Luttes parlementaires…, note 87, p. 547.
  • 199 Texte reproduit dans PV/CM-GNP, B, 65/2, 2 novembre 1945, annexe 65/a, p. 543-548.

289Dans ce contexte, la réforme agraire occupe une place de première importance dans les prises de position et les affrontements des partis politiques. Dès le début, le PP se met du côté des plaignants, et d’autant plus que la majorité de ces derniers appartiennent au parti ou sont ses sympathisants. Lors de la séance du 11 septembre 1945 de l’ANP, où le décret n° 600 doit être érigé en loi, le député Petit-propriétaire, Bencze, intervient aux côtés du démocrate bourgeois Füzesséry pour laisser entendre que le texte n’est acceptable que s’il est respecté à la lettre dans son application198. Dans le sillage de ces interventions, le directeur administratif de l’Office foncier, Mihály Kerék (PP) demande publiquement la révision en tenant compte des « intérêts réciproques des intéressés » (Kis Újság, 15 septembre 1945) et, de son côté, l’Église catholique met tout son poids dans la balance, par la voie notamment de la fameuse lettre pastorale de Mindszenty, datée du 18 octobre199.

290Après sa victoire électorale en novembre 1945, le PP veut, outre le respect de la « proportionnalité », en finir avec la « phase révolutionnaire » du nouveau régime, c’est-à-dire terminer la réforme agraire conformément à la lettre de la loi. Le parti semble en avoir le moyen puisque, dans le gouvernement Tildy installé le 15 novembre, son secrétaire général, Béla Kovács, remplace le communiste Imre Nagy à la tête du ministère de l’Agriculture. Cela lui permet de disposer de la direction nationale de tous les organismes concernés.

291Après avoir critiqué notamment les désordres migratoires engendrés par les attributions foncières, Kerék publie dans Kis Újság daté du 21 novembre un « bilan sincère », affirmant que nulle part ailleurs on n’a partagé la terre dans des conditions aussi difficiles qu’en ce moment en Hongrie. En maints endroits, on a commencé la réforme agraire avant la parution des décrets gouvernementaux nécessaires. Souvent, les organismes officiels n’ont fait qu’assister au partage des terres. Pour l’historien S. Balogh, l’article de Kerék avait une grande signification politique, car il impliquait tout un programme réactionnaire, au sens propre du mot, pour reprendre les terres. Le texte qui fait abstraction de la dimension historique et sociale de la question apparaît comme un point de vue apolitique inspirant néanmoins une action politique.

292En vue d’un aboutissement rapide, un projet de décret était en cours d’élaboration par Ferenc Donáth (responsable du PC pour la réforme agraire), qui souhaitait plutôt sortir la campagne profonde de sa torpeur que faire respecter à la lettre le décret gouvernemental. Or le nouveau ministre de l’Agriculture enlève le projet en question à Donáth pour le confier à Kerék. Ainsi, parmi les dispositions du nouveau plan, figurent des points qui risquent d’élargir le conflit, comme celui qui veut qu’en l’absence d’une décision juridique définitive, les bénéficiaires du partage ne détiennent les parcelles qu’en tant que locataires ; une autre idée aussi peu favorable aux initiatives populaires, c’est que passé le 1er janvier 1946, les CLP ne pourraient plus attribuer des terres sans l’autorisation des instances supérieures.

293Présenté le 18 janvier 1946, le projet Kerék est refusé par le CNRF et soulève une tempête du côté communiste et paysan-national. Si la direction du PC veut elle aussi la consolidation et le respect du « décret de base », elle doit tenir compte de ses organisations locales qui appuient l’action des CLP. C’est donc sous le poids d’exigences contradictoires que le parti conçoit son propre projet, qui est ainsi articulé : achever sans tarder la réforme et garantir la sécurité des nouveaux propriétaires, condition nécessaire pour que la production agricole reprenne vraiment. C’est l’époque des fameux slogans : « Nous ne rendons pas la terre ! », « La terre est à celui qui la cultive ! », mais en même temps, le parti cherche à rassurer la paysannerie aisée.

  • 200 S. Balogh, op. cit., 1975 p. 173.

294Tout en défendant la réforme en général, le PSD ne s’engage guère dans ces débats. Ce n’est pas le cas du PNP, qui réagit encore avec plus d’âpreté que le PC. Au moment du débat parlementaire du 7 février 1946 qui suit le discours-programme du nouveau Premier ministre Ferenc Nagy, P. Veres et F. Erdei retournent l’accusation du PP de ne pas être dans la légalité, en affirmant que le non-respect de la loi vient des fonctionnaires et des manigances des avocats ! Erdei assure que « les bénéficiaires du sol ne regarderont plus passivement les violences des anciens propriétaires et sont prêts à défendre leurs intérêts par la force du nombre200 ».

  • 201 Ibid., p. 174. Jugement formulé par le social-démocrate F. Révész.

295L’occasion en est fournie trois jours plus tard par un discours de Mindszenty prononcé en l’église de l’Adoration perpétuelle, que ses adversaires dénoncent comme un plaidoyer en faveur de la grande propriété, de la royauté et des criminels de guerre201. Le discours, qui est suivi d’une manifestation, agit comme un catalyseur, en sorte que le PC peut faire appel sans difficulté à la pression populaire.

296Lors du rassemblement du 16 février, au Palais des sports, en présentant le plan d’action de son parti en vue de la consolidation économique et financière (maîtrise de l’inflation, mise en application du programme des nationalisations, introduction du dirigisme économique, épuration des administrations, défense des nouveaux propriétaires du sol), Rákosi s’adresse en particulier à cette paysannerie pour l’inciter à défendre ses acquis et à procéder au « nettoyage » des administrations publiques.

297Commencées dès le 12 février avec l’envoi de plusieurs délégations de paysans auprès de l’Assemblée nationale, les manifestations s’étendent rapidement dans tout le pays, à l’exception de deux comitats transdanubiens (Fejér et Somogy), semble-t-il. En certains endroits, les mouvements de masse échappent aux organisateurs et dégénèrent en affrontements sanglants. Il arrive même (à Szeged et à Ózd notamment) que la foule reprenne les mots d’ordre lancés par des « éléments fascistes » et transforme les manifestations en pillage et en démonstration antisémite.

298Autant dire que l’autorité et le prestige du PC ne sortent pas toujours grandis de ces événements, bien que la mobilisation populaire apporte aux arguments du parti une grande force de persuasion. Discuté d’abord, comme tous les sujets importants, en réunion commune des partis, le projet de loi communiste est débattu le 2 mai devant le groupe réuni des commissions agricole et juridique du parlement, puis, le 3 mai, devant l’assemblée plénière. Pour le compte du PNP et du PC, Veres et Donáth réaffirment avec force qu’à l’exception des propriétés paysannes de moins de 50 arpents (soit une trentaine de ha), aucune terre ne sera restituée aux anciens propriétaires.

299Le rapporteur Ferenc Z. Nagy, député du PP, rappelle les excès commis au cours des partages, « mais il faut, dit-il, tenir compte du fait qu’on ne peut pas remédier aux fautes commises en en commettant une autre, qui serait encore plus grande, indéniablement. On ne peut pas déplacer des hommes qui sont installés maintenant depuis deux ans sur la terre qu’on leur a attribuée ». Expliquant son point de vue, un autre député Petit-propriétaire, Sámuel Filó, déclare qu’il n’accepte un tel projet de loi que par discipline de parti. Selon lui, l’application de la loi a été complètement ratée car elle paralyse les exploitations paysannes saines, et divise la paysannerie. Son collègue, Jenő Németh, récemment exclu du PP, pense que c’est une tragédie nationale que la réforme agraire ait été réalisée sous la direction et avec la collaboration des communistes. L’exécution de la réforme a été une suite d’illégalités, dit-il, et le présent projet de loi est la « légalisation des illégalités ». Au nom du PC, Imre Nagy défend surtout les CLP, dont « le travail et les sacrifices » ont permis qu’ « il ne reste plus de trace de l’ancienne Hongrie féodale » ; « personne, même les députés de l’Assemblée nationale, n’a le droit de salir ces organismes », ajoute-t-il en laissant entendre qu’on aura encore besoin des CLP. Du côté du PNP, Imre Kovács appuie sans réserve le projet, qui devient l’« article de loi IX de 1946 sur le repeuplement et l’accélération de l’achèvement de la réforme agraire », promulgué le 10 mai 1946.

300Les débats ne sont pas pour autant terminés. L’inscription au cadastre et le lotissement des terrains constructibles n’avancent que lentement, et les décisions souvent contradictoires des différents organismes fonciers entretiennent l’incertitude. Par ailleurs, les nouveaux exploitants ne disposent pas des équipements nécessaires et rencontrent de grosses difficultés pour le démarrage. Ils manquent notamment de crédits et d’instruments aratoires, l’outillage exproprié des grands domaines étant pour la plupart inutilisable sur les petites parcelles. Faut-il rappeler que les latifundia hongroises étaient « féodales » par leur origine mais capitalistes par leur équipement et leur organisation du travail.

301Pour aider les paysans à répondre à ces difficultés, et pour se constituer un capital politique, le PC crée une nouvelle organisation, la Fédération nationale des nouveaux propriétaires fonciers (FNP) et s’investit dans diverses actions dans les villages. La FNP devra coiffer, sous l’autorité directe des organisations locales du parti, les CLP et les nouveaux propriétaires, y compris ceux qui appartiennent à l’Alliance paysanne. Celle-ci et le PP attaquent donc ouvertement la FNP, qui n’est pas en odeur de sainteté non plus auprès du PSD et du PNP : le premier veut rester à l’écart de cette initiative communiste, et le second, outre qu’il voit menacer un secteur qui lui appartient par définition, estime qu’il est erroné de constituer encore une autre organisation paysanne.

302Le congrès constitutif de la FNP convoqué pour le 15 septembre 1946, est précédé d’une intense campagne idéologique. Il s’avère néanmoins que les délégués qui approuvent les rapports et élisent la direction nationale, représentent pour l’essentiel ceux qui étaient déjà favorables au PC dans la paysannerie. Il y avait d’ailleurs plusieurs régions où il n’existait encore à cette date aucune organisation de la FNP. Mais l’essentiel, c’est que l’initiative a basculé, enlevant ses justifications à la démocratie directe dans les campagnes. Comme dans les usines, selon l’image familière, le Parti n’a embrassé le mouvement que pour mieux l’étouffer. La conclusion de ce processus sera codifiée par une loi du 3 janvier 1947, qui supprime les CLP et les instances paritaires départementales (les CDRF), au bénéfice des experts et des administrateurs des Bureaux fonciers. Dans la mesure où l’intervention d’un organisme socio-politique s’avère nécessaire, le décret renvoie à la FNP et à l’instance nationale des comités nationaux.

Les Comités nationaux (CN)

303Inspirées par la politique de front populaire décidée lors du VIIe congrès du Komintern en 1935, des organisations associant plus ou moins les partis communistes et les partis dits démocratiques, ont été créées sous différentes appellations dans les pays occupés de l’Europe. Ces mouvements de résistance organisaient la lutte armée contre l’occupant et ses collaborateurs, tout en préparant, surtout à partir de 1943, des projets sociaux et politiques pour la réorganisation des pays concernés après la guerre.

  • 202 M. Korom, op. cit., 1981, p. 238-240.

304En Hongrie, le Front d’indépendance national créé à Szeged le 2 décembre 1944 succède au Front hongrois, organisé fin mai – début juin 1944. Celui-ci regroupait au départ le parti de la Paix (communiste), le Conseil syndical, le parti des Petits-propriétaires et une partie des légitimistes, que venaient rejoindre les Paysans-nationaux202. Le Front ayant été annihilé, ce sont ensuite les dirigeants communistes de l’émigration moscovite qui prennent en main la cause de « l’union nationale ». À Szeged, le Front d’indépendance et le CN de la ville sont des créations simultanées, comprenant chacun à son échelon les cinq partis (PC, PSD, PP, PNP, PDB) et les syndicats.

305Comme les élections à l’Assemblée nationale provisoire se font sous l’égide du Front, la première vague de créations de CN se confond avec l’opération électorale, jusqu’au 19 décembre 1944. Dans les 45 localités, où l’on désigne des députés, ce sont en partie les comités locaux déjà existants qui se transforment en CN en se donnant une structure partisane. Comme dans le cas de Szeged, sont concernés avant tout les chefs-lieux de comitat (Debrecen, Miskolc, Eger, Nyíregyháza, Kecskemét, Pécs), où les 16 et 17 décembre les CN se constituent avec des compétences départementales.

  • 203 M. Korom, A népi bizottságok és a közigazgatás Magyarországon 1944-1945 (Les comités populaires et (...)

306Après la réunion de l’ANP et la formation du Gouvernement national provisoire, la réorganisation des anciens comités se poursuit au cours de l’hiver 1944-1945, alors que dans les régions nouvellement libérées, la mise en place des CN s’effectue d’emblée selon le modèle de la coalition. C’est le cas en particulier de la partie occidentale de la Hongrie, plongée dans la guerre jusqu’en avril. Ici, la machine administrative reste pratiquement intacte et les CN n’apparaissent d’abord que dans les villes, où il existe des éléments politisés et organisés : Székesfehérvár, Komárom, Győr, Pápa, Sopron, Nagykanizsa, Zalaegerszeg, Keszthely, Szombathely, etc. Dans les communes rurales, les fonctionnaires locaux et les anciens élus tiennent en main l’appareil administratif et organisent à leur manière, ou résistent à l’extension des CN, qui mettent parfois 2 mois et plus à se constituer, alors que le mouvement est déjà sur son déclin203.

  • 204 Máthé (Gábor), A közigazgatás demokratikus átalakítása Fejér megyében 1944-1945-ben (La transforma (...)

307En réalité, la mise en place des CN présente une multitude d’exceptions, qu’il s’agisse de la qualité des acteurs ou de l’attitude des CN vis-à-vis des autorités gouvernementales. Dans nombre de villages détruits de la Transdanubie, il n’existe aucun parti pour faire des CN l’équivalent local de la coalition et, d’autre part, on y rencontre bien des CN qui sont aussi réfractaires aux consignes du GNP que certains de ceux de la Tiszántúl204. Inversement, la Hongrie orientale comporte, en dehors même du comitat de Szabolcs et ses environs, de forts noyaux « légalistes ».

  • 205 B. Balázs, Népmozgalom és nemzeti bizottságok 1945-1946 (Mouvement populaire et comités nationaux (...)

308Théoriquement, les CN se forment à tous les échelons de la hiérarchie administrative. En fait, leur réseau sera très discontinu, en particulier dans les chefs-lieux de districts (cantons). Dans les villes, où l’administration se reconstitue rapidement, les CN cèdent la place à des organisations éprouvées, comme les syndicats ou les comités d’usine et les divers comités de production nouvellement créés. Quant aux comitats, bien que cet échelon soit par définition le relais gouvernemental, il semble que l’activité des CN y fût occasionnelle, sans pouvoir réel sur les CN locaux (communes, villes, cantons) qui fonctionnèrent pour la plupart du temps de façon autonome205.

309Cette faiblesse du niveau départemental pouvait s’expliquer par une certaine inutilité, dans la mesure où les communes, loin de se comporter en réceptacles des consignes gouvernementaux, engendraient leurs propres initiatives en fonction des tâches pratiques et prenaient l’allure de pouvoirs concurrents. Mais quel que soit l’échelon, on peut distinguer entre le processus de mise en place des CN et l’attitude qu’ils adoptent dans la réorganisation administrative. C’est à partir de ces deux pôles que s’établissent les rapports entre les CN et le gouvernement et qu’une typologie peut être tentée.

310En ce qui concerne la mise en place, force est de constater que malgré l’abondance des publications sur le sujet, il n’existe pas, sous bénéfice d’inventaire, de relevés systématiques qui permettraient de repérer les acteurs et la nature des initiatives selon les localités. Les documents et les publications consultés citent, au hasard des exemples, 100 à 150 localités différentes, ce qui rend possible au moins quelques observations simples.

311Il est clair que les promoteurs se répartissent en deux catégories : soit un ou plusieurs partis politiques, soit divers représentants anciens de l’administration locale. En général, le consensus, l’esprit paritaire président à la création des CN dans les grandes villes, où la volonté d’union nationale est souvent proclamée.

  • 206 PV/CN, AD, t. 1, p. 288-296.

312À Miskolc, le 16 décembre, l’homme du PC, Mihály Farkas, cite les exemples de Szeged, Debrecen, Hódmezővásárhely, Orosháza et Szentes (lieux des premiers CN) pour affirmer que « le parti communiste ne veut pas de monopole politique, il veut se battre au même titre que les autres partis pour la Hongrie libre et indépendante, [il] ne veut pas réaliser la dictature prolétarienne en Hongrie [...] La raison pour laquelle on ne peut pas introduire le régime soviétique, dit-il, c’est que la grande majorité du peuple ne le veut pas. » Il conclut en disant que les communistes resteront « des membres fidèles des Comités nationaux206 ».

  • 207 PV/CN, 17 janvier et 5 février 1945. AD, t. 1, p. 540-541. t. 2, p. 383.
  • 208 B. Balázs, op. cit., p. 49-50.

313Les documents attestant la loyauté du PC ne manquent pas. À l’occasion, celui-ci prend lui-même l’initiative de revoir la composition du CN qu’il a créé seul207. B. Balázs cite plusieurs communes rurales, où les CN ont débuté sans heurts, avec la coopération des deux principaux partis présents, PC et PP : Mány (Fejér), Tiszanána (Heves), Nagyiván (Szolnok), Nyárád (Veszprém), Battonya (Békés), Salgótarján (Nógrád), etc. ; à Mosonmagyaróvár (Győr-Sopron), le PC invite les représentants du PSD alors que celui-ci n’est pas encore formellement constitué. D’ailleurs, si dans un grand nombre de localités les CN ne sont composés que de communistes, c’est parce qu’il n’existe pas d’autres partis au moment où ces derniers prennent l’initiative208.

  • 209 Sipos (Levente), A Szabolcs és Szatmár megyei nemzeti bizottságok és önkormányzati testületek össz (...)

314Mais les conflits se multiplient autour des CN au fur et à mesure que les partis se reconstituent. Il est fréquent que les communistes locaux s’opposent aux nouveaux venus pour conserver leur liberté d’action. Au nord-est, le comitat de Szabolcs-Szatmár où le préfet J. Erőss est solidement installé, c’est le PP qui tient le haut du pavé. À Mátészalka, il interdit le CN aux communistes, et dans le village de Csaholc pour affronter un PSD solide c’est lui qui met en place tous les partis autorisés, y compris le PC, qui votent avec lui au CN et au conseil municipal209.

  • 210 PV/CN, 11 janvier 1945. AD, t. 1, p. 493-494.
  • 211 PV/CN, 16 décembre 1944 et 15 janvier 1945. AD, t. 1, p. 283-284 et 520-523.

315Les différends soulevés par le mode de représentation au CN sont nombreux, puisque le PC défend la parité. En général, le PP conteste ce principe, qui ne tient pas compte du nombre d’adhérents des partis ni de la structure sociale des localités, et qui aura des répercussions sur la composition des conseils municipaux que les CN sont appelés à former. Exigeant la représentation proportionnelle, ses prises de position en ce sens peuvent donner lieu à de longs débats, comme à Csanádapáca (Békés)210. À Hajdúböszörmény (30 000 habitants), cette question s’ajoutant au problème posé par l’arrivée des partis nouvellement reconstitués ou modifiés provoque un conflit spectaculaire, puisque le PP quitte le CN211.

316En l’absence de partis formellement constitués, ce qui est le cas dans de très nombreuses communes rurales, ce sont les hommes de l’ancienne administration, restés à leur place, qui prennent en main la cause des CN, loin visiblement de s’interroger sur la nature partisane de ces organisations. Dans plusieurs communes de la partie sud du comitat de Heves (Poroszló, Sarud, Újlőrincfalva, Tiszaigar…), le CN est organisé sur une base professionnelle et selon des critères de fortune, sous la direction de petits exploitants et des anciennes commissions exécutives. En Transdanubie, il n’est pas rare que ce soit les officiers municipaux ou les maires qui provoquent des assemblées populaires et que l’élection du CN soit aussi l’occasion de réélire les anciens appareils administratifs (Sárszentágota, Zalavég, Lakócsa, Kápolnásnyék, Nemesszalók, Bakonysárkány, Pápanyögér, etc.).

  • 212 B. Balázs, op. cit., p. 48-54.

317Les CN « sans appartenance politique » ne sont pas propres à la Transdanubie. Dans les comitats de Hajdú, Békés et du « Bihar occidental », les CN de toute une série de communes sont dominés par les « éléments horthystes », et on rencontre parmi leurs présidents des chefs de districts (Sárrétudvari, Nagyléta), des prêtres (Álmosd, Újléta, Hosszúpályi, Vértes), des officiers communaux et des maires (Újszalonta, Hencida, Furta, Sarkadkeresztúr212).

  • 213 Voir Chap. II, p. 43.
  • 214 Op. cit., p. 51. Toutefois, à Székesfehérvár (chef-lieu du comitat de Fejér), le CN de la ville cr (...)

318La prise en charge des CN par l’autorité administrative a créé une situation particulière dans le comitat de Szabolcs et les districts voisins. Le préfet modéré, Erőss (PP), parvient ici à consolider dès novembre 1944 l’ancienne administration213. Le CN départemental formé le 17 décembre comprend les délégués des partis (PP, PCH, PSD), des syndicats, des artisans et des commerçants, ceux des « démocrates sans partis », de l’Alliance paysanne et du Cercle des cultivateurs, soit en tout 24 membres et le président à élire. Le 19, l’élection législative ayant lieu en même temps, Erőss est élu premier des cinq députés (avec 25 voix !) et président du CN de son comitat. Que le préfet soit en même temps président du CN de son comitat « est un cas probablement sans précédent », écrit L. Sipos214.

319Ce cas conduit directement au problème des rapports entre Comités nationaux et administration. À noter que la distinction entre ces deux pôles ne se justifie souvent que par la nécessité de la présentation. Appelés à combler le vide causé par la dislocation des anciennes administrations, les CN se confondent fréquemment avec cette mission et tendent à devenir une autorité propre. Au GNP, on ne s’oppose pas d’emblée à cette évolution.

320Fin décembre 1944, dans un article intitulé « Sur le chemin de l’autonomie administrative populaire », le ministre de l’Intérieur, F. Erdei, semble vouloir épouser cette tendance quand il écrit, après avoir évoqué le « passé lointain » du comitat nobiliaire et la grande faiblesse de la représentation populaire dans les administrations locales et intermédiaires à travers les différentes réformes, que

  • 215 Délmagyarország, 31 décembre 1944. Article reproduit, entre autre, dans Igazság (Vérité) d’Eger, 1 (...)

« le nouveau gouvernement démocratique ne peut avoir d’autre chemin vers la reconstruction et le développement de l’État et de l’administration que celui qui prend pour fondement les organismes populaires de l’autonomie administrative, qui rend ces derniers homogènes et les met en relation les uns avec les autres et réglemente leur fonctionnement par des mesures générales215 ».

  • 216 PV/CM-GNP, A, 3/3, 4 janvier 1945.

321Le premier document de la réglementation voit le jour le 4 janvier 1945 : c’est le décret n° 14 du Premier Ministre. Devant les « tâches énormes » que représente le rétablissement de l’État et des administrations locales, il appelle la population du pays à « rétablir dans les communes, les villes et les comitats des organes de l’administration ». Plus précisément, il s’adresse aux CN déjà en place ou qui restent à créer aux différents échelons, pour qu’ils reconstituent les assemblées représentatives. Il souligne que les « Comités nationaux en tant qu’organismes politiques ne doivent pas se substituer aux organisations administratives. En ce qui concerne l’effectif des assemblées, il est souhaitable qu’il soit du même nombre que dans le passé pour les communes et les villes départementales, environ la moitié pour les villes municipales et le quart pour les conseils généraux216 ».

322Le décret ne fait pas disparaître les complications ni les conflits. D’une part, le problème du mode de représentation des partis se répercute dans les conseils, d’autre part, la place que le texte assigne aux CN dans l’administration est constamment bouleversée sur le terrain. On peut en gros, délimiter trois situations : soit que le CN se transforme lui-même en corps représentatif, soit qu’il nomme celui-ci et il en reste distinct, soit encore qu’il soit phagocyté en quelque sorte par l’appareil administratif.

  • 217 Balogh (István)-Németh (Péterné), Iratok a Szabolcs és Szatmár megyei nemzeti bizottságok muködés (...)

323De ce dernier cas, le meilleur exemple est certainement celui du comitat de Szabolcs, qui vient d’être cité. Il l’est d’autant plus que l’échelon de l’autorité est le comitat et que le préfet, homme expérimenté à la fois en politique et en administration, agit consciemment pour museler les CN et tenir les partis à l’écart de l’administration217.

324L’absorption du CN par la sphère administrative relève dans les communes aussi des situations où l’ancienne autorité a pu garder l’initiative. Ce procédé, qu’on repère ici et là, aboutit à un organisme unique. Dans la commune de Tápé (Csongrád), où un seul fonctionnaire, le chef du ravitaillement, est resté à sa place à l’approche des Russes, un document, signé à la fois par « le maire » et « au nom du Conseil national », rapporte que « nous avons formé un Conseil national avec la participation du Parti communiste qui administre la ville depuis la fin du mois d’octobre selon ses possibilités ».

  • 218 Rapport, 8 janvier 1945 et PV/CN, 12 janvier 1945. AD, t. 1, p. 449-450 et 499-500.

325À Tiszaszöllős, dans le comitat de Szolnok, c’est sur l’injonction du chef de district de Tiszafüred que, « jusqu’à nouvel ordre », les affaires de la commune sont gérées par une « commission nationale exécutive communale », composée de 12 membres, soit 4 délégués pour chacun des partis existants (PP, PDB et PSD). Seront encore élus dans la dite commission l’officier municipal en chef István Kovách et le maire János Oláh, « donc ceux qui ne se sont pas enfuis de la commune et qui ont tenu bon jusqu’au bout aux côtés du peuple, même au milieu des combats, et qui ont porté secours à la population dans les heures les plus difficiles218 ».

  • 219 À la séance du 9 janvier 1945 par exemple, les points suivants ont figuré à l’ordre du jour : reco (...)

326L’assimilation se produit en sens inverse quand c’est le CN ou son équivalent qui se substitue au conseil municipal. Malgré son caractère assez peu conforme au décret gouvernemental, cette démarche ne semble pas avoir provoqué des conflits et apparaît donc aussi consensuelle que la précédente. L’exemple de la petite ville agricole de Kisújszállás (Szolnok) est d’autant plus significatif que la réunion où se fait le passage d’un organisme à l’autre est présidée par le juriste Kálmán Kovács. Le 27 décembre 1944, celui-ci clôt la séance du conseil municipal provisoire et annonce que dans cinq minutes il invitera à nouveau les membres du conseil à la réunion constitutive du CN. Au terme de ce simulacre, le CN se considère comme « successeur juridique » du conseil municipal et continue à administrer la ville avec ses 24 membres, les réunions se tenant sous la présidence du maire ou de l’officier municipal219. Mais le 22 janvier le CN est dissous, pour être reconstitué avec les partis (PC, PP, PNP) et les syndicats (Terrassiers, Artisans, Intellectuels, Cheminots), conformément au décret n° 14 ; on prévoit en même temps un conseil municipal distinct.

  • 220 Ibid., PV/CN, 22 janvier 1945. AD, t. 2, p. 14-15.

« À la fin de la réunion, le maire remercie les membres anciens du Comité national, en particulier les deux prêtres présents, pour le travail accompli dans l’intérêt public, en demandant à ces derniers de ne pas lui en vouloir du fait qu’ils ne feront plus partie du nouveau Conseil national, puisque, en tout cas, l’Église ne peut pas s’occuper de politique, et en ajoutant qu’ils seront présents dans le conseil municipal à constituer220. »

  • 221 Scénarios semblables à Rákosliget et à Túrkeve. PV/CN, et Rapport, 28 décembre 1944, début mars 19 (...)
  • 222 Dans le comitat de Csongrád, le chef de district de Kiskundorozsma rapporte que dans la commune de (...)

327Si l’exemple de Kisújszállás n’est pas isolé221, il n’est pas possible de savoir dans quelle mesure l’assimilation des instances administratives au CN, ou le contraire, dépend de la couleur politique des protagonistes. Les exemples cités laissent seulement entrevoir, de façon sommaire, les tendances : en l’absence de parti communiste, c’est ce qui reste de l’ancienne administration qui absorbe le CN, sinon c’est l’inverse. D’ailleurs, en raison de la pénurie en personnel, nombre de petites communes n’auraient pu avoir suffisamment d’hommes pour étoffer deux organismes. On constate aussi que certaines communes ont gardé les dispositifs mis en place aux premiers jours de la libération222.

  • 223 G. Farkas, op. cit., p. 38-39.

328Après le décret du 4 janvier, le CN est normalement un organisme distinct. Il doit en principe se cantonner dans un rôle socio-politique et, de leur côté, les conseils généraux et municipaux peuvent avoir pour membres des élus qui ne font pas partie d’un CN ou qui n’appartiennent à aucun parti politique. Il n’empêche que c’est par ces délégués que les partis sont présents dans les conseils. Ce sont eux qui élisent l’appareil administratif, les fonctionnaires aux différents échelons, dont les décisions expriment plus ou moins les intérêts des partis en présence. « C’était sur le terrain de l’administration publique que se sont affrontées pour la première fois les différences politiques à l’intérieur de la coalition223. »

  • 224 B. Balázs, op. cit., p. 122-125.

329Autant dire que le mode de représentation est sur ce terrain encore plus disputé que pour la composition des CN, les Petits-propriétaires récriminant sans cesse contre la règle de la parité. « Dans beaucoup de comités nationaux, la composition des conseils municipaux a donné lieu à des débats et des affrontements violents », écrit B. Balázs en citant une série d’exemples, dont la plupart viennent de la Transdanubie : Siklós, Mohács (Baranya), Előszállás, Szabadhídvég, Sárszentágota (Fejér), Rinyaszentkirály, Nagyatád, Kaposvár (Somogy). Dans les comitats de Győr, Somogy et Fejér le conflit affecte les conseils généraux et tourne, comme c’est le cas souvent dans les communes rurales, autour de la représentation de l’Alliance paysanne, pour le PP, et des syndicats, pour le PC. Au conseil général de Székesfehérvár, le PP obtient une majorité de 60 %, au terme d’une quatorzième réunion, mais quitte à nouveau l’assemblée224.

  • 225 Dans nombre de communes, on s’oppose à la réintégration des personnes qui ont quitté leurs postes.

330Dans l’esprit du décret du 4 janvier, les CN doivent rentrer chez eux après la reconstitution des assemblées représentatives. L’intention du GNP est d’autant plus claire que le même jour il appelle les fonctionnaires absents à regagner sans tarder leurs postes et à se mettre au travail225 ; et surtout, il procède à la nomination des préfets dans les comitats où les conseils généraux ont été mis en place : neuf en sont nommés le 4 janvier (3 PC, 3 PP, 2 PSD, 1 PPN), que suivront cinq autres le 14 (2 PP, 1 PC, 1 PSD, 1 PPN). Après la fin des combats, le réseau est complété le 28 avril par les nominations à la tête des départements transdanubiens.

331Quant aux attributions des préfets, le ministre de l’Intérieur les a définies dès le 11 janvier en faisant connaître à ces derniers les passages les concernant des articles de loi VI de 1876, XXI de 1886 et XXX de 1929. Comme dans le passé, ils représentent le gouvernement, mais en répondant aux besoins nouveaux ils doivent aussi aider au développement des partis politique et des comités nationaux et assurer la bonne marche de la vie communale et municipale. Les préfets président à l’élection des fonctionnaires qui occupent des postes de responsabilité, et désignent eux-mêmes ou déplacent les fonctionnaires subalternes ; ils sont également responsables de la police et des gardes civiques et coopèrent étroitement avec les commandants militaires locaux. En outre, le décret n° 43 du 27 janvier 1945 les charge de la mission de commissaires du gouvernement au ravitaillement, sans rétribution particulière.

332Mais les pouvoirs ainsi définis restent passablement théoriques. « En réalité, constate G. Farkas, au printemps 1945, le pouvoir des comités nationaux était exclusif. » Sans parler de l’ambiance révolutionnaire de la saison, l’enracinement des CN bénéficie des retards accumulés dans le renouvellement des conseils municipaux, ainsi que de la faiblesse des moyens dont dispose le GNP pour étendre et affermir son autorité. On ne saurait négliger non plus les hésitations initiales de ce gouvernement quant à la structure de l’État à construire, comme l’a montré l’article souvent cité du ministre F. Erdei sur « le chemin de l’autonomie administrative populaire » (Délmagyarország, 31 décembre 1944).

333Il n’existe malheureusement pas de relevés systématiques qui permettraient de mesurer l’importance des CN qu’on pourrait appeler « récalcitrants » par rapport aux comités « légalistes ». Ce qui est indéniable, c’est que les deux catégories existent aux différents échelons de la hiérarchie administrative. Dans les deux cas, les prétentions des CN sont fondées sur l’antériorité de l’expérience par rapport aux déclarations d’intention, et sur une pratique administrative qui bouscule souvent les règles du passé et choque les partisans de la continuité juridique.

  • 226 PV/CN, 22 décembre 1944 et 17 janvier 1945. AD, t. 1, p. 355-356 et 541.

334Dans ce contexte, même les CN légalistes se distinguent par une grande détermination. Celui de Miskolc par exemple, se déclare dépositaire de la souveraineté de l’État et de l’autorité administrative, et impose notamment au maire de lui présenter tous ses arrêtés avant la publication. Aussi légaliste, et réuni le 22 décembre 1944 sous la présidence d’honneur de l’évêque Gyula Czapik, le CN d’Eger adopte la résolution suivante : « Jusqu’à ce que le gouvernement central parvienne à appliquer ses décrets dans les régions libérées, le comité national fonctionne comme une source juridique pour le comitat de Heves et la ville d’Eger. » Puis, après le décret du 4 janvier, pour bien marquer qu’il ne souhaite pas se substituer à l’autorité, il fait imprimer et afficher un panneau portant l’inscription « Les affaires administratives n’appartiennent pas au Comité national ! Le Comité national ne s’occupe que des affaires politiques226 ».

  • 227 B. Balázs, op. cit., p. 56-57.

335Alors que le consensus peut se traduire par une sorte de partage des pouvoirs, comme à Salgótarján où le CN administre les affaires civiles avec le préfet, une crise municipale peut entraîner le « retour en force » du CN : c’est ce qui s’est produit visiblement à Hajdúböszörmény quand, le 19 juin 1945, le comité de la ville déclare que ses membres, munis de certificats d’immunité, seront considérés durant leurs fonctions comme une autorité administrative, que l’on ne devra pas entraver dans son travail227.

336Dans la catégorie des CN récalcitrants, l’insoumission se traduit en général de deux manières : soit que, sans détermination précise de ses compétences, le CN se comporte en autorité souveraine vis-à-vis des conseils municipaux, soit que, plus particulièrement, il se réserve tous les droits en matière de nominations.

  • 228 À Monor (Pest), le conseil municipal doit soumettre son règlement intérieur au CN, qui lui donne d (...)

337C’est une pratique répandue que le CN continue à demander des comptes à l’administration municipale qu’il a installée. Il manifeste son autorité en demandant des rapports d’activité et, plus souvent, en exigeant que les documents plus importants lui soient soumis pour approbation avant les prises de décision. A l’occasion, il rappelle à l’ordre un secrétaire général ou un commissaire de police, à cause des lenteurs constatées dans l’exécution des mesures qu’il a par exemple lui-même décidées. Dans plus d’un cas, l’antagonisme PC-PP s’efface quand il s’agit de manifester l’autorité du CN face à un émissaire du pouvoir « officiel228 ».

  • 229 L’affirmation d’une légitimité propre apparaît bien à Gyöngyös (ville mi-vigneronne, mi-industriel (...)
  • 230 B. Balázs, op. cit., p. 58.

338Les conflits autour des nominations sont nombreux229. À maintes reprises, les CN se dressent contre les choix des administrations centrales pour préserver certaines fonctions à leurs candidats, ou protestent par principe quand leur avis n’a pas été demandé préalablement lors des nominations. Sur ce terrain, les différends peuvent porter sur des sujets importants, comme la nomination des sous-préfets (Győr et Tolna, par exemple, les 11 juin et 26 septembre 1945) ou sur des affaires mesquines, comme l’embauche d’une sténo-dactylo par le commissaire de police local à Csorvás (Békés) le 4 mai 1945, provoquant un avertissement du CN, qui n’en a pas été prévenu230.

339La volonté des CN de se réserver des pouvoirs de décision dans les deux domaines précités concerne les aspects les plus généraux de leurs rapports avec le pouvoir « officiel » qui se met en place d’en haut, sous l’égide de Moscou et le contrôle allié. Dans ce cadre général, les CN prennent des décisions touchant aux problèmes les plus divers : police, épuration, activité économique et ravitaillement, etc. La direction communiste, revenue de Moscou dans le même convoi que les généraux horthystes, se trouvera, elle aussi, en porte à faux par rapport à l’évolution des CN, bien que son nom soit étroitement liée à l’origine de cette institution. Que le PC ne parvienne pas à insérer les CN dans la structure du nouvel État montre, avec bien d’autres indices, qu’on est en présence de deux sources spécifiques du pouvoir.

340Cette dualité prend un éclairage bien significatif dans le cas du Comité national de Budapest (CNB), en raison du poids énorme que représente dans la vie du pays la capitale politique. Budapest, qui possède un statut administratif propre, a été fortement marquée par les révolutions de 1918-1919, et c’est là que vivent plus de la moitié de la classe ouvrière organisée et l’essentiel des classes moyenne et bourgeoise. Le siège prolongé et les combats de rue ont ruiné la ville, en sorte que la survie d’une population nombreuse requiert un énorme travail d’organisation. Cet effort sera pris en charge par le CNB qui, à plus d’un titre, va jouer le rôle d’un second gouvernement.

341Après une réunion préalable tenue le 8 ou le 9 janvier 1945 à l’initiative des communistes, le CNB est constitué le 21 avec les quatre principaux partis de la coalition et les syndicats. Chacune des cinq organisations délègue huit membres, que viendra rejoindre à la fin de mars le PDB. Le 27 janvier, le CNB crée en son sein un organe exécutif, le « comité des cinq », qui, entre deux réunions plénières, tranche les questions urgentes. À sa tête, se relèvent les secrétaires généraux successifs du CNB : György Gulácsy (PP), Ferenc Farkas (PNP), puis Gyula Kállai (PC). Ils dirigent un secrétariat de 24 membres, responsable de l’application des décisions du CNB et de la préparation des séances de la commission des cinq.

  • 231 Akkori önmagunkról… (Tels que nous étions alors…), Bp., 1982, p. 31-36.

342Très vite, l’action du CNB s’identifie avec le nom de Zoltán Vas, qui, délaissant quelque peu son parti, devient l’homme de premier plan du Comité. Souple et doué d’un grand talent d’organisateur, il met à profit son expérience acquise dans les territoires libérés, comme il l’écrit lui-même en évoquant cette période de sa « vie mouvementée231 ».

343Après avoir tenu dix-neuf réunions, la commission des cinq cesse d’exister le 19 mars 1945. Les journaux (Szabadság, Szabad Nép, 26 et 28 mars 1945) attribuent cette fin à la mise en place du Conseil municipal de Budapest, qui « prendrait bientôt en charge une partie du travail » du CNB. Celui-ci continue pourtant à se réunir chaque semaine en séance plénière avec un effectif réduit de 40 à 18, c’est-à-dire que chaque parti, y compris le PDB et les syndicats, ne délègue plus que trois membres chacun. De ce CNB réorganisé, Arpád Szakasits est le président et Gyula Kállai le secrétaire.

344Dans ses mémoires, Rákosi parle des « frictions » de plus en plus fréquentes entre le CNB et le Gouvernement de Debrecen,

  • 232 Op. cit., p. 146, 150.

« [...] du simple fait que le Gouvernement était situé incomparablement plus à droite que le Comité national qui, lui, se trouvait sous l’influence des prolétaires de Pest. Par-dessus tout, ajoute-t-il, le maire de Budapest était János Csorba, qui a vite renoué ses liens avec l’aile droite du Gouvernement de Debrecen, et à partir de là, le Comité national se trouvait pris entre deux feux [...] La situation était rendue compliquée du fait que le Comité national de Budapest exigeait que les ministères de Debrecen, qui souvent ignoraient jusqu’à son existence, appuient et exécutent ses décisions232 ».

  • 233 PV/CNB, p. 42 et notes 4, p. 90 et 7, p. 108.

345Les rapports tendus entre les deux institutions sont palpables au moment de l’arrivée du GNP à Budapest. Dans une résolution adoptée le 26 février 1945, le CNB « décide d’adresser une note au Gouvernement, dans laquelle il le somme de transférer son siège dans la capitale ». Le moment venu, le maire Csorba propose lors de la séance du 11 avril que lui-même et le CNB se rendent dans la grande salle de l’Hôtel de Ville central pour accueillir officiellement les membres du Gouvernement. À peine le texte est-il adopté que les délégués du PNP et du PC interviennent : Imre Kovács : « Accueillons le gouvernement, mais il faut que cela reste un acte officiel… » ; Ernő Gerő : «...sans aucune manifestation d’enthousiasme233… »

346Le décret du 4 janvier destiné à clarifier les rapports entre les CN et le gouvernement n’était pas applicable à Budapest, à cause des événements. Si le CNB a mis rapidement en place le dispositif administratif de la capitale, sans s’y substituer, un ensemble de circonstances a fait qu’il a été porté pendant plusieurs mois à la tête de l’administration municipale. Dans les arrondissements, les CN se sont formés indépendamment du CNB, et les deux échelons se heurteront souvent pour des raisons de compétences et de coordination. Le CNB est tout investi dans l’organisation des tâches matérielles pour remettre en marche la vie de la capitale, alors que les CN d’arrondissement sont plus politisés et ils se montreront plus pugnaces pour se défendre comme pouvoir populaire, la plupart d’entre eux se réunissant jusqu’en janvier 1949.

347Les controverses entre le Gouvernement et le CNB, et en général les CN, provoquent très tôt l’intervention de la CCA, que visiblement le Premier ministre a alertée. En effet, le 22 mars 1945, Béla Miklós écrit à Gero″ : « Les excès en série des Comités nationaux, principalement à Budapest, obligent le Gouvernement à signaler ces abus à la Commission de contrôle alliée pour défendre son autorité ». C’est ainsi que le 6 mars, en présence de Tildy et de Gyöngyösi, le vice-ambassadeur Ossokine « a exprimé sa stupéfaction devant les excès des Comités nationaux ».

  • 234 AIHP, 274.f. 7/40, cité par L. Szűcs, PV/CM-GNP, A, note 16, p. 291. Dénigrement des CN par le pro (...)

348Il somme Gyöngyösi de faire savoir au Premier ministre qu’il doit maintenir « avec la plus grande sévérité » le CNB dans les limites de ses attributions. Il souligne que les CN ne sont que des corps consultatifs et n’ont pas le droit d’intervenir dans l’application des lois ni dans l’administration ; ils peuvent encore moins autoriser des journaux, s’approprier des cinémas et des entreprises, délivrer des licences pour activité industrielle, autoriser l’occupation des immeubles, etc. « Pour information et afin qu’on sache à quoi s’en tenir », dit le diplomate russe, il transmet dès maintenant à Pouchkine les renseignements sur les CN récalcitrants dont il a pu avoir connaissance, ainsi qu’un projet d’ensemble « visant à réglementer le fonctionnement cohérent des comités nationaux234 ».

  • 235 Au lieu de l’emprisonnement pouvant aller jusqu’à deux ans, prévu par l’article de loi V de 1878, (...)

349Sur ce, le Premier ministre met au point un projet de décret, qu’il intitule « De la réglementation uniforme du fonctionnement des comités nationaux ». Ce texte en 11 paragraphes répète les dispositions du décret du 4 janvier sur le rôle des CN et reprend presque mot par mot le rappel à l’ordre d’Ossokine : les CN ne sont pas des autorités, ils n’ont pas le droit de nommer, suspendre, déplacer, licencier des employés publics ; ils ne peuvent pas délivrer ou retirer des autorisations administratives pour les journaux, les cinémas, les industries, les TSF, etc. (§8). Et surtout, le projet de décret prévoit (§10) contre les CN désobéissants l’application des sanctions contenues dans le § 172 du Code pénal de 1921235.

  • 236 PV/CM-GNP, A, 16/1, 10 mars 1945 et annexe 16/a, p. 279-281.

350Présenté le 10 mars en conseil des ministres, le texte est retiré de l’ordre du jour sur proposition d’Imre Nagy, et renvoyé devant la réunion des partis. Miklós demande cependant qu’il soit noté dans le procès-verbal qu’il y a eu opposition236. La conférence interpartis, qui sera tenue le 19 mars, n’a donné lieu à aucun procès-verbal ni résolution, mais son contenu a été conservé grâce aux notes prises par György Marosán, représentant de la direction du PSD à Debrecen.

351Tout en s’opposant « avec détermination » à ce que les CN soient réglementés par décret gouvernemental, le PC répète que ces derniers sont les organes des partis démocratiques et que « les quatre partis doivent obtenir ensemble » que les CN ne dépassent pas leur ressort. Il faut de toute urgence mettre en place, propose le PC, un Comité directeur national, qui adresse un appel aux CN, condamnant les ingérences et faisant comprendre que « les comités nationaux ne peuvent pas constituer un second organisme du pouvoir à côté des autorités gouvernementales ». Les deux autres points de l’appel inspiré par les communistes voudraient maintenir les CN « contre la réaction », pour « faire bouger politiquement le peuple » (sic), sans les transformer en « bureaux des plaintes ».

352Le PSD est prêt de son côté à adhérer à « toutes idées ou propositions qui visent à mettre de l’ordre dans les affaires des comités nationaux, pour en finir avec les excès constatés jusqu’alors ». Le parti approuve la création d’un Comité national central, qui émettrait des directives. Il ne voudrait cependant pas que les limitations imposées « puissent entraver l’action contre les fascistes, les Croix-fléchées et la réaction ». L’intervention du parti national-paysan traduit elle aussi l’accord sur le fond, avec cette variante : les CN sont à la fois plus et moins qu’une autorité. Les deux domaines où ils interviennent en cette qualité sont en général l’administration publique et la police. Pour ne pas donner prise à l’intervention des CN, il faut donc que le Gouvernement ait une politique appropriée sur ces deux questions. En tout cas, le PNP désapprouve que le problème soit réglé par la voie d’un décret gouvernemental.

  • 237 PV/CNB, Annexe III. 3., p. 309-311. PVCM/GNP, A, 18 mars, 19 mars 1945.

353Ce n’est pas tout à fait l’avis des Petits-propriétaires, dont le représentant pense que si effectivement il appartient d’abord aux partis d’écarter les éléments récalcitrants, « dans la mesure où le fonctionnement du Comité national porte atteinte à l’ordre intérieur, le ministre de l’Intérieur a l’obligation d’intervenir directement et avec énergie ». Le PP admet toutefois que si le Gouvernement, qui est à la tête des autorités administratives, se refuse à entendre toute revendication politique légitime, les CN ont le droit d’aller jusqu’à faire appel au peuple237. L’intervenant n’indique pas l’instance qui définira la légitimité d’une revendication politique.

354Dans une déclaration donnée à Szabad Nép le 11 avril, le Premier ministre Miklós reprend les formules que chaque personnalité répète désormais, avec quelque variante, au sujet des CN (ils ont rendu beaucoup de service, ils méritent remerciements, etc.) et conclut par des phrases, en partie déjà entendues :

  • 238 PV/CNB, Annexe III. 5., p. 31.

Les CN « [...] ne peuvent pas constituer un État dans l’État ni un gouvernement annexe. Les attributions de l’autorité ont été prises en charge par le Gouvernement national provisoire et les administrations des autonomies locales. Tout cela concerne aussi le Comité national de Budapest, qui aura d’autant moins d’importance dans l’avenir que les partis vont mettre en place un Comité directeur central des comités nationaux, qui résorbera par là même le rayonnement du Comité national de Budapest238 ».

355En avril également, la libération de tout le territoire et le transfert du centre névralgique du pays à Budapest, amène le GNP à publier un nouveau texte sur la réorganisation administrative. Le décret n° 1030 du 26 avril 1945 vient ainsi compléter celui du 4 janvier précédent et consacre toute une série de mesures sur la démocratisation des administrations publiques.

  • 239 Op. cit., p. 47-48.
  • 240 Op. cit., p. 68.

356Dans la destinée des cadres politico-administratifs nouveaux, on observe la même évolution que dans le cas des comités d’usine. « Dans la plupart des localités, écrit G. Farkas, les délégués des partis furent intégrés dans l’organisation locale de l’administration et poursuivirent leur activité comme sous-préfets, fonctionnaires départementaux, maires, officiers municipaux de ville, de canton ou de village239. » B. Balázs observe le même processus dans la capitale, où « une grande partie des membres du CNB a également accédé à des postes gouvernementaux élevés240. »

  • 241 F. Farkas, op. cit., note 84, p. 46.

357Le GNP était loin cependant de disposer des conditions qui lui auraient permis d’asseoir pleinement son autorité. Dans le comitat de Fejér par exemple, « l’autorité centrale ne savait pas quel organisme allait recevoir les documents envoyés dans les villages ». Comble de tout, une circulaire du ministre de l’Intérieur a révélé que « d’un lieu illégal, un décret rectificatif avait été publié et diffusé dans le pays contre certains points du décret 1030, que l’on a fait parvenir aux fonctionnaires des autonomies municipales, à la plupart des Comités nationaux et aux partis politiques. » Ce faux document veut notamment annuler les dérogations accordées par le GNP en matière de qualification et exclut de la fonction publique les fonctionnaires réfugiés, même s’ils ont subi avec succès la procédure d’épuration241.

358Sur le terrain, les exemples de CN récalcitrants restent nombreux après le décret 1030, particulièrement dans les comitats à l’est de la Tisza (Csanád, Békés, Bihar…)

  • 242 ANH, XIX-A-1-j, XX-5831, b. 18, Rapport n° 8897/1945.K.

« Plusieurs comités nationaux ne veulent pas admettre que leurs attributions administratives ont pris fin, écrit le sous-préfet de Szabolcs le 23 juillet. Ainsi, dans certaines localités, ils dissolvent les conseils municipaux, élisent des officiers et d’autres responsables exécutifs communaux, s’opposent directement aux décisions de l’autorité, qui sont [pourtant] parfaites tant du point de vue démocratique que juridique [...] Je vois la raison de tout cela, c’est que la population est en général méfiante et se comporte avec aversion envers l’administration, à cause de son rôle dans le passé242. »

359Auparavant, le ministre de l’Intérieur avait déjà adressé une circulaire « Aux Préfets de tous les comitats », qui mentionnait la fréquence des problèmes semblables et demandait de faire respecter les décrets 14 et 1030. Certains préfets, comme celui de Szolnok, ont reproduit le texte pour le faire parvenir à tous les CN de leur département. Le courrier précité du sous-préfet de Szabolcs est à l’origine d’un décret n° 94.018, par lequel le ministre cherche à mettre fin derechef aux « plaintes énumérées » dans le rapport.

  • 243 Gy. Gyarmati, A közigazgatás újjászervezése az « ideiglenesség » időszakában (La réorganisation de (...)

360Dans la vie des partis, les affrontements se déplacent vers les positions à conquérir dans les administrations en reconstruction, où les conflits de compétence ne sont souvent que la façade des intérêts opposés. Cette évolution contribue d’autant plus à dévitaliser les CN qu’elle oblige les partis à employer souvent les mêmes personnes dans les CN et dans l’administration : or, « avec le temps, consolider les positions acquises dans la hiérarchie politico-administrative devient de plus en prioritaire243 ».

  • 244 À Előszállás, le CN voyant que ses décisions ne sont plus exécutées, crée, le 22 septembre 1945, u (...)

361Dans l’ensemble, à partir de l’été 1945 le pouvoir réel des CN est en déclin, et leurs efforts pour arrêter cette évolution ressemblent de plus en plus à des combats d’arrière-garde, bien que la combativité soit réelle tant dans une petite commune comme Előszállás244 (comitat de Fejér) que dans le XIe arrondissement de Budapest.

  • 245 A XI. ker. Nemzeti Bizottság emlékirata Szakasits Árpádhoz a nemzeti bizottságok hatáskörének rend (...)

362Ici, la réaction vient d’un quartier populaire de la capitale (Kelenföld, développé autour d’une gare de triage), plus de deux mois après la mise en place du Comité national central (CNC). Alors que cette nouvelle institution, dont on a aperçu plus haut les origines, est destinée en réalité à consacrer le dépérissement des CN, celui du XIe arrdt veut élargir ses droits en associant à son projet tous les CN du pays. Il demande la convocation de ceux-ci pour « discuter et adopter » la proposition que « les lois que les CN jugent réactionnaires puissent être suspendues par leurs résolutions et renvoyées aux organismes législateurs », et que « les décisions prises par les comités nationaux dans les différents domaines de l’administration et de la vie économique aient force de loi », que les appareils administratifs seront tenus à exécuter245.

  • 246 PV/CNB, Annexe III. 6-8 et 10, p. 314-329.
  • 247 B. Balázs, op. cit., p. 68-70. Il est significatif que l’éminent savant Szent-Györgyi, selon leque (...)

363Institué le 4 septembre 1945 après l’élaboration de plusieurs documents246 et présidé par Tildy (entouré de Rákosi, Szakasits, Imre Kovács et Kossa, comme « coprésidents »), le CN central veut être « la conscience vivante de la nation envers le gouvernement », c’est-à-dire une sorte d’organe de propagande à son service : il doit populariser ses objectifs et contribuer à former une « opinion publique démocratique ». En dehors de quelques actions ponctuelles (préparation des élections de 1945 et 1947, vérification des titres de résistants, application de la liste B, révision des ports d’armes, participation à l’épuration, contrôle des prix, accueil des prisonniers de guerre, collectes de fonds, préparation du centenaire de 1848…), les procès-verbaux de réunion du CNC montrent que les discussions portent le plus souvent sur des généralités et débouchent plus d’une fois sur la phraséologie247.

364La question pénale réapparaît cependant en juillet 1946, quand le ministre de la Justice, István Ries (PSD), présente un projet de décret sur la « défense pénale » des CN. Son collègue du Ravitaillement, Károly Bárányos (PP), l’approuve mais semble ne pas comprendre l’arrière-pensée du projet.

« Il faudrait trouver quelque chose, dit-il, pour remplir le cadre des comités nationaux. À présent, ils n’ont pas de mission ni ressort et ils causent beaucoup de perturbation. Ils se mêlent de tout, ils interdisent par exemple la sortie de produits alimentaires des communes, et on ne sait pas à qui s’adresser contre eux. Ils prennent les décisions les plus invraisemblables, sans aucune base juridique, et maintenant on va en plus les défendre. »

  • 248 ANH, XIX-A-83-a, b. 11, PV/CM-Nagy, 123/61, 19 juillet 1946.

365Ries le réconforte en expliquant que la défense pénale signifie aussi que si les CN agissent illégalement, on pourra appliquer des sanctions. Mais après quelques remarques lapidaires sur le rôle positif passé et le rôle nuisible actuel des CN, le projet est retiré de l’ordre du jour248.

366Le geste du Premier ministre traduit sans doute le sentiment que les CN ne représentent plus un pouvoir rival pour le gouvernement. De fait, les sursauts localisés ont peu de chance d’infléchir le processus d’essoufflement, même si tel ou tel ministre peut encore être contrarié dans sa liberté d’action par quelque foyer de résistance. Pour F. Donáth, qui fut certainement le meilleur connaisseur, à titre de témoin et de chercheur à la fois, des enjeux de la démocratie directe à l’époque de la coalition, tout organisme populaire entre en déclin et meurt, du moment où il prend conscience de son inutilité. Pour lui, les CN n’ont vraiment fonctionné comme organismes de pouvoir que dans une minorité de cas, là où ils étaient issus des assemblées populaires, et tant qu’ils n’ont pas été pris en main et manipulés par les directions centrales des partis. Cadre institutionnel de la remise en ordre, « le Comité national central créé à l’initiative des partis n’est ni un organisme populaire ni un organe de pouvoir », constate-t-il.

367Mais Donáth laisse entendre qu’il serait déplacé de juger ce phénomène, dans une situation pareille, à l’aune des statistiques électorales. Dans l’important débat qui a eu lieu sur ce problème en 1967 au sein de l’Institut des Sciences sociales du CC du parti communiste, presque tous les intervenants ont minimisé la portée des « mouvements populaires » à la libération, en se référant surtout à la faible diffusion géographique des comités, réduits selon eux principalement au « coin des orages ». À l’exception d’un participant, tous étaient portés à croire que Donáth exagérait l’importance de ces mouvements, qu’il s’agissait d’un « vœu nostalgique », puisque « les travailleurs hongrois n’étaient pas si démocrates » que l’étude de Donáth voulait les présenter, la preuve en ayant été le résultat des élections de 1945.

368L’auteur estima au contraire que son « utopie rétrospective » était certainement plus proche de ce que fut le sentiment populaire en 1945 que le « pessimisme rétrospectif » des « intellectuels socialistes » du parti.

« Rien ne prouvait mieux, a-t-il dit, la force et l’importance sociale de la volonté populaire tendue vers l’exercice de l’autorité publique, que l’attitude du nouveau pouvoir central, qui s’y était opposé pratiquement dès le premier moment de son existence et qui avait tout fait pour l’étouffer [...]À cet égard, il n’y avait pas de différence entre l’aile droite et l’aile gauche de la coalition [...] Qu’elles voulussent maintenir le capitalisme ou réaliser le socialisme, elles avaient comme objectif la consolidation du pouvoir central [...], où l’autonomie politique des travailleurs n’était qu’une façade [...] La force du mouvement populaire allait se briser contre le mur massif, sans faille, de la coalition. »

369L’auteur, qui a fait partie de la direction communiste à l’époque de la coalition, dit sans ambages que le noyau dirigeant du parti était particulièrement défavorable à toutes institutions qui auraient pu assurer aux travailleurs hongrois la liberté d’action et en particulier la possibilité de contrôler l’appareil d’État et les organismes de répression.

  • 249 A közvetlen demokrácia Magyarországon (La démocratie directe en Hongrie), in Szabó (Judit)Valuch ( (...)

« Et ce n’était pas seulement les travailleurs des villages, les paysans hésitants [...] que [les dirigeants] ne souhaitaient pas voir régler eux-mêmes leurs propres affaires, mais aussi les ouvriers d’usine [...], dont la majorité s’était pourtant rangée pour un bon moment derrière le Parti communiste. Nous tous, qui avons participé à cette époque à la direction, je le dis, nous nous sommes dressés pour limiter, et, dès que nous avons pu le faire, pour supprimer la démocratie à l’usine, l’institution des comités d’usine249. »

370Acte fondateur des libertés publiques de l’après-guerre en Hongrie, les trois formes de la démocratie directe ont connu leur limite à la fois dans le temps et dans la perspective politique et institutionnelle.

371Les comités populaires à fonctions multiples, organes de pouvoir et d’administration, occupent la scène sans partage, théoriquement jusqu’à l’avènement du GNP, et réellement jusqu’à l’été 1945. De fait, les Comités nationaux qui les prolongent continuent en général à fonctionner en vertu de la délégation populaire. Leur refus de la mission assignée par la direction centrale des partis est à l’origine du conflit avec le pouvoir central. À partir de l’été 1945, la référence à la légitimité populaire perd son sens et les CN déclinent.

372Les comités d’usines qui sont contemporains des premiers organismes populaires à vocations multiples cherchent à fonder eux aussi le travail de gestion sur le pouvoir de décision. Dans la mesure où ils concurrencent moins directement l’autorité de l’État que les CN, leur longévité est plus grande, le déclin ne commence ici qu’à partir de la seconde moitié de 1947. Si, conformément aux mots d’ordre du PC, les CMUS ne contestent pas le droit de propriété, la revendication du pouvoir de décision débouche sur la mise en cause de ce droit. Pour se réserver le contrôle de ce processus, les partis intéressés font en sorte que la base ouvrière soit neutralisée dans le fonctionnement des CMUS, tandis que l’administration centrale aspire les éléments ouvriers les plus combatifs et les plus compétents vers les sphères supérieures de la bureaucratie spécialisée.

373Les comités de réforme agraire sont, malgré l’importance de l’enjeu, les moins liés à l’initiative populaire spontanée. Organisés surtout sous l’impulsion du PC et du PNP, ils sont plus tardifs que les deux formes précédentes. Appelés à une tâche historique déterminée, ils accomplissent cependant le changement le plus profond car sans leur action, le bouleversement de la forme de propriété et de la structure agraire n’aurait pu être une révolution sociale.

374Au-delà de ses limites chronologiques, la démocratie directe a été pour l’essentiel un ensemble de mouvements locaux, et la fragmentation géographique qui, à maints égards, l’a rendue possible, en a du même coup tracé les limites. De fait, dans les conditions données des communications, il ne pouvait pas être question de fédérer ou centraliser les différents pouvoirs. Mais plus peut-être que les obstacles matériels, la consigne, diffusée à la fois par les partis du Front et les autorités soviétiques, qu’il fallait maintenir l’ancienne administration et la propriété privée dans les usines, a détourné les esprits de tout projet d’unification, et donc de l’idée de reconstruire l’État en s’appuyant sur une légitimité populaire autrement plus réelle que celle de l’ANP, issue de l’initiative de Moscou et des élections ambiguës.

375Le sociologue István Márkus publiant durant l’été 1945 une série de reportages sur les CN, évoque curieusement « l’époque turque » :

  • 250 Pour neutraliser les CN, les partis ont d’abord envisagé, en mars 1945, la création d’un Comité di (...)
  • 251 Az átalakulás nyomában (Sur les traces de la transformation), Szabad Szó, 1er juillet 1945.

« Quand on lit les procès-verbaux des Comités nationaux de certains villages, on pourrait se sentir à l’époque turque, quand les bourgs agricoles menaient leur existence propre, presque coupés du monde, et coupés surtout de l’organisation nobiliaire du pouvoir d’État, et que le conseil municipal s’occupait de tout [...]
Cette situation a duré pendant quelques mois, où pratiquement le Comité national était lui-même l’État250. Plus tard, la justice s’est retrouvée entre les mains des tribunaux réorganisés et les affaires administratives ont été confiées aux autorités municipales et aux conseils réélus. [Le Comité] continuait cependant à se prononcer sur des questions de principe, qu’il s’agît d’une affaire politique, administrative ou touchant au ravitaillement [...] Le Comité national est l’organe principal de l’éducation démocratique [...] qui éduque en premier lieu ses membres [...] et tout le peuple, lequel prend l’habitude de tenir à l’œil ses représentants, dont il ne cherche pas seulement à critiquer mais aussi à améliorer le fonctionnement251. »

  • 252 Huszár (Tibor), Bibó István. Beszélgetések, politikai-életrajzi dokumentumok (István Bibó. Entreti (...)

376Quelques décennies plus tard, la vertu civique de la démocratie directe est encore soulignée par István Bibó, à propos de la réforme agraire et des critiques s’élevant contre l’idée de confier l’affaire aux intéressés eux-mêmes : menée « avec un élan révolutionnaire au meilleur sens du terme », la réforme avait, au-delà des conseils de prudence, « quelque chose d’extraordinairement fort et spontané252 ». L’existence des mouvements et des organismes populaires est d’autant plus remarquable, que cette démocratie en acte s’est exercée dans les conditions les plus difficiles, dans un pays ruiné et appauvri. Dans ces circonstances, les cadres de la démocratie directe ont été, malgré les égoïsmes locaux assez fréquents, les lieux du courage civique et du désintéressement.

Notes

1 Borbándi (Gyula), A magyar népi mozgalom. A harmadik reformnemzedék (Le mouvement populaire hongrois. La troisième génération des réformes), Bp., 1989, p. 402.

2 Estimation de I. Kovács, du PNP, cité par S. Balogh, Parlamenti és pártharcok Magyarországon 1945-1947 (Luttes parlementaires et luttes des partis en Hongrie 1945-1947), Bp., 1975, note 65, p. 535.

3 Gy Kállai, op. cit., p. 9.

4 Sherwood (Robert B.), Le mémorial de Roosevelt d’après les papiers de Harry Hopkins, Paris, 1950, t. II, p. 472.

5 Lancé en novembre 1944 par Zoltán Örley, lieutenant-colonel retraité, et l’avocat Róbert Papp, le PDB est présent en juin-juillet 1945 dans 165 localités et dans les 14 arrondissements de Budapest, avec environ 50 000 adhérents. Après l’élection de Géza Teleki comme président en avril 1945, le PDB attire de plus en plus de partisans de l’ancien régime (banquiers, magnats, cléricaux…) et entre en contradiction avec l’esprit de la coalition.
Izsák (Lajos), Polgári ellenzéki pártok Magyarországon 1944-1949 (Partis bourgeois d’opposition en Hongrie 1944-1949), Bp., 1983, p. 14-34.

6 Vida (István), A magyar népi demokrácia pártpolitikai strukturája 1944-1948 (La structure politique des partis de la démocratie populaire hongroise), RH, 1985, n° 1, p. 29-30.

7 En 1911 par exemple, les syndicats socialistes ont organisé dans 70 villes de province 876 conférences, qui ont attiré 71 819 auditeurs. Dans ces 70 villes, ils ont créé 274 bibliothèques avec 46 864 volumes. Parmi les 60 249 livres empruntés, 7 754 étaient en hongrois, 1 116 en allemand et 51 329 en d’autres langues.
L. Varga, op. cit., p. 525-526.

8 En 1930, le nombre des ouvriers des villes s’élève, toutes catégories confondues, à environ 1 150 000 personnes. Celui des ouvriers industriels passe de 460 000 à 660 000 entre 1920 et 1930. On compte 200 000 chômeurs en 1929-1933, où les salaires baissent de 20 à 30 %. Leur niveau restera constamment en dessous de celui de 1913. Le salaire moyen des ouvriers industriels est estimé à 1 200 pengős annuels pour l’ensemble de l’époque Horthy. F. Pölöskei et alii, op. cit., p. 63. N.B. La population de la Hongrie, à l’intérieur des frontières de Trianon, passe de 7 980 143 en 1920 à 8 688 316 habitants (dont 350 000 environ en provenance des « États successeurs »). Un pengő vaut à peu près un franc suisse.

9 J. Jemnitz, Adalékok a Magyarországi Szociáldemokrata Párt és az angol Labour Party kapcsolatainak történetéhez (1945-1947) (Contributions à l’histoire des relations entre le Parti Social-démocrate de Hongrie et le Parti Travailliste anglais (1945-1947), RH, 1975, n° 1, p. 111-112.

10 L. Varga, op. cit., p. 56-61.

11 À Moscou, lors des négociations de l’automne 1944, plusieurs dirigeants ont envisagé en Hongrie un double pouvoir ou un gouvernement sans le PC, et même la clandestinité. M. Molnár, De Béla Kun à János Kádár. Soixante-dix ans de communisme hongrois, Paris, 1987, p. 143-144. M. Korom, op. cit., 1981, p. 235-268.

12 Szinai (Miklós), A Békepárt és a magyar nemzeti ellenállás történetéhez (Pour l’histoire du parti de la Paix et de la résistance nationale hongroise), RH, 1985, n° 1, p. 14.

13 Op. cit., 1987, p. 10, 127 et 148.

14 Voir ci-après : Parti national paysan.

15 Op. cit., p. 47-48.

16 M. Molnár, op. cit., p. 142, 148.

17 Demény a organisé après 1919 un mouvement communiste important, indépendant de la IIIe Internationale. Arrêté plusieurs fois, il passe en tout six ans et demi dans les prisons de Horthy. À la veille de la guerre, il est condamné à deux ans de détention pour avoir diffusé un tract déclarant que « Le peuple tchèque n’est pas notre ennemi, c’est la botte allemande qui l’est. Après les Tchèques, ce sera à notre tour. » Au moment de sa libération le 5 novembre 1940, il constate que ses groupes se sont étoffés en son absence pour atteindre 660-680 militants et 1600-1700 informateurs actifs. En novembre 1944, l’unification avec le PC clandestin est décidée au terme d’un « accord Rajk-Demény », mais dès l’arrivée de l’équipe moscovite, ce dernier est « retenu » par Gábor Péter, responsable de la section politique de la police en cours de réorganisation. Demény restera en prison jusqu’en 1956. F. Glatz, op. cit., 1984, p. 169-171. Demény (Pál), « A párt foglya voltam » (J’étais prisonnier du parti), Bp., 1988, p. 131-140.

18 K. Ungváry, op. cit., 1988, p. 271. A. Hegedűs, Élet egy eszme árnyékában (Vivre à l’ombre d’un idéal), Bp., 1989, p. 62-63.

19 Dans sa lettre adressée à Rákosi le 28 décembre 1944, Gerő écrit que « notre parti a actuellement 3 058 membres. Mais ce chiffre, dit-il, reste loin derrière les effectifs réels », la Transdanubie et « diverses régions » ne figurant pas dans l’état dressé à l’occasion de la réunion de l’Assemblée nationale. DS, p. 11.
Une ancienne militante évoque ainsi la première rencontre avec Gerő : « Ce fut une scène inoubliable quand, après son retour, Ernő Gerő vint nous voir pour la première fois. Comme tous ceux qui venaient d’arriver de l’Union soviétique, nous le regardions tous comme un oracle [...] Gero″ entra, regarda autour de lui et dit : qu’est-ce que c’est que ce siège central du parti où les porte-plume ne sont même pas à leur place ? [..] La remarque de Gerő nous glaça le sang. Qui aurait pensé alors aux porte-plume ? Pour nous, celui qui avait survécu apportait de la joie, il était entouré, embrassé de tous côtés et on le touchait pour savoir s’il était vraiment vivant. Et cependant, Gerő, sans sourire, comme un commissaire, traversait les pièces et vouvoyait tout le monde. Un peu plus tard, [il] fit savoir que Rákosi était le guide. Pour [nous], ce mot de “guide” était jusqu’alors identifié avec Hitler [et] il était inimaginable qu’un socialiste dise de son camarade qu’il était le guide. » Ságvári (Ágnes), Mert nem hallgathatok. Egy jó házból való pártmunkás emlékei (Car je ne peux pas me taire. Souvenirs d’une militante de bonne famille), Győr, 1989, p. 27-28.

20 « Que de fois j’ai dû faire taire et calmer les camarades, qui racontaient [...] comment ils avaient été battus par les gendarmes, dénoncés par le curé, affamés par le paysan riche, que de fois j’ai entendu dire que ce n’était pas cela que nous avions voulu, qu’il ne fallait pas « jouer à la coalition », faire la cour, mais qu’il fallait frapper, c’était pour cela que l’Armée Rouge était là, que la police était à nous, il fallait enfin se venger, il fallait régler les comptes ! » M. Rákosi, op. cit., p. 186.

21 I. Kovács a fait l’esquisse suivante du noyau dirigeant revenu de Moscou. « Il n’y a pas de doute, c’était des hommes préparés à fond [...] J’estime que József Révai était le plus capable et le plus cruel d’entre eux [...] ; avec ses cheveux coupés court, sa monture de lunette doublée or, il donnait l’impression de l’intellectuel déterminé. Il représentait la ligne dure, poussait le parti en avant et il était impitoyable avec ses adversaires. Je crois que c’est lui qui a imposé à la direction du parti les brutalités, la terreur, la persécution des anciennes classes dirigeantes, la liquidation de leurs propres déviationnistes. Même Rákosi avait peur de lui.
Rákosi était un homme méchant. Il était bon tacticien et intellectuellement bien préparé, mais il n’aimait pas le peuple hongrois. Il était habité d’une haine profonde, peut-être parce qu’il était resté en prison pendant seize ans [...] Il ne savait pas être direct avec les ouvriers non plus, il y avait dans son contact avec eux une maladresse et quelque chose d’artificiel.
Imre Nagy n’était pas dangereux, dès qu’il rentra dans le pays il se sentit chez lui, il aimait vraiment le peuple, il ne reniait pas ses origines paysannes. Gero″ était l’homme de la ligne, dissimulé, suspicieux, d’un abord difficile, ascétique. Son amour était le parti [...] le totalitarisme était sa forme de vie [...] Mihály Farkas était sournois et bête, il répétait les slogans appris par cœur, il jouissait de la torture.
Zoltán Vas était le plus correct de tous, il avait du cœur, la volonté d’aider ; il criait lui aussi, répétait les slogans, mais sans nuire à personne. Dans les affaires du ravitaillement, il se disputait souvent avec les Russes. » Op. cit., p. 229.
Pour adoucir ce tableau dressé par un adversaire politique, on peut citer le portrait plus nuancé notamment de Rákosi, fait par l’historien : « Son aspect extérieur n’était pas avantageux : il était petit [...] et entièrement chauve. Mais dès qu’il se mettait à parler, on sentait de ne pas avoir affaire à quelqu’un d’ordinaire. Sans être un orateur brillant, ses discours à larges flots, un peu lents et structurés, ainsi que son léger accent provincial, ne manquaient pas de musicalité [...] Sa mémoire était prodigieuse et il en épatait volontiers ses interlocuteurs. De même, sa connaissance remarquable des langues [...] Il aimait plaisanter, raconter des anecdotes, au début tout au moins ; il comprenait les plaisanteries, même à ses dépens. Les actualités cinématographiques ont fixé sa prestation en juillet 1945 à Szeged. En bras de chemise, il est à l’aise dans la foule, il serre les mains, raconte des anecdotes et accepte les petits cadeaux qu’on lui offre. Il éclate de rire quand on lui remet une brosse à cheveux, par allusion à son crâne lisse[…] Mais plus tard, quand la méfiance a pris le dessus, la froideur et la ruse cachées derrière la jovialité le rendirent effroyablement méconnaissable [...] Le premier grand choc pour Mátyás Rákosi, ce furent les élections municipales de Budapest, le 7 octobre 1945, et plus encore, les élections générales du 4 novembre [...] Pendant des années, on allait sentir à travers les discours et les allusions de Rákosi cette expérience fondamentale : le peuple avait abandonné non seulement le parti mais lui-même. ». Nemes (János), in Sánta (Ilona), Politikuspályák (Carrières de politiciens), Bp., 1983, p. 51-70.

22 Fejtő (François), Histoire des démocraties populaires. 1. L’ère de Staline 1945/1952, Paris, 1952, p. 123-124.

23 Böhm (Vilmos), Másodszor emigrációban… (En émigration pour la seconde fois…), Bp., 1990, p. 70. Cette ferveur du PC est confirmée par un rapport soviétique : « Ainsi, dans nombre de départements, les communistes ont aidé les curés à réparer les églises et les ont invités à bénir les nouveaux sièges locaux du parti. Il arrive que dans leurs bureaux, les dirigeants installent des crucifix aux côtés des portraits des camarades Staline et Rákosi. » Rapport « ultra-secret » pour Staline sur l’activité du PC hongrois, 9 décembre 1947. DS, p. 244-245.

24 Les paysans racontaient que lorsqu’un curé en avait assez de sa gouvernante, le parti communiste lui procurait dans les 24 heures une ménagère blonde ou brune, selon ses désirs, sachant cuisiner et faire de la pâtisserie. V. Böhm, op. cit., p. 71.

25 Affichages cléricaux en vue des élections de novembre 1945 : « Paysans, Braves gens, Chrétiens, Hongrois, Attention ! Celui qui suit le péril rouge, l’homme au marteau, il suit le diable ! », ou encore, « Église, Dieu et paysan ne font qu’un - Ne laissez pas le diable s’introduire parmi vous ! ». Dans une assemblée électorale de paysans où l’auditoire commençait à s’animer, l’arrivée inattendue du curé fit l’effet d’une douche froide, écrit Marosán (György). Les paysans « se calmèrent d’abord, ils ne riaient plus, puis ils devinrent graves et osèrent à peine lever les yeux vers le prêtre. » Az úton végig kell menni (Sur le chemin il faut aller jusqu’au bout), Bp., 1972, p. 96. D’autres thèmes anticommunistes d’inspiration cléricale utilisés au cours de cette campagne électorale sont l’athéisme et l’amour libre. Rapport du lt-col. Mudrikov, 8 août 1946, DS, p. 117.

26 Izsák (Lajos)-Kun (Miklós), Moszkvának jelentjük… Titkos documentumok 1944-1948 (Nous rapportons à Moscou… Documents secrets 1944-1948), Bp., 1994, 293 p.

27 Vass (Henrik), (présenté par), A Magyar Kommunista Párt, 1945. Dokumentumok (Le Parti communiste hongrois, 1945. Documents), HIST, 1991, n° 5-6, p. 54-55. M. Rákosi, op. cit., p. 183. Les points soulevés par Rákosi constituent visiblement des sujets familiers au sein de l’appareil. László Háy écrit lui aussi à Dimitrov qu’ « il y a trop de juifs parmi les membres de la police politique » et Károly Kiss reprend dans un entretien avec G. Korotkevitch les récriminations contre les « petits dictateurs » de la vieille garde de 1919. Documents datés du 19 mai 1945 et du 5 avril 1947, DS, p. 56 et 169.

28 Mae, Z, 197-1/15. Note sur la Hongrie, 16 juin 1945. C’est le 22 juillet 1945 à Tatabánya, lors d’un meeting des mineurs, que Rákosi a déclaré : « Il faut amnistier les petits Croix-fléchées induits en erreur et leur donner la possibilité de reprendre la vie normale et de retrouver le chemin de la démocratie à travers la reconstruction. » Il a ajouté aussitôt qu’il fallait pourchasser « impitoyablement les grands Croix-fléchées. » PV/CM-GNP, B, note 18, p. 389.

29 Le 6 septembre 1945, le journaliste György Parragi, ancien déporté, réagit avec vigueur dans Magyar Nemzet à un discours récent de l’écrivain ruraliste J. Darvas, qui a prôné le pardon aux « petits Croix-fléchées égarés » et tenu des propos désobligeants sur les juifs, qui exigeraient des privilèges « sous le prétexte de la souffrance » : Ce sont ces « petits Croix-fléchées », rappelle Parragi, « ces concierges qui ont livré les Juifs cachés dans les immeubles [...], qui ont fourni ses services d’ordre à leur parti, qui ont emmené les persécutés, leur ont crevé les yeux, les ont torturés à mort [...] Ce sont ces petits Croix-fléchées qui ont pillé les appartements et mis à sac les magasins… ». Karsai (László), (présenté par), Befogadók. Irások az antiszemitizmus ellen 1882-1993 (Ceux qui accueillent. Écrits contre l’antisémitisme, 1882-1993), Bp., 1993, p. 177-178.

30 Son père, né Rosenfeld, a magyarisé son nom en Rákosi en 1904. Il meurt en déportation. Une de ses sœurs, Aurore, née en 1909, meurt à Bergen-Belsen en 1945. Dans ses Souvenirs, où il rappelle, que « pendant la guerre, tous mes proches ont été assassinés en Hongrie et en Yougoslavie », M. Rákosi revient assez longuement sur « la question des atrocités hongroises [qui] s’est endormie chez nous avant même qu’elle se fut vraiment réveillée » et, à propos de la vague d’antisémitisme et des pogroms qui ont sévi en Hongrie pendant les années de la coalition, il reconnaît qu’« une partie de nos adhérents étaient sous l’influence de provocateurs antisémites. » Op. cit., p. 76.

31 Comme l’écrit Heller (Ágnes), Bicikliző majom. Élet és korrajz (Le singe qui fait de la bicyclette. Tableau de vie et d’époque), Bp., 1999, p. 162-163. Rákosi sait très bien et de longue date ce que représente l’antisémitisme politique quand il cherche, par opportunité, à épouser l’inclination des sentiments populaires ou bien pensants, pour lesquels juif et communiste sont pratiquement synonymes. « J’étais encore un social-démocrate débutant, écrit-il, quand j’ai appris que pour l’ennemi le mouvement socialiste était un “ramassis de Youpins”[...] Après la victoire de la révolution en Russie, l’ennemi, et surtout les gardes blancs, ne parlaient que du “bolchevisme juif” ou du “bolchevisme juif asiatique” [...] Lors de la naissance de la République hongroise des conseils, les deux tiers des commissaires du peuple étaient juifs. » Op. cit., p. 924.

32 Compte rendu des élections législatives du 4 novembre 1945 en Hongrie, signé par le major V. Tugariev, 13 décembre 1945, DS, p. 77-84. S. Balogh, op. cit., 1981, p. 124.

33 Entretiens. G. Korotkevitch, 5 avril et 16 mai 1947, DS, p. 166-167 et 173-174.

34 Texte signé par G. Korotkevitch, s.d., DS, p. 213-214. Le pouvoir clérical ne concerne pas que les campagnes, comme cela ressort de l’entretien confidentiel réalisé avec János Kádár : « En dehors des partis, l’Église catholique représente un facteur politique important à Budapest, où elle dispose d’une influence sérieuse. Les réactionnaires utilisent l’Église de diverses manières. Les méthodes de travail des prêtres sont très variées. Ces derniers temps par exemple, ils ont convoqué des réunions dites de parents d’élèves en faisant semblant de s’occuper de l’amélioration de l’éducation des enfants, mais en réalité ils cherchent à travailler idéologiquement les femmes [...] L’Église catholique entretient plusieurs organisations féminines. La congrégation de Marie exerce une grande influence. » Entretiens, 16 mai 1947, DS, p. 187.

35 Entretien. G. Korotkevitch, 5 avril 1947, DS, p. 170. À la même époque, M. Rákosi donne, à sa manière, un autre éclairage de ce problème : « Il faut malheureusement constater, dit-il, que parmi nos camarades dirigeants, plusieurs sous-estiment l’activité économique [...] Ils ne sont pas guéris tout à fait de cette vieille maladie qui fait qu’ils réfléchissent beaucoup à des choses abstraites, à la politique mondiale – ils savent par exemple, ce qui se passe sur le front chinois mais ignorent ce qu’il faudrait faire pour l’élévation économique de la Hongrie – [...] ils n’aiment pas le travail quotidien de Sisyphe. »Ibid., p. 173.

36 Entretien, Molotov -Rákosi, 29 avril 1947. G. Korotkevitch, 7 mai 1947, DS, p. 202.

37 Rákosi écrit à Kuznetsov le 5 avril 1947 : « Si [...] les camarades tchécoslovaques [...] agissaient sur l’ordre des impérialistes américains, ils ne pourraient pas plus nuire à présent. Les minorités hongroises sont tellement persécutées que même les milieux communistes s’en indignent en Hongrie. En Slovaquie, l’administration locale reste pour l’essentiel entre les mains des gardes-Hlinka, dont le nom est camouflé sous le nom de parti démocrate, et la persécution des Hongrois dégénère en chasse aux communistes parlant hongrois… ». DS, p. 160-161 et 176-177.

38 Entre août 1945 et août 1947, l’effectif du PCH passe de 300 000 à 700 000. Selon les renseignements donnés lors du IIIe congrès (septembre 1946), l’origine sociale des adhérents s’établit comme suit : ouvriers, mineurs, cheminots : 42,6 % ; domestiques agricoles et paysans : 39,4 % ; intellectuels : 4,8 % ; artisans : 2,9 % ; commerçants : 1,6 % ; divers (étudiants, ménagères, etc) : 8,7 %. Effectifs des organisations de masse contrôlées par le PCH : UFOSZ (Fédération nationale des nouveaux propriétaires fonciers) : 280 000 ; FEKOSZ (Association nationale des Ouvriers terrassiers et des Petits propriétaires) : 130 000 ; MNDSZ (Alliance démocratique des Femmes hongroises) : 100 000 ; MADISZ (Alliance démocratique de la Jeunesse hongroise) : 150 000. Rapport sur l’activité du PCH entre deux élections. Texte signé par B. Sapojnikov, 8 août 1947, DS, p. 217-218.

39 « Mais les réactionnaires ont leurs propres projets, dit Rákosi. Ils espèrent qu’après les élections ils pourront réaliser la variante française, c’est-à-dire une situation telle qu’elle existe en ce moment en France. » Entretiens, signés L. Baranov, 21 mai 1947, DS, p. 209-210. Rappelons que le 4 mai 1947, les ministres communistes ont été révoqués du gouvernement français.

40 « La police politique fournit une grande aide au parti. Avant les conférences interpartis, nous parvenons en général à savoir quelles sont les intentions de nos adversaires politiques et grâce à cela nous informons de tout à temps la direction du parti communiste. Nous avons mis en place les écoutes téléphoniques. À présent, nous écoutons toutes les conversations les plus importantes du Premier ministre et des chefs des partis et nous en informons le camarade Rákosi. Les premiers renseignements concernant le complot anti-républicain ont été obtenus par la police politique. » Entretiens avec Gábor Péter, chef de la police politique. Texte signé par G. Korotkevitch, 5 avril 1947, DS, p. 170-171. Il sera question plus loin de cette affaire, ainsi que du scandale des « bulletins bleus » lors des élections du 31 août 1947.

41 Entretiens, 29 avril 1947. G. Korotkevitch, 7 mai 1945, DS, p. 199.

42 Notamment : Gyula Illyés, Puszták népe (Ceux des puszta) ; Péter Veres, Az Alföld parasztsága (La paysannerie de la Grande plaine) ; Zoltán Szabó, A tardi helyzet (La situation à Tard) ; Géza Féja, Viharsarok (Le Coin des orages) ; Imre Kovács, A néma forradalom (La révolution muette), etc. Apparu au début des années 1920, ce courant est violemment anti-allemand et antiseigneurial, mais n’est pas exempt, avec le « fondateur » Dezső Szabó notamment, d’un nationalisme raciste. Il est l’objet des critiques de plus en plus vives des « urbanistes », qui gravitent autour de l’héritage de la revue Nyugat-Occident, fondée en 1908. En réalité, les interférences entre les deux courants sont nombreuses, ainsi que les divisions internes, et il existe des auteurs « inclassables » (comme Sándor Márai, très à la mode à présent).

43 Pour échapper à la surveillance policière, la réunion fondatrice est tenue clandestinement sur une péniche près de Makó, sur la rivière Maros. La présidence du parti est confiée à Pál Szabó, propriétaire du journal Szabad Szó (Parole Libre).

44 Gy.Borbándi, op. cit., p. 400.

45 A. Budai-Nagy, membre de la petite noblesse, est un des chefs des soulèvements paysans qui ont eu lieu à partir du printemps 1437 en Transylvanie, contre la dîme ecclésiastique. Il fut tué en décembre, dans la bataille décisive près de Kolozsvár (Cluj). D’après le chroniqueur Bonfini, au cours de la répression, « certains eurent les yeux crevés, la plupart le nez et les oreilles coupés, ainsi tous ceux qui avaient provoqué la révolte impie revinrent à leur domicile en témoignant de leur crime par leurs blessures répugnantes ».
Gy. Dózsa, militaire anobli pour ses exploits dans la lutte contre les Turcs, prit la tête en 1514 d’une révolte paysanne, qui enflamma le pays entier. Après la défaite près de Temesvár (Timisoara), la noblesse se vengea cruellement des insurgés. György Dózsa fut assis sur un trône ardent et, coiffé d’une couronne de fer rougie, il fut brûlé vif. Des milliers de paysans furent pendus. Le Tripartitum du juriste Werbőczi codifia la servitude perpétuelle de la paysannerie hongroise. J. Szántó-Kovács (1852-1908), ouvrier terrassier, est un des dirigeants du mouvement socialiste agraire à Hódmezővásárhely, où il préside le Cercle des lecteurs ouvriers. Suite à son arrestation en 1894, la foule attaque l’Hôtel de Ville mais l’émeute est réprimée par la troupe et Szántó-Kovács condamné à 5 ans de prison.
Áchim (1871-1911), paysan aisé, membre du PSD à Békéscsaba, où il est élu député en 1905. Privé aussitôt de son mandat et de son droit de vote, il fonde en 1906 le Parti paysan socialiste indépendant qui pour la première fois en Hongrie inscrit à son programme le partage des grandes propriétés foncières (plus de 1 000 arpents, soit 580 ha) et qui veut rallier les différentes catégories paysannes sur la base de revendications démocratiques. Il est assassiné en 1911 par ses adversaires politiques. (Voir Notice biographique, E. Bajcsy-Zsilinsky).

46 Gy. Borbándi, op. cit., p. 400-403.

47 János Bólyai (1802-1860), mathématicien. Fondation de l’Association irrédentiste « Turul », le Collège Bólyai accueille au départ (à partir de l’automne 1940) des jeunes paysans, groupés autour de l’ethnologue István Győrffy. En février 1942, les étudiants de gauche de plus en plus en conflit avec la direction et opposés aux idées dominantes, se séparent de l’établissement et fondent le Collège Győrffy, où domine l’influence antifasciste et même communiste. A. Hegedűs (András), op. cit., 1988, p. 45-52. PAPP (István), A NÉKOSZ legendája és valósága (Légende et réalité de la NÉKOSZ), in I. Rromsics, op. cit., 2003, p. 309-338.

48 Sej, a mi lobogóngat fényes szelek fújják/Sej, az van arra írva : Éljen a szabadság ! Sej, szellők, fényes szellők fújjátok, fújjátok/Holnapra megforgatjuk az egész világot ! ce qui pourrait être rendu à peu près ainsi : Notre drapeau flotte dans le vent de l’été/Dessus, il est écrit que vive la liberté ! Soufflez vents lumineux, que notre drapeau flotte/D’ici demain, ohé, nous renverserons le monde !

49 Varga (F. János), A Magyar Radikális Párt ujjáalakulása 1945-ben (La reconstitution du parti Radical hongrois en 1945), RH, 1971, n° 1, p. 96.

50 Le publiciste Béla Zsolt par exemple, désigné en son absence membre de la commission exécutive du parti, ne revient de la déportation et de la convalescence que l’été 1945.

51 L. Izsák, Op. cit., 1983 p. 297-304. Le programme est composé de douze paragraphes de longueur inégale, dont le premier et le plus long est consacré à des rappels historiques. Sont cités également dans cette partie les grands ancêtres et les anciens chefs du radicalisme hongrois : Martinovics, Kölcsey, Petőfi, Kossuth, Eötvös ; Endre Ady, Lajos Biró, Oszkár Jászi, Mihály Károlyi, Gyula Rácz, Zoltán Szász, Pál Szende, Rusztem Vámbéry.

52 L’idée du pont est également formulée par le ministre des Affaires étrangères de la Tchécoslovaquie, Jan Masaryk. F. Fetjő, Histoire des démocraties populaires, Paris, 1952, t. 1, p. 182-185. A Fontaine, Histoire de la guerre froide, Paris, 1983, t. 1, p. 401.

53 F.J. Varga, op. cit., p. 101-103.

54 Ibid., p. 104. En conseil des ministres, le social-démocrate Antal Bán fait le même commentaire : « La loi électorale trop large a été une erreur. On a oublié qu’on était en présence de 25 ans de réaction. Les proches des Croix-fléchées ont tous voté, et, on le comprend, contre la démocratie ». PV/CM-GNP, B, 61/10, 15 octobre 1945. De son côté, Rákosi se réfère à l’expérience des Français, qui « ont d’abord tué quelque 10 000 réactionnaires, [...] puis prononcé 6 000 peines de mort et exclu plus d’un million du droit de vote. Ainsi, après avoir réalisé dans une certaine mesure les conditions de la démocratie, ils ont procédé aux élections. » CIP, p. 298-299.

55 Vida (István), A Független Kisgazdapárt a háború utáni kibontakozásról (Le parti indépendant des Petits- propriétaires devant la perspective de l’après-guerre), in L. Nagy (Zsuzsa)-Burucs (Kornélia), (sous la direction de), Kiútkeresés 1943 (Recherche d’une issue 1943), Bp., 1989, p. 47-63.

56 Kis Újság, 20 février 1944, cité par I. Vida, op. cit., 1989, p. 58-59.

57 Ibid., p. 51-52.

58 Le « touroul » : aigle mythique, sorte de totem des anciens Magyars. L’inauguration, le 23 octobre 2005, au XIIe arrondissemnt de Budapest, d’une énorme statue de faucon en bronze, soi-disant à la mémoire des victimes civiles et militaires de la 2e Guerre mondiale, a déclenché en Hongrie une vive controverse. Pour un habitant du quartier, le Dr Gy. Réti, le monument n’est pas celui de la réconciliation, mais exalte les « sombres pulsions » élevées sur piedestal par « l’art » nazi, fasciste et Croix-fléchées. Népszabadság, 22, 27 octobre et 2 novembre 2005.

59 S. Balogh, op. cit., 1975, Luttes parlementaires…, p. 27.

60 L’article de loi VIII de 1945 institue le suffrage universel direct et secret. La majorité civique est fixée à 20 ans. Sont exclus du droit de vote les criminels de guerre, les dirigeants de 25 organisations (fascistes ou d’extrême droite) interdites et ceux qui ont été exclus de leurs professions pour plus d’un an par les commissions d’épuration. K. Szerencses, op. cit., 1991, p. 33-35. J. Gergely-L. Iszák, op. cit., 2000, p. 238-239.

61 i. vida, op. cit., 1986, p. 132.

62 s. balogh, op. cit., 1975, Luttes parlementaires…, note 130, p. 541.

63 « C’était la proposition de József Révai, et László Rajk était également très ébranlé », se souvient Rákosi, op. cit., p. 192.

64 J. Gergely-l. Izsák, op. cit., 2000, p. 242.

65 S. Balogh, op. cit., 1975, Luttes parlementaires…, p. 122-124.

66 I. Vida, op. cit. 1986, p. 159.

67 Habuda (Miklós), A magyar szakszervezetek a népi demokratikus forradalomban 1944-1948 (Les syndicats dans la révolution démocratique populaire 1944-1948), Bp., 1986, p. 115.

68 Lors de la séance du 27 février 1946 de l’Assemblée nationale, la mention par un député du nom de Mindszenty déclenche un tonnerre d’applaudissement dans les rangs des députés Petits-propriétaires.

69 Le chapitre III/2 de ce document stipulait en effet : « Il faut transférer dans la propriété de l’État ou des communes les ressources minières et les entreprises industrielles, dans les cas où l’intérêt commun exige la mise à l’écart de la recherche du profit : les centrales électriques, les puits de pétrole, les mines de bauxite, de charbon et de minerais. Il faut étatiser les assurances. » Szeged, 2 décembre 1944. CIP, p. 5.

70 Il est signalé lors de la réunion des partis du 8 juillet 1946 que 200 prêtres ont manifesté en faveur de Mgr Zadravecz condamné par le tribunal populaire. CIP, p 25.
István Zadravecz a reçu la prêtrise à Rome en 1907, puis enseigné la théologie dans son pays. Orateur puissant, il se met dès 1918 au service de la contre-révolution et de la terreur blanche, ce qui lui vaut en 1921 la crosse épiscopale. Sa carrière politique très chargée est interrompue en 1925-1926 par l’affaire des faux francs où il est étroitement impliqué. Il réapparaît à la fin des années 1930 pour se livrer à une propagande irrédentiste et belliqueuse intense. En 1945, il est condamné à 2 ans de prison, mais dès sa libération en 1947 il participe à divers mouvements clandestins, jusqu’à sa mort en 1965.
NB. Pour se venger de la France à la suite du traité de Trianon, le « bloc national chrétien » eut l’idée d’inonder le pays « coupable » de faux billets pour y provoquer une crise financière. L’affaire fut découverte dès le début et provoqua un scandale international. Voir J. Papp, L’affaire des faux billets (1925-1926), Gavroche, mars-avril 2005, n° 140, p. 1-7.

71 Dans l’après-midi du 17 juin 1946, des coups de feu ont été tirés sur la foule des promeneurs à partir du grenier d’un immeuble endommagé, sis au n° 15 de la place de l’Oktogon, tuant sur le coup un officier et un soldat russes et une « jolie serveuse de café », et faisant au total une cinquantaine de blessés. Sous le toit, le cadavre d’un étudiant de 18 ans fut retrouvé. C’était probablement un drame de jalousie. I. Kovács, op. cit., p. 193-194. K. Szerencsès, op. cit., 1991, p. 52. I. Vida, op. cit., 1986, p. 194. Alors que les journaux du PP se contentent de quelques phrases pour relater l’affaire, la réaction des partis ouvriers est virulente. Le journal radical « Progrès » évoque de son côté « la noblesse de cœur des soldats russes qui, conformément à la nature et au droit humains auraient pu se venger non seulement parce que[…] la plus grande partie de l’armée hongroise a combattu de toute son âme aux côtés de Hitler, jusqu’au bout, mais aussi pour tous les actes bestiaux que des officiers et soldats hongrois ont commis à 2000 km des frontières de la Hongrie [...] Aujourd’hui, dans l’église, chacun peut louer dieu selon sa foi et son goût, mais cela ne suffit pas au cléricalisme militant, manifestement parce qu’il ne peut plus être le plus grand seigneur foncier du pays, comme pendant mille ans [...] L’autre source de sa haine est que maintenant il existe une véritable liberté religieuse, et toutes les religions sont libres. À présent, le cléricalisme donne sa bénédiction à la guerre civile, comme il a béni les armes de la guerre ».
Le rapport soviétique qui reproduit ces réactions, conclut en observant que le cortège funèbre a réuni plus de cent mille personnes : « L’enterrement des soldats assassinés de l’Armée Rouge s’est transformé en une énorme manifestation des travailleurs contre la réaction. » Rapport d’information n° 64/24 du lt-col. Mudrikov, 4 juillet 1946. DS, p. 98-102.

72 Rapport du lt-col. Mudrikov, 12 septembre 1946, DS, p. 130-133.

73 Ibid., p. 126-128.

74 k. Szerencsés, op. cit., p. 70. Csicsery-Rónay (István)-Csernyey (Géza), Koncepciós per a Független kisgazdapárt szétzúzására 1947 (Procès préfabriqué pour détruire le parti des Petits-propriétaires indépendants 1947), Bp., 1998, p. 63.

75 « La découverte du complot anti-républicain nous a aidés beaucoup, dit Rákosi. Les réactionnaires ont espéré qu’après la signature du traité de paix et le départ des troupes soviétiques ils pourraient procéder à la pendaison des communistes. Après la découverte du complot, la réaction est sur la défensive… » Entretien. G. Korotkevitch, 16 mai 1947, DS, p. 174.

76 István Csicsery-Rónay, responsable de la division des affaires étrangères du PP, qui est interrogé par les Russes dès le début de janvier 1947, apporte à cet égard un témoignage hautement significatif. Déçus de ses réponses négatives, dit-il, les Russes ont fini pratiquement par l’implorer en répétant “Nous ne voulons pas encore un cas Ahmed Kavam es-Salataneh”. Je n’ai appris qu’après ma libération, ajoute-t-il, qu’ils parlaient du premier ministre iranien [...] qui, l’année précédente, le 8 mai 1946, s’était mis d’accord avec les Soviétiques qu’en cas de leur départ, on accorderait des avantages à Moscou comme par exemple des concessions pétrolières. Mais dès que les troupes soviétiques ont quitté le pays, les Iraniens ont arrêté les dirigeants communistes, dont beaucoup ont été exécutés, et de l’accord rien n’a été tenu. » I. Csicsery-Rónay-g. Csernyey, op. cit., p. 64 et note 135, p. 65.

77 Les propos les plus hostiles au régime témoignent aussi du climat de liberté. À la veille des élections de novembre 1945 par exemple, le vice-président du PP, B. Varga, prononce devant une grande assemblée à Nagykanizsa un discours nationaliste, attaque à peine déguisée contre l’URSS, devant un public truffé de curés, d’avocats et de fonctionnaires. Dans la même ville et à la même époque, le 14 octobre 1945, peu avant la venue de Rákosi, le curé J. Gellért tient les propos suivants devant ses élèves : « Beaucoup ne cessent de crier : “Vive Rákosi”. Cela me scandalise et je leur crèverais les yeux [...] Aux élections, ce sont les petits-propriétaires qui vont remporter la victoire et les Russes seront obligés de s’en aller. Les Anglais viendront ensuite [...] et ils vont pourchasser les communistes. Celui qui veut voter pour les communistes devra partir avec les Russes. » Compte rendu des élections législatives du 4 novembre 1945 en Hongrie, Commandant V. Tugariev, 13 décembre 1945, DS, p. 82-83.
De son côté, Rákosi évoque la scène suivante : « Une autre fois quand, après un dîner commun, les dirigeants petits-propriétaires avaient déjà passablement bu, Ferenc Nagy me dit : “Quand nous aurons balayé le dernier communiste de l’Assemblée nationale, toi nous te garderons, sois tranquille”. C’est ce que vous mijotez donc, ai-je répondu. On verra. Et nous avons continué à boire tranquillement, mais moi, je n’ai pas oublié ce que j’avais entendu selon l’adage du “in vino veritas”, et pour mémoire je l’ai raconté à mes camarades. » Op. cit., p. 200.

78 Lettre du 5 avril 1947, DS, p. 159.

79 Le 14 décembre 1947, le gouvernement soviétique annonce en effet qu’il ne restera en Hongrie que des « unités de liaison ». Ainsi, le traité d’État autrichien conclu en mai 1955 aurait dû libérer entièrement la Hongrie, mais le pacte de Varsovie, signé la veille (14 mai 1955) donne à l’URSS une base juridique pour maintenir l’occupation.
Quant à la CCA, elle a tenu sa dernière séance le 15 septembre 1947 et prononcé sa dissolution, avant que ses membres prennent congé de Zoltán Tildy et quittent le pays. PV/CM-Dinnyés, 22/16, 19 septembre 1947 et note 23, p. 992. M. Földesi, op. cit., 1995, p. 182-187

80 Demandant réparation au nom du PP, J. Gyöngyösi déclare le 18 septembre 1947 que les procédés employés ont rouvert « les profondes blessures » laissées « dans l’âme du peuple hongrois » par les pratiques électorales du régime passé : « Cela paraît peut-être insignifiant, mais quand on se rend en province, des vieilles paysannes honnêtes se présentent pour dire qu’elles n’ont pas reçu de droit de vote parce qu’on les a prises pour des prostituées [...] Quand on raye quelqu’un comme fou, cela également suscite une profonde indignation. Pensons donc à l’idiot du village. Si à la campagne quelqu’un est déclaré aliéné mental, cela a un autre effet qu’en ville ». CIP, p. 643.

81 À cause de son « discours front populaire » et de son point de vue situé entièrement dans la perspective multipartiste, Révai doit faire son autocritique. J. Kende-M. Somlyai, Almanach, p. 493. Dans son exposé, Révai disait notamment : « La question n’est pas encore tranchée de savoir si la Hongrie sera une démocratie populaire ou bourgeoise, si elle rejoindra la nouvelle démocratie ou deviendra le soutien de l’impérialisme anglo-américain. À présent, la Hongrie est le mélange de ces deux démocraties, il dépendra de la tactique, de l’énergie, du savoir-faire du parti communiste laquelle sera enracinée. » Note de Jdanov pour Staline sur l’exposé de Révai, 24 septembre 1947. DS, p. 229.

82 Dans la seconde moitié de mai 1945, la CCA fait savoir au gouvernement qu’elle autorise l’usage de la radio et donne son accord pour restituer les appareils de TSF. CIP, p. 43, note 7.

83 vass (Henrik)-zalai (K. László), A tájékoztatás intézményrendszere 1944-1948 (Le système institutionnel de l’information 1944-1948), NP, 1992, n° 1, p. 76, 83. A tájékoztatás intézményrendszere és munkásmozgalmi elitje 1944-1948 (Le système institutionnel de l’information et son élite ouvrière), Bp., 1991, p. 19-20.

84 ANH, XIX-A-1-j/12a, 3-VIII, 23 décembre 1944. PV/CM-GNP, A, 1/8,23 décembre 1944.

85 PV/CM-GNP, B, 67/1, 15 novembre 1945 et note 1, p. 562. F. Nagy, op. cit., t. 1, p. 214.

86 PV/CM-GNP, B, 45/42, 16 août 1945 et note 37, p. 86. PV/CM-Dinnyés, note 24, p. 394.

87 H Vass-K. L. Zalai, op. cit., 1992, p. 88.

88 PV/CM-GNP, B, 58/40, 3 octobre 1945 et note 40, p. 322.

89 PV/CM-Tildy, n° 83, 31 janvier 1946

90 PV/CM-GNP, A, 1/8, 23 décembre 1944.

91 PV/CM-GNP, A, 4 avril, 12 janvier 1945.

92 Celui-ci aboutira en juillet 1945 avec Új Magyarország - Hongrie Nouvelle, rédigé par Iván Boldizsár (1912-1988) et qui paraîtra jusqu’en 1948. À partir de février 1946, ce journal est également publié en anglais et en russe toutes les deux semaines, complétant les résumés de la presse journalière pour « informer la Commission de ce qui se passe en Hongrie et de ce qui est important du point de vue de la politique étrangère ». PV/CM-GNP, A, 36/3, 20 juin 1945, ANH, XIX-A-83-a, b. 7, 81/10, 21 janvier 1946.

93 Lettres de Gerő et de Révai à Rákosi, DS, p. 13-14 et note 27, p. 21 ; p. 33-34 et notes 5, 6, 7, p. 37.

94 PV/CM-GNP, A, 10/19, 12/18, 21 mai, 9 et 22 février, 18 avril 1945 et note 7, p. 334.

95 PV/CNB, p. 99-101.

96 L’auteur d’un livre A. Vozáry, a essayé de disculper Horthy, Kállay et divers officiers de l’armée et de la gendarmerie. Ancien maire de Munkács (Mukacevo), Vozáry avait fait paraître le 28 novembre 1938 dans le journal Virradat (Aurore) une déclaration intitulée « Je suis Croix-fléchée, je me sens proche de Rajniss ». Dans le journal őslakó (Habitant de souche), il avait écrit le 2 juillet 1944 un autre article compromettant sur la « solution de la question juive » dans sa ville. Vozáry sera arrêté le 14 juillet 1945. PV/CNB, p. 201, note 14.

97 Ibid., p. 99-101, 127-128, 185-186, 197-199 et notes 1, 12, 13, p. 199-201.

98 PV/CM-GNP, A, 23 janvier, 23 avril 1945 et note 1, p. 357.

99 IEH, p. 62-63 et 556-557.

100 H Vass-K.L. Zalai, Tájékoztatás és hatalmi harc 1944-1948 (Informations et lutte pour le pouvoir 1944-1948), NP, 1993, n° 2-3, p. 203.

101 H. Vass-K.L. Zalai, op. cit., 1992, n° 1, p. 81.

102 Mais des courants divers traversent le PC. Plusieurs dirigeants dénoncent le « danger gauchiste » dans le parti et réfutent l’opinion selon laquelle les communistes prépareraient la révolution prolétarienne. Imre Nagy raconte à son partenaire soviétique que « le camarade Lukács, qui est revenu de Moscou, professe des thèses erronées. Entre lui et Rudas le débat est permanent dans des questions philosophiques, Rudas accusant Lukács et Fogarasi de s’écarter du marxisme, alors que ces derniers lui retournent l’accusation. Il faut noter encore que Lukács fait éditer en Hongrie ses œuvres qu’il a écrites en Union soviétique, mais qu’il n’a pas été autorisé à publier à Moscou ». Entretien. G. Korotkevitch, 5 avril 1947. DS, p. 168. NB. György Lukács (1885-1971), philosophe marxiste de renommée internationale, fut, sous la République des Conseils, commisaire adjoint à l’Instruction publique. En 1945, il est élu député et enseigne à l’Université Eötvös Loránd de Budapest.

103 H. Vass-K.L.Zalai, op. cit., 1991, p. 42-43 et notes 57, 58, p. 92.

104 Gy. Borbándi, op. cit., p. 418.

105 Entre 1900 et 1919, la revue mensuelle Huszadik Század (Vingtième Siècle) a constitué en Hongrie, avec la Société des sciences sociales, l’atelier du radicalisme bourgeois. L’équipe, tournée vers la sociologie (Pál Szende, Gyula Rácz, József Madzsar, Bódog Somló), se groupe autour d’Oszkár Jászi. Savants et politiciens à la fois, ils ont exercé une influence profonde sur la vie intellectuelle hongroise. Ils ont fondé notamment l’Association des Libres-Penseurs de Hongrie et patronné le Cercle Galilée, qui attirait des jeunes intellectuels progressistes.

106 PV/CM-GNP, A, 30/42, 25 mai 1945 et note 47, p. 479.

107 PV/CM-GNP, B, 45/24, 16 août 1945 et annexe 45/c, p. 97-98.

108 PV/CM-GNP, B, 64/26, 30octobre 1945 ; note 26, p.505 ; annexe 64/e et note 74, p.524.

109 PV/CM-GNP, A, 8 mai et 34/16, 3 février et 13 juin 1945 ; B, 57/44, 26 septembre, 1945 et note 47, p. 295. PV/CM-Dinnyés, 14 octobre, 31 juillet 1947 et note 23, p. 654.

110 En septembre 1945 par exemple, le ministre de l’Industrie, Antal Bán, demande un crédit de 350 000 pengős pour financer un film documentaire sur la reconstruction. PV/CM-GNP, B, 55/33, 20 septembre 1945 et note 31, p. 250.

111 H. Vass-K.L. Zalai, op. cit., 1992, p. 89.

112 Ibid.

113 Rapport du colonel-général I.V.Sikin sur l’activité de propagande anglo-américaine poursuivie en Hongrie, 27 janvier 1947, DS, p. 151-153.

114 Des entretiens d’un représentant soviétique avec les principaux dirigeants du PC en avril 1947, on apprend que l’Association culturelle hungaro-soviétique n’a encore qu’une faible activité. Le responsable du PC parle d’une exposition de photos qui n’a pas suscité de réactions dans la population. Il remarque que peu d’ « hommes soviétiques » viennent en Hongrie. Il est d’accord avec son interlocuteur russe pour constater que la revue de l’Association, Jövendő (Avenir), « ne popularise pas bien l’Union soviétique, et [que] souvent elle s’occupe plus à faire de la propagande pour l’Angleterre et l’Amérique que pour l’Union soviétique ». Ibid., p. 190.
Quant aux relations culturelles avec la France, on met en place une commission mixte patronnée par le ministre des Cultes et de l’Instruction publique hongrois et comprenant les délégués des ministres des Affaires étrangères des deux pays, ainsi que l’attaché culturel français, en vue d’un accord portant sur « la coopération culturelle et l’échange des valeurs intellectuelles, artistiques et scientifiques ». En Occident, l’Association France-Hongrie fut parmi les premières réalisations de la « diplomatie culturelle » (automne 1945). Facilitée par le concours de l’Institut Hongrois de Paris, celle-ci se traduit ensuite par la création d’une chaire de Hongrois à la Sorbonne. PV/CM-Dinnyés, 4/72, 19 juin 1947 et note 80, p. 231. J. Gergely-L. Izsák, op. cit., 2000, p. 300-303.

115 J. Gergely-L. Izsák, op. cit., p. 164 sqq.

116 J. Gergely, Katolikus egyház, magyar társadalom 1890-1986 (Église catholique, société hongroise, 1890-1986), Bp., 1989, p. 57.

117 Katolikus Agrárifjúsági Legényegyletek Országos Testülete (Corporation nationale des Associations de garçons de la Jeunesse agricole), créée en 1935-1937, sous le signe du christianisme social.

118 Ibid., p. 53.

119 J. Gergely, Az egyházak Magyarországon az Ideiglenes Nemzetgyülés időszakában (1944. december-1945. november) (Les Églises en Hongrie à l’époque de l’Assemblée nationale provisoire, décembre 1944-novembre 1945), in I. Feitl, op. cit., 1995, p. 190 sqq.

120 Balogh (Margit), a kalot és a katolikus társadalompolitika 1935-1946 (La kalot et la politique sociale catholique 1935-1946), Bp., 1998, p. 160-161.

121 J. Gergely, op. cit., 1995, p. 200.

122 Ibid., p. 207.

123 L’Église évangélique de Hongrie connaît des difficultés après la guerre du fait qu’elle comprend un tiers de Hongrois, un tiers d’Allemands et un tiers de Slovaques. Dans l’ensemble, la répartition de la population selon les confessions religieuses était la suivante après 1920 : catholiques romains : 63,9 % (49,3 % en 1910) ; catholiques grecs : 2,2 % (11 % en 1910) ; réformés (ou calvinistes) : 21 % ; évangéliques (ou luthériens) : 6,2 % ; orthodoxes : 0,6 % (12,8 % en 1910) ; israélites : 5,9 % ; divers : 0,2 %. J. Gergely, op. cit., 1989, p. 26. Les petites religions populaires appelées « sectes », étaient assimilées à la subversion et au comportement déviant, et persécutées par le pouvoir et les Églises « légales ». Fazekas (Csaba), Kisegyházak és szektakérdés a Horthy-korszakban (Églises minoritaires et question des sectes à l’époque Horthy), Bp., 1996, p. 16 sqq.

124 Seul le programme du PDB prévoit que « la religion est une affaire privée ». L. IZSÁK, Polgári ellenzéki pártok Magyarországon 1944-1949 (Partis bourgeois d’opposition en Hongrie 1944-1949), Bp., 1983, p. 293-294.

125 L. Izsák, op. cit., 1983, p. 44-61 ; 1985, p. 426 sqq. J. Gergely, A politikai katolicizmus Magyarországon (1890-1950) (Le catholicisme politique en Hongrie 1890-1950), Bp., 1977, p. 236-277. M. Balogh, op. cit., p. 160-205. On appelait Parti catholique en raccourci le Parti chrétien économique et social formé en 1925 de plusieurs groupements politiques conservateurs et catholiques. PV/CM-GNP, A, note 6, p. 333.

126 Voir infra Chap. V., p.200 sqq. sur la politique juive de Horthy.

127 PV/CM-GNP, B, 42/40, 1er août 1945 et note 32, p. 19.

128 Dès le mois d’avril, le CNB a attiré l’attention sur « le rôle communément admis du système d’éducation hongrois dans les origines de la catastrophe présente » : les élèves étaient dressés pour servir la contre-révolution, les professeurs, objets de rapports secrets, ne pouvaient s’exprimer qu’au détriment de leur promotion, etc. Or, constate le rapporteur Gy. Kállai, « les professeurs, les livres scolaires sont les mêmes, l’esprit est le même […] Il est de notoriété publique que presque 100 % des professeurs d’éducation physique sont des réactionnaires, des croix-fléchées », qui ont instruit les garçons dans l’esprit fasciste des levente… ». PV/CNB, 11 avril 1945, p. 85-86 et PV/CM-GNP, B, note 49, p. 547. NB. Le levente [lèvèntè] veut dire à peu près « chevalier ». C’est une organisation de jeunesse paramilitaire instituée en 1921 pour donner aux garçons de 13 à 21 ans, dans un esprit irrédentiste et chauvin, une instruction semblable à celle des sociétés de gymnastique.

129 PV/CM-GNP, B, 65/2, 2 novembre 1945.

130 J. Gergely, op. cit., 1977, p. 251-258.

131 J. Gergely, op. cit., 1989, p. 51.

132 Vida (István), Adatok az 1946 nyári koalíciós válság történetéhez (Contribution à l’histoire de la crise de la coalition à l’été 1946), RH, 1975, n° 1, p. 69-70. En mars, le R.P. Balogh qui avait rendu visite à Mindszenty à Esztergom, en a donné aux Américains une description accablante. D’après le rapport de Schoenfeld : « Balogh remarque que le Primat est têtu, doué d’une intelligence faible, fondamentalement inculte et, qui plus est, il s’entoure de prêtres bornés, provinciaux, ainsi que de quelques anciens grands propriétaires aristocratiques, qui lui donnent de mauvais conseils. À titre d’exemple, il dit que le Primat est convaincu que les Américains vont prochainement utiliser la bombe atomique pour chasser les Soviets de la Hongrie ». Ibid., note 8. Zoltán Vas, qui a connu de près le prince primat et les membres de l’épiscopat catholique, affirme que ces derniers « dépassaient de loin [Mindszenty] en culture générale, en connaissances politiques et par leur capacité de négocier. Malgré mes convictions communistes, je les ai appréciés et respectés [...] Je tenais Mindszenty pour un ascète illuminé [...] Ce qui le rendait dangereux, c’est qu’il ne cessait de proclamer avec entêtement sa conviction dans la guerre froide, [affirmant] que les anciennes puissances alliées, avec en tête les États-Unis, “vont écraser l’Union soviétique dans une guerre de croisade”. À ce moment, la Bavière, l’Autriche et la Hongrie deviendront un État fédératif catholique et Lui, le prince primat Mindszenty, mettra la couronne sur la tête de l’archiduc Otton Habsbourg, héritier du trône. » Op. cit., 1990, p. 42-43.

133 I. Izsák, op. cit., 1985, p. 435.

134 J. Gergely, op. cit., 1989, p. 117.

135 Op. cit., p. 370. F. Nagy, op. cit., t. 1, p. 394. S. Balogh-É. Szabó, op. cit., 1994, p. 58.

136 PV/CM-Dinnyés, 1/4, 2 juin 1947 et notes 10-11, p. 114-115.

137 ANH, XIX-A-83-a, b. 18, PV/CM-F. Nagy, 173/50, 24 avril 1947. PV/CM-Dinnyés, 3/37, 4/71 et 21/33, les 12, 19 juin et 12 septembre 1947, et notes 9, 36, 79 et 23, p. 114, 145, 230 et 961-962.

138 PV/CM-Dinnyés, 9/14, 10 juillet 1947 et Annexes 9/a-b, p. 487-490.

139 Parmi les lieux significatifs, l’inquiétude exprimée par un responsable local du PC accueillant Marosán au moment de la campagne électorale de 1945, est bien révélatrice : « Camarade Marosán : j’ai une demande à te formuler ! Pendant la campagne électorale, laisse tomber la propagande anti-cléricale[…] laisse-les tranquilles – ne touche pas aux curés ! Ils ont une grosse influence, surtout sur les femmes… » gy. marosán, op. cit., p. 95.

140 Mód (Aladár), Egyház és demokrácia (Église et démocratie), RS, décembre 1947.

141 Vida (István), A közvetlen demokrácia és formái a népi demokratikus forradalom időszakában (1944-1948) (La démocratie directe et ses formes à l’époque de la révolution démocratique populaire (1944-1948), in Kálmán (Katalin), A szocialista demokrácia fejlesztésének kérdései (Les questions du développement de la démocratie socialiste), Bp., 1982, p. 43-44.

142 I. Vida, op. cit., 1986, p. 67-68.

143 Ibid., p. 69.

144 Cette vue d’ensemble sur les comités d’usine s’appuie principalement sur l’ouvrage cité plus haut de K. Jenei-B. Rácz-E. Strassenreiter, (CMUS), qui, précédé d’une étude introductive de ces auteurs (p. 9-152), réunit 219 documents (p. 155-712) et cite 276 entreprises.

145 Créées en juillet 1944 par un décret du ministre de l’Industrie, les délégations étaient destinées à assurer la paix sociale dans les usines. Les ouvriers éligibles étaient désignés par les cadres des entreprises, mais il arrivait que des militants ouvriers fussent pris comme représentants. CMUS, p. 271-273.

146 Chez Roessmann-Harmatta SA (tuyauteries et constructions mécaniques) à Budapest, un ancien communiste illégal, J. Sebestyén, prend en main la direction de l’usine au nom d’un « Comité de Résistance », confirmé par le commandant soviétique de l’usine. Un « comité exécutif » de six ouvriers communistes dirige la fabrique et les travailleurs de l’usine réparent jour et nuit les chars pour l’armée soviétique. CMUS, p. 457.

147 Parmi les exemples cités : Usines de porcelaine Granit à Kispest ; Robert Bosch SARL à Budapest (principale usine d’une entreprise de Stuttgart, fabriquant des pièces détachées et des machines-outils) ; MÁVAG (Fabrique nationale hongroise des wagons) de Diósgyőr ; entreprises chimiques et sidérurgiques Hungária, usine de la rue Illatos, etc. CMUS, note 18, p. 16.

148 CMUS, p. 161-162. AD, II, p. 227-228.

149 CMUS, p. 325-326. PV/CM-GNP, A, 6/12, 25-26 janvier 1945.

150 Exemple caractéristique à Budapest, le Service municipal de distribution des Eaux. CMUS, p. 250-251.

151 CMUS, p. 22 et I. Vida, op. cit., 1982, p. 58.

152 CMUS, p. 160. et légende p. 160-161. Mais connaître l’identité du propriétaire ne va pas de soi. À Budapest, dans la Fabrique nationale de peigné et de tissage SA déjà citée, les membres du CMUS, créé dans la clandestinité, s’interrogent lors de la séance du 7 février 1945 : « Avons-nous un propriétaire et qui est-ce ? D’après nos renseignements, disent-ils, la direction allemande de l’entreprise a essayé de faire passer le capital en Suisse. Où en est-on avec les actions, à quelle banque appartenons-nous ? Si nous n’avons pas de propriétaire nous offrons l’usine à l’État… » CMUS, p. 212-218.

153 On dit à l’époque « propriétaire » (tulajdonos) ou « actionnaires » (részvényesek) et les termes comme « patron », « chefs d’entreprise », etc. sont plutôt anachroniques.

154 CMUS, p. 198-199 et 190-191.

155 CMUS, p. 182-185.

156 Après l’occupation allemande, la Gestapo a arrêté et envoyé en camps de concentration nombre de grands capitalistes anglophiles (les familles Weiss, Chorin, Mautner et Kornfeld), les plus riches d’entre eux se sont réfugiées au Portugal, à la suite de l’action de chantage des SS, auxquels ils ont cédé leurs usines et participations. Les richesses constituant l’ossature de l’industrie hongroise sont ainsi devenues propriété allemande. E. Karsai, op. cit., 1965 p. 478. J. Gergely-L. Izsák, op. cit., 2000, p. 217. I. Vida, op. cit., 1986, p. 85.

157 CMUS, p. 204-205.

158 À Szentes, dans l’imprimerie Napló (Journal), où à la suite d’un conflit plus ancien, l’un des copropriétaires traite les membres du CMUS de « saletés » et de « bandes de salopards », celui-ci est mis à la porte avec ses trois associés. CMUS, p. 164-165.

159 Par exemple, le cas « des propriétaires Volksbundistes de la conserverie János Platter SA » à Kecskemét, qui se sont enfuis « abandonnant à son sort l’énorme centre industriel », ou celui de l’industriel Gy. Filkorn à Budapest, dont l’épouse (elle a recensé et livré aux Croix-fléchées les noms de ses ouvriers qui avaient des opinions de gauche) va après son retour jusqu’à la présidence du Conseil pour revendiquer ses droits. ANH, XIX-A-1-j, b. 18, lettres des 30 juillet, 13 août et 18 octobre 1945. 16 septembre 1946.

160 CMUS, p. 218-219 et note 38, p. 718.

161 CMUS, p. 368-369.

162 PV/CM-GNP, A, 8 février, 3 février 1945 et annexe VIII/a, p. 176-177 et CMUS, p. 222-230.

163 CMUS, p. 232-235.

164 CMUS, p. 238-242.

165 Outre le sort déjà évoqué des plus grands capitalistes hongrois d’origine juive, « plusieurs centaines d’industriels, banquiers et négociants ont quitté le pays, fuyant l’Armée Rouge. » I. Vida, op. cit., 1986, p. 85.

166 La réorganisation syndicale a été décidée lors d’une réunion tenue le 18 janvier 1945, dans les locaux des ouvriers tailleurs à Budapest, pendant le siège. Une commission de 4 membres est alors désignée, avec Antal Apró et István Kossa (PCH), Ödön Kisházi (gauche du PSD) et József Kőműves (droite du PSD, représentant du Conseil syndical d’avant-guerre). La nouvelle Centrale ou Conseil syndical sera constituée le 7 février 1945. Elle comprend : Miklós Vas-Witteg du PSD (président), János Török, des syndicats du Bâtiment (vice-président) et István Kossa du PC (secrétaire général).

167 I. Vida, op. cit., 1982, p. 59.

168 B. Rácz, CMUS, Introduction, p. 38-40 et note 65, p. 39.

169 CMUS, p. 45-46.

170 Déclaration révélatrice de l’ouvrier sellier Tamás Nagy, représentant du CMUS de l’Industrie sidérurgique et chimique Hungária SA, lors de la première réunion de la direction le 3 mai 1945 : « Il faut chasser l’idée que c’est l’entreprise qui donne le pain, car ce sont les employés qui font vivre l’entreprise et nous donnons plus que nous ne recevons. Ainsi, il va de soi que nous ne pouvons pas être des quantités négligeables. Usant de notre droit, nous interviendrons dans toutes les affaires de l’entreprise. Nous agissons ainsi dans l’intérêt de la patrie, de l’entreprise et des employés. » CMUS, p. 312-313.

171 Note du ministère de l’Industrie au CMUS de la Mine de charbon de Várpalota (comitat de Veszprém), le 8 juin 1945 : « Selon le rapport de la Houillère de Salgótarján SA, qui m’a été adressé directement, le comité d’usine a déplacé de son propre chef le directeur de la mine de charbon de Várpalota, sans écouter l’avis de l’entreprise, et il a nommé à sa place un nouveau directeur. » CMUS, p. 324-325. Dans les Laminoirs de Borsodnádasd (comitat de Borsod-Abauj-Zemplén), le directeur signale le 21 juin 1945 que le CMUS continue à exercer des pouvoirs de décision, dans l’attribution notamment des logements abandonnés. Un autre cas exemplaire est celui du complexe sidérurgique de Ózd, où le directeur prévient le 13 août 1945 le CMUS qu’il n’a pas le droit de disposer des biens de l’entreprise et qu’il cesse d’apposer sur les documents qu’il émet les formules comme « j’autorise », « je recommande », etc. CMUS, p. 330-331.

172 En conseil des ministres, A. Bán demande un crédit de 200 000 pengős pour couvrir les frais des cours organisés à l’intention des membres des CMUS. Les participants doivent acquérir des connaissances en économie politique, comptabilité, gestion et organisation des entreprises, rationalisation, comptabilité des salaires, etc. PV/CM-GNP, B, 57/40, 26 septembre 1945 et annexe 57/e, p. 305-306.

173 Dans le bassin minier de Borsod, 50 % des mineurs ont quitté les puits. Les conditions techniques de l’exploitation sont déplorables, les ouvriers manquent de nourriture et de vêtements. Pour acheter une paire de chaussures, il faut deux mois de salaire. Les conditions sanitaires sont telles que l’espérance de vie serait réduite d’au moins 25 %...CMUS, p. 372-374.
Le syndicat des mineurs exprime son indignation de voir que des conseillers ou des ingénieurs compromis soient nommés commissaires du gouvernement : « Nous protestons contre le fait que des fripons qui nous ont fait interner et livrer à la gestapo allemande, qui nous ont fait rouer de coups par les gendarmes, soient en plus récompensés. Nous respectons ceux qui malgré leurs services rendus à l’ancien régime réactionnaire sont restés parmi nous et avec qui nous acceptons la réconciliation [...], mais on ne peut pas nommer de nouveau, sans autre forme de procès, à la tête des usines les imposteurs qui se sont enfuis avec le gouvernement Szálasi, avec l’intention en cas de victoire de revenir et de procéder à la pendaison de tous ceux qui eux ont agit pour le renouveau et la démocratie. » CMUS, p. 399-400.

174 B. Rácz, op. cit., p. 78-79.

175 Voir infra Chap. VI., p.286.

176 La loi sur le plan triennal date de juillet 1947. Le 16 juillet sont institués le Conseil économique de la Planification et l’Office national du Plan. Pour associer les CMUS à la réalisation du plan triennal, la Centrale syndicale convoque pour les 18-19 juillet 1947 une conférence nationale, où sont présents 700 présidents et membres des CMUS. Tous les délégués demandent l’extension des pouvoirs des comités, en accord avec le PSD, mais le PC y est opposé. C’est à ce moment que le ministre communiste des Transports, Gerő, réduit par un décret les pouvoirs acquis par les CMUS dans la navigation et les entreprises de transports.

177 « En général, l’exécution de ce travail impopulaire a été renvoyée par la direction dans le ressort des comités d’usine. » M. Habuda, op. cit., p. 115, 125. CMUS, p. 99, 132.

178 CMUS, p. 127.

179 Dans le « royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes » qui deviendra en 1929 la Yougoslavie, la réforme agraire débute par un décret du 25 février 1919 et s’étend sur toute l’entre-deux-guerres. En Roumanie, la loi agraire votée le 15 décembre 1918 est élargie le 17 juillet 1921. En Tchécoslovaquie, la question agraire concerne surtout la partie slovaque et en 1937, un sixième seulement du sol relève de la grande propriété. Celle-ci garde en revanche des positions solides en Pologne. T.I. Berend-gy. Ránky op. cit., 1969, p. 207-213.

180 La Hongrie de l’après-guerre a gardé 32,7 % du territoire, 41,6 % de la population et 43 % des terres arables de la Hongrie historique. La densité de population du pays issu du traité de Trianon est de 82,1 hab/km2, au lieu des 64,6 hab/km2 de l’ancienne Hongrie. Pető (Iván)-Szakács (Sándor), A hazai gazdaság négy évtizedének története1945-1985 (L’histoire économique nationale de quatre décennies 1945-1985), Bp., 1985, p. 1.

181 Ouvriers et domestiques agricoles ressemblent plus à des mendiants qu’à des travailleurs. Régisseurs et maîtres de tous ordres peuvent les tutoyer, les filles et les jeunes femmes trouvent naturel qu’ils disposent d’elles sexuellement. En 1932, parmi 11 844 enfants soumis à l’obligation scolaire et examinés dans sept « districts sanitaires », seuls 1 082 étaient en bonne santé, les autres souffrant parfois de 3-4 maladies à la fois. À Kalocsa, le médecin scolaire ne trouve que deux enfants sur 80 examinés, dont l’état soit satisfaisant. Csüppüs (István), Komáromi norma – Egy szociálpolitikai kísérlet (La norme de Komárom - Une expérience de politique sociale), SI, 1992, n° 1, p. 261-262.

182 Donáth (Ferenc), Demokratikus földreform Magyarországon 1945-1947 (Réforme agraire démocratique en Hongrie 1945-1947), Bp., 1969, p. 57 et sq.

183 F. Donáth, op. cit., p. 67.

184 PV/CM-GNP, A, 16 juillet, 10 mars 1945, note 18, p. 277.

185 Par un pieux mensonge, l’adoption du décret a été antidatée du 15 mars, jour de la Fête nationale, et cette date sera reprise ultérieurement dans les publications.

186 PV/CM-GNP, A, 16 juillet et 17 janvier, 10 et 17 mars 1945 ; notes 7-9, p. 284 et annexe 17/a, p. 285-287. Note 10, p. 285.

187 Balogh (Sándor), (présenté par), Földet, köztársaságot, állami iskolát ! Viták a magyar parlament-ben 1944-1948 (Terre, république, école publique ! Débats dans le parlement hongrois 1944-1948), Bp., 1980, p. 117.

188 Les ouvriers terrassiers constituent depuis le xixe siècle une partie importante du prolétariat rural. Ils fournissaient une main d’œuvre nombreuse et bon marché, utilisée notamment dans la construction des chemins de fer et les travaux de régularisation des cours d’eau, rendus nécessaires par les caractères hydrographiques de la plaine pannonienne.

189 Il s’agit de 2 000 personnes environ. Le ministre des Finances défend avec énergie leur cause, en insistant sur les obligations de l’État, alors que Szakasits rappelle que plusieurs dizaines de milliers de domestiques sont restés sans travail et n’ont pas reçu de terre. À titre transitoire, on leur accorde un secours financier.
ANH, XIX-A-83-a, b. 6, PV/CM-Tildy, 78/38, 5 janvier 1946.

190 Op. cit., 1975, p. 176-177.

191 Lettre à Gerő, 27 mars 1945. CIP, p. 29-30.

192 En y ajoutant les biens confisqués (où 38 838 propriétés volksbundistes représentent 118 320 ha), 1 890 067 ha (3 258 738 arpents) ont pu être distribués à 642 342 personnes, dont 109 875 domestiques agricoles, 261 088 ouvriers agricoles, 213 930 micro-propriétaires, 32 865 petits propriétaires, 22 164 brassiers, 1 256 exploitants diplômés et 1 164 employés forestiers. En moyenne, les nouveaux propriétaires ont reçu par tête, 5 arpents, soit moins de 3 ha. K. Szerencsés, op. cit., p. 30.

193 Jusqu’en novembre 1945, 9 505 familles au moins, soit quelque 40 000 personnes ont migré à l’intérieur du pays, en provenance le plus souvent du nord de la Hongrie et de l’est de la Tisza, pour venir s’installer dans le sud de la Transdanubie et entre Danube et Tisza. Tóth (Ágnes), Telepítések Magyarországon 1944-1948 között (Repeuplements en Hongrie entre 1944-1948), Kecskemét, 1993, p. 78-80.

194 F. Donáth, op. cit., p. 174 et notes 69, 70, p. 281.

195 PV/CNB, 6 juin 1945, p. 156. Dès l’été 1945, les veuves de Bajcsy-Zsilinsky et du capitaine Tartsay, exécutés en décembre 1944 pour résistance, proposent au gouvernement un système de contrôle pour établir l’appartenance à la résistance nationale. Les attestations de dix hommes publics seront nécessaires, et les usurpateurs du titre de résistant ainsi que les signataires frauduleux devront répondre devant la justice. Communiqué de presse, 5 juin 1945. CIP, p. 77.

196 En avril-mai 1946, les plaintes enregistrées sont légion. Le dossier 4894 et suite (ANH, XIX-A1-j, b. 56. Plaintes et rapports) enregistré les 4-5 mai, renferme à lui seul 79 requêtes en provenance des autorités ecclésiastiques, où toutes les confessions (chrétiennes) sont représentées : évêque de Pécs, Église évangélique de Miskolc, presbytère réformé de Hajdúböszörmény, chanoine catholique grec de Nyíregyháza, etc..

197 « Les organismes supérieurs de la réorganisation foncière mis en place pour exécuter la réforme sont devenus dès la première minute de leur existence les lieux d’affrontement des courants politiques opposés », écrit F. Donáth. La structure des comités nationaux et départementaux (CNRF et CDRF) était à l’image de la coalition, dont les membres défendaient à la fois les intérêts de leurs partis et ceux de leurs catégories sociales. « Dans les Offices fonciers en revanche – comme dans tous les bureaux du pays – les affaires étaient administrées par des fonctionnaires, dont la majorité était auparavant les agents du régime Horthy ; leurs origines, leurs relations familiales et amicales, toute leur conception les rattachaient plutôt à l’ancien régime, et ils n’étaient pas d’accord avec les dispositions radicales du Décret ». Op. cit., p. 190. Szakasits déclare que dans les ministères, on dresse des obstacles devant l’achèvement rapide de la réforme. Les frais de voyage absorbent le peu d’indemnités que reçoivent les membres des CDRF. Ces derniers ayant demandé des billets de chemin de fer gratuits, ou le remboursement de leurs billets, ils ont été déboutés aussi bien par le ministre des Transports que par celui des Finances. ANH, XIX-A-83-a, b. 8, PV/CM-Nagy, 93/1-2, 8 mars 1946.

198 S. Balogh, op. cit., 1975, Luttes parlementaires…, note 87, p. 547.

199 Texte reproduit dans PV/CM-GNP, B, 65/2, 2 novembre 1945, annexe 65/a, p. 543-548.

200 S. Balogh, op. cit., 1975 p. 173.

201 Ibid., p. 174. Jugement formulé par le social-démocrate F. Révész.

202 M. Korom, op. cit., 1981, p. 238-240.

203 M. Korom, A népi bizottságok és a közigazgatás Magyarországon 1944-1945 (Les comités populaires et l’administration publique en Hongrie 1944-1945), Bp., 1984, p. 175-177.

204 Máthé (Gábor), A közigazgatás demokratikus átalakítása Fejér megyében 1944-1945-ben (La transformation démocratique de l’administration publique dans le comitat de Fejér en 1944-1945), EA, avril 1970, p. 316.

205 B. Balázs, Népmozgalom és nemzeti bizottságok 1945-1946 (Mouvement populaire et comités nationaux 1945-1946), Bp., 1961, p. 71.

206 PV/CN, AD, t. 1, p. 288-296.

207 PV/CN, 17 janvier et 5 février 1945. AD, t. 1, p. 540-541. t. 2, p. 383.

208 B. Balázs, op. cit., p. 49-50.

209 Sipos (Levente), A Szabolcs és Szatmár megyei nemzeti bizottságok és önkormányzati testületek összetétele II. (La composition des comités nationaux et des conseils municipaux dans les départements de Szabolcs et de Szatmár II.), RSS, 1971, n° 2, p. 95.

210 PV/CN, 11 janvier 1945. AD, t. 1, p. 493-494.

211 PV/CN, 16 décembre 1944 et 15 janvier 1945. AD, t. 1, p. 283-284 et 520-523.

212 B. Balázs, op. cit., p. 48-54.

213 Voir Chap. II, p. 43.

214 Op. cit., p. 51. Toutefois, à Székesfehérvár (chef-lieu du comitat de Fejér), le CN de la ville créé le 3 avril 1945, « nomma János Gáspár maire de Székesfehérvár, qui fut en même temps président du comité national ». G. Máthé, op. cit., p. 314.

215 Délmagyarország, 31 décembre 1944. Article reproduit, entre autre, dans Igazság (Vérité) d’Eger, 18 janvier 1945, in Karsai (Elek)-Somlyai (Magda), A felszabadulás krónikája 1944 ősze - 1945 tavasza (La chronique de la libération, automne 1944 - printemps 1945), Bp., 1970, p. 237-239.

216 PV/CM-GNP, A, 3/3, 4 janvier 1945.

217 Balogh (István)-Németh (Péterné), Iratok a Szabolcs és Szatmár megyei nemzeti bizottságok muködéséhez (1944-1945) (Documents sur le fonctionnement des comités nationaux des comitats de Szabolcs et Szatmár (1944-1945), RSS, 1970, n° 2, p. 78. Németh (Péterné), A népi bizottságok Szabolcs megyei mûködéséről (Sur le fonctionnement des comités populaires du comitat de Szabolcs), Musée, 1969-1970, p. 253.

218 Rapport, 8 janvier 1945 et PV/CN, 12 janvier 1945. AD, t. 1, p. 449-450 et 499-500.

219 À la séance du 9 janvier 1945 par exemple, les points suivants ont figuré à l’ordre du jour : reconnaissance du syndicat des cheminots ; attribution du blé aux fonctionnaires ; attitude à adopter envers les personnes qui ont quitté la ville et qui sont revenues ; cession du bâtiment (détérioré) du Casino au PC ; activité nuisible d’un pasteur ; contrôle des prix des produits de première nécessité ; affaire disciplinaire d’un agent du fisc ; refus de la hausse du prix du pain et des pâtisseries ; travaux agricoles. PV/CMU et CN, 27 décembre 1944 et 9 janvier 1945. AD, t. 1, p. 371 et 469-475.

220 Ibid., PV/CN, 22 janvier 1945. AD, t. 2, p. 14-15.

221 Scénarios semblables à Rákosliget et à Túrkeve. PV/CN, et Rapport, 28 décembre 1944, début mars 1945 et PV/CMU, 8 janvier 1945. AD, t. 1, p. 380-381 et 451.

222 Dans le comitat de Csongrád, le chef de district de Kiskundorozsma rapporte que dans la commune de Pusztamérges, il n’y a ni CN, ni conseil municipal, ni commission exécutive. Un « conseil des partis » s’est mis en place après l’arrivée des Russes et le maire dirigeait la commune avec quelques anciens fonctionnaires, jusqu’à ce que les habitants élisent le 10 décembre 1944, en assemblée populaire et par acclamation, le personnel administratif qui est encore en place en mars 1945. Rapport, 20 mars 1945. AD, t. 2, p. 421-423.

223 G. Farkas, op. cit., p. 38-39.

224 B. Balázs, op. cit., p. 122-125.

225 Dans nombre de communes, on s’oppose à la réintégration des personnes qui ont quitté leurs postes.

226 PV/CN, 22 décembre 1944 et 17 janvier 1945. AD, t. 1, p. 355-356 et 541.

227 B. Balázs, op. cit., p. 56-57.

228 À Monor (Pest), le conseil municipal doit soumettre son règlement intérieur au CN, qui lui donne des instructions et accorde les autorisations ; à Biharnagybajom (Bihar), le CN s’oppose dans son ensemble au décret 484/1945 du sous-préfet et demande plus que le rôle consultatif en matière d’administration ; à Gyoma (Békés), « aujourd’hui encore, tant le parti communiste que la majorité des membres du parti des petits-propriétaires partagent l’opinion que dans l’administration des affaires de la commune les partis disposent non seulement des droits de conseiller, mais des droits de décision ». PV/CN, 18 décembre 1944 et 6 mars 1945. Rapport, 23 décembre 1944. AD, t. 1, p. 315 et 359 ; t. 2 ; p. 387. D’autres cas semblables : Mór (Fejér), Dunaszecsko″ (Baranya), Tapolca (Veszprém), Mohács (Baranya). À Dunaszecskő, l’une des résolutions du CN affirmant que ses décisions sont de la même portée que les décrets gouvernementaux, est repoussée par 5 voix contre 4. B. Balázs, op. cit., p. 57.

229 L’affirmation d’une légitimité propre apparaît bien à Gyöngyös (ville mi-vigneronne, mi-industrielle) : « En tant que représentants de la volonté libre du peuple, nous avons pris la décision suivante : Pour commander la police de la ville de Gyöngyös, nous vous avons nommé, vous, Sándor Kocsis, commissaire principal. La police, corps autonome, est placée sous votre direction avec toutes ses divisions. Elle n’est responsable pour son activité que vis-à-vis du Comité national. » PV/CN, 5 janvier 1945. AD, t. 1, p. 433.

230 B. Balázs, op. cit., p. 58.

231 Akkori önmagunkról… (Tels que nous étions alors…), Bp., 1982, p. 31-36.

232 Op. cit., p. 146, 150.

233 PV/CNB, p. 42 et notes 4, p. 90 et 7, p. 108.

234 AIHP, 274.f. 7/40, cité par L. Szűcs, PV/CM-GNP, A, note 16, p. 291. Dénigrement des CN par le professeur bio-chimiste Szent-Györgyi, prix Nobel de 1937, dans Rapport de L. Háy à Dimitrov, 18 mai 1945. DS, p. 53.

235 Au lieu de l’emprisonnement pouvant aller jusqu’à deux ans, prévu par l’article de loi V de 1878, l’article III de 1921 sur la défense renforcée de l’ordre social fixe des peines allant de cinq ans d’incarcération jusqu’à la peine capitale. L. Szűcs, PV/CM-GNP, A, note 25, p. 281.

236 PV/CM-GNP, A, 16/1, 10 mars 1945 et annexe 16/a, p. 279-281.

237 PV/CNB, Annexe III. 3., p. 309-311. PVCM/GNP, A, 18 mars, 19 mars 1945.

238 PV/CNB, Annexe III. 5., p. 31.

239 Op. cit., p. 47-48.

240 Op. cit., p. 68.

241 F. Farkas, op. cit., note 84, p. 46.

242 ANH, XIX-A-1-j, XX-5831, b. 18, Rapport n° 8897/1945.K.

243 Gy. Gyarmati, A közigazgatás újjászervezése az « ideiglenesség » időszakában (La réorganisation de l’administration publique à l’époque du « provisoire »), RH, 1996, n° 1, p. 81.

244 À Előszállás, le CN voyant que ses décisions ne sont plus exécutées, crée, le 22 septembre 1945, un comité exécutif de 6 membres, réminiscence probable des directoires de l’automne précédent, dont les démarches devraient garantir l’efficacité. B. Balázs, op. cit., p. 61-62.

245 A XI. ker. Nemzeti Bizottság emlékirata Szakasits Árpádhoz a nemzeti bizottságok hatáskörének rendezéséről 1945. November 15. (Mémorandum du Comité national du XIe arrdt à Árpád Szakasits sur la modification des attributions des comités nationaux, 15 novembre 1945), SBP, p. 182-184.

246 PV/CNB, Annexe III. 6-8 et 10, p. 314-329.

247 B. Balázs, op. cit., p. 68-70. Il est significatif que l’éminent savant Szent-Györgyi, selon lequel les CN « ne sont bons que pour attaquer dans le dos les mesures du gouvernement », fût coopté et accueilli par des applaudissements dans le CN central. DS, p. 53 et CIP, p. 95.

248 ANH, XIX-A-83-a, b. 11, PV/CM-Nagy, 123/61, 19 juillet 1946.

249 A közvetlen demokrácia Magyarországon (La démocratie directe en Hongrie), in Szabó (Judit)Valuch (Tibor), Donáth Ferenc. A Márciusi Fronttól Monorig. Tanulmányok, vázlatok, emlékezések (Du Front de mars à Monor. Études, esquisses, souvenirs), Bp., 1992, p. 149-182.

250 Pour neutraliser les CN, les partis ont d’abord envisagé, en mars 1945, la création d’un Comité directeur national. Mais quand le 23 juin, au cours d’un exposé de la situation, Rákosi en fait état, « les camarades de la Commission de contrôle alliée redoutent la naissance d’un double pouvoir » et le projet est abandonné. CIP, p. 25, note 2.

251 Az átalakulás nyomában (Sur les traces de la transformation), Szabad Szó, 1er juillet 1945.

252 Huszár (Tibor), Bibó István. Beszélgetések, politikai-életrajzi dokumentumok (István Bibó. Entretiens, documents politico-biographiques), Bp., 1989, p. 55.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540