Version classiqueVersion mobile

Gouverner les pauvres

 | 
Élisa Chelle

Troisième partie. Un gouvernement moral

7. L’agenda du mérite

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Que la pauvreté fasse l’objet d’un agenda institutionnel, on le savait. Qu’elle ait également son « agenda moral »1 peut, en revanche, se montrer plus surprenant. Force est pourtant de constater que les considérations de cet ordre jouent un rôle de plus en plus important dans la construction contemporaine de la pauvreté. En temps de crise, alors que la situation économique se dégrade, les défiances à l’égard des plus pauvres se multiplient. Conséquence : la distinction entre pauvres « méritants » et pauvres « oisifs » retrouve une certaine vigueur. Une summa divisio qui tend même à se naturaliser : n’est-il pas plus juste de « donner » aux premiers, non aux seconds ? Ce sont justement les critères de cette élection par le mérite qu’il convient d’interroger. Car la reconnaissance des pauvres vertueux tend à se substituer, au cœur de politiques publiques, à un paradigme jusque-là universaliste.

Pauvreté, mérite et conditionnalité

Le lien entre mérite et conditionnalité doit être analysé...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search