Version classiqueVersion mobile

Gouverner les pauvres

 | 
Élisa Chelle

Deuxième partie. Une conditionnalité comportementale

6. L’épilogue d’un statut

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Incitation, contrepartie, autonomie institutionnalisée : comment caractériser la nouvelle relation qui se noue entre les plus pauvres et les pouvoirs publics ? La prise en charge de l’indigence s’engage clairement hors des frontières d’une institutionnalisation par le droit (sous la forme du statut ou de l’entitlement). Tout se passe comme si, le mode de légitimation de l’État changeant, les fondements de la lutte contre la pauvreté se transformaient avec lui. Aux États-Unis, l’aide sociale est soumise à contrepartie. Temporaire, elle est, depuis 1996, entièrement administrée par les États. Dans ce contexte, Opportunity NYC ouvre une page nouvelle : elle se présente comme une initiative en dehors du welfare state. En France, beaucoup le ressentent : sous l’indexation des prestations sociales à des conditions de ressources, se joue quelque chose de plus important. C’est un statut qui est menacé. Assimilée à une ornière dont il faudrait sortir les indigents, la figure de l’ayant-droit...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search