Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gouverner les pauvres

 | 
Élisa Chelle

Deuxième partie. Une conditionnalité comportementale

5. Une autonomie institutionnalisée

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la conditionnalité comportementale correspond un ensemble de pratiques que l’on peut désigner comme relevant d’une « autonomie institutionnalisée ». Ces pratiques s’appuient sur des savoirs spécialisés. Mieux : ce sont des énoncés à prétention scientifique devenus des règles bureaucratiques de lutte contre la pauvreté. Le premier d’entre eux, l’incitation monétaire, a été élaboré dans la sphère des sciences économiques. De nos jours, de fortes critiques existent à son égard. Inopérante, contre-productive, annihilant la motivation intrinsèque : la seule « activation financière » est aujourd’hui dépassée. Mais pas abandonnée. Tout en conservant un mécanisme incitatif, Opportunity NYC et le Revenu de solidarité active construisent un environnement autour de l’administré censé être propice aux « bons comportements ». Qu’il s’agisse d’« accompagnement » ou d’« orientation », la logique est la même : ne pas laisser le bénéficiaire seul face à la promesse de récompense. D’où un élargisse...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540