Version classiqueVersion mobile

Gouverner les pauvres

 | 
Élisa Chelle

Première partie. La (dé)politisation de l'indigence

Conclusion de la première partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Que donne à voir l’analyse de la mise à l’agenda de deux dispositifs sociaux dans des contextes économiques générant de la pauvreté, sinon une redéfinition de l’articulation des pouvoirs publics et des acteurs privés ? La dépolitisation est le maître-mot de ce processus. Tout fut mis en œuvre pour dénouer les attaches partisanes de ces initiatives de « lutte contre la pauvreté ». Si le travail de légitimation fut une constante, il ne doit pas occulter les véritables options politiques dont le Revenu de solidarité active et Opportunity NYC forment le résultat.

Michael Bloomberg et Nicolas Sarkozy se présentent comme des figures de la rupture. Dans un contexte où ils avaient à succéder à des responsables de même couleur politique, respectivement le républicain Rudolph Giuliani et l’UMP Jacques Chirac, les candidats affrontaient un défi : se démarquer pour gagner. Initier une politique de lutte contre l’indigence fut un moyen pour cela. Bénéfice attendu : gagner du terrain électoral fac...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search