Version classiqueVersion mobile

Gouverner les pauvres

 | 
Élisa Chelle

Première partie. La (dé)politisation de l'indigence

La (dé)politisation de l’indigence

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour exister dans l’espace public, le traitement de la pauvreté doit faire l’objet d’un investissement politique. Décider, c’est mettre en forme une question, arbitrer entre des solutions, parvenir à des arrangements, habiliter des compromis. Autant d’opérations qui permettent à un homme ou une équipe de se poser comme une cause déterminante du processus de déploiement d’une politique publique. C’est dire si la décision existe tout d’abord sous le dehors d’un travail spécifique. Elle dépend d’un ensemble complexe d’actions et d’enjeux visant à faire advenir une volonté particulière. Il faut en convenir : la pauvreté ne précède pas la décision. Elle lui succède comme le produit d’une mise à l’agenda dont il faut préciser les contours et les mécanismes, les conditions et les facteurs. Plus qu’un discours, la pauvreté résulte de la manière dont les décideurs s’en saisissent. Et pour cela, choisissent et s’entourent. Au départ, un projet est constitué. Puis le voilà lancé dans l’arène p...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search