Version classiqueVersion mobile

Agir-en-réseau

 | 
David Dumoulin Kervran
, 
Marielle Pépin-Lehalleur

Troisième partie. Franchir les marges des organisations et perpétuer les liens : une catégorie féconde mais évanescente

13. Transformation des réseaux clandestins et continuité des liens

Anne Philippe

Texte intégral

1L’analyse de la notion de réseau conduit à un questionnement sur son usage. Elle est d’abord une catégorie d’analyse permettant au chercheur de mettre à jour les liens et les connexions développés dans la clandestinité. En effet, absente du discours des acteurs armés qui l’érigent en modèle stratégique, le refus d’utiliser cette notion constitue pour le chercheur un obstacle à la compréhension du fonctionnement des organisations clandestines ; alors même que la notion peut paradoxalement constituer un outil central de l’analyse. Les notions sémantiquement voisines qui lui sont substituées, telles qu’organisation, cercle, proximité, lien, quadrillage, questionnent son signifiant sibyllin et permettent de l’appréhender dans sa complexité.

2Les guérillas, sujet de notre étude, n’intègrent pas cette notion dans leur discours ; d’autres notions mettent à jour les liens invisibles et la continuité des liens entre le monde clandestin et le monde légal. Notre propos est de comprendre en quoi la catégorie de réseau est pertinente pour analyser le processus de continuité des liens entre clandestinité et légalité, dans un contexte de mutation institutionnelle caractérisée par l’ouverture de l’espace politique, la reconnaissance des partis politiques d’opposition et la réinsertion politique des guérillas. Le terme de réseau absent du discours des acteurs armés est une notion heuristique pour l’analyse des liens invisibles non seulement entre acteurs clandestins mais aussi entre organisations armées telles les guérillas d’Amérique latine et les organisations légales comme les syndicats, les partis d’opposition ou les groupements d’action populaire.

3Dans le contexte de démocratisation politique qui conduit dans les années 1990 à la réinsertion politique des guérillas (FMLN au Salvador, URNG au Guatemala), certains liens sont désactivés notamment ceux caractérisés par la clandestinité et l’action armée, et d’autres réactivés : les premiers, interdits, ne peuvent survivre à la transformation des organisations clandestines dans le champ légal ; les seconds, au contraire, permettent à la guérilla devenue parti politique, de reconstituer un tissu de relations sociales et politiques, base de son électorat. Tant au Salvador qu’au Guatemala, les guérillas sont apparues dans un contexte politique autoritaire et ont utilisé dans la clandestinité leurs relations avec les organisations légales, après la signature des accords de paix. La réactivation de ces liens informels devenus institutionnels amène ainsi à comprendre des aspects non élucidés de leur première structuration puis de leur transformation.

Le réseau comme catégorie d’analyse

4Trois approches de la notion de réseau doivent être distinguées. La première est celle du chercheur : le réseau est une catégorie d’analyse qui met à jour les liens invisibles forgés dans la clandestinité par les acteurs armés. La non-utilisation de la notion par ceux-ci conduit le chercheur à déceler d’autres notions voisines qui pourraient lui être substituées tels qu’organisation, quadrillage, relation, cercle, amis, fraternité, famille… Ces termes donnent raison à la structuration du groupe et aux stratégies des acteurs mais omettent l’importance des liens créés dans la clandestinité. Cette vision constitue la seconde approche, celle des acteurs armés : le secret, intrinsèque à toute organisation clandestine rend compte de la nécessité de ne pas utiliser la notion de réseau qui dans le cas contraire, fragiliserait l’action et les relations entre acteurs. L’utilisation de la notion de réseau se traduit alors par un dévoilement des liens invisibles caractéristiques de la compartimentation ou de la communication dans les organisations clandestines. Cette approche prend une signification opportune quand elle est mise en tension avec celle définie par les autorités : le réseau est dans ce cas, lié au phénomène du complot et représente une menace contre l’ordre étatique ; il désigne en outre, une organisation clandestine, dangereuse et devient une cible de la répression. Comme dans la première approche, son utilisation contribue à l’ériger comme catégorie d’analyse et à en dévoiler les aspects invisibles.

5Ces trois approches mettent en exergue le capital social du réseau « éléments de l’organisation sociale qui contribue à accroître l’efficience par la facilitation d’actions coordonnées » (Bourdieu, 2005) : les liens qui forment le réseau sont multiples et variés ; ils tendent à chaque nouvelle connexion à accroître les ressources des acteurs et à élargir les possibilités d’action armée, sociale et politique. Les premiers liens qui contribuent à la structuration du réseau sont d’ordre familial : ils constituent la cellule de base capable de l’élargir, dans un cadre de confiance, à des membres extérieurs. Par ailleurs, le réseau social se définit comme une « clique » (Sageman, 2004) qui permet la connexion rapide à des secteurs variés : par exemple, la guérilla salvadorienne ERP (ejercito revolucionario del pueblo) est à l’origine un groupe restreint dont chaque membre est connecté à un secteur social différent, paysan, religieux, ouvrier, enseignant. Ces liens se sont développés dans le cadre d’une expérience commune tels l’emprisonnement, l’exil, l’action violente de rue, la manifestation sociale. Ces réseaux sociaux se traduisent alors par les liens avec des organisations syndicales, populaires, sociales ou politiques légales. Ce capital social se traduit par deux types de ressources : dans le contexte de la clandestinité, il est un moyen de survie ; dans le contexte de la transition politique, il contribue à l’émergence de la guérilla en parti politique. Cette approche nous apparaît déterminante pour analyser la continuité des liens dans le cadre de la réinsertion politique : l’étendue des réseaux sociaux développés dans la clandestinité en lien avec la légalité, est déterminante dans la construction de la base électorale du nouveau parti. C’est le cas des principales formations composant le FMLN qui dès leur création s’empressent de former des organisations légales (ligues ou blocs populaires) en parallèle aux structures militaires, ou de se lier aux organisations syndicales, politiques ou populaires qui deviennent en quelque sorte les bras politiques de la guérilla. La réinsertion politique se traduit par conséquent par la structuration du nouveau parti issu de la clandestinité, autour des liens avec les organisations légales.

La continuité des liens

  • 1 ORPA (Organisation révolutionnaire du peuple en armes) EGP (Armée guatémaltèque du peuple).

6Le réseau de la guérilla est structuré autour de liens internes à la clandestinité mais aussi externes notamment avec les organisations légales. Les premiers justifient l’existence de l’organisation armée comme structure fermée (Hermant et Bigo, 1986) ; les seconds permettent à l’organisation clandestine de conserver un lien avec la légalité. La configuration du réseau de la guérilla évolue en fonction du contexte politique et des objectifs fixés : le conflit armé amène la guérilla à structurer les liens en fonction d’objectifs de lutte armée : ils vont permettre à la fois l’approvisionnement en armes, en logistique mais aussi le recrutement : en exemple, les groupes armés qui se forment dans les années 1970 avant d’être connus au public tels l’ORPA ou l’EGP1 qui rassemblent quelques combattants en lien avec des connaissances familiales ou amicales et permettent une survie en clandestinité (Philippe, 2006). Le déclenchement du conflit à partir de 1977, est l’occasion d’une ramification plus intense des réseaux : transnationaux d’une part, avec les organisations armées d’autres continents notamment dans le cadre des formations militaires en Jordanie (Hoffman, 1999) et avec les pays de l’Est ou européens pour obtenir un soutien politique et militaire ; par ailleurs, les liens sont multipliés avec les organisations légales qui opèrent le recrutement et le travail politique de propagande auprès de la population civile et contraignent à structurer le réseau en fonction d’objectifs politiques et non pas uniquement militaires.

7La transformation de la guérilla en parti politique oblige l’organisation à redéfinir exclusivement ces liens pour développer une base électorale crédible lui permettant d’accéder au pouvoir par les urnes. Les liens développés pendant le conflit entre la guérilla et les organisations politiques syndicales et populaires apportent par conséquent des ressources essentielles à la réussite de sa réinsertion politique. Penser la continuité des liens à travers des contextes politiques opposés (contexte de conflit armé et contexte pacifié) c’est mettre en évidence les connexions qui relient la clandestinité à la légalité dans le contexte de conflit armé, et en comprendre les évolutions dans un contexte politique pacifié. Ces liens (Fillieule, 2004) avec les organisations légales sont un pont entre la légalité et la clandestinité, réactivés dans le cadre de la démocratisation politique pour se transformer en liens institutionnels et structurer le réseau du nouveau parti politique. En effet, les guérillas ne s’éloignent pas des organisations légales car elles veulent continuer d’agir directement sur la population civile et sur la vie sociale et politique du pays et doivent éviter tout risque d’isolement (Wiewiorka, 1991). Dans un contexte politique autoritaire, les organisations populaires, les syndicats ou les partis d’opposition sont des relais efficaces entre la guérilla et la population civile. Le nouveau contexte politique, après les accords de paix (1992 au Salvador, 1996 au Guatemala) oblige à penser les liens dans la continuité et à s’interroger sur leur transformation : les liens entre clandestinité et légalité, la désactivation des liens avec d’autres groupes clandestins extraterritoriaux, la réactivation de liens informels transformés en liens institutionnels. Il s’agit de mettre à profit la capacité de la catégorie de réseau à rendre compte de la continuité et de l’évolution des liens.

8Les guérillas du Salvador et du Guatemala développent deux types de liens avec la légalité : les uns sont internes puisqu’il s’agit d’organisations populaires créées par la guérilla et caractérisés par une semi clandestinité de ses membres ; les autres sont externes ; certains syndicats, mouvements politiques d’opposition, organisations sociales notamment indigènes ou religieuses appuient la guérilla. Au Salvador, les Forces populaires de libération créent le bloc populaire révolutionnaire, organisations sociales regroupant des activistes du milieu agricole ou enseignant ; le BPR se lie alors plusieurs organisations syndicales comme le FECCAS (Fédération chrétienne des paysans salvadoriens), l’UTC (Union des travailleurs paysans), et ANDES (Association nationale des instituteurs salvadoriens). Il est principalement constitué d’activistes agricoles organisés par l’église catholique au sein des communautés de base. Il mobilise de nombreux salvadoriens dans la lutte armée et contrôle socialement le nord du pays. Le réseau de la guérilla FPL est structuré autour d’une structure militaire avec les commandos urbains et une structure politique qu’est le bloc populaire prolongé. Ces organisations de masse sont préparées à la prise du pouvoir : c’est le cas des ouvriers préparés à occuper les usines ou les paysans à lutter contre l’armée pour défendre leurs terres. Parallèlement, la guérilla ERP (ejercito revolucionario del pueblo) se dote d’une organisation de masse dénommée les ligues populaires du 28 février (LP28) et d’une organisation politique le parti révolutionnaire socialiste (PRS). Il s’agit d’organisations faiblement inscrites dans la vie sociale salvadorienne. Le FMLN se traduit par l’unification des différentes guérillas composées d’une structure militaire et politique.

9C’est également le cas de l’URNG au Guatemala. Dans les années 1970, la guérilla EGP peut opérer un recrutement massif auprès des indiens grâce à son alliance avec le CUC (Coordination unie des paysans) qui subit à l’époque la répression des autorités. Le réseau formé par le CUC (Dicocès du Quiché, 1994) est essentiel dans la construction de la guérilla EGP : à l’origine un groupe de jésuites installé dans une zone précaire de la capitale a formé une équipe de travail avec des étudiants dans le Quiche organisant des groupes de réflexion auprès de la population ; ce groupe a pris contact avec d’autres groupes notamment paysans donnant naissance au CUC. La prise de l’ambassade d’Espagne en 1981 par des paysans du Nebaj et des militants du CUC est soutenue par l’EGP et facilite l’intégration de la population civile au sein de l’EGP.

La transformation du réseau

10Les liens avec les organisations légales contribuent à rattacher le mouvement armé à la population civile et sont le gage de la réussite de sa réinsertion politique. L’étude de la continuité des liens permet d’analyser la transformation du réseau de guérilla en réseau de parti politique. En effet, la démocratisation conduit la guérilla à désactiver les liens avec d’autres organisations clandestines armées et à se restructurer en réseau de parti politique. Par conséquent, les nouveaux liens s’institutionnalisent alors que pendant le conflit armé, ils étaient clandestins. Ces nouveaux liens s’inscrivent dans le cadre de nouveaux objectifs concernant la compétition électorale. Les autres liens sont abandonnés parce qu’ils ne peuvent être transformés en liens politiques.

11Au Guatemala, la transformation de la guérilla URNG en parti politique se traduit par une discontinuité de ces liens qui empêchent la transformation du réseau de guérilla en réseau de parti politique. Après les accords de paix, l’URNG forme un front commun avec le front démocratique du nouveau Guatemala composé d’anciens communistes, de guérilleros réinsérés dans la vie politique et de membres d’associations indiennes ayant aidé l’action de guérilla. Il est dirigé par un ancien fonctionnaire d’Arbenz. Pendant le conflit armé, les liens entre la guérilla et le front démocratique sont très étroits : il s’agit à la fois d’un canal de recrutement mais aussi du bras politique de l’URNG. Les accords de paix contribuent à mettre à jour ces liens. Cependant, l’incapacité de l’URNG à se transformer en parti politique aux lendemains de la signature des accords de paix jointe au retrait du leader historique se traduit par une dispersion de la base électorale et l’implosion du parti. Parallèlement, l’URNG, notamment à travers les guérillas ORPA et EGP avait développé des liens avec les organisations indiennes : les accords de paix donnent lieu au passage de guérilleros dans ces organisations devenues institutionnelles ; c’est le cas du Groupement d’action mutuelle dirigée par Nineth Montenegro. À l’origine, le coup d’État de 1982 avait donné lieu à la création du « comité des personnes disparues » ; le groupement d’action mutuelle l’a remplacé en 1984 et s’est implanté dans la population civile notamment paysanne et indienne. Ses liens avec l’URNG ont permis le passage d’anciens guérilleros dans la gauche démocratique (ID) en 1999, qui rassemble des dissidents de l’URNG, du FDNG et des leaders indiens comme Rigoberta Menchu.

12Il en est tout autrement pour le FMLN : les liens formés avec les organisations sociales et politiques pendant le conflit armé sont réactivés et institutionnalisés. L’adoption d’une structure politique conduit chaque composante du FMLN (FPL, ERP, PRTC, RN, PC) à s’implanter dans sa zone géographique d’origine pour maintenir les liens avec les organisations locales d’ordre sociale ou religieuse. Parallèlement, les alliances électorales s’appuient sur les anciens liens avec les organisations populaires. L’ancienne force démocratique révolutionnaire devenue convergence démocratique en 1987 s’allie au FMLN pour remporter les élections présidentielles : en effet, le FMLN avait formé avec la FDR dès 1979 une coalition avant qu’elle ne prenne le chemin de la légalité. D’autres partis politiques comme la démocratie chrétienne, liée à l’extrême droite pendant le conflit, ne se sont pas alliés au nouveau parti FMLN.

13La transformation du réseau de guérilla en réseau de parti politique conduit à analyser la continuité des liens existant entre la clandestinité et la légalité dans le cadre d’un changement de contexte politique caractérisé par l’ouverture démocratique et la réinsertion des guérillas. Dans ce nouveau cadre institutionnel, la guérilla insérée dans la légalité réactive les anciens liens qui à la fois permettaient d’assurer une aide logistique et le recrutement mais aussi de conserver une emprise sur la vie sociale et politique.

14La notion de réseau, comme catégorie d’analyse, aide à comprendre cette continuité. Non utilisée par les acteurs armés, elle aide à rendre compréhensibles les liens invisibles entre clandestinité et légalité et expliquer la structuration du nouveau réseau politique dans le contexte de la transition démocratique. Par ailleurs, le contexte de la démocratisation a obligé au dévoilement des liens maintenus clandestins.

Bibliographie

Bibliographie

Bourdieu Pierre, (2006) [1980], « Le capital social, notes provisoires », in Bevort Antoine et Lallement Michel (dir.), Le capital social. Performance, équité et réciprocité, La Découverte/Recherches, coll. « MAUSS », p. 31-34.

Diocese Du Quiche, (1994), Histoire du diocèse du Quiché, publication locale.

Fillieule Olivier, (2004), Résistances et protestations dans les sociétés musulmanes, Paris, Presses de Sciences-Po.

Hermant Daniel et Bigo Didier, (1988), « La relation terroriste », Études polémologiques, vol. 47, no 3, 182 p.

Hoffman Bruce, (1999), La mécanique terroriste, Paris, Calmann Levy.

Philippe Anne, (2006), « Réseaux clandestins et mouvements armés », Cahiers des Amériques latines, no 51-52, p. 91-102.

Sageman Marc, (2004), Understanding terror networks, New York, University of Pennsylvania Press.

Wiewiorka Michel, (1992), « Le réseau de la terreur ; une hypothèse à revisiter », Cultures et Conflits, no 4, p. 113-122.

Notes

1 ORPA (Organisation révolutionnaire du peuple en armes) EGP (Armée guatémaltèque du peuple).

Auteur

Docteur en sciences politiques et spécialiste de la violence politique et de la démocratisation en Amérique centrale. Ses publications sont relatives aux mouvements armés les « réseaux clandestins » (CAL 52), l’armée en Amérique latine avec l’ouvrage « Insécurités publiques et sécurité privée : essai sur les nouveaux mercenaires », ou le bilan de la démocratisation en Amérique centrale (CAL 60). Ses recherches portent aujourd’hui sur la civilianisation de l’armée en Amérique centrale. (a.philippe@netcourrier.com)

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search