Version classiqueVersion mobile

Agir-en-réseau

 | 
David Dumoulin Kervran
, 
Marielle Pépin-Lehalleur

Troisième partie. Franchir les marges des organisations et perpétuer les liens : une catégorie féconde mais évanescente

12. Les réseaux académiques entre organisations et collèges invisibles1

Leonardo Jiménez Loza et Rocio Grediaga Kuri
Traduction de David Dumoulin Kervran et Claudie Duport

Texte intégral

  • 1 Traduction de l’espagnol : Claudie Duport et David Dumoulin Kervran.

1Notre recherche a porté, au cours de ces dernières années, sur le personnel académique, enseignants et chercheurs des Institutions d’Enseignement Supérieur (IES dorénavant) ; nous avons cherché à préciser ce que nous entendons par : collèges invisibles/réseaux/organisations. Tout en reconnaissant les difficultés et le caractère provisoire et incomplet de toute définition, la première partie de ce travail s’attache à définir et à mettre en évidence les variantes entre ces trois différentes notions. Alors qu’elles sont souvent considérées et employées comme synonymes, le fait de les distinguer permettrait, nous semble-t-il, une connaissance approfondie des processus d’interaction et d’articulation qui caractérisent de nos jours la production, la mise en pratique, l’enseignement et la diffusion des connaissances. Il nous a paru fondamental de déterminer et de rechercher les différences qui distinguent les liens qu’ils créent dans et hors des espaces institutionnels auxquels ils appartiennent institutionnellement. Les objectifs de chacune de ces formes, l’ampleur, la pérennité, les formes de régulation des relations sociales, et aussi leur organisation et leur degré de formalisation peuvent être très divers.

2L’analyse du corps professoral académique, son articulation avec les institutions d’enseignement supérieur et les champs scientifiques de la connaissance, de même que le rôle joué par ces mêmes instances dans leur validation et leur reconnaissance sociale, mettent en relief certains facteurs qui exercent une influence sur la création de liens et de relations entre les universitaires, et entre ceux-ci et leur environnement. Pour illustrer nos positions, il nous a semblé important de mettre en relief la spécificité des formes de configuration des réseaux dans le cas des universitaires et la diversité des fonctions et des interactions d’acteurs, qui jouent les intermédiaires entre les individus, les collectifs d’enseignement ou de recherche et les organismes d’enseignement supérieur, face aux défis de la globalisation et à l’internationalisation des sociétés contemporaines.

Les universitaires entre appartenance institutionnelle et collaborations externes

3En Amérique latine, les Institutions d’enseignement supérieur (IES) regroupent la plupart des personnels qui se consacrent à la recherche et bénéficient d’une part importante des ressources publiques destinées à promouvoir la production et la mise en pratique des connaissances. C’est également dans les IES et les centres de recherche que, à travers l’activité des personnels scientifiques, sont validées et transmises les connaissances acquises dans les différentes disciplines. Les Institutions d’enseignement supérieur sont en charge de la définition des curricula de formation pour les nouvelles générations. Elles possèdent et tiennent à jour des fonds bibliographiques consultables dont elles contrôlent l’accès ; c’est là que sont définis les programmes de formation des nouvelles générations et que l’on trouve un accès actualisé et contrôlé à la consultation de fonds bibliographiques. Elles apportent leur soutien ou leur contribution à des publications et à des manifestations scientifiques, dont leur légitimation dépend, car ce sont les espaces privilégiés de la construction des liens qu’elles établissent avec leurs communautés de référence.

4L’enseignement supérieur et le corps professoral universitaire constituent des laboratoires adaptés à l’exploration et à l’analyse des liens variés et des différentes modalités qui s’instaurent dans les processus de production, d’accumulation et de communication des connaissances. C’est là que se définissent les formes de coopération à l’intérieur des différentes disciplines et professions ; de même, entre celles-ci, s’élaborent aussi les modalités d’intégration d’autres acteurs sociaux (administrations publiques, entreprises, usagers potentiels, etc.). Ce dernier phénomène s’est d’ailleurs accentué, au cours des dernières décennies, avec l’émergence de la société dite « de la connaissance ».

5L’une des raisons pour lesquelles on peut critiquer les transformations liées à l’émergence de la société de la connaissance, est l’exclusion et les inégalités qu’elle génère. La connaissance est devenue en effet un élément structurant de la société ; cela ne veut pas dire qu’elle se soit démocratisée, qu’elle se soit répandue et soit devenue accessible à tous les êtres humains. Il n’est pas sûr non plus que ceux qui participent à un réseau de production de la connaissance tirent également bénéfice de la connaissance qu’elle apporte ni même qu’ils sachent quel en est réellement le contenu. (Olivé, 2007) Des convergences et des divergences, des associations, des négociations, des conflits apparaissent entre acteurs transnationaux et acteurs locaux. On peut voir, si l’on s’en réfère à l’article de Matos (2001, p. 69-71) que ces interactions sont marquées par des différences de ressources importantes, différences en termes économiques, de fonctionnement, d’accès à l’information, dans la diffusion, le maniement des réseaux sociaux, les soutiens institutionnels et budgétaires de la part des gouvernements, etc. Dans les réseaux internationaux se trouvent favorisés les acteurs transnationaux et globaux par rapport aux autres participants qui proviennent des IES de pays ayant un niveau de développement moindre, comme par exemple des pays d’Amérique latine.

6Considérons par exemple le cas de la frontière nord du Mexique, où l’on trouve différents types de réseaux et d’accords formalisés dans le cadre d’une collaboration entre plusieurs instances nationales et étrangères. Selon Pérez (2008) on rencontre dans la région différents types de réseaux, distingués en fonction de leurs objectifs et des niveaux de formalisation de la collaboration entre IES, gouvernements et initiatives privées : 1) Appui à la recherche et création de réseaux universitaires, 2) Formation des étudiants dans un environnement technologique développé, 3) Développement économique de la région, 4) Production de capital humain, 5) Encouragement à la coopération académique.

7Il existe une étroite relation entre l’évolution de l’enseignement supérieur et l’apparition du corps professoral universitaire. Elle repose sur deux processus généraux :

  1. la diversification et la spécialisation croissantes des connaissances et leur parcellisation permettent de s’approprier la connaissance accumulée et de franchir les frontières de chaque champ du savoir ou de dépasser les problématiques posées à différents moments historiques ;
  2. la reconnaissance de la maîtrise d’une parcelle de ce champ de savoir ne pouvant être attribuée que par d’autres spécialistes du même champ, la reconnaissance sociale qui consiste à être parvenu à maîtriser l’un de ces champs de connaissances constitue donc bien un enjeu fondamental de toute cette activité.

8Dans les sociétés contemporaines, il est du ressort des IES d’évaluer et d’authentifier cette maîtrise, et ce pour l’éventail complet des disciplines et des spécialités ; mais ce sont en fait les universitaires rattachés à ces différents champs qui en sont directement chargés. Il ne suffit pas, pour être un professeur considéré, de justifier de ses connaissances dans le domaine ; pour ce qui est des sciences et de la technologie, il faut être reconnu par d’autres spécialistes. Ceci se traduit concrètement par un contrat dans l’une des organisations dont le rôle social est de faire valider, par ses pairs et sous l’autorité de l’institution, non seulement ses connaissances, mais aussi sa capacité à assumer les fonctions ou les tâches exigées par l’organisation (d’enseignement, de recherche et/ou de diffusion culturelle).

9Des procédures de recrutement (concours, auditions au niveau du département, etc.) régissent l’obtention d’un contrat avec un établissement de l’enseignement supérieur ou une structure de recherche. Par-delà l’authentification de son savoir, l’universitaire doit donc justifier de cette reconnaissance par une IES. En fait, comme dans l’expression bien connue, serviteur de deux maîtres, il est au service de l’organisation-établissement qui l’emploie et de la communauté scientifique de la discipline ou d’experts à laquelle il appartient (Clark, 1989).

10L’analyse de l’évolution de l’enseignement supérieur et des avancées de la recherche scientifique dans les différents champs disciplinaires montre que la tension entre la force centripète de l’établissement supérieur et la force centrifuge inhérente à la nécessité d’une collaboration au-delà des frontières existe depuis les origines de l’université et du corps professoral universitaire. Cette tension, avec l’évolution des conditions matérielles de production et de diffusion du savoir, a acquis, au cours des deux derniers siècles, non seulement une plus grande visibilité mais a trouvé également d’autres possibilités d’expression, une intensité et une densité nouvelles. Les liens de plus en plus étroits entre les universitaires et des acteurs extérieurs ou d’autres secteurs entiers de la société, qui se tissent au sein même des processus de production et d’application des connaissances, ont brouillé de plus en plus les frontières de l’organisation. À un tel point, que aujourd’hui, la manière dont l’université pourrait continuer à jouer un rôle hégémonique dans la production et la diffusion de la connaissance fait l’objet de débats dans la littérature spécialisée. Les nouvelles technologies ouvrent de nouvelles perspectives, notamment pour l’accès à la validation de processus de formation et mettent à la disposition de tout type d’usager les processus et les résultats des avancées dans la production et l’application des connaissances. D’où l’intérêt d’étudier comment, avec quels partenaires et quels mécanismes, les universitaires instaurent et institutionnalisent leurs réseaux ? Quels sont les objectifs, la portée, la fréquence, l’intensité, et la pérennité de ces liens ?

11L’interaction entre universitaires, d’une même IES ou appartenant à des organismes différents, est quotidienne au niveau des programmes comme dans l’activité de recherche ou la diffusion des résultats. La coopération entre les universitaires peut intervenir également dans la mise en œuvre de protocoles communs en vue de développer les études comparatives ou de répéter des expériences ou l’application de modèles, afin d’accumuler des résultats empiriques destinés à apporter des preuves et à fonder des hypothèses, à développer des modèles et à formuler de nouvelles perspectives théorico-méthodologiques. Des liens avec d’autres spécialistes qui travaillent à l’intérieur ou hors du groupe, du département ou même de l’IES de rattachement peuvent alors se créer, mais aussi avec les personnes intéressées, usagers potentiels ou agents qui cherchent à résoudre des problèmes particuliers.

12On pourrait donc penser que les liens noués par les universitaires ont des objectifs différents, qui peuvent se traduire par des variations dans la coopération instaurée : elle peut varier en ampleur, en permanence, en densité, au niveau des ressources comme à celui des moyens préalables pour les établir. Certains liens se créent de personne à personne, et dans un contexte institutionnel immédiat ; d’autres peuvent prendre d’autres formes, par exemple des relations avec un groupe d’experts dont on fait partie (communauté de discipline) ou avec d’autres acteurs sociaux.

13C’est dans le domaine de la spécialisation ou de la discipline que l’on doit chercher le choix du type de stratégie de coopération qui se met en place. L’évolution de chaque champ de savoir détermine le niveau des accords, des procédures et du développement d’outils auxquels on a recours dans la recherche, et marque également la fréquence et les règles des échanges ; ce sont donc ces éléments qui déterminent la participation à des réseaux et à des collèges invisibles. (Grediaga, 2008).

14Cette étude des réseaux académiques vise à examiner les liens ou les formes de coopération existant entre professionnels de la science, et la façon dont ces réseaux ont été construits. Elle s’appuie sur le travail de Charle et al. (2006) qui recommande de prendre en compte les séjours à l’étranger, la participation à des congrès, les accords et collaborations avec des organismes transnationaux, ainsi que la collaboration visant la création de produits (revues, encyclopédies ou ouvrages) de statut international. Les collèges invisibles et les réseaux transnationaux incarnent les façons dont s’exportent ou s’importent les savoirs.

Collèges invisibles, réseaux et organisations

15L’action des scientifiques et des universitaires nous semble être caractérisée par la présence de collèges invisibles et par l’organisation en réseaux, deux modalités que nous allons définir, et plus généralement par la création et la formalisation d’échanges entre groupes de recherche, comme entre les IES et d’autres organisations de la société. Ces différentes formes de mise en relation constituent :

  1. un mode de circulation de l’information spécialisée,
  2. une réunion d’individus sous une même dénomination afin d’acquérir une visibilité plus large et une reconnaissance collective et légitime,
  3. une coordination d’activités fondées sur la médiation/traduction et sur la multipositionnalité de leurs membres qui occupent des positions sociales dans leurs divers organisations de rattachement (sphères académique, politique, médiatique, associative, etc.) (Dumoulin Kervran, 2007).

16On peut noter cependant que les caractéristiques des différentes formes d’articulation et leur influence dans le déroulement de la vie académique sont très variables. Crane (1969 ; 1972 ; 1980) a donné le nom de « collège invisible » à cette communauté informelle de scientifiques qui travaillent sur un même thème ou qui partagent des façons de construire l’objet de leur étude, des perspectives, des approches, des stratégies méthodologiques et/ou des valeurs quant aux formes de production et de validation des connaissances. Le collège invisible est un espace virtuel de diffusion, de communication et d’échange des avancées dans la connaissance, et il a aussi une fonction d’orientation pour l’éducation et la socialisation des nouveaux chercheurs qui se lancent dans un projet de recherche concret. C’est l’identité éthico-épistémologique et la confluence thématique ou problématique qui permettent de tisser des liens réels entre les différents membres, même quand il n’y a pas collaboration de personne à personne. Dans le collège invisible il n’est pas besoin d’échange direct, même ponctuel. Cependant on peut repérer une identité partagée dans le contenu des programmes, les bibliographies destinées à la formation des étudiants, les références ou les citations que l’on peut trouver dans les travaux, les agendas et les thématiques retenus par les individus et les collectifs de recherche.

17Les rapprochements, que l’on peut identifier à travers la pratique des publications collectives et des co-signatures, permettent, comme le notait Price (1963 ; 1971 ; 1986), d’identifier les réseaux, dans la mesure où ils témoignent d’une interaction directe et avec des intentions précises. Par contre, Price considère que les collèges invisibles sont des lieux d’interaction des élites scientifiques ne vivant pas au même endroit, qui échangent des informations susceptibles de les informer sur les dernières avancées dans leur domaine. Alors que l’analyse des réseaux permet d’observer et de mesurer les canaux formels de la communication (repérage des publications communes et des études menées en collaboration, à travers les co/éditions), les influences au niveau informel, relèveraient plutôt du domaine des collèges invisibles ; ces derniers se distinguent des réseaux et il est en effet impossible d’en discerner les limites ou les frontières de façon précise (Zuccala, 2006).

18En résumé, le collège invisible implique un ensemble d’universitaires ou de chercheurs qui partagent les mêmes intérêts, les mêmes perspectives analytiques et résultats, qui consultent systématiquement et collaborent d’une façon régulière aux publications dans leur domaine, et qui alimentent les débats sur les problèmes théoriques et méthodologiques qui le traversent. Ils peuvent éventuellement avoir des relations formelles et directes, mais ce qui prédomine est une communication informelle, à travers le biais des publications, et une appartenance à des institutions différentes et même à des régions géographiques distinctes. (Zuccala, 2004, p. 6)

19La configuration en réseaux, en revanche, nécessite un horizon commun ; et le sentiment d’appartenance des membres y est indispensable à l’organisation des ressources et des actions, ce qui permet de renforcer les liens et d’atteindre des objectifs communs à court, moyen et long terme (Jiménez, 2008). La notion de réseau renvoie donc à l’existence d’objectifs partagés et à un certain type de dynamique sociale qui permette de réunir des acteurs divers et d’articuler leurs efforts. Le réseau, même lorsque ses membres n’ont pas réellement une identité partagée, doit projeter à l’extérieur une image unifiée : il se transforme alors en acteur social, pouvant drainer des ressources et établir des contacts, pouvant accomplir des tâches qui lui donnent une visibilité spécifique lors de ses échanges avec l’extérieur.

20On trouve dans les réseaux une coordination explicite des activités entre membres individuels et entre « nœuds », autour de projets finalisés ; même si il n’y a pas obligatoirement de relations de personne à personne, des rencontres (virtuelles ou en présentiel) ont lieu périodiquement. L’appartenance au réseau donne de la visibilité et de la légitimité à ses membres, leur permet de diffuser leurs résultats et d’influencer les acteurs extérieurs qui collaborent avec le réseau comme entité. Au Mexique, des espaces virtuels d’échange entre des chercheurs spécialisés existent en effet dans plusieurs domaines : l’enseignement supérieur (RISEU : http://www.riseu.unam.mx), les associations (GRUDEO : desinuam. org/ibarra/proyecto 12. htm) ou la profession académique (SEPAM).

21Les relations qui s’établissent dans le réseau, tant au niveau individuel que collectif, créent des liens qui se situent à différents niveaux :

  • Pour les membres d’un réseau, il s’agit d’un canal qui facilite la circulation des ressources matérielles ou symboliques : échange d’informations, de services, de biens, de ressources financières, collaboration entre acteurs tant à l’intérieur du réseau qu’à l’extérieur (Faust, 2002).
  • Une définition claire des objectifs, du rôle des membres, et des modes d’articulation, permet de renforcer la cohésion du réseau, d’accroître l’interdépendance entre les acteurs individuels ou collectifs qui en font partie, et cela favorise la visibilité et l’impact des avancées scientifiques réalisées par les membres à un plus ample niveau.

22Dans un réseau, les ressources et le prestige des membres sont inégaux : les liens ne sont donc pas nécessairement symétriques. Le contenu comme l’intensité des liens peut varier d’un réseau à l’autre, et même entre les nœuds d’un même réseau. Entre les membres d’un réseau, les échanges se font sur différents plans. Même si l’on considère que le réseau est un espace d’échange horizontal (non hiérarchisé) et peu structuré (par comparaison avec des organisations formalisées : IES, partis, administrations, etc.), la répartition inégale des ressources rares conduit en fait aussi bien à la collaboration qu’à la compétition au sein du réseau.

23Certains groupes ou nœuds de réseau se réunissent pour bénéficier ensemble de ressources rares, entrant ainsi en compétition et même en conflit avec d’autres. Les systèmes de financement de la recherche scientifique et les mécanismes de construction du prestige obéissent à une logique qui reflète ce que Merton (1968) appelle l’« Effet Mateo ». La structure en réseau varie en fonction des modes de coalition et de conflit qui la traversent ; elle est aussi marquée par sa quête de reconnaissance et son impératif de découverte inédite, par la nécessité de créer une coopération permettant d’éviter de s’engager de nouveau dans des recherches qui se sont révélées stériles.

24Comme l’a déjà souligné Granovetter (1983), l’intensité, l’ampleur et la pérennité des liens créés entre universitaires peuvent être variés. Ces liens peuvent être étroits ou plus lâches, formels ou informels. S’il s’agissait de caractériser les liens en fonction des concepts de réseaux et de collèges invisibles, on pourrait dire que les derniers sont définis par le caractère plus informel des liens ; alors que dans les réseaux, les relations sont plus structurées, les formes des coopération explicitées, même si, à la différence des véritables conventions entre organisations, les réseaux ne sont pas nécessairement régis par la normativité du monde organisationnel dans lequel les membres opèrent.

  • 2 Les réseaux sont basés sur des éléments fondamentaux : les acteurs (individus, groupes), les liens (...)

25Les accords formels entre les IES jouent un rôle important : ils se basent sur des conventions ou des contrats qui définissent des objectifs et des contenus. Les relations contractuelles peuvent adopter les formes suivantes : consultance, séjours en accueil étudiant et post-doctoral, programmes de recrutement d’étudiants de master, utilisation collective d’équipements de recherche, contrats de recherche appliquée, etc. En dépit d’un degré plus élevé de formalisation, les conventions, les contrats ou les liens inter-institutionels peuvent en rester au stade d’intention s’ils ne reposent pas effectivement sur des réseaux formels et informels préexistants permettant leur concrétisation, et sur des échanges d’acteurs qui ont un intérêt solide dans cette collaboration. Le réseau académique est défini comme « un ensemble de relations (ou lignes, liaisons ou liens) entre une série définie d’acteurs (ou nœuds) » (Chiesi, 2001 ; Faust, 2002 ; Molina, 2004 ; Misruchi, 2005 et Watts, 20062), qui poursuivent explicitement certains objectifs précis.

26Un élément joue un rôle particulièrement important dans la configuration et la vie d’un réseau d’universitaires : l’organisation ou l’instance à laquelle ces derniers sont rattachés institutionnellement : c’est là que se décident les projets de collaboration, que se créent les flux de production et de diffusion des connaissances. Cette composante, essentielle, des réseaux est absente dans les collèges invisibles. Les organisations facilitent ou freinent la possibilité qu’ont les universitaires d’établir des ponts avec des partenaires extérieurs qui leur permettent de collaborer, de diffuser, de débattre ou de produire des connaissances, au-delà des frontières de ces organisations. Les différences entre celles-ci affectent donc les conditions de travail et déterminent les appuis sur lesquels les universitaires peuvent compter, pour développer leurs recherches, participer à des rencontres et faire connaître les résultats de leurs travaux. Ces différences tiennent autant aux structures de l’organisation (objectifs institutionnels, modes de contrôle, éventail des disciplines ou des niveaux d’études, sources principales de financement, position dans la hiérarchie universitaire), qu’à l’évolution historique des IES dans chaque pays. On peut donc estimer que tous ces facteurs peuvent expliquer dans chaque cas l’extension des liens, la diversité des liaisons et des modèles d’interaction (Grediaga, 2008).

Caractéristiques principales de la morphologie et de l’organisation des réseaux universitaires

27Du fait de leur degré élevé d’informalité –qui doit être préservé si l’on veut parvenir à un meilleur fonctionnement et échapper à la bureaucratisation– les réseaux ont un niveau élevé d’imprévisibilité et se trouvent dans l’impossibilité d’envisager des stratégies à long terme. C’est leur structure informelle elle-même qui rend leur définition précise plus difficile ; ils sont fondés sur la confiance, sur la reconnaissance d’une volonté commune de collaborer et d’échanger. Ces dernières pratiques sont étroitement dépendantes de facteurs culturels et linguistiques, de l’environnement éducatif, de loyautés territoriales, d’idéologies et d’expériences communes (Casas, 2003).

28Si l’organisation peut prêter au réseau certaines dimensions d’institutionnalité, il ne faut cependant pas oublier que l’articulation du réseau repose sur la confiance, celle-ci étant issue de l’idée que la collaboration et l’échange apportent des bénéfices à chaque membre (Casas, 2003). La confiance, dans le cadre des réseaux académiques, est basée sur l’interdépendance et l’attente de résultats positifs. La confiance doit donc être présente à différents niveaux : individuel, organisationnel, institutionnel, et au niveau du système. Les réseaux académiques sont définis par toute une série de composantes morphologiques spécifiques à la discipline de l’universitaire. La densité, la taille, la position et la distance sociale sont quelques-uns des éléments déterminants de la morphologie des réseaux (Knoke et Kuklinski, 1980).

29C’est le diamètre, mesuré à partir de la plus grande distance existante entre les éléments du réseau, qui définit la taille d’un réseau. La densité permet, elle, d’observer et d’estimer l’intensité des interactions entre les acteurs qui le constituent ; elle évalue le nombre de contacts potentiels d’un nœud ainsi que la fréquence de ces contacts. Un réseau ayant une densité faible aura peu d’acteurs et des collaborations peu fréquentes. La matrice de liens que chaque individu peut mobiliser constitue un indicateur des possibilités réelles qu’a chaque membre de tirer parti du réseau afin d’obtenir les résultats souhaités. Les acteurs ayant le plus grand nombre de connexions, ou placés sur plusieurs routes, accéderont à des opportunités plus nombreuses et meilleures, et pourront ainsi obtenir davantage de ressources au moindre coût (Faust, 2002). La position de l’universitaire au sein du réseau est un indicateur de la hiérarchisation en son sein. Sa position indique aussi le statut ou le rôle qu’il y joue ; elle lui donne des droits et des obligations définies par la matrice des relations. Les réseaux sociaux limitent ou favorisent les opportunités données aux membres, en fonction de leur position au sein du réseau (Stokman, 2001).

30Les acteurs, individus et groupes, occupent une position au sein de la structure du réseau, à partir de laquelle ils créent des liens avec d’autres acteurs, qui de leur côté, occupent des situations structurales particulières. Depuis cette position, chacun peut mettre en commun des ressources avec les autres acteurs auxquels il est connecté. La centralité est une des manières permettant de qualifier une position au sein d’un réseau : c’est le degré d’attraction que ce point a sur les autres membres du réseau. Le fait de mesurer cette centralité permet d’identifier les nœuds ou points de rencontre par lesquels un acteur doit obligatoirement passer pour en entrer en contact avec d’autres membres du réseau. La quantité de liens qui peuvent exister et leur degré d’intensité sont limités. La configuration la plus courante, correspond au développement de conglomérats de réseaux qui déterminent des frontières mobiles et changeantes au cours du temps. L’existence de conglomérats fait que des liens croisés peuvent s’établir entre les groupes et entre les individus qui participent à un réseau, ou même entre différents réseaux.

31D’après Burt (Rizter, 2002), les acteurs eux-mêmes appartiennent à une structure sociale (ou organisationnelle), et cette position définit des similarités sociales qui à leur tour influencent la perception que chacun a des avantages que procurera telle ou telle forme d ‘ action. En même temps, cette position à l’intérieur de la structure sociale contraint de manière chaque fois différente la capacité de choix des acteurs. Les décisions prises, de même que les actions entreprises sous la contrainte d’une structure sociale, peuvent aller jusqu’à la modifier et créer alors de nouvelles contraintes face auxquelles l’acteur devra réagir. Il est important de ne pas confondre le simple établissement d’une relation avec l’intention très définie d’avoir accès à certaines informations : l’individu peut ainsi bénéficier d’une ample marge d’action pour choisir un certain mode d’interaction sociale, et pouvoir apporter des réponses créatives à ses problèmes (Stokman, 2001).

Conclusions

32Un premier élément offert à la discussion comparative pourrait donc consister à distinguer les différentes formes de relations et d’échanges sociaux qui existent entre universitaires ; elles peuvent apparaître simultanément, voire dans certains cas se superposer, mais elles ne partagent pas le même mode d’organisation, ni les mêmes règles d’interaction, ni de mêmes objectifs.

33Il conviendrait également de souligner que plusieurs facteurs « externes » influencent le développement de ces réseaux. Rappelons tout d’abord que si l’IES n’envisage pas d’élargir ses collaborations au delà des frontières organisationnelles, ou bien ne peut pas compter sur les ressources matérielles et technologiques devant en permettre le développement, elle peut alors devenir un obstacle à la fluidité et à la permanence des réseaux scientifiques. Ensuite, le poids des contextes dans lesquels opèrent les membres d’un réseau (région, pays, IES, départements ou équipes) est très important, car il peut modifier fortement les possibilités d’action de ces réseaux et même leur pérenité. Dernier facteur : les traditions et l’histoire de chaque discipline jouent également un rôle important dans la morphologie des réseaux. L’étude réalisée par Price (1969), Newman (2001, a ; 2001, b) sur les réseaux de co-auteurs, met en évidence la réalité des différences qui existent selon les champs disciplinaires. ; c’est dans la recherche fondamentale appartenant aux sciences dures et humaines que l’on trouve les réseaux universitaires les plus denses, les plus larges, les plus solides, alors que la situation est tout à fait différente dans le domaine des sciences appliquées (Becher, 2001). La communauté de la discipline de référence influence donc profondément la possibilité de mettre en place des réseaux, principalement en fonction du degré de cohésion et d’entente existant entre les membres de la discipline, ainsi que du niveau d’institutionnalisation de leurs collèges et de leurs associations (Grediaga, 2008).

Bibliographie

Bibliographie

Becher Tony, (2001), Tribus y territorios académicos. La indagación intelectual y las culturas de las disciplinas, Barcelona, España, Gedisa.

Casas Rosalba, (2003), « Enfoque para el análisis de redes y flujos de conocimiento », in Luna Matilde, (coord.), Itinerarios del conocimiento : formas dinámicas y contenido, Barcelona, España, Anthropos-IIS-UNAM, p. 19-50.

Charle Christophe, Schriewer Jürgen, Wagner Peter (Comp.), (2006), Redes intelectuales trasnacionales. Formas de conocimiento académico y búsqueda de identidades culturales, Barcelona, España, Pomares.

Chiesi Antonio, (2001), « Network analysis » in Smelser Neil et Baltes Paul (ed.), International encyclopedia of the social and behavioral sciences, vol. 15, USA, Elsevier, p. 10499-10502.

Clark Burton, (1989), El sistema de educación superior, México, Nueva imagen.

Crane Diana, (1969), « Social structure in a group of scientists: a test of the “invisible college” hypothesis », American Sociological Review, no 34, p. 335-352.

Crane Diana, (1972), Invisible colleges: diffusion of knowledge in scientific communities, Chicago, University of Chicago Press.

Crane Diana (1980), « Social structure in a group of scientists: a test of the “invisible college” hypothesis » in Belver C. Griffith (ed.), Key Papers in Information Science, White Plains, NY, Knowledge Industry Publications, Inc, p. 10-27.

Doreian Patrick et Stokman Frans, (1997), « The dynamics and evolution of social networks », in Doreian Patrick et Stokman Frans (ed.), Evolution of social networks. Amsterdan, Netherlands, Gordon and Breach Publishers, p. 1-17.

Dumoulin Kervran David, (2007), « Usage comparé de la notion de réseau : propositions d’analyse pour l’action collective », Cahier des Amériques Latines, no 51-52, décembre, p. 125-145.

Faust Katherine, (2002), « Las redes sociales en las ciencias sociales y del comportamiento », in Gil Jorge et Schmidt Samuel (ed.), Análisis de redes sociales. Aplicaciones en ciencias sociales, Mexico DFn IIMAS-UNAM, p. 1-14.

Granovetter Mark, (1983), « The Strength of weak ties: a network theory revisited », in Collins Randall (ed.), Sociological theory, vol 1., San Fransiscon Joe Bass, p. 201-233.

Grediaga Rocio, (2008), Redes académicas y producción del conocimiento, Ponencian Primer Foro de Educación de la UAM.

Jimenez Leonardo, (2008), Avances disertación doctoral : « Redes procesos y estructura » presentados a comité académico.

Klovdahl Alden, (1994), « Social network analysis », in Husen Tortsen and Postlethwite T. (ed.), The international encyclopedia of education (2a. ed., vol. 9), USA, Pergamon Press.

Knoke David et Kuklinski James, (1980), Network Analysis, Beverly Hills, Sage.

Mato Daniel, (2004), « Redes transnacionales de actores globales y locales en la producción de representaciones de ideas de sociedad civil », in Mato Daniel (coord.), Políticas de ciudadanía y sociedad civil en tiempos de globalización. Caracas, FACES, Universidad Central de Venezuela, p. 67-93.

Merton Robert, (1968), « The Matthew Effect in Science. The rewards and communication systems of science are considered », Science, no 159, p. 56-63.

Mizruchi Mark, (2005), « Network Theory », in Ritzer, George, (ed.), Encyclopedia of the social theory, vol. II, Thousand Oaks, CA, Sage publications, p. 534-540.

Molina Jose Luis, (2004), « La ciencia de las redes », Apuntes de ciencia y tecnología, no 11, p. 36-42.

Newman Mark, (2001a), « Scientific collaboration networks. 1. Networks construction and fundamental results », Physical review, no 64, 016131, p. 1-8.

Newman Mark, (2001b), « Scientific collaboration networks. 2. Shortest paths, weighted networks, and centrality », Physical review, no 64, 016132, p. 1-7.

Olivé Léon, (2007), La ciencia y la tecnología en la sociedad del conocimiento. Ética, política y epistemología, México, Fondo de Cultura Económica.

Perez Antonio, (2008), Tendencias de colaboración internacional en IES de la frontera norte, Reporte final para obtener el grado de especialidad en educación superior, México DF, UAM-Azc.

Price Derek John de Solla, (1986), [1963], Little science, big science, New York, Columbia University Press.

Price Derek John de Solla, (1971), « Some remarks on elitism in information and the invisible college phenomenon in science », Journal of the American Society for Information Science, no 22, p. 74-75.

Ritzer George, (2002), Teoría sociológica moderna, México, Mc Graw Hill.

Stokman Frans, (2001), « Networks: Social », in Smelser Neil et Baltes Paul, (ed.), International encyclopedia of the social and behavioral sciences, vol. 15, USA, Elsevier, p. 10511-10516.

Zuccala Alesia, (2006), « Modeling the Invisible College », Journal of the American Society for Information Science and Technology, vol. 57, no 2, p. 152-168.

Notes

1 Traduction de l’espagnol : Claudie Duport et David Dumoulin Kervran.

2 Les réseaux sont basés sur des éléments fondamentaux : les acteurs (individus, groupes), les liens ou relations (instaurées au niveau micro, meso, macro) et la combinaison de ces éléments (Faust, 2002 et Dorian et Stokman, 1997).

Auteurs

Estudiante del Doctorado en Sociología de las Educación Superior de la Universidad Autónoma Metropolitana Unidad Azcapotzalco. Ha impartió diversos cursos sobre metodología de la investigación y análisis de datos en diferentes instituciones de educación superior del país. Es miembro de la Red de Investigadores sobre Académicos (RDISA). Ha colaborado en proyectos de investigaciones de carácter local, regional y nacional. (leonardo.jimenezloza@gmail.com)
Profesora investigadora de Tiempo Completo (TC) desde 1976 en la UAM-A. Fundadora e integrante del área de Sociología de las Universidades. De 2006-2009 fue Coordinadora Divisional de Investigación en la División de CSH-UAM-A. Miembro del SNI, nivel II. Doctorado en Ciencias Sociales con especialidad en Sociología por el COLMEX. Premio Nacional ANUIES a la mejor tesis de doctorado sobre educación superior 1999 ; Profesora Distinguida de la UAM (2008). Miembro Regular de la Academia Mexicana de Ciencias y del Consejo Mexicano de Investigación Educativa A. C. (mrgk@correo.azc.uam.mx)
Claudie Duport (Traducteur)

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search