Version classiqueVersion mobile

Agir-en-réseau

 | 
David Dumoulin Kervran
, 
Marielle Pépin-Lehalleur

Troisième partie. Franchir les marges des organisations et perpétuer les liens : une catégorie féconde mais évanescente

Franchir les marges des organisations et perpétuer les liens : une catégorie féconde mais évanescente

Texte intégral

1La troisième section discute de l’ancrage (embeddedness) de l’action et de ses significations depuis une série de cas où des acteurs se mobilisent sur les marges d’une institution (église, parti, organisation armée, communauté paysanne ou ethnique, université…) depuis laquelle ils se positionnent dans la société et qui détermine fortement leur action. Ils agissent en sa faveur ou contre elle, doivent la contourner, cherchent à l’étendre ou à la changer… Une action réticulaire est fortement corrélée à cette position marginale : quelles que soient les intentions, elle semble avoir pour effet de préserver l’appartenance institutionnelle tout en permettant la distanciation et des ancrages dans d’autres sphères sociales. Les acteurs préfèrent souvent insister sur un seul aspect de leur expérience (appartenir ou agir en dehors), et c’est l’analyste qui souligne l’ambivalence des entrées et sorties, le franchissement alternatif de limites et l’accumulation paradoxale de ressources que l’organisation réticulaire est susceptible de susciter. Plusieurs textes insistent sur la durée, la continuité renouvelée, la manière dont des liens sociaux peuvent être mobilisés dans de nouvelles actions collectives, dans de nouveaux contextes. La catégorie de réseau sert alors à orienter le regard du chercheur sur certaines modalités peu visibles mais déterminantes de l’action collective.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search