Version classiqueVersion mobile

Agir-en-réseau

 | 
David Dumoulin Kervran
, 
Marielle Pépin-Lehalleur

Deuxième partie. Tisser trame et chaîne : le réseau, analyseur des liens multiniveaux

9. Contrepoint

Mouvements sociaux, coalitions, organisations et communautés : une cartographie1

Mario Diani
Traduction de David Dumoulin Kervran

Texte intégral

  • 1 Traduction de l’anglais : David Dumoulin Kervran.

1Les récentes discussions sur les relations entre réseaux et action collective ont suivi des directions différentes, mais qui ne sont pas incompatibles. Certains auteurs se sont focalisés surtout sur les spécificités analytiques du concept de réseaux, l’opposant aux autres modes de coordination (e. g. Powell, 1990 ; Monge et Contractor, 2003). D’autres ont donné plus d’importance à l’usage que les acteurs faisaient de cette notion. Ces deux alternatives correspondent à des objectifs différents.

2– Les réseaux ont une grande utilité pratique, dans la mesure où ces liens et ces connexions sociales ont un impact sur un très grand nombre d’opportunités dont on peut se saisir dans la vie courante, en termes d’emploi, d’éducation, d’aide-mutelle, etc. Ces opportunités pouvant concerner d’ailleurs autant les individus que les communautés (voir par exemple le chapitre de Pombo dans ce livre, ainsi que, pour une discussion générale de ce sujet : Dumoulin, 2006). Mais les réseaux sociaux peuvent aussi jouer un solide rôle symbolique dans le discours des acteurs eux-mêmes (en particulier des militants, mais pas seulement) comme source de légitimité. Ici le « réseau » est perçu comme une forme d’organisation sociale désirable, qui offre de plus larges possibilités pour la participation, et pour la coexistence d’agendas différents au sein du même chapeau organisationnel. C’est pour ces raisons qu’il est vu comme une alternative valorisée, en particulier par rapport aux formes hiérarchiques d’organisation (voir, la section 1 de ce livre).

3Dans ce qui suit, je ne vais pas tenter d’aborder l’ensemble des sujets énumérés ci-dessus. Je m’abstiendrai, en particulier, de traiter du rôle des réseaux comme source d’opportunité dans les processus de mobilité sociale et territoriale, d’aide mutuelle, de reproduction et/ou de renforcement communautaire, etc. Je vais au contraire me centrer sur des processus plus directement liés au déploiement de l’action collective dans l’espace public. En me basant sur mes travaux actuels et sur les précédents (Diani, 2003, 2011), je traiterai les réseaux comme une composante importante de divers modes de coordination de l’action collective. Je voudrais suggérer que ce sont les différentes configurations de réseaux (ou, si l’on préfère, différentes formes de multiplexité du réseau) qui permettent de bien distinguer les mouvements sociaux des coalitions et des formes d’action collective communautaires, en dessinant en fait des modes d’organisation différents.

Les réseaux et l’action collective

4Les approches relationnelles les plus courantes de l ‘ action collective vont des réseaux vers l’action, en regardant comment les réseaux préexistants facilitent –ou freinent– le développement de l’action ou de certaines de ses modalités. Il est alors démontré que les individus rejoignent plus facilement des organisations, et ont plus de chance d’y rester, si leurs réseaux primaires comptent des membres de cette même organisation ; ou ont plus de chance d’adopter certaines formes d’action collective si leurs proches les ont déjà expérimentées (McAdam, 2003, Tilly et Tarrow, 2007).

5Par ailleurs, il est également possible de concevoir les réseaux comme des résultats de l’action collective, qui émergent comme des structures complexes à partir des innombrables interactions locales. Dans cette perspective, des structures variées de réseaux induisent des réponses différentes à des dilemmes organisationnels de base. Je suggérerais en particulier que toute tentative de coordination de l’action collective, qu’elle vise l’opposition et la confrontation ou la collaboration, doit résoudre des problèmes basiques de définition de ses frontières et de coordination des ressources (Diani, 2003, 2011).

6La problème de définition des frontières renvoie en fait aux critères qui permettent l’inclusion d’individus dans une certaine collectivité. Il s’agit d’identifier qui peut être considéré comme un « membre » – et celui-ci attend de ce statut un certain niveau de confiance mutuelle, de réciprocité, de solidarité, etc. de la part des autres membres, et qui, en revanche, ne peut prétendre à un tel statut. Il s’agit toujours d’un processus négocié et en construction, mais il peut être identifié selon les deux grandes formes suivantes.

7Le processus d’identification peut premièrement s’appliquer à des organisations spécifiques ou à des groupes ayant des objectifs bien précis. Dans ce cas, les acteurs s’identifient d’abord à ces groupes et ne développent pas de sens spécifique d’appartenance et de loyauté à de plus vastes collectivités vaguement définies, comme les classes, les mouvements, les champs organisationnels etc. (par exemple des militants de classe ouvrière qui rejoindraient la CGT et orienteraient toute leur loyauté à ce syndicat, plutôt qu’à l’ensemble plus large des organisations qui se revendiquent du mouvement de la classe ouvrière).

8Néanmoins, des frontières ayant une signifcation très importante pour les acteurs, peuvent rassembler des collectivités plus larges et hétérogènes. Sans pour autant abandonner leur identité en tant que membre d’une organisation ou d’un groupe spécifique, les individus peuvent aussi en venir à s’identifier à des entités plus larges, comme un mouvement social, une classe sociale, ou une certaine communauté. Plutôt que de supplanter les frontières de l’organisation ou celles de groupes plus restreints, les frontières collectives du type que l’on décrit ici coexistent alors le plus souvent avec elles. J’utilise l’expression « forte identité de réseau » pour désigner ces mécanismes de définition des frontières qui regroupent une multiplicité d’acteurs indépendants. À l’inverse, je nomme « faible identité de réseau » les situations dans lesquelles les mécanismes d’identification restent focalisés sur les organisations spécifiques.

9L’autre dilemme crucial est celui de la coordination : comment allouer de rares ressources à des tâches spécifiques ? Comment définir des objectifs et des priorités ? Comment entrer en relation avec son environnement ? Il s’agit de problèmes organisationnels classiques qui deviennent plus complexes encore si on étudie un champ organisationnel ou, plus largement, des populations d’organisations. À l’intérieur des organisations, on peut identifier un ensemble de procédures formelles qui régulent cette coordination, des procédures qui préservent des marges d’adaptation et donnent même un rôle aux liens informels. Cependant, la coordination peut aussi prendre la forme de négociations entre des acteurs formellement indépendants, dans ce contexte de réseaux lâches et plus informels. Plus la cohésion des réseaux inter-organisationnels est grande, et plus ce mode particulier de coordination sera puissant.

10Sur cette base, on peut différencier quatre principaux modes de coordination (tableau 1) :

  • mouvements sociaux ;
  • coalitions ;
  • organisations ;
  • communautés.

11À mes yeux, les mouvements sociaux se conçoivent mieux, si on les définit comme un mode de relations régulières mais informelles entre de multiples acteurs, mode à travers lequel les ressources et les symboles circulent, les solidarités et les identités se renforcent, et les différentes organisations et actions de protestation en viennent à être perçues comme formant le même projet collectif. La spécificité des dynamiques en mouvement est donnée avant tout par la combinaison de denses réseaux d’échanges informels entre individus et/ou organisations, et d’identités collectives partagées entre ces mêmes acteurs. Ma vision des mouvements sociaux diffère donc de la définition des théoriciens du « processus politique », pour qui les mouvements sont « des interactions soutenues entre opposants et tenants du pouvoir » (Tilly et Tarrow, 2007), car ils mettent l’accent sur les interactions, et pas sur les réseaux. Pour ces analystes du processus politique, les réseaux sont des pré-conditions à l’action collective, et donc au développement des interactions entre ceux qui possèdent le pouvoir et leurs opposants. Depuis ma perspective, les réseaux ne sont pas un simple facilitateur, comme les ont traités une longue série de modèles d’analyse : ils « constituent » le mouvement, alors même que les interactions avec les tenants du pouvoir pourraient bien être menées par une multitude d’organisations peu connectées les unes aux autres.

12Dans un processus de mouvement social, il y aura plus que des réseaux d’alliance et de collaborations. Bien sûr, les organisations impliquées dans la dynamique du mouvement vont à la fois partager des ressources matérielles et symboliques afin de développer des campagnes plus efficaces, et être très intimement liées les unes aux autres. Mais, plus important encore, elles vont s’identifier les unes les autres comme appartenant à un acteur collectif plus large, dont les objectifs et l’existence ne peuvent se réduire à ceux d’aucun évènement protestataire ou d’aucune campagne qui l’ont constitué. L’existence de cette identité collective reliant les organisations les unes aux autres vont leur permettre de se sentir appartenir au même effort collectif, même si un évènement spécifique se termine, et de développer par la suite d’autres actions conjointes à partir de cette base. Melucci (1996) appelait ce processus la « latence »).

13Cependant, beaucoup plus souvent, les organisations vont être prises dans des échanges denses de collaboration avec des groupes qui partagent des intérêts similaires et abordent les mêmes thématiques, mais ces connexions ne sont pas issues –et ne vont pas non plus générer– de liens identitaires entre les organisations impliquées. Les groupes vont mettre en commun leurs forces pour faire avancer un certain agenda, mais ne vont pas se sentir liés par une identité commune, lorsque l’action ou la campagne spécifique sera terminée. Autrement dit, les alliances et les collaborations sont alors guidées par une logique instrumentale. Les acteurs ne vont pas faire le lien entre ces évènements spécifiques ni les replacer au sein de récits plus englobants où, dotés d’un sens plus ample, ils deviendraient un simple segment d’une série soutenue d’actions collectives. Dans ces circonstances, l’action collective sera plus efficacement conceptualisée comme un processus de coalition.

14Ni les mouvements sociaux ni les coalitions ne se développent aisément, même dans les démocraties les plus riches et les plus consolidées ; et ces formes de mobilisation seront plus rares encore dans des contextes moins favorables. Aujourd’hui, beaucoup, et même presque toutes les actions collectives prennent d’autres formes.

15Quand l’action est menée principalement à l’intérieur des limites d’organisations spécifiques (qu’elles soient des sectes, des partis révolutionnaires ou des groupes d’intérêts publics ou privés), on ne peut guère parler de mouvements sociaux. Si les organisations qui s’intéressent aux mêmes thématiques ne sont pas, dans leur ensemble, impliquées dans une dense collaboration et ne partagent pas d’identité spécifique, alors certaines des dimensions les plus visibles et les plus caractéristiques de l’expérience des mouvements sociaux manquent. Dans ces cas, les processus organisationnels prennent le dessus, car les organisations se focalisent sur le renforcement à la fois de leur structure et de leur identité et s’assurent le contrôle de thématiques spécifiques ou de certains segments de ces thématiques. Les collaborations avec les autres organisations sont relativement rares et, plus important, ces collaborations sont distribuées entre un large éventail d’organisations différentes. On observe alors l’absence de réseaux densément connectés d’organisations partageant des intérêts similaires, et l’absence d’un fort sentiment d’identité collective entre organisations. Comme le chapitre de Zubizarreta nous le rappelle, il s’agit bien d’un mode très répandu de coordination de l’action collective, au sein duquel les réseaux sont loin d’être absents, mais sont, pour l’essentiel, situés à l’intérieur des limites d’organisations spécifiques.

16Dernière modalité, l’action collective peut aussi prendre place dans des contextes où les collaborations inter-organisations sont rares mais où le sens d’identification entre acteurs avec une certaine cause, ainsi que la solidarité mutuelle, sont relativement forts. Cela arrive parfois car les acteurs concernés ne sont tout simplement pas intéressés par la fondation d’organisations et par le travail politique nécessaire au développement et au maintien de coalition efficaces. Les réseaux d’individus qui se focalisent sur le développement d’enjeux symboliques à travers la promotion de pratiques culturelles et de styles de vie spécifiques, comme les militants féministes et environnementalistes étudiés par Melucci (1996) à Milan pendant les années 1980, appartiennent certainement à cette catégorie. Le sont également les « groupes affinitaires » qui rassemblent des opposants radicaux à la globalisation néolibérale. Depuis un angle différent mais cependant compatible, les communautés de personnes qui partagent des compétences spécifiques, des grilles d’analyse et des perspectives intellectuelles (également appelées « communautés épistémiques », ou « communautés de pratiques ») utilisent leurs liens afin de promouvoir l’action collective sans nécessairement créer d’organisations spécifiques.

17J’appelle ce large ensemble de formes des processus à base communautaire. Ils ne doivent pas forcément être ancrés dans un territoire spécifique (sur le mode des communautés urbaines défendant certaines formes de résistance politique ou culturelle) ; comme le suggère d’ailleurs la rapide croissance de l’activisme virtuel, mais aussi les communautés de liked-minded individuals et les « groupes d’affinitaires » associés au mouvement pour la justice globale.

Table 1. Modes de coordination de l’action collective

Table 1. Modes de coordination de l’action collective

(Les exemples donnés sont situés entre deux idéaux-types)

Les réseaux entre pratiques et rhétorique

18Les modèles qui sont résumés à travers ce tableau sont pensés comme des idéaux-types, c’est-à-dire comme des outils qui guideraient notre exploration des instances spécifiques de l’action collective. On notera sans grand étonnement qu’ils représentent des combinaisons et des tensions entre plusieurs modèles analytiques. Regardons certains des processus décrits dans les chapitres de ce livre. Le cas de la Théologie de la libération analysé par Malik Tahar Chaouch dans la partie III semble combiner processus communautaire et dynamique de mouvement social. À un certain niveau, La Théologie de la libération est constituée par un ensemble d’acteurs formellement indépendants mais qui partagent de larges objectifs visant le renouveau des pratiques écclésiales et l’émancipation sociale, et qui entretiennent des relations de manière peu structurée. Sous cet angle, elle se rapproche d’une dynamique de mouvement social. Mais d’un autre côté, la densité des interactions entre les différents groupes et organisations n’est pas si claire (à condition que l’on puisse même parler d’organisations), mais il semble bien que l’on puisse identifier une large identité partagée et peut-être des liens entre les individus engagés dans ce processus. Ces traits définissent bien une communauté d’individus partageant une certaine vision du monde et agissant sur une base transnationale.

19Les réseaux académiques analysés par Jimenez et Grediaga Kuri présentent également une structure à double dimension : d’un côté ils correspondent à une illustration classique de la communauté de pratique, dont les membres partagent un même ensemble de connaissances et des principes éthiques et scientifiques ; d’un autre côté, ils peuvent facilement devenir des structures organisationnelles spécialisées, comme beaucoup d’autres associations professionnelles. Les coalitions qui se mobilisent sur des objectifs spécifiques peuvent également évoluer dans différentes directions. Ils peuvent devenir de véritables mouvements sociaux si les militants sont capables, et ont la volonté, de regrouper différentes coalitions au sein de campagnes d’action collectives plus larges. Mais ils peuvent aussi aller dans une toute autre direction, et voir la coalition organisée dans un but spécifique se transformer en une organisation spécialisée et pérenne. Également, les chapitres de Rodrigues ainsi que, dans la partie I, de Burgos Vigna, sont des illustrations de ces mêmes processus.

20Si la pratique de l’action collective se traduit en formes de coordination multiples et complexes, il en va de même pour la rhétorique du réseau parmi les militants. Comme l’a déjà noté Dumoulin (2006), la référence aux réseaux joue largement un rôle de légitimation dans le discours des militants : le réseau est une forme désirable d’organisation en raison de sa nature horizontale, de la réciprocité des liens établis et de l’absence d’une position dominante. Jusqu’aux années 1990, les acteurs politiques qui voulaient se différencier des partis politiques conventionnels –et de manière plus générale de toutes les formes d’organisation hiérarchiques– utilisent souvent le terme de « mouvement » pour se définir eux-mêmes. Aujourd’hui, c’est « réseau » qui semble être le terme favori, mais sans posséder les implications plus radicales qui sont associées à la notion de mouvement social. Le terme est utilisé dans au moins deux acceptions qui sont partiellement contradictoires : tout d’abord afin de pointer des formes de d’action collective moins denses et plus spécialisées que celle des mouvements sociaux, et d’autre part pour souligner la crise des aspirations plus profondes au changement social qui restent néanmoins associées aux mouvements sociaux. Mais un autre usage désigne des formes « d’organisation en réseau » qui représentent un hybride entre les principes d’une organisation formelle et ceux d’un pur réseau (Monge et Contractor, 2003 ; Diani, 2011). Par exemple, certains « réseaux » comme le Climate Action Network sont loin d’être des purs réseaux et opèrent selon une modalité bien plus proche de celle des organisations de type fédéral. En conclusion, combiner une analyse des configurations empiriques des réseaux avec une attention aux discours des militants, semble apparaître comme la meilleure option afin d ‘ éviter de réifier les aspirations et les représentations des acteurs étudiés. L’une des plus importantes contributions de ce livre, me semblet-il, réside précisément à ce niveau.

Bibliographie

Bibliographie

Diani Mario, (2003), « Networks and social movements: A research programme », in Diani Mario et McAdam Doug (ed.), Social Movements and Networks, Oxford/New York, Oxford University Press, p. 299-318.

Diani Mario, (2011), « Modes of Coordination of Collective Action: What Actors in Policy Making? », in Scotti Marco et Vedres Balazs (dir.), Networks in Social Policy Problems, Cambridge, Cambridge University Press (en préparation).

Dumoulin David, (2006), « Usage comparé de la notion de réseau. Propositions d’analyse pour l’action collective », Cahiers des Amériques Latines, no 51-52, p. 125-144.

Mcadam Doug, (2003), « Beyond structural analysis : toward a more dynamic understanding of social movements », in Diani Mario et McAdam Doug (ed.), Social Movements and Networks, Oxford/New York, Oxford University Press, p. 281-298.

Melucci Alberto, (1996), Challenging Codes, New York/Cambridge, Cambridge University Press.

Monge Peter R. et Noshir S. Contractor, (2003), Theories of Communication Networks, Oxford, Oxford University Press.

Powell Walter W., (1990), « Neither markets nor hierarchy: Network forms of organization », Research in Organizational Behavior, no 12, p. 295-336.

Tilly Charles et Tarrow Sidney (2007), Contentious Politics, Boulder, CO, Paradigm.

Notes

1 Traduction de l’anglais : David Dumoulin Kervran.

Table des illustrations

Titre Table 1. Modes de coordination de l’action collective
Légende (Les exemples donnés sont situés entre deux idéaux-types)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/70761/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 103k

Auteur

Professeur de recherche ICREA dans le département de sciences politiques et sociales de l’Universitat Pompeu Fabra, Barcelone. Il a beaucoup travaillé sur les mouvements sociaux et sur les approches des réseaux sociaux à l’action collective. Ses publications incluent Social Movements (avec Donatella della Porta, Blackwell, 2006) et Social Movements and Networks (co-édité avec Doug McAdam, Oxford UP, 2003). (mario.diani@upf.edu)

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search