Version classiqueVersion mobile

Agir-en-réseau

 | 
David Dumoulin Kervran
, 
Marielle Pépin-Lehalleur

Deuxième partie. Tisser trame et chaîne : le réseau, analyseur des liens multiniveaux

8. L’anarchisme en Argentine

Historiographie critique et approche relationnelle

Charles Fonlupt

Texte intégral

1Essayer de discuter de l’histoire de l’anarchisme et de l’enracinement du mouvement en Argentine entre la fin du XIXe et les débuts du XXe siècle peut se révéler aussi ardu à décrire qu’un nuage de fumée. Pour reprendre les termes de Richard A. Yoast, « il est là, présent aux yeux de tous, même s’il change de forme en permanence, s’éloignant puis se renouvelant à partir d’une source principale, visible, mais pas toujours saisissable » (Yoast, 1975). Il s’agit d’un mouvement complexe, dont les structures, l’organisation et les formes d’action collective semblent résister à l’analyse, et ce encore actuellement.

  • 1 En introduction d’un dossier dans la revue Entrepasados, Revista de Historia, en 2007, Juan Surian (...)

2Marquée par les débats contemporains, et souvent critiquée à partir de catégories normatives hégémoniques, l’histoire de l’anarchisme tend pendant longtemps à être pensée et à s’écrire comme une anti-histoire1. Ainsi, on a construit une série d’explications a priori de l’histoire de l’anarchisme, qui renvoie pour une part, à une vision normative de l’histoire qui leur confère un caractère nécessaire et rigide. L’anarchisme est alors pensé comme un mouvement correspondant à un groupe social prédéterminé ad hoc dont l’unique modalité d’interaction est l’affrontement systématique avec le socialisme, l’État, L’Église, la bourgeoisie, etc. Il s’agit de chercher, et ce toujours en vain : l’étranger, la classe ouvrière, la Modernité. Cette déception conduit à deux types de conclusions qui ne sont pas sans conséquences politiques. Dans la version la plus négative il est perçu comme une anomalie. Et, dans la version la plus aimable, il est présenté comme une réaction irrationnelle face aux effets les moins désirés du processus de modernisation.

3Loin d’être une assertion exceptionnelle, elle s’avère présente dans une très large part de l’historiographie contemporaine. Cette dernière conserve l’idée, très largement partagée, du caractère « utopique » de l’anarchisme. Dans l’hétérogénéité des interprétations, elle constitue une matrice où se regroupent différentes conceptions et interprétations de départ. Ainsi l’historiographie concorde pour analyser l’anarchisme comme le résultat d’un double moment : d’une part, l’arriération socio-économique, qui fait humus, de l’autre le contexte historique qui voit le passage de l’économie pré-capitaliste à la forme moderne d’industrialisation. L’anarchisme apparaît donc comme « un produit du dix-neuvième. Il est, en partie le reflet de l’affrontement entre les machines de la révolution industrielle et une société artisanale et paysanne ». Derrière l’image d’un mouvement utopique, l’anarchisme est présenté comme « un mouvement de déshérités, d’éléments repoussés aux marges de l’histoire du progrès matériel du XIXe siècle », sans pour autant que cela soit propre au cas argentin (Berti, 1998)

4Depuis les années 1980, la perspective a été pour le moins modifiée. En introduction d’un dossier dans la revue Entrepasados Revista de Historia en 2007, Juan Suriano remarquait que l’historiographie s’était très fortement renouvelée et qu’un certain nombre d’études s’étaient intéressées à divers aspects tels que : la culture, la politique, le militantisme, l’art, la sexualité, entre autres (Suriano, 2007 ; Suriano, 2001). Cependant, il faut noter que ce virage n’a été que partiel et que la révision des versions canoniques n’a pas nécessairement conduit à une remise en cause de cette dimension utopique. La plupart des approches limites le plus souvent leur étude à une analyse de la culture anarchiste. Elles tendent à focaliser leur regard sur le discours et l’idéologie et à en déduire une dimension sociologique. Si elles permettent une revalorisation du discours des militants et une meilleur appréhension du mouvement, elles restent néanmoins marquées par un mode de pensée substantialiste, par une certaine tendance à réifier les collectifs qu’il implique. Dès que ces approches tentent de penser le problème de la naissance ou du déclin, elles se retrouvent enfermées dans les anciens modèles et en reviennent à des interprétations holistiques ou macro-sociales. qui perçoivent précisément l’anarchisme comme la marque d’une époque.

5La limite de ces approches semble toucher au manque de perspective d’ensemble sur ses structures et le cadre de son organisation. Certes, elles ont mise en lumière l’importance de la presse et des groupes anarchistes, ou des syndicats mais elles ont tendance à la considérer comme des formes abstraites agissant dans un théâtre d’ombres.

6De ce point de vue, il apparaît essentiel de mettre en lumière la complexité et le dynamisme du mouvement, ses nuances, sa complexité et même ses contradictions (Yoast, 1975, p. 245). Une telle approche présuppose de rénover la perspective d’analyse, en proposant de distinguer deux niveaux : l’analyse des réseaux sociaux, c’est-à-dire, l’ensemble des liens de différentes natures qui définissent le mouvement et l’étude du cadre « idéologique » à travers lequel les militants s’expriment et légitiment leur action. Analyser les réseaux anarchistes permet d’élaborer des catégories de l’action collective à partir de l’expérience même des acteurs. De cette manière, il est possible de prendre en considération la multiplicité, la polyvalence et l’ambiguïté des liens tout comme la variété morphologique des réseaux qui structurent le mouvement. De même, l’étude du cadre « idéologique » doit permettre de comprendre la signification que prend le réseau qui la légitime et la reproduit au sein du système politique.

7La réflexion que nous désirons présenter ici se veut avant tout un moyen de présenter les cadres d’une analyse des réseaux sociaux. Il s’agit autant de souligner la nécessité d’une sociologie que de réfléchir sur la possibilité de mettre en place une telle approche de manière à pouvoir relire certains problèmes liés à l’histoire de l’anarchisme en Argentine.

Une histoire des réseaux anarchistes : usages, pistes d’analyse

8In media res, Il nous semble important de revenir brièvement sur la construction de l’objet d’étude et sur quelques axes de l’analyse dans la mesure où cette dernière n’est pas elle-même exempte de certains présupposés épistémologiques. Le propos n’est pas de repérer l’existence de telle ou telle forme de réseau, ni même, de considérer l’anarchisme comme un idéal-type du réseau, une forme spécifique de la politique au sein de la modernité. Appréhender l’anarchisme en ces termes, en l’opposant au modèle wébérien « bureaucratique », conduirait, d’une part, à essentialiser l’organisation du mouvement libertaire et, de fait, à empêcher de penser les phénomènes d’institutionnalisation qui peuvent émerger au sein même de ce mouvement. Une telle démarche obligerait à reconnaître l’existence d’un anarchisme « véritable » et à ne pas tenir compte des différentes tendances qui peuvent se juxtaposer au cours de cette période. D’autre part, elle tend aussi à poser de manière problématique le lien entre organisation et idéologie, et éventuellement à interdire de penser les aspects organisationnels que le mouvement anarchiste pourrait avoir en commun avec d’autres partis et mouvement sociaux au sein du système politique argentin. Au-delà de cet usage métaphorique, le terme de « réseaux » apparaît ici compris comme un outil d’analyse. Avant d’être un phénomène, nous le considérons comme un moyen d’atteindre différents types de compréhension et d’interprétation. Il nous permet d’approcher et d’interpréter le mouvement anarchiste à partir d’une perspective qui tente de mettre les agents sociaux au-devant de la scène, tout en prenant en considération sa dimension collective.

9L’analyse historique doit prendre en considération le fait qu’elle ne dispose pas nécessairement de l’ensemble des informations sur les réseaux anarchistes, ce qui oblige l’historien à faire preuve d’ingéniosité de manière à pouvoir dépasser cette première difficulté. L’approche ne passe pas par une retranscription pure et simple des approches mises en place dans le cadre des sciences sociales. Le saut méthodologique qu’implique le passage à l’histoire nécessite de prendre en considération certaines distinctions et adaptations (sur l’analyse de réseau dans les sciences historiques : Lemercier, 2005a ; Lemercier, 2005b ; Wetherell, 1989, Dedieu et al., 1998). Cette situation nécessite, pour aller au-delà du structuralisme auquel on associe traditionnellement l’analyse des réseaux, d’intégrer la partialité de l’approche : il s’agit alors de passer d’un mode de réflexion déductif à une approche parfois beaucoup plus inductive, et d’autre part, de constituer un corpus de sources raisonné permettant de croiser les informations.

  • 2 À titre d’exemple, il est possible de renvoyer aux mémoires du député socialiste Enrique Dickmann, (...)

10Dans ce cadre, il s’agit de proposer une lecture en termes de réseaux égocentrés du mouvement libertaire en Argentine (Molina Gonzalz, 2005 ; Bien et al., 1991 ; Wolf, 2006). De se concentrer sur l’ensemble des liens entretenus par des acteurs sociaux singuliers, c’est-à-dire, d’individu à individu, en intégrant l’ensemble des relations que les anarchistes peuvent tisser au sein de la société argentine au cours de cette période. L’analyse empirique des relations formelles et informelles des individus observés dans des contextes différents permet de mettre en lumière la complexité des dynamiques qui convergent dans le cadre des relations quotidiennes ; et de saisir les règles implicites qui pèsent dans l’action sociale. Elle s’attache ainsi à décrire les logiques de leadership, de subordination, de consentement et de négociations, ainsi qu’aux formes d’articulation des groupes sociaux à partir des liens politiques : clientèle, clans, sociabilités, etc. Cette approche permet de reconsidérer l’activité politique de l’anarchisme à travers plusieurs aspects : la lutte pour la mise en place d’un projet révolutionnaire, la mise en place de réseaux de pouvoir ou le militantisme, et les conflits entre groupes ou individus pour détenir le contrôle de certaines institutions. Elle ne s’exprime pas simplement à travers une logique conflictuelle face à l’État, ou la bourgeoisie, mais à travers toute une série d’expériences qui témoignent d’une volonté de mettre en place l’Anarchie. De là, la multiplicité des expériences et la prolixité du mouvement anarchiste : l’anarchisme, en tant que projet révolutionnaire et vision d’une société future, admet une multiplicité d’acception et est défendu par de nombreuses tendances qui peuvent parfois s’opposer les unes aux autres – anarcho-individualisme, anarcho-colectivisme, anarcho-communisme, anarcho-bolchevisme, entre autres. Par-là même, ce mouvement témoigne d’une effervescence constante au sein de la société argentine, et donne lieu à de nombreux débats internes. Les tendances et les groupes qui s’y rattachent doivent légitimer de façon permanente leur action de manière à pouvoir mettre en place leur projet révolutionnaire, impliquant la mise en place d’une série de liens non seulement au sein du mouvement anarchiste, mais aussi entre le mouvement et la société argentine, dont rendent compte nombre de témoignages de l’époque2.

11Le réseau de relations égo-centrées se montre non seulement comme le lieu où se réfèrent les sphères du privé, mais comme le centre nodal qui confirme, reproduit ou transforme les éléments clefs qui structurent concrètement l’ensemble de l’espace de l’anarchisme en Argentine. Les acteurs se retrouvent immergés dans une multiplicité de réseaux sociaux et politiques. Cependant ces derniers sont régis par des cadres normatifs qui ne coïncident pas toujours les uns avec les autres. Aussi, les décalages entre les obligations nées de la parenté, celles qui dérivent de l’appartenance à telle ou telle nationalité, à telle ou telle profession, ou celles qui découlent de la participation au mouvement anarchiste offrent des marges d’action aux acteurs individuels. La participation à tel ou tel cercle permet ainsi la mise en place d’un ensemble de stratégies pour développer différents types d’actions. Dans ce contexte, l’ensemble des liens dont bénéficient les acteurs apparraissent comme autant de moyens pour assurer l’enracinement du mouvement. Il peut permettre de comprendre dans une certaine mesure l’intégration de certains individus au sein du mouvement, et à l’inverse, le fait que certains anarchistes abandonnent les files anarchistes pour se revendiquer du socialisme, du radicalisme et même du conservatisme. À titre d’exemple, il est possible de faire référence au parcours de Léopoldo Lugones, qui après avoir fréquenté les milieux anarchistes, et être passé par le socialisme, s’est rangé au conservatisme, à partir du début du XXe siècle

12Par ailleurs, l’analyse part, certes, des acteurs pour arriver à la reconstruction du mouvement anarchiste, mais elle ne s’inscrit pas dans le cadre d’un individualisme méthodologique. En se plaçant dans la tradition de la sociologie relationnelle, elle assume qu’une part substantielle de la réalité sociale repose sur les transactions entre différentes unités sociales, que ces transactions se cristallisent en des liens, qu’elles modèlent les unités sociales concernées et qu’elles s’arrangent en chaînes de structures variables (Tilly, 1997 ; Gribaudi, 2000 ; Peltonnen, 2001).

13En ce sens, l’antériorité des pratiques qui génèrent le mouvement anarchiste et le nourrissent d’exigences et de contraintes, ne doit pas être prise au pied de la lettre. Les militants font le mouvement anarchiste qui les façonne à leur tour. Par-là même, une certaine spécificité est reconnue aux différentes formes que constituent le mouvement anarchiste au tournant du XXe siècles (Barnes, 1954 ; Gribaudi, 1998).

14Cet aspect apparaît déterminant pour relire le problème de l’action collective. Si elle met avant tout en jeu une dynamique de l’acteur, cette dynamique suppose elle-même l’existence et la disponibilité dans l’action collective de collectivités concrètes de référence, c’est-à-dire de communautés d’actions auxquels les militants soient susceptibles de s’identifier : qu’il s’agisse du groupe, du syndicat, de la presse ou du mouvement anarchiste dans son ensemble. Dans un contexte de ce type, les communautés ne se définissent pas essentiellement comme des groupes d’intérêts, mais plutôt comme le mode plus ou moins obligé de la participation à la conscience collective. Elle permet de comprendre que la participation au mouvement anarchiste ne se limite pas à la simple question de l’efficacité du mouvement à répondre aux aspirations des militants, mais intègre des éléments identitaires définis par le mouvement libertaire au cours de cette période.

15L’analyse des formes collectives pertinentes au sein du mouvement anarchiste part d’un modèle génératif. Pour reprendre les propos de Fredik Barth, un tel modèle a trois fonctions importantes (Barth, 1966 et 1981) :

« 1. Il fournit une sorte de compréhension et d’explication que les modèles formels, aussi minutieux et pertinents soient-ils, ne peuvent jamais produire. Pour étudier une forme, il suffit peut-être de la décrire. Pour l’expliquer, il faut découvrir et décrire les processus qui l’ont engendrée. 2. Il fournit les outils pour décrire et étudier les changements dans les formes sociales comme des changements dans les variables de base qui génèrent ces formes. 3. Enfin, il facilite l’analyse comparative comme équivalent méthodologique de l’expérimentation. Les modèles qui décrivent les formes permettent simplement de concevoir des séries typologiques, de mettre en lumière des différences et des similitudes, ou de spécifier les transformations logiquement illimitées à travers lesquelles une forme peut-être changée en une autre. La pertinence d’un modèle génératif est en outre vérifiée à partir de son succès ou de son échec à générer les formes observées ; un tel modèle contient des hypothèses implicites sur les systèmes “possibles” ou “impossibles”, hypothèses qui peuvent être falsifiées par des données comparatives. »

16Par conséquent, l’approche conserve une certaine distance vis-à-vis d’une analyse structurelle, à laquelle on reconnaît une certaine pertinence au niveau de l’analyse des relations structurelles au sein du mouvement anarchiste en Argentine.

17En sus, l’anarchisme semble apparaître comme un mouvement social en perpétuelle transformation qui a une certaine importance au sein de la société argentine au moins jusqu’à la fin des années 1920. Le mouvement tire sa force de la résonance de ses actions au sein de l’espace public, mais aussi de son enracinement au niveau social. Il s’agit d’un mouvement qui non seulement offre une grande pluralité de formes, mais aussi qui tire un avantage certain d’une structure générale qui repose sur un centre adaptable et une capacité de mobilisation importante sur ses marges.

Acteurs, mouvements, et catégories sociales.

18Avant de conclure, il nous semble important de revenir brièvement sur le fait que cette proposition de relecture n’est pas aussi radicale que peut le laisser entendre a priori l’usage de la notion de réseaux sociaux dans le cadre d’une étude de l’histoire de l’anarchisme en Argentine. Cette approche à partir des réseaux sociaux ne doit pas donner lieu à équivoque. Si par certains aspects la notion de réseaux sociaux peut s’avérer problématique, il faut souligner qu’elle ne permet pas à elle seule d’étudier ce mouvement politique et social. Il s’agit, non pas d’en faire le seul élément de référence, en limitant l’analyse du comportement des individus à partir des seules contraintes structurelles, mais d’intégrer cette notion au sein d’une analyse relationnelle plus large. Les acteurs ne sont pas seulement les supports empiriques d’abstractions incarnées –comme les classes sociales ou le développement du capitalisme– mais jouissent d’une certaine liberté dans la construction de leur histoire individuelle et collective au sein du mouvement anarchiste et de la société argentine. En ce sens, ils déploient des stratégies d’adaptations créatives, plus ou moins conscientes, qui incorporent, pour reprendre l’expression de Giovanni Levi, « une part de rationalité limitée ». De cette manière, ils reproduisent les cadres sociaux, en garantissant une certaine stabilité dans leur expérience du monde social et les transforment à un rythme plus accéléré, qui s’exprime à travers des actions conscientes.

19De ce point de vue, les acteurs au sein du mouvement anarchiste ne sont pas, pour reprendre la formule de Clément Thibaut, « interchangeables comme dans un jeu de dames chinois, mais, au contraire, ont des attributs qui définissent leur lieu et leur capacité d’action, comme dans un jeu d’échec ». En ce sens, l’analyse de réseaux nécessite de s’appuyer sur l’usage de catégories qui restent encore centrales pour saisir et pour caractériser les formes de relations structurelles. « Les valeurs, les idées et les pratiques des acteurs obéissent à un capital relationnel, mais aussi à une inscription symbolique dans la société qui condense une multiplicité de variables » : famille, nationalité, profession, charge administrative, et fonction dans le mouvement anarchiste, entre autres. En prenant soin de bâtir les catégories de l’analyse collective à partir d’une échelle individuelle, l’approche se doit, pour une analyse pertinente de l’anarchisme de reposer d’une certaine manière « la question marxiste » que l’analyse de réseaux avait pu éventuellement abandonner dans un cadre critique.

Conclusion

20En conclusion, cette approche peut être lue, par certains aspects, comme une micro-histoire. Au-delà de la question du formalisme, la notion de réseaux permet de poser toute une série de problèmes en termes d’analyse relationnelle, permettant ainsi de résoudre certaines difficultés tenant à une lecture du passage du micro au macro, et inversement. Alors que la nécessité de mettre en place une sociologie de l’anarchisme pouvait laisser penser à une approche relativement radicale, cette dernière s’avère relativement familière dans le cadre des sciences humaines. Par ailleurs, il nous faut souligner que cette réflexion reste encore en cours d’élaboration. Il s’agit avant tout d’un programme d’étude qui tente de prendre en considération les apports certains du renouvellement historiographique qui s’est opéré au cours de ces dernières années autour de l’histoire de l’anarchisme.

Bibliographie

Bibliographie

Barnes John A., (1954), « Class and Commitees in a Norwegian Island Parish », in Human Relations, 7, p. 39-58.

Barth Fredrik, (1966), Models of social organization, London: Royal Anthropological Institute.

Bath Fredrik, (1981), Process and form in social life. Selected essays of Fredrik Barth, Londres, Routledge & Kegan Paul.

Berti Nico, (1998), Il pensiero anarchico. Dal Settecento al Novecento, Manduria, Piero Lacaita Editore, coll. « Biblioteca di storia contemporanea ».

Bien William, Neyer Franz, Marbarch Joseph, Templeton Robert, (1991), « Obtaining Reliable Network Data about Family Life: A Methodological Examination concerning Realibility of Egocentered Network in Survey Research », in Connections, vol. 14, no 3, p. 14-26.

Dedieu, Jean-Pierre, Moutoukias, Zacarías, (1998), « Introduction. Approches de la théorie des réseaux sociaux », in Castellano Juan Luis, Dedieu Jean-Pierre (dir.), Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l’Ancien Régime, Paris, CNRS Éditions, p. 7-30.

Dickmann Enrique, (1949), Recuerdos de un militante socialista, Buenos Aires, La Vanguardia.

Gribaudi Maurizio, (1998), Espaces, Temporalités, Stratifications : Exercices sur les réseaux sociaux, Paris, Éditions de l’EHESS, coll. « Recherches d’histoire et de sciences sociales », 84, p. 5-40.

Gribaudi Maurizio, (2000), Mikrogeschichte, Makrogeschichte : Komplementär oder inkommensurabel ?, Göttingen, Wallstein Verl.

Lemercier Claire, (2005a), « Analyse de réseaux et histoire », in Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, vol. 52, no 2, p. 88-112.

Lemercier Claire, (2005b), « Analyse de réseaux et histoire de la famille », in Annales de Démographies Historiques, 1, p. 7-31.

Molina Gonzalez Jose Luis, (2005), « The Study of Personal Networks: Contributions, Methods and Perspective », in Empiria : Revista de Metodologia de Ciencias Sociales, 10, p. 71-105.

Peltonnen Matti, (2001), « Clues, Margins and Monads: The Micro-Macro Link in Historical Research », in History and Theory, 40, 3, p. 347-359.

Suriano Juan, (2001), Anarquistas : cultura y política libertaria en Buenos Aires (1890-1910), Buenos Aires, Manantial.

Suriano Juan, (2007), « Presentación », in Entrepasados, Revista de Historia, vol. 32, p. 7-9.

Tilly Charles, (1997), Micro, Macro, or Megrim?, conference, Columbia University.

Yoast Richard A., (1975), The development of Argentine anarchism: a socio-ideological analysis, These, University of Wiscosin-Madison, p. 241-242.

Wetherell Charles, (1989), « Review: Network Analysis Comes of Age. Reviewed Work(s): Social Structures: A Network Approach by Barry Wellman; S. D. Berkowitz », in Journal of Interdisciplinary History, vol. 19, no 4, p. 645-651.

Wolf Chistof, (2006), Changes in Ego-Centered Networks, conference, International Sociological Association, Durban, Afrique du Sud.

Notes

1 En introduction d’un dossier dans la revue Entrepasados, Revista de Historia, en 2007, Juan Suriano remarquait que l’historiographie s’était très fortement renouvelée et qu’un certain nombre d’études s’était intéressé à divers aspects tels que : la culture, la politique, le militantisme, l’art, la sexualité, entre autres. Suriano, 2007 ; Suriano, 2001, Alves de Seixas, 1992.

2 À titre d’exemple, il est possible de renvoyer aux mémoires du député socialiste Enrique Dickmann, à propos des relations entre anarchistes, socialistes et radicaux dans la ville de Rosario (Dickmann, 1949).

Auteur

Charles Fonlupt (Paris 1 Panthéon-Sorbonne/Mascipo 8168) réalise actuellement un doctorat en histoire sur l’anarchisme et l’espace public en Argentine (1880-1922). (charles.fonlupt@gmail.com)

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search