Version classiqueVersion mobile

Agir-en-réseau

 | 
David Dumoulin Kervran
, 
Marielle Pépin-Lehalleur

Deuxième partie. Tisser trame et chaîne : le réseau, analyseur des liens multiniveaux

Tisser trame et chaîne le réseau, analyseur des liens multivineaux

Texte intégral

1La deuxième section se penche sur le fonctionnement de ce qu’il est convenu de désigner comme un « réseau », lorsque l’observateur constate qu’une même action collective se développe en articulant des individus de statuts multiples, des groupes ou des « niveaux » différents géographiques, de classe, etc. Les textes exposeront en détail la description de l’analyste, en la distinguant de la façon dont les acteurs revendiquent leur action et désignent ses formes. Parmi les points de discussion importants, mentionnons les modes d’articulation entre les relations égalitaires et inégalitaires (par exemple dans l’accès aux ressources ou la prise de décision) au sein d’un même collectif local ou entre deux « niveaux », tout en évitant l’usage non critique des mots horizontal et vertical, trop polysémiques. L’articulation entre « niveaux » d’organisation pose nécessairement la question cruciale des mécanismes reconnus ou informels, et met en lumière les rôles d’intermédiation, de relais ou de monopole que peuvent jouer certains acteurs. Il est intéressant de souligner la variété des collectifs mis en réseau et le sens que chacun donne à l’empilement de ces « niveaux » d’organisation et à l’action collective dans son ensemble. Dans ces discussions, le « réseau » est considéré comme un objet en soi, que l’on peut isoler, et qui pourrait le cas échéant donner lieu à une analyse formelle de corpus.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search